Mythe du daguet qui construisit une maloca avec un jaguar


Lecture en continu :

Transcription par phrase


Traduction par phrase
fr
Transcription du texte complet


Traduction du texte complet
fr



Notes
Kawaya i’micha eja’wá chu.
Riká li’chari pají rijluwa.
E yawi we’picha kawayá li’chaka pají rikoja.
E yawi i’jicha. Iphichari kawayá nakú.
– Marí keja piká nuteló ? ke rimicha.
– A’a, kawayá kemicha. Marí keja nuká.
E kawayá kemicha yáwijlo :
– Nuteló, me ño’jó pi’jicha ?
– Unká me ño’jó kalé nu’jicha. Majó nu’micha pichaje.
Pají pila’a ke no’maka piyukuna aú nu’jicha majó no’kaloje piñate la’kana aú, sápakaje la’kana pají.
E kawayá kemicha rijló : – Ñaké riká, nuteló.
Pala ka paja pi’jichaka majó. Nokó nuká maare. Unká na jwa’té nupura’lo lainchú.
E kaja muni ke ne’jicha karu la’kaje.
Paú ke ka’lá namáchi’yaka karu kechami nanapicha riká pají puku chojé.
Ketanaja me’pijí nóchiyaka yawi.
E yawi i’jnachiya ripechuwa : « Naje chi mapeja wani wajapa me’pijí jwa’té ? Unká waní na wajñala.
Muni nu’jnajika ja’pajo wajluwá.
Apala nonó kamejeri wajluwa wajápaka a’jnena penaje ke yawi i’jnachiyaka ripechuwa. »
E lainchú yawi kemicha kawayajlo :
– Nutelo, marí ke nu’jnachiyaka nupechuwá.
Manupeja wani wajápaka pají nakú.
Aú muni nu’jnaje kamejeri noje wajluwá. wajápaka a’jnena penaje.
Kaja muni ke yawi i’jicha ja’pajo kamejeri noje.
Ripachiya kawayá et rinocha riká.
E repóchiya ritami. E kaja ranapicha riká.
E kaja ripi’cho.
E riphicha páchojo. E riki’cha ranapiyo kawayá tami kawakaje.
E kawayá kemicha yáwijlo :
– Yúka’a, nuteló ? E pinóchaka kamejeri wajluwa ?
– A’a nuteló, ke yawi kemicha.
– Na chi kamejeri ta pinocha, nuteló, ke rimicha.
– Kamejeri riká nonocha !
E kawayá i’jicha ritami amaje.
Amichari re’wé tami to’kó.
E chapú kemachi ripechu i’michaka rinaku.
« Meke chapú wani yawi nóchiya no’wé michu ! »
E yawi kemicha kawayajlo : – Nuteló, kiñaja pika’taka wajluwá kamejeri pimoto’kaloje wajluwa, ri’imi wajñakaloje !
Naje chi piyáka’o kamejeri tami chaje.
Pe’wé chi kele kamejeri nonocha piyaka’ole ritami choje ?
Kawayá ajipicha rijló : – Me’teni nukára’taka riká.
E kaja kawayá apochiya waka’pé. Kaja rikára’chiya kawayá.
Kaja naji’cha riká une’e chuwá.
Kaja najmata’chiya riká.
Kaja nácho’chiya ri’ími pachojé. E kaja najmoto’chiya ri’ími pachojé.
E kaja riñapachiya rimoto’kana. E riwitúka’a riká. Kaja rapichaka.
E rimichá yáwijlo : – Nuteló chuwa pajñá pajnewa.
Pu’jí yawi pechu i’michaka.
E kaja najicha najnewá.
Unká paala kawayá ajichaka re’wé tami.
E yawi yaka’icho kawayá chaje. E yawi kemicha kawayajlo :
– Nuteló, naje chi unká pajñala paala pajnewá ?
Meke ? Pe’wé chi kamejeri nonocha ? Unkale pajñalá pala riká nujwa’té ?
E kawayá kemicha yáwijlo : – Nojñakapo no’jnewá pijwa’té.
E kaja nañapachiya na’jnewá ajñakaje.
E muni ke yawi kemicha kawayajlo : – Nuteló, chuwa ta waña’jika wakarune wajwanapa i’majika ketana.
E kaja naji’cha nakarune. Pajluwa te’e ke ka’lá.
E nakarune tajicho. Najwanapa tajicharo kaja.
E kawayá kemicha yawijlo : – Kaja wakarune tajicho, nuteló.
Muni ke kaja ne’jicha piño karu mata’je wejí ke ka’la
Namachi’yaka karu e kaja nalama’chiya riká keñala chojé.
E kaja napi’cho nañákare choje.
E yawi kemicha piño kawayajlo :
– Nuteló, na wajñajlaje ? Kewini wani me’piji.
Muni nu’jnajika ja’pajo wajluwa piño.
Apala nonójika piño kamejeri.
– Ñake iká, ke kawayá kemicha.
Muni ke yawi i’jicha ja’paje, nóchari apú kawayá.
Repo’chiya piño ritami. Kaja riphachiya riká pají kopeje.
Riki’cha ra’napiyo ritami te’jí kawakaje.
E yawi iphicha páchoje.
E kawayá kemicha yáwijlo : – Yúka’a, nuteló ? E pinóchaka kamejeri wajluwá ?
– A’a, nuteló, ke rimicha. Ilé kamejeri nonocha. Pika’ta riká wajluwa.
E kawayá i’jicha ritami amaje. Amichari ra’wilá michú tami to’kó.
E kawayá i’jnachiya ripechuwa kamu’ji kemachi : « Naje chapú wani yawi nocha no’wilá michu ? »
E yawi kemicha rijló : – Nuteló, kiñaja ke paja pika’ta kamejeri wajluwa. Naje chi piyaka’o kamejeri tami chaje ?
E rimicha rijló : – Me’teni nuka’ta riká.
E kaja naka’chiya kawayá tami.
Kamu’jí kemachi kawayá pechu i’micha. Ñaké yawi pechu i’michaka. Pu’jí wani ripechu i’michaka.
E naji’cha ritami une’e chuwá. Kaja namatachiya riká.
Nañapachiya rimata’kana. E nácho’chiya ri’ími páchoje.
E najmoto’cha najluwá. Kaja nawitúka’chiya riká.
E kaja rapicha riká.
E kawayá kemicha yáwijlo : – Nuteló, chuwa pajñá pajnewá.
– Je, ke rimicha. Chuwa wajñájika wajnewá.
E kawayá ajicha wejápaja.
Yawi kemicha kawayá : – Nuteló, ke rimicha, naje chi i’jnú pajñá pajnewá nujwa’té.
E kawayá kemicha rijló : – Nojñákapo no’jnewá !
E kaja najñápachiya najnewá ajñákana.
Kaja muni ke kawayá kemicha rijló : – Chuwaja waña’je wakarune.
Riká najápicha rinaku.
Wejí ke ka’lá naji’chaka riká. E kaja ritajicho.
E riwakaje kawayá ñá’chiya tapú.
Ri’micha ja’pajo. E riphachiya kariwana chi’narikana i’jichaño kamejeri noje nayawitena jwa’té.
E yáwitena iphachiya yawi. Naji’cho rinaku.
E yawi i’jicha yenoje.
Ejechami kajrú yawi a’kichaka : « Jo jo jo ! ».
E ramicha paminana iphichaka nayáwitena nakú.
Namicha yáwina yaka’ko yenoje yawi chaje.
E kariwana yaka’icho yenoje. Amichari yawi pa’toko yenu.
E nenocha yawi jiyá chiyá. Taoo ke kawayá ña’chiyaka tapú.
Muni ke rapóchaka. I’jnachiya ripechuwa : « Meke pala wani nuña’chiya tapú. Chúwaja nu’jnajé ja’pajo. ».
E kawayá kemicha yáwijlo : – Nuteló. Pala wani nuña’chiyaka. chuwaja kamejeri tápuna. Aú nu’jnaje ja’pajo chúwaja.
Apala nonó kamejeri wajluwa wajñákaloje penaje.
E kaja kawayá i’jicha ja’pajo. E ri’jicha kariwana ñákajela lo’kopane.
E re’micha kariwana i’jichaka a’pajo nayáwitena jwa’té.
E riña’chiya ripechuwá. « Maarona po nomicha nutapu najwa’té nu’jicha. »
E kaja ri’jicha yáwina jwa’té.
Kaja ewaja yáwina iphachiya yawi.
E naji’cho rinaku.
E kawayá kemicha yáwinajlo :
« Che che che, pala ke amiyú ! rimichaka najló.
E kaja yawi jácho’cho yenoje a’waná nakú.
E yawina aki’cha : « Jo jo jo ! » yawi ja’pí.
E paminana iphicha nayawitena nakú.
Namicha yawi yaka’ko yenoje. Amichari yawi pa’toko yenoje.
E nenocha riká jiyá chiyá. Taoo.
Te’jí ritami jácha’ko kawakajo.
Kariwana ji’chaño raí. E kaja na’picha.
Kawayá ji’cha rikajilare. Riká raru’picha pala aphumi chuwá.
E kaja pu’jí ripechu i’michaka.
E kaja repo’chiya yawi tami. Kaja ripachiya ritami.
Riphachiya pají kopé. E riki’cha ranapiyo ja’chó.
E kawayá iphicha páchojo.
E yawi kemicha rijló : – Yúka’a, nuteló ? E pinocha kamejeri wajluwa ?
– A’a, nuteló, ke rimicha. Ilé kamejeri nonocha. Pikára’ta riká chuwa wajluwá.
E yawi pechu i’micha : « Na kamejeri rinocha ? »
Yawi i’jicha yaka’jo. Amichari re’wé tami to’kó.
E ri’jnachiya ripechuwa : « Meka la’je rinocha no’wé ? »
E kawayá kemicha yáwijlo : « Nuteló, naje piyaka’o kamejeri chaje ? Unkale pikára’tala riká kiñaja wajñákaloje penaje.
