Histoire de Karupe


Lecture en continu :

Transcription par phrase


Traduction par phrase
fr
Transcription du texte complet


Traduction du texte complet
fr



Notes
Karupe i’michari rejena wa’té.
Kajruna ne’michaka.
Neká i’michaño, kawaja rikeño’cha ritami la’kajo.
Rejechami rimichaka rejenajló :
– Kaja i’makale numá ijló : unká nu’makaloje ijwa’té penaje kalé.
Marí kaje meji’wákaje aú nunakoje, chuwá nukapichañaka iká.
Kaje i’makale numá ijló nojena, nu’maka ijwa’té ketanaja kalé numaka ijló.
Nuwe’pi me’piji ta wa’teja nori nuká re’iyaje nuwe’pika ke rimichaka najló.
Rimicha :
– Kaje i’makale numá pijló numeremi pi’jnakaloje nojló jároje penaje nojñakaloje nupapiwa penaje ke rimicha rewejló.
– Ñakeka ne’waka ke rimichaka rijló.
Kaja ri’jichaka, lapi ri’jicha.
Kaja riphicha, ra’rochaka. Pe’iyocha raro’ka re’micha yáwi waichaka rapumi chu.
Ewa majoka kawaja yáwi iphichari rinakú. Rejé rinocha ri’michaka.
Kaja keja rinóchaka riká.
Piyuke rajñachiyaka ritami.
Muni ke najme’chiyaka, unká riphalacha. Ne’micha riwataka nakú, kaja ewaja najuwi’cha.
Muni ke rimichaka apú rewelo :
– Ke jo’o riká nujmeremi. Apala piká ka’jná i’jnajere palapani.
Kaja nuwakara’a pe’wé michú. Mekeka la’ko ? Unká iphala, ke rimichaka rijló.
Kaja keja ri’jichaka, iphichari.
Kaja ra’chako piño ja’rojé.
Meketanaja i’majemi re’michaka piño yawi waichaka rapumi chuwa.
Kaja ewaja riphicha rinaku. Kaja yawi nocha piño riká.
Piyuke rajñachiyaka ritami.
Muni ke najme’chiyaka unká na iphalacha.
Rimicha kaja penaje najmeremijlo :
– Ke jo’o riká, nujmeremi. Kaje i’makale numá pijló : kaja nuwakara’ko pejenano. Mekeka la’kañono ?
Unká iphalaño. Apala piká ka’jná i’jnarijla pala. Numaka pijwa’té ketanaja kalé nuwakara’aka piká, ke rimichaka rijló.
– Ñakeka newaka.
Meke chi nojena la’kano ? Unká iphatalañono, ke rimichaka rijló.
Kaja ri’jichaka ja’roje. Iphichari.
E rikeño’cha ja’rokaje.
Meketanaja i’majemi re’micha piño yawi waichaka rapumi chu.
– Yee ! Marí ke ka’jná rila’jikano nojena michuna. Rijluwa penaje ka’jná riwakara’na weká.
Chuwa nuká kaja penaje. Chuwa nuwe’pinoja yawi kapichataka nuká nojena michuna apumi chu, ke rimichaka.
Jimaje ra’cho iyaje e’iyowa ke, meketanaje i’majemi iñá iphicha rinaku.
Rimicha rijló :
– Oo ! ke rimichaka.
– Oo ! ke rajipichaka rijló.
E rimicha rijló : – Chuchú, na piká chi ilé ?
– Yee ! Nulaké, na piká ke ilé ? rimichaka rijló.
Rimicha : – Nuká, chuchú. Nuká newaka wakari’cha rijló ja’roje.
Aú nu’jicha, ke rimichaka rijló.
Rimicha rijló : – Meke pimichaka no’michaka i’michaka ?
– Unká meke numalacha, ke rimichaka rijló.
– Unká nulaké, no’micha pimichaka.
Raú rimicha rijló :
– Numicha jo’o, chuchú : – Meke chapu wani yawi kapichataka nuká, nuwe’pinoja nojena michuna apumi chu, ke numichaka.
– Yee ! Nulake. Naje chi unká pinola riká ta kele nórino ikano ? ke rimichaka rijló.
Raú rimicha rijló :
– Unká me ño’jó wenola riká, kajruni wani riká, yawi, ke rimichaka.
– Mapeja iná noka jepepi yawijreru ta, ke rimichaka.
– Yee !
