aa

Langues et civilisations
à tradition orale
(UMR7107)

          Le CNRS           Accueil SHS          Autres sites CNRS          
lacito
cnrs paris3 inalco paris3 paris3
Rechercher
Intranet Lacito English




  Accueil > Colloques > Colloque « Pays et paysages linguistiques »

 

Colloque sur la Géographie linguistique

 

Organisé par F. Jacquesson (CNRS : LACITO, Sorbonne Nouvelle)
et Thomas Stolz (université de Brême, Allemagne)

Vendredi 28 et samedi 29 janvier 2011

Publication des Actes présentée ici.

 

Atlas - références (mis à jour 17 avril 2012)

ale

Alinei et al., 1975-, Atlas Linguarum Europae (ALE)

wortatlas

Behnstedt & Woidich (eds), 2011-2012, Wortatlas der arabischen Dialekte (WAD)

alf

Brun-Trigaud & Le Dû, 2005, Lectures de l'ALF de Gilliéron et Edmont. Du temps dans l'espace

alpf

Charpentier & François, à paraître, Atlas Linguistique de la Polynésie Française (ALPF)

albram

Chauveau & Guillaume, 1975-, Atlas Linguistique et ethnographique de la Bretagne Romane de l'Anjou et du Maine (ALBRAM)

thesoc

Dalbera et al., 1992-, Thesaurus occitan (THESOC)

alf

Gilliéron & Edmont, 1902-12, Atlas Linguistique de la France (ALF)

alfmb

Le Berre & Le Dû, 2008, Ichtyonymie bretonne (ALFMB)

nalbb

Le Dû, 2001, Nouvel Atlas linguistique de Basse-Bretagne (NALBB)

alpa

Le Dû, 2011, Atlas Linguistique des Petites Antilles, fasc. 1 (ALPA)

dialectologie

Le Dû et Blanchard (eds), 2004, Dialectologie et géolinguistique

albb

Le Roux, 1924-63, Atlas linguistique de Basse-Bretagne (ALBB)

alir

Tuaillon & Contini, 1996-, Atlas Linguistique Roman (ALiR)

ehha

Videgain (dir.), 2010-, L'atlas linguistique du Pays basque (EHHA)

 

Quelques pistes supplémentaires (articles, revues ou sites)

 

aleatlasAlinei, Mario et al., 1975-, Atlas Linguarum Europae (ALE), Roma, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato. toup
Parus : Introduction, 2 questionnaires, le volume I en 7 fascicules (entre 50 et 200€ chaque)

The origins of this project date back in 1965, when the realisation of a European linguistic atlas was proposed at The Geolinguistics International Congress in Marburg. The project came into being in 1970 under UNESCO guidance and it represents the first and so far the only research project of such dimensions in the domain of linguistics; the project was approved of at the initiative of The Royal Science Academy in the Netherlands in 1976.
The Introduction to the Atlas Linguarum Europae was issued in Assen in 1975, followed by The First Questionnaire in 1976 and by The Second Questionnaire in 1979. Thus, The European Languages Atlas exists for over a quarter of a century. The first fascicle from the first volume was issued in 1983 at Van Gorcum Publishing House in Assen and it includes both maps and linguistic commentaries. Once the fifth fascicle appeared in 1997, at the initiative of the president Mario Alinei the publishing of the atlas has been done by the Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato Publishing House in Rome. The official languages of the project are English, French and German. The title word of the map is given in six languages (French, English, Russian, German, Spanish and Italian). The commentaries to the maps are edited in French, English or German. The last printed fascicle is the sixth in 2002, while the seventh is in the course of being printed under the guidance of Wolfgang Viereck, the ex-president of ALE.
Nicolae Saramandu has been the ALE president since 2005 and the archive and the General Secretariate are in Bucharest at the Institute of Linguistics, institute belonging to the Romanian Academy. Nicolae Saramandu followed the presidents A. Weijnen (1970-1982), M. Alinei (1982-1998) and W. Viereck (1998-2005). As the current ALE president and as co-author, Nicolae Saramandu coordinated national and international activities, maintaining connexions among the members of the International Editorial Board. The ALE activities in Bucharest are done with the financial support of the Romanian Academy.
The eighth fascicle is going to appear under the guidance of the current president. The commentaries and the legends for this fascicle are in final form. At its basis, ALE is an interpretative atlas that makes use of both traditional and innovative methods. ALE is a lexical atlas, but certain phonetic and morphological phenomena can be also observed.
On the basis of onomasiological and motivational maps, ALE offers a rigorous typology of languages and dialects spoken in Europe. Motivational maps are an innovation in the field of linguistic geography and a modern form of interpreting lexical data. These maps are based both on etymological criteria and on investigating some answers regarding the notions' name. From the point of view of the maps included (semasiological, onomasiological and motivational maps, among which the latest give the atlas a note of originality), ALE represents a complex data basis for different linguistic research and at the same time it offers relevant information regarding Europe's cultural history .
The already published six fascicles are dedicated to the vocabulary and they contain data regarding different semantic spheres: plants, animals, natural phenomena, land setting, jobs, the body and its senses, family etc.
ALE is the first continental linguistic atlas, whose frontiers are neither political nor linguistic, but mere geographical. The choice of the continent derives from the fact that the linguistic situation in Europe is a complex one. There exist six families of languages on the European territory: Altaic, Basque, Indo-European, Caucasian, Semitic and Uralic. Within these language families there exist 22 language groups (such as Romance, Germanic or Celtic), which in their turn consist of 90 languages and individual dialects. The heterogeneous material was collected in 2631 localities from Iceland to the Ural Mountains. The ALE members belong to the 47 national committees, to which 4 committees for the minority languages have been added. […] (suite)

