aa

Langues et civilisations
à tradition orale
(UMR7107)

          Le CNRS           Accueil SHS          Autres sites CNRS          
cnrs paris3 inalco paris3 paris3
Rechercher
Intranet Lacito English




  Accueil > Enseignement > Typologie et dialogue - Structuration Informationnelle : paires Question-Réponse et genre discursif

Information Structuring of Spoken Discourse: Question-Answer Pairs and Genre
(séminaire dispensé en anglais)

 

Séminaire de doctorat de M.M. Jocelyne Fernandez-Vest

Année 2014-2015 (1er semestre)

les jeudis de 11h à 13h, les 13/11/2014, 20/11/2014, 27/11/2014, 04/12/2014, 11/12/2014, 18/12/2014 (cours dispensé en anglais)

Centre Bièvre – 1 rue Censier – 75005 Paris – 3° étage salle E

As a follow-up to the previous seminars conducted about « Information Structuring, between Typology and Universals », the 2014-2015 Seminar will concentrate on dialogic pairs and genre in different languages.
Considering that an ambitious semantics of human language, which lays claims towards generalization, should take into account two kinds of typologies – 1) discourse typology, based on criteria of genre / context / relations between interlocutors ; 2) language typology, apt to explain what kind of resources are mobilized in individual linguistic systems for building meaningful constructions – we shall question the relevance of Word Order classifications originating in the analysis of « neutral » utterances. The demonstration will start from Answers (A) as primary elements of Information Structuring. Distinguishing 3 types of As (simple / complex / multiple A), one can show that the MCU (Minimal Communicative Utterance), a short rhematic A, is frequently in impromptu speech the pivot of 2 binary information strategies involving Initial and Final Detachments, Theme-Rheme and Rheme-Mneme respectively. With examples of Question-Answer pairs borrowed from different discourse genres – from everyday conversations to political debates and interviews – we will investigate to what measure a typology of these pairs, as contextualized utterances of ordinary language, not only permits to tackle //context / co-text / sentence combining//, but can challenge the traditional Word Order classifications ((SVO, SOV etc.). Examples will be taken from different language families – Indo-European, Finno-Ugric, South-Asian.

Réf. : http://mmj-fernandez-vest.wikidot.com

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Années précédentes

2013-2014
Structuration Informationnelle : paires Question-Réponse et genre discursif

    Le séminaire de 2013-2014 sera consacré à un nouveau dossier de la "Structuration Informationnelle entre typologie et universaux" abordée les années précédentes: les paires dialogiques et leur mise en relation avec le genre textualo-discursif.
     Considérant qu'une sémantique ambitieuse du langage humain capable de prétendre à la généralisation doit prendre en compte deux types de typologie – 1/ la typologie discursive, qui fait appel à des critères de genre / contexte / relations entre interlocuteurs; 2/ la typologie linguistique, susceptible d'expliquer quelles ressources sont mobilisées dans les systèmes linguistiques individuels pour réaliser des constructions qui fassent sens –, nous nous interrogerons sur la pertinence de classifications de l'ordre des mots fondées sur des énoncés dits "neutres". La démonstration prendra pour point de départ, en tant qu'éléments premiers de Structuration Informationnelle, les énoncés-Réponses (R), parmi lesquels 3 types de R peuvent être distingués: R simple, R complexe, R multiple. L'Enoncé Communicatif Minimal (ECM), une R rhématique brève, est fréquemment dans la parole impromptue le pivot de 2 stratégies informationnelle binaires qui impliquent des Détachements Initiaux et Finaux, respectivement Thème-Rhème et Rhème-Mnémème. Nous nous appuierons sur des exemples de paires Question-Réponse empruntées à différents genres discursifs – allant de la conversation quotidienne au débat et à l'interview politiques – pour étudier dans quelle mesure établir une typologie de ces paires permet non seulement de traiter de //contexte / co-texte / combinaison phrastique //, mais aussi de contester l'utilité des classifications traditionnelles d'ordre des mots (SVO, SOV, etc.).
     Les exemples seront pris dans des familles linguistiques diverses – notamment indo-européenne, finno-ougrienne et sud-asiatique.

