Mythe de l’homme qui alla débusquer l’acouchi


Lecture en continu :

Transcription par phrase


Traduction par phrase
fr
Transcription du texte complet


Traduction du texte complet
fr


Notes
Ina’uké i’michaka riyajalo wa’té, ri’ri wa’té.
Unká na najñálacha.
E rimicha riyajalojlo : « Unká na waní wajñala. Pikuwa’a wajló kujnú, nupiro’chachi pujru wajluwa. »
E kaja rukuwi’cha rijló.
E kaja rimicha ri’rí yuwajijlo : « To’jmá. I’jná wapiro’chachi pujru wajluwaja. »
E kaja ne’jicha. Iphichari nakaphé chojé.
E kaja lainchú rimicha rijló : « I’jná wapiro’chachi pujrú wajluwa. »
E kaja ne’jicha. Nenocha iyama pujru.
E kaja napi’cho lainchú nakaphé chojé, jiñá iphichari nakaphé chojé, to’chari neta chu.
E yuwají yaká’icho nakaphejé na’pejé. Amichari iná to’kó jetá chu.
E rimicha rara’pajlo : – Pa’yú, na pa ka to’ró nota chu ?
– Mere ?
– Kajná to’ró nota chu.
E kaja na’picha rejó.
E ina’uké ajalaki’cha riká. Rimicha : –  Na ke ilé to’ró to’jmá eta chu ?
Unká rajipalacha najló.
E rimicha piño : – Na kele to’ró to’jmá eta chu ? ke numaka !
Unká rajipalacha.
E kaja ina’uké kemicha rijló : – Naje chi unká pajipala nojló ? Piyurichako ka’jná wachá, unkale pipura’o nujwa’té.
Unká iñá ajipalacha rijló.
– Ina’ukeka piká to’ró tojmá eta chu ?
Marí nonocha pujru. Pika’ta neká pimoto’chi wajluwa wajñákaloje penaje.
Unká ajipalacha najló.
Ri’maja kalé rikawichiya najló.
E rimicha rijló : – Papo’ta to’jmá waka’tachi pujru.
E kaja napo’chiya. E naka’chiya napujrutena.
Ne’jicha ri’rataje. Kaja najmoto’cha riká.
Nañapachiya rimoto’kana. Nawitúka’chiya riká.
E na’picha riká. Kaja najicha najnewá.
E riwá’icha iñajlo : – Pajicha pajnewá wajwa’té !
Wejí ke pe riwá’icha rijló.
Unká ajipalacha najló.
E ina’uké kemicha : « Ima’tareja ! »
E kaja najicha pujru. Piyuke najñáchiya riká.
E lapichami ri’rí kemicha rara’pajlo : – Pa’yú nuwata nota nukamatakoloje ! 
E ina’uké kemicha iñajlo : –  Pácho’o to’jmá retá chiyá rikamatacho !
Wejí ke pe kaja rajala’icha riká.
Unká ajipalacha.
E ina’uké kemicha : – Meke unká waní pe’malá pijló kemakana ? Ma’pá numaka pijló pácho’o to’jmá retá chiyá. 
E ripachiya amaká wa’jla. E rijluchiya riká kaphí. E ripajno’chiya amaká ra’piyá. E riki’cha iñá amaka chiyá.
Ejá jiñá jácho’cho.
Ejechami rinuma jme’chiyako.
– Ero’chi ! ke rimichaka.
– Ima’chiya nuteló paterema.
E ripachiya ina’uké.
E nakimerichako.
E riki’cha ina’uké kawaka.
Iñá te’jmú ke kaja ina’uké tejmú i’michaka.
Rejenowa’je naki’cha pekowa kawaka.
Kaja ewaja yuwají kemicha jiñajlo : – Naje pikawíla’a pa’yú nakú ? Ma’paje waní unká me ño’jó pa’yú kamatajlo pinakojé. 
E yuwají i’jicha iyá ipá kera’tana. E rikera’chiya jiñá nakú.
E jiñá kemicha yuwajijlo : – Naje chi pikera’ta nunaku ? Kewini jiyá. chuwa pamajika meke kewika ka chiyá ! 
E ripachiya yuwají. E kaja rikira’chiya piño yuwají nakú.
Kajrú yuwají awiyo’cha.
E iñá kemicha yuwajijlo : – E pamichaka meke kewika ka chiyá ? 
E rara’pá kemicha : – Jiñá, naje pikara’ta to’jmá ? Weká pheñáwilá ! Chuwa wakara’tajika pekowaka ! 
E ina’uké iji’cha keratane. E rikara’chiya iñá.
E iñá karachiya rinakojo ina’uké nakú.
E kaja nachemicho piño.
Jenaji ke ina’uké ja’pichá jiñá i’wá chu. E iñá ichi’cha « ja ja ja ! ».
E iñá sápicha piño ina’uké ewá chu.
E ina’uké ichi’cha piño « ja ja ja ! ».
E kaja nachimicho piño.
Wejí kele chu kamú i’michaka e iñá pachiya ina’uké. Riji’cha riká yenoje.
Kaja iñá to’chiya ina’uké kachuwaja. « To’chiii » ke rito’chiyaka riká.