wortatlasatlasBehnstedt, Peter & Manfred Woidich (editors of several contributors : S. Naïm...), Wortatlas der arabischen Dialekte (WAD), Leiden-Boston, Brill :
– 2011- Band I, Mensch, Natur, Fauna, Flora, 665 p., 184 maps, 209 € (présenté dans un catalogue Cartography).
– 2012 - Band II, Materielle Kultur, XIV - 630 p.,137 maps, 209 €. toup

Der Wortatlas der arabischen Dialekte (WAD) bietet zum ersten Mal einen Überblick über den lexikalischen Reichtum aller dokumentierten arabischen Dialekte. Er erscheint in drei Bänden mit etwa 500 farbigen onomasiologischen Karten. Jede Karte repräsentiert ein Designat und die entsprechenden Bezeichnungen auf Arabisch, wie sie anhand der dialektologischen Literatur gesammelt oder mit Hilfe zahlreicher Mitarbeiter und Fachkollegen eruiert wurden. Polyglotte Legenden zu den Karten erleichtern den Zugang. Die Karten zeigen die lexikalischen Typen, detailliertere Angaben zu den Varianten und den Quellen folgen in den Kommentaren, die auch semantische und etymologische Themen anschneiden. Die Einleitung auf Deutsch und English informiert über die Prinzipien, nach denen beim Sammeln und Darstellen des Materials vorgegangen wurde und über die damit verbundenen Probleme. Ausführliche Indizes runden den Band ab.
Der Atlas ist ein Muss für jeden, der sich mit gesprochenem Arabisch beschäftigt, für Arabisten, Dialektologen, Semandiker und allgemeine Sprachwissenschatler.

wad2[in English] The Word Atlas of Arabic Dialects (WAD) intends to provide an unprecedented survey of the lexical richness and diversity of the Arabic dialects as spoken from Uzbekistan to Mauretania and Nigeria, from Malta to Sudan, and including the Ki-Nubi Creole as spoken in Uganda and Kenya. The multilingual word atlas will consist of three volumes in total with some 500 onomasiological maps in full colour. Each map presents a topic or notion and its equivalents in Arabic as collected from the dialectological literature (dictionaries, grammars, text collections, ethnographic reports, etc.), from the editors’ own field work, from questionnaires filled out by native speakers or by experts for a certain dialect region, and also from the internet. Polyglot legends in German, English, French, Spanish, Italian accompany the maps to facilitate further access. Each map is followed by a commentary in German, providing more details about the sources and the individual forms, and discussing semantic and etymological issues. All quotations are in their original language. The maps mainly show lexical types, detailed and concrete forms are given in the commentaries. An introduction is provided in both German and English and an index of all lexemes in the atlas will be available.
The first volume Band I: Mensch, Natur, Fauna und Flora / Volume 1: Mankind, Nature, Fauna and Flora contains subjects such as ‘family members’, ‘professions’, ‘human qualities’. The second volume will deal with material culture (‘house’, ‘utensils’, ‘food’, ‘clothing’, ‘vehicles’, etc.) and the third and final volume will focus on verbs, adjectives and function words.
The atlas will be indispensable for everyone interested in the modern spoken Arabic language, as well as for dialectologists and for semanticists.

