Mythe de Kari


Lecture en continu :

Transcription par phrase


Traduction par phrase
fr
Transcription du texte complet


Traduction du texte complet
fr



Notes
Kari i’michari. A’jneji chi’narikana ri’micha.
Riká itu i’michayo Karíwelo.
Karipú o’welo najme’lomi ií i’michaka.
Maareru rili’cha maná i’michaka.
Rili’cha rumana i’michaka rujña’kaloje kajeru tu’rú penaje.
Ketajalapa ka’chí i’makaloje rukapi penaje.
Rewá rili’cha rumana.
E ri’tachiya ruka i’michaka.
Piyuke ri’tachiyaka ru’micha.
Unká naja kalé rujápalacha.
Walaku jarení rojicha.
Ku’jnú ituru kuwakeja.
Riká a’jnekana ru’micha. Riká wa’té ru’micha.
Kaja ewaja riñápa’chiya, rumaná la’kana yuricharo kaja penaje karipe rili’chaka ro’napita nakoje. Rejé riñapachiyajla ru’micha.
Ejomi rikajwachiyajla ru’michaka.
I’maka e’iyonaja ro’wé Karipú yajalo li’cha romakaje ru’michaka.
Rukaja lamá’ichari ro’wé i’ri i’michaka, ruyajná i’jichari ja’pajo.
Rimicha rojló : “Eko pi’jicha kiñaja kajeru keñá i’raje nuphaje majó, ke rimichaka.
– Je, ke rumichaka.
Kaja ri’jichaka riyámona, rumicha :
– Yu’wiya piwa’á to’jmá nuji’chachi kajerú.
Kaja rimicha keña i’raje nuphaje ke.
– Je ke.
Kaja ruwá’ichaka riká.
E ru’jicha kajeru jña’je. Ru’micha kiñajata rijña’je.
E rupi’cho a’jnarejecha rumi’chaka yuwají iíchaka.
Rumicha to’jmá, piyaniña, pa amí i’jicha kajerú jña’je páyupe ri’rakaloje keñá penaje riphajika e maakani ka rujña’a ka.
Rujña’ka kajrú kajerú tu’rú.
Palaya rujña’ka rutajniphe nakojé kajerú tu’rú romokoje nakoje jipá ja’pejé. Jirú ja’pejé.
Pala rujña’ka iná ijlú piijñé ke ñani itu’rú !
Riká romi’cha. Riká yúcha’chiyari ruká.
E ruphicha.
– Yu’wiyá, e to’jmá kamachiyako ?
– Wajé rikamátako.
– Je ! Ilereja ri’mare.
Nupíchako kajerú.
E ru’jicha kajeru ipaje. Ruphicha.
– Unká jo’o rapola.
– Unká jo’o, ke rumichaka.
Nulajo’oko kajerú.
Ruñapachiya rilajo’ókana. Rejomi ruchi’iyá.
Ruñapáchiyaka ta’kana, e rumicha :
– Yu’wiyá, meke pimichaka nomi’chaka pimaka.
Pimákajla numichajo nuyaru.
Pikamato to’jmá. Piyaña !
Kaja amí i’jicha kajerú jña’je payupe.
Riphachiya ee ri’rakaloje keña penaje.
– Unká ilé ke kalé pimichaka.
Nomi’chaka pimajla noma’chí.
Ilé ke pimanoja ka’jná no’pichaka pe’wé mená, unká pila’lá pe’wé ajní
Ejechami rumichaka :
– A’a numicha jo’o.
Numicha :
‘Pikamato to’jmá piyañá.
Pa ami i’jicha kajerú jña’je pa’yu pe.
Kajrú rujña’ka kajeru chajo keja kuwala choje.
Palaya ta rujña’ka kajerú tu’rú rutajné nakoje, romoko’je nakoje, jiru ja’pejé, jipa ja’pejé, ichila wayala ja’pejé.
Marí kuté ijlú ñani keñani ritu’ru ja’ko !
Mari ke numichaka.
– Ke jo’o riká ! Chuwa pitutuwa’jna, ilé ke pimanoja nukupaka pe’wé mená, unká pila’la pe’wé a’jné.
– Ke jo’o nujyaru, kajrú te tu’rú kajerú ta !
Unká matu’rú kalé !
Piká kalé pijña’ka mari kiña itu’ru ta !
Unká jo’o kalé pa’yú kajwatala nuká.
Marí kaje au unká nujápala.
Ñake unká meke nu’malá.
– Unká, pala numaka. Ñakeja pitutuwa’jika !
– Unká, apala pa’yú aka’á nuká.
Unká na kalé i’majeri riyukuna wale’jeja ri’majika, ke rumakoja rupichaka maareje ya’ko ichila chiya.
– Chuwa pitutuwa’á nomá’ijla.
– Je pamachí !
Ee ruwá’icha ru’ri ruliyá, e ru’jicha tutuwaje.
Akaru puté ñani ruji’chaka. Kaja rututuichaka ta riká.
Pa pipirí jeyo’takanami ke iturú ja’pichaka jiru chiya !
Ruki’chano rapumi choje. Ruñapachiya, puté kele ichila chojé.
– Aja, ilé riká nujyaru !
– Je, ke.
Jupichami rumichaka :
– Nujyaru, chuwa ta pako’o keña.
Apala yewicha o’wé waicha.
– Meke la’je noko’o keña. Kiñaja wani ñaké
wajé piñápachiyaka ritutuwa’kana.
– Meke júpija ja’ko itu’ru ta ? Kiñaja ja’ko ilé kaje ta !
Pijlo kalé jupi itu’rú ja’o.
E jo’o maapamí nuñapachiya tutuwakaje.
Kaja ru’jicha keña’ku.
Kechami ru’jicha keñá amo’je romo’takaloje jareni wa’té.
Riká penaje, romo’cha rutejmú au riká.
Ñake marí ketana ñani juni i’michaka richa romo’cha te itutu jimaje.
E rujápichata. Amichari marí ketana ñani.
Juni i’michaka richa.
– Yee yu’wiya, ke rumichaka.
Marí kaje aú ka’jná pimá, ke rumichaka.
Pimanoja ka’jná, nopi’chaka pe’wé mena.
– Pamá kele nuyaru, ke rumichaka.
Ilé ke ituru jña’kana kele pila’a nakú kamu’jí.
E jo’o kajrú te pijña’kare o’wé mena.
Kajrú iná jña’ke tu’rú ejé, pala kalé pijña’ka marí ke jlepena riká.
– Ke jo’o pimareja, unká meke numala.
Roko’cha keñá.
Rejomi romo’chiya richaya i’micha.
Amichari matha ke ituru ja’chako. Rejomi ramuichota rijlúpuku ta loko’paneje pala kemachi.
Jupichami rumichaka :
– Meke unká paala piwero’pá a’paraka pijima wa’té wa’kú jimaka ke ñani pijima amako.
Kamu’jí kemachi piyaka’ko ra’piyá. Unká paala.
– Numata’tachi riká, ke rumichaka.
– Unká nujyaru. Apala pimata’á nuká.
– Unká nuwe’pika keja numata’jika rika.
– Unká ke rumichaka.
Ruji’cha turiye jiila. Ruli’cha riré puwe’e.
Kechami rupachiyata ruwilá.
Pa ra’pichaka ta runakojé. Machi’yari ruká wejapa ñani.
Kajru rura ta i’michaka.
Ilé numicha naku. Pa pimachiyaka nuka.
Rolakichajla riká. Unká.
Unká jirá matála’cho.
Kalá ruki’chano richoje jirá matakoloje unká
Ruka’icha jamaka. Ruki’cha richoje. Unká.
– Meke chau wani pili’cha nuká nujyaru !
Chuwa pa’yú aka’jika.
E ru’jicha chíla ke ruphaje numanaje.
E kaja ro’chá rijwa’té iyaje.
Kajrú rurá jeño’chaka.
La’ru ke keraka.
Rolaki’chajla riká. Unká.
Metanajemita rora’pá iphicha.
Riphicha riyaka’icho. Amichari jarephí.
Rijlú ta chu rurá amicha jarení.
– Nutu, na pili’chako kele ?
Jarepí pijima.
– Nujyaru machi’yari nuka.
– Meka chaya ?
Mari ke rumichaka : – ‘Numata’chi piwirepa’.
Numichajla rojlo : ‘Unká. Apala pimata’a nuka.’
Unká roma’lacha.
E’iyonaja rumachiya rika. Chaya rumachi’ya nuka.
Mari ke numicha to’jmajlo.
Romi’cha rika yuchachiyari ruka.
Aú ka’jná rumachi’ya nuka.
Numicha :
‘To’jmá, piyañá. Pikamato.
Pa amí i’jicha kajeru jña’je pa’yú pe riphajika. Ri’rakaloje keñá.
Kajrú palo ña’ka kajerú.
Palaya rujñáka kuté ijlu ñani, ke ituru palaya.
Rujña’ka rutajné nakoje romoko’je nakoje, jiru ja’pejé, jipa ja’pejé.’
Marí ke numichaka.
Riká romi’cha, rika yuchachiyari ruka.
Aú rumicha :
– Ilé ke pimanoja ka’jná no’pichaka pe’wé mená, chuwa pitutúwa nomaijla !
Ñake nututuwakajla, unká jo’o pa’yú kajwatala nuká.
– Ñaké unká meke numala.
Ñákeja pitutuwajika !
– Unká apala payú aka’á nuka.
– Unká na kalé i’majeri riyukuna.
Wale’jeja ri’majika.
Aú ruwaka’icha nututuwaka.
Au nututuwicha.
Rejomi rumachi’ya nuwero’pá, chaya rumachi’ya nuká.
– Pema’nota pi’makajeru ta ja’piyá.
Riká ika jareni nu’tatá liyá piká.
Unká pema’kaloje kalé ilé kaje ta ja’piyá.
Meka penaje ?
Me kalé unká kuaní ina’ukelani ? Ilé kaje ta wakara’yo nutu tutuwaka.
Nula’karu maná nutu unká jo’o nukajwatala.
Unká piwakara’a tutu’waka !
Kajrú raki’chaka ruka.
Ri’jicha tu ke retá choje.
Júpichami ri’michaka.
– Nutu, ke rimicha. Unká meke nula’la piká.
Majó pi’jná.
Riji’cha rurá jeño’chari i’michaka.
E rewiñá’ochiyari ruká popó minaru penaje.
– Ilé keja pi’má nutu ke rimichaka.
Ilé ke pi’majika, e’iyonaja pi’maje.
I’majeyo piká inaná piramaná penaje.
I’majikayo piká.
Kaja “tu” ke rika rejé.
Kaja ra’cho iyaje.
Metanajemi ta ri’rí iphicha.
– Yúka’a nu’ri ?
– A’a, pa’yú. Unká nomalacha.
Nomicha mekela ñani.
E rimicha :
– Marí kamejerina nonocha, pinani kiñaja neká kewí nojló me’pijí.
– E pako’chaka keñá ?
– A’a keleyaro. Pira riká.
Ri’richa riká.
Romoto’cha riká, ruwitúka’chiya riká.
Rimicha : – Pa’yú. Pa’a majó piperojloni wajñachi wa’jnewá.
E najicha najnewá.
Nañapachiya na’jnewá. Rajicha rikakuwa.
Rejomi ri’jicha retá chojé to’jó.
Jupichami rimichaka :
– Nu’ri. Unká paala yuku.
Maapami nuli’cha nupacho nutu nakú, piyajalo wejaputenamí pacha.
Kaje i’makale nu’má riyukuna pijló piwe’pikaloje penaje.
Rupacha ta nuli’cha chapú kuani nutu nakú.
Marí ke ruli’cha ruká.
Meka pacha ?
E ri’micha rijlo riyukuna.
Marí ke ruli’cha ru’micha pacha nuli’cha nupacho nutu naku.
Kaje i’makale numá : ‘Nu’ri, kaja marí ketana nu’má pijwa’té.
Unkale ruwatala nu’maka ijwa’té.
Kaja nócho’jiko chuwa yenoje.
– Meka penaje ile kaje ta wakara’a ya’chaniya micholo tutuwa’ka ?
Unká chi pamala unká jo’o pa’yú kajwatala ruka !
Kaja rila’kare maná. Unká meke la’je ilé kaje ta wakara’a tutuwaka !
Kajrú raki’chaka ruka ta.
– Ují ka chiyo ri’kachiya ruwila.
Ta “tu” ke rara’pá retá choje.
E najúwi’cha.
Lapí jenají ke karí ta jácho’ko je’chú chojé.
Maare kaja rácho’chiya piyuke.
Kachí pechú rijwa’to i’michaka.
Rile’jé kachí i’michaka. Raú riji’cha ta rijwa’to ripechu.
Lapiyami najme’chiya, meñá’a ta ta rapumi.
– Meke chapú wani pa’yú i’jnañaata nuka.
Pipachata inana wejaputenami. Pipachata pa’yú i’jnaña’a nuká.
Unká meke wala’la.
Riyajalo wa’téja nayuricho iyama.
Me’tana a’jemi ta kuwayu weruna ta ja’cho.
Kachí nakoje jareja na’chako kachí nakoje.
Ñake a’munana ja’chako ka’chí pana nakoje.
Ñake iñapícho’na ajichaka ka’chí ina.
Kewiyukujneruna ja’chako ji’laje.
Ejechami jewa panaphí ka’chí pana tá li’chaka.
Piyuke ina’uke kapiya, unká re’iyaja kalé.
Ewá unkaka. Meke wani chi nala’jika.
E mapeja rupiyo’chiya mená e’iyowá.
Iphicharino wejapaja. Riká ñani ru’jicha ili.
Kapaje noje ñani.
Kaja ewaja kachí tajicho i’michaka.
Piyuke ina’uké kapiya i’michaka.
– Meke chaú waní !
Pipacha ta pa’yú la’a weká !
Chaú wani pachá wataka’lajo me’pejí nakú !
Maarejecha najaricha lumá ima i’michaka. Riká ruchiya juná wa’té.
Riká ñani najicha.
Kaja ewaja tajná piño riká.
Rejechami lumá ta arúki’chaka.
Riká ijí naki’cha junapejé, rili’chako kalaku.
E nali’cha rika pupuchí tajicharo piño.
– Meke chau wani !
E rimicha rejenajlo.
– Chaú wani unká ina’ukelaru ta pacha pa’yú i’jnaña weká.
Pu’waka nuphatajika a’jnejí, puwaka nuwa’jika ijló, nuwara’jika kumú nakú.
– Je, ke.
Maare kaja na’cho me’pijí chojé, piyuke ina’uke.
Maare ra’chó a’wanacha kulaje i’michaka.
Kaja ewaja ri’jicha ya’jnaje tajnicharo maípukula chojé.
E remi’cha a’jnare ke panaja wá’ake “uu”.
“Ba'áriká Karika mitãbeñañu”
“Uu” rajipichaka.
“Te” ra’chako. Nakaje ja’chako yenuyá.
– Na ta ka’jná ripechú i’michaka. Nomichajlako
E ri’jicha rejó, a’jnarejecha riká rimanumicha
Nata riká maareko nomi’cha ?
Ra’kó ri’jicha ramaje. Unká na i’malacha.
Na ta waní maare waniko nomi’cha rika.
E ripechu i’micha : “Nuwá’tajlako wa{m}áchijla.”
E riwá’icha.
– Uu ! Ba'áriká Karika mitãbeñañu »
– Uu, rajipichaka.
Metanajemi ta ra’chó yenuyá majó.
Maareje yaichako waléjari.
Apalá piño, apalá piño.
Marí pu’tení chu ke ño’peka walejarí ja’chako i’micha.
E meke palá waní !
Kaja nuphata wawakela.
Rimicha pajote kalaja ka’je meta’purú ja’koje.
Riji’cha wejí kala keñala chojé pajluwe’tá.
Kaja ripi’chaka.
Riyúpi’cha rapunana. Ají ke iñe’pú chuwá.
Iphichari lainchú.
Riyani kemicha rijló :
– Pa’yú na ilé kele panapí ?
– Na ta i’makeri ?
– Palá ila’á, nuyani. A’jnelarí nuphata wajluwá.
Mapejá namijlo’chiyaka walejaji, nanurupí i’rachiyako raú.
E riyajalo ta kuicha najló kujnú.
Ruji’cha. Rika najicha.
– Mere piphachiya rika ?
Ri’micha najlo riyukuna.
– Mapeja nutajnichako maípukula chojé.
E nomi’cha a’jnare ke aphelá e’iyá wá’kaje i’michaka.
Rika penaje kajrú nakaje ja’chako yenuyá.
“Na ta riká ?”
Au nu’micha ramaje.
Maare no’cha rená i’michaka, e nuwá’icha marí ke.
Ejechami ra’chaka nojlo.
A’jneji maarejé ya’ko popala chu walejari, pajluwa te’e ka’lá nu’micha ka’taje junape.
Rinakiyana nuji’cha.
« Meka penaje pi’má pi’mata kajerutajlo ilé kaje yukuna ! 
Nu’ri pi’mako no’ka ilé kaje tajlo a’jnejí ! »
E ra’chó kumú nakú wara’je : “Ti tí”.
– I’jná wamichajla.
Apala ne’waka iphata a’jnejí.
E neka ta rejo lainchú, iphichaño rejó.
– Marí keja nojena iphicha.
– A’a, wemi’chaka wa’tó piwakara’a kumú nakú.
– Aú we’jicha amaje.
– E nuwari’cha jo’o kumú nakú.
Kaja nuphata wawá’kela a’jnare.
Kajrú nuphataka a’jneji wajló.
Riká cha nuwa’a we’jnakaloje rijña’je rinakiya nakuicha najló najicha.
Yewichá tajakaño me’pijí nakú.
– Ñakeka nojena muní we’jnaje rijña’je palá wajña’átaka piyuke riká.
Jíki’ni kuaní riká nojena.
Unká ka’jná wajña’ataka piyuke riká.
« Meke chi rimaka kele ri’michata najlo riyukuna. »
Mari ke rimaka :
– Ajulají chojé nuphá e noma’a wakaje pa’nojo pitá e’iyá.
‘Uu !’ riwá’aka.
‘Ba'áriká Karika mitãbeñañu’.
Me’tanajemi ta ra’ó yenuyá majó.
‘Na ilé ta riká ?’
Nu’jná ramaje.
Maareko no’chá rená i’michaka, nuphá rejé meñaru.
Unká na i’malá nupechu i’micha : ‘Nuwatajla.’
Aú nuwa’a.
‘Uu !’ rajipichaka.
Ejechami rika’ta riká.
Kajru waní numá nakú nojena !
Pajluwa te’e ka’la nuka’chiya junape i’michaka
Rinakiya nujña’á wejí ka’lá ñaní.
Muniko wamichajla riká nojena.
Meke pala waní pipatala wawá’kela !
Kaja piphatá wajló riká. Muniko wamichajla riká.
Muní ke lapiyamí : – I’jná chuwa wamichaijla wajichachi riká.
Ne’jicha piyuke riña’je.
Rimicha :
– Maareje nuphata rapunana.
Maayá unká júkalaja junapejé ejé.
Maare nukatakare junapejé rinakiyana nojena.
A’jnare riká. Unká júkalaja.
E na’picha a’jnare keja.
Rapunana keño’chaka kapichakajo.
Kaja ewajá iñepú kapicho.
– Meke rili’chaka nojena.
Na’picha.
– Maare ri’má nojena.
Meñaru.
Meke rila’lako ?
Rimicha : – Nuwá’atajlako palaja.
“Uu ! Ba'áriká Karika mitãbeñañu.”
Ñake raki’chaka namaná.
– Unká meke wala’la.
Nojena, rimata’re. Wa’pajikoja.
Ritamakachiya najló rika’takare junapeje nakiyá.
Ra’chá marí ke le’peno.
Napi’chó. Iphichaño.
– Yúka’a ?
Unká. Meke paja rila’ko. Kaja rapunana kapichaña weká.
– Ñakeka nojena.
Pu’waka nuphatajika ee a’jnejí wajló, pu’waka nuwá’jika ijló piño.
– Ñakeka.
Kaja na’pichá. Riká a’jnekaná ne’micha. Kaja ewajá ritajnicho.
E kaja ra’chó kulajé piño.
Iphicharino lainchú.
– Yúka’a, pa’yú ?
– Unká, yuwana.
– Meñaru waní. Unká na nuphatalacha.
chuwa watajatajiko me’pijí nakú.
Muní ke piño ri’jicha.
Iphichari pu’tení chojé.
Marí pu’teni chu ke riká chojé chi’lá ke riká.
– Meke chaú wani, pa, iná chi’ná ta la’a iná !
Unkapi riyanikela iná iká ke wani li’chakami nuká.
Pachá nuwe’pino nutakajika me’pijí nakú, ke rimichaka.
Jimaje ra’chó iyaje.
Jupichami riyaka’icho.
Amichari majnuñami.
Ñákare takú taicharo.
Te’rí jimayá majó, kechami iturú i’michari.
Ritureno jarephí.
– Na ta karí ?
Riyaka’icho. Riji’cha riká. Amichari walejaji iturú kamákenachí rama i’michaka.
E ra’chó ríchaje.
Amichari walejari ya’atachako te’rí e’iyá.
E rikawichi’yá riká majó. “Te’jé” rinaku majó.
E ra’cho ta richaje.
Pajluwa te’e ka’la riji’cha.
E rimicha riko’ná. Amicha riká ta i’michari
Pajluwe’la eja’wá nakú rimichaka.
Rimichá rinakiyá ka’taje junape pajluwa te’e ka’la rika’chiya.
Riji’cha wejí ka’lá rinakiya.
E ripi’cho, rili’cha rapunana.
Waicha lainchú.
– Ee ! Pa’yú na ilé kele pa’napí.
– Ee ! Na ta ri’ma ke ?
Yuwaná palá ila’á !
A’jnejí nupachiyá wajluwá !
Mere piphachiyá riká.
Rimicha najló riyukuna.
Riyajalo kuicha rinakiya, najicha.
“Ti ti” kumú nakú riká.
– I’jná wamichaijla ne’waká !
Ne’jicha. Iphichari.
– Mari keja piká, ne’waká ?
– Mari keja ikano.
– A’a. Weka i’jichari majó, wemi’chaka piwari’chaka kumú nakú aú.
– Nuwari’chajo kumú nakú, nojena.
Kajru kuani nuphata a’jnejí wajló, nojena.
Ají loko’pani nomá riká.
Rimicha piño riyukuna.
“Marí ke nomaka riká.”
Ñake rara’pata aki’chaka rimana i’michaka.
– Muniko wamichajla riká.
Jíkini kuani ta riká numá nakú !
Unká ka’jná wajña’talaje riká.
Ñákele piyuke we’jnajika.
Pala wajña’ka jño’pe riká.
Ra’chá najló kujnú, najicha.
Muní ke lapiyamí : “I’jná chuwa nojena !”
I’jná piyuke we’jnajika.”
Ne’jicha rejó.
– Maayá iyajmela e’iyowa ketana rejó.
Maareje nuphata rapunana.
Iphichari rika’takare junapejé ejé.
Maareje nuka’tare rinakiyana junapejé nojena.
Maayá pajluwela e’iyowa ketana rejó.
Ñakeja kaja rejé iñe’pú kapichañácha neká.
– Yee ! Meke chapú waní !
Marí kalé rila’kana weká !
A’jnare nuwe’pi ri’maka.
Wamichaijla rejó.
– Maare ri’má !
– Unká na i’malacha !
Meñaru, apojó eja’wá li’chako.
Meke chau waní wala’laka !
Rimata’re ! I’jná wapa’chó.
Unká meke wala’lá.
E napi’cho piño.
Iphichaño rika’tare junapejé ejé. Riká ritamaka’chiya najló marí ke ñano.
E kaja napi’cha. Iphichaño.
– Yúka’a ?
– Yee ! Meke paja chaú waní rila’ká weká.
Unká wephatalacha riká.
– Meke pajaka rili’chako.
Iñe’pú kapichaña’cha weká.
– Ñakeka nojena.
Pu’waka nuphatajika a’jneji pu’waka nuwá’jika piño ijló.
– Ñakeka, wa’pichaka.
– A’e.
Kaja na’picha.
Riká a’jnekana ne’micha tajnicharo piño.
Ra’chá a’jnejí kulaje piño.
Muní ke piño.
Unká ripatalacha.
Muní ke ri’jicha ya’jnaje.
Ñaque kaja riphicha piño maripukula chaje.
Chi’la ke piño riká.
Meke chaú waní iná chi’ná ta la’a nuká, unkapi riyani kela riká ke !
Pa’yú wejaputenami ta li’chakami nuká !
“Kaje pachá nutaka’a me’pijí nakú !” ke rimako ra’chó iyaje.
Maarejecha chuchu kuwañá iphichaka rinakú.
– Aa ! Na ina’ukeka ?
– Nuká. Yee ! Nulake piká chi rika.
– Nuká chuchú.
– Na pila’á ?
– Unká na kalé nula’á, ajnelají nukulá.
Yewichaja nutajaka me’pijí nakú.
Chaú waní iná chi’na ta li’chami nu’maká.
Meke pimicha no’michaka.
Unká. Numi’cha jo’o chaú waní iná chi’ná ta la’ká iná, unkapi riyani ke iná iká kewani.
Rili’chami nunaku i’maka pacha nuta’á me’pijí nakú nuwe’pinoja.
Mari ke numichaka.
– Ke jo’o nulake, ke rimichaka.
Chaú waní jo’o pila’ká.
Ñakeka nulake. Piwatajika ee no’ká pijló a’jnejí pama’á nují ama.
Kechami no’jika pijló a’jnejí.
– Je, ke.
– Pita pijluwá.
Pa pijme’taño pijluwá, pu’waká nu’majika pijló ee pijme’ta pijluwá.
E richiya rijluwá.
Riká penaje ta kuwañá ta jirakichaka rijí ta sijí ritakú ta awa’je.
Ramichaka rama.
Ejechami rimichaka :
Chuwa nulake. Chuhua pijme’ta pijluwa.
E rijme’chiya rijluwá.
– Ke jo’o, nulake. Mewá pikulá a’jnejí.
A’jnelaji te kari ña’kú. Marí wajña’kú.
Kari ya’o marí apú. Ka’jná apú tara’ro.
Kari mare’pe to’ró riká ta.
Palani riká ajñákaji riká.
Kelini riká.
Pero’jla riká waijla.
– Je, ke.
Ri’jicha rero’cha riká, apú piño. Marí keno rilí i’michaka.
– Meke pala waní ?
– Wajña’ku karí.
Riká ta marí mare’pe e’iyowá.
Nulake chuwá no’pichaka.
Ekó pijña’a riká maare.
– Je, ke.
E ri’jicha riká paú ke ta rimachi’ya ritukumó.
Rejomi ri’jicha yaka’jo.
Amichari riká ta i’michari mare’pe e’iyowá.
– Meke kajrú waní a’jnelají !
Kaja nuphata a’jnejí wajluwá !
Ri’jicha. Pajluweta ripachiya.
– Pa’yú, na ilé kele.
Na i’ma ke nuyani.
Palá ila’á, a’jnelají nuphatá wajluwá !
– Na chi riká ?
– Wajña’ku riká.
– Mere ?
– A’jnare chuchú kuwañá iphari nunaku.
Mari ke numaka ejé, riphá nunaku.
Rimá nojló :
– Meke pimichaka ?
– Unká numalacha, mari ke numichaka, chau waní pa’yú li’chakami nu’maka.
Pacha yewicha nutaka’á me’pijí nakú.
– Ke jo’o nulake. Chaú waní pila’ka.
Piwatajika ee no’ká a’jneji pijló pama’á nují ama, e no’je pijló a’jnejí.
– Je, ke.
– Nulake chuwa, pita pijluwá.
Puwaka nu’majika pijló, e pijme’ta pijluwá.
E nuchiya nujluwá.
Re rama’áchiya rijí ta aú nuká.
Jña’kú jme’lá rijí ta ama i’michaka.
Ejechami rimichaka.
– Chuwa pijme’ta pijluwá.
– Je, ke.
E nujme’chiya nujluwá.
– Merewá pikula a’jnejí, nulake.
– A’jnejí te karí wajñá’ku.
A’jnare apú riká ta kari mareepe.
Palani riká keliní.
Piji’chajla riká pikáwicha riká wamaijla riká.
E nu’micha rikawichaje apú piño, apú piño.
Maareje ritami tarichako.
– Ñakeka nulake, ilé riká.
A’jnejí pijña’a riká.
No’pichaka.
– A’e.
Kaja keja ra’páñaachaka nuká.
E nuji’cha riká paú ke ta keña’la.
Kaja nuphata a’jnejí wajluwá.
E numicha ramaje riká ta.
Mare’epe to’chako i’michaka riká ta.
E riyajalo moto’cha riká.
Ropicha riká, najicha riká.
E riwá’icha piño kumú nakú. “Ti ti” Kumú naku.
– Ne’waka iphata ka’jná a’jnejí.
I’jná wamichaijla.
Nephicha rejó.
– Mari keja piká ne’waka.
– Mari keja iká ?
– A’a.
Wemi’chaka piwarapa kumú naku. Aú we’jicha amaje majó.
– Nuwaricha jo’o kumú nakú.
Nojena, kajru kuani nuphataka a’jneñelaji.
Aú nuwá’a ijlo.
Wajña’ku nuphata a’jnare.
Rimicha ta piño riyukuna najló.
Ñake rara’pata aki’chaka rimaná ta i’michaka.
Marí kaja penaje.
– Jíkini waní riká, nojena.
Pajlwaja mare’epe to’kó !
Riká ta unká iná we’pita me ño’jó mare’epe tajnako !
– Muniko waji’cha riká, nojena, wajña’tachi riká !
– Je, ke.
Muni ke lapiyami. Neká ta rejó piyuke.
– Maareje nophú iphá.
Maayá iyajmela e’iyowá riká.
Neká iñe’pú chuwá.
Maare nu’makare rinakiyana lapataje.
A’jnare pa’nojó e’iyá riká.
Na’pichá ñake kaja.
Iñe’pú kapi’chako piño.
– Meke kalé chaú waní ?
– Mari ke kalé rila’kano weká, nojena !
– I’jná wamichaijla a’jnare nomá ri’maka.
Maare nomá ri’maka, nojena.
Amichari apojó.
Awijñani kuaja eja’wá i’michaka.
– Meke chau waní wala’ka nojena !
Imata’re. I’jná wapa’chó.
E na’pichota.
Riji’chaje ritakamaka’chiyo najlo.
Mari ke ñano.
Rimicha piño najlo :
Puwaka nupatajika ee a’jneji pu’waka nuwajika piño ijló.
Ñakeka, riká ketana ne’michaka.
Rejechami ra’chako a’jnejí kulaje piño.
Unká riphatalacha na.
Ejechami rimichaka :
Unká meke wala’la.
A’jná ño’jó wácho’cho pe’iyojo re’iyá a’jemi wakulachi a’jnejí.
Ne’jicha netá chuwa júkajo re’iyá a’jemi rikulicha a’jnelaji najluwá.
Lainchú ripi’cha jla’ke mojo.
– Unká nuyani. Unká nuphatalacha.
Na chuwa wataka’tajiko me’pijí nakú.
Muni nu’jnaje yaka’jo kaja penaje.
Muni ke ri’jichaka.
– Nomichajlako.
Lainchú weká, ke rimichaka.
Ne’jicha riyajalo wa’té riyamona rara’pá iphicha nanaku.
Pe’iyocha kamú jácho’ko iná kema kechami e riphicha nanaku.
Nulakena !
– Ee ! Chuchu michú ñákapí !
– Unká nuñakami kalé !
– Nuka nulake, ke rimichaka.
Majó nu’jicha nu’ri chaje.
Merewá pani nu’rí ? Nukula maawá.
Ne’wakana, unká me ño’jó chira’lo ajní ño’jó ke !
Rapukuna chu i’maka ne’wakana !
– Chau waní wala’ka, chuchu.
Yewicha watajatako me’pijí nakú.
Aú pa’yú wa’a weká majó wakulakaloje a’jnelaji wajluwá penaje.
– Ke jo’o, nulake. Unká meke nula’la.
