Sina d'Asoa et Sina d'Alofi doi


Lecture en continu :

Transcription par phrase
Autre

Traduction par phrase
fr
Transcription du texte complet


Traduction du texte complet
fr
Ko le fakamatala ka fai atu ko le fakamatala o le sā ta’ineliki, ko nā kaufafine i leia le temi la ko Sina Asoa mo Sina Alofi.
Ti ko le fai o le lā kaufafine i lenā le temi la na lā feano’aki.
Ko le vasa’a e lā nofo ai i Asoa i le kāiga o Sina Asoa mo le vasa’a ku lā siki ai o nofo i Alofi i le kāiga o Sina Alofi.
E fefai’aki fena’aki le ano’aga o le ma’uli o le sā ta’ineliki la.
Ti kaku ki le tasi a aso kua pati mai loa Sina Alofi aia ke afa ni olā āvaga, ti afa loa a le āvaga o Sina Asoa.
O ma’ua lona āvaga, āvaga ki Tavai.
Ti i le ’oki o le āvaga o Sina Asoa, nofo a ia kua ’oki a aso e tolu ti ma’ua e ia le logo leki’aise āvaga Sina Alofi aia.
Ko lenā le temi e ma’ua ai e ia le logo leki’aise āvaga Sina Alofi aia ku le’ese fīmālie lona loto ki se ne’a fua e tasi.
Ti manatu loa a ia ke folau tāvaka a ia, ke ano a ia o puli ke mate a ia.
’Aga a ia o fakasoa a niu matu’u i Asoa o fano a ia i le po’uli o fano a ia ki Alofi.
Tau atu ki Alofi o natu a ia e fai le māsolo i le kāiga o Sina Alofi la.
Ti fanatu a ia o tu’u i fafo o tītī e ia Sina Alofi ki le gā fā fatu ti ulu ake a Sina Alofi ki fafo.
Ti ulu ake a Sina Alofi ki fafo ti pati atu a ia :
« E kau ’au nei ke tā felāvei ko lona ano’aga kua sala le fakatokatoka o le kaufafine leia o tāua la.
Na pati a koe ke fai ni otā āvaga ti fai loku āvaga ti ko leinei e ma’ua laku tonu leki’aise āvaga a koe.
Ti e kau ’au nei ko leinei koi māsolo fa’i uvā o Alofi iate koe la.
Ti e kau ’au nei ke tā felāvei i le ano’aga o le kaufafine o tāua ti mavae loa au.
Ti mavae loa au, e kau folau tāvaka pe kofea se potu e kau ano o mate i ai ».
Ti ko le tali loa a Sina Alofi na fai kia Sina Asoa :
« Ko le koga lenā na kau ’aga o fai atu la na kau manatu fa’i ke fakafela’aki kae na le’ese manatu loa au.
E uā fakavilivili loa taga kua nofo a koe kua tokamālie fa’i lou āvaga ko ia kua vave lou āvaga kae ki laku nofo e kau amanaki ke fai ni āvaga mo tāua tokalua.
Ti ko leinei kua ’au a koe i le potu fakafena’aki ti e ko le tonu e tasi e tonu ke fai ke ti’aki ne’a fuli kae ano tāua.
Ko leia le tā kaufafine la le’ese mafai loa ke tuku e au a koe ke ke ano kae nofo loa au o ma’uli.
Ti kā kua tonu iate koe ke ke folau ti e fakafela’aki mo au, e ano loa au i ou muli pe kofea se potu e tā ano o mamate ki ai. ».
Ti ano lāua o fakasoa a niu matu’u i Alofitai o fai ai le vaka o Sina Alofi aia.
O tasitasi mo ia lāua mo lona vakā niu matu’u o fano ai lāua, e ano lāua la i vakā niu.
Lā ano lenā kua kite a Fiti kia lāua.
Lenā le kite o Fiti kia lāua, kua ofi lāua ki ai ti logo Sina Asoa aia kua pati ake a Sina Alofi aia ko ia la kua logo a ia kiate ia ko ia la kā mate.
Lenā, ti pati loa a Sina Asoa aia :
« Kāpau loa ko koe la ka ke mate ti ’au la a koe o nofo i leinei.
Nofo a koe i leinei kae fakakaku e au le folau a tāua la pe kaku pe tā toe mamate tokalua fa’i.
Kae e kau kole loa kiate koe e nofo a koe i leinei la, kae e iai loa nī’iki i le temi ki muli i le fenua o tāua la e ’au i leinei le ala e tā ’au ai la ti ke tokoi a koe ki ai. ».
E fakafela’aki le ano’aga o le fakatokatoka o le lā kaufafine la.
’Oki ti felāvei lāua o poloaki ti mate Sina Alofi aia i lenā le potu tai la kua lā kaku ki ai la, kae fakakaku loa le folau a lāua la e Sina Asoa.
Ti tau Sina Asoa ki Fiti o tau a ia ki le mu’ā ala o le sau leia o Fiti la.
Ko le igoa o le sau o Fiti la i lenā le temi la ko Tui Fiti.
Tau ki ai, kua le’ese mafai foki e le fafine le tu’u ki aluga.
Kua ga’ega’e ko leia foki le kakau atu la.
Ifo ake le toe ki ’one o ma’ua a Sina Asoa aia ti pale ake a ia i ai o fano o faka’ilo ki lona tamana.