alfatlasBrun-Trigaud, Guylaine, Yves Le Berre & Jean Le Dû, 2005, Lectures de l'ALF de Gilliéron et Edmont. Du temps dans l'espace [Reading the Linguistic Atlas of France : Time in Space] CTHS, 363 p., 40€. [réimprimé en 2010] toup

     L’Atlas linguistique de la France, paru entre 1902 et 1910, comporte 1 421 cartes complètes (et 499 cartes partielles) de grand format établies par le linguiste Jules Gilliéron à partir des enquêtes dialectologiques réalisées par Edmond Edmont dans 639 communes de la France romane « et de ses colonies linguistiques limitrophes » (en Belgique, Suisse, Italie) au cours des dernières années du XIXe siècle.
     Une carte d’atlas, sur lequel les mots sont notés en alphabet phonétique, peut rebuter le non-spécialiste. Il s’agit pourtant d’un monument irremplaçable, rare témoignage d’une civilisation rurale millénaire, de type oral, qui achève de s’éteindre aujourd’hui. Cet ouvrage se propose d’aider le lecteur à y trouver son chemin, en présentant 500 cartes en couleurs qui révèlent, sous l’apparent foisonnement des formes, des zones cohérentes aux plans tant lexical, morphologique que phonétique.
     Le livre est divisé en trois parties rédigées à partir de l’analyse cartographique :
     – le temps, l’évolution des situations linguistiques sur la longue durée ;
     – l’espace, l’influence de la géographie physique sur la formation des zones dialectales ;
     – les mouvements, les voies empruntées par les formes linguistiques au cours des temps en raison des aléas des variations politiques et économiques.
     Plusieurs cartes comportent des données extraites de l’Atlas linguistique de la Basse-Bretagne de Pierre Le Roux dont les enquêtes furent réalisées autour de la Première Guerre mondiale.
[in English]
The Atlas Linguistique de la France was first published between 1902 and 1910 and includes 1,421 maps as well as 499 partially completed ones, all in large format. They were compiled by the great French linguist Jules Gilliéron, and were based on dialectological surveys conducted during the last years of the 19th century by Edmond Edmont in 639 parishes of Romance-speaking regions of France "and their contiguous linguistic colonies" in Belgium, Switzerland and Italy.
Each map of the linguistic atlas includes specific words which are transcribed in the phonetic alphabet. Although it might be a potentially disorienting experience for the non specialist, this work is an irreplaceable linguistic monument in the sense that it reflects the last links with an orally transmitted rural culture having its origins thousands of years ago. Furthermore, the authors interpret a potentially chaotic array of variant linguistic forms by presenting the reader with a coherent analysis of phonetic, morphological and lexical zones in the form of 500 colour maps.
The book is divided into three parts, each of which has been written on the basis of cartographic analyses: 1) Time : diachronic investigation of long-term linguistic situations;
2) Space : the influence of geography on the formation of dialect zones;
3) Movement : the paths that linguistic forms have followed over the centuries on account of variable political and economic conditions.
Several maps include data extracted from Pierre Le Roux’s Atlas Linguistique de la Basse-Bretagne whose fieldwork was undertaken around the First World War.

alpfatlasCharpentier, Jean-Michel et Alexandre François, sous presse, Atlas Linguistique de la Polynésie Française / Linguistic Atlas of French Polynesia (ALPF), Berlin, Mouton de Gruyter, 1300 p., 2200 cartes. toup

      Ouvrage financé par l'Université de Polynésie Française. C'est un ouvrage trilingue : français, anglais et tahitien. Il est constitué de deux volumes. L'ensemble comporte 1300 pages (environ 150 pages de texte pour l'introduction sociolinguistique et historique de l'atlas) et environ 2200 cartes.
     Le but principal de cet atlas est de rendre hommage à la diversité linguistique du territoire, souvent sous-estimée. S'il est vrai qu'il existe déjà quelques publications (grammaires, dictionnaires) sur certaines langues du territoire, en revanche c'est la première fois que sont publiées, sous forme d'atlas, des données linguistiques couvrant l'ensemble de la Polynésie Française, avec au total 20 points d'enquête.
     La présentation synthétique des données sous forme de cartes devrait favoriser le travail comparatif, autant pour un public de linguistes que pour les communautés de locuteurs.