Iká jalo wejaputenami ta pacha nuli’chami chau wani nu’ri i’maka.
Unkapi nuyani ke pi nuli’chakami nu’ri nakú i’maka pachá nu’ri tajaka me’pijí nakú.
Aú nu’jicha nu’rí wa’té pura’jo majó kaja penaje.
– Unká ne’mala chuchu.
Kaja maapami ne’jicha a’jnelaji kulaje.
– Mekechami neká waichaka ? ke nemichaka.
Chau wani nu’ri la’ka !
Maare rikeño’chiya ta, ri’jicha riyatewana iñápiwala.
Nulake merewa nu’ri kula a’jnejí.
A’jnejí te karí tamí jlámaro piya’kalo.
Kachipa iñápiwala kuichako.
– Palani a’jnejí riká.
Ijri’chajla riká.
– Je, ke.
Ne’micha rijaje.
Chuwa imoto’o rika.
Namoto’ocha rika. Piju que rimoto’chaka.
Riká najicha palani.
Po’mani riká a’jnejí.
– Merowaka nu’ri kula ?
– Mari apú karipapí.
Iji’cha piño riká.
Korokó kenó riká karipapí.
Riká namoto’cha ñakekaja.
– Riká ta maarowa rikaja mari eja’wa nakú.
Merowaka nu’ri kula ?
Mari apú.
Riji’cha ta rikapala penajemi. Riji’chata japijula penaje.
– Kaji apú nulake. Palani a’jnejí riká, nulake.
Iji’cha piño rika.
Rikaja kari eja’wa to’kó, nulake.
Palani imoto’o rika.
Amachi nomoto’cha rika.
Pata rimoto’chaka.
Iná wataka chu ituru ajñakana iná ka’á ra’rú rinakiya.
Kechami iná ta’ká riká jipá chu.
Palani iturú palá iná ajñá.
Maare ri’jicha piño rikujnerute penajemi.
Rikeño’chiya kúruchí penaje.
– Mari apú nulake.
Mari kú{r}uchí.
Jero’chakajla waijlá
Riká ta karí eja’wá to’ró.
Mari palani ajnejí.
Mari iná ipaka rika ejomi iná jara’á rima rinakiya.
Kechami iná ta’ká rika jipa chu.
Iná tutuwa riká. Iná ñápataka tutuwakana ejomi, ina yuri ra’kó.
Patá ra’kó e iná jláma’a richaya.
E iná ipá re’iyayá jamaraní juni yuriko ejé iná ipá re’iyayá.
E iná kuwa iná jluwa.
Palá iturú, riká iná ajñá.
Yewicha natajatako me’pijí nakú, chichú ke paní.
Kaja ewaja jlainchú iyamá chojé kamú to’kó, e rimicha :
– Jña’nó ka’jná nu’rí waicha.
Kaja nuwachiya jupi unká riphala.
Ñakele numá eko pala nu’rijlo maare riphajika ee.
Chaú waní nuli’chakami nu’ri i’maka.
Riyajalo wejaputenami ta pacha nuli’chami chau wani nu’ri i’maka penaje taka’ri me’pijí nakú.
Aú numá nu’ri nakú.
Majo nu’jná kaja penaje nu’ri wa’té pura’jó.
Eko pimá rijló ripa’cho muní riñákare choje.
Apakala nu’jnataje rijló a’jnejí.
Kaja penaje nu’jnataje rijló a’jnejí.
Pu’waká nuwá’jika rijló, e rikó ri’jnaje nomaje.
Pa, riwakara’ña riyajalo wejaputenami ta !
Riwakaje nupura’jo nu’ri wa’té kaja penaje.
Ñakele marí ke numá.
– Je ke.
– Chuwa nu’jichaka.
E kaja keja ripi’chako ta yámojo ri’rimi iphicha.
Mapeja yewí ke.
– Yúka’a pa’yú.
– Unká yuwana. Mapeja wephichaka.
Unká na wamalacha.
Pacha yewicha wataka’a me’pijí nakú chuwa, iná chi’na wejaputenami ta li’chami chau wani nu’maka.
E nemicha rijló :
– Pa’yú ! Chuchu i’michari majó. Maapami lapiyami riphicha.
Rimicha : – Mere nu’ri nukula ?
Na rila’a kuwakajo naku maarowa.
Pajluwa chu i’maka kapukunaní pají chu i’maka ne’wakana.
Unká na kalé la’ka a’jní ño’jó ke chira’kajo naku !
– Yee ! Chau wani wala’ka, chuchu ! Yewicha watajatako me’pijí naku.
Aú pa’yú wa’á wekó majó rikulakaloje a’jnejí maareyá penaje.
Chau wani nu’ri la’ka riyajalo manaíchami pacha nuli’chami nu’ri i’maka !
Ñake penajemi taka’ri me’pijí nakú.
Aú nu’jicha rijwa’té pura’jo kaja penaje.
Merowa nu’ri kula a’jnejí.
A’jnejí te kají, iñápiwala.
Ijri’cha riká.
Aú we’micha rijra’je.
Wamoto’cha palani. Po’mani.
Kají ya’laro maere, kají ajñá riká.
Riká ta kají to’ró a’jní ño’jó.
Mari apú “karipapí” rimichaje naku riyatepu penajemi riji’cha !
Eyá mari rikapala penajemi riji’chaje mari japijula.
‘Rikaja marí eja’wá to’ró ajní ño’jó.
Eyá mari kúruchí. Rika ta kari to’ro.
Iná jña’a riká.
Iná ipá rinakiya.
Rejomi iná jara’á rima rinakiya.
Rejomi iná ta’a riká jipa chu.
Ejomi iná tutuwa riká.
Jupichamí ra’kó.
E iná jláma’a juni richaya.
Iná ipá re’iyayá. Jamaraní juni yuriko ejé.
E iná kuwá ku’jnú penaje.
Palá iná ajñá po’mani.
Marí riká a’jnejí penaje !
Nu’ri kula merowaka ?’
E rimicha pinaku :
‘Eko pala nu’rijlo.
Kaja unká riphalacha, nuwachíyajla riká meketanaja nupura’kaloje rijwa’té kaja. Penaje e’iyonaja unká riphalacha.
Eko pimá nu’rijlo muni ipharo riñakare chojé.
Apakala nu’jnataje rijló a’jneji.
Ilé une’e pa’nojo pita, pu’waka nuwá’jika rijló, pa riwakara’ña kele inana wejaputenami ta !
Rikó ri’jnaje nomaje.
Riwakaje nu’jnataje a’jnejí rijló kaja penaje.
Riká ketanaja ri’maje.
Rikatajnajika ee kaja ri’jnaje nopumi chu.
Unká i’makelaji kalé maarowa i’makelaje.’
Mari ke chuchu kemichaka.
Ñakeka, muní ke lapiyami neji’cha iñapuwala, ja’pijula, karipapí.
Rika na’pachiya pajluwetano najwa’to.
Nephicha nañakare ejó.
Ñake waja apakala kaje chu ri’jnachiya rijlo a’jnejí une’e pa’nojo pita.
Kajru ripachiyaka a’jnejí, kujnú walejarí, piyuke ripachiyaka a’jnejí.
Lainchú lapí riwá’icha rijló.
Kari mawá kaja penajeka, mawá ñopojlo, rika chu riwá’icha rijló :
– Pema’á mawá wá’jlaka.
Pa’chá nojló rená.
Pinótachi riká nojñájlachi riká.
Yewicha nutaka’ka me’pijí nakú.
– Je ke.
E ru’jicha a’jnare ketana chu ruká, ramichaka ruká, rimicha :
– Meka penaje riwakara’a ri’makajeru ta ?
E rimanumicho.
E rupi’cho.
– Yúka’a ?
– Unká. Rimanumicho.
Metanajemita piño riwá’icha.
– Pamichajla piño !
Ru’jicha ramaje.
Rejechami ruká rimanumicho piño.
Ruphichaka wa’té riwá’icha piño.
Rimicha rojló :
– Pipatajla pichu’chure ta ja’pí, apala meke ka’jná riká ?
– Je ke.
Ru’jicha piño.
Rimanumicho ta piño.
– Meke paja nu’jnaka aú ja rimanuma’o ?
Rupi’chako wa’té riwá’icha piño.
Piko pamichajla riká, kaja nu’jnakachu rimanuma’ono.
– Je, ke.
Kaja ri’jichaka.
E ramichata riká ejechami riwá’ichaka ta waní rijló.
Yewíchaja riphaka rinaku e rimanumicho.
– Ra’picha maare nuwe’pichaka, rimichaka.
Eyá rajaláki’cha riká.
– Nu’ri me kale unká kuani ina’ukelari piká wakara’ri iná wejaputenami ta majó !
Unká chi numala pinaku i’maka riwakaje nu’jnataje a’jneji pijlo
Numá pinaku i’maka puwaka nuwá’jika une’e pa’anojo pita pi’jnakaloje nomaje.
Unká piwakara’kaloje piyajalo ta !
Rupachata nuli’chamí chau wani nutu nakú i’maka.
Iná yani ke nu’malo nu’jnata pijlo a’jneji majo.
Ramicha kajrú a’jneji ta i’michaka.
Ñakeka nu’ri marí. A’jneji nu’jnata pijló kaja penaje majó.
Marí a’jnejí ketanaja pi’majika maare.
Marí a’jnejí tajnajiko kechami pi’jnaje nopumi chu.
Ñake kaja unká kaja i’makelaji kalé maarowá, puíkuwa maarowá. A’jní ño’jó i’makelaji.
Ñake pi’jnaje nopumi chu marí iñe’pú to’ró. Riká chuwá pi’jnaje.
Maayá pi’jnaje. Pila’kajero re’iyá páchojo
Pajluwajo eja’wá, riká pe’iyó nophú iphá, nuká ejó i’jnaka.
Puwaka nuká ejó iñe’pú numakana chu la’rú i’wáchujre tara’ro.
Puwaka utupí i’wáchujre tara’karo numakana iñe’pú. Unká pa’palaje chuwa.
I’wijina ejó i’jnaka riká.
Ñakejla neñokajla piká ñakeka.
Kiña pala nuri chuwa piwakara’a pijwa’tejena pitaka a’jnení.
Kaja ya’jnicha majó. Yewicha wajme’taka.
– Je, ke.
Rijwa’tejena i’michaño kujwena.
Neká pichiyaño rijló a’jneji i’michaka.
Kaja ewaja nakeño’cha me’takana.
– Chuwa wajme’taka, nu’ri.
Mari kaje le’jepaka nuwá’a pijló i’maka tu’jní.
Unká meke wala’la.
Ewá jareni keño’cha jácho’kajo. Kaja najme’chiya.
– Kaja numachiya pijló a’jneji.
Rika ketanaja pi’maje maarewa.
E kaja pi’jnaje nopumi chu.
Chuwa nupi’chako.
Kaja ripi’chako.
E kujwena pichiya rijlupemí we’chú.
Riká penaje kujwena pitúka’a we’chú.
Maare kaja walejarita jewi’cho kaila penaje.
Kapaje noje i’michaka jewi’charo chuwapí penaje.
Kujnú ta jewi’ícharo atapirá penaje.
Iratake jewi’ícharo ju’chiyo penaje riká rimicha nakú.
‘Nu’ri, marí juchiyo palani riká, iná ajñakalope penaje riká.’ Marí ke pa’yú kemichaka nojló.
‘Marí a’jneji ketana we’maje maarowa.
Riká tajnajiko e kaja we’jnaje rapumi chu.
Unká i’makelaji kalé maarowa.
Puíkuwa we’má nakú.
Ajní ño’jó i’makejaje.
Ñakele we’jnaje pa’yú apumi chu.
Rimicha rijló :
‘Eko pamá piyani e’iyá mekajenaka piyani waní i’majika piwa’á pijwa’to.
Eyá piyajalo jlapu ñaní i’majika rewaja piyuri rewaja najló wa’té.’
– Je, ke.
Kaja ewaja na’jní tajnicho.
– Kaja wa’jní tajni’cho chuwa.
Yuwana, chuwa we’jnajika.
Muni we’jnajika.
Muni ke rimichaka.
– Chuwa nuyani, we’jnajika.
Chuwa i’jná majó nomachi iká.
Rilapachiya neká.
Amichari iyama riyani waní i’michaka.
Iyamaka kaja i’michari nalo jlapu yani.
– Maareruna nuyani, unká meke nula’la.
Paló jlapu ñani, icheji ka’jeri yani !
Maareja i’maje i’majika keja i’majika maarowa !
Neyachiya neká.
– We’jna pijwa’té.
– Unká, ke rimichaka.
Unká meke nula’la iká.
Riwá’icha iyamaja rijwa’to.
Kaja ne’jichaka iyamana riyani i’jichaño rijwa’té.
– Marí iñe’pú, rimaka najló.
‘Maayá pi’jnaje pila’kajero.
Re’iyá pachojo pajluwaja waphereni eja’wá, riká pe’iyó iñe’pú iphá. Iyama’ ke rimaka.
Tujla neká rejé.
– Yee ! Yuwana marí. Unká nuwe’pila mekeka pa’yú kemaka nojló i’maka.
‘Puwaka puku ta iñe’pú ja’paká utupí i’wáchujre tára’o numakana nuká ejó ja’paka.
Eyá la’ru iwachujré tára’karo numana iwijina ejó i’jnaka’ ke nuwe’pika rimaka.
Mari chuwa wa’pata.
Na’pichata iwijina ejó. Ipichaño iwijina nakú.
Nakapejeta nenóchiyata neká.
Wachiyari rara’pami.
– Mekechami ta riphajika.
Unká na iphalacha !
Jupichami yuku i’micha. Jupimika iwijina ejó nephá i’maka. Kaja nenóchiyami ne’maka i’maka.
– Meke chau wani !
Unká meke nula’la.
Meke unká kuani ina’ukelari nuri.
Kaja numá rijlo i’maka nuka ejó puku ta iñe’pú ja’pako puwaka la’ru i’wáchejre tára’ko nuká ejo iñe’pú numakana, numaka rijlo i’maka.
Unká meke nula’la nuri.
Kaja nakapichatakare !
Unká me kalé nula’jikare.
Maareje riyukuna tajnó.
Kari vivait il y a bien longtemps. Il était maître de la nourriture.
Sa fille était Karíwelo.
Tel était le nom de la cadette de Karipú.
Kari fit une préparation chamanique pour sa fille.
Pour qu’elle puisse tirer beaucoup d’amidon à partir du manioc.
Pour qu’elle ait entre les mains de forts tubercules.
Ainsi fit-il l’incantation.
Alors il la mit à la diète.
Tout lui était interdit.
Elle ne pouvait rien toucher.
Sauf de la sauce blanche de manioc.
Et de la cassave de pur amidon.
C’était sa seule nourriture.
Enfin, il ne restait plus qu’une dernière incantation, où on lui mettait de l’amidon de manioc sur les bras.
Après cela, il aurait terminé ses soins.
Mais la femme de son frère Karipú se conduisait mal avec elle.
C’était toujours elle qui devait s’occuper seule du fils de son frère quand ce dernier partait en forêt.
Il avait dit à sa femme : « Va vite chercher du manioc pour que j’ai quelque chose à boire en rentrant. »
– Bien.
Quand il fut parti, elle dit :
– Belle-sœur, occupe-toi du bébé pendant que je vais chercher du manioc.
Il veut boire du manicuara à son retour.
– Bien.
Elle le prit.
Et la femme de Karipú partit vite prendre du manioc.
Peu avant qu’elle ne rentre, le petit se mit à pleurer.
« Ne pleure pas. Maman est partie chercher du manioc pour que papa puisse boire quelque chose à son retour.
Elle a beau prendre plein de manioc avec beaucoup d’amidon.
Elle le renverse entre ses jambes, à côté de ses fesses, de sa râpe de pierre et de son égouttoir.
Ce qu’elle extrait est bien aussi gros que les coulures d’un oeil ! »
Elle entendit, et cela la mit en colère.
Elle entra.
– Belle-sœur, alors il dort le gamin?
– Il vient juste de s’endormir.
– Bien ! Qu’il reste là.
Je vais laver le manioc.
Elle y alla, puis revînt.
– Toujours pas réveillé ?
– Pas encore.
Je vais éplucher le manioc.
Quand elle eut terminé de l’éplucher, elle le râpa.
Après cela, elle dit :
– Belle-sœur, je t’es entendu dire quelque chose tout à l’heure.
Répète ce que tu disais, belle-sœur.
– [Je disais :] ‘Dors, petit. Ne pleure pas !
Maman est allé chercher du manioc pour papa.
C’est pour qu’il puisse boire en rentrant.’
– Ce n’est pas ça que tu as dit.
Répète un peu pour voir !
Tu disais peut-être que je gaspille le [manioc du] jardin de ton frère à ta place !
Alors elle répondit :
– Oui, j’ai bien dit ça.
J’ai dit :
‘Dors, petit. Ne pleure pas !
Tu vois bien que maman est aller chercher le manioc que papa attend.
Le panier qu’elle porte sur le dos, elle le remplit bien.
Comme ça elle pourra répandre beaucoup d’amidon à côté de ses jambes et ses fesses, sous l’égouttoir, la pierre et la calebasse.
Il en sortira comme un oeil de luciole !
C’est ce que j’ai dit.
– C’est ça ! Va donc rincer le manioc puisque contrairement à toi, je ne fais que le gaspiller.
– C’est pourtant vrai, belle-sœur. Le manioc est plein d’amidon.
Ce n’est pas qu’il n’en a pas !
Il n’y a que toi qui en tires aussi peu !
Moi, papa n’a pas encore terminé mes soins.
Je ne peux pas y toucher.
Je n’y peux rien.
– Non, s’il te plait. Egoutte quand même !
– Non. Papa pourrait me disputer.
Personne ne le dira, ce sera notre secret, dit-elle en lavant une calebasse.
– Maintenant je veux te voir égoutter.
– Eh bien tu vas voir !
L’autre reprit son fils, et elle alla rincer la pâte.
La calebasse fut vite remplie.
On aurait dit de la pâte de parépou, tellement il sortait d’amidon au travers de l’égouttoir !
Elle déversa plusieurs fois l’amidon dans une grande calebasse. A la fin, elle l’avait entièrement remplie.
– Voilà, belle-sœur !
– Bien.
Puis elle dit :
– Belle-sœur, fais chauffer le manicuara.
Mon frère va bientôt rentrer.
– Comment pourrai-je déjà cuire le manicuara ?
Tu viens seulement de rincer la pâte !
– Mais l’amidon ne tarde pas à se déposer au fond. Comment pourrait-il tomber lentement ?
C’est seulement avec toi qu’il prend le temps de descendre.
Ça fait déjà un moment que j’ai terminé de rincer.
Elle prit la marmite à manicuara.
Puis elle alla recueillir l’amidon.
Mais elle versa trop fortement
Il n’y avait qu’un petit niveau d’eau au dessus, alors elle renversa l’amidon qui était à la surface.
Quand elle toucha l’amidon, il n’en restait que très peu.
Il y avait même encore de l’eau au dessus.
– Oh ! Belle-sœur.
C’est bien cela que tu as dit.
Je gaspille le jardin de ton frère.
– Tu vois belle-sœur.
C’est toi qui perds tout cet amidon.
Tu en avais pourtant pris beaucoup dans le jardin de mon frère.
Tu peux en prendre beaucoup et n’en tirer que très peu.
– Tu as raison, je ne peux rien dire.
Elle en reprit pour faire du manicuara.
Puis elle déversa ce qu’il y avait au dessus.
Elle en tira un amidon bien concentré et droit, comme si on avait tranché dedans.
Puis elle dit :
– Ta mèche de devant te cache vraiment trop le visage. Elle te fait une petite figure : une bouille de petit singe (callicèbe à fraise).
Ça fait de la peine de te voir regarder sous cette mèche. C’est moche.
– Je vais te la couper.
– Non, belle-sœur. Tu pourrais me couper.
– Je ferai attention.
– Non.
Elle prit le tronc d’une plante appelée jiila, et en tira une lame bien effilée.
Puis elle saisit ses cheveux.
Elle trancha dedans, et ne la coupa qu’un tout petit peu.
Mais beaucoup de sang jaillit.
Je t’avais dis que tu me couperais.
Elle essaya de nettoyer le sang, mais en vain.
Le sang n’arrêtait pas de couler.
Elle mit du charbon dessus pour arrêter le sang, mais en vain.
Elle brûla un morceau de hamac, et le mit également dessus. Mais cela ne donna rien non plus.
– C’est vraiment mal ce que tu m’as fait, belle-sœur !
Maintenant, mon père va sévir.
Alors elle alla s’asseoir près de l’entrée.
Elle se mit à pleurer.
Le sang jaillissait toujours autant.
Rouge comme un ara.
Sa belle-sœur essayait de nettoyer, mais sans succès.
Le père ne tarda pas à arriver.
Il vit tout blanc.
A ses yeux, son sang était blanc.
– Ma fille, qu’est-il arrivé ?
Ta figure est toute blanche.
– Ma belle-sœur m’a coupée.
– En faisant quoi ?
– Elle m’a dit : ‘Je vais te couper la mèche de devant’.
Je lui ai répondu : ‘Non, tu pourrais me couper !’
Elle n’a rien voulu entendre.
Il a fallu qu’elle la coupe. Et c’est comme ça qu’elle m’a blessée.
J’ai dit quelque chose au petit.
Elle a entendu et cela l’a rendu furieuse.
C’est pour ça qu’elle m’a coupée.
Je disais :
‘Petit, ne pleure pas. Dors.
Maman est allée chercher du manioc pour que papa puisse boire du manicuara quand il reviendra.
Ta mère prend beaucoup de manioc.
Mais elle n’en tirera pas plus d’amidon que la coulure des yeux.
Elle le répand à côté de ses jambes et ses fesses, sous l’égouttoir et la pierre à râper.’
C’est ce que j’ai dit.
Elle a entendu, et cela l’a mise en colère.
Alors elle m’a dit :
– Puisque tu dis que je gaspille le jardin de ton frère, rince donc la pâte pour voir !
Je peux bien essayer de la rincer, mais mon papa n’a pas terminé mes soins.
– Comme ça, je ne t’en parlerai plus.
Mais tu vas la rincer !
– Non, papa me disputerait.
– Mais personne ne dira rien.
Cela restera entre nous.
Ainsi m’ordonna-t-elle de rincer la pâte.
Je l’ai donc rincée.
Puis, en tranchant ma mèche, elle me coupa.
– Il a fallu que tu l’écoutes celle-là !
C’est pour ce blanc d’amidon que je t’avais mise à la diète.
Ce n’est pas pour que tu lui obéisses !
Ça t’amènerait à quoi ?
Comment une femme aussi bête pourrait ordonner à ma fille de rincer la pâte ?
Je n’ai pas terminé les incantations de ma fille.
Tu n’as pas à lui demander de rincer !
Il la disputa beaucoup.
Il alla s’allonger dans son hamac.
Plus tard, il dit.
– Ma fille, je ne peux rien pour toi.
Viens ici.
Il fit sortir tout son sang.
Et il la transforma en colombe.
– Tu resteras ainsi ma fille.
Même comme ça, tu vivras.
Quand une femme va mourir, tu le lui annonceras.
Ce sera la raison de ton existence.
Et il se recoucha.
Il se mit à pleurer.
Puis son fils arriva.
– Ça a été, mon fils ?
– Oui, papa. Mais je n’ai pas vu grand-chose.
Juste du petit gibier.
Il dit [à sa femme] :
– Prépare vite ces prises, j’ai très faim !
– Tu as préparé le manicuara ?
– Oui, il est là-bas. Bois-le.
Il but.
Elle fit cuire la viande, puis la descendit du feu.
Il dit : – Papa, amène ta gamelle, nous allons manger.
Ils mangèrent.
Ensuite ils mâchèrent leur coca.
Et le père retourna s’allonger.
Plus tard, il dit :
– Il y a une mauvaise nouvelle, mon fils.
J’ai fauté envers ma fille, c’est à cause de ta femme.
Alors je dois t’en informer.
A cause d’elle, je n’ai pas pu m’empêcher de faire un malheur.
Ta femme s’était tellement mal comportée avec elle.
Comment a-t-elle pu faire ça ?
Il lui raconta l’histoire.
Après ce qu’elle lui avait fait, il fallait que je m’en prenne à ma fille.
C’est la raison pour laquelle je t’annonce que je ne vivrai plus avec toi.
Elle ne veut pas que je reste avec vous.
Je vais monter au ciel.
– Comment a-t-elle pu demander à ma pauvre petite sœur de rincer la pâte ?
Tu n’as pas vu qu’il n’avait pas fini ses soins !
Les incantations n’étaient pas encore terminées ! Ce n’est pas pour que tu lui demandes une chose pareille !
Il la disputa encore très fort.
– Il faillit la frapper.
Et le père se rallongea dans son hamac.
La nuit tomba.
A minuit, Kari monta au ciel
Il emporta tout avec lui.
Tout ce qui formait l’esprit du manioc était à lui.
Le manioc était à lui, alors il emporta son esprit.
Quand ils se réveillèrent le lendemain, sa place était vide.
– Quel malheur que papa nous ait abandonnés !
C’est ta faute, tu n’es qu’une mauvaise femme !
Nous n’y pouvons rien.
Lui et sa femme, ils n’étaient plus que deux.
Avec le temps, les moucherons arrivèrent.
Ils dévastèrent le manioc.
Les abeilles s’en prirent aux feuilles.
Les termites dévorèrent les branches.
Et les fourmis s’attaquèrent aux racines.
Les feuilles devinrent jaunes.
Pour le manioc des autres gens, c’était partout pareil.
Cela s’aggravait de jour en jour, et ils n’y pouvaient rien.
Alors elle fit un petit jardin surélevé.
Mais les tubercules ne se développèrent que très peu.
Ils restaient rachitiques.
Ils finirent par mourir.
Plus personne n’en avait.
– Quel malheur !
C’est ta faute si papa nous a fait ça !
A cause de toi, on meurt de faim !
Ils râpèrent les fruits de guacuri et de juná.
C’est tout ce qu’ils mangèrent.
Jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien.
Un jour des arbres chargèrent à nouveau l’umari.
Ils les jetèrent dans l’eau pour que leur chair devienne plus tendre.
Ils en firent des galettes, mais cela ne dura pas longtemps.
– C’est terrible !
Il dit à ses frères :
– C’est à cause d’elle si mon père nous a abandonnés.
Je vais chercher de la nourriture, quand j’en trouve, je vous appelle.
– Bien.
C’était la famine pour tout le monde.
Il chercha des fruits sylvestres.
Très loin, il trouva une clairière où il s’arrêta.
Il entendit un appel : « Uu ».
« Nourriture, Kari donne » [disait-on en langue tanimuca].
« Uu » répondit-on.
Quelque chose tomba du ciel : « te ».
– Qu’est-ce que ça peut être ? Je vais voir
Quand il arriva là-bas, tout était silencieux.
Qui ai-je entendu par ici ?
Il alla voir où la chose était tombée. Mais rien.
J’ai pourtant bien entendu quelque chose.
Il pensa : « Je vais appeler pour voir ».
Il cria :
– Oh ! Nourriture, Kari donne”
– Oh ! répondit-on.
Plus tard, quelque chose tomba du ciel.
Un panier rempli d’amidon.
En tomba un autre, puis un autre...
Cela remplit un espace grand comme ici.
Quelle chance !
Je peux aller les chercher maintenant.
Il déposa cinq paniers dans la rivière.
Et il en prit trois dans une hotte.
Puis il rentra.
Il ouvrit un sentier en retournant sur ses pas.
Il arriva tard l’après-midi.
Ses enfants lui dirent :
– Papa, qu’est-ce que tu nous as apporté ?
– Qu’est-ce que ça peut-être ?
– Réjouissez-vous. J’ai trouvé de quoi manger.
Ils se jetèrent sur l’amidon, et avalèrent de travers.
La femme prépara une galette de cassave.
Ils la mangèrent comme ça, sans accompagnement.
– Où l’as-tu trouvé ?