E ina’uké to’chiyaka piño ñáké kaja jiñá « to’chiii ».
E nachimicho piño.
Kaja iná me’té chojonaja iñá te’jmú keño’cha tajnakajo.
Rimicha ina’ukejlo : – Nuteló, piyuri nuká. Nuká na’picha nuká.
E ina’uké kemicha rijló : – Unká nuyurila piká. Kaja pikó piwataka chimira’kaje !
Ñaké wachimira’kajo pajluwa te’lá ke ka’lá.
– Ero’chi ! ke iñá kemicha.
E kaja nachimiri’cho piño.
Kaja unká iñá tejmú i’malacha pala.
Re kaja ina’uké ki’cha iñá kawaka, ke kaja wajme’chiya pajluwa te’e kele kamú iná kemaka ee iñá jácho’o ina’uké kápiya.
Rácho’o ina’uké kapi. « To’o » ke kujyúwa’la marí ketana.
E ina’uké kemicha rijló : – Kaja marí kujyuwa’la iphichari ra’piwá wajló lapí. Papota wakara’tachi riká.
E kaja napochiya. Kajrú jiyá lukuli’chako. E naji’cha iñá. Naki’cha riká jiyá chojé.
Ejé kaja nakara’chiya riká.
E ina’uké kemicha rijló : – I’jná wapa’cho. Kaja iñá li’cha mawá ke weká.
E kaja na’picho.
Nephicha nañakare chojé.
E riyajalo kemicha rijló : – Naje pipi’cho kiñaja waní.
Aú rimicha rojló : – Unká paala ke we’maka rejó.
Iñá iphari wajnaku. Penaje ka’chiyari weká. Pa, meka rika’chiya tojmá !
Nuká ñáké kaja.
Aú wachimi’cha rijwa’té lapí.
Jenaji ke nujápicha ri’wá chu e jiñá i’chicha. « Ja ja ja ! ».
E kaja ñáké kaja iñá ja’picha nu’wá chu.
Aú nu’chicha ñáké kaja. « Ja ja ja ! ».
E kaja wachimi’cho piño.
Jewichami wajme’taka, e rito’chiya nu’michaka kachuwaja « to’chiii ».
E ñaké kaja noto’chiyaka jiñá « to’chiii ».
E kaja wachimi’cho piño.
Paú kele kamú i’michaka e rimicha nojló : « Nuteló, piyuri nuká, nuka na’picha nuká chuwa ! ».
E numicha rijló i’michaka : – Unká nuyurilaje piká. Piká pichiñoka wajló chimira’kaje. Aú wachimira’kajo pijwa’té pajluwa te’e ke ka’lá. ! 
– Ero’chi, ke iñá ajipicha nojló.
E kaja wajme’chiya. We’ichami ra’chó nuká piño kujyú wa’lá.
Aú lapiyami wakara’chi jiñá.
Aú wapi’cho.
Ketanaja riyukuna.
Un homme vivait avec sa femme et son jeune fils.
Ils mourraient de faim.
Il dit à sa femme : « Il n’y a vraiment rien à manger. Prépare-moi une galette, je vais aller examiner les terriers d’acouchi. »
Elle lui grilla une galette.
Il dit à son gamin : « Petit. Viens, nous allons débusquer des acouchis. »
Ils partirent, puis arrivèrent à leur abri de forêt.
L’après-midi, il lui dit : « Allons nettoyer leurs terriers. »
Et ils tuèrent deux acouchis.
La nuit tombée, quand ils revinrent à leur abri, un démon s’y était installé.
C’est alors que l’enfant aperçut quelqu’un vautré dans son hamac.
Il dit à son père : – Papa, qui s’est couché dans mon hamac ?
– Où ça ?
– Là-bas, dans mon hamac.
Ils se rapprochèrent.
L’homme l’appela : –  Qui est-là, couché dans le hamac du petit ?
Aucune réponse.
– Qui s’est couché là ? j’ai dit ! 
L’autre ne répondait pas.
L’homme dit encore : – Pourquoi ne me réponds-tu pas ? As-tu quelque chose contre nous ?
Le démon ne répondait toujours rien.
– Es-tu humain au moins ?
J’ai tué des acouchis. Tu n’as plus qu’à leur roussir le poil et à les faire cuire. Nous les mangerons ensemble.
Toujours pas de réponse.
Seul son pied se remuait devant eux.
Puis il dit à son fils : – Allume un feu, nous allons roussir nos acouchis.
Ils firent un feu et les roussir.
Ils les dépecèrent, et les firent cuire.
Puis ils les sortirent du feu.
Et ils mangèrent.
Le père appela le démon : – Viens manger avec nous !
Trois fois il l’appela.
Sans réponse.
L’homme dit alors : « Laissons tomber ! »
Et ils mangèrent tous les acouchis.
De nuit, le gamin dit à son père : –  Papa, je veux dormir dans mon hamac !
