La limite entre Alo et Sigave doi


Lecture en continu :

Transcription par phrase
Autre
Traduction par phrase
fr
Transcription du texte complet


Traduction du texte complet
fr

Ko le fakamatala leinei ka kau ’aga o toe fai atu la, ’oki la pati ki mu’a, ko le kamata’aga o le nofo’i o le kele o Futuna na vae le kau aliki o tasi mo ia lona tofiga.
Ti na iai mo le vaelua na na’a i le kele o Futuna o le nofo fakafutuna o Sigave mo Alo.
Ti ko le potu ka kau fakamatala ki ai ko le temi na visi ai.
Ko le nofo mai nofo mai a le ta’u tagata e tupu i Alo ta’u tagata e tupu i Sigave ti fai le visi a lātou ki le koiga mei le tupu’aga o Alo mo Sigave.
Ko lona uiga ko le ma’uga e tou ’iloa fuli leinei o Futuna e lasi e igoa ko le Puke e visi ki ai e loto a Sigave ko le ma’uga o lātou kae ko Alo ko le ma'uga o lātou.
Ti na iai le tālaga na fai fakapapau i le temi lenā na loto a lātou i le tauvisi le kau tagata e lalasi mei Sigave mo Alo ke fai se lotou sivi ki ai pe ko ai e mālō ti ma’ua e ia.
Ti na fai fakatokatoka ki ai ke ā le ma’uga la ke ā e Sigave leia fētu’u e ’aga ki Sigave la ti ā e Alo leia fētu’u e ’aga ki Alo la.
O fakatotonu le gato’aga o le loa o lana ā pe ko le ā a ai e ’uluaki ’oki.
Ti ’aga loa le kakai o Sigave o to'o le lotou fētu'u ā la lona fatu mei le kāiga e ’ilo’ina e kotou fulifuli Sigave ko Fatulolī e tu’u ai le kapela*** ka ko lona igoa mei le kele ’uli la ko Fatulolī.
Ti fakatotonu le ā a Alo mei le kāiga i Olu e igoa ko Fatatō.
E fena’aki le lotou fai ki ai.
E fakatotonu lona aso ti kamata le fai o le ā.
O to’o a fatu a Alo mei Olu ti to’o a fatu a Sigave mei Tavai.
Fai lenā le lotou ne’a la o mu’a le koga a Alo.
Ti tuku noa lenā ne’a talie kua ’iloa ko le ma’uga ki Alo.
Ti nofo mai ’oki mai se ta’u tagata ti toe visi fa’i a Futuna.
Ki Sigave ko le ma’uga e ma’ua e Sigave talie ko lona uiga e tautonu mo lātou.
Ki Alo ko le ma’uga o Alo nei talie kua ’oki le ā na fai ki ai le sivi.
Toe fai le tasi tālaga ke tā ni kupega e lua mo Futuna.
Tā le kupega o Sigave,
tā le kupega o Alo,
ke ifo’aki o fāgota.
Ko ika e ’uluaki ma’ua,
pe ko le ika a ai ka mu’a ki le ma’uga.
Ko lona tuku muli aia o tātou i Futuna nei i le tou vaelua’aga.
Ti tā le kupega o Sigave,
ti fakatotonu,
ke ave o ifo’aki i Fu'itoto,
mei le kāiga e ’iloa e kotou Sigave,
e pati a koutou ko Mulinamo ka ko Palegasega le kāiga lenā.
Na ifo’aki ai le kupega o koutou.
Ti tā le kupega o Alo,
o fakatotonu,
ke ave o ifo’aki i le toka e ’ilo’ina e kotou ko Fatukā aia.
Ave anā kupega la i lenā le aso o ifo’aki,
o fakatau ma’ua a ika e lua.
Ma’ua i le kupega leia o Alo a le fonu.
Ma’ua i le kupega leia o Sigave la a le tafola’a.
Ti fai le fakatokatoka i ai,
ko le ’ala i le usu i apogipogi,
o ave anā ika la ki le ma’uga la,
ka ke ’aumai le ika a Sigave,
o tuku i muli o le vaitafe lenā i Vainifao la.
Ti ’aumai le ika a Alo o tuku i muli o le vaitafe lenā i Taoa la.
Ti tatae lona lakaga ave ku ’ilo’ina fakatasi ka kamata,
ti sua lau o ave ki ai.
Talie i Futuna nei,
ko ne’a mamafa ka toso ti sua lona lau.
Kaku fakatokatoka anā ki le temi toso o ika,
ko le ika a kotou Sigave e kau faka’apa’apa atu kiate koe Tamolevai na fene'eki lona toso mo lona lau na sua.
Ko le kau matu’a leia e tu'u mei le ika la,
ko lātou e sua leinei le lau la :
« Ko le koli na lū i gā ’uta la ti taea ai le ake o Fiua la fua o le koli. »
E ’ilo’ina fa'i e kotou lenā le lau toso ne’a a tātou.
