Histoire de Malawichure avec son père Pujumi


Lecture en continu :

Transcription par phrase


Traduction par phrase
fr
Transcription du texte complet


Traduction du texte complet
fr


Notes
Chuchú michú Malawichure michú i'marí i'maká.
Pamineko wajuta wani ri’má i’maká wachi’narikana. Pujumi rara’pá i’michaka.
Marí'chú kaja ri'michaka.
Riká i'rí i'michari Malawichure. Kuweya ja'ló raló i'michaka, ajopana ina'uké. Aú kuweya yanikana ri'michaka.
Iyamá riluna i'michaka, iyamá riyajalona i'michaka wa'té riyani i'michá.
Kuwinumá, Wapirami riyani i'michaka neká wa'té ri'michá.
Rikó chuchú michú li'chá rimaná ri'rí Malawichure ri'makáloje marí'chú penaje.
Penaje i'marí eja'wá minaná Yáina chaje. Neká la'ñó Marí'chú piño ri'maká.
Unká wawe'pila mékeka ne'maká. Kaja reja ne'má i'maká, Jewalá alami e Yáina eja'wá minaná.
Neká la'ñó Marí'chú ri'maká. Aú Marí'chú kuani ri'má ta i'maká.
Marí kaje aú piyuke ina'uké waja nakajena i'maké rijló, malawichúrejlo.
Pi'réjina piyukeja i'mañó ina'uké rijló, Malawichure, kaja Marí'chú wani ri'má ta. Jikija riká i'marí. 
Kaja ewaja ne'michá, kaja ewaja raló micholo tajnañachari rara'pá.
Marí kaje aú rara'pá michú yuriro rikó ri'rí wa'té. Ri'michá Malawichure wa'té. 
Kaja ewaja ne'michá ají ke rimicha : – Nu'rí, nukejá'ichachi nuteló yaní ke pijló. Kaja i'makale marí ke numá pijló.
– Ke jo'ó pa'yú. Piwátaka keja.
Kaja ne'jichaka. 
Upichiya ja'ló rumichaka.
Makapure riká liyá ri'jichá ri'rijlo inaana keja'jé, Makapure itú keja'jé. Wayaju ruí i'michaka. 
Nephicha rejó.
– Aa ! Marí keja piká nuteló.
– Marí keja nuteló.
E rajalákicha riká.
– a'a, nuteló. Mapeja nu'jichaka pichaje majó, nuteló. Pawa'chaka iná i'maká aú nu'jichá majó pichaje.
– Ñakeka nuteló palapaja pi'jichaka majó wamachi pekowaka.
E ra'chá ipatú rijló.
Rimicha : 
– Nuteló, ilé ajñáka'pe nuya'tá pijló.
– Kaja i'makale numá.
– Ñakeka nuteló. 
– Kaja i'makale numá nuteló. Nu'jichá majó nuteló, kaja penájeka iná ama telojí amá inaana yanikana, riyani kewa a'kana.
Penájeka iná wata nakú kemakana piyani ke nuteló. 
Kaja aú iná wata ñakaje aú kemakana iná jema'káloje mékeka teloji kemaká ñakaje nakú kaje aú ñakaje i'jnachíya nuká majó.
Ñakeka nuteló. Unká meke numalá pijló nuteló. Piwátaka keja.
Piwátaka ilé nuyani ke nakú kemakana nuteló, re jo'ó kele nutuya. 
Mapeja ñakaje kuwaká iná wa'té, iná yaní ke iná kemakó : Unká kaweicha ñakaje i'maká ejomi.
Kaje aú unká meke nu'malá.
Unká jo'ó kamejaní kalé i'maká.
Apujlo jo'ó i'maká inaana ta penájeka pimá nakú nojló nuteló.
Keja ka'jná nuyuríjika nopijajlo ñakaje. 
Pimaká keja cha'tá i'maké pheñawilá. Kaweicha pheñawilá michuna i'maké nuteló. Natajná ta te'e ke puráka'loji nakú kemakana nuteló. 
Iná yaní ke iná kemakó jo'ó ñakaje kuwa'ó iná wa'té nuteló.
Ñakele pimaká keja ka'jná nuyureje nutu no'pijajlo nuteló.
– Ñakeka. 
Kaja keja ra'chaká ta ruká, malawichúrejlo ra'chá ruká. E nemicha muní ke rimíchaka.
– Ñakeka nu'rí. Chuwa nu'jichaka.
Maáreja piyuró nuteló ta pikú wa'té piña'káloje jiyá kaje rijló pa'káloje nakaje aú riñaté.
Pipechu nakú kéchami pipa'ó.
– Ñakeka pa'yú. 
E Pujumi ta kemicha :  – Nuteló. Chuwá nupi'chako.
Kaja nukamáchiyo pijwa'té nuteló pawa'á cha iná i'maká aú.
– Ñakeka nuteló pi'jná ka'jnó.
Kaja keja ripi'chako.
E rimicha :  – Marí nu'rí yurícharo maare pijwa'té, nuteló. Ra'áchi piñaté meketánaja nakaje le'pé jiyá riña'káloje pijló.
– Ñakeka nuteló. Kaja piwátaka keja piyurika pi'rí nuteló. Keja ka'jná ñakaje i'majika.
Kaja keja Pujumí pi'chako.
E Malawichure yuricho rijwa'té. Ri'michá cuatro dia ketana rijwa'té, cinco dia a'jemi rimicha :
– Chuwá wa'pajika, rimíchaka rojló, riyajálojlo.
Kaja rulamá'achiyako.
Ejéchami rimicha :  – Nukú, chuwá nu'jichaka. Kaja nukamato pijwa'té meketánaja.
Ukú, ke rimíchaka. Kaja iná wátaka keja'ká iná puráka'lo iná yaní ke wa'té nukú, kaja aú kaja iná chi'ná ama riyani ke yuríkana, kaja aú iná ama kamátakano meketana nuká.
Chuwá nu'jichaka. Eko ñakaje pumíchiya.
– Ñakeka no'pijá. Pi'jná ka'jnó no'pijá.
E Malawichure pi'chó.
Iphíchari.
– Marí keja piká maáree pa'yú.
– Marí keja nuká nu'rí. 
– Wajé piká nu'rí ?
– a'a, wajé nuká pa'yú. Eko palá nutelojlo ke nukú ta kemíchaka pa'yú.
– Ñakeka.
E ne'michá júpichami.
Apú ke kalé pheñawilá i'maké upeje i'maké.
Unká nawátake ta naluna kamátako laichiyo.
Ina'uké iphaka chu nanaku, nawata naya'kó nawa'á jiyá awa'á.
Naya'kó ketana nanumatakano nakamaró.
Nejo'ká piyá neká nawejapotaka piyá neká.
Nácho'ko kamátakajo e nácho'ko kamátajo.
Marí ke riwáchiyaka, e'iyonaja laichiyo rukamáchiyo. 
Ina'uké iphaka chu rinaku, e ruya'ko meketánaja, e kaja ru'jichá kamátajo. Pijuno ru'wami chiyá i'jichaka, rojo'chaka neká.
Marí kaje i'michari, unká paala ripechu nakú.
Kaja ewaja júpichami rimicha : – Ñakeka chuwá nu'jnájika piwátaje para'pá amaje.
Jupimi kaja nuwa'ichami piká. 
E kaja Malawichure ta li'chá puicha, kuwalá, jiru, eyo'phá, jiruwala, kaje maka.
Riká ñapíchakaja.
– i'jná, chuwa nuwáchiyachi pamaka para'pá.
– Je ! Ke.
E rimicha :
– Pa'yú, ajní ño'jó nu'jichá ruwátaje rora'pá amaje.
Jupimi kaja nupuráka'lo i'michami runaku penájeka kamátaro kapinacha nujwa'té.
Unká iná wa'lá júpichami apú nachana.
Aú nu'jichá ruwátaje ramaje rejó.
– Ñakeka nu'rí. Mékecha piká ?
Kiñaja nu'jichá, pa'yú. Apakala nuká i'jná.
– Chuwa kaja keja.
Ne'jichaka.
Iphíchari, amíchari re ri'michaka.
– Marí keja piká nukú ?
– Marí keja no'pijá.
Pikano no'pijá !
– Nuká nukú. Jupimi kaja nupuráka'lo i'michami pitú nakú.
Penájeka kuawaro kapiná nujwa'té.
Unká meka chu romalá piká ukú.
Unká iná wa'lá kapiná kachi'naruna. Kemájemi nu'jichá ñakaje wátaje majó, nukú iná amákaloje pekowaka ñakaje chaya penaje.
– Ñakeka nopijlá, piwátaka keja, nopijlá. Kajaka iná ka'kare iná itú ta apujlo, unká iná wa'té ne'makáloje penaje. 
Puíchiyo piwátaka keja pi'jichaka. Palá paja pi'jichaka wamákaloje pekowaka penaje. 
– Riká penaje nu'jichá majó. 
Kaja ri'michá rijwa'té. Lainchú riwitúki'cha richaje. Rimicha : 
– No'pijá, meketana júpika pi'jichaka majó.
– Nu'jichá majó nukú, ke rimíchaka. Muní nu'majé pijwa'té, e muní ke nupa'jó.
– Ñakeka.
Muní ke ri'michá rijwa'té pajluwáka'la.
Apakala ke rimíchaka :
– Chúwaja nupa'jó.
Ñakele numá pijló : maáreja ka'jná piyurejo nukú ta wa'té. Jupicha kaja piká unká pamalá para'pá pamákaloje juni, jiyá kaje rijló. Phíyu'ke kaja nukú ta para'pá.
Puwaka nupechu nakú i'majika ee nu'jnajé pipa'taje.
– Je ! Ke.
E ruyuricho rewaja.
E rimicha :
– Nukú, chuwa nu'jichaka.
Kaja nukamáchiyo pijwa'té meketánaja, pawa'chá iná i'makale kaje pumíchiya.
Ñakaje i'jná ta nuká.
– Ñakeka no'pijá. Kaja pikamáchiyo nujwa'té meketana, pi'jná ka'jnó.
Ñakaje pumichiyako wamá pekowaka.
E rimicha :
– Nukú, maare ka'jná pitú yuricho pijwa'té. Kaja jupicha kaja ñakaje nujwa'té.
Unká iná wa'lá jupi wani kachi'nani. Ru'makáloje meketánaja pijwa'té, jiyá, juni kaje ruña'káloje pijló penaje.
Puwaka nupechu nakú i'majika, kéchami nu'jnajé rupataje.
Ñakeka no'pijá, piwátaka keja.
Riká numá nakú, no'pijá : kaja iná ka'kare iná yaní ke ta apujlo. Unká ne'makáloje iná wa'té.
Piwata keja pi'jnachíyaka ruká.
Ñakeja, piwata keja
Kaja ripi'chako ta.
Iphíchari. – marí keja piká, pa'yú ?
– Marí keja nu'rí. Wajé piká ?
– a'a, wajé nuká, pa'yú.
Ajní ño'jó nu'má nukú ta chaje.
– “Eko palá nuteló ta” ke nukú kemíchaka pa'yú.
– E no'pijá ta ?
E jo'ó kaja nuyuríchaka ruká, pa'yú ru'makáloje meketana rora'pá wa'té.
Kaja júpichako ñakaje nujwa'té, pa'yú. Ruña'káloje juni, jiyá kaje nukútajlo. Nupechu nakú kéchami nu'jnajé rupataje.
E ri'michá. 
Meka ri'michá, Pujumi ta kawila'jlachako runakojé.
Júpichami rimíchaka : 
– Nu'rí, ke rimíchaka. Mékechami pi'jnájika no'pijá pataje.
Jupimi wani pi'máchiyami ri'maká.
Kapí, pa'yú. Kéchami pani puwaka nupechu nakú i'majika. Kéchami, ke rimíchaka. 
Apú wakaje piño :  – Nu'rí, ke rimíchaka. 
Kaja chi piyurí no'pijá jupicha wani ruká ? Unkale pi'jnalá kele no'pijá pataje, nu'rí, ke rimicha.
Ñaké kaja nachi'nalaja i'maká napenaje keja i'maká ilé nutelona.
Unká iná katajowa kalé i'maká apú iná la'káloje ñaké.
Maárejecha rimicha ta : 
– Ke jo'ó pa'yú. Ru'matare rijwa'té. Unká meka penaje wani inaana ta iná wá'a apú nachana. Inaná ta kaja pitataro kajrú nowa'á. Unká meka penaje iná awakata kajrú apú nachana iná awa'jó ! Ke rimíchaka. Ru'malare rijwa'té pa'yú.
Eyá unká palá kaja ruká tapurapharu wani kaja ruká ! Marí ina'uké iphaka chu nunakuyá awa'á ruká kamátakajo nakú ruká nejo'kana nakú ! Marí kaje unká palá.  Kaje aú nu'má rupatalaje pa'yú ru'malare rijwa'té.
– Ay ! Ke Pujumí ta kemicha.
Meka penaje pila'á ilé ke nu'rí ?
Ñaké kaja ne'maká keja i'makaño ilé nutelona penájeka nupuráka'lo i'michami yaní ke nakú.
– Meka penaje pila'á ilé ke nu'rí ?
Kaje i'makale nu'má nukako pachiya ruká pijló, nu'rí. Ilé no'pijá nukako pachiya ruká.
– Ñakeka pa'yú, piwátaka keja. 
– Muní nu'jnajé rupataje.
– Ñakeka.
Pujumi li'chá ipatú.
Muní ke : 
– Nu'rí, chuwa nu'jichaka rupataje.
– Ñakeka pa'yú. Pipachiya ruká.
Mékecha chi piká, pa'yú ?
Ke jo'ó riká, nu'rí, chúwaja nuchaje rejó.
Phíyu'ke ta kaja nuká, muní nuwajiko pajluwa kala. Apakala ka'jná nupa'jiko.
– Kaje i'makale numá pa'yú, rimíchaka.
Pipa'jiko wakaje ta pipataje ruká majó, kaja we'chí pi'jná rupataje.
Ñakele riwakajé pipataje ruká.
Ñakeka, nu'rí.
Eko palá nukútajlo ka'jnó. 
E Pujumi i'jichá a'jná, iphíchari rejó.
– Aa ! Marí keja piká, nuteló.
– Marí keja, nuteló.
E rajalákicha riká.
Nuká, nuteló. Nuká i'jichari majó, nuteló, no'pijá chaya nuteló.
Kaja jupimi kaja nu'rí i'machíyami no'pijá, penájemi kaja kú'waro jupicha pijwa'té, nuteló. Unká iná katajowa kalé i'maká apú ichi'ná i'maká. Ipeje keja i'makaño iká, nuteló.
Nupuráka'lo i'michami yaní ke nakú jupimi i'maká. Penájeka mapeja riwátaka kejaka nu'rí yuríchami mawó i'maká penaje kapinacha.
Kaje aú nu'jná ñakaje chaya majó nuteló.
Ñakeka nuteló, palá paja nutu chaya.
Re jo'ó ruká, nutu, riwátaka keja no'pijá yuríchakami nutu mawá i'maká nuteló.
Kaja numá i'maká unká iná wa'té nemakáloje, unká iná pakolare chojé kalé penaje iná a'kare iná yaní ke ta nuteló. Kaja iná ka'kare iná yaní ke ta apujlo, nuteló. 
Riwátaka keja no'pijá yuríchakami nutu maárowa i'maká. Penájemi kapinacha nujwa'té, nuteló. Palapaja pi'jichá pipatachi ruká. Ñakeka nuteló. Kaja pichicha, nuteló. 
Lainchú najicha nakakuwá. E rimicha rijló :
– Meketana júpika pi'jnaká nuteló ?
– Nu'jichá, nuteló. Numicha nu'rijlo : “phíyu'ke ta nuká. Kewicha e'iyowaje chúwaja nuchaje rinaku e muní nuwajo pajluwa kala.
Rejomi muní ke nupa'jó, ke numíchako nu'rijlo, nuteló.
– Ñakeka, nuteló, iná pechu keja iná chira'kó, nuteló. Unká na kalé wakára'ri iná.
E napuri'chó meketánaja. E náicho kamátajo.
Muní ke najme'chiya e rimicha :
– Nuteló, i'jná wathupíchachi ipatú ja'piyá wajñachi wakakuwá lainchú.
– Ñakeka, nuteló.
E pheñawilá i'jichaka ipatú jña'jé. 
Atá nañapáchiya. Lainchú nali'chá riká. Nañapáchiyo e napuri'chó rijwa'té meketana.
E kaja ná'icho kamátajo.
Lapiyami napocha e rimicha :
– No'pijá, chúwaja wapa'jó. Eko pilamá'ato eko pimá nojló chuwá ke.
Kaja keja rulamá'achiyako.
– Chuwá ta ukú.
Rejéchami rimíchaka :
– Nuteló, chuwa ta nu'jichaka. Kaja wamicha pekowaka meketánaja. Mapeja riwátaka keja nu'rí yuríchakami no'pijá i'maká maárowa. Penaje nu'jná chaya majó nuteló.
Ñakele chuwa nu'jichaka. 
– Ke jo'ó, nuteló. Kaja wamá pekowaka nuteló. Pi'jná ka'jnó.
Kaja Pujumi ta pachiya ri'rí yajalo. Pe'iyó iñe'pú chu, rejéchami juni ajuichaka. Sujwí kalajeru pijú juni nanaku ñachiyaro lainchú ejapá chaje. Kamú i'michaka.
– Yee ! Meke chapú wani yaweja ta juwáchiya weká no'pijá, ke rimíchaka.
Unká me ño'jó no'pala peyajwé. Kewí irupachirí ta nuká, unká me ño'jó ja'pala peyajwé.
Muní ka'jná wa'pajika. A'jnare wakamátajo ina'tana turena. Muniko wa'pá napi'chá. 
Iphicha ina'tana turenaje.
Re rili'chá ta rikapo. 
– Maare wakamátajo.
Muniko wa'pá.
Re rikamáchiyo ta rujwa'té. 
Muní ke lapiyami najme'chiya.
– i'jná chuwá no'pijá. Chuwá wa'pajika. 
Na'picha. Iphíchari yewicha kamú pukú.
– Marí keja piká, nu'rí ?
Marí keja pa'yú. Wajé piká. 
A'a wajé nuká, nu'rí. Ajní ño'jó nu'má no'pijá pataje pijló. “Eko palá nopijajlo” ke nuteló ta kemíchaka. Ñakeka ilerú ruká, no'pijá, nu'makare pataje pijló, nu'rí.
– Ñakeka, pa'yú.
E rimicha :  – Pa'yú, mékechami pichicha reyá. 
Ee, lalemi nupa'ojla reyá nu'rí i'maká. E'iyonaja yaweja ta la'á unká paala. Ja'ró kajrú ñataro lainchú.
E'iyajé kewika irupachirí nuká. Unká me ño'jó jápala peyajwé. Aú pe'iyó iñe'pú chu nukamáchiyo, re'iyajé nuká.
– Ñakeka pa'yú.
Ke jo'ó riká, pa'yú, ke rimíchaka. Numá pijló i'maká pipa'jiko wakajeja pipata ruká majó ke i'maká.
E'iyonaja pajuwakare. 
– Riká jo'ó numá nakú, nu'rí, lalemi nuphajla i'maká e'iyonaja yaweja ta juwáchiya nuká.
– Ñakeka pa'yú. Kaje i'makale numá pijló, pa'yú, pikoja ka'jná puráka'lo i'mareje ñakaje wa'té pa'yú. 
Kaje i'makale marí ke numá pijló ñaké kaja jupicha kaja pakuwako piká pachiñako wa'té, kajaka amiño micholo kapicháñaa piká. Unká na la'lá nakaje pijló.
Unká na amala juni kaje pijló, pa'yú. Pijwa'té ja ru'makáloje, piká ka'jná puráka'lo. I'majeri rujwa'té, romákaloje juni pijló.
– Jaí ! Ke. Aa ! Me kalé unká kuani ina'ukélari piká nu'rí.
Méreka jápatakeri riyani ke wa'té i'maká nakú nu'rí ? ke rimíchaka.
Unká mere kalé jápataka riyani ke wa'té kuwaká nakú jápatakana, nu'rí ke rimíchaka. Penaje pimá nakú nojló, nu'rí.
Unká nuwátala pimaká nojló, nu'rí.
Unká, pa'yú. Unká meke kalé ñakaje, nuká kemari pijló ñakaje nakú, pa'yú :
– Unká naje kalé iná awa'jó neká ta kaja kú'waro nowa'á. Unká meka penaje wani kalé. Marí kaje aú numá pa'yú pachiñako wa'té kaja pakuwa'kó, aú numá ñakaje nakú.
– Unká nu'rí. Unká nuwátala. 
Júpichami rimicha piño :  – Meke chi ñakaje i'majika nu'rí ?
– Ru'mare pijwa'té, pa'yú.
Mékajeka jápatakeri riyani ke wa'té kuwakó nakú ?
E'iyajé no'pijá kaja ruká. Unká me ño'jó kalé.
– Unká meke kalé ñakaje i'maká, pa'yú.
Apú nachana kaja ñakaje, pa'yú. Ajalákaje i'maká aú kalé iná ajaláka.
Júpichami rimíchaka : 
– Kaja chi pimicha ñakaje nakú ?
Chúwaja chi ñakaje i'majé ?
– Kaja, pa'yú. Kaja nu'michá ñakaje nakú, pa'yú. Ru'mareja pijwa'té. Unká meke ri'malá. Inaana ta ka kú'waro kajrú nujwa'té.
Unká meka penaje kalé kajrú inaana ta ! 
– Ke jo'ó riká, nu'rí.
Ina'uké panipi nu'maká, nu'má ñakaje pataje i'maká, e'iyonaja ilé ke pimaká.
Kaja ka'jná pimá ñakaje nakú, nu'rí.
Kewaka jo'ó pimá nakú nu'rí. Jupimi jo'ó paló micholo kapicháñaa nuká.
Puíchiyo nokúwa'ko nochiña ke wa'té.
Kaje aú pimá nojló keja ka'jná ñakaje i'majika, pimaká keja. 
– Ru'mare pijwa'té, pa'yú. Piwá'a ruká ilerú ruka romachi juni pijló.
– Ñakeka, nu'rí.
E rimicha rojló :
– Kaja nu'rí kemicha marí ke.
Ñaké nujwa'té ja ka'jná pi'majé.
I'makale marí ke numá pijló.
– Ñakeka.
E rapachiya ta ripechu chojé ruká.
Kaja keja riwá'ichaka ta ri'rí yajálomi i'michaka.
E rimicha :  – Ñakeka, nu'rí.
Kaja i'makale numá : eko pimá yuwanajlo nala'áchi nojló nukapo a'jnare nuka'pere e'iyá.
Re nokúwa'jo pawa'á nu'rí ke rimíchaka. Palá re'iyá nojnapakaloje jiyá, phíyu'ke ta kaja nuká.
Unká me ño'jó jña'ló juka nujiño.
Ñakeka nojena wala'kaje pa'yú ta jló rikapo a'jná rika'pere e'iyá.
– Ñakeka..
Nali'chá rijló rikapo. Riká nañapáchiya riká.
– Pa'yú, ilé ta kaja wañapáchiya. Nojena ñapáchiya pikape pijló. Ilere pakuwa'ó nowa'á.
– Ñakeka, nu'rí.
Lainchú rimicha :
– I'jná chuwá. Wa'pachi a'jná wakape chojé.
– Ñakeka nu'rí. Ajní ño'jó no'picha nuka'pé chojé.
Re nokúwa'o pawa'á.
– Ñakeka pa'yú. Pakuware nowa'á.
E Malawichure kemicha :
Ñakeka, ke rimicha riyánijlo. Ilé aju ta, phíyu'ke, pa'yú ta, kuwá'aro..
Pa ! I'jnániña rejó. I'jnákika rinaku kawíla'je, iká ta manai pechuruna !
– Je ! Ñakeka, pa'yú.
Ne'michá júpichami a'jná natári'chako ewaja ne'jichá rejó.
Neká ta rejó re'wé wa'té Malawichure yaní.
Amíchari kajrú ija jácho'chako.
« A'jnare ka'jná chuchú piyota wamíchachu chuchú. »
Neká ta rejó. Amíchari meñaru. Unká na i'malacha.
– Mere ta chuchú pi'charo ka'jná ?
E mapeja nachipúki'cha ta rawapiwa. Amíchari japunami to'tachako riká chojé Pujumi ta mujlúki'chari riyajalo wa'té.
– Yee ! Je'michari riwo ta i'jnaká.
Na iká kame'jeka kajrú wani ?
Aú ne'michá ya'kajo jemi'chari “ji ji ji”. Nayaká'icho. Amíchari kute ke rijlú ta, moko'chaka a'waná aphú chiyá sapunami chiyá.
– Yee ! Meke kajrú wani chuchú ta la'jlaka.
I'jná weña'lacho !
Kaja keja ne'ichako ta.
Júpichami :  – Pa'yú we'michajla chuchú ta chaje.
E'iyonaja unká wamálacha riká. 
Wamicha ripiyo “kela a'jnare ka'jná chuchú ta. I'jná we'michá chi richaje”. 
Amíchari meñaru piyo ta kejo. I'michari. “Mere chuchú pi'charo ka'jná”.
Aú mapeja wachipúki'cha.
Re mena e'iyá a'wanami to'lacho kajruni.
Riká chojé meke ka'jná rimujlúki'cha.
E wemi'chá kajrú. Meke ka'jná rili'chaka. Pa, iná wo i'jnaká ke rimejé i'michaka : “ji ji ji”.
E we'jichá, amíchari kajrú kuté ke rijlú mo'kochaka sapunami chiyá. Etá weichó.
– Ay ! Ke rimíchaka. Ilé kaje numá nakú i'jnániña phíyu'ke aju ta kuwarore.
Me kalé unká wani ilé kajena ta jema'lá ? Phíyu'ke, aju ta karí i'maká ilé kajena ta jecho'ó chaje !
Pa ! I'jnániña ta rejó, kaja nu'michá.
E ne'michá penájeka ri'rí i'michá moto'chari.
E ra'chá ta rií ri'chiwa : Pujumí. Pujumi ra'chaká ta rií riíwa.
Ra'pejé apú i'michá ra'chá ií Inalakamí.
Iyamá ne'michaka riyani. E neká rili'chá maná i'michaka rijaicha yaní ne'michá aú.
Rili'chá nenaku rili'chá namaná aú kaja nawajicha ta napechuwá ka.
Kaja pheñawilá pechu ke napechu i'michaka.
Unká we'pílacha kátakajo. Kaja nara'pá ja'piyá pichiyakaño, yuku kejá'akana nakú, lawichú kejá'akana nakú.
Napichiyo ra'pí. Kapajereruna a'jná Moncayo kechajena ne'michaka.
Kaja jema'chiyaka piyuke lawichú, yuku kaje maka, yáleje piyuke. Unká na wani kalé, rija'icha yaní ne'michakale.
E Malawichure yaní i'michá.
"I'jná we'michá chi chuchú ta chaje”.
Neká ta rejó.  – Chuchú marí keja ?
– A'a, marí keja.  Rajalákicha neká.
Mapeja we'jichaka chira'jó majó.
E nayaká'icho ta, amíchari napitaka ra'pí.
Unká we'pílacha kátakajo. Nakejeli'chá neká, nawachiya najwa'té katakano.
Kaja waja napi'chó.
– Chuchú, wapi'chako.  Kaja keja napi'chako ta.
Júpichami : – Pa'yú, ke nemíchaka.
We'michá chuchú ta chaje.
Amíchari riyani pitako.
Meke ka'jná chuchú ta yaní ?
Unká, nara'pá ja'piyá pitakaño.
E upejlu, pa, pheñawilá pechu ke napechu.
Unká we'pílaño kátakajo, wawachiya najwa'té kátakajo.
– Ay ! Ke. Aa ! Meka penaje jecho'ó ka'jnó ? Ilé kaje numá nakú. Pa ! I'jnániña chuchú ta ejo, i'jnájika rinaku kawíla'je.
Rija'icha yaní ne'makale, nojena, aú rila'á nenaku, aú nawaja napechuwá amataka ijluwa neká.
Pa ! Kaja i'jnániña ta rejó !
E'iyoná ta júpichami ne'jichá rejó piño.
« i'jná we'michachi chuchú ta chaje ».
– Chuchú, marí keja ?
– Marí keja.
Rajalákicha neká.
Mapeja we'jichaka chira'jó majó.
Amíchari e jo'ó kaja napitako ra'pí.
Amíchari kakularuna ne'michaka. Najínchaka nakakuwá.
Nakejalicha ta neká, nakátakaloje najwa'té.
Kaja ewaja napi'chó.
– Chuchú, wa'pichako.
Napi'chó. Iphíchari.
– Pa'yú, ají we'michá chuchú ta chaje.
Amíchari e jo'ó kaja kele riyani pitako ra'pí.
Amíchari kakularuna neká.
Pa'yú, naje chi najñá ipatú ka'jná ñaké yuwaná neká ka'jná. ?
– Me kalé unká wani jema'lá ijló kemakana ? 
Kaja numá ijló : rija'icha yaní ne'makale. Rila'ká ipatú cha najló nakuwelawá penaje. Kele nawe'pika nakaje aú wáke'na riká.
– Je.
– Pa ! Ikataño najwa'té i'jnájika najwa'té kátajo !
Kaja phíyu'ke chaje ne'michaka, ejéchami ne'jichá ta piño rejó.
Iphíchari. Amíchari e jo'ó kaja napichiyako ra'pí.
Ejéchami nakejíli'chaka ta neká. Kaja ewaja náicho. Nakeño'chá najwa'té katakano.
Kaja ewaja Malawichure yaní ta ajñotachaka nakakula rikakulá nakiyá.
E ramicha ta.
– Ay ! Ke. Aa, meka penaje ikato nuyani pawilaya wa'té. Meka penaje ?
Meke ilé kaje ewá chi jara'pá la'á jenakú jecho'jó mojo kátajo. Kaja nekaja neká, nuyani, pawilaya.
Kaja nekaya. Unká yuwaná kalé. Ikeja'ká paja nakaje naliyá.
Unká meka penaje ikato wa'té itetá ! Iká penaje ra'chó ña'rí ja'pejé recho'chó naña'taje.
Kaja keja ne'ichako ta.
Iphíchari.
Júpichami :
– Pa'yú, marí ke we'michaka chuchú chaje.
Amíchari neká. Naje ka'jná yuwaná ajñá nakakuwá ? 
Pa ! Kají ajñotachaka rikakulá ta.
Kajrú kuani raki'chá weká. Kajrú kuani recho'chako waña'taje. Aú weichó majó.
Manumarú kaja ripachíyaka riká.
– Me kalé unká wani ina'ukélare piká. Wa'jini numaká : ‘Pecho'niña rejó ke phíyu'ke, pa'jú ta kuwarore !’.
E ripachiya riká ta riña'áchiya riká ta te te te.
E jupejeno ritami ta. Apú ta, te te. E ne'icho a'jná ño'jó.
E kaja unká ne'jnalacha ta rejó.
Kaja ewaja júpichami Malawichure lamá'ichiya rimawiru'jñé. Riká ña'pichari.
– E numíchako pa'yútajlo. 
Riká ta rejó.
– Pa'yú. Marí keja piká ?
– Marí keja, nu'rí. Piká nu'rí ?
– Nuká, pa'yú.
Nuká i'jichari pichaje, pa'yú, ñaké kaja uji ke ñani i'maká, marí la'kají penájeka.
Unká kaja i'malá mapeja rilamatana'á.
Aú kalé i'maká ñakaje kemájemi nulamá'ata ñakaje, pa'yú.
Aú núchiya ñakaje chaje penájeka a'chari rejnó, pa'yú, pi'jnakáloje ñakaje chaya i'rajé nujwa'té, pa'yú.
Cha'pá kalé iná i'rakare chaya ñakaje.
Kaje aú nu'jichá pichaya pi'jnakáloje ñakaje chaya i'rajé nujwa'té.
– Ñakeka, nu'rí.
Napuri'chó rijwa'té.
Ra'chá rijló ipatú ñaké ajere ke riyani pichíyako ra'pí. Rimicha rikona.
“Unká paala” rimíchaka ripechu nakú.
– Nu'rí, ke rimicha. Meka penaje unká pimala kají nuyani, pimala najló ?
Pipá ka'jná nakaku, pi'má ka'jná la'kaji yukuna najló. Kaja nekaja neká, nuyani pejena. Unká yuwaná kalé.
Unkale pi'malá la'kaji yukuna najló, neká la'káloje pipuráka'lo.
Phíyu'ke ta kaja nuká, unká me ño'jó pipuráka'lo iná wa'té. Neká chiyá yuwaná neká wa'té pamákaloje.
– Je ! Ke jo'ó, pa'yú.
Ripechu i'michá : “Yuwaná wani jo'ó ya neká”.
Riji'chá ipatú, rimicha : – Nujmeré, pajñá pikakuwá iná amá pekowaka wijo'takana marí iná ejé wa'té.
Ñaké kaja nekaja i'michákañoka neká.
– Ñakeka o'wé, ke rimicha. Palapaja iná ejé amá iná wijo'takana ajñáka'pe aú.
Unká mapeja kalé wachi'ná amicha papuráka'lo cha la'kana o'wé.
Kajwáke'na papuráka'lo cha la'kana penaje i'maká ajñáka'pe iná ejé ama ya'takana pajlokaka iná ejé ama aú iná wijo'takana, o'wé.
« Yee ! » Ejéchami ripechu i'michaka: « Meke kaja nekaja ka'jná neká ? »
– La'kaji penájeka iná amá uji ke ñani iná amá pajára'kana iná amá yukuna i'makana.
Kaje aú iná amá yukuna i'maká marí iná ejé wa'té.
Ñakaje puíchiya iná ejé amá iná puráka'lo la'kana iná amákaloje meketana pekowaka marí iná ejé wa'té. Marí nujmeré, kaje i'makale iná amá iná ejejlo kemakana.
– Ñakeka, o'wé.
E ripuri'chó rijwa'té, unká meke wani kalé, pa, phíyu'ke ke.
Rimicha apútajlo, ñakeka.
– Mékecha ri'majika, o'wé ?
– Jñaano lainchú, iphaje nunaku nojena.
Lainchú waya'jó ñakaje nakú.
E rimicha : 
– Pa'yú, chuwá nupi'chako.
Kaja marí ke iná amá pajlokaka kemakana, pa'yú.
Lainchú ka'jná ñakaje iphátaje piká nunaku.
– Ñakeka, ilé ka'jnó nuká.
E rimicha rejénajlo.
– Ñakeka, ilé ka'jnó weká lainchú wala'jé pipuráka'lo, o'wé.
– Ñakeka.
Kaja ripi'chó ta. Iphíchari.
– Yúka'a ?
– A'a.
– Meke nojena ka'jná ? Wajari napechuwá ka'jná. Marí ke pa'yú kemíchaka nojló.
Nupechu i'michá : “Meke ta nula'jika yuwaná wani ya ajona ?
E nupicha nakaku. Je'michari.
– Yee ! 
– Unká meke wani kalé rapiyákichaka. Ñaké kaja apú ta !
– Yee !
A'jná kalé i'makale numá ijló : “Yuwaná nuyani. Iwaja ipechuwá !
Pa, yuwaná neká, nojena, cha'taño iká ta !
Pa, piká ta pheñawilá. Iká ta unká je'malá ijló kemakana !
– Ke jo'ó, pa'yú. Kaja nawe'pí.
Unká iná nakojó wani kalé iná we'pika ilé kaje.
E Pujumi ta kemicha :
– Ñakeka nuyani.
Iji'chá ipatú, ila'áchi ipuráka'lo wa'té.
Unká mawakena kalé iná la'á papuráka'lo cha iná ejé wa'té, nuyani.
– Ñakeka.
Ne'jichá ipatú ña'jé. Riká nali'chá “te te te” marí kelepena marimá chojé.
Riká chojé wariyopa rií.
E lainchú :
– I'jná chuwá, nuyani. Chuwá wala'áchi pe'wé puráka'lo, waya'ichacho la'kaji nakú pe'wé wa'té.
– Ñakeka.
E ne'jichaka.
E Pujumi ta iphicha chajaa la'kaje pukuna nakú ya'jo 
– Laka'jé pukuna nakú ya'jo nu'rí wa'té, ke rimíchaka. 
– Ñakewaja, pa'yú.
E ileruna ta iphicha “chajaa”.
– La'kaji pukuna nakú ya'jó no'wé wa'té, ke rimíchaka.
– Ñakewaja nojena. E ra'chá nañakaró.
E rajalákicha.
– Nuká, nuká, nu'rí. Kaja iná yaní ke amá marí la'kaji yukuna i'makana, kaja aú ñakaje i'jnachíya.
Cha'pá i'maké pheñawilá ya'kero la'kaje pukunaku.
Penájeka marí iná yaní ke amá yukuna i'makana.
Aú wajé nuká majó, nu'rí, ke rimíchaka.
– Ñakeka, nu'rí.
E rajalákicha riyani ta.
Ñakeka ileruna ta puri'chako.
E riwaka'icha najñaka.
– Kaja wajincha, nu'rí.
– Ñakeka pa'yú.
E ripicha nakaku. Riká puíchiyo rimicha najló :
– Ñakeka, pa'yú. Kaja ñakaje ipháchiya piká.
Kaje i'makale marí ke numá : Unká jo'ó kaja la'kají ñapala, yewicha ñakaje iphaka rená chojé.
Rejomi ka'jná waya'jó ñakaje nakú.
– Ñakeka. 
Ejéchami najicha nakaku.
Nemicha : – O'wé. Ilé ñani iná amá ya'takana iná ejé wa'té. Unká mawáke'na kalé iná amá papuráka'locha la'kana, o'wé, ke rimíchaka.
– Ñakeka. 
Apú ta kemicha ñaké kaja rijló.
Júpichami namawiruní ñapicha.
Ejéchami ri'michá riyukuna.
– Pa'yú, kaja la'kaji a'chó renó wajló.
– Ñakeka, nu'rí.
Ri'michá rejénajlo riyukuna.
– Ñakeka, o'wé.
E kaja na'chó ri'rajé.
Kaja ewaja júpichami unká paala rimíchaka ripechu nakú. E rimicha : 
– Nu'rí, ke rimíchaka. Meke chi ri'majika ?
Kaja marí keja waya'jiko la'kají nakú. Mapeja chi waya'jiko la'kaje nakú ?
– Ñaké ka'jná, pa'yú.
Kaja wejapa ñani kaja mawiru ta.
– Ke jo'ó riká, nu'rí.
Unká paala ilé kaje. Unká me ño'jó kalé iná ya'karo nakú la'kají.
Ichuwaje kalé chapú eja'wá la'ká chu iná wakaje iná ya'ó nakaje nakú.
Unkale pi'malá marí nuyani pejénajlo nala'káloje la'kaji yejupana papukuna chu.
– Ñakeka, pa'yú. Iná chi'ná kemaká keja ka'jná, ñakaje i'majika.
Aú riya'chiya ipatú na'pejé.
– Nujmeré, pajñá pikakuwá.
– Ñakeka, o'wé.
Kaje i'makale marí ke numá, nujmeré.
Kaje puíchiyo iná amákaloje keyajúpakaje la'kana iná pukuna chu.
I'makale marí ke iná kemá iná ejejlo, marí nujmeré.
– Ñakeka, o'wé. E ripuratacho ta rijwa'té.
Aputajlo ñaké kaja.
E riwaka'icha narápa'ka.
E rimicha rara'pajlo : 
– Kaja iná ejé amá iná la'ká keyajúpakaje.
Keja ka'jná iná amá keyajúpakaje la'kana, pa'yú.
Ñakeka, nu'rí. Pimaká keja pila'á keyajúpakaje pe'wé pukuna chu.
E rimicha :
– Na aú keyajúpakaje la'kana, o'wé ?
– Keyajúpakaje pheñawilá yejupa luma'lá aú, nujmeré.
– Ñakeka, i'jná palá.
Kaja napichata luma'lá arápa'je.
E kaja riya'chiya mawiru najló.
E napura'tacho, a'jná nañapáchiya.
Ejéchami ripachiya ipatú pumi chojé najló.
E kaja na'chó arápa'je. Najme'chiya arápa'kaje nakú.
Lapiyami natajnáchiya riká. 
– Kaja chuwá.
E rimicha :
Kaja chuwá, pa'yú.
Kaja meketánaja nuli'chá marí keyajopa, pa'yú.
– Ñaké, nu'rí.
E rimicha re'wejlo ñaké kaja.
– Chuwá, pa'yú.
Chuwá we'jnájika.
Kaja keja napi'chako nañakaré chojé.
Rejomi ne'michá ejéchami rimicha :
– Ke jo'ó, nu'rí. Chuwá nu'jnájika, nu'rí, pe'wejlo kemaje rijluperokaloje iká nojló penaje.
Unká i'malachami mapeja achiñá yanikana inaana yanikana kalé i'maká mapeja.
Ñakaje penájeka pe'wé we'píchami te'e ke ripechuwá wajakana nu'michami nakaje yukuna kaje wa'té i'maká pe'wé.
Mala'pá nu'makela nokó nujluperoka'lá iká nu'makala. Chapú wani weji wakaje amá iná jiwáka'takana !
Unkapí riwe'pila nakaje ke wani.
Keja eja'wá amá iná la'kana kaje aú kalé, iná amá ñakaji nakú kemakana.
Aú nu'jnajé, nu'rí, pe'wejlo kemaje riya'takaloje Chi’nárikanaje ijló penaje.
Kaja rajínchaka rikakuwá, ejomi ri'jichá ri'rí Malawichure chaje.
– Marí keja piká, nu'rí ?
– Marí keja, pa'yú.
Rajalákicha riká.
– Nuká, nu'rí. Nuká i'jichari majó, nu'rí.
Ñakaje penájeka nu'michami te'e ke nakojé yukuna pijló. Ja'piyá i'maká piká, nu'rí.
Kaje i'makale numá pijló ñaké kaja i'mañó nuyani pejena.
Unká i'malá achiñá yanikano mapeja ñakaje palamani i'maká achiñá yanikana kaje.
Aú nu'jichá pijló kemaje pila'káloje Chi’nárikanaje maná pijluperokaloje nuyani pejena nojló.
Malapani nu'makela nokó nuya'tajla Chi’nárikana yuwanajlo nu'majla, ke rimíchaka.
Aú marí keja numá, nu'rí, eja'wá ka'lá amá iná jiwáka'takana.
Ñakaje penájekaja iná amá te'e ke iná chi'ná puráka'lo, yukuna pajlokaka. Penaje ja'piyá i'maká piká, nu'rí.