Ti ifo ake le tagata la aia o tio ti to’o mai e ia le igoa o le fafine ko Sina Asoa.
Ko lona ano’aga ko Fiti i lenā le temi la, e nofo a Fiti i lenā lakaga la, e leki’aise nofo lātou la ko ni kilisiteano mālama.
E nofo lātou ko temonio ātā.
E ’iloa fa’i e lātou a ne’a fulifuli e fai i gāne’a fulifuli.
O nake fa’i Tui Fiti aia o to’o ake le igoa o Sina Asoa ko Sina Asoa.
Ave e ia ki fale ti tā e ia le lali o ma’opo’opo a Fiti kātoa.
Ti fakatotonu e ia kā tio ki le fafine la, i se gāne’a ti fai fakamālielie na ko lona āvaga, auase ’aga lātou o tamate.
O tupu ai le sā o Sina Asoa i Fiti.
Ko lona ’uiga leia kua āvaga a ia mo le sau leia o Fiti la.
O tina’e le fafine la aia o fānau lolā toe ko le toe tagata o faka’igoa lenā le toe o lāua la e le matu’a la kiate ia fa’i ko Tui Fiti.
Nofo lenā a le gā toe o lasilasi ake ti tagi a ia ke ano a ia o ’alo ’alo, ke afa ake sona vaka ke ano a ia o ’alo ’alo.
Ti kakau e Tui Fiti aia ke ano o pati ki le kāiga ke ’ala ake i le usu kua tau le vaka i ’one.
’Ala ake kua tau le vaka.
Natu le gā tama la aia o eke ki ai o fano.
Ko leia fa’i kā puli a Fiti la ti sopokia lona vaka la e le tai la.
Ti liliu lona vaka la ki Fiti.
Fakaau ke toe tā sona vaka ke lasi ake.
O fai o kaku loa ki lona tu’atolu.
Ko lona vaka loa kua feauga, kua lasi.
Ti fanatu lona vaka la o fakaano ke puli a Fiti la ti tutu’u le matagi o Fiti la ti fano ai le tama o tau ki Toga.
O tau la tama la ki Toga, o tau la ki le kāiga o le sau o Toga la.
Tau e ia lona vaka la i ’one kae palepale atu a ia ki le fale leia o le sau o Toga, e iai le la’akau e tu’u i le mu’ā ala leia o le kāiga o le sau la, ko le mapa.
Fanatu a ia o kake i le mapa la o ano o eke i aluga.
E se ko le leleu loa leia o le mapa la.
Ko lenā la’ana tio mai kua ’au le ta’ine, taga ko le ta’ine aia o le sau o Toga la.
O nofo mai o ofi mai ki le gāne’a leia i le la’akau la.
Ti mafuli ake a ia o paki’i le fā mapa o ’u’uti e ia le potu o le fā mapa la o kai kae titī e ia le ta’ine la ki le tasi a potu.
Mafuli ake le ta’ine la aia o tio’i a nifo o le tama la e ma’iloga i le fā mapa la ti kai faka’oki e ia a le fā mapa la.
Ti ifo a ia ki lalo o sopo ki lona vaka o fano ki Fiti.
’Oki a ’aso e tolu ti toe ’au a ia o ano ki Toga.
Ti toe natu fa’i a ia o kake i le mapa lenā i le mu’ā fale lenā o le sau la.
Kā kua afa loa se āvaga mo le ta’ine la i Toga.
Ke afa ē sona āvaga talie kua tonu i le sau o Toga ke afa se āvaga mo lona ta’ine la.
’Oki fuli a tamaliki o Toga i le fakaau ke āvaga mo le ta’ine le’ese tali e le ta’ine la aia.
Ko lona ano’aga leia kua laukau le ta’ine la aia i lenā le tama e tautau ’au i le vaka la.
Faka’ilo loa e ia ko lona āvaga la ko leia fa’i lona la’akau e tu’u i lona mu’ā kāiga la ke ano alā tagata la o tapō lona āvaga aia.
Lenā o tapō loa le tagata la i Toga o āvaga loa mo le ta’ine lenā o le sau Toga la.
O nofo ai lāua i Toga tio faka’ilo loa e Tui Fiti aia ko ia la kua fia liliu ki Fiti.
Lenā ti pati loa le sau lenā o Toga ke lā ano tokalua, ke ano lāua talie kua ’oki lāua i le āvaga.
O ano mu’a o tū atu ki ona mātu’a la i Fiti.
Ti liliu ai loa lāua ki Fiti.
Ti liliu ai loa lāua ki Fiti la, ko fā kilisiteano mālama lāua tokalua.
O ano lāua o nonofo i Fiti o tupu ai alāua fānau.
Ti feāvaga’aki alāua fānau o fakakakai mai ai loa a Fiti.
Ko le tupu’aga lenā o le fakakakai o Fiti ki fenua mālama.
E kamata tāfito la ko tātou i Futuna nei, ko lenā le fafine ko Sina Asoa la.
Ti āvaga lona tama la ki Toga … ti ko le lā fānau loa leia e tupu ai le fakakakai o Fiti la ki le kakai mālama leia o leinei le temi la.
O fakakakai mai ai a Fiti o kaku mai ki leinei le temi la.
Ko le gato’aga aia o le fakamatala lenā o le folau a Sina Asoa mo Sina Alofi.