Alors l’homme dit au démon : – C’est le hamac du petit ! Sors de là, qu’il puisse dormir !
Il l’interpella trois fois de suite.
Mais l’autre ne répondait toujours pas.
L’homme dit : – Comment se fait-il que tu n’entendes pas ? Cela fait un moment que je te dis de sortir ! 
Alors il attrapa le hamac et le balança fortement jusqu’à en éjecter le démon.
Ce dernier alla s’écraser par terre.
Ce coup-ci, il ouvrit la bouche.
– Très bien ! Battons-nous ! dit-il. 
– Laisse tomber, espèce de poisson-chat !
Et le démon l’attrapa.
Alors ils se mirent à lutter.
Le démon le jeta au sol.
Mais l’homme était aussi fort que lui.
Alors ils se projetaient par terre l’un et l’autre.
L’enfant finit par dire : – Pourquoi embêtes-tu mon papa ? Cela fait longtemps qu’il aurait dû aller dormir !
Il prit un tison et brûla le démon.
Alors le démon dit à l’enfant : – Pourquoi me brûles-tu ? Le feu, ça fait mal ! Je vais te montrer ce que ça fait ! 
Il attrapa l’enfant, et le brûla également.
Le gamin cria beaucoup.
– As-tu sentis ce que c’était que le feu ? 
Le père dit alors : – Pourquoi t’en prendre à un enfant ? Nous sommes adultes ! Alors brûlons-nous maintenant ! 
L’homme prit un tison et brûla le démon.
Puis ce dernier le brûla également.
Ils recommençaient à lutter.
Vers minuit, le démon riait parce que l’homme lui avait touché les fesses.
Alors le démon lui fit la même chose.
Et l’autre rigola à son tour.
Ils luttaient toujours.
Vers trois heures, le démon attrapa l’homme et le leva du haut de ses bras.
Il le reposa lentement par terre.
Alors l’homme souleva le démon et le reposa également.
Et ils reprirent leur lutte.
A l’aube, le démon commençait à perdre ses forces.
Il dit à l’homme : – Lâche-moi. J’en ai marre.
– Je ne te lâcherai pas. C’est toi qui as cherché la bagarre !
On se bâtera cinq jours d’affilée s’il le faut !
– Très bien, tu l’auras voulu !
Et ils luttèrent de plus belle.
Là le démon n’en pouvait plus.
Au levé du jour, alors que l’homme allait le projeter par terre, le démon se changea en une chose qui tenait dans ses mains.
Il ne saisissait plus qu’un bâton [d’une trentaine de centimètres].
L’homme dit alors à son fils : – C’est ce petit bâton qui est venu nous embêter cette nuit. Allume un feu, qu’on le brûle.
Ils firent un grand feu, puis le jetèrent dedans.
Le bâton brûla complètement.
L’homme dit ensuite : – Retournons à la maison. Nous allons rentrer bredouille à cause de ce démon.
Et ils rentrèrent.
Ils arrivèrent chez eux.
Sa femme lui dit alors : – Déjà rentré ?
– Il nous est arrivé un sale coup !
Un démon est venu. Il nous a brûlé. Regarde ce qu’il a fait au petit !
Et à moi, regarde !
Nous avons lutté toute la nuit.
Vers minuit, je lui ai touché les fesses, et il a ri. « Ha ha ha ! »
Alors il m’a fait la même chose.
Cela m’a fait rire également. « Ha ha ha ! »
Nous avons continué notre lutte.
Au milieu de la nuit, il se met à me soulever, puis à me reposer doucement.
Alors j’ai fait pareil avec lui.
Puis nous avons repris notre lutte.
Vers quatre heures du matin, il me dit de le lâcher, parce qu’il en avait assez.
Je lui ai répondu : – Pas question ! C’est toi qui m’as cherché, nous nous battrons quatre jours s’il le faut !
– Très bien ! me dit-il.
Au levé du jour, il a disparu dans mes mains. Il s’est changé en bâton.
Au petit matin, nous l’avons brûlé.
Puis nous sommes rentrés.
Fin de l’histoire.
S1 stop
Ina’uké i’michaka riyajalo wa’té, ri’ri wa’té.

