L'histoire du bananier doi


Lecture en continu :

Transcription par phrase
Autre

Traduction par phrase
fr
Transcription du texte complet


Traduction du texte complet
fr
***
Ko le fakamatala leia e kau ’aga fia fai atu la ko le kamata’aga o le ma'ua leia o le futi i mālama nei.
Talie ko le tupu o mālama nei la na fakatupu tātou e le atua la.
Na fakatupu mu’a fa’i ko la'akau ti soa mai a tagata tio fakasoasoa le magiti ke ma’uli i mālama nei.
Ti ko le futi la ko lona kamata’aga i le isitolia o le motou fenua la, na kamata i leinei.
Ko le tupu’aga leia o Futuna nei la na iai le kau aliki o Futuna nei na tupu ake mo Futuna nei ti ’aga lātou o vae le kele leia o Futuna nei la o tasi mo ia lona tōfi’a.
O kamata ai lomātou nofo fakafutuna la, ka ki se ma’ua se futi i mālama nei.
Ti ko le fenua leia ko Asoa la na nofo ai le aliki leia ko Tui Asoa.
Ti nofo le tasi a potu o le kakai leia a Tui Asoa la mei Lokā, na nofo i ai le aliki leia ko Ma’uifa.
Ti nofonofo loa le Tui Asoa la ti manatu mu’a ke ano ki Lokā o ’asi ’asi ki le Ma’uifa.
Ti ano loa a ia mo lana tagata pe sana matātagata, tagata o le fāmili o ’ona.
O kaku atu loa ki Mamalu’a e iai le nofolaga i ai a leia e kotou ’aga o manatu’i na ’au le kau Toga o tamate i ai la.
Ti fakāfe loa a ia e le fale fafine lenā o le nofolaga la, ti afe le Tui Asoa la o fai le māsolo i ai, le’aise ifo a ia ki Lokā.
Kae ifo le tagata leia na ano mo ia la.
O kaku atu a ia ki lenā le mala’e Filisia la e nofo le Ma’uifa la i ai.
Ti ko le tau atu o lona fanoga la ti se toe to’o lona igoa la e le Ma’uifa kae pati fa’i le Ma’uifa la ko Tui Asoa.
Ti ulu atu a ia ki fale o fai le kava o ’oki le kava o lātou i le fai ti fakatapa loa le ’umu.
Fai loa le ’umu la ti ’aga loa lātou o tamate i ai le puaka ko le kou.
O tolo le puaka la o fakame’ā ti fakavāvā.
Ti toe tu’u le puaka la aia ki aluga ku se matā’ofi e le fenua la o sola mai.
Sola mai ku le’eni ona fulu kua ’oki i le fakame’ā.
Ti fela’aki loa le pati a Ma’uifa aia : « Tui Asoa e manatu au ke ’au la koe o mulimuli i lau puaka la.
Ka natu loa a koe o ma’ua atu ki se gāne’a ti avatu loa e koe ki Asoa o fai sa’au ne'akai ki ai. »
Ti io loa leia aloa ti ’au loa a ia.
Ko la’ana lenā 'au o kaku mai ki Alofitai.
Ti ano le puaka la ki tai o sopo ki le moana la.
Tofe e ia lona vaka la o ’au i muli, o kaku mai ki Matakiga.
Ku kaku le puaka la ki le ’one la ti pale a ia ki lamatu’a ti tiaki e le tagata la aia le vaka la kae toe pale mo ia ki lamatu'a o toe 'au lāua.
Ko lenā le lā ’au i le ala la kā ofi mai le tagata la ti makape le puaka la aia, ti ka ku sela le tagata la aia ti sa’esa’ele mālie mo le puaka la aia. Fena’aki le lā fai mai la.
Fai mai lāua la o vilo mai ki Kolia.