E pe’wé chi kamejeri nonocha piyaka’ole ritami chaje ?
E yawi kemicha : – Me’teni nuka’taka riká wajluwa.
E ri’jicha rikára’taje.
E kawayá i’jicha riñaté a’je.
E nañápachiya rika’takana. Naji’cha une’e chuwa riká.
Kaja namatá’chiya riká.
Nañapachiya rimata’kana. E kaja nácho’chiya riká páchojo.
E caja namoto’cha ri’ími. E kaja nañapachiya rimoto’kana. Riwitúka’chiya.
Rapicha riká. E riwá’icha yáwijlo.
– Nuteló, chúwaka majó wajñachi wajnewa.
E kaja yawi i’jicha rajnewa ajñaje kawayá wa’té. I’jnú kela rajichaka ra’jnewa kawayá wa’té.
E kawayá kemicha yáwijlo : – Nuteló, naje chi i’jnú pajñá pajnewa nujwa’té ?
Pe’wé chi kají kamejeri nonocha ? Unkale pajñala ri’ími pala nujwa’té.
Yawi kemicha kawayajlo : – Nujña’kapo, meke chi piwataka nojñáka kají i’irimi.
Kaja ewaja nañápachiya ajnewá ajñakana.
Muni ke ne’jicha piño karu mata’je. Pajluwa te’e keta naji’chaka karu.
Ketana najwanapa tajichako.
Riwakaje lapí kawayá tapú i’micha piño :
Ñaké kaja painako ritapúna’ka ke kaja ritapúni’chaka.
Muni ke lapiyami rapota. E ri’jnachiya ripechuwa : « Meke palá wani nuñá’chiyaka tapú.
Apú wakaje nuñá’ta ñaké kaja tapú i’maká wakaje nu’jná a’pajo i’maká ke kaja nuñá’chiyaka tapú. Kamejeri tapuna. »
E kaja rimicha yáwijlo : – Nuteló, pala wani nuña’chiyaka tapú kamejeri tapuna, apú wakaje nuña’ta ñaké kaja tapú i’maká.
Wakaje nonó kamejeri wajluwá i’maká ke kaja nuñá’chiyaka.
Chuwaja kamejeri tapuna aú chuwaja nu’jnaje a’pajo.
Apalá nonó kamejeri wajluwá piño wajapaka a’jnena penaje.
E kawayá kemicha yáwijlo : – Eko piña’a wakarune maare nupè nu’jichaka kamejeri noje wajluwa.
– Ñaké riká.
E kawayá i’jicha a’pajo.
Amichari ñaké kaja kariwana i’jichaka nayáwitena jwa’té kamejeri noje. E riphachiya i’micha.
E rijnachiya ripechuwa : « Ají ke kaja nomaka apú wakaje ne’jnaka kamejeri noje. Nu’jichaka najwa’té. »
E kaja ri’jichaka yawi jwa’té.
E yáwina iphachiya yawi. Naji’cho rinaku.
E kawayá awiyo’chiya neká « Che che pala ke amiyú.».
Kaja ewaja yawi i’jicha a’wana nakú yenoje.
E kaja yáwina aki’cha ra’pí : « Jo jo jo ! ».
E jupichami paminana iphicha nayawitena nakú.
E namicha nayáwitena ya’karo yenoje.
E kariwana yaka’icho yenojo. Amichaño yawi pato’ko yenu.
E nenocha riká jiyá chiyá. Taoo, ke te’jí ritami kawakajo.
E kaja na’picha yámijlo kawayá iphicha, yawi tami nakú.
E kawayá pechu i’micha pu’jí.
Riká penaje repo’chiya yawi tami. Kaja riphachiya ritami páchojo.
Ripháchiya paji kopé. Riki’cha te’jí ranapiyó riká.
Riphicha páchoje. E yawi kemicha rijló :
– Yuka’a, nuteló ? E pinocha kamejeri wajló ?
– A’a, ke rimicha.
E yawi kemicha : – Na kamejeri pinocha ?
– Kamejeri riká nonocha !
E yawi i’jicha ritami amaje. Amichari ra’wilami tami to’ko.
E ri’jnachiya ripechuwa : « Meka la’je rinocha o’wilá michú ? Iya’ami cha wani rinoka wanakiyana. Nuñájikoja chuwa ! »
E kawayá kemicha yáwijlo : – Naje chi piyaka’o kamejeri tami chaje ? Unkale pikára’tala kiñaja riká wajluwa !
E yawi kemicha kawayajlo : – Meka la’je pinocha kají kamejeri ? Na aú pinocha riká ?
Ejá kawayá iji’cha rikajilare.
– Marí aú nojo’o ne’iyaje.
E yawi kemicha : – Unká nu’mala pijwa’té, apala pinó nuká no’wé michú, no’wilá michu papí !
E yawi iichó.
E kawayá kemicha : – Meke piichó wani nótaka piyá piká !
Ketana riyukuna.
Un daguet vivait dans la forêt.
Il se construisit une maloca.
Un jaguar s’en aperçut.
Alors il alla le trouver.
– Ça va, monsieur ?
– Oui, ça va, dit le daguet.
Le daguet demanda alors au jaguar :
– Monsieur, où allez-vous ?
– Nulle part. C’est vous que suis venu voir.
Dès qu’on m’a informé à votre sujet, je suis venu pour vous aider. C’est du travail de bâtir une maloca.
Le daguet lui dit alors : – C’est bien ça, monsieur.
Vous avez bien fait de venir. Je suis tout seul ici. Je n’ai personne à qui parler le soir.
Le lendemain, ils allèrent chercher des feuilles pour couvrir la toiture.
Durant quatre jours, ils coupèrent les feuilles, puis ils les transportèrent sur leur dos jusqu’à la maloca.
Et le jaguar commença à avoir faim.
Il se dit alors : « Pourquoi est-ce que nous travaillons comme ça, la faim au ventre ? Nous ne mangeons rien. 
Demain je vais aller chasser pour nous.
Je vais peut-être tuer du gibier pour que nous ayons de quoi manger. »
Le soir, le jaguar dit au daguet :
– Monsieur, j’ai réfléchi.
Nous travaillons comme ça sans rien, à cette maloca.
Alors demain, j’irai chasser pour nous afin que nous ayons de quoi manger pour travailler.
Le lendemain, le jaguar partit à la chasse.
Il rencontra un daguet et le tua.
Il enveloppa le corps, puis le transporta sur son dos.
Et il rentra.
Quand il arriva à la maloca, il déposa le corps du daguet par terre.
L’autre daguet lui demanda :
– Alors monsieur ? Avez-vous tué du gibier pour nous ?
– Oui monsieur, dit le jaguar.
– Quel gibier avez-vous tué ?
– Bah, du gibier quoi !
Et le daguet alla voir.
Il vit le cadavre de son frère aîné.
Cela le bouleversa d’un coup.
« Quel malheur que le jaguar est tué mon malheureux frère ! » [pensa-t-il].
Le jaguar dit au daguet : – Monsieur, brûlez vite les poils de ce gibier, et faites le cuire, qu’on puisse manger !
Pourquoi regardez-vous ce gibier ?
Serait-ce votre frère que j’ai tué pour que vous le regardiez comme ça ?
– Je m’en occupe tout de suite, répondit le daguet.
Le daguet fit un feu dehors, et fit roussir le corps de son frère.
Puis ils le transportèrent jusqu’à la berge.
Ils le dépecèrent.
Puis ils ramenèrent la viande dans la maloca, et la firent cuire.
Quand ce fut terminé, le daguet sortit la viande du feu, et servit.
Il dit au jaguar : – Mangez, monsieur.
Le jaguar était content.
Et ils mangèrent.
Mais le daguet mangeait avec réticence le corps de son frère.
Le jaguar le regarda et lui dit :
– Monsieur, pourquoi ne mangez-vous pas ?
Qu’est-ce qu’il y a ? Serait-ce votre frère que j’ai tué pour ne rien manger comme ça ?
– Je mange avec vous, que voulez-vous de plus ?
Enfin, ils terminèrent de manger.
Le lendemain le jaguar dit au daguet : – Monsieur, à présent, nous allons tresser nos feuilles de toiture pendant que nous avons du gibier.
Ils tressèrent durant cinq jours.
Les feuilles se tarirent et la viande également.
Le daguet dit au jaguar : – Nous n’avons plus de feuilles, monsieur.
A partir du lendemain, ils retournèrent couper les feuilles pendant trois jours.
Quand ils eurent terminés, ils les empaquetèrent dans leurs sacs à dos de feuilles.
Puis ils revinrent à la maloca.
Le jaguar dit encore au daguet :
– Monsieur. Qu’est-ce que nous allons manger ? J’ai très faim.
Demain je retournerai chasser.
Peut-être que je tuerai à nouveau du gibier.
– D’accord, répondit le daguet.
Le lendemain, le jaguar retourna se promener en forêt et tua un autre daguet.
Il enveloppa le corps et le ramena devant la maloca.
De son dos, il le jeta par terre.