Références bibliographiques :
     a) 3 ouvrages sous presse en 2014,
M.M.J. Fernandez-Vest, Detachments for Cohesion – Toward an Information Grammar of Oral Languages ;
M.M.J. Fernandez-Vest & Robert D. Van Valin Jr (eds.), Information Structure and Spoken Language from a Cross-Linguistic Perspective ;
M.M.J. Fernandez-Vest & Helle Metslang (eds.), Questions, Answers, Information Structuring. A Typological Approach.
     b) Voir la liste (pdf) et les instructions fournies sur la page du Séminaire (site de l'ED 268).

 

Jeudi 6 mars (11h – 13h)
Victor Pan (LLF-UMR 7110, CNRS & Université Paris Diderot-Paris 7), When wh-questions interact with information structure: mapping from discours to syntax

Résumé en anglais
In this talk I debate an issue concerning the so-called wh-ex-situ phenomenon in Mandarin Chinese.
Two existing analyses will be introduced: the topicalization analysis (Tang 1988, Wu 1999) and the focalization analysis (Cheung 2008).
In fact, the constructions discussed in the previous works reveal only a partial picture of a more general phenomenon. Concretely, I will show that there are four different types of wh-ex-situ in Mandarin: Type I: extracted wh-topic, Type II: extracted wh-focus, Type III: base-generated wh-topic and Type IV: base-generated wh-focus. Tang (1988) and Wu (1999)
treat only Type I; Cheung (2008) reduces Type I to Type II and denies the existence of Type III. Type IV has not been discussed in the previous studies.
All of these four types of structure exist in Mandarin and they behave differently both in syntax and in semantics.
For instance, Type I and Type II obey locality constraints and "episodic eventuality constraints" while Type II and Type IV do not; Type I and Type III demonstrate the crucial properties of topics, such as D-linking effects. However, all of the above four types obey general semantic constraint on interrogatives. My claim is that these four types should not be analyzed
in a unified way. Based on the recent work of the Split-CP architecture in Chinese, I will show that the ex-situ wh-phrase occupies the different positions in Types I & III (TopP) on the one hand, and in Types II & IV (FocusP) on the other hand. TopP is higher than FocusP when they co-occur.

Mots-clefs
wh-ex-situ, left periphery, topicalization, focalization, Mandarin

 

2012-2013
Typologie et dialogue : la structuration informationnelle des questions et des réponses

 Dans la continuité du séminaire présenté les années précédentes sur "La structuration informationnelle, entre typologie et universaux linguistiques", on ciblera en 2012-2013 la PAIRE DIALOGIQUE QUESTION-RÉPONSE. Par-delà les travaux, déjà nombreux, consacrés aux différents types de QUESTION (Q totale / Q partielle / Q alternative), on s'attachera aux implications universalistes de la RÉPONSE : la R, énoncé assertif naturel de la conversation ordinaire, permet – plus clairement que les énoncés « neutres » de la tradition structuraliste – de traiter des problèmes de contexte / cotexte / enchaînement textuel. On s'appuiera sur une méthodologie fonctionnaliste élaborée initialement pour une langue prototypique de l'oralité, qui permet de distinguer 3 types de R : 1/ R simple, une prédication unique, dont le noyau constitue l'Enoncé Communicatif Minimal, 2/ R complexe, 3/ R multiple, une séquence d'énoncés liés par un tempo rapide.
     La méthode sera appliquée à des genres discursifs variés : débats et interviews politiques, dialogues de théâtre, conversation quotidienne – et à des langues typologiquement différentes – langues indo-européennes, langues finno-ougriennes, langues d'Asie du Sud-Est. Le séminaire bénéficiera de la participation des chercheurs du projet ISTY (Information Structure and Typology), programme de la Fédération Typologie et Universaux Linguistiques du CNRS, et du Projet PHC franco-estonien ISTY-QAPEFCO. (Question and Answer Pairs in Estonian and French Compared with other languages).

Références
: 2 ouvrages à paraître en 2013,
-- M.M.J. Fernandez-Vest, Detachments for cohesion - Toward an Information Grammar of Oral Languages ;
-- M.M.J. Fernandez-Vest & R. Van Valin Jr (eds.), Information Sturucture and Spoken Language in a Cross-Linguistic Perspective.