Ku ’oki loa.
L’histoire que je vais vous raconter concerne deux fillettes qui, en ce temps-là, étaient amies : Sina d’Asoa et Sina d’Alofi.
Ces deux jeunes filles avaient pour coutume, à cette époque-là, d’aller tantôt chez l’une tantôt chez l’autre.
Une semaine elles restaient à Asoa chez Sina d’Asoa, une semaine elles restaient à Alofi chez Sina d’Alofi.
Il leur plaisait de vivre ainsi.
Un jour, Sina d’Alofi déclara qu’il leur fallait chercher des maris ; Sina d’Asoa se met à en chercher un.
Et elle se trouve un mari, et se marie à Tavai.
Après son mariage, elle attend trois jours, et apprend que Sina d’Alofi n’est toujours pas mariée.
Quand elle apprend que Sina d’Alofi n’est toujours pas mariée, elle ne se sent pas bien par rapport à son propre mariage.
Alors il lui prend l’idée de s’enfuir en bateau, de partir pour disparaître, pour mourir.
Elle attache des cocos deux par deux, à Asoa, et elle part de nuit, elle part pour Alofi.
Elle débarque à Alofi et se dirige là où a lieu une fête, au domaine de Sina d’Alofi.
Elle arrive, reste à l’extérieur et jette un petit caillou pour faire sortir Sina d’Alofi.
Sina d’Alofi sort, et Sina d’Asoa lui dit :
« Je suis venue ici pour te voir, la raison en est que notre pacte, entre nous deux qui sommes amies, a été rompu.
Tu avais dit que nous devions nous marier, moi je l’ai fait, mais je découvre que toi, tu n’es pas encore mariée.
Et je suis ici maintenant, et je m’aperçois que tu fais encore la fête chez toi avec les jeunes célibataires d’Alofi.
Je suis venue ici te voir, en raison de notre amitié, mais je vais repartir.
Après t’avoir quittée, je m’enfuierai en bateau pour aller mourir quelque part. »
Voici ce que répondit Sina d’Alofi à Sina d’Asoa :
« Le mal que je t’ai fait, je l’ai fait sans le vouloir.
Tout a été trop rapide, tu t’es installée, ton mariage était déjà négocié, c’est pour cela que tout a été très vite, tu t’es marié tandis que de mon côté, j’espérais que nous célèbrerions nos mariages ensemble.
Mais tu as eu raison de venir ainsi : il nous faut tout abandonner et partir toutes les deux.
En raison de notre pacte d’amitié, je ne peux pas te laisser partir seule et continuer à vivre ici.
Alors si tu penses qu’il faut partir, je ferai de même, je te suivrai là où nous irons pour mourir. »
Elles vont attacher des cocos secs deux par deux, à Alofitai, pour fabriquer un bateau pour Sina d’Alofi.
Chacune ayant un bateau en cocos secs, elles partent, elles s’en vont sur leurs bateaux en cocos.
Elles voguent, et Fidji apparaît au loin.
Fidji apparaît devant elles, et tout en s’en approchant, Sina d’Asoa entend que Sina d’Alofi lui dit qu’elle sent qu’elle va mourir.
Sina d’Asoa lui répond :
« Si tu sens que tu vas mourir, alors, viens et reste ici.
Tu vas rester ici tandis que je vais poursuivre notre voyage, et soit j’y parviendrai, soit nous mourrons toutes les deux.
Mais je te demande, à toi qui vas rester ici, que lorsque d’autres, dans les temps à venir, arriveront de notre pays par la route que nous avons suivie, qu’alors tu leur viennes en aide. »
Tel est le contenu de leur pacte d’amitié.
Ensuite elles se disent adieu, puis Sina d’Alofi meure en mer là où elles sont parvenues, et Sina d’Asoa poursuit leur voyage.
Sina d’Asoa parvient à Fidji et échoue devant le chemin du roi de Fidji.
En ce temps-là, le roi de Fidji s’appelait Tui Fidji.
Arrivée là, Sina d’Asoa ne réussit plus à se mettre debout.
Elle est épuisée par sa traversée à la nage.
Un enfant descend au bord de mer et y trouve Sina d’Asoa, il fait demi-tour et part informer son père.
Celui-ci arrive, il regarde, et appelle Sina d’Asoa par son nom.