Puis il rentra dans la maloca.
Le daguet lui demanda : – Ça y est, monsieur ? Avez-vous tué du gibier pour nous ?
– Oui, monsieur. C’est là-bas. Allez le préparer pour nous.
Le daguet alla voir, et vit le cadavre de son oncle paternel.
Il avait encore l’air bouleversé. Il pensait : « Pourquoi ce méchant jaguar a tué mon pauvre oncle ? »
Le jaguar lui dit : – Dépêchez-vous de brûler les poils de ce gibier. Pourquoi le regardez-vous comme ça ?
– Je m’en occupe tout de suite.
Et il alla roussir les poils du daguet.
Il avait l’air profondément triste, alors que le jaguar, lui, était tout joyeux.
Ils emportèrent le corps à la rivière et le dépecèrent.
Ensuite, ils rapportèrent la viande à la maloca.
Ils la firent cuire, puis la sortirent du feu.
Et le daguet servit le jaguar.
Il lui dit : – Monsieur, mangez votre nourriture.
– Bien. Mangeons à présent.
Le daguet mangeait peu.
Le jaguar lui dit : – Monsieur. Pourquoi n’avez-vous pas envie de manger avec moi ?
– Mais je mange !
Et ils terminèrent de manger.
Le lendemain, le daguet dit encore au jaguar : – Aujourd’hui nous allons encore tresser des feuilles de toiture.
Et ils se remirent à travailler.
Durant trois jours, ils tressèrent des feuilles jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus.
Ce jour-là, le daguet fit un rêve.
Parti en forêt, il croisa des Blancs qui allaient chasser avec leurs chiens.
Les chiens rencontrèrent un jaguar et le pourchassèrent.
Le jaguar grimpa à un arbre.
Alors les chiens se mirent à aboyer [au pied de l’arbre]. « Ouah ouah ouah ! »
Il vit arriver les maîtres auprès des chiens.
Ils virent que les chiens regardaient le jaguar au dessus d’eux.
Les Blancs virent alors le jaguar perché dans l’arbre.
Alors ils le tuèrent à coup de fusil. Pan.
Quand le daguet se réveilla au petit matin, il pensa : « Quel bon rêve ! Aujourd’hui, je vais aller me promener [chasser]. »
Le daguet dit alors au jaguar : – Monsieur. Comme j’ai fait un très bon rêve de chasse, je vais aller en forêt.
Je vais peut-être tuer du gibier pour nous.
Il partit et s’approcha d’un village de Blancs.
Il entendit des Blancs qui passaient avec leurs chiens.
Il se dit : « C’est par ici que je les ai vus en rêve. »
Il alla alors avec les chiens.
Et les chiens finirent par rencontrer un jaguar.
Ils le poursuivirent.
Le daguet dit aux chiens :
« Allez cherchez cherchez, cousins ! »
Le jaguar bondit se réfugier dans un arbre.
Les chiens aboyaient sous le jaguar : « Ouah ouah ouah ! »
Les maîtres arrivèrent auprès de leurs chiens.
Ils virent les chiens regarder en l’air, et virent le jaguar dans l’arbre.
Ils le tuèrent à coup de fusil. Pan.
Le corps tomba par terre.
Les Blancs prirent juste ses canines, et s’en allèrent.
Alors le daguet prit sa lance, et la planta bien à l’endroit de la blessure.
Il était content.
Il empaqueta le corps du jaguar, et l’emporta.
Arrivé devant la maloca, il laissa tomber par terre le chargement qu’il avait sur les épaules.
Puis il rentra dans la maloca.
Le jaguar lui dit : – Ça y est ? Avez-vous tué du gibier ?
– Oui, monsieur. J’ai tué celui qui est là-bas. Allez brûler les poils de ce gibier.
Le jaguar se dit : « Qu’a-t-il tué comme gibier ? »
Il alla voir, et vit le corps de son frère aîné.
Il se demanda : « Comment a-t-il pu tuer mon frère ? »
Le daguet dit au jaguar : – Pourquoi regardez-vous ce gibier comme ça ? Vous n’avez pas encore fait roussir les poils, qu’on puisse manger rapidement !
Ne serait-ce pas votre frère que j’ai tué, pour que vous le regardiez comme ça ?
Le jaguar dit : – Je vais m’en occuper tout de suite.
Il alla roussir les poils.
Et le daguet alla l’aider.
Après cela, ils transportèrent la prise jusqu’à la berge.
Et ils la découpèrent.
Ensuite, ils l’amenèrent dans la maloca.
Ils firent cuire la viande, puis la descendirent du feu.
Le daguet servit [la nourriture], puis il appela le jaguar.
– Maintenant, mangeons.
Le jaguar alla manger avec le daguet. Mais il mangeait avec peu d’entrain.
Le daguet lui dit : – Pourquoi mangez-vous avec aussi peu d’enthousiasme ?
Ne serait-ce pas votre frère que j’ai tué, pour avoir aussi peu envie de manger avec moi ?
– Mais je mange. Comment voulez-vous que je la mange cette viande ?
Enfin, ils terminèrent de manger.
Le lendemain, ils retournèrent couper des feuilles de toiture, puis les tressèrent durant cinq jours.
Et ils n’avaient encore plus de viande.
Cette nuit-là, le daguet eut un nouveau rêve.
Il rêva la même chose que l’autre fois.
Au réveil, le lendemain matin, il se dit : « Quel bon rêve j’ai fait !
J’ai fait le même rêve que l’autre jour lorsque je suis parti en forêt. C’est un rêve de gibier. »
Il dit alors au jaguar : – J’ai fait un bon rêve de gibier, comme l’autre jour.
Ce jour-là, j’avais tué du gibier.
Aujourd’hui, j’ai rêvé de gibier, donc je parts à la chasse.
Si je tue du gibier, nous pourrons travailler.
Et il demanda au jaguar : – Pourriez-vous tresser les feuilles de toiture pendant que je chasse.
– D’accord.
Et le daguet partit en forêt.
Il vit encore des Blancs qui chassaient avec leurs chiens.
Il se dit : « C’est exactement comme ça que je les avais vu chasser la dernière fois. Je vais accompagner les chiens. »
Et il alla avec eux.
Les chiens rencontrèrent un jaguar, et le pourchassèrent.
Le daguet cria : « Cherchez cherchez, cousins ! »
Le jaguar finit par grimper à un arbre.
Les chiens aboyèrent au pied de l’arbre : « Ouah ouah ouah ! »
Au bout d’un moment, les maîtres arrivèrent auprès de leurs chiens.
Ils virent les chiens regarder en haut.
En regardant au dessus d’eux, ils virent le jaguar perché dans l’arbre.
Ils lui tirèrent dessus. Pan. Et le corps dégringola jusqu’au sol.
Dès qu’ils furent partis, le daguet s’approcha du cadavre du jaguar.
Il jubilait.
Il empaqueta le corps du jaguar, puis le rapporta devant la maloca.
Il laissa tomber le chargement qu’il avait sur le dos.
Puis il entra dans la maloca, et le jaguar lui demanda :
– Ça y est, monsieur ? Avez-vous tué du gibier pour nous ?
– Oui.
– Qu’as-tu tué ?
– Bah, du gibier quoi !
Le jaguar alla voir, et vit son oncle qui gisait mort.
Il se demanda : « Comment a-t-il pu tuer mon oncle ? Cela fait deux fois de suite qu’il tue les miens. Je n’ai plus qu’à me sauver en vitesse ! »
Le jaguar lui dit : – Pourquoi regardez-vous comme ça ce gibier ? Vous n’avez pas encore brûlé ses poils !
Le jaguar dit au daguet : – Comment avez-vous pu tuer ce gibier ? Avec quoi ?
Le daguet prit sa lance [et dit :]
– Je l’ai embroché avec ça.
Le jaguar dit alors : – Je ne reste plus avec toi. Tu pourrais me tuer comme mon frère et mon oncle !
Et il se sauva.
Le jaguar répliqua : – Quel dommage que tu te sauves avant que je te tue !
Fin de l’histoire.
S1 stop
Kawaya i’micha eja’wá chu.