Un homme vivait avec sa femme et son jeune fils.

S2 stop
Unká na najñálacha.

Ils mourraient de faim.

S3 stop
E rimicha riyajalojlo : « Unká na waní wajñala. Pikuwa’a wajló kujnú, nupiro’chachi pujru wajluwa. »

Il dit à sa femme : « Il n’y a vraiment rien à manger. Prépare-moi une galette, je vais aller examiner les terriers d’acouchi. »

S4 stop
E kaja rukuwi’cha rijló.

Elle lui grilla une galette.

S5 stop
E kaja rimicha ri’rí yuwajijlo : « To’jmá. I’jná wapiro’chachi pujru wajluwaja. »

Il dit à son gamin : « Petit. Viens, nous allons débusquer des acouchis. »

S6 stop
E kaja ne’jicha. Iphichari nakaphé chojé.

Ils partirent, puis arrivèrent à leur abri de forêt.

S7 stop
E kaja lainchú rimicha rijló : « I’jná wapiro’chachi pujrú wajluwa. »

L’après-midi, il lui dit : « Allons nettoyer leurs terriers. »

S8 stop
E kaja ne’jicha. Nenocha iyama pujru.

Et ils tuèrent deux acouchis.

S9 stop
E kaja napi’cho lainchú nakaphé chojé, jiñá iphichari nakaphé chojé, to’chari neta chu.

La nuit tombée, quand ils revinrent à leur abri, un démon s’y était installé.

S10 stop
E yuwají yaká’icho nakaphejé na’pejé. Amichari iná to’kó jetá chu.

C’est alors que l’enfant aperçut quelqu’un vautré dans son hamac.

S11 stop
E rimicha rara’pajlo : – Pa’yú, na pa ka to’ró nota chu ?

Il dit à son père : – Papa, qui s’est couché dans mon hamac ?

S12 stop
– Mere ?

– Où ça ?

S13 stop
– Kajná to’ró nota chu.

– Là-bas, dans mon hamac.

S14 stop
E kaja na’picha rejó.

Ils se rapprochèrent.

S15 stop
E ina’uké ajalaki’cha riká. Rimicha : –  Na ke ilé to’ró to’jmá eta chu ?

L’homme l’appela : –  Qui est-là, couché dans le hamac du petit ?

S16 stop
Unká rajipalacha najló.

Aucune réponse.

S17 stop
E rimicha piño : – Na kele to’ró to’jmá eta chu ? ke numaka !

– Qui s’est couché là ? j’ai dit ! 

S18 stop
Unká rajipalacha.

L’autre ne répondait pas.

S19 stop
E kaja ina’uké kemicha rijló : – Naje chi unká pajipala nojló ? Piyurichako ka’jná wachá, unkale pipura’o nujwa’té.

L’homme dit encore : – Pourquoi ne me réponds-tu pas ? As-tu quelque chose contre nous ?

S20 stop
Unká iñá ajipalacha rijló.