« Ko le koli na lū i gā ’uta la ti taea ai le ake o Fiua la fua o le koli ka lū. »
Ti toso ai e kotou la kotou ma’ea.
Faka’apa’apa atu na kaku loa kotou ki tu’ālalo i lenā le gāne’a e igoa e kotou ko Fatutafola’a.
Ti fai le tu’u i ai o le ika la talie ku se mafai lona toso ki aluga talie e mamafa ai.
Ti fene’eki loa le liliu o le sua o le lau a kotou la.
Ku fai atu e le kau matu’a la ke gakulu e se koi gakulu ti toe to'o e lātou le lau la :
« Koli na lū i gā ’uta la taea ai le ake o Fiua la fua o le koli ka lū. »
O fena’aki ai lakotou faifai,
e se mafai ti fuli e kotou le lau :
« Kale’a tunu kale’a moso kale’a taufuli i le afi, sauga ma’uma’u ukamea,
fakama’uma’u ukamea. »
Faifai atu kotou e noa ti toe fuli e kotou.
’Oki fuli mai Sigave o toso e le’ese ma tosotoso.
« Tafola’a tue tafola’a tue le’aise gaueue. »
Ti tiaki loa ai e kotou talie kua pā le kava mei aluga.
Faka’apa’apa atu kia tātou fuli e fai fakamatala i Alo nei ***
Ti ko le ika a kotou Alo,
na ’aga kotou,
o tau le ma’ea ki ai,
ti sua le kau matu’a la a tātou ne’a āfea :
« Fai lō fai lō oio oio » ti gakulu ai lakotou ika o kaku fa’i a kotou ki Tamole ti ’amo tagata loa e kotou.
Ka iai se fakamatala i Alo nei na kaku ka na se kaku.
Na kaku fa’i kotou ki le matamata mei Tamole ti ’amo tagata e kotou.
Ko ia na mu’a ai kotou ki le ma’uga la.
Faka’apa’apa atu kia tātou fuli e fai fakamatala i Alo nei,
ko le gato’aga lenā o le tuku muli o le tou vaelua’aga.
***
L'histoire que je vais encore vous raconter se passe au commencement de la répartition de la terre de Futuna, terre qui a été partagée par les chefs, pour que chacun ait un terrain.
Il existait aussi une ligne de partage coutumière sur la terre de Futuna, entre les royaumes de Sigave et dAlo.
Et la période dont je vais vous parler, est une période où l'on se disputait au sujet de cette ligne de partage.
En fait, les générations d'hommes qui se sont succédées à Alo et à Sigave se sont toutes disputées sur la limite qui détermine les deux royaumes.
L'enjeu de cette frontière, c'est la montagne de Futuna que nous connaissons bien, la plus haute, celle qui s'appelle le mont Puke, et pour laquelle on se dispute ; les gens de Sigave la veulent, c'est leur montagne, mais pour les gens de Alo, elle leur appartient.
Une discussion eut lieu à cette époque pour trouver une solution à ce conflit : on décida que les hommes les plus grands de Sigave et de Alo devaient entrer en compétition ; et le camp vainqueur possèderait la montagne.
On se mit d'accord sur un clôturage de la montagne, de façon à ce que les Sigave clôturent le côté qui fait face à Sigave, et à ce que les Alo clôturent le côté qui fait face à Alo.
Pour déterminer l'endroit où la limite passera, on prendra celle des clôtures qui sera terminée la première.
Les gens de Sigave s'attaquent alors à leur côté de clôture, avec des pierres venant du domaine que vous connaissez tous, vous de Sigave, c'est Fatuloli, où se trouve la chapelle (en effet, aux temps anciens, cet endroit s'appelait Fatuloli).
On décida que la clôture de Alo se ferait à partir du domaine Fatato à Olu.
C'est ainsi qu'ils ont procédé.
Le jour est fixé, la construction de la clôture commence.
Les pierres de Alo sont prises à Olu, les pierres de Sigave sont prises à Tavai.
De cette compétition, c'est le parti de Alo qui arriva en tête.
La discussion est close, on sait que la montagne appartient à Alo.