’Au lāua mei Kolia o fakalaka i Ono nei.
Kaku atu loa lāua ki le lalo ma’uga lenā mei Kolopelu, tio atu le tagata la aia kua moe le puaka la aia ki lalo.
Ano loa a ia ki ai.
Tautonu le moe a le puaka la mo lenā le komo atu mei lalo ma’uga ti tou faka’ea loa ki fale’ako la.
Pati mai loa le puaka la aia : « ’Au la koe o tu’uti loku fā’ulu la ti ’aga loa a koe o kenu se popoko i leinei o tanu ai loku fā’ulu la o faka’aga’aga loku fā’ulu la ki aluga,
ka ko le fētu’u leia o loku gutu la o loku isu ke ’aga ki le sopo o le la’ā la, ti tafa loa e koe leia potu o ave o fai sau ne’akai i Asoa. »
Ti ’aga loa le aloa la o fai fena’aki.
O ’aga a ia o tanu ki lalo o sakinake e faka’aga’aga e ia lona gutu la ki Mala’e kae ’aga ’aga lona fegufegu la ki le sopo o le la’ā la.
Ka na pati a le puaka la ki ai : « Ti ano loa koe o nofo i Asoa ka sili aso e tolu ti ke ’au loa o fakatele mai.
Ti ka ke ’au loa kua somo se la’akau i ai ti ke ano ti sili aso e tolu ti fena’aki e sili fa’i a aso e tolu ti ’au a koe, o kaku ai ki lona fua. »
Fena’aki lona faka’ilo’ilo e le puaka la ki ai.
Ti fano leia aloa ki Asoa o natu a ia o fakama’opo’opo le fāmili aliki la o tuku atu ki ai inati la o fai le lotou ne’akai ti faka’ilo’ilo e ia.
Ti nofo a ia i ai ’oki a ’aso e tolu ti ’au a ia.
O natu a ia ki le fā’ulu ’i ne'a la kua somo, ka koi tau lalo fela’aki fa’i.
Ti natu a ia o tiotio, koi tio la a ia ki le la’akau fela'aki i Futuna nei.
Ti fano a ia.
Ano a ia ki Asoa ’oki a ’aso e tolu ti toe ’au a ia.
’Au a ia kua lasi le ne’a la aia.
Fela’aki la’ana tau ’au o fakatele a le la’akau la.
Kaku mai a ia ki le tasi a ’aso, ku tautonu le tumutumu o le la’akau la mo le fā ma’uga la a lona loa.
Ti fano a ia ki Asoa ’oki a ’aso e tolu ti liliu mai a ia.
Kaku atu a ia ki ai kua ifo le kau futi mei ai.
Ko le kamata loa aia o le futi.
Tautonu lona tau’aluga mo le fā ma’uga la ti ifo lona kau futi, le fā moamoa la,
o ifo lenā le fā moamoa la o tu’u ki le ’one i lalo.
Ti kamata le laulau mei lona tā i aluga la.
Ko nā ona tāfuti fuli le’ese fua pe nei a futi la.
Ko leia fa'i tāfuti ko leia fa’asigā futi.
Kua tu’u ko usi ’i futi.
Ko leia tāfuti kua tu’u mai ka lau usi ’i futi.
Fela’aki lona fakasolo o kaku ki le tā mulimuli la.
Ko le tā mulimuli ki lalo ’oki e iai le futi e nofo i Futuna nei ko le lalama, ko lona tā mulimuli aia.
Ti ano loa a ia ki Asoa o faka’ilo ki ai ti ’au loa Asoa kātoa, o ano o vae a futi la.
Fetuku e lātou ki Asoa kae tiaki e lātou a le mulimuli la i ai.
O kaku mai ki leinei le temi na motou ma’uli i ai la ko le koga aia e tasi o Futuna nei na ma’ua ai le futi leia ko le lalama la.
Ko le gato’aga aia o le fakamatala ki le futi.
Ko lona tupu’aga na tupu i le fā’ulu o le puaka la.
***

