Histoire de Keyako


Lecture en continu :

Transcription par phrase
Phonologique


Traduction par phrase
fr
Transcription du texte complet


Traduction du texte complet
fr



Notes
Malawichure i'rí i'michari Kuwínuma.
I'rí i'michari Keyako, chuchú michú Keyako. Neká i'michari rejena wa'té.
Mere paja? Unká nuwe'pila.
Weminare, Mañawire ka'jná.
Weminare nuwe'pí Keyako i'michá.
Riká i'michari rejena wa'té, e kajrú iki'na rejena, neká wa'té ri'michá.
Re riyuwerachiya neká mawiru nakú.
Marí kaje wa'té ne'michá. Ne'wakana ri'michaka.
Re riyajalo i'michá jupichiyajalo.
Wajemi ruí i'michaka jupichiyajalo. Ruká i'michayo rijwa'té jupichiya yaikana.
Marí kaje aú rili'chá jita. Kajrú rili'chá jita, bote. Riká riji'chá la'jé rijwa'téjena wa'té.
Riji'chá ají ke ra'je tephé nakojé. Ri'jichá rila'jé vender. Bote riká la'jé vender. Patelon rií wapura'kó chu.
Riká wemí riji'chá heramienta: tachira, peruma, jita ipajona, pakoro a'tami kele. Piyukeja riji'chá pejuwa, itapuwa kajena.
Re jupi i'michaka ta ocho mese kétana rijápicha rewá.
Rejechaja napi'chako wechi aú ta. Nephicha nañakaré ejó. E ri'michá piño.
Rili'chá piño apú jita. Maarejéchami riwá'icha pajluwa te'e kele iná'uké rijwa'tó.
E pajluwaja i'michá riteló jupichiya ja'a rií i'michari Mapiyejiwi.
Riká i'jichari najwa'té.
Ají ke iphíchari piño tephé nakojé.
E ra'chá piño najló bote kaje vende bote.
Riká wemí riji'chá a'rumakaji kaje rilúnajlo, jirajú le'pé kaje.
E ne'michá i'michaka, Brasilerona kemicha:
- Ñaké iká nuwarúwa'a kele apá ja'a i'jnari ijwa'té i'maká. Ke i'maka numá pijló: pa! Ra'pitaniya, kajrú wani lánawaru maare.
Mapeja nenoka iná'uké.
Wawe'pí kalé nanakojé, wakatako najwa'té.
Ñaké unká ra'pitalaje. Taro aú ramotari richó pe'iyojó.
- Ñaí kaje aú rimicha najló:
Ka keja kaje puíchiya e ne'michá jápakaje nakú.
Ka keja napi'chako kapukú brasilerona.
E ka keja brasilerona kuwicho junápeje.
Napichicha ta “keji” kátakajo nakú. E na'jicha panakuwachaka.
Najápicha panakuwacha.
Metanajemi ta nemi'chá “u'ujuu u'ujuu”.
E mijyu majó e meketana rakuwichako pajluwaja iná pataka kétana wapejreka i'te lánawaru iká penaje ta recho'chako nanakojé.
Kaja palá nawe'picha ta rinakojé. E ta napichiya'ta junápeje mijyu jeño'chaño riyámojo.
E ta neícho pe'iyojó “je je je” ne'chichaka ta ñaké kalé. Ka-wajá ta na'chó ta.
Kaawajá i'michari Mapiyiwi. Unká rema'lacha rijló kemakana.
Iká penaje ne'jichá a'pitaje, e nakuwicho ta junapi brasilerona.
E ta necho'chó “kuru kuru” tapujlú najwa'té junápeje.
- Naje pa'pita wajwa'té nuwarúwa'a?
Ñaké we'maká kajrú lanawaruna maárowa. Apala rinó piká. Pácho'o:
- Unká, iná'uké iká a'pitaño.
E ta ra'pichiya. Rikachiyo najwa'té.
Metanaje ta mijyu a'jnaya ke lánawaru ta.
E ta nemicha: “ilé lánawaru ta piña'o” ke nemíchaka.
E ta riwapicha mapeja riwapuwa.
E ta lánawaru ta jecho'o rinakojé a'jná ño'jó. E rinóchaka ta riká. “muulu muulu”.
- Me chau wani. Meke wala'jika ?
E ta brasilerona ta jeño'cha pe'iyojó a'jná ño'jó.
Júpichami ja'ochaka ta mijyu a'jná ño'jó. Amichari e jo'ó kaja tamijimi i'michaka.
Ramíchaka ta maároya ke rimami la'jo chajochari “chaju chaju chaju” sujwí junápeje.
E napi'chó. E nemicha:
- Unká paala nuwarúwa'a, kaja i'makale numá i'maká iwapaniña jupejé.
E numá rijló i'maká: “a'pitaniya”
Meke wani ta wala'jika? Ilé kaje numá ijló pa'pitaniya.
Muní wamájika. Wapúra'jiko rile'jé ja'kuna nakú, wenótachi riká ta.
Iká penaje na'chó ta tupájuma ja'pejé. Iká penaje ta naki'cha yawi junápeje e na'chá rimukuta.
Iká penaje ta yawi akiña'a “joo joo”. Metanajemi ta ajopana ta a'ño nekó a'jná ño'jó. E nacho'chó a'jná ño'jó ke nachipúki'chaka ta rawa'á.
Kaja ewaja unká rácho'olacho ta. E napachiya piño yawi ta.
Muní ke “tijiji uujuju” rika'kana.
Riká ne'michaka riká penaje ta, nemíchaka.- riká ta ka'jná.
Riká penaje ta nenóchaka karawina chiyá jita.
Ajá! Ne'michá. E kaja nenocha riká. E nachira'chiya ritami ta te'rí pe'iyojó.
E marí ke riwó ta ke.
E nawapicha riwó ta. Amichari támijimi to'charo riwo ta chu. E meketana waphereka. E pu'ware ama're.
“Marí iká”.
Kaja naji'chaka riká. E nali'chaka ataul, rakujna, kaichama. Iká chojé naji'chá ritami.
“Unká meke wala'lá”.
Kaí keja ne'michá júpija. Maarejéchami kaja ripi'chako ta. Ja'pichari aijí ke iphíchari. Rupulapena wa'té rinakojó. Maarejéchami riwaicha cha'pá iná'uké rijwa'tó. Kaí kaja ne'jichaka.
Maarejéchami mékeka chapujeri ! Nemicha rijló: “marí ke piyajaló la'ká maare. Kajrú ruyuwera'taka rupulapena wa'té, pejena!
Unká ra'lacha rinakojó.
Maarejéchami riwá'ichaka cha'pá iná'uké rijwa'tó. Ka ikaja ne'jichá.
I'jichari rejoja kaja piño. Kaja ñakeja ri'jichaka jápaje tephé ejó jita kaje la'jé vender.
Ka-wajá rapáña'icha ta keleruna riwa'ichaje ta rijwa'tó.
Kaí kaja ne'michaka rewá, unká iná we'pila.
Maáreya kaja nephicha i'michaka. E nemicha piño rijló: - Marí ke piyajaló la'ká maare.
Kajrú piyajaló yuwera'taka rupulapena riká akú rojñáchiya neká rakú. Marí ke rula'ká neká.
- Aa! Ilé ke ka'jná iká nemá nakú !?
Júpichami rimíchaka rojló.
- Marí ke ka'jná piyukuna! Manaí ja chi piká nupechu nakú.
Marí kaje aú piyuwera'ta kajrú pilapona ta. Kaja piyuwera'taka nojena ta, kajrú najñataka piká rakú. E raki'cha ta ruká e naka'kicho. Iká penaje ta ripachiya ruká “te te te”. Kajrú riña'chiyaka ta mata'no ruká. Maarejéchami rumíchaka:
- Ke jo'ó riká, Keyako, kaja pimá nuká ta manaí pechuri, wajini ajñataka nupulapena mawiru jakú. Unká me kalé nula'á numanaicho nupulapena wa'té.
Nuká jo'ó wakára'ri mawiru ta'kana. Wajini ajní ño'jó ke pichira'kó ta a'pona pimawirune ta a'picho unká piká yurilo marí kaje ja'pejé. Pila'á pinakuwa.
Ajní ño'jó ke pichira'kó ta a'pona nuwakára'a yuwiya ta'ká mawiru penaje. Iká ne'má yukuna pijló.
Iká nu'má yukuna najló ne'jnákaloje nakaji nakú ya'jó nujwa'té.
Unká nojñatakana neká rakú penaje kalé.
Unká me la'jé nula'á numanaicho najwa'té penaje pema'á yukuna.
Kaja pi'michá nojló riyukuna, kaja i'makale numá pijló Keyako: marí keja nu'majika chuwa, kaja nuká ta manai péchuji pi'makare nakú.
Wajé ka'jná piwá'je nopumi choje peyajwenina unká marí kalé i'majika !
E pajñataje pikó riká. Unká ajñálaje piyuke i'majika!
Unká meke rimalacha.
E ne'michá ñaké júpija. Ka-wajá júpichami ru'jichá mená e'iyajé. E ruphicha, rumicha keyakojlo.
- Maare nomicha. Meke pila'jika kele pimawirune a'jnare. Chuwa ta pita'ja riká, pita'a riká nu'rachi pijwa'té riká kaja penaje, Keyako.
Pi'má ta chi palá pejena wa'té. Ño'peni nomíchaka riká. Marí kaje aú rimicha:
- Kaja i'makale numá ijló.
Apakala ka'jná ita'a wajló riká.
- Ñaké iká.
Muní ke rajíchaka rikakuwá e muní ke ri'jichá rejena nayukupereji.
“Eko muní ñakeji i'majika.” Marí ke rimíchaka najló iná ñaké.
E kaja muní ke nachi'yaka mawiru.
Rejéchami nephíchaka.
Maarejéchami rajalákichaka neká.
- Kaja i'makale nupajára'a mará la'kaji.
- Ñaké iká.
Kajrú napuri'chako ta.
E rimicha ta: « kaja iphicha nojena.”
Ejéchami riwakári'cha najñaka wa'lako. E rajaláicha neká. Eta ra'chá najló rimawirune.
E ka iká ne'richaka mawiru. E ta riya'chiyá ipatú najló ke riwakári'cha narápa'ka.
- Ñaké iká.
E kaja na'picha luma'lá arapa'je.
E ñaké ru'jichaka mawiru ira'jé re'iyoja ramochiyaje ta ! Riká ñaké ruji'chaka riká! Kaja ripechu i'michá ewá: “nutaka'jika”.
E kaja ñaké maukecha ru'michaka.
Ejéchami nephíchaka mawiru ya'takana ja'pejé. Riya'chiyá ejéchami riñapáchiya riká.
Ejéchami ruwá'icha inaánajlo.
E ne'jichá mawiru chaje kalé pheñawilá wa'ké inaánajlo naka'loje nanuma piyuke.
Kéchami ñaké kaja penaje.
Ejéchami rócha'ko kuya ja'pejé marí ke ñópo'jloka.
“Ajá!” Rumíchaka. “ñaké iká Keyako” ke rumíchaka. Chuwa pako'o nojló marí choje nuyujure yami jalami ta nura'chi pijwa'té riká.
Kaja penaje nuyujuri yami.
Marí choje pako'o nojló pu'té riká choje!
E rako'chá pu'té richojé.
E ruri'cha riká: “ku ku”.
Re ruñapáchiya riká. E rumicha: “pako'o piño nojló pu'té piño nu'rachika riká.”
E rumicha:
- Kaja chuwa.
Kaja nu'richá nuyujure námina jalá ta, wajini ka pimaká nakú marí ke nojñataka nupulapena ta rakú.
Chuwa ka'jná piwa'jika ajupana, unká ajñálaje rupulapena.
Marí ejomi ka'jná piwá'je, e mana'ija nuká ta kalé pimaná nakú manaí pechuru.
Kaí kaja rupi'chako a'jná ño'jó.
Ejéchami na'píchaka arápa'je. Ñaké maare ke japa kuwichako.
Iká penaje ta piyuke ru'micha ji'chako.
Ma'ta riká e ro'chá rukakuwá riká.
E ro'chá rukakuja e'iyajé riká. Ika'ta iká kojlocharo rowó choje i'michaka. Puini ka'jná japa ru'richa ma'pami.
E ka keja marí kéchami ru'michaka e ru'micha lapichami ñaké ro'pichaka ruminano la'jé.
Ejéchami rumíchaka: yuwiyami nula'á ke'iyajupa kaja penaje ijwa'té ke'iyajupa.
Yuwiyami, kaja nuká ta kaja wa'jini ajñataka iká maare pe'wé mawirune nakú ke kaja naukataka nuká.
Kaja i'makale pe'wé ika'chiyakami nuwilá i'maká. Penájemi ta nuká yuwiya la'i ke'iyajupa ijwa'té kaja penaje. Marí kaje aú ka'jná pe'wé wa'taje ijluwá mayujureru, unká ajñálaje i'majika. Nuká ta kalé manaí pechuru ri'maká, wa'jini rika'chiyaje wilá kajrú ri'maká.
E ro'picha. Ru'jichá rumara. Marí kaje jimaje ru'jichá, e kaja ruyuricha rumaro ña'kana, iká penaje ta ro'chako “uma”. A'jná ño'jó pajimó e ruyicha.
E ta nácho'chiya ruká, napechu i'michá ruyuweichakochi. E ta nácho'chiya jamaka choje ruká. Ejéchami jupejeno i'purelaru ta maja'kichako rowó choje.
Ejéchami ruchilaichako “cho cho cho”.
Ejéchami namíchaka rájo'chako ta chu'chú ke kaja jareni ipurelaru ta i'michaka.
Ejéchami nemicha:
- Meke? Unká chi nakaji kalé japa ka kalé rojicha. Meke ka'jná kají kaje?
Ejéchami namíchaka tamijimi to'kó.
E kaja rokuru. Na paja ruí i'michaka? Kujipuju.
- Yee! Meke chau wani noyani ajñáchiya na paja kuna!
Unká iná'ukélari ta pachá rajñáchiya riká iká rutaka'a nakú.
- Ajá! Roma'atare palá runuma chuwá kuna. Keyako kemíchaka:
Iká penaje ta jupejeno rowiyo'chaka.
Re kaja penaje ruchilaki'cha ichó iká.
Jimaje ta “tara tara” rupechu kapíchako.
Jaí! Ke rokumi kemíchaka. Meke chau wani nuyaní micholo kapíchata rokó!
Unká iná'ukélari ta pachá, nuyaní micholo kapíchata rokó puini aú!
Ejéchami rimíchaka ta: “kaja wani chi nuyaní jaló kapicháchiya rokó?”
E ramicha. Kaja maapami ke rupechu kapíchako. Amari kaja ma'pami rupechu kapíchako.
E upejeno riká. Aú yuchatano Keyako ta.
- Aa! Iki'i wani nuyaní jaló micholo kapíchata rokó, unká iná'uké la'runa ta pachá!
Wa'jini ne'majika nojló i'majika:
“Marí ke piyajaló la'ká ruyuwera'taka rupula'pena kéchami rojñataka neká rakú.”
Marí kaje aú nujápichami nuñaike jaló micholo nakú i'maká. Penaje kapichatayo rokó ripachá i'maká.
Aa! Maare ke ñakeji i'majika.
E ta ra'chó ta wejrukú ja'pejé. Maárejena wakapichajo ijwa'té. Marí ke i'makáloje penaje.
Marí ke ili'chá nujwa'tejeru i'maká, chuwá nujwa'tejena kapicha ta rokó, ipacha ta iká.
E ta rácho'o ta rejena noje.
“Aa! Meka penaje pila'á marí ke? »
Iká penaje iná'uké ta iíchako “chirí chirí” a'jná ño'jó.
“Iñaato ka'jnó!”
E kaja ra'pichata nanaku piyuke a'jná ño'jó.
Marí kaje ejena arápa'kaje tajichó jenaji ke, las doce ejenaja. Ka-wajá racho'chota.
« E meke chau wani!”
Maarejéchami kaja ra'chako iyaje.
Ili'chá riminano: “nu'rí jaló!”.
Ka-wajá riwakári'cha ajopana rejénajlo riyukuna. Neká i'jichaño naminano la'jé rijwa'té.
E kajrú naki'chaka riká.
Maáreje rukapicha ta rokó i'maká. Rujwa'té ri'rí i'má Yajwá, apú i'mari Yatelá.
Iyama ruyani i'maka ejéchami rukapi'chako ronoka rokó.
Ka-wajá júpichami rimichata rejénajlo:
- Numájika keja nu'majika. Unká na palamani kaje nu'maká chau kaje ja'piyá. Maárowa i'majikeja, i'majika marí chau kaje ja'piyana, kéchami ko ila'á chapú kaje maárowa, kaja unká nu'malaje maárowa.
Maáreya kaja ri'jichá ta i'michaka. Marí kaje aú riwá'icha ta pau kele kamejeya nakíyana, weji kele ka'jná. Jupichiyana, ñaké kaja. Me kele ka'jná? Weji kele ka'jná jupichiyana.
Reyá mera'ñana ta pajluwa te'e kele. Kaja neká jwa'té, kaja riwitúka'ta piyuke riwitúka'chiyaka ta, rikumuné ta wa'tó ají ke tephé nakojé.
Ají ke iphíchari mamú ñakaró ja'pejé. Mamú ñakaró ja'pí kepe.
E rimicha ta:
- Ñaké iká nojena. Unká meke wala'lá. Maare waka'je pheñawilá michuna le'jepelami.
Unká me ño'jó nuña'lá ñakeji. Maawá wayurí kamu'jí kaje wanakiyo, maárejena.
Ra'ochiyá rikumuné ta kepe nakojé e ra'chó lajuwaji maná la'jé. Kaja wajá na'picha machiwari arápa'je. Ja'ochiya ta rikumuné ta kepe nakojé e riwá'icha ta rinaku « ti ti ti ».
Rejéchami ra'píchaka pupura jarápa'je ke nakojé: “jaiyu jaiyu riyarema, ripinaka wawi pukuuru, rilaneya rilaneya.
Riyarema kuwai ai yauije wauye waika jiwani. Jikuyaini wauche”
Atá najme'chiya ejena. Marí kaje ejéchami nakamáchiyo.
Ejomi kaja na'pichata to'chomi rikumuné ta. Rewaja ají ke i'jichaka tephé ejó jápaje.
E ri'michá pajluwaja jarechí kétana rewíña'o najwa'té.
Júpija ne'michaka ta.
Unká rimalacha ta kele nakauna riwa'akarena rijwa'tó i'maká: “chuwá wapa'jiko”.
Mapeja rapáña'ichaka ta neká rewá. Mékeleja pi'chaño rijwa'té i'michaka.
Wakajé iká i'maká, wakajé cha'pá rewaka pheñawilá michuna i'maká, neká yuriño rewaja tephé nakojé i'maká brasilerona eyá i'maká.
Jupichiyana, mera'ñana ta kajena, neká penajenami neká yuriño rewaja i'maká. Neká penajenami e jo'ó kaja rewá, e jo'ó kaja ne'maká, unká iná we'pila.
Brasilerona pura'kó chu ka'jná napura'ó ta me'tení rewá e jo'ó kaja neká. Ne'maká ajopana kemaká.
Na paja rií iná'tana chuwá ? Weka'na ne'maká. Rewaja nale'jé pají marowaji kaje.
Re kaja tablon nale'jé, kumu nale'jé putenaji nale'jé piyuke rewaja. Marí kaja nala'ká jápakaji rewá. E jo'ó kaja neká yukunana tephé ejó.
Marí kaje ejomi ripa'ota ají ke iphari piño rejo riñakarela ejó Weminare ejó. Ka-wajá i'má ta júpija piño, júpija najwa'té. Kaí kaja riwitúichaka mamú ñakaró e rili'chá riñakare i'michaka.
E rapocha ejéchami kaja riwitú-ichaka kawakajo. E rikamáchiyo. Meke ka'jná nala'ká? Nalejñaka ka'jná riká tapú nakú.
Iká penaje ta mirawa'a ta iphá i'maká, iphá nakú i'maká. Amari rakuwa'ko i'maká, ña'ji rinakú. Rejéchami raphoka.
Mere wani ta rila'jika? Marí kaje aú nawa'á “pijrú” riká jita choje. E kaja najicha iká ta a'jná ño'jó.
Unká nawe’ilá me ño'jó naña'á i'maká. Najñaka ka'jná i'maká. Meke ka'jná i'maká? Ne'iyajo ka'jná nawa'á i'maká. Marí kaje riká, chuchú michú Keyako michú e'ló i'maká.
Maarejéchami kaja riyaninami Yajwá kéchami Yatelá, neká.
Yatelá yanikana ka'jná ne'maká yenojó chi'ná. Neká tamakaño i'maká Gonzalo chi'ná penaje.
Kuwínuma, Kewají re'wé i'maká. Kuwínuma i'rí ka'jná i'michari chuchú michú Jiyapikamari. Jiyapikamari i'rí i'michari Chapune, apú i'rí i'michari Mayuché. Mayuché i'rí i'michari piño Mapapiwaka, peji, re'weló i'michari Periwelo, i'michari Jinapikanare ja'pejé najmeremi Wapirami michú, re'weló i'michari Yachinami, Akutí yajalo.
Mapapiwaka i'rí i'mari Kewají, Kuya'la, Chapuke'e najmeremi i'maká. Ne'weló i'mayo Yukuwelo. Najmelomi i'michari kaja penaje Namáchiko. Ri'rimi riká Gonzalo. Maárejecha neká, me'tení yanimami.
Eyá rejénami, nakauna kají jarechina, chapune kajena. Gonzalo nakíyana neká.
Eyá kaja Yajwá yaní, ne'michaka Kapa'umi, Wajacha, riká yaní i'mari Kawaní, Kawaní i'mari peji, iká ja'pejé Makapi michú. Ja'pejé Junijima michú. Ala'uma i'rí i'mari piño Kapa'umi. Ri'rí ka'jná i'mari Ala'uma. Ri'rimi Peluru Pedro. Kuchipana, peji, ja'pejé ka'jná Peluru. Ja'pejé ka'jná Kati. Ja'pejé ka'jná Chají.
Maáreje ritajicho. Maáreje kétana riyukuna.
Malawichure avait un fils qui s’appelait Kuwínuma.
Le fils de celui-ci s’appelait Keyako, mon ancêtre. Ils vivaient avec leurs frères (classificatoires).
Où pouvaient-ils bien vivre ? Je ne sais pas.
Peut-être à Weminare ou à Mañawire.
Je pense que Keyako vivait à Weminare.
Ainsi vivait-il avec ses frères qui étaient très nombreux.
Il leur donnait de l’alcool d’ananas pour se soûler.
Ainsi vivaient-ils. C’était lui le chef de maloca.
Il avait une femme qui était matapi.
Elle s’appelait Wajemi. Avec lui vivaient les petits enfants des Matapi.
De cette façon, il pouvait faire des canoës, des bateaux. C’est cela qu’il transportait avec ses compagnons.
Il allait les offrir là-bas à Teffé. Il allait vendre des bateaux. « Patelon », nous les appelons dans notre langue.
En contrepartie, il prenait des outils : des ciseaux à bois, des vilebrequins, des herminettes. Il emportait toutes sortes d’outils et même des clous.
Il restait longtemps : huit mois à travailler là-bas.
Ensuite ils rentraient à rames. Ils arrivaient chez eux, puis restaient à nouveau un moment.
Il faisait un nouveau bateau et il emmenait cinq personnes avec lui.
L’un de ses affins matapi se nommait Mapiyejiwi.
Il les accompagna.
Ils arrivèrent à nouveau à Teffé.
Et il offrit encore un bateau.
En échange, il emportait des vêtements pour ses femmes, des choses comme des couteaux.
Plus tard, les Brésiliens dirent :
- Bon, mon partenaire. Cet étranger qui t’accompagne, dis-lui bien de ne pas se baigner. Il y a beaucoup de crocodiles par ici.
Ils tuent les gens de manière imprévisible.
Comme nous les connaissons bien, nous pouvons nous jouer d’eux.
Mais lui, il ne peut pas se baigner. Il ne peut que se verser de l’eau avec un récipient.
- Bien, leur dit-il.
Ensuite ils allèrent travailler.
A midi, les Brésiliens rentrèrent.
Ils se laissaient flotter.
Ils se baignaient et plongeaient pour s’amuser.
Ils s’attrapaient les uns les autres.
Plus tard, ils entendirent « u’ujuu u’ujuu ».
L’un des crocodiles avait submergé d’un coup. Apparaissait à la surface une brassée entière de sa grandeur. C’est alors qu’il se précipita vers eux.
Ils le connaissaient bien, alors ils plongèrent sous l’eau, surgirent, courraient devant de lui, et sortaient.
« He he he !” riaient-ils. Plusieurs fois, ils sortirent lentement.
Après cela Mapiyiwi désobéit.
Ils allèrent se baigner, se laissèrent flotter.
Ils courraient, se jetaient à l’eau, et il fit de même.
- Pourquoi te baignes-tu avec nous mon partenaire ?
Nous t’avons dis qu’il y a beaucoup de crocodiles par ici. Ils peuvent te tuer. Sorts de là !
- Non, vous vous baignez bien vous !
Alors il se baigna et joua avec eux.
Plus tard, fit surface un crocodile un peu plus loin.
Alors ils s’écrièrent : « Un crocodile ! Sauves-toi ! »
Il nagea vers la rive.
Le crocodile se précipita vers lui, et le tua « muulu muulu ».
- Quel malheur ! Qu’allons nous faire ?
Alors les Brésiliens sautèrent à terre. Puis il surgit à nouveau au loin.
Ils le virent avec le corps entre les dents. On ne voyait plus que la pointe des pieds qui bougeaient encore.
Puis il disparut sous l’eau.
Ils rentrèrent et dirent :
- Quelle tristesse, mon partenaire ! Je lui avais pourtant dit de ne pas ne pas nager.
Je lui avais dit : “Ne te baigne pas !”
Que pouvons-nous faire ?
Demain, nous allons le venger et tuer ce crocodile.
Ils prirent une ficelle, attachèrent un chien et le jetèrent à l’eau.
Le chien aboyait. Un peu plus tard, les autres crocodiles se mirent à le regarder. Ils sortaient, rodaient à proximité.
Mais il ne sortait pas. Alors ils reprirent le chien.
Le lendemain « tijiji u’ujuju ».
- Ce doit être lui, dirent-ils. - C’est lui !
Et ils le tuèrent à la carabine.
Ils allèrent le chercher en canoë. Ils l’avaient vraiment tué. Ils tirèrent son corps à terre.
Son ventre était énorme.
Ils lui ouvrirent le ventre, et virent que son corps était étendu dedans. Il avait été réduit de moitié. Cela sentait mauvais.
“C’est lui”.
Ils l’emmenèrent. Ils firent un cercueil et creusèrent un trou. Puis ils le mirent dedans.
“Nous ne pouvons rien faire”.
Plus tard, ils rentrèrent. Ils firent un long voyage en canoë. Enfin ils arrivèrent.
Et là quel ragot ! On lui dit : « Voilà comment se conduit ta femme ici. Elle soûle beaucoup ses beaux-frères et tes frères !
Il ne fit pas attention.
Ensuite il prit beaucoup de gens avec lui. Et ils s’en allèrent.
Il retourna à Teffé. Et il les fit travailler de la même manière pour fabriquer des canoës et les vendre.
Pour finir, il partit sans même avertir ses compagnons.
Ils restèrent là-bas, sans que l’on ne sache plus rien d’eux.
Là ils arrivèrent. On lui dit à nouveau : - Voilà comment ta femme se conduit ici.
Elle fait beaucoup boire ses beaux-frères et absorbe leur semence. Ainsi se conduit-elle.
- Oh ! Serait-ce comme ils disent !?
Plus tard, il dit à sa femme:
- Est-ce vrai ce qu’on raconte à ton sujet ? Je crois que tu es devenue folle.
Tu fais boire tes amants ! Tu soûles mes frères pour qu’ils te fassent l’amour [mangent]. Il la disputa alors ils se querellèrent. Puis il l’attrapa et la rua de coups. Il la battit tellement qu’il l’avait ouvert. Après cela, elle dit :
- Eh bien, Keyako, tu dis que je ne me gène pas pour avoir des relations sexuelles avec mes beaux-frères en prenant le guarapo. Mais je n’ai jamais été aussi insouciante avec mes beaux-frères.
