La pêche de deux femmes à Ganiu doi


Lecture en continu :

Transcription par phrase
Autre

Traduction par phrase
fr
Transcription du texte complet


Traduction du texte complet
fr
**couper le déb ut (reprise après)**
Ko le pati o Gāniu.
Ko le moli na fai i Mala’e.
Ti ’au loa a le sā fafine o ano ki Gāniu o afa alā ’umu.
Natu loa lāua ki Gāniu la ko le tai po’uli, o sae olāua lama o tuku kae ifo lāua o fagota.
Natu loa lāua o fagota la o safe a le fagota’aga a le tasi a fafine kae veli le fagota’aga a le tasi a fafine.
Nake leia a fafine na safe a la’ana la a fagota’aga la o ano o fai la’ana ’umu ika kae nake leia a fafine na sala la’ana la a fagota’aga o tunu ana gā ika o kai.
Ti nofo a ia.
Kaku ki le afiafi ti fafa’u loa olāua lama, o po’uli, ti ifo lāua o lalama.
O toe safe fa’i a le lamaga a leia a fafine na safe le fagota’aga i le ’ao la, kae sala loa fa’i le lamaga a leia a fafine na sala i le ’ao la.
Ti pale ake lāua i ai o nake a leia a fafine na safe la’ana fagota’aga la’ana la a lamaga o fai la’ana ’umu ika, kae nake leia a fafine na sala la’ana la a lamaga o tunu ana gā ika o kai.
Ti momoe lāua.
’Ala ake lāua i le pogipogi usu, ti fela’aki mai loa a fai a leia a fafine na safe la’ana la fagota’aga la :
« Ga’aliki, ’au la a koe o nofo o afaafa ake la’au a ’umu na ka fano au na kua ma’ua la’aku a ’umu. »
Ti ano a leia a le fafine ki Alofitai o ’au a ia o ano ki Mala’e, kae nofo tokatasi loa a leia a fafine i Gāniu.
Nofonofo a ia ti ano loa a ia o sae ake o’ona a lama o nake loa a ia, afiafi, ti fafa’u o’ona a lama.
Ko lenā le fafa’u ona lama la ti tio a ia e pale ake a le ta’ine i ’one.
[E veli le logo… pāki fakafutuna]
Pale ake le ta’ine i ’one o nake o pati ake kiate ia :
« pe ko ai mo ia ? »
Pati atu a ia :
« Ko ia fa’i tokatasi.
Na ’au fa’i a ia mo le tasi a fafine ko le afa gā ’umu ki le moli i Mala’e.
Ti ku ma’ua le ’umu a leia a fafine, kua fano a ia, kae nofo loa au o afa la’aku a ’umu. »
Pati mai loa a le ta’ine la aia :
(Ko le fafine la ko le ta’ine o le sau o Gāniu o Maile.)
Fela'aki loa a’ana a fai :
« E kau alofa ai kiate koe ta ko le pō leinei e ’au ai a Gāniu nei o lalama.
Ti ka ’oki loa ou lama i le fafa’u ti ’aga loa a koe o velo ki fata, ti to’o lou kete mo lou kukuti o ave ki fata ti ke sopo loa o moe ki fata. »
Ko lenā fa’i le felilipoi mai la ti logo a ia i fata kua avake le lau, ’aumai mei le Matalesina la, ifo ake le lau i loto Gāniu.
Ti avake a le tasi a lau i Matavili.
Ko lātou lenā a nake o fai lalātou a māsolo i loto fale kae moe fa’i a ia i fata.
Ko lātou lenā a māsolo, ti pati mai :
« ano o ’o’ono a le tai. »
Ti ano o ’o’ono a le tai ti nake o pati ake : « koi ’ua. »
Ti toe fai fa’i le māsolo la.
Toe pati mai loa ke ano o ’o’ono a le tai, natu la, ku malō le tai.
Ti ’au loa a le fafine la aia o pati mai : « ku malō le tai ».
Ti pati mai : « tau a taka, tau olātou a taka, vene olātou a lama. »
Ti ifo loa lātou o lalama.
Fano loa lenā a lolotou lamaga la o ifo atu fa’i lātou ki ’one.
Ti fela’aki mai a fai a le ta’ine lenā o le sau la :
« Sa’ele atu mu’a a koutou kae ano mu’a a au o ’aumai loku sā taka e galo. »
Ti natu loa le ta’ine la aia o kalaga loa ki le fafine la i fata.
Ti ō ake a ia.
Ti pati atu a ia : « velo mai lou fui lama ».
Velo ake e ia a le fui lama la.
« To’o mai a lau kete mo lou kukuti. »
Ti ’aga a ia o fakato’o ake ki le ta’ine la.
Ti ifo ake a ia, ti pati atu a le ta’ine la aia : « Tau lau kete ».
Ti ’aga a ia o tau le kete.
« Vene lou fui lama. »
Ti vene a le fui lama la.
Ti ifo loa lāua o lalama.
O ifo lāua la e se lalama a le ta’ine la aia, a leia fafine e natu i Mala’e la.
E se lalama a ia.
Ko le ta'ine fa’i lenā na ifo ake i Gāniu la, lenā lalama la.
