Fakamatala o le sau ko Niuliki doi


Lecture en continu :

Transcription par phrase
Autre
Traduction par phrase
fr
Transcription du texte complet


Traduction du texte complet
fr

Ko le fakamatala leinei ka kau ’aga o fai la ka iai sona kupu e tō sala ti e feala fa’i lona toe fakatotonu.
Ko le nofo o le sau i Asoa ko Niuliki i Kolotai.
Ti ma’ua loa le logo ko le velosaga ka ‘aumai mei Sigave, kau ‘aumai ki Vele.
Ka na iai foki a le kole gā pulapula na fai e Tu’i Sa’avaka ki Pouma kia Sa’agogo.
Ti tu’u loa le Tu’i Sa’avaka la mo lona kakai o ano o tali ki Tautuli ti na lotou ano i le mafoata.
Ofolele kua kaku mai a Sigave, sa’aki lenā le velosaga la.
Sa’aki le velosaga, kua nofo le Faletolu la mei Sigave, na kau ai i le ’au la.
Ko lenā le sa’aki o le velosaga o tō mālie, lavā a Sigave.
Ti ko lenā le sā tagata na kakau mai e Sa’agogo ke ‘au o ‘aumai a ‘āmogā pulapula, ‘au o natu ki le mouku lenā a Tu’i Sa’avaka la,e puli.
ti fakaala e le sā tagata la i aluga, o natu le sā tagata la o vilo i Tautuli, kua tā le ga’oi la kua tamatamate, ku faka’oki’oki le ga’oi.
Soko ai mo le kaku mai a le sau mei Asoa a Niuliki o natu le sau la, ko lana ne’a fa’i na fai ko lana fakamālō,
talie kua tō mālie ‘oki le ga’oi na fai e le Tu’i Sa’avaka la mo lona kakai, kua lavā a Sigave, mālō a Alo.
Ti na iai le ne’a na soko i lenā le aso la i le kaku a Niuliki ki ai.
Na soli loa e Niuliki a le sau la o fene’eki lana pati ki le Tu’i Sa’avaka la :
« Ko leinei le koloa e nofo mo au la ke avatu mo ’ou »,
ti na le’ese loto loa a Tu’i Sa’avaka ki ai.
Na fene’eki lana pati :
« Aliki, e nofo fa’i a koe mo lo’ou koloa, ka ka iai loa se gā takatu’u ma ‘au ti ke alofa mai loa ki se gā putu magiti. »
Ti fakamālō mai a le sau la kia Tu’i Sa’avaka.
Mei ai e fai fa’i le katoaga o le sau la ti e nofo a le sau la aia mo le kau aliki la i fale kae ano a Tu’i Sa’avaka ki lamatu’a o fai lona kava ki ai,
fuli mo le katoaga kiate ia, fai lona kava, sa’u lana gā magiti tio fulusi mai la le katoaga o faka’aga’aga mai ki le sau mo le kau aliki,
ti ko ne’a nā na fai i leia a temi ka ko leinei loa le temi loa le temi mai ki muli la kua tio a le kakai leia e nofo i leinei le lakaga la e mata veli,
ti kaku ki ai mo le loto veli pe koleā leia e fela’aki ai e ano mu’a a Tu’i Sa’avaka aia o fai lo’ona a kava, sa’u lana gā magiti,
kae nofo le sau leia e pule la mo le kau aliki, ko ia ko tio la kua kaku ki ai a le loto veli, kae e loto veli leinei a temi ka ko ne’a na fai na soli i le temi mu’a.
Ko ia leia ku sa’ele veli ai la, ku le’ese fai ki ona fakatokatoka na fai mei mago la, kaku faikese o talu ai nei lona ti’aki.
Ko le gato’aga.
Cette histoire que je vais vous raconter, si elle comporte des erreurs, vous pourrez les corriger.
Le roi Niuliki demeurait à Asoa à Kolotai.
On apprend que Sigave a déclaré la guerre à Vele.
Or, le Tu’i Sa’avaka avait fait une demande de rejets de taro auprès du Sa’agogo à Pouma.
Le Tu’i Sa’avaka et ses gens se levèrent à l’aube et allèrent les recevoir à Tautuli.
Soudain les Sigave arrivèrent, et le combat s’engagea.
Au début du combat, le Faletolu était déjà avec ceux qui venaient.
Le combat a bien tourné, Sigave est vaincu.
Les deux hommes que Sa’agogo avait envoyés pour porter les fardeaux de taros se rendirent au champ du Tu’i Sa’avaka,
il n’était pas là, ils le cherchèrent sur le plateau, et finirent par descendre à Tautuli, le combat faisait rage, ils les tuèrent tous, et le travail était achevé.
Le roi Niuliki arriva alors d’Asoa, et ce qu’il fit fut de remercier,
car le Tu’i Sa’avaka et ses gens avaient bien travaillé, Sigave était vaincu, Alo était vainqueur.
Et il se passa quelque chose ce jour-là à l’arrivée de Niuliki.
Niuliki donna la royauté au Tu’i Sa’avaka en disant :
« Voici la richesse que je possède, et que je te remets »,
mais le Tu’i Sa’avaka n’en voulut pas.
Il dit ainsi :
« Chef, garde ta richesse, mais s’il doit y avoir une faveur pour moi, alors donne-moi de quoi manger. »
Alors le roi remercia le Tu’i Sa’avaka.
Depuis lors, à chaque fête du roi, le chef reste avec ses minsitres dans le fale, tandis que le Tu’i Sa’avaka va sur la route pour y faire son kava,
les tas de vivres de la fête sont placés vers lui, on l’honore avec le kava, on retire sa part de vivres, puis seulement après on replace les tas de vivres vers le roi et ses ministres,
et cela se faisait ainsi autrefois, mais plus à présent, car les gens ne voyaient pas cela d’un bon oeil,
cela attisait la jalousie de voir ainsi le Tu’i Sa’avaka avoir d’abord son kava et sa part de vivres,
alors que le roi est le chef avec les ministres ; c’est en voyant cela que les gens sont devenus jaloux, alors que c’était une faveur octroyée jadis.
C’est à cause de cela qu’on a laissé tomber les accords passés autrefois, c’était devenu bizarre.
C’est fini.