Oui, c’est bien moi qui ai demandé de râper les ananas. Parce que pendant que tu te promènes là-bas, tes ananas se perdent comme si tu n’en avais pas la responsabilité. Tu n’en fais qu’à ta guise !
Pendant ton absence, je demande donc à mes beaux-frères de râper le manioc. Voilà l’histoire dont ils t’ont parlé.
Voilà pourquoi je leur ai dit de venir s’asseoir avec moi pour prendre le guarapo.
Ce n’ai pas pour avoir des relations avec eux.
Comment pourrais-je être aussi insouciante pour que tu entendes une telle histoire?
Maintenant que tu m’as dit cela, Keyako, dorénavant, je serais vraiment folle.
Peut-être me trouveras-tu rapidement une remplaçante, plus forte et qui ne soit pas aussi dévergondée !
En plus, tu seras le seul à lui faire l’amour. Tout le monde ne lui passera pas dessus!
Il n’eut rien à répondre.
Et ils vécurent ainsi un moment. Pour finir, elle alla au jardin. Après être rentrée, elle dit à Keyako :
- J’en ai vu beaucoup. Que vas-tu faire avec tes ananas qui sont là-bas. Râpe-les dès maintenant, que je puisse en boire avec toi une dernière fois.
Dis-le bien à tes frères. J’en ai vu beaucoup. Alors il dit :
- Voici la raison pour laquelle je vous parle:
Après-demain, vous allez nous en râper.
- D’accord.
Le lendemain, il fit de la coca, et le surlendemain il alla inviter formellement ses frères.
“Ce sera demain”annonça-t-il.
Le jour suivant, ils râpèrent les ananas.
Puis ils arrivèrent.
Là il les salua.
- Ainsi ai-je écrasé cette préparation d’ananas.
- Bien.
Ils parlèrent beaucoup.
Et il leur dit : « Vous êtes venu, mes frères. »
Puis il leur demanda de manger le tucupi. Et elle les salua. Puis il leur offrit son guarapo.
Alors ils le burent. Et il leur offrit la coca pour les faire danser.
- Bien.
Ils se mirent à danser le luma’la [danse du guarapo].
Et elle alla boire directement l’ananas de là où il avait fermenté ! C’est ainsi qu’elle en retirait ! Déjà elle pensait : « Je vais me tuer ».
Alors elle était soûle.
Ensuite ils arrivèrent pour l’offre de guarapo. Ils terminèrent [de boire].
Ensuite elle appela les femmes.
Et elles allèrent au dessus du guarapo, ainsi les anciens appelaient les femmes pour qu’elles s’en jettent toutes dans la bouche.
Après cela, c’était fini.
Elle sortit une calebasse de cette grandeur.
“Vas-y!” dit-elle. Sers-moi là-dedans l’excédent de folie qu’il me reste, que je puisse la boire avec toi !
Ce sera la dernière fois!
Remplis-moi cela bien jusque-là!
Et il remplit complètement.
Elle le but: ‘glouglou’
Elle le finit. Et elle dit : « Rempli-moi à nouveau, que je puisse encore en boire. »
Puis elle dit:
- Maintenant, c’est bon.
J’ai bu ce qu’il me restait d’insouciance, tant tu dis que je couche avec (mange) mes frères !
Maintenant tu vas pouvoir en prendre une autre qui ne se tapera pas ses beaux-frères.
C’est peut-être ainsi que tu feras après avoir dit que j’étais insouciante.
Puis elle repartit.
Après ils continuèrent à danser. Le curare japa était accroché là.
Elle alla tout prendre.
Elle l’arracha et se le jeta dans les joues.
Elle le mâcha avec sa coca. Cela se mélangea dans son ventre. Très toxique devait être le curare qu’elle avait pris.
Plus tard, en pleine nuit, elle continua de danser en pleurant.
Puis elle dit: « Beaux-frères, je danse avec vous pour la dernière fois.
C’est moi, beaux-frères, que l’on accuse de coucher tout le temps avec vous ici en buvant le guarapo de votre frère.
C’est pour cela que votre frère m’a frappée à la tête. Alors, beaux-frères, c’est la dernière fois que je danse avec vous. Ainsi votre frère pourra-t-il prendre une femme irréprochable, qui ne couchera pas. Moi je suis folle, dit-il, alors il m’a beaucoup frappée à la tête.
Elle continua [de danser] et se mit à chanter. Puis elle arrêta de chanter, et se mit à pleurer. Elle s’effondra sur le sol de la maloca, en larmes.
Ils la relevèrent en pensant qu’elle était seulement soûle. Ils la mirent dans un hamac. Puis elle cria, le poison agissait (pourrissait) dans son ventre.
Ensuite elle vomit
Ils virent qu’il sortait comme du lait, le poison était tout blanc.
Alors ils dirent:
- Qu’est-ce que c’est? Ne serait-ce pas du curare qu’elle aurait pris ? Qu’est-ce que cela peut-être ?
Puis ils observèrent son corps allongé.
Alors sa tante (maternelle) [s’exclama]. Quel était son nom déjà? Kujipuju.
- Oh! Quel malheur que ma petite ait mangé je ne sais quel barbasco [poison piscicide] !
C’est la faute de ces êtres inhumains si elle a mangé ce qui la fait mourir.
- Allez-y! Qu’elle recrache bien le barbasco !
Là elle cria encore.
Enfin elle vomit une dernière fois.
Elle agonisa, et sa pensée s’éteignit.
- Oh! s’écria sa tante. Quel grand malheur que feu mon enfant se soit tuée !
C’est la faute de ces mauvais individus, si mon enfant s’est empoisonnée !
Ensuite il dit: “Est-ce vrai que la mère de mes enfants s’est tuée ? »
Il regarda. Cela faisait un moment que sa pensée était morte. Il vit que sa pensée n’était plus.
Keyako tomba en sanglots. Puis il se mit en colère.
- Quel grand malheur que la mère de mes enfants se soit tuée à cause de ces mauvais individus !
Toujours ils me disaient :
« Ta femme fait boire tes frères pour coucher avec eux »
C’est pourquoi j’ai frappé la mère de mes enfants. Elle s’est donc tuée à cause d’eux.
Ah! Voilà ce qui s’est passé !
Et il prit sa lance. Désormais nous allons nous entretuer avec vous. Voilà ce qui devait arriver.
Ainsi avez-vous traité ma compagne, alors maintenant qu’elle s’est tuée, c’est votre faute. »
Il courut après ses frères pour les tuer.
“Ah! Comment avez-vous pu faire ça?
Et les gens s’enfuirent au loin.
“Fuyez donc!”
Il les poursuivait tous dans une direction.
Ainsi, les danses se terminèrent là, vers minuit. Puis il sortit
“Quel grand malheur!”
Ensuite il se mit à pleurer.
Il sanglotait: “Mère de mon enfant!”
Puis il fit aviser ses autres frères. Ils vinrent pleurer avec lui.
Ils le disputèrent beaucoup.
Ainsi s’était tuée leur tante. Avec elle, l’un de ses fils s’appelait Yajwá, l’autre s’appelait Yatelá.
Deux fils avait-elle eu avant de se tuer.
Pour finir, il dit à ses frères.
“Je vais vivre comme je dirai. Je ne peux pas vivre avec ce deuil, sous un tel malheur. Restez ici sous ce malheur et faites en le deuil, mais moi je ne vais pas rester ici.
A partir de là, il s’en alla. Il prit avec lui trois ou quatre Yucuna. Et de même pour les Matapi. Combien a-t-il pu en prendre ? Peut-être trois Matapi.
Et des Miraña, il en pris cinq. Avec eux, il descendit tout, même son manguaré [paire de xylophones] pour aller jusqu’à Teffé.
Ainsi arrivèrent-ils sur les plages du Tequendama.
Et il dit:
- C’est ainsi, mes frères. Nous ne pouvons rien faire. Ici allons nous laisser les affaires des anciens.
Je ne peux pas les emporter. Ici resterons-nous pour passer le deuil entre nous.
Il installa son manguaré sur la plage et il prépara chamaniquement les plumes. Puis ils dansèrent machiwari. Il sortit son manguaré et en joua « ti ti ti ».
A partir de là, il poursuivit en dansant le pupura : “Jaiyu jaiyu riyarema, ripinaka wawi pukuuru, rilaneya rilaneya.
Riyarema kuwai ai yauije wauye waika jiwani. Jikuyaini wauche”
Ainsi virent-ils le jour se lever. Puis ils allèrent dormir.
Ensuite ils partirent en abandonnant le manguaré. Il alla travaillé à Teffé.
Il resta un an avec eux.
Ils vécurent ainsi un bon moment.
Mais il ne dit pas à ceux qui étaient avec lui: “Maintenant rentrons”
Il les abandonna là-bas. Quelques-uns seulement rentrèrent avec lui.
C’était il y a longtemps, et ce jour-là beaucoup d’ancêtres restèrent là-bas, vers Teffé, chez les Brésiliens,
Même des Matapi et des Miraña restèrent là-bas. Les gens disent qu’ils y sont encore, mais on ne sais pas.
Là-bas, ils parlent peut-être le brésilien aujourd’hui. Certains disent qu’ils y sont encore.
Quel est le nom de cette rivière déjà ? Weka'na disent-ils. Là-bas ils auraient les même malocas qu’ici.
Ils auraient également des planches à rythmes, manguarés, plumages, etc. Comme ils travaillaient là-bas, il y a peut-être encore des Yucuna à Teffé.
C’est ainsi qu’il rentra et arriva chez lui à Weminare. Il resta encore un long moment là-bas avec eux. Puis il redescendit au Tequendama et y fit un abri.
Puis il se leva pour descendre plus bas. Et il se rendormit. Qu’avaient-ils pu lui faire ? Sans doute lui avaient-ils jeter un sort pour le faire dormir.
Là arrivèrent des Mirabaras auprès de lui. Ils le virent suspendu [dans son hamac] et le saisirent. Là, il se réveilla.
Que pouvait-il faire? Alors ils le prirent et le jetèrent dans leur bateau. Puis ils l’emportèrent.
Personne ne sait où ils l’emmenèrent. Sans doute qu’ils le mangèrent. On ne sait pas exactement comment cela s’est passé. C’est alors que disparu feu notre ancêtre Keyako.
Après il y eut ses enfants Yajwá puis Yatelá.
Les descendants de Yatelá sont probablement les ancêtres qui vécurent en aval. Ce sont eux qui se sont divisés pour devenir les ancêtres de Gonzalo.
Il y avait alors Kuwínuma, le frère ainé de Kewají. Le fils de Kuwínuma était probablement Jiyapikamari. Le fils de Jiyapikamari était Chapune, et son autre fils était Mayuché. Le fils de Mayuché était Mapapiwaka, l’ainé, et sa sœur ainée Periwelo, après eux, il y avait Jinapikanare et leur cadet Wapirami dont la sœur s’appelait Yachinami, la femme d’Akutí [Agustin Je’rúriwa].
Les fils de Mapapiwaka étaient Kewají Kuya'la, et Chapuke'e leur cadet. Leur sœur aînée était Yukuwelo. La cadette était Namáchiko. Gonzalo est son fils. C’est de là que descendent ses enfants de maintenant.
Ensuit il y a ses autres frères, les Jarechina [gens de l’été], du groupe de Chapune. Ils sont consanguins de Gonzalo.
Enfin il y a les descendants de Yajwá qui étaient Kapa'umi et Wajacha, dont les enfants étaient Kawaní, l’aîné, puis feu Makapi. Ensuite il y avait feu Junijima. Le fils de Ala’uma était aussi Kapa'umi. Et son fils était sans doute aussi Ala’uma. Son fils était Pedro. Kuchipana devait être l’aîné et Pedro le cadet. Ensuite il y avait peut-être Kati, suivit probablement de Chají.
Cela se termine là. Ici s’achève cette histoire.
S1 stop
Malawichure i'rí i'michari Kuwínuma.