Un daguet vivait dans la forêt.

S2 stop
Riká li’chari pají rijluwa.

Il se construisit une maloca.

S3 stop
E yawi we’picha kawayá li’chaka pají rikoja.

Un jaguar s’en aperçut.

S4 stop
E yawi i’jicha. Iphichari kawayá nakú.

Alors il alla le trouver.

S5 stop
– Marí keja piká nuteló ? ke rimicha.

– Ça va, monsieur ?

S6 stop
– A’a, kawayá kemicha. Marí keja nuká.

– Oui, ça va, dit le daguet.

S7 stop
E kawayá kemicha yáwijlo :

Le daguet demanda alors au jaguar :

S8 stop
– Nuteló, me ño’jó pi’jicha ?

– Monsieur, où allez-vous ?


NOTE : Le terme d’adresse utilisé entre le daguet et le jaguar est nuteló, qui s’utilise lorsqu’il n’y a aucune relation de parenté commune. Ce terme est ici traduit par « monsieur », ce qui implique un vouvoiement en français. C’est donc le vouvoiement que l’on a choisi d’utiliser dans la traduction de ce genre de dialogue, même si la langue yucuna ne connaît que le tutoiement, et pas le vouvoiement.
S9 stop
– Unká me ño’jó kalé nu’jicha. Majó nu’micha pichaje.

– Nulle part. C’est vous que suis venu voir.

S10 stop
Pají pila’a ke no’maka piyukuna aú nu’jicha majó no’kaloje piñate la’kana aú, sápakaje la’kana pají.

Dès qu’on m’a informé à votre sujet, je suis venu pour vous aider. C’est du travail de bâtir une maloca.

S11 stop
E kawayá kemicha rijló : – Ñaké riká, nuteló.