Le démon ne répondait toujours rien.

S21 stop
– Ina’ukeka piká to’ró tojmá eta chu ?

– Es-tu humain au moins ?

S22 stop
Marí nonocha pujru. Pika’ta neká pimoto’chi wajluwa wajñákaloje penaje.

J’ai tué des acouchis. Tu n’as plus qu’à leur roussir le poil et à les faire cuire. Nous les mangerons ensemble.

S23 stop
Unká ajipalacha najló.

Toujours pas de réponse.

S24 stop
Ri’maja kalé rikawichiya najló.

Seul son pied se remuait devant eux.

S25 stop
E rimicha rijló : – Papo’ta to’jmá waka’tachi pujru.

Puis il dit à son fils : – Allume un feu, nous allons roussir nos acouchis.

S26 stop
E kaja napo’chiya. E naka’chiya napujrutena.

Ils firent un feu et les roussir.

S27 stop
Ne’jicha ri’rataje. Kaja najmoto’cha riká.

Ils les dépecèrent, et les firent cuire.

S28 stop
Nañapachiya rimoto’kana. Nawitúka’chiya riká.

Puis ils les sortirent du feu.

S29 stop
E na’picha riká. Kaja najicha najnewá.

Et ils mangèrent.

S30 stop
E riwá’icha iñajlo : – Pajicha pajnewá wajwa’té !

Le père appela le démon : – Viens manger avec nous !

S31 stop
Wejí ke pe riwá’icha rijló.

Trois fois il l’appela.

S32 stop
Unká ajipalacha najló.

Sans réponse.

S33 stop
E ina’uké kemicha : « Ima’tareja ! »

L’homme dit alors : « Laissons tomber ! »

S34 stop
E kaja najicha pujru. Piyuke najñáchiya riká.

Et ils mangèrent tous les acouchis.

S35 stop
E lapichami ri’rí kemicha rara’pajlo : – Pa’yú nuwata nota nukamatakoloje ! 

De nuit, le gamin dit à son père : –  Papa, je veux dormir dans mon hamac !

S36 stop
E ina’uké kemicha iñajlo : –  Pácho’o to’jmá retá chiyá rikamatacho !

Alors l’homme dit au démon : – C’est le hamac du petit ! Sors de là, qu’il puisse dormir !

S37 stop
Wejí ke pe kaja rajala’icha riká.

Il l’interpella trois fois de suite.

S38 stop
Unká ajipalacha.

Mais l’autre ne répondait toujours pas.

S39 stop
E ina’uké kemicha : – Meke unká waní pe’malá pijló kemakana ? Ma’pá numaka pijló pácho’o to’jmá retá chiyá. 

L’homme dit : – Comment se fait-il que tu n’entendes pas ? Cela fait un moment que je te dis de sortir ! 

S40 stop
E ripachiya amaká wa’jla. E rijluchiya riká kaphí. E ripajno’chiya amaká ra’piyá. E riki’cha iñá amaka chiyá.

Alors il attrapa le hamac et le balança fortement jusqu’à en éjecter le démon.

S41 stop
Ejá jiñá jácho’cho.

Ce dernier alla s’écraser par terre.

S42 stop
Ejechami rinuma jme’chiyako.

Ce coup-ci, il ouvrit la bouche.

S43 stop
– Ero’chi ! ke rimichaka.

– Très bien ! Battons-nous ! dit-il. 


NOTE : Ero’chí (Yuc.). Formule d’acceptation d’un défit de lutte. Elle signifie que l’on n’est pas du tout intimidé par la provocation de l’adversaire, et que l’on est prêt à lui montrer immédiatement par la force.
S44 stop
– Ima’chiya nuteló paterema.

– Laisse tomber, espèce de poisson-chat !


NOTE : Paterema (Yuc.). Picaloncito (Esp. ver.). Petite espèce de poisson-chat. Pimelodella sp.
S45 stop
E ripachiya ina’uké.

Et le démon l’attrapa.

S46 stop
E nakimerichako.

Alors ils se mirent à lutter.

S47 stop
E riki’cha ina’uké kawaka.

Le démon le jeta au sol.

S48 stop
Iñá te’jmú ke kaja ina’uké tejmú i’michaka.

Mais l’homme était aussi fort que lui.