Mais une génération plus tard, c'est à nouveau la dispute à Futuna.
Pour les gens de Sigave, la montagne appartient à Sigave car, disent-ils, elle est juste en face de chez eux.
Pour les gens de Alo, c'est la montagne de Alo, puisque la délimitation des royaumes a été fixée à l'issue de la compétition.
Alors on décide de faire une nouvelle compétition, et pour cela, que des filets soient fabriqués par les deux moitiés de Futuna.
On fabriquera un filet pour Sigave,
un autre pour Alo,
et on descendera avec pour aller pêcher.
Il s'agira d'attraper un poisson,
et d'arriver avec en premier au sommet de la montagne.
Ce fut notre dernière compétitionà Futuna au sujet du partage des royaumes.
On fabrique donc le filet de Sigave,
et on décide de l'emporter
et de le descendre à Fuitoto,
à partir du domaine que vous, les Sigave, vous connaissez bien
et que vous dîtes être Mulinamo, mais en fait, ce domaine, c'est Palegasega.
Votre filet est descendu à cet endroit.
On fabrique ensuite le filet de Alo,
et on décide de l'emporter
et de le descendre sur le bloc de corail que vous connaissez, Fatuka.
Le jour dit, les filets sont emportés et descendus,
et on pêche en même temps deux poissons.
Dans le filet de Alo, on relève une tortue.
Dans celui de Sigave, on trouve une baleine.
On se met d'accord
pour remettre au lendemain matin
le transport de ces poissons sur la montagne
on amène le poisson de Sigave
à l'embouchure de la rivière à Vainifao.
Et on emporte le poisson de Alo jusqu'à l'embouchure de la rivière à Taoa.
Quand on sait que le moment de se mettre en route approche,
on chante des chants pour accompagner le transport.
Car ici à Futuna,
les choses lourdes, lorsqu'on les traîne, on chante en même temps.
On parvient à un accord fixant le moment où serait traîner les poissons,
votre poisson à vous, gens de Sigave, (et je te salue, toi, Tamolevai), voici quel était le chant que vous chantiez pour accompagner son traînage.
Ce sont les vieux qui se tiennent à côté du poisson,
ce sont eux qui chantent le chant :
« C'est le Syzygium qu'on secoue du côté de la montagne, puis on parvient à la montée de Fiua, fruit du Syzygium. »
Vous, gens de Alo, vous connaissez seulement notre chant de traînage.
« C'est le Syzygium qu'on secoue du côté de la montagne, puis on parvient à la montée de Fiua, fruit du Syzygium qu'on secoue. »
Puis vous tirez sur la corde.
Je vous salue, vous qui êtes parvenus en contre-bas de l'endroit que vous appelez Fatutafola’a.
La baleine est déposée à cet endroit, la traîner plus haut est impossible, tant elle est lourde.
Alors vous entonnez un autre chant.
Les vieux continuent à essayer de déplacer la baleine, cela ne marche toujours pas, alors ils reprennent le chant :
« Le Syzygium a été secoué du côté de la montagne, on est parvenu à la montée de Fiua, fruit du Syzygium qu'on secoue. »
Avancer n'est décidément pas possible,
alors vous changez de chant :
« Coquillage grillé, coquillage cuit, coquillage rôti au feu, le fer sent le renfermé
il est rouillé. »
Vous continuez, cela ne va pas mieux, alors vous changez de plus belle.
Tout Sigave vient pour tirer, mais on n'arrive même pas à la déplacer un peu.
« Baleine maigre, baleine maigre tu ne bouges pas. »
Et vous l'avez laissée là, car soudain, les applaudissements du kava retentissent de là-haut.
Salut à nous tous ici à Alo qui racontons des histoires ***
Votre poisson à vous, gens de Alo,