Fanofano loa leia lalā lāmaga, apele a le kete ti ’aga a ia o fakato’o ki le fafine la ke ano o tau ki se ’uluvao.
Ti ano a le fafine la aia o tau ki le ’uluvao ti ifo ake a ia o fano fa’i le lāmaga la.
Fanofano lāua o toe apele leia a kete ti pati a le ta’ine la aia ki le fafine la ke to’o leia a kete o ave ki se ’uluvao.
Ti fakama’uma’u a gāne’a la e tau ai la.
Ti ’ala ake loa a ia i le usu o ’au o avake loa ana kete la, o ave loa o fai a sana ’umu, o ta’o.
Ti ano loa a ia ki Alofitai, auase toe nofo loa a ia i Gāniu, na ko Gāniu e toe ifo mai i apogipogi o lalama.
’Aga loa a ia o fakato’o ana gā ika ki ai ke ano o tunu o kai.
Toe sopo a ia ki fata o moe ki ai.
La’ana loa lenā ano o tunu ana gā ika la.
’Oki i la’ana a kai, sopo a ia ki fata o moe ki ai.
Toe pale ake le lamaga la, e se mavete lātou kae toe nake a lātou la o māsolo fa’i i loto fale.
Ko le ’ao leia ka mafoa mai, tu’u loa lātou o tasi ano ki lona gāne’a na ’au mei ai.
Ka na pale ake leia a lolotou lamaga o ake la o vae mu’a.
Vae e lātou lenā lolotou lamaga la.
Ko le kete ika a le sau ti vae loa ia lātou fulifuli o tasi mo ia a le kete ika o tasi ano ki lona gāne’a nofo.
’Ala ake loa a le ta’ine la aia i le usu o ano loa o to’o ake ana kete ika na tau e ia i le 'uluvao la o nake o pū la’ana ’umu o ta’o ai ana ika la.
E ’oki atu fa’i la’ana la ’umu i le ta’o, nake a ia o tonatona tagaki atu a ia ki le Matalesina la e ’au mei ai le vaka alotasi.
’Au le vaka la aia tiotio atu fa’i a ia la, o tio atu ai a ia la ko lona tuaga’ane.
’Au fa’i le vaka la aia o sao ake i lenā le gāne’a e nofo ai la o sao ake la loa e ko lona tuaga’ane la.
Nake loa le tagata la aia, e ’au a ia mo le ’umu.
Na ’ala a ia i le po'uli i Mala’e o fai le ’umu, o tutu le faikai, ta’o mo le fāsele o fano loa ki lona tuaga’ane la.
Nake a ia mo lenā le ’umu la o ave o tafa.
Pati loa a le fafine la aia ki ai ke tafa’i ake fa’i se 'alaga e tasi, sana kofu faikai e tasi mo sana fā talo e tasi.
Kae ave loa e ia le ’umu o tau ki fale na e iai lona fe’ilo a le ta’ine la.
Ti fa’i a le tama la ki ai.
Ano a ia o tafa’i le ’alaga e tasi, sa’u mo le kofu faikai e tasi, mo le fā talo e tasi, ave o kai e le fafine la.
Kaikai a ia, kua mākona a ia, toe ave e ia a ne’a la o toe laku fa’i ki le polapola la, kae nake loa lāua o sopo ki le vaka la ka ’au loa lāua ki Alo nei.
Ko lenā fa’i le lā sopo atu ki le vaka la, tagaki mai a le fafine la aia e fakatōtō ake a le ta’ine la aia i le ana la.
Fela’aki loa la’ana a fai ki lona tuaga’ane la :
« Tā talitali mu’a na ko lenā loa fai loku fe’ilo la e ’au la. »
Ti talitali loa lāua, ko le nake fa’i lenā a le ta’ine la.
Nake a ia la o fakatau a le kasoa o le tama la fakasulu lo’ona a titi, fakatau le kasoa o le fafine la ti fakasulu lo’ona a titi.
Ti pati mai loa a le fafine la aia ki le ta’ine la :
« ’Au la o ano ki fale ko lenā lau ’umu e tau mei ai, o ke ano o ave ki ’uta na ka fano loa au. »
Poloaki loa lātou, sopo leia tautuaga’ane ki le vaka o ano, kae nofo le ta’ine la aia, tu’u a ia i le ’one o kalokalo atu.
Fano a le fafine la aia i tai e kalo mai fa’i a ia.
Fano lāua i tai la ti fanatu fa’i le ta’ine la aia ki 'uta.
Natu a ia la i ’uta o ano o tu’u.
E iai le fatu e loa ki tai i le gāne’a ko Vateta.
Ano loa a ia o sopo ki aluga o lenā le fatu la o tu’u i ai o kalo mai fa’i.
’Au’au loa le vaka la le’ese koi ’ea ake ti ifo loa a ia o ano o to’o le ’umu la o ano loa a ia ki lo’ona gāne’a, ki lo’ona la a tamana.
Kae ’au loa a le tautuaga’ane, e ’ala ake fa’i apogipogi ko le moli la.
’Au loa a le tama la aia o fai a le ’umu a lona tuaga’ane la i leia ake le aso o le moli la.
O toe tutu le faikai, ti toe ta’o le tasi a fāsele, fai loa mo lona sū ki lenā lana sāluga la na ’au mo ia mei Alofi la.
Ti au lofa’i ia kua ’oki lou fa’i, kua ‘oki lou fa’i.