S49 stop
Rejenowa’je naki’cha pekowa kawaka.

Alors ils se projetaient par terre l’un et l’autre.

S50 stop
Kaja ewaja yuwají kemicha jiñajlo : – Naje pikawíla’a pa’yú nakú ? Ma’paje waní unká me ño’jó pa’yú kamatajlo pinakojé. 

L’enfant finit par dire : – Pourquoi embêtes-tu mon papa ? Cela fait longtemps qu’il aurait dû aller dormir !

S51 stop
E yuwají i’jicha iyá ipá kera’tana. E rikera’chiya jiñá nakú.

Il prit un tison et brûla le démon.

S52 stop
E jiñá kemicha yuwajijlo : – Naje chi pikera’ta nunaku ? Kewini jiyá. chuwa pamajika meke kewika ka chiyá ! 

Alors le démon dit à l’enfant : – Pourquoi me brûles-tu ? Le feu, ça fait mal ! Je vais te montrer ce que ça fait ! 

S53 stop
E ripachiya yuwají. E kaja rikira’chiya piño yuwají nakú.

Il attrapa l’enfant, et le brûla également.

S54 stop
Kajrú yuwají awiyo’cha.

Le gamin cria beaucoup.

S55 stop
E iñá kemicha yuwajijlo : – E pamichaka meke kewika ka chiyá ? 

– As-tu sentis ce que c’était que le feu ? 

S56 stop
E rara’pá kemicha : – Jiñá, naje pikara’ta to’jmá ? Weká pheñáwilá ! Chuwa wakara’tajika pekowaka ! 

Le père dit alors : – Pourquoi t’en prendre à un enfant ? Nous sommes adultes ! Alors brûlons-nous maintenant ! 

S57 stop
E ina’uké iji’cha keratane. E rikara’chiya iñá.

L’homme prit un tison et brûla le démon.

S58 stop
E iñá karachiya rinakojo ina’uké nakú.

Puis ce dernier le brûla également.

S59 stop
E kaja nachemicho piño.

Ils recommençaient à lutter.

S60 stop
Jenaji ke ina’uké ja’pichá jiñá i’wá chu. E iñá ichi’cha « ja ja ja ! ».

Vers minuit, le démon riait parce que l’homme lui avait touché les fesses.

S61 stop
E iñá sápicha piño ina’uké ewá chu.

Alors le démon lui fit la même chose.

S62 stop
E ina’uké ichi’cha piño « ja ja ja ! ».

Et l’autre rigola à son tour.

S63 stop
E kaja nachimicho piño.

Ils luttaient toujours.

S64 stop
Wejí kele chu kamú i’michaka e iñá pachiya ina’uké. Riji’cha riká yenoje.

Vers trois heures, le démon attrapa l’homme et le leva du haut de ses bras.

S65 stop
Kaja iñá to’chiya ina’uké kachuwaja. « To’chiii » ke rito’chiyaka riká.

Il le reposa lentement par terre.

S66 stop
E ina’uké to’chiyaka piño ñáké kaja jiñá « to’chiii ».

Alors l’homme souleva le démon et le reposa également.

S67 stop
E nachimicho piño.

Et ils reprirent leur lutte.

S68 stop
Kaja iná me’té chojonaja iñá te’jmú keño’cha tajnakajo.

A l’aube, le démon commençait à perdre ses forces.

S69 stop
Rimicha ina’ukejlo : – Nuteló, piyuri nuká. Nuká na’picha nuká.

Il dit à l’homme : – Lâche-moi. J’en ai marre.

S70 stop
E ina’uké kemicha rijló : – Unká nuyurila piká. Kaja pikó piwataka chimira’kaje !

– Je ne te lâcherai pas. C’est toi qui as cherché la bagarre !

S71 stop
Ñaké wachimira’kajo pajluwa te’lá ke ka’lá.

On se bâtera cinq jours d’affilée s’il le faut !

S72 stop
– Ero’chi ! ke iñá kemicha.

– Très bien, tu l’auras voulu !

S73 stop
E kaja nachimiri’cho piño.

Et ils luttèrent de plus belle.

S74 stop
Kaja unká iñá tejmú i’malacha pala.

Là le démon n’en pouvait plus.

