Mythe de l’ancêtre chauve-souris


Lecture en continu :

Transcription par phrase


Traduction par phrase
fr
Transcription du texte complet


Traduction du texte complet
fr


Notes
Pijirí chi’narikana i’michari eja’wá chu.
E ina’uké i’micha rawa’a. Pawa’chaka ne’michaka pijirí chi’narikana wa’té.
Kaja ewaja pijirí wáicha ina’uké e’welo.
E júpi ne’michaka.
Kaja ewaja rimicha riyajalojlo : – Na wajñalaje ? 
Aú rumicha rijló : – Unká na wajñala. Kaja júpichumi ke me’piji puratana.
Aú rimicha riyajalojlo : – Eko muni piwáicha nupulá’ape, we’jnakaloje rijwa’té. Wajluwa ana’je Joyoyá jakú.
E kaja muni ke ru’jicha ro’wé wá’je.
Ruphicha nanaku.
Najaki’cha ruká.
– O’welo piká ?
– A’a, ke rumicha.
– Me ño’jó pi’jicha ?
Aú rumicha : – Chuwí, piwá’je nu’jicha pipulá’ape wakari’cha nuká piwá’je i’jnakaloje rijwa’té ana’je Joyoyá jakú.
Unká wani na wajñala.
– Je, ke rimichaka. Eko nu’jná.
E kaja ri’jicha. Iphicha ripulá’ape nakú.
Rajalaki’cha riká. – Nupulá’ape piká ?
– A’a, ke rimicha.
Nuká i’jichari majó. Piwá’ichaka numaná aú.
E ripulá’ape pijirí kemicha rijló : – Nuwá’icha pimaná we’jnakaloje wajluwá ana’je Joyoyá ja’kú.
– Je, ke rimichaka.
E kaja ne’jicha ana’je.
Iphichaño pijirí kaphé chojé ?
E rimicha ripulá’apejlo :
– Maare nukaphé nu’jná chojé jíña ana’je nujlúwa.
E pijirí kemicha ripulá’apejlo : – I’jná wani’chachi wajluwá :
– Je, ke.
Pijirí kemicha ripulá’apejlo : – Yenojo pani’cha. Nuká i’jichari kawakajo ana’je.
E kaja ina’uké i’jicha a’naje. Unká riñá’lacha jiña. Ñaké kajrú pijirí iji’chaka jiña.
Ina’uké iji’chaka kapajaruna jiña yani.
E pijirí pi’chó rikaphé chojé, e riwá’icha ripulá’apejlo :
– Nupulá’ape ! Pipa’ó majó !
Aú ina’uké pi’chó. Riphicha rejé.
E pijirí kemicha rijló : – E piji’chaka jiña nupulá’ape ?
– Unká, ke rimicha. Kapajaruna nuji’cha.
E pijirí kemicha rijló : – Kaja nuji’cha kajrú jiña wajluwá, pimoto’ó neká wajluwá wajñákaloje penaje.
E kaja ina’uké i’jicha jíñana irataje.
E pijirí kemicha rijló : – Nupulá’ape, marí e’iyowá paphotá. Ajere ke jiñá mujulate ya’ichako.
Riká e’iyá riwakari’cha ina’uké aphotaka.
Mapechuru ina’uké i’michaka. Unká riwe’pilacha : « rinójika chi nuká ? »
E kaja ina’uké aphochiya jiñá mujulate e’iyá.
Unká rilukuna’jlacha rijló.
Rimicha pijirijló :
– Unká wani rilukuna’jlo nojló.
Aú pijirí kemicha rijló : – Pala papho’ka richojé rilukuna’kaloje penaje.
E ina’uké apho’cha richojé.
Manae rijlamichako.
Eyá rijo’cha re’iyaje riyámojlo.
– Ayá ! Nupulá’ape ! Pamá pichó, ke pijirí kemicha.
Rijlo’cha re’iyaje mutu. Rijo’chaka re’iyaje. Pajluwa’laja rinóchaka riká.
Unká rawiyo’lacha.
Kaja riwajwé lo’kopaniya rijo’chá re’iyajé. E kaja rinocha.
E kaja pijirí ajicha ina’uké tami.
Pajluwa lapí rajichaka ritami. Piyuké rajñachiyaka riká.
E ripechu i’micha : « Nuwá’ichako apú re’wemi. »
E kaja ripi’cho. Wajapami e’iyaya riwá’icha.
– E nupulá’ape iphichaka majó ?
Iyama pe riwá’ichaka.
E riyajalo kemicha : – Na kele wá’ri ?
E rimicha rojló : – Nuká wá’ri.
– Naje piwá’a ?
– E chi nupulá’ape iphaka majó ? ke numaka.
Aú riyajalo kemicha rijló : – Pijwa’té po chuwí i’jná lalemi ! Unká me ño’jó kalé riphaka majó !
E rimicha rojló : – Meke chapú waní nupulá’ape kapichañaka nuká lálemi ?
Riyajalo kemicha rijló : – Meka la’je rikapicho pimá nakú ?
– Kapí, ke rimicha rojló.
Lalemi wephá wakaphé chojé.
Numá rijló : « I’jná wani’chachi wajluwá wajñakaloje penaje. Kechami we’jnajika a’pajo. Apalá wenó kamejeri wajluwá, ke numaka rijló.
Numá rijló : – Ilé yenojo pitá pana’a. Nuká i’jichari kawakajo a’naje.
E kaja we’jná rijwa’té michu a’naje.
E kaja kajrú nujña’ka jíñana. Aú nuwá’a rijló michú.
Aú ripa’ó, rimotó’ó jiña wajluwá.
Riñapataka rimoto’kana. Kaja riwitúka’ta riká. E kaja rapicha.
E kaja wajñá wajnewa lálemi.
Wañápata kaja wajnewá ajñakana numá rijló michú : ‘Chuwa we’jnaka chira’jo wakulicha chi kamejeri wajluwa.’
Numá rijló : ‘Maarowa pi’jná. Nuká i’jichari maarowa, ke numaka rijló michu.’
E ka’jná we’jná.
Kaja lainchú nuphá nukaphé chojé.
Kaja ewaja wajúwa’a. Unka riphala.
Aú nuwá’a rijló. Kajrú nuwá’ka.
Kaja ewaja unká riphala.
Aú lapiyami nupechu i’micha : ‘Apala rajúwa’ka. Aú ka’jná ripa’ó wañakarejo’ ke nupechu i’michaka.
Aú nu’jicha majó.
Aú riyajalo kemicha :
– Pijwa’té chuwí i’jná lálemi. Unká me ño’jó kalé riphaka majó.
– Meke chapú wani ! ke rimicha. Apala na ka’jná rila’ko ?
Jeí ka’jná nori riká.
Apala a’waná ka’jná nori riká. Apala a’wana ka’jná ika’tari riwilá.
Kajrú karena noka weká lálemi.
Aú numá pijló : Piwá’icha apú nupulá’ape re’wemi we’jnakaloje nupulá’ape michú tami kulaje.
Quiñaja pi’jnaka.
E kaja ru’jicha ro’wé wá’je.
Ruphicha rejó. Najaláki’cha ruká.
Nemicha rojló : – Meke o’welo ? ke nemichaka.
– Unká me kalé. Unká paala kemachi yuku.
– Meke ?
Nuyani a’rapá iphichari kemichari nojló :
‘Na paja ka nupulá’ape la’ko ? Kapichañári nuká lálemi.’
A’pajo ne’jnaka ejó rikapicho. Unká riphalajla lálemi.
Aú nuyani jara’pá i’jicha majó.
Ripechu i’micha : ‘Apala rejó ka’jná ripa’ó lálemi.’
Aú ri’jicha majó amaje.
Rimicha nojló : ‘Piwá’icha nupulá’ape we’jnakaloje rikulaje.’
Aú nu’jicha piwá’je majó.
Aú ina’uké kemicha rojló : – Meka la’je chi o’wé kapichañari riká ?
Unká me ño’jó kalé ina’uké kapichaña mapeja !
Na ka’jná rila’ko ?
Eko nu’jnaje, ke rimicha.
E kaja ri’jicha. Iphichari rinaku.
Rajalaki’cha riká.
Aú rajipicha rijló : – Nuká i’jichari majó. Piwá’ichaka numaná aú, nu’jicha majó.
– Ñaké, ke rimicha. Nuwá’icha pimaná we’jnakaloje nupulá’ape michú tami kulaje.
Aú ina’uké kemicha rijló : – Meke la’je chi rikapichaña piká mapeja ?
– Kapí, ke rimichaka. Apala na ka’jná rila’kó.
E kaja ne’jicha. Iphichaño rejó rikaphé chojé.
Rimicha ina’ukejlo : – Maare we’jna lálemi nupulá’ape michú wa’té.
E pijirí kemicha ina’ukejlo : – I’jná wani’chachi wajluwá wajñákaloje, kechami we’jnajika nupúlape michu kulaje.
E kaja ne’jicha ana’je. Riwakari’cha yenojo ripulá’ape a’naje. Kaja pijirí i’jicha kawakajo ana’je.
E ñake kaja pijirí iji’cha kajrú jíña.
Ina’uké unká jñá’lacha jiña. Kaapajuna ñani riji’cha.
