Histoire de l’arrivée des Mirabaras


Lecture en continu :

Transcription par phrase


Traduction par phrase
fr
Transcription du texte complet


Traduction du texte complet
fr


Notes
Mirawá'a keño'rí kuani iphakana pamineko.
Na ka'jná ne'maká ? Karíwana ka'jná Mirawá'a.
Neká keño'rí iphakana i'maká.
Riwakajé maárowa eja'wá i'maká.
Unká pajimilá i'maké maárowa i'maká.
Neká keño'rí pamineko iphakana, neká iphaño ata pheñawilá michuna awa'jé Jipaní ejé.
Reyá ajemi ne'jnaké ina'uké pataje. I'maké nephichaje ajñaje na'napitaja najñaketa nakujyu kaje maka.
Najulá unká najñaketa, kaja pu'waré pu'juruni chaatake riká. Naki'chaje ta.
Marí ke nala'jika ta i'majika.
Kaje ewaja Jurumí i'má nawa'á.
Mere ke paja ne'má ta ? Wiripuku e ka'jná.
Pinajiwaka Kanapí i'marí ne'makana.
Riká wa'té ne'michá, kajrú rejena i'michaka rawa'á.
Kaja ewaja júpichami na'chá pekowaka i'michaka Mirawá'ajlo e chapujreri keño'chari i'michaka.
Chuwa kajuká marí kaje ewaja na'chá pajwa'téchaka nokajo.
Kaja cha nakeño'chá pekowaka tajnatakano i'michaka, kaja ewaja Mirawá'a keño'ochaka napatakana.
Júpimi ke Kanapí lamárike i'marí Yanatú ja'á. Riká ja'páchiyari najló napura'kó, riká waíchari neká.
Ñaké meyalemi ke ne'kachíyaka ra'wanaté. To'lacharo i'michaka.
Riká lapiyami riyajalo jalaki'chó i'cheji, riká ruji'chá kaje waka'pojo, e ruyaká'icho, amíchari.
– Yee ! Ina'uké waíchaka “chirí chirí” jiyá kuaja !
Eta ruicho páchojo, rumicha :
– Kanapí ! Kanapí ! Aa ! Karíwana waíchari wanakojé ! Ke rumichaka.
– Ee ! ke rimíchaka. Mérowa karíwana ?
Warúwa'jena neká, warúwa'jena neká wajwa'té !
– Aa, wawarúwa'jena neká nakú kemakana nakú, Jiyá nakapi, kajrú jiyá nakapi, nuká amaka wawarúwa'a nakú kemakana nakú !
Rejéchami najwa'té i'michaka rijipi'ture, i'michaka Yanatuja, riwe'picha rinaku kamu'jí.
Aú rimajáki'cha jiyá. Tu tu tu.
– Aa ! Ilé numá nakú, Kanapí, karíwana wanaku, numá nakú !
« U'má » neká eja'wá e'iyajé.
E nephicha pají nakojé nechiya na'chá neichomi.
Meñaata ta neichomi.
Reyaja napi'chó ta !
A'jná pamineko a'jnare ke rejena i'michaka, napachiya piyuke najwa'tó.
Lainchú nawaki'chó nápumi chuwa, napi'chó.
– Ee ! Meke chapú wani karíwana nóchiyajla weká !
Ri'michá : – Amíchajla nojena. Meke ka'jná neká ? E jo'ó kaja ka'jná neká ? E ka'jná napachíyaka neká ?
Raú ne'michá ramaje.
Amíchari meñaata ta. Kaja maapami ke najña'taka neká.
Napi'chó e “kaja maapami karíwana Mirawá'a ña'chiya nojena michuna”.
Meke chau wani ! Meke wani ta nala'jika ?
E júpichami rimíchaka : « Ke jo'ó riká nojena » ke rimíchaka.
Kaje i'maká numá kaja Mirawá'a iphá majó wanaku wajñátaje, kaje i'makale numá ina'uké aú kalé pa'tákanami i'maká Mirawá'a.
Kaje i'makale numá nojena : marí nutu nu'jnataje najló wachaya penaje, rawíyo'kaloje wachaya rejénajlo.
Kaja weká ñajá weká. Unká cha'pá kalé weká. Ñaké marí numá.
Ñakeka, marí nujmeremi, Wayurepí, piká no'jé nutu wakee ina'uké aú kalé pa'tákanami Mirawá'a.
Unká na aú kalé pa'tákana Mirawá'a awiro'káloje nojena piya najló.
– Ñakeka no'wé, pa'á nuká nulaitu wa'té.
Muní wajñájika wakakuwá. Rejomi apakala we'jnajé.
– Ñakeka no'wé.
Muní ke najínchaka nakakuwá.
Apakala ke ne'jichaka. Ne'jichaka piyuke.
Kanapí ta i'jichaka riyani wa'té.
Ata iphíchari jipaaní ejé.
E nacho'chó e namicha ta neká.
Eta necho'chó ta nanakojé.
E rimicha :
– Nujipi'ture, nujipi'ture !
– A'a.
– Eko pimá nuwarúwa'jlo : « Unká nuwátala chapú nula'kana. Majó nu'jnatá nutu najló majó.
Unká naú kalé pa'tákanami Mirawá'a ina'uké aú kalé.
Aú nu'jnachiya nutu, rawíyo'kaloje nojena piyá penaje.
Marí nujmeremi no'jé ruwáke'we.
Aú rimicha rijló : “Marí ke ta, kele nujipi'ture, kemaká unká riwátala iná ajñá riká”.
Marí ke rimaká marí ritu ri'jnatá majó rawíyo'kaloje rejénajlo, rejena chaya marí rowilá wa'té.
– Ñaké jo'ó riká.
E nephicha.
– Wajúwi'chaka Kariwa.
– Wajúwi'cha nuwarúwa'a.
– Meke ?
– Unká, majó we'jná.
Nuká i'jichari majó.
Rimicha : « Nujipi'ture, eko pimá rijló : 'Nuká i'jichari majó…
Marí nutu nu'jnachiya najló majó, marí nujmeremi wa'té majó, wachaya penaje unká naú kalé pa'tákanami Mirawá'a ina'uké aú kalé pa'tákanami Mirawá'a.
Aú nu'jnachiya nutu rawíyo'kaloje rejénajlo wachaya. Kaja weká ñánija weká.
Unká cha'pá kalé weká i'makale marí ke numá.’
Marí ke rimaká...”
– Ñakeka. Kewaka ka'jná pimaká, unká ka'jná pipajlajla. Unká najé kalé. Marí ke nu'jichaka.
Ñakeka. Palapaja pi'jnachíyaka, unká naú kalé pa'tákana Mirawá'a, ñakeka na'páchiya neká.
Na'chá najló kaphé, napuri'chó najwa'té. Kaja eweta rimicha :
– Kaja lapicha iphicha majó, ñaké muní ka'jná wajápajika. Kaja wakamátajiko.
Kaja keja nakamáchiyako.
Lapiyami napho'chá. Na'chá piño najló kaphé.
E rimicha najló :
– Ajñá pamineko a'jnewá, kéchamiko wapura'ó.
Kaphé ne'richaka, ejomi na'chá a'jnejí najló.
Riká nañapáchiyaka ajñakana ejomi, ejéchami riji'chaka papera mesa nakojé.
Rejéchami rimíchaka :
– Nujipi'ture, chuwa pimá kele nuwarúwa'jlo. Chuwa wajápajika.
– Ñakeka.
E rimicha :
– Meke pi'jnaká majó ? Chuwa wapura'jiko rinaku.
– Nu'jna'jó majó, ke rimíchaka. Kaja wekaja, weká maárowa. Unká mérowa cha'pá we'malá.
Kaje aú nu'jnatá nutu pijló majó, marí nujmeremi wa'té ina'uké aú kalé pa'tákanami Mirawá'a.
Kaje aú we'jnata pijló pawíyo'kaloje pejénajlo nojénajlo.
Kajaña weká, unká maárowa we'malá cha'pá.
Ñakele marí ke numá nala'ká piyá chapú weká i'makale marí keja numá.
Aú ra'páchiya rijló riká : “Marí ke nujipi'ture kemaká...”
– Je ! Ñakeka, rimíchaka. Palani. Unká meke nu'malá. Ina'uké aú kalé pa'tákanami Mirawá'a.
Unká me ño'jó pa'ló. Ina'uké ajñaje we'jná majó.
– Ñakeka, palani. Unká meke rimalá.
– Ñakele chuwa nuya'tajika papera chojé riká.
Rimicha : – Na chi ? Piká chi i'marí pejena piyá ?
– a'a, nuká, ke rimíchaka.
– Na pií ?
Ra'chá riiwa.
Riya'chiya riká.
– E ta pe'wé ?
– Wayurepí.
Riya'chiya.
– E ta pitu ?
– Matako.
Riya'chiya. Riya'chiya piyuke neká.
Maárejecha rimíchaka :
– Ñakeka, kaja pimicha, unká ka'jná pipajlajla nujwa'té. Pa pi'jnájika nujwa'té pajlaje !
Unká pajlakana i'malá Mirawá'a wa'té !
Marí ke pimicha pumíchiya ka'jná piña'jó. Ejéchami kaja wakulaje piká a'jná wephátajika piká ejé.
– Unká nuwarúwa'a, ke rimíchaka. Unká naje kalé nupajlá pijwa'té. Palá numaká pijló.
– Ñakeka.
Raú rimicha rijló : – Kaja ilé ke pipuri'chó. Kaja pipuri'chó, kaja piká ne'makana.
Ñaké, nuwata. Mérewa chi neká, pejena ? Ya'jná neká ?
– a'jná ño'jó, rimíchaka.
– Ñaké nuwata namákana. Ñakele numá pijló eko piwá'icha neká, chuwa piwá'icha piyuke neká.
Mékeleka neká, pejena ? Piwá'icha majó nomákaloje neká, nuya'takaloje neká papera chojé penaje, kéchami nowiyo'kaloje ichá nojena najló penaje.
I'makale marí ke numá, ke rimíchaka.
Raú ra'páchiya rijló : « Marí ke rimíchaka...  »  
– Ñakeka.
E rimicha :
– Ke jo'ó riká nuwarúwa'a.
– Eko pimá rijló muní ka'jná nu'jnájika, e nutami kaja nuká. Peyajweni nu'makela... ! E kaja kewí no'yowa nuká.
Ñakele chúwaja nuwatána'je pajlúwa'a kala. Muní ka'jná nu'jnájika, ke pimá rijló. Raú ra'páchiya rijló riká.
– Ñakeka. Re najúwi'cha, nakamáchiya rewaja najwa'té.
Muní ke rimíchaka :
– Chúwaja nu'jnajé nojena chaya, nu'jnajé nawa'jé.
– Ñakeka.
Rimicha rijló :
– Mékechami chi piká waíchaka ?
Aú nuwátaje piká pa'ukepe a'jemi piyuke piwa'átaje pejena pijwa'té nuya'takaloje neká papera chojé penaje.
– Ke jo'ó riká, ke rimíchaka.
Unká maárowa kalé weká, ya'jnó weká.
Ñakele nu'jichá. Kaja unká pajluwaja pají chu kalé weká, kaja makama'lá weká. Apú kú'waro rile'jó, kaja ke weká. Ñaké nu'jichá rejó.
Apakala ka'jná nuphajika e nu'jnajé nawa'jé.
Nuwitúka'je pajluwa kuwatá kele a'jemi, weji kuwatá a'jemi nuphaje nanaku najwa'té.
Ñakele marí ke numá : “Pema'á numichaka pijló ! Pa, pi'jnájika nujwa'té pajlaje ilé ke pimíchaka.
Pumíchiya piña'jiko e papañajika pena wakaje nuwátaje piká, e nuwakára'je mena kuyuwaka nala'káloje ujwí penaje. Riká nañapátajika ujwí la'kana, ejomi ta weká ka'jná ikulaje wajñátakaloje iká penaje.
Ñakele marí ke numá pijló piwe'píkaloje penaje.
– Ñakeka. Unká nupajlala. Kaja numichaka wakaje nuphaje, ke rimíchaka. Lainchú wephaje.
– Ñakeka.
E rimicha :
– Nujipi'ture, pimá rijló, aú kaje riká, unká me ño'jó nu'jnajla kiñaja.
Aú kaje riká kele nutu no'ké rijló, e'iyonaja rupa'jó nujwa'té ruleñakaloje, naleñakaloje kele apú nujmeremi pa'jero nujwa'té, naleñakaloje nujwa'té.
Aú rimicha rijló :
– Ñakeka.
Kaja pimicha : “ Unká nupajlaka kalé”. Unká ka'jná pipajlala nujwa'té.
– Unká ke rimíchaka. Kaja numá nuwarúwa'a.
– Ñakeka. Riwakajé ta wawátaje piká maáree.
Weji kele kuwatá ke a'jemi wawátaje piká. Pa, pi'jnájika wajwa'té pajlaje !
– Unká naje kalé nupajlá.
E Kanapíta pi'choko, e unká jukalaje iyamá yewila Kawa wawejla eyaje kuwake.
E rimicha Wayurépijló : “Ke jo'ó nujmeremi, ke rimíchaka.
Eko piká wá'icha nojena. Nutami wani nuká no'oyowa.
Marí unká me ño'jó nuya'ló jita chu.
Pikajako i'jná, maáree nuwata piká.
Ñakele pikájako wá'icha neká.
Kaja rimá wajló ñakele riwakajé iphaje majó, iká lainchú pa'waje rejó.
Ñakele marí ke numá.
– Je, ke.
Kaja keja Wayurepí ta ja'píchaka.
E ileruna ta yuríchaño piyuke.
A ta iphíchari rejó, ri'michá rejénajlo kemaje :
« Marí ke unká naje kalé nukapichó ina'uké ta e'iyowá ! Nuwe'pino aú weñaajikoja. »
Kaja ewaja riicho najwa'té i'michaka.
Wachíyari mékechami ta neká waíchaka=.
Kaja ewaja ocho dia ja'picha.
“E meke rili'chako ? Pajluwa kuwá'ata tajíncharo”
Iyamá te'e kele kala a'jemi : “Me kalé unká wani jema'lá nakari ta !
Meke rila'kó nakari ta ! Unká meke wala'lá.”
Kaja ewaja Mirawá'a kemíchaka :
Mapeja ka'jná ripajlaka !
Kaja ka'jná riña'á weká.
Mapeja ka'jná ri'maká wajwa'té pajlaje.
Kaja numá rijló i'maká : 'Unká me ño'jó. Iná ñaalare Mirawá'a kaje i'makale numá !'
Kajrú namena ta i'michaka, kaja na'chákota kuyuwalaje, naki'chata pajlo te'e keta keña'lá chojé.
Na'chá pujimako kuwaja, na'chá riñe a'waná jilami nakojé.
« E meke chapú wani naki ta la'laka weká, ke rimíchaka.
Marí ke rimaká. “nomíchajlako”.
E riwá'ichaka juni i'michaka, sujwí juni e kajrú.