L'histoire que j'ai envie de vous raconter concerne l'apparition du bananier dans ce monde.
En effet, la création du monde a été faite pour nous par Dieu.
Ce qui a d’abord été créé, ce sont les arbres en même temps que les hommes, puis sont apparus en ce monde les tubercules.
En ce qui concerne le bananier, voici comment il est apparu dans notre pays : tout a commencé ici même.
A la création de Futuna, il y avait la chefferie futunienne, qui s'est développée avec Futuna ; alors les chefs durent commencer à partager la terre pour que chacun en ait une part.
Notre installation à Futuna commença vraiment ; on ne trouvait alors aucun bananier au monde.
Dans le pays d'Asoa vivait un chef, le Tui Asoa.
Une partie de ses sujets habitaient Loka, où résidait un autre chef, le Ma’uifa.
Un jour, le Tui Asoa eut l'idée d'aller à Loka rendre visite au Ma’uifa.
Il partit avec un homme, une de ses sentinelles, quelqu'un de sa famille.
En arrivant à Mamalu’a, il y a un campement, celui, souvenez-vous, où les Tongiens se sont fait tuer.
Le Tui Asoa est invité par les femmes de ce campement, et il accepte de participer à une fête, mais il ne descend pas lui-même jusqu'à Loka.
Cependant, l'homme qui l'accompagnait y va.
Cet homme parvient sur la place coutumière Filisia, là où réside le Ma’uifa.
A son arrivée, le Ma’uifa ne réalise pas de qui il s'agit, il le prend pour le Tui Asoa.
Il rentre pour préparer le kava et lorsqu'ils ont fini de boire le kava, il fait préparer le four.
Pendant que le four se prépare, ils vont tuer un cochon, un verrat.
La peau du cochon est grattée, puis il est lavé et vidé.
Mais soudain, voilà que le cochon se dresse, - les gens ne le maintenaient pas bien -, et il prend la fuite.
Il s'enfuit, sans poils et déjà tout propre.
Alors le Ma’uifa dit comme cela : « Tui Asoa, je pense que tu devrais courir après ton cochon.
Si tu arrives à le récupérer quelque part, tu le prendras avec toi jusqu'à Asoa, et tu pourras le manger. »
L'homme accepte, et s'en va.
Il parvient à Alofitai.
Le cochon a atteint le bord de mer, et a sauté dans l'océan.
L'homme met son bateau à l'eau et part à sa poursuite jusqu'à Matakiga.
Le cochon a déjà atteint la plage et monte sur le chemin ; l'homme laisse son bateau et monte à son tour sur le chemin ; tous deux poursuivent leur route.
Voilà leur façon d'avancer sur le chemin : quand l'homme se rapproche, le cochon se met à courir, mais quand l'homme s'essouffle, alors le cochon marche tout doucement. Ainsi progressent-ils.
Ils continuent et descendent jusqu’à Kolia.
Ils repartent de Kolia et traversent Ono.
Ils parviennent au pied de la colline de Kolopelu ; là, l'homme aperçoit le cochon couché par terre.
Il s'en approche.
Le cochon est étendu là, juste en face de la longue pointe de terre au pied de la colline, là où nous apercevons l'école à présent.
Le cochon dit : « Approche donc, et coupe-moi la tête ; ensuite tu vas creuser un trou ici et l'y enterrer en la tournant vers le ciel,
le côté de ma bouche, de mon nez, face au lever du soleil ; puis tu découperas l'autre partie pour l'emporter et te nourrir avec à Asoa. »
Alors l'homme se met à faire tout cela.
Il enterre la tête du cochon en la plaçant face à Mala’e, le groin tourné vers le lever du soleil.
Le cochon lui avait dit : « Tu iras ensuite à Asoa, et trois jours plus tard, tu reviendras ici.
Et quand tu reviendras, un arbre aura germé ici ; tu repartiras, puis trois jours après, tu reviendras, et encore trois jours après, tu reviendras à nouveau, et il aura fructifié. »
Telles furent les consignes données par le cochon.
L'homme s'en retourna à Asoa ; à son arrivée, il rassembla les chefs, leur laissa les parts de viande à manger, et les informa de son aventure.
Trois jours plus tard, il se remet en route.
Il trouve la tête du cochon : elle a germé, c'est encore tout petit.
Il s'approche pour mieux observer cet arbre qu'il n'a jamais vu à Futuna.
Puis il repart.
Il s’en retourne à Asoa, puis trois jours après, il revient.
Il arrive, le germe est déjà grand.
Ainsi vient-il régulièrement rendre visite à cet arbre.
Arrive un jour où la cîme de l'arbre parvient juste à la hauteur de la colline.
Il repart à Asoa, et revient trois jours après.
En arrivant, il voit qu'un régime de bananes descend de l'arbre.
C'est le commencement du bananier.
Il est de la même hauteur que la colline, et son régime de bananes, son inflorescence,
descend, descend jusqu'à atteindre le sable tout en-bas.
L'homme entreprend alors le décompte des mains de bananes, à partir du haut.
Toutes ces mains de bananes n'ont pas de fruits comme les bananiers de maintenant.
Chaque main est d'une espèce différente.
Des rejets de bananiers ont déjà poussé.
A chaque main de bananes, on dénombre un rejet.
Et cela continue ainsi jusqu'à la dernière main de bananes.
A la toute dernière main de bananes, tout en bas, se trouve le bananier qui vit ici à Futuna, le lalama, c'est la dernière main de bananes.
L'homme repart à Asoa pour annoncer la nouvelle, et tous les gens d'Asoa viennent se partager les bananiers.
Ils les emportent à Asoa, mais ils laissent là le dernier.
Jusqu'à nos jours, c'est le seul endroit ici à Futuna où on trouve ce bananier là, le lalama.
Voici la fin de l'histoire du bananier.
Il est né de la tête d'un cochon.