Il raconta son histoire.
– Je me suis arrêté dans une clairière.
J’ai entendu quelqu’un appeler.
Et quelque chose est tombée de haut.
« Qu’est-ce que ça peut être ? »
Je suis donc allé voir.
Au même endroit, j’ai appelé de la même manière.
Et voilà ce qu’on m’a envoyé.
Des paniers de cette quantité, j’en ai laissé cinq dans la rivière.
J’en ai rapporté qu’un peu.
[De loin Kari s’exclama :] « Pourquoi lui racontes-tu ça à celle-là ?
C’est seulement parce que tu es mon fils que je t’ai donné cette nourriture ! »
Karipu se mit à faire sonner les tambours xylophones manguaré.
– Allons voir !
Notre chef a peut être trouvé de la nourriture.
Ils arrivèrent en fin d’après-midi.
– Vous voilà mes frères.
– Oui, nous avons entendu ton appel avec le manguaré.
– Nous sommes venus voir.
– Oui, j’ai frappé le manguaré.
J’ai trouvé ce qui nous appelle là-bas.
Il y a beaucoup de nourriture.
Je vous ai appelé pour aller chercher ce avec quoi ils ont préparé la cassave qu’ils ont mangé.
Nous allons presque mourir de faim.
– Alors demain nous irons, et nous ramènerons tout.
Il y en a vraiment beaucoup.
Peut-être ne pourrons-nous pas tout ramener.
« Pourquoi a-t-il besoin de tout leur raconter ? » [dit Kari au loin].
Voilà ce qu’il leur dit :
– Quand je suis arrivé dans une clairière, j’ai entendu sur la colline d’en face :
‘Ho’ appelait-on.
‘Nourriture, Kari donne.’
Et une chose est tombée.
‘Qu’est-ce donc ?’
Je suis allé voir.
Mais il n’y avait rien.
J’ai donc pensé : ‘Je vais appeler.’
Et j’ai crié.
‘Ho !’ répondit-on.
Et on me jeta la même chose.
Je peux vous dire qu’il y en a vraiment beaucoup !
J’en ai laissé cinq paniers dans la rivière.
Et j’en ai rapporté trois.
Demain nous irons voir, mes frères.
Quelle bonne chose d’avoir enfin rencontré le lieu que nous espérions !
Tu l’as trouvé. Nous irons donc demain.
Et le lendemain : – Allons voir notre nourriture !
Ils partirent tous en chercher.
Il dit :
– Voilà le chemin que j’ai défriché.
La rivière n’est plus très loin.
[Plus loin.] Voilà, c’est dans cette rivière que j’ai laissé une partie de l’amidon.
De là, c’est tout près.
Ils continuèrent.
Mais ils commencèrent à se perdre.
Le chemin avait disparu.
– Que s’est-il passé ?
Ils poursuivirent.
– C’était là, mes frères.
Il n’y avait rien.
Que leur est-il arrivé ?
Il dit : – Je vais appeler pour voir.
« Ho ! Nourriture, Kari donne. »
Mais il était en rogne après eux.
– Rien à faire.
Laissons tomber. Rentrons.
Il répartit entre ses frères ce qu’il avait laissé dans la rivière.
Chacun en avait juste un peu.
Ils rentrèrent.
– Alors ça a été ?
– Non. Je ne sais pas ce qui est arrivé. Le chemin a disparu.
– Bien, mes frères.
Je vous appellerai, si je trouve encore de la nourriture.
– Bon.
Ils rentrèrent. Le peu de nourriture se termina très vite.
Il repartit en chercher.
Il revint en fin d’après-midi.
– Alors papa ?
– Rien, les enfants.
C’est désespérément vide.
Nous allons mourir de faim.
Il retourna en forêt le lendemain.
Il arriva dans une nouvelle clairière.
Il s’assit.
– C’est vraiment triste qu’un père fasse cela à son fils !
Comme s’il ne s’agissait pas de son fils !
Par sa faute, je n’arrête pas de penser que je vais mourir de faim.
En disant cela, il tomba en sanglot.
Puis il rouvrit les yeux.
Il vit des fourmis majnuñami.
Leur maison avait [comme] un nez au sommet.
Il y avait de la terre et, derrière, de l’amidon.
Les bords étaient bien blancs.
– Qu’est-ce que c’est ?
Il alla voir, et en prit dans ses mains. Cela sentait l’amidon de manioc.
Il creusa.
Il trouva un panier rempli d’amidon.
Il le sortit.
Il continua à creuser.
Cinq il en trouva.
Il vit que les autres fourmilières en avaient aussi.
Il y en avait sur toute la colline.
Dans la rivière, il laissa encore cinq paniers.
Et il en emporta trois avec lui.
En rentrant, il défricha le chemin.
Il arriva en fin d’après-midi.
– Eh ! Papa, qu’est-ce que tu transportes ?
– Qu’est-ce que c’est à ton avis ?
Réjouissez-vous, les enfants !
J’ai trouvé de la nourriture !
Comment l’as-tu trouvée ?
Il raconta l’histoire.
Sa femme prépara une galette, et ils mangèrent.
Il fit sonner le manguaré.
– Allons voir notre chef !
Ils arrivèrent.
– C’est ainsi que tu es, chef ?
– C’est ainsi.
– Nous avons entendu le manguaré alors nous sommes venus.
– C’est moi qui l’ai fait sonné.
J’ai trouvé beaucoup de nourriture.
C’est par là-bas.
Il raconta à nouveau l’histoire.
“Voilà ce que j’ai vu.”
Son père se mit encore en colère contre eux.
– Demain nous irons voir.
Je peux vous assurer qu’il y en a beaucoup !
Peut-être ne pourrons-nous pas tout prendre.
Alors nous allons tous y aller.
Ainsi nous en prendrons une bonne quantité.
Il leur donna de la cassave, et ils mangèrent.
Le lendemain : “Allons-y mes frères !
Allons-y tous.”
Ils arrivèrent.
– D’ici, il n’y a plus que deux collines.
Voici le chemin que j’ai défriché.
Ils arrivèrent à la rivière.
J’en ai laissé un peu dans l’eau ici.
Il n’en reste plus qu’une [de colline].
Mais le chemin se perdit à nouveau.
– Oh ! Ça ne va vraiment pas !
Il nous refait le même coup !
Je suis certain que c’est là-bas.
Allons voir.
– C’était là !
– Il n’y a rien !
C’était vide, et la forêt était différente.
Quel malheur !
Ça suffit ! Rentrons.
On y peut rien.
Ils s’en retournèrent encore.
A la rivière, il répartit l’amidon qu’il y avait laissé.
Et ils rentrèrent.
– Alors ?
– Ah ! Il nous joue vraiment un sale tour !
Nous n’avons rien trouvé.
– Que leur est-il arrivé ?
Nous avons perdu le chemin.
– Bien, mes frères.
Je vous ferai signe quand j’en trouverai.
– Bon. On va y aller.
– D’accord.
Et ils partirent.
Leur nourriture s’épuisa encore.
Alors il repartit en chercher.
Et encore le lendemain.
Mais rien.
Le surlendemain il alla loin.
Il arriva encore à une clairière.
Il s’y essaya.
C’est vraiment mal que mon père me traite de cette façon, comme si je n’étais pas son fils !
Etre traité ainsi par un mauvais père !
“Par sa faute je vais mourir de faim !” Et il pleura.
C’est alors que le vieux Kuwañá, le grand singe de la forêt s’approcha de lui.
– Ha ! Qui es-tu ?
– Ce n’est que moi. Tu es bien mon petit ?
– Oui, grand-père.
– Que fais-tu ?
– Je cherche seulement de la nourriture.
Je meurs de faim.
C’est mon père qui m’a laissé ainsi.
Je t’ai entendu dire quelque chose.
Je disais seulement que c’est triste de se faire ainsi traiter par son père, comme si je n’étais pas son fils !
Je ne fais que penser que je meurs de faim à cause de lui !
C’est cela que je disais.
– C’est sûr, mon petit-fils.
Tu vas vraiment mal.
Eh bien, mon petit-fils, si tu veux que je te donne de la nourriture, tu n’as qu’à sentir l’odeur de mon pénis.
Après je t’offrirai de quoi manger.
– D’accord.
– Ferme les yeux.
Tu les ouvriras seulement quand je te dirai.
Il ferma les paupières.
Alors Kuwañá se masturba à côté de son nez.
Il sentit une odeur [d’igname].
Puis Kuwañá dit :
– Maintenant, tu peux ouvrir les yeux.
Et il les ouvrit.
– Alors, petit-fils. Où vas-tu chercher de la nourriture ?
La nourriture, elle est là. Regarde, ce sont des ignames sylvestres.
Certains poussent ici et là, d’autres se dressent là-bas.
Cette savane en regorge.
C’est délicieux.
Ils donnent beaucoup de tubercules.
Arrache s’en pour voir.
– Bien.
Il alla en arracher plusieurs. Ils avaient de gros tubercules.
– Comme ils sont beaux !
– Ce sont des ignames wa’jñaku.
Tu en trouves partout par ici.
Maintenant je m’en vais, petit.
Tu peux le prendre, si tu veux.
– Bien.
Il remplit quatre hottes qu’il alla déposer au devant de lui.
Et il alla vérifier les autres ignames.
Il vit que la savane en était remplie.
– Toute cette nourriture !
Je l’ai trouvée maintenant !
Il repartit avec une hotte.
– Papa, c’est quoi ça ?
Qu’est-ce que ça peut être ?
Préparez-vous bien, j’ai trouvé notre nourriture !
– C’est quoi ?
– De l’igname.
– C’était où ?
– Là-bas, le vieux Kuwaná est venu vers moi.
Je parlais seul, et il s’est approché.
Il me dit :
– Qu’est-ce que tu disais ?
– Rien, je disais seulement que mon père me traite vraiment mal.
Par ça faute, je vais presque mourir de faim.
– C’est vrai, petit. Tu fais peine à voir.
Si tu veux que je te donne de la nourriture, tu n’as qu’à sentir l’odeur de mon pénis.
– Bien.
– Maintenant, ferme les yeux.
Tu les ouvriras quand je te dirai.
Je les ai fermés.
Et il me fit sentir l’odeur de son pénis.
Cela sentait l’igname.
Puis il dit :
– Maintenant ouvre les yeux.
– Bien.
Et je les ai ouvert.
– Où vas-tu chercher de la nourriture ?
– Regarde cet igname.
Cette savane en est remplie.
Il a de bons tubercules.
Va en déterrer pour voir.
J’en ai donc retiré plusieurs.
Le tas arrivait jusque là.
– Voilà, tu as ce que tu voulais.
Tu peux l’emporter.
Je m’en vais.
– Bien.
C’est ainsi qu’il me laissa.
J’en ai rempli quatre hottes.
J’ai trouvé notre nourriture.
Je suis allé vérifier.
La savane en était recouverte.
Sa femme le fit cuire.
Elle servit et ils mangèrent.
Il refit sonner le manguaré.
– Notre chef a dû trouver de la nourriture.
Allons voir.
Ils arrivèrent chez lui.
– Ça va, chef ?
– Et vous ?
– Oui.
Nous avons entendu ton appel avec le manguaré. Alors nous sommes venus.
– Oui, je vous ai bien appelés.
J’ai trouvé beaucoup de nourriture.
Alors je vous ai appelés.
J’ai trouvé des ignames sylvestres.
Il raconta encore son histoire.
Cela mit à nouveau son père en colère contre lui.
C’était sa dernière tentative.
– Il y en a vraiment énormément, mes frères.
Cela s’étend sur une savane entière !
On ne sait pas où cela s’arrête !
– Allons-y demain, mes frères !
– Bien.
Le lendemain matin, ils partirent tous.
– C’est par là que j’ai défriché.
Encore deux collines.
Ils empruntèrent ce sentier.
C’est ici que je suis venu en laisser.
C’est là-bas, juste en face.
Ils poursuivirent.
Mais le chemin disparu à nouveau.
– Mais qu’est-ce qui se passe ?
– Voilà comment il nous traite, mes frères !
– Continuons, c’est là-bas que je l’ai vu.
[Plus loin, il dit :] – C’était ici, mes frères.
Mais cela se présentait différemment.
Il n’y avait que des arbres.
– C’est terrible, mes frères !
Laissons tomber, et rentrons.
Et ils rentrèrent.
Ce qu’il avait emporté, il leur distribua.
C’était peu.
Il leur redit la même chose.
Quand j’aurai trouvé de la nourriture, je vous appellerai.
Il resta chez lui le temps que dura cette nourriture.
Puis il retourna en chercher.
Mais il ne trouvait rien.
Alors il dit [à sa femme et ses enfants] :
Nous n’avons pas le choix.
Partons loin en forêt.
Ils emportèrent leurs hamacs, et se mirent en quête de nourriture.
Un après-midi, il revint [à son abri] et s’écroula.
– Rien, les enfants.
Nous n’avons plus qu’à mourir de faim.
Demain j’irai regarder une dernière fois.
Le lendemain, avant de partir, il dit :
– Je vais aller voir.
Nous reviendrons cet après-midi.
Quand il fut partit avec sa femme, son père arriva auprès des enfants.
C’était le milieu de la matinée [9 heures].
Mes petits enfants !
– Oh ! Le fantôme de papi !
– Ce n’est pas mon fantôme !
– C’est moi, mes petits.
Je suis venu voir mon fils.
Où est-il ? Je le cherche.
Un chef ne peut pas être toujours parti à droite et à gauche !
Un chef reste dans sa maloca.
– Nous allons vraiment mal, grand-père.
Nous mourrons de faim.
Alors papa nous a amené ici pour chercher à manger.
– D’accord, les enfants. Mais je n’y peux rien.
C’est la faute de votre mauvaise mère, si je me suis mal comporté avec mon fils.
Comme s’il n’était pas mon fils, je le laisse mourir de faim.
Alors je suis venu pour parler avec lui une dernière fois.
– Ils ne sont pas là, grand-père.
Cela fait un moment qu’ils sont partis en quête de nourriture.
– Quand reviendront-ils ?
Mon pauvre fils !
Alors il créa à partir de l’un de ses doigts les fruits iñápiwala.
Mais où va-t-il chercher de la nourriture ?
Il y en a là, regarde.
Un arbre était chargé de fruits.
– C’est savoureux.
Grimpez s’y.
– Bien.
Ils allèrent en descendre.
Maintenant faites-les cuire.
Ils les firent cuire, et les fruits devinrent bien tendres.
Ils se régalèrent.
C’était délicieux.
– Où va-t-il donc chercher ?
– Il y a aussi ce fruit appelé karipapí.
Grimpez pour voir.
Ces fruits étaient aussi gros que les fruits korokó.
Ils les firent cuire de la même manière.
– Par ici, il n’y a que ça.
Où cherche-t-il donc ?
Il y a encore autre chose.
Il retira ses joues et les transforma en fruits japijula.
– Ça aussi, c’est très bon, les enfants.
Grimpez encore.
Cette colline en est couverte.
Il faut bien les faire cuire.
Regardez comment je fais.
Il les mit sur le feu.
Quand on a envie de manger quelque chose d’amidonné, on en retire la peau.
On le râpe avec la pierre.
Et il en sort un excellent amidon.
Puis il retira de ses cheveux la bague qui les tenait.
Il la transforma en fruit.
– En voici un autre.
C’est le kúruchi.
Cueillez-en pour voir.
Il y en a plein cette forêt.
C’est un régal.
On le lave, puis l’on gratte l’écorce.
Ensuite on le râpe avec la pierre.
On rince la pâte et on la laisse reposer.
Quand l’amidon s’est déposé, on enlève le liquide au dessus.
On relave la pâte et jette plusieurs fois le liquide jusqu’à obtenir une eau transparente.
Il ne reste plus qu’à faire les galettes.
Son amidon est très riche.
Cela soulagea un peu leur faim.
Vers deux heures de l’après-midi, il dit :
– Peut-être que mon fils en a encore pour un moment.
Je l’attends déjà depuis pas mal de temps, mais il ne vient pas.
Alors vous le saluerez de ma part quand il viendra.
Je reconnais que je lui ai fais beaucoup de mal.
C’est à cause de sa mauvaise femme, si je l’ai laissé mourir de faim.
Vous lui direz :
Je suis venu lui donner une dernière fois de la nourriture.
Qu’il retourne demain chez lui.
Après-demain je lui en apporterai.
Ce sera la dernière fois.
Quand je l’appellerai, c’est lui qui devra aller me voir.
Qu’il ne m’envoie pas sa bonne femme !
Ce sera la dernière occasion de se parler.
Vous lui répéterez cela.
– Bien.
– Maintenant je m’en vais.
Quand il fut parti, son fils arriva.
Il n’avait presque plus de force.
– Alors, papa ?
– Rien, les enfants. Nous rentrons bredouilles.
Aucun gibier en vue.
Nous n’avons plus qu’à crever de faim à cause des misères que me fait ce père.
Ils lui dirent :
– Papa ! Grand-père était là. Il est arrivé ce matin.
Il a dit : – Où est mon fils ? Je le cherche !
Pourquoi est-il venu suspendre son hamac par ici ?
Un chef doit rester dans sa maloca.
Il n’a vraiment aucune raison de se promener !
– Oh ! Mais nous allons très mal, grand-père ! Nous mourons de faim.
Alors papa nous a amené ici pour chercher de la nourriture.
J’ai fait du tort à mon fils à cause de son idiote de femme !
C’est pour cela qu’il crève de faim.
Alors je suis venu lui parler une dernière fois.
Où va-t-il chercher de la nourriture ?
Voici des fruits iñápiwala.
Grimpez.
Alors nous somme montés à l’arbre.
Nous l’avons fait bien cuire. C’est délicieux.
Ce qui pousse là, goûtez.
Il y en a plein par ici.
Ce qu’il a appelé “karipapí”, il l’a sorti de sa main !
De sa joue, il fit apparaître ce japijula.
‘Cette forêt en est remplie.
Ce kúruchi, il y en a plein de ce côté.
Vous les prenez.
Les lavez.
Grattez l’écorce.
Les râpez avec la pierre.
Les passez à l’égouttoir.
Les laissez reposer.
Jetez le liquide sur le dessus.
Puis vous les relavez jusqu’à ce que l’eau devienne transparente.
Vous en faites alors des galettes.
C’est riche.
Vous en avez de la nourriture !
Où va-t-il donc chercher ?’
Il a laissé ce message pour toi :
‘Saluez mon fils de ma part.
Il n’est toujours pas revenu alors que je l’attends depuis un moment pour lui parler.
Dites-lui qu’il retourne chez lui demain.
Après-demain, je lui apporterai de la nourriture.
Quand je l’appellerai de l’autre côté de la rivière, qu’il ne m’envoie surtout pas sa bonne femme !
C’est lui qui doit aller me voir.
Ce sera la dernière fois que je lui apporte de la nourriture.
Cela lui permettra de subsister tant qu’il en aura.
Et quand il n’en aura plus, il suivra mes traces pour me retrouver.
Ici, ce n’est pas un lieu pour vivre.’
Ainsi a parlé grand-père.
Le lendemain matin, ils prirent donc les différents fruits.
Chacun transportait sa hotte.
Et ils arrivèrent chez eux.
Et ainsi, le surlendemain, il lui apporta de la nourriture de l’autre côté de la rivière.
Il amenait beaucoup d’amidon de manioc, ainsi que toutes sortes de nourritures.
Le soir, il l’appela.
Il s’était transformé en une grosse grenouille appelée “mawá de Kari”.
– Entends-tu ? Une grenouille mawá est en train d’appeler.
Va marquer l’endroit pour moi.
Qu’on puisse en manger.
Je vais bientôt mourir de faim.
– Bien.
Quand il la vit arriver, il dit :
– Pourquoi m’envoie-t-il sa bonne femme ?
Il se tut.
Et elle rentra.
– Alors ?
– Rien. Plus un son.
Un peu plus tard, il appela à nouveau.
– Retourne voir !
Elle y alla encore
Dès qu’elle apparut, il se tut à nouveau.
Elle revint et il se remit à appeler.
Son mari lui dit :
– Tiens-toi les seins [trop bruyants], je ne sais pas moi !
– Bien
Et elle y retourna.
Il se tut à nouveau.
– Pourquoi un tel silence uniquement quand j’y vais ?
Quand je reviens, la grenouille appelle à nouveau.
Vas-y toi-même, puisque avec moi elle se tait.
– Bien.
Il y alla.
En le voyant, la grenouille l’appela encore plus fort.
Mais quand il fut presque arrivé, elle se tut.
– Ça devait être là, dit-il.
Enfin son père le salua.
– Mon fils, comment peux-tu être aussi bête pour m’envoyer cette idiote ici !
Ne t’avais-je pas fais informé du jour où je viendrai t’apporter de la nourriture.
J’avais dit que je t’appellerai de l’autre côté de la rivière pour que tu viennes me trouver.
Ce n’est pas pour que tu m’envoies ta femme !
A cause d’elle, j’ai sévèrement puni ma fille.
Parce que tu es mon fils, je t’apporte de la nourriture.
Il vit qu’il y en avait beaucoup.
Voilà, mon fils, c’est la dernière fois que je t’en donne.
Reste ici tant qu’elle durera.
Quand il n’y en aura plus, tu iras me rejoindre.
Ici, c’est contaminé. On ne peut pas vivre, contrairement à là-bas. Dans cette direction, il y a un endroit où l’on vit éternellement.
Tu prendras donc ce chemin pour suivre mes traces.
En partant d’ici, tu descends à la rivière, puis tu passes en face.
A un pâté de foret d’ici, au milieu du relief se trouve le chemin qui mène à moi.
A l’entrée de mon chemin est plantée une plume de queue d’ara.
Ne prend pas le chemin où l’entrée est signalée d’une plume de motmot houtouc.
C’est le chemin qui mène aux étoiles.
Elles essaieraient de te tuer.
Dépêches-toi maintenant, demande à tes gens de charger cette nourriture.
Il est déjà tard. Le jour va bientôt se lever.
– Bien.
Ses gens étaient les fourmis atta.
Ce sont elles qui chargèrent la nourriture.
Et le jour commença à se lever.
– Le jour se lève, mon fils.
C’est pour ça que je t’appelai en urgence.
Nous n’y pouvons rien.
La clarté faisait son apparition.
– Je t’ai laissé des provisions.
Tu as de quoi vivre ici un moment.
Après tu prendras ma route.
A présent, je m’en vais.
Et il s’en retourna.
De jour, les fourmis emportèrent avec elles tout ce qui restait.
C’est pour cela qu’on les voit ainsi marcher pendant la journée.
Certaines lignes d’amidon [laissées par les fourmis] se transformèrent en liane kaila.
D’autres, plus fines, se transformèrent en liane chuwapí.
Les galettes de manioc se transformèrent en champignon.
La pâte se transforma en truffe.
‘Mon fils, cette truffe, ça se mange, c’est délicieux’ m’a dit mon père.
‘Nous vivrons ici tant que durera cette nourriture.
Quand il n’y en aura plus, nous le suivrons.
On ne peut pas vivre ici.
C’est contaminé.
Là-bas on est éternel.
Alors nous suivrons ses traces.
Il dit :
‘Reconnais parmi tes fils, ceux qui sont vraiment les tiens, et emmène-les avec toi.
Ceux de son amant, laisse-les.’
– Bien.
La nourriture finit par se tarir.
– Maintenant notre nourriture s’est terminée.
Il faut partir, les enfants.
Demain, nous partirons.
Le lendemain, il dit :
– Maintenant allons-y, mes enfants.
Venez, que je vous regarde.
Il les observa.
Il vit que deux étaient vraiment les siens.
Deux étaient les enfants de l’amant de la mère.
– Ceux-là je ne peux rien pour eux.
Ces petits bâtards, ils sont bons à jeter !
Qu’ils restent donc ici !
Il les fit pleurer.
– Nous allons avec toi !
– Non ! dit-il.
Je ne peux rien pour vous.
Il n’en prit que deux.
Et il les emmena avec lui.
– Voici le chemin, leur dit-il.
‘Tu descends.
En face, il y a une grande forêt. Au milieu, il y a deux chemin.’
Ils y arrivèrent.
– Zut ! Je ne me rappelle plus lequel est celui que mon père m’a dit de prendre !
Je crois qu’il a dit : ‘Mon chemin c’est celui où est plantée une plume de motmot houtouc.
L’entrée du chemin où est plantée une plume d’ara mène aux étoiles.’
Continuons par là.
Ils poursuivirent et arrivèrent aux étoiles.
Ils tombèrent entre leurs mains, et elles les tuèrent.
Le père finit par s’impatienter.
– Quand va-t-il arriver ?
Personne ne vient !
Plus tard, il apprit qu’ils s’étaient rendus chez les étoiles et qu’elles les avaient tués depuis longtemps.
– Quel malheur !
Je n’y peux rien.
Quel imbécile de fils !
Je lui avais pourtant bien dit que ma route est marquée d’un plume d’ara !
C’est trop tard pour lui.
Ils se sont fait massacrés !
Rien à faire.
Ici s’arrête cette histoire.
S1 stop
Kari i’michari. A’jneji chi’narikana ri’micha.