Voici une histoire de Ganiu.
Il s’agit du jeu de lancer qui s’est déroulé à Mala’e.
Deux femmes se mettent en route pour Ganiu, en quête de vivres.
Quand elles arrivent à Ganiu, c’est la marée basse de nuit ; elles vont arracher de quoi faire des torches, déposent le tout, puis descendent pêcher sur le récif.
Elles s’en vont pêcher. L'une des femmes fait une bonne pêche tandis que l'autre n’attrape presque rien.
Celle qui a bien pêché s'en va préparer son mets de poissons cuits au four, tandis que celle qui a fait une mauvaise pêche va se griller des petits poissons pour les manger.
Et elle reste là.
Le lendemain soir, elles fabriquent des torches, et quand il fait nuit, elles descendent pêcher à la torche.
La femme qui avait fait une bonne pêche pendant le jour fait à nouveau une bonne pêche, tandis que celle qui avait fait une mauvaise pêche pendant le jour fait à nouveau une mauvaise pêche.
Elles remontent toutes deux. Celle qui a bien pêché à la torche prépare son mets de poissons cuits au four, tandis que celle qui a fait une mauvaise pêche grille ses petits poissons pour les manger.
Puis elles vont dormir.
Le lendemain matin, la femme qui a réussi une bonne pêche dit à l’autre femme :
« Chère amie, tu vas rester par ici pour chercher de quoi faire ton mets, moi je m’en vais, j’ai déjà le mien. »
Puis elle se met en route pour Alofitai, et va à Mala’e, tandis que l’autre femme reste toute seule à Ganiu.
Cette dernière va arracher de quoi faire des torches, et le soir, elle les fabrique.
Elle est en train de les fabriquer lorsqu'elle aperçoit une jeune fille qui monte sur la plage.