La raison en est qu’à Fidji, en ce temps-là, ceux qui y habitent ne sont pas encore des individus de ce monde.
Les habitants sont tous des diables.
Ils sont au courant de tout ce qui arrive, dans n’importe quel lieu.
Le Tui Fidji arrive donc et appelle Sina d’Asoa par son nom.
Il l’emmène chez lui et sonne la cloche pour rassembler tous les habitants de Fidji.
Il ordonne que si l’on voit cette femme, où que ce soit, alors il faudra bien s’en occuper, car c’est son épouse ; il ne faudrait pas la frapper.
Voilà comment Sina d’Asoa a fait son entrée à Fidji.
C’est pour cela qu’elle a épousé le roi de Fidji.
Ensuite, elle tombe enceinte et met au monde un enfant mâle, à qui son père donne le nom de Tui Fidji.
Le petit reste là ; devenu grand il pleure alors pour partir en barque, pour obtenir un bateau afin d’aller se promener.
Le Tui Fidji envoie quelqu’un prévenir sa maisonnée qu’il faut qu’un bateau soit accosté au bord de mer pour le lendemain matin à son réveil.
Quand il se réveille, le bateau est là.
Le jeune garçon arrive, monte dans le bateau et s’en va.
Dès que Fidji disparaît à l’horizon son bateau prend l’eau.
Alors il retourne à Fidji.
On décide de lui fabriquer à nouveau un bateau mais un plus grand.
Il faudra s’y reprendre à trois fois.
Son bateau est alors suffisamment grand.
Il part en bateau, Fidji disparaît au loin, puis le vent de Fidji se lève brusquement et le garçon vogue jusqu’à Tonga.
Il accoste au domaine du roi de Tonga.
Il accoste au bord de mer, et monte lentement vers la maison du roi de Tonga ; sur le chemin qui mène au domaine du roi se dresse un arbre, un Diospyros major (Ebénacée).
Il grimpe sur le Diospyros et s’assied à la cîme.
Le Diospyros a même des fruits mûrs.
De là-haut il voit venir une jeune fille, et il se trouve que c’est la fille du roi de Tonga.
Elle s’approche de l’arbre Diospyros.
Il cueille un fruit de l’arbre, mord dedans d’un côté et le croque, puis lance doucement l’autre partie vers la jeune fille.
Celle-ci se retourne, et voit l’empreinte des dents du garçon dans le fruit du Diospyros, alors elle finit de manger le fruit.
Le jeune homme descend de l’arbre, saute dans son bateau et repart pour Fidji.
Trois jours plus tard, il se remet en route pour Tonga.
De nouveau il va grimper sur l’arbre Diospyros, juste devant la maison du roi.
Cependant, on s’est déjà mis en quête d’un mari pour la jeune fille de Tonga.
On lui cherche un mari car le roi de Tonga en a décidé ainsi.
Tous les garçons de Tonga sont déjà venus faire leur demande en mariage, mais la jeune fille n’en a accepté aucun.
En fait, elle est amoureuse de ce garçon qui vient parfois en bateau.
Elle annonce que son mari sera l’homme perché dans l’arbre qui est devant sa maison, et demande qu’on aille l’attraper !
Voilà, on attrape le jeune homme, à Tonga, et il épouse la jeune fille.
Ils s’installent tous deux à Tonga, puis le Tui Fidji fait savoir qu’il veut repartir à Fidji.
Alors le roi de Tonga leur dit de partir tous les deux, puisqu’ils sont déjà mariés.
Qu’ils aillent donc voir ses parents à Fidji.
Et ils partent tous les deux pour Fidji.
Ils retournent à Fidji, ce sont à présent tous deux de vrais êtres humains.
Ils vont s’installer à Fidji et y mettent au monde leurs enfants.
Puis leurs enfants se marient entre eux et peuplent Fidji.
C’est le commencement du peuplement de Fidji avec des êtres de ce monde.
Ce peuplement a commencé précisément grâce à nous ici à Futuna, grâce à cette femme, Sina d’Asoa.
Son fils s’est marié à Tonga, et leurs enfants ont peuplé Fidji avec des gens de ce monde, de notre temps.
Ils ont progressivement peuplé Fidji jusqu’à nos jours.
Voici la fin du récit du voyage de Sina d’Asoa et de Sina d’Alofi.
C’est fini.