Kari vivait il y a bien longtemps. Il était maître de la nourriture.


NOTE : Selon Milciades, le maître de la nourriture s’appellerait Kari, et son fils Karipú. Selon d’autres versions (par exemple, celle de Mario), ce serait Karipú le maître de la nourriture, tandis que Kari serait le fils. Ces dernières versions semblent davantage concorder avec les noms tirés d’autres mythes. Ainsi Kari I’rimi (le Fils de Kari) serait bien le fils de celui qui part rejoindre le maître de la nourriture à la fin de ce mythe ; et les Karipú lakena (les petits fils de Karipú) les petits-fils de ce même maître de la nourriture. Il serait curieux que les personnages les plus importants de la mythologie (créateurs de ce monde) ne fassent référence qu’au nom d’un personnage secondaire. Milciades et ses fils ont semblés perplexes devant nos questions. Ils ont alors affirmés qu’il pouvait s’agir de personnages différents portant le même nom (comme on en trouve ailleurs dans la mythologie, par exemple : Kamú, Kanumá, Je’chú), mais Edilberto (le fils cadet de Milciades) admet aussi qu’il peut y avoir eu une confusion.
S2 stop
Riká itu i’michayo Karíwelo.

Sa fille était Karíwelo.

S3 stop
Karipú o’welo najme’lomi ií i’michaka.

Tel était le nom de la cadette de Karipú.

S4 stop
Maareru rili’cha maná i’michaka.

Kari fit une préparation chamanique pour sa fille.

S5 stop
Rili’cha rumana i’michaka rujña’kaloje kajeru tu’rú penaje.

Pour qu’elle puisse tirer beaucoup d’amidon à partir du manioc.

S6 stop
Ketajalapa ka’chí i’makaloje rukapi penaje.

Pour qu’elle ait entre les mains de forts tubercules.

S7 stop
Rewá rili’cha rumana.

Ainsi fit-il l’incantation.

S8 stop
E ri’tachiya ruka i’michaka.

Alors il la mit à la diète.

S9 stop
Piyuke ri’tachiyaka ru’micha.

Tout lui était interdit.

S10 stop
Unká naja kalé rujápalacha.

Elle ne pouvait rien toucher.

S11 stop
Walaku jarení rojicha.

Sauf de la sauce blanche de manioc.

S12 stop
Ku’jnú ituru kuwakeja.

Et de la cassave de pur amidon.

S13 stop
Riká a’jnekana ru’micha. Riká wa’té ru’micha.

C’était sa seule nourriture.

S14 stop
Kaja ewaja riñápa’chiya, rumaná la’kana yuricharo kaja penaje karipe rili’chaka ro’napita nakoje. Rejé riñapachiyajla ru’micha.

Enfin, il ne restait plus qu’une dernière incantation, où on lui mettait de l’amidon de manioc sur les bras.

S15 stop
Ejomi rikajwachiyajla ru’michaka.

Après cela, il aurait terminé ses soins.

S16 stop
I’maka e’iyonaja ro’wé Karipú yajalo li’cha romakaje ru’michaka.

Mais la femme de son frère Karipú se conduisait mal avec elle.

S17 stop
Rukaja lamá’ichari ro’wé i’ri i’michaka, ruyajná i’jichari ja’pajo.

C’était toujours elle qui devait s’occuper seule du fils de son frère quand ce dernier partait en forêt.

S18 stop
Rimicha rojló : “Eko pi’jicha kiñaja kajeru keñá i’raje nuphaje majó, ke rimichaka.

Il avait dit à sa femme : « Va vite chercher du manioc pour que j’ai quelque chose à boire en rentrant. »

S19 stop
– Je, ke rumichaka.

– Bien.

S20 stop
Kaja ri’jichaka riyámona, rumicha :

Quand il fut parti, elle dit :

S21 stop
– Yu’wiya piwa’á to’jmá nuji’chachi kajerú.

– Belle-sœur, occupe-toi du bébé pendant que je vais chercher du manioc.

S22 stop
Kaja rimicha keña i’raje nuphaje ke.

Il veut boire du manicuara à son retour.


NOTE : Keña (Yuc.). Manicuera (Esp. Ver.). Jus de manioc amer longuement bouilli pour laisser s’évaporer l’acide prussique (sans quoi il serait un poison).
S23 stop
– Je ke.

– Bien.

S24 stop
Kaja ruwá’ichaka riká.

Elle le prit.

S25 stop
E ru’jicha kajeru jña’je. Ru’micha kiñajata rijña’je.

Et la femme de Karipú partit vite prendre du manioc.

S26 stop
E rupi’cho a’jnarejecha rumi’chaka yuwají iíchaka.

Peu avant qu’elle ne rentre, le petit se mit à pleurer.

S27 stop
Rumicha to’jmá, piyaniña, pa amí i’jicha kajerú jña’je páyupe ri’rakaloje keñá penaje riphajika e maakani ka rujña’a ka.

« Ne pleure pas. Maman est partie chercher du manioc pour que papa puisse boire quelque chose à son retour.

S28 stop
Rujña’ka kajrú kajerú tu’rú.

Elle a beau prendre plein de manioc avec beaucoup d’amidon.

S29 stop
Palaya rujña’ka rutajniphe nakojé kajerú tu’rú romokoje nakoje jipá ja’pejé. Jirú ja’pejé.

Elle le renverse entre ses jambes, à côté de ses fesses, de sa râpe de pierre et de son égouttoir.

S30 stop
Pala rujña’ka iná ijlú piijñé ke ñani itu’rú !

Ce qu’elle extrait est bien aussi gros que les coulures d’un oeil ! »

S31 stop
Riká romi’cha. Riká yúcha’chiyari ruká.

Elle entendit, et cela la mit en colère.

S32 stop
E ruphicha.

Elle entra.

S33 stop
– Yu’wiyá, e to’jmá kamachiyako ?

– Belle-sœur, alors il dort le gamin?

S34 stop
– Wajé rikamátako.

– Il vient juste de s’endormir.

S35 stop
– Je ! Ilereja ri’mare.

– Bien ! Qu’il reste là.

S36 stop
Nupíchako kajerú.

Je vais laver le manioc.

S37 stop
E ru’jicha kajeru ipaje. Ruphicha.

Elle y alla, puis revînt.

S38 stop
– Unká jo’o rapola.

– Toujours pas réveillé ?

S39 stop
– Unká jo’o, ke rumichaka.

– Pas encore.

S40 stop
Nulajo’oko kajerú.

Je vais éplucher le manioc.

S41 stop
Ruñapachiya rilajo’ókana. Rejomi ruchi’iyá.

Quand elle eut terminé de l’éplucher, elle le râpa.

S42 stop
Ruñapáchiyaka ta’kana, e rumicha :

Après cela, elle dit :

S43 stop
– Yu’wiyá, meke pimichaka nomi’chaka pimaka.

– Belle-sœur, je t’es entendu dire quelque chose tout à l’heure.

S44 stop
Pimákajla numichajo nuyaru.

Répète ce que tu disais, belle-sœur.

S45 stop
Pikamato to’jmá. Piyaña !

– [Je disais :] ‘Dors, petit. Ne pleure pas !

S46 stop
Kaja amí i’jicha kajerú jña’je payupe.

Maman est allé chercher du manioc pour papa.

S47 stop
Riphachiya ee ri’rakaloje keña penaje.

C’est pour qu’il puisse boire en rentrant.’

S48 stop
– Unká ilé ke kalé pimichaka.

– Ce n’est pas ça que tu as dit.

S49 stop
Nomi’chaka pimajla noma’chí.

Répète un peu pour voir !

S50 stop
Ilé ke pimanoja ka’jná no’pichaka pe’wé mená, unká pila’lá pe’wé ajní

Tu disais peut-être que je gaspille le [manioc du] jardin de ton frère à ta place !