 

------------------------------------------------------------

2011-2012
Typologie et dialogue : la structuration informationnelle des questions et des réponses

• Séance du 5 avril 2012 :

Vers une anatomie fonctionnelle de la conversation spontanée
Jean-Louis Dessalles

Le comportement langagier se réalise essentiellement dans la conversation spontanée, qui occupe un tiers de notre temps d'éveil. La conversation est un jeu contraint, où la moindre faute de pertinence est socialement sanctionnée. Je montrerai, à partir d'exemple tirés de narrations spontanées et de discussions spontanées, comment les éléments de notre production langagière sont « calculés » pour rendre l'intérêt de la contribution maximal.

Bibliographie
Dessalles, J-L. (2008). La pertinence et ses origines cognitives - Nouvelles théories. Paris: Hermes-Science Publications.
Dessalles, J-L. (2009). Why we talk - The evolutionary origins of language (2nd edition). Oxford: Oxford University Press.

------------------------------------------------------------

2010-2011
Pour une grammaire de l'information : questions, réponses, affects

     Dans la continuité du séminaire présenté les deux années précédentes sur « La structuration informationnelle, entre typologie et universaux linguistiques », on ciblera en 2010-2011 la PAIRE DIALOGIQUE QUESTION-RÉPONSE. Par-delà les travaux, déjà nombreux, consacrés aux différents types de QUESTION (Q totale / Q partielle / Q alternative), on s'attachera aux implications universalistes de la RÉPONSE : la R, énoncé assertif naturel de la conversation ordinaire, permet – plus clairement que les énoncés « neutres » de la tradition structuraliste – de traiter des problèmes de contexte / cotexte / enchaînement textuel. On s'appuiera sur une méthodologie fonctionnaliste élaborée initialement pour une langue prototypique de l'oralité, qui permet de distinguer 3 types de R : 1/ R simple, une prédication unique, dont le noyau constitue l'Enoncé Communicatif Minimal, 2/ R complexe, 3/ R multiple, une séquence d'énoncés liés par un tempo rapide.
    On scrutera aussi dans la paire dialogique de diverses langues l'expression de l'AFFECT : comment décrire, à l'aide d'instruments linguistiques (ordre des mots, marqueurs discursifs, mises en valeur prosodiques) les opérations cognitives effectuées par l'énonciateur sur ses propres représentations, et les stratégies de recyclage de l'ÉMOTION spontanée en une structuration intentionnelle de l'information ?
    La méthode sera appliquée à des genres discursifs variés : débats et interviews politiques, dialogues de théâtre, conversation quotidienne – et à des langues typologiquement différentes – langues indo-européennes (français, anglais, espagnol), langues finno-ougriennes, langues d'Asie du Sud-Est. Le séminaire bénéficiera de la participation des chercheurs du projet SITY (Structure Informationnelle et Typologie), programme de la Fédération Typologie et Universaux Linguistiques du CNRS.

 

------------------------------------------------------------

2009-2010
La structuration informationnelle, entre typologie et universaux linguistiques

 

     Les avancées récentes de la Linguistique remettant en cause les acquis d’un domaine classique en syntaxe, l’ordre des mots, la Structuration Informationnelle (SI, relations Thème - Rhème - Post-Rhème / Mnémème / Antitopic) est devenue l’une des problématiques vives de la variation translinguistique. Faut-il continuer de présenter la SI comme une tendance universelle de l’expression linguistique ou langagière que sous-tendent des processus cognitifs ? Faut-il au contraire ramener la SI dans le giron de l’analyse typologique, en posant par exemple le préalable d’une distinction de niveaux, niveau énonciatif vs. niveau morphosyntaxique, pour réviser nos conceptions de l’ordre des mots / l’ordre des constituants ? Ces deux angles d’approche seront confrontés à des données diverses : linguistiques (langues indo-européennes et langues finno-ougriennes/ouraliennes notamment) et énonciatives (de la parole impromptue au dialogue fictif du genre littéraire).
     Seront abordées en particulier trois types d’opérations exploités par la SI :
            1. rhématisation et focalisation ;
            2. grammaticalisation des constructions à détachement ;
            3. hiérarchisation des enchaînements thématiques.

Séance de clôture le vendredi 18 juin de 14h à 17h au Lacito (bât. D, salle 311). Voir ci-dessous.