Kaje i’makale numa pijló nulaké, pikero’niño. Marí keja nuká pijwa’té, nukako no piliya riká ta.
Eko paro’o wajluwa.
Kaja raro’chaka piño.
Ñaké yawi mejé i’michaka majocha. Rimicha rijló :
– Yee ! chuchú. Maarejecha wani liya riká ta !
Rimicha : – Pikero’niño, nono ta piliya riká.
Kaja ewaja maareya ke ri’michaka ta.
E rimicha rijló : – Maare piwata nomichajlako.
Kaja ri’jichaka ripé jajó.
Kaja ewaja yawi iphicha ra’waje. Ra’cho iyaje eyowake re’micha rikaka riwila.
Kaja ewaja rinocha riká.
Jupichami riphichaka.
Rimicha rijló :
– Yúka’a chuchú, e pamichaka riká ?
– A’a. Kaja nonocha riká ta !
Marí ke jiña noka jepepi yawi leru ta ! ke rimichaka rijló.
Kaja ra’chako ja’roje. Kawaja ta nakeño’cha me’takaje jareni jaichako.
– Ke jo’o riká nulake, kaja chuwa nunaku apaicho.
Kaja i’makale numa pijló : pa pi’jnajika no’okataje palajne ke nu’makale nonochaka piliya yawi i’michaka. Apala nakapichata nuká, ke rimichaka rijló.
– Ñakeka chuchú. Kaja riphichaka maare, kaja rilumicho, e kaja raphu chojé lanakiya ke ina’uké píchako.
«  Chuwa nomichachi mereka iñá nochaka yawi. »
Kaja ri’jicha ramaje.
Amichari ritami to’o la’chako.
Ripalamachiya riká. Amichari wejapaja rinurupi nakiya kuruwani ñani i’michaka.
E kaja rapicha, iphicha nañakare ejó.
Nemicha rijló :
– E pi’michaka ja’roje ?
– Nu’micha newaka. Wajé nuphichaka, ke rimichaka.
E rimicha : – E pamichaka piwake’we nuwakarichaje papumi chu, ke rimichaka rijló.
Rimicha : – Me kalé chi unká pamala cha riká ?
– Unká na iphalacha nunaku, ke rimicha rijló.
Rimicha : – Ke jo’o riká nojena. Eko amichata ilere iñe’pu chu iñá nocha yawi.
Eko iji’cha riká kíñaja, ke rimichaka.
Unká nu’makaloje pena, ke rimichaka.
E rimicha : Eyá ilé iñá nochari yawi i’michaka penajemi ta, aru’karo ilere wara eyá eko iñá riká ta ika’ata riká jiya choje, ke rimichaka.
Kaja nachako jiña ijñé, kaje kaja namoto’chako, kaja rajichaka riká e’iyowa ke nephichaka yawi tamí ña’jemi.
Nemicha rijló : – Mari yawi tami newaka, ke nemichaka.
Rimicha : – Chuwa kara’ta iká.
Kaja rachako yawi kara’taje.
Marí ke ñani cha riwajwemi iwa’a nojló.
Rimicha rijló : – Chuwa newaka. Kaja chuwa pamichakala riká :
Ri’jicha ramaje. Amichari ri’michaka ke rimichaka.
– Kaja wa nojena.
Kaje i’makale numá ijló nuyani. chuwa majó i’jná nuyani, ke rimichaka.
Riwaicha pejijlo.
Maarejechami rimichaka :
– Chuwa nuyurijika ijló pheñawilana nañakaruna. Unká na kalé yurejero marí kaje ja’piya nuyami.
Aú kalé numá ijló, ke rimichaka.
Riji’cha riká nakiya jareni rimichaka leri wirulake jareka ri’michaka, rimichaka.
– Rinu’rí piká peji, majó pi’jná, ke rimichaka.
– Ke jo’o riká pa’yú, riká ta japiyajeno. Unká paala pi’maka. Raú unká nuwatala.
Riwaicha piño apujlo. Ñakeja kaja.
Kaja penaje riwaicha najmeremijlo. Kemichari ñakeja kaja rimichaka rijló.
Raú nara’pa akí’cha ne’michaka. Kajrú rimicha najló.
– Kaja keja chi iná yurilajo pheñawilana namakana ja’piya ? ke rimichaka.
Marí jimaje ra’cho najló iyaje.
Pumichiya riwaicha piño najló. Najipicha ñakeja kaja.