S51 stop
Ejechami rumichaka :

Alors elle répondit :

S52 stop
– A’a numicha jo’o.

– Oui, j’ai bien dit ça.

S53 stop
Numicha :

J’ai dit :

S54 stop
‘Pikamato to’jmá piyañá.

‘Dors, petit. Ne pleure pas !

S55 stop
Pa ami i’jicha kajerú jña’je pa’yu pe.

Tu vois bien que maman est aller chercher le manioc que papa attend.

S56 stop
Kajrú rujña’ka kajeru chajo keja kuwala choje.

Le panier qu’elle porte sur le dos, elle le remplit bien.

S57 stop
Palaya ta rujña’ka kajerú tu’rú rutajné nakoje, romoko’je nakoje, jiru ja’pejé, jipa ja’pejé, ichila wayala ja’pejé.

Comme ça elle pourra répandre beaucoup d’amidon à côté de ses jambes et ses fesses, sous l’égouttoir, la pierre et la calebasse.

S58 stop
Marí kuté ijlú ñani keñani ritu’ru ja’ko !

Il en sortira comme un oeil de luciole !

S59 stop
Mari ke numichaka.

C’est ce que j’ai dit.

S60 stop
– Ke jo’o riká ! Chuwa pitutuwa’jna, ilé ke pimanoja nukupaka pe’wé mená, unká pila’la pe’wé a’jné.

– C’est ça ! Va donc rincer le manioc puisque contrairement à toi, je ne fais que le gaspiller.

S61 stop
– Ke jo’o nujyaru, kajrú te tu’rú kajerú ta !

– C’est pourtant vrai, belle-sœur. Le manioc est plein d’amidon.

S62 stop
Unká matu’rú kalé !

Ce n’est pas qu’il n’en a pas !

S63 stop
Piká kalé pijña’ka mari kiña itu’ru ta !

Il n’y a que toi qui en tires aussi peu !

S64 stop
Unká jo’o kalé pa’yú kajwatala nuká.

Moi, papa n’a pas encore terminé mes soins.

S65 stop
Marí kaje au unká nujápala.

Je ne peux pas y toucher.

S66 stop
Ñake unká meke nu’malá.

Je n’y peux rien.

S67 stop
– Unká, pala numaka. Ñakeja pitutuwa’jika !

– Non, s’il te plait. Egoutte quand même !

S68 stop
– Unká, apala pa’yú aka’á nuká.

– Non. Papa pourrait me disputer.

S69 stop
Unká na kalé i’majeri riyukuna wale’jeja ri’majika, ke rumakoja rupichaka maareje ya’ko ichila chiya.

Personne ne le dira, ce sera notre secret, dit-elle en lavant une calebasse.

S70 stop
– Chuwa pitutuwa’á nomá’ijla.

– Maintenant je veux te voir égoutter.

S71 stop
– Je pamachí !

– Eh bien tu vas voir !

S72 stop
Ee ruwá’icha ru’ri ruliyá, e ru’jicha tutuwaje.

L’autre reprit son fils, et elle alla rincer la pâte.

S73 stop
Akaru puté ñani ruji’chaka. Kaja rututuichaka ta riká.

La calebasse fut vite remplie.

S74 stop
Pa pipirí jeyo’takanami ke iturú ja’pichaka jiru chiya !

On aurait dit de la pâte de parépou, tellement il sortait d’amidon au travers de l’égouttoir !


NOTE : Pipirí (Yuc.). Chontaduro (Esp. Ver.). Bactris gasipaes.
S75 stop
Ruki’chano rapumi choje. Ruñapachiya, puté kele ichila chojé.

Elle déversa plusieurs fois l’amidon dans une grande calebasse. A la fin, elle l’avait entièrement remplie.

S76 stop
– Aja, ilé riká nujyaru !

– Voilà, belle-sœur !

S77 stop
– Je, ke.

– Bien.

S78 stop
Jupichami rumichaka :

Puis elle dit :

S79 stop
– Nujyaru, chuwa ta pako’o keña.

– Belle-sœur, fais chauffer le manicuara.

S80 stop
Apala yewicha o’wé waicha.

Mon frère va bientôt rentrer.

S81 stop
– Meke la’je noko’o keña. Kiñaja wani ñaké

– Comment pourrai-je déjà cuire le manicuara ?

S82 stop
wajé piñápachiyaka ritutuwa’kana.

Tu viens seulement de rincer la pâte !

S83 stop
– Meke júpija ja’ko itu’ru ta ? Kiñaja ja’ko ilé kaje ta !

– Mais l’amidon ne tarde pas à se déposer au fond. Comment pourrait-il tomber lentement ?

S84 stop
Pijlo kalé jupi itu’rú ja’o.

C’est seulement avec toi qu’il prend le temps de descendre.

S85 stop
E jo’o maapamí nuñapachiya tutuwakaje.

Ça fait déjà un moment que j’ai terminé de rincer.

S86 stop
Kaja ru’jicha keña’ku.

Elle prit la marmite à manicuara.

S87 stop
Kechami ru’jicha keñá amo’je romo’takaloje jareni wa’té.

Puis elle alla recueillir l’amidon.

S88 stop
Riká penaje, romo’cha rutejmú au riká.

Mais elle versa trop fortement

S89 stop
Ñake marí ketana ñani juni i’michaka richa romo’cha te itutu jimaje.

Il n’y avait qu’un petit niveau d’eau au dessus, alors elle renversa l’amidon qui était à la surface.

S90 stop
E rujápichata. Amichari marí ketana ñani.

Quand elle toucha l’amidon, il n’en restait que très peu.

S91 stop
Juni i’michaka richa.

Il y avait même encore de l’eau au dessus.

S92 stop
– Yee yu’wiya, ke rumichaka.

– Oh ! Belle-sœur.

S93 stop
Marí kaje aú ka’jná pimá, ke rumichaka.

C’est bien cela que tu as dit.

S94 stop
Pimanoja ka’jná, nopi’chaka pe’wé mena.

Je gaspille le jardin de ton frère.

S95 stop
– Pamá kele nuyaru, ke rumichaka.

– Tu vois belle-sœur.

S96 stop
Ilé ke ituru jña’kana kele pila’a nakú kamu’jí.

C’est toi qui perds tout cet amidon.

S97 stop
E jo’o kajrú te pijña’kare o’wé mena.

Tu en avais pourtant pris beaucoup dans le jardin de mon frère.

S98 stop
Kajrú iná jña’ke tu’rú ejé, pala kalé pijña’ka marí ke jlepena riká.

Tu peux en prendre beaucoup et n’en tirer que très peu.

S99 stop
– Ke jo’o pimareja, unká meke numala.

– Tu as raison, je ne peux rien dire.

S100 stop
Roko’cha keñá.

Elle en reprit pour faire du manicuara.

S101 stop
Rejomi romo’chiya richaya i’micha.

Puis elle déversa ce qu’il y avait au dessus.

S102 stop
Amichari matha ke ituru ja’chako. Rejomi ramuichota rijlúpuku ta loko’paneje pala kemachi.

Elle en tira un amidon bien concentré et droit, comme si on avait tranché dedans.

S103 stop
Jupichami rumichaka :

Puis elle dit :

S104 stop
– Meke unká paala piwero’pá a’paraka pijima wa’té wa’kú jimaka ke ñani pijima amako.

– Ta mèche de devant te cache vraiment trop le visage. Elle te fait une petite figure : une bouille de petit singe (callicèbe à fraise).

S105 stop
Kamu’jí kemachi piyaka’ko ra’piyá. Unká paala.

Ça fait de la peine de te voir regarder sous cette mèche. C’est moche.

S106 stop
– Numata’tachi riká, ke rumichaka.

– Je vais te la couper.

S107 stop
– Unká nujyaru. Apala pimata’á nuká.

– Non, belle-sœur. Tu pourrais me couper.

S108 stop
– Unká nuwe’pika keja numata’jika rika.

– Je ferai attention.

S109 stop
– Unká ke rumichaka.

– Non.

S110 stop
Ruji’cha turiye jiila. Ruli’cha riré puwe’e.

Elle prit le tronc d’une plante appelée jiila, et en tira une lame bien effilée.

S111 stop
Kechami rupachiyata ruwilá.

Puis elle saisit ses cheveux.

S112 stop
Pa ra’pichaka ta runakojé. Machi’yari ruká wejapa ñani.

Elle trancha dedans, et ne la coupa qu’un tout petit peu.

S113 stop
Kajru rura ta i’michaka.

Mais beaucoup de sang jaillit.

S114 stop
Ilé numicha naku. Pa pimachiyaka nuka.

Je t’avais dis que tu me couperais.

S115 stop
Rolakichajla riká. Unká.

Elle essaya de nettoyer le sang, mais en vain.

S116 stop
Unká jirá matála’cho.

Le sang n’arrêtait pas de couler.

S117 stop
Kalá ruki’chano richoje jirá matakoloje unká

Elle mit du charbon dessus pour arrêter le sang, mais en vain.

S118 stop
Ruka’icha jamaka. Ruki’cha richoje. Unká.

Elle brûla un morceau de hamac, et le mit également dessus. Mais cela ne donna rien non plus.

S119 stop
– Meke chau wani pili’cha nuká nujyaru !

– C’est vraiment mal ce que tu m’as fait, belle-sœur !

S120 stop
Chuwa pa’yú aka’jika.

Maintenant, mon père va sévir.

S121 stop
E ru’jicha chíla ke ruphaje numanaje.

Alors elle alla s’asseoir près de l’entrée.

S122 stop
E kaja ro’chá rijwa’té iyaje.

Elle se mit à pleurer.

S123 stop
Kajrú rurá jeño’chaka.

Le sang jaillissait toujours autant.

S124 stop
La’ru ke keraka.

Rouge comme un ara.

S125 stop
Rolaki’chajla riká. Unká.

Sa belle-sœur essayait de nettoyer, mais sans succès.

S126 stop
Metanajemita rora’pá iphicha.

Le père ne tarda pas à arriver.

S127 stop
Riphicha riyaka’icho. Amichari jarephí.

Il vit tout blanc.

S128 stop
Rijlú ta chu rurá amicha jarení.

A ses yeux, son sang était blanc.

S129 stop
– Nutu, na pili’chako kele ?

– Ma fille, qu’est-il arrivé ?

S130 stop
Jarepí pijima.

Ta figure est toute blanche.

S131 stop
– Nujyaru machi’yari nuka.

– Ma belle-sœur m’a coupée.

S132 stop
– Meka chaya ?

– En faisant quoi ?

S133 stop
Mari ke rumichaka : – ‘Numata’chi piwirepa’.

– Elle m’a dit : ‘Je vais te couper la mèche de devant’.

S134 stop
Numichajla rojlo : ‘Unká. Apala pimata’a nuka.’

Je lui ai répondu : ‘Non, tu pourrais me couper !’

S135 stop
Unká roma’lacha.

Elle n’a rien voulu entendre.

S136 stop
E’iyonaja rumachiya rika. Chaya rumachi’ya nuka.

Il a fallu qu’elle la coupe. Et c’est comme ça qu’elle m’a blessée.

S137 stop
Mari ke numicha to’jmajlo.

J’ai dit quelque chose au petit.

S138 stop
Romi’cha rika yuchachiyari ruka.

Elle a entendu et cela l’a rendu furieuse.

S139 stop
Aú ka’jná rumachi’ya nuka.

C’est pour ça qu’elle m’a coupée.

S140 stop
Numicha :

Je disais :

S141 stop
‘To’jmá, piyañá. Pikamato.

‘Petit, ne pleure pas. Dors.

S142 stop
Pa amí i’jicha kajeru jña’je pa’yú pe riphajika. Ri’rakaloje keñá.

Maman est allée chercher du manioc pour que papa puisse boire du manicuara quand il reviendra.

S143 stop
Kajrú palo ña’ka kajerú.

Ta mère prend beaucoup de manioc.

S144 stop
Palaya rujñáka kuté ijlu ñani, ke ituru palaya.

Mais elle n’en tirera pas plus d’amidon que la coulure des yeux.

S145 stop
Rujña’ka rutajné nakoje romoko’je nakoje, jiru ja’pejé, jipa ja’pejé.’

Elle le répand à côté de ses jambes et ses fesses, sous l’égouttoir et la pierre à râper.’

S146 stop
Marí ke numichaka.

C’est ce que j’ai dit.

S147 stop
Riká romi’cha, rika yuchachiyari ruka.

Elle a entendu, et cela l’a mise en colère.

S148 stop
Aú rumicha :

Alors elle m’a dit :

S149 stop
– Ilé ke pimanoja ka’jná no’pichaka pe’wé mená, chuwa pitutúwa nomaijla !

– Puisque tu dis que je gaspille le jardin de ton frère, rince donc la pâte pour voir !

S150 stop
Ñake nututuwakajla, unká jo’o pa’yú kajwatala nuká.

Je peux bien essayer de la rincer, mais mon papa n’a pas terminé mes soins.

S151 stop
– Ñaké unká meke numala.

– Comme ça, je ne t’en parlerai plus.

S152 stop
Ñákeja pitutuwajika !

Mais tu vas la rincer !

S153 stop
– Unká apala payú aka’á nuka.

– Non, papa me disputerait.

S154 stop
– Unká na kalé i’majeri riyukuna.

– Mais personne ne dira rien.

S155 stop
Wale’jeja ri’majika.

Cela restera entre nous.

S156 stop
Aú ruwaka’icha nututuwaka.

Ainsi m’ordonna-t-elle de rincer la pâte.

S157 stop
Au nututuwicha.

Je l’ai donc rincée.

S158 stop
Rejomi rumachi’ya nuwero’pá, chaya rumachi’ya nuká.

Puis, en tranchant ma mèche, elle me coupa.

S159 stop
– Pema’nota pi’makajeru ta ja’piyá.

– Il a fallu que tu l’écoutes celle-là !

S160 stop
Riká ika jareni nu’tatá liyá piká.

C’est pour ce blanc d’amidon que je t’avais mise à la diète.

S161 stop
Unká pema’kaloje kalé ilé kaje ta ja’piyá.

Ce n’est pas pour que tu lui obéisses !

S162 stop
Meka penaje ?

Ça t’amènerait à quoi ?

S163 stop
Me kalé unká kuaní ina’ukelani ? Ilé kaje ta wakara’yo nutu tutuwaka.

Comment une femme aussi bête pourrait ordonner à ma fille de rincer la pâte ?

S164 stop
Nula’karu maná nutu unká jo’o nukajwatala.

Je n’ai pas terminé les incantations de ma fille.

S165 stop
Unká piwakara’a tutu’waka !

Tu n’as pas à lui demander de rincer !

S166 stop
Kajrú raki’chaka ruka.

Il la disputa beaucoup.

S167 stop
Ri’jicha tu ke retá choje.

Il alla s’allonger dans son hamac.

S168 stop
Júpichami ri’michaka.

Plus tard, il dit.

S169 stop
– Nutu, ke rimicha. Unká meke nula’la piká.

– Ma fille, je ne peux rien pour toi.

S170 stop
Majó pi’jná.

Viens ici.

S171 stop
Riji’cha rurá jeño’chari i’michaka.

Il fit sortir tout son sang.

S172 stop
E rewiñá’ochiyari ruká popó minaru penaje.

Et il la transforma en colombe.


NOTE : Popó minaru (Yuc.). Myrmothera campanisoma.
S173 stop
– Ilé keja pi’má nutu ke rimichaka.

– Tu resteras ainsi ma fille.

S174 stop
Ilé ke pi’majika, e’iyonaja pi’maje.

Même comme ça, tu vivras.

S175 stop
I’majeyo piká inaná piramaná penaje.

Quand une femme va mourir, tu le lui annonceras.


NOTE : Piramaná (Yuc.). Ce qui annonce le malheur, la mort
S176 stop
I’majikayo piká.

Ce sera la raison de ton existence.

S177 stop
Kaja “tu” ke rika rejé.

Et il se recoucha.

S178 stop
Kaja ra’cho iyaje.

Il se mit à pleurer.

S179 stop
Metanajemi ta ri’rí iphicha.

Puis son fils arriva.

S180 stop
– Yúka’a nu’ri ?

– Ça a été, mon fils ?

S181 stop
– A’a, pa’yú. Unká nomalacha.

– Oui, papa. Mais je n’ai pas vu grand-chose.

S182 stop
Nomicha mekela ñani.

Juste du petit gibier.

S183 stop
E rimicha :

Il dit [à sa femme] :

S184 stop
– Marí kamejerina nonocha, pinani kiñaja neká kewí nojló me’pijí.

– Prépare vite ces prises, j’ai très faim !

S185 stop
– E pako’chaka keñá ?

– Tu as préparé le manicuara ?

S186 stop
– A’a keleyaro. Pira riká.

– Oui, il est là-bas. Bois-le.

S187 stop
Ri’richa riká.

Il but.

S188 stop
Romoto’cha riká, ruwitúka’chiya riká.

Elle fit cuire la viande, puis la descendit du feu.

S189 stop
Rimicha : – Pa’yú. Pa’a majó piperojloni wajñachi wa’jnewá.

Il dit : – Papa, amène ta gamelle, nous allons manger.


NOTE : Pero’jlo (Yuc). Casserole, marmite. Récipient de cuisson. Chez les Yucuna, tout récipient de cuisine peut être utilisé en guise d’assiette pour manger.
S190 stop
E najicha najnewá.

Ils mangèrent.

S191 stop
Nañapachiya na’jnewá. Rajicha rikakuwa.

Ensuite ils mâchèrent leur coca.

S192 stop
Rejomi ri’jicha retá chojé to’jó.

Et le père retourna s’allonger.

S193 stop
Jupichami rimichaka :

Plus tard, il dit :

S194 stop
– Nu’ri. Unká paala yuku.

– Il y a une mauvaise nouvelle, mon fils.

S195 stop
Maapami nuli’cha nupacho nutu nakú, piyajalo wejaputenamí pacha.

J’ai fauté envers ma fille, c’est à cause de ta femme.

S196 stop
Kaje i’makale nu’má riyukuna pijló piwe’pikaloje penaje.

Alors je dois t’en informer.

S197 stop
Rupacha ta nuli’cha chapú kuani nutu nakú.

A cause d’elle, je n’ai pas pu m’empêcher de faire un malheur.

S198 stop
Marí ke ruli’cha ruká.

Ta femme s’était tellement mal comportée avec elle.

S199 stop
Meka pacha ?

Comment a-t-elle pu faire ça ?

S200 stop
E ri’micha rijlo riyukuna.

Il lui raconta l’histoire.

S201 stop
Marí ke ruli’cha ru’micha pacha nuli’cha nupacho nutu naku.

Après ce qu’elle lui avait fait, il fallait que je m’en prenne à ma fille.

S202 stop
Kaje i’makale numá : ‘Nu’ri, kaja marí ketana nu’má pijwa’té.

C’est la raison pour laquelle je t’annonce que je ne vivrai plus avec toi.

S203 stop
Unkale ruwatala nu’maka ijwa’té.

Elle ne veut pas que je reste avec vous.

S204 stop
Kaja nócho’jiko chuwa yenoje.

Je vais monter au ciel.

S205 stop
– Meka penaje ile kaje ta wakara’a ya’chaniya micholo tutuwa’ka ?

– Comment a-t-elle pu demander à ma pauvre petite sœur de rincer la pâte ?

S206 stop
Unká chi pamala unká jo’o pa’yú kajwatala ruka !

Tu n’as pas vu qu’il n’avait pas fini ses soins !

S207 stop
Kaja rila’kare maná. Unká meke la’je ilé kaje ta wakara’a tutuwaka !

Les incantations n’étaient pas encore terminées ! Ce n’est pas pour que tu lui demandes une chose pareille !

S208 stop
Kajrú raki’chaka ruka ta.

Il la disputa encore très fort.

S209 stop
– Ují ka chiyo ri’kachiya ruwila.

– Il faillit la frapper.

S210 stop
Ta “tu” ke rara’pá retá choje.

Et le père se rallongea dans son hamac.

S211 stop
E najúwi’cha.

La nuit tomba.

S212 stop
Lapí jenají ke karí ta jácho’ko je’chú chojé.

A minuit, Kari monta au ciel

S213 stop
Maare kaja rácho’chiya piyuke.

Il emporta tout avec lui.

S214 stop
Kachí pechú rijwa’to i’michaka.

Tout ce qui formait l’esprit du manioc était à lui.

S215 stop
Rile’jé kachí i’michaka. Raú riji’cha ta rijwa’to ripechu.

Le manioc était à lui, alors il emporta son esprit.

S216 stop
Lapiyami najme’chiya, meñá’a ta ta rapumi.

Quand ils se réveillèrent le lendemain, sa place était vide.

S217 stop
– Meke chapú wani pa’yú i’jnañaata nuka.

– Quel malheur que papa nous ait abandonnés !

S218 stop
Pipachata inana wejaputenami. Pipachata pa’yú i’jnaña’a nuká.

C’est ta faute, tu n’es qu’une mauvaise femme !

S219 stop
Unká meke wala’la.

Nous n’y pouvons rien.

S220 stop
Riyajalo wa’téja nayuricho iyama.

Lui et sa femme, ils n’étaient plus que deux.

S221 stop
Me’tana a’jemi ta kuwayu weruna ta ja’cho.

Avec le temps, les moucherons arrivèrent.

S222 stop
Kachí nakoje jareja na’chako kachí nakoje.

Ils dévastèrent le manioc.

S223 stop
Ñake a’munana ja’chako ka’chí pana nakoje.

Les abeilles s’en prirent aux feuilles.

S224 stop
Ñake iñapícho’na ajichaka ka’chí ina.

Les termites dévorèrent les branches.

S225 stop
Kewiyukujneruna ja’chako ji’laje.

Et les fourmis s’attaquèrent aux racines.

S226 stop
Ejechami jewa panaphí ka’chí pana tá li’chaka.

Les feuilles devinrent jaunes.

S227 stop
Piyuke ina’uke kapiya, unká re’iyaja kalé.

Pour le manioc des autres gens, c’était partout pareil.

S228 stop
Ewá unkaka. Meke wani chi nala’jika.

Cela s’aggravait de jour en jour, et ils n’y pouvaient rien.

S229 stop
E mapeja rupiyo’chiya mená e’iyowá.

Alors elle fit un petit jardin surélevé.


NOTE : Technique utilisée pour protéger le développement de certaines cultures fragiles.
S230 stop
Iphicharino wejapaja. Riká ñani ru’jicha ili.

Mais les tubercules ne se développèrent que très peu.

S231 stop
Kapaje noje ñani.

Ils restaient rachitiques.

S232 stop
Kaja ewaja kachí tajicho i’michaka.

Ils finirent par mourir.

S233 stop
Piyuke ina’uké kapiya i’michaka.

Plus personne n’en avait.

S234 stop
– Meke chaú waní !

– Quel malheur !

S235 stop
Pipacha ta pa’yú la’a weká !

C’est ta faute si papa nous a fait ça !

S236 stop
Chaú wani pachá wataka’lajo me’pejí nakú !

A cause de toi, on meurt de faim !

S237 stop
Maarejecha najaricha lumá ima i’michaka. Riká ruchiya juná wa’té.

Ils râpèrent les fruits de guacuri et de juná.

S238 stop
Riká ñani najicha.

