aa

Langues et civilisations
à tradition orale
(UMR7107)

          CNRS           INSHS home          Other web sites          
bandeauidj
cnrs paris3 inalco paris3 paris3
Search
Intranet Lacito français




  Home > The Picture of the Lacito

Last years: 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016 - 2017 - 2018

 

Lacito - The Pictures in 2018 (some details in French)

aa

photo 1st October 2018 to up

naxi-dancers

Funérailles naxi - le hissage du mobile (Wumu, Chine)

Au village naxi de Wumu, les funérailles se déroulent en trois jours, parfois quatre si une journée de préparation est nécessaire.
Sur la photo, le premier jour des funérailles s'achève ; la mise en cercueil a eu lieu, les deux fils et les deux neveux de la défunte ont revêtu leur tenue de descendant et ont effectué les premières offrandes à la défunte. Agenouillés dans la cour, leurs plus proches parents endeuillés, en particulier les femmes, font entendre leurs lamentations. Les parents moins proches se tiennent autour et font face au cercueil. Tous tiennent un bâton d'encens à la main et ont revêtu la tenue de deuil correspondant à leur degré de parenté avec la défunte, du simple turban qui constitue le "petit appareil de deuil" à l'ensemble des trois éléments composant le "grand appareil de deuil" : le turban, la bande de tissu en bandoulière, et le tablier (femmes).

Habillés d'une longue tunique et d'une toque en lin, complétées par le chapeau et la canne du descendant confectionnés avec des tiges de bambou et du papier blanc, les quatre "frères" (leurs deux pères sont frères) avancent pliés en deux derrière le mobile, le maître de maison en tête. Le mobile en tiges de bambou et papier coloré a été fabriqué par quelques habiles Anciens du village aussitôt le décès prononcé et est apporté devant le cercueil ; il symbolise la conscience et la bonté du défunt et doit être suspendu au-dessus de la porte de la maison. Chaque niveau de ce mobile représente une décennie vécue.
Les quatre descendants rejoignent la porte principale de la maison, soutenus chacun par un homme, au son des litanies du Dongba, des cymbales et tambours de ses assistants et de la complainte lancinante du suona.
Une fois le mobile hissé haut au-dessus de la porte, les quatre descendants sont raccompagnés dans la cour de la maison où ils déposent le chapeau et la canne près du cercueil.
Après s'être restauré au banquet tenu dans une maison du lignage attenante, chacun reviendra après la nuit tombée dans la maison de la défunte pour les danses animant les soirées de funérailles et pour veiller sur le cercueil en discutant, grignotant et jouant aux cartes.

Ma présence lors de funérailles au village de Wumu a toujours été accueillie généreusement, toutefois j'ai préféré rester discrète dans ma démarche scientifique à l'occasion de tels événements. J'ai donc rangé carnet papier et appareil photo voyants et encombrants et ai privilégié l'usage du smartphone pour les notes et photos, me fondant dans la foule. J'ai également pris l'habitude d'aider au déroulement du banquet aux côtés des jeunes du village, initiative s'inscrivant bien dans la dynamique sociale locale. En dehors des parents endeuillés dont la présence est dictée par leurs liens de parenté avec la défunte, tout habitant du village est en effet en droit de se dévouer pour aider au banquet sur la base du volontariat, et quel que soit son rapport avec la famille endeuillée. J'ose croire que cela permettait de justifier ma présence du matin jusqu'au soir pendant les trois-quatre jours de funérailles, tant à mes yeux qu'aux leurs.

© Emmanuelle Laurent (22 juillet 2018 -- Huawei P9 double capteur Summarit H 1:2.2/27 ASPH)

Place: Asia, China, Yunnan District, Baoshan, Wumu – Languagee: Naxi

---------------------------------------------------------------------------

L'univers des Naxi (autres photos d'Emmanuelle Laurent) :