S1 doi

stop écouter
Ko le fakamatala ka fai atu ko le fakamatala o le sā ta’ineliki, ko nā kaufafine i leia le temi la ko Sina Asoa mo Sina Alofi.

L’histoire que je vais vous raconter concerne deux fillettes qui, en ce temps-là, étaient amies : Sina d’Asoa et Sina d’Alofi.

S2 doi

stop écouter
Ti ko le fai o le lā kaufafine i lenā le temi la na lā feano’aki.

Ces deux jeunes filles avaient pour coutume, à cette époque-là, d’aller tantôt chez l’une tantôt chez l’autre.

S3 doi

stop écouter
Ko le vasa’a e lā nofo ai i Asoa i le kāiga o Sina Asoa mo le vasa’a ku lā siki ai o nofo i Alofi i le kāiga o Sina Alofi.

Une semaine elles restaient à Asoa chez Sina d’Asoa, une semaine elles restaient à Alofi chez Sina d’Alofi.

S4 doi

stop écouter
E fefai’aki fena’aki le ano’aga o le ma’uli o le sā ta’ineliki la.

Il leur plaisait de vivre ainsi.

S5 doi

stop écouter
Ti kaku ki le tasi a aso kua pati mai loa Sina Alofi aia ke afa ni olā āvaga, ti afa loa a le āvaga o Sina Asoa.

Un jour, Sina d’Alofi déclara qu’il leur fallait chercher des maris ; Sina d’Asoa se met à en chercher un.

S6 doi

stop écouter
O ma’ua lona āvaga, āvaga ki Tavai.

Et elle se trouve un mari, et se marie à Tavai.

S7 doi

stop écouter
Ti i le ’oki o le āvaga o Sina Asoa, nofo a ia kua ’oki a aso e tolu ti ma’ua e ia le logo leki’aise āvaga Sina Alofi aia.

Après son mariage, elle attend trois jours, et apprend que Sina d’Alofi n’est toujours pas mariée.

S8 doi

stop écouter
Ko lenā le temi e ma’ua ai e ia le logo leki’aise āvaga Sina Alofi aia ku le’ese fīmālie lona loto ki se ne’a fua e tasi.

Quand elle apprend que Sina d’Alofi n’est toujours pas mariée, elle ne se sent pas bien par rapport à son propre mariage.

S9 doi

stop écouter
Ti manatu loa a ia ke folau tāvaka a ia, ke ano a ia o puli ke mate a ia.

Alors il lui prend l’idée de s’enfuir en bateau, de partir pour disparaître, pour mourir.

S10 doi

stop écouter
’Aga a ia o fakasoa a niu matu’u i Asoa o fano a ia i le po’uli o fano a ia ki Alofi.

Elle attache des cocos deux par deux, à Asoa, et elle part de nuit, elle part pour Alofi.

S11 doi

stop écouter
Tau atu ki Alofi o natu a ia e fai le māsolo i le kāiga o Sina Alofi la.

Elle débarque à Alofi et se dirige là où a lieu une fête, au domaine de Sina d’Alofi.

S12 doi

stop écouter
Ti fanatu a ia o tu’u i fafo o tītī e ia Sina Alofi ki le gā fā fatu ti ulu ake a Sina Alofi ki fafo.

Elle arrive, reste à l’extérieur et jette un petit caillou pour faire sortir Sina d’Alofi.

S13 doi

stop écouter
Ti ulu ake a Sina Alofi ki fafo ti pati atu a ia :

Sina d’Alofi sort, et Sina d’Asoa lui dit :

S14 doi

stop écouter
« E kau ’au nei ke tā felāvei ko lona ano’aga kua sala le fakatokatoka o le kaufafine leia o tāua la.

« Je suis venue ici pour te voir, la raison en est que notre pacte, entre nous deux qui sommes amies, a été rompu.

S15 doi

stop écouter
Na pati a koe ke fai ni otā āvaga ti fai loku āvaga ti ko leinei e ma’ua laku tonu leki’aise āvaga a koe.

Tu avais dit que nous devions nous marier, moi je l’ai fait, mais je découvre que toi, tu n’es pas encore mariée.

S16 doi

stop écouter
Ti e kau ’au nei ko leinei koi māsolo fa’i uvā o Alofi iate koe la.

Et je suis ici maintenant, et je m’aperçois que tu fais encore la fête chez toi avec les jeunes célibataires d’Alofi.

S17 doi

stop écouter
Ti e kau ’au nei ke tā felāvei i le ano’aga o le kaufafine o tāua ti mavae loa au.

Je suis venue ici te voir, en raison de notre amitié, mais je vais repartir.

S18 doi

stop écouter
Ti mavae loa au, e kau folau tāvaka pe kofea se potu e kau ano o mate i ai ».

Après t’avoir quittée, je m’enfuierai en bateau pour aller mourir quelque part. »

S19 doi

stop écouter
Ti ko le tali loa a Sina Alofi na fai kia Sina Asoa :

Voici ce que répondit Sina d’Alofi à Sina d’Asoa :

S20 doi

stop écouter
« Ko le koga lenā na kau ’aga o fai atu la na kau manatu fa’i ke fakafela’aki kae na le’ese manatu loa au.

« Le mal que je t’ai fait, je l’ai fait sans le vouloir.

S21 doi

stop écouter
E uā fakavilivili loa taga kua nofo a koe kua tokamālie fa’i lou āvaga ko ia kua vave lou āvaga kae ki laku nofo e kau amanaki ke fai ni āvaga mo tāua tokalua.

Tout a été trop rapide, tu t’es installée, ton mariage était déjà négocié, c’est pour cela que tout a été très vite, tu t’es marié tandis que de mon côté, j’espérais que nous célèbrerions nos mariages ensemble.

S22 doi

stop écouter
Ti ko leinei kua ’au a koe i le potu fakafena’aki ti e ko le tonu e tasi e tonu ke fai ke ti’aki ne’a fuli kae ano tāua.

Mais tu as eu raison de venir ainsi : il nous faut tout abandonner et partir toutes les deux.

S23 doi

stop écouter
Ko leia le tā kaufafine la le’ese mafai loa ke tuku e au a koe ke ke ano kae nofo loa au o ma’uli.

En raison de notre pacte d’amitié, je ne peux pas te laisser partir seule et continuer à vivre ici.