C’est tout ce qu’ils mangèrent.

S239 stop
Kaja ewaja tajná piño riká.

Jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien.

S240 stop
Rejechami lumá ta arúki’chaka.

Un jour des arbres chargèrent à nouveau l’umari.


NOTE : Lumá (Yuc.). Guacure (Esp. Ver.). Umari sylvestre. Poraqueiba sp.
S241 stop
Riká ijí naki’cha junapejé, rili’chako kalaku.

Ils les jetèrent dans l’eau pour que leur chair devienne plus tendre.

S242 stop
E nali’cha rika pupuchí tajicharo piño.

Ils en firent des galettes, mais cela ne dura pas longtemps.

S243 stop
– Meke chau wani !

– C’est terrible !

S244 stop
E rimicha rejenajlo.

Il dit à ses frères :

S245 stop
– Chaú wani unká ina’ukelaru ta pacha pa’yú i’jnaña weká.

– C’est à cause d’elle si mon père nous a abandonnés.

S246 stop
Pu’waka nuphatajika a’jnejí, puwaka nuwa’jika ijló, nuwara’jika kumú nakú.

Je vais chercher de la nourriture, quand j’en trouve, je vous appelle.

S247 stop
– Je, ke.

– Bien.

S248 stop
Maare kaja na’cho me’pijí chojé, piyuke ina’uke.

C’était la famine pour tout le monde.

S249 stop
Maare ra’chó a’wanacha kulaje i’michaka.

Il chercha des fruits sylvestres.

S250 stop
Kaja ewaja ri’jicha ya’jnaje tajnicharo maípukula chojé.

Très loin, il trouva une clairière où il s’arrêta.

S251 stop
E remi’cha a’jnare ke panaja wá’ake “uu”.

Il entendit un appel : « Uu ».

S252 stop
“Ba'áriká Karika mitãbeñañu”

« Nourriture, Kari donne » [disait-on en langue tanimuca].

S253 stop
“Uu” rajipichaka.

« Uu » répondit-on.

S254 stop
“Te” ra’chako. Nakaje ja’chako yenuyá.

Quelque chose tomba du ciel : « te ».

S255 stop
– Na ta ka’jná ripechú i’michaka. Nomichajlako

– Qu’est-ce que ça peut être ? Je vais voir

S256 stop
E ri’jicha rejó, a’jnarejecha riká rimanumicha

Quand il arriva là-bas, tout était silencieux.

S257 stop
Nata riká maareko nomi’cha ?

Qui ai-je entendu par ici ?

S258 stop
Ra’kó ri’jicha ramaje. Unká na i’malacha.

Il alla voir où la chose était tombée. Mais rien.

S259 stop
Na ta waní maare waniko nomi’cha rika.

J’ai pourtant bien entendu quelque chose.

S260 stop
E ripechu i’micha : “Nuwá’tajlako wa{m}áchijla.”

Il pensa : « Je vais appeler pour voir ».

S261 stop
E riwá’icha.

Il cria :

S262 stop
– Uu ! Ba'áriká Karika mitãbeñañu »

– Oh ! Nourriture, Kari donne”

S263 stop
– Uu, rajipichaka.

– Oh ! répondit-on.

S264 stop
Metanajemi ta ra’chó yenuyá majó.

Plus tard, quelque chose tomba du ciel.

S265 stop
Maareje yaichako waléjari.

Un panier rempli d’amidon.

S266 stop
Apalá piño, apalá piño.

En tomba un autre, puis un autre...

S267 stop
Marí pu’tení chu ke ño’peka walejarí ja’chako i’micha.

Cela remplit un espace grand comme ici.


NOTE : Le narrateur désigne ainsi l’espace “ouvert” sur son lieu de résidence, c’est-à-dire la maloca et son pourtour.
S268 stop
E meke palá waní !

Quelle chance !

S269 stop
Kaja nuphata wawakela.

Je peux aller les chercher maintenant.

S270 stop
Rimicha pajote kalaja ka’je meta’purú ja’koje.

Il déposa cinq paniers dans la rivière.

S271 stop
Riji’cha wejí kala keñala chojé pajluwe’tá.

Et il en prit trois dans une hotte.

S272 stop
Kaja ripi’chaka.

Puis il rentra.

S273 stop
Riyúpi’cha rapunana. Ají ke iñe’pú chuwá.

Il ouvrit un sentier en retournant sur ses pas.

S274 stop
Iphichari lainchú.

Il arriva tard l’après-midi.

S275 stop
Riyani kemicha rijló :

Ses enfants lui dirent :

S276 stop
– Pa’yú na ilé kele panapí ?

– Papa, qu’est-ce que tu nous as apporté ?

S277 stop
– Na ta i’makeri ?

– Qu’est-ce que ça peut-être ?

S278 stop
– Palá ila’á, nuyani. A’jnelarí nuphata wajluwá.

– Réjouissez-vous. J’ai trouvé de quoi manger.

S279 stop
Mapejá namijlo’chiyaka walejaji, nanurupí i’rachiyako raú.

Ils se jetèrent sur l’amidon, et avalèrent de travers.

S280 stop
E riyajalo ta kuicha najló kujnú.

La femme prépara une galette de cassave.

S281 stop
Ruji’cha. Rika najicha.

Ils la mangèrent comme ça, sans accompagnement.

S282 stop
– Mere piphachiya rika ?

– Où l’as-tu trouvé ?

S283 stop
Ri’micha najlo riyukuna.

Il raconta son histoire.

S284 stop
– Mapeja nutajnichako maípukula chojé.

– Je me suis arrêté dans une clairière.

S285 stop
E nomi’cha a’jnare ke aphelá e’iyá wá’kaje i’michaka.

J’ai entendu quelqu’un appeler.

S286 stop
Rika penaje kajrú nakaje ja’chako yenuyá.

Et quelque chose est tombée de haut.

S287 stop
“Na ta riká ?”

« Qu’est-ce que ça peut être ? »

S288 stop
Au nu’micha ramaje.

Je suis donc allé voir.

S289 stop
Maare no’cha rená i’michaka, e nuwá’icha marí ke.

Au même endroit, j’ai appelé de la même manière.

S290 stop
Ejechami ra’chaka nojlo.

Et voilà ce qu’on m’a envoyé.

S291 stop
A’jneji maarejé ya’ko popala chu walejari, pajluwa te’e ka’lá nu’micha ka’taje junape.

Des paniers de cette quantité, j’en ai laissé cinq dans la rivière.

S292 stop
Rinakiyana nuji’cha.

J’en ai rapporté qu’un peu.

S293 stop
« Meka penaje pi’má pi’mata kajerutajlo ilé kaje yukuna ! 

[De loin Kari s’exclama :] « Pourquoi lui racontes-tu ça à celle-là ?

S294 stop
Nu’ri pi’mako no’ka ilé kaje tajlo a’jnejí ! »

C’est seulement parce que tu es mon fils que je t’ai donné cette nourriture ! »

S295 stop
E ra’chó kumú nakú wara’je : “Ti tí”.

Karipu se mit à faire sonner les tambours xylophones manguaré.

S296 stop
– I’jná wamichajla.

– Allons voir !

S297 stop
Apala ne’waka iphata a’jnejí.

Notre chef a peut être trouvé de la nourriture.

S298 stop
E neka ta rejo lainchú, iphichaño rejó.

Ils arrivèrent en fin d’après-midi.

S299 stop
– Marí keja nojena iphicha.

– Vous voilà mes frères.

S300 stop
– A’a, wemi’chaka wa’tó piwakara’a kumú nakú.

– Oui, nous avons entendu ton appel avec le manguaré.

S301 stop
– Aú we’jicha amaje.

– Nous sommes venus voir.

S302 stop
– E nuwari’cha jo’o kumú nakú.

– Oui, j’ai frappé le manguaré.

S303 stop
Kaja nuphata wawá’kela a’jnare.

J’ai trouvé ce qui nous appelle là-bas.


NOTE : Wawá’kela (Yuc.). Nuestro llamadero (Esp. ver.). Lit. « Le lieu qui nous appelle ». Lieu propice, abondant en ressources, qui vaut la peine de se déplacer.
S304 stop
Kajrú nuphataka a’jneji wajló.

Il y a beaucoup de nourriture.

S305 stop
Riká cha nuwa’a we’jnakaloje rijña’je rinakiya nakuicha najló najicha.

Je vous ai appelé pour aller chercher ce avec quoi ils ont préparé la cassave qu’ils ont mangé.

S306 stop
Yewichá tajakaño me’pijí nakú.

Nous allons presque mourir de faim.

S307 stop
– Ñakeka nojena muní we’jnaje rijña’je palá wajña’átaka piyuke riká.

– Alors demain nous irons, et nous ramènerons tout.

S308 stop
Jíki’ni kuaní riká nojena.

Il y en a vraiment beaucoup.

S309 stop
Unká ka’jná wajña’ataka piyuke riká.

Peut-être ne pourrons-nous pas tout ramener.

S310 stop
« Meke chi rimaka kele ri’michata najlo riyukuna. »

« Pourquoi a-t-il besoin de tout leur raconter ? » [dit Kari au loin].

S311 stop
Mari ke rimaka :

Voilà ce qu’il leur dit :

S312 stop
– Ajulají chojé nuphá e noma’a wakaje pa’nojo pitá e’iyá.

– Quand je suis arrivé dans une clairière, j’ai entendu sur la colline d’en face :

S313 stop
‘Uu !’ riwá’aka.

‘Ho’ appelait-on.

S314 stop
‘Ba'áriká Karika mitãbeñañu’.

‘Nourriture, Kari donne.’

S315 stop
Me’tanajemi ta ra’ó yenuyá majó.

Et une chose est tombée.

S316 stop
‘Na ilé ta riká ?’

‘Qu’est-ce donc ?’

S317 stop
Nu’jná ramaje.

Je suis allé voir.

S318 stop
Maareko no’chá rená i’michaka, nuphá rejé meñaru.

Mais il n’y avait rien.

S319 stop
Unká na i’malá nupechu i’micha : ‘Nuwatajla.’

J’ai donc pensé : ‘Je vais appeler.’

S320 stop
Aú nuwa’a.

Et j’ai crié.

S321 stop
‘Uu !’ rajipichaka.

‘Ho !’ répondit-on.

S322 stop
Ejechami rika’ta riká.

Et on me jeta la même chose.

S323 stop
Kajru waní numá nakú nojena !

Je peux vous dire qu’il y en a vraiment beaucoup !

S324 stop
Pajluwa te’e ka’la nuka’chiya junape i’michaka

J’en ai laissé cinq paniers dans la rivière.

S325 stop
Rinakiya nujña’á wejí ka’lá ñaní.

Et j’en ai rapporté trois.

S326 stop
Muniko wamichajla riká nojena.

Demain nous irons voir, mes frères.

S327 stop
Meke pala waní pipatala wawá’kela !

Quelle bonne chose d’avoir enfin rencontré le lieu que nous espérions !

S328 stop
Kaja piphatá wajló riká. Muniko wamichajla riká.

Tu l’as trouvé. Nous irons donc demain.

S329 stop
Muní ke lapiyamí : – I’jná chuwa wamichaijla wajichachi riká.

Et le lendemain : – Allons voir notre nourriture !

S330 stop
Ne’jicha piyuke riña’je.

Ils partirent tous en chercher.

S331 stop
Rimicha :

Il dit :

S332 stop
– Maareje nuphata rapunana.

– Voilà le chemin que j’ai défriché.

S333 stop
Maayá unká júkalaja junapejé ejé.

La rivière n’est plus très loin.

S334 stop
Maare nukatakare junapejé rinakiyana nojena.

[Plus loin.] Voilà, c’est dans cette rivière que j’ai laissé une partie de l’amidon.

S335 stop
A’jnare riká. Unká júkalaja.

De là, c’est tout près.

S336 stop
E na’picha a’jnare keja.

Ils continuèrent.

S337 stop
Rapunana keño’chaka kapichakajo.

Mais ils commencèrent à se perdre.

S338 stop
Kaja ewajá iñepú kapicho.

Le chemin avait disparu.

S339 stop
– Meke rili’chaka nojena.

– Que s’est-il passé ?

S340 stop
Na’picha.

Ils poursuivirent.

S341 stop
– Maare ri’má nojena.

– C’était là, mes frères.

S342 stop
Meñaru.

Il n’y avait rien.

S343 stop
Meke rila’lako ?

Que leur est-il arrivé ?

S344 stop
Rimicha : – Nuwá’atajlako palaja.

Il dit : – Je vais appeler pour voir.

S345 stop
“Uu ! Ba'áriká Karika mitãbeñañu.”

« Ho ! Nourriture, Kari donne. »

S346 stop
Ñake raki’chaka namaná.

Mais il était en rogne après eux.

S347 stop
– Unká meke wala’la.

– Rien à faire.

S348 stop
Nojena, rimata’re. Wa’pajikoja.

Laissons tomber. Rentrons.

S349 stop
Ritamakachiya najló rika’takare junapeje nakiyá.

Il répartit entre ses frères ce qu’il avait laissé dans la rivière.

S350 stop
Ra’chá marí ke le’peno.

Chacun en avait juste un peu.

S351 stop
Napi’chó. Iphichaño.

Ils rentrèrent.

S352 stop
– Yúka’a ?

– Alors ça a été ?

S353 stop
Unká. Meke paja rila’ko. Kaja rapunana kapichaña weká.

– Non. Je ne sais pas ce qui est arrivé. Le chemin a disparu.

S354 stop
– Ñakeka nojena.

– Bien, mes frères.

S355 stop
Pu’waka nuphatajika ee a’jnejí wajló, pu’waka nuwá’jika ijló piño.

Je vous appellerai, si je trouve encore de la nourriture.

S356 stop
– Ñakeka.

– Bon.

S357 stop
Kaja na’pichá. Riká a’jnekaná ne’micha. Kaja ewajá ritajnicho.

Ils rentrèrent. Le peu de nourriture se termina très vite.

S358 stop
E kaja ra’chó kulajé piño.

Il repartit en chercher.

S359 stop
Iphicharino lainchú.

Il revint en fin d’après-midi.

S360 stop
– Yúka’a, pa’yú ?

– Alors papa ?

S361 stop
– Unká, yuwana.

– Rien, les enfants.

S362 stop
– Meñaru waní. Unká na nuphatalacha.

C’est désespérément vide.

S363 stop
chuwa watajatajiko me’pijí nakú.

Nous allons mourir de faim.

S364 stop
Muní ke piño ri’jicha.

Il retourna en forêt le lendemain.

S365 stop
Iphichari pu’tení chojé.

Il arriva dans une nouvelle clairière.

S366 stop
Marí pu’teni chu ke riká chojé chi’lá ke riká.

Il s’assit.

S367 stop
– Meke chaú wani, pa, iná chi’ná ta la’a iná !

– C’est vraiment triste qu’un père fasse cela à son fils !

S368 stop
Unkapi riyanikela iná iká ke wani li’chakami nuká.

Comme s’il ne s’agissait pas de son fils !

S369 stop
Pachá nuwe’pino nutakajika me’pijí nakú, ke rimichaka.

Par sa faute, je n’arrête pas de penser que je vais mourir de faim.

S370 stop
Jimaje ra’chó iyaje.

En disant cela, il tomba en sanglot.

S371 stop
Jupichami riyaka’icho.

Puis il rouvrit les yeux.

S372 stop
Amichari majnuñami.

Il vit des fourmis majnuñami.

S373 stop
Ñákare takú taicharo.

Leur maison avait [comme] un nez au sommet.

S374 stop
Te’rí jimayá majó, kechami iturú i’michari.

Il y avait de la terre et, derrière, de l’amidon.

S375 stop
Ritureno jarephí.

Les bords étaient bien blancs.

S376 stop
– Na ta karí ?

– Qu’est-ce que c’est ?

S377 stop
Riyaka’icho. Riji’cha riká. Amichari walejaji iturú kamákenachí rama i’michaka.

Il alla voir, et en prit dans ses mains. Cela sentait l’amidon de manioc.

S378 stop
E ra’chó ríchaje.

Il creusa.

S379 stop
Amichari walejari ya’atachako te’rí e’iyá.

Il trouva un panier rempli d’amidon.

S380 stop
E rikawichi’yá riká majó. “Te’jé” rinaku majó.

Il le sortit.

S381 stop
E ra’cho ta richaje.

Il continua à creuser.

S382 stop
Pajluwa te’e ka’la riji’cha.

Cinq il en trouva.

S383 stop
E rimicha riko’ná. Amicha riká ta i’michari

Il vit que les autres fourmilières en avaient aussi.

S384 stop
Pajluwe’la eja’wá nakú rimichaka.

Il y en avait sur toute la colline.

S385 stop
Rimichá rinakiyá ka’taje junape pajluwa te’e ka’la rika’chiya.

Dans la rivière, il laissa encore cinq paniers.

S386 stop
Riji’cha wejí ka’lá rinakiya.

Et il en emporta trois avec lui.

S387 stop
E ripi’cho, rili’cha rapunana.

En rentrant, il défricha le chemin.

S388 stop
Waicha lainchú.

Il arriva en fin d’après-midi.

S389 stop
– Ee ! Pa’yú na ilé kele pa’napí.

– Eh ! Papa, qu’est-ce que tu transportes ?

S390 stop
– Ee ! Na ta ri’ma ke ?

– Qu’est-ce que c’est à ton avis ?

S391 stop
Yuwaná palá ila’á !

Réjouissez-vous, les enfants !

S392 stop
A’jnejí nupachiyá wajluwá !

J’ai trouvé de la nourriture !

S393 stop
Mere piphachiyá riká.

Comment l’as-tu trouvée ?

S394 stop
Rimicha najló riyukuna.

Il raconta l’histoire.

S395 stop
Riyajalo kuicha rinakiya, najicha.

Sa femme prépara une galette, et ils mangèrent.

S396 stop
“Ti ti” kumú nakú riká.

Il fit sonner le manguaré.

S397 stop
– I’jná wamichaijla ne’waká !

– Allons voir notre chef !

S398 stop
Ne’jicha. Iphichari.

Ils arrivèrent.

S399 stop
– Mari keja piká, ne’waká ?

– C’est ainsi que tu es, chef ?

S400 stop
– Mari keja ikano.

– C’est ainsi.

S401 stop
– A’a. Weka i’jichari majó, wemi’chaka piwari’chaka kumú nakú aú.

– Nous avons entendu le manguaré alors nous sommes venus.

S402 stop
– Nuwari’chajo kumú nakú, nojena.

– C’est moi qui l’ai fait sonné.

S403 stop
Kajru kuani nuphata a’jnejí wajló, nojena.

J’ai trouvé beaucoup de nourriture.

S404 stop
Ají loko’pani nomá riká.

C’est par là-bas.

S405 stop
Rimicha piño riyukuna.

Il raconta à nouveau l’histoire.

S406 stop
“Marí ke nomaka riká.”

“Voilà ce que j’ai vu.”

S407 stop
Ñake rara’pata aki’chaka rimana i’michaka.

Son père se mit encore en colère contre eux.

S408 stop
– Muniko wamichajla riká.

– Demain nous irons voir.

S409 stop
Jíkini kuani ta riká numá nakú !

Je peux vous assurer qu’il y en a beaucoup !

S410 stop
Unká ka’jná wajña’talaje riká.

Peut-être ne pourrons-nous pas tout prendre.

S411 stop
Ñákele piyuke we’jnajika.

Alors nous allons tous y aller.

S412 stop
Pala wajña’ka jño’pe riká.

Ainsi nous en prendrons une bonne quantité.

S413 stop
Ra’chá najló kujnú, najicha.

Il leur donna de la cassave, et ils mangèrent.

S414 stop
Muní ke lapiyamí : “I’jná chuwa nojena !”

Le lendemain : “Allons-y mes frères !

S415 stop
I’jná piyuke we’jnajika.”

Allons-y tous.”

S416 stop
Ne’jicha rejó.

Ils arrivèrent.

S417 stop
– Maayá iyajmela e’iyowa ketana rejó.

– D’ici, il n’y a plus que deux collines.

S418 stop
Maareje nuphata rapunana.

Voici le chemin que j’ai défriché.

S419 stop
Iphichari rika’takare junapejé ejé.

Ils arrivèrent à la rivière.

S420 stop
Maareje nuka’tare rinakiyana junapejé nojena.

J’en ai laissé un peu dans l’eau ici.

S421 stop
Maayá pajluwela e’iyowa ketana rejó.

Il n’en reste plus qu’une [de colline].

S422 stop
Ñakeja kaja rejé iñe’pú kapichañácha neká.

Mais le chemin se perdit à nouveau.

S423 stop
– Yee ! Meke chapú waní !

– Oh ! Ça ne va vraiment pas !

S424 stop
Marí kalé rila’kana weká !

Il nous refait le même coup !

S425 stop
A’jnare nuwe’pi ri’maka.

Je suis certain que c’est là-bas.

S426 stop
Wamichaijla rejó.

Allons voir.

S427 stop
– Maare ri’má !

– C’était là !

S428 stop
– Unká na i’malacha !

– Il n’y a rien !

S429 stop
Meñaru, apojó eja’wá li’chako.

C’était vide, et la forêt était différente.

S430 stop
Meke chau waní wala’laka !

Quel malheur !

S431 stop
Rimata’re ! I’jná wapa’chó.

Ça suffit ! Rentrons.

S432 stop
Unká meke wala’lá.

On y peut rien.

S433 stop
E napi’cho piño.

Ils s’en retournèrent encore.

S434 stop
Iphichaño rika’tare junapejé ejé. Riká ritamaka’chiya najló marí ke ñano.

A la rivière, il répartit l’amidon qu’il y avait laissé.

S435 stop
E kaja napi’cha. Iphichaño.

Et ils rentrèrent.

S436 stop
– Yúka’a ?

– Alors ?

S437 stop
– Yee ! Meke paja chaú waní rila’ká weká.

– Ah ! Il nous joue vraiment un sale tour !

S438 stop
Unká wephatalacha riká.

Nous n’avons rien trouvé.

S439 stop
– Meke pajaka rili’chako.

– Que leur est-il arrivé ?

S440 stop
Iñe’pú kapichaña’cha weká.

Nous avons perdu le chemin.

S441 stop
– Ñakeka nojena.

– Bien, mes frères.

S442 stop
Pu’waka nuphatajika a’jneji pu’waka nuwá’jika piño ijló.

Je vous ferai signe quand j’en trouverai.

S443 stop
– Ñakeka, wa’pichaka.

– Bon. On va y aller.

S444 stop
– A’e.

– D’accord.

S445 stop
Kaja na’picha.

Et ils partirent.

S446 stop
Riká a’jnekana ne’micha tajnicharo piño.

Leur nourriture s’épuisa encore.

S447 stop
Ra’chá a’jnejí kulaje piño.

Alors il repartit en chercher.

S448 stop
Muní ke piño.

Et encore le lendemain.

S449 stop
Unká ripatalacha.

Mais rien.

S450 stop
Muní ke ri’jicha ya’jnaje.

Le surlendemain il alla loin.

S451 stop
Ñaque kaja riphicha piño maripukula chaje.

Il arriva encore à une clairière.

S452 stop
Chi’la ke piño riká.

Il s’y essaya.

S453 stop
Meke chaú waní iná chi’ná ta la’a nuká, unkapi riyani kela riká ke !

