Moi le porcin doi


Lecture en continu :

Transcription par phrase
Autre
Traduction par phrase
fr
Transcription du texte complet


Traduction du texte complet
fr

Sēre rere leluk e
na i we qo
na smat e nigrōv ē
e nir mē wēris na be sav ē
na bēwuk si tger
kemur e qē vanvan avē res
na vē bur gor wa lē vētam keː verē
Ne qet nē rōnmi ē
na gētē gengen
nir e lep me
gen lē gēvur lē gmel
suwērē rak ne vin qet
me ris vēg nana
ve n̄urn̄ur an meː sorik
E vēvē
nir mē wēris na lēn̄ēlēn̄ na
mawērēs na, vētē big na
E na m-on e ler
be mētē gavērōmi e
we ōl e me gen mēmarsēg na leː venō
Maligōg naslam̄
nik ōm ti nēs melēg
na gēsim̄ ti ma na
vēt naln̄ēk ē
na mtōw er were sē nmawlon derō.
Re moreuk ma segēl gōr ne nōk es mena ē
lē vet wē mētēlo
vet welgenē
sal werērēn sag le melig
Na ti melōp sur i m̄ōter
ge tog me u mut na
Ē ve sag me wu me le mlek ē
wō qet namlek
gengen mētil ē basbas metil
E vēvē
na ve lē nētuk me wēgut ē
wo gērēw qo
ni mwot ē lē wismat
lē wu sōm me
won nalēn̄ek
na tē mōl ēw man saːrse
Ve tam̄eni na sek ē
na ti mēna gōr nē vēnan ē
u sōm namlek
ve dun mē rēvrēv
ve siw len̄er weː venō
*Sérè rèrè lèluk è*
Porcin je suis
fidèle, apprivoisé
J'entends parler de moi, mais pourquoi?
Moi je n'ai rien
Quand vous partez au loin
je trouve porte close
Mais vos taros
je ne les mange pas
Ils se servent à volonté
dînent dans leur foyer, dans la maison sacrée
puis jettent quelques épluchures
en guise de repas pour moi
et je les dévore en grognant
Hélas
Je ne comprends rien à ce qu'on me dit
je m'entends condamné à finir en rôti
Soudain je me retrouve à terre
à votre porte
et déjà les vers assaillent mon cadavre, devant chez vous…
*Malighong naslang*
À mon insu tu as payé mon ode
chant que tu m'offres en mon honneur
et tu racontes mon histoire
Moi ce chant je l'ai composé, c'est un mémorial pour nous deux
Mon oncle par son nom vient embellir mon chant
sur le rocher du Levant
sur le rocher du rang Welgèn
au ciel, vers l'horizon
Moi j'aurais cru qu'une femme
m'aurait traité humainement
qu'elle serait toujours restée auprès de moi
et m'aurait nourri de taros
à m'en éclater la panse
Hélas…
Moi je suis la mère de ce fils
un beau porcin
il est né à la jeune pousse du bananier, feuille de paix
aujourd'hui je l'honore avec force monnaie
en payant la dette du chant
Je repars bientôt loin de vous
C'est un peu aussi un chant pour moi-même
car je suis sage en ce pays
Cette richesse mienne
est aujourd'hui publique
Et j'en prends à témoin les gens de la contrée…

S1 doi

stop
Sēre rere leluk e

*Sérè rèrè lèluk è*

S2 doi

stop
na i we qo

Porcin je suis

S3 doi

stop
na smat e nigrōv ē

fidèle, apprivoisé

S4 doi

stop
e nir mē wēris na be sav ē

J'entends parler de moi, mais pourquoi?

S5 doi

stop
na bēwuk si tger

Moi je n'ai rien

S6 doi

stop
kemur e qē vanvan avē res

Quand vous partez au loin

S7 doi

stop
na vē bur gor wa lē vētam keː verē

je trouve porte close

S8 doi

stop
Ne qet nē rōnmi ē

Mais vos taros

S9 doi

stop
na gētē gengen

je ne les mange pas

S10 doi

stop
nir e lep me

Ils se servent à volonté

S11 doi

stop
gen lē gēvur lē gmel

dînent dans leur foyer, dans la maison sacrée

S12 doi

stop
suwērē rak ne vin qet

puis jettent quelques épluchures

S13 doi

stop
me ris vēg nana

en guise de repas pour moi

S14 doi

stop
ve n̄urn̄ur an meː sorik

et je les dévore en grognant

S15 doi

stop
E vēvē

Hélas

S16 doi

stop
nir mē wēris na lēn̄ēlēn̄ na

Je ne comprends rien à ce qu'on me dit

S17 doi

stop
mawērēs na, vētē big na

je m'entends condamné à finir en rôti

S18 doi

stop
E na m-on e ler

Soudain je me retrouve à terre

S19 doi

stop
be mētē gavērōmi e

à votre porte

S20 doi

stop
we ōl e me gen mēmarsēg na leː venō

et déjà les vers assaillent mon cadavre, devant chez vous…

S21 doi

stop
Maligōg naslam̄

*Malighong naslang*

S22 doi

stop
nik ōm ti nēs melēg

À mon insu tu as payé mon ode

S23 doi

stop
na gēsim̄ ti ma na

chant que tu m'offres en mon honneur

S24 doi

stop
vēt naln̄ēk ē

et tu racontes mon histoire

S25 doi

stop
na mtōw er were sē nmawlon derō.

Moi ce chant je l'ai composé, c'est un mémorial pour nous deux

S26 doi

stop
Re moreuk ma segēl gōr ne nōk es mena ē

Mon oncle par son nom vient embellir mon chant

S27 doi

stop
lē vet wē mētēlo

sur le rocher du Levant

S28 doi

stop
vet welgenē

sur le rocher du rang Welgèn

S29 doi

stop
sal werērēn sag le melig

au ciel, vers l'horizon

S30 doi

stop
Na ti melōp sur i m̄ōter

Moi j'aurais cru qu'une femme

S31 doi

stop
ge tog me u mut na

m'aurait traité humainement

S32 doi

stop
Ē ve sag me wu me le mlek ē

qu'elle serait toujours restée auprès de moi

S33 doi

stop
wō qet namlek

et m'aurait nourri de taros

S34 doi

stop
gengen mētil ē basbas metil

à m'en éclater la panse

S35 doi

stop
E vēvē

Hélas…

S36 doi

stop
na ve lē nētuk me wēgut ē

Moi je suis la mère de ce fils

S37 doi

stop
wo gērēw qo

un beau porcin

S38 doi

stop
ni mwot ē lē wismat

il est né à la jeune pousse du bananier, feuille de paix

S39 doi

stop
lē wu sōm me

aujourd'hui je l'honore avec force monnaie

S40 doi

stop
won nalēn̄ek

en payant la dette du chant

S41 doi

stop
na tē mōl ēw man saːrse

Je repars bientôt loin de vous

S42 doi

stop
Ve tam̄eni na sek ē

C'est un peu aussi un chant pour moi-même

S43 doi

stop
na ti mēna gōr nē vēnan ē

car je suis sage en ce pays

S44 doi

stop
u sōm namlek

Cette richesse mienne

S45 doi

stop
ve dun mē rēvrēv

est aujourd'hui publique

S46 doi

stop
ve siw len̄er weː venō

Et j'en prends à témoin les gens de la contrée…