Kaja pijirí pi’cho rikaphé chojé. Riwá’icha ripulá’apejlo : – Nupulá’ape, pipa’o majó !
Aú ripi’chó, iphichari rinaku.
Pijirí kemicha rijló : – E piji’cha jiña, nupulá’ape ?
– Unká, ke rimicha. Kaapajaruna nuji’cha.
Aú pijirí kemicha ripulá’apejlo : – Kaja nuji’cha kajrú jíñana wajluwa. Pimoto’o wajluwa neká.
E ina’uké kemicha : – Meke kajrú wani piji’chaka jíñana. Eta nuká, unká wani ñá’cha ! ke ina’uké kemicha pijirijlo.
E kaja ina’uké iphicha jíñana irataje.
E pijirí kemicha ripulá’apejlo : – Ají e’iyá paphota kele jiña mujulate e’iyaja kaja.
Riwakari’cha raphotaka. E ina’uké aphochiya re’iyá. Unká rilukunala’cho.
Ina’uké kemicha ripulá’apejlo : – Unká wani rilukuna’jlo.
Aú rimicha rijló : – Pala papho’ká richojé.
Manaí rijlamichako jiyá chojé aphokana nakú.
E rijo’cha re’iyajé.
E pijirí awijo’cha. – Ayá ! Nupúlape ! Pamá picho.
E rijo’cha re’iyajé riyamojlo riwajwé e’iyaya.
Kele pijirí letare i’michari pirijyela ji’lá awatakanami. Riká i’michari puwe’ni.
Riká aú rijo’chá ne’iyajé. E kaja rinocha riká piño.
E kaja rajicha piño ripulá’ape tami.
Ñake kaja pajluwa lapí rajichaka ritami.
Kaja ripechu i’micha piño : « E jo’o kaja iyama najlupemi piyuke nojñatajika neká.
Iyami cha nojñaka unká nawe’pila riká. »
E kaja ripi’cho piño riñákarejo. Apú ripulá’ape wá’je piño.
E riphicha piño riñakarejo. Rimicha riyajalojlo : – E nupulá’ape iphicha majó ?
– Meke ? ke rumicha.
– E chi nupulá’ape iphicha majó ? ke numaka pijló.
Rumicha rijló : – Meke pane chi pila’tano nojena michuna pikapicha’ta ka’jnó.
Pijwa’té nojena i’jná. Unká me ño’jó kalé riphakaño majó.
Aú rimicha rojló : – Meke chapú wani ! Na ka’jná nala’ko michuna ?
E unká ripura’lacho pala.
Rejechami « umm umm umm » ke ripuri’cho.
Aú rupechu i’micha : « Naje chi unká ripura’lo pala ? Nujwa’té ripura’o ‘umm umm umm’ ke.
Apala ta riká ka’jná ajñátari nojena michuna rimá nakú !
Na paka nala’ko ? »
E rumicha rijló : – Meke wani chi pila’ka nojena michuna pikapichata iyami cha wani ?
– Kapi, ke rimicha rojló. Unká nuwe’pila na ka nala’ko !
Apajo we’jnaka rijwa’té michú lálemi.
Kaja wajúwa’ka aú nupa’ó. Nupechú i’má : « E ka’jná riphichaka wakaphé chojé ? »
Aú nupa’ó wakaphé chojé, meñá, unká ri’malá.
Aú nuwata riká. Kaja ewajá wajúwa’a.
Aú nuwá’jla rijló. Kajrú nuwa’ka rijló.
Unká na ajipala nojló.
Aú nu’jicha majó. Apala riphá majó kemajemi.
Aú riyajalo kemicha rijló : – Unká na iphalá majó.
Unká nephakaloje kalé majó penaje kalé nakapichó.
Aú rajipicha rojló : – Meke chapú wani ! Marí chajé aú nu’jicha majó pi’jnakaloje apú nupulá’ape re’wemi wá’je we’jnákaloje nupulá’ape michu tami kulaje.
Aú rumicha apú ro’wé wá’je.
Ilé ro’wé i’michari kapechuni.
Marichu ke ka’jná ri’michaka.
Aú riwe’picha piyuke na ka rejena michú la’kó.
E kaja ru’micha riwá’je. Ruphicha rinaku.
Rajalaki’cha ruká. – O’welo piká ?
– A’a, ke rimicha.
– Me ño’jó pi’jicha ?
Unká me ño’jó kalé nu’jicha. Majó nu’jicha pipulá’ape wákari’chari nuká piwá’a i’jnakaloje wejena kulaje.
– Meke pani ka rila’kata wejena michuna ?
– Rikapichata iyami cha waní !
Aú ro’wé ajipicha rojló : – Kewaka. Meke chi rila’ká kele wejena michuna.
– Rikapichata iyami cha wani !
Unká me ño’jó kalé ina’uké kapichaño mapeja.
– Ñaké, ke rimicha. Eko pimá rijló : unká me ño’jó nu’jnala manupeja wani.
Unká nukakú i’malá.
– Chuwajá nojñá nukakuwa.
Eko rila’re rikakuwa.
Kechami ripila’re pajluwe’la lichipá.
Kechami rila’jika lukují cha rijluwá wajña’kaloje eja’wá jená penaje.
Ñake kaja nula’jika nujluwá.
E muni lainchú nuká ka’jnó.
Apakala we’jnakaloje penaje nojena michuna tami kulaje.
E kaja rupi’cho. Ruphicha ruñakare chojé.
Pijirí kemicha rojló : – Yúka’a ? E pi’micha rejó ?
– A’a, ke rumicha.
– Meke rimichaka pijló ?
– No’wé kemicha nojló : ‘Eko pala nupulá’apejlo. Eko pimá rijló : Unka nu’jnalaje me’teni. Unká nukaku i’mala.
Eko muni. Muni wajñá wakakuwa, rimicha pinaku.
Eko rila’re rijluwa ipatú kechami rila’jika rijluwa lukují.
Kechami rila’jika richá.
Kechami ripila’re pajluwela lichipá.
Ñake kaja nula’jika nujluwa maare wajñá’kaloje eja’wá ená penaje.
Muní lainchú nu’jnaje ka’jnó’ ke rimichaka pinaku.
– Je, ke rimicha.
E kaja muni ke pijirí li’cha rijluwá ipatú. A’pona ke ripulá’pe li’chaka rijluwa ipatú.
E kaja riñapachiya ipatú la’kana. Rili’cha rijluwá lukují. A’pona ke ripulá’ape li’chaka rijluwá lukují.
E kaja pijirí pili’cha lichi’pá rijluwá, a’pona ke ripulá’pe pili’cha rijluwá li’chipa.
E kaja lainchú ina’uké i’jicha rejó. Riphichá rinaku.
– Marí keja piká nupulá’ape, ke rimicha.
– A’a, marí keja nuká.
E rajalaki’chá riká ripulá’ape.
– Nupulá’ape piká.
– A’a, ke rimicha. Nuká i’jichari majó. Piwakára’ka nojló pipuráka’lo aú nu’jicha majó we’jnakaloje nojena michuna tami kulaje.
Meka pila’ka nojena michuna pikapichata iyamí cha wani. Pikapichataka nojena michuna. Me ka’jná pila’ta neká ?
Unká me ño’jó ina’uké kapicha’lo mapeja.
Meke iná la’kana aú iná kapichó ?
– A’a, unká nuwe’pila na ka nala’ko kapichañana nuká peyajweya.
Aú nuwá’icha pimaná we’jnakaloje nakulaje penaje.
– Ñake riká. Muni we’jnajika.
– Chúwaja lapí wajña’je eja’wá ená ijwa’té wamákaloje na ka nojena michuna la’kó kapichaño peyajweyá.
Ejechami kaphí ina’uké pechú i’michaka wa’tó pijirí pechú i’michaka.
Pu’j{w}í ripechú i’michaka. Kaja ina’uké pechu ka’áchiyá pijirí chi’nárikana pechú.
E kaja najúwi’cha.
E kaja lainchú kaja napuri’cho nakaje nakú pajwa’tékaka yuku nakú, lawichú nakú. Riká nakú napuri’cho.
Jenaji ke ejena e kaja riphicha rená chojé jenaji, ke najló. E ina’uké kemicha pijirí chi’narikanajlo : – Nupulá’ape, chuwaka wajñá’jika eja’wá jená pijwa’té.
– Ñaké riká, ke pijirí kemicha.
E ina’uké kemicha rijló : – Nupulá’ape, mere lichipá pili’chaje ?
E pijirí kemicha : – Marí riká.
– Pa’a majó riká.
E ra’chá ripulá’apejlo li’chipá.
E ina’uké kemicha ripulá’ape pijirijlo : – Marí nule’jé.
Chúwaka nupulá’pe. Piká jñá’jeri pamineko eja’wá jená wamakaloje mereje pipechu pimá palamane.
Kechami nuká pijewemi.
– Ñaké riká, ke rajipíchaka rijló.
E kaja ina’uké kemicha : – Chúwaka pilukúna’a pilichipare.
E pijirí lukuni’cha rilichipare. A’pona ina’uké lukuni’chaka rilichipare.
E namujluki’cha waka’pojo.
E ina’uké kemicha ripula’pe pijirijlo : – Chuwaka nupulá’ape, piwijro’o pilichipare. Piyuke piwijro’jika riká marí rikamaré i’maje.