Kaje aú numá pijló ñakaje nakú, nu'rí.
Aú nu'jichá pijló kemaje pila'káloje Chi'nárikana maná pijluperokaloje yuwaná raú penaje.
– Ñakeka, pa'yú.
Napuri'chó rijwa'té.
Pi'maká keja ka'jná ñakaje i'majika. 
Marí kaje aú Malawichure li'chá Chi'nárikana maná la'jé, Waka'peri maná, yuruparí rií karíwana chu.
Riká maná rili'chá.
E ri'michá najló riyukuna i'majé.
– Ñakeka. Ñaké iká.
Kaja keja ne'jichaka ta wajajo.
Lainchú Chi'nárikanaji iphíchari pají nakojé.
Richipúki'cha pají nakú.
Jenaji ke riwajicha neká.
– Ñakeka nojena. Chuwá nuya'tajika ijló Chi’nárikanaje.
– Ñakeka. 
Maare kaja riwajicha neká.
– Marí Chi’nárikanaji yuwaná.
Maárecha rimicha : 
– Ñakeka, nojena.
Chuwá i'majlá iso Chi’nárikanaji nakojé.
Nomáijlala meka pa'yú ta i'michami Chi'nárikana puráka'lo yukuna ijló.
Ñaké kaja phíyu'ke pa'yú ta i'michami marí pheñawilá puráka'lo yukuna nupala'tákaloje ijló riká.
Unká nula'ká iká wejapu ejomi kalé iná ikapaja peyajweni pa'yú ta i'maká wakaje ri'michami te'e ke ñakaje yukuna.
Penaje iná we'píkaje aú iná kemá ñaké pajlokaka.
– Re jo'ó chi o'wé ?
… Marí ke pa'yú ta i'maká wajló pheñawilá puráka'lo yukuna penaje iná pechu nakú. 
Penaje iná ejé kemá nakú.
Maáreje kaja Pujumi yaní ja'chó, neijo i'majé Chi'nárikana nakojé.
E nawajicho natajnáchiya.
– Marí ke o'wé. Marí ke pa'yú ta i'michákami wajló ñakaje yukuna i'maká o'wé.
– Ke jo'ó riká, nujmeré, ke rimíchaka.
Palani riká, nojena. Unká me kalé riká, nojena.
I'maká e'iyonaja patukumacha riká ka'jná, riká ñani aú ja kalé.
Unká meke ri'maká ejomi, ñaké kaja, phíyu'ke pa'yú i'marí ñakaje yukuna.
I'makale ñaké ñakaje iná ñaké ke'iyape.
Riká ñakaje ri'maká e'iyonaja patukumacha rika'kana.
Re'iyaja kalé chuwá nupala'tájika ijló riká. Unká nula'jika wejapu iká ejomi kalé.
Marí ke pa'yú i'michami ñakaje yukuna nojló i'maká.
Maare Malawichure ta ja'chó piño wajajo.
E nemi'chá ta apojó kemachi nale'jé ta i'jichaka.
– Yee ! Meke kajrú wani o'wé la'ká wejapu weká !
A'jná ritajnáchiya.
– Marí riká, nojena. Marí ke pa'yú ta i'michákami nojló ñakaje yukuna i'makó nujmeremi.
– Ñakeka o'wé.
Ne'michá ta meketánaja, napi'chó.
Iphíchari.
– Yúka'a, nu'rí ?
– A'a.
Júpichami rimicha :
– Pa'yú, ke rimíchaka, marí ke o'wé kemicha wajló : « Chuwá i'majlá iijo Chi’nárikana nakojé.
Ñaké kaja phíyu'ke pa'yú ta i'michami ñakaje yukuna ijló i'maká : Iná ikapaja malapa ñakaje i'maká chiyó. Ri'michami ñakaje yukuna i'maká.
Unká iná la'ká wejapu ejomi kalé nujmeré nupala'tákaloje ijló riká.
Ñakeka aú we'michá weijo Chi’nárikana nakojé. »
E watajnáchiya, e wemicha : « Marí ke pa'yú ta i'maká wajló riyukuna. »
Aú rimicha :
« Ke jo'ó riká nojena, palani.
Unká meke ri'malá riká i'maká. E'iyonaja patukumacha ñakaje ka'kana re'iyá kalé, ñaké kaja phíyu'ke pa'yú i'michami ñakaje yukuna.
Nojena iná ikapaja malaapa ñakaje i'maká chiyá ri'michami nojló ñakaje yukuna. Marí kaja rimíchaka.
Nojena, pa, chuwá nupala'tájika chuwá ijló riká ke rimíchaka. »
– Maare rapicha wajapo i'michaka.
E we'michá jemi'chari kaja wale'jé japichaka ke'iyape.
Marí kaje aú o'wé Malawichure li'chá weká wejapu. »
– Ay ! Ke Pujumi ta kemíchaka.
Meka penaje ila'á iká wejapu nuyani. Na liyá riwe'pichami kajrú, te'e ke nakaje pheñawilá puráka'lo ! ? Rila'á ja'pejé iká wejapu !
Nuká i'michami pheñawilá puráka'lo yukuna rijló i'maká. Unká nakajela ! Rila'á ja'pejé iká kajrú wejapu !
Ñakeka nuyani, yuwaná kalé iká ila'á wejapu. Wekako wajicho rijwa'té.
Muní nomáijla na liyaka riweíchami cha'tá marí pheñawilá puráka'lo. Rila'á ja'pejé wejapu nuyani, wekako wajicho rijwa'té.
Nuká chiyó phíyu'ke, ke rimíchaka.
Muní ke lapiyami :
– Nuyani, chuwá nu'jichaka ijwa'té wajajo, nu'michachi nuijo Chi’nárikana nakojé nu'rí wa'té.
Kaja ri'jichá ta e rilejñátacha Malawichure ta mapechu chi aú.
– Chajaa nuijo i'majé, nu'rí wa'té Chi’nárikana nakojé.
E “Ñakewaja pa'yú”.
Rajalákicha riká.
– Piká, pa'yú.
– Nuká, nu'rí. Nuká i'jichaka nuijo i'majé pijwa'té Chi’nárikana nakojé, nu'rí, ke rimíchaka.
– Ñakeka, pa'yú.  Ripuri'chó rijwa'té.
– Kéchamiko wamicha ñakeji.
Ra'chá rinuma kuli'yá.
Ripicha rikakú.
E rimicha :
– Pa'yú, i'jná wamíchajla riphíchaka Pujumi.
Nu'má nuijo Chi’nárikana nakojé, nu'rí, ke rimíchaka.
E Pujumi ta ja'picha rinakojé atá riñapáchiya.
– Ajá ! Ke rimíchaka. Chuwá nu'rí, chuwá piká.
Chuwá pi'majlá piijo Chi’nárikana nakojé.
Maárejecha rimíchaka :  – Nomáijla na ka i'marí pijló marí pheñawilá puráka'lo yukuna i'maká, penaje cha'tá pipechu nakú pila'á ja'pejé pejena, nu'rí.
Nuká i'michari pijló pheñawilá puráka'lo yukuna i'maká.
I'maká e'iyonaja pila'ká yuwaná pejena wejapu. 
Nu'rí, chuwá pi'majlá piijo nomáijla mékeka pipechu nakú riká ?
– Ke jo'ó, pa'yú. Unká nula'ká kalé wejapu nojena.
Marí ke numaká najló penaje ka'jná ne'má yukuna pijló.
Pa'yú, nu'má najló : « Nomáijla mékeka pa'yú i'maká ijló nakaje yukuna.
Ñaké kaja phíyu'ke, pa'yú i'marí ijló marí pheñawilá puráka'lo nupala'tákaloje ijló riká penaje. 
Unká iná la'ká wejapu iká ejomi kalé. Peyajweni pa'yú i'maké wakaje ri'michami pheñawilá puráka'lo yukuna. I'maká penaje iná pechu nakú nupala'tákaloje ijló riká penaje.
Ñakeka aú ne'má neijo.
Aú numá najló. 
– Palani riká. Unká meke kalé riká. Ñaké kaja phíyu'ke, pa'yú, i'michami pheñawilá puráka'lo yukuna i'maká.
Marí patukumacha ñakaje ka'kana riká ñani ja kalé. Nukapaja pa'yú i'michámijlo ñakaje yukuna peyajweni ñakaje i'maká chiyó.
I'maká marí ke nu'maká najló i'maká. Riká ka'jná ne'má yukuna pijló, pa'yú, ke rimíchaka. Unká nula'ká kalé neká wejapu.
– Ñakeka, nu'rí. Chuwá pi'má piijo Chi’nárikana nakojé nomáijla mékeka pipechu nakú ñakaje.
– Ke jo'ó, pa'yú. Marí ke pi'maká nojló ñakaje yukuna. Peyajweni pi'maké wakaje penaje nupechu nakú marí pheñawilá puráka'lo yukuna.
E Malawichure ja'picha rinakojé apú piño, apú piño, atá ritajnáchiya..
– Ajá ! Marí ke pi'michákami nojló ñakaje yukuna penaje nupechu nakú.
– Ke jo'ó, nu'rí. Unká meke ri'malá. Ilé keja nu'michákami ñakaje yukuna i'maká marí pheñawilá puráka'lo yukuna i'maká penaje pipechu.
Ke jo'ó riká, nu'rí, ke rimíchaka. Kaja nu'michá nuijo i'majé Chi’nárikana nakojé.
Chuwá nupi'chako.
E Pujumi pi'chako.
Metanajeta ujwí Malawichure pechu li'chako.
Mapechu rili'chako.
« Meke nuli'chako ? »
Aú ripi'chó. Iphíchari.
« Apala ta pa'yú li'chá. Meke nuká ripechu i'michaka ? »
E riyawícho'ta. Amíchari kaja rara'pá kechi'chako lawichú ripechu nakú, nakaje ripechu nakú.
Pu'waré ! Me kalé unká ujwí ina'ukélari iná chi'ná wejáputena ! Rila'á ta kamu'jí nunaku.
E riki'chá ta rinakiyó riká.
« Ajá ! Mana'í ta rejomi. »
Kaja nawajichako piño.
Ocho dia ketana nawajichaka.
Ejéchami rimíchaka :
– Ke jo'ó nojena. Kaja marí ketana.
Chuwá, kaja nuya'tá Chi’nárikana ijló nojena. Muní Chi’nárikana pa'jiko. 
Muní ke nemachi'yaka Chi’nárikanaji ta rápumi chuwá.
Kéchami rikajwáchiyaka neká.
Rejomi ri'michá rara'pajlo kemaje :
– Kaja chuwá pa'yú. Kaja nuya'tá Chi’nárikana yuwanajlo, pa'yú.
Kajaka nujlupero nojena pijló, pa'yú.
– Ñakeka, nu'rí.
– Ilé kaje penaje kalé numá pijló ñakele ne‘tajó na'chó pajluwa ta keri ketana.
Kéchami nukajwátaje neká.
– Ñakeka. 
E ne'michá ta pajluwa ta keri ketana ejéchami rikajwáchiya neká.
Maárejecha rikajwáchiyaka ne'michaka, rili'chá jiwí najló.
Kaja keja rikajwáchiyaka neká. 
Maare kaja ne'michá rejomi.
E Pujumí yawi ta i'michari kajruni.
Maáreje kuichako ri'michaka.
Karayu rií i'michaka. 
Riká i'michari puwa'keni kuani. Jemana rinocha, apiyena. Iyamano ke rinóchaka apiyena. 
Maárejecha Pujumí yaní ñapicha walijímakana ne'michaka.
Kaja ewaja juni ja'chó “te te te” ñachiyaro lainchú iyamá chojé cha kamú to'kó.
– Yee ! Na wajñalaje, pa'yú ? Kewí nojló me'pijí. Wachira'chíyako yáwina wa'té, nujmeremi wa'té.
– Ke jo'ó, nu'rí, ke rimíchaka. Kajruni wani jme'chiyari. Apala ika'á nuyawité yáwijlo, nu'rí.
Wapa'ná wa'té pichiri'chó wapa'ná wa'té chira'kó walijímaka.
Phíyu'ke ta kalé chira'tari yawi.
Phíyu'ke nu'maká aú nulamá'ichami yawi nonókaloje puju kaje rijwa'té.
Wapa'ná wa'té chira'kó walijímaka.
Unká chira'ló yawi wa'té.
– Unká pa'yú. Kiñaja we'jichaka pa'nojo e'iyowá we'jichá.
– A'e. Atá i'jnájika nuyawité ka'jé yáwijlo !
E ne'jichá pilaki'charo já'icharo aphela nakojé.
Ñaké yawi ta jácho'chami kuripichí iché nakojé. 
« Tu » ke yájena rawejachiya.
Kajrú yájena ichaka “kué kué”. E ripháchiya ta yájena “kué kué kué” riki'chá tamija ke.
Aú kaje yawi puwa'keni ta ya'jná chira'kó, e ripicha ta ra'pejé “jou jou jou”.
Riká penaje ta yawi ta yuricha richó tejé kaka moo rinaku. 
– Meke yawi ta nólacho pa'yú yawité ?
E necho'chó, amíchari yawi ta taratako yawi tami nakú.
Riká penaje ta nenocha riká mutú ra'pejé.
Nakuwata yawi ta amicha riká.
E riki'chá ta yawi tami rinuma chiyá.
Kaja keja riíchako.
– Yee ! Meke chapú wani yawi nocha pa'yú yawité. 
Meke wala'jika chuwá. 
E nácho'ta yawi tami ja'pejé.
Nepháchiya “tejé” rinaku pají kapeje.
– Yúka'a, nu'rí ?
– Yee ! Pa'yú, unká paala yuku.
Kaja maapami yawi ta nocha piyawité waliyá.
– Ay ! Ke rimíchaka. Ileka numicha i'michaka iwaniya yawi iká'ajika nuyawité, eja'wá minajlo ke numíchako i'michaka ipenaje iká.
Phíyu'ke ta i'maké, phíyu'ke ta kalé chira'ró yawi wa'té, wapa'ná wa'té chira'kó walijímaka ta !
Pachá iki'chaka nuyawité eja'wá minajlo !
Kaja wani chi rinocha ?  – Kaja pa'yú. Ka'jná tami to'ró, piwátajika ee pamicha.
E ri'jichá ramaje. Amíchari raí aphumi.
– Meke chapú wani ilé kajena ta ka'á nuyawité yáwijlo. Unká meke nula'lá.
Ina'ukepi riká ke riwojítajika nuká nupirá michú i'majika. Penájemi eja'wá miná kapichá ta nuliyá !
E ra'chó riminano la'jé « pa'yú, pa'yú ». Riyichaka riká. 
Riyuríchaka rimicha.
– Ke jo'ó, nu'rí. Eko imicha nu'rí pe'wejlo chau wani yawi ta nóchaka nuyawité, yawi pirakana jo'ó i'maká yawi. 
Nokó nuyakamija nula'ká nokó kamu'jí.
Napí wojítari ? Riká kejaka ñakaje wojítajika nu'majika eja'wá ya'jné aú. 
I'majika penaje eja'wá miná kapichá ta nuliyá kaje yamí nula'á nokó kamu'jí, nu'rí i'jnakáloje nomaje ñakaje. 
Puíchiya kaje i'makale numá marí ke nu'rí nakú ri'jnakáloje nomaje chapú kaje puíchiya ñakeka.
– O'wé, marí keja ?
– A'a. 
– Unká paala yuku.
Ma'pami yawi nocha pa'yú yawité waliyá.
Riká aú kajrú raki'chá weká.
Marí kaje aú rimicha marí ke aú rili'chá riminano.
– Ilé kaje penaje iwa'á riyawité ! Pachá ili'chá chapú wani pa'yú ta !
– Marí kaje aú rimicha pinaku :
« Eko palá nu'rijlo, yáwijlo. Yawi pirakana palá wojítajika nu'majika. Ina'ukepi wojítakere riká ke kaja riwojita ke nu'majika, penaje yawi nocha nuliyá.
Kaje puíchiyo nula'á nokó kamu'jí.
Phíyu'ke ta kaja nuká, nokó nuyakamija nula'ká nokó kamu'jí. Kaje i'makale nuwaká'are nu'rijlo puráka'loji nu'rí i'jnakáloje nomaje chapú kaje pumí chiyá. »
– Ñakeka. Phíyu'ke jo'ó pa'yú ta.
Unká cha we'pila kapina ri'maká eja'wá chu penaje wakára'ri pura'káloje nojló.
Keja ka'jná nu'jnajé ramaje ilé ka'jnó nuká me'tení.
E napi'chó ta.
– Yúka'a ?
– a'a. Me'tení riká waicha.
Metanajemi ta Malawichure ta iphicha.
Maapami eja'wá miná kapicháchiya piyawité ! Piyawité piliyá maáree pa'yú.
– Yee ! Ma'pami eja'wá miná kapicháchiya nuyawité nuliyá maáree, nu'rí, ke rimíchaka. Penaje nula'á yamí nokó kamu'jí.
Ina'ukemi wojítari riká kamejeri aú penaje eja'wá miná kapichata nuliyá ! 
Nokó nuyakamija nula'ká nokó kamu'jí. Phíyu'ke ta kaja iná i'maká kapina eja'wá chu.
Aú nuwa'á pimaná pi'jnakáloje nomaje.
Ñakeka, pa'yú. I'mayapo, pa'yú.
Kaja nali'chá naminano. 
Rejomi rimicha rijló :
– Kaje i'makale numá pijló nu'rí pila'káloje wajló iyakaona maná wala'káloje wekó kamu'jí meketana.
– Ñakeka, pa'yú. 
Rili'chá ta jemakaji maná e kaja nocho je'makaji chojé.
Ejéchami Pujumi ta kemicha :
– Ñakeka, yuwaná, ayúma'a nojló wijwiyú jenami jema'chí meka wijwiyú numamí.
– Je, ke.
E nali'chá rijló wijwiyo jenami. Nañapáchiya e ne'michá :
– Marí ta pa'yú.
– Ñakeka.
Ejéchami rimíchaka :
– Nu'rí, kaja marí ketánaja.
Kaja wala'á wekó kamu'jí.
Chuwá pila'á wajló lajo'wajicha warukaloje kamu'jí kaje waliyó.
– Ñakeka, pa'yú. 
E rili'chá keranicha najló.
Kaja keja na'páchiyaka naminano na'chó arápa'je.
Kaja maárejénaja riyukuna tajnó.
Notre ancêtre Malawichure vivait il y a longtemps.
Il est l’un de nos premiers grands pères, après nos ancêtres créateurs. Pujumi était son père.
Malawichure était chamane comme son père.
Pujumi avait eu son fils Malawichure avec une femme Kuweya, d’une autre tribu. Malawichure était donc un fils Kuweya.
Malawichure avait deux femmes, avec lesquelles il avait eu deux fils.
Kuwinumá et Wapirami, ses fils, vivaient avec lui.
C’est grâce à feu son grand-père que Malawichure avait pu être initié au chamanisme.
Puis il alla chez les maîtres de la forêt, les Yáina, qui perfectionnèrent son chamanisme.
Nous ne savons pas ce qu’ils devinrent. Mais les Yáina vivaient dans une forêt abattue, à Jewalá.
Ce sont eux qui firent de lui le chamane qu’il était, un très grand chamane.
Toutes les choses lui apparaissaient en tant que personnes.
Tous les insectes étaient humains pour Malawichure, tellement il était chamane. Grand, il était.
Au bout d’un certain temps, sa mère finit par mourir en laissant son père veuf.
Alors son père resta seul avec son fils. Il vivait avec Malawichure.
Plus tard, il dit : – Mon fils, je vais demander la fille de ce monsieur (mon non-parent) pour toi. Alors je t’avise.
– Bien, papa. Comme tu veux.
Alors ils partirent.
Elle était de tribu Matapi.
C’est à Makapure qu’il alla demander pour son fils une femme : la propre fille de Makapure. Elle s’appelait Wayaju.
Ils arrivèrent.
– Ah ! C’est ainsi que vous êtes, monsieur.
– C’est ainsi que je suis, monsieur.
Il le salua.
– Oui, monsieur. Je suis venu vous voir comme ça pour rien. Comme nous vivons à proximité, je viens vous visiter.
– C’est bien, monsieur de venir pour que l’on puisse se voir.
Et il lui offrit de la coca.
Il dit :
– Monsieur, cette coca je vous l’offre.
– Donc je dois dire [une chose].
– Bien, monsieur.
– Je dois vous dire, monsieur que je suis venu aussi pour voir les filles d’un homme tel que vous, ses enfants qui sont vraiment [prêts] pour être donnés.
C’est de ça que je veux parler : à propos de votre enfant, monsieur.
C’est pour cela que l’on veut [je veux] entendre ce que l’on en dit [vous en dites], comment un non-parent parle à ce propos pour la remettre.
– Bien monsieur. Je ne peux rien vous dire. C’est comme vous voulez.
Vous désirez parler de mon enfant. C’est vrai, j’ai une fille. La voici.
Comme on l’a avec soi comme ça, simplement en tant que fille, on peut dire que ce n’est pas parce qu’elle est spécialement courageuse.
Donc je ne peux rien dire de plus.
Je n’ai pas à la garder pour moi.
Une femme est toujours destinée à quelqu’un d’autre, pour que quelqu’un comme vous vienne la demander, monsieur.
Ainsi vais-je probablement la laisser à mon beau-fils.
Comme vous dites : les anciens étaient très puissants autrefois, et travailleurs. Eux, ils pouvaient achever de dire toutes les paroles, monsieur.
C’est [uniquement] parce qu’elle est fille que l’on peut dire qu’elle [m’] est restée accrochée.
Comme vous l’avez demandé, je vais sans doute laisser ma fille à mon beau-fils, monsieur.
– Bien.
Ainsi la donna-t-il à Malawichure. Le lendemain, il dit :
– Bien, mon fils. Maintenant je vais rentrer.
Tu restes ici avec ce monsieur pour lui porter du bois, et pour l’aider.
– Quand tu l’auras décidé, tu rentreras.
– Bien, papa
Pujumi dit alors : – Maintenant, je rentre, monsieur.
J’ai dormi chez vous, monsieur, puisque nous vivons à proximité.
– Bien, monsieur, vous pouvez partir.
Ainsi s’apprêta-t-il à rentrer.
Et il ajouta : – Mon fils va rester ici avec vous, monsieur. Il vous aidera un moment dans les tâches domestiques, et pour porter le bois
– Bien, monsieur. Puisque vous en avez décidé ainsi, laissez votre fils, monsieur. Ainsi, en sera-t-il.
C’est alors que Pujumi rentra.
Et Malawichure resta avec son beau-père. Quatre jours passèrent, et le cinquième jour il dit :
– A présent, nous allons partir, annonça-t-il à sa femme.
Alors elle se prépara.
Ensuite il dit : – Mon oncle, maintenant je m’en vais. J’ai dormi chez toi un moment.
Mon oncle. Comme on a voulu demander une fille, un père a laissé son enfant, et j’ai (on a) dormi chez toi un moment.
Maintenant je m’en vais. On se reverra par la suite.
– Bien, mon beau-fils. Tu peux partir, mon beau-fils.
Et Malawichure rentra.
Il arriva.
– C’est ainsi que tu es, papa ?
– C’est ainsi que je suis, mon fils.
– Te voilà, mon fils ?
– Oui, je viens d’arriver, papa. Salue bien ce monsieur pour moi, m’a dit mon oncle.
– Bien.
Et ils vécurent ainsi pendant un temps.
Différents étaient les anciens en ces temps révolus.
Ils ne voulaient pas que leurs femmes dorment tôt.
Quand des gens arrivaient chez eux, ils voulaient qu’elles s’assoient près d’eux à côté du foyer.
Qu’elles restent assises pendant ce temps pour alimenter leur feu et les éclairer.
Elles ne devaient pas non plus péter près d’eux.
C’est seulement quand ils allaient dormir, qu’elles pouvaient se coucher.
Mais elle se couchait tôt.
Quand des gens arrivaient, elle s’asseyait juste un moment, puis elle allait dormir. Elle lâchait des pets tout près d’eux.
Cela ne lui plaisait pas du tout.
Il finit par dire : – Bon, maintenant je vais t’attendre pendant que tu vois ton père.
Cela fait longtemps déjà que je t’ai ramenée.
Malawichure fit de la vannerie : des paniers, des égouttoirs à manioc, des tamis, des plateaux, etc.
Et il termina.
– Allons-y, maintenant je vais t’attendre pendant que tu vois ton père.
– Bien.
Et il dit :
– Papa, je vais là-bas attendre un moment pour qu’elle voit son père.
Cela fait déjà longtemps que j’ai parlé à son propos pour qu’elle vienne dormir avec moi.
On n’emmène pas trop longtemps la femme des autres.
Donc je vais attendre qu’elle le voie là-bas.
– Bien, mon fils. Combien de temps ?
Je reviens vite, papa. Je repars après-demain.
– C’est le moment.
Ils partirent.
Ils arrivèrent, et virent qu’il était là.
– C’est ainsi que tu es, mon oncle ?
– C’est ainsi, mon beau-fils.
C’est bien toi, mon beau-fils !
– C’est moi, mon oncle. Cela fait longtemps que j’ai parlé à propos de ta fille.
Depuis lors, elle est avec moi.
Il n’y avait pas moyen qu’elle vienne te voir, mon oncle.
On ne peut pas emmener trop longtemps celles qui ont leurs parents. Donc je suis venu l’attendre ici pour que l’on puisse se voir.
– C’est bien, mon beau-fils, comme tu veux. C’est précisément parce qu’une fille doit être remise à un autre, que l’on ne peut pas la garder avec soi.
Ensuite comme tu l’as décidé, tu es venu. C’est bien de venir me voir.
– C’est pour cela que je suis venu.
Il resta avec lui. Le soir, il s’assit auprès de lui. Il dit :
– Mon beau-fils, combien de temps es-tu venu ici.
– Je suis venu, mon oncle. Demain, je serai avec toi, et le lendemain, je rentrerai.
– Bien.
Le lendemain, il resta avec lui toute une journée.
Le surlendemain, il dit :
– Maintenant je rentre.
Mais toi, tu vas rester avec mon oncle. Car cela fait longtemps que tu n’as pas vu ton père, tu pourras ainsi lui porter de l’eau, du bois, etc. Mon oncle est vieux maintenant.
Quand je l’aurai décidé, je reviendrai te chercher.
– Bien.
Et elle resta là-bas.
Il dit :
– Mon oncle, maintenant je m’en vais.
J’ai dormi chez toi un moment, parce que nous vivons à proximité.
Sur ce, je m’en vais.
– Bien, mon gendre. Maintenant que tu as dormi chez moi, tu peux partir.
Nous nous verrons une autre fois.
Il dit :
– Mon oncle, ta fille peut rester avec toi ici. Comme cela fait longtemps déjà qu’elle est avec moi.
On ne peut pas emmener trop longtemps ceux qui ont encore leurs parents. Elle restera un moment avec toi pour porter le bois et l’eau.
Quand je l’aurai décidé, je reviendrai la prendre.
Bien, mon gendre, comme tu veux.
Je t’ai dit, mon gendre : pour être laissé à d’autres sont les filles. Elles ne restent pas avec soi.
Quand tu voudras, tu viendras la chercher.
C’est comme tu veux.
Il rentra.
Il arriva. – C’est ainsi que tu es, papa ?
– C’est ainsi, mon fils. Viens-tu d’arriver ?
– Oui, je viens d’arriver, papa.
Là-bas, j’ai été voir mon oncle.
– « Salue-bien ce monsieur », a dit mon oncle, papa.
– Et ma bru ?
Je l’ai laissée, papa, pour qu’elle reste un moment avec son père.
Elle est avec moi depuis trop longtemps, papa. Elle pourra porter l’eau et le bois pour mon oncle. Quand je l’aurai décidé, j’irai la chercher.
Et il resta [sans elle].
Comme il restait ainsi, Pujumi se préoccupait pour elle.
Un jour, il dit :
– Mon fils. Quand iras-tu chercher ma bru ?
Cela fait trop longtemps que tu l’as laissée chez lui.
Je ne sais pas, papa. Plus tard, quand je l’aurai décidé. Plus tard, disait-il.
A nouveau, un autre jour : – Mon fils.
As-tu laissée ma bru suffisamment longtemps ? Tu n’as toujours pas été la chercher.
Et il y a aussi les parents, c’était aussi pour eux qu’on les a rencontrés.
On ne peut pas jouer de la sorte avec eux en les traitant ainsi.
C’est alors qu’il dit :
– C’est vrai, papa. Qu’elle reste avec lui. Une femme ne sert à rien quand on en a déjà d’autres. J’en garde déjà beaucoup à mes côtés. Il n’y a pas de raison d’en entasser davantage ! Laisse-la avec lui, papa.
En plus elle n’est pas bien, elle est beaucoup trop dormeuse ! Quand les gens viennent à mes côtés, elle dort en leur pétant dessus ! Cela ne va pas. Alors j’ai été la rendre à son père pour qu’elle reste avec lui.
– Oh ! dit Pujumi.
Pourquoi fais-tu ça, mon fils ?
C’était précisément pour être avec cette famille que j’ai demandé leur fille.
– Comment peux-tu leur faire ça ?
Puisque c’est comme ça, je vais te la ramener moi-même. Cette bru, je vais la chercher tout seul.
– Bien, papa, comme tu veux.
– Demain, j’irai la chercher.
– Bien.
Pujumi fit de la coca.
Le lendemain :
– Mon fils, maintenant je vais la chercher.
– Bien, papa. Va la chercher.
Quand est-ce que tu [reviens] ?
Eh bien, mon fils, aujourd’hui j’arriverai là-bas.
Comme je suis déjà vieux, demain je resterai toute une journée. Après-demain peut-être, je rentrerai.
– Alors je te dis, papa :
Le jour où tu la ramèneras, reviens avec elle le jour même.
C’est ce jour-là que tu la ramèneras.
– Bien, mon fils.
– Salue bien, mon oncle, là-bas.
Pujumi s’en alla, et arriva là-bas.
– Ah ! C’est ainsi que tu es, mon ami ?
– C’est ainsi, mon ami.
Ils se saluèrent.
C’est moi. Je suis venu voir ma bru, mon ami.
Cela fait longtemps que mon fils est venu laisser ma bru. On ne peut pas jouer de la sorte avec d’autres parents. C’est la même chose pour vous.
Cela fait longtemps que j’ai parlé à propos d’ [alliance entre nos] enfants. Après cela, mon fils l’a bêtement laissée ici trop longtemps.
Alors je suis venu la chercher, mon ami.
C’est bien de venir chercher ma fille.
Elle est là, ma fille, puisque mon gendre a voulu la laisser ici.
J’ai dit que ce n’est pas pour qu’elles restent avec soi, suspendues entre deux piliers de la maloca, que l’on donne ses filles. Or elle a été remise à un autre.
Comme il a voulu, mon gendre a laissé ma fille ici. Après cela, elle est restée longtemps avec moi. C’est bien de venir la chercher. Tu es venu, mon ami.
L’après-midi, ils mâchèrent leur coca. Il lui dit :
– Dans combien de temps t’en iras-tu, mon ami ?
– Je suis venu. J’ai dit à mon fils : « Je suis vieux. Comme j’ai des courbatures, aujourd’hui j’arriverai chez lui, et demain je serai mal toute une journée.
Ensuite je rentrerai le lendemain. Voilà ce que j’ai dit à mon fils.
– Bien. Chacun marche selon sa pensée. Personne n’est là pour donner des ordres.
Ils parlèrent un moment. Puis ils allèrent dormir.
Le lendemain, ils se levèrent, et il dit.
– Mon ami, allons cueillir la coca, que l’on puisse mâcher notre coca cette après-midi.
– Bien, mon ami.
Et les vieux allèrent chercher la coca.
Ils terminent. L’après-midi, ils la préparèrent. Ils finirent et parlèrent un moment.
Puis ils se mirent à dormir.
Le lendemain matin, Pujumi dit :
– Ma bru, aujourd’hui nous allons rentrer. Quand tu seras prête, dis-le-moi.
Alors elle se prépara.
– Maintenant, mon oncle.
Ensuite, il dit :
– Mon ami, à présent je m’en vais. Nous nous sommes vu à présent. Comme il l’a voulu, mon fils a laissé ma bru par ici. C’est pourquoi je suis venu la chercher.
Maintenant je m’en vais.
– C’est bien, mon ami. Nous nous sommes vu. Tu peux t’en aller.
Pujumi emmena la femme de son fils. Au milieu du chemin, il se mit à pleuvoir. L’eau [des nuages] s’obscurcit brusquement, et ils durent s’abriter l’après-midi. Le soleil était parti.
– Oh ! Quel dommage que le mauvais temps se soit assombri sur nous, ma bru.
Je ne peux pas marcher vite. Mon genou me fait mal, impossible de marcher avec force.
Nous continuerons peut-être demain. Nous dormirons plus loin, au bord de la rivière.
Ils arrivèrent au bord de la rivière.
Il put faire un abri.
– C’est ici que nous allons dormir.
Demain, nous repartirons.
Il dormit avec elle.
Le lendemain matin, ils se levèrent.
Allons-y, ma bru. Continuons.
Ils marchèrent. Ils arrivèrent quasiment à midi.
– C’est ainsi que tu es, mon fils ?
– C’est ainsi, papa. Viens-tu d’arriver ?
– Oui, j’arrive, mon fils. J’ai été là-bas chercher ma bru, pour toi. « Salue bien mon gendre » m’a dit mon ami. La voilà, celle que j’ai été cherchée pour toi, mon fils.
– Bien, papa.
Il dit : – Papa, quand es-tu parti de là-bas ?
– Eh bien, hier j’ai essayé de rentrer, mon fils. Mais nous avons eu mauvais temps. Une forte pluie nous a arrêtés l’après-midi.
En plus, mon genou me faisait mal. Je ne pouvais pas marcher vite. Alors j’ai dormi à mi-chemin, et c’est ainsi que j’arrive.
– Bien, papa.
Je t’avais dit de rentrer le jour même pour me la ramener ici.
Mais vous avez passé la nuit ensemble.
– C’est bien pour cela que je te dis, mon fils, qu’hier, j’ai tenté de revenir, mais nous avons eu mauvais temps.
– Bien, papa. Alors voilà ce que je te dis. Les paroles [que tu as prononcées pour nous mettre ensemble] vont peut-être servir à la faire vivre avec toi, papa.
Je te dis cela parce que tu dors seul depuis longtemps, tu es seul maintenant que maman est morte. Personne ne t’aide.
Personne ne s’occupe de l’eau pour toi, papa. C’est pour qu’elle reste avec toi qu’il y a eu ces paroles. Vis avec elle pour qu’elle s’occupe de l’eau pour toi.
– Oh ! Comment peux-tu être inhumain à ce point ?
Où as-tu vu quelqu’un caresser ses enfants, mon fils ?
On ne touche nulle part les enfants qui vivent auprès de soi ! Et tu me dis ceci !
Je ne veux pas que tu me dises ceci, mon fils.
Mais non, papa. Il n’y a rien de tel, je te dis seulement ceci, papa :
– Je n’ai aucune raison d’avoir trop femmes. J’en ai déjà assez accrochées à moi. Cela ne sert à rien. Alors je te dis ceci, papa, parce que tu vis seul.
– Non, mon fils. Je ne veux pas.
Plus tard, il dit : – Comment est-ce que cela va se passer, mon fils ?
– Elle doit vivre avec toi, papa.
Comment pourrait-on toucher aux enfants qui vivent auprès de soi ?
En plus, elle est ma bru. Je ne peux pas.
– Ce n’est rien, papa.
Elle est la fille d’un autre, papa. C’est pour cela que l’on se salue de cette façon [avec elle].
Plus tard, il dit :
– Es-tu sûr de ce que tu m’as dit ?
Est-ce ainsi que cela va être dorénavant ?
– J’ai déjà parlé à ce propos, papa. Elle vivra avec toi. On ne peut rien y faire. Trop de femmes sont accrochées à moi.
Cela ne mène à rien d’avoir trop de femmes !
– C’est vrai, mon fils.
Je pensais bien faire en allant la chercher, mais voilà ce que tu me dis.
Tu ne reviendras probablement pas sur ce que tu as dit, mon fils.
Et tu as raison. Il y a longtemps que ta pauvre mère m’a laissé veuf.
Ensuite je suis resté un homme seul.
Puisque tu me dis que cela serait mieux ainsi, qu’il en soit comme tu dis.
– Qu’elle vive avec toi, papa. Emmène-la, elle portera l’eau pour toi.
– Bien, mon fils.
Et il informa sa bru :
– Voilà ce que mon fils m’a dit :
Tu pourrais vivre avec moi.
Alors je te le dis.
– Bien.
Il se fit à l’idée de la prendre pour femme [il la prit dans son esprit].
