The kauri tree


Continuous playing:

Transcription by sentence


Translation by sentence
fr
Whole text transcription


Whole text translation
fr
Moro waini, mwaliko pe Vono.
I-ka Teanu – I-ka, Teanu, ka i-sava emele iape pe Teanu.
Ka i-la, i-sava awoiu ka i-lui Vono.
Ka la-te Vono ra ra ra – emele iape sa pine.
Sa pine pon ra – Ra – kata vitoko kape i-ve pon, ne / pon / ne moro / nedemo ponu: dapa teliki ka dapa wopine li-ajau none.
Li-ajau none ponu, ka li-le ka li-vongo. Ne top- / li-te / li-lui ne toplau ka li-te ka li-vongo.
Li-vongo awoiu, ka dapa teliki li-kilase, li-votei piene se dapa / dapa gete nga pon. Li-waivo dapa.
Ka nedemo / ra ponu: emele iape die i-meli.
Die i-meli ponu, i-ve!
I-ve ponu: menu tae. Pon i-ve pon, ngaten’ iote.
Pon li-romo, ebele ko nga buluko peini dero pon. O li-romo nga voko – ia voko tae.
Awoiu, i-romo i-ko menu tae, ka i-la i-lui ka i-iu. O i-teli. Ne boso m- / ne mata moe iada tev’ iu.
Wako, i-ka – Ka i-mamei ponu ka i-maliawo ka i-wene teve.
Ka mwaliko iape, dapa li-te ne toplau ra ra ra, ka li-aiu ; ka i-ka i-koie ne moe ka i-romo emel’ iape i-wene teve iawo.
Ka i-ko: “Eo pon, i-ve? Ka ai-ve?” Ini i-ko “Mm.” – “Ka men’ iono / menu vele?” I-ko “Menu tae!” I-ko “Tae, i-kae?”
I-ko “Na ni-ve ponu, ngatene tamwaliko.” – “Ngaten’ tamwaliko ngapwae?” – “Li-romo nga voko, ia pon voko tae.”
– “Ka kavele?” – “Ka ni-lui ni-iu ne, mata moe iakia tev’ iu.”
I-ko “A-tomoli ko!” I-ko “Tae!”
“Wako la-le ne / u-ae ne-romo ñei a-tomoli, pon menu ka a-iu!”
La-le i-ae i-rom’ i-ko “E, ebele piene! Pon menu tae: ngatene pon nga voko, ia pon voko tae.”
Ka i-wene. La-woi vilo teve.
Ra ra – Lai-aiu momobo, io, pon ne pwa moe iada.
La-romo ra ra ra, moro waini lai-aiu momobo la-le, ini: mata ka i-ke! Mata ka i-ke pon.
Ra ra ka i-teli uie. Ka tilu.
Ka la-rom la-ko “E! Na vilo na engaiote! Vilo pon i-vio ne ngogoro na tae!”
Ponu. Ka la-woi vilo i-dai.
Ra ra ra, ka pine pine, la-ko “A-rom, na vilo engaiote! Vilo pon i-vio teve kiapa tae.”
Pon. Ra ra ra ra ka pine. Pine ponu – ka i-wo.
I-wo ponu, ka la-tabe mata ka la-lui la-do i-katau ngogoro.
Ra – ka emel’ iape i-ko: “E! Tamwaliko pe i-vio ne kulumoe iono ñoko. Ene awa ene la-wo-/ la-lui la-do ne basa kulumoe Teanu.”
Ka pon, lai-au mata kula la-kamai; lai-do ne basa kulumoe iote Teanu ne –
Ka ra ra ka wopine, ka in’ ñepe i-wo : ra ka ua ka i-lovei ka ini ñepe i-maluo i-katau ngogoro.
Ka ne basa kulumoe pine nga ponu.
Pon. Ae, dero ponu, vilo pe / ngatene pe emele i-ve.
Ka ponu. Katae pon.
Il était une fois un jeune homme de Lovono.
Un jour il se rendit dans l’îlot de Teanu. C’est là qu’il rencontra une femme de Teanu, qu’il épousa.
Après l’avoir épousée, il la ramena chez lui à Lovono.
Tous deux vécurent ainsi à Lovono longtemps, longtemps – jusqu’au jour où sa femme tomba enceinte.
Après des mois de grossesse, elle finit par sentir proche le moment de l’accouchement. Or cette nuit-là, les chefs et les anciens avaient préparé un grand repas.
Ils avaient préparé un repas, et allèrent le consommer. Après avoir tout emporté dans la maison des hommes, ils s’assirent et se mirent donc à manger.
Après leur repas, les chefs se mirent à dispenser leur sagesse. Ils adressèrent un discours aux jeunes gens, pour leur apprentissage.