Unká meke iná la'lá e juni ta ja'chó.
Nomíchajlako marí ke rimaká i'maká.
E ri'jichá ta juni ja'pí, i'michari kaja rejó. Amíchari kajrú na'chiya jepepí i'michaka. E rácho'chiya, amíchari junapa'lá.
E rimaja'chiya ta riñe “mata mata”.
Rikupachiya ta junápeje piyuke.
Kaja keja ripi'chako.
– Yúka'a ?
– Kajrú kuwani Mirawá'a kupaka junapa'lá wakulákana a'jnená. Kaja numata'tacha riñeta.
E juni ña'chiyó lainchú, rimicha :
– Aamíchajla junapa'lá. Apala ta'keni kupa riká.
E ne'jichá, amicha nácho'chiya “mejé” ke riñemi.
– Yee ! Unká kaja ne'michá, rimaja'taje.
E napi'chó ta, iphíchari.
– Yúka'a ?
– Unká, kaja namata'chiya junapa'lá iñé.
Piyuke nakupichaje.
– Aa ! Maárowaja ka'jná neká ta ! Mapeja ka'jná ripajlíchakami nujwa'té i'maká ! « Marí wakaje nuká » ke rimíchakami nojló i'maká !
Ñakeka, kaja i'makale numá muní ikulá riká ta wenótachi riká.
E muní ke lapiyami Kanapí kemíchaka :
– Yuwaná, unká wani na wajñala.
Nuchiri'chako wapa'ná wa'té. Maáreje i'má jii keja ta i'má maáree, apala iya'tá wachó mirawá'ajlo.
E ne'jichá ta ja'pajo riyajalo wa'té.
E yuwaná ta yuricho. Nekamiká yuwaná yawa'achi pita pita jamaká chojé ajitaje neká mana'ítaja.
E kaja Mirawá'a ta “u'ma” eja'wá e'iyajé ja'piwá je'michari najitaka ta Mana'í ta kapeje chu.
– Aa ! Maare ka'jná neká.
E nephicha ta. Chirí chirí nanaku, amíchari napitatako jamaká chu.
– Na ila'á ?
– Unká, maáree weká. Para'pá ta i'jichari ja'pajo, me ño'jó ?
– Ají ño'jó.
– Mékechami neká waíchaka= ?
– Lainchú weká, ke nemíchaka.
Rejéchami nemíchaka :
– Me kalé unká kuani ina'ukela pichi'ná !
Para'pá, mapeja ka ri'michami nujwa'té pajlaje i'maká, aú nomíchami ra'piyá i'maká !
Puíchiya riñaakare weká a kaja numá rijló i'maká : 'Unká na kalé ñakaré Mirawá'a'.
Numíchakami rijló i'maká, e'iyonaja riñaachakanami. Numaká i'maká !
« Pa, chuwa nupachíyaka riká chuwa, ke nemako napachíyaka ñají ñají yuwaná ta.
Piyuke ripachiya ta neká pajo te'e kele.
Nepo'chiya neká tutuwa panurupiya, naji'chá “chirí chirí” a'waná nakiyá neká kuwá yenoje.
“Chuwa ramájika wenótajika riká”.
E neichó ta a'waná jilajé, na'chá ta nawowa. Lainchú, la cuatro kéchami riphíchaka.
Nemi'chá neká waíchaka : “Eerú werú”.
Rimicha : “Meke meñá wani nuwe'pika !
Apata Mirawá'a i'michá yuwaná michuna jña'taje.
E na'picha a'jnaya riwá'icha : “To'jmá !”
Unká.
– Numá nakú.
E na'picha. Amíchari natami kuwátako yenu.
Na'chaje muku.
– Meke chapú wani ! Mirawá'a i'michá yuwaná michuna nótaje.
Iteta ina'uké wejáputena ta pachá !
Palá nuwakári'chami i'maká.
Mékeka li'chákomi pachá !
Ripachá ta ina'uké ta nóchako yuwaná michuna.
Marí ke rimicha, e'iyowá ke nácho'chako rinaku.
Aa ! Kanapí, Kanapí ! Meke kalé unká kuani ina'ukélari piká i'michami nujwa'té pajlaje i'maká ?
Aú nomi'chami pa'piyá i'maká, ñaké mapeja pi'michami numala'taje !
Rejomi piñakaró maáreje. Meka penaje ?
Ají ke nemako, napajno'chíyaka ta jiyá rinakojé. Pa.
Jupejeno riyajálomi iíchako a'jná ño'jó.
E napajno'chiya jiyá runaku. Pa.
Ajá kaja nenóchiyaka neká.
E napa'chiya natami ají ke jipaaní ejo.
Re najicha natami.
Maárejecha na'chako ina'uké ajñaje i'michaka piño.
Marí unká nuwe'pila meka ri'maká palá.
Maáreya pheñawilá michuna i'michá najwa'té pura'jó.
Ñaké kaja i'michaka.
Kemíchari najló : “Marí ke we'jichaka pijwa'té pura'jó, kaja i'makale unká kaja we'malá.
Kaja ñani weká. Unká kaja we'malá palá. Ñakele numá ají ño'jó i'jnakáloje.
Ilé Kawinarí chojé, ilé ño'jó kajrú ina'uké.
Rejó ka'jná i'jnajé ina'uké ajñaje.
Rejó ka'jná ja'pá.
Unká kaja we'malá cha'pá.
Marí Apapu chojó rejé kaja ina'uké.
– Ñakeka, kaja chuwa wa'pajika.
Maáreje napi'chota i'michaka Kawinarí chojé.
Ají Kawinarí chuwá, ñaké Kawinarí pomi ne'michá ta.
Mirañana e'wepe ke ne'michaka Sítua. Yukurupi ina'uké ne'michaka.
Mere paja ne'michá ta ? Chorrera ejé ne'michá Sítua. La'keja ireri raí i'michaka.
Majó pita Kaweí iiche riká, pamá riká numá ne'michata ina'uké. Riká aú Pamawa neí i'michaka.
Riká nácho'ta e'iyajé i'michaka, neká pe'iyojé najñata ne'maká.
Re najlupemí yuró i'maká ñaano i'maká ají ke mere ka ina'tana pomi neká ajichami Gil michú i'maká.
Maáreya kaja napa'ó ají ke Apapu chojó ina'uké ajñaje. Marí kaje jimaje napa'ó i'maká.
Unká wawe'pila me ño'jó neká me'tení.
Ce sont les Mirabaras qui vinrent vraiment les premiers.
Qui pouvaient-ils être ? Des Blancs peut-être.
Ce sont eux qui sont arrivés au début.
En ce temps-là, il n’y avait que de la forêt par ici.
Il n’y avait pas de village.
Ils étaient les premiers à venir à la rencontre des anciens à Jipaní.
De là, ils allaient capturer les gens. Ils venaient pour manger surtout leurs bras et leurs cuisses.
Leur ventre, ils ne le mangeaient pas, c’était trop mauvais et putride pour qu’ils le supportent. Ils le jetaient.
Ainsi faisaient-ils autrefois.
Enfin, les Jurumi se rapprochèrent d’eux.
Où pouvaient-ils être ? Probablement à Wiripuku.
Pinajiwaka et Kanapí étaient à leur tête.
Beaucoup de leurs frères (classificatoires) étaient à leurs côtés.
Plus tard, ils se mirent à se disputer entre Mirabaras, et ce fut le début des ragots.
Quand il y en eut davantage, ils se mirent à s’entretuer.
C’est lorsqu’ils ont commencé à disparaître en grand nombre qu’ils se mirent à capturer des gens.
Bien avant, Kanapí avait été élevé par eux, il était de la tribu Yanatu. C’est lui qui traduisait leurs paroles et qui allait les voir.
Un jour qu’ils venaient d’abattre leurs arbres, ils restèrent couchés.
Ce matin-là, une femme qui balayait les brindilles vers l’extérieur, regarda au loin et les aperçut.
– Oh ! Des gens arrivent les uns derrière les autres avec des fusils !
Alors elle se précipita dans la maloca, et dit :
– Kanapí ! Kanapí ! Les Blancs viennent nous tuer !
– Oh là ! dit-il. Où as-tu vu des Blancs ?
Ce sont nos acheteurs, ils viennent parler.
– Ah oui, eh bien nos acheteurs dont tu parles, ils portent des fusils, beaucoup de fusils !
Là, le fils adoptif des Mirabaras, le Yanatu, se sentit désespéré.
Soudain les Mirabaras tirèrent des coups de feu. Pan pan pan.
– Ah ! C’est bien ce que je dis, Kanapí, les Blancs sont sur nous !
Ils fuirent à travers la forêt.
Quand les Mirabaras arrivèrent, ils encerclèrent la maloca, mais les autres s’étaient sauvés.
Ils l’avaient laissée vide et silencieuse.
Alors ils rentrèrent.
Mais avant cela, les autres frères de Kanapí qui habitaient plus près d’eux, les Mirabaras les avaient tous capturés.
L’après-midi, Kanapí et les siens retournèrent sur leurs pas.
– Oh ! Quel malheur que les Blancs aient tenté de nous tuer !
Il dit : – Allez voir mes frères. Comment vont-ils ? Sont-ils encore là ? Où les ont-ils capturés ? 
Alors ils allèrent voir.
Ils virent qu’il n’y avait plus personne. Ils les avaient emmenés.
Ils rentrèrent et [dirent] « les Blancs viennent de prendre nos frères défunts ».
– Quel malheur ! Que pouvaient-ils faire ?
Plus tard, il dit : – Bon, mes frères.
Je dis que puisque les Mirabaras sont venus nous manger, il faut donner des gens aux Mirabaras.
Donc je vous dis mes frères : ma fille qui est là, j’irai la remettre pour que nous soyons couverts, pour empêcher leurs frères de nous attaquer.
Nous ne sommes pas nombreux. C’est ça que je dis.
Ainsi, toi mon frère cadet, Wayurepí, je te livrerai avec elle aux Mirabaras.
Nous n’avons rien d’autre à leur remettre pour qu’ils empêchent leurs frères [de nous tuer].
– Bien mon frère, livre-moi avec ma nièce.
Demain, nous mâcherons notre coca. Après-demain, nous nous en irons.
– Bien, mon frère.
Le lendemain, ils mâchèrent la coca.
Le surlendemain, ils partirent tous.
Kanapí s’en allait avec ses enfants.
Ils arrivèrent à Jipaní.
En sortant, ils les virent.
Ils se précipitèrent vers eux.
Il dit :
– Mon parrain, mon parrain !
– Oui.
– Dis à mes acheteurs que je ne veux pas qu’on me fasse du mal. Je suis venu leur remettre ma fille.
Rien d’autre que des gens ne peuvent être remis aux Mirabaras.
Alors j’offre ma fille pour qu’ils nous défendent contre leurs frères.
Voici mon frère cadet que je vous livre pour l’accompagner.
Alors il [leur chef] dit : – Celui-ci, c’est mon fils adoptif qui a dit qu’il ne voulait pas qu’on le mange.
Il a dit qu’il remettait sa fille pour protéger ses frères, il les couvre également avec l’oncle de celle-ci.
– Bien.
Ils s’approchèrent.
– Bon après-midi, le Blanc.
– Bon après-midi, mon acheteur.
– Comment [vas-tu] ?
– Non, c’est ici que nous allons.
Je suis venu ici.
Il dit : « Parrain, dis-lui : ‘Je suis venu ici…
Voici ma fille que je viens vous rendre avec mon frère, pour nous couvrir, puisque l’on ne peut rien remettre d’autre que des gens aux Mirabaras.
Alors je vous apporte ma fille pour nous protéger contre vos frères. Nous sommes déjà trop peu.
C’est parce que nous ne sommes plus très nombreux que je vous parle.’
Voilà ce qu’il a dit… »
– Bien. C’est peut-être vrai ce que tu dis, si tu n’essaies pas de mentir.
D’accord. Tu fais bien de venir me les rendre, rien d’autre ne peut être remis aux Mirabaras.
Ils leur donnèrent du café, et parlèrent avec eux. Enfin il dit :
– Comme vous êtes arrivés de nuit, demain peut-être, nous travaillerons. Maintenant nous allons nous coucher.
Alors ils allèrent se coucher.
Le lendemain, ils se levèrent. On leur donna à nouveau du café.
Il leur dit :
– Commencez par manger, ensuite nous parlerons.
Ils burent le café, puis on leur servit de la nourriture.
Quand ils eurent terminé de manger, il mit un cahier sur la table.
Puis il dit :
– Parrain, à présent dit à mon acheteur que nous allons travailler.
– D’accord
Et il dit :
– Pourquoi es-tu venu ici ? Travaillons là-dessus.
– Je suis venu ici. Parce qu’il n’y a plus que nous par ici. Nous ne sommes pas nombreux.
C’est pour cela que je te remets ma fille avec mon frère cadet puisque c’est uniquement cela que l’on peut rendre aux Mirabaras.
Nous les remettons pour que tu empêches tes frères [de se mettre] contre mes frères.