Et c’est ainsi qu’il prit l’ex-femme de son fils.
Puis il dit : – Bon, mon fils.
Je voudrais que tu dises aux enfants de me faire un abri dans mon jardin.
Comme ça je vivrai à tes côtés, mon fils. Là, ce sera bien pour chauffer du bois, je suis vieux maintenant.
Je ne peux plus charger loin.
– Bien, mes frères, nous allons faire pour mon père un abri dans son jardin.
– Bien.
Ils lui firent son abri. Ils le terminèrent.
– Papa, nous avons terminé. Mes frères ont fini ton abri. Là-bas tu peux suspendre ton hamac à mes côtés.
– Bien, mon fils.
L’après-midi, il dit :
– Allons-y. Nous passons là-bas, au jardin.
– Bien, mon fils. Là-bas, je vais m’installer dans mon abri.
Je vais pouvoir me suspendre à tes côtés.
– Bien, papa. Installe-toi près de moi.
Et Malawichure ajouta :
– Bien, dit-il à ses enfants. C’est ainsi que grand-père va s’installer.
Attention ! N’allez pas là-bas. N’allez pas l’ennuyer, vous qui êtes sans scrupules !
– Bien ! D’accord, papa.
Ils vécurent ainsi, et au bout d’un moment, ils allèrent là-bas.
Ils y allaient avec leur grand-frère, le fils de Malawichure.
Ils virent que beaucoup de fumée sortait [de la maisonnée].
« Grand-père doit être là-bas, en train de brûler des branches. »
Ils allèrent là-bas et virent que c’était vide. Il n’y avait personne.
– Où grand-père a-t-il pu aller ?
Ils firent le tour, mais en vain. Ils virent un tronc d’arbre creux dans lequel s’était glissé Pujumi et sa femme.
– Oh ! Ils l’entendaient s’essouffler.
Qui est-ce qui fait autant de bruit ?
Alors ils allèrent voir, et entendirent sa respiration. Ils regardèrent, et virent ses yeux briller, sorti de leurs orbites dans le creux de l’arbre.
– Oh ! Qu’est-ce qu’il est en train de faire ?
Sauvons-nous !
C’est ainsi qu’ils fuirent.
Plus tard : – Papa, nous avons été voir grand-père.
Mais il n’était pas là.
Comme nous avons vu son feu. [Nous nous sommes dits :] « Il doit être là-bas. Allons le voir ».
Nous avons vu qu’il n’y avait personne près du foyer. « Où grand-père a-t-il pu passer ? »
Alors nous avons en vain fait le tour.
Dans le jardin, il y a un grand tronc d’arbre.
Se serait-il mis dedans ?
Et nous l’avons bien entendu. Qu’est-ce qu’il fait ? Il s’essoufflait, il y avait un bruit qui faisait : « hii hii hii ».
Nous y sommes allé, et avons vu ses yeux brillants et exorbités dans le tronc. Alors nous nous sommes sauvés.
– Oh ! Voilà pourquoi je vous disais de ne pas allez voir le vieux en train de s’installer.
Pourquoi n’écoutent-ils rien, ceux-là ? Il a fallu que vous vous précipitiez pour voir le vieux !
Attention ! N’allez pas le voir, j’avais dit.
Quelques temps plus tard, lui naquit un fils.
Il lui donna le même nom que lui : Pujumi.
Ensuite il en eut un autre qu’il nomma Inalakami.
Il avait deux nouveaux fils. Alors il les soigna comme un homme âgé.
Il prépara chamaniquement leur volonté, alors leur pensée s’éveilla.
Ils avaient déjà une pensée d’adulte.
Ils ne pensaient pas à jouer. Ils s’asseyaient auprès de leur père pour l’interroger sur les mythes et le chamanisme.
Ils s’asseyaient à ses côtés. Ils étaient petits, pas plus haut que Moncayo.
Ils avaient appris tout le chamanisme, toutes les histoires, tous les chants. Il ne leur manquait rien, parce qu’ils étaient fils de vieux.
Et il y avait les enfants de Malawichure.
“Allons voir grand-père”.
Ils allèrent là-bas. – Grand-père, ça va ?
– Oui, ça va. Il les salua.
Nous sommes allés nous promener ici comme ça pour rien.
Ils regardèrent et les virent assis.
Ils ne pensaient pas à jouer. Ils leur demandaient d’aller jouer avec eux [mais en vain].
Ils finirent par rentrer.
– Grand-père, nous rentrons. Et ils rentrèrent.
Plus tard : – Papa, dirent-ils.
Nous avons été voir grand-père.
Nous avons vu ses fils assis.
Comment ils sont bizarres les enfants de grand-père ?
Ils sont toujours assis auprès de lui.
Bien attentifs, comme s’ils avaient une pensée d’adulte.
Ils ne pensent même pas à jouer, alors que nous voulions nous amuser avec eux.
– Oh ! Comment pouvez-vous courir là-bas ? Je vous ai dit : Attention, n’allez pas auprès de grand-père pour l’embêter.
Comme mes frères sont fils de vieux, il les forme, il prépare leur pensée à veiller sur vous.
Attention ! N’allez pas là-bas !
Mais plus tard, ils y retournèrent.
« Allons voir grand-père ».
– Grand-père, ça va ?
– Ça va.
Il les salua.
Nous sommes venus nous promener comme ça.
Ils virent qu’ils étaient encore assis.
Ces derniers mâchaient la coca.
Ils tentèrent en vain de les faire jouer avec eux.
Puis ils rentrèrent.
– Grand-père, nous rentrons.
Et ils revinrent.
– Papa, nous avons été voir grand-père.
Nous avons vu que ses fils étaient encore assis auprès de lui.
Nous avons vu que ce sont des mâcheurs de coca.
Papa, pourquoi mâchent-ils la coca alors que ce sont des enfants ?
– Pourquoi n’obéissez-vous pas ?
Je vous ai dit : c’est parce qu’ils sont fils de vieux. Il leur fait de la coca pour les rendre plus courageux. Ainsi vont-ils apprendre, car la coca est leur compagnon.
– Bien.
– Attention ! Essayez donc d’aller jouer avec eux [et vous verrez] !
Quand ils furent un peu plus vieux, ils retournèrent là-bas.
Ils arrivèrent et les virent encore assis auprès du vieux.
Alors ils les poursuivaient. Ils finirent par sortir. Ils commencèrent à jouer avec eux.
Pour finir, le fils de Malawichure frappa la joue de l’un d’eux pour lui faire cracher sa coca.
Et il [Pujumi] le vit.
– Ah ! Comment pouvez-vous jouer ainsi avec mes enfants, vos oncles ? Dans quel but ?
De quelle manière est-ce que votre père vous éduque pour venir jouer ainsi ? Ils sont déjà formés, mes enfants, vos oncles.
Ils sont déjà grands. Ils ne sont plus des enfants. Vous feriez mieux de les questionner.
Ils ne sont pas là pour jouer, petits vauriens ! C’est alors qu’il se mit à leur courir après avec une branche pour les battre.
Finalement, ils se sauvèrent.
Ils revinrent.
Au bout d’un moment [ils dirent] :
– Papa, nous avons été voir grand-père.
Nous les avons vus. Pourquoi ces enfants mâchent-ils la coca ?
Regarde, je lui ai frappé la joue pour lui faire cracher sa coca.
Le vieux m’a alors terriblement disputé. Il nous a même poursuivis pour nous battre. Alors nous avons fui jusqu’ici.
Sans rien dire, le père le saisit par la main.
– Comment peux-tu être aussi bête ! Je t’ai toujours dit : ‘Ne vas pas là-bas chez le vieux !’
Il le reteint et le fouetta.
Il criait. Il fit de même avec l’autre gamin.
Alors ils n’allaient plus là-bas.
Pour finir, Malawichure prépara le ferment d’ananas. Il fermenta bien.
– Je vais aviser mon père.
Il alla là-bas.
– Papa. Ça va ?
– Oui. Alors te voilà, mon fils ?
– Oui, papa.
Je suis venu te voir, papa, parce qu’il y a un peu de guarapo (alcool d’ananas).
On ne peut pas en faire fermenter comme ça pour rien.
Comme j’en ai préparé, je t’informe, papa.
J’en ai râpé et il a bien fermenté, papa. Tu peux venir en boire avec moi.
Il faut toujours être suffisamment nombreux pour en boire.
Alors je suis venu pour que tu viennes en boire avec moi.
– Bien, mon fils.
Avant que Malawichure, les fils du vieux étaient en train de parler avec lui.
Quand il offrit de la coca à son père, les fils de ces derniers étaient assis à ses côtés et le regardaient.
« Ce n’est pas correct » pensa le vieux.
– Mon fils. Pourquoi n’avises-tu pas mes enfants ?
Tu devrais leur offrir de la coca, et les informer à propos de l’alcool d’ananas. Ils sont prêts, mes fils, tes frères. Ce ne sont plus des enfants !
Tu ne leur parles pas cérémoniellement de l’alcool d’ananas, alors qu’ils sont aptes à te répondre.
Moi je suis vieux, et il n’y a personne avec qui tu peux parler. Eux sont jeunes, tu peux voir avec eux.
– Bien. D’accord, papa.
Il pensait : “Ils sont encore trop jeunes”.
Il prit la coca, et dit : – Petit frère, viens mâcher la coca, que l’on puisse se voir et mâcher entre frères.
Et ils répondirent, malgré leur formation encore incomplète.
– Bien, grand frère. C’est bien de se voir entre frères pour mâcher la coca.
Ce n’est jamais sans rien que nos ancêtres se parlaient cérémoniellement.
C’est accompagné que l’on a toujours prononcé les paroles mutuelles et vu la coca offerte entre frères, c’est pour cela que l’on mâche, grand frère.
« Oh ! Comment peuvent-ils avoir appris tout cela ? » pensa-t-il.
– Même avec le peu d’alcool d’ananas que l’on a râpé, il convient de s’aviser.
C’est suffisant pour informer ses frères.
Ensuite on doit parler cérémoniellement à ses frères pour les voir un moment. Voilà, petit frère, c’est pour cela que l’on avise son frère.
– Bien, grand-frère.
L’enfant dialogua avec lui, sans rien oublier, comme un vieux.
Malawichure parla également avec le cadet, et ce fut la même chose.
– Ça sera quand, grand-frère ?
– Plus tard dans l’après-midi, vous viendrez me trouver.
Ce soir, nous nous assiérons avec ça.
Puis Malawichure dit :
– Papa, je rentre.
Voilà, on s’est parlé, papa.
Cet après-midi, tu pourras venir me trouver.
– Bien, je serai là-bas.
Et il s’adressa à ses frères. [Et ces derniers lui répondirent :]
– Bien, nous serons là-bas cet après-midi pour recevoir tes paroles, grand-frère.
– Bien.
Il rentra et arriva.
– Ça y est ?
– Oui.
– Comment peuvent donc être mes frères ? Leur pensée serait déjà bien préparée, selon mon père.
Moi qui pensais : “Comment vais-je faire avec ces mômes ?
Je leur ai offerts leur coca. Et ils savaient répondre.
– Oh !
– Rien ne manquait aux répliques du premier. Même chose avec l’autre !
– Oh !
C’est pour cela que je vous disais : “Vous êtes [encore] des gamins, mes fils. Faites des efforts pour éveiller votre esprit !
Regardez, mes frères sont beaucoup plus jeunes que vous, et ils vous gagnent !
Regarde, toi, tu es grand maintenant. Vous n’obéissez jamais !
– C’est vrai, papa. Eux, ils savent.
Mais nous, nous ne pouvons vraiment pas savoir à ce propos.
[De son côté] Pujumi dit :
– C’est bien, mes enfants.
Allez prendre de la coca, que vous puissiez faire vos paroles avec.
Ce n’est pas sans être accompagné [de coca] que l’on se parle entre frères, mes enfants.
– Bien.
Ils allèrent prendre de la coca. Et ils en préparèrent un peu qu’ils mirent dans une poche de marimá.
Cette poche s’appelle wariyopa.
En fin d’après-midi [Pujumi dit] :
– Allons-y, mes enfants. Maintenant, nous allons recevoir les paroles de votre frère et nous asseoir avec lui pour boire l’alcool d’ananas.
– Bien.
Ils partirent.
Pujumi arriva et s’assit à côté de l’alcool d’ananas.
– Asseyons-nous à l’endroit du guarapo avec mon fils, dit-il.
– Bien, papa.
Les autres arrivèrent et s’assirent également.
– Asseyons-nous à l’endroit du guarapo avec mon aîné, dit l’un d’eux.
– Bien, mes frères. Et Malawichure leur donna leurs bancs.
Et il salua.
– Me voilà, mon fils. Comme j’ai été informé à propos de l’alcool d’ananas par un fils, je suis venu.
C’est toujours à plusieurs que les anciens ont l’habitude de s’asseoir à l’endroit du guarapo.
C’est pourquoi un fils doit toujours nous en informer.
Donc je suis venu, mon fils.
– Bien, papa.
Et il salua ses autres fils.
Et ils répondirent en bonne et due forme.
Puis Malawichure les appela pour manger.
– Nous avons déjà mangé, mon fils.
– Bien, papa.
Il leur offrit de la coca. Puis il leur dit :
– Bien, papa. Voici donc l’occasion de ta venue.
Je dois t’informer que le guarapo n’est pas encore prêt, mais presque.
Plus tard, nous nous assiérons pour en boire.
– Bien.
Après ils mâchèrent leur coca.
Ses petits frères lui dirent : – Grand-frère. Voilà, c’est peu ce que j’ai à offrir à mon frère. Mais ce n’est pas sans accompagnement que l’on se parle, grand-frère.
– Bien.
L’autre lui dit exactement la même chose.
Plus tard, l’alcool d’ananas termina [sa bonne fermentation].
Alors Malawichure l’annonça.
– Papa, le guarapo commence à être à point.
– Bien, mon fils.
Il informa ses frères.
– Bien, grand-frère.
Et ils se mirent à boire.
Au bout d’un moment, Pujumi finit par penser que ça n’allait pas. Il dit :
– Mon fils. Comment est-ce que nous allons poursuivre ?
Allons-nous seulement nous asseoir en prenant le guarapo ? C’est tout ?
– C’est probable, papa.
Il n’y a déjà presque plus d’ananas.
– C’est vrai, mon fils.
Ça ne va pas. Ce n’est pas comme ça que l’on s’assoit pour boire guarapo.
C’est seulement en cas de grand malheur que l’on s’assoit ainsi avec le guarapo.
Tu aurais pu demander à mes enfants, tes frères, qu’ils fassent la danse du guarapo en ce lieu.
– Bien, papa. Qu’il en soit selon la volonté du père.
Alors il plaça la coca sous eux.
– Petit-frère, mâche ta coca.
– Bien, grand-frère.
Alors voilà ce que je dis, petit-frère.
Dorénavant, il faudrait danser en ce lieu.
Voilà ce que l’on dit à un frère, mon cadet.
– Bien, grand-frère. Et il dialogua avec lui.
Avec l’autre, ce fut exactement pareil.
Puis il leur demanda de danser.
Et il dit à son père :
– Mon frère me demande de danser.
Alors nous devons danser, papa.
– Bien, mon fils. Qu’il en soit comme tu dis, danse dans la maloca de ton frère.
Et il demanda :
– Quelle danse conviendrait, grand-frère ?
– La danse luma’lá de nos ancêtres, petit-frère.
– Bien, allons-y.
Et ils se mirent à danser le luma’lá.
Puis Malawichure leur offrit du guarapo.
Ils se mirent à parler [du guarapo], et plus tard, ils terminèrent.
Puis il leur offrit de la coca à son tour.
Et ils se remirent à danser. Ils dansèrent encore quand le jour se leva.
Ils terminèrent en début de matinée.
– Ça y est maintenant.
Et il dit :
– Ça y est, papa.
J’ai dansé un moment, papa.
– Bien, mon fils.
Et il dit la même chose à son aîné.
– Maintenant, papa.
A présent nous allons partir.
Puis ils rentrèrent chez eux.
Quelques temps plus tard, il dit :
– Eh bien, mon fils. Je vais aller dire à ton frère qu’il vous forme [au chamanisme].
Un homme ne peut pas vivre sans rien comme une femme.
C’est dans ce but que ton aîné a tout appris une fois que je lui ai expliqué ces choses.
Si j’étais en état de vous traiter chamaniquement, je vous enseignerai moi-même. Quel malheur de vieillir !
C’est comme si l’on n’avait aucun savoir, aucun pouvoir.
Comme le monde montre ces choses, on peut observer ce qui se dit à ce propos.
Alors j’irai dire à votre frère qu’il vous montre Yurupari.
Quand il eut mâché la coca, il alla trouver son fils Malawichure.
– Ça va, mon fils ?
– Ça va, papa.
Il le salua.
– C’est moi. Je suis venu, mon fils.
Il y a une raison pour laquelle je t’ai tout enseigné. C’est toi qui en a la charge [qui est en dessous], mon fils.
Voilà pourquoi je te dis que mes enfants, tes frères, sont comme ça sans rien.
Et que pour être un homme, on ne peut pas exister sans rien, sans pouvoir et sans courage.
Je suis donc venu te dire de les préparer chamaniquement au Yurupari, de former mes enfants, tes frères, pour moi.
Si j’étais vigoureux, je montrerai moi-même Yurupari à mes enfants
Telle est ma requête, mon fils, parce que le monde m’a contraint à vieillir.
C’est pour cela que l’on écoute toutes les histoires de son père, qu’on se les raconte. C’est pour cela que tu en as reçu la charge, mon fils.
Voilà pourquoi j’ai une demande à te faire, mon fils.
Je suis venu te demander d’invoquer le Yurupari pour former mes enfants.
– Bien, papa.
Ils parlèrent avec lui.
Tant que tu vivras, cela existera.
C’est ainsi que Malawichure invoqua l’Ancêtre Waka’peri, le Yurupari comme on dit dans la langue des Blancs.
Il prononça l’incantation.
Puis il leur raconta son histoire.
– Bien. Ainsi est-ce.
Ainsi allèrent-ils mettre à l’épreuve leur esprit.
Le soir, l’Ancêtre arriva près de la maloca.
Il tourna autour de la maloca.
Vers minuit, il les fouetta.
– Bien, mes frères. Maintenant je vais vous montrer Yurupari.
– Bien.
Là, il leur montra Yurupari.
– Voici Yurupari, les enfants.
Ensuite il dit :
– Bien, mes frères.
A présent, mettez-vous à côté du Yurupari.
Je voudrais voir comment papa vous a informé à propos du Yurupari.
Notre vieux père m’a également informé à propos du Yurupari pour vous puissiez être correctement soignés et traités à votre tour.
Ce n’est pas pour me moquer de vous que j’ai pu bénéficier de l’enseignement complet de mon père lorsqu’il était encore bien portant.
C’est dans ce but que l’on doit parler entre nous.
– Vraiment, grand-frère ?
… Voilà comment papa nous a informé des paroles des anciens afin que l’on puisse penser avec le même esprit.
C’est dans ce but que l’on doit parler.
Alors les enfants de Pujumi se mirent à danser, et tournèrent [autour de la maloca] avec le Yurupari [en jouant les mélodies secrètes des flûtes de la divinité].
Et ils endurèrent l’épreuve jusqu’au bout.
– Voilà grand-frère. Voilà comment papa nous a informé, grand-frère.
– D’accord, petit-frère, dit-il.
Bien, mes frères. C’est ainsi, mes frères.
Mais il y a peut-être un tout petit manque.
C’est ainsi que notre vieux père l’a enseigné.
Pourtant il y a des choses différentes.
Ainsi l’a-t-il enseigné, mais il manque ce qu’il a jeté.
C’est précisément là que je vais vous corriger. Ce n’est pas pour me moquer de vous.
Voilà ce que papa m’a enseigné.
Là, Malawichure se mit à danser [et à jouer des flutes] à son tour.
Et ils écoutèrent une mélodie qui leur sembla différente de la leur.
– Oh ! Comme il se moque de nous, notre grand-frère !
Et il alla jusqu’au bout.
– Voilà, mes frères. C’est ainsi que papa me l’avait raconté, mon petit-frère.
– Bien, grand-frère.
Ils restèrent un moment, puis rentrèrent.
Ils arrivèrent.
– Ça va, mon fils ?
– Oui.
Plus tard il dit :
– Papa, voilà ce que grand-frère nous a dit : « Maintenant vous allez vous offrir au Yurupari.
C’est pour cette raison que votre vieux père vous a informé : pour ainsi compléter votre enseignement.
Ce n’est pas pour me moquer de vous, mes petits frères que je vais vous former.
C’est ainsi que nous nous offrons au Yurupari. »
Quand nous avons terminé, nous avons dit : « Voilà ce que papa nous a enseigné. »
Alors il dit :
« C’est bien, mes frères.
Pourtant il manque quelque chose par rapport à ce que notre vieux père enseignait autrefois.
Mes frères profitez-bien de ce que je vais vous montrer. Voici ce que mon père m’a enseigné.
Ecoutez bien, mes frères, je vais vous corriger.  »
– Et là Malawichure se mit lui-même à l’épreuve [en dansant et en jouant de l’instrument du Yurupari].
Et nous avons écouté quelque chose de très différent du nôtre.
Voilà comment notre grand-frère Malawichure s’est moqué de nous.
– Oh ! s’exclama Pujumi.
Comment peut-il se jouer de mes enfants ! De qui tient-il toutes les paroles des ancêtres ! ? Et il se moque de vous !
C’est moi qui lui ai raconté la parole des anciens. Personne d’autre ! Et il se moque à ce point de vous !
Bon, mes enfants, puisqu’il se moque de vous, nous irons voir Yurupari avec lui.
Demain, j’irai voir de qui il détient tant de paroles des anciens. Comme il se moque de mes enfants, nous irons passer l’épreuve du rituel avec lui.
C’est moi le plus ancien, dit-il.
Le lendemain matin :
– Mes enfants, maintenant je vais aller passer le rituel avec vous pour m’offrir au Yurupari avec mon fils.
Il partait ensorceler Malawichure avec de mauvaises pensées.
– Je suis venu m’offrir avec mon fils au Yurupari.
– Bien, papa.
Il le salua.
– C’est toi, papa.
– C’est moi, mon fils. Je suis venu me remettre avec toi entre les mains de Yurupari.
– Bien, papa. Il parla avec lui.
– Plus tard, nous allons le voir.
Il lui donna de la bière de manioc.
Et il lui offrit de la coca.
Il dit :
– Nous allons voir si Pujumi y arrive.
Je vais m’offrir au Yurupari, mon fils.
Et Pujumi continua jusqu’à ce qu’il eut terminé.
– Ah ! Maintenant c’est à toi, mon fils.
A présent, essaie de te remettre au Yurupari.
Et il ajouta : – Je pourrai voir qui t’a raconté les paroles des anciens, puisque tu penses que tes frères sont en dessous de toi, mon fils.
C’est moi qui t’ai raconté les paroles des ancêtres.
Pourtant tu te moques de tes frères.
Mon fils, offres-toi, que je puisse voir comment tu penses à ce propos.
– Bien, papa. Je ne me moque pas de mes frères.
Voilà ce que je leur ai dit, comme ils te l’ont peut-être raconté.
Papa, je leur ai dit : « je veux voir comment papa vous enseigné.
Puisque mon père vous a enseigné cette parole des anciens comme un vieux, je vais vous la corriger.
Ce n’est pas pour me moquer de vous. Mon père était bien portant quand il m’a enseigné les paroles des anciens. Donc on peut penser que je dois vous corriger.
Ainsi se sont-ils offerts.
Alors je leur ai dit :
– C’est bien. Rien à dire. Pourtant mon père était vieux quand il vous a enseigné les paroles des anciens.
Il manque juste quelques petites choses. C’est à moi que papa a entièrement raconté les paroles des anciens quand il était encore fort et vigoureux.
Voilà ce que je leur ai dit. C’est peut-être cela qu’ils t’ont raconté, papa. Je ne me moque pas d’eux.
– Bien, mon fils. Maintenant offre-toi au Yurupari que l’on voit comment est ta pensée là-dessus.
– Bien, papa. Voilà ce que tu m’as raconté. Tu étais en pleine forme quand tu m’as enseigné ces paroles des anciens.
Et Malawichure dansa Yurupari encore et encore jusqu’à ce qu’il termina.
– Voilà ! C’est ainsi que tu m’as formé.
– C’est bien, mon fils. Rien à redire. C’est ainsi que je t’ai enseigné les paroles des anciens.
C’est bien ainsi, mon fils que je me suis offert au Yurupari.
Maintenant je m’en retourne.
Et Pujumi rentra.
Quelques instants plus tard, Malawichure se sentit triste.
Il n’avait plus toute sa pensée.
« Que m’arrive-t-il ? »
Puis il revint à lui.
« Peut-être que c’est mon père qui m’a fait cela. Qu’a-t-il donc pensé me faire ? »
Il se concentra, et vit que son père avait embrouillé sa pensée chamanique et ses pouvoirs.
C’est moche ! Quelle tristesse de se faire tromper par son propre père. Il court à sa perte avec moi ».
Et il lui renvoya [son mauvais sort].
« Ah ! On se sent mieux. »
Et ils continuèrent à éprouver le Yurupari.
Huit jours dura le rituel.
Puis il dit :
– Voilà, mes frères. C’est terminé.
Maintenant, je vous ai montré Yurupari, mes frères. Demain l’Ancêtre rentrera.
Le lendemain, ils remirent [l’ensemble des flutes du] Yurupari à sa place [caché dans une rivière].
Ensuite il leur fit une [première] protection [pour qu’ils puissent manger plus varié].
Puis il alla dire à son père.
– Voilà, papa. J’ai montré l’Ancêtre aux enfants.
J’ai enseigné à mes frères pour toi, papa.
– Bien, mon fils.
Mais je dois les mettre à la diète pendant un mois [une lune].
Ensuite je neutraliserai leur nourriture.
– Bien.
Au bout d’un mois, il traita chamaniquement leur nourriture.
Quand il eut traité leur nourriture, il leur prépara du sel végétal.
Enfin il termina de clore leur diète.
Et le temps passa.
Pujumi avait un très grand chien.
Il arrivait jusque-là [environ un mètre].
Karayu était son nom.
Il était très bon chasseur. Il tuait des tapirs et des pécaris. Deux pécaris parfois.
Les enfants de Pujumi étaient devenus adolescents.
Un jour, il se mit à pleuvoir, et ils s’abritèrent vers deux heures de l’après-midi.
– Oh ! Qu’allons-nous manger, papa ? J’ai faim. Allons nous promener, moi et mon cadet, avec les chiens.
– Non, il fait bien trop mauvais temps, mes fils. Vous pourriez me livrer mon chien au jaguar.
Marche avec ta sarbacane, tu es jeune.
Un vieux comme moi a besoin de marcher accompagné d’un chien.
C’est parce que je suis vieux que j’ai élevé ce chien pour chasser les acouchis.
Les jeunes n’ont besoin que de leur sarbacane.
Ils ne marchent pas avec des chiens.
– Mais non, papa. Nous allons rapidement de l’autre côté de la colline.
– Bon d’accord. Mais essayez donc de jeter mon chien au jaguar !
Ils partirent et allèrent en pleine forêt vierge.
Le jaguar était à l’affut sur une branche de kuripichí.
« Tu » siffla l’un des frères pour appeler les toucans.
Les toucans répondirent « kué kué ». Il les vit, et envoya [ses flèches]. [Ils étaient] morts.
Comme un chien de chasse va loin, il se mit à aboyer juste en dessous.
C’est alors que le jaguar lui tomba dessus.
– Comment le jaguar a-t-il pu tuer le chien de papa ?
Ils coururent et virent le jaguar dressé au-dessus du corps du chien.
Alors ils tirèrent [une flèche, mais elle arriva] en dessous de lui.
Ils parvinrent à voir le jaguar qui les fixa du regard.
Et sa gueule jeta le corps du chien.
Puis il s’enfuit.
– Oh ! Quel malheur que le jaguar ait tué le chien de papa.
Qu’allons-nous faire ?
Et ils emportèrent le corps du chien.
Ils le déposèrent à l’extérieur de la maloca.
– Ça s’est bien passé, mon fils ?
– Oh la ! Papa, la nouvelle n’est pas bonne.
Le jaguar a tué ton chien tout à l’heure.
– Oh non ! Je vous avais bien dit que vous alliez livrer mon chien au jaguar, le maître de la forêt.
C’est toujours le vieux qui marche avec le chien, alors que les sarbacanes sont pour les jeunes !
C’est votre faute ! Vous avez jeté mon chien au maître de la forêt !
L’a-t-il vraiment déjà tué ? – Ça y est, papa. Son corps est allongé, si tu veux, vas voir.
Il alla le voir. Il vit les morsures.
– Quel malheur que ceux-là aient jeté mon chien au jaguar. Je ne peux rien faire.
Comme un être humain, il chassait pour moi, feu mon animal. Il a fallu que le maître de la forêt me le tue !
Il tomba en sanglots en disant « papa, papa ». Il le pleurait.
Puis il le laissa et dit :
– Bien, mon fils. Annoncez ce grand malheur à votre frère : que le jaguar a tué mon chien, mon animal que j’étais encore en train d’élever.
Je veille son corps seul, et je suis triste.
Qui va donc me nourrir ? Il n’y avait que lui qui allait en forêt pour me chasser du gibier.
Comme le maître de la forêt me l’a tué et que je m’attriste, mon fils pourrait venir me voir.
Je voudrais qu’il vienne me voir à la suite de ce qui s’est passé.
– Grand-frère, ça va ?
– Oui.
– Mauvaise nouvelle.
Tout-à-l ‘heure, un jaguar nous a tué le chien de notre père.
Alors il nous a beaucoup disputé.
Il nous a fait venir ici, il est en larmes.
– Il a fallu que vous emmeniez son chien ! Vous êtes responsables du grand malheur de papa !
– Pour cette raison, il te fait dire :
« Saluez bien mon fils, le jaguar. Le chien chassait bien pour moi. Il était comme un être humain chassant pour moi, mais le jaguar me l’a tué.
Alors je suis triste.
Je suis vieux et je pleure seul. Alors j’envoie cette parole à mon fils pour qu’il vienne me voir à la suite de ce malheur. »
– D’accord. Papa se fait vraiment vieux.
C’est parce qu’il ne pense plus vivre longtemps en ce monde qu’il m’envoie cette parole.
Donc je vais aller le voir tout-de-suite là-bas.
Et les jeunes s’en retournèrent.
– Ça a été ?
– Oui. Il arrive tout-de-suite.
Quelques instants plus tard, Malawichure arriva.
– Le maître de la forêt t’a tué ton chien tout-à-l ‘heure ! Ton chien ici, papa !
– Oui ! Tout-à-l ‘heure, le maître de la forêt m’a tué mon chien ici, mon fils. Alors je suis triste.
Il était un véritable être humain qui chassait pour moi du gibier, et le maître de la forêt me l’a tué !
Je pleure seul. Je suis trop vieux pour vivre plus longtemps en ce monde.
Donc je t’ai appelé pour venir me voir.
– D’accord, papa. Tu fais bien, papa.
Et ils se mirent à pleurer.
Puis il lui dit :
C’est pour cette raison que je te demande, mon fils, de préparer pour nous des masques pour nous attrister un moment.
– Bien, papa.
Il prépara chamaniquement les masques de deuil.
Ensuite, Pujumi dit :
– Bien, les enfants, vous allez me faire la forme de l’oiseau piauhau hurleur pour que l’on puisse écouter son chant de deuil.
– Bien.
Et ils firent pour lui la forme du piauhau hurleur. Ils terminèrent et dirent :
– Voilà, papa.
– Bien.
Ensuite il dit :
– Mon fils, c’est terminé.
Nous nous sommes attristés.
Maintenant prépare-nous un bal de plumes pour nous retirer la tristesse.
– Bien, papa.
Et il prépara du roucou pour eux.
Ainsi achevèrent-ils le deuil par une cérémonie dansante.
Ici se termine cette histoire.
S1 stop
Chuchú michú Malawichure michú i'marí i'maká.