Or, cette même nuit, la femme enceinte se mit à sentir les contractions.
Son dos lui faisait mal – elle allait accoucher !
Mais ce n’est pas un enfant qu’elle mit au monde. Non, ce qu’elle mit au monde, ce fut… une chose.
On aurait dit, comme de la gomme de kaori. Cela ressemblait aussi à une pierre – pourtant ce n’en était pas une.
Lorsqu’elle vit qu’elle n’avait pas mis au monde un enfant, mais une chose, elle l’emporta un peu plus loin, et l’enterra – ou plutôt, la planta dans le sol. Juste devant sa maison, vers l’intérieur des terres.
Ensuite, comme elle avait froid, elle alluma un feu et s’allongea à côté.
Pendant tout ce temps, son mari participait à la réunion dans la maison des hommes. Lorsque la séance fut levée, il s’en retourna chez lui, et aperçut sa femme allongée près du feu.
“Comment ça va?” demanda-t-il. “Ça y est, tu as accouché ?” – “Oui,” fit-elle. – “Mais où donc est le bébé ?” – “Mais…”, répondit-elle, “c’est que… il n’y a pas de bébé !” – “Quoi ?!”
“En fait”, poursuivit-elle, “j’ai donné naissance à… une chose bizarre.” – “Comment ça, bizarre ?” – “On dirait une pierre, mais pourtant ce n’est pas une pierre.”
– “Hein ? Comment ça ?!” – “Je l’ai enterré devant notre maison, côté île.”
– “Impossible, je ne te crois pas !” – “Mais si, je te jure !” protesta-t-elle.
“Bon, eh bien allons donc voir, déterre-le, que je voie si tu dis la vérité, déterre-le donc, ce bébé que tu as mis en terre !”
Ils sortirent pour le déterrer ; dès qu’il vit la chose, le mari s’écria : “D’accord, tu avais raison ! Ce n’est pas un bébé, c’est quelque chose qui ressemble à une pierre… et pourtant ce n’est pas une pierre !”
Ils replacèrent l’objet en terre, et plantèrent un tuteur.
Le lendemain matin, la chose était toujours à côté de leur maison.
Tous les jours, le couple voyait l’objet… jusqu’au matin où ils s’aperçurent qu’une jeune pousse s’était mise à croître.
Après quelque temps, apparurent les premières feuilles : une, puis deux.
“Eh bien,” s’étonnèrent-ils, “cet arbre-là est nouveau. On ne l’a jamais vu pousser dans nos forêts !”
Ils décidèrent alors d’entourer la plante d’une palissade protectrice.
Au bout d’un certain temps, comme la plante avait bien poussé, ils se dirent: “Regarde, cette plante-là n’est pas comme les autres. Nous ne l’avions jamais vue chez nous.”
L’arbre continua ainsi de grandir, grandir, tant et si bien qu’il finit par donner des fruits.
C’est alors qu’ils s’emparèrent de plants, et partirent tous deux les planter un peu partout dans la forêt.
À un moment, sa femme lui dit: “Dis donc! Ce serait dommage que cette plante n’existe que dans ton île à toi. En fait j’aimerais que nous allions aussi en planter dans l’île de Teanu.”
C’est ainsi qu’ils recueillirent quelques plants, et partirent dans l’île de Teanu pour les y planter.
Lorsqu’au bout d’un certain temps tous ces plants eurent poussé, ils se mirent à fructifier à leur tour. Ces fruits tombèrent sur le sol les uns après les autres, assurant ainsi spontanément la survie de cet arbre à travers toute la forêt.
Et il en fut de même dans l’île principale de Vanikoro.
Et voilà donc comment l’arbre kaori est né d’une femme.
Voilà, c’est fini.
S1 stop écouter
Moro waini, mwaliko pe Vono.