La jeune fille s'approche sur la plage, et lui dit :
« Qui y a t-il avec toi ? »
La femme lui répond :
« Je suis toute seule.
J’étais avec une autre femme pour préparer un petit mets à cuire au four pour la fête du lancer à Mala’e.
Mais l'autre femme a déjà préparé son mets, alors elle est partie, tandis que je reste ici pour chercher de quoi faire le mien. »
La jeune fille lui dit :
(Cette femme, c’est la fille du roi de Ganiu, de Maile.)
Elle lui dit ainsi :
« J’ai vraiment pitié de toi ; cette nuit, les gens de Ganiu vont aller pêcher à la torche.
Quand tu auras fini de fabriquer tes torches, tu les glisseras sur la plateforme, tu prendras ton panier et ton filet épuisette et les emportera sur la plateforme, puis tu sauteras pour aller dormir sur la plateforme. »
Quand vient le crépuscule, la femme entend depuis la plateforme qu’on a emporté les parts de vivres, les gens de Matalesina ont rapporté leur part, et l’ont descendu au centre de Ganiu.
Puis on a emporté les parts de Matavili.
Tous arrivent pour faire la fête dans la maison, tandis qu'elle est allongée sur la plateforme.
Au cours de la fête, quelqu'un dit :
« allons voir la mer. »
Ils vont voir la mer, reviennent : « la marée est encore haute. »
Et la fête continue.
Quelqu’un demande à nouveau qu’on aille voir l’état de la mer ; on y va, arrivés là : la marée est basse.
Une femme vient dire : « la marée est basse. »
Puis elle ajoute : « Prenez vos sandales, prenez vos torches sur le dos. »
Et ils descendent pour aller pêcher à la torche.
Ils partent pêcher et descendent jusqu’à la plage.
Puis la fille du roi dit ainsi :
« Allez devant, j'ai oublié de prendre mes sandales. »
La jeune fille retourne à la maison, et appelle la femme qui est sur la plateforme.
Cette dernière lui répond.
La jeune fille lui dit : « Tends-moi ta torche. »
La femme lui tend la torche.
« Prends ton panier et ton filet épuisette. »
La femme tend le tout à la jeune fille.
Puis elle descend jusqu’à elle ; la jeune fille lui dit : « prends ton panier ».
Et elle suspend sur elle le panier.
« Prend ta torche sur ton dos ».
La femme prend la torche sur son dos.
Puis elles descendent toutes deux pêcher à la torche.
Elles descendent. La jeune femme (celle qui est venu de Mala’e) ne pêche pas à la torche.
Elle ne pêche pas à la torche.
Elle descend seulement à Ganiu .
La pêche se poursuit, le panier se remplit, puis elle conseille à la femme d'aller le suspendre dans la brousse.
Alors la femme va suspendre le panier dans la brousse, puis elle revient vers elle, et part pêcher.
Elles avancent lentement, le panier est de nouveau rempli, et la jeune fille dit à la femme de prendre le panier et de l'emporter dans la brousse.
Les endroits où les paniers sont suspendus sont bien mémorisés.
Le lendemain au réveil, elle récupère ses paniers pour préparer son mets et le fait cuire.
Puis elle part pour Alofitai, il ne faut plus qu'elle reste à Ganiu, car à Ganiu, il y aura de nouveau le lendemain une pêche à la torche.
Elle prend quelques-uns de ses petits poissons et les fait griller pour manger.
Puis elle saute sur la plateforme pour y dormir.
Voilà qu'elle va griller ses petits poissons.
Quand elle a fini de manger, elle saute sur la plateforme pour y dormir.
Les pêcheurs montent à nouveau, ils ne se séparent pas, ils viennent à nouveau faire la fête dans la maison.
Quand point le jour, ils se lèvent, et chacun regagne l'endroit d'où il était venu.
Ils ont monté leur pêche, vidé et partagé les poissons.
Ils ont partagé leur pêche.
Il y a le panier de poisson du roi, puis tout est partagé entre eux, pour que chacun ait sa part de poissons, et chacun rentre chez soi.
Au matin, la jeune fille s'éveille et s'en va récupérer les paniers de poissons qu'elle avait suspendus dans la brousse, fait son four, et fait cuire ses poissons.
Quand les vivres sont cuits au four, elle va s'asseoir en attendant qu'un bateau à une place vienne de Matalesina.
Le bateau arrive, elle l'observe, et elle y voit son frère.
Le bateau arrive et accoste à l'endroit où elle se trouve, c'est bien son frère.
L'homme arrive, il vient avec les vivres du four.
La nuit à Mala’e, il s’était réveillé pour faire le four, griller les mets, et aussi pour cuire le gros cochon castré, avant d’aller voir sa soeur.
Il part avec les mets du four, il les l'emporte pour les découper.
La femme lui dit de découper un seul jambon, et de mettre de côté un paquet de vivres cuits et un taro.
Quand elle emporte les vivres pour les suspendre dans la maison, elle y trouve son amie.
Et voilà ce que fait le jeune homme.
Il va découper un jambon, retirer un paquet de vivres, et un taro, l'emporte pour que la femme le mange.
Elle mange un peu, et quand elle est rassasiée, elle prend la nourriture et la pose dans un grand panier, puis tous deux sautent dans le bateau et s'en vont à Alo.
Quand ils sautent dans le bateau, la femme se re tourne pour regarder, la jeune fille pleure doucement dans la grotte.
La femme dit à son frère :
« Attendons un peu, voilà mon amie qui arrive. »
Ils attendent un peu, la jeune fille arrive.
Elle arrive, le garçon lui passe autour du cou son collier et lui attache sa ceinture d'hibiscus, et la femme fait de même avec son collier et sa ceinture.
Puis la femme dit à la jeune fille :
« Va à la maison, tes vivres cuites au four y sont suspendues, tu vas les emporter à l’intérieur des terres, tandis je vais m'en aller. »
Ils se disent au revoir, le frère et la soeur sautent dans le bateau et s'en vont, tandis que la jeune fille reste sur la plage en agitant la main.
La femme s’éloigne en mer, et lui fait signe.
Le frère et la soeur s'en vont, et la jeune fille s'en va de son côté vers l'intérieur des terres.
Elle va vers l'intérieur des terres. A l'endroit nommé Vateta, il y a un rocher qui s'avance dans la mer.
A l'endroit nommé Vateta, il y a un rocher qui s'avance dans la mer.
Elle va vers ce rocher, et de là elle fait signe de la main.
Le bateau s'en va doucement, on le l'aperçoit plus, alors elle descend et va prendre les vivres, et s'en va chez elle, chez son père.
Le frère et la soeur s'en sont allés ; le lendemain, c'est le jeu du lancer.
Le garçon va préparer les vivres de sa soeur pour le lendemain, jour du lancer.
Il fait de nouveau cuire des vivres sous les pierres chaudes, fait de nouveau cuire au four un gros cochon castré, prépare aussi un mets ‘su’ avec la provision de poissons qu'il a apportée d'Alofi.
L’histoire est finie.

S1 doi

stop écouter
**couper le déb ut (reprise après)**

S2 doi

stop écouter
Ko le pati o Gāniu.

Voici une histoire de Ganiu.

S3 doi

stop écouter
Ko le moli na fai i Mala’e.

Il s’agit du jeu de lancer qui s’est déroulé à Mala’e.

S4 doi

stop écouter
Ti ’au loa a le sā fafine o ano ki Gāniu o afa alā ’umu.

Deux femmes se mettent en route pour Ganiu, en quête de vivres.

S5 doi

stop écouter
Natu loa lāua ki Gāniu la ko le tai po’uli, o sae olāua lama o tuku kae ifo lāua o fagota.

Quand elles arrivent à Ganiu, c’est la marée basse de nuit ; elles vont arracher de quoi faire des torches, déposent le tout, puis descendent pêcher sur le récif.

S6 doi

stop écouter
Natu loa lāua o fagota la o safe a le fagota’aga a le tasi a fafine kae veli le fagota’aga a le tasi a fafine.

Elles s’en vont pêcher. L'une des femmes fait une bonne pêche tandis que l'autre n’attrape presque rien.

S7 doi

stop écouter
Nake leia a fafine na safe a la’ana la a fagota’aga la o ano o fai la’ana ’umu ika kae nake leia a fafine na sala la’ana la a fagota’aga o tunu ana gā ika o kai.