vous lui aviez accroché une corde,
et les vieux chantaient nos vieilles chansons :
« Oh hisse, oh hisse », vous avez tiré votre poisson jusqu'à Tamole, puis vous l'avez porté sur vos épaules.
S'il devait y avoir contestation de nos jours, ce serait à cause de cela.
Vous êtes parvenus à la source qui vient de Tamole, puis vous avez porté la tortue sur vos épaules.
C'est pour cela que vous êtes arrivés en premier sur la montagne.
Salut à nous tous qui racontons des histoires à Alo maintenant,
voilà comment a pris fin le dernier partage entre les deux royaumes.

S1 doi

stop écouter
Ko le fakamatala leinei ka kau ’aga o toe fai atu la, ’oki la pati ki mu’a, ko le kamata’aga o le nofo’i o le kele o Futuna na vae le kau aliki o tasi mo ia lona tofiga.

L'histoire que je vais encore vous raconter se passe au commencement de la répartition de la terre de Futuna, terre qui a été partagée par les chefs, pour que chacun ait un terrain.

S2 doi

stop écouter
Ti na iai mo le vaelua na na’a i le kele o Futuna o le nofo fakafutuna o Sigave mo Alo.

Il existait aussi une ligne de partage coutumière sur la terre de Futuna, entre les royaumes de Sigave et dAlo.

S3 doi

stop écouter
Ti ko le potu ka kau fakamatala ki ai ko le temi na visi ai.

Et la période dont je vais vous parler, est une période où l'on se disputait au sujet de cette ligne de partage.

S4 doi

stop écouter
Ko le nofo mai nofo mai a le ta’u tagata e tupu i Alo ta’u tagata e tupu i Sigave ti fai le visi a lātou ki le koiga mei le tupu’aga o Alo mo Sigave.

En fait, les générations d'hommes qui se sont succédées à Alo et à Sigave se sont toutes disputées sur la limite qui détermine les deux royaumes.

S5 doi

stop écouter
Ko lona uiga ko le ma’uga e tou ’iloa fuli leinei o Futuna e lasi e igoa ko le Puke e visi ki ai e loto a Sigave ko le ma’uga o lātou kae ko Alo ko le ma'uga o lātou.

L'enjeu de cette frontière, c'est la montagne de Futuna que nous connaissons bien, la plus haute, celle qui s'appelle le mont Puke, et pour laquelle on se dispute ; les gens de Sigave la veulent, c'est leur montagne, mais pour les gens de Alo, elle leur appartient.

S6 doi

stop écouter
Ti na iai le tālaga na fai fakapapau i le temi lenā na loto a lātou i le tauvisi le kau tagata e lalasi mei Sigave mo Alo ke fai se lotou sivi ki ai pe ko ai e mālō ti ma’ua e ia.

Une discussion eut lieu à cette époque pour trouver une solution à ce conflit : on décida que les hommes les plus grands de Sigave et de Alo devaient entrer en compétition ; et le camp vainqueur possèderait la montagne.

S7 doi

stop écouter
Ti na fai fakatokatoka ki ai ke ā le ma’uga la ke ā e Sigave leia fētu’u e ’aga ki Sigave la ti ā e Alo leia fētu’u e ’aga ki Alo la.

On se mit d'accord sur un clôturage de la montagne, de façon à ce que les Sigave clôturent le côté qui fait face à Sigave, et à ce que les Alo clôturent le côté qui fait face à Alo.

S8 doi

stop écouter
O fakatotonu le gato’aga o le loa o lana ā pe ko le ā a ai e ’uluaki ’oki.

Pour déterminer l'endroit où la limite passera, on prendra celle des clôtures qui sera terminée la première.