 

 

 


albramatlasChauveau, Jean-Paul & Abbé Gabriel Guillaume, 1975-??,Atlas Linguistique et ethnographique de la Bretagne Romane de l'Anjou et du Maine (ALBRAM), Ed. du CNRS (au moins 4 volumes) toup 

     T. 1, 1975 (flore ; cartes 1-280) ; t. II, 1983 (flore, terre, temps, maison ; cartes 281-592) ; t. III (outillage, ménage, nourriture, vêtement) et IV (faune, corps et esprit, les personnes) [étaient signalés en cours en 2001]
     Plus de 5000 questions. 125 points d'enquête. Dossier complémentaire souvent important autour du mot, comportant des notes de folklore, de médecine populaire…
     Le tome 1 (1975) est épuisé.
     Le tome 2 (1983) est lui aussi épuisé.

 

 

 

 

 

thesocatlasDalbera, Jean-Philippe et al., 1992-, Thesaurus occitan (THESOC), Base de données dialectales multimedia, UMR 6039 BCL -- Université de Nice. Responsables : Jean-Philippe Dalbera et Michèle Oliviéri, acessible en ligne : http://thesaurus.unice.fr toup

     THESOC est un outil de travail à la disposition des chercheurs, des pédagogues et du public . Il comporte différentes ressources : mots, textes, sons, images.
     C'est un TRESOR rassemblant une multitude de données linguistiques occitanes :
    – des données linguistiques et périlinguistiques issues d'enquêtes de terrain
       • cartes et carnets d'enquête des Atlas linguistiques
       • monographies
       • enregistrements sonores
       • documents iconographiques
    – des données linguistiques procédant d'analyses déjà réalisées
       • dans le domaine de la lemmatisation
       • dans le domaine morphologique
       • dans le domaine étymologique...
     La caractéristique commune de ces données est qu'elles procèdent de sources orales.
    – des données bibliographiques
    – des outils d'analyse
       • représentations cartographiques
       • instruments d'analyse diachronique
       • procédures de cartographie comparative
       • instruments d'analyse morphologique et syntaxique
     C'est un objet "à géométrie variable" qui, au-delà de la consultation des faits, permet d'envisager toutes sortes d'exploitations et de recherches, grâce à des menus spécifiques et des modalités d'accès très diverses.

alfatlasGilliéron, Jules & Edmont Edmont, 1902-10, Atlas Linguistique de la France (ALF), Paris, Champion, 35 fasc. en 17 vol. toup

     Notice de 1902 consultable ici ; table de 1912 ici et suppléments de 1920 ici. Quelques entrées (48), sous forme de cartes, consultables sur Wikimedia.
     Voici quelques extraits de l'introduction de la notice de 1902 :
     L'Atlas linguistique de la France est un recueil de matériaux devant servir à l'étude des patois de la France romane et de ses colonies linguistiques limitrophes.
     Il répond à un appel que M. Gaston Paris adressait il y a 14 ans aux savants de la province ; le programme qu'il leur proposait est contenu tout entier dans ces mots :
     « Il faudrait que chaque commune d'un côté, chaque forme, chaque mot de l'autre, eût sa monographie, purement descriptive, faite de première main, et tracée avec toute la rigueur d'observation qu'exigent les sciences naturelles(1). »
     Tel est bien le programme à réaliser : mais, on peut le dire sans pessimisme, l'achèvement du long travail qu'il suppose s'enfonce dans l'avenir [...]
     Et encore, s'il importe d'établir sur une base sérieuse l'histoire linguistique de la France ; si l'on entend fournir aux linguistes – ce qui leur manque encore totalement – des matériaux fidèlement transcrits, et recueillis sur des points assez nombreux et voisins […] ; s'il s'agit, enfin, de détailler les aires lexicologiques, phonétiques, morphologiques et syntactiques […] : s'il en est ainsi, on peut dire que le desideratum formulé aux Parlers de France, loins d'embrasser le maximum de la tâche […], n'en indique vraiment que le strict minimum.
     Mis en regard de ce programme, qu'est notre Atlas ? Il ne donne qu'une faible partie des parlers de 639 communes, alors que la France, à elle seule, en compte 37.000 ! Il n'est donc qu'une modèste ébauche […]
(1) G. Paris, les Parlers de France, 1888.    

alfmbatlasLe Berre, Iwan & Jean Le Dû (dir.), 2008, Ichtyonymie bretonne, Atlas linguistique de la faune marine en Bretagne (ALFMB), version trilingue français, anglais, breton, CRBC et IUEM, Université de Bretagne occidentale, support DVD., 14 € toup
     Pour acheter : Centre de Recherche Bretonne et Celtique (par téléphone 02 98 01 63 31, par courriel <crbc@univ-brest.fr>, ou par courrier, Faculté des Lettres Victor-Segalen, 20 rue Duquesne - CS 93837, 29238 BREST Cedex 3).