S1 doi

stop écouter
***

S2 doi

stop écouter
Ko le fakamatala leia e kau ’aga fia fai atu la ko le kamata’aga o le ma'ua leia o le futi i mālama nei.

L'histoire que j'ai envie de vous raconter concerne l'apparition du bananier dans ce monde.

S3 doi

stop écouter
Talie ko le tupu o mālama nei la na fakatupu tātou e le atua la.

En effet, la création du monde a été faite pour nous par Dieu.

S4 doi

stop écouter
Na fakatupu mu’a fa’i ko la'akau ti soa mai a tagata tio fakasoasoa le magiti ke ma’uli i mālama nei.

Ce qui a d’abord été créé, ce sont les arbres en même temps que les hommes, puis sont apparus en ce monde les tubercules.

S5 doi

stop écouter
Ti ko le futi la ko lona kamata’aga i le isitolia o le motou fenua la, na kamata i leinei.

En ce qui concerne le bananier, voici comment il est apparu dans notre pays : tout a commencé ici même.

S6 doi

stop écouter
Ko le tupu’aga leia o Futuna nei la na iai le kau aliki o Futuna nei na tupu ake mo Futuna nei ti ’aga lātou o vae le kele leia o Futuna nei la o tasi mo ia lona tōfi’a.

A la création de Futuna, il y avait la chefferie futunienne, qui s'est développée avec Futuna ; alors les chefs durent commencer à partager la terre pour que chacun en ait une part.

S7 doi

stop écouter
O kamata ai lomātou nofo fakafutuna la, ka ki se ma’ua se futi i mālama nei.

Notre installation à Futuna commença vraiment ; on ne trouvait alors aucun bananier au monde.

S8 doi

stop écouter
Ti ko le fenua leia ko Asoa la na nofo ai le aliki leia ko Tui Asoa.

Dans le pays d'Asoa vivait un chef, le Tui Asoa.

S9 doi

stop écouter
Ti nofo le tasi a potu o le kakai leia a Tui Asoa la mei Lokā, na nofo i ai le aliki leia ko Ma’uifa.

Une partie de ses sujets habitaient Loka, où résidait un autre chef, le Ma’uifa.

S10 doi

stop écouter
Ti nofonofo loa le Tui Asoa la ti manatu mu’a ke ano ki Lokā o ’asi ’asi ki le Ma’uifa.

Un jour, le Tui Asoa eut l'idée d'aller à Loka rendre visite au Ma’uifa.

S11 doi

stop écouter
Ti ano loa a ia mo lana tagata pe sana matātagata, tagata o le fāmili o ’ona.

Il partit avec un homme, une de ses sentinelles, quelqu'un de sa famille.

S12 doi

stop écouter
O kaku atu loa ki Mamalu’a e iai le nofolaga i ai a leia e kotou ’aga o manatu’i na ’au le kau Toga o tamate i ai la.

En arrivant à Mamalu’a, il y a un campement, celui, souvenez-vous, où les Tongiens se sont fait tuer.