Unká meke nula’laje iká. No’jikaja jena raú.
– Unká, ke nemichaka rijló.
Kaja ra’chakaja renowa raú.
Kaja ra’chako reta chojé. Mapeja ripijichaka.
Rero’cha riwila, jimaje ritajicha.
Karupe vivait avec ses frères [et c’était lui le chef].
Ils étaient nombreux.
Ils vécurent longtemps ensemble jusqu’à ce qu’il devint malade.
Il dit à ses frères :
– La raison pour laquelle je vous parle, c’est que je ne vais plus vivre avec vous.
À cause de cette maladie, je vais disparaître.
Je ne vais plus vous accompagner bien longtemps, mes frères
Je pense que c’est la faim qui est en train de me tuer.
Il ajouta :
– Alors toi, mon frère, je voudrais que tu ailles pêcher pour que je mange une dernière fois avant de mourir.
– Bien chef.
Il partit pêcher de nuit.
Il arriva, déposa son piège, et pendant ce temps, il entendit un jaguar arriver sur ses traces.
Alors qu’il surveillait, le jaguar se jeta sur lui.
Il le tua.
Il dévora son corps complètement.
Quand ils se réveillèrent le lendemain, il n’était pas revenu. Ils l’attendirent jusqu’à la tombée de la nuit.
Le lendemain, Karupe dit à son autre frère :
– Bon, mon frère. Peut-être qu’avec toi ça ira bien.
Ton frère que j’ai envoyé, je ne sais pas ce qui lui est arrivé, il n’est pas revenu.
Alors l’autre frère partit et arriva au même endroit.
Il mit son piège.
Plus tard, il entendit le jaguar arrivant derrière lui.
Le jaguar se jeta sur lui et le tua.
Il le dévora entièrement.
Quand ils se réveillèrent le lendemain, personne n’était rentré.
Karupe dit à son dernier frère :
– Alors, petit frère. J’ai envoyé tes autres frères. Qu’est-ce qu’il a bien pu leur arriver.
Ils ne reviennent pas. Peut-être qu’avec toi, ça ira bien. Tu es le dernier à que je peux envoyer.
– Bien chef.
Qu’est-il arrivé à mes frères ? Ils ne sont pas rentrés, lui disait-il.
Il partit pêcher. Et il arriva.
Il commença à piéger des poissons.
Plus tard, il entendit à nouveau le jaguar arrivant sur ses traces.
– Oh ! Voilà ce qui est arrivé à mes frères. C’est peut-être pour nous manger qu’il nous envoie.
Maintenant c’est mon tour. Je sais que le jaguar va me tuer comme il a fait avec mes frères.
Pendant qu’il s’attristait, un démon s’approcha de lui.
Il lui dit :
– Ho ! dit-il.
– Ho ! répondit-il.
Et il lui demanda : – Grand-père, qui es-tu ?
– Oh ! Et toi, mon garçon, qui es-tu ?
Il dit : – C’est moi, grand-père, que le chef a envoyé pêcher.
Alors je suis parti, lui dit-il.
Il dit : – Qu’est-ce tu disais ?
– Je ne disais rien, lui dit-il.
– Non, mon petit, je t’ai entendu.
Alors il lui dit :
– C’est vrai, grand-père, je disais : « Quel malheur que le jaguar me tue, après avoir tué mes frères !
– Oh ! Mon petit fils. Pourquoi ne tuerais-tu pas celui qui a tué les tiens ?
Alors il dit :
– Nous ne pouvons pas le tuer, il est trop fort, c’est un jaguar.
– C’est pourtant facile de tuer un jaguar arboricole.
– Oh !
Alors je te dis : n’aie pas peur, petit. Je suis là. Je vais le tuer pour toi.
Continue de pêcher.
Il se remit à pêcher.