E pijirí wijro’cha lichi’pa. Unka ritejmú iphálacha riwijro’kana le’jepaká.
Wejapaja rikári’chako.
E ina’uké kemicha rijló :
– Chuwa papho’o isa yenoje je’chú chojé.
E kaja rapho’icha isa yenoje.
Unká meke rila’chá eja’wá.
Maarówaja isamani e’iyajé isa kapi’ichó.
E ina’uké kemicha ripulá’ape pijirijlo :
– Nupulá’ape, meke chapú wani pila’jlaka eja’wá chu ?
E kaja ina’uké wijro’cha pijirí lichipare. Wijru wijru wijru. Piyuke rikari’chako.
Marí ketana ñani rilami yuríchako.
E rapho’cha isa yenojó. Marí ke chijlé riká isá jacho’chako je’chú chojé. Pila pila pila pila pila.
Júpichami isa iphichari je’chú i’mare. Maayá maayá maayá, isa ayumichako je’chú i’maje.
– Aja ! Pa ke ilé, nupulá’ape, marí ke achiñá i’maká eja’wá chu, nupulá’ape ! ke ina’uké kemicha ripulá’ape pijirijlo.
E kaja rikero’chiya rijló.
Kaja kamu’jú kemachi pijirí pechú i’michaka ina’uké pechú ja’pejé.
E ina’uké amicha unká pijirí pura’lacho paalá.
« Umm umm umm » ke ripura’chako.
E ina’uke pechú i’micha : « Naje chi unká ripura’cho paala nujwa’té ? Ripura’cho nujwa’té ‘umm umm umm’.
Apala riká ta ka’jná ajñatari nojena michuna.”
E kaja ina’uké kemicha : – Kaja marí ketana wakamátako.
E kaja nácho’cho kamátajo.
E ri’micha re’welo wa’té pura’jo.
Rimicha rojló : – O’weló, naje chi unká piyajná pura’ko paalá ? Ripura’ko ‘umm umm umm’.
Muní lapiyami wajme’tajika ee nu’jnaje pitukuma a’pitaje.
Pamajika numujruka’ka waka’pojó. E piña’je chiyo’pá. Palaka páchoya.
Piphá piyajná ja’pejé, e pala kajé ja’piyá yá’kana.
Riyaka’jiko ee pitaje.
Pijiyo’o pikujyú rijló. Pijyú pijyú pijyú, wejí ke pe.
Ri’chajike’e ‘umm umm’ ke.
E pijiyo’o ta rijló pi’wá.
‘Ilé wa’té pi’chá !’ ke pimaje rijló.
Ri’chajika ee kajrú piyaka’o rinuma chojé pamakaloje na ka rinumá chu unkale ri’chala paala.
– Je, ke rumicha.
Riká penajeja pi’jnajika ñopo chu pi’makaloje nojló riyukuna.
E kaja nakamáchiyo.
E kaja najme’chiya. Lapiyami ro’wé i’micha a’pitaje.
E ruji’cha chiyo’pá rolakicha pachuyá.
Kaja ewajá ruphicha ruyajná a’pejé.
E ruya’icho. Rolaki’cha ruyajná a’piyá.
E rujiyo’cha rukujyú. Me’tá me’tá.
E riyaká’icho ruchajé. Amichari ruya’ko a’jná ewá ke. E ri’chichá runakú ‘umm umm umm’.
Ejá rujiyo’chá ru’wá rijló.
– Ajá ! ke rumichaka. Ilé wa’té pi’chá ! ke rumichaka rijló.
Ejá pijirí i’chicha : « Aja ja ! ».
E ruyaka’icho rinumá chojé. Romicha kajrú ina’uké jwilami i’michaka rinumá chu.
E kiñaja rolaki’chaka. Ruña’je chiya richaje.
E ru’jicha ro’wé apumi chu.
Rumicha rijló : – Chuwí ! ke rumichaka. Riká ka’jná ajñatari wejena michuna.
Kajrú nomichaka newilami rinuma ta chu.
Nakoje unká ripura’ko paala.
– Ñake iká, ke rimichaka. Kaja nuwe’picha riká.
E kaja ru’micha a’pitaje. Ruphicha kaja ro’cha po’ri ja’pí. E kaja rukuwicha najló.
Ruñapachiya kuwakaje, e rumicha ruyajnajlo : – Ilé kujnú nukuwicha pijló.
E kaja pijirí kemicha ripulá’apejlo : – Chuwa we’jnajika, nupulá’ape, ke rimicha.
E kaja nalamá’chiyo.
E me ka’jná re’weló i’jnachiya rupechuwa rinaku.
Ru’jicha phirí. Rumicha ro’wejlo : – Chuwi majó pi’jná no’chi pinaku phirí kerájle’ru patajika.
E ro’cha rinaku phirí piyuke.
E kaja ne’jichá. Nephicha pijirí kaphé ejó.
E rimicha ina’ukejlo : – Maare nukaphé nupulá’apena michuna kapichañachiyá nuká.
E ina’uké amicha netami kuwa’tako iyamá kapheji ja’pí.
E pijirí kemicha ripulá’apejlo : – Nupulá’pe, chuwa wani’chachi wajluwa wajñákaloje penaje.
Kechami we’jnakaloje nupulá’apena michuna kulaje.
– Je, ke ina’ukena kemicha :
E pijirí kemicha ina’ukejlo : – Nupulá’ape, yenojo pitá pani’cha. Majó kawakajo nu’jicha a’naje.
– Unká, ke ina’uke kemicha. Piká ani’cha yenojo. Nuká i’jnajeri kawakajo.
– Unká, ke pijirí kemichari. Nuká i’jnajeri kawakajo.
– Unká, ke ina’uke kemicha. Kaja numicha pijló : piká i’jnajeri yenoje. Nuká i’jichari kawakajo.
E ina’uké i’jicha kawakajo ana’je. E ina’uké ani’cha. E kajru ina’uké iji’chaka.
E pijirí unká jña’lacha jiña.
Kaja ewaja ina’uké pi’cho. Kaja kajrú riji’chaka. Jiña aú ripi’cho.
Riwá’icha ripulá’ape pijirijlo : – Nupulá’ape, pipa’ó majó.
Aú pijirí pi’cho. Riphicha.
E ina’uké kemicha rijló : – E piji’cha jiña ?
– Unká wani nujña’lacha jiña.
Aú ina’uké kemicha rijló : – Kaja nuji’cha kajrú jiña wajluwa.
Ina’uké iji’cha jiña kewa.
Pijirí kemicha rijló : – Nupulá’ape, na jiña ka piji’cha ?
– Ta’rí jiña nu’jicha.
Kaja ewaja ina’uké iji’cha jiñá. Ji’cha pijirí maíte.
E pijirí kemicha piño rijló : – Nupulá’ape, na jiñá ka piji’cha ?
Ra’jipicha pijirijlo : – Unká na kalé jíñana nu’jicha. Pijirí maíte nuji’cha.
Ejechami chapú pijirí i’michaka.
Pijirí i’jnachiya ripechuwa : Unká jiña i’mala ke’icha pijirí maíte !
Nuká ja kalé pijirí ! Nupechu ka’jná ri’micha ! »
Kaja ina’uké kapichachiya nupechu chuwa ! »
Kewaka ripechu i’michaka.
Kaja ina’uké nocha ripechu.
E pijirí kemicha rijló : – Nupulá’ape, mere jiñá piji’cha pimicha nakú nojló. Pijirí maíte nuji’cha pimicha nakú nojló.
E ina’uké ya’chiya rijló riká. – Marí riká.
E pijirí kemicha rijló : – Unká wani nomala karí jiña kemicha pijirí maíte.
Unká jiña i’mala pijirí. Nuka ja kalé pajluwaja pijirí.
E ina’uké kemicha rijló : – Jiña ta riká. Ri’i kalé ñaké.
Unká pi’majike ri’maká ejomi kalé.
Manupeja ina’uké pajlichaka rijwa’té. E riwe’pichaka piya riká, kaja ya kewaka ripechu ke ina’uké iji’cha.
E karí ina’uké kemicha rijló : – Nupulá’ape, pimoto’o jiña wajluwa wajñáchi. Kechami we’jnajika nojena michuna tami kulaje.
E kaja nananicha jíñana. Nera’chiya jiña.
E pijirí kemicha ripulá’apejlo : – Nupulá’ape, papho’ta kají e’iyá
Riwakari’cha rapho’ta jiña mujúlate e’iyá.
E ina’uké kemicha rijló : – Unká me ño’jó nopho’tala ke ilé e’iyá.
Unká rilukuna’jlo re’iyá.
– Pejená michuna apho’tá namoto’kaloje jiña wajluwa penaje.
Aú ina’uké kemicha rijló : – Papho’ta re’iyá.
E kaja ina’uké iji’cha jiyá makajré nojé a’waná i’chemi.
Riká e’iyá ina’uké apho’chiya.
E pijirí wachiya rinókana. Manae iyá’ichako.
E pijirí chiri’cho rinakojé riyámijo.
E ina’uké jácho’cho apojó pita riyá’icho.
E pijirí chípuki’cha piño rilo’kopane.