Malawichure avait un fils qui s’appelait Kuwínuma.

S2 stop
I'rí i'michari Keyako, chuchú michú Keyako. Neká i'michari rejena wa'té.

Le fils de celui-ci s’appelait Keyako, mon ancêtre. Ils vivaient avec leurs frères (classificatoires).

S3 stop
Mere paja? Unká nuwe'pila.

Où pouvaient-ils bien vivre ? Je ne sais pas.

S4 stop
Weminare, Mañawire ka'jná.

Peut-être à Weminare ou à Mañawire.

S5 stop
Weminare nuwe'pí Keyako i'michá.

Je pense que Keyako vivait à Weminare.

S6 stop
Riká i'michari rejena wa'té, e kajrú iki'na rejena, neká wa'té ri'michá.

Ainsi vivait-il avec ses frères qui étaient très nombreux.

S7 stop
Re riyuwerachiya neká mawiru nakú.

Il leur donnait de l’alcool d’ananas pour se soûler.

S8 stop
Marí kaje wa'té ne'michá. Ne'wakana ri'michaka.

Ainsi vivaient-ils. C’était lui le chef de maloca.

S9 stop
Re riyajalo i'michá jupichiyajalo.

Il avait une femme qui était matapi.

S10 stop
Wajemi ruí i'michaka jupichiyajalo. Ruká i'michayo rijwa'té jupichiya yaikana.

Elle s’appelait Wajemi. Avec lui vivaient les petits enfants des Matapi.

S11 stop
Marí kaje aú rili'chá jita. Kajrú rili'chá jita, bote. Riká riji'chá la'jé rijwa'téjena wa'té.

De cette façon, il pouvait faire des canoës, des bateaux. C’est cela qu’il transportait avec ses compagnons.