Celle qui a bien pêché s'en va préparer son mets de poissons cuits au four, tandis que celle qui a fait une mauvaise pêche va se griller des petits poissons pour les manger.

S8 doi

stop écouter
Ti nofo a ia.

Et elle reste là.

S9 doi

stop écouter
Kaku ki le afiafi ti fafa’u loa olāua lama, o po’uli, ti ifo lāua o lalama.

Le lendemain soir, elles fabriquent des torches, et quand il fait nuit, elles descendent pêcher à la torche.

S10 doi

stop écouter
O toe safe fa’i a le lamaga a leia a fafine na safe le fagota’aga i le ’ao la, kae sala loa fa’i le lamaga a leia a fafine na sala i le ’ao la.

La femme qui avait fait une bonne pêche pendant le jour fait à nouveau une bonne pêche, tandis que celle qui avait fait une mauvaise pêche pendant le jour fait à nouveau une mauvaise pêche.

S11 doi

stop écouter
Ti pale ake lāua i ai o nake a leia a fafine na safe la’ana fagota’aga la’ana la a lamaga o fai la’ana ’umu ika, kae nake leia a fafine na sala la’ana la a lamaga o tunu ana gā ika o kai.

Elles remontent toutes deux. Celle qui a bien pêché à la torche prépare son mets de poissons cuits au four, tandis que celle qui a fait une mauvaise pêche grille ses petits poissons pour les manger.

S12 doi

stop écouter
Ti momoe lāua.

Puis elles vont dormir.

S13 doi

stop écouter
’Ala ake lāua i le pogipogi usu, ti fela’aki mai loa a fai a leia a fafine na safe la’ana la fagota’aga la :

Le lendemain matin, la femme qui a réussi une bonne pêche dit à l’autre femme :

S14 doi

stop écouter
« Ga’aliki, ’au la a koe o nofo o afaafa ake la’au a ’umu na ka fano au na kua ma’ua la’aku a ’umu. »

« Chère amie, tu vas rester par ici pour chercher de quoi faire ton mets, moi je m’en vais, j’ai déjà le mien. »

S15 doi

stop écouter
Ti ano a leia a le fafine ki Alofitai o ’au a ia o ano ki Mala’e, kae nofo tokatasi loa a leia a fafine i Gāniu.

Puis elle se met en route pour Alofitai, et va à Mala’e, tandis que l’autre femme reste toute seule à Ganiu.

S16 doi

stop écouter
Nofonofo a ia ti ano loa a ia o sae ake o’ona a lama o nake loa a ia, afiafi, ti fafa’u o’ona a lama.

Cette dernière va arracher de quoi faire des torches, et le soir, elle les fabrique.

S17 doi

stop écouter
Ko lenā le fafa’u ona lama la ti tio a ia e pale ake a le ta’ine i ’one.

Elle est en train de les fabriquer lorsqu'elle aperçoit une jeune fille qui monte sur la plage.

S18 doi

stop écouter
[E veli le logo… pāki fakafutuna]

S19 doi

stop écouter
Pale ake le ta’ine i ’one o nake o pati ake kiate ia :

La jeune fille s'approche sur la plage, et lui dit :

S20 doi

stop écouter
« pe ko ai mo ia ? »

« Qui y a t-il avec toi ? »

S21 doi

stop écouter
Pati atu a ia :

La femme lui répond :

S22 doi

stop écouter
« Ko ia fa’i tokatasi.

« Je suis toute seule.

S23 doi

stop écouter
Na ’au fa’i a ia mo le tasi a fafine ko le afa gā ’umu ki le moli i Mala’e.

J’étais avec une autre femme pour préparer un petit mets à cuire au four pour la fête du lancer à Mala’e.

S24 doi

stop écouter
Ti ku ma’ua le ’umu a leia a fafine, kua fano a ia, kae nofo loa au o afa la’aku a ’umu. »

Mais l'autre femme a déjà préparé son mets, alors elle est partie, tandis que je reste ici pour chercher de quoi faire le mien. »

S25 doi

stop écouter
Pati mai loa a le ta’ine la aia :

La jeune fille lui dit :

S26 doi

stop écouter
(Ko le fafine la ko le ta’ine o le sau o Gāniu o Maile.)

(Cette femme, c’est la fille du roi de Ganiu, de Maile.)

S27 doi

stop écouter
Fela'aki loa a’ana a fai :

Elle lui dit ainsi :

S28 doi

stop écouter
« E kau alofa ai kiate koe ta ko le pō leinei e ’au ai a Gāniu nei o lalama.

« J’ai vraiment pitié de toi ; cette nuit, les gens de Ganiu vont aller pêcher à la torche.

S29 doi

stop écouter
Ti ka ’oki loa ou lama i le fafa’u ti ’aga loa a koe o velo ki fata, ti to’o lou kete mo lou kukuti o ave ki fata ti ke sopo loa o moe ki fata. »

Quand tu auras fini de fabriquer tes torches, tu les glisseras sur la plateforme, tu prendras ton panier et ton filet épuisette et les emportera sur la plateforme, puis tu sauteras pour aller dormir sur la plateforme. »

S30 doi

stop écouter
Ko lenā fa’i le felilipoi mai la ti logo a ia i fata kua avake le lau, ’aumai mei le Matalesina la, ifo ake le lau i loto Gāniu.