Alors les bruits du jaguar se rapprochèrent. Il dit :
– Oh ! Grand-père. Il vient par ici !
Il dit : – N’aie pas peur, je vais le tuer pour toi.
Enfin, il était là.
Alors il dit : – Attends ici, je vais voir.
Il alla à sa rencontre.
Enfin le jaguar arriva auprès de lui. Alors qu’il sanglotait, il l’entendit lui fracasser le crâne.
Il l’avait tué.
Puis il revint.
Il lui dit :
– Alors grand-père, l’as-tu vu ?
– Oui. Ça y est, je l’ai tué !
C’est ainsi que le démon tue le jaguar, lui dit-il.
Il pêcha à nouveau. Quand le jour se leva, il sortit beaucoup de poissons.
– Bien, mon petit fils. Maintenant, je dois partir.
Alors je te recommande : tu as pu bénéficier de ma générosité car j’ai tué le jaguar pour toi. (Mais ne dis rien) ils pourraient me tuer, lui dit-il.
– Bien grand-père. Quand il s’en retourna, il se mit à danser et retourna dans son trou pendant que l’homme se mit à rentrer.
«  Maintenant j’ai envie de voir l’endroit où le diable a tué le jaguar. »
Il alla voir.
Il vit son corps allongé.
Il l’examina et vit seulement un petit bleu sur sa nuque.
Il rentra et arriva chez eux.
Ils dirent :
– As-tu été pêché ?
– Oui, chef. Je viens d’arriver, dit-il.
Il dit : – As-tu vu les compagnons que j’ai envoyé derrière toi ?
Il dit : – Comment se fait-il que tu ne les aies pas vus ?
– Personne n’est venu à ma rencontre, lui dit-il.
Karupe dit : – Bon, mes frères, allez voir sur ce chemin le jaguar tué par le démon.
Rapportez-le vite !
Je ne vivrais plus très longtemps.
Il ajouta : – Ce démon qui a tué le jaguar, il s’est glissé dans le creux d’un bâton. Jetez le au feu.
Alors pendant que les uns étripèrent le poisson, le cuisinèrent et le mangèrent, les autres trouvèrent le corps du jaguar, et le ramenèrent.
Ils lui dirent : – Voici le corps du jaguar, chef.
Il dit : – Maintenant brûlez-le.
Alors ils firent brûler le jaguar.
Quand son cœur deviendra petit comme ça, appelez-moi.
Il dit : – Ça y est, chef. Va voir.
Il alla voir. Il vit qu’il était comme il avait dit.
– Ça y est, mes frères.
Alors je vous dis mes enfants. Venez par ici.
Il appela ses frères.
Puis il dit :
– Je vais vous laisser la maloca de mes ancêtres. Mais personne n’y restera après moi.
J’ai quelque chose à vous dire.
Il prit quelque chose de blanc enveloppé dans des feuilles [son pouvoir de sorcier jaguar].
– Toi, l’aîné, viens ici, dit-il.
– Non papa. Cela rend mauvais. Regarde toi comme tu es devenu. Je n’en veux pas.
Il appela le second frère. Mais il n’en voulait pas non plus.
Enfin il appela le cadet qui lui répondit la même chose.
Alors leur père les disputa. Il leur dit beaucoup de choses.
– Est-ce ainsi que l’on doit laisser les anciens, sans suivre leurs paroles ?
Il se mit à pleurer.
Puis il les appela à nouveau. Mais ils répondaient toujours pareil.
Je ne vais rien vous faire. Je veux juste vous marquer.
– Non, répondirent-ils.
Alors il s’éloigna.
Il s’allongea dans son hamac.
Sa tête tomba brusquement. Et c’est ainsi qu’il mourut.
S1 stop
Karupe i’michari rejena wa’té.