S24 doi

stop écouter
Ti kā kua tonu iate koe ke ke folau ti e fakafela’aki mo au, e ano loa au i ou muli pe kofea se potu e tā ano o mamate ki ai. ».

Alors si tu penses qu’il faut partir, je ferai de même, je te suivrai là où nous irons pour mourir. »

S25 doi

stop écouter
Ti ano lāua o fakasoa a niu matu’u i Alofitai o fai ai le vaka o Sina Alofi aia.

Elles vont attacher des cocos secs deux par deux, à Alofitai, pour fabriquer un bateau pour Sina d’Alofi.

S26 doi

stop écouter
O tasitasi mo ia lāua mo lona vakā niu matu’u o fano ai lāua, e ano lāua la i vakā niu.

Chacune ayant un bateau en cocos secs, elles partent, elles s’en vont sur leurs bateaux en cocos.

S27 doi

stop écouter
Lā ano lenā kua kite a Fiti kia lāua.

Elles voguent, et Fidji apparaît au loin.

S28 doi

stop écouter
Lenā le kite o Fiti kia lāua, kua ofi lāua ki ai ti logo Sina Asoa aia kua pati ake a Sina Alofi aia ko ia la kua logo a ia kiate ia ko ia la kā mate.

Fidji apparaît devant elles, et tout en s’en approchant, Sina d’Asoa entend que Sina d’Alofi lui dit qu’elle sent qu’elle va mourir.

S29 doi

stop écouter
Lenā, ti pati loa a Sina Asoa aia :

Sina d’Asoa lui répond :

S30 doi

stop écouter
« Kāpau loa ko koe la ka ke mate ti ’au la a koe o nofo i leinei.

« Si tu sens que tu vas mourir, alors, viens et reste ici.

S31 doi

stop écouter
Nofo a koe i leinei kae fakakaku e au le folau a tāua la pe kaku pe tā toe mamate tokalua fa’i.

Tu vas rester ici tandis que je vais poursuivre notre voyage, et soit j’y parviendrai, soit nous mourrons toutes les deux.

S32 doi

stop écouter
Kae e kau kole loa kiate koe e nofo a koe i leinei la, kae e iai loa nī’iki i le temi ki muli i le fenua o tāua la e ’au i leinei le ala e tā ’au ai la ti ke tokoi a koe ki ai. ».

Mais je te demande, à toi qui vas rester ici, que lorsque d’autres, dans les temps à venir, arriveront de notre pays par la route que nous avons suivie, qu’alors tu leur viennes en aide. »

S33 doi

stop écouter
E fakafela’aki le ano’aga o le fakatokatoka o le lā kaufafine la.

Tel est le contenu de leur pacte d’amitié.

S34 doi

stop écouter
’Oki ti felāvei lāua o poloaki ti mate Sina Alofi aia i lenā le potu tai la kua lā kaku ki ai la, kae fakakaku loa le folau a lāua la e Sina Asoa.

Ensuite elles se disent adieu, puis Sina d’Alofi meure en mer là où elles sont parvenues, et Sina d’Asoa poursuit leur voyage.

S35 doi

stop écouter
Ti tau Sina Asoa ki Fiti o tau a ia ki le mu’ā ala o le sau leia o Fiti la.

Sina d’Asoa parvient à Fidji et échoue devant le chemin du roi de Fidji.

S36 doi

stop écouter
Ko le igoa o le sau o Fiti la i lenā le temi la ko Tui Fiti.

En ce temps-là, le roi de Fidji s’appelait Tui Fidji.

S37 doi

stop écouter
Tau ki ai, kua le’ese mafai foki e le fafine le tu’u ki aluga.

Arrivée là, Sina d’Asoa ne réussit plus à se mettre debout.

S38 doi

stop écouter
Kua ga’ega’e ko leia foki le kakau atu la.

Elle est épuisée par sa traversée à la nage.

S39 doi

stop écouter
Ifo ake le toe ki ’one o ma’ua a Sina Asoa aia ti pale ake a ia i ai o fano o faka’ilo ki lona tamana.

Un enfant descend au bord de mer et y trouve Sina d’Asoa, il fait demi-tour et part informer son père.

S40 doi

stop écouter
Ti ifo ake le tagata la aia o tio ti to’o mai e ia le igoa o le fafine ko Sina Asoa.

Celui-ci arrive, il regarde, et appelle Sina d’Asoa par son nom.

S41 doi

stop écouter
Ko lona ano’aga ko Fiti i lenā le temi la, e nofo a Fiti i lenā lakaga la, e leki’aise nofo lātou la ko ni kilisiteano mālama.

La raison en est qu’à Fidji, en ce temps-là, ceux qui y habitent ne sont pas encore des individus de ce monde.

S42 doi

stop écouter
E nofo lātou ko temonio ātā.

Les habitants sont tous des diables.

S43 doi

stop écouter
E ’iloa fa’i e lātou a ne’a fulifuli e fai i gāne’a fulifuli.

Ils sont au courant de tout ce qui arrive, dans n’importe quel lieu.

S44 doi

stop écouter
O nake fa’i Tui Fiti aia o to’o ake le igoa o Sina Asoa ko Sina Asoa.