Notre ancêtre Malawichure vivait il y a longtemps.

S2 stop
Pamineko wajuta wani ri’má i’maká wachi’narikana. Pujumi rara’pá i’michaka.

Il est l’un de nos premiers grands pères, après nos ancêtres créateurs. Pujumi était son père.

S3 stop
Marí'chú kaja ri'michaka.

Malawichure était chamane comme son père.

S4 stop
Riká i'rí i'michari Malawichure. Kuweya ja'ló raló i'michaka, ajopana ina'uké. Aú kuweya yanikana ri'michaka.

Pujumi avait eu son fils Malawichure avec une femme Kuweya, d’une autre tribu. Malawichure était donc un fils Kuweya.

S5 stop
Iyamá riluna i'michaka, iyamá riyajalona i'michaka wa'té riyani i'michá.

Malawichure avait deux femmes, avec lesquelles il avait eu deux fils.

S6 stop
Kuwinumá, Wapirami riyani i'michaka neká wa'té ri'michá.

Kuwinumá et Wapirami, ses fils, vivaient avec lui.

S7 stop
Rikó chuchú michú li'chá rimaná ri'rí Malawichure ri'makáloje marí'chú penaje.

C’est grâce à feu son grand-père que Malawichure avait pu être initié au chamanisme.

S8 stop
Penaje i'marí eja'wá minaná Yáina chaje. Neká la'ñó Marí'chú piño ri'maká.

Puis il alla chez les maîtres de la forêt, les Yáina, qui perfectionnèrent son chamanisme.

S9 stop
Unká wawe'pila mékeka ne'maká. Kaja reja ne'má i'maká, Jewalá alami e Yáina eja'wá minaná.

Nous ne savons pas ce qu’ils devinrent. Mais les Yáina vivaient dans une forêt abattue, à Jewalá.


NOTE : Alamí (Yuc.). Terrain dont les arbres ont été couchés, comme après un essartage, et où il est difficile de pénétrer en raison de la hauteur de la végétation.
S10 stop
Neká la'ñó Marí'chú ri'maká. Aú Marí'chú kuani ri'má ta i'maká.

Ce sont eux qui firent de lui le chamane qu’il était, un très grand chamane.

S11 stop
Marí kaje aú piyuke ina'uké waja nakajena i'maké rijló, malawichúrejlo.

Toutes les choses lui apparaissaient en tant que personnes.

S12 stop
Pi'réjina piyukeja i'mañó ina'uké rijló, Malawichure, kaja Marí'chú wani ri'má ta. Jikija riká i'marí. 

Tous les insectes étaient humains pour Malawichure, tellement il était chamane. Grand, il était.

S13 stop
Kaja ewaja ne'michá, kaja ewaja raló micholo tajnañachari rara'pá.

Au bout d’un certain temps, sa mère finit par mourir en laissant son père veuf.

S14 stop
Marí kaje aú rara'pá michú yuriro rikó ri'rí wa'té. Ri'michá Malawichure wa'té. 

Alors son père resta seul avec son fils. Il vivait avec Malawichure.

S15 stop
Kaja ewaja ne'michá ají ke rimicha : – Nu'rí, nukejá'ichachi nuteló yaní ke pijló. Kaja i'makale marí ke numá pijló.

Plus tard, il dit : – Mon fils, je vais demander la fille de ce monsieur (mon non-parent) pour toi. Alors je t’avise.

S16 stop
– Ke jo'ó pa'yú. Piwátaka keja.

– Bien, papa. Comme tu veux.

S17 stop
Kaja ne'jichaka. 

Alors ils partirent.

S18 stop
Upichiya ja'ló rumichaka.

Elle était de tribu Matapi.

S19 stop
Makapure riká liyá ri'jichá ri'rijlo inaana keja'jé, Makapure itú keja'jé. Wayaju ruí i'michaka. 

C’est à Makapure qu’il alla demander pour son fils une femme : la propre fille de Makapure. Elle s’appelait Wayaju.

S20 stop
Nephicha rejó.

Ils arrivèrent.

S21 stop
– Aa ! Marí keja piká nuteló.

– Ah ! C’est ainsi que vous êtes, monsieur.

S22 stop
– Marí keja nuteló.

– C’est ainsi que je suis, monsieur.

S23 stop
E rajalákicha riká.

Il le salua.

S24 stop
– a'a, nuteló. Mapeja nu'jichaka pichaje majó, nuteló. Pawa'chaka iná i'maká aú nu'jichá majó pichaje.

– Oui, monsieur. Je suis venu vous voir comme ça pour rien. Comme nous vivons à proximité, je viens vous visiter.

S25 stop
– Ñakeka nuteló palapaja pi'jichaka majó wamachi pekowaka.

– C’est bien, monsieur de venir pour que l’on puisse se voir.

S26 stop
E ra'chá ipatú rijló.

Et il lui offrit de la coca.

S27 stop
Rimicha : 

Il dit :

S28 stop
– Nuteló, ilé ajñáka'pe nuya'tá pijló.

– Monsieur, cette coca je vous l’offre.

S29 stop
– Kaja i'makale numá.

– Donc je dois dire [une chose].

S30 stop
– Ñakeka nuteló. 

– Bien, monsieur.

S31 stop
– Kaja i'makale numá nuteló. Nu'jichá majó nuteló, kaja penájeka iná ama telojí amá inaana yanikana, riyani kewa a'kana.

– Je dois vous dire, monsieur que je suis venu aussi pour voir les filles d’un homme tel que vous, ses enfants qui sont vraiment [prêts] pour être donnés.

S32 stop
Penájeka iná wata nakú kemakana piyani ke nuteló. 

C’est de ça que je veux parler : à propos de votre enfant, monsieur.

S33 stop
Kaja aú iná wata ñakaje aú kemakana iná jema'káloje mékeka teloji kemaká ñakaje nakú kaje aú ñakaje i'jnachíya nuká majó.

C’est pour cela que l’on veut [je veux] entendre ce que l’on en dit [vous en dites], comment un non-parent parle à ce propos pour la remettre.

S34 stop
Ñakeka nuteló. Unká meke numalá pijló nuteló. Piwátaka keja.

– Bien monsieur. Je ne peux rien vous dire. C’est comme vous voulez.