     Présenté sur le site de l'université de Brest (ici) :
« La thèse d'Alan-Gwenog Berr (alias Alain Le Berre, chargé de recherche au CNRS) intitulée Ichthyonymie bretonne (3 volumes, UBO, 1973) est un inventaire quasi exhaustif des noms des animaux marins et du bord de mer des côtes de la Bretagne bretonnante (110 points d'enquêtes en Morbihan, Finistère et Côtes-d'Armor). L'auteur est décédé avant d'avoir eu le temps de réaliser son projet d'atlas linguistique à partir de ses données.
     Son ami Jean Le Dû, auteur du Nouvel Atlas Linguistique de la Basse-Bretagne (Brest, UBO, 2001), a proposé à Iwan Le Berre, géographe (et petit-fils de l'auteur) de mener à bien ce projet, qui s'est vite élargi, sous la direction d'Iwan Le Berre, à un travail pluridisciplinaire réalisé grâce au soutien de la Région Bretagne (Projet de Recherche d'Intérêt Régional) et du Centre de Recherche Bretonne et Celtique de l'Université de Bretagne Occidentale, auquel se sont joints des membres de deux laboratoires de l'Institut Universitaire Européen de la Mer (Géomer pour la géographie et LEMAR pour la biologie), des spécialistes d'Océanopolis et de Bretagne vivante-SEPNB, des dessinateurs, des informaticiens et des traducteurs.
     Le CD-Rom permet la consultation en français, en anglais et en breton de données relatives à chacune des espèces répertoriées. (Le texte intégral de la thèse est inclus). Chaque fiche comprend une carte linguistique sur laquelle sont indiqués la répartition géographique des noms bretons de l'espèce considérée, sa descriptiion biologique et un dessin la représentant. Pour faciliter l'accès des données aux lecteurs peu familiers de l'alphabet phonétique, on peut avoir accès aux mêmes cartes en écriture bretonne simplifiée proche de la prononciation réelle de chacune des entrées.
     Ce travail intéresse les linguistes, les ethnologues, les biologistes et aussi un public plus large comme les professionnels et amateurs de la mer, pêcheurs et pêcheurs à pied. »
    Voir aussi, à ce sujet, un article tiré de la revue Mappemonde (ici)

nalbbatlasLe Dû, Jean, 2001, Nouvel Atlas linguistique de Basse-Bretagne (NALBB), Brest, CRBC, 2 volumes (187 points d'enquête, 600 cartes), 228,67€ (pour acheter), présenté ici : toup

     « Cet ouvrage fait suite à l'Atlas Linguistique de la Basse-Bretagne (ALBB) de Pierre Le Roux (77 points d'enquête, 6 fascicules de 100 cartes publiés de 1924 à 1963).
     Son but est l'étude de la variation géographique des 'badumes' - les parlers bretons 'de chez nous' - aux plans phonétique, morphologique et lexical. Le questionnaire porte donc essentiellement sur des notions simples de la vie courante : nature, météorologie, animaux, vie quotidienne, etc. Les informateurs sont naturellement originaires de la commune enquêtée ainsi que, dans la mesure du possible, leurs parents. Ce sont d'ailleurs très souvent les secrétaires de mairie qui ont suggéré leur choix, les maires de certaines communes se proposant à plusieurs reprises de jouer le rôle de témoins.
     L'enquête initiale a été suivie d'une enquête destinée à combler des lacunes et à préciser certaines notions. Les deux séries d'enquêtes (1969 à 1997) ont été enregistrées intégralement, ce qui a permis à l'auteur de transcrire lui-même l'ensemble des réponses, pour préserver l'unité de la notation phonétique des 600 cartes.
     Le réseau comprend 187 points d'enquêtes, soit pratiquement une commune de Basse-Bretagne sur trois. Il prend en compte les obstacles naturels (rivières, hauteurs), ainsi que les situations géographiques particulières (îles, presqu'îles).
     Outre les réponses figurant sur les 600 cartes (plus de 110 000 formes), on trouvera dans les marges des formes doubles ou triples, des notes variées (commentaires, proverbes et dictons, etc.), ainsi que des références aux atlas linguistiques et aux dictionnaires. »

alpaatlasBrun-Trigaud, Guylaine (ed.) & Le Dû, Jean, 2011, Atlas Linguistique des Petites Antilles (ALPA), vol.  1, Paris, CTSH, 350 p., 45 €. toup