Il n’y a plus que nous, nous ne sommes pas nombreux par ici.
Donc je demande qu’ils ne nous fassent pas de mal.
Alors il lui traduisit : « Voilà ce que mon fils adoptif a dit... »
– D’accord ! dit-il. C’est bien. Je ne peux rien te dire. Ce sont seulement des gens que l’on rend aux Mirabaras.
[De toute façon], tu ne peux pas rentrer comme ça. Ce sont les gens que nous venons manger par ici.
– Bien. Il ne pouvait rien dire.
– Donc je vais le noter sur un cahier.
Il dit : – Qui [es-tu] ? C’est toi qui es né avant tes frères ?
– Oui, c’est moi, dit-il.
– Comment t’appelles-tu ?
Il lui donna son nom.
Il l’inscrivit.
– Et ton frère ?
– Wayurepí.
Il prit note.
Et ta fille ?
– Matako.
Il écrivit tous les noms.
Après il dit :
– Bien, maintenant que tu as parlé, peut-être que tu ne m’as pas mentis. Attention à ne pas me mentir !
Il n’y a pas de mensonge avec les Mirabaras !
Ainsi as-tu parlé, mais peut-être que tu vas t’enfuir ! Alors nous te chercherons jusqu’à te retrouver !
– Non, mon acheteur, dit-il. Il n’y a aucune raison de te mentir. Je te parle bien.
– D’accord.
Alors il lui dit : – Ainsi as-tu parlé. Donc comme c’est toi qui a parlé, ce sera toi leur chef.
– D’accord, j’accepte. – Où sont-ils, tes frères ? Loin ?
– Par là-bas, dit-il.
– Alors je veux les voir. Je te dis d’aller les chercher, de tous les ramener.
Combien sont-ils, tes frères ? Ramène-les ici pour que je les vois et les inscrive tous sur le cahier, pour qu’ensuite je les couvre contre mes frères.
Voilà ce que j’avais à te dire.
Alors il lui traduisit : « Il a dit ceci … »  
– Bien.
Et il dit :
– Bien, mon acheteur.
– Dis-lui que je partirai peut-être demain, car je suis malade. [Ce n’est pas comme] si j’étais en forme… ! Et mes courbatures me font mal.
Donc aujourd’hui, je vais me reposer toute une journée. Demain, je partirai, dis-lui. Alors il lui traduisit.
– Bien. La nuit les obscurcit, et ils dormirent sur place avec eux.
Le lendemain, il dit :
– Aujourd’hui, je vais voir mes frères, je vais les chercher.
– Bien.
Il dit :
– Quand reviendras-tu ?
Je vais t’attendre quatre jours, le temps que tu ramènes tous tes frères avec toi, pour que je puisse les inscrire sur le cahier.
– Bien, dit-il.
Nous n’habitons pas ici, mais loin.
Donc je m’en vais. Nous ne sommes pas d’une seule maloca, mais éparpillés. Chacun est installé séparément, ainsi vivons-nous. Alors je dois aller là-bas.
J’arriverai peut-être après demain et ensuite je devrai aller les chercher.
Je redescendrai dans six jours, et dans huit jours je reviendrai avec eux.
– Alors je te recommande de bien m’écouter ! Attention, ne vas pas me mentir après ce que tu as dit.
Si tu te sauves, quand sera passé le jour où je t’aurai attendu, je les enverrai au jardin déraciner le manioc pour en faire de la farine. Lorsqu’ils auront terminé, nous irons vous chercher pour vous manger.
Ainsi je te le dis pour que tu le saches.
– Bien. Mais je ne te mens pas. J’ai dit que je reviendrai ce jour-là. L’après-midi, nous arriverons.
– Bien.
Et il dit :
– Mon fils adoptif, dit-lui que cela ne va pas comme ça, car je ne peux pas me déplacer rapidement.
Même si je lui ai donné ma fille, elle devra m’accompagner avec mon frère cadet pour ramer.
Alors il dit :
– Bien.
Tu as dit : “Je ne suis pas un menteur”. Peut-être que tu ne tentes pas de me tromper.
– Non, dit-il. Comme je l’ai dit à mon acheteur.
– Bien. Ce jour-là, nous t’attendrons ici.
Nous t’attendrons dans huit jours. Attention, essaie donc de me mentir !
– Il n’y a pas de raison pour moi de mentir.
Et Kanapí rentra, mais il n’alla pas loin, seulement à deux méandres de là, à Kawa wawejla.
Il dit à Wayurepí : – Bien, mon frère cadet.
C’est toi qui vas chercher mes frères. Mes courbatures me font trop souffrir.
Je ne peux même pas m’asseoir dans une pirogue.
Vas-y toi, je t’attends ici.
C’est donc toi seul qui vas les chercher.
Comme il nous a dit de revenir ce jour-là, nous devrons arriver là-bas l’après-midi même.
Voilà ce que j’ai à [leur] faire savoir.
– Bien.
C’est ainsi que Wayurepí poursuivit son chemin.
Et tous les autres restèrent.
Mais il arriva là-bas, et dit à ses frères :
« Je n’ai aucune raison de me faire tuer chez ces gens ! Je pense que nous devons fuir. »
Alors il se sauva avec eux.
Pendant ce temps, il attendait leur venue.
Et les huit jours passèrent.
« Que lui est-il arrivé ? Six jours sont passé ».
Au bout du dixième jour : « Quelle classe d’individu est-il pour désobéir à ce point !
Que lui est-il arrivé à celui-là ! Nous ne pouvons rien faire. »
Alors les Mirabaras dirent :
– Il nous a probablement trompé !
Il a dû nous fuir.
Il est simplement venu se moquer de nous.
Je lui avais pourtant bien dit : ‘Personne ne peut échapper aux Mirabaras !’
Comme ils avaient beaucoup de jardins, ils se mirent à déraciner le manioc, et remplirent quatre grandes hottes.
Ils les attachèrent avec des lianes pujimako et les laissèrent [dans la rivière] attachées à un tronc d’arbre.
« Quel malheur ce qu’il nous a fait » dit Kanapí.
« Je vais aller voir »
Il appela l’eau [des nuages], qui précipitamment [tomba] très fort.
On ne pouvait rien faire tellement il pleuvait.
Je vais voir s’il a fait ce qu’il a dit.
Il partit sous la pluie, et se rendit là-bas. Il vit qu’ils avaient attachés beaucoup de lianes. Il en enleva et vit le manioc en train de mûrir [fermenter].
Il coupa les liens.
Et il jeta le tout dans la rivière.
Puis il rentra.
– Comment c’était ?
– Les Mirabaras ont mis beaucoup de manioc à fermenter pour venir nous chercher. J’ai donc coupé les lianes.
Quand la pluie cessa, l’après-midi, il dit :
– Allons voir le manioc. Peut-être que le courant l’a emporté.
Ils y allèrent et virent que l’on avait enlevé les liens.
– Oh ! Ils ne sont pas partis. C’est lui qui a coupé [cela].
Ils firent demi tour, et arrivèrent.
– Comment était-ce ?
– Non, ils ont coupé les liens du manioc.
Ils ont tout jeté.
– Ah ! Ils ne doivent pas être loin ! Il m’a vraiment bien eu ! « Ce jour-là, je reviendrai » me disait-il !
Bon, puisque c’est ainsi, je dis que demain vous les chercherez pour les tuer ».
Le lendemain matin, Kanapí dit :
– Les enfants, nous n’avons rien à manger.
Je vais donc marcher avec la sarbacane. Restez ici en silence, sinon vous pourriez vous faire repérer par les Mirabaras.
Il partit avec sa femme.
Les enfants restèrent donc seuls. Entre eux, ils se plaisaient dans leurs hamacs à chanter sans se préoccuper de rien.
Alors les Mirabaras se dispersèrent dans la forêt, et les entendirent chanter tranquillement dans leur abri.
– Ah ! Ils sont là.
Ils arrivèrent discrètement vers eux, et les virent allongés dans le hamac.
– Que faites-vous ?
– Rien, nous sommes d’ici. Par où ton père est-il allé ?
– Par là.
– Quand reviennent-ils ?
– Cet après-midi, ont-ils dit.
Ensuite ils dirent :
– Quels parents irresponsables tu as !
Ton père, il est venu pour me tromper, et je l’ai écouté !
Ensuite il nous a fuit alors que je lui avait dit : ‘Personne ne fuit les Mirabaras’.
Je l’avais prévenu, pourtant il s’est enfui.
« Regarde, maintenant je vais le prendre » dirent-ils en se saisissant des enfants.
Ils les attrapèrent tous les cinq.
Ils les attachèrent par le cou, et les pendirent à un arbre.
« Maintenant il va voir que nous allons le tuer ».
Puis ils se sauvèrent et se cachèrent derrière un arbre. L’après-midi, vers quatre heures, il arriva.
Ils les entendirent parler : « Bla bla bla ».
Il dit : – Quel silence, je ressens !
Peut-être que les Mirabaras sont venu prendre feu nos enfants.
Ils continuèrent de s’approcher et de loin, il les appela : « Les enfants ! »
Rien.
– C’est bien ce que je disais.
Alors ils arrivèrent, et virent leurs corps suspendus en hauteur.
Ils étaient pendus.
– Quel malheur ! Les Mirabaras ont tué les enfants.
C’est la faute de ce sale individu !
Je lui avais pourtant bien demandé.
Quelle faute il a faite !
C’est sa faute si des gens ont tué nos enfants.
Pendant qu’il disait cela, ils l’encerclèrent.
– Ah ! Kanapí, Kanapí ! Comment as-tu pu être aussi irresponsable pour me tromper à ce point !
Quand je pense que je t’avais écouté, alors que tu étais venu me mentir !
Tout cela pour te réfugier ici. Dans quel but ?
Pendant qu’ils disaient cela, ils tournèrent leur fusil vers lui. Pan.
En criant, sa femme tenta de s’enfuir.
Mais ils tournèrent également leur fusil vers elle. Pan.
Ils les avaient tué.
Puis ils transportèrent leurs corps jusqu’à Jipaní.
Et ils les mangèrent.
C’est là qu’ils se mirent à manger à nouveau des gens.
Là, je ne sais pas bien comment cela se passa.
Puis, feu les anciens allèrent leur parler.
Cela fut exactement pareil.
On leur dit : « Ainsi nous sommes venu vous parler, parce que nous ne sommes pas nombreux
Nous sommes si peu. Nous ne vivons pas bien. C’est pour cela que je vous demande de partir dans cette direction.
Vers le Cahuinarí, il y a beaucoup de gens.
Il y a sûrement beaucoup de gens à manger là-bas.
C’est là-bas qu’il faut aller.
Nous, nous ne sommes pas nombreux.
Du côté de l’Apaporis, il y a aussi des gens.
– Bien, donc nous allons partir.
C’est à partir de là, qu’ils s’en allèrent, jusqu’au Cahuinarí.
Puis ils remontèrent le Cahuinarí jusqu’à sa source.
Les frères des Miraña étaient les Situa. Il y avait aussi les gens du guamo.
Où donc ont-ils pu aller ? A la Chorrera, il y avait les Situa. Leurs dents étaient taillées en pointe.
C’est de ce côté du Caqueta, à l’embouchure du Pama que vivaient ces gens. C’est pour cela qu’on les appelait les gens du Pama.
Ils se mirent au milieu [de la rivière], et ils en mangèrent la moitié.
Ceux qui restèrent s’enfuirent jusqu’à la source de l’Inatana, là où ils mangèrent Gil.
Ensuite ils retournèrent du côté de l’Apaporis pour manger des gens. Puis ils repartirent brusquement.
Nous ne savons pas où ils sont en ce moment.
S1 stop
Mirawá'a keño'rí kuani iphakana pamineko.