S9 doi

stop écouter
Ti ’aga loa le kakai o Sigave o to'o le lotou fētu'u ā la lona fatu mei le kāiga e ’ilo’ina e kotou fulifuli Sigave ko Fatulolī e tu’u ai le kapela*** ka ko lona igoa mei le kele ’uli la ko Fatulolī.

Les gens de Sigave s'attaquent alors à leur côté de clôture, avec des pierres venant du domaine que vous connaissez tous, vous de Sigave, c'est Fatuloli, où se trouve la chapelle (en effet, aux temps anciens, cet endroit s'appelait Fatuloli).

S10 doi

stop écouter
Ti fakatotonu le ā a Alo mei le kāiga i Olu e igoa ko Fatatō.

On décida que la clôture de Alo se ferait à partir du domaine Fatato à Olu.

S11 doi

stop écouter
E fena’aki le lotou fai ki ai.

C'est ainsi qu'ils ont procédé.

S12 doi

stop écouter
E fakatotonu lona aso ti kamata le fai o le ā.

Le jour est fixé, la construction de la clôture commence.

S13 doi

stop écouter
O to’o a fatu a Alo mei Olu ti to’o a fatu a Sigave mei Tavai.

Les pierres de Alo sont prises à Olu, les pierres de Sigave sont prises à Tavai.

S14 doi

stop écouter
Fai lenā le lotou ne’a la o mu’a le koga a Alo.

De cette compétition, c'est le parti de Alo qui arriva en tête.

S15 doi

stop écouter
Ti tuku noa lenā ne’a talie kua ’iloa ko le ma’uga ki Alo.

La discussion est close, on sait que la montagne appartient à Alo.

S16 doi

stop écouter
Ti nofo mai ’oki mai se ta’u tagata ti toe visi fa’i a Futuna.

Mais une génération plus tard, c'est à nouveau la dispute à Futuna.

S17 doi

stop écouter
Ki Sigave ko le ma’uga e ma’ua e Sigave talie ko lona uiga e tautonu mo lātou.

Pour les gens de Sigave, la montagne appartient à Sigave car, disent-ils, elle est juste en face de chez eux.

S18 doi

stop écouter
Ki Alo ko le ma’uga o Alo nei talie kua ’oki le ā na fai ki ai le sivi.

Pour les gens de Alo, c'est la montagne de Alo, puisque la délimitation des royaumes a été fixée à l'issue de la compétition.

S19 doi

stop écouter
Toe fai le tasi tālaga ke tā ni kupega e lua mo Futuna.

Alors on décide de faire une nouvelle compétition, et pour cela, que des filets soient fabriqués par les deux moitiés de Futuna.

S20 doi

stop écouter
Tā le kupega o Sigave,

On fabriquera un filet pour Sigave,

S21 doi

stop écouter
tā le kupega o Alo,

un autre pour Alo,

S22 doi

stop écouter
ke ifo’aki o fāgota.

et on descendera avec pour aller pêcher.

S23 doi

stop écouter
Ko ika e ’uluaki ma’ua,

Il s'agira d'attraper un poisson,

S24 doi

stop écouter
pe ko le ika a ai ka mu’a ki le ma’uga.

et d'arriver avec en premier au sommet de la montagne.

S25 doi

stop écouter
Ko lona tuku muli aia o tātou i Futuna nei i le tou vaelua’aga.

Ce fut notre dernière compétitionà Futuna au sujet du partage des royaumes.

S26 doi

stop écouter
Ti tā le kupega o Sigave,

On fabrique donc le filet de Sigave,

S27 doi

stop écouter
ti fakatotonu,

et on décide de l'emporter

S28 doi

stop écouter
ke ave o ifo’aki i Fu'itoto,

et de le descendre à Fuitoto,

S29 doi

stop écouter
mei le kāiga e ’iloa e kotou Sigave,

à partir du domaine que vous, les Sigave, vous connaissez bien

S30 doi

stop écouter
e pati a koutou ko Mulinamo ka ko Palegasega le kāiga lenā.

et que vous dîtes être Mulinamo, mais en fait, ce domaine, c'est Palegasega.

S31 doi

stop écouter
Na ifo’aki ai le kupega o koutou.

Votre filet est descendu à cet endroit.