Quand vient le crépuscule, la femme entend depuis la plateforme qu’on a emporté les parts de vivres, les gens de Matalesina ont rapporté leur part, et l’ont descendu au centre de Ganiu.

S31 doi

stop écouter
Ti avake a le tasi a lau i Matavili.

Puis on a emporté les parts de Matavili.

S32 doi

stop écouter
Ko lātou lenā a nake o fai lalātou a māsolo i loto fale kae moe fa’i a ia i fata.

Tous arrivent pour faire la fête dans la maison, tandis qu'elle est allongée sur la plateforme.

S33 doi

stop écouter
Ko lātou lenā a māsolo, ti pati mai :

Au cours de la fête, quelqu'un dit :

S34 doi

stop écouter
« ano o ’o’ono a le tai. »

« allons voir la mer. »

S35 doi

stop écouter
Ti ano o ’o’ono a le tai ti nake o pati ake : « koi ’ua. »

Ils vont voir la mer, reviennent : « la marée est encore haute. »

S36 doi

stop écouter
Ti toe fai fa’i le māsolo la.

Et la fête continue.

S37 doi

stop écouter
Toe pati mai loa ke ano o ’o’ono a le tai, natu la, ku malō le tai.

Quelqu’un demande à nouveau qu’on aille voir l’état de la mer ; on y va, arrivés là : la marée est basse.

S38 doi

stop écouter
Ti ’au loa a le fafine la aia o pati mai : « ku malō le tai ».

Une femme vient dire : « la marée est basse. »

S39 doi

stop écouter
Ti pati mai : « tau a taka, tau olātou a taka, vene olātou a lama. »

Puis elle ajoute : « Prenez vos sandales, prenez vos torches sur le dos. »

S40 doi

stop écouter
Ti ifo loa lātou o lalama.

Et ils descendent pour aller pêcher à la torche.

S41 doi

stop écouter
Fano loa lenā a lolotou lamaga la o ifo atu fa’i lātou ki ’one.

Ils partent pêcher et descendent jusqu’à la plage.

S42 doi

stop écouter
Ti fela’aki mai a fai a le ta’ine lenā o le sau la :

Puis la fille du roi dit ainsi :

S43 doi

stop écouter
« Sa’ele atu mu’a a koutou kae ano mu’a a au o ’aumai loku sā taka e galo. »

« Allez devant, j'ai oublié de prendre mes sandales. »

S44 doi

stop écouter
Ti natu loa le ta’ine la aia o kalaga loa ki le fafine la i fata.

La jeune fille retourne à la maison, et appelle la femme qui est sur la plateforme.

S45 doi

stop écouter
Ti ō ake a ia.

Cette dernière lui répond.

S46 doi

stop écouter
Ti pati atu a ia : « velo mai lou fui lama ».

La jeune fille lui dit : « Tends-moi ta torche. »

S47 doi

stop écouter
Velo ake e ia a le fui lama la.

La femme lui tend la torche.

S48 doi

stop écouter
« To’o mai a lau kete mo lou kukuti. »

« Prends ton panier et ton filet épuisette. »

S49 doi

stop écouter
Ti ’aga a ia o fakato’o ake ki le ta’ine la.

La femme tend le tout à la jeune fille.

S50 doi

stop écouter
Ti ifo ake a ia, ti pati atu a le ta’ine la aia : « Tau lau kete ».

Puis elle descend jusqu’à elle ; la jeune fille lui dit : « prends ton panier ».

S51 doi

stop écouter
Ti ’aga a ia o tau le kete.

Et elle suspend sur elle le panier.

S52 doi

stop écouter
« Vene lou fui lama. »

« Prend ta torche sur ton dos ».

S53 doi

stop écouter
Ti vene a le fui lama la.

La femme prend la torche sur son dos.

S54 doi

stop écouter
Ti ifo loa lāua o lalama.

Puis elles descendent toutes deux pêcher à la torche.

S55 doi

stop écouter
O ifo lāua la e se lalama a le ta’ine la aia, a leia fafine e natu i Mala’e la.

Elles descendent. La jeune femme (celle qui est venu de Mala’e) ne pêche pas à la torche.

S56 doi

stop écouter
E se lalama a ia.

Elle ne pêche pas à la torche.

S57 doi

stop écouter
Ko le ta'ine fa’i lenā na ifo ake i Gāniu la, lenā lalama la.

Elle descend seulement à Ganiu .

S58 doi

stop écouter
Fanofano loa leia lalā lāmaga, apele a le kete ti ’aga a ia o fakato’o ki le fafine la ke ano o tau ki se ’uluvao.

La pêche se poursuit, le panier se remplit, puis elle conseille à la femme d'aller le suspendre dans la brousse.

S59 doi

stop écouter
Ti ano a le fafine la aia o tau ki le ’uluvao ti ifo ake a ia o fano fa’i le lāmaga la.

Alors la femme va suspendre le panier dans la brousse, puis elle revient vers elle, et part pêcher.

S60 doi

stop écouter
Fanofano lāua o toe apele leia a kete ti pati a le ta’ine la aia ki le fafine la ke to’o leia a kete o ave ki se ’uluvao.