S13 doi

stop écouter
Ti fakāfe loa a ia e le fale fafine lenā o le nofolaga la, ti afe le Tui Asoa la o fai le māsolo i ai, le’aise ifo a ia ki Lokā.

Le Tui Asoa est invité par les femmes de ce campement, et il accepte de participer à une fête, mais il ne descend pas lui-même jusqu'à Loka.

S14 doi

stop écouter
Kae ifo le tagata leia na ano mo ia la.

Cependant, l'homme qui l'accompagnait y va.

S15 doi

stop écouter
O kaku atu a ia ki lenā le mala’e Filisia la e nofo le Ma’uifa la i ai.

Cet homme parvient sur la place coutumière Filisia, là où réside le Ma’uifa.

S16 doi

stop écouter
Ti ko le tau atu o lona fanoga la ti se toe to’o lona igoa la e le Ma’uifa kae pati fa’i le Ma’uifa la ko Tui Asoa.

A son arrivée, le Ma’uifa ne réalise pas de qui il s'agit, il le prend pour le Tui Asoa.

S17 doi

stop écouter
Ti ulu atu a ia ki fale o fai le kava o ’oki le kava o lātou i le fai ti fakatapa loa le ’umu.

Il rentre pour préparer le kava et lorsqu'ils ont fini de boire le kava, il fait préparer le four.

S18 doi

stop écouter
Fai loa le ’umu la ti ’aga loa lātou o tamate i ai le puaka ko le kou.

Pendant que le four se prépare, ils vont tuer un cochon, un verrat.

S19 doi

stop écouter
O tolo le puaka la o fakame’ā ti fakavāvā.

La peau du cochon est grattée, puis il est lavé et vidé.

S20 doi

stop écouter
Ti toe tu’u le puaka la aia ki aluga ku se matā’ofi e le fenua la o sola mai.

Mais soudain, voilà que le cochon se dresse, - les gens ne le maintenaient pas bien -, et il prend la fuite.

S21 doi

stop écouter
Sola mai ku le’eni ona fulu kua ’oki i le fakame’ā.

Il s'enfuit, sans poils et déjà tout propre.

S22 doi

stop écouter
Ti fela’aki loa le pati a Ma’uifa aia : « Tui Asoa e manatu au ke ’au la koe o mulimuli i lau puaka la.

Alors le Ma’uifa dit comme cela : « Tui Asoa, je pense que tu devrais courir après ton cochon.

S23 doi

stop écouter
Ka natu loa a koe o ma’ua atu ki se gāne’a ti avatu loa e koe ki Asoa o fai sa’au ne'akai ki ai. »

Si tu arrives à le récupérer quelque part, tu le prendras avec toi jusqu'à Asoa, et tu pourras le manger. »

S24 doi

stop écouter
Ti io loa leia aloa ti ’au loa a ia.

L'homme accepte, et s'en va.

S25 doi

stop écouter
Ko la’ana lenā 'au o kaku mai ki Alofitai.

Il parvient à Alofitai.

S26 doi

stop écouter
Ti ano le puaka la ki tai o sopo ki le moana la.

Le cochon a atteint le bord de mer, et a sauté dans l'océan.

S27 doi

stop écouter
Tofe e ia lona vaka la o ’au i muli, o kaku mai ki Matakiga.

L'homme met son bateau à l'eau et part à sa poursuite jusqu'à Matakiga.

S28 doi

stop écouter
Ku kaku le puaka la ki le ’one la ti pale a ia ki lamatu’a ti tiaki e le tagata la aia le vaka la kae toe pale mo ia ki lamatu'a o toe 'au lāua.

Le cochon a déjà atteint la plage et monte sur le chemin ; l'homme laisse son bateau et monte à son tour sur le chemin ; tous deux poursuivent leur route.

S29 doi

stop écouter
Ko lenā le lā ’au i le ala la kā ofi mai le tagata la ti makape le puaka la aia, ti ka ku sela le tagata la aia ti sa’esa’ele mālie mo le puaka la aia. Fena’aki le lā fai mai la.

Voilà leur façon d'avancer sur le chemin : quand l'homme se rapproche, le cochon se met à courir, mais quand l'homme s'essouffle, alors le cochon marche tout doucement. Ainsi progressent-ils.