Le daguet lui dit alors : – C’est bien ça, monsieur.

S12 stop
Pala ka paja pi’jichaka majó. Nokó nuká maare. Unká na jwa’té nupura’lo lainchú.

Vous avez bien fait de venir. Je suis tout seul ici. Je n’ai personne à qui parler le soir.

S13 stop
E kaja muni ke ne’jicha karu la’kaje.

Le lendemain, ils allèrent chercher des feuilles pour couvrir la toiture.

S14 stop
Paú ke ka’lá namáchi’yaka karu kechami nanapicha riká pají puku chojé.

Durant quatre jours, ils coupèrent les feuilles, puis ils les transportèrent sur leur dos jusqu’à la maloca.

S15 stop
Ketanaja me’pijí nóchiyaka yawi.

Et le jaguar commença à avoir faim.

S16 stop
E yawi i’jnachiya ripechuwa : « Naje chi mapeja wani wajapa me’pijí jwa’té ? Unká waní na wajñala.

Il se dit alors : « Pourquoi est-ce que nous travaillons comme ça, la faim au ventre ? Nous ne mangeons rien. 

S17 stop
Muni nu’jnajika ja’pajo wajluwá.

Demain je vais aller chasser pour nous.

S18 stop
Apala nonó kamejeri wajluwa wajápaka a’jnena penaje ke yawi i’jnachiyaka ripechuwa. »

Je vais peut-être tuer du gibier pour que nous ayons de quoi manger. »

S19 stop
E lainchú yawi kemicha kawayajlo :

Le soir, le jaguar dit au daguet :

S20 stop
– Nutelo, marí ke nu’jnachiyaka nupechuwá.

– Monsieur, j’ai réfléchi.

S21 stop
Manupeja wani wajápaka pají nakú.

Nous travaillons comme ça sans rien, à cette maloca.

S22 stop
Aú muni nu’jnaje kamejeri noje wajluwá. wajápaka a’jnena penaje.

Alors demain, j’irai chasser pour nous afin que nous ayons de quoi manger pour travailler.

S23 stop
Kaja muni ke yawi i’jicha ja’pajo kamejeri noje.

Le lendemain, le jaguar partit à la chasse.

S24 stop
Ripachiya kawayá et rinocha riká.

Il rencontra un daguet et le tua.

S25 stop
E repóchiya ritami. E kaja ranapicha riká.

Il enveloppa le corps, puis le transporta sur son dos.

S26 stop
E kaja ripi’cho.

Et il rentra.

S27 stop
E riphicha páchojo. E riki’cha ranapiyo kawayá tami kawakaje.

Quand il arriva à la maloca, il déposa le corps du daguet par terre.

S28 stop
E kawayá kemicha yáwijlo :

L’autre daguet lui demanda :

S29 stop
– Yúka’a, nuteló ? E pinóchaka kamejeri wajluwa ?

– Alors monsieur ? Avez-vous tué du gibier pour nous ?

S30 stop
– A’a nuteló, ke yawi kemicha.

– Oui monsieur, dit le jaguar.

S31 stop
– Na chi kamejeri ta pinocha, nuteló, ke rimicha.

– Quel gibier avez-vous tué ?

S32 stop
– Kamejeri riká nonocha !

– Bah, du gibier quoi !

S33 stop
E kawayá i’jicha ritami amaje.

Et le daguet alla voir.

S34 stop
Amichari re’wé tami to’kó.

Il vit le cadavre de son frère aîné.

S35 stop
E chapú kemachi ripechu i’michaka rinaku.

Cela le bouleversa d’un coup.

S36 stop
« Meke chapú wani yawi nóchiya no’wé michu ! »

« Quel malheur que le jaguar est tué mon malheureux frère ! » [pensa-t-il].

S37 stop
E yawi kemicha kawayajlo : – Nuteló, kiñaja pika’taka wajluwá kamejeri pimoto’kaloje wajluwa, ri’imi wajñakaloje !

Le jaguar dit au daguet : – Monsieur, brûlez vite les poils de ce gibier, et faites le cuire, qu’on puisse manger !

S38 stop
Naje chi piyáka’o kamejeri tami chaje.

Pourquoi regardez-vous ce gibier ?

S39 stop
Pe’wé chi kele kamejeri nonocha piyaka’ole ritami choje ?

Serait-ce votre frère que j’ai tué pour que vous le regardiez comme ça ?

S40 stop
Kawayá ajipicha rijló : – Me’teni nukára’taka riká.

– Je m’en occupe tout de suite, répondit le daguet.

S41 stop
E kaja kawayá apochiya waka’pé. Kaja rikára’chiya kawayá.

Le daguet fit un feu dehors, et fit roussir le corps de son frère.

S42 stop
Kaja naji’cha riká une’e chuwá.

Puis ils le transportèrent jusqu’à la berge.

S43 stop
Kaja najmata’chiya riká.

Ils le dépecèrent.

S44 stop
Kaja nácho’chiya ri’ími pachojé. E kaja najmoto’chiya ri’ími pachojé.

Puis ils ramenèrent la viande dans la maloca, et la firent cuire.

S45 stop
E kaja riñapachiya rimoto’kana. E riwitúka’a riká. Kaja rapichaka.

Quand ce fut terminé, le daguet sortit la viande du feu, et servit.

S46 stop
E rimichá yáwijlo : – Nuteló chuwa pajñá pajnewa.

Il dit au jaguar : – Mangez, monsieur.

S47 stop
Pu’jí yawi pechu i’michaka.

Le jaguar était content.

S48 stop
E kaja najicha najnewá.

Et ils mangèrent.

S49 stop
Unká paala kawayá ajichaka re’wé tami.

Mais le daguet mangeait avec réticence le corps de son frère.

S50 stop
E yawi yaka’icho kawayá chaje. E yawi kemicha kawayajlo :

Le jaguar le regarda et lui dit :

S51 stop
– Nuteló, naje chi unká pajñala paala pajnewá ?

– Monsieur, pourquoi ne mangez-vous pas ?

S52 stop
Meke ? Pe’wé chi kamejeri nonocha ? Unkale pajñalá pala riká nujwa’té ?

Qu’est-ce qu’il y a ? Serait-ce votre frère que j’ai tué pour ne rien manger comme ça ?

S53 stop
E kawayá kemicha yáwijlo : – Nojñakapo no’jnewá pijwa’té.

– Je mange avec vous, que voulez-vous de plus ?


NOTE : Le sens du suffixe -po après un verbe au présent progressif n’est pas très clair. Mario nous a traduit cela par la question « Que voulez-vous de plus ? » (esp. ¿Que mas quiere ?)
S54 stop
E kaja nañapachiya na’jnewá ajñakaje.

Enfin, ils terminèrent de manger.

S55 stop
E muni ke yawi kemicha kawayajlo : – Nuteló, chuwa ta waña’jika wakarune wajwanapa i’majika ketana.

Le lendemain le jaguar dit au daguet : – Monsieur, à présent, nous allons tresser nos feuilles de toiture pendant que nous avons du gibier.

S56 stop
E kaja naji’cha nakarune. Pajluwa te’e ke ka’lá.

Ils tressèrent durant cinq jours.

S57 stop
E nakarune tajicho. Najwanapa tajicharo kaja.