Ce sont les Mirabaras qui vinrent vraiment les premiers.

S2 stop
Na ka'jná ne'maká ? Karíwana ka'jná Mirawá'a.

Qui pouvaient-ils être ? Des Blancs peut-être.


NOTE : Le fait que les Mirabaras portent des fusils et d’autres marchandises des Blancs incite les Indiens à les assimiler à ces derniers.
S3 stop
Neká keño'rí iphakana i'maká.

Ce sont eux qui sont arrivés au début.

S4 stop
Riwakajé maárowa eja'wá i'maká.

En ce temps-là, il n’y avait que de la forêt par ici.

S5 stop
Unká pajimilá i'maké maárowa i'maká.

Il n’y avait pas de village.

S6 stop
Neká keño'rí pamineko iphakana, neká iphaño ata pheñawilá michuna awa'jé Jipaní ejé.

Ils étaient les premiers à venir à la rencontre des anciens à Jipaní.

S7 stop
Reyá ajemi ne'jnaké ina'uké pataje. I'maké nephichaje ajñaje na'napitaja najñaketa nakujyu kaje maka.

De là, ils allaient capturer les gens. Ils venaient pour manger surtout leurs bras et leurs cuisses.

S8 stop
Najulá unká najñaketa, kaja pu'waré pu'juruni chaatake riká. Naki'chaje ta.

Leur ventre, ils ne le mangeaient pas, c’était trop mauvais et putride pour qu’ils le supportent. Ils le jetaient.

S9 stop
Marí ke nala'jika ta i'majika.

Ainsi faisaient-ils autrefois.

S10 stop
Kaje ewaja Jurumí i'má nawa'á.

Enfin, les Jurumi se rapprochèrent d’eux.

S11 stop
Mere ke paja ne'má ta ? Wiripuku e ka'jná.

Où pouvaient-ils être ? Probablement à Wiripuku.

S12 stop
Pinajiwaka Kanapí i'marí ne'makana.

Pinajiwaka et Kanapí étaient à leur tête.

S13 stop
Riká wa'té ne'michá, kajrú rejena i'michaka rawa'á.

Beaucoup de leurs frères (classificatoires) étaient à leurs côtés.

S14 stop
Kaja ewaja júpichami na'chá pekowaka i'michaka Mirawá'ajlo e chapujreri keño'chari i'michaka.

Plus tard, ils se mirent à se disputer entre Mirabaras, et ce fut le début des ragots.