Elles avancent lentement, le panier est de nouveau rempli, et la jeune fille dit à la femme de prendre le panier et de l'emporter dans la brousse.

S61 doi

stop écouter
Ti fakama’uma’u a gāne’a la e tau ai la.

Les endroits où les paniers sont suspendus sont bien mémorisés.

S62 doi

stop écouter
Ti ’ala ake loa a ia i le usu o ’au o avake loa ana kete la, o ave loa o fai a sana ’umu, o ta’o.

Le lendemain au réveil, elle récupère ses paniers pour préparer son mets et le fait cuire.

S63 doi

stop écouter
Ti ano loa a ia ki Alofitai, auase toe nofo loa a ia i Gāniu, na ko Gāniu e toe ifo mai i apogipogi o lalama.

Puis elle part pour Alofitai, il ne faut plus qu'elle reste à Ganiu, car à Ganiu, il y aura de nouveau le lendemain une pêche à la torche.

S64 doi

stop écouter
’Aga loa a ia o fakato’o ana gā ika ki ai ke ano o tunu o kai.

Elle prend quelques-uns de ses petits poissons et les fait griller pour manger.

S65 doi

stop écouter
Toe sopo a ia ki fata o moe ki ai.

Puis elle saute sur la plateforme pour y dormir.

S66 doi

stop écouter
La’ana loa lenā ano o tunu ana gā ika la.

Voilà qu'elle va griller ses petits poissons.

S67 doi

stop écouter
’Oki i la’ana a kai, sopo a ia ki fata o moe ki ai.

Quand elle a fini de manger, elle saute sur la plateforme pour y dormir.

S68 doi

stop écouter
Toe pale ake le lamaga la, e se mavete lātou kae toe nake a lātou la o māsolo fa’i i loto fale.

Les pêcheurs montent à nouveau, ils ne se séparent pas, ils viennent à nouveau faire la fête dans la maison.

S69 doi

stop écouter
Ko le ’ao leia ka mafoa mai, tu’u loa lātou o tasi ano ki lona gāne’a na ’au mei ai.

Quand point le jour, ils se lèvent, et chacun regagne l'endroit d'où il était venu.

S70 doi

stop écouter
Ka na pale ake leia a lolotou lamaga o ake la o vae mu’a.

Ils ont monté leur pêche, vidé et partagé les poissons.

S71 doi

stop écouter
Vae e lātou lenā lolotou lamaga la.

Ils ont partagé leur pêche.

S72 doi

stop écouter
Ko le kete ika a le sau ti vae loa ia lātou fulifuli o tasi mo ia a le kete ika o tasi ano ki lona gāne’a nofo.

Il y a le panier de poisson du roi, puis tout est partagé entre eux, pour que chacun ait sa part de poissons, et chacun rentre chez soi.

S73 doi

stop écouter
’Ala ake loa a le ta’ine la aia i le usu o ano loa o to’o ake ana kete ika na tau e ia i le 'uluvao la o nake o pū la’ana ’umu o ta’o ai ana ika la.

Au matin, la jeune fille s'éveille et s'en va récupérer les paniers de poissons qu'elle avait suspendus dans la brousse, fait son four, et fait cuire ses poissons.

S74 doi

stop écouter
E ’oki atu fa’i la’ana la ’umu i le ta’o, nake a ia o tonatona tagaki atu a ia ki le Matalesina la e ’au mei ai le vaka alotasi.

Quand les vivres sont cuits au four, elle va s'asseoir en attendant qu'un bateau à une place vienne de Matalesina.

S75 doi

stop écouter
’Au le vaka la aia tiotio atu fa’i a ia la, o tio atu ai a ia la ko lona tuaga’ane.

Le bateau arrive, elle l'observe, et elle y voit son frère.

S76 doi

stop écouter
’Au fa’i le vaka la aia o sao ake i lenā le gāne’a e nofo ai la o sao ake la loa e ko lona tuaga’ane la.

Le bateau arrive et accoste à l'endroit où elle se trouve, c'est bien son frère.

S77 doi

stop écouter
Nake loa le tagata la aia, e ’au a ia mo le ’umu.

L'homme arrive, il vient avec les vivres du four.

S78 doi

stop écouter
Na ’ala a ia i le po'uli i Mala’e o fai le ’umu, o tutu le faikai, ta’o mo le fāsele o fano loa ki lona tuaga’ane la.

La nuit à Mala’e, il s’était réveillé pour faire le four, griller les mets, et aussi pour cuire le gros cochon castré, avant d’aller voir sa soeur.

S79 doi

stop écouter
Nake a ia mo lenā le ’umu la o ave o tafa.

Il part avec les mets du four, il les l'emporte pour les découper.

S80 doi

stop écouter
Pati loa a le fafine la aia ki ai ke tafa’i ake fa’i se 'alaga e tasi, sana kofu faikai e tasi mo sana fā talo e tasi.

La femme lui dit de découper un seul jambon, et de mettre de côté un paquet de vivres cuits et un taro.

S81 doi

stop écouter
Kae ave loa e ia le ’umu o tau ki fale na e iai lona fe’ilo a le ta’ine la.

Quand elle emporte les vivres pour les suspendre dans la maison, elle y trouve son amie.