Les feuilles se tarirent et la viande également.

S58 stop
E kawayá kemicha yawijlo : – Kaja wakarune tajicho, nuteló.

Le daguet dit au jaguar : – Nous n’avons plus de feuilles, monsieur.

S59 stop
Muni ke kaja ne’jicha piño karu mata’je wejí ke ka’la

A partir du lendemain, ils retournèrent couper les feuilles pendant trois jours.

S60 stop
Namachi’yaka karu e kaja nalama’chiya riká keñala chojé.

Quand ils eurent terminés, ils les empaquetèrent dans leurs sacs à dos de feuilles.

S61 stop
E kaja napi’cho nañákare choje.

Puis ils revinrent à la maloca.

S62 stop
E yawi kemicha piño kawayajlo :

Le jaguar dit encore au daguet :

S63 stop
– Nuteló, na wajñajlaje ? Kewini wani me’piji.

– Monsieur. Qu’est-ce que nous allons manger ? J’ai très faim.

S64 stop
Muni nu’jnajika ja’pajo wajluwa piño.

Demain je retournerai chasser.

S65 stop
Apala nonójika piño kamejeri.

Peut-être que je tuerai à nouveau du gibier.

S66 stop
– Ñake iká, ke kawayá kemicha.

– D’accord, répondit le daguet.

S67 stop
Muni ke yawi i’jicha ja’paje, nóchari apú kawayá.

Le lendemain, le jaguar retourna se promener en forêt et tua un autre daguet.

S68 stop
Repo’chiya piño ritami. Kaja riphachiya riká pají kopeje.

Il enveloppa le corps et le ramena devant la maloca.

S69 stop
Riki’cha ra’napiyo ritami te’jí kawakaje.

De son dos, il le jeta par terre.

S70 stop
E yawi iphicha páchoje.

Puis il rentra dans la maloca.

S71 stop
E kawayá kemicha yáwijlo : – Yúka’a, nuteló ? E pinóchaka kamejeri wajluwá ?

Le daguet lui demanda : – Ça y est, monsieur ? Avez-vous tué du gibier pour nous ?

S72 stop
– A’a, nuteló, ke rimicha. Ilé kamejeri nonocha. Pika’ta riká wajluwa.

– Oui, monsieur. C’est là-bas. Allez le préparer pour nous.

S73 stop
E kawayá i’jicha ritami amaje. Amichari ra’wilá michú tami to’kó.

Le daguet alla voir, et vit le cadavre de son oncle paternel.

S74 stop
E kawayá i’jnachiya ripechuwa kamu’ji kemachi : « Naje chapú wani yawi nocha no’wilá michu ? »

Il avait encore l’air bouleversé. Il pensait : « Pourquoi ce méchant jaguar a tué mon pauvre oncle ? »

S75 stop
E yawi kemicha rijló : – Nuteló, kiñaja ke paja pika’ta kamejeri wajluwa. Naje chi piyaka’o kamejeri tami chaje ?

Le jaguar lui dit : – Dépêchez-vous de brûler les poils de ce gibier. Pourquoi le regardez-vous comme ça ?

S76 stop
E rimicha rijló : – Me’teni nuka’ta riká.

– Je m’en occupe tout de suite.

S77 stop
E kaja naka’chiya kawayá tami.

Et il alla roussir les poils du daguet.

S78 stop
Kamu’jí kemachi kawayá pechu i’micha. Ñaké yawi pechu i’michaka. Pu’jí wani ripechu i’michaka.

Il avait l’air profondément triste, alors que le jaguar, lui, était tout joyeux.

S79 stop
E naji’cha ritami une’e chuwá. Kaja namatachiya riká.

Ils emportèrent le corps à la rivière et le dépecèrent.

S80 stop
Nañapachiya rimata’kana. E nácho’chiya ri’ími páchoje.

Ensuite, ils rapportèrent la viande à la maloca.

S81 stop
E najmoto’cha najluwá. Kaja nawitúka’chiya riká.

Ils la firent cuire, puis la sortirent du feu.

S82 stop
E kaja rapicha riká.

Et le daguet servit le jaguar.

S83 stop
E kawayá kemicha yáwijlo : – Nuteló, chuwa pajñá pajnewá.

Il lui dit : – Monsieur, mangez votre nourriture.

S84 stop
– Je, ke rimicha. Chuwa wajñájika wajnewá.

– Bien. Mangeons à présent.

S85 stop
E kawayá ajicha wejápaja.

Le daguet mangeait peu.

S86 stop
Yawi kemicha kawayá : – Nuteló, ke rimicha, naje chi i’jnú pajñá pajnewá nujwa’té.

Le jaguar lui dit : – Monsieur. Pourquoi n’avez-vous pas envie de manger avec moi ?

S87 stop
E kawayá kemicha rijló : – Nojñákapo no’jnewá !

– Mais je mange !

S88 stop
E kaja najñápachiya najnewá ajñákana.

Et ils terminèrent de manger.

S89 stop
Kaja muni ke kawayá kemicha rijló : – Chuwaja waña’je wakarune.

Le lendemain, le daguet dit encore au jaguar : – Aujourd’hui nous allons encore tresser des feuilles de toiture.

S90 stop
Riká najápicha rinaku.

Et ils se remirent à travailler.

S91 stop
Wejí ke ka’lá naji’chaka riká. E kaja ritajicho.

Durant trois jours, ils tressèrent des feuilles jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus.

S92 stop
E riwakaje kawayá ñá’chiya tapú.

Ce jour-là, le daguet fit un rêve.

S93 stop
Ri’micha ja’pajo. E riphachiya kariwana chi’narikana i’jichaño kamejeri noje nayawitena jwa’té.

Parti en forêt, il croisa des Blancs qui allaient chasser avec leurs chiens.

S94 stop
E yáwitena iphachiya yawi. Naji’cho rinaku.

Les chiens rencontrèrent un jaguar et le pourchassèrent.

S95 stop
E yawi i’jicha yenoje.

Le jaguar grimpa à un arbre.

S96 stop
Ejechami kajrú yawi a’kichaka : « Jo jo jo ! ».

Alors les chiens se mirent à aboyer [au pied de l’arbre]. « Ouah ouah ouah ! »

S97 stop
E ramicha paminana iphichaka nayáwitena nakú.

Il vit arriver les maîtres auprès des chiens.

S98 stop
Namicha yáwina yaka’ko yenoje yawi chaje.

Ils virent que les chiens regardaient le jaguar au dessus d’eux.

S99 stop
E kariwana yaka’icho yenoje. Amichari yawi pa’toko yenu.

Les Blancs virent alors le jaguar perché dans l’arbre.

S100 stop
E nenocha yawi jiyá chiyá. Taoo ke kawayá ña’chiyaka tapú.

Alors ils le tuèrent à coup de fusil. Pan.

S101 stop
Muni ke rapóchaka. I’jnachiya ripechuwa : « Meke pala wani nuña’chiya tapú. Chúwaja nu’jnajé ja’pajo. ».

Quand le daguet se réveilla au petit matin, il pensa : « Quel bon rêve ! Aujourd’hui, je vais aller me promener [chasser]. »

S102 stop
E kawayá kemicha yáwijlo : – Nuteló. Pala wani nuña’chiyaka. chuwaja kamejeri tápuna. Aú nu’jnaje ja’pajo chúwaja.