S15 stop
Chuwa kajuká marí kaje ewaja na'chá pajwa'téchaka nokajo.

Quand il y en eut davantage, ils se mirent à s’entretuer.

S16 stop
Kaja cha nakeño'chá pekowaka tajnatakano i'michaka, kaja ewaja Mirawá'a keño'ochaka napatakana.

C’est lorsqu’ils ont commencé à disparaître en grand nombre qu’ils se mirent à capturer des gens.

S17 stop
Júpimi ke Kanapí lamárike i'marí Yanatú ja'á. Riká ja'páchiyari najló napura'kó, riká waíchari neká.

Bien avant, Kanapí avait été élevé par eux, il était de la tribu Yanatu. C’est lui qui traduisait leurs paroles et qui allait les voir.

S18 stop
Ñaké meyalemi ke ne'kachíyaka ra'wanaté. To'lacharo i'michaka.

Un jour qu’ils venaient d’abattre leurs arbres, ils restèrent couchés.


NOTE : Le possessif indique ici qu’il s’agit des arbres situés à proximité de la maloca.
S19 stop
Riká lapiyami riyajalo jalaki'chó i'cheji, riká ruji'chá kaje waka'pojo, e ruyaká'icho, amíchari.

Ce matin-là, une femme qui balayait les brindilles vers l’extérieur, regarda au loin et les aperçut.

S20 stop
– Yee ! Ina'uké waíchaka “chirí chirí” jiyá kuaja !

– Oh ! Des gens arrivent les uns derrière les autres avec des fusils !

S21 stop
Eta ruicho páchojo, rumicha :

Alors elle se précipita dans la maloca, et dit :

S22 stop
– Kanapí ! Kanapí ! Aa ! Karíwana waíchari wanakojé ! Ke rumichaka.

– Kanapí ! Kanapí ! Les Blancs viennent nous tuer !

S23 stop
– Ee ! ke rimíchaka. Mérowa karíwana ?

– Oh là ! dit-il. Où as-tu vu des Blancs ?

S24 stop
Warúwa'jena neká, warúwa'jena neká wajwa'té !

Ce sont nos acheteurs, ils viennent parler.

S25 stop
– Aa, wawarúwa'jena neká nakú kemakana nakú, Jiyá nakapi, kajrú jiyá nakapi, nuká amaka wawarúwa'a nakú kemakana nakú !

– Ah oui, eh bien nos acheteurs dont tu parles, ils portent des fusils, beaucoup de fusils !

S26 stop
Rejéchami najwa'té i'michaka rijipi'ture, i'michaka Yanatuja, riwe'picha rinaku kamu'jí.

Là, le fils adoptif des Mirabaras, le Yanatu, se sentit désespéré.

S27 stop
Aú rimajáki'cha jiyá. Tu tu tu.

Soudain les Mirabaras tirèrent des coups de feu. Pan pan pan.

S28 stop
– Aa ! Ilé numá nakú, Kanapí, karíwana wanaku, numá nakú !

– Ah ! C’est bien ce que je dis, Kanapí, les Blancs sont sur nous !

S29 stop
« U'má » neká eja'wá e'iyajé.

Ils fuirent à travers la forêt.

S30 stop
E nephicha pají nakojé nechiya na'chá neichomi.

Quand les Mirabaras arrivèrent, ils encerclèrent la maloca, mais les autres s’étaient sauvés.

S31 stop
Meñaata ta neichomi.

Ils l’avaient laissée vide et silencieuse.

S32 stop
Reyaja napi'chó ta !

Alors ils rentrèrent.

S33 stop
A'jná pamineko a'jnare ke rejena i'michaka, napachiya piyuke najwa'tó.

Mais avant cela, les autres frères de Kanapí qui habitaient plus près d’eux, les Mirabaras les avaient tous capturés.

S34 stop
Lainchú nawaki'chó nápumi chuwa, napi'chó.

L’après-midi, Kanapí et les siens retournèrent sur leurs pas.

S35 stop
– Ee ! Meke chapú wani karíwana nóchiyajla weká !

– Oh ! Quel malheur que les Blancs aient tenté de nous tuer !

S36 stop
Ri'michá : – Amíchajla nojena. Meke ka'jná neká ? E jo'ó kaja ka'jná neká ? E ka'jná napachíyaka neká ?

Il dit : – Allez voir mes frères. Comment vont-ils ? Sont-ils encore là ? Où les ont-ils capturés ? 

S37 stop
Raú ne'michá ramaje.

Alors ils allèrent voir.

S38 stop
Amíchari meñaata ta. Kaja maapami ke najña'taka neká.

Ils virent qu’il n’y avait plus personne. Ils les avaient emmenés.

S39 stop
Napi'chó e “kaja maapami karíwana Mirawá'a ña'chiya nojena michuna”.

Ils rentrèrent et [dirent] « les Blancs viennent de prendre nos frères défunts ».

S40 stop
Meke chau wani ! Meke wani ta nala'jika ?

– Quel malheur ! Que pouvaient-ils faire ?

S41 stop
E júpichami rimíchaka : « Ke jo'ó riká nojena » ke rimíchaka.

Plus tard, il dit : – Bon, mes frères.

S42 stop
Kaje i'maká numá kaja Mirawá'a iphá majó wanaku wajñátaje, kaje i'makale numá ina'uké aú kalé pa'tákanami i'maká Mirawá'a.

Je dis que puisque les Mirabaras sont venus nous manger, il faut donner des gens aux Mirabaras.

S43 stop
Kaje i'makale numá nojena : marí nutu nu'jnataje najló wachaya penaje, rawíyo'kaloje wachaya rejénajlo.

Donc je vous dis mes frères : ma fille qui est là, j’irai la remettre pour que nous soyons couverts, pour empêcher leurs frères de nous attaquer.


NOTE : Wa-cha-ya (Yuc.). Lit. [nous-sur-à.partir]. Quelque chose qui vient d’au dessus de nous, qui nous protège.
S44 stop
Kaja weká ñajá weká. Unká cha'pá kalé weká. Ñaké marí numá.

Nous ne sommes pas nombreux. C’est ça que je dis.

S45 stop
Ñakeka, marí nujmeremi, Wayurepí, piká no'jé nutu wakee ina'uké aú kalé pa'tákanami Mirawá'a.

Ainsi, toi mon frère cadet, Wayurepí, je te livrerai avec elle aux Mirabaras.

S46 stop
Unká na aú kalé pa'tákana Mirawá'a awiro'káloje nojena piya najló.

Nous n’avons rien d’autre à leur remettre pour qu’ils empêchent leurs frères [de nous tuer].

S47 stop
– Ñakeka no'wé, pa'á nuká nulaitu wa'té.

– Bien mon frère, livre-moi avec ma nièce.

S48 stop
Muní wajñájika wakakuwá. Rejomi apakala we'jnajé.

Demain, nous mâcherons notre coca. Après-demain, nous nous en irons.

S49 stop
– Ñakeka no'wé.

– Bien, mon frère.

S50 stop
Muní ke najínchaka nakakuwá.

Le lendemain, ils mâchèrent la coca.

S51 stop
Apakala ke ne'jichaka. Ne'jichaka piyuke.

Le surlendemain, ils partirent tous.

S52 stop
Kanapí ta i'jichaka riyani wa'té.

Kanapí s’en allait avec ses enfants.

S53 stop
Ata iphíchari jipaaní ejé.

Ils arrivèrent à Jipaní.

S54 stop
E nacho'chó e namicha ta neká.

En sortant, ils les virent.

S55 stop
Eta necho'chó ta nanakojé.

Ils se précipitèrent vers eux.

S56 stop
E rimicha :

Il dit :

S57 stop
– Nujipi'ture, nujipi'ture !

– Mon parrain, mon parrain !


NOTE : Nujipi'ture (Yuc.). Signifie à la fois « mon père adoptif » et « mon fils adoptif », ou encore « mon parrain » et « mon filleul ».
S58 stop
– A'a.

– Oui.

S59 stop
– Eko pimá nuwarúwa'jlo : « Unká nuwátala chapú nula'kana. Majó nu'jnatá nutu najló majó.

– Dis à mes acheteurs que je ne veux pas qu’on me fasse du mal. Je suis venu leur remettre ma fille.

S60 stop
Unká naú kalé pa'tákanami Mirawá'a ina'uké aú kalé.

Rien d’autre que des gens ne peuvent être remis aux Mirabaras.

S61 stop
Aú nu'jnachiya nutu, rawíyo'kaloje nojena piyá penaje.

Alors j’offre ma fille pour qu’ils nous défendent contre leurs frères.

S62 stop
Marí nujmeremi no'jé ruwáke'we.

Voici mon frère cadet que je vous livre pour l’accompagner.

S63 stop
Aú rimicha rijló : “Marí ke ta, kele nujipi'ture, kemaká unká riwátala iná ajñá riká”.

Alors il [leur chef] dit : – Celui-ci, c’est mon fils adoptif qui a dit qu’il ne voulait pas qu’on le mange.

S64 stop
Marí ke rimaká marí ritu ri'jnatá majó rawíyo'kaloje rejénajlo, rejena chaya marí rowilá wa'té.

Il a dit qu’il remettait sa fille pour protéger ses frères, il les couvre également avec l’oncle de celle-ci.

S65 stop
– Ñaké jo'ó riká.

– Bien.

S66 stop
E nephicha.

Ils s’approchèrent.

S67 stop
– Wajúwi'chaka Kariwa.

– Bon après-midi, le Blanc.

S68 stop
– Wajúwi'cha nuwarúwa'a.

– Bon après-midi, mon acheteur.

S69 stop
– Meke ?

– Comment [vas-tu] ?

S70 stop
– Unká, majó we'jná.

– Non, c’est ici que nous allons.

S71 stop
Nuká i'jichari majó.

Je suis venu ici.

S72 stop
Rimicha : « Nujipi'ture, eko pimá rijló : 'Nuká i'jichari majó…

Il dit : « Parrain, dis-lui : ‘Je suis venu ici…

S73 stop
Marí nutu nu'jnachiya najló majó, marí nujmeremi wa'té majó, wachaya penaje unká naú kalé pa'tákanami Mirawá'a ina'uké aú kalé pa'tákanami Mirawá'a.

Voici ma fille que je viens vous rendre avec mon frère, pour nous couvrir, puisque l’on ne peut rien remettre d’autre que des gens aux Mirabaras.

S74 stop
Aú nu'jnachiya nutu rawíyo'kaloje rejénajlo wachaya. Kaja weká ñánija weká.

Alors je vous apporte ma fille pour nous protéger contre vos frères. Nous sommes déjà trop peu.