S12 stop
Riji'chá ají ke ra'je tephé nakojé. Ri'jichá rila'jé vender. Bote riká la'jé vender. Patelon rií wapura'kó chu.

Il allait les offrir là-bas à Teffé. Il allait vendre des bateaux. « Patelon », nous les appelons dans notre langue.

S13 stop
Riká wemí riji'chá heramienta: tachira, peruma, jita ipajona, pakoro a'tami kele. Piyukeja riji'chá pejuwa, itapuwa kajena.

En contrepartie, il prenait des outils : des ciseaux à bois, des vilebrequins, des herminettes. Il emportait toutes sortes d’outils et même des clous.

S14 stop
Re jupi i'michaka ta ocho mese kétana rijápicha rewá.

Il restait longtemps : huit mois à travailler là-bas.

S15 stop
Rejechaja napi'chako wechi aú ta. Nephicha nañakaré ejó. E ri'michá piño.

Ensuite ils rentraient à rames. Ils arrivaient chez eux, puis restaient à nouveau un moment.

S16 stop
Rili'chá piño apú jita. Maarejéchami riwá'icha pajluwa te'e kele iná'uké rijwa'tó.

Il faisait un nouveau bateau et il emmenait cinq personnes avec lui.

S17 stop
E pajluwaja i'michá riteló jupichiya ja'a rií i'michari Mapiyejiwi.

L’un de ses affins matapi se nommait Mapiyejiwi.

S18 stop
Riká i'jichari najwa'té.

Il les accompagna.

S19 stop
Ají ke iphíchari piño tephé nakojé.

Ils arrivèrent à nouveau à Teffé.

S20 stop
E ra'chá piño najló bote kaje vende bote.

Et il offrit encore un bateau.

S21 stop
Riká wemí riji'chá a'rumakaji kaje rilúnajlo, jirajú le'pé kaje.

En échange, il emportait des vêtements pour ses femmes, des choses comme des couteaux.

S22 stop
E ne'michá i'michaka, Brasilerona kemicha:

Plus tard, les Brésiliens dirent :

S23 stop
- Ñaké iká nuwarúwa'a kele apá ja'a i'jnari ijwa'té i'maká. Ke i'maka numá pijló: pa! Ra'pitaniya, kajrú wani lánawaru maare.

- Bon, mon partenaire. Cet étranger qui t’accompagne, dis-lui bien de ne pas se baigner. Il y a beaucoup de crocodiles par ici.

S24 stop
Mapeja nenoka iná'uké.

Ils tuent les gens de manière imprévisible.

S25 stop
Wawe'pí kalé nanakojé, wakatako najwa'té.

Comme nous les connaissons bien, nous pouvons nous jouer d’eux.

S26 stop
Ñaké unká ra'pitalaje. Taro aú ramotari richó pe'iyojó.

Mais lui, il ne peut pas se baigner. Il ne peut que se verser de l’eau avec un récipient.

S27 stop
- Ñaí kaje aú rimicha najló:

- Bien, leur dit-il.

S28 stop
Ka keja kaje puíchiya e ne'michá jápakaje nakú.

Ensuite ils allèrent travailler.

S29 stop
Ka keja napi'chako kapukú brasilerona.

A midi, les Brésiliens rentrèrent.

S30 stop
E ka keja brasilerona kuwicho junápeje.

Ils se laissaient flotter.

S31 stop
Napichicha ta “keji” kátakajo nakú. E na'jicha panakuwachaka.

Ils se baignaient et plongeaient pour s’amuser.

S32 stop
Najápicha panakuwacha.

Ils s’attrapaient les uns les autres.

S33 stop
Metanajemi ta nemi'chá “u'ujuu u'ujuu”.

Plus tard, ils entendirent « u’ujuu u’ujuu ».

S34 stop
E mijyu majó e meketana rakuwichako pajluwaja iná pataka kétana wapejreka i'te lánawaru iká penaje ta recho'chako nanakojé.

L’un des crocodiles avait submergé d’un coup. Apparaissait à la surface une brassée entière de sa grandeur. C’est alors qu’il se précipita vers eux.

S35 stop
Kaja palá nawe'picha ta rinakojé. E ta napichiya'ta junápeje mijyu jeño'chaño riyámojo.

Ils le connaissaient bien, alors ils plongèrent sous l’eau, surgirent, courraient devant de lui, et sortaient.

S36 stop
E ta neícho pe'iyojó “je je je” ne'chichaka ta ñaké kalé. Ka-wajá ta na'chó ta.

« He he he !” riaient-ils. Plusieurs fois, ils sortirent lentement.

S37 stop
Kaawajá i'michari Mapiyiwi. Unká rema'lacha rijló kemakana.

Après cela Mapiyiwi désobéit.

S38 stop
Iká penaje ne'jichá a'pitaje, e nakuwicho ta junapi brasilerona.

Ils allèrent se baigner, se laissèrent flotter.

S39 stop
E ta necho'chó “kuru kuru” tapujlú najwa'té junápeje.

Ils courraient, se jetaient à l’eau, et il fit de même.

S40 stop
- Naje pa'pita wajwa'té nuwarúwa'a?

- Pourquoi te baignes-tu avec nous mon partenaire ?

S41 stop
Ñaké we'maká kajrú lanawaruna maárowa. Apala rinó piká. Pácho'o:

Nous t’avons dis qu’il y a beaucoup de crocodiles par ici. Ils peuvent te tuer. Sorts de là !

S42 stop
- Unká, iná'uké iká a'pitaño.

- Non, vous vous baignez bien vous !

S43 stop
E ta ra'pichiya. Rikachiyo najwa'té.

Alors il se baigna et joua avec eux.

S44 stop
Metanaje ta mijyu a'jnaya ke lánawaru ta.

Plus tard, fit surface un crocodile un peu plus loin.

S45 stop
E ta nemicha: “ilé lánawaru ta piña'o” ke nemíchaka.

Alors ils s’écrièrent : « Un crocodile ! Sauves-toi ! »

S46 stop
E ta riwapicha mapeja riwapuwa.

Il nagea vers la rive.

S47 stop
E ta lánawaru ta jecho'o rinakojé a'jná ño'jó. E rinóchaka ta riká. “muulu muulu”.

Le crocodile se précipita vers lui, et le tua « muulu muulu ».

S48 stop
- Me chau wani. Meke wala'jika ?

- Quel malheur ! Qu’allons nous faire ?

S49 stop
E ta brasilerona ta jeño'cha pe'iyojó a'jná ño'jó.

Alors les Brésiliens sautèrent à terre. Puis il surgit à nouveau au loin.

S50 stop
Júpichami ja'ochaka ta mijyu a'jná ño'jó. Amichari e jo'ó kaja tamijimi i'michaka.

Ils le virent avec le corps entre les dents. On ne voyait plus que la pointe des pieds qui bougeaient encore.

S51 stop
Ramíchaka ta maároya ke rimami la'jo chajochari “chaju chaju chaju” sujwí junápeje.

Puis il disparut sous l’eau.

S52 stop
E napi'chó. E nemicha:

Ils rentrèrent et dirent :

S53 stop
- Unká paala nuwarúwa'a, kaja i'makale numá i'maká iwapaniña jupejé.

- Quelle tristesse, mon partenaire ! Je lui avais pourtant dit de ne pas ne pas nager.

S54 stop
E numá rijló i'maká: “a'pitaniya”

Je lui avais dit : “Ne te baigne pas !”

S55 stop
Meke wani ta wala'jika? Ilé kaje numá ijló pa'pitaniya.

Que pouvons-nous faire ?

S56 stop
Muní wamájika. Wapúra'jiko rile'jé ja'kuna nakú, wenótachi riká ta.

Demain, nous allons le venger et tuer ce crocodile.

S57 stop
Iká penaje na'chó ta tupájuma ja'pejé. Iká penaje ta naki'cha yawi junápeje e na'chá rimukuta.

Ils prirent une ficelle, attachèrent un chien et le jetèrent à l’eau.

S58 stop
Iká penaje ta yawi akiña'a “joo joo”. Metanajemi ta ajopana ta a'ño nekó a'jná ño'jó. E nacho'chó a'jná ño'jó ke nachipúki'chaka ta rawa'á.

Le chien aboyait. Un peu plus tard, les autres crocodiles se mirent à le regarder. Ils sortaient, rodaient à proximité.

S59 stop
Kaja ewaja unká rácho'olacho ta. E napachiya piño yawi ta.

Mais il ne sortait pas. Alors ils reprirent le chien.

S60 stop
Muní ke “tijiji uujuju” rika'kana.

Le lendemain « tijiji u’ujuju ».

S61 stop
Riká ne'michaka riká penaje ta, nemíchaka.- riká ta ka'jná.

- Ce doit être lui, dirent-ils. - C’est lui !

S62 stop
Riká penaje ta nenóchaka karawina chiyá jita.

Et ils le tuèrent à la carabine.

S63 stop
Ajá! Ne'michá. E kaja nenocha riká. E nachira'chiya ritami ta te'rí pe'iyojó.

Ils allèrent le chercher en canoë. Ils l’avaient vraiment tué. Ils tirèrent son corps à terre.

S64 stop
E marí ke riwó ta ke.

Son ventre était énorme.

S65 stop
E nawapicha riwó ta. Amichari támijimi to'charo riwo ta chu. E meketana waphereka. E pu'ware ama're.

Ils lui ouvrirent le ventre, et virent que son corps était étendu dedans. Il avait été réduit de moitié. Cela sentait mauvais.

S66 stop
“Marí iká”.

“C’est lui”.

S67 stop
Kaja naji'chaka riká. E nali'chaka ataul, rakujna, kaichama. Iká chojé naji'chá ritami.

Ils l’emmenèrent. Ils firent un cercueil et creusèrent un trou. Puis ils le mirent dedans.

S68 stop
“Unká meke wala'lá”.

“Nous ne pouvons rien faire”.

S69 stop
Kaí keja ne'michá júpija. Maarejéchami kaja ripi'chako ta. Ja'pichari aijí ke iphíchari. Rupulapena wa'té rinakojó. Maarejéchami riwaicha cha'pá iná'uké rijwa'tó. Kaí kaja ne'jichaka.

Plus tard, ils rentrèrent. Ils firent un long voyage en canoë. Enfin ils arrivèrent.

S70 stop
Maarejéchami mékeka chapujeri ! Nemicha rijló: “marí ke piyajaló la'ká maare. Kajrú ruyuwera'taka rupulapena wa'té, pejena!

Et là quel ragot ! On lui dit : « Voilà comment se conduit ta femme ici. Elle soûle beaucoup ses beaux-frères et tes frères !