Le daguet dit alors au jaguar : – Monsieur. Comme j’ai fait un très bon rêve de chasse, je vais aller en forêt.

S103 stop
Apala nonó kamejeri wajluwa wajñákaloje penaje.

Je vais peut-être tuer du gibier pour nous.

S104 stop
E kaja kawayá i’jicha ja’pajo. E ri’jicha kariwana ñákajela lo’kopane.

Il partit et s’approcha d’un village de Blancs.

S105 stop
E re’micha kariwana i’jichaka a’pajo nayáwitena jwa’té.

Il entendit des Blancs qui passaient avec leurs chiens.

S106 stop
E riña’chiya ripechuwá. « Maarona po nomicha nutapu najwa’té nu’jicha. »

Il se dit : « C’est par ici que je les ai vus en rêve. »

S107 stop
E kaja ri’jicha yáwina jwa’té.

Il alla alors avec les chiens.

S108 stop
Kaja ewaja yáwina iphachiya yawi.

Et les chiens finirent par rencontrer un jaguar.

S109 stop
E naji’cho rinaku.

Ils le poursuivirent.

S110 stop
E kawayá kemicha yáwinajlo :

Le daguet dit aux chiens :

S111 stop
« Che che che, pala ke amiyú ! rimichaka najló.

« Allez cherchez cherchez, cousins ! »


NOTE : Che che che (Yuc.). « Cherche cherche ». Paroles que l’on adresse à un ou plusieurs chiens pour les faire pister et tuer un gibier.
NOTE : Mario indique que les chiens seraient les « cousins » des daguets (la forme de leur tête aurait un certain air de famille avec ces derniers). C’est pourquoi, ils ne les tueraient pas.
S112 stop
E kaja yawi jácho’cho yenoje a’waná nakú.

Le jaguar bondit se réfugier dans un arbre.

S113 stop
E yawina aki’cha : « Jo jo jo ! » yawi ja’pí.

Les chiens aboyaient sous le jaguar : « Ouah ouah ouah ! »

S114 stop
E paminana iphicha nayawitena nakú.

Les maîtres arrivèrent auprès de leurs chiens.

S115 stop
Namicha yawi yaka’ko yenoje. Amichari yawi pa’toko yenoje.

Ils virent les chiens regarder en l’air, et virent le jaguar dans l’arbre.

S116 stop
E nenocha riká jiyá chiyá. Taoo.

Ils le tuèrent à coup de fusil. Pan.

S117 stop
Te’jí ritami jácha’ko kawakajo.

Le corps tomba par terre.

S118 stop
Kariwana ji’chaño raí. E kaja na’picha.

Les Blancs prirent juste ses canines, et s’en allèrent.

S119 stop
Kawayá ji’cha rikajilare. Riká raru’picha pala aphumi chuwá.

Alors le daguet prit sa lance, et la planta bien à l’endroit de la blessure.

S120 stop
E kaja pu’jí ripechu i’michaka.

Il était content.

S121 stop
E kaja repo’chiya yawi tami. Kaja ripachiya ritami.

Il empaqueta le corps du jaguar, et l’emporta.

S122 stop
Riphachiya pají kopé. E riki’cha ranapiyo ja’chó.

Arrivé devant la maloca, il laissa tomber par terre le chargement qu’il avait sur les épaules.

S123 stop
E kawayá iphicha páchojo.

Puis il rentra dans la maloca.

S124 stop
E yawi kemicha rijló : – Yúka’a, nuteló ? E pinocha kamejeri wajluwa ?

Le jaguar lui dit : – Ça y est ? Avez-vous tué du gibier ?

S125 stop
– A’a, nuteló, ke rimicha. Ilé kamejeri nonocha. Pikára’ta riká chuwa wajluwá.

– Oui, monsieur. J’ai tué celui qui est là-bas. Allez brûler les poils de ce gibier.

S126 stop
E yawi pechu i’micha : « Na kamejeri rinocha ? »

Le jaguar se dit : « Qu’a-t-il tué comme gibier ? »

S127 stop
Yawi i’jicha yaka’jo. Amichari re’wé tami to’kó.

Il alla voir, et vit le corps de son frère aîné.

S128 stop
E ri’jnachiya ripechuwa : « Meka la’je rinocha no’wé ? »

Il se demanda : « Comment a-t-il pu tuer mon frère ? »

S129 stop
E kawayá kemicha yáwijlo : « Nuteló, naje piyaka’o kamejeri chaje ? Unkale pikára’tala riká kiñaja wajñákaloje penaje.

Le daguet dit au jaguar : – Pourquoi regardez-vous ce gibier comme ça ? Vous n’avez pas encore fait roussir les poils, qu’on puisse manger rapidement !

S130 stop
E pe’wé chi kamejeri nonocha piyaka’ole ritami chaje ?

Ne serait-ce pas votre frère que j’ai tué, pour que vous le regardiez comme ça ?

S131 stop
E yawi kemicha : – Me’teni nuka’taka riká wajluwa.

Le jaguar dit : – Je vais m’en occuper tout de suite.

S132 stop
E ri’jicha rikára’taje.

Il alla roussir les poils.

S133 stop
E kawayá i’jicha riñaté a’je.

Et le daguet alla l’aider.

S134 stop
E nañápachiya rika’takana. Naji’cha une’e chuwa riká.

Après cela, ils transportèrent la prise jusqu’à la berge.

S135 stop
Kaja namatá’chiya riká.

Et ils la découpèrent.

S136 stop
Nañapachiya rimata’kana. E kaja nácho’chiya riká páchojo.

Ensuite, ils l’amenèrent dans la maloca.

S137 stop
E caja namoto’cha ri’ími. E kaja nañapachiya rimoto’kana. Riwitúka’chiya.

Ils firent cuire la viande, puis la descendirent du feu.

S138 stop
Rapicha riká. E riwá’icha yáwijlo.

Le daguet servit [la nourriture], puis il appela le jaguar.

S139 stop
– Nuteló, chúwaka majó wajñachi wajnewa.

– Maintenant, mangeons.

S140 stop
E kaja yawi i’jicha rajnewa ajñaje kawayá wa’té. I’jnú kela rajichaka ra’jnewa kawayá wa’té.

Le jaguar alla manger avec le daguet. Mais il mangeait avec peu d’entrain.

S141 stop
E kawayá kemicha yáwijlo : – Nuteló, naje chi i’jnú pajñá pajnewa nujwa’té ?

Le daguet lui dit : – Pourquoi mangez-vous avec aussi peu d’enthousiasme ?

S142 stop
Pe’wé chi kají kamejeri nonocha ? Unkale pajñala ri’ími pala nujwa’té.

Ne serait-ce pas votre frère que j’ai tué, pour avoir aussi peu envie de manger avec moi ?

S143 stop
Yawi kemicha kawayajlo : – Nujña’kapo, meke chi piwataka nojñáka kají i’irimi.

– Mais je mange. Comment voulez-vous que je la mange cette viande ?

S144 stop
Kaja ewaja nañápachiya ajnewá ajñakana.

Enfin, ils terminèrent de manger.

S145 stop
Muni ke ne’jicha piño karu mata’je. Pajluwa te’e keta naji’chaka karu.