-- Vue sur le fleuve Jinsha en pays naxi
-- Les volutes de fumée des chel shul (petits tas de branchages de pin et d'azalées enflammés) éliminent les impuretés dans le village naxi au matin du Sacrifice au Ciel
-- Portrait de famille naxi au village de Wumu
-- Le Dongba He Jixian chante le dernier manuscrit rituel de la cérémonie naxi du sacrifice du ciel (Jitian)

aa

photo 21 February 2018 to up

campagne-kakabe

Campagne pour les élections communales au Fouta-Djalon

Un candidat représentant le parti Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG) prononce un discours au cours de la campagne électorale devant les habitants d'un village kakabé dans la région du Fouta-Djalon. Le RPG est le parti du président actuel de la Guinée, Alpha Condé. Le parti principal d'opposition, l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), est considéré comme le parti des Peuls, le groupe ethnique le plus nombreux en Guinée. L'UFDG est en position de force dans la région du Fouta-Djalon, mais les Kakabés, soumis par les Peuls dans le passé, s'opposent politiquement à leurs anciens maîtres et votent majoritairement pour le RPG.
     Sur la photographie, la table devant l'intervenant est recouverte d'une nappe imprimée avec le portrait d'Alpha Condé. Le sac en plastique bleu sur la table contient des noix de cola enveloppées dans une feuille du bananier. Les colas ont été offertes par les candidats aux habitants du village en signe de respect.

© Alexandra Vydrina (2018)

Place: Africa, Guinea, Fouta-Djalon – Language: Kakabe

aa

photo 12 January 2018 - Hommage à Jean-Claude Rivierre to up

oceanieJCR

Quelle écriture (Pwöbei, Nouvelle-Calédonie)

« Il est donc nécessaire, pour transcrire les langues de l'oralité, de disposer de caractères spéciaux qui permettent de rendre compte de leurs traits distinctifs. Ceci est d'autant plus fondamental lorsqu'il s'agit d'utiliseer ces langues dans l'enseignement, pour l'alphabétisation et pour le transfert de technologie...
     Une écriture inadaptée aboutit à un rejet et à un échec de l'alphabétisation. »

Photo et textes sont extraits de l'exposition « De l'oral à l'écrit », organisée par le Lacito en 1984 : panneau Quelle écriture (2). [Voir aussi une autre photo du locuteur]

© Jean-Claude Rivierre (CNRS-LACITO, 1977) – transformation en document numérique : Laurent Venot

Place: Océania, New Caledonia – Language: Cèmuhî

---------------------------------------------------------------------------

Jean-Claude Rivierre (1938-2018)
Un des plus anciens membres du Lacito, il en fut directeur de 1991 à 1995.
« C'est un ami cher, un compagnon de recherche et un co-disciple d'Haudricourt qui disparaît » écrivaient Jacqueline M.C. Thomas et Luc Bouquiaux à l'annonce du décès de Jean-Claude.

Avec son épouse Françoise Ozanne-Rivierre, il a consacré sa vie aux langues kanak, les langues océaniennes de la Nouvelle-Calédonie.
Auteur de nombreux dictionnaires, grammaires et recueils de littérature orale, il fut l'expert internationalement reconnu des langues paicî, cèmuhî, bwatoo, numèè, drubea et kwényïï. Et il aida tout au long de sa carrière et encore ces derniers mois de nombreux jeunes chercheurs, linguistes ou anthropologues, à entreprendre des recherches sur ces terrains-là, en leur faisant partager des données souvent inédites et non publiées.
Trois témoignages d'anciens étudiants :
« Ce qu'ils ont fait, lui et son épouse pour nos langues, est inestimable et nous leur sommes à jamais redevables pour le travail énorme accompli en Nouvelle-Calédonie ! »
« Bien triste nouvelle que ce départ de Jean-Claude, très discret dans sa vie, dans son travail, dans son engagement et très compétent dans son travail de linguiste, notamment sur les langues kanak de Nouvelle-Calédonie »
« Encore plus que le linguiste à qui nous devons tant, c'est un ami d'un grand cœur que j'appréciais beaucoup et dont j'estime être chanceuse d'avoir croisé le chemin et partagé bien des moments à vos côtés que nous perdons. Mes plus belles pensées l'accompagnent sur sa route vers le monde des ancêtres où il rejoint Françoise et tous ceux de la grande famille que nous formons partis avant lui. »

Il fut nommé Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres, en même temps que son épouse, le 21 décembre 2007.

Bien qu'à la retraite ces dernières années, il avait gardé l'habitude de venir régulièrement au laboratoire, car il avait à cœur et le plaisir de finir de mettre en ligne sur Pangloss la totalité des informations qu'il avait recueillies durant sa carrière, en vue de les mettre à la disposition des chercheurs du monde entier.

Ceux qui l'ont bien connu savent combien Jean-Claude était un homme bon, et profondément attachant. Il nous manquera beaucoup.
Voir aussi l'article sur le blog du Lacito.

 

Quelques photos qu'il aimait bien :

jcr1

jcr2

jcr3

aa

Last years: 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016 - 2017 - 2018

Imprimer Contacter le webmestre Plan du site Crédits Accueil