   Comme pour toutes les langues vivantes, deux discours s'opposent : soit on insiste sur l'intercompréhension évidente en considérant qu'on a affaire à une seule et même langue, soit on accentue les inévitables différences pour parler de dialectes, voire de langues distinctes. La seule façon de se mettre d'accord était d'aller voir sur place ! Et c'est ce qui a motivé ce projet. Le questionnaire comprend 467 mots et phrases organisés en thèmes (météo, nature, vie sociale etc.). Les enquêtes ont été effectuées par des étudiants de créole de l'UAG sur un ensemble d'îles des Petites Antilles : Saint-Martin, Saint-Barthélemy, Guadeloupe (12 points), Marie-Galante, La Désirade, Les Saintes (2 points), La Dominique (8 points), La Martinique (12 points), Sainte-Lucie (8 points), Trinidad. Une enquête-témoin a été réalisée sur le continent américain à Oiapoque, paroisse créolophone du Brésil située à la frontière de la Guyane. Le traitement informatique des données a été réalisé par les auteurs avec l'aide d'un informaticien et d'un cartographe de l'Université de Brest. Il a permis, non seulement de tracer les cartes phonétiques, mais aussi de réaliser des cartes interprétatives en couleur. Le projet a bénéficié du soutien du GEREC-F puis du CRILLASH et de l'appui scientifique du Centre de Recherche Bretonne et Celtique de l'université de Brest et du laboratoire Bases, Corpus, Langage de l'université de Nice – Sophia-Antipolis. Cet ouvrage, qui comportera deux volumes, s'adresse aussi bien aux spécialistes qu'à un large public qui, sans connaître forcément le terrain et sans être familier de la géolinguistique, pourra, grâce aux commentaires réalisés pour chaque carte, appréhender la richesse des données recueillies.

dialectologieatlasLe Dû, Jean & N. Blanchard (eds.), 2004, Dialectologie et Géolinguistique, Brest, CBRC, 415 p., 12 € (pour acheter). toup