S75 stop
Unká cha'pá kalé weká i'makale marí ke numá.’

C’est parce que nous ne sommes plus très nombreux que je vous parle.’

S76 stop
Marí ke rimaká...”

Voilà ce qu’il a dit… »

S77 stop
– Ñakeka. Kewaka ka'jná pimaká, unká ka'jná pipajlajla. Unká najé kalé. Marí ke nu'jichaka.

– Bien. C’est peut-être vrai ce que tu dis, si tu n’essaies pas de mentir.

S78 stop
Ñakeka. Palapaja pi'jnachíyaka, unká naú kalé pa'tákana Mirawá'a, ñakeka na'páchiya neká.

D’accord. Tu fais bien de venir me les rendre, rien d’autre ne peut être remis aux Mirabaras.

S79 stop
Na'chá najló kaphé, napuri'chó najwa'té. Kaja eweta rimicha :

Ils leur donnèrent du café, et parlèrent avec eux. Enfin il dit :

S80 stop
– Kaja lapicha iphicha majó, ñaké muní ka'jná wajápajika. Kaja wakamátajiko.

– Comme vous êtes arrivés de nuit, demain peut-être, nous travaillerons. Maintenant nous allons nous coucher.

S81 stop
Kaja keja nakamáchiyako.

Alors ils allèrent se coucher.

S82 stop
Lapiyami napho'chá. Na'chá piño najló kaphé.

Le lendemain, ils se levèrent. On leur donna à nouveau du café.

S83 stop
E rimicha najló :

Il leur dit :

S84 stop
– Ajñá pamineko a'jnewá, kéchamiko wapura'ó.

– Commencez par manger, ensuite nous parlerons.

S85 stop
Kaphé ne'richaka, ejomi na'chá a'jnejí najló.

Ils burent le café, puis on leur servit de la nourriture.

S86 stop
Riká nañapáchiyaka ajñakana ejomi, ejéchami riji'chaka papera mesa nakojé.

Quand ils eurent terminé de manger, il mit un cahier sur la table.

S87 stop
Rejéchami rimíchaka :

Puis il dit :

S88 stop
– Nujipi'ture, chuwa pimá kele nuwarúwa'jlo. Chuwa wajápajika.

– Parrain, à présent dit à mon acheteur que nous allons travailler.

S89 stop
– Ñakeka.

– D’accord

S90 stop
E rimicha :

Et il dit :

S91 stop
– Meke pi'jnaká majó ? Chuwa wapura'jiko rinaku.

– Pourquoi es-tu venu ici ? Travaillons là-dessus.

S92 stop
– Nu'jna'jó majó, ke rimíchaka. Kaja wekaja, weká maárowa. Unká mérowa cha'pá we'malá.

– Je suis venu ici. Parce qu’il n’y a plus que nous par ici. Nous ne sommes pas nombreux.

S93 stop
Kaje aú nu'jnatá nutu pijló majó, marí nujmeremi wa'té ina'uké aú kalé pa'tákanami Mirawá'a.

C’est pour cela que je te remets ma fille avec mon frère cadet puisque c’est uniquement cela que l’on peut rendre aux Mirabaras.

S94 stop
Kaje aú we'jnata pijló pawíyo'kaloje pejénajlo nojénajlo.

Nous les remettons pour que tu empêches tes frères [de se mettre] contre mes frères.

S95 stop
Kajaña weká, unká maárowa we'malá cha'pá.

Il n’y a plus que nous, nous ne sommes pas nombreux par ici.

S96 stop
Ñakele marí ke numá nala'ká piyá chapú weká i'makale marí keja numá.

Donc je demande qu’ils ne nous fassent pas de mal.

S97 stop
Aú ra'páchiya rijló riká : “Marí ke nujipi'ture kemaká...”

Alors il lui traduisit : « Voilà ce que mon fils adoptif a dit... »

S98 stop
– Je ! Ñakeka, rimíchaka. Palani. Unká meke nu'malá. Ina'uké aú kalé pa'tákanami Mirawá'a.

– D’accord ! dit-il. C’est bien. Je ne peux rien te dire. Ce sont seulement des gens que l’on rend aux Mirabaras.

S99 stop
Unká me ño'jó pa'ló. Ina'uké ajñaje we'jná majó.

[De toute façon], tu ne peux pas rentrer comme ça. Ce sont les gens que nous venons manger par ici.

S100 stop
– Ñakeka, palani. Unká meke rimalá.

– Bien. Il ne pouvait rien dire.

S101 stop
– Ñakele chuwa nuya'tajika papera chojé riká.

– Donc je vais le noter sur un cahier.

S102 stop
Rimicha : – Na chi ? Piká chi i'marí pejena piyá ?

Il dit : – Qui [es-tu] ? C’est toi qui es né avant tes frères ?

S103 stop
– a'a, nuká, ke rimíchaka.

– Oui, c’est moi, dit-il.

S104 stop
– Na pií ?

– Comment t’appelles-tu ?

S105 stop
Ra'chá riiwa.

Il lui donna son nom.

S106 stop
Riya'chiya riká.

Il l’inscrivit.

S107 stop
– E ta pe'wé ?

– Et ton frère ?

S108 stop
– Wayurepí.

– Wayurepí.

S109 stop
Riya'chiya.

Il prit note.

S110 stop
– E ta pitu ?

Et ta fille ?

S111 stop
– Matako.

– Matako.

S112 stop
Riya'chiya. Riya'chiya piyuke neká.

Il écrivit tous les noms.

S113 stop
Maárejecha rimíchaka :

Après il dit :

S114 stop
– Ñakeka, kaja pimicha, unká ka'jná pipajlajla nujwa'té. Pa pi'jnájika nujwa'té pajlaje !

– Bien, maintenant que tu as parlé, peut-être que tu ne m’as pas mentis. Attention à ne pas me mentir !

S115 stop
Unká pajlakana i'malá Mirawá'a wa'té !

Il n’y a pas de mensonge avec les Mirabaras !

S116 stop
Marí ke pimicha pumíchiya ka'jná piña'jó. Ejéchami kaja wakulaje piká a'jná wephátajika piká ejé.

Ainsi as-tu parlé, mais peut-être que tu vas t’enfuir ! Alors nous te chercherons jusqu’à te retrouver !

S117 stop
– Unká nuwarúwa'a, ke rimíchaka. Unká naje kalé nupajlá pijwa'té. Palá numaká pijló.

– Non, mon acheteur, dit-il. Il n’y a aucune raison de te mentir. Je te parle bien.

S118 stop
– Ñakeka.

– D’accord.

S119 stop
Raú rimicha rijló : – Kaja ilé ke pipuri'chó. Kaja pipuri'chó, kaja piká ne'makana.

Alors il lui dit : – Ainsi as-tu parlé. Donc comme c’est toi qui a parlé, ce sera toi leur chef.

S120 stop
Ñaké, nuwata. Mérewa chi neká, pejena ? Ya'jná neká ?

– D’accord, j’accepte. – Où sont-ils, tes frères ? Loin ?

S121 stop
– a'jná ño'jó, rimíchaka.

– Par là-bas, dit-il.

S122 stop
– Ñaké nuwata namákana. Ñakele numá pijló eko piwá'icha neká, chuwa piwá'icha piyuke neká.

– Alors je veux les voir. Je te dis d’aller les chercher, de tous les ramener.

S123 stop
Mékeleka neká, pejena ? Piwá'icha majó nomákaloje neká, nuya'takaloje neká papera chojé penaje, kéchami nowiyo'kaloje ichá nojena najló penaje.

Combien sont-ils, tes frères ? Ramène-les ici pour que je les vois et les inscrive tous sur le cahier, pour qu’ensuite je les couvre contre mes frères.

S124 stop
I'makale marí ke numá, ke rimíchaka.

Voilà ce que j’avais à te dire.

S125 stop
Raú ra'páchiya rijló : « Marí ke rimíchaka...  »  

Alors il lui traduisit : « Il a dit ceci … »  

S126 stop
– Ñakeka.

– Bien.

S127 stop
E rimicha :

Et il dit :

S128 stop
– Ke jo'ó riká nuwarúwa'a.

– Bien, mon acheteur.

S129 stop
– Eko pimá rijló muní ka'jná nu'jnájika, e nutami kaja nuká. Peyajweni nu'makela... ! E kaja kewí no'yowa nuká.

– Dis-lui que je partirai peut-être demain, car je suis malade. [Ce n’est pas comme] si j’étais en forme… ! Et mes courbatures me font mal.

S130 stop
Ñakele chúwaja nuwatána'je pajlúwa'a kala. Muní ka'jná nu'jnájika, ke pimá rijló. Raú ra'páchiya rijló riká.

Donc aujourd’hui, je vais me reposer toute une journée. Demain, je partirai, dis-lui. Alors il lui traduisit.

S131 stop
– Ñakeka. Re najúwi'cha, nakamáchiya rewaja najwa'té.

– Bien. La nuit les obscurcit, et ils dormirent sur place avec eux.

S132 stop
Muní ke rimíchaka :

Le lendemain, il dit :

S133 stop
– Chúwaja nu'jnajé nojena chaya, nu'jnajé nawa'jé.

– Aujourd’hui, je vais voir mes frères, je vais les chercher.

S134 stop
– Ñakeka.

– Bien.

S135 stop
Rimicha rijló :

Il dit :

S136 stop
– Mékechami chi piká waíchaka ?

– Quand reviendras-tu ?

S137 stop
Aú nuwátaje piká pa'ukepe a'jemi piyuke piwa'átaje pejena pijwa'té nuya'takaloje neká papera chojé penaje.

Je vais t’attendre quatre jours, le temps que tu ramènes tous tes frères avec toi, pour que je puisse les inscrire sur le cahier.

S138 stop
– Ke jo'ó riká, ke rimíchaka.

– Bien, dit-il.

S139 stop
Unká maárowa kalé weká, ya'jnó weká.

Nous n’habitons pas ici, mais loin.

S140 stop
Ñakele nu'jichá. Kaja unká pajluwaja pají chu kalé weká, kaja makama'lá weká. Apú kú'waro rile'jó, kaja ke weká. Ñaké nu'jichá rejó.

Donc je m’en vais. Nous ne sommes pas d’une seule maloca, mais éparpillés. Chacun est installé séparément, ainsi vivons-nous. Alors je dois aller là-bas.


NOTE : Makama’la (Yuc.). Renversé.
S141 stop
Apakala ka'jná nuphajika e nu'jnajé nawa'jé.

J’arriverai peut-être après demain et ensuite je devrai aller les chercher.