C’est vraiment mal que mon père me traite de cette façon, comme si je n’étais pas son fils !

S454 stop
Pa’yú wejaputenami ta li’chakami nuká !

Etre traité ainsi par un mauvais père !

S455 stop
“Kaje pachá nutaka’a me’pijí nakú !” ke rimako ra’chó iyaje.

“Par sa faute je vais mourir de faim !” Et il pleura.

S456 stop
Maarejecha chuchu kuwañá iphichaka rinakú.

C’est alors que le vieux Kuwañá, le grand singe de la forêt s’approcha de lui.

S457 stop
– Aa ! Na ina’ukeka ?

– Ha ! Qui es-tu ?

S458 stop
– Nuká. Yee ! Nulake piká chi rika.

– Ce n’est que moi. Tu es bien mon petit ?

S459 stop
– Nuká chuchú.

– Oui, grand-père.

S460 stop
– Na pila’á ?

– Que fais-tu ?

S461 stop
– Unká na kalé nula’á, ajnelají nukulá.

– Je cherche seulement de la nourriture.

S462 stop
Yewichaja nutajaka me’pijí nakú.

Je meurs de faim.

S463 stop
Chaú waní iná chi’na ta li’chami nu’maká.

C’est mon père qui m’a laissé ainsi.

S464 stop
Meke pimicha no’michaka.

Je t’ai entendu dire quelque chose.

S465 stop
Unká. Numi’cha jo’o chaú waní iná chi’ná ta la’ká iná, unkapi riyani ke iná iká kewani.

Je disais seulement que c’est triste de se faire ainsi traiter par son père, comme si je n’étais pas son fils !

S466 stop
Rili’chami nunaku i’maka pacha nuta’á me’pijí nakú nuwe’pinoja.

Je ne fais que penser que je meurs de faim à cause de lui !

S467 stop
Mari ke numichaka.

C’est cela que je disais.

S468 stop
– Ke jo’o nulake, ke rimichaka.

– C’est sûr, mon petit-fils.

S469 stop
Chaú waní jo’o pila’ká.

Tu vas vraiment mal.

S470 stop
Ñakeka nulake. Piwatajika ee no’ká pijló a’jnejí pama’á nují ama.

Eh bien, mon petit-fils, si tu veux que je te donne de la nourriture, tu n’as qu’à sentir l’odeur de mon pénis.

S471 stop
Kechami no’jika pijló a’jnejí.

Après je t’offrirai de quoi manger.

S472 stop
– Je, ke.

– D’accord.

S473 stop
– Pita pijluwá.

– Ferme les yeux.

S474 stop
Pa pijme’taño pijluwá, pu’waká nu’majika pijló ee pijme’ta pijluwá.

Tu les ouvriras seulement quand je te dirai.

S475 stop
E richiya rijluwá.

Il ferma les paupières.

S476 stop
Riká penaje ta kuwañá ta jirakichaka rijí ta sijí ritakú ta awa’je.

Alors Kuwañá se masturba à côté de son nez.

S477 stop
Ramichaka rama.

Il sentit une odeur [d’igname].

S478 stop
Ejechami rimichaka :

Puis Kuwañá dit :

S479 stop
Chuwa nulake. Chuhua pijme’ta pijluwa.

– Maintenant, tu peux ouvrir les yeux.

S480 stop
E rijme’chiya rijluwá.

Et il les ouvrit.

S481 stop
– Ke jo’o, nulake. Mewá pikulá a’jnejí.

– Alors, petit-fils. Où vas-tu chercher de la nourriture ?

S482 stop
A’jnelaji te kari ña’kú. Marí wajña’kú.

La nourriture, elle est là. Regarde, ce sont des ignames sylvestres.

S483 stop
Kari ya’o marí apú. Ka’jná apú tara’ro.

Certains poussent ici et là, d’autres se dressent là-bas.

S484 stop
Kari mare’pe to’ró riká ta.

Cette savane en regorge.

S485 stop
Palani riká ajñákaji riká.

C’est délicieux.

S486 stop
Kelini riká.

Ils donnent beaucoup de tubercules.

S487 stop
Pero’jla riká waijla.

Arrache s’en pour voir.

S488 stop
– Je, ke.

– Bien.

S489 stop
Ri’jicha rero’cha riká, apú piño. Marí keno rilí i’michaka.

Il alla en arracher plusieurs. Ils avaient de gros tubercules.

S490 stop
– Meke pala waní ?

– Comme ils sont beaux !

S491 stop
– Wajña’ku karí.

– Ce sont des ignames wa’jñaku.

S492 stop
Riká ta marí mare’pe e’iyowá.

Tu en trouves partout par ici.

S493 stop
Nulake chuwá no’pichaka.

Maintenant je m’en vais, petit.

S494 stop
Ekó pijña’a riká maare.

Tu peux le prendre, si tu veux.

S495 stop
– Je, ke.

– Bien.

S496 stop
E ri’jicha riká paú ke ta rimachi’ya ritukumó.

Il remplit quatre hottes qu’il alla déposer au devant de lui.

S497 stop
Rejomi ri’jicha yaka’jo.

Et il alla vérifier les autres ignames.

S498 stop
Amichari riká ta i’michari mare’pe e’iyowá.

Il vit que la savane en était remplie.

S499 stop
– Meke kajrú waní a’jnelají !

– Toute cette nourriture !

S500 stop
Kaja nuphata a’jnejí wajluwá !

Je l’ai trouvée maintenant !

S501 stop
Ri’jicha. Pajluweta ripachiya.

Il repartit avec une hotte.

S502 stop
– Pa’yú, na ilé kele.

– Papa, c’est quoi ça ?

S503 stop
Na i’ma ke nuyani.

Qu’est-ce que ça peut être ?

S504 stop
Palá ila’á, a’jnelají nuphatá wajluwá !

Préparez-vous bien, j’ai trouvé notre nourriture !

S505 stop
– Na chi riká ?

– C’est quoi ?

S506 stop
– Wajña’ku riká.

– De l’igname.

S507 stop
– Mere ?

– C’était où ?

S508 stop
– A’jnare chuchú kuwañá iphari nunaku.

– Là-bas, le vieux Kuwaná est venu vers moi.

S509 stop
Mari ke numaka ejé, riphá nunaku.

Je parlais seul, et il s’est approché.

S510 stop
Rimá nojló :

Il me dit :

S511 stop
– Meke pimichaka ?

– Qu’est-ce que tu disais ?

S512 stop
– Unká numalacha, mari ke numichaka, chau waní pa’yú li’chakami nu’maka.

– Rien, je disais seulement que mon père me traite vraiment mal.

S513 stop
Pacha yewicha nutaka’á me’pijí nakú.

Par ça faute, je vais presque mourir de faim.

S514 stop
– Ke jo’o nulake. Chaú waní pila’ka.

– C’est vrai, petit. Tu fais peine à voir.

S515 stop
Piwatajika ee no’ká a’jneji pijló pama’á nují ama, e no’je pijló a’jnejí.

Si tu veux que je te donne de la nourriture, tu n’as qu’à sentir l’odeur de mon pénis.

S516 stop
– Je, ke.

– Bien.

S517 stop
– Nulake chuwa, pita pijluwá.

– Maintenant, ferme les yeux.

S518 stop
Puwaka nu’majika pijló, e pijme’ta pijluwá.

Tu les ouvriras quand je te dirai.

S519 stop
E nuchiya nujluwá.

Je les ai fermés.

S520 stop
Re rama’áchiya rijí ta aú nuká.

Et il me fit sentir l’odeur de son pénis.

S521 stop
Jña’kú jme’lá rijí ta ama i’michaka.

Cela sentait l’igname.

S522 stop
Ejechami rimichaka.

Puis il dit :

S523 stop
– Chuwa pijme’ta pijluwá.

– Maintenant ouvre les yeux.

S524 stop
– Je, ke.

– Bien.

S525 stop
E nujme’chiya nujluwá.

Et je les ai ouvert.

S526 stop
– Merewá pikula a’jnejí, nulake.

– Où vas-tu chercher de la nourriture ?

S527 stop
– A’jnejí te karí wajñá’ku.

– Regarde cet igname.

S528 stop
A’jnare apú riká ta kari mareepe.

Cette savane en est remplie.

S529 stop
Palani riká keliní.

Il a de bons tubercules.

S530 stop
Piji’chajla riká pikáwicha riká wamaijla riká.

Va en déterrer pour voir.

S531 stop
E nu’micha rikawichaje apú piño, apú piño.

J’en ai donc retiré plusieurs.

S532 stop
Maareje ritami tarichako.

Le tas arrivait jusque là.


NOTE : Le narrateur place la main à environ 1, 20 m. du sol.
S533 stop
– Ñakeka nulake, ilé riká.

– Voilà, tu as ce que tu voulais.

S534 stop
A’jnejí pijña’a riká.

Tu peux l’emporter.

S535 stop
No’pichaka.

Je m’en vais.

S536 stop
– A’e.

– Bien.

S537 stop
Kaja keja ra’páñaachaka nuká.

C’est ainsi qu’il me laissa.

S538 stop
E nuji’cha riká paú ke ta keña’la.

J’en ai rempli quatre hottes.

S539 stop
Kaja nuphata a’jnejí wajluwá.

J’ai trouvé notre nourriture.

S540 stop
E numicha ramaje riká ta.

Je suis allé vérifier.

S541 stop
Mare’epe to’chako i’michaka riká ta.

La savane en était recouverte.

S542 stop
E riyajalo moto’cha riká.

Sa femme le fit cuire.

S543 stop
Ropicha riká, najicha riká.

Elle servit et ils mangèrent.

S544 stop
E riwá’icha piño kumú nakú. “Ti ti” Kumú naku.

Il refit sonner le manguaré.

S545 stop
– Ne’waka iphata ka’jná a’jnejí.

– Notre chef a dû trouver de la nourriture.

S546 stop
I’jná wamichaijla.

Allons voir.

S547 stop
Nephicha rejó.

Ils arrivèrent chez lui.

S548 stop
– Mari keja piká ne’waka.

– Ça va, chef ?

S549 stop
– Mari keja iká ?

– Et vous ?

S550 stop
– A’a.

– Oui.

S551 stop
Wemi’chaka piwarapa kumú naku. Aú we’jicha amaje majó.

Nous avons entendu ton appel avec le manguaré. Alors nous sommes venus.

S552 stop
– Nuwaricha jo’o kumú nakú.

– Oui, je vous ai bien appelés.

S553 stop
Nojena, kajru kuani nuphataka a’jneñelaji.

J’ai trouvé beaucoup de nourriture.

S554 stop
Aú nuwá’a ijlo.

Alors je vous ai appelés.

S555 stop
Wajña’ku nuphata a’jnare.

J’ai trouvé des ignames sylvestres.

S556 stop
Rimicha ta piño riyukuna najló.

Il raconta encore son histoire.

S557 stop
Ñake rara’pata aki’chaka rimaná ta i’michaka.

Cela mit à nouveau son père en colère contre lui.

S558 stop
Marí kaja penaje.

C’était sa dernière tentative.

S559 stop
– Jíkini waní riká, nojena.

– Il y en a vraiment énormément, mes frères.

S560 stop
Pajlwaja mare’epe to’kó !

Cela s’étend sur une savane entière !

S561 stop
Riká ta unká iná we’pita me ño’jó mare’epe tajnako !

On ne sait pas où cela s’arrête !

S562 stop
– Muniko waji’cha riká, nojena, wajña’tachi riká !

– Allons-y demain, mes frères !

S563 stop
– Je, ke.

– Bien.

S564 stop
Muni ke lapiyami. Neká ta rejó piyuke.

Le lendemain matin, ils partirent tous.

S565 stop
– Maareje nophú iphá.

– C’est par là que j’ai défriché.

S566 stop
Maayá iyajmela e’iyowá riká.

Encore deux collines.

S567 stop
Neká iñe’pú chuwá.

Ils empruntèrent ce sentier.

S568 stop
Maare nu’makare rinakiyana lapataje.

C’est ici que je suis venu en laisser.

S569 stop
A’jnare pa’nojó e’iyá riká.

C’est là-bas, juste en face.

S570 stop
Na’pichá ñake kaja.

Ils poursuivirent.

S571 stop
Iñe’pú kapi’chako piño.

Mais le chemin disparu à nouveau.

S572 stop
– Meke kalé chaú waní ?

– Mais qu’est-ce qui se passe ?

S573 stop
– Mari ke kalé rila’kano weká, nojena !

– Voilà comment il nous traite, mes frères !

S574 stop
– I’jná wamichaijla a’jnare nomá ri’maka.

– Continuons, c’est là-bas que je l’ai vu.

S575 stop
Maare nomá ri’maka, nojena.

[Plus loin, il dit :] – C’était ici, mes frères.

S576 stop
Amichari apojó.

Mais cela se présentait différemment.

S577 stop
Awijñani kuaja eja’wá i’michaka.

Il n’y avait que des arbres.

S578 stop
– Meke chau waní wala’ka nojena !

– C’est terrible, mes frères !

S579 stop
Imata’re. I’jná wapa’chó.

Laissons tomber, et rentrons.

S580 stop
E na’pichota.

Et ils rentrèrent.

S581 stop
Riji’chaje ritakamaka’chiyo najlo.

Ce qu’il avait emporté, il leur distribua.

S582 stop
Mari ke ñano.

C’était peu.

S583 stop
Rimicha piño najlo :

Il leur redit la même chose.

S584 stop
Puwaka nupatajika ee a’jneji pu’waka nuwajika piño ijló.

Quand j’aurai trouvé de la nourriture, je vous appellerai.

S585 stop
Ñakeka, riká ketana ne’michaka.

Il resta chez lui le temps que dura cette nourriture.

S586 stop
Rejechami ra’chako a’jnejí kulaje piño.

Puis il retourna en chercher.

S587 stop
Unká riphatalacha na.

Mais il ne trouvait rien.

S588 stop
Ejechami rimichaka :

Alors il dit [à sa femme et ses enfants] :

S589 stop
Unká meke wala’la.

Nous n’avons pas le choix.

S590 stop
A’jná ño’jó wácho’cho pe’iyojo re’iyá a’jemi wakulachi a’jnejí.

Partons loin en forêt.

S591 stop
Ne’jicha netá chuwa júkajo re’iyá a’jemi rikulicha a’jnelaji najluwá.

Ils emportèrent leurs hamacs, et se mirent en quête de nourriture.

S592 stop
Lainchú ripi’cha jla’ke mojo.

Un après-midi, il revint [à son abri] et s’écroula.

S593 stop
– Unká nuyani. Unká nuphatalacha.

– Rien, les enfants.

S594 stop
Na chuwa wataka’tajiko me’pijí nakú.

Nous n’avons plus qu’à mourir de faim.

S595 stop
Muni nu’jnaje yaka’jo kaja penaje.

Demain j’irai regarder une dernière fois.

S596 stop
Muni ke ri’jichaka.

Le lendemain, avant de partir, il dit :

S597 stop
– Nomichajlako.

– Je vais aller voir.

S598 stop
Lainchú weká, ke rimichaka.

Nous reviendrons cet après-midi.

S599 stop
Ne’jicha riyajalo wa’té riyamona rara’pá iphicha nanaku.

Quand il fut partit avec sa femme, son père arriva auprès des enfants.

S600 stop
Pe’iyocha kamú jácho’ko iná kema kechami e riphicha nanaku.

C’était le milieu de la matinée [9 heures].

S601 stop
Nulakena !

Mes petits enfants !

S602 stop
– Ee ! Chuchu michú ñákapí !

– Oh ! Le fantôme de papi !

S603 stop
– Unká nuñakami kalé !

– Ce n’est pas mon fantôme !

S604 stop
– Nuka nulake, ke rimichaka.

– C’est moi, mes petits.

S605 stop
Majó nu’jicha nu’ri chaje.

Je suis venu voir mon fils.

S606 stop
Merewá pani nu’rí ? Nukula maawá.

Où est-il ? Je le cherche.

S607 stop
Ne’wakana, unká me ño’jó chira’lo ajní ño’jó ke !

Un chef ne peut pas être toujours parti à droite et à gauche !

S608 stop
Rapukuna chu i’maka ne’wakana !

Un chef reste dans sa maloca.

S609 stop
– Chau waní wala’ka, chuchu.

– Nous allons vraiment mal, grand-père.

S610 stop
Yewicha watajatako me’pijí nakú.

Nous mourrons de faim.

S611 stop
Aú pa’yú wa’a weká majó wakulakaloje a’jnelaji wajluwá penaje.

Alors papa nous a amené ici pour chercher à manger.

S612 stop
– Ke jo’o, nulake. Unká meke nula’la.

– D’accord, les enfants. Mais je n’y peux rien.

S613 stop
Iká jalo wejaputenami ta pacha nuli’chami chau wani nu’ri i’maka.

C’est la faute de votre mauvaise mère, si je me suis mal comporté avec mon fils.

S614 stop
Unkapi nuyani ke pi nuli’chakami nu’ri nakú i’maka pachá nu’ri tajaka me’pijí nakú.

Comme s’il n’était pas mon fils, je le laisse mourir de faim.

S615 stop
Aú nu’jicha nu’rí wa’té pura’jo majó kaja penaje.

Alors je suis venu pour parler avec lui une dernière fois.

S616 stop
– Unká ne’mala chuchu.

– Ils ne sont pas là, grand-père.

S617 stop
Kaja maapami ne’jicha a’jnelaji kulaje.

Cela fait un moment qu’ils sont partis en quête de nourriture.

S618 stop
– Mekechami neká waichaka ? ke nemichaka.

– Quand reviendront-ils ?

S619 stop
Chau wani nu’ri la’ka !

Mon pauvre fils !

S620 stop
Maare rikeño’chiya ta, ri’jicha riyatewana iñápiwala.

Alors il créa à partir de l’un de ses doigts les fruits iñápiwala.

S621 stop
Nulake merewa nu’ri kula a’jnejí.

Mais où va-t-il chercher de la nourriture ?

S622 stop
A’jnejí te karí tamí jlámaro piya’kalo.

Il y en a là, regarde.

S623 stop
Kachipa iñápiwala kuichako.

Un arbre était chargé de fruits.

S624 stop
– Palani a’jnejí riká.

– C’est savoureux.

S625 stop
Ijri’chajla riká.

Grimpez s’y.

S626 stop
– Je, ke.

– Bien.

S627 stop
Ne’micha rijaje.

Ils allèrent en descendre.

S628 stop
Chuwa imoto’o rika.

Maintenant faites-les cuire.

S629 stop
Namoto’ocha rika. Piju que rimoto’chaka.

Ils les firent cuire, et les fruits devinrent bien tendres.

S630 stop
Riká najicha palani.

Ils se régalèrent.

S631 stop
Po’mani riká a’jnejí.

C’était délicieux.

S632 stop
– Merowaka nu’ri kula ?

– Où va-t-il donc chercher ?

S633 stop
– Mari apú karipapí.

– Il y a aussi ce fruit appelé karipapí.

S634 stop
Iji’cha piño riká.

Grimpez pour voir.

S635 stop
Korokó kenó riká karipapí.

Ces fruits étaient aussi gros que les fruits korokó.


NOTE : Ces fruits n’ont pas été identifiés.
S636 stop
Riká namoto’cha ñakekaja.

Ils les firent cuire de la même manière.

S637 stop
– Riká ta maarowa rikaja mari eja’wa nakú.

– Par ici, il n’y a que ça.

S638 stop
Merowaka nu’ri kula ?

Où cherche-t-il donc ?

S639 stop
Mari apú.

Il y a encore autre chose.

S640 stop
Riji’cha ta rikapala penajemi. Riji’chata japijula penaje.

Il retira ses joues et les transforma en fruits japijula.

S641 stop
– Kaji apú nulake. Palani a’jnejí riká, nulake.

– Ça aussi, c’est très bon, les enfants.

S642 stop
Iji’cha piño rika.

Grimpez encore.

S643 stop
Rikaja kari eja’wa to’kó, nulake.

Cette colline en est couverte.

S644 stop
Palani imoto’o rika.

Il faut bien les faire cuire.

S645 stop
Amachi nomoto’cha rika.

Regardez comment je fais.

S646 stop
Pata rimoto’chaka.

Il les mit sur le feu.

S647 stop
Iná wataka chu ituru ajñakana iná ka’á ra’rú rinakiya.

Quand on a envie de manger quelque chose d’amidonné, on en retire la peau.

S648 stop
Kechami iná ta’ká riká jipá chu.

On le râpe avec la pierre.

S649 stop
Palani iturú palá iná ajñá.

Et il en sort un excellent amidon.

S650 stop
Maare ri’jicha piño rikujnerute penajemi.

Puis il retira de ses cheveux la bague qui les tenait.

S651 stop
Rikeño’chiya kúruchí penaje.

Il la transforma en fruit.

S652 stop
– Mari apú nulake.

– En voici un autre.

S653 stop
Mari kú{r}uchí.

C’est le kúruchi.

S654 stop
Jero’chakajla waijlá

Cueillez-en pour voir.

S655 stop
Riká ta karí eja’wá to’ró.

Il y en a plein cette forêt.


NOTE : Karí eja’wá. Lit. “Cette forêt”. Il s’agit de tout l’espace environnant (souvent une colline), caractérisé par un même type de végétation, ou délimité par des rivières.
S656 stop
Mari palani ajnejí.

C’est un régal.

S657 stop
Mari iná ipaka rika ejomi iná jara’á rima rinakiya.

On le lave, puis l’on gratte l’écorce.

S658 stop
Kechami iná ta’ká rika jipa chu.

Ensuite on le râpe avec la pierre.

S659 stop
Iná tutuwa riká. Iná ñápataka tutuwakana ejomi, ina yuri ra’kó.

On rince la pâte et on la laisse reposer.

S660 stop
Patá ra’kó e iná jláma’a richaya.

Quand l’amidon s’est déposé, on enlève le liquide au dessus.

S661 stop
E iná ipá re’iyayá jamaraní juni yuriko ejé iná ipá re’iyayá.

On relave la pâte et jette plusieurs fois le liquide jusqu’à obtenir une eau transparente.

S662 stop
E iná kuwa iná jluwa.

Il ne reste plus qu’à faire les galettes.

S663 stop
Palá iturú, riká iná ajñá.

Son amidon est très riche.

S664 stop
Yewicha natajatako me’pijí nakú, chichú ke paní.

Cela soulagea un peu leur faim.

S665 stop
Kaja ewaja jlainchú iyamá chojé kamú to’kó, e rimicha :

Vers deux heures de l’après-midi, il dit :

S666 stop
– Jña’nó ka’jná nu’rí waicha.

– Peut-être que mon fils en a encore pour un moment.

S667 stop
Kaja nuwachiya jupi unká riphala.

Je l’attends déjà depuis pas mal de temps, mais il ne vient pas.

S668 stop
Ñakele numá eko pala nu’rijlo maare riphajika ee.

Alors vous le saluerez de ma part quand il viendra.

S669 stop
Chaú waní nuli’chakami nu’ri i’maka.

Je reconnais que je lui ai fais beaucoup de mal.

S670 stop
Riyajalo wejaputenami ta pacha nuli’chami chau wani nu’ri i’maka penaje taka’ri me’pijí nakú.