    «  Dialectologie et géographie linguistique - ou géolinguistique -, les deux sciences ont une longue histoire (1), dont le développement a, dans une large mesure, dépendu des situations politiques du moment. Pendant la Convention, l’enquête de l’abbé Grégoire « relative aux patois et aux moeurs des gens de la campagne » présentait le premier portrait linguistique de la France débouchant sur le fameux rapport Sur la nécéssité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser l’usage de la langue française, du 16 prairial an II, prémices, malgré les apparences, d’une politique française de la langue. Sous le premier Empire, l’enquête entreprise pour le Minsitère de l’Intérieur par Coquebert de Mombret en 1806 avait pour finalité de « porter sur une grande carte de l’Empire les lignes délimitatives qui séparent la langue française de chacun des autres langages différents parlés dans l’Empire, tels que l’allemand, le flamand, le bas-breton, le basque, etc. » Après la défaite de 1870, la parution en 1887 de la Revue des Patois dirigée par Clédat, et de la Revue des patois gallo-romans, dirigée par Rousselot et Gilliéron était une réponse au développement de ces recherches de l’autre côté du Rhin. C’est à la même époque, en 1883, que l’Ecole des Hautes Etudes confia à Jules Gilliéron une Conférence de dialectologie de la Gaule romane, dont le titre ne faisait aucune référence à la composante germanique du français... On connaît la réfutation par Gaston Paris(2) de la conception allemande des dialectes et de la France, singulièrement à propos de la limite entre parlers d’oc et parlers d’oïl : « la science nous apprend qu’il n’y a pas deux Frances, qu’aucune limite réelle ne sépare les Français du nord de ceux du Midi et d’un bout à l’autre du sol national nos parlers populaires étendent une vaste tapisserie dont les couleurs variées se fondent sur tous les points en nuances insensiblement dégradées. » Débat purement académique, dirait-on, si ce n’est que l’armistice du 22 juin 1940 a effectivement consacré, de façon heureusement éphémère, l’existence de deux Frances, déparées par la ligne de démarcation...
     L’Atlas linguistique de la France de Gilliéron et Edmont(3) n’a pas reçu l’accueil qu’il méritait, dans une France hantée par l’esprit de revanche et centrée sur l’entreprise d’unification nationale. Le projet des Atlas linguistiques de la France par Régions, élaboré par Albert Dauzat en 1939(4), a mûri pendant l’Occupation, quand les anciennes provinces ont réémergé pour un temps. Toutefois, le gros du travail de recherche s’est effectué après la guerre, à un moment où, à nouveau, les priorités allaient surtout à la reconstruction d’un Etat moderne centralisé. Une fois encore, le centralisme primait sur les intérêts purement locaux. Les préoccupations européennes et mondiales actuelles ne semblent pas non plus favorables à la poursuite de travaux atlantographiques sur le plan français. Le CNRS a dissous en 1996 le Groupe des Atlas (Atlas linguistiques, parlers et cultures des régions de France), arrêtant du même coup la publication des Atlas linguistiques par Régions en voie d’achèvement, puisque moins de 10 restaient à publier et que 70 autres étaient parus. En revanche, la régionalisation administrative du pays ravive l’intérêt des autorités pour des parlers qui constituent un héritage identitaire : le Nouvel Atlas linguistique de la Basse-Bretagne n’a pu voir le jour que grâce au soutien financier de la région Bretagne, et ‘atlas corse est subventionné par les autorités régionales de l’île. Au plan international se poursuivent les travaux d’élaboration de l’Atlas linguarum Eurpae (ALE), qui a lui-même donné naissance à l’Atlas Linguitique Roman (ALiR) basé à Grenoble. Ces deux entreprises, au sein desquelles le français est l’une des langues principales de communication, sont publiées par l’Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato de Rome, c’est-à-dire l’Hôtel de la Monnaie italien. On ne peut que s’étonner que la France, inititrice et pionnière dans le domaine, reste en retrait de ces mouvements, alors que la géolinguistique dans le monde se développe sur des bases largement françaises et européennes (voir par exemple le numéro de la revue Géolinguistique, hors série 2, 2001-2002) consacré à la « Géolinguistique en Amérique Latine ».) »
(1) Jean Le Dû, Dialectologie et Géographie linguistique de la Basse Bretagne, La Bretagne Linguistique, 1 (1985), 145-167.
(2) Gaston Paris, Les Parlers de France, Revue des patois gallo-romans, II, 1888, 161-172.
(3) J. Gilliéron et E. Edmont, Atlas linguistique de la France, Paris, Champion, 35 fascicules parus de 1902 à 1912 avec une Notice et une Table, ainsi qu’un Supplément.
(4) Le programme de l’Atlas linguistique régional de la France a été exposé dans Le français moderne, Paris, d’Artrey, avril 1939 :97 et octobre 1939 :289.

albbatlasLe Roux, Pierre, 1924-63, Atlas linguistique de la Basse-Bretagne (ALBB), Rennes, Plihon et Hommay, 6 fascicules [Reprint :1977, Brest, Ed. armoricaines]. toup

    77 points d'enquête, 600 cartes. C'est le professeur Pierre Le Roux qui en collecta les données entre 1911 et 1920, en parcourant à bicyclette toute la Bretagne bretonnante d'alors, de Batz-sur-Mer (près de La Baule) à Ouessant et de l'île de Sein à l'île de Bréhat.
    Cette somme en six fascicules présente le total des cartes, chacune donnant la prononciation d'un mot (et de dérivés, éventuellement).
    Les fascicules sont consultables en ligne ici ou ici.
    Un compte rendu du 4e fascicule peut être lu sur Persée.
    L'avant-propos donnant le contexte de l'enquête – avant et après la guerre de 14-18 – peut être lu ici.

 

 

 



aliratlasTuaillon, Gaston & Michel Contini, 1996-, Atlas Linguistique Roman (ALiR), 1996-, Roma, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato, 4 tomes parus (1, 2a et 2b) (environ 180 € chaque). toup
      Coordination scientifique Elisabetta Carpitelli