Le Tui Fidji arrive donc et appelle Sina d’Asoa par son nom.

S45 doi

stop écouter
Ave e ia ki fale ti tā e ia le lali o ma’opo’opo a Fiti kātoa.

Il l’emmène chez lui et sonne la cloche pour rassembler tous les habitants de Fidji.

S46 doi

stop écouter
Ti fakatotonu e ia kā tio ki le fafine la, i se gāne’a ti fai fakamālielie na ko lona āvaga, auase ’aga lātou o tamate.

Il ordonne que si l’on voit cette femme, où que ce soit, alors il faudra bien s’en occuper, car c’est son épouse ; il ne faudrait pas la frapper.

S47 doi

stop écouter
O tupu ai le sā o Sina Asoa i Fiti.

Voilà comment Sina d’Asoa a fait son entrée à Fidji.

S48 doi

stop écouter
Ko lona ’uiga leia kua āvaga a ia mo le sau leia o Fiti la.

C’est pour cela qu’elle a épousé le roi de Fidji.

S49 doi

stop écouter
O tina’e le fafine la aia o fānau lolā toe ko le toe tagata o faka’igoa lenā le toe o lāua la e le matu’a la kiate ia fa’i ko Tui Fiti.

Ensuite, elle tombe enceinte et met au monde un enfant mâle, à qui son père donne le nom de Tui Fidji.

S50 doi

stop écouter
Nofo lenā a le gā toe o lasilasi ake ti tagi a ia ke ano a ia o ’alo ’alo, ke afa ake sona vaka ke ano a ia o ’alo ’alo.

Le petit reste là ; devenu grand il pleure alors pour partir en barque, pour obtenir un bateau afin d’aller se promener.

S51 doi

stop écouter
Ti kakau e Tui Fiti aia ke ano o pati ki le kāiga ke ’ala ake i le usu kua tau le vaka i ’one.

Le Tui Fidji envoie quelqu’un prévenir sa maisonnée qu’il faut qu’un bateau soit accosté au bord de mer pour le lendemain matin à son réveil.

S52 doi

stop écouter
’Ala ake kua tau le vaka.

Quand il se réveille, le bateau est là.

S53 doi

stop écouter
Natu le gā tama la aia o eke ki ai o fano.

Le jeune garçon arrive, monte dans le bateau et s’en va.

S54 doi

stop écouter
Ko leia fa’i kā puli a Fiti la ti sopokia lona vaka la e le tai la.

Dès que Fidji disparaît à l’horizon son bateau prend l’eau.

S55 doi

stop écouter
Ti liliu lona vaka la ki Fiti.

Alors il retourne à Fidji.

S56 doi

stop écouter
Fakaau ke toe tā sona vaka ke lasi ake.

On décide de lui fabriquer à nouveau un bateau mais un plus grand.

S57 doi

stop écouter
O fai o kaku loa ki lona tu’atolu.

Il faudra s’y reprendre à trois fois.

S58 doi

stop écouter
Ko lona vaka loa kua feauga, kua lasi.

Son bateau est alors suffisamment grand.

S59 doi

stop écouter
Ti fanatu lona vaka la o fakaano ke puli a Fiti la ti tutu’u le matagi o Fiti la ti fano ai le tama o tau ki Toga.

Il part en bateau, Fidji disparaît au loin, puis le vent de Fidji se lève brusquement et le garçon vogue jusqu’à Tonga.

S60 doi

stop écouter
O tau la tama la ki Toga, o tau la ki le kāiga o le sau o Toga la.

Il accoste au domaine du roi de Tonga.

S61 doi

stop écouter
Tau e ia lona vaka la i ’one kae palepale atu a ia ki le fale leia o le sau o Toga, e iai le la’akau e tu’u i le mu’ā ala leia o le kāiga o le sau la, ko le mapa.

Il accoste au bord de mer, et monte lentement vers la maison du roi de Tonga ; sur le chemin qui mène au domaine du roi se dresse un arbre, un Diospyros major (Ebénacée).

S62 doi

stop écouter
Fanatu a ia o kake i le mapa la o ano o eke i aluga.

Il grimpe sur le Diospyros et s’assied à la cîme.

S63 doi

stop écouter
E se ko le leleu loa leia o le mapa la.

Le Diospyros a même des fruits mûrs.

S64 doi

stop écouter
Ko lenā la’ana tio mai kua ’au le ta’ine, taga ko le ta’ine aia o le sau o Toga la.

De là-haut il voit venir une jeune fille, et il se trouve que c’est la fille du roi de Tonga.

S65 doi

stop écouter
O nofo mai o ofi mai ki le gāne’a leia i le la’akau la.

Elle s’approche de l’arbre Diospyros.

S66 doi

stop écouter
Ti mafuli ake a ia o paki’i le fā mapa o ’u’uti e ia le potu o le fā mapa la o kai kae titī e ia le ta’ine la ki le tasi a potu.

Il cueille un fruit de l’arbre, mord dedans d’un côté et le croque, puis lance doucement l’autre partie vers la jeune fille.