S75 stop
Re kaja ina’uké ki’cha iñá kawaka, ke kaja wajme’chiya pajluwa te’e kele kamú iná kemaka ee iñá jácho’o ina’uké kápiya.

Au levé du jour, alors que l’homme allait le projeter par terre, le démon se changea en une chose qui tenait dans ses mains.

S76 stop
Rácho’o ina’uké kapi. « To’o » ke kujyúwa’la marí ketana.

Il ne saisissait plus qu’un bâton [d’une trentaine de centimètres].

S77 stop
E ina’uké kemicha rijló : – Kaja marí kujyuwa’la iphichari ra’piwá wajló lapí. Papota wakara’tachi riká.

L’homme dit alors à son fils : – C’est ce petit bâton qui est venu nous embêter cette nuit. Allume un feu, qu’on le brûle.

S78 stop
E kaja napochiya. Kajrú jiyá lukuli’chako. E naji’cha iñá. Naki’cha riká jiyá chojé.

Ils firent un grand feu, puis le jetèrent dedans.

S79 stop
Ejé kaja nakara’chiya riká.

Le bâton brûla complètement.

S80 stop
E ina’uké kemicha rijló : – I’jná wapa’cho. Kaja iñá li’cha mawá ke weká.

L’homme dit ensuite : – Retournons à la maison. Nous allons rentrer bredouille à cause de ce démon.

S81 stop
E kaja na’picho.

Et ils rentrèrent.

S82 stop
Nephicha nañakare chojé.

Ils arrivèrent chez eux.

S83 stop
E riyajalo kemicha rijló : – Naje pipi’cho kiñaja waní.

Sa femme lui dit alors : – Déjà rentré ?

S84 stop
Aú rimicha rojló : – Unká paala ke we’maka rejó.

– Il nous est arrivé un sale coup !

S85 stop
Iñá iphari wajnaku. Penaje ka’chiyari weká. Pa, meka rika’chiya tojmá !

Un démon est venu. Il nous a brûlé. Regarde ce qu’il a fait au petit !

S86 stop
Nuká ñáké kaja.

Et à moi, regarde !

S87 stop
Aú wachimi’cha rijwa’té lapí.

Nous avons lutté toute la nuit.

S88 stop
Jenaji ke nujápicha ri’wá chu e jiñá i’chicha. « Ja ja ja ! ».

Vers minuit, je lui ai touché les fesses, et il a ri. « Ha ha ha ! »

S89 stop
E kaja ñáké kaja iñá ja’picha nu’wá chu.

Alors il m’a fait la même chose.

S90 stop
Aú nu’chicha ñáké kaja. « Ja ja ja ! ».

Cela m’a fait rire également. « Ha ha ha ! »

S91 stop
E kaja wachimi’cho piño.

Nous avons continué notre lutte.

S92 stop
Jewichami wajme’taka, e rito’chiya nu’michaka kachuwaja « to’chiii ».

Au milieu de la nuit, il se met à me soulever, puis à me reposer doucement.

S93 stop
E ñaké kaja noto’chiyaka jiñá « to’chiii ».

Alors j’ai fait pareil avec lui.

S94 stop
E kaja wachimi’cho piño.

Puis nous avons repris notre lutte.

S95 stop
Paú kele kamú i’michaka e rimicha nojló : « Nuteló, piyuri nuká, nuka na’picha nuká chuwa ! ».

Vers quatre heures du matin, il me dit de le lâcher, parce qu’il en avait assez.

S96 stop
E numicha rijló i’michaka : – Unká nuyurilaje piká. Piká pichiñoka wajló chimira’kaje. Aú wachimira’kajo pijwa’té pajluwa te’e ke ka’lá. ! 

Je lui ai répondu : – Pas question ! C’est toi qui m’as cherché, nous nous battrons quatre jours s’il le faut !

S97 stop
– Ero’chi, ke iñá ajipicha nojló.

– Très bien ! me dit-il.

S98 stop
E kaja wajme’chiya. We’ichami ra’chó nuká piño kujyú wa’lá.

Au levé du jour, il a disparu dans mes mains. Il s’est changé en bâton.

S99 stop
Aú lapiyami wakara’chi jiñá.

Au petit matin, nous l’avons brûlé.

S100 stop
Aú wapi’cho.

Puis nous sommes rentrés.

S101 stop
Ketanaja riyukuna.

Fin de l’histoire.