     Le projet, né en 1987 à l'initiative du Centre de Dialectologie de Grenoble, a bénéficié dès son lancement, du soutien des spécialistes parmi les plus connus des différents domaines romans, réunis en un Comité international de parrainage. L' objectif de l'AliR est la réalisation d'un Atlas de deuxième génération, interprétatif, concernant la totalité des variétés dialectales de l'Europe romane (le réseau comprend 1037 points), sous leurs différents aspects (lexical, phonétique, phonologique, morpho-syntaxique). […]
     Sont engagés dans le projet 85 chercheurs ou universitaires, spécialistes de toutes les aires linguistiques romanes, appartenant à 31 Universités ou organismes nationaux de recherche (type CNRS.) de huit pays européens (France, Italie, Belgique, Suisse, Espagne, Portugal, Roumanie, République Moldova), réunis en Comités nationaux ou de domaines linguistiques. (suite)

atlasVidegain, Charles (dir.), 2010?, Euskararen Herri Hizkeren Atlasa (EHHA) [L'Atlas linguistique du Pays basque], Bilbao, Euskaltzaindia [Académie de la langue basque], vol. 1 et 2, cédérom. (60 € chaque) toup
                    ehha
(plus d'informations, en basque, ici et ici)

 

Quelques pistes supplémentaires (articles, revues ou sites) : toup

• Falc'hun, François, 1981, Perspectives nouvelles sur l'histoire de la langue bretonne, Paris, UGE [3° éd. augmentée de la 2e éd. de 1963, L'histoire de la langue bretonne d'après la géographie linguistique].
• Goebl, Hans, 2006, Recent Advances in Salzburg Dialectometry, Literary Linguistic Computing 21/4, p. 411-435 (consultable en ligne ici)
• Goebl, Hans, 2008, Le laboratoire de dialectométrie de l'Université de Salzbourg, Zeitschrift für französische Sprache und Literatur 118 (2008):35-55 (avec 16 cartes de couleurs).
• Goebl, Hans, 2008, A dialettometrizzazione integrale dell'AIS. Presentazione dei primi risultati, Revue de linguistique romane 72 (2008):25-113 (con 48 carte a colori).
• Goebl, Hans, 2008, Sur le changement macrolinguistique survenu entre 1300 et 1900 dans le domaine d'Oïl. Une étude diachronique d'inspiration dialectométrique, Dialectologia (Revista electrònica, Barcelona) 1 (2008) p. 3-43.
• Goebl, Hans, 2008, Die korrelative Dialektometrie. Eine Kurzvorstellung anhand von Beispielen aus AIS und ALF, in G. Bernhard & H. Siller-Runngaldier (eds.), Sprache im Raum - Raum in der Sprache, Frankfurt/Main etc. (Peter Lang) 2008, p. 67-90 [Spazi comunicativi/Kommunikative Räume, vol. 4].
• Le Dû et Blanchard (eds), 2004, Dialectologie et géolinguistique, La Bretagne Linguistique 13.
• Le Dû, J. et Y. Le Berre, 1991, Où va la dialectologie... quand on la voit passer à Brest ? Quaderni di Semantica, a.XII, n. 2, dicembre 1991 (262-271).
• Le Dû, J., 1997, La disparition du groupe des atlas et l'avenir de la géographie linguistique, Le Français Moderne, LXV, 1, 1997, 6-12.
• Le Dû, Jean, François Legras, Ioannis Kanellos & Ludovic Tanguy, 1999, Assistance informatique à l'interprétation des données en cartographie linguistique – informatisation anthropocentrée du Nouvel Atlas Linguistique de la Basse-Bretagne. Géolinguistique 8, Centre de dialectologie, Université Grenoble III, 1999, 181-196.
• Reisdoerfer Joseph, 2009, Géolinguistique et Informatique, article de blog daté du 29 août 2009.

geolingatlasRevue Géolinguistique (Grenoble), depuis 1984, parution irrégulière (dernier numéro paru : HS 4 en 2011). toup
     La revue publie des articles consacrés à la variabilité linguistique dans l'espace, en particulier dans les langues à tradition orale. Ses contributions peuvent porter sur tous les aspects de la langue (lexique, phonétique, morphosyntaxe, prosodie…) ainsi que sur la microtoponymie.

 

 

 

 

dialectologiaatlasRevue Dialectologia (Revista electrònica, Barcelona), depuis 2008, 6 numéros parus (le dernier date de 2011). toup
The aim of the journal Dialectologia is to join the experiences of researchers working in different fields of Dialectology (linguistic variation, geolinguistics, methodology, synchronic and diachronic dialectal data, new technologies, social dialectology, etc). It is a double-blind external peer-reviewed journal, published twice yearly, that complies with the norms of the Spanish Foundation for the Science and Technology (FECYT).
Each issue publishes 4/5 original articles related to a specific subject. It includes also book reviews and news about congresses, meetings and recent publications. (suite ici)

• Site Dialectometrie Projekte (Salzburg) toup

Imprimer Contacter le webmestre Plan du site Crédits Accueil