S67 doi

stop écouter
Mafuli ake le ta’ine la aia o tio’i a nifo o le tama la e ma’iloga i le fā mapa la ti kai faka’oki e ia a le fā mapa la.

Celle-ci se retourne, et voit l’empreinte des dents du garçon dans le fruit du Diospyros, alors elle finit de manger le fruit.

S68 doi

stop écouter
Ti ifo a ia ki lalo o sopo ki lona vaka o fano ki Fiti.

Le jeune homme descend de l’arbre, saute dans son bateau et repart pour Fidji.

S69 doi

stop écouter
’Oki a ’aso e tolu ti toe ’au a ia o ano ki Toga.

Trois jours plus tard, il se remet en route pour Tonga.

S70 doi

stop écouter
Ti toe natu fa’i a ia o kake i le mapa lenā i le mu’ā fale lenā o le sau la.

De nouveau il va grimper sur l’arbre Diospyros, juste devant la maison du roi.

S71 doi

stop écouter
Kā kua afa loa se āvaga mo le ta’ine la i Toga.

Cependant, on s’est déjà mis en quête d’un mari pour la jeune fille de Tonga.

S72 doi

stop écouter
Ke afa ē sona āvaga talie kua tonu i le sau o Toga ke afa se āvaga mo lona ta’ine la.

On lui cherche un mari car le roi de Tonga en a décidé ainsi.

S73 doi

stop écouter
’Oki fuli a tamaliki o Toga i le fakaau ke āvaga mo le ta’ine le’ese tali e le ta’ine la aia.

Tous les garçons de Tonga sont déjà venus faire leur demande en mariage, mais la jeune fille n’en a accepté aucun.

S74 doi

stop écouter
Ko lona ano’aga leia kua laukau le ta’ine la aia i lenā le tama e tautau ’au i le vaka la.

En fait, elle est amoureuse de ce garçon qui vient parfois en bateau.

S75 doi

stop écouter
Faka’ilo loa e ia ko lona āvaga la ko leia fa’i lona la’akau e tu’u i lona mu’ā kāiga la ke ano alā tagata la o tapō lona āvaga aia.

Elle annonce que son mari sera l’homme perché dans l’arbre qui est devant sa maison, et demande qu’on aille l’attraper !

S76 doi

stop écouter
Lenā o tapō loa le tagata la i Toga o āvaga loa mo le ta’ine lenā o le sau Toga la.

Voilà, on attrape le jeune homme, à Tonga, et il épouse la jeune fille.

S77 doi

stop écouter
O nofo ai lāua i Toga tio faka’ilo loa e Tui Fiti aia ko ia la kua fia liliu ki Fiti.

Ils s’installent tous deux à Tonga, puis le Tui Fidji fait savoir qu’il veut repartir à Fidji.

S78 doi

stop écouter
Lenā ti pati loa le sau lenā o Toga ke lā ano tokalua, ke ano lāua talie kua ’oki lāua i le āvaga.

Alors le roi de Tonga leur dit de partir tous les deux, puisqu’ils sont déjà mariés.

S79 doi

stop écouter
O ano mu’a o tū atu ki ona mātu’a la i Fiti.

Qu’ils aillent donc voir ses parents à Fidji.

S80 doi

stop écouter
Ti liliu ai loa lāua ki Fiti.

Et ils partent tous les deux pour Fidji.

S81 doi

stop écouter
Ti liliu ai loa lāua ki Fiti la, ko fā kilisiteano mālama lāua tokalua.

Ils retournent à Fidji, ce sont à présent tous deux de vrais êtres humains.

S82 doi

stop écouter
O ano lāua o nonofo i Fiti o tupu ai alāua fānau.

Ils vont s’installer à Fidji et y mettent au monde leurs enfants.

S83 doi

stop écouter
Ti feāvaga’aki alāua fānau o fakakakai mai ai loa a Fiti.

Puis leurs enfants se marient entre eux et peuplent Fidji.

S84 doi

stop écouter
Ko le tupu’aga lenā o le fakakakai o Fiti ki fenua mālama.

C’est le commencement du peuplement de Fidji avec des êtres de ce monde.

S85 doi

stop écouter
E kamata tāfito la ko tātou i Futuna nei, ko lenā le fafine ko Sina Asoa la.

Ce peuplement a commencé précisément grâce à nous ici à Futuna, grâce à cette femme, Sina d’Asoa.

S86 doi

stop écouter
Ti āvaga lona tama la ki Toga … ti ko le lā fānau loa leia e tupu ai le fakakakai o Fiti la ki le kakai mālama leia o leinei le temi la.

Son fils s’est marié à Tonga, et leurs enfants ont peuplé Fidji avec des gens de ce monde, de notre temps.

S87 doi

stop écouter
O fakakakai mai ai a Fiti o kaku mai ki leinei le temi la.

Ils ont progressivement peuplé Fidji jusqu’à nos jours.

S88 doi

stop écouter
Ko le gato’aga aia o le fakamatala lenā o le folau a Sina Asoa mo Sina Alofi.

Voici la fin du récit du voyage de Sina d’Asoa et de Sina d’Alofi.

S89 doi

stop écouter
Ku ’oki loa.

C’est fini.