Upejlumi ina’uké i’michaka. Aú ajní ño’jó, ke rimejñachiyako pijirí noka piyá riká.
Kaja ewaja riñápáchiya jiña moto’kana, riwitúka’chiya riká.
E kaja rapicha riká. E rimicha pijirijlo : – Nupulá’ape, chuwa wajñachi wajnewá.
E pijirí i’jnachiya ripechuwa : « Meke chapú wani, unka nonólacha riká. Meke nula’jika chuwaka nonókaloje riká penaje ? »
E kaja najicha najnewá ina’uké chajeja pijirí ijlú i’micha.
Riwachiya ina’uké nókana. Aú riyaká’icho richaje.
E tujní pijirí ajicha rajnewá. Kaja ewajá pijirí alóko’chó jiña aphinami aú.
E ritoko’cha : «  Jo jo ».
« Kaí » ke riphichaka. Kewini ri’michaka.
E pijirí kemicha ripulá’apejlo : – Nupulá’ape, noloko’chako. Kewini wani riká.
Aú ina’uké kemicha rijló : – Naje chi mawe’pika ke pajñaka pajnewa nuji’chare pijló, ke pajñaka pajnewá. Pachá palóko’chako
– Kewini wani riká ! ke rimichaka ina’ukejlo.
Aú ina’uké kemicha rijló : – Piwata pamineko, nojñáko nojnewá paineko. Kechami ko nomá pinupi chu riká.
Kaja ewaja ina’uké ñápachiya rajnewá ajñákana. E ina’uké pechú i’micha : « Chuwa nuwajájika riká. »
E ina’uké kemicha rijló : – Nupulá’ape, chuwa pi’jná majó nomáijla pinupi chu palóko’chajo.
Kewini wani ri’michaka.
Aú pijirí me’chiya rinuma ina’ukejlo.
E ramicha kajrú ina’uké jwilami i’michaka pijirí numá chu.
E ina’uké iji’cha alakojoje riká. Riki’cha pijirí nupi chojé.
E ritoko’cha : « Jo jo jo ».
– Ayá ! Ate ! rawiyo’chaka. Nupulá’ape, kewini wani !
Ina’uké kemicha rijló : – Unká meke nula’lá piká.
Chuwaka kamacha wani palako’chako, ya’jná wani pinupi chu riká.
Aú unká me ño’jó nujña’la riká pinupi chiyá.
E ina’uké kemicha rijló : Unká chu piká’na i’malá pipatákaloje pikó rejó nalawicho’kaloje piká penaje.
– A’a, ke pijirí kemicha ina’ukejlo. Re nuká’na, nupachiya nokó rejó.
E kaja pijirí pi’cho riká’na ejó. Ina’uke i’jicha rapumi chu.
Amichari kaja ewaja pijirí iphicha, riká a’jná ñakare ejó.
Pijirina ñakaré i’michari kajruni ku’mé ainami.
Riká chojé ina’uké amicha rimujluka’ka.
E kaja ina’uké pi’cho.
Iphachiyari re’welo iñe’pú chu.
Ru’jichaka nápumi chu.
Jemi’cha ru’maka ruyánijlo : « I’jná pe’iyajwé ja’paka. Apala ara’pá ajñaña weká ikú ijñemi aú, ke jilani wani nomichaka riká » ke rumichaka ruyanijlo.
E riphachiya ruká. E rimicha rojló : – O’weló, me ño’jó pi’jicha ?
Apumi chu we’jicha chuwí, ke rumichaka.
Rimicha rojló : – O’welo, meke pimichaka piyanijlo nomi’chaka. Pimakajla noma’chi.
Rumicha rijló : – Unká numalacha. Mapeja nupura’ko nuyani jwa’té.
– Meke chi pimichaka najló.
– I’jná ja’pá pe’iyajwé, ke numichaka najló, wajñachi jiña najwa’té ke numicha.
Rimicha rojlo : – Eyá ta apú meke pimichaka ?
– Unká numalacha, ke rumichaka.
Rimicha rojló : – Re nomi’cha pimichaka… Na chi pimicha nakú ? ‘I’jná pe’iyajwé ja’pá. Apala jara’pá ajñaña weká ikú ijñemi’ ke nomi’chaka pimichaka.
Unká ina’ukelaru ta ! Piká ña’kare panaku ka’jná ajñatari nojena michuna piyajná ta wa’té !
Chuwa pamajika !
E rika’chiyaka newilá. Kaja rinóchiya neká piyuke.
E kaja ra’picha. Iphicha riñakare chojé.
E rejena kemicha rijló : – Yúka’a ? Meke pi’maka rejó ?
E piphataka wejena michuna tami ?
Rimicha najló : – Unká me ño’jó kalé nupata wejena michuna tami rimá nakú nojló.
Kaja pijirí wejáputenami ajñatakare wejena michuna.
– E kewaka ? ke nemicha.
– A’a, ke rimicha.
– Mere chi pijirí ta ?
– Re jo’o kaja riká.
– Naje chi unká pinola riká ta ?
Aú rimicha najló : – Kaja nomicha mere ka nañakare. Aú nu’jicha iwá’je we’jnakaloje nenoje.
– E ta o’weló ? Mere chi ruká ? ke nemichaka rijló.
Aú rimicha najló : – Ikeja’niñá ruyukuna ta ! Ruká ta jwa’té ajñátari wejena michuna ruyajná jwa’té !
Nomi’cha rupura’ko ruyani jwa’té nunakú. Nawachiya nojñákana.
Aú kaja nonóchiya neká ta maapami.
Aú nemicha : – Pala pili’cha ruká. Unká ina’ukelaru ta !
E kaja riwakári’cha ajopanajlo riyukuna.
Kaja nawakáchiya nekó. Kajrú ne’michaka.
E kaja rimicha najló : – Nojena, kaja we’jnajika pijirí ta noje !
Neká ta kapichataño wejena michuna !
Apala ñaké kaja nakapichata weká.
Aú we’jnaje chúwaka nakapichataje.
E kaja ina’uké i’jicha pijirina kapichataje.
E kaja pijirina we’pichaño ina’uké i’michaka nenoje.
E pajluwaja i’michari pijirí ñani.
Kamu’juni ke iká jóyomi Lapichumi rikaja kaja i’í lapichumi.
Riká i’michari lawichú ra’pá.
Riká nakú iji’chari unká paala.
Re’welo i’michayo i’i i’michayo Níkoko.
Rimicha rojló : – Chuwí Níkoko. Unká wani paala nunaku jña’kó.
Apala ta ina’uké i’jná wanakoje ke nuwe’pika.
Nomichajlo wacho.
E kaja ri’jicha. E ramicha ina’uké, kajrú wani ina’uké i’michaka ramicha.
E ina’uké kemicha : – Chuwa kaja pijirina amicha weká.
E kaja ripi’cho piño riñakaré chojé.
E ramicha manáeja ne’michaka.
Rimicha najló : – Nojena, na ila’á manáe waní ?
Kajrú waní nomichaka ina’uké i’jnaka wanakojé.
E ajopana kemicha óyomijlo : – E kewaka ?
– A’a, ke rimicha.
– Mereje cha neká, ke nemichaka rijló.
Aú rimicha najló : – Meneyá watalaya poimajã, ke rimichaka najló.
E ne’makana kemicha najló : – Apala ta kewaka ka’jná jóyomi kemá nakú.
Amichakajlo wachó.
Aú kaja ne’jicha nachó amaje.
Yenuwa ne’jicha. Puwajní namejé i’michaka.
E ina’uké kemicha : – Ilé pijirina wáicha.
Aú nachi’íyo kawakajo.
E kaja na’pañaicha ina’uké. Ne’micha ya’jnó chira’jo. Unká na namalacha.
Aú napi’chó. Iphicha napumi chuwá nañakaré chojé.
E ajopana kemicha najló : – E amichaka ina’uké ?
– Unká, ke nemicha. Ya’jnaje we’micha. Unká na wamalacha. Aú wápi’cho re’iyá.
Aú nemicha : – Mere kaje ta ina’uké jóyomi kemicha nakú wajló.
Aú nemichá : – Ripajlá ta manupeja !
Unká merowá kalé ina’uké.
E kaja manáeja ne’michaka.
E jóyomi pechú i’micha : « Meke chi manáe waní neká ? »
Rimicha re’welojlo : – Chúwaka yéwichaja ina’uké itaká wachá nuwe’pika.
– Pilama’to maare, nomichajlako wacho.
Aú ri’jicha. Amichari kaja ina’uké ichiyá nachá.
Eyá ripi’chó. E riphicha.
Rimicha piño najló : – Na ila’á manáe waní ! chuwaka ina’uké kapichátaka weká !
Aú ajopana kemicha rijló : – Manupeja pipajlaka wajwa’té.
Ya’jná nu’micha chira’jó. Unká nomalacha mere ka ka’jrú ina’uké pimá nakú wajló.
– Ñake, ke rimichaka. Kaja ya imá manupeja nupajlaka.
E rimicha re’welojlo : – I’jná weña’cho. Apala ina’uké kapichata weká.
E kaja neichó.
Ku’mé apare aphú chuwá. Neichó ya’jnáje te’ré e’iyojé.
E jupichami ajopana kemicha :
– Mere chi jóyomi ta ?
Aú nemicha : – Kaja riicho, ina’uké noka piyá riká.
