aa

Langues et civilisations
à tradition orale
(UMR7107)

          Le CNRS           Accueil SHS          Autres sites CNRS          
diable
cnrs paris3 inalco paris3 paris3
Rechercher
Intranet Lacito English




  Accueil > Annuaire > Assia Popova

Assia POPOVA

Retour à la fiche d'AP

La jeune épouse du dragon ailé qui était partie à la recherche de son mari disparu
Conte-type AT 325 BNT (Tradition orale bulgare, t 10, Contes merveilleux, p. 322-325)

     Il était une fois un homme et sa femme. Ils n’avaient pas d'enfants.

    Puis la femme mit au monde un petit dragon ailé.

    Quelques temps après, les parents décidèrent de marier leur "fils-dragon" afin de pouvoir se faire aider par une bru.

    Après les épousailles, la belle-mère demanda à sa bru :
    – Comment cela se passe-t-il entre le dragon et toi ?
    – Il m’a interdit de te le dire.

    La belle-mère insista et la bru finit par répondre :
    – Ma mère, le jour il est dragon ; mais la nuit il jette sa chemise et devient un très bel homme.

    La belle-mère lui conseilla alors de brûler la chemise afin qu‘il reste un humain pour toujours. La bru obéit.

opunci    Mais, dès que la chemise commença à brûler, le jeune époux s'écria :
    – Maudite sois-tu ! Tu devras partir à ma recherche pendant neuf ans en traversant neuf royaumes, tu devras user une paire de chaussures en fer (appelées opinci ou cârvuli, cf. photo) et un bâton en fer, et quand tu réussiras enfin à me toucher, alors tes neuf ceintures de fer se briseront et tu pourras mettre ton enfant au monde !

    Alors il s’envola.

    Elle partit à sa recherche. Elle marcha, marcha, pendant trois ans.

    Elle arriva à la maison de la mère du Vent et lui dit :
    – Bonsoir, grand-mère ! As-tu entendu parler de mon mari, le dragon ailé ?
    – Moi non, mais ce soir, quand le Vent viendra – il souffle partout et loin – je te cacherai et je lui poserai la question ; peut-être aura-t-il la réponse.

    Le soir venu, la mère du Vent interrogea son fils, mais il ne savait rien.

    La mère du Vent conseilla à la jeune femme d’aller demander à la mère de Lune et elle lui donna trois pommes d'or et trois fleurs : manger la première fleur lui permettrait d’ouvrir un chemin à travers la montagne, la deuxième l’aiderait à traverser l’eau et la troisième la rendrait invisible.

    Après avoir marché toute une année, elle atteignit la montagne qu'elle traversa grâce à la première fleur. À la fin d'une deuxième année de marche, la deuxième fleur l’aida à assécher l’eau et après la troisième année – cela faisait six ans qu'elle marchait – elle arriva à la maison de la mère de messire Lune.

    Elle posa la même question à la mère de Lune. Le soir, celle-ci à son tour interrogea son fils qui lui non plus ne savait rien du dragon ailé. La mère de Lune conseilla alors à la jeune femme d’aller interroger la mère du Soleil et elle lui fit don d'une quenouille en or .

    Trois ans plus tard la jeune femme arriva à la maison de la mère du Soleil et là enfin elle obtint une réponse.
    – Le dragon ailé est ici dans ce royaume et il a épousé la fille du roi, répondit le Soleil aux questions pressantes de sa mère.

    Le matin suivant, la mère du Soleil demanda à la jeune femme :
    – Pourquoi cherches-tu ainsi le dragon ailé ?
    – Il était mon mari. Je suis enceinte de lui et il m'a lancé une malédiction : je devais le chercher pendant neuf ans et réussir à le toucher pour pouvoir enfin mettre mon enfant au monde.

    La mère du Soleil donna à la jeune femme une poule en or, avec ses poussins aussi en or, tout en lui prodiguant de sages conseils :
    – Quand tu seras devant le palais, prends les trois pommes d'or et commence à jongler avec ! Dès qu'elle les verra, la reine voudra te les acheter, mais tu lui diras : « Je veux bien te les donner, mais laisse-moi entrer dans la cour du palais et dormir près de la porte ». Elle acceptera. Le lendemain tu sortiras la quenouille en or et la reine voudra aussi te l’acheter. Tu lui demanderas alors en échange de te laisser dormir devant l’escalier du palais. Le troisième jour tu sortiras les poussins en or et la reine voudra encore une fois te les acheter mais tu ne les lui cèderas que si elle t’autorise à passer la nuit dans la chambre du roi. La reine résistera mais finira par accepter. La nuit venue, tu entreras silencieusement dans la chambre à coucher du couple royal et, dès que la reine sera endormie, tu te glisseras du côté du roi et dès que tu le toucheras, tu pourras mettre ton enfant au monde.

    La jeune femme suivit les conseils de la mère du Soleil et dès qu'elle toucha le roi, les cerceaux de fer craquèrent, puis se brisèrent. Alors le roi se réveilla et lui dit : « Soit pardonnée ! ».

    Elle mit au monde un garçon. Le roi la reprit pour épouse et tous trois rentrèrent chez eux.

Imprimer Contacter le webmestre Plan du site Crédits Accueil