Karupe vivait avec ses frères [et c’était lui le chef].

S2 stop
Kajruna ne’michaka.

Ils étaient nombreux.

S3 stop
Neká i’michaño, kawaja rikeño’cha ritami la’kajo.

Ils vécurent longtemps ensemble jusqu’à ce qu’il devint malade.

S4 stop
Rejechami rimichaka rejenajló :

Il dit à ses frères :

S5 stop
– Kaja i’makale numá ijló : unká nu’makaloje ijwa’té penaje kalé.

– La raison pour laquelle je vous parle, c’est que je ne vais plus vivre avec vous.

S6 stop
Marí kaje meji’wákaje aú nunakoje, chuwá nukapichañaka iká.

À cause de cette maladie, je vais disparaître.

S7 stop
Kaje i’makale numá ijló nojena, nu’maka ijwa’té ketanaja kalé numaka ijló.

Je ne vais plus vous accompagner bien longtemps, mes frères

S8 stop
Nuwe’pi me’piji ta wa’teja nori nuká re’iyaje nuwe’pika ke rimichaka najló.

Je pense que c’est la faim qui est en train de me tuer.

S9 stop
Rimicha :

Il ajouta :

S10 stop
– Kaje i’makale numá pijló numeremi pi’jnakaloje nojló jároje penaje nojñakaloje nupapiwa penaje ke rimicha rewejló.

– Alors toi, mon frère, je voudrais que tu ailles pêcher pour que je mange une dernière fois avant de mourir.

S11 stop
– Ñakeka ne’waka ke rimichaka rijló.

– Bien chef.

S12 stop
Kaja ri’jichaka, lapi ri’jicha.

Il partit pêcher de nuit.

S13 stop
Kaja riphicha, ra’rochaka. Pe’iyocha raro’ka re’micha yáwi waichaka rapumi chu.

Il arriva, déposa son piège, et pendant ce temps, il entendit un jaguar arriver sur ses traces.

S14 stop
Ewa majoka kawaja yáwi iphichari rinakú. Rejé rinocha ri’michaka.

Alors qu’il surveillait, le jaguar se jeta sur lui.

S15 stop
Kaja keja rinóchaka riká.

Il le tua.

S16 stop
Piyuke rajñachiyaka ritami.

Il dévora son corps complètement.

S17 stop
Muni ke najme’chiyaka, unká riphalacha. Ne’micha riwataka nakú, kaja ewaja najuwi’cha.

Quand ils se réveillèrent le lendemain, il n’était pas revenu. Ils l’attendirent jusqu’à la tombée de la nuit.

S18 stop
Muni ke rimichaka apú rewelo :

Le lendemain, Karupe dit à son autre frère :

S19 stop
– Ke jo’o riká nujmeremi. Apala piká ka’jná i’jnajere palapani.

– Bon, mon frère. Peut-être qu’avec toi ça ira bien.

S20 stop
Kaja nuwakara’a pe’wé michú. Mekeka la’ko ? Unká iphala, ke rimichaka rijló.

Ton frère que j’ai envoyé, je ne sais pas ce qui lui est arrivé, il n’est pas revenu.

S21 stop
Kaja keja ri’jichaka, iphichari.

Alors l’autre frère partit et arriva au même endroit.

S22 stop
Kaja ra’chako piño ja’rojé.

Il mit son piège.

S23 stop
Meketanaja i’majemi re’michaka piño yawi waichaka rapumi chuwa.

Plus tard, il entendit le jaguar arrivant derrière lui.

S24 stop
Kaja ewaja riphicha rinaku. Kaja yawi nocha piño riká.

Le jaguar se jeta sur lui et le tua.

S25 stop
Piyuke rajñachiyaka ritami.

Il le dévora entièrement.

S26 stop
Muni ke najme’chiyaka unká na iphalacha.

Quand ils se réveillèrent le lendemain, personne n’était rentré.

S27 stop
Rimicha kaja penaje najmeremijlo :

Karupe dit à son dernier frère :

S28 stop
– Ke jo’o riká, nujmeremi. Kaje i’makale numá pijló : kaja nuwakara’ko pejenano. Mekeka la’kañono ?

– Alors, petit frère. J’ai envoyé tes autres frères. Qu’est-ce qu’il a bien pu leur arriver.

S29 stop
Unká iphalaño. Apala piká ka’jná i’jnarijla pala. Numaka pijwa’té ketanaja kalé nuwakara’aka piká, ke rimichaka rijló.

Ils ne reviennent pas. Peut-être qu’avec toi, ça ira bien. Tu es le dernier à que je peux envoyer.

S30 stop
– Ñakeka newaka.

– Bien chef.

S31 stop
Meke chi nojena la’kano ? Unká iphatalañono, ke rimichaka rijló.

Qu’est-il arrivé à mes frères ? Ils ne sont pas rentrés, lui disait-il.

S32 stop
Kaja ri’jichaka ja’roje. Iphichari.

Il partit pêcher. Et il arriva.

S33 stop
E rikeño’cha ja’rokaje.

Il commença à piéger des poissons.