E ne’makana kemicha : – Apala ta kewaka ka’jná rimicha nakú wajló kajrú ina’uké amichakajla wachó.
Aú ne’jicha. E namicha kaja piyuke ina’uké itá’chiya nachá.
E nemicha : – Meke chapú waní ! Kaja ina’uké itá’chiya wachá chúwaka !
Chuwa ina’uké kapichatajika weká.
Ina’uké iji’cha jiyá nawaki’cha pijirina ñakaré nakojé.
E caja napho’chiya jiyá eyá.
E kaja ewaja nañákare lukuni’cho.
E caja piyuke naka{ra}’achiyako.
E kaja nañakaremi ko’jnocha. Tee. E kawakajo.
E pu’jí ina’uké pechú i’micha.
Ejechami « jowé jowé jowé » ke nawiyo’chiyaka.
E kaja napi’chó. Nephicha nañákare chojé.
E júpichami wejí ke ka’lá i’majemi jóyomi jácho’cho.
Amichari piyuke nañákare ka{ra}’achiyako, nañákare pukunami i’michaka.
Rimicha re’welojlo : – Meke chapú waní ina’uké kapichataka wachi’na michuna.
Unká meke wala’lá.
Unká na jwa’té we’malaje.
Chuwaka we’jnajika maareya apojó.
E kaja ne’jicha apú iñe’pú chuwá.
Iphichaño ina’uké jímalaremi e’iyajé.
E namicha kajmú i’michaka. Kameja richa i’michaka.
E rimicha re’welojlo Níkoko : « Marí wachi’na michuna jímalaremi. »
E ina’uké iphicha rejó. I’jichari ipatú ña’jé rejó.
E rimicha re’welojlo :
Nuji’chako wajluwa riká.
Ramicha kajrú kupira’phana chila’chiya ta kajmú.
Rimicha rojló : – Chuwí Níkoko, kajrú wani kupira’phana chila’taka wakajmure !
Pe’iyajwé ne’majika palamani wachi’na michuna ejátake kajmú penajemi kupira’phana chila’ta, ke rimicha.
E ra’chá rojló kajmú. Rimicha rojló : – Pikula kele eyá.
E ina’uké ajalaki’cha neká.
– Na ina’uké ka pura’ño ilere.
E rimicha re’welojlo : « Pata’o, pata’o ! ».
E jóyomi ajipicha ina’ukejlo : – Nuká, ke rimichaka.
– Na chi ina’ukeka piká ? ke ina’uké kemichaka rijló.
Rimicha rijló : – Nuká. Unká chi piwe’pila ina’uké kapichataka wachi’na michuna i’maka siyá aú.
E ina’uké we’picha riká, e rimicha rijló : – E ka’jná ina’uké kapichataka ichi’ná michuna ke ka’jná ? Unká nuwe’pila na ina’uké kapichataka ichi’na michuna, ke rimichaka.
Na jwa’té pipuri’cho ?
– Nokó ja, ke rimichaka.
– Meke chi pimichaka ?
Marí ke numichaka : – Meke kajrú waní kupira’phana katako wachi’na michuna kajmure nakú.
Kajmú ne’majika palamani wachi’na michuna ejata ke kají kaje i’majika penaje kupira’phana chila’tákare, ke numichaka.
– E kewaka ? ke ina’uké kemichaka rijló.
– A’a, ke rimicha.
E ina’uké kemicha : – Unká ilé ke kalé nomi’chaka pimichaka.
Na jló pimicha ‘chuwí Níkoko’ ke no’micha pimichaka.
Aú jóyomi kemicha rijló : – Re jo’o iná nachaná manáichami jwa’té nupuri’cho.
– Mere chi ruká ? ke ina’uké kemicha.
E ro’wé wá’icha rojló : – Chuwi Níkoko. Majó pi’jná.
Ejá rócho’cho rejó.
E rimicha ina’ukejlo : – Marirú ruká no’weló manáichami. Unká ina’ukelaru ruká.
– Ñake iká, ke ina’uké kemicha. Kele inanaru Níkoko,
Manai rupechu i’michaka. Ruká keño’chayo inanajlo manai cha’naje.
E kaja ina’uké kemicha najló : – Nuteló, meke chi i’majika chúwaka ?
– Kapí, ke rimichaka ina’ukejlo.
– Me ño’jó chi pi’jná pipechu nakú ?
Aú numá pijló : – Piwatajika ee nujwa’té i’makana, i’jná nujwa’té. Ina’uké kaja nuká.
Kaja ina’uké kapichata ichi’na michuna. Aú numá pijló unká na jwa’té pi’mala, aú numá pijló pi’makaloje nujwa’té penaje.
E kaja paya’jikoja pi’jnaje me ño’jó piwatajika ejó.
Aú numá pijló marí ke.
– Je, ke jóyomi kemichaka rijló.
Remi’cha ina’uké ja’piyá rimichaje nakú rijló pura’kaloje.
E ina’uké kemicha najló : – I’jná chúwaka.
E jóyomi kemicha rijló :
– I’jná ilé kajnó nuká me’teni ke rimichaka ina’ukejlo.
E Níkoko kemicha ro’wejlo : – Nu’jichaka rijwa’té.
E rimicha rojló : – Kechami ko we’jná rapumi chu.
E’iyonaja unká ro’malacha ra’piyá.
E kaja ñá’keja ruñá’icha ro’wé ina’uké jwa’té.
E ina’uké iphicha riñakaré chojé, e kele Níkoko iphicha rijwa’té ichuwaya ro’pichaka rijwa’té pe’iyojo.
E riyajalo kemicha ina’ukejlo : – Me kajeru inanaru piphachiya majó ?
– Kapí, ke rimichaka.
Na paja ka ina’ukeka nuphachiya jimalami e’iyá ?
Kajmú ajmakana nakú nomicha neká.
Aú numicha najló : ‘Na ina’ukeka iká ?’
Aú nemicha nojló : ‘Weká.’
Aú nukejá’icha yuku naliyá. ‘Na ina’ukeka iká ?’
Aú rimicha nojló : ‘Unká chi piwe’pila ina’uké kapichataka wachi’na michuna i’maka kera’tani aú.’
E nuwe’picha ri’michaka. Aú numicha najló : ‘Na jwa’té chi i’maje chuwaka ?’
‘Kapí, ke nemichaka nojló.
Aú numicha najló : ‘Ina’uké kaja nuká. Iwatajika ee i’jná nujwa’té i’makaloje nujwa’té.
Ipechú nakú ri’majika ketana aya’jikoja a’paje iwatajikejó’ ke numichaka najló.
Aú nemi’cha no’piyá.
Aú nuwáicha neká majó, ke rimichaka rojló.
E kaja ro’wé iphicha pachojó. Pají numanaje riphicha.
E riyaka’icho majó pe’iyoje. Amichari manáeja re’weló i’michaka majó pe’iyoyo.
E ina’uké ajalaki’cha : – Nuteló, wajé piká majó ?
– A’a, ke rimicha.
E ina’uké kemicha rijló : – Maarowa pikutá petá, ke rimichaka.
Maareje cha ra’chaka ripechu awa’jo.
E rimicha rijló : – Unká nuteló, maareja, pají numaná chu nukuwá.
E kaja júpimi ne’micha.
E jóyomi i’jnachiya ripechuwa : « Meke nula’jika no’welo nupura’koloje rujwa’té. »
Unká me ño’jó ripura’lacho rujwa’té. Ina’uké yajalo jwa’teja ru’micha pe’iyó.
E ina’uké i’rí i’michari yuwají pitakala ri’michaka.
Riká nakú rumicha Níkokojlo : – Marí to’jmá pilamara’a nojló riká nula’kaloje wajnewa penaje.
– Je, ke rumichaka.
E kaja rulamari’cha yuwají.
E ruwachiya rinókana.
E ro’wé Joyomi we’pichari riká.
Aú ripechu i’micha : « Meke chapú wani ! Meke nula’jika kají no’welo nupura’koloje rujwa’té penaje ? »
E kaja lainchú ratani’cha rojló romakaloje riká :
« E anapirayu, nupiraya, kaayowa … » ke ratanichaka rojló.
E ropiyakicha riká. « E kapikaya kapikaya … » ke rumicha.
E rimicha : – Chi te ta ! Unká jema’la no’piyá ! ke rimichaka.
Rimichaka rojló rataniko :
« No’welo, mapera pi’maka, pikawilaniñá ina’uké nakú, inanaru piká. Apala meke ina’uké la’a piká !
Nuká achiñá we’pijirí mekeka wachi’na michuna le’jé ja’kuna pura’kana. »
Aú rojipicha rijló : « Kapí o’wé. Eko wamajla meká nula’jika. Nuwata kiñaja wachi’na michuna le’jé ra’kuna pura’kana inanaru nu’maka e’iyonaja. »
Rejeja rimanomi’cho.
E ina’uké kemicha jóyomijlo :
– Nuteló, na ilé patani ? Pala wani.
Aú jóyomi kemicha rijló : – Unká na kalé nuteló. Arápa’kaje riká nutani.
Aú ina’uké kemicha rijló : – Meke palani wani piyale ! Nuteló.
– A’a, ke rimicha.