S35 stop
Piwátaka ilé nuyani ke nakú kemakana nuteló, re jo'ó kele nutuya. 

Vous désirez parler de mon enfant. C’est vrai, j’ai une fille. La voici.

S36 stop
Mapeja ñakaje kuwaká iná wa'té, iná yaní ke iná kemakó : Unká kaweicha ñakaje i'maká ejomi.

Comme on l’a avec soi comme ça, simplement en tant que fille, on peut dire que ce n’est pas parce qu’elle est spécialement courageuse.

S37 stop
Kaje aú unká meke nu'malá.

Donc je ne peux rien dire de plus.

S38 stop
Unká jo'ó kamejaní kalé i'maká.

Je n’ai pas à la garder pour moi.

S39 stop
Apujlo jo'ó i'maká inaana ta penájeka pimá nakú nojló nuteló.

Une femme est toujours destinée à quelqu’un d’autre, pour que quelqu’un comme vous vienne la demander, monsieur.

S40 stop
Keja ka'jná nuyuríjika nopijajlo ñakaje. 

Ainsi vais-je probablement la laisser à mon beau-fils.

S41 stop
Pimaká keja cha'tá i'maké pheñawilá. Kaweicha pheñawilá michuna i'maké nuteló. Natajná ta te'e ke puráka'loji nakú kemakana nuteló. 

Comme vous dites : les anciens étaient très puissants autrefois, et travailleurs. Eux, ils pouvaient achever de dire toutes les paroles, monsieur.

S42 stop
Iná yaní ke iná kemakó jo'ó ñakaje kuwa'ó iná wa'té nuteló.

C’est [uniquement] parce qu’elle est fille que l’on peut dire qu’elle [m’] est restée accrochée.

S43 stop
Ñakele pimaká keja ka'jná nuyureje nutu no'pijajlo nuteló.

Comme vous l’avez demandé, je vais sans doute laisser ma fille à mon beau-fils, monsieur.

S44 stop
– Ñakeka. 

– Bien.

S45 stop
Kaja keja ra'chaká ta ruká, malawichúrejlo ra'chá ruká. E nemicha muní ke rimíchaka.

Ainsi la donna-t-il à Malawichure. Le lendemain, il dit :

S46 stop
– Ñakeka nu'rí. Chuwa nu'jichaka.

– Bien, mon fils. Maintenant je vais rentrer.

S47 stop
Maáreja piyuró nuteló ta pikú wa'té piña'káloje jiyá kaje rijló pa'káloje nakaje aú riñaté.

Tu restes ici avec ce monsieur pour lui porter du bois, et pour l’aider.

S48 stop
Pipechu nakú kéchami pipa'ó.

– Quand tu l’auras décidé, tu rentreras.

S49 stop
– Ñakeka pa'yú. 

– Bien, papa

S50 stop
E Pujumi ta kemicha :  – Nuteló. Chuwá nupi'chako.

Pujumi dit alors : – Maintenant, je rentre, monsieur.

S51 stop
Kaja nukamáchiyo pijwa'té nuteló pawa'á cha iná i'maká aú.

J’ai dormi chez vous, monsieur, puisque nous vivons à proximité.

S52 stop
– Ñakeka nuteló pi'jná ka'jnó.

– Bien, monsieur, vous pouvez partir.

S53 stop
Kaja keja ripi'chako.

Ainsi s’apprêta-t-il à rentrer.

S54 stop
E rimicha :  – Marí nu'rí yurícharo maare pijwa'té, nuteló. Ra'áchi piñaté meketánaja nakaje le'pé jiyá riña'káloje pijló.

Et il ajouta : – Mon fils va rester ici avec vous, monsieur. Il vous aidera un moment dans les tâches domestiques, et pour porter le bois

S55 stop
– Ñakeka nuteló. Kaja piwátaka keja piyurika pi'rí nuteló. Keja ka'jná ñakaje i'majika.

– Bien, monsieur. Puisque vous en avez décidé ainsi, laissez votre fils, monsieur. Ainsi, en sera-t-il.

S56 stop
Kaja keja Pujumí pi'chako.

C’est alors que Pujumi rentra.

S57 stop
E Malawichure yuricho rijwa'té. Ri'michá cuatro dia ketana rijwa'té, cinco dia a'jemi rimicha :

Et Malawichure resta avec son beau-père. Quatre jours passèrent, et le cinquième jour il dit :

S58 stop
– Chuwá wa'pajika, rimíchaka rojló, riyajálojlo.

– A présent, nous allons partir, annonça-t-il à sa femme.

S59 stop
Kaja rulamá'achiyako.

Alors elle se prépara.

S60 stop
Ejéchami rimicha :  – Nukú, chuwá nu'jichaka. Kaja nukamato pijwa'té meketánaja.

Ensuite il dit : – Mon oncle, maintenant je m’en vais. J’ai dormi chez toi un moment.


NOTE : Nukú (Yuc.). Mon oncle maternel. Les Kamejeya appellent souvent un Matapi « oncle maternel », parce que beaucoup de leurs mères sont Matapi. Ici, la mère de Malawichure est Kuweya, mais cela n’empêche pas Malawichure d’appeler son beau-père : « oncle maternel », sans doute pour lui donner un terme plus proche que celui de « beau-père ».
S61 stop
Ukú, ke rimíchaka. Kaja iná wátaka keja'ká iná puráka'lo iná yaní ke wa'té nukú, kaja aú kaja iná chi'ná ama riyani ke yuríkana, kaja aú iná ama kamátakano meketana nuká.

Mon oncle. Comme on a voulu demander une fille, un père a laissé son enfant, et j’ai (on a) dormi chez toi un moment.

S62 stop
Chuwá nu'jichaka. Eko ñakaje pumíchiya.

Maintenant je m’en vais. On se reverra par la suite.

S63 stop
– Ñakeka no'pijá. Pi'jná ka'jnó no'pijá.

– Bien, mon beau-fils. Tu peux partir, mon beau-fils.

S64 stop
E Malawichure pi'chó.

Et Malawichure rentra.

S65 stop
Iphíchari.

Il arriva.

S66 stop
– Marí keja piká maáree pa'yú.

– C’est ainsi que tu es, papa ?

S67 stop
– Marí keja nuká nu'rí. 

– C’est ainsi que je suis, mon fils.

S68 stop
– Wajé piká nu'rí ?

– Te voilà, mon fils ?

S69 stop
– a'a, wajé nuká pa'yú. Eko palá nutelojlo ke nukú ta kemíchaka pa'yú.

– Oui, je viens d’arriver, papa. Salue bien ce monsieur pour moi, m’a dit mon oncle.

S70 stop
– Ñakeka.

– Bien.

S71 stop
E ne'michá júpichami.

Et ils vécurent ainsi pendant un temps.

S72 stop
Apú ke kalé pheñawilá i'maké upeje i'maké.

Différents étaient les anciens en ces temps révolus.

S73 stop
Unká nawátake ta naluna kamátako laichiyo.

Ils ne voulaient pas que leurs femmes dorment tôt.

S74 stop
Ina'uké iphaka chu nanaku, nawata naya'kó nawa'á jiyá awa'á.

Quand des gens arrivaient chez eux, ils voulaient qu’elles s’assoient près d’eux à côté du foyer.

S75 stop
Naya'kó ketana nanumatakano nakamaró.

Qu’elles restent assises pendant ce temps pour alimenter leur feu et les éclairer.

S76 stop
Nejo'ká piyá neká nawejapotaka piyá neká.

Elles ne devaient pas non plus péter près d’eux.

S77 stop
Nácho'ko kamátakajo e nácho'ko kamátajo.

C’est seulement quand ils allaient dormir, qu’elles pouvaient se coucher.

S78 stop
Marí ke riwáchiyaka, e'iyonaja laichiyo rukamáchiyo. 

Mais elle se couchait tôt.

S79 stop
Ina'uké iphaka chu rinaku, e ruya'ko meketánaja, e kaja ru'jichá kamátajo. Pijuno ru'wami chiyá i'jichaka, rojo'chaka neká.

Quand des gens arrivaient, elle s’asseyait juste un moment, puis elle allait dormir. Elle lâchait des pets tout près d’eux.

S80 stop
Marí kaje i'michari, unká paala ripechu nakú.

Cela ne lui plaisait pas du tout.

S81 stop
Kaja ewaja júpichami rimicha : – Ñakeka chuwá nu'jnájika piwátaje para'pá amaje.

Il finit par dire : – Bon, maintenant je vais t’attendre pendant que tu vois ton père.

S82 stop
Jupimi kaja nuwa'ichami piká. 

Cela fait longtemps déjà que je t’ai ramenée.

S83 stop
E kaja Malawichure ta li'chá puicha, kuwalá, jiru, eyo'phá, jiruwala, kaje maka.

Malawichure fit de la vannerie : des paniers, des égouttoirs à manioc, des tamis, des plateaux, etc.

S84 stop
Riká ñapíchakaja.

Et il termina.

S85 stop
– i'jná, chuwa nuwáchiyachi pamaka para'pá.

– Allons-y, maintenant je vais t’attendre pendant que tu vois ton père.

S86 stop
– Je ! Ke.

– Bien.

S87 stop
E rimicha :

Et il dit :

S88 stop
– Pa'yú, ajní ño'jó nu'jichá ruwátaje rora'pá amaje.

– Papa, je vais là-bas attendre un moment pour qu’elle voit son père.

S89 stop
Jupimi kaja nupuráka'lo i'michami runaku penájeka kamátaro kapinacha nujwa'té.

Cela fait déjà longtemps que j’ai parlé à son propos pour qu’elle vienne dormir avec moi.

S90 stop
Unká iná wa'lá júpichami apú nachana.

On n’emmène pas trop longtemps la femme des autres.

S91 stop
Aú nu'jichá ruwátaje ramaje rejó.

Donc je vais attendre qu’elle le voie là-bas.

S92 stop
– Ñakeka nu'rí. Mékecha piká ?

– Bien, mon fils. Combien de temps ?

S93 stop
Kiñaja nu'jichá, pa'yú. Apakala nuká i'jná.

Je reviens vite, papa. Je repars après-demain.

S94 stop
– Chuwa kaja keja.

– C’est le moment.

S95 stop
Ne'jichaka.

Ils partirent.

S96 stop
Iphíchari, amíchari re ri'michaka.

Ils arrivèrent, et virent qu’il était là.

S97 stop
– Marí keja piká nukú ?

– C’est ainsi que tu es, mon oncle ?

S98 stop
– Marí keja no'pijá.

– C’est ainsi, mon beau-fils.

S99 stop
Pikano no'pijá !

C’est bien toi, mon beau-fils !

S100 stop
– Nuká nukú. Jupimi kaja nupuráka'lo i'michami pitú nakú.

– C’est moi, mon oncle. Cela fait longtemps que j’ai parlé à propos de ta fille.

S101 stop
Penájeka kuawaro kapiná nujwa'té.

Depuis lors, elle est avec moi.

S102 stop
Unká meka chu romalá piká ukú.

Il n’y avait pas moyen qu’elle vienne te voir, mon oncle.

S103 stop
Unká iná wa'lá kapiná kachi'naruna. Kemájemi nu'jichá ñakaje wátaje majó, nukú iná amákaloje pekowaka ñakaje chaya penaje.

On ne peut pas emmener trop longtemps celles qui ont leurs parents. Donc je suis venu l’attendre ici pour que l’on puisse se voir.

S104 stop
– Ñakeka nopijlá, piwátaka keja, nopijlá. Kajaka iná ka'kare iná itú ta apujlo, unká iná wa'té ne'makáloje penaje. 

– C’est bien, mon beau-fils, comme tu veux. C’est précisément parce qu’une fille doit être remise à un autre, que l’on ne peut pas la garder avec soi.

S105 stop
Puíchiyo piwátaka keja pi'jichaka. Palá paja pi'jichaka wamákaloje pekowaka penaje. 

Ensuite comme tu l’as décidé, tu es venu. C’est bien de venir me voir.

S106 stop
– Riká penaje nu'jichá majó. 

– C’est pour cela que je suis venu.

S107 stop
Kaja ri'michá rijwa'té. Lainchú riwitúki'cha richaje. Rimicha : 

Il resta avec lui. Le soir, il s’assit auprès de lui. Il dit :

S108 stop
– No'pijá, meketana júpika pi'jichaka majó.

– Mon beau-fils, combien de temps es-tu venu ici.

S109 stop
– Nu'jichá majó nukú, ke rimíchaka. Muní nu'majé pijwa'té, e muní ke nupa'jó.

– Je suis venu, mon oncle. Demain, je serai avec toi, et le lendemain, je rentrerai.

S110 stop
– Ñakeka.

– Bien.

S111 stop
Muní ke ri'michá rijwa'té pajluwáka'la.

Le lendemain, il resta avec lui toute une journée.

S112 stop
Apakala ke rimíchaka :

Le surlendemain, il dit :

S113 stop
– Chúwaja nupa'jó.

– Maintenant je rentre.

S114 stop
Ñakele numá pijló : maáreja ka'jná piyurejo nukú ta wa'té. Jupicha kaja piká unká pamalá para'pá pamákaloje juni, jiyá kaje rijló. Phíyu'ke kaja nukú ta para'pá.

Mais toi, tu vas rester avec mon oncle. Car cela fait longtemps que tu n’as pas vu ton père, tu pourras ainsi lui porter de l’eau, du bois, etc. Mon oncle est vieux maintenant.

S115 stop
Puwaka nupechu nakú i'majika ee nu'jnajé pipa'taje.

Quand je l’aurai décidé, je reviendrai te chercher.

S116 stop
– Je ! Ke.

– Bien.

S117 stop
E ruyuricho rewaja.

Et elle resta là-bas.

S118 stop
E rimicha :

Il dit :

S119 stop
– Nukú, chuwa nu'jichaka.

– Mon oncle, maintenant je m’en vais.

S120 stop
Kaja nukamáchiyo pijwa'té meketánaja, pawa'chá iná i'makale kaje pumíchiya.

J’ai dormi chez toi un moment, parce que nous vivons à proximité.

S121 stop
Ñakaje i'jná ta nuká.

Sur ce, je m’en vais.

S122 stop
– Ñakeka no'pijá. Kaja pikamáchiyo nujwa'té meketana, pi'jná ka'jnó.

– Bien, mon gendre. Maintenant que tu as dormi chez moi, tu peux partir.

S123 stop
Ñakaje pumichiyako wamá pekowaka.

Nous nous verrons une autre fois.

S124 stop
E rimicha :

Il dit :

S125 stop
– Nukú, maare ka'jná pitú yuricho pijwa'té. Kaja jupicha kaja ñakaje nujwa'té.

– Mon oncle, ta fille peut rester avec toi ici. Comme cela fait longtemps déjà qu’elle est avec moi.

S126 stop
Unká iná wa'lá jupi wani kachi'nani. Ru'makáloje meketánaja pijwa'té, jiyá, juni kaje ruña'káloje pijló penaje.

On ne peut pas emmener trop longtemps ceux qui ont encore leurs parents. Elle restera un moment avec toi pour porter le bois et l’eau.

S127 stop
Puwaka nupechu nakú i'majika, kéchami nu'jnajé rupataje.

Quand je l’aurai décidé, je reviendrai la prendre.

S128 stop
Ñakeka no'pijá, piwátaka keja.

Bien, mon gendre, comme tu veux.

S129 stop
Riká numá nakú, no'pijá : kaja iná ka'kare iná yaní ke ta apujlo. Unká ne'makáloje iná wa'té.

Je t’ai dit, mon gendre : pour être laissé à d’autres sont les filles. Elles ne restent pas avec soi.

S130 stop
Piwata keja pi'jnachíyaka ruká.

Quand tu voudras, tu viendras la chercher.

S131 stop
Ñakeja, piwata keja

C’est comme tu veux.

S132 stop
Kaja ripi'chako ta.

Il rentra.

S133 stop
Iphíchari. – marí keja piká, pa'yú ?

Il arriva. – C’est ainsi que tu es, papa ?

S134 stop
– Marí keja nu'rí. Wajé piká ?

– C’est ainsi, mon fils. Viens-tu d’arriver ?

S135 stop
– a'a, wajé nuká, pa'yú.

– Oui, je viens d’arriver, papa.

S136 stop
Ajní ño'jó nu'má nukú ta chaje.

Là-bas, j’ai été voir mon oncle.

S137 stop
– “Eko palá nuteló ta” ke nukú kemíchaka pa'yú.

– « Salue-bien ce monsieur », a dit mon oncle, papa.

S138 stop
– E no'pijá ta ?

– Et ma bru ?

S139 stop
E jo'ó kaja nuyuríchaka ruká, pa'yú ru'makáloje meketana rora'pá wa'té.

Je l’ai laissée, papa, pour qu’elle reste un moment avec son père.

S140 stop
Kaja júpichako ñakaje nujwa'té, pa'yú. Ruña'káloje juni, jiyá kaje nukútajlo. Nupechu nakú kéchami nu'jnajé rupataje.

Elle est avec moi depuis trop longtemps, papa. Elle pourra porter l’eau et le bois pour mon oncle. Quand je l’aurai décidé, j’irai la chercher.

S141 stop
E ri'michá. 

Et il resta [sans elle].

S142 stop
Meka ri'michá, Pujumi ta kawila'jlachako runakojé.

Comme il restait ainsi, Pujumi se préoccupait pour elle.

S143 stop
Júpichami rimíchaka : 

Un jour, il dit :

S144 stop
– Nu'rí, ke rimíchaka. Mékechami pi'jnájika no'pijá pataje.

– Mon fils. Quand iras-tu chercher ma bru ?

S145 stop
Jupimi wani pi'máchiyami ri'maká.

Cela fait trop longtemps que tu l’as laissée chez lui.

S146 stop
Kapí, pa'yú. Kéchami pani puwaka nupechu nakú i'majika. Kéchami, ke rimíchaka. 

Je ne sais pas, papa. Plus tard, quand je l’aurai décidé. Plus tard, disait-il.

S147 stop
Apú wakaje piño :  – Nu'rí, ke rimíchaka. 

A nouveau, un autre jour : – Mon fils.

S148 stop
Kaja chi piyurí no'pijá jupicha wani ruká ? Unkale pi'jnalá kele no'pijá pataje, nu'rí, ke rimicha.

As-tu laissée ma bru suffisamment longtemps ? Tu n’as toujours pas été la chercher.

S149 stop
Ñaké kaja nachi'nalaja i'maká napenaje keja i'maká ilé nutelona.

Et il y a aussi les parents, c’était aussi pour eux qu’on les a rencontrés.

S150 stop
Unká iná katajowa kalé i'maká apú iná la'káloje ñaké.

On ne peut pas jouer de la sorte avec eux en les traitant ainsi.

S151 stop
Maárejecha rimicha ta : 

C’est alors qu’il dit :

S152 stop
– Ke jo'ó pa'yú. Ru'matare rijwa'té. Unká meka penaje wani inaana ta iná wá'a apú nachana. Inaná ta kaja pitataro kajrú nowa'á. Unká meka penaje iná awakata kajrú apú nachana iná awa'jó ! Ke rimíchaka. Ru'malare rijwa'té pa'yú.

– C’est vrai, papa. Qu’elle reste avec lui. Une femme ne sert à rien quand on en a déjà d’autres. J’en garde déjà beaucoup à mes côtés. Il n’y a pas de raison d’en entasser davantage ! Laisse-la avec lui, papa.

S153 stop
Eyá unká palá kaja ruká tapurapharu wani kaja ruká ! Marí ina'uké iphaka chu nunakuyá awa'á ruká kamátakajo nakú ruká nejo'kana nakú ! Marí kaje unká palá.  Kaje aú nu'má rupatalaje pa'yú ru'malare rijwa'té.

En plus elle n’est pas bien, elle est beaucoup trop dormeuse ! Quand les gens viennent à mes côtés, elle dort en leur pétant dessus ! Cela ne va pas. Alors j’ai été la rendre à son père pour qu’elle reste avec lui.

S154 stop
– Ay ! Ke Pujumí ta kemicha.

– Oh ! dit Pujumi.

S155 stop
Meka penaje pila'á ilé ke nu'rí ?

Pourquoi fais-tu ça, mon fils ?

S156 stop
Ñaké kaja ne'maká keja i'makaño ilé nutelona penájeka nupuráka'lo i'michami yaní ke nakú.

C’était précisément pour être avec cette famille que j’ai demandé leur fille.

S157 stop
– Meka penaje pila'á ilé ke nu'rí ?

– Comment peux-tu leur faire ça ?

S158 stop
Kaje i'makale nu'má nukako pachiya ruká pijló, nu'rí. Ilé no'pijá nukako pachiya ruká.

Puisque c’est comme ça, je vais te la ramener moi-même. Cette bru, je vais la chercher tout seul.

S159 stop
– Ñakeka pa'yú, piwátaka keja. 

– Bien, papa, comme tu veux.

S160 stop
– Muní nu'jnajé rupataje.

– Demain, j’irai la chercher.

S161 stop
– Ñakeka.

– Bien.

S162 stop
Pujumi li'chá ipatú.

Pujumi fit de la coca.

S163 stop
Muní ke : 

Le lendemain :

S164 stop
– Nu'rí, chuwa nu'jichaka rupataje.

– Mon fils, maintenant je vais la chercher.

S165 stop
– Ñakeka pa'yú. Pipachiya ruká.

– Bien, papa. Va la chercher.

S166 stop
Mékecha chi piká, pa'yú ?

Quand est-ce que tu [reviens] ?

S167 stop
Ke jo'ó riká, nu'rí, chúwaja nuchaje rejó.

Eh bien, mon fils, aujourd’hui j’arriverai là-bas.

S168 stop
Phíyu'ke ta kaja nuká, muní nuwajiko pajluwa kala. Apakala ka'jná nupa'jiko.

Comme je suis déjà vieux, demain je resterai toute une journée. Après-demain peut-être, je rentrerai.

S169 stop
– Kaje i'makale numá pa'yú, rimíchaka.

– Alors je te dis, papa :

S170 stop
Pipa'jiko wakaje ta pipataje ruká majó, kaja we'chí pi'jná rupataje.

Le jour où tu la ramèneras, reviens avec elle le jour même.

S171 stop
Ñakele riwakajé pipataje ruká.

C’est ce jour-là que tu la ramèneras.

S172 stop
Ñakeka, nu'rí.

– Bien, mon fils.

S173 stop
Eko palá nukútajlo ka'jnó. 

– Salue bien, mon oncle, là-bas.

S174 stop
E Pujumi i'jichá a'jná, iphíchari rejó.

Pujumi s’en alla, et arriva là-bas.

S175 stop
– Aa ! Marí keja piká, nuteló.

– Ah ! C’est ainsi que tu es, mon ami ?

S176 stop
– Marí keja, nuteló.

– C’est ainsi, mon ami.

S177 stop
E rajalákicha riká.

Ils se saluèrent.

S178 stop
Nuká, nuteló. Nuká i'jichari majó, nuteló, no'pijá chaya nuteló.

C’est moi. Je suis venu voir ma bru, mon ami.

S179 stop
Kaja jupimi kaja nu'rí i'machíyami no'pijá, penájemi kaja kú'waro jupicha pijwa'té, nuteló. Unká iná katajowa kalé i'maká apú ichi'ná i'maká. Ipeje keja i'makaño iká, nuteló.

Cela fait longtemps que mon fils est venu laisser ma bru. On ne peut pas jouer de la sorte avec d’autres parents. C’est la même chose pour vous.

S180 stop
Nupuráka'lo i'michami yaní ke nakú jupimi i'maká. Penájeka mapeja riwátaka kejaka nu'rí yuríchami mawó i'maká penaje kapinacha.

Cela fait longtemps que j’ai parlé à propos d’ [alliance entre nos] enfants. Après cela, mon fils l’a bêtement laissée ici trop longtemps.

S181 stop
Kaje aú nu'jná ñakaje chaya majó nuteló.

Alors je suis venu la chercher, mon ami.

S182 stop
Ñakeka nuteló, palá paja nutu chaya.

C’est bien de venir chercher ma fille.

S183 stop
Re jo'ó ruká, nutu, riwátaka keja no'pijá yuríchakami nutu mawá i'maká nuteló.

Elle est là, ma fille, puisque mon gendre a voulu la laisser ici.

S184 stop
Kaja numá i'maká unká iná wa'té nemakáloje, unká iná pakolare chojé kalé penaje iná a'kare iná yaní ke ta nuteló. Kaja iná ka'kare iná yaní ke ta apujlo, nuteló. 

J’ai dit que ce n’est pas pour qu’elles restent avec soi, suspendues entre deux piliers de la maloca, que l’on donne ses filles. Or elle a été remise à un autre.

S185 stop
Riwátaka keja no'pijá yuríchakami nutu maárowa i'maká. Penájemi kapinacha nujwa'té, nuteló. Palapaja pi'jichá pipatachi ruká. Ñakeka nuteló. Kaja pichicha, nuteló. 

Comme il a voulu, mon gendre a laissé ma fille ici. Après cela, elle est restée longtemps avec moi. C’est bien de venir la chercher. Tu es venu, mon ami.

S186 stop
Lainchú najicha nakakuwá. E rimicha rijló :

L’après-midi, ils mâchèrent leur coca. Il lui dit :

S187 stop
– Meketana júpika pi'jnaká nuteló ?

– Dans combien de temps t’en iras-tu, mon ami ?

S188 stop
– Nu'jichá, nuteló. Numicha nu'rijlo : “phíyu'ke ta nuká. Kewicha e'iyowaje chúwaja nuchaje rinaku e muní nuwajo pajluwa kala.

– Je suis venu. J’ai dit à mon fils : « Je suis vieux. Comme j’ai des courbatures, aujourd’hui j’arriverai chez lui, et demain je serai mal toute une journée.

S189 stop
Rejomi muní ke nupa'jó, ke numíchako nu'rijlo, nuteló.

Ensuite je rentrerai le lendemain. Voilà ce que j’ai dit à mon fils.

S190 stop
– Ñakeka, nuteló, iná pechu keja iná chira'kó, nuteló. Unká na kalé wakára'ri iná.

– Bien. Chacun marche selon sa pensée. Personne n’est là pour donner des ordres.

S191 stop
E napuri'chó meketánaja. E náicho kamátajo.

Ils parlèrent un moment. Puis ils allèrent dormir.

S192 stop
Muní ke najme'chiya e rimicha :

Le lendemain, ils se levèrent, et il dit.

S193 stop
– Nuteló, i'jná wathupíchachi ipatú ja'piyá wajñachi wakakuwá lainchú.

– Mon ami, allons cueillir la coca, que l’on puisse mâcher notre coca cette après-midi.

S194 stop
– Ñakeka, nuteló.

– Bien, mon ami.

S195 stop
E pheñawilá i'jichaka ipatú jña'jé. 

Et les vieux allèrent chercher la coca.

S196 stop
Atá nañapáchiya. Lainchú nali'chá riká. Nañapáchiyo e napuri'chó rijwa'té meketana.

Ils terminent. L’après-midi, ils la préparèrent. Ils finirent et parlèrent un moment.

S197 stop
E kaja ná'icho kamátajo.

Puis ils se mirent à dormir.

S198 stop
Lapiyami napocha e rimicha :

Le lendemain matin, Pujumi dit :

S199 stop
– No'pijá, chúwaja wapa'jó. Eko pilamá'ato eko pimá nojló chuwá ke.

– Ma bru, aujourd’hui nous allons rentrer. Quand tu seras prête, dis-le-moi.

S200 stop
Kaja keja rulamá'achiyako.

Alors elle se prépara.

S201 stop
– Chuwá ta ukú.

– Maintenant, mon oncle.

S202 stop
Rejéchami rimíchaka :

Ensuite, il dit :

S203 stop
– Nuteló, chuwa ta nu'jichaka. Kaja wamicha pekowaka meketánaja. Mapeja riwátaka keja nu'rí yuríchakami no'pijá i'maká maárowa. Penaje nu'jná chaya majó nuteló.

– Mon ami, à présent je m’en vais. Nous nous sommes vu à présent. Comme il l’a voulu, mon fils a laissé ma bru par ici. C’est pourquoi je suis venu la chercher.

S204 stop
Ñakele chuwa nu'jichaka. 

Maintenant je m’en vais.

S205 stop
– Ke jo'ó, nuteló. Kaja wamá pekowaka nuteló. Pi'jná ka'jnó.

– C’est bien, mon ami. Nous nous sommes vu. Tu peux t’en aller.

S206 stop
Kaja Pujumi ta pachiya ri'rí yajalo. Pe'iyó iñe'pú chu, rejéchami juni ajuichaka. Sujwí kalajeru pijú juni nanaku ñachiyaro lainchú ejapá chaje. Kamú i'michaka.

Pujumi emmena la femme de son fils. Au milieu du chemin, il se mit à pleuvoir. L’eau [des nuages] s’obscurcit brusquement, et ils durent s’abriter l’après-midi. Le soleil était parti.

S207 stop
– Yee ! Meke chapú wani yaweja ta juwáchiya weká no'pijá, ke rimíchaka.

– Oh ! Quel dommage que le mauvais temps se soit assombri sur nous, ma bru.

S208 stop
Unká me ño'jó no'pala peyajwé. Kewí irupachirí ta nuká, unká me ño'jó ja'pala peyajwé.

Je ne peux pas marcher vite. Mon genou me fait mal, impossible de marcher avec force.

S209 stop
Muní ka'jná wa'pajika. A'jnare wakamátajo ina'tana turena. Muniko wa'pá napi'chá. 