S32 doi

stop écouter
Ti tā le kupega o Alo,

On fabrique ensuite le filet de Alo,

S33 doi

stop écouter
o fakatotonu,

et on décide de l'emporter

S34 doi

stop écouter
ke ave o ifo’aki i le toka e ’ilo’ina e kotou ko Fatukā aia.

et de le descendre sur le bloc de corail que vous connaissez, Fatuka.

S35 doi

stop écouter
Ave anā kupega la i lenā le aso o ifo’aki,

Le jour dit, les filets sont emportés et descendus,

S36 doi

stop écouter
o fakatau ma’ua a ika e lua.

et on pêche en même temps deux poissons.

S37 doi

stop écouter
Ma’ua i le kupega leia o Alo a le fonu.

Dans le filet de Alo, on relève une tortue.

S38 doi

stop écouter
Ma’ua i le kupega leia o Sigave la a le tafola’a.

Dans celui de Sigave, on trouve une baleine.

S39 doi

stop écouter
Ti fai le fakatokatoka i ai,

On se met d'accord

S40 doi

stop écouter
ko le ’ala i le usu i apogipogi,

pour remettre au lendemain matin

S41 doi

stop écouter
o ave anā ika la ki le ma’uga la,

le transport de ces poissons sur la montagne

S42 doi

stop écouter
ka ke ’aumai le ika a Sigave,

on amène le poisson de Sigave

S43 doi

stop écouter
o tuku i muli o le vaitafe lenā i Vainifao la.

à l'embouchure de la rivière à Vainifao.

S44 doi

stop écouter
Ti ’aumai le ika a Alo o tuku i muli o le vaitafe lenā i Taoa la.

Et on emporte le poisson de Alo jusqu'à l'embouchure de la rivière à Taoa.

S45 doi

stop écouter
Ti tatae lona lakaga ave ku ’ilo’ina fakatasi ka kamata,

Quand on sait que le moment de se mettre en route approche,

S46 doi

stop écouter
ti sua lau o ave ki ai.

on chante des chants pour accompagner le transport.

S47 doi

stop écouter
Talie i Futuna nei,

Car ici à Futuna,

S48 doi

stop écouter
ko ne’a mamafa ka toso ti sua lona lau.

les choses lourdes, lorsqu'on les traîne, on chante en même temps.

S49 doi

stop écouter
Kaku fakatokatoka anā ki le temi toso o ika,

On parvient à un accord fixant le moment où serait traîner les poissons,

S50 doi

stop écouter
ko le ika a kotou Sigave e kau faka’apa’apa atu kiate koe Tamolevai na fene'eki lona toso mo lona lau na sua.

votre poisson à vous, gens de Sigave, (et je te salue, toi, Tamolevai), voici quel était le chant que vous chantiez pour accompagner son traînage.

S51 doi

stop écouter
Ko le kau matu’a leia e tu'u mei le ika la,

Ce sont les vieux qui se tiennent à côté du poisson,

S52 doi

stop écouter
ko lātou e sua leinei le lau la :

ce sont eux qui chantent le chant :

S53 doi

stop écouter
« Ko le koli na lū i gā ’uta la ti taea ai le ake o Fiua la fua o le koli. »

« C'est le Syzygium qu'on secoue du côté de la montagne, puis on parvient à la montée de Fiua, fruit du Syzygium. »

S54 doi

stop écouter
E ’ilo’ina fa'i e kotou lenā le lau toso ne’a a tātou.

Vous, gens de Alo, vous connaissez seulement notre chant de traînage.

S55 doi

stop écouter
« Ko le koli na lū i gā ’uta la ti taea ai le ake o Fiua la fua o le koli ka lū. »

« C'est le Syzygium qu'on secoue du côté de la montagne, puis on parvient à la montée de Fiua, fruit du Syzygium qu'on secoue. »

S56 doi

stop écouter
Ti toso ai e kotou la kotou ma’ea.

Puis vous tirez sur la corde.

S57 doi

stop écouter
Faka’apa’apa atu na kaku loa kotou ki tu’ālalo i lenā le gāne’a e igoa e kotou ko Fatutafola’a.

Je vous salue, vous qui êtes parvenus en contre-bas de l'endroit que vous appelez Fatutafola’a.