C’est à cause de sa mauvaise femme, si je l’ai laissé mourir de faim.

S671 stop
Aú numá nu’ri nakú.

Vous lui direz :

S672 stop
Majo nu’jná kaja penaje nu’ri wa’té pura’jó.

Je suis venu lui donner une dernière fois de la nourriture.

S673 stop
Eko pimá rijló ripa’cho muní riñákare choje.

Qu’il retourne demain chez lui.

S674 stop
Apakala nu’jnataje rijló a’jnejí.

Après-demain je lui en apporterai.

S675 stop
Kaja penaje nu’jnataje rijló a’jnejí.

Ce sera la dernière fois.

S676 stop
Pu’waká nuwá’jika rijló, e rikó ri’jnaje nomaje.

Quand je l’appellerai, c’est lui qui devra aller me voir.

S677 stop
Pa, riwakara’ña riyajalo wejaputenami ta !

Qu’il ne m’envoie pas sa bonne femme !

S678 stop
Riwakaje nupura’jo nu’ri wa’té kaja penaje.

Ce sera la dernière occasion de se parler.

S679 stop
Ñakele marí ke numá.

Vous lui répéterez cela.

S680 stop
– Je ke.

– Bien.

S681 stop
– Chuwa nu’jichaka.

– Maintenant je m’en vais.

S682 stop
E kaja keja ripi’chako ta yámojo ri’rimi iphicha.

Quand il fut parti, son fils arriva.

S683 stop
Mapeja yewí ke.

Il n’avait presque plus de force.

S684 stop
– Yúka’a pa’yú.

– Alors, papa ?

S685 stop
– Unká yuwana. Mapeja wephichaka.

– Rien, les enfants. Nous rentrons bredouilles.

S686 stop
Unká na wamalacha.

Aucun gibier en vue.

S687 stop
Pacha yewicha wataka’a me’pijí nakú chuwa, iná chi’na wejaputenami ta li’chami chau wani nu’maka.

Nous n’avons plus qu’à crever de faim à cause des misères que me fait ce père.

S688 stop
E nemicha rijló :

Ils lui dirent :

S689 stop
– Pa’yú ! Chuchu i’michari majó. Maapami lapiyami riphicha.

– Papa ! Grand-père était là. Il est arrivé ce matin.

S690 stop
Rimicha : – Mere nu’ri nukula ?

Il a dit : – Où est mon fils ? Je le cherche !

S691 stop
Na rila’a kuwakajo naku maarowa.

Pourquoi est-il venu suspendre son hamac par ici ?

S692 stop
Pajluwa chu i’maka kapukunaní pají chu i’maka ne’wakana.

Un chef doit rester dans sa maloca.

S693 stop
Unká na kalé la’ka a’jní ño’jó ke chira’kajo naku !

Il n’a vraiment aucune raison de se promener !

S694 stop
– Yee ! Chau wani wala’ka, chuchu ! Yewicha watajatako me’pijí naku.

– Oh ! Mais nous allons très mal, grand-père ! Nous mourons de faim.

S695 stop
Aú pa’yú wa’á wekó majó rikulakaloje a’jnejí maareyá penaje.

Alors papa nous a amené ici pour chercher de la nourriture.

S696 stop
Chau wani nu’ri la’ka riyajalo manaíchami pacha nuli’chami nu’ri i’maka !

J’ai fait du tort à mon fils à cause de son idiote de femme !

S697 stop
Ñake penajemi taka’ri me’pijí nakú.

C’est pour cela qu’il crève de faim.

S698 stop
Aú nu’jicha rijwa’té pura’jo kaja penaje.

Alors je suis venu lui parler une dernière fois.

S699 stop
Merowa nu’ri kula a’jnejí.

Où va-t-il chercher de la nourriture ?

S700 stop
A’jnejí te kají, iñápiwala.

Voici des fruits iñápiwala.

S701 stop
Ijri’cha riká.

Grimpez.

S702 stop
Aú we’micha rijra’je.

Alors nous somme montés à l’arbre.

S703 stop
Wamoto’cha palani. Po’mani.

Nous l’avons fait bien cuire. C’est délicieux.

S704 stop
Kají ya’laro maere, kají ajñá riká.

Ce qui pousse là, goûtez.

S705 stop
Riká ta kají to’ró a’jní ño’jó.

Il y en a plein par ici.

S706 stop
Mari apú “karipapí” rimichaje naku riyatepu penajemi riji’cha !

Ce qu’il a appelé “karipapí”, il l’a sorti de sa main !

S707 stop
Eyá mari rikapala penajemi riji’chaje mari japijula.

De sa joue, il fit apparaître ce japijula.

S708 stop
‘Rikaja marí eja’wá to’ró ajní ño’jó.

‘Cette forêt en est remplie.

S709 stop
Eyá mari kúruchí. Rika ta kari to’ro.

Ce kúruchi, il y en a plein de ce côté.

S710 stop
Iná jña’a riká.

Vous les prenez.

S711 stop
Iná ipá rinakiya.

Les lavez.

S712 stop
Rejomi iná jara’á rima rinakiya.

Grattez l’écorce.

S713 stop
Rejomi iná ta’a riká jipa chu.

Les râpez avec la pierre.

S714 stop
Ejomi iná tutuwa riká.

Les passez à l’égouttoir.

S715 stop
Jupichamí ra’kó.

Les laissez reposer.

S716 stop
E iná jláma’a juni richaya.

Jetez le liquide sur le dessus.

S717 stop
Iná ipá re’iyayá. Jamaraní juni yuriko ejé.

Puis vous les relavez jusqu’à ce que l’eau devienne transparente.

S718 stop
E iná kuwá ku’jnú penaje.

Vous en faites alors des galettes.

S719 stop
Palá iná ajñá po’mani.

C’est riche.

S720 stop
Marí riká a’jnejí penaje !

Vous en avez de la nourriture !

S721 stop
Nu’ri kula merowaka ?’

Où va-t-il donc chercher ?’

S722 stop
E rimicha pinaku :

Il a laissé ce message pour toi :

S723 stop
‘Eko pala nu’rijlo.

‘Saluez mon fils de ma part.

S724 stop
Kaja unká riphalacha, nuwachíyajla riká meketanaja nupura’kaloje rijwa’té kaja. Penaje e’iyonaja unká riphalacha.

Il n’est toujours pas revenu alors que je l’attends depuis un moment pour lui parler.

S725 stop
Eko pimá nu’rijlo muni ipharo riñakare chojé.

Dites-lui qu’il retourne chez lui demain.

S726 stop
Apakala nu’jnataje rijló a’jneji.

Après-demain, je lui apporterai de la nourriture.

S727 stop
Ilé une’e pa’nojo pita, pu’waka nuwá’jika rijló, pa riwakara’ña kele inana wejaputenami ta !

Quand je l’appellerai de l’autre côté de la rivière, qu’il ne m’envoie surtout pas sa bonne femme !

S728 stop
Rikó ri’jnaje nomaje.

C’est lui qui doit aller me voir.

S729 stop
Riwakaje nu’jnataje a’jnejí rijló kaja penaje.

Ce sera la dernière fois que je lui apporte de la nourriture.

S730 stop
Riká ketanaja ri’maje.

Cela lui permettra de subsister tant qu’il en aura.

S731 stop
Rikatajnajika ee kaja ri’jnaje nopumi chu.

Et quand il n’en aura plus, il suivra mes traces pour me retrouver.

S732 stop
Unká i’makelaji kalé maarowa i’makelaje.’

Ici, ce n’est pas un lieu pour vivre.’

S733 stop
Mari ke chuchu kemichaka.

Ainsi a parlé grand-père.

S734 stop
Ñakeka, muní ke lapiyami neji’cha iñapuwala, ja’pijula, karipapí.

Le lendemain matin, ils prirent donc les différents fruits.

S735 stop
Rika na’pachiya pajluwetano najwa’to.

Chacun transportait sa hotte.

S736 stop
Nephicha nañakare ejó.

Et ils arrivèrent chez eux.

S737 stop
Ñake waja apakala kaje chu ri’jnachiya rijlo a’jnejí une’e pa’nojo pita.

Et ainsi, le surlendemain, il lui apporta de la nourriture de l’autre côté de la rivière.

S738 stop
Kajru ripachiyaka a’jnejí, kujnú walejarí, piyuke ripachiyaka a’jnejí.

Il amenait beaucoup d’amidon de manioc, ainsi que toutes sortes de nourritures.

S739 stop
Lainchú lapí riwá’icha rijló.

Le soir, il l’appela.

S740 stop
Kari mawá kaja penajeka, mawá ñopojlo, rika chu riwá’icha rijló :

Il s’était transformé en une grosse grenouille appelée “mawá de Kari”.

S741 stop
– Pema’á mawá wá’jlaka.

– Entends-tu ? Une grenouille mawá est en train d’appeler.

S742 stop
Pa’chá nojló rená.

Va marquer l’endroit pour moi.

S743 stop
Pinótachi riká nojñájlachi riká.

Qu’on puisse en manger.

S744 stop
Yewicha nutaka’ka me’pijí nakú.

Je vais bientôt mourir de faim.

S745 stop
– Je ke.

– Bien.

S746 stop
E ru’jicha a’jnare ketana chu ruká, ramichaka ruká, rimicha :

Quand il la vit arriver, il dit :

S747 stop
– Meka penaje riwakara’a ri’makajeru ta ?

– Pourquoi m’envoie-t-il sa bonne femme ?

S748 stop
E rimanumicho.

Il se tut.

S749 stop
E rupi’cho.

Et elle rentra.

S750 stop
– Yúka’a ?

– Alors ?

S751 stop
– Unká. Rimanumicho.

– Rien. Plus un son.

S752 stop
Metanajemita piño riwá’icha.

Un peu plus tard, il appela à nouveau.

S753 stop
– Pamichajla piño !

– Retourne voir !

S754 stop
Ru’jicha ramaje.

Elle y alla encore

S755 stop
Rejechami ruká rimanumicho piño.

Dès qu’elle apparut, il se tut à nouveau.

S756 stop
Ruphichaka wa’té riwá’icha piño.

Elle revint et il se remit à appeler.

S757 stop
Rimicha rojló :

Son mari lui dit :

S758 stop
– Pipatajla pichu’chure ta ja’pí, apala meke ka’jná riká ?

– Tiens-toi les seins [trop bruyants], je ne sais pas moi !

S759 stop
– Je ke.

– Bien

S760 stop
Ru’jicha piño.

Et elle y retourna.

S761 stop
Rimanumicho ta piño.

Il se tut à nouveau.

S762 stop
– Meke paja nu’jnaka aú ja rimanuma’o ?

– Pourquoi un tel silence uniquement quand j’y vais ?

S763 stop
Rupi’chako wa’té riwá’icha piño.

Quand je reviens, la grenouille appelle à nouveau.

S764 stop
Piko pamichajla riká, kaja nu’jnakachu rimanuma’ono.

Vas-y toi-même, puisque avec moi elle se tait.

S765 stop
– Je, ke.

– Bien.

S766 stop
Kaja ri’jichaka.

Il y alla.

S767 stop
E ramichata riká ejechami riwá’ichaka ta waní rijló.

En le voyant, la grenouille l’appela encore plus fort.

S768 stop
Yewíchaja riphaka rinaku e rimanumicho.

Mais quand il fut presque arrivé, elle se tut.

S769 stop
– Ra’picha maare nuwe’pichaka, rimichaka.

– Ça devait être là, dit-il.

S770 stop
Eyá rajaláki’cha riká.

Enfin son père le salua.

S771 stop
– Nu’ri me kale unká kuani ina’ukelari piká wakara’ri iná wejaputenami ta majó !

– Mon fils, comment peux-tu être aussi bête pour m’envoyer cette idiote ici !

S772 stop
Unká chi numala pinaku i’maka riwakaje nu’jnataje a’jneji pijlo

Ne t’avais-je pas fais informé du jour où je viendrai t’apporter de la nourriture.

S773 stop
Numá pinaku i’maka puwaka nuwá’jika une’e pa’anojo pita pi’jnakaloje nomaje.

J’avais dit que je t’appellerai de l’autre côté de la rivière pour que tu viennes me trouver.

S774 stop
Unká piwakara’kaloje piyajalo ta !

Ce n’est pas pour que tu m’envoies ta femme !

S775 stop
Rupachata nuli’chamí chau wani nutu nakú i’maka.

A cause d’elle, j’ai sévèrement puni ma fille.

S776 stop
Iná yani ke nu’malo nu’jnata pijlo a’jneji majo.

Parce que tu es mon fils, je t’apporte de la nourriture.

S777 stop
Ramicha kajrú a’jneji ta i’michaka.

Il vit qu’il y en avait beaucoup.

S778 stop
Ñakeka nu’ri marí. A’jneji nu’jnata pijló kaja penaje majó.

Voilà, mon fils, c’est la dernière fois que je t’en donne.

S779 stop
Marí a’jnejí ketanaja pi’majika maare.

Reste ici tant qu’elle durera.

S780 stop
Marí a’jnejí tajnajiko kechami pi’jnaje nopumi chu.

Quand il n’y en aura plus, tu iras me rejoindre.

S781 stop
Ñake kaja unká kaja i’makelaji kalé maarowá, puíkuwa maarowá. A’jní ño’jó i’makelaji.

Ici, c’est contaminé. On ne peut pas vivre, contrairement à là-bas. Dans cette direction, il y a un endroit où l’on vit éternellement.

S782 stop
Ñake pi’jnaje nopumi chu marí iñe’pú to’ró. Riká chuwá pi’jnaje.

Tu prendras donc ce chemin pour suivre mes traces.

S783 stop
Maayá pi’jnaje. Pila’kajero re’iyá páchojo

En partant d’ici, tu descends à la rivière, puis tu passes en face.

S784 stop
Pajluwajo eja’wá, riká pe’iyó nophú iphá, nuká ejó i’jnaka.

A un pâté de foret d’ici, au milieu du relief se trouve le chemin qui mène à moi.


NOTE : Les Yucuna se repèrent dans l’espace en comptant les différentes « forêts », c’est-à-dire les reliefs ou collines séparés par des rivières.
S785 stop
Puwaka nuká ejó iñe’pú numakana chu la’rú i’wáchujre tara’ro.

A l’entrée de mon chemin est plantée une plume de queue d’ara.

S786 stop
Puwaka utupí i’wáchujre tara’karo numakana iñe’pú. Unká pa’palaje chuwa.

Ne prend pas le chemin où l’entrée est signalée d’une plume de motmot houtouc.


NOTE : Utupí, jutupí (Yuc.). Burro, jujulero (Esp. ver.). Momotus momota.
S787 stop
I’wijina ejó i’jnaka riká.

C’est le chemin qui mène aux étoiles.

S788 stop
Ñakejla neñokajla piká ñakeka.

Elles essaieraient de te tuer.

S789 stop
Kiña pala nuri chuwa piwakara’a pijwa’tejena pitaka a’jnení.

Dépêches-toi maintenant, demande à tes gens de charger cette nourriture.

S790 stop
Kaja ya’jnicha majó. Yewicha wajme’taka.

Il est déjà tard. Le jour va bientôt se lever.

S791 stop
– Je, ke.

– Bien.

S792 stop
Rijwa’tejena i’michaño kujwena.

Ses gens étaient les fourmis atta.


NOTE : Kujwé (Yuc.). Culona (Esp. ver.). Fourmi « fessue » (fameuse culona de Santander). Atta sp.
S793 stop
Neká pichiyaño rijló a’jneji i’michaka.

Ce sont elles qui chargèrent la nourriture.

S794 stop
Kaja ewaja nakeño’cha me’takana.

Et le jour commença à se lever.

S795 stop
– Chuwa wajme’taka, nu’ri.

– Le jour se lève, mon fils.

S796 stop
Mari kaje le’jepaka nuwá’a pijló i’maka tu’jní.

C’est pour ça que je t’appelai en urgence.

S797 stop
Unká meke wala’la.

Nous n’y pouvons rien.

S798 stop
Ewá jareni keño’cha jácho’kajo. Kaja najme’chiya.

La clarté faisait son apparition.

S799 stop
– Kaja numachiya pijló a’jneji.

– Je t’ai laissé des provisions.

S800 stop
Rika ketanaja pi’maje maarewa.

Tu as de quoi vivre ici un moment.

S801 stop
E kaja pi’jnaje nopumi chu.

Après tu prendras ma route.

S802 stop
Chuwa nupi’chako.

A présent, je m’en vais.

S803 stop
Kaja ripi’chako.

Et il s’en retourna.

S804 stop
E kujwena pichiya rijlupemí we’chú.

De jour, les fourmis emportèrent avec elles tout ce qui restait.

S805 stop
Riká penaje kujwena pitúka’a we’chú.

C’est pour cela qu’on les voit ainsi marcher pendant la journée.

S806 stop
Maare kaja walejarita jewi’cho kaila penaje.

Certaines lignes d’amidon [laissées par les fourmis] se transformèrent en liane kaila.

S807 stop
Kapaje noje i’michaka jewi’charo chuwapí penaje.

D’autres, plus fines, se transformèrent en liane chuwapí.

S808 stop
Kujnú ta jewi’ícharo atapirá penaje.

Les galettes de manioc se transformèrent en champignon.

S809 stop
Iratake jewi’ícharo ju’chiyo penaje riká rimicha nakú.

La pâte se transforma en truffe.

S810 stop
‘Nu’ri, marí juchiyo palani riká, iná ajñakalope penaje riká.’ Marí ke pa’yú kemichaka nojló.

‘Mon fils, cette truffe, ça se mange, c’est délicieux’ m’a dit mon père.

S811 stop
‘Marí a’jneji ketana we’maje maarowa.

‘Nous vivrons ici tant que durera cette nourriture.

S812 stop
Riká tajnajiko e kaja we’jnaje rapumi chu.

Quand il n’y en aura plus, nous le suivrons.

S813 stop
Unká i’makelaji kalé maarowa.

On ne peut pas vivre ici.

S814 stop
Puíkuwa we’má nakú.

C’est contaminé.

S815 stop
Ajní ño’jó i’makejaje.

Là-bas on est éternel.

S816 stop
Ñakele we’jnaje pa’yú apumi chu.

Alors nous suivrons ses traces.

S817 stop
Rimicha rijló :

Il dit :

S818 stop
‘Eko pamá piyani e’iyá mekajenaka piyani waní i’majika piwa’á pijwa’to.

‘Reconnais parmi tes fils, ceux qui sont vraiment les tiens, et emmène-les avec toi.

S819 stop
Eyá piyajalo jlapu ñaní i’majika rewaja piyuri rewaja najló wa’té.’

Ceux de son amant, laisse-les.’

S820 stop
– Je, ke.

– Bien.

S821 stop
Kaja ewaja na’jní tajnicho.

La nourriture finit par se tarir.

S822 stop
– Kaja wa’jní tajni’cho chuwa.

– Maintenant notre nourriture s’est terminée.

S823 stop
Yuwana, chuwa we’jnajika.

Il faut partir, les enfants.

S824 stop
Muni we’jnajika.

Demain, nous partirons.

S825 stop
Muni ke rimichaka.

Le lendemain, il dit :

S826 stop
– Chuwa nuyani, we’jnajika.

– Maintenant allons-y, mes enfants.

S827 stop
Chuwa i’jná majó nomachi iká.

Venez, que je vous regarde.

S828 stop
Rilapachiya neká.

Il les observa.

S829 stop
Amichari iyama riyani waní i’michaka.

Il vit que deux étaient vraiment les siens.

S830 stop
Iyamaka kaja i’michari nalo jlapu yani.

Deux étaient les enfants de l’amant de la mère.

S831 stop
– Maareruna nuyani, unká meke nula’la.

– Ceux-là je ne peux rien pour eux.

S832 stop
Paló jlapu ñani, icheji ka’jeri yani !

Ces petits bâtards, ils sont bons à jeter !

S833 stop
Maareja i’maje i’majika keja i’majika maarowa !

Qu’ils restent donc ici !

S834 stop
Neyachiya neká.

Il les fit pleurer.

S835 stop
– We’jna pijwa’té.

– Nous allons avec toi !

S836 stop
– Unká, ke rimichaka.

– Non ! dit-il.

S837 stop
Unká meke nula’la iká.

Je ne peux rien pour vous.

S838 stop
Riwá’icha iyamaja rijwa’to.

Il n’en prit que deux.

S839 stop
Kaja ne’jichaka iyamana riyani i’jichaño rijwa’té.

Et il les emmena avec lui.

S840 stop
– Marí iñe’pú, rimaka najló.

– Voici le chemin, leur dit-il.

S841 stop
‘Maayá pi’jnaje pila’kajero.

‘Tu descends.

S842 stop
Re’iyá pachojo pajluwaja waphereni eja’wá, riká pe’iyó iñe’pú iphá. Iyama’ ke rimaka.

En face, il y a une grande forêt. Au milieu, il y a deux chemin.’

S843 stop
Tujla neká rejé.

Ils y arrivèrent.

S844 stop
– Yee ! Yuwana marí. Unká nuwe’pila mekeka pa’yú kemaka nojló i’maka.

– Zut ! Je ne me rappelle plus lequel est celui que mon père m’a dit de prendre !

S845 stop
‘Puwaka puku ta iñe’pú ja’paká utupí i’wáchujre tára’o numakana nuká ejó ja’paka.

Je crois qu’il a dit : ‘Mon chemin c’est celui où est plantée une plume de motmot houtouc.

S846 stop
Eyá la’ru iwachujré tára’karo numana iwijina ejó i’jnaka’ ke nuwe’pika rimaka.

L’entrée du chemin où est plantée une plume d’ara mène aux étoiles.’

S847 stop
Mari chuwa wa’pata.

Continuons par là.

S848 stop
Na’pichata iwijina ejó. Ipichaño iwijina nakú.

Ils poursuivirent et arrivèrent aux étoiles.

S849 stop
Nakapejeta nenóchiyata neká.

Ils tombèrent entre leurs mains, et elles les tuèrent.

S850 stop
Wachiyari rara’pami.

Le père finit par s’impatienter.

S851 stop
– Mekechami ta riphajika.

– Quand va-t-il arriver ?

S852 stop
Unká na iphalacha !

Personne ne vient !

S853 stop
Jupichami yuku i’micha. Jupimika iwijina ejó nephá i’maka. Kaja nenóchiyami ne’maka i’maka.

Plus tard, il apprit qu’ils s’étaient rendus chez les étoiles et qu’elles les avaient tués depuis longtemps.

S854 stop
– Meke chau wani !

– Quel malheur !

S855 stop
Unká meke nula’la.

Je n’y peux rien.

S856 stop
Meke unká kuani ina’ukelari nuri.

Quel imbécile de fils !

S857 stop
Kaja numá rijlo i’maka nuka ejó puku ta iñe’pú ja’pako puwaka la’ru i’wáchejre tára’ko nuká ejo iñe’pú numakana, numaka rijlo i’maka.

Je lui avais pourtant bien dit que ma route est marquée d’un plume d’ara !

S858 stop
Unká meke nula’la nuri.

C’est trop tard pour lui.

S859 stop
Kaja nakapichatakare !

Ils se sont fait massacrés !

S860 stop
Unká me kalé nula’jikare.

Rien à faire.

S861 stop
Maareje riyukuna tajnó.

Ici s’arrête cette histoire.