 

Bibliographie indicative :

COMRIE Bernard, 1981, Language universals and linguistic typology, Oxford, Basic Blackwell.
— 2005, « La typologie des langues ouraliennes, comparées avec les autres grandes familles d’Eurasie septentrionale, in Les langues ouraliennes aujourd’hui – The Uralic Languages today, 75-86.

ERTESCHIK-SIR Nomi, 2007, Information Structure. The syntax-discourse interface, Oxford, Oxford University Press, Oxford surveys in syntax and morphology, 246 p.

FERNANDEZ-VEST M.M.Jocelyne, 2004, Chap. 4. « The information structure of bilingual meaning : a constructivist approach to Californian Finnish conversation », in Tuija Virtanen (ed), Approaches to cognition through text and discourse, Mouton de Gruyter, 49-76.
— 2006, Vers une typologie linguistique du détachement à fondement ouralien d’Europe, Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 2006-1, 173-224.
— 2007, « Word Order in context : Information Structure, a revolutionary approach to Uralic typology ? », in Csepregi Márta & Virpi Masonen (sz.), Grammatika és kontextus új szempontok az uráli nyelvek kutatásábán. Grammar and context – new approaches to the Uralic languages, Eötvös Loránd Tudományegyetem, Finnugor Tanszék, Budapest, 2004, április 4-7, Budapest, Urálisztikai tanulmányok, 17, 88-100.
— 2009, « Vers une typologie informationnelle des constructions à détachement », in D. Apotéloz, B. Combettes & F. Neveu (éds.), Les linguistiques du détachement. Actes du Colloque International de Nancy (7-9 juin 2006), Bern - Berlin…, Peter Lang, 251-262.

FERNANDEZ-VEST M.M.Jocelyne & COMRIE Bernard (eds.), 2007, Is Information Structure a typological category or a Universal?, prépublication du 7ème Colloque de l'Association Internationale de Linguistique Typologique (ALT 7, Paris, septembre 2007) et volume collectif en préparation.

GOMEZ-GONZALEZ María Ángela, 2000, The Theme-Topic interface. Evidence from English, Amsterdam, John Benjamins, Pragmatics and Beyond 71.

KRIFKA Manfred, 2006, Basic notions of information structure, in C. Fery, G. Fanselow & M. Krifka (eds.), Interdisciplinary studies of information structure, University of Potsdam.

LAMBRECHT Knud, 1994, Information structure and sentence form. Topic, focus and the mental representations of discourse referents, Cambridge, Cambridge University Press.
— 2004, « Un système pour l’analyse (…) des constructions clivées en français », in Structure Informationnelle et Particules Enonciatives…, 21-61.

PRINCE Ellen, 1981, Towards a taxonomy of given/new information, in P. Cole (ed.), Radical pragmatics, New York, Academic Press, 223-244.

Les langues ouraliennes aujourd’hui – The Uralic Languages today. Approches linguistiques et cognitives – A linguistic and cognitive approach, M.M.J. Fernandez-Vest (dir.), Paris, Ed. Honoré Champion, Bibliothèque de l’Ecole des Hautes Etudes, 2005, vol. 340, chap. IX. Sémantique et cognition : La Structure Informationnelle des langues ouraliennes comparée à celle d’autres langues du monde, 515-609.

Les opérations de thématisation en français ; Cahiers de praxématique, 30, 1998.

Structure Informationnelle et Particules Enonciatives – essai de typologie, 2004, M.M.J. Fernandez-Vest & Sh. Carter-Thomas (éds.), Paris, Ed. L’Harmattan, Grammaire & Cognition 1-2, 362 p.

 

Séance de clôture

Deux exposés destinés à présenter des travaux de doctorat en préparation

1. La syntaxe de Lupita: thème et rhème dans le discours hispanophone du peuple naso (Panama)

Kafda Vergara Esturaín
Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, UMR 7107 LACITO

Objectif: Analyser les particularités du processus de thématisation dans le discours hispanophone du peuple naso par opposition à l’espagnol ciblé ou "scolaire" panaméen et régional.
Mots clés: analyse informationnelle, contexte, deixis, discours, énonciation, thématisation, diglossie.