E chi iná arápa’kajla riká ? ke ina’uké kemichaka Joyomijlo.
– A’a, iná arápa’kare riká.
E ina’uké kemicha rijló : – E parápa’kajla riká warápa’kaloje riká penaje ?
– A’a, nuteló.
Aú ina’uké kemicha : – Na yálena iná arápa’a riká ? ke ina’uké kemicha.
Aú jóyomi kemicha rojló : – Unká na yálena kalé iná arápa’ka. Jíñana yale. Jíñana iná ajñáka wakaje iná arápa’a.
– Ñake riká, ke ina’uké kemicha. Nuwatá ramakana.
Aú Joyomi kemicha rijló : – Kaja piwata ramakana, nuteló. Re ina’thana maarowá wawejrakaloje riká penaje wajña’kaloje jiña warápa’kaloje kají yale penaje.
Aú ina’uké kemicha riyajalojlo : – Piña’a kajirú wajluwá iyamáka’la we’jnakaloje nuteló jwa’té we’jraje wajluwa penaje warapa’kaloje kají yáleje nuteló atanikare re’welojlo.
– Je, ke rumicha.
Aú kaja ina’uké yajalo iji’cha kajirú iyama ka’lá.
Ruñápachiya riká e rumicha : – Kaja nuñapachiya kajeru ña’kana chúwaja.
– Je, ke rimicha.
E ina’uké kemicha jóyomijlo : – Nuteló, muni we’jnajika wajluwa wejraje warápa’kaloje kele yáleje patanichare penaje.
– Ñake iká, ke jóyomi kemicha.
E ina’uké kemicha rijló : – I’jná wero’chachi kuna.
Muni lapiyami we’jnaje wejraje.
– Ñaké, ke rimicha.
Kaja ne’jicha kuna ero’je.
Kaja muni lapiyami ne’jicha we’jraje.
Ina’uké kemicha riyajalojlo : – Ka’ápuku piwatá weká. Re weká waicha majó.
Kaja ne’jicha we’jrá.
E ina’uké yajalo kemicha Níkokojlo : « Marí to’jmá pikamata riká. Nu’jichako kajeru wejapaja. Apala wajné tajnó. »
Kaja ru’jicha kajeru ña’je yámijo Níkoko nocha yuwají.
Riwilako e’iyayá rojo’chá re’iyaje.
E ruwijro’cha rijlapojere.
Kaja yuwají tajicho.
E rupichami ralomi iphicha rumicha rojló : – E to’jmá kamachiya ?
– A’a, ke rumicha.
E kaja ro’picha une’e chuwá kajiru ipaje.
Ruphicha piño. Rumicha rojló : – E to’jmá apocha ?
– Unká jo’o, ke rumicha.
– Meke chi jupi waní rikamatako ?
Pa’a majó riká no’chi chuchú rinumá.
Aú ru’jnachiya rojló riká.
Ro’chó ra’pejé. Amichari ka’machi chaje yuwají tami i’michaka.
E rupechu i’micha : « Meke chapú wani ! Ronóchaka to’jmá michú ! Na aú ka’jná ronocha riká ?»
E rupalamachiya rinakuwa. E romicha rijapojore aphumi iyaka’lako.
Unká meke rumalacha raú.
Rumicha Níkokojlo : – Pa’a po’ri ja’pí wakúwachi napé.
Yewichaja neká wáicha.
E kaja ro’chá po’rí ja’pí. Kajrú ro’chaka po’rí ja’pí.
Kerápelaje ra’pí i’michaka.
E ina’uké yajalo kemicha rojló : – Payura’a ra’piyá.
E roko’icho ra’piyá ayura’je, e ina’uké yajalo pachiya ruká. Roruki’cha ruká po’rí ja’pejé.
Kajrú roruki’chaka ruká po’rí ja’pejé. E kaja ruka{ra}’áchiya ruká.
Ñátaperu ka’jná ru’michaka. E rujlumi jeño’cha po’rí ja’piyá. The’e.
Rujlumi jeno’cha po’rí ja’piyá ro’wé lo’kopani.
Rujlumi jácho’o ro’wé ja’pejé. E rowiyo’cha. – Ayá ! O’wé ! Kaja rukara’chiya nuká maapani, ke rujlumi kemicha ro’wejlo.
Aú rimicha rojló : – Unká meke nula’lá piká.
Ilé numá nakú pijló i’maka júpimi.
Manupera pi’maka ina’uké jwa’té.
Pikawílaniya najnaru ke numaka i’maka.
Pa piphichaka richojé chuwaka numá kalé nakú pijló i’maka.
Unká meke nula’la piká. Inanaru piká nakapichata.
Eyá nuká achiñá. Unká ne’mala nakú : ‘Ñaké kaja ta wakapichatajika riká.’
E ina’uké jemi’cha ripura’ko.
E ina’uké kemicha rijló : – Nutelo, na jwa’té pipura’ó ?
Aú rimicha rijló : – Nokó nupura’kó, nuteló.
Unká ina’uké jema’lacha meke palá ripura’kó.
Aú jóyomi pajricha rijwa’té.
– Meke chi pimichaka ?
– Marí ke numicha. Kajrú waní jíñana nomichaka aú, me’teni numaka nuteló ke we’jrakaloje wajnewá ajñáje.
Kají jíña wajichaje ajñaje we’jnakaloje. Eyá kají kajrú wani jíñana kajmuruna.
Palani ka’jná we’jnakaloje kuna ña’je we’jnakaloje lainchú riwe’jraje, wawa’kaloje inaana penaje, najñákaloje jíñana wajwa’té, ke numichaka.
– Je, ke ina’uké kemicha :
E kaja jóyomi kemicha ina’ukejlo : – Nuteló, i’jná wa’pachó chuwaká waji’chachi wajnewá kají jíñana waji’cha.
E kaja na’picho.
E jóyomi iji’cha rijluwá jiña epo’takecha wíchupe chu repo’chiya jíñana.
Nephicha pachojé. Riká penaje ra’pichaka po’ri ji’laje.
Eyá rayuricha po’ri ja’piyá. E ramicha kajrú re’welo micholo aphinami po’rí ja’pí.
E kaja riwáyo’cha iñaphí.
Ketana ina’uké yajalo moto’chaka jiña.
E kaja Joyomi ajicha ajnewá jíña remi’chaje riká rajicha.
Riñápachiya ra’jnewa ajñakana. E rajicha rikakuwá.
E ina’uké wáicha rijló : – Nuteló, chuwá i’jná majó wajñachi wajnewá.
Aú Joyomi kemicha rijló : – Pajñá, nuteló. Kaja nojicha no’jmichaje.
– Je, ke ina’uké kemicha.
Riñapachiya rajnewá ajñákana, e jóyomi kemicha rijló : – Nutelo, chúwaka i’jná wero’chachi kuna. Apala wajúwa’a.
– Je, ke ina’uké kemicha.
Rimicha ina’ukejlo : – Pimá piyajalojlo rukuwachi ku’jnú wajluwá.
Kaja ne’jicha kuna ero’je.
Nephicha. E kaja nemicha : « Chuwa we’jnaje ! »
Unká nakeja’cha riyukuna.
Ina’uké yajalo kemicha ruyajnajlo : – Kaja maapami Níkoko nocha tojmá michú.
Aú nuka{ra}’achiya ruká maapami to’jmá michú pa’pí.
E ina’uké kemicha riyajalojlo : – Unká meke wajla’a.
Yuwají riká rukapichachiya. E kaja pinocha ruká ripa’pí, ke rimicha rojló.
E jóyomi, unká rikeja’lacha re’weló yukuna.
Unká rimalacha najló : « Mere chi no’weló ? »
Kaja riwe’picha nenocha ru’michaka.
Ne’jichaka yámona, jóyomi kemicha ina’uké yajalojlo : – Nuteló yajalo, piña’a piturú.
Weká kele, wejí kele weká pheñawilájlo piñá’a. Wejí ka’lá ijmulá noje riturú.
E piyanijlo piña’a kaapaje noje.
Kaja ne’jicha. Nephicha rejó.
Lainchú jóyomi kemicha ina’ukejlo : – Nomichajlako jíñana, nuteló.
Nomajika ee kajrú jíñana e nu’jnaje piwá’je majó wawejrakaloje riká jíñana pa’kaloje lapí.
Kaja muní we’chú wajñáje rakú.
Kaja lainchú wa’pajo.
Wephajika penaje warápa’kaloje penaje, ke rimichaka najló.
Kaja ri’jicha kawakajo ina’thana wapuwá.
E riphachiya palani te’rí. Kepé ri’michaka te’rí.
Riká e’iyá rejachiyá kewirí re’weló micholo aphinami.
Kajrú kewirí i’michaka juni torenó.
Iñaphí lupemí yurichajo, riká riji’cha kaja kaphé e’iyajé.
Ewi’charo a’waná puwe’í penaje.
E kaja riñáki’cha kewirí pana junapejé. Riká ewi’charo jiña penaje keicha wanapana.
Kele kewirí i’i pijirí aphinami.
E riji’cha rinakiyana neká kele rimachi’yaka riká. E rapho’cha pajluwela chojé.
Tse tse ke rimejé i’michaka.
Aú ri’micha : « Palani ! »
E kaja riphicho. Iphicha ina’uké nakú.