Il était une fois un jeune homme de Lovono.

S2 stop écouter
I-ka Teanu – I-ka, Teanu, ka i-sava emele iape pe Teanu.

Un jour il se rendit dans l’îlot de Teanu. C’est là qu’il rencontra une femme de Teanu, qu’il épousa.

S3 stop écouter
Ka i-la, i-sava awoiu ka i-lui Vono.

Après l’avoir épousée, il la ramena chez lui à Lovono.

S4 stop écouter
Ka la-te Vono ra ra ra – emele iape sa pine.

Tous deux vécurent ainsi à Lovono longtemps, longtemps – jusqu’au jour où sa femme tomba enceinte.

S5 stop écouter
Sa pine pon ra – Ra – kata vitoko kape i-ve pon, ne / pon / ne moro / nedemo ponu: dapa teliki ka dapa wopine li-ajau none.

Après des mois de grossesse, elle finit par sentir proche le moment de l’accouchement. Or cette nuit-là, les chefs et les anciens avaient préparé un grand repas.

S6 stop écouter
Li-ajau none ponu, ka li-le ka li-vongo. Ne top- / li-te / li-lui ne toplau ka li-te ka li-vongo.

Ils avaient préparé un repas, et allèrent le consommer. Après avoir tout emporté dans la maison des hommes, ils s’assirent et se mirent donc à manger.

S7 stop écouter
Li-vongo awoiu, ka dapa teliki li-kilase, li-votei piene se dapa / dapa gete nga pon. Li-waivo dapa.

Après leur repas, les chefs se mirent à dispenser leur sagesse. Ils adressèrent un discours aux jeunes gens, pour leur apprentissage.

S8 stop écouter
Ka nedemo / ra ponu: emele iape die i-meli.

Or, cette même nuit, la femme enceinte se mit à sentir les contractions.

S9 stop écouter
Die i-meli ponu, i-ve!

Son dos lui faisait mal – elle allait accoucher !

S10 stop écouter
I-ve ponu: menu tae. Pon i-ve pon, ngaten’ iote.

Mais ce n’est pas un enfant qu’elle mit au monde. Non, ce qu’elle mit au monde, ce fut… une chose.

S11 stop écouter
Pon li-romo, ebele ko nga buluko peini dero pon. O li-romo nga voko – ia voko tae.

On aurait dit, comme de la gomme de kaori. Cela ressemblait aussi à une pierre – pourtant ce n’en était pas une.

S12 stop écouter
Awoiu, i-romo i-ko menu tae, ka i-la i-lui ka i-iu. O i-teli. Ne boso m- / ne mata moe iada tev’ iu.

Lorsqu’elle vit qu’elle n’avait pas mis au monde un enfant, mais une chose, elle l’emporta un peu plus loin, et l’enterra – ou plutôt, la planta dans le sol. Juste devant sa maison, vers l’intérieur des terres.

S13 stop écouter
Wako, i-ka – Ka i-mamei ponu ka i-maliawo ka i-wene teve.

Ensuite, comme elle avait froid, elle alluma un feu et s’allongea à côté.

S14 stop écouter
Ka mwaliko iape, dapa li-te ne toplau ra ra ra, ka li-aiu ; ka i-ka i-koie ne moe ka i-romo emel’ iape i-wene teve iawo.

Pendant tout ce temps, son mari participait à la réunion dans la maison des hommes. Lorsque la séance fut levée, il s’en retourna chez lui, et aperçut sa femme allongée près du feu.

S15 stop écouter
Ka i-ko: “Eo pon, i-ve? Ka ai-ve?” Ini i-ko “Mm.” – “Ka men’ iono / menu vele?” I-ko “Menu tae!” I-ko “Tae, i-kae?”

“Comment ça va?” demanda-t-il. “Ça y est, tu as accouché ?” – “Oui,” fit-elle. – “Mais où donc est le bébé ?” – “Mais…”, répondit-elle, “c’est que… il n’y a pas de bébé !” – “Quoi ?!”

S16 stop écouter
I-ko “Na ni-ve ponu, ngatene tamwaliko.” – “Ngaten’ tamwaliko ngapwae?” – “Li-romo nga voko, ia pon voko tae.”

“En fait”, poursuivit-elle, “j’ai donné naissance à… une chose bizarre.” – “Comment ça, bizarre ?” – “On dirait une pierre, mais pourtant ce n’est pas une pierre.”

S17 stop écouter
– “Ka kavele?” – “Ka ni-lui ni-iu ne, mata moe iakia tev’ iu.”

– “Hein ? Comment ça ?!” – “Je l’ai enterré devant notre maison, côté île.”