S82 doi

stop écouter
Ti fa’i a le tama la ki ai.

Et voilà ce que fait le jeune homme.

S83 doi

stop écouter
Ano a ia o tafa’i le ’alaga e tasi, sa’u mo le kofu faikai e tasi, mo le fā talo e tasi, ave o kai e le fafine la.

Il va découper un jambon, retirer un paquet de vivres, et un taro, l'emporte pour que la femme le mange.

S84 doi

stop écouter
Kaikai a ia, kua mākona a ia, toe ave e ia a ne’a la o toe laku fa’i ki le polapola la, kae nake loa lāua o sopo ki le vaka la ka ’au loa lāua ki Alo nei.

Elle mange un peu, et quand elle est rassasiée, elle prend la nourriture et la pose dans un grand panier, puis tous deux sautent dans le bateau et s'en vont à Alo.

S85 doi

stop écouter
Ko lenā fa’i le lā sopo atu ki le vaka la, tagaki mai a le fafine la aia e fakatōtō ake a le ta’ine la aia i le ana la.

Quand ils sautent dans le bateau, la femme se re tourne pour regarder, la jeune fille pleure doucement dans la grotte.

S86 doi

stop écouter
Fela’aki loa la’ana a fai ki lona tuaga’ane la :

La femme dit à son frère :

S87 doi

stop écouter
« Tā talitali mu’a na ko lenā loa fai loku fe’ilo la e ’au la. »

« Attendons un peu, voilà mon amie qui arrive. »

S88 doi

stop écouter
Ti talitali loa lāua, ko le nake fa’i lenā a le ta’ine la.

Ils attendent un peu, la jeune fille arrive.

S89 doi

stop écouter
Nake a ia la o fakatau a le kasoa o le tama la fakasulu lo’ona a titi, fakatau le kasoa o le fafine la ti fakasulu lo’ona a titi.

Elle arrive, le garçon lui passe autour du cou son collier et lui attache sa ceinture d'hibiscus, et la femme fait de même avec son collier et sa ceinture.

S90 doi

stop écouter
Ti pati mai loa a le fafine la aia ki le ta’ine la :

Puis la femme dit à la jeune fille :

S91 doi

stop écouter
« ’Au la o ano ki fale ko lenā lau ’umu e tau mei ai, o ke ano o ave ki ’uta na ka fano loa au. »

« Va à la maison, tes vivres cuites au four y sont suspendues, tu vas les emporter à l’intérieur des terres, tandis je vais m'en aller. »

S92 doi

stop écouter
Poloaki loa lātou, sopo leia tautuaga’ane ki le vaka o ano, kae nofo le ta’ine la aia, tu’u a ia i le ’one o kalokalo atu.

Ils se disent au revoir, le frère et la soeur sautent dans le bateau et s'en vont, tandis que la jeune fille reste sur la plage en agitant la main.

S93 doi

stop écouter
Fano a le fafine la aia i tai e kalo mai fa’i a ia.

La femme s’éloigne en mer, et lui fait signe.

S94 doi

stop écouter
Fano lāua i tai la ti fanatu fa’i le ta’ine la aia ki 'uta.

Le frère et la soeur s'en vont, et la jeune fille s'en va de son côté vers l'intérieur des terres.

S95 doi

stop écouter
Natu a ia la i ’uta o ano o tu’u.

Elle va vers l'intérieur des terres. A l'endroit nommé Vateta, il y a un rocher qui s'avance dans la mer.

S96 doi

stop écouter
E iai le fatu e loa ki tai i le gāne’a ko Vateta.

A l'endroit nommé Vateta, il y a un rocher qui s'avance dans la mer.

S97 doi

stop écouter
Ano loa a ia o sopo ki aluga o lenā le fatu la o tu’u i ai o kalo mai fa’i.

Elle va vers ce rocher, et de là elle fait signe de la main.

S98 doi

stop écouter
’Au’au loa le vaka la le’ese koi ’ea ake ti ifo loa a ia o ano o to’o le ’umu la o ano loa a ia ki lo’ona gāne’a, ki lo’ona la a tamana.

Le bateau s'en va doucement, on le l'aperçoit plus, alors elle descend et va prendre les vivres, et s'en va chez elle, chez son père.

S99 doi

stop écouter
Kae ’au loa a le tautuaga’ane, e ’ala ake fa’i apogipogi ko le moli la.

Le frère et la soeur s'en sont allés ; le lendemain, c'est le jeu du lancer.

S100 doi

stop écouter
’Au loa a le tama la aia o fai a le ’umu a lona tuaga’ane la i leia ake le aso o le moli la.

Le garçon va préparer les vivres de sa soeur pour le lendemain, jour du lancer.

S101 doi

stop écouter
O toe tutu le faikai, ti toe ta’o le tasi a fāsele, fai loa mo lona sū ki lenā lana sāluga la na ’au mo ia mei Alofi la.

Il fait de nouveau cuire des vivres sous les pierres chaudes, fait de nouveau cuire au four un gros cochon castré, prépare aussi un mets ‘su’ avec la provision de poissons qu'il a apportée d'Alofi.

S102 doi

stop écouter
Ti au lofa’i ia kua ’oki lou fa’i, kua ‘oki lou fa’i.

L’histoire est finie.