S142 stop
Nuwitúka'je pajluwa kuwatá kele a'jemi, weji kuwatá a'jemi nuphaje nanaku najwa'té.

Je redescendrai dans six jours, et dans huit jours je reviendrai avec eux.

S143 stop
Ñakele marí ke numá : “Pema'á numichaka pijló ! Pa, pi'jnájika nujwa'té pajlaje ilé ke pimíchaka.

– Alors je te recommande de bien m’écouter ! Attention, ne vas pas me mentir après ce que tu as dit.

S144 stop
Pumíchiya piña'jiko e papañajika pena wakaje nuwátaje piká, e nuwakára'je mena kuyuwaka nala'káloje ujwí penaje. Riká nañapátajika ujwí la'kana, ejomi ta weká ka'jná ikulaje wajñátakaloje iká penaje.

Si tu te sauves, quand sera passé le jour où je t’aurai attendu, je les enverrai au jardin déraciner le manioc pour en faire de la farine. Lorsqu’ils auront terminé, nous irons vous chercher pour vous manger.

S145 stop
Ñakele marí ke numá pijló piwe'píkaloje penaje.

Ainsi je te le dis pour que tu le saches.

S146 stop
– Ñakeka. Unká nupajlala. Kaja numichaka wakaje nuphaje, ke rimíchaka. Lainchú wephaje.

– Bien. Mais je ne te mens pas. J’ai dit que je reviendrai ce jour-là. L’après-midi, nous arriverons.

S147 stop
– Ñakeka.

– Bien.

S148 stop
E rimicha :

Et il dit :

S149 stop
– Nujipi'ture, pimá rijló, aú kaje riká, unká me ño'jó nu'jnajla kiñaja.

– Mon fils adoptif, dit-lui que cela ne va pas comme ça, car je ne peux pas me déplacer rapidement.

S150 stop
Aú kaje riká kele nutu no'ké rijló, e'iyonaja rupa'jó nujwa'té ruleñakaloje, naleñakaloje kele apú nujmeremi pa'jero nujwa'té, naleñakaloje nujwa'té.

Même si je lui ai donné ma fille, elle devra m’accompagner avec mon frère cadet pour ramer.

S151 stop
Aú rimicha rijló :

Alors il dit :

S152 stop
– Ñakeka.

– Bien.

S153 stop
Kaja pimicha : “ Unká nupajlaka kalé”. Unká ka'jná pipajlala nujwa'té.

Tu as dit : “Je ne suis pas un menteur”. Peut-être que tu ne tentes pas de me tromper.

S154 stop
– Unká ke rimíchaka. Kaja numá nuwarúwa'a.

– Non, dit-il. Comme je l’ai dit à mon acheteur.

S155 stop
– Ñakeka. Riwakajé ta wawátaje piká maáree.

– Bien. Ce jour-là, nous t’attendrons ici.

S156 stop
Weji kele kuwatá ke a'jemi wawátaje piká. Pa, pi'jnájika wajwa'té pajlaje !

Nous t’attendrons dans huit jours. Attention, essaie donc de me mentir !

S157 stop
– Unká naje kalé nupajlá.

– Il n’y a pas de raison pour moi de mentir.

S158 stop
E Kanapíta pi'choko, e unká jukalaje iyamá yewila Kawa wawejla eyaje kuwake.

Et Kanapí rentra, mais il n’alla pas loin, seulement à deux méandres de là, à Kawa wawejla.


NOTE : Ce lieu devient une île en période de crue.
S159 stop
E rimicha Wayurépijló : “Ke jo'ó nujmeremi, ke rimíchaka.

Il dit à Wayurepí : – Bien, mon frère cadet.

S160 stop
Eko piká wá'icha nojena. Nutami wani nuká no'oyowa.

C’est toi qui vas chercher mes frères. Mes courbatures me font trop souffrir.

S161 stop
Marí unká me ño'jó nuya'ló jita chu.

Je ne peux même pas m’asseoir dans une pirogue.

S162 stop
Pikajako i'jná, maáree nuwata piká.

Vas-y toi, je t’attends ici.

S163 stop
Ñakele pikájako wá'icha neká.

C’est donc toi seul qui vas les chercher.

S164 stop
Kaja rimá wajló ñakele riwakajé iphaje majó, iká lainchú pa'waje rejó.

Comme il nous a dit de revenir ce jour-là, nous devrons arriver là-bas l’après-midi même.

S165 stop
Ñakele marí ke numá.

Voilà ce que j’ai à [leur] faire savoir.

S166 stop
– Je, ke.

– Bien.

S167 stop
Kaja keja Wayurepí ta ja'píchaka.

C’est ainsi que Wayurepí poursuivit son chemin.

S168 stop
E ileruna ta yuríchaño piyuke.

Et tous les autres restèrent.

S169 stop
A ta iphíchari rejó, ri'michá rejénajlo kemaje :

Mais il arriva là-bas, et dit à ses frères :

S170 stop
« Marí ke unká naje kalé nukapichó ina'uké ta e'iyowá ! Nuwe'pino aú weñaajikoja. »

« Je n’ai aucune raison de me faire tuer chez ces gens ! Je pense que nous devons fuir. »

S171 stop
Kaja ewaja riicho najwa'té i'michaka.

Alors il se sauva avec eux.

S172 stop
Wachíyari mékechami ta neká waíchaka=.

Pendant ce temps, il attendait leur venue.

S173 stop
Kaja ewaja ocho dia ja'picha.

Et les huit jours passèrent.

S174 stop
“E meke rili'chako ? Pajluwa kuwá'ata tajíncharo”

« Que lui est-il arrivé ? Six jours sont passé ».

S175 stop
Iyamá te'e kele kala a'jemi : “Me kalé unká wani jema'lá nakari ta !

Au bout du dixième jour : « Quelle classe d’individu est-il pour désobéir à ce point !

S176 stop
Meke rila'kó nakari ta ! Unká meke wala'lá.”

Que lui est-il arrivé à celui-là ! Nous ne pouvons rien faire. »

S177 stop
Kaja ewaja Mirawá'a kemíchaka :

Alors les Mirabaras dirent :

S178 stop
Mapeja ka'jná ripajlaka !

– Il nous a probablement trompé !

S179 stop
Kaja ka'jná riña'á weká.

Il a dû nous fuir.

S180 stop
Mapeja ka'jná ri'maká wajwa'té pajlaje.

Il est simplement venu se moquer de nous.

S181 stop
Kaja numá rijló i'maká : 'Unká me ño'jó. Iná ñaalare Mirawá'a kaje i'makale numá !'

Je lui avais pourtant bien dit : ‘Personne ne peut échapper aux Mirabaras !’

S182 stop
Kajrú namena ta i'michaka, kaja na'chákota kuyuwalaje, naki'chata pajlo te'e keta keña'lá chojé.

Comme ils avaient beaucoup de jardins, ils se mirent à déraciner le manioc, et remplirent quatre grandes hottes.

S183 stop
Na'chá pujimako kuwaja, na'chá riñe a'waná jilami nakojé.

Ils les attachèrent avec des lianes pujimako et les laissèrent [dans la rivière] attachées à un tronc d’arbre.


NOTE : La farine de manioc se fait avec des tubercules de manioc fermentés dans l’eau.
S184 stop
« E meke chapú wani naki ta la'laka weká, ke rimíchaka.

« Quel malheur ce qu’il nous a fait » dit Kanapí.

S185 stop
Marí ke rimaká. “nomíchajlako”.

« Je vais aller voir »

S186 stop
E riwá'ichaka juni i'michaka, sujwí juni e kajrú.

Il appela l’eau [des nuages], qui précipitamment [tomba] très fort.

S187 stop
Unká meke iná la'lá e juni ta ja'chó.

On ne pouvait rien faire tellement il pleuvait.

S188 stop
Nomíchajlako marí ke rimaká i'maká.

Je vais voir s’il a fait ce qu’il a dit.

S189 stop
E ri'jichá ta juni ja'pí, i'michari kaja rejó. Amíchari kajrú na'chiya jepepí i'michaka. E rácho'chiya, amíchari junapa'lá.

Il partit sous la pluie, et se rendit là-bas. Il vit qu’ils avaient attachés beaucoup de lianes. Il en enleva et vit le manioc en train de mûrir [fermenter].

S190 stop
E rimaja'chiya ta riñe “mata mata”.

Il coupa les liens.

S191 stop
Rikupachiya ta junápeje piyuke.

Et il jeta le tout dans la rivière.

S192 stop
Kaja keja ripi'chako.

Puis il rentra.

S193 stop
– Yúka'a ?

– Comment c’était ?

S194 stop
– Kajrú kuwani Mirawá'a kupaka junapa'lá wakulákana a'jnená. Kaja numata'tacha riñeta.

– Les Mirabaras ont mis beaucoup de manioc à fermenter pour venir nous chercher. J’ai donc coupé les lianes.

S195 stop
E juni ña'chiyó lainchú, rimicha :

Quand la pluie cessa, l’après-midi, il dit :

S196 stop
– Aamíchajla junapa'lá. Apala ta'keni kupa riká.

– Allons voir le manioc. Peut-être que le courant l’a emporté.

S197 stop
E ne'jichá, amicha nácho'chiya “mejé” ke riñemi.

Ils y allèrent et virent que l’on avait enlevé les liens.

S198 stop
– Yee ! Unká kaja ne'michá, rimaja'taje.

– Oh ! Ils ne sont pas partis. C’est lui qui a coupé [cela].

S199 stop
E napi'chó ta, iphíchari.

Ils firent demi tour, et arrivèrent.

S200 stop
– Yúka'a ?

– Comment était-ce ?

S201 stop
– Unká, kaja namata'chiya junapa'lá iñé.

– Non, ils ont coupé les liens du manioc.

S202 stop
Piyuke nakupichaje.

Ils ont tout jeté.

S203 stop
– Aa ! Maárowaja ka'jná neká ta ! Mapeja ka'jná ripajlíchakami nujwa'té i'maká ! « Marí wakaje nuká » ke rimíchakami nojló i'maká !

– Ah ! Ils ne doivent pas être loin ! Il m’a vraiment bien eu ! « Ce jour-là, je reviendrai » me disait-il !

S204 stop
Ñakeka, kaja i'makale numá muní ikulá riká ta wenótachi riká.

Bon, puisque c’est ainsi, je dis que demain vous les chercherez pour les tuer ».

S205 stop
E muní ke lapiyami Kanapí kemíchaka :

Le lendemain matin, Kanapí dit :

S206 stop
– Yuwaná, unká wani na wajñala.

– Les enfants, nous n’avons rien à manger.