S18 stop écouter
I-ko “A-tomoli ko!” I-ko “Tae!”

– “Impossible, je ne te crois pas !” – “Mais si, je te jure !” protesta-t-elle.

S19 stop écouter
“Wako la-le ne / u-ae ne-romo ñei a-tomoli, pon menu ka a-iu!”

“Bon, eh bien allons donc voir, déterre-le, que je voie si tu dis la vérité, déterre-le donc, ce bébé que tu as mis en terre !”

S20 stop écouter
La-le i-ae i-rom’ i-ko “E, ebele piene! Pon menu tae: ngatene pon nga voko, ia pon voko tae.”

Ils sortirent pour le déterrer ; dès qu’il vit la chose, le mari s’écria : “D’accord, tu avais raison ! Ce n’est pas un bébé, c’est quelque chose qui ressemble à une pierre… et pourtant ce n’est pas une pierre !”

S21 stop écouter
Ka i-wene. La-woi vilo teve.

Ils replacèrent l’objet en terre, et plantèrent un tuteur.

S22 stop écouter
Ra ra – Lai-aiu momobo, io, pon ne pwa moe iada.

Le lendemain matin, la chose était toujours à côté de leur maison.

S23 stop écouter
La-romo ra ra ra, moro waini lai-aiu momobo la-le, ini: mata ka i-ke! Mata ka i-ke pon.

Tous les jours, le couple voyait l’objet… jusqu’au matin où ils s’aperçurent qu’une jeune pousse s’était mise à croître.

S24 stop écouter
Ra ra ka i-teli uie. Ka tilu.

Après quelque temps, apparurent les premières feuilles : une, puis deux.

S25 stop écouter
Ka la-rom la-ko “E! Na vilo na engaiote! Vilo pon i-vio ne ngogoro na tae!”

“Eh bien,” s’étonnèrent-ils, “cet arbre-là est nouveau. On ne l’a jamais vu pousser dans nos forêts !”

S26 stop écouter
Ponu. Ka la-woi vilo i-dai.

Ils décidèrent alors d’entourer la plante d’une palissade protectrice.

S27 stop écouter
Ra ra ra, ka pine pine, la-ko “A-rom, na vilo engaiote! Vilo pon i-vio teve kiapa tae.”

Au bout d’un certain temps, comme la plante avait bien poussé, ils se dirent: “Regarde, cette plante-là n’est pas comme les autres. Nous ne l’avions jamais vue chez nous.”

S28 stop écouter
Pon. Ra ra ra ra ka pine. Pine ponu – ka i-wo.

L’arbre continua ainsi de grandir, grandir, tant et si bien qu’il finit par donner des fruits.

S29 stop écouter
I-wo ponu, ka la-tabe mata ka la-lui la-do i-katau ngogoro.

C’est alors qu’ils s’emparèrent de plants, et partirent tous deux les planter un peu partout dans la forêt.

S30 stop écouter
Ra – ka emel’ iape i-ko: “E! Tamwaliko pe i-vio ne kulumoe iono ñoko. Ene awa ene la-wo-/ la-lui la-do ne basa kulumoe Teanu.”

À un moment, sa femme lui dit: “Dis donc! Ce serait dommage que cette plante n’existe que dans ton île à toi. En fait j’aimerais que nous allions aussi en planter dans l’île de Teanu.”

S31 stop écouter
Ka pon, lai-au mata kula la-kamai; lai-do ne basa kulumoe iote Teanu ne –

C’est ainsi qu’ils recueillirent quelques plants, et partirent dans l’île de Teanu pour les y planter.

S32 stop écouter
Ka ra ra ka wopine, ka in’ ñepe i-wo : ra ka ua ka i-lovei ka ini ñepe i-maluo i-katau ngogoro.

Lorsqu’au bout d’un certain temps tous ces plants eurent poussé, ils se mirent à fructifier à leur tour. Ces fruits tombèrent sur le sol les uns après les autres, assurant ainsi spontanément la survie de cet arbre à travers toute la forêt.

S33 stop écouter
Ka ne basa kulumoe pine nga ponu.

Et il en fut de même dans l’île principale de Vanikoro.

S34 stop écouter
Pon. Ae, dero ponu, vilo pe / ngatene pe emele i-ve.

Et voilà donc comment l’arbre kaori est né d’une femme.

S35 stop écouter
Ka ponu. Katae pon.

Voilà, c’est fini.