S1 doi

stop écouter
Ko le fakamatala leinei ka kau ’aga o fai la ka iai sona kupu e tō sala ti e feala fa’i lona toe fakatotonu.

Cette histoire que je vais vous raconter, si elle comporte des erreurs, vous pourrez les corriger.

S2 doi

stop écouter
Ko le nofo o le sau i Asoa ko Niuliki i Kolotai.

Le roi Niuliki demeurait à Asoa à Kolotai.

S3 doi

stop écouter
Ti ma’ua loa le logo ko le velosaga ka ‘aumai mei Sigave, kau ‘aumai ki Vele.

On apprend que Sigave a déclaré la guerre à Vele.

S4 doi

stop écouter
Ka na iai foki a le kole gā pulapula na fai e Tu’i Sa’avaka ki Pouma kia Sa’agogo.

Or, le Tu’i Sa’avaka avait fait une demande de rejets de taro auprès du Sa’agogo à Pouma.

S5 doi

stop écouter
Ti tu’u loa le Tu’i Sa’avaka la mo lona kakai o ano o tali ki Tautuli ti na lotou ano i le mafoata.

Le Tu’i Sa’avaka et ses gens se levèrent à l’aube et allèrent les recevoir à Tautuli.

S6 doi

stop écouter
Ofolele kua kaku mai a Sigave, sa’aki lenā le velosaga la.

Soudain les Sigave arrivèrent, et le combat s’engagea.

S7 doi

stop écouter
Sa’aki le velosaga, kua nofo le Faletolu la mei Sigave, na kau ai i le ’au la.

Au début du combat, le Faletolu était déjà avec ceux qui venaient.

S8 doi

stop écouter
Ko lenā le sa’aki o le velosaga o tō mālie, lavā a Sigave.

Le combat a bien tourné, Sigave est vaincu.

S9 doi

stop écouter
Ti ko lenā le sā tagata na kakau mai e Sa’agogo ke ‘au o ‘aumai a ‘āmogā pulapula, ‘au o natu ki le mouku lenā a Tu’i Sa’avaka la,e puli.

Les deux hommes que Sa’agogo avait envoyés pour porter les fardeaux de taros se rendirent au champ du Tu’i Sa’avaka,

S10 doi

stop écouter
ti fakaala e le sā tagata la i aluga, o natu le sā tagata la o vilo i Tautuli, kua tā le ga’oi la kua tamatamate, ku faka’oki’oki le ga’oi.

il n’était pas là, ils le cherchèrent sur le plateau, et finirent par descendre à Tautuli, le combat faisait rage, ils les tuèrent tous, et le travail était achevé.