S34 stop
Meketanaja i’majemi re’micha piño yawi waichaka rapumi chu.

Plus tard, il entendit à nouveau le jaguar arrivant sur ses traces.

S35 stop
– Yee ! Marí ke ka’jná rila’jikano nojena michuna. Rijluwa penaje ka’jná riwakara’na weká.

– Oh ! Voilà ce qui est arrivé à mes frères. C’est peut-être pour nous manger qu’il nous envoie.

S36 stop
Chuwa nuká kaja penaje. Chuwa nuwe’pinoja yawi kapichataka nuká nojena michuna apumi chu, ke rimichaka.

Maintenant c’est mon tour. Je sais que le jaguar va me tuer comme il a fait avec mes frères.

S37 stop
Jimaje ra’cho iyaje e’iyowa ke, meketanaje i’majemi iñá iphicha rinaku.

Pendant qu’il s’attristait, un démon s’approcha de lui.

S38 stop
Rimicha rijló :

Il lui dit :

S39 stop
– Oo ! ke rimichaka.

– Ho ! dit-il.

S40 stop
– Oo ! ke rajipichaka rijló.

– Ho ! répondit-il.

S41 stop
E rimicha rijló : – Chuchú, na piká chi ilé ?

Et il lui demanda : – Grand-père, qui es-tu ?

S42 stop
– Yee ! Nulaké, na piká ke ilé ? rimichaka rijló.

– Oh ! Et toi, mon garçon, qui es-tu ?

S43 stop
Rimicha : – Nuká, chuchú. Nuká newaka wakari’cha rijló ja’roje.

Il dit : – C’est moi, grand-père, que le chef a envoyé pêcher.

S44 stop
Aú nu’jicha, ke rimichaka rijló.

Alors je suis parti, lui dit-il.

S45 stop
Rimicha rijló : – Meke pimichaka no’michaka i’michaka ?

Il dit : – Qu’est-ce tu disais ?

S46 stop
– Unká meke numalacha, ke rimichaka rijló.

– Je ne disais rien, lui dit-il.

S47 stop
– Unká nulaké, no’micha pimichaka.

– Non, mon petit, je t’ai entendu.

S48 stop
Raú rimicha rijló :

Alors il lui dit :

S49 stop
– Numicha jo’o, chuchú : – Meke chapu wani yawi kapichataka nuká, nuwe’pinoja nojena michuna apumi chu, ke numichaka.

– C’est vrai, grand-père, je disais : « Quel malheur que le jaguar me tue, après avoir tué mes frères !

S50 stop
– Yee ! Nulake. Naje chi unká pinola riká ta kele nórino ikano ? ke rimichaka rijló.

– Oh ! Mon petit fils. Pourquoi ne tuerais-tu pas celui qui a tué les tiens ?

S51 stop
Raú rimicha rijló :

Alors il dit :

S52 stop
– Unká me ño’jó wenola riká, kajruni wani riká, yawi, ke rimichaka.

– Nous ne pouvons pas le tuer, il est trop fort, c’est un jaguar.

S53 stop
– Mapeja iná noka jepepi yawijreru ta, ke rimichaka.

– C’est pourtant facile de tuer un jaguar arboricole.


NOTE : Jepepi yawijreru (Yuc.). Lit. « Jaguar à lianes ». Jaguar qui grimpe aux lianes.
S54 stop
– Yee !

– Oh !

S55 stop
Kaje i’makale numa pijló nulaké, pikero’niño. Marí keja nuká pijwa’té, nukako no piliya riká ta.

Alors je te dis : n’aie pas peur, petit. Je suis là. Je vais le tuer pour toi.

S56 stop
Eko paro’o wajluwa.

Continue de pêcher.

S57 stop
Kaja raro’chaka piño.

Il se remit à pêcher.

S58 stop
Ñaké yawi mejé i’michaka majocha. Rimicha rijló :

Alors les bruits du jaguar se rapprochèrent. Il dit :

S59 stop
– Yee ! chuchú. Maarejecha wani liya riká ta !

– Oh ! Grand-père. Il vient par ici !

S60 stop
Rimicha : – Pikero’niño, nono ta piliya riká.

Il dit : – N’aie pas peur, je vais le tuer pour toi.

S61 stop
Kaja ewaja maareya ke ri’michaka ta.