   Ce travail est parti d’une série de contacts avec le peuple naso du Panama et des premières observations de son discours hispanophone. On se fixe le but de chercher les caractéristiques de cette variante linguistique par opposition à l’hispanophonie qui a cours dans le monde dit “standard” ou “des médias”, modélisés par la dimension écrite.
    Parler d’oralité ou de discours dans la tradition scolaire-universitaire de Panamá et de l’Amérique Centrale signifie parler fréquemment soit des distinctions morphologiques et lexicales, soit des corrections presque automatiques des “erreurs” grammaticales. Une fois distinguées, ces erreurs sont exposées à travers un travail d’ordre didactique pour les éviter. Toute distinction discursive qui s’éloigne de la norme souhaitée est destinée à être supprimée.
    Il est aussi fréquent que la cause de cette “mauvaise langue” soit liée aux emprunts d’une langue maternelle moins prestigieuse que l’espagnol (souvent une langue amérindienne). On attribue aussi la responsabilité de ces “erreurs” à une génération précédente de parlants non lettrés. Dans le cas des peuples comme les naso, où la diglossie entre l’espagnol et la langue naso est un phénomène assez récent, ce sont les personnes âgées, non scolarisées et éloignées du contact avec d’autres peuples qu’on considère responsables de tous ces phénomènes de variation hispanophone “bizarre”.
    Ces hypothèses ne restent que dans l’imaginaire de la collectivité hispanophone car elles ne sont pas confirmées scientifiquement. La recherche sur ce type de phénoménologie linguistique est quasiment absente des travaux universitaires locaux. Il n’y a que quelques universités de la région (notamment de Costa Rica) qui font appel à la recherche sur la typologie et le caractère oral des langues amérindiennes.
    Malgré ces efforts, les propositions d’études de l’espagnol oral et des variantes existantes entre les divers groupes ethniques centroaméricains sont très rares. La description de l’oral au Panama, par exemple, a été historiquement liée aux études littéraires ou à la tradition folklorique, et la valeur de la syntaxe par rapport au lexique est reléguée au second plan dans les references bibliographiques.
    La syntaxe de Lupita se propose d’éclairer les phénomènes du discours hispanophone naso par une approche énonciative qui situe les phénomènes syntaxiques dans une perspective distincte de la comparaison automatique de la grammaire traditionnelle. L’étude de ce discours à travers son organisation informationnelle permettra de dégager des contenus contextuels difficiles à mettre en lumière par une autre approche d’analyse linguistique.
    Cette étude se base sur un corpus d’énoncés authentiques analysés d’un point de vue synchronique. Les observations faites dans les données disponibles détectent trois aspects qui nous semblent essentiels l’ensemble du corpus à recueillir et à analyser de façon quantitative (fréquence des apparitions du phénomène) et qualitative (valeur contextuelle et formelle du phénomène dans la chaîne informationnelle). Ces trois aspects sont:

  1. L’ordre des mots et la distribution tripartite de l’information :
    Pero cuando ah / sacaron a nosotros de allí
    (Mais quand ah / [ils] ont expulsé à nous de là-bas)
  2. Le procés de thématisation :
    Nosotro somo naso ter di // bueno / la vida de nosotro era trabajar
    (Nous sommes naso ter di // bon / la vie à nous était travailler)
  3. Le rôle des éléments déictiques:
    Pero cuando ah / sacaron a nosotros de allí / eh tumbaron la casa de nosotros ahí
    (Mais quand ah / [ils] ont expulsé à nous de là-bas / eh [ils] ont fait tomber la maison à nous là)

Quelques questions essentielles :
    Quelles sont les caractéristiques informationnelles qui distingueraient ce discours des autres discours hispanophones étudiés ou reconnus? Est-il possible de dégager les marques historiques et culturelles de ces phénomènes? Qu’est-ce que l’analyse de ce discours apporte aux études sur l’hispanophonie centroaméricaine et à l’analyse de la structuration informationnelle?