S71 stop
Unká ra'lacha rinakojó.

Il ne fit pas attention.

S72 stop
Maarejéchami riwá'ichaka cha'pá iná'uké rijwa'tó. Ka ikaja ne'jichá.

Ensuite il prit beaucoup de gens avec lui. Et ils s’en allèrent.

S73 stop
I'jichari rejoja kaja piño. Kaja ñakeja ri'jichaka jápaje tephé ejó jita kaje la'jé vender.

Il retourna à Teffé. Et il les fit travailler de la même manière pour fabriquer des canoës et les vendre.

S74 stop
Ka-wajá rapáña'icha ta keleruna riwa'ichaje ta rijwa'tó.

Pour finir, il partit sans même avertir ses compagnons.

S75 stop
Kaí kaja ne'michaka rewá, unká iná we'pila.

Ils restèrent là-bas, sans que l’on ne sache plus rien d’eux.

S76 stop
Maáreya kaja nephicha i'michaka. E nemicha piño rijló: - Marí ke piyajaló la'ká maare.

Là ils arrivèrent. On lui dit à nouveau : - Voilà comment ta femme se conduit ici.

S77 stop
Kajrú piyajaló yuwera'taka rupulapena riká akú rojñáchiya neká rakú. Marí ke rula'ká neká.

Elle fait beaucoup boire ses beaux-frères et absorbe leur semence. Ainsi se conduit-elle.


NOTE : Rakú ajñakaje (Yuc.). Lit. « Manger le liquide que l’on retire avec une calebasse ». Retirer la semence. Avoir une relation sexuelle avec un homme.
S78 stop
- Aa! Ilé ke ka'jná iká nemá nakú !?

- Oh ! Serait-ce comme ils disent !?

S79 stop
Júpichami rimíchaka rojló.

Plus tard, il dit à sa femme:

S80 stop
- Marí ke ka'jná piyukuna! Manaí ja chi piká nupechu nakú.

- Est-ce vrai ce qu’on raconte à ton sujet ? Je crois que tu es devenue folle.

S81 stop
Marí kaje aú piyuwera'ta kajrú pilapona ta. Kaja piyuwera'taka nojena ta, kajrú najñataka piká rakú. E raki'cha ta ruká e naka'kicho. Iká penaje ta ripachiya ruká “te te te”. Kajrú riña'chiyaka ta mata'no ruká. Maarejéchami rumíchaka:

Tu fais boire tes amants ! Tu soûles mes frères pour qu’ils te fassent l’amour [mangent]. Il la disputa alors ils se querellèrent. Puis il l’attrapa et la rua de coups. Il la battit tellement qu’il l’avait ouvert. Après cela, elle dit :

S82 stop
- Ke jo'ó riká, Keyako, kaja pimá nuká ta manaí pechuri, wajini ajñataka nupulapena mawiru jakú. Unká me kalé nula'á numanaicho nupulapena wa'té.

- Eh bien, Keyako, tu dis que je ne me gène pas pour avoir des relations sexuelles avec mes beaux-frères en prenant le guarapo. Mais je n’ai jamais été aussi insouciante avec mes beaux-frères.


NOTE : Manaí pechuji (Yuc.). Lit. /Tranquille pensée/ Qui ne se soucie de rien. Sans gène.
S83 stop
Nuká jo'ó wakára'ri mawiru ta'kana. Wajini ajní ño'jó ke pichira'kó ta a'pona pimawirune ta a'picho unká piká yurilo marí kaje ja'pejé. Pila'á pinakuwa.

Oui, c’est bien moi qui ai demandé de râper les ananas. Parce que pendant que tu te promènes là-bas, tes ananas se perdent comme si tu n’en avais pas la responsabilité. Tu n’en fais qu’à ta guise !


NOTE : Ja’pejé (Yuc.). En dessous [de toi]. Un maître de maloca ne doit jamais laisser se perdre sa récolte d’ananas. Il doit absolument en faire de l’alcool et organiser des fêtes.
S84 stop
Ajní ño'jó ke pichira'kó ta a'pona nuwakára'a yuwiya ta'ká mawiru penaje. Iká ne'má yukuna pijló.

Pendant ton absence, je demande donc à mes beaux-frères de râper le manioc. Voilà l’histoire dont ils t’ont parlé.

S85 stop
Iká nu'má yukuna najló ne'jnákaloje nakaji nakú ya'jó nujwa'té.

Voilà pourquoi je leur ai dit de venir s’asseoir avec moi pour prendre le guarapo.

S86 stop
Unká nojñatakana neká rakú penaje kalé.

Ce n’ai pas pour avoir des relations avec eux.

S87 stop
Unká me la'jé nula'á numanaicho najwa'té penaje pema'á yukuna.

Comment pourrais-je être aussi insouciante pour que tu entendes une telle histoire?

S88 stop
Kaja pi'michá nojló riyukuna, kaja i'makale numá pijló Keyako: marí keja nu'majika chuwa, kaja nuká ta manai péchuji pi'makare nakú.

Maintenant que tu m’as dit cela, Keyako, dorénavant, je serais vraiment folle.

S89 stop
Wajé ka'jná piwá'je nopumi choje peyajwenina unká marí kalé i'majika !

Peut-être me trouveras-tu rapidement une remplaçante, plus forte et qui ne soit pas aussi dévergondée !

S90 stop
E pajñataje pikó riká. Unká ajñálaje piyuke i'majika!

En plus, tu seras le seul à lui faire l’amour. Tout le monde ne lui passera pas dessus!

S91 stop
Unká meke rimalacha.

Il n’eut rien à répondre.

S92 stop
E ne'michá ñaké júpija. Ka-wajá júpichami ru'jichá mená e'iyajé. E ruphicha, rumicha keyakojlo.

Et ils vécurent ainsi un moment. Pour finir, elle alla au jardin. Après être rentrée, elle dit à Keyako :

S93 stop
- Maare nomicha. Meke pila'jika kele pimawirune a'jnare. Chuwa ta pita'ja riká, pita'a riká nu'rachi pijwa'té riká kaja penaje, Keyako.

- J’en ai vu beaucoup. Que vas-tu faire avec tes ananas qui sont là-bas. Râpe-les dès maintenant, que je puisse en boire avec toi une dernière fois.

S94 stop
Pi'má ta chi palá pejena wa'té. Ño'peni nomíchaka riká. Marí kaje aú rimicha:

Dis-le bien à tes frères. J’en ai vu beaucoup. Alors il dit :

S95 stop
- Kaja i'makale numá ijló.

- Voici la raison pour laquelle je vous parle:

S96 stop
Apakala ka'jná ita'a wajló riká.

Après-demain, vous allez nous en râper.

S97 stop
- Ñaké iká.

- D’accord.

S98 stop
Muní ke rajíchaka rikakuwá e muní ke ri'jichá rejena nayukupereji.

Le lendemain, il fit de la coca, et le surlendemain il alla inviter formellement ses frères.

S99 stop
“Eko muní ñakeji i'majika.” Marí ke rimíchaka najló iná ñaké.

“Ce sera demain”annonça-t-il.

S100 stop
E kaja muní ke nachi'yaka mawiru.

Le jour suivant, ils râpèrent les ananas.

S101 stop
Rejéchami nephíchaka.

Puis ils arrivèrent.

S102 stop
Maarejéchami rajalákichaka neká.

Là il les salua.

S103 stop
- Kaja i'makale nupajára'a mará la'kaji.

- Ainsi ai-je écrasé cette préparation d’ananas.

S104 stop
- Ñaké iká.

- Bien.

S105 stop
Kajrú napuri'chako ta.

Ils parlèrent beaucoup.

S106 stop
E rimicha ta: « kaja iphicha nojena.”

Et il leur dit : « Vous êtes venu, mes frères. »

S107 stop
Ejéchami riwakári'cha najñaka wa'lako. E rajaláicha neká. Eta ra'chá najló rimawirune.

Puis il leur demanda de manger le tucupi. Et elle les salua. Puis il leur offrit son guarapo.

S108 stop
E ka iká ne'richaka mawiru. E ta riya'chiyá ipatú najló ke riwakári'cha narápa'ka.

Alors ils le burent. Et il leur offrit la coca pour les faire danser.

S109 stop
- Ñaké iká.

- Bien.

S110 stop
E kaja na'picha luma'lá arapa'je.

Ils se mirent à danser le luma’la [danse du guarapo].

S111 stop
E ñaké ru'jichaka mawiru ira'jé re'iyoja ramochiyaje ta ! Riká ñaké ruji'chaka riká! Kaja ripechu i'michá ewá: “nutaka'jika”.

Et elle alla boire directement l’ananas de là où il avait fermenté ! C’est ainsi qu’elle en retirait ! Déjà elle pensait : « Je vais me tuer ».

S112 stop
E kaja ñaké maukecha ru'michaka.

Alors elle était soûle.

S113 stop
Ejéchami nephíchaka mawiru ya'takana ja'pejé. Riya'chiyá ejéchami riñapáchiya riká.

Ensuite ils arrivèrent pour l’offre de guarapo. Ils terminèrent [de boire].

S114 stop
Ejéchami ruwá'icha inaánajlo.

Ensuite elle appela les femmes.

S115 stop
E ne'jichá mawiru chaje kalé pheñawilá wa'ké inaánajlo naka'loje nanuma piyuke.

Et elles allèrent au dessus du guarapo, ainsi les anciens appelaient les femmes pour qu’elles s’en jettent toutes dans la bouche.

S116 stop
Kéchami ñaké kaja penaje.

Après cela, c’était fini.

S117 stop
Ejéchami rócha'ko kuya ja'pejé marí ke ñópo'jloka.

Elle sortit une calebasse de cette grandeur.

S118 stop
“Ajá!” Rumíchaka. “ñaké iká Keyako” ke rumíchaka. Chuwa pako'o nojló marí choje nuyujure yami jalami ta nura'chi pijwa'té riká.

“Vas-y!” dit-elle. Sers-moi là-dedans l’excédent de folie qu’il me reste, que je puisse la boire avec toi !

S119 stop
Kaja penaje nuyujuri yami.

Ce sera la dernière fois!

S120 stop
Marí choje pako'o nojló pu'té riká choje!

Remplis-moi cela bien jusque-là!

S121 stop
E rako'chá pu'té richojé.

Et il remplit complètement.

S122 stop
E ruri'cha riká: “ku ku”.

Elle le but: ‘glouglou’

S123 stop
Re ruñapáchiya riká. E rumicha: “pako'o piño nojló pu'té piño nu'rachika riká.”