Enfin, il était là.

S62 stop
E rimicha rijló : – Maare piwata nomichajlako.

Alors il dit : – Attends ici, je vais voir.

S63 stop
Kaja ri’jichaka ripé jajó.

Il alla à sa rencontre.

S64 stop
Kaja ewaja yawi iphicha ra’waje. Ra’cho iyaje eyowake re’micha rikaka riwila.

Enfin le jaguar arriva auprès de lui. Alors qu’il sanglotait, il l’entendit lui fracasser le crâne.

S65 stop
Kaja ewaja rinocha riká.

Il l’avait tué.

S66 stop
Jupichami riphichaka.

Puis il revint.

S67 stop
Rimicha rijló :

Il lui dit :

S68 stop
– Yúka’a chuchú, e pamichaka riká ?

– Alors grand-père, l’as-tu vu ?

S69 stop
– A’a. Kaja nonocha riká ta !

– Oui. Ça y est, je l’ai tué !

S70 stop
Marí ke jiña noka jepepi yawi leru ta ! ke rimichaka rijló.

C’est ainsi que le démon tue le jaguar, lui dit-il.

S71 stop
Kaja ra’chako ja’roje. Kawaja ta nakeño’cha me’takaje jareni jaichako.

Il pêcha à nouveau. Quand le jour se leva, il sortit beaucoup de poissons.

S72 stop
– Ke jo’o riká nulake, kaja chuwa nunaku apaicho.

– Bien, mon petit fils. Maintenant, je dois partir.

S73 stop
Kaja i’makale numa pijló : pa pi’jnajika no’okataje palajne ke nu’makale nonochaka piliya yawi i’michaka. Apala nakapichata nuká, ke rimichaka rijló.

Alors je te recommande : tu as pu bénéficier de ma générosité car j’ai tué le jaguar pour toi. (Mais ne dis rien) ils pourraient me tuer, lui dit-il.

S74 stop
– Ñakeka chuchú. Kaja riphichaka maare, kaja rilumicho, e kaja raphu chojé lanakiya ke ina’uké píchako.

– Bien grand-père. Quand il s’en retourna, il se mit à danser et retourna dans son trou pendant que l’homme se mit à rentrer.

S75 stop
«  Chuwa nomichachi mereka iñá nochaka yawi. »

«  Maintenant j’ai envie de voir l’endroit où le diable a tué le jaguar. »

S76 stop
Kaja ri’jicha ramaje.

Il alla voir.

S77 stop
Amichari ritami to’o la’chako.

Il vit son corps allongé.

S78 stop
Ripalamachiya riká. Amichari wejapaja rinurupi nakiya kuruwani ñani i’michaka.

Il l’examina et vit seulement un petit bleu sur sa nuque.

S79 stop
E kaja rapicha, iphicha nañakare ejó.

Il rentra et arriva chez eux.

S80 stop
Nemicha rijló :

Ils dirent :

S81 stop
– E pi’michaka ja’roje ?

– As-tu été pêché ?

S82 stop
– Nu’micha newaka. Wajé nuphichaka, ke rimichaka.

– Oui, chef. Je viens d’arriver, dit-il.

S83 stop
E rimicha : – E pamichaka piwake’we nuwakarichaje papumi chu, ke rimichaka rijló.

Il dit : – As-tu vu les compagnons que j’ai envoyé derrière toi ?

S84 stop
Rimicha : – Me kalé chi unká pamala cha riká ?

Il dit : – Comment se fait-il que tu ne les aies pas vus ?

S85 stop
– Unká na iphalacha nunaku, ke rimicha rijló.

– Personne n’est venu à ma rencontre, lui dit-il.

S86 stop
Rimicha : – Ke jo’o riká nojena. Eko amichata ilere iñe’pu chu iñá nocha yawi.

Karupe dit : – Bon, mes frères, allez voir sur ce chemin le jaguar tué par le démon.

S87 stop
Eko iji’cha riká kíñaja, ke rimichaka.

Rapportez-le vite !

S88 stop
Unká nu’makaloje pena, ke rimichaka.

Je ne vivrais plus très longtemps.

S89 stop
E rimicha : Eyá ilé iñá nochari yawi i’michaka penajemi ta, aru’karo ilere wara eyá eko iñá riká ta ika’ata riká jiya choje, ke rimichaka.