S11 doi

stop écouter
Soko ai mo le kaku mai a le sau mei Asoa a Niuliki o natu le sau la, ko lana ne’a fa’i na fai ko lana fakamālō,

Le roi Niuliki arriva alors d’Asoa, et ce qu’il fit fut de remercier,

S12 doi

stop écouter
talie kua tō mālie ‘oki le ga’oi na fai e le Tu’i Sa’avaka la mo lona kakai, kua lavā a Sigave, mālō a Alo.

car le Tu’i Sa’avaka et ses gens avaient bien travaillé, Sigave était vaincu, Alo était vainqueur.

S13 doi

stop écouter
Ti na iai le ne’a na soko i lenā le aso la i le kaku a Niuliki ki ai.

Et il se passa quelque chose ce jour-là à l’arrivée de Niuliki.

S14 doi

stop écouter
Na soli loa e Niuliki a le sau la o fene’eki lana pati ki le Tu’i Sa’avaka la :

Niuliki donna la royauté au Tu’i Sa’avaka en disant :

S15 doi

stop écouter
« Ko leinei le koloa e nofo mo au la ke avatu mo ’ou »,

« Voici la richesse que je possède, et que je te remets »,

S16 doi

stop écouter
ti na le’ese loto loa a Tu’i Sa’avaka ki ai.

mais le Tu’i Sa’avaka n’en voulut pas.

S17 doi

stop écouter
Na fene’eki lana pati :

Il dit ainsi :

S18 doi

stop écouter
« Aliki, e nofo fa’i a koe mo lo’ou koloa, ka ka iai loa se gā takatu’u ma ‘au ti ke alofa mai loa ki se gā putu magiti. »

« Chef, garde ta richesse, mais s’il doit y avoir une faveur pour moi, alors donne-moi de quoi manger. »

S19 doi

stop écouter
Ti fakamālō mai a le sau la kia Tu’i Sa’avaka.

Alors le roi remercia le Tu’i Sa’avaka.

S20 doi

stop écouter
Mei ai e fai fa’i le katoaga o le sau la ti e nofo a le sau la aia mo le kau aliki la i fale kae ano a Tu’i Sa’avaka ki lamatu’a o fai lona kava ki ai,

Depuis lors, à chaque fête du roi, le chef reste avec ses minsitres dans le fale, tandis que le Tu’i Sa’avaka va sur la route pour y faire son kava,

S21 doi

stop écouter
fuli mo le katoaga kiate ia, fai lona kava, sa’u lana gā magiti tio fulusi mai la le katoaga o faka’aga’aga mai ki le sau mo le kau aliki,

les tas de vivres de la fête sont placés vers lui, on l’honore avec le kava, on retire sa part de vivres, puis seulement après on replace les tas de vivres vers le roi et ses ministres,

S22 doi

stop écouter
ti ko ne’a nā na fai i leia a temi ka ko leinei loa le temi loa le temi mai ki muli la kua tio a le kakai leia e nofo i leinei le lakaga la e mata veli,

et cela se faisait ainsi autrefois, mais plus à présent, car les gens ne voyaient pas cela d’un bon oeil,

S23 doi

stop écouter
ti kaku ki ai mo le loto veli pe koleā leia e fela’aki ai e ano mu’a a Tu’i Sa’avaka aia o fai lo’ona a kava, sa’u lana gā magiti,

cela attisait la jalousie de voir ainsi le Tu’i Sa’avaka avoir d’abord son kava et sa part de vivres,

S24 doi

stop écouter
kae nofo le sau leia e pule la mo le kau aliki, ko ia ko tio la kua kaku ki ai a le loto veli, kae e loto veli leinei a temi ka ko ne’a na fai na soli i le temi mu’a.

alors que le roi est le chef avec les ministres ; c’est en voyant cela que les gens sont devenus jaloux, alors que c’était une faveur octroyée jadis.

S25 doi

stop écouter
Ko ia leia ku sa’ele veli ai la, ku le’ese fai ki ona fakatokatoka na fai mei mago la, kaku faikese o talu ai nei lona ti’aki.

C’est à cause de cela qu’on a laissé tomber les accords passés autrefois, c’était devenu bizarre.

S26 doi

stop écouter
Ko le gato’aga.

C’est fini.