E ina’uké kemicha rijló : – Yúka’a, nuteló ? E pamichaka jíñana ?
– A’a, nuteló, kajrú waní nomichari jiña.
– Na jíña ka’jná neká pamicha nuteló, ke rimichaka.
– Unká na kalé nuteló, wanapanana, ke rimichaka.
Aú ina’uké kemicha rijló : – Nuteló, unká ke ilé jíñana i’mala maarowá ke ilé wanapana pima nakú.
Aú jóyomi kemicha rijló : – Me ño’jó unká jwa’to ne’malá, nuteló, ke rimicha.
Piyukeja inatana akú kele jíñana wanapana, ke rimicha.
– Meke chi wala’jika chúwa ? Kaja wajúwi’cha.
Aú jóyomi kemicha rijló : – Kaja ewaja wajúwi’cha. Muníko wawejrá.
Apala waphicha kele jíñana, muni we’chú wajña’kaloje piyuke neká penaje.
E kaja najúwi’cha.
Ina’uké kemicha jóyomijlo : – Meke chi manupeja waní wajúwi’chaka ?
Unká wala’lacha wañakaro.
Apala juni no weká.
Aú Joyomi kemicha rijló : – Unká juni a’lajo. Pujini majó.
Juni wakaje kalé iná la’a iná ñakaro.
E kaja nakamáchiyo manupeja.
Enaji ke lapí jóyomi wá’icha juni nachó.
E kajrú na’chakó.
Kaja nataka’chiyo ipe’ní nakú. Kajrú nakuruki’chaka ipe’ní nakú.
E ina’uké kemicha jóyomijlo : – Nutelo, kaja waní ipe’ní cha’chiya nuká !
E jóyomi kemicha ina’uké yajalojlo : – Nuteló yajalo, e piji’chaka iturú numichaje nakú pijló.
– A’a, ke rumicha.
– Pa’a nojló pajluwa’la.
Aú ro’chá rijló riká.
E rimajri’chá riwajwé loko’pani riya’chiya riturú.
Riká li’chari ima’á rijló.
Rimicha najló : – Chúwaka iya’ta piyuke iturú iwajwé lo’kopani.
Palani waní riká.
Pa nuya’chiyaka riká nuwajwé lo’kopani.
Riká li’chari ima’a nojló. Kaja riki’cha ipe’ní nunakiya.
E kaja naji’chá piyuke iturú. Neká kele nayachiya nawajwé lo’kopani riká.
E rili’cha najló i’má wejapaja.
Ñaké kajrú juní jácha’ko.
E jóyomi iji’cha pajluwelá kewirí. E rapho’cha richojo : Se se.
E ina’uké kemicha rijló : – Na ke ilé papho’o chojé pala waní.
Aú Joyomi kemicha rijló : – Unká na kalé. Kewirí ke nopho’chó.
– Meke palá waní rimeje ! ke ina’uké kemichaka rijló.
E rimicha : – Marí nuji’chaje ijló i’michaka.
Chuwa wapho’chi richojé. Apala raú juni a’paje.
– Je, ke nemichaka.
E kaja napho’chá richojé pajñakani. The the the the.
E rapho’cha neká lapí makapé aú.
E rewiña’chiya neká laí maminá penaje.
E kaja ra’picha nanakú. Pooto poto poto. Kewirí e’iyajé ra’pichá nanakú.
E kaja rimicha : « Amá chúwaka ! Ilé ke po ikapichataka nuchi’na michuna i’maka no’weló michuna wa’té aphinami ruká wá’yo iká rujluwá.
Ekó ilé keja i’majika lainchú murena penaje.
E kaja jóyomi jewi’cho pijirí penaje.
Riká moto’chari pijirina i’maka eja’wá chu.
Unkajela ri’ma aú i’maka, unká pijirina i’malajla me’teni.
Ketana riyukuna.
L’ancêtre de la chauve-souris vivait dans la forêt.
Des gens habitaient à côté de chez lui.
Chauve-souris finit par prendre pour femme leur sœur.
Ils vécurent ainsi un moment.
Un jour, Chauve-souris dit à sa femme : – Qu’allons-nous manger ?
Elle lui répondit : – Nous n’avons rien à manger. Cela fait longtemps que nous sommes affamés.
Il dit à sa femme : – Demain, tu iras chercher mon beau-frère pour que nous allions avec lui pêcher dans la rivière Joyoyá.
Le lendemain, elle alla appeler son frère.
Elle entra chez son frère et sa famille.
Ils la saluèrent.
– C’est toi, soeur aînée.
– Oui, dit-elle.
– Où vas-tu ?
– Chuwí, ton beau-frère m’envoie te chercher pour que tu ailles avec lui pêcher dans la rivière Joyoyá.
Nous n’avons vraiment rien à manger.
– Bien. Alors j’y vais.
Il partit, et arriva auprès de son beau-frère.
Il le salua : – Beau-frère, te voilà ?
– Oui.
– Comme tu m’as appelé, je suis venu.
– Je t’ai appelé pour que nous allions pêcher dans la rivière Joyoyá.
– Bien.
Et ils allèrent pêcher.
Ils arrivèrent dans un abri de la chauve-souris.
Il dit à son beau-frère :
– Voici mon abri. C’est ici que je viens pêcher.
Puis il lui dit : – Allons pêcher.
– Bien.
Puis Chauve-souris lui dit : – Toi, tu vas pêcher en amont, et moi je vais pêcher en aval.
Alors l’homme alla pêcher, mais n’attrapait rien, tandis que Chauve-souris prenait beaucoup de poissons.
L’homme ne prit que quelques tout petits poissons.
Quand Chauve-souris revînt à son abri, il appela son beau-frère.
– Beau-frère ! Reviens maintenant !
Et il revînt.
Chauve-souris lui demanda : – As-tu pris du poisson, beau-frère ?
– Non. Quelques petits seulement.
Chauve-souris lui dit : – Moi, j’en ai pris beaucoup pour nous. Fais les cuire, qu’on puisse en manger.
L’homme alla vider et dépecer les poissons.
Chauve-souris lui dit : – Beau-frère, allume un feu avec la termitière du démon qui est là.
Il lui demanda de l’utiliser pour allumer le feu.
L’homme était idiot, il ne pensait pas : « Va-t-il me tuer ? »
L’homme essayait d’allumer la termitière.
Mais elle ne prenait pas.
Il dit à la chauve-souris.
– Cela ne prend pas du tout.
Tu n’as qu’à bien souffler dessus pour que ça prenne.
L’homme souffle dessus.
Naïvement, il lui tournait le dos.
Chauve-souris le transperça par derrière.
– Aïe ! Beau-frère ! Attention à toi ! dit Chauve-Souris.
Il l’embrocha complètement, ce qui le tua sur le coup.
L’homme ne cria même pas.
Il l’avait tué en lui transperçant le coeur.
Puis Chauve-souris dévora le cadavre.
En une nuit, il le mangea complètement.
Il pensa : « Maintenant je vais appeler son frère. »
Il rentra et arriva devant chez lui.
– Mon beau-frère est-il venu ici ?
Il cria cela deux fois.
Sa soeur demanda : – Qui est-ce qui appelle comme ça ?
– C’est moi.
– Pourquoi appelles-tu ?
– Je demande si mon beau-frère est venu ici.
– Il est parti avec toi hier ! Il n’est pas du tout revenu !
– Mais comment mon beau-frère a-t-il pu me laisser et disparaître hier ?
– Comment cela, il a disparu ?
– Je n’en sais rien.
Hier nous sommes arrivés à mon abri.
Je lui ai dit : – Allons pêcher. Ensuite nous irons chasser.
Vas pêcher en amont. Moi, j’irai en aval.
Et c’est ainsi que nous sommes aller pêcher.
Comme j’ai pris beaucoup de poissons, je l’ai rappelé.
Il revînt, puis fit cuire les poissons.
Ensuite, il les sortit du feu et servit.
C’est ainsi que nous avons mangé hier.
Après cela, je lui ai dit : ‘Maintenant nous allons marcher pour chercher du gibier.
Tu iras par là. Moi, j’irai de ce côté.’
Nous sommes parti.
L’après-midi, je suis revenu à l’abri.
La nuit tomba, mais il ne revînt pas.
Alors je l’ai appelé un bon moment.
Mais il ne revenait toujours pas.
Ce matin, j’ai pensé : ‘Si la nuit lui est tombé dessus, il a dû rentrer.’
C’est pourquoi je suis venu.
Sa femme lui dit :
– Mon petit frère est parti avec toi. Il n’avait pas à revenir ici.
– C’est grave ! Qu’est-ce qui a pu lui arriver ?
Peut-être qu’un serpent l’a mordu.
Ou alors, un arbre l’a tué en lui tombant dessus.
Beaucoup de vent nous est tombé dessus hier.
Appelle mon autre beau-frère pour que nous allions chercher son cadavre.
Dépêche-toi.
Et elle alla chercher son autre frère.
Elle arriva là-bas, et ils la saluèrent.
– Ça va, soeur ?
– Ça ne va pas du tout. J’ai une mauvaise nouvelle.
– Laquelle ?
Le père de mes enfants est arrivé en me disant :
‘Qu’a-t-il pu arriver à mon beau-frère ? Il a disparu hier.’