Nous continuerons peut-être demain. Nous dormirons plus loin, au bord de la rivière.

S210 stop
Iphicha ina'tana turenaje.

Ils arrivèrent au bord de la rivière.

S211 stop
Re rili'chá ta rikapo. 

Il put faire un abri.

S212 stop
– Maare wakamátajo.

– C’est ici que nous allons dormir.

S213 stop
Muniko wa'pá.

Demain, nous repartirons.

S214 stop
Re rikamáchiyo ta rujwa'té. 

Il dormit avec elle.

S215 stop
Muní ke lapiyami najme'chiya.

Le lendemain matin, ils se levèrent.

S216 stop
– i'jná chuwá no'pijá. Chuwá wa'pajika. 

Allons-y, ma bru. Continuons.

S217 stop
Na'picha. Iphíchari yewicha kamú pukú.

Ils marchèrent. Ils arrivèrent quasiment à midi.

S218 stop
– Marí keja piká, nu'rí ?

– C’est ainsi que tu es, mon fils ?

S219 stop
Marí keja pa'yú. Wajé piká. 

– C’est ainsi, papa. Viens-tu d’arriver ?

S220 stop
A'a wajé nuká, nu'rí. Ajní ño'jó nu'má no'pijá pataje pijló. “Eko palá nopijajlo” ke nuteló ta kemíchaka. Ñakeka ilerú ruká, no'pijá, nu'makare pataje pijló, nu'rí.

– Oui, j’arrive, mon fils. J’ai été là-bas chercher ma bru, pour toi. « Salue bien mon gendre » m’a dit mon ami. La voilà, celle que j’ai été cherchée pour toi, mon fils.

S221 stop
– Ñakeka, pa'yú.

– Bien, papa.

S222 stop
E rimicha :  – Pa'yú, mékechami pichicha reyá. 

Il dit : – Papa, quand es-tu parti de là-bas ?

S223 stop
Ee, lalemi nupa'ojla reyá nu'rí i'maká. E'iyonaja yaweja ta la'á unká paala. Ja'ró kajrú ñataro lainchú.

– Eh bien, hier j’ai essayé de rentrer, mon fils. Mais nous avons eu mauvais temps. Une forte pluie nous a arrêtés l’après-midi.

S224 stop
E'iyajé kewika irupachirí nuká. Unká me ño'jó jápala peyajwé. Aú pe'iyó iñe'pú chu nukamáchiyo, re'iyajé nuká.

En plus, mon genou me faisait mal. Je ne pouvais pas marcher vite. Alors j’ai dormi à mi-chemin, et c’est ainsi que j’arrive.

S225 stop
– Ñakeka pa'yú.

– Bien, papa.

S226 stop
Ke jo'ó riká, pa'yú, ke rimíchaka. Numá pijló i'maká pipa'jiko wakajeja pipata ruká majó ke i'maká.

Je t’avais dit de rentrer le jour même pour me la ramener ici.

S227 stop
E'iyonaja pajuwakare. 

Mais vous avez passé la nuit ensemble.

S228 stop
– Riká jo'ó numá nakú, nu'rí, lalemi nuphajla i'maká e'iyonaja yaweja ta juwáchiya nuká.

– C’est bien pour cela que je te dis, mon fils, qu’hier, j’ai tenté de revenir, mais nous avons eu mauvais temps.

S229 stop
– Ñakeka pa'yú. Kaje i'makale numá pijló, pa'yú, pikoja ka'jná puráka'lo i'mareje ñakaje wa'té pa'yú. 

– Bien, papa. Alors voilà ce que je te dis. Les paroles [que tu as prononcées pour nous mettre ensemble] vont peut-être servir à la faire vivre avec toi, papa.

S230 stop
Kaje i'makale marí ke numá pijló ñaké kaja jupicha kaja pakuwako piká pachiñako wa'té, kajaka amiño micholo kapicháñaa piká. Unká na la'lá nakaje pijló.

Je te dis cela parce que tu dors seul depuis longtemps, tu es seul maintenant que maman est morte. Personne ne t’aide.

S231 stop
Unká na amala juni kaje pijló, pa'yú. Pijwa'té ja ru'makáloje, piká ka'jná puráka'lo. I'majeri rujwa'té, romákaloje juni pijló.

Personne ne s’occupe de l’eau pour toi, papa. C’est pour qu’elle reste avec toi qu’il y a eu ces paroles. Vis avec elle pour qu’elle s’occupe de l’eau pour toi.

S232 stop
– Jaí ! Ke. Aa ! Me kalé unká kuani ina'ukélari piká nu'rí.

– Oh ! Comment peux-tu être inhumain à ce point ?

S233 stop
Méreka jápatakeri riyani ke wa'té i'maká nakú nu'rí ? ke rimíchaka.

Où as-tu vu quelqu’un caresser ses enfants, mon fils ?

S234 stop
Unká mere kalé jápataka riyani ke wa'té kuwaká nakú jápatakana, nu'rí ke rimíchaka. Penaje pimá nakú nojló, nu'rí.

On ne touche nulle part les enfants qui vivent auprès de soi ! Et tu me dis ceci !

S235 stop
Unká nuwátala pimaká nojló, nu'rí.

Je ne veux pas que tu me dises ceci, mon fils.

S236 stop
Unká, pa'yú. Unká meke kalé ñakaje, nuká kemari pijló ñakaje nakú, pa'yú :

Mais non, papa. Il n’y a rien de tel, je te dis seulement ceci, papa :

S237 stop
– Unká naje kalé iná awa'jó neká ta kaja kú'waro nowa'á. Unká meka penaje wani kalé. Marí kaje aú numá pa'yú pachiñako wa'té kaja pakuwa'kó, aú numá ñakaje nakú.

– Je n’ai aucune raison d’avoir trop femmes. J’en ai déjà assez accrochées à moi. Cela ne sert à rien. Alors je te dis ceci, papa, parce que tu vis seul.

S238 stop
– Unká nu'rí. Unká nuwátala. 

– Non, mon fils. Je ne veux pas.

S239 stop
Júpichami rimicha piño :  – Meke chi ñakaje i'majika nu'rí ?

Plus tard, il dit : – Comment est-ce que cela va se passer, mon fils ?

S240 stop
– Ru'mare pijwa'té, pa'yú.

– Elle doit vivre avec toi, papa.

S241 stop
Mékajeka jápatakeri riyani ke wa'té kuwakó nakú ?

Comment pourrait-on toucher aux enfants qui vivent auprès de soi ?

S242 stop
E'iyajé no'pijá kaja ruká. Unká me ño'jó kalé.

En plus, elle est ma bru. Je ne peux pas.

S243 stop
– Unká meke kalé ñakaje i'maká, pa'yú.

– Ce n’est rien, papa.

S244 stop
Apú nachana kaja ñakaje, pa'yú. Ajalákaje i'maká aú kalé iná ajaláka.

Elle est la fille d’un autre, papa. C’est pour cela que l’on se salue de cette façon [avec elle].

S245 stop
Júpichami rimíchaka : 

Plus tard, il dit :

S246 stop
– Kaja chi pimicha ñakaje nakú ?

– Es-tu sûr de ce que tu m’as dit ?

S247 stop
Chúwaja chi ñakaje i'majé ?

Est-ce ainsi que cela va être dorénavant ?

S248 stop
– Kaja, pa'yú. Kaja nu'michá ñakaje nakú, pa'yú. Ru'mareja pijwa'té. Unká meke ri'malá. Inaana ta ka kú'waro kajrú nujwa'té.

– J’ai déjà parlé à ce propos, papa. Elle vivra avec toi. On ne peut rien y faire. Trop de femmes sont accrochées à moi.

S249 stop
Unká meka penaje kalé kajrú inaana ta ! 

Cela ne mène à rien d’avoir trop de femmes !

S250 stop
– Ke jo'ó riká, nu'rí.

– C’est vrai, mon fils.

S251 stop
Ina'uké panipi nu'maká, nu'má ñakaje pataje i'maká, e'iyonaja ilé ke pimaká.

Je pensais bien faire en allant la chercher, mais voilà ce que tu me dis.

S252 stop
Kaja ka'jná pimá ñakaje nakú, nu'rí.

Tu ne reviendras probablement pas sur ce que tu as dit, mon fils.

S253 stop
Kewaka jo'ó pimá nakú nu'rí. Jupimi jo'ó paló micholo kapicháñaa nuká.

Et tu as raison. Il y a longtemps que ta pauvre mère m’a laissé veuf.

S254 stop
Puíchiyo nokúwa'ko nochiña ke wa'té.

Ensuite je suis resté un homme seul.

S255 stop
Kaje aú pimá nojló keja ka'jná ñakaje i'majika, pimaká keja. 

Puisque tu me dis que cela serait mieux ainsi, qu’il en soit comme tu dis.

S256 stop
– Ru'mare pijwa'té, pa'yú. Piwá'a ruká ilerú ruka romachi juni pijló.

– Qu’elle vive avec toi, papa. Emmène-la, elle portera l’eau pour toi.

S257 stop
– Ñakeka, nu'rí.

– Bien, mon fils.

S258 stop
E rimicha rojló :

Et il informa sa bru :

S259 stop
– Kaja nu'rí kemicha marí ke.

– Voilà ce que mon fils m’a dit :

S260 stop
Ñaké nujwa'té ja ka'jná pi'majé.

Tu pourrais vivre avec moi.

S261 stop
I'makale marí ke numá pijló.

Alors je te le dis.

S262 stop
– Ñakeka.

– Bien.

S263 stop
E rapachiya ta ripechu chojé ruká.

Il se fit à l’idée de la prendre pour femme [il la prit dans son esprit].

S264 stop
Kaja keja riwá'ichaka ta ri'rí yajálomi i'michaka.

Et c’est ainsi qu’il prit l’ex-femme de son fils.

S265 stop
E rimicha :  – Ñakeka, nu'rí.

Puis il dit : – Bon, mon fils.

S266 stop
Kaja i'makale numá : eko pimá yuwanajlo nala'áchi nojló nukapo a'jnare nuka'pere e'iyá.

Je voudrais que tu dises aux enfants de me faire un abri dans mon jardin.

S267 stop
Re nokúwa'jo pawa'á nu'rí ke rimíchaka. Palá re'iyá nojnapakaloje jiyá, phíyu'ke ta kaja nuká.

Comme ça je vivrai à tes côtés, mon fils. Là, ce sera bien pour chauffer du bois, je suis vieux maintenant.

S268 stop
Unká me ño'jó jña'ló juka nujiño.

Je ne peux plus charger loin.

S269 stop
Ñakeka nojena wala'kaje pa'yú ta jló rikapo a'jná rika'pere e'iyá.

– Bien, mes frères, nous allons faire pour mon père un abri dans son jardin.

S270 stop
– Ñakeka..

– Bien.

S271 stop
Nali'chá rijló rikapo. Riká nañapáchiya riká.

Ils lui firent son abri. Ils le terminèrent.

S272 stop
– Pa'yú, ilé ta kaja wañapáchiya. Nojena ñapáchiya pikape pijló. Ilere pakuwa'ó nowa'á.

– Papa, nous avons terminé. Mes frères ont fini ton abri. Là-bas tu peux suspendre ton hamac à mes côtés.

S273 stop
– Ñakeka, nu'rí.

– Bien, mon fils.

S274 stop
Lainchú rimicha :

L’après-midi, il dit :

S275 stop
– I'jná chuwá. Wa'pachi a'jná wakape chojé.

– Allons-y. Nous passons là-bas, au jardin.

S276 stop
– Ñakeka nu'rí. Ajní ño'jó no'picha nuka'pé chojé.

– Bien, mon fils. Là-bas, je vais m’installer dans mon abri.

S277 stop
Re nokúwa'o pawa'á.

Je vais pouvoir me suspendre à tes côtés.

S278 stop
– Ñakeka pa'yú. Pakuware nowa'á.

– Bien, papa. Installe-toi près de moi.

S279 stop
E Malawichure kemicha :

Et Malawichure ajouta :

S280 stop
Ñakeka, ke rimicha riyánijlo. Ilé aju ta, phíyu'ke, pa'yú ta, kuwá'aro..

– Bien, dit-il à ses enfants. C’est ainsi que grand-père va s’installer.

S281 stop
Pa ! I'jnániña rejó. I'jnákika rinaku kawíla'je, iká ta manai pechuruna !

Attention ! N’allez pas là-bas. N’allez pas l’ennuyer, vous qui êtes sans scrupules !

S282 stop
– Je ! Ñakeka, pa'yú.

– Bien ! D’accord, papa.

S283 stop
Ne'michá júpichami a'jná natári'chako ewaja ne'jichá rejó.

Ils vécurent ainsi, et au bout d’un moment, ils allèrent là-bas.

S284 stop
Neká ta rejó re'wé wa'té Malawichure yaní.

Ils y allaient avec leur grand-frère, le fils de Malawichure.

S285 stop
Amíchari kajrú ija jácho'chako.

Ils virent que beaucoup de fumée sortait [de la maisonnée].

S286 stop
« A'jnare ka'jná chuchú piyota wamíchachu chuchú. »

« Grand-père doit être là-bas, en train de brûler des branches. »

S287 stop
Neká ta rejó. Amíchari meñaru. Unká na i'malacha.

Ils allèrent là-bas et virent que c’était vide. Il n’y avait personne.

S288 stop
– Mere ta chuchú pi'charo ka'jná ?

– Où grand-père a-t-il pu aller ?

S289 stop
E mapeja nachipúki'cha ta rawapiwa. Amíchari japunami to'tachako riká chojé Pujumi ta mujlúki'chari riyajalo wa'té.

Ils firent le tour, mais en vain. Ils virent un tronc d’arbre creux dans lequel s’était glissé Pujumi et sa femme.

S290 stop
– Yee ! Je'michari riwo ta i'jnaká.

– Oh ! Ils l’entendaient s’essouffler.

S291 stop
Na iká kame'jeka kajrú wani ?

Qui est-ce qui fait autant de bruit ?

S292 stop
Aú ne'michá ya'kajo jemi'chari “ji ji ji”. Nayaká'icho. Amíchari kute ke rijlú ta, moko'chaka a'waná aphú chiyá sapunami chiyá.

Alors ils allèrent voir, et entendirent sa respiration. Ils regardèrent, et virent ses yeux briller, sorti de leurs orbites dans le creux de l’arbre.

S293 stop
– Yee ! Meke kajrú wani chuchú ta la'jlaka.

– Oh ! Qu’est-ce qu’il est en train de faire ?

S294 stop
I'jná weña'lacho !

Sauvons-nous !

S295 stop
Kaja keja ne'ichako ta.

C’est ainsi qu’ils fuirent.

S296 stop
Júpichami :  – Pa'yú we'michajla chuchú ta chaje.

Plus tard : – Papa, nous avons été voir grand-père.

S297 stop
E'iyonaja unká wamálacha riká. 

Mais il n’était pas là.

S298 stop
Wamicha ripiyo “kela a'jnare ka'jná chuchú ta. I'jná we'michá chi richaje”. 

Comme nous avons vu son feu. [Nous nous sommes dits :] « Il doit être là-bas. Allons le voir ».

S299 stop
Amíchari meñaru piyo ta kejo. I'michari. “Mere chuchú pi'charo ka'jná”.

Nous avons vu qu’il n’y avait personne près du foyer. « Où grand-père a-t-il pu passer ? »

S300 stop
Aú mapeja wachipúki'cha.

Alors nous avons en vain fait le tour.

S301 stop
Re mena e'iyá a'wanami to'lacho kajruni.

Dans le jardin, il y a un grand tronc d’arbre.

S302 stop
Riká chojé meke ka'jná rimujlúki'cha.

Se serait-il mis dedans ?

S303 stop
E wemi'chá kajrú. Meke ka'jná rili'chaka. Pa, iná wo i'jnaká ke rimejé i'michaka : “ji ji ji”.

Et nous l’avons bien entendu. Qu’est-ce qu’il fait ? Il s’essoufflait, il y avait un bruit qui faisait : « hii hii hii ».

S304 stop
E we'jichá, amíchari kajrú kuté ke rijlú mo'kochaka sapunami chiyá. Etá weichó.

Nous y sommes allé, et avons vu ses yeux brillants et exorbités dans le tronc. Alors nous nous sommes sauvés.

S305 stop
– Ay ! Ke rimíchaka. Ilé kaje numá nakú i'jnániña phíyu'ke aju ta kuwarore.

– Oh ! Voilà pourquoi je vous disais de ne pas allez voir le vieux en train de s’installer.

S306 stop
Me kalé unká wani ilé kajena ta jema'lá ? Phíyu'ke, aju ta karí i'maká ilé kajena ta jecho'ó chaje !

Pourquoi n’écoutent-ils rien, ceux-là ? Il a fallu que vous vous précipitiez pour voir le vieux !

S307 stop
Pa ! I'jnániña ta rejó, kaja nu'michá.

Attention ! N’allez pas le voir, j’avais dit.

S308 stop
E ne'michá penájeka ri'rí i'michá moto'chari.

Quelques temps plus tard, lui naquit un fils.

S309 stop
E ra'chá ta rií ri'chiwa : Pujumí. Pujumi ra'chaká ta rií riíwa.

Il lui donna le même nom que lui : Pujumi.

S310 stop
Ra'pejé apú i'michá ra'chá ií Inalakamí.

Ensuite il en eut un autre qu’il nomma Inalakami.

S311 stop
Iyamá ne'michaka riyani. E neká rili'chá maná i'michaka rijaicha yaní ne'michá aú.

Il avait deux nouveaux fils. Alors il les soigna comme un homme âgé.

S312 stop
Rili'chá nenaku rili'chá namaná aú kaja nawajicha ta napechuwá ka.

Il prépara chamaniquement leur volonté, alors leur pensée s’éveilla.

S313 stop
Kaja pheñawilá pechu ke napechu i'michaka.

Ils avaient déjà une pensée d’adulte.

S314 stop
Unká we'pílacha kátakajo. Kaja nara'pá ja'piyá pichiyakaño, yuku kejá'akana nakú, lawichú kejá'akana nakú.

Ils ne pensaient pas à jouer. Ils s’asseyaient auprès de leur père pour l’interroger sur les mythes et le chamanisme.

S315 stop
Napichiyo ra'pí. Kapajereruna a'jná Moncayo kechajena ne'michaka.

Ils s’asseyaient à ses côtés. Ils étaient petits, pas plus haut que Moncayo.

S316 stop
Kaja jema'chiyaka piyuke lawichú, yuku kaje maka, yáleje piyuke. Unká na wani kalé, rija'icha yaní ne'michakale.

Ils avaient appris tout le chamanisme, toutes les histoires, tous les chants. Il ne leur manquait rien, parce qu’ils étaient fils de vieux.

S317 stop
E Malawichure yaní i'michá.

Et il y avait les enfants de Malawichure.

S318 stop
"I'jná we'michá chi chuchú ta chaje”.

“Allons voir grand-père”.

S319 stop
Neká ta rejó.  – Chuchú marí keja ?

Ils allèrent là-bas. – Grand-père, ça va ?

S320 stop
– A'a, marí keja.  Rajalákicha neká.

– Oui, ça va. Il les salua.

S321 stop
Mapeja we'jichaka chira'jó majó.

Nous sommes allés nous promener ici comme ça pour rien.

S322 stop
E nayaká'icho ta, amíchari napitaka ra'pí.

Ils regardèrent et les virent assis.

S323 stop
Unká we'pílacha kátakajo. Nakejeli'chá neká, nawachiya najwa'té katakano.

Ils ne pensaient pas à jouer. Ils leur demandaient d’aller jouer avec eux [mais en vain].

S324 stop
Kaja waja napi'chó.

Ils finirent par rentrer.

S325 stop
– Chuchú, wapi'chako.  Kaja keja napi'chako ta.

– Grand-père, nous rentrons. Et ils rentrèrent.

S326 stop
Júpichami : – Pa'yú, ke nemíchaka.

Plus tard : – Papa, dirent-ils.

S327 stop
We'michá chuchú ta chaje.

Nous avons été voir grand-père.

S328 stop
Amíchari riyani pitako.

Nous avons vu ses fils assis.

S329 stop
Meke ka'jná chuchú ta yaní ?

Comment ils sont bizarres les enfants de grand-père ?

S330 stop
Unká, nara'pá ja'piyá pitakaño.

Ils sont toujours assis auprès de lui.

S331 stop
E upejlu, pa, pheñawilá pechu ke napechu.

Bien attentifs, comme s’ils avaient une pensée d’adulte.

S332 stop
Unká we'pílaño kátakajo, wawachiya najwa'té kátakajo.

Ils ne pensent même pas à jouer, alors que nous voulions nous amuser avec eux.

S333 stop
– Ay ! Ke. Aa ! Meka penaje jecho'ó ka'jnó ? Ilé kaje numá nakú. Pa ! I'jnániña chuchú ta ejo, i'jnájika rinaku kawíla'je.

– Oh ! Comment pouvez-vous courir là-bas ? Je vous ai dit : Attention, n’allez pas auprès de grand-père pour l’embêter.

S334 stop
Rija'icha yaní ne'makale, nojena, aú rila'á nenaku, aú nawaja napechuwá amataka ijluwa neká.

Comme mes frères sont fils de vieux, il les forme, il prépare leur pensée à veiller sur vous.

S335 stop
Pa ! Kaja i'jnániña ta rejó !

Attention ! N’allez pas là-bas !

S336 stop
E'iyoná ta júpichami ne'jichá rejó piño.

Mais plus tard, ils y retournèrent.

S337 stop
« i'jná we'michachi chuchú ta chaje ».

« Allons voir grand-père ».

S338 stop
– Chuchú, marí keja ?

– Grand-père, ça va ?

S339 stop
– Marí keja.

– Ça va.

S340 stop
Rajalákicha neká.

Il les salua.

S341 stop
Mapeja we'jichaka chira'jó majó.

Nous sommes venus nous promener comme ça.

S342 stop
Amíchari e jo'ó kaja napitako ra'pí.

Ils virent qu’ils étaient encore assis.

S343 stop
Amíchari kakularuna ne'michaka. Najínchaka nakakuwá.

Ces derniers mâchaient la coca.

S344 stop
Nakejalicha ta neká, nakátakaloje najwa'té.

Ils tentèrent en vain de les faire jouer avec eux.

S345 stop
Kaja ewaja napi'chó.

Puis ils rentrèrent.

S346 stop
– Chuchú, wa'pichako.

– Grand-père, nous rentrons.

S347 stop
Napi'chó. Iphíchari.

Et ils revinrent.

S348 stop
– Pa'yú, ají we'michá chuchú ta chaje.

– Papa, nous avons été voir grand-père.

S349 stop
Amíchari e jo'ó kaja kele riyani pitako ra'pí.

Nous avons vu que ses fils étaient encore assis auprès de lui.

S350 stop
Amíchari kakularuna neká.

Nous avons vu que ce sont des mâcheurs de coca.

S351 stop
Pa'yú, naje chi najñá ipatú ka'jná ñaké yuwaná neká ka'jná. ?

Papa, pourquoi mâchent-ils la coca alors que ce sont des enfants ?

S352 stop
– Me kalé unká wani jema'lá ijló kemakana ? 

– Pourquoi n’obéissez-vous pas ?

S353 stop
Kaja numá ijló : rija'icha yaní ne'makale. Rila'ká ipatú cha najló nakuwelawá penaje. Kele nawe'pika nakaje aú wáke'na riká.

Je vous ai dit : c’est parce qu’ils sont fils de vieux. Il leur fait de la coca pour les rendre plus courageux. Ainsi vont-ils apprendre, car la coca est leur compagnon.

S354 stop
– Je.

– Bien.

S355 stop
– Pa ! Ikataño najwa'té i'jnájika najwa'té kátajo !

– Attention ! Essayez donc d’aller jouer avec eux [et vous verrez] !

S356 stop
Kaja phíyu'ke chaje ne'michaka, ejéchami ne'jichá ta piño rejó.

Quand ils furent un peu plus vieux, ils retournèrent là-bas.

S357 stop
Iphíchari. Amíchari e jo'ó kaja napichiyako ra'pí.

Ils arrivèrent et les virent encore assis auprès du vieux.

S358 stop
Ejéchami nakejíli'chaka ta neká. Kaja ewaja náicho. Nakeño'chá najwa'té katakano.

Alors ils les poursuivaient. Ils finirent par sortir. Ils commencèrent à jouer avec eux.

S359 stop
Kaja ewaja Malawichure yaní ta ajñotachaka nakakula rikakulá nakiyá.

Pour finir, le fils de Malawichure frappa la joue de l’un d’eux pour lui faire cracher sa coca.

S360 stop
E ramicha ta.

Et il [Pujumi] le vit.

S361 stop
– Ay ! Ke. Aa, meka penaje ikato nuyani pawilaya wa'té. Meka penaje ?

– Ah ! Comment pouvez-vous jouer ainsi avec mes enfants, vos oncles ? Dans quel but ?

S362 stop
Meke ilé kaje ewá chi jara'pá la'á jenakú jecho'jó mojo kátajo. Kaja nekaja neká, nuyani, pawilaya.

De quelle manière est-ce que votre père vous éduque pour venir jouer ainsi ? Ils sont déjà formés, mes enfants, vos oncles.

S363 stop
Kaja nekaya. Unká yuwaná kalé. Ikeja'ká paja nakaje naliyá.

Ils sont déjà grands. Ils ne sont plus des enfants. Vous feriez mieux de les questionner.

S364 stop
Unká meka penaje ikato wa'té itetá ! Iká penaje ra'chó ña'rí ja'pejé recho'chó naña'taje.

Ils ne sont pas là pour jouer, petits vauriens ! C’est alors qu’il se mit à leur courir après avec une branche pour les battre.

S365 stop
Kaja keja ne'ichako ta.

Finalement, ils se sauvèrent.

S366 stop
Iphíchari.

Ils revinrent.

S367 stop
Júpichami :

Au bout d’un moment [ils dirent] :

S368 stop
– Pa'yú, marí ke we'michaka chuchú chaje.

– Papa, nous avons été voir grand-père.

S369 stop
Amíchari neká. Naje ka'jná yuwaná ajñá nakakuwá ? 

Nous les avons vus. Pourquoi ces enfants mâchent-ils la coca ?

S370 stop
Pa ! Kají ajñotachaka rikakulá ta.

Regarde, je lui ai frappé la joue pour lui faire cracher sa coca.

S371 stop
Kajrú kuani raki'chá weká. Kajrú kuani recho'chako waña'taje. Aú weichó majó.

Le vieux m’a alors terriblement disputé. Il nous a même poursuivis pour nous battre. Alors nous avons fui jusqu’ici.

S372 stop
Manumarú kaja ripachíyaka riká.

Sans rien dire, le père le saisit par la main.

S373 stop
– Me kalé unká wani ina'ukélare piká. Wa'jini numaká : ‘Pecho'niña rejó ke phíyu'ke, pa'jú ta kuwarore !’.

– Comment peux-tu être aussi bête ! Je t’ai toujours dit : ‘Ne vas pas là-bas chez le vieux !’

S374 stop
E ripachiya riká ta riña'áchiya riká ta te te te.

Il le reteint et le fouetta.

S375 stop
E jupejeno ritami ta. Apú ta, te te. E ne'icho a'jná ño'jó.

Il criait. Il fit de même avec l’autre gamin.

S376 stop
E kaja unká ne'jnalacha ta rejó.

Alors ils n’allaient plus là-bas.

S377 stop
Kaja ewaja júpichami Malawichure lamá'ichiya rimawiru'jñé. Riká ña'pichari.

Pour finir, Malawichure prépara le ferment d’ananas. Il fermenta bien.

S378 stop
– E numíchako pa'yútajlo. 

– Je vais aviser mon père.

S379 stop
Riká ta rejó.

Il alla là-bas.

S380 stop
– Pa'yú. Marí keja piká ?

– Papa. Ça va ?

S381 stop
– Marí keja, nu'rí. Piká nu'rí ?

– Oui. Alors te voilà, mon fils ?

S382 stop
– Nuká, pa'yú.

– Oui, papa.

S383 stop
Nuká i'jichari pichaje, pa'yú, ñaké kaja uji ke ñani i'maká, marí la'kají penájeka.

Je suis venu te voir, papa, parce qu’il y a un peu de guarapo (alcool d’ananas).

S384 stop
Unká kaja i'malá mapeja rilamatana'á.

On ne peut pas en faire fermenter comme ça pour rien.

S385 stop
Aú kalé i'maká ñakaje kemájemi nulamá'ata ñakaje, pa'yú.

Comme j’en ai préparé, je t’informe, papa.

S386 stop
Aú núchiya ñakaje chaje penájeka a'chari rejnó, pa'yú, pi'jnakáloje ñakaje chaya i'rajé nujwa'té, pa'yú.

J’en ai râpé et il a bien fermenté, papa. Tu peux venir en boire avec moi.

S387 stop
Cha'pá kalé iná i'rakare chaya ñakaje.

Il faut toujours être suffisamment nombreux pour en boire.

S388 stop
Kaje aú nu'jichá pichaya pi'jnakáloje ñakaje chaya i'rajé nujwa'té.

Alors je suis venu pour que tu viennes en boire avec moi.

S389 stop
– Ñakeka, nu'rí.

– Bien, mon fils.

S390 stop
Napuri'chó rijwa'té.

Avant que Malawichure, les fils du vieux étaient en train de parler avec lui.