Elle le finit. Et elle dit : « Rempli-moi à nouveau, que je puisse encore en boire. »

S124 stop
E rumicha:

Puis elle dit:

S125 stop
- Kaja chuwa.

- Maintenant, c’est bon.

S126 stop
Kaja nu'richá nuyujure námina jalá ta, wajini ka pimaká nakú marí ke nojñataka nupulapena ta rakú.

J’ai bu ce qu’il me restait d’insouciance, tant tu dis que je couche avec (mange) mes frères !

S127 stop
Chuwa ka'jná piwa'jika ajupana, unká ajñálaje rupulapena.

Maintenant tu vas pouvoir en prendre une autre qui ne se tapera pas ses beaux-frères.

S128 stop
Marí ejomi ka'jná piwá'je, e mana'ija nuká ta kalé pimaná nakú manaí pechuru.

C’est peut-être ainsi que tu feras après avoir dit que j’étais insouciante.

S129 stop
Kaí kaja rupi'chako a'jná ño'jó.

Puis elle repartit.

S130 stop
Ejéchami na'píchaka arápa'je. Ñaké maare ke japa kuwichako.

Après ils continuèrent à danser. Le curare japa était accroché là.

S131 stop
Iká penaje ta piyuke ru'micha ji'chako.

Elle alla tout prendre.

S132 stop
Ma'ta riká e ro'chá rukakuwá riká.

Elle l’arracha et se le jeta dans les joues.

S133 stop
E ro'chá rukakuja e'iyajé riká. Ika'ta iká kojlocharo rowó choje i'michaka. Puini ka'jná japa ru'richa ma'pami.

Elle le mâcha avec sa coca. Cela se mélangea dans son ventre. Très toxique devait être le curare qu’elle avait pris.

S134 stop
E ka keja marí kéchami ru'michaka e ru'micha lapichami ñaké ro'pichaka ruminano la'jé.

Plus tard, en pleine nuit, elle continua de danser en pleurant.

S135 stop
Ejéchami rumíchaka: yuwiyami nula'á ke'iyajupa kaja penaje ijwa'té ke'iyajupa.

Puis elle dit: « Beaux-frères, je danse avec vous pour la dernière fois.

S136 stop
Yuwiyami, kaja nuká ta kaja wa'jini ajñataka iká maare pe'wé mawirune nakú ke kaja naukataka nuká.

C’est moi, beaux-frères, que l’on accuse de coucher tout le temps avec vous ici en buvant le guarapo de votre frère.

S137 stop
Kaja i'makale pe'wé ika'chiyakami nuwilá i'maká. Penájemi ta nuká yuwiya la'i ke'iyajupa ijwa'té kaja penaje. Marí kaje aú ka'jná pe'wé wa'taje ijluwá mayujureru, unká ajñálaje i'majika. Nuká ta kalé manaí pechuru ri'maká, wa'jini rika'chiyaje wilá kajrú ri'maká.

C’est pour cela que votre frère m’a frappée à la tête. Alors, beaux-frères, c’est la dernière fois que je danse avec vous. Ainsi votre frère pourra-t-il prendre une femme irréprochable, qui ne couchera pas. Moi je suis folle, dit-il, alors il m’a beaucoup frappée à la tête.

S138 stop
E ro'picha. Ru'jichá rumara. Marí kaje jimaje ru'jichá, e kaja ruyuricha rumaro ña'kana, iká penaje ta ro'chako “uma”. A'jná ño'jó pajimó e ruyicha.

Elle continua [de danser] et se mit à chanter. Puis elle arrêta de chanter, et se mit à pleurer. Elle s’effondra sur le sol de la maloca, en larmes.

S139 stop
E ta nácho'chiya ruká, napechu i'michá ruyuweichakochi. E ta nácho'chiya jamaka choje ruká. Ejéchami jupejeno i'purelaru ta maja'kichako rowó choje.

Ils la relevèrent en pensant qu’elle était seulement soûle. Ils la mirent dans un hamac. Puis elle cria, le poison agissait (pourrissait) dans son ventre.

S140 stop
Ejéchami ruchilaichako “cho cho cho”.

Ensuite elle vomit

S141 stop
Ejéchami namíchaka rájo'chako ta chu'chú ke kaja jareni ipurelaru ta i'michaka.

Ils virent qu’il sortait comme du lait, le poison était tout blanc.

S142 stop
Ejéchami nemicha:

Alors ils dirent:

S143 stop
- Meke? Unká chi nakaji kalé japa ka kalé rojicha. Meke ka'jná kají kaje?

- Qu’est-ce que c’est? Ne serait-ce pas du curare qu’elle aurait pris ? Qu’est-ce que cela peut-être ?

S144 stop
Ejéchami namíchaka tamijimi to'kó.

Puis ils observèrent son corps allongé.

S145 stop
E kaja rokuru. Na paja ruí i'michaka? Kujipuju.

Alors sa tante (maternelle) [s’exclama]. Quel était son nom déjà? Kujipuju.

S146 stop
- Yee! Meke chau wani noyani ajñáchiya na paja kuna!

- Oh! Quel malheur que ma petite ait mangé je ne sais quel barbasco [poison piscicide] !

S147 stop
Unká iná'ukélari ta pachá rajñáchiya riká iká rutaka'a nakú.

C’est la faute de ces êtres inhumains si elle a mangé ce qui la fait mourir.

S148 stop
- Ajá! Roma'atare palá runuma chuwá kuna. Keyako kemíchaka:

- Allez-y! Qu’elle recrache bien le barbasco !

S149 stop
Iká penaje ta jupejeno rowiyo'chaka.

Là elle cria encore.

S150 stop
Re kaja penaje ruchilaki'cha ichó iká.

Enfin elle vomit une dernière fois.

S151 stop
Jimaje ta “tara tara” rupechu kapíchako.

Elle agonisa, et sa pensée s’éteignit.

S152 stop
Jaí! Ke rokumi kemíchaka. Meke chau wani nuyaní micholo kapíchata rokó!

- Oh! s’écria sa tante. Quel grand malheur que feu mon enfant se soit tuée !

S153 stop
Unká iná'ukélari ta pachá, nuyaní micholo kapíchata rokó puini aú!

C’est la faute de ces mauvais individus, si mon enfant s’est empoisonnée !

S154 stop
Ejéchami rimíchaka ta: “kaja wani chi nuyaní jaló kapicháchiya rokó?”

Ensuite il dit: “Est-ce vrai que la mère de mes enfants s’est tuée ? »

S155 stop
E ramicha. Kaja maapami ke rupechu kapíchako. Amari kaja ma'pami rupechu kapíchako.

Il regarda. Cela faisait un moment que sa pensée était morte. Il vit que sa pensée n’était plus.

S156 stop
E upejeno riká. Aú yuchatano Keyako ta.

Keyako tomba en sanglots. Puis il se mit en colère.

S157 stop
- Aa! Iki'i wani nuyaní jaló micholo kapíchata rokó, unká iná'uké la'runa ta pachá!

- Quel grand malheur que la mère de mes enfants se soit tuée à cause de ces mauvais individus !

S158 stop
Wa'jini ne'majika nojló i'majika:

Toujours ils me disaient :

S159 stop
“Marí ke piyajaló la'ká ruyuwera'taka rupula'pena kéchami rojñataka neká rakú.”

« Ta femme fait boire tes frères pour coucher avec eux »

S160 stop
Marí kaje aú nujápichami nuñaike jaló micholo nakú i'maká. Penaje kapichatayo rokó ripachá i'maká.

C’est pourquoi j’ai frappé la mère de mes enfants. Elle s’est donc tuée à cause d’eux.

S161 stop
Aa! Maare ke ñakeji i'majika.

Ah! Voilà ce qui s’est passé !

S162 stop
E ta ra'chó ta wejrukú ja'pejé. Maárejena wakapichajo ijwa'té. Marí ke i'makáloje penaje.

Et il prit sa lance. Désormais nous allons nous entretuer avec vous. Voilà ce qui devait arriver.

S163 stop
Marí ke ili'chá nujwa'tejeru i'maká, chuwá nujwa'tejena kapicha ta rokó, ipacha ta iká.

Ainsi avez-vous traité ma compagne, alors maintenant qu’elle s’est tuée, c’est votre faute. »

S164 stop
E ta rácho'o ta rejena noje.

Il courut après ses frères pour les tuer.

S165 stop
“Aa! Meka penaje pila'á marí ke? »

“Ah! Comment avez-vous pu faire ça?

S166 stop
Iká penaje iná'uké ta iíchako “chirí chirí” a'jná ño'jó.

Et les gens s’enfuirent au loin.

S167 stop
“Iñaato ka'jnó!”

“Fuyez donc!”

S168 stop
E kaja ra'pichata nanaku piyuke a'jná ño'jó.

Il les poursuivait tous dans une direction.

S169 stop
Marí kaje ejena arápa'kaje tajichó jenaji ke, las doce ejenaja. Ka-wajá racho'chota.

Ainsi, les danses se terminèrent là, vers minuit. Puis il sortit

S170 stop
« E meke chau wani!”

“Quel grand malheur!”

S171 stop
Maarejéchami kaja ra'chako iyaje.

Ensuite il se mit à pleurer.

S172 stop
Ili'chá riminano: “nu'rí jaló!”.

Il sanglotait: “Mère de mon enfant!”

S173 stop
Ka-wajá riwakári'cha ajopana rejénajlo riyukuna. Neká i'jichaño naminano la'jé rijwa'té.

Puis il fit aviser ses autres frères. Ils vinrent pleurer avec lui.

S174 stop
E kajrú naki'chaka riká.

Ils le disputèrent beaucoup.

S175 stop
Maáreje rukapicha ta rokó i'maká. Rujwa'té ri'rí i'má Yajwá, apú i'mari Yatelá.

Ainsi s’était tuée leur tante. Avec elle, l’un de ses fils s’appelait Yajwá, l’autre s’appelait Yatelá.

S176 stop
Iyama ruyani i'maka ejéchami rukapi'chako ronoka rokó.

Deux fils avait-elle eu avant de se tuer.

S177 stop
Ka-wajá júpichami rimichata rejénajlo:

Pour finir, il dit à ses frères.

S178 stop
- Numájika keja nu'majika. Unká na palamani kaje nu'maká chau kaje ja'piyá. Maárowa i'majikeja, i'majika marí chau kaje ja'piyana, kéchami ko ila'á chapú kaje maárowa, kaja unká nu'malaje maárowa.

“Je vais vivre comme je dirai. Je ne peux pas vivre avec ce deuil, sous un tel malheur. Restez ici sous ce malheur et faites en le deuil, mais moi je ne vais pas rester ici.