Le lendemain, ils retournèrent couper des feuilles de toiture, puis les tressèrent durant cinq jours.

S146 stop
Ketana najwanapa tajichako.

Et ils n’avaient encore plus de viande.

S147 stop
Riwakaje lapí kawayá tapú i’micha piño :

Cette nuit-là, le daguet eut un nouveau rêve.

S148 stop
Ñaké kaja painako ritapúna’ka ke kaja ritapúni’chaka.

Il rêva la même chose que l’autre fois.

S149 stop
Muni ke lapiyami rapota. E ri’jnachiya ripechuwa : « Meke palá wani nuñá’chiyaka tapú.

Au réveil, le lendemain matin, il se dit : « Quel bon rêve j’ai fait !

S150 stop
Apú wakaje nuñá’ta ñaké kaja tapú i’maká wakaje nu’jná a’pajo i’maká ke kaja nuñá’chiyaka tapú. Kamejeri tapuna. »

J’ai fait le même rêve que l’autre jour lorsque je suis parti en forêt. C’est un rêve de gibier. »

S151 stop
E kaja rimicha yáwijlo : – Nuteló, pala wani nuña’chiyaka tapú kamejeri tapuna, apú wakaje nuña’ta ñaké kaja tapú i’maká.

Il dit alors au jaguar : – J’ai fait un bon rêve de gibier, comme l’autre jour.

S152 stop
Wakaje nonó kamejeri wajluwá i’maká ke kaja nuñá’chiyaka.

Ce jour-là, j’avais tué du gibier.

S153 stop
Chuwaja kamejeri tapuna aú chuwaja nu’jnaje a’pajo.

Aujourd’hui, j’ai rêvé de gibier, donc je parts à la chasse.

S154 stop
Apalá nonó kamejeri wajluwá piño wajapaka a’jnena penaje.

Si je tue du gibier, nous pourrons travailler.

S155 stop
E kawayá kemicha yáwijlo : – Eko piña’a wakarune maare nupè nu’jichaka kamejeri noje wajluwa.

Et il demanda au jaguar : – Pourriez-vous tresser les feuilles de toiture pendant que je chasse.

S156 stop
– Ñaké riká.

– D’accord.

S157 stop
E kawayá i’jicha a’pajo.

Et le daguet partit en forêt.

S158 stop
Amichari ñaké kaja kariwana i’jichaka nayáwitena jwa’té kamejeri noje. E riphachiya i’micha.

Il vit encore des Blancs qui chassaient avec leurs chiens.

S159 stop
E rijnachiya ripechuwa : « Ají ke kaja nomaka apú wakaje ne’jnaka kamejeri noje. Nu’jichaka najwa’té. »

Il se dit : « C’est exactement comme ça que je les avais vu chasser la dernière fois. Je vais accompagner les chiens. »

S160 stop
E kaja ri’jichaka yawi jwa’té.

Et il alla avec eux.

S161 stop
E yáwina iphachiya yawi. Naji’cho rinaku.

Les chiens rencontrèrent un jaguar, et le pourchassèrent.

S162 stop
E kawayá awiyo’chiya neká « Che che pala ke amiyú.».

Le daguet cria : « Cherchez cherchez, cousins ! »

S163 stop
Kaja ewaja yawi i’jicha a’wana nakú yenoje.

Le jaguar finit par grimper à un arbre.

S164 stop
E kaja yáwina aki’cha ra’pí : « Jo jo jo ! ».

Les chiens aboyèrent au pied de l’arbre : « Ouah ouah ouah ! »

S165 stop
E jupichami paminana iphicha nayawitena nakú.

Au bout d’un moment, les maîtres arrivèrent auprès de leurs chiens.

S166 stop
E namicha nayáwitena ya’karo yenoje.

Ils virent les chiens regarder en haut.

S167 stop
E kariwana yaka’icho yenojo. Amichaño yawi pato’ko yenu.

En regardant au dessus d’eux, ils virent le jaguar perché dans l’arbre.

S168 stop
E nenocha riká jiyá chiyá. Taoo, ke te’jí ritami kawakajo.

Ils lui tirèrent dessus. Pan. Et le corps dégringola jusqu’au sol.

S169 stop
E kaja na’picha yámijlo kawayá iphicha, yawi tami nakú.

Dès qu’ils furent partis, le daguet s’approcha du cadavre du jaguar.

S170 stop
E kawayá pechu i’micha pu’jí.

Il jubilait.

S171 stop
Riká penaje repo’chiya yawi tami. Kaja riphachiya ritami páchojo.

Il empaqueta le corps du jaguar, puis le rapporta devant la maloca.

S172 stop
Ripháchiya paji kopé. Riki’cha te’jí ranapiyó riká.

Il laissa tomber le chargement qu’il avait sur le dos.

S173 stop
Riphicha páchoje. E yawi kemicha rijló :

Puis il entra dans la maloca, et le jaguar lui demanda :

S174 stop
– Yuka’a, nuteló ? E pinocha kamejeri wajló ?

– Ça y est, monsieur ? Avez-vous tué du gibier pour nous ?

S175 stop
– A’a, ke rimicha.

– Oui.

S176 stop
E yawi kemicha : – Na kamejeri pinocha ?

– Qu’as-tu tué ?

S177 stop
– Kamejeri riká nonocha !

– Bah, du gibier quoi !

S178 stop
E yawi i’jicha ritami amaje. Amichari ra’wilami tami to’ko.

Le jaguar alla voir, et vit son oncle qui gisait mort.

S179 stop
E ri’jnachiya ripechuwa : « Meka la’je rinocha o’wilá michú ? Iya’ami cha wani rinoka wanakiyana. Nuñájikoja chuwa ! »

Il se demanda : « Comment a-t-il pu tuer mon oncle ? Cela fait deux fois de suite qu’il tue les miens. Je n’ai plus qu’à me sauver en vitesse ! »

S180 stop
E kawayá kemicha yáwijlo : – Naje chi piyaka’o kamejeri tami chaje ? Unkale pikára’tala kiñaja riká wajluwa !

Le jaguar lui dit : – Pourquoi regardez-vous comme ça ce gibier ? Vous n’avez pas encore brûlé ses poils !

S181 stop
E yawi kemicha kawayajlo : – Meka la’je pinocha kají kamejeri ? Na aú pinocha riká ?

Le jaguar dit au daguet : – Comment avez-vous pu tuer ce gibier ? Avec quoi ?

S182 stop
Ejá kawayá iji’cha rikajilare.

Le daguet prit sa lance [et dit :]

S183 stop
– Marí aú nojo’o ne’iyaje.

– Je l’ai embroché avec ça.

S184 stop
E yawi kemicha : – Unká nu’mala pijwa’té, apala pinó nuká no’wé michú, no’wilá michu papí !

Le jaguar dit alors : – Je ne reste plus avec toi. Tu pourrais me tuer comme mon frère et mon oncle !

S185 stop
E yawi iichó.

Et il se sauva.

S186 stop
E kawayá kemicha : – Meke piichó wani nótaka piyá piká !

Le jaguar répliqua : – Quel dommage que tu te sauves avant que je te tue !

S187 stop
Ketana riyukuna.

Fin de l’histoire.