S391 stop
Ra'chá rijló ipatú ñaké ajere ke riyani pichíyako ra'pí. Rimicha rikona.

Quand il offrit de la coca à son père, les fils de ces derniers étaient assis à ses côtés et le regardaient.

S392 stop
“Unká paala” rimíchaka ripechu nakú.

« Ce n’est pas correct » pensa le vieux.

S393 stop
– Nu'rí, ke rimicha. Meka penaje unká pimala kají nuyani, pimala najló ?

– Mon fils. Pourquoi n’avises-tu pas mes enfants ?

S394 stop
Pipá ka'jná nakaku, pi'má ka'jná la'kaji yukuna najló. Kaja nekaja neká, nuyani pejena. Unká yuwaná kalé.

Tu devrais leur offrir de la coca, et les informer à propos de l’alcool d’ananas. Ils sont prêts, mes fils, tes frères. Ce ne sont plus des enfants !

S395 stop
Unkale pi'malá la'kaji yukuna najló, neká la'káloje pipuráka'lo.

Tu ne leur parles pas cérémoniellement de l’alcool d’ananas, alors qu’ils sont aptes à te répondre.

S396 stop
Phíyu'ke ta kaja nuká, unká me ño'jó pipuráka'lo iná wa'té. Neká chiyá yuwaná neká wa'té pamákaloje.

Moi je suis vieux, et il n’y a personne avec qui tu peux parler. Eux sont jeunes, tu peux voir avec eux.

S397 stop
– Je ! Ke jo'ó, pa'yú.

– Bien. D’accord, papa.

S398 stop
Ripechu i'michá : “Yuwaná wani jo'ó ya neká”.

Il pensait : “Ils sont encore trop jeunes”.

S399 stop
Riji'chá ipatú, rimicha : – Nujmeré, pajñá pikakuwá iná amá pekowaka wijo'takana marí iná ejé wa'té.

Il prit la coca, et dit : – Petit frère, viens mâcher la coca, que l’on puisse se voir et mâcher entre frères.

S400 stop
Ñaké kaja nekaja i'michákañoka neká.

Et ils répondirent, malgré leur formation encore incomplète.

S401 stop
– Ñakeka o'wé, ke rimicha. Palapaja iná ejé amá iná wijo'takana ajñáka'pe aú.

– Bien, grand frère. C’est bien de se voir entre frères pour mâcher la coca.

S402 stop
Unká mapeja kalé wachi'ná amicha papuráka'lo cha la'kana o'wé.

Ce n’est jamais sans rien que nos ancêtres se parlaient cérémoniellement.

S403 stop
Kajwáke'na papuráka'lo cha la'kana penaje i'maká ajñáka'pe iná ejé ama ya'takana pajlokaka iná ejé ama aú iná wijo'takana, o'wé.

C’est accompagné que l’on a toujours prononcé les paroles mutuelles et vu la coca offerte entre frères, c’est pour cela que l’on mâche, grand frère.

S404 stop
« Yee ! » Ejéchami ripechu i'michaka: « Meke kaja nekaja ka'jná neká ? »

« Oh ! Comment peuvent-ils avoir appris tout cela ? » pensa-t-il.

S405 stop
– La'kaji penájeka iná amá uji ke ñani iná amá pajára'kana iná amá yukuna i'makana.

– Même avec le peu d’alcool d’ananas que l’on a râpé, il convient de s’aviser.

S406 stop
Kaje aú iná amá yukuna i'maká marí iná ejé wa'té.

C’est suffisant pour informer ses frères.

S407 stop
Ñakaje puíchiya iná ejé amá iná puráka'lo la'kana iná amákaloje meketana pekowaka marí iná ejé wa'té. Marí nujmeré, kaje i'makale iná amá iná ejejlo kemakana.

Ensuite on doit parler cérémoniellement à ses frères pour les voir un moment. Voilà, petit frère, c’est pour cela que l’on avise son frère.

S408 stop
– Ñakeka, o'wé.

– Bien, grand-frère.

S409 stop
E ripuri'chó rijwa'té, unká meke wani kalé, pa, phíyu'ke ke.

L’enfant dialogua avec lui, sans rien oublier, comme un vieux.

S410 stop
Rimicha apútajlo, ñakeka.

Malawichure parla également avec le cadet, et ce fut la même chose.

S411 stop
– Mékecha ri'majika, o'wé ?

– Ça sera quand, grand-frère ?

S412 stop
– Jñaano lainchú, iphaje nunaku nojena.

– Plus tard dans l’après-midi, vous viendrez me trouver.

S413 stop
Lainchú waya'jó ñakaje nakú.

Ce soir, nous nous assiérons avec ça.

S414 stop
E rimicha : 

Puis Malawichure dit :

S415 stop
– Pa'yú, chuwá nupi'chako.

– Papa, je rentre.

S416 stop
Kaja marí ke iná amá pajlokaka kemakana, pa'yú.

Voilà, on s’est parlé, papa.

S417 stop
Lainchú ka'jná ñakaje iphátaje piká nunaku.

Cet après-midi, tu pourras venir me trouver.

S418 stop
– Ñakeka, ilé ka'jnó nuká.

– Bien, je serai là-bas.

S419 stop
E rimicha rejénajlo.

Et il s’adressa à ses frères. [Et ces derniers lui répondirent :]

S420 stop
– Ñakeka, ilé ka'jnó weká lainchú wala'jé pipuráka'lo, o'wé.

– Bien, nous serons là-bas cet après-midi pour recevoir tes paroles, grand-frère.

S421 stop
– Ñakeka.

– Bien.

S422 stop
Kaja ripi'chó ta. Iphíchari.

Il rentra et arriva.

S423 stop
– Yúka'a ?

– Ça y est ?

S424 stop
– A'a.

– Oui.

S425 stop
– Meke nojena ka'jná ? Wajari napechuwá ka'jná. Marí ke pa'yú kemíchaka nojló.

– Comment peuvent donc être mes frères ? Leur pensée serait déjà bien préparée, selon mon père.

S426 stop
Nupechu i'michá : “Meke ta nula'jika yuwaná wani ya ajona ?

Moi qui pensais : “Comment vais-je faire avec ces mômes ?

S427 stop
E nupicha nakaku. Je'michari.

Je leur ai offerts leur coca. Et ils savaient répondre.

S428 stop
– Yee ! 

– Oh !

S429 stop
– Unká meke wani kalé rapiyákichaka. Ñaké kaja apú ta !

– Rien ne manquait aux répliques du premier. Même chose avec l’autre !

S430 stop
– Yee !

– Oh !

S431 stop
A'jná kalé i'makale numá ijló : “Yuwaná nuyani. Iwaja ipechuwá !

C’est pour cela que je vous disais : “Vous êtes [encore] des gamins, mes fils. Faites des efforts pour éveiller votre esprit !

S432 stop
Pa, yuwaná neká, nojena, cha'taño iká ta !

Regardez, mes frères sont beaucoup plus jeunes que vous, et ils vous gagnent !

S433 stop
Pa, piká ta pheñawilá. Iká ta unká je'malá ijló kemakana !

Regarde, toi, tu es grand maintenant. Vous n’obéissez jamais !

S434 stop
– Ke jo'ó, pa'yú. Kaja nawe'pí.

– C’est vrai, papa. Eux, ils savent.

S435 stop
Unká iná nakojó wani kalé iná we'pika ilé kaje.

Mais nous, nous ne pouvons vraiment pas savoir à ce propos.

S436 stop
E Pujumi ta kemicha :

[De son côté] Pujumi dit :

S437 stop
– Ñakeka nuyani.

– C’est bien, mes enfants.

S438 stop
Iji'chá ipatú, ila'áchi ipuráka'lo wa'té.

Allez prendre de la coca, que vous puissiez faire vos paroles avec.

S439 stop
Unká mawakena kalé iná la'á papuráka'lo cha iná ejé wa'té, nuyani.

Ce n’est pas sans être accompagné [de coca] que l’on se parle entre frères, mes enfants.

S440 stop
– Ñakeka.

– Bien.

S441 stop
Ne'jichá ipatú ña'jé. Riká nali'chá “te te te” marí kelepena marimá chojé.

Ils allèrent prendre de la coca. Et ils en préparèrent un peu qu’ils mirent dans une poche de marimá.


NOTE : Marimá (Yuc.). Llanchama (Esp. Ver.). Partie interne d’une écorce qui servait autrefois à confectionner les gaines pour filtrer la coca.
S442 stop
Riká chojé wariyopa rií.

Cette poche s’appelle wariyopa.

S443 stop
E lainchú :

En fin d’après-midi [Pujumi dit] :

S444 stop
– I'jná chuwá, nuyani. Chuwá wala'áchi pe'wé puráka'lo, waya'ichacho la'kaji nakú pe'wé wa'té.

– Allons-y, mes enfants. Maintenant, nous allons recevoir les paroles de votre frère et nous asseoir avec lui pour boire l’alcool d’ananas.

S445 stop
– Ñakeka.

– Bien.

S446 stop
E ne'jichaka.

Ils partirent.

S447 stop
E Pujumi ta iphicha chajaa la'kaje pukuna nakú ya'jo 

Pujumi arriva et s’assit à côté de l’alcool d’ananas.

S448 stop
– Laka'jé pukuna nakú ya'jo nu'rí wa'té, ke rimíchaka. 

– Asseyons-nous à l’endroit du guarapo avec mon fils, dit-il.

S449 stop
– Ñakewaja, pa'yú.

– Bien, papa.

S450 stop
E ileruna ta iphicha “chajaa”.

Les autres arrivèrent et s’assirent également.

S451 stop
– La'kaji pukuna nakú ya'jó no'wé wa'té, ke rimíchaka.

– Asseyons-nous à l’endroit du guarapo avec mon aîné, dit l’un d’eux.

S452 stop
– Ñakewaja nojena. E ra'chá nañakaró.

– Bien, mes frères. Et Malawichure leur donna leurs bancs.

S453 stop
E rajalákicha.

Et il salua.

S454 stop
– Nuká, nuká, nu'rí. Kaja iná yaní ke amá marí la'kaji yukuna i'makana, kaja aú ñakaje i'jnachíya.

– Me voilà, mon fils. Comme j’ai été informé à propos de l’alcool d’ananas par un fils, je suis venu.

S455 stop
Cha'pá i'maké pheñawilá ya'kero la'kaje pukunaku.

C’est toujours à plusieurs que les anciens ont l’habitude de s’asseoir à l’endroit du guarapo.

S456 stop
Penájeka marí iná yaní ke amá yukuna i'makana.

C’est pourquoi un fils doit toujours nous en informer.

S457 stop
Aú wajé nuká majó, nu'rí, ke rimíchaka.

Donc je suis venu, mon fils.

S458 stop
– Ñakeka, nu'rí.

– Bien, papa.

S459 stop
E rajalákicha riyani ta.

Et il salua ses autres fils.

S460 stop
Ñakeka ileruna ta puri'chako.

Et ils répondirent en bonne et due forme.

S461 stop
E riwaka'icha najñaka.

Puis Malawichure les appela pour manger.

S462 stop
– Kaja wajincha, nu'rí.

– Nous avons déjà mangé, mon fils.

S463 stop
– Ñakeka pa'yú.

– Bien, papa.

S464 stop
E ripicha nakaku. Riká puíchiyo rimicha najló :

Il leur offrit de la coca. Puis il leur dit :

S465 stop
– Ñakeka, pa'yú. Kaja ñakaje ipháchiya piká.

– Bien, papa. Voici donc l’occasion de ta venue.

S466 stop
Kaje i'makale marí ke numá : Unká jo'ó kaja la'kají ñapala, yewicha ñakaje iphaka rená chojé.

Je dois t’informer que le guarapo n’est pas encore prêt, mais presque.

S467 stop
Rejomi ka'jná waya'jó ñakaje nakú.

Plus tard, nous nous assiérons pour en boire.

S468 stop
– Ñakeka. 

– Bien.

S469 stop
Ejéchami najicha nakaku.

Après ils mâchèrent leur coca.

S470 stop
Nemicha : – O'wé. Ilé ñani iná amá ya'takana iná ejé wa'té. Unká mawáke'na kalé iná amá papuráka'locha la'kana, o'wé, ke rimíchaka.

Ses petits frères lui dirent : – Grand-frère. Voilà, c’est peu ce que j’ai à offrir à mon frère. Mais ce n’est pas sans accompagnement que l’on se parle, grand-frère.

S471 stop
– Ñakeka. 

– Bien.

S472 stop
Apú ta kemicha ñaké kaja rijló.

L’autre lui dit exactement la même chose.

S473 stop
Júpichami namawiruní ñapicha.

Plus tard, l’alcool d’ananas termina [sa bonne fermentation].

S474 stop
Ejéchami ri'michá riyukuna.

Alors Malawichure l’annonça.

S475 stop
– Pa'yú, kaja la'kaji a'chó renó wajló.

– Papa, le guarapo commence à être à point.

S476 stop
– Ñakeka, nu'rí.

– Bien, mon fils.

S477 stop
Ri'michá rejénajlo riyukuna.

Il informa ses frères.

S478 stop
– Ñakeka, o'wé.

– Bien, grand-frère.

S479 stop
E kaja na'chó ri'rajé.

Et ils se mirent à boire.

S480 stop
Kaja ewaja júpichami unká paala rimíchaka ripechu nakú. E rimicha : 

Au bout d’un moment, Pujumi finit par penser que ça n’allait pas. Il dit :

S481 stop
– Nu'rí, ke rimíchaka. Meke chi ri'majika ?

– Mon fils. Comment est-ce que nous allons poursuivre ?

S482 stop
Kaja marí keja waya'jiko la'kají nakú. Mapeja chi waya'jiko la'kaje nakú ?

Allons-nous seulement nous asseoir en prenant le guarapo ? C’est tout ?

S483 stop
– Ñaké ka'jná, pa'yú.

– C’est probable, papa.

S484 stop
Kaja wejapa ñani kaja mawiru ta.

Il n’y a déjà presque plus d’ananas.

S485 stop
– Ke jo'ó riká, nu'rí.

– C’est vrai, mon fils.

S486 stop
Unká paala ilé kaje. Unká me ño'jó kalé iná ya'karo nakú la'kají.

Ça ne va pas. Ce n’est pas comme ça que l’on s’assoit pour boire guarapo.

S487 stop
Ichuwaje kalé chapú eja'wá la'ká chu iná wakaje iná ya'ó nakaje nakú.

C’est seulement en cas de grand malheur que l’on s’assoit ainsi avec le guarapo.

S488 stop
Unkale pi'malá marí nuyani pejénajlo nala'káloje la'kaji yejupana papukuna chu.

Tu aurais pu demander à mes enfants, tes frères, qu’ils fassent la danse du guarapo en ce lieu.

S489 stop
– Ñakeka, pa'yú. Iná chi'ná kemaká keja ka'jná, ñakaje i'majika.

– Bien, papa. Qu’il en soit selon la volonté du père.

S490 stop
Aú riya'chiya ipatú na'pejé.

Alors il plaça la coca sous eux.

S491 stop
– Nujmeré, pajñá pikakuwá.

– Petit-frère, mâche ta coca.

S492 stop
– Ñakeka, o'wé.

– Bien, grand-frère.

S493 stop
Kaje i'makale marí ke numá, nujmeré.

Alors voilà ce que je dis, petit-frère.

S494 stop
Kaje puíchiyo iná amákaloje keyajúpakaje la'kana iná pukuna chu.

Dorénavant, il faudrait danser en ce lieu.

S495 stop
I'makale marí ke iná kemá iná ejejlo, marí nujmeré.

Voilà ce que l’on dit à un frère, mon cadet.

S496 stop
– Ñakeka, o'wé. E ripuratacho ta rijwa'té.

– Bien, grand-frère. Et il dialogua avec lui.

S497 stop
Aputajlo ñaké kaja.

Avec l’autre, ce fut exactement pareil.

S498 stop
E riwaka'icha narápa'ka.

Puis il leur demanda de danser.

S499 stop
E rimicha rara'pajlo : 

Et il dit à son père :

S500 stop
– Kaja iná ejé amá iná la'ká keyajúpakaje.

– Mon frère me demande de danser.

S501 stop
Keja ka'jná iná amá keyajúpakaje la'kana, pa'yú.

Alors nous devons danser, papa.

S502 stop
Ñakeka, nu'rí. Pimaká keja pila'á keyajúpakaje pe'wé pukuna chu.

– Bien, mon fils. Qu’il en soit comme tu dis, danse dans la maloca de ton frère.

S503 stop
E rimicha :

Et il demanda :

S504 stop
– Na aú keyajúpakaje la'kana, o'wé ?

– Quelle danse conviendrait, grand-frère ?

S505 stop
– Keyajúpakaje pheñawilá yejupa luma'lá aú, nujmeré.

– La danse luma’lá de nos ancêtres, petit-frère.

S506 stop
– Ñakeka, i'jná palá.

– Bien, allons-y.

S507 stop
Kaja napichata luma'lá arápa'je.

Et ils se mirent à danser le luma’lá.


NOTE : Cf. YUCUNA Edilberto, Chant de l’alcool d’ananas (02/2002).
S508 stop
E kaja riya'chiya mawiru najló.

Puis Malawichure leur offrit du guarapo.

S509 stop
E napura'tacho, a'jná nañapáchiya.

Ils se mirent à parler [du guarapo], et plus tard, ils terminèrent.

S510 stop
Ejéchami ripachiya ipatú pumi chojé najló.

Puis il leur offrit de la coca à son tour.

S511 stop
E kaja na'chó arápa'je. Najme'chiya arápa'kaje nakú.

Et ils se remirent à danser. Ils dansèrent encore quand le jour se leva.

S512 stop
Lapiyami natajnáchiya riká. 

Ils terminèrent en début de matinée.

S513 stop
– Kaja chuwá.

– Ça y est maintenant.

S514 stop
E rimicha :

Et il dit :

S515 stop
Kaja chuwá, pa'yú.

– Ça y est, papa.

S516 stop
Kaja meketánaja nuli'chá marí keyajopa, pa'yú.

J’ai dansé un moment, papa.

S517 stop
– Ñaké, nu'rí.

– Bien, mon fils.

S518 stop
E rimicha re'wejlo ñaké kaja.

Et il dit la même chose à son aîné.

S519 stop
– Chuwá, pa'yú.

– Maintenant, papa.

S520 stop
Chuwá we'jnájika.

A présent nous allons partir.

S521 stop
Kaja keja napi'chako nañakaré chojé.

Puis ils rentrèrent chez eux.

S522 stop
Rejomi ne'michá ejéchami rimicha :

Quelques temps plus tard, il dit :

S523 stop
– Ke jo'ó, nu'rí. Chuwá nu'jnájika, nu'rí, pe'wejlo kemaje rijluperokaloje iká nojló penaje.

– Eh bien, mon fils. Je vais aller dire à ton frère qu’il vous forme [au chamanisme].

S524 stop
Unká i'malachami mapeja achiñá yanikana inaana yanikana kalé i'maká mapeja.

Un homme ne peut pas vivre sans rien comme une femme.

S525 stop
Ñakaje penájeka pe'wé we'píchami te'e ke ripechuwá wajakana nu'michami nakaje yukuna kaje wa'té i'maká pe'wé.

C’est dans ce but que ton aîné a tout appris une fois que je lui ai expliqué ces choses.

S526 stop
Mala'pá nu'makela nokó nujluperoka'lá iká nu'makala. Chapú wani weji wakaje amá iná jiwáka'takana !

Si j’étais en état de vous traiter chamaniquement, je vous enseignerai moi-même. Quel malheur de vieillir !

S527 stop
Unkapí riwe'pila nakaje ke wani.

C’est comme si l’on n’avait aucun savoir, aucun pouvoir.

S528 stop
Keja eja'wá amá iná la'kana kaje aú kalé, iná amá ñakaji nakú kemakana.

Comme le monde montre ces choses, on peut observer ce qui se dit à ce propos.

S529 stop
Aú nu'jnajé, nu'rí, pe'wejlo kemaje riya'takaloje Chi’nárikanaje ijló penaje.

Alors j’irai dire à votre frère qu’il vous montre Yurupari.

S530 stop
Kaja rajínchaka rikakuwá, ejomi ri'jichá ri'rí Malawichure chaje.

Quand il eut mâché la coca, il alla trouver son fils Malawichure.

S531 stop
– Marí keja piká, nu'rí ?

– Ça va, mon fils ?

S532 stop
– Marí keja, pa'yú.

– Ça va, papa.

S533 stop
Rajalákicha riká.

Il le salua.

S534 stop
– Nuká, nu'rí. Nuká i'jichari majó, nu'rí.

– C’est moi. Je suis venu, mon fils.

S535 stop
Ñakaje penájeka nu'michami te'e ke nakojé yukuna pijló. Ja'piyá i'maká piká, nu'rí.

Il y a une raison pour laquelle je t’ai tout enseigné. C’est toi qui en a la charge [qui est en dessous], mon fils.

S536 stop
Kaje i'makale numá pijló ñaké kaja i'mañó nuyani pejena.

Voilà pourquoi je te dis que mes enfants, tes frères, sont comme ça sans rien.

S537 stop
Unká i'malá achiñá yanikano mapeja ñakaje palamani i'maká achiñá yanikana kaje.

Et que pour être un homme, on ne peut pas exister sans rien, sans pouvoir et sans courage.

S538 stop
Aú nu'jichá pijló kemaje pila'káloje Chi’nárikanaje maná pijluperokaloje nuyani pejena nojló.

Je suis donc venu te dire de les préparer chamaniquement au Yurupari, de former mes enfants, tes frères, pour moi.

S539 stop
Malapani nu'makela nokó nuya'tajla Chi’nárikana yuwanajlo nu'majla, ke rimíchaka.

Si j’étais vigoureux, je montrerai moi-même Yurupari à mes enfants

S540 stop
Aú marí keja numá, nu'rí, eja'wá ka'lá amá iná jiwáka'takana.

Telle est ma requête, mon fils, parce que le monde m’a contraint à vieillir.

S541 stop
Ñakaje penájekaja iná amá te'e ke iná chi'ná puráka'lo, yukuna pajlokaka. Penaje ja'piyá i'maká piká, nu'rí.

C’est pour cela que l’on écoute toutes les histoires de son père, qu’on se les raconte. C’est pour cela que tu en as reçu la charge, mon fils.

S542 stop
Kaje aú numá pijló ñakaje nakú, nu'rí.

Voilà pourquoi j’ai une demande à te faire, mon fils.

S543 stop
Aú nu'jichá pijló kemaje pila'káloje Chi'nárikana maná pijluperokaloje yuwaná raú penaje.

Je suis venu te demander d’invoquer le Yurupari pour former mes enfants.

S544 stop
– Ñakeka, pa'yú.

– Bien, papa.

S545 stop
Napuri'chó rijwa'té.

Ils parlèrent avec lui.

S546 stop
Pi'maká keja ka'jná ñakaje i'majika. 

Tant que tu vivras, cela existera.

S547 stop
Marí kaje aú Malawichure li'chá Chi'nárikana maná la'jé, Waka'peri maná, yuruparí rií karíwana chu.

C’est ainsi que Malawichure invoqua l’Ancêtre Waka’peri, le Yurupari comme on dit dans la langue des Blancs.

S548 stop
Riká maná rili'chá.

Il prononça l’incantation.

S549 stop
E ri'michá najló riyukuna i'majé.

Puis il leur raconta son histoire.

S550 stop
– Ñakeka. Ñaké iká.

– Bien. Ainsi est-ce.

S551 stop
Kaja keja ne'jichaka ta wajajo.

Ainsi allèrent-ils mettre à l’épreuve leur esprit.

S552 stop
Lainchú Chi'nárikanaji iphíchari pají nakojé.

Le soir, l’Ancêtre arriva près de la maloca.

S553 stop
Richipúki'cha pají nakú.

Il tourna autour de la maloca.

S554 stop
Jenaji ke riwajicha neká.

Vers minuit, il les fouetta.

S555 stop
– Ñakeka nojena. Chuwá nuya'tajika ijló Chi’nárikanaje.

– Bien, mes frères. Maintenant je vais vous montrer Yurupari.

S556 stop
– Ñakeka. 

– Bien.

S557 stop
Maare kaja riwajicha neká.

Là, il leur montra Yurupari.

S558 stop
– Marí Chi’nárikanaji yuwaná.

– Voici Yurupari, les enfants.

S559 stop
Maárecha rimicha : 

Ensuite il dit :

S560 stop
– Ñakeka, nojena.

– Bien, mes frères.

S561 stop
Chuwá i'majlá iso Chi’nárikanaji nakojé.

A présent, mettez-vous à côté du Yurupari.

S562 stop
Nomáijlala meka pa'yú ta i'michami Chi'nárikana puráka'lo yukuna ijló.

Je voudrais voir comment papa vous a informé à propos du Yurupari.

S563 stop
Ñaké kaja phíyu'ke pa'yú ta i'michami marí pheñawilá puráka'lo yukuna nupala'tákaloje ijló riká.

Notre vieux père m’a également informé à propos du Yurupari pour vous puissiez être correctement soignés et traités à votre tour.

S564 stop
Unká nula'ká iká wejapu ejomi kalé iná ikapaja peyajweni pa'yú ta i'maká wakaje ri'michami te'e ke ñakaje yukuna.

Ce n’est pas pour me moquer de vous que j’ai pu bénéficier de l’enseignement complet de mon père lorsqu’il était encore bien portant.

S565 stop
Penaje iná we'píkaje aú iná kemá ñaké pajlokaka.

C’est dans ce but que l’on doit parler entre nous.

S566 stop
– Re jo'ó chi o'wé ?

– Vraiment, grand-frère ?

S567 stop
… Marí ke pa'yú ta i'maká wajló pheñawilá puráka'lo yukuna penaje iná pechu nakú. 

… Voilà comment papa nous a informé des paroles des anciens afin que l’on puisse penser avec le même esprit.

S568 stop
Penaje iná ejé kemá nakú.

C’est dans ce but que l’on doit parler.

S569 stop
Maáreje kaja Pujumi yaní ja'chó, neijo i'majé Chi'nárikana nakojé.

Alors les enfants de Pujumi se mirent à danser, et tournèrent [autour de la maloca] avec le Yurupari [en jouant les mélodies secrètes des flûtes de la divinité].

S570 stop
E nawajicho natajnáchiya.

Et ils endurèrent l’épreuve jusqu’au bout.

S571 stop
– Marí ke o'wé. Marí ke pa'yú ta i'michákami wajló ñakaje yukuna i'maká o'wé.

– Voilà grand-frère. Voilà comment papa nous a informé, grand-frère.

S572 stop
– Ke jo'ó riká, nujmeré, ke rimíchaka.

– D’accord, petit-frère, dit-il.

S573 stop
Palani riká, nojena. Unká me kalé riká, nojena.

Bien, mes frères. C’est ainsi, mes frères.

S574 stop
I'maká e'iyonaja patukumacha riká ka'jná, riká ñani aú ja kalé.

Mais il y a peut-être un tout petit manque.

S575 stop
Unká meke ri'maká ejomi, ñaké kaja, phíyu'ke pa'yú i'marí ñakaje yukuna.

C’est ainsi que notre vieux père l’a enseigné.

S576 stop
I'makale ñaké ñakaje iná ñaké ke'iyape.

Pourtant il y a des choses différentes.

S577 stop
Riká ñakaje ri'maká e'iyonaja patukumacha rika'kana.

Ainsi l’a-t-il enseigné, mais il manque ce qu’il a jeté.

S578 stop
Re'iyaja kalé chuwá nupala'tájika ijló riká. Unká nula'jika wejapu iká ejomi kalé.

C’est précisément là que je vais vous corriger. Ce n’est pas pour me moquer de vous.

S579 stop
Marí ke pa'yú i'michami ñakaje yukuna nojló i'maká.

Voilà ce que papa m’a enseigné.

S580 stop
Maare Malawichure ta ja'chó piño wajajo.

Là, Malawichure se mit à danser [et à jouer des flutes] à son tour.

S581 stop
E nemi'chá ta apojó kemachi nale'jé ta i'jichaka.

Et ils écoutèrent une mélodie qui leur sembla différente de la leur.

S582 stop
– Yee ! Meke kajrú wani o'wé la'ká wejapu weká !

– Oh ! Comme il se moque de nous, notre grand-frère !

S583 stop
A'jná ritajnáchiya.

Et il alla jusqu’au bout.

S584 stop
– Marí riká, nojena. Marí ke pa'yú ta i'michákami nojló ñakaje yukuna i'makó nujmeremi.

– Voilà, mes frères. C’est ainsi que papa me l’avait raconté, mon petit-frère.

S585 stop
– Ñakeka o'wé.

– Bien, grand-frère.

S586 stop
Ne'michá ta meketánaja, napi'chó.

Ils restèrent un moment, puis rentrèrent.

S587 stop
Iphíchari.

Ils arrivèrent.

S588 stop
– Yúka'a, nu'rí ?

– Ça va, mon fils ?


NOTE : Pujumi s’adresse uniquement à l’aîné, même si le cadet est avec lui. D’une manière générale chez les Yucuna, on s’adresse toujours uniquement à l’autorité la plus importante devant plusieurs personnes.
S589 stop
– A'a.

– Oui.

S590 stop
Júpichami rimicha :

Plus tard il dit :

S591 stop
– Pa'yú, ke rimíchaka, marí ke o'wé kemicha wajló : « Chuwá i'majlá iijo Chi’nárikana nakojé.