Références bibliographiques:
Cappeau Paul, 1999, Apostille sur certains sujets à l’oral, Faits de Langues, 13, 230-234.
Constenla-Umaña Adolfo, 2003, La linguistique de la Basse Amérique Centrale sur la période 1985-2000, Faits de Langues, 20, 27-43.
Fernandez-Vest M.M. Jocelyne, 2008, Subordination et degrés de phrasticité dans quelques langues ouraliennes: exemples samiques et fenniques, La Linguistique, 44-2, 99-116.
Fernandez-Vest M.M. Jocelyne, 2004, “Mnémème, Antitopic: le post-Rhème de l’énoncé au texte” in M.M.J. Fernandez-Vest & Sh. Carter-Thomas (éds.), Structure Informationnelle et Particules Énonciatives – essai de typologie, Paris, L’Harmattan, 63-99.
Mondada Lorenza, 2004, “Marqueurs linguistiques et dynamiques discursives: le rôle des verbes de perception visuelle et de la spatialité dans la gestion du topic”, in M.M.J. Fernandez-Vest & Sh. Carter-Thomas (éds.), Structure Informationnelle et Particules Enonciatives – essai de typologie, Paris, L’Harmattan, 101-135.
Piaget Sandrine, 2002, Interrelations entre oralité, écriture et culture, Travaux neuchâteleois de linguistique, 36, 25-45.

 

2. Les défis de la modélisation et de la représentation des données pour la fouille documentaire dans le domaine de l’Intelligence Economique

Erin MacMurray
Université Paris 3-Sorbonne nouvelle, EA SYLED
TEMIS R&D – 164 rue de Rivoli – 75001 Paris

   L’émergence des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) permet aujourd’hui de transmettre, stocker, et recevoir, des quantités croissantes de données numériques. Cette explosion a favorisé la naissance de solutions et technologies destinées à répondre aux besoins de traitement et de gestion de l’information en langage naturel. Pour un spécialiste en Traitement Automatique du Langage (TAL), il est donc tout à fait légitime et nécessaire de participer à l’élaboration de telles solutions et technologies, particulièrement quand elles permettent de confronter recherche fondamentale et application opérationnelle de travaux issus des sciences du langage.
    Le domaine émergeant de la fouille documentaire, autrement dit Text Mining, tente, en particulier, d’apporter des solutions dans cet objectif, ayant pour ambition de transformer les bases documentaires de texte libre (c’est à dire non structuré) en données utilisables par les méthodes standards d’analyse de données.
    Ce travail s’inscrit donc dans le cycle de vie de produits logiciels au service de l’activité de l’intelligence économique. Il s’agit donc de l’élaboration d’outils destinés à extraire de l’information pertinente pour la construction de stratégies d’entreprises dans un environnement économique compétitif. Dans ce cadre, les données, le plus souvent productions journalistiques ou comptes rendus économiques, occupent une place centrale. Le but de la fouille documentaire étant de fournir une valeur ajoutée aux données, notamment par la détection d’informations non explicites, patrons et tendances, une modélisation en amont du domaine est nécessaire pour produire la représentation de l’information en aval. Notre objectif sera dans un premier temps de décrire les difficultés des tâches modélisation et représentation en montrant le fonctionnement et les résultats du logiciel de veille. Ensuite, nous discuterons des différentes solutions qui peuvent être apportées par les domaines d’étude divers en sciences du langage, de l’annotation des données aux analyses statistiques du langage. Enfin, nous tenterons d’ouvrir la discussion sur l’apport éventuel des analyses en Structure Informationnelle dans la construction d’outils de fouille documentaire.

Références
Coupet P., Bushbeck B., Six A., Cardoso F., Huot C. (2002). Le Text Multilingue : application au monde de l’intelligence economique. http://isdm.univ-tln.fr/PDF/isdm22/isdm22_coupet.pdf
Grishman, R. (1997) Information Extraction : Techniques and challenges. International Summer School. http://web.njit.edu/~ql23/teaching/cis634FTF/notes/Information_extraction_paper.pdf
Grishman, R. (2003). Information Extraction. In Mitkov, R. The Oxford Handbook of Computational Linguistics. Oxford University press.
Grishman, R., Sekine S., Hasegawa T. (2004). Discovering Relations among Named Entities from Large Corpora. Proceedings of the 42nd Annual Meeting of the Association. http://acl.ldc.upenn.edu/ acl2004/main/pdf/195_pdf_2-col.pdf
Lebart, L., Salem, A., 1994, Statistique textuelle, Paris, Dunod Salem, A., 1991, « Les séries textuelles chronologiques », Histoire & mesure, vol. VI – no1/2, p. 149-175.

Imprimer Contacter le webmestre Plan du site Crédits Accueil