Il ajouta : – Ce démon qui a tué le jaguar, il s’est glissé dans le creux d’un bâton. Jetez le au feu.

S90 stop
Kaja nachako jiña ijñé, kaje kaja namoto’chako, kaja rajichaka riká e’iyowa ke nephichaka yawi tamí ña’jemi.

Alors pendant que les uns étripèrent le poisson, le cuisinèrent et le mangèrent, les autres trouvèrent le corps du jaguar, et le ramenèrent.

S91 stop
Nemicha rijló : – Mari yawi tami newaka, ke nemichaka.

Ils lui dirent : – Voici le corps du jaguar, chef.

S92 stop
Rimicha : – Chuwa kara’ta iká.

Il dit : – Maintenant brûlez-le.

S93 stop
Kaja rachako yawi kara’taje.

Alors ils firent brûler le jaguar.

S94 stop
Marí ke ñani cha riwajwemi iwa’a nojló.

Quand son cœur deviendra petit comme ça, appelez-moi.

S95 stop
Rimicha rijló : – Chuwa newaka. Kaja chuwa pamichakala riká :

Il dit : – Ça y est, chef. Va voir.

S96 stop
Ri’jicha ramaje. Amichari ri’michaka ke rimichaka.

Il alla voir. Il vit qu’il était comme il avait dit.

S97 stop
– Kaja wa nojena.

– Ça y est, mes frères.

S98 stop
Kaje i’makale numá ijló nuyani. chuwa majó i’jná nuyani, ke rimichaka.

Alors je vous dis mes enfants. Venez par ici.

S99 stop
Riwaicha pejijlo.

Il appela ses frères.

S100 stop
Maarejechami rimichaka :

Puis il dit :

S101 stop
– Chuwa nuyurijika ijló pheñawilana nañakaruna. Unká na kalé yurejero marí kaje ja’piya nuyami.

– Je vais vous laisser la maloca de mes ancêtres. Mais personne n’y restera après moi.

S102 stop
Aú kalé numá ijló, ke rimichaka.

J’ai quelque chose à vous dire.

S103 stop
Riji’cha riká nakiya jareni rimichaka leri wirulake jareka ri’michaka, rimichaka.

Il prit quelque chose de blanc enveloppé dans des feuilles [son pouvoir de sorcier jaguar].

S104 stop
– Rinu’rí piká peji, majó pi’jná, ke rimichaka.

– Toi, l’aîné, viens ici, dit-il.

S105 stop
– Ke jo’o riká pa’yú, riká ta japiyajeno. Unká paala pi’maka. Raú unká nuwatala.

– Non papa. Cela rend mauvais. Regarde toi comme tu es devenu. Je n’en veux pas.

S106 stop
Riwaicha piño apujlo. Ñakeja kaja.

Il appela le second frère. Mais il n’en voulait pas non plus.

S107 stop
Kaja penaje riwaicha najmeremijlo. Kemichari ñakeja kaja rimichaka rijló.

Enfin il appela le cadet qui lui répondit la même chose.

S108 stop
Raú nara’pa akí’cha ne’michaka. Kajrú rimicha najló.

Alors leur père les disputa. Il leur dit beaucoup de choses.

S109 stop
– Kaja keja chi iná yurilajo pheñawilana namakana ja’piya ? ke rimichaka.

– Est-ce ainsi que l’on doit laisser les anciens, sans suivre leurs paroles ?

S110 stop
Marí jimaje ra’cho najló iyaje.

Il se mit à pleurer.

S111 stop
Pumichiya riwaicha piño najló. Najipicha ñakeja kaja.

Puis il les appela à nouveau. Mais ils répondaient toujours pareil.

S112 stop
Unká meke nula’laje iká. No’jikaja jena raú.

Je ne vais rien vous faire. Je veux juste vous marquer.

S113 stop
– Unká, ke nemichaka rijló.

– Non, répondirent-ils.

S114 stop
Kaja ra’chakaja renowa raú.

Alors il s’éloigna.

S115 stop
Kaja ra’chako reta chojé. Mapeja ripijichaka.

Il s’allongea dans son hamac.

S116 stop
Rero’cha riwila, jimaje ritajicha.

Sa tête tomba brusquement. Et c’est ainsi qu’il mourut.