S30 doi

stop écouter
Fai mai lāua la o vilo mai ki Kolia.

Ils continuent et descendent jusqu’à Kolia.

S31 doi

stop écouter
’Au lāua mei Kolia o fakalaka i Ono nei.

Ils repartent de Kolia et traversent Ono.

S32 doi

stop écouter
Kaku atu loa lāua ki le lalo ma’uga lenā mei Kolopelu, tio atu le tagata la aia kua moe le puaka la aia ki lalo.

Ils parviennent au pied de la colline de Kolopelu ; là, l'homme aperçoit le cochon couché par terre.

S33 doi

stop écouter
Ano loa a ia ki ai.

Il s'en approche.

S34 doi

stop écouter
Tautonu le moe a le puaka la mo lenā le komo atu mei lalo ma’uga ti tou faka’ea loa ki fale’ako la.

Le cochon est étendu là, juste en face de la longue pointe de terre au pied de la colline, là où nous apercevons l'école à présent.

S35 doi

stop écouter
Pati mai loa le puaka la aia : « ’Au la koe o tu’uti loku fā’ulu la ti ’aga loa a koe o kenu se popoko i leinei o tanu ai loku fā’ulu la o faka’aga’aga loku fā’ulu la ki aluga,

Le cochon dit : « Approche donc, et coupe-moi la tête ; ensuite tu vas creuser un trou ici et l'y enterrer en la tournant vers le ciel,

S36 doi

stop écouter
ka ko le fētu’u leia o loku gutu la o loku isu ke ’aga ki le sopo o le la’ā la, ti tafa loa e koe leia potu o ave o fai sau ne’akai i Asoa. »

le côté de ma bouche, de mon nez, face au lever du soleil ; puis tu découperas l'autre partie pour l'emporter et te nourrir avec à Asoa. »

S37 doi

stop écouter
Ti ’aga loa le aloa la o fai fena’aki.

Alors l'homme se met à faire tout cela.

S38 doi

stop écouter
O ’aga a ia o tanu ki lalo o sakinake e faka’aga’aga e ia lona gutu la ki Mala’e kae ’aga ’aga lona fegufegu la ki le sopo o le la’ā la.

Il enterre la tête du cochon en la plaçant face à Mala’e, le groin tourné vers le lever du soleil.

S39 doi

stop écouter
Ka na pati a le puaka la ki ai : « Ti ano loa koe o nofo i Asoa ka sili aso e tolu ti ke ’au loa o fakatele mai.

Le cochon lui avait dit : « Tu iras ensuite à Asoa, et trois jours plus tard, tu reviendras ici.

S40 doi

stop écouter
Ti ka ke ’au loa kua somo se la’akau i ai ti ke ano ti sili aso e tolu ti fena’aki e sili fa’i a aso e tolu ti ’au a koe, o kaku ai ki lona fua. »

Et quand tu reviendras, un arbre aura germé ici ; tu repartiras, puis trois jours après, tu reviendras, et encore trois jours après, tu reviendras à nouveau, et il aura fructifié. »

S41 doi

stop écouter
Fena’aki lona faka’ilo’ilo e le puaka la ki ai.

Telles furent les consignes données par le cochon.

S42 doi

stop écouter
Ti fano leia aloa ki Asoa o natu a ia o fakama’opo’opo le fāmili aliki la o tuku atu ki ai inati la o fai le lotou ne’akai ti faka’ilo’ilo e ia.

L'homme s'en retourna à Asoa ; à son arrivée, il rassembla les chefs, leur laissa les parts de viande à manger, et les informa de son aventure.

S43 doi

stop écouter
Ti nofo a ia i ai ’oki a ’aso e tolu ti ’au a ia.

Trois jours plus tard, il se remet en route.

S44 doi

stop écouter
O natu a ia ki le fā’ulu ’i ne'a la kua somo, ka koi tau lalo fela’aki fa’i.

Il trouve la tête du cochon : elle a germé, c'est encore tout petit.

S45 doi

stop écouter
Ti natu a ia o tiotio, koi tio la a ia ki le la’akau fela'aki i Futuna nei.