S58 doi

stop écouter
Ti fai le tu’u i ai o le ika la talie ku se mafai lona toso ki aluga talie e mamafa ai.

La baleine est déposée à cet endroit, la traîner plus haut est impossible, tant elle est lourde.

S59 doi

stop écouter
Ti fene’eki loa le liliu o le sua o le lau a kotou la.

Alors vous entonnez un autre chant.

S60 doi

stop écouter
Ku fai atu e le kau matu’a la ke gakulu e se koi gakulu ti toe to'o e lātou le lau la :

Les vieux continuent à essayer de déplacer la baleine, cela ne marche toujours pas, alors ils reprennent le chant :

S61 doi

stop écouter
« Koli na lū i gā ’uta la taea ai le ake o Fiua la fua o le koli ka lū. »

« Le Syzygium a été secoué du côté de la montagne, on est parvenu à la montée de Fiua, fruit du Syzygium qu'on secoue. »

S62 doi

stop écouter
O fena’aki ai lakotou faifai,

Avancer n'est décidément pas possible,

S63 doi

stop écouter
e se mafai ti fuli e kotou le lau :

alors vous changez de chant :

S64 doi

stop écouter
« Kale’a tunu kale’a moso kale’a taufuli i le afi, sauga ma’uma’u ukamea,

« Coquillage grillé, coquillage cuit, coquillage rôti au feu, le fer sent le renfermé

S65 doi

stop écouter
fakama’uma’u ukamea. »

il est rouillé. »

S66 doi

stop écouter
Faifai atu kotou e noa ti toe fuli e kotou.

Vous continuez, cela ne va pas mieux, alors vous changez de plus belle.

S67 doi

stop écouter
’Oki fuli mai Sigave o toso e le’ese ma tosotoso.

Tout Sigave vient pour tirer, mais on n'arrive même pas à la déplacer un peu.

S68 doi

stop écouter
« Tafola’a tue tafola’a tue le’aise gaueue. »

« Baleine maigre, baleine maigre tu ne bouges pas. »

S69 doi

stop écouter
Ti tiaki loa ai e kotou talie kua pā le kava mei aluga.

Et vous l'avez laissée là, car soudain, les applaudissements du kava retentissent de là-haut.

S70 doi

stop écouter
Faka’apa’apa atu kia tātou fuli e fai fakamatala i Alo nei ***

Salut à nous tous ici à Alo qui racontons des histoires ***

S71 doi

stop écouter
Ti ko le ika a kotou Alo,

Votre poisson à vous, gens de Alo,

S72 doi

stop écouter
na ’aga kotou,

S73 doi

stop écouter
o tau le ma’ea ki ai,

vous lui aviez accroché une corde,

S74 doi

stop écouter
ti sua le kau matu’a la a tātou ne’a āfea :

et les vieux chantaient nos vieilles chansons :

S75 doi

stop écouter
« Fai lō fai lō oio oio » ti gakulu ai lakotou ika o kaku fa’i a kotou ki Tamole ti ’amo tagata loa e kotou.

« Oh hisse, oh hisse », vous avez tiré votre poisson jusqu'à Tamole, puis vous l'avez porté sur vos épaules.

S76 doi

stop écouter
Ka iai se fakamatala i Alo nei na kaku ka na se kaku.

S'il devait y avoir contestation de nos jours, ce serait à cause de cela.

S77 doi

stop écouter
Na kaku fa’i kotou ki le matamata mei Tamole ti ’amo tagata e kotou.

Vous êtes parvenus à la source qui vient de Tamole, puis vous avez porté la tortue sur vos épaules.

S78 doi

stop écouter
Ko ia na mu’a ai kotou ki le ma’uga la.

C'est pour cela que vous êtes arrivés en premier sur la montagne.

S79 doi

stop écouter
Faka’apa’apa atu kia tātou fuli e fai fakamatala i Alo nei,

Salut à nous tous qui racontons des histoires à Alo maintenant,

S80 doi

stop écouter
ko le gato’aga lenā o le tuku muli o le tou vaelua’aga.

voilà comment a pris fin le dernier partage entre les deux royaumes.

S81 doi

stop écouter
***