S179 stop
Maáreya kaja ri'jichá ta i'michaka. Marí kaje aú riwá'icha ta pau kele kamejeya nakíyana, weji kele ka'jná. Jupichiyana, ñaké kaja. Me kele ka'jná? Weji kele ka'jná jupichiyana.

A partir de là, il s’en alla. Il prit avec lui trois ou quatre Yucuna. Et de même pour les Matapi. Combien a-t-il pu en prendre ? Peut-être trois Matapi.

S180 stop
Reyá mera'ñana ta pajluwa te'e kele. Kaja neká jwa'té, kaja riwitúka'ta piyuke riwitúka'chiyaka ta, rikumuné ta wa'tó ají ke tephé nakojé.

Et des Miraña, il en pris cinq. Avec eux, il descendit tout, même son manguaré [paire de xylophones] pour aller jusqu’à Teffé.

S181 stop
Ají ke iphíchari mamú ñakaró ja'pejé. Mamú ñakaró ja'pí kepe.

Ainsi arrivèrent-ils sur les plages du Tequendama.


NOTE : Mamú Ñacaro. Lieu des sábalo (Brycon sp.).
S182 stop
E rimicha ta:

Et il dit:

S183 stop
- Ñaké iká nojena. Unká meke wala'lá. Maare waka'je pheñawilá michuna le'jepelami.

- C’est ainsi, mes frères. Nous ne pouvons rien faire. Ici allons nous laisser les affaires des anciens.

S184 stop
Unká me ño'jó nuña'lá ñakeji. Maawá wayurí kamu'jí kaje wanakiyo, maárejena.

Je ne peux pas les emporter. Ici resterons-nous pour passer le deuil entre nous.

S185 stop
Ra'ochiyá rikumuné ta kepe nakojé e ra'chó lajuwaji maná la'jé. Kaja wajá na'picha machiwari arápa'je. Ja'ochiya ta rikumuné ta kepe nakojé e riwá'icha ta rinaku « ti ti ti ».

Il installa son manguaré sur la plage et il prépara chamaniquement les plumes. Puis ils dansèrent machiwari. Il sortit son manguaré et en joua « ti ti ti ».

S186 stop
Rejéchami ra'píchaka pupura jarápa'je ke nakojé: “jaiyu jaiyu riyarema, ripinaka wawi pukuuru, rilaneya rilaneya.

A partir de là, il poursuivit en dansant le pupura : “Jaiyu jaiyu riyarema, ripinaka wawi pukuuru, rilaneya rilaneya.

S187 stop
Riyarema kuwai ai yauije wauye waika jiwani. Jikuyaini wauche”

Riyarema kuwai ai yauije wauye waika jiwani. Jikuyaini wauche”

S188 stop
Atá najme'chiya ejena. Marí kaje ejéchami nakamáchiyo.

Ainsi virent-ils le jour se lever. Puis ils allèrent dormir.

S189 stop
Ejomi kaja na'pichata to'chomi rikumuné ta. Rewaja ají ke i'jichaka tephé ejó jápaje.

Ensuite ils partirent en abandonnant le manguaré. Il alla travaillé à Teffé.

S190 stop
E ri'michá pajluwaja jarechí kétana rewíña'o najwa'té.

Il resta un an avec eux.

S191 stop
Júpija ne'michaka ta.

Ils vécurent ainsi un bon moment.

S192 stop
Unká rimalacha ta kele nakauna riwa'akarena rijwa'tó i'maká: “chuwá wapa'jiko”.

Mais il ne dit pas à ceux qui étaient avec lui: “Maintenant rentrons”

S193 stop
Mapeja rapáña'ichaka ta neká rewá. Mékeleja pi'chaño rijwa'té i'michaka.

Il les abandonna là-bas. Quelques-uns seulement rentrèrent avec lui.

S194 stop
Wakajé iká i'maká, wakajé cha'pá rewaka pheñawilá michuna i'maká, neká yuriño rewaja tephé nakojé i'maká brasilerona eyá i'maká.

C’était il y a longtemps, et ce jour-là beaucoup d’ancêtres restèrent là-bas, vers Teffé, chez les Brésiliens,

S195 stop
Jupichiyana, mera'ñana ta kajena, neká penajenami neká yuriño rewaja i'maká. Neká penajenami e jo'ó kaja rewá, e jo'ó kaja ne'maká, unká iná we'pila.

Même des Matapi et des Miraña restèrent là-bas. Les gens disent qu’ils y sont encore, mais on ne sais pas.

S196 stop
Brasilerona pura'kó chu ka'jná napura'ó ta me'tení rewá e jo'ó kaja neká. Ne'maká ajopana kemaká.

Là-bas, ils parlent peut-être le brésilien aujourd’hui. Certains disent qu’ils y sont encore.

S197 stop
Na paja rií iná'tana chuwá ? Weka'na ne'maká. Rewaja nale'jé pají marowaji kaje.

Quel est le nom de cette rivière déjà ? Weka'na disent-ils. Là-bas ils auraient les même malocas qu’ici.

S198 stop
Re kaja tablon nale'jé, kumu nale'jé putenaji nale'jé piyuke rewaja. Marí kaja nala'ká jápakaji rewá. E jo'ó kaja neká yukunana tephé ejó.

Ils auraient également des planches à rythmes, manguarés, plumages, etc. Comme ils travaillaient là-bas, il y a peut-être encore des Yucuna à Teffé.

S199 stop
Marí kaje ejomi ripa'ota ají ke iphari piño rejo riñakarela ejó Weminare ejó. Ka-wajá i'má ta júpija piño, júpija najwa'té. Kaí kaja riwitúichaka mamú ñakaró e rili'chá riñakare i'michaka.

C’est ainsi qu’il rentra et arriva chez lui à Weminare. Il resta encore un long moment là-bas avec eux. Puis il redescendit au Tequendama et y fit un abri.

S200 stop
E rapocha ejéchami kaja riwitú-ichaka kawakajo. E rikamáchiyo. Meke ka'jná nala'ká? Nalejñaka ka'jná riká tapú nakú.

Puis il se leva pour descendre plus bas. Et il se rendormit. Qu’avaient-ils pu lui faire ? Sans doute lui avaient-ils jeter un sort pour le faire dormir.

S201 stop
Iká penaje ta mirawa'a ta iphá i'maká, iphá nakú i'maká. Amari rakuwa'ko i'maká, ña'ji rinakú. Rejéchami raphoka.

Là arrivèrent des Mirabaras auprès de lui. Ils le virent suspendu [dans son hamac] et le saisirent. Là, il se réveilla.

S202 stop
Mere wani ta rila'jika? Marí kaje aú nawa'á “pijrú” riká jita choje. E kaja najicha iká ta a'jná ño'jó.

Que pouvait-il faire? Alors ils le prirent et le jetèrent dans leur bateau. Puis ils l’emportèrent.

S203 stop
Unká nawe’ilá me ño'jó naña'á i'maká. Najñaka ka'jná i'maká. Meke ka'jná i'maká? Ne'iyajo ka'jná nawa'á i'maká. Marí kaje riká, chuchú michú Keyako michú e'ló i'maká.

Personne ne sait où ils l’emmenèrent. Sans doute qu’ils le mangèrent. On ne sait pas exactement comment cela s’est passé. C’est alors que disparu feu notre ancêtre Keyako.

S204 stop
Maarejéchami kaja riyaninami Yajwá kéchami Yatelá, neká.

Après il y eut ses enfants Yajwá puis Yatelá.

S205 stop
Yatelá yanikana ka'jná ne'maká yenojó chi'ná. Neká tamakaño i'maká Gonzalo chi'ná penaje.

Les descendants de Yatelá sont probablement les ancêtres qui vécurent en aval. Ce sont eux qui se sont divisés pour devenir les ancêtres de Gonzalo.

S206 stop
Kuwínuma, Kewají re'wé i'maká. Kuwínuma i'rí ka'jná i'michari chuchú michú Jiyapikamari. Jiyapikamari i'rí i'michari Chapune, apú i'rí i'michari Mayuché. Mayuché i'rí i'michari piño Mapapiwaka, peji, re'weló i'michari Periwelo, i'michari Jinapikanare ja'pejé najmeremi Wapirami michú, re'weló i'michari Yachinami, Akutí yajalo.

Il y avait alors Kuwínuma, le frère ainé de Kewají. Le fils de Kuwínuma était probablement Jiyapikamari. Le fils de Jiyapikamari était Chapune, et son autre fils était Mayuché. Le fils de Mayuché était Mapapiwaka, l’ainé, et sa sœur ainée Periwelo, après eux, il y avait Jinapikanare et leur cadet Wapirami dont la sœur s’appelait Yachinami, la femme d’Akutí [Agustin Je’rúriwa].

S207 stop
Mapapiwaka i'rí i'mari Kewají, Kuya'la, Chapuke'e najmeremi i'maká. Ne'weló i'mayo Yukuwelo. Najmelomi i'michari kaja penaje Namáchiko. Ri'rimi riká Gonzalo. Maárejecha neká, me'tení yanimami.

Les fils de Mapapiwaka étaient Kewají Kuya'la, et Chapuke'e leur cadet. Leur sœur aînée était Yukuwelo. La cadette était Namáchiko. Gonzalo est son fils. C’est de là que descendent ses enfants de maintenant.

S208 stop
Eyá rejénami, nakauna kají jarechina, chapune kajena. Gonzalo nakíyana neká.

Ensuit il y a ses autres frères, les Jarechina [gens de l’été], du groupe de Chapune. Ils sont consanguins de Gonzalo.

S209 stop
Eyá kaja Yajwá yaní, ne'michaka Kapa'umi, Wajacha, riká yaní i'mari Kawaní, Kawaní i'mari peji, iká ja'pejé Makapi michú. Ja'pejé Junijima michú. Ala'uma i'rí i'mari piño Kapa'umi. Ri'rí ka'jná i'mari Ala'uma. Ri'rimi Peluru Pedro. Kuchipana, peji, ja'pejé ka'jná Peluru. Ja'pejé ka'jná Kati. Ja'pejé ka'jná Chají.

Enfin il y a les descendants de Yajwá qui étaient Kapa'umi et Wajacha, dont les enfants étaient Kawaní, l’aîné, puis feu Makapi. Ensuite il y avait feu Junijima. Le fils de Ala’uma était aussi Kapa'umi. Et son fils était sans doute aussi Ala’uma. Son fils était Pedro. Kuchipana devait être l’aîné et Pedro le cadet. Ensuite il y avait peut-être Kati, suivit probablement de Chají.

S210 stop
Maáreje ritajicho. Maáreje kétana riyukuna.

Cela se termine là. Ici s’achève cette histoire.