S207 stop
Nuchiri'chako wapa'ná wa'té. Maáreje i'má jii keja ta i'má maáree, apala iya'tá wachó mirawá'ajlo.

Je vais donc marcher avec la sarbacane. Restez ici en silence, sinon vous pourriez vous faire repérer par les Mirabaras.

S208 stop
E ne'jichá ta ja'pajo riyajalo wa'té.

Il partit avec sa femme.

S209 stop
E yuwaná ta yuricho. Nekamiká yuwaná yawa'achi pita pita jamaká chojé ajitaje neká mana'ítaja.

Les enfants restèrent donc seuls. Entre eux, ils se plaisaient dans leurs hamacs à chanter sans se préoccuper de rien.

S210 stop
E kaja Mirawá'a ta “u'ma” eja'wá e'iyajé ja'piwá je'michari najitaka ta Mana'í ta kapeje chu.

Alors les Mirabaras se dispersèrent dans la forêt, et les entendirent chanter tranquillement dans leur abri.

S211 stop
– Aa ! Maare ka'jná neká.

– Ah ! Ils sont là.

S212 stop
E nephicha ta. Chirí chirí nanaku, amíchari napitatako jamaká chu.

Ils arrivèrent discrètement vers eux, et les virent allongés dans le hamac.

S213 stop
– Na ila'á ?

– Que faites-vous ?

S214 stop
– Unká, maáree weká. Para'pá ta i'jichari ja'pajo, me ño'jó ?

– Rien, nous sommes d’ici. Par où ton père est-il allé ?

S215 stop
– Ají ño'jó.

– Par là.

S216 stop
– Mékechami neká waíchaka= ?

– Quand reviennent-ils ?

S217 stop
– Lainchú weká, ke nemíchaka.

– Cet après-midi, ont-ils dit.

S218 stop
Rejéchami nemíchaka :

Ensuite ils dirent :

S219 stop
– Me kalé unká kuani ina'ukela pichi'ná !

– Quels parents irresponsables tu as !

S220 stop
Para'pá, mapeja ka ri'michami nujwa'té pajlaje i'maká, aú nomíchami ra'piyá i'maká !

Ton père, il est venu pour me tromper, et je l’ai écouté !

S221 stop
Puíchiya riñaakare weká a kaja numá rijló i'maká : 'Unká na kalé ñakaré Mirawá'a'.

Ensuite il nous a fuit alors que je lui avait dit : ‘Personne ne fuit les Mirabaras’.

S222 stop
Numíchakami rijló i'maká, e'iyonaja riñaachakanami. Numaká i'maká !

Je l’avais prévenu, pourtant il s’est enfui.

S223 stop
« Pa, chuwa nupachíyaka riká chuwa, ke nemako napachíyaka ñají ñají yuwaná ta.

« Regarde, maintenant je vais le prendre » dirent-ils en se saisissant des enfants.

S224 stop
Piyuke ripachiya ta neká pajo te'e kele.

Ils les attrapèrent tous les cinq.

S225 stop
Nepo'chiya neká tutuwa panurupiya, naji'chá “chirí chirí” a'waná nakiyá neká kuwá yenoje.

Ils les attachèrent par le cou, et les pendirent à un arbre.

S226 stop
“Chuwa ramájika wenótajika riká”.

« Maintenant il va voir que nous allons le tuer ».

S227 stop
E neichó ta a'waná jilajé, na'chá ta nawowa. Lainchú, la cuatro kéchami riphíchaka.

Puis ils se sauvèrent et se cachèrent derrière un arbre. L’après-midi, vers quatre heures, il arriva.

S228 stop
Nemi'chá neká waíchaka : “Eerú werú”.

Ils les entendirent parler : « Bla bla bla ».

S229 stop
Rimicha : “Meke meñá wani nuwe'pika !

Il dit : – Quel silence, je ressens !

S230 stop
Apata Mirawá'a i'michá yuwaná michuna jña'taje.

Peut-être que les Mirabaras sont venu prendre feu nos enfants.

S231 stop
E na'picha a'jnaya riwá'icha : “To'jmá !”

Ils continuèrent de s’approcher et de loin, il les appela : « Les enfants ! »

S232 stop
Unká.

Rien.

S233 stop
– Numá nakú.

– C’est bien ce que je disais.

S234 stop
E na'picha. Amíchari natami kuwátako yenu.

Alors ils arrivèrent, et virent leurs corps suspendus en hauteur.

S235 stop
Na'chaje muku.

Ils étaient pendus.

S236 stop
– Meke chapú wani ! Mirawá'a i'michá yuwaná michuna nótaje.

– Quel malheur ! Les Mirabaras ont tué les enfants.

S237 stop
Iteta ina'uké wejáputena ta pachá !

C’est la faute de ce sale individu !

S238 stop
Palá nuwakári'chami i'maká.

Je lui avais pourtant bien demandé.

S239 stop
Mékeka li'chákomi pachá !

Quelle faute il a faite !

S240 stop
Ripachá ta ina'uké ta nóchako yuwaná michuna.

C’est sa faute si des gens ont tué nos enfants.

S241 stop
Marí ke rimicha, e'iyowá ke nácho'chako rinaku.

Pendant qu’il disait cela, ils l’encerclèrent.

S242 stop
Aa ! Kanapí, Kanapí ! Meke kalé unká kuani ina'ukélari piká i'michami nujwa'té pajlaje i'maká ?

– Ah ! Kanapí, Kanapí ! Comment as-tu pu être aussi irresponsable pour me tromper à ce point !

S243 stop
Aú nomi'chami pa'piyá i'maká, ñaké mapeja pi'michami numala'taje !

Quand je pense que je t’avais écouté, alors que tu étais venu me mentir !

S244 stop
Rejomi piñakaró maáreje. Meka penaje ?

Tout cela pour te réfugier ici. Dans quel but ?

S245 stop
Ají ke nemako, napajno'chíyaka ta jiyá rinakojé. Pa.

Pendant qu’ils disaient cela, ils tournèrent leur fusil vers lui. Pan.

S246 stop
Jupejeno riyajálomi iíchako a'jná ño'jó.

En criant, sa femme tenta de s’enfuir.

S247 stop
E napajno'chiya jiyá runaku. Pa.

Mais ils tournèrent également leur fusil vers elle. Pan.

S248 stop
Ajá kaja nenóchiyaka neká.

Ils les avaient tué.

S249 stop
E napa'chiya natami ají ke jipaaní ejo.

Puis ils transportèrent leurs corps jusqu’à Jipaní.

S250 stop
Re najicha natami.

Et ils les mangèrent.

S251 stop
Maárejecha na'chako ina'uké ajñaje i'michaka piño.

C’est là qu’ils se mirent à manger à nouveau des gens.

S252 stop
Marí unká nuwe'pila meka ri'maká palá.

Là, je ne sais pas bien comment cela se passa.

S253 stop
Maáreya pheñawilá michuna i'michá najwa'té pura'jó.

Puis, feu les anciens allèrent leur parler.

S254 stop
Ñaké kaja i'michaka.

Cela fut exactement pareil.

S255 stop
Kemíchari najló : “Marí ke we'jichaka pijwa'té pura'jó, kaja i'makale unká kaja we'malá.

On leur dit : « Ainsi nous sommes venu vous parler, parce que nous ne sommes pas nombreux

S256 stop
Kaja ñani weká. Unká kaja we'malá palá. Ñakele numá ají ño'jó i'jnakáloje.

Nous sommes si peu. Nous ne vivons pas bien. C’est pour cela que je vous demande de partir dans cette direction.

S257 stop
Ilé Kawinarí chojé, ilé ño'jó kajrú ina'uké.

Vers le Cahuinarí, il y a beaucoup de gens.

S258 stop
Rejó ka'jná i'jnajé ina'uké ajñaje.

Il y a sûrement beaucoup de gens à manger là-bas.

S259 stop
Rejó ka'jná ja'pá.

C’est là-bas qu’il faut aller.

S260 stop
Unká kaja we'malá cha'pá.

Nous, nous ne sommes pas nombreux.

S261 stop
Marí Apapu chojó rejé kaja ina'uké.

Du côté de l’Apaporis, il y a aussi des gens.

S262 stop
– Ñakeka, kaja chuwa wa'pajika.

– Bien, donc nous allons partir.

S263 stop
Maáreje napi'chota i'michaka Kawinarí chojé.

C’est à partir de là, qu’ils s’en allèrent, jusqu’au Cahuinarí.

S264 stop
Ají Kawinarí chuwá, ñaké Kawinarí pomi ne'michá ta.

Puis ils remontèrent le Cahuinarí jusqu’à sa source.

S265 stop
Mirañana e'wepe ke ne'michaka Sítua. Yukurupi ina'uké ne'michaka.

Les frères des Miraña étaient les Situa. Il y avait aussi les gens du guamo.


NOTE : Yukurupí (Yuc.). Guama, guamo (Esp. Ver.). Inga sp.
S266 stop
Mere paja ne'michá ta ? Chorrera ejé ne'michá Sítua. La'keja ireri raí i'michaka.

Où donc ont-ils pu aller ? A la Chorrera, il y avait les Situa. Leurs dents étaient taillées en pointe.

S267 stop
Majó pita Kaweí iiche riká, pamá riká numá ne'michata ina'uké. Riká aú Pamawa neí i'michaka.

C’est de ce côté du Caqueta, à l’embouchure du Pama que vivaient ces gens. C’est pour cela qu’on les appelait les gens du Pama.

S268 stop
Riká nácho'ta e'iyajé i'michaka, neká pe'iyojé najñata ne'maká.

Ils se mirent au milieu [de la rivière], et ils en mangèrent la moitié.

S269 stop
Re najlupemí yuró i'maká ñaano i'maká ají ke mere ka ina'tana pomi neká ajichami Gil michú i'maká.

Ceux qui restèrent s’enfuirent jusqu’à la source de l’Inatana, là où ils mangèrent Gil.


NOTE : Milciades fait référence à Julián Gil Torres qui aurait été mangé par des Indiens cannibales (les Yuri ou Caraballos) et dont l’histoire a été rendue célèbre par Germán Castro Caycedo dans le livre Perdido en el Amazonas (1978).
S270 stop
Maáreya kaja napa'ó ají ke Apapu chojó ina'uké ajñaje. Marí kaje jimaje napa'ó i'maká.

Ensuite ils retournèrent du côté de l’Apaporis pour manger des gens. Puis ils repartirent brusquement.

S271 stop
Unká wawe'pila me ño'jó neká me'tení.

Nous ne savons pas où ils sont en ce moment.