– Papa, voilà ce que grand-frère nous a dit : « Maintenant vous allez vous offrir au Yurupari.

S592 stop
Ñaké kaja phíyu'ke pa'yú ta i'michami ñakaje yukuna ijló i'maká : Iná ikapaja malapa ñakaje i'maká chiyó. Ri'michami ñakaje yukuna i'maká.

C’est pour cette raison que votre vieux père vous a informé : pour ainsi compléter votre enseignement.

S593 stop
Unká iná la'ká wejapu ejomi kalé nujmeré nupala'tákaloje ijló riká.

Ce n’est pas pour me moquer de vous, mes petits frères que je vais vous former.

S594 stop
Ñakeka aú we'michá weijo Chi’nárikana nakojé. »

C’est ainsi que nous nous offrons au Yurupari. »

S595 stop
E watajnáchiya, e wemicha : « Marí ke pa'yú ta i'maká wajló riyukuna. »

Quand nous avons terminé, nous avons dit : « Voilà ce que papa nous a enseigné. »

S596 stop
Aú rimicha :

Alors il dit :

S597 stop
« Ke jo'ó riká nojena, palani.

« C’est bien, mes frères.

S598 stop
Unká meke ri'malá riká i'maká. E'iyonaja patukumacha ñakaje ka'kana re'iyá kalé, ñaké kaja phíyu'ke pa'yú i'michami ñakaje yukuna.

Pourtant il manque quelque chose par rapport à ce que notre vieux père enseignait autrefois.

S599 stop
Nojena iná ikapaja malaapa ñakaje i'maká chiyá ri'michami nojló ñakaje yukuna. Marí kaja rimíchaka.

Mes frères profitez-bien de ce que je vais vous montrer. Voici ce que mon père m’a enseigné.

S600 stop
Nojena, pa, chuwá nupala'tájika chuwá ijló riká ke rimíchaka. »

Ecoutez bien, mes frères, je vais vous corriger.  »

S601 stop
– Maare rapicha wajapo i'michaka.

– Et là Malawichure se mit lui-même à l’épreuve [en dansant et en jouant de l’instrument du Yurupari].

S602 stop
E we'michá jemi'chari kaja wale'jé japichaka ke'iyape.

Et nous avons écouté quelque chose de très différent du nôtre.

S603 stop
Marí kaje aú o'wé Malawichure li'chá weká wejapu. »

Voilà comment notre grand-frère Malawichure s’est moqué de nous.

S604 stop
– Ay ! Ke Pujumi ta kemíchaka.

– Oh ! s’exclama Pujumi.

S605 stop
Meka penaje ila'á iká wejapu nuyani. Na liyá riwe'pichami kajrú, te'e ke nakaje pheñawilá puráka'lo ! ? Rila'á ja'pejé iká wejapu !

Comment peut-il se jouer de mes enfants ! De qui tient-il toutes les paroles des ancêtres ! ? Et il se moque de vous !

S606 stop
Nuká i'michami pheñawilá puráka'lo yukuna rijló i'maká. Unká nakajela ! Rila'á ja'pejé iká kajrú wejapu !

C’est moi qui lui ai raconté la parole des anciens. Personne d’autre ! Et il se moque à ce point de vous !

S607 stop
Ñakeka nuyani, yuwaná kalé iká ila'á wejapu. Wekako wajicho rijwa'té.

Bon, mes enfants, puisqu’il se moque de vous, nous irons voir Yurupari avec lui.

S608 stop
Muní nomáijla na liyaka riweíchami cha'tá marí pheñawilá puráka'lo. Rila'á ja'pejé wejapu nuyani, wekako wajicho rijwa'té.

Demain, j’irai voir de qui il détient tant de paroles des anciens. Comme il se moque de mes enfants, nous irons passer l’épreuve du rituel avec lui.

S609 stop
Nuká chiyó phíyu'ke, ke rimíchaka.

C’est moi le plus ancien, dit-il.

S610 stop
Muní ke lapiyami :

Le lendemain matin :

S611 stop
– Nuyani, chuwá nu'jichaka ijwa'té wajajo, nu'michachi nuijo Chi’nárikana nakojé nu'rí wa'té.

– Mes enfants, maintenant je vais aller passer le rituel avec vous pour m’offrir au Yurupari avec mon fils.

S612 stop
Kaja ri'jichá ta e rilejñátacha Malawichure ta mapechu chi aú.

Il partait ensorceler Malawichure avec de mauvaises pensées.

S613 stop
– Chajaa nuijo i'majé, nu'rí wa'té Chi’nárikana nakojé.

– Je suis venu m’offrir avec mon fils au Yurupari.

S614 stop
E “Ñakewaja pa'yú”.

– Bien, papa.

S615 stop
Rajalákicha riká.

Il le salua.

S616 stop
– Piká, pa'yú.

– C’est toi, papa.

S617 stop
– Nuká, nu'rí. Nuká i'jichaka nuijo i'majé pijwa'té Chi’nárikana nakojé, nu'rí, ke rimíchaka.

– C’est moi, mon fils. Je suis venu me remettre avec toi entre les mains de Yurupari.

S618 stop
– Ñakeka, pa'yú.  Ripuri'chó rijwa'té.

– Bien, papa. Il parla avec lui.

S619 stop
– Kéchamiko wamicha ñakeji.

– Plus tard, nous allons le voir.

S620 stop
Ra'chá rinuma kuli'yá.

Il lui donna de la bière de manioc.

S621 stop
Ripicha rikakú.

Et il lui offrit de la coca.

S622 stop
E rimicha :

Il dit :

S623 stop
– Pa'yú, i'jná wamíchajla riphíchaka Pujumi.

– Nous allons voir si Pujumi y arrive.

S624 stop
Nu'má nuijo Chi’nárikana nakojé, nu'rí, ke rimíchaka.

Je vais m’offrir au Yurupari, mon fils.

S625 stop
E Pujumi ta ja'picha rinakojé atá riñapáchiya.

Et Pujumi continua jusqu’à ce qu’il eut terminé.

S626 stop
– Ajá ! Ke rimíchaka. Chuwá nu'rí, chuwá piká.

– Ah ! Maintenant c’est à toi, mon fils.

S627 stop
Chuwá pi'majlá piijo Chi’nárikana nakojé.

A présent, essaie de te remettre au Yurupari.

S628 stop
Maárejecha rimíchaka :  – Nomáijla na ka i'marí pijló marí pheñawilá puráka'lo yukuna i'maká, penaje cha'tá pipechu nakú pila'á ja'pejé pejena, nu'rí.

Et il ajouta : – Je pourrai voir qui t’a raconté les paroles des anciens, puisque tu penses que tes frères sont en dessous de toi, mon fils.

S629 stop
Nuká i'michari pijló pheñawilá puráka'lo yukuna i'maká.

C’est moi qui t’ai raconté les paroles des ancêtres.

S630 stop
I'maká e'iyonaja pila'ká yuwaná pejena wejapu. 

Pourtant tu te moques de tes frères.

S631 stop
Nu'rí, chuwá pi'majlá piijo nomáijla mékeka pipechu nakú riká ?

Mon fils, offres-toi, que je puisse voir comment tu penses à ce propos.

S632 stop
– Ke jo'ó, pa'yú. Unká nula'ká kalé wejapu nojena.

– Bien, papa. Je ne me moque pas de mes frères.

S633 stop
Marí ke numaká najló penaje ka'jná ne'má yukuna pijló.

Voilà ce que je leur ai dit, comme ils te l’ont peut-être raconté.

S634 stop
Pa'yú, nu'má najló : « Nomáijla mékeka pa'yú i'maká ijló nakaje yukuna.

Papa, je leur ai dit : « je veux voir comment papa vous enseigné.

S635 stop
Ñaké kaja phíyu'ke, pa'yú i'marí ijló marí pheñawilá puráka'lo nupala'tákaloje ijló riká penaje. 

Puisque mon père vous a enseigné cette parole des anciens comme un vieux, je vais vous la corriger.

S636 stop
Unká iná la'ká wejapu iká ejomi kalé. Peyajweni pa'yú i'maké wakaje ri'michami pheñawilá puráka'lo yukuna. I'maká penaje iná pechu nakú nupala'tákaloje ijló riká penaje.

Ce n’est pas pour me moquer de vous. Mon père était bien portant quand il m’a enseigné les paroles des anciens. Donc on peut penser que je dois vous corriger.

S637 stop
Ñakeka aú ne'má neijo.

Ainsi se sont-ils offerts.

S638 stop
Aú numá najló. 

Alors je leur ai dit :

S639 stop
– Palani riká. Unká meke kalé riká. Ñaké kaja phíyu'ke, pa'yú, i'michami pheñawilá puráka'lo yukuna i'maká.

– C’est bien. Rien à dire. Pourtant mon père était vieux quand il vous a enseigné les paroles des anciens.

S640 stop
Marí patukumacha ñakaje ka'kana riká ñani ja kalé. Nukapaja pa'yú i'michámijlo ñakaje yukuna peyajweni ñakaje i'maká chiyó.

Il manque juste quelques petites choses. C’est à moi que papa a entièrement raconté les paroles des anciens quand il était encore fort et vigoureux.

S641 stop
I'maká marí ke nu'maká najló i'maká. Riká ka'jná ne'má yukuna pijló, pa'yú, ke rimíchaka. Unká nula'ká kalé neká wejapu.

Voilà ce que je leur ai dit. C’est peut-être cela qu’ils t’ont raconté, papa. Je ne me moque pas d’eux.

S642 stop
– Ñakeka, nu'rí. Chuwá pi'má piijo Chi’nárikana nakojé nomáijla mékeka pipechu nakú ñakaje.

– Bien, mon fils. Maintenant offre-toi au Yurupari que l’on voit comment est ta pensée là-dessus.

S643 stop
– Ke jo'ó, pa'yú. Marí ke pi'maká nojló ñakaje yukuna. Peyajweni pi'maké wakaje penaje nupechu nakú marí pheñawilá puráka'lo yukuna.

– Bien, papa. Voilà ce que tu m’as raconté. Tu étais en pleine forme quand tu m’as enseigné ces paroles des anciens.

S644 stop
E Malawichure ja'picha rinakojé apú piño, apú piño, atá ritajnáchiya..

Et Malawichure dansa Yurupari encore et encore jusqu’à ce qu’il termina.

S645 stop
– Ajá ! Marí ke pi'michákami nojló ñakaje yukuna penaje nupechu nakú.

– Voilà ! C’est ainsi que tu m’as formé.

S646 stop
– Ke jo'ó, nu'rí. Unká meke ri'malá. Ilé keja nu'michákami ñakaje yukuna i'maká marí pheñawilá puráka'lo yukuna i'maká penaje pipechu.

– C’est bien, mon fils. Rien à redire. C’est ainsi que je t’ai enseigné les paroles des anciens.

S647 stop
Ke jo'ó riká, nu'rí, ke rimíchaka. Kaja nu'michá nuijo i'majé Chi’nárikana nakojé.

C’est bien ainsi, mon fils que je me suis offert au Yurupari.

S648 stop
Chuwá nupi'chako.

Maintenant je m’en retourne.

S649 stop
E Pujumi pi'chako.

Et Pujumi rentra.

S650 stop
Metanajeta ujwí Malawichure pechu li'chako.

Quelques instants plus tard, Malawichure se sentit triste.

S651 stop
Mapechu rili'chako.

Il n’avait plus toute sa pensée.

S652 stop
« Meke nuli'chako ? »

« Que m’arrive-t-il ? »

S653 stop
Aú ripi'chó. Iphíchari.

Puis il revint à lui.

S654 stop
« Apala ta pa'yú li'chá. Meke nuká ripechu i'michaka ? »

« Peut-être que c’est mon père qui m’a fait cela. Qu’a-t-il donc pensé me faire ? »

S655 stop
E riyawícho'ta. Amíchari kaja rara'pá kechi'chako lawichú ripechu nakú, nakaje ripechu nakú.

Il se concentra, et vit que son père avait embrouillé sa pensée chamanique et ses pouvoirs.

S656 stop
Pu'waré ! Me kalé unká ujwí ina'ukélari iná chi'ná wejáputena ! Rila'á ta kamu'jí nunaku.

C’est moche ! Quelle tristesse de se faire tromper par son propre père. Il court à sa perte avec moi ».

S657 stop
E riki'chá ta rinakiyó riká.

Et il lui renvoya [son mauvais sort].

S658 stop
« Ajá ! Mana'í ta rejomi. »

« Ah ! On se sent mieux. »

S659 stop
Kaja nawajichako piño.

Et ils continuèrent à éprouver le Yurupari.

S660 stop
Ocho dia ketana nawajichaka.

Huit jours dura le rituel.

S661 stop
Ejéchami rimíchaka :

Puis il dit :

S662 stop
– Ke jo'ó nojena. Kaja marí ketana.

– Voilà, mes frères. C’est terminé.

S663 stop
Chuwá, kaja nuya'tá Chi’nárikana ijló nojena. Muní Chi’nárikana pa'jiko. 

Maintenant, je vous ai montré Yurupari, mes frères. Demain l’Ancêtre rentrera.

S664 stop
Muní ke nemachi'yaka Chi’nárikanaji ta rápumi chuwá.

Le lendemain, ils remirent [l’ensemble des flutes du] Yurupari à sa place [caché dans une rivière].

S665 stop
Kéchami rikajwáchiyaka neká.

Ensuite il leur fit une [première] protection [pour qu’ils puissent manger plus varié].

S666 stop
Rejomi ri'michá rara'pajlo kemaje :

Puis il alla dire à son père.

S667 stop
– Kaja chuwá pa'yú. Kaja nuya'tá Chi’nárikana yuwanajlo, pa'yú.

– Voilà, papa. J’ai montré l’Ancêtre aux enfants.

S668 stop
Kajaka nujlupero nojena pijló, pa'yú.

J’ai enseigné à mes frères pour toi, papa.

S669 stop
– Ñakeka, nu'rí.

– Bien, mon fils.

S670 stop
– Ilé kaje penaje kalé numá pijló ñakele ne‘tajó na'chó pajluwa ta keri ketana.

Mais je dois les mettre à la diète pendant un mois [une lune].

S671 stop
Kéchami nukajwátaje neká.

Ensuite je neutraliserai leur nourriture.

S672 stop
– Ñakeka. 

– Bien.

S673 stop
E ne'michá ta pajluwa ta keri ketana ejéchami rikajwáchiya neká.

Au bout d’un mois, il traita chamaniquement leur nourriture.

S674 stop
Maárejecha rikajwáchiyaka ne'michaka, rili'chá jiwí najló.

Quand il eut traité leur nourriture, il leur prépara du sel végétal.

S675 stop
Kaja keja rikajwáchiyaka neká. 

Enfin il termina de clore leur diète.

S676 stop
Maare kaja ne'michá rejomi.

Et le temps passa.

S677 stop
E Pujumí yawi ta i'michari kajruni.

Pujumi avait un très grand chien.

S678 stop
Maáreje kuichako ri'michaka.

Il arrivait jusque-là [environ un mètre].

S679 stop
Karayu rií i'michaka. 

Karayu était son nom.

S680 stop
Riká i'michari puwa'keni kuani. Jemana rinocha, apiyena. Iyamano ke rinóchaka apiyena. 

Il était très bon chasseur. Il tuait des tapirs et des pécaris. Deux pécaris parfois.

S681 stop
Maárejecha Pujumí yaní ñapicha walijímakana ne'michaka.

Les enfants de Pujumi étaient devenus adolescents.

S682 stop
Kaja ewaja juni ja'chó “te te te” ñachiyaro lainchú iyamá chojé cha kamú to'kó.

Un jour, il se mit à pleuvoir, et ils s’abritèrent vers deux heures de l’après-midi.

S683 stop
– Yee ! Na wajñalaje, pa'yú ? Kewí nojló me'pijí. Wachira'chíyako yáwina wa'té, nujmeremi wa'té.

– Oh ! Qu’allons-nous manger, papa ? J’ai faim. Allons nous promener, moi et mon cadet, avec les chiens.

S684 stop
– Ke jo'ó, nu'rí, ke rimíchaka. Kajruni wani jme'chiyari. Apala ika'á nuyawité yáwijlo, nu'rí.

– Non, il fait bien trop mauvais temps, mes fils. Vous pourriez me livrer mon chien au jaguar.

S685 stop
Wapa'ná wa'té pichiri'chó wapa'ná wa'té chira'kó walijímaka.

Marche avec ta sarbacane, tu es jeune.

S686 stop
Phíyu'ke ta kalé chira'tari yawi.

Un vieux comme moi a besoin de marcher accompagné d’un chien.

S687 stop
Phíyu'ke nu'maká aú nulamá'ichami yawi nonókaloje puju kaje rijwa'té.

C’est parce que je suis vieux que j’ai élevé ce chien pour chasser les acouchis.


NOTE : Pujú (Yuc.). Tintin (Esp. Ver.). Myoprocta acouchy.
S688 stop
Wapa'ná wa'té chira'kó walijímaka.

Les jeunes n’ont besoin que de leur sarbacane.

S689 stop
Unká chira'ló yawi wa'té.

Ils ne marchent pas avec des chiens.

S690 stop
– Unká pa'yú. Kiñaja we'jichaka pa'nojo e'iyowá we'jichá.

– Mais non, papa. Nous allons rapidement de l’autre côté de la colline.

S691 stop
– A'e. Atá i'jnájika nuyawité ka'jé yáwijlo !

– Bon d’accord. Mais essayez donc de jeter mon chien au jaguar !

S692 stop
E ne'jichá pilaki'charo já'icharo aphela nakojé.

Ils partirent et allèrent en pleine forêt vierge.

S693 stop
Ñaké yawi ta jácho'chami kuripichí iché nakojé. 

Le jaguar était à l’affut sur une branche de kuripichí.

S694 stop
« Tu » ke yájena rawejachiya.

« Tu » siffla l’un des frères pour appeler les toucans.

S695 stop
Kajrú yájena ichaka “kué kué”. E ripháchiya ta yájena “kué kué kué” riki'chá tamija ke.

Les toucans répondirent « kué kué ». Il les vit, et envoya [ses flèches]. [Ils étaient] morts.

S696 stop
Aú kaje yawi puwa'keni ta ya'jná chira'kó, e ripicha ta ra'pejé “jou jou jou”.

Comme un chien de chasse va loin, il se mit à aboyer juste en dessous.

S697 stop
Riká penaje ta yawi ta yuricha richó tejé kaka moo rinaku. 

C’est alors que le jaguar lui tomba dessus.

S698 stop
– Meke yawi ta nólacho pa'yú yawité ?

– Comment le jaguar a-t-il pu tuer le chien de papa ?

S699 stop
E necho'chó, amíchari yawi ta taratako yawi tami nakú.

Ils coururent et virent le jaguar dressé au-dessus du corps du chien.

S700 stop
Riká penaje ta nenocha riká mutú ra'pejé.

Alors ils tirèrent [une flèche, mais elle arriva] en dessous de lui.

S701 stop
Nakuwata yawi ta amicha riká.

Ils parvinrent à voir le jaguar qui les fixa du regard.

S702 stop
E riki'chá ta yawi tami rinuma chiyá.

Et sa gueule jeta le corps du chien.

S703 stop
Kaja keja riíchako.

Puis il s’enfuit.

S704 stop
– Yee ! Meke chapú wani yawi nocha pa'yú yawité. 

– Oh ! Quel malheur que le jaguar ait tué le chien de papa.

S705 stop
Meke wala'jika chuwá. 

Qu’allons-nous faire ?

S706 stop
E nácho'ta yawi tami ja'pejé.

Et ils emportèrent le corps du chien.

S707 stop
Nepháchiya “tejé” rinaku pají kapeje.

Ils le déposèrent à l’extérieur de la maloca.

S708 stop
– Yúka'a, nu'rí ?

– Ça s’est bien passé, mon fils ?

S709 stop
– Yee ! Pa'yú, unká paala yuku.

– Oh la ! Papa, la nouvelle n’est pas bonne.

S710 stop
Kaja maapami yawi ta nocha piyawité waliyá.

Le jaguar a tué ton chien tout à l’heure.

S711 stop
– Ay ! Ke rimíchaka. Ileka numicha i'michaka iwaniya yawi iká'ajika nuyawité, eja'wá minajlo ke numíchako i'michaka ipenaje iká.

– Oh non ! Je vous avais bien dit que vous alliez livrer mon chien au jaguar, le maître de la forêt.

S712 stop
Phíyu'ke ta i'maké, phíyu'ke ta kalé chira'ró yawi wa'té, wapa'ná wa'té chira'kó walijímaka ta !

C’est toujours le vieux qui marche avec le chien, alors que les sarbacanes sont pour les jeunes !

S713 stop
Pachá iki'chaka nuyawité eja'wá minajlo !

C’est votre faute ! Vous avez jeté mon chien au maître de la forêt !

S714 stop
Kaja wani chi rinocha ?  – Kaja pa'yú. Ka'jná tami to'ró, piwátajika ee pamicha.

L’a-t-il vraiment déjà tué ? – Ça y est, papa. Son corps est allongé, si tu veux, vas voir.

S715 stop
E ri'jichá ramaje. Amíchari raí aphumi.

Il alla le voir. Il vit les morsures.

S716 stop
– Meke chapú wani ilé kajena ta ka'á nuyawité yáwijlo. Unká meke nula'lá.

– Quel malheur que ceux-là aient jeté mon chien au jaguar. Je ne peux rien faire.

S717 stop
Ina'ukepi riká ke riwojítajika nuká nupirá michú i'majika. Penájemi eja'wá miná kapichá ta nuliyá !

Comme un être humain, il chassait pour moi, feu mon animal. Il a fallu que le maître de la forêt me le tue !

S718 stop
E ra'chó riminano la'jé « pa'yú, pa'yú ». Riyichaka riká. 

Il tomba en sanglots en disant « papa, papa ». Il le pleurait.

S719 stop
Riyuríchaka rimicha.

Puis il le laissa et dit :

S720 stop
– Ke jo'ó, nu'rí. Eko imicha nu'rí pe'wejlo chau wani yawi ta nóchaka nuyawité, yawi pirakana jo'ó i'maká yawi. 

– Bien, mon fils. Annoncez ce grand malheur à votre frère : que le jaguar a tué mon chien, mon animal que j’étais encore en train d’élever.

S721 stop
Nokó nuyakamija nula'ká nokó kamu'jí.

Je veille son corps seul, et je suis triste.

S722 stop
Napí wojítari ? Riká kejaka ñakaje wojítajika nu'majika eja'wá ya'jné aú. 

Qui va donc me nourrir ? Il n’y avait que lui qui allait en forêt pour me chasser du gibier.

S723 stop
I'majika penaje eja'wá miná kapichá ta nuliyá kaje yamí nula'á nokó kamu'jí, nu'rí i'jnakáloje nomaje ñakaje. 

Comme le maître de la forêt me l’a tué et que je m’attriste, mon fils pourrait venir me voir.

S724 stop
Puíchiya kaje i'makale numá marí ke nu'rí nakú ri'jnakáloje nomaje chapú kaje puíchiya ñakeka.

Je voudrais qu’il vienne me voir à la suite de ce qui s’est passé.

S725 stop
– O'wé, marí keja ?

– Grand-frère, ça va ?

S726 stop
– A'a. 

– Oui.

S727 stop
– Unká paala yuku.

– Mauvaise nouvelle.

S728 stop
Ma'pami yawi nocha pa'yú yawité waliyá.

Tout-à-l ‘heure, un jaguar nous a tué le chien de notre père.

S729 stop
Riká aú kajrú raki'chá weká.

Alors il nous a beaucoup disputé.

S730 stop
Marí kaje aú rimicha marí ke aú rili'chá riminano.

Il nous a fait venir ici, il est en larmes.

S731 stop
– Ilé kaje penaje iwa'á riyawité ! Pachá ili'chá chapú wani pa'yú ta !

– Il a fallu que vous emmeniez son chien ! Vous êtes responsables du grand malheur de papa !

S732 stop
– Marí kaje aú rimicha pinaku :

– Pour cette raison, il te fait dire :

S733 stop
« Eko palá nu'rijlo, yáwijlo. Yawi pirakana palá wojítajika nu'majika. Ina'ukepi wojítakere riká ke kaja riwojita ke nu'majika, penaje yawi nocha nuliyá.

« Saluez bien mon fils, le jaguar. Le chien chassait bien pour moi. Il était comme un être humain chassant pour moi, mais le jaguar me l’a tué.

S734 stop
Kaje puíchiyo nula'á nokó kamu'jí.

Alors je suis triste.

S735 stop
Phíyu'ke ta kaja nuká, nokó nuyakamija nula'ká nokó kamu'jí. Kaje i'makale nuwaká'are nu'rijlo puráka'loji nu'rí i'jnakáloje nomaje chapú kaje pumí chiyá. »

Je suis vieux et je pleure seul. Alors j’envoie cette parole à mon fils pour qu’il vienne me voir à la suite de ce malheur. »

S736 stop
– Ñakeka. Phíyu'ke jo'ó pa'yú ta.

– D’accord. Papa se fait vraiment vieux.

S737 stop
Unká cha we'pila kapina ri'maká eja'wá chu penaje wakára'ri pura'káloje nojló.

C’est parce qu’il ne pense plus vivre longtemps en ce monde qu’il m’envoie cette parole.

S738 stop
Keja ka'jná nu'jnajé ramaje ilé ka'jnó nuká me'tení.

Donc je vais aller le voir tout-de-suite là-bas.

S739 stop
E napi'chó ta.

Et les jeunes s’en retournèrent.

S740 stop
– Yúka'a ?

– Ça a été ?

S741 stop
– a'a. Me'tení riká waicha.

– Oui. Il arrive tout-de-suite.

S742 stop
Metanajemi ta Malawichure ta iphicha.

Quelques instants plus tard, Malawichure arriva.

S743 stop
Maapami eja'wá miná kapicháchiya piyawité ! Piyawité piliyá maáree pa'yú.

– Le maître de la forêt t’a tué ton chien tout-à-l ‘heure ! Ton chien ici, papa !

S744 stop
– Yee ! Ma'pami eja'wá miná kapicháchiya nuyawité nuliyá maáree, nu'rí, ke rimíchaka. Penaje nula'á yamí nokó kamu'jí.

– Oui ! Tout-à-l ‘heure, le maître de la forêt m’a tué mon chien ici, mon fils. Alors je suis triste.

S745 stop
Ina'ukemi wojítari riká kamejeri aú penaje eja'wá miná kapichata nuliyá ! 

Il était un véritable être humain qui chassait pour moi du gibier, et le maître de la forêt me l’a tué !

S746 stop
Nokó nuyakamija nula'ká nokó kamu'jí. Phíyu'ke ta kaja iná i'maká kapina eja'wá chu.

Je pleure seul. Je suis trop vieux pour vivre plus longtemps en ce monde.

S747 stop
Aú nuwa'á pimaná pi'jnakáloje nomaje.

Donc je t’ai appelé pour venir me voir.

S748 stop
Ñakeka, pa'yú. I'mayapo, pa'yú.

– D’accord, papa. Tu fais bien, papa.

S749 stop
Kaja nali'chá naminano. 

Et ils se mirent à pleurer.

S750 stop
Rejomi rimicha rijló :

Puis il lui dit :

S751 stop
– Kaje i'makale numá pijló nu'rí pila'káloje wajló iyakaona maná wala'káloje wekó kamu'jí meketana.

C’est pour cette raison que je te demande, mon fils, de préparer pour nous des masques pour nous attrister un moment.

S752 stop
– Ñakeka, pa'yú. 

– Bien, papa.

S753 stop
Rili'chá ta jemakaji maná e kaja nocho je'makaji chojé.

Il prépara chamaniquement les masques de deuil.

S754 stop
Ejéchami Pujumi ta kemicha :

Ensuite, Pujumi dit :

S755 stop
– Ñakeka, yuwaná, ayúma'a nojló wijwiyú jenami jema'chí meka wijwiyú numamí.

– Bien, les enfants, vous allez me faire la forme de l’oiseau piauhau hurleur pour que l’on puisse écouter son chant de deuil.


NOTE : Piauhau hurleur wijwiyo, wijwiyu (Yuc.). Petit oiseau gris au puissant chant trisyllabique. Lipaugus vociferans.
S756 stop
– Je, ke.

– Bien.

S757 stop
E nali'chá rijló wijwiyo jenami. Nañapáchiya e ne'michá :

Et ils firent pour lui la forme du piauhau hurleur. Ils terminèrent et dirent :

S758 stop
– Marí ta pa'yú.

– Voilà, papa.

S759 stop
– Ñakeka.

– Bien.

S760 stop
Ejéchami rimíchaka :

Ensuite il dit :

S761 stop
– Nu'rí, kaja marí ketánaja.

– Mon fils, c’est terminé.

S762 stop
Kaja wala'á wekó kamu'jí.

Nous nous sommes attristés.

S763 stop
Chuwá pila'á wajló lajo'wajicha warukaloje kamu'jí kaje waliyó.

Maintenant prépare-nous un bal de plumes pour nous retirer la tristesse.

S764 stop
– Ñakeka, pa'yú. 

– Bien, papa.

S765 stop
E rili'chá keranicha najló.

Et il prépara du roucou pour eux.

S766 stop
Kaja keja na'páchiyaka naminano na'chó arápa'je.

Ainsi achevèrent-ils le deuil par une cérémonie dansante.

S767 stop
Kaja maárejénaja riyukuna tajnó.

Ici se termine cette histoire.