Il s'approche pour mieux observer cet arbre qu'il n'a jamais vu à Futuna.

S46 doi

stop écouter
Ti fano a ia.

Puis il repart.

S47 doi

stop écouter
Ano a ia ki Asoa ’oki a ’aso e tolu ti toe ’au a ia.

Il s’en retourne à Asoa, puis trois jours après, il revient.

S48 doi

stop écouter
’Au a ia kua lasi le ne’a la aia.

Il arrive, le germe est déjà grand.

S49 doi

stop écouter
Fela’aki la’ana tau ’au o fakatele a le la’akau la.

Ainsi vient-il régulièrement rendre visite à cet arbre.

S50 doi

stop écouter
Kaku mai a ia ki le tasi a ’aso, ku tautonu le tumutumu o le la’akau la mo le fā ma’uga la a lona loa.

Arrive un jour où la cîme de l'arbre parvient juste à la hauteur de la colline.

S51 doi

stop écouter
Ti fano a ia ki Asoa ’oki a ’aso e tolu ti liliu mai a ia.

Il repart à Asoa, et revient trois jours après.

S52 doi

stop écouter
Kaku atu a ia ki ai kua ifo le kau futi mei ai.

En arrivant, il voit qu'un régime de bananes descend de l'arbre.

S53 doi

stop écouter
Ko le kamata loa aia o le futi.

C'est le commencement du bananier.

S54 doi

stop écouter
Tautonu lona tau’aluga mo le fā ma’uga la ti ifo lona kau futi, le fā moamoa la,

Il est de la même hauteur que la colline, et son régime de bananes, son inflorescence,

S55 doi

stop écouter
o ifo lenā le fā moamoa la o tu’u ki le ’one i lalo.

descend, descend jusqu'à atteindre le sable tout en-bas.

S56 doi

stop écouter
Ti kamata le laulau mei lona tā i aluga la.

L'homme entreprend alors le décompte des mains de bananes, à partir du haut.

S57 doi

stop écouter
Ko nā ona tāfuti fuli le’ese fua pe nei a futi la.

Toutes ces mains de bananes n'ont pas de fruits comme les bananiers de maintenant.

S58 doi

stop écouter
Ko leia fa'i tāfuti ko leia fa’asigā futi.

Chaque main est d'une espèce différente.

S59 doi

stop écouter
Kua tu’u ko usi ’i futi.

Des rejets de bananiers ont déjà poussé.

S60 doi

stop écouter
Ko leia tāfuti kua tu’u mai ka lau usi ’i futi.

A chaque main de bananes, on dénombre un rejet.

S61 doi

stop écouter
Fela’aki lona fakasolo o kaku ki le tā mulimuli la.

Et cela continue ainsi jusqu'à la dernière main de bananes.

S62 doi

stop écouter
Ko le tā mulimuli ki lalo ’oki e iai le futi e nofo i Futuna nei ko le lalama, ko lona tā mulimuli aia.

A la toute dernière main de bananes, tout en bas, se trouve le bananier qui vit ici à Futuna, le lalama, c'est la dernière main de bananes.

S63 doi

stop écouter
Ti ano loa a ia ki Asoa o faka’ilo ki ai ti ’au loa Asoa kātoa, o ano o vae a futi la.

L'homme repart à Asoa pour annoncer la nouvelle, et tous les gens d'Asoa viennent se partager les bananiers.

S64 doi

stop écouter
Fetuku e lātou ki Asoa kae tiaki e lātou a le mulimuli la i ai.

Ils les emportent à Asoa, mais ils laissent là le dernier.

S65 doi

stop écouter
O kaku mai ki leinei le temi na motou ma’uli i ai la ko le koga aia e tasi o Futuna nei na ma’ua ai le futi leia ko le lalama la.

Jusqu'à nos jours, c'est le seul endroit ici à Futuna où on trouve ce bananier là, le lalama.

S66 doi

stop écouter
Ko le gato’aga aia o le fakamatala ki le futi.

Voici la fin de l'histoire du bananier.

S67 doi

stop écouter
Ko lona tupu’aga na tupu i le fā’ulu o le puaka la.

Il est né de la tête d'un cochon.

S68 doi

stop écouter
***