Ils sont partis chasser, et il n’est pas revenu.
Le père de mes enfants est revenu seul.
Il pensait : ‘Peut-être qu’il est rentré hier.’
C’est pourquoi il est venu voir.
Il m’a dit : ‘Appelle mon beau-frère pour que nous allions le chercher.’
Alors je suis venu te chercher.
L’homme lui dit : – Comment mon frère a-t-il pu se perdre ?
On ne disparaît pas comme ça !
Qu’a-t-il pu lui arriver ?
Je vais y aller.
Il partit et arriva auprès de Chauve-Souris.
Ce dernier le salua.
Alors il lui répondit : – Je suis venu parce que tu m’as fait appeler.
– Bien. Je t’ai fait appeler pour que nous allions chercher le cadavre de mon beau-frère.
– Comment a-t-il pu disparaître comme ça ?
– Je ne sais pas. Il a dû lui arriver quelque chose.
Ils partirent et arrivèrent à l’abri.
Chauve-souris dit à l’homme : – C’est ici que nous sommes venus hier avec feu mon beau-frère.
Puis il lui dit aussi : – Allons d’abord pêcher, nous irons le chercher après.
Chauve-souris l’envoya pêcher en amont, tandis que lui alla pêcher en aval.
Chauve-souris prit beaucoup de poissons.
L’homme, lui, n’attrapa que quelques petits poissons.
Quand chauve-souris revînt à son abri, il l’appela : – Beau-frère, reviens !
Et il revînt auprès de lui.
Chauve-souris lui demanda : – As-tu pris du poisson, beau-frère ?
– Non. Juste quelques petits.
– Moi, j’en ai attrapé beaucoup. Fais les cuire pour nous.
– Comment as-tu pu prendre tout ça ? Moi, je ne n’ai vraiment rien attrapé !
Alors l’homme alla les dépecer.
Puis Chauve-souris lui dit : – Prends cette termitière pour allumer le feu.
Alors l’homme essaya de l’allumer, mais n’y parvînt pas.
L’homme dit à son beau-frère : – Le feu ne prend vraiment pas.
– Tu n’as qu’à bien souffler dessus.
Tranquillement, il lui tourna le dos pour souffler sur le feu.
Chauve-souris l’embrocha.
Il lui cria : – Aïe ! Beau-frère ! Attention à toi !
Il le perfora complètement en lui transperçant le coeur.
L’arme de Chauve-souris était un genre de bambou dont la base avait été effilée.
Avec ça, il avait tué à nouveau.
Il dévora ensuite le corps de son beau-frère.
Il y passa encore toute une nuit.
Il pensa : « Il en reste encore deux. Je vais tous les manger.
Ils ne savent pas que j’ai mangé les deux autres. »
Il retourna chez lui pour faire appeler un autre de ses beaux-frères.
Quand il entra chez lui, il dit à sa femme : – Mon beau-frère est-il venu ?
– Quoi ?
– Je te demande si mon beau-frère est venu.
– Mais qu’as-tu fait à mes frères pour les faire disparaître comme ça ?
Si mon beau-frère est parti avec toi, ce n’est pas pour venir ici.
– C’est très grave ! Qu’a-t-il pu leur arriver ?
Mais il n’arrivait plus à parler correctement.
« Umm umm umm » faisait-il en parlant.
Elle se demanda : « Pourquoi ne parle-t-il plus normalement ?
C’est peut-être lui qui les a dévorés !
Qu’a-t-il pu leur arriver ? »
Alors elle lui dit : – Qu’est-ce que tu as fait à mes pauvres frères pour qu’ils disparaissent tous les deux ?
– Mais je ne sais pas ce qui a pu leur arriver !
Nous marchions une nouvelle fois en forêt.
Comme il se faisait tard, je suis revenu sur mes pas en pensant qu’il devait être revenu à l’abri.
Je suis revenu à l’abri, mais il n’y avait personne.
Je l’ai attendu, et la nuit finit par tomber.
Je l’ai appelé pendant un long moment.
Mais personne ne m’a répondu.
Alors je suis revenu en croyant qu’il était rentré.
Elle lui dit : – Personne n’est venu.
Et ils ne vont pas revenir s’ils ont disparu.
Alors il lui dit : – Quel malheur ! Je viens alors te demander d’aller chercher un autre de mes beaux-frères pour que nous allions les chercher.
Alors elle alla appeler un autre frère.
Celui-là était intelligent.
Il devait être chamane.
Il savait tout ce qui était arrivé à ses frères.
Elle arriva auprès de lui.
Il la salua. – C’est toi, soeur ?
– Oui.
– Où vas-tu ?
Je ne vais nulle part. Ton beau-frère m’envoie pour te demander d’aller chercher nos frères.
– Qu’a-t-il fait de feu nos frères ?
– Il les a fait disparaître tous les deux !
Son frère lui répondit : – C’est vrai. Qu’a-t-il pu faire de feu nos frères ?
– Il les a massacré tous les deux !
On ne peut pas disparaître comme ça.
– Bon. Dis-lui que je ne peux pas partir comme ça.
Je n’ai pas de coca.
– Maintenant je vais mâcher ma coca.
Qu’il prépare de la coca.
Et qu’il roule un cigare.
Il préparera aussi du tabac à priser pour ressentir chamaniquement le monde.
Je ferai la même chose pour moi.
Demain après-midi, j’irai le voir.
Et après-demain, nous irons chercher mes frères.
Alors elle rentra chez elle.
Chauve-souris lui dit : – Ça y est ? Es-tu allée là-bas ?
– Oui.
– Qu’est-ce qu’il t’a dit ?
– Mon frère m’a dit ceci : ‘tu salueras mon beau-frère. Et tu lui diras que je ne vais pas y aller maintenant, [car] je n’ai pas de coca.
Nous nous verrons demain. Comme ça, nous mâcherons notre coca.
Qu’il prépare de la coca et du tabac en poudre.
Ensuite il les traitera chamaniquement.
Puis il roulera un cigare.
Je ferai la même chose de mon côté pour ressentir chamaniquement le monde.
Demain après-midi, j’irai là-bas’ m’a-t-il dit de te dire.
– Bien.
Le lendemain Chauve-souris prépara sa coca. Pendant ce temps, son beau-frère faisait de même.
Après cela, il prépara du tabac en poudre, pendant que son beau-frère en préparait également.
Et ils se roulèrent chacun en même temps leurs propres cigares.
L’après-midi, l’homme alla le voir.
– Te voilà, beau-frère.
– Oui.
Et Chauve-souris le salua également.
– C’est toi, beau-frère ?
– Oui, c’est moi. Je suis venu car tu m’as fait appelé pour que nous allions chercher les corps de mes frères.
Qu’as-tu fait à mes frères pour les faire disparaître tous les deux ? Qu’as-tu bien pu leur faire ?
Un homme ne disparaît pas comme ça.
Qu’est-ce qu’on lui a fait pour qu’il disparaisse ?
– C’est vrai. Mais je ne sais pas ce qui leur est arrivé pour disparaître comme ça alors qu’ils étaient en pleine forme.
C’est pourquoi je t’ai fait appelé afin que nous allions les chercher.
– Bien. Nous irons demain.
– Cette nuit, nous ferons un traitement du monde pour voir ce qui a pu leur arriver.
L’homme était très intelligent comparé à Chauve-Souris.
Il était content car il avait réussi à convaincre cet ancêtre Chauve-Souris.
Et la nuit tomba.
Alors ils parlèrent de différentes choses, de mythe et de chamanisme.
Quand arriva minuit, l’homme dit à l’ancêtre Chauve-souris : – Beau-frère, il est temps pour nous de traiter chamaniquement le monde.
– Bien, dit Chauve-Souris.
L’homme lui dit alors : – Où est le cigare que tu as roulé ?
– Il est là.
– Fais voir.
Et il le tendit à son beau-frère.
L’homme dit ensuite à Chauve-souris : – Voici le miens.
Maintenant, tu vas traiter le monde en premier pour voir jusqu’où va ton pouvoir.
Ensuite ce sera mon tour.
– Bien, lui répondit-il.
L’homme dit alors : – Maintenant allume ton cigare.
La chauve-souris alluma son cigare pendant que l’homme alluma le sien.
Puis ils sortirent.
L’homme dit ensuite à son beau-frère : – Maintenant, beau-frère. Aspire bien tout ton cigare jusqu’au lien qui l’enserre à la base.
Chauve-souris aspira la fumée du cigare, mais il n’eut pas assez de force pour inhaler suffisamment.
Il le consuma juste un peu.
L’homme lui dit :
– Maintenant souffle la fumée bien haut dans le ciel.
Et il souffla la fumée vers le ciel.
Mais cela n’eut aucun effet sur le monde.
La fumée n’alla pas très loin et disparut.
L’homme dit alors à son cousin :
– Beau-frère, comment se fait-il que tu n’arrives à rien faire ?
L’homme aspira le cigare de Chauve-souris et le consuma entièrement.
Il ne restait qu’un tout petit mégot.
Puis il souffla une énorme fumée vers le ciel.
Quand elle arriva dans le ciel, elle se répartit et le couvrit.
– Et voilà ! C’est comme ça quand on est un homme en ce monde, beau-frère !
Tout d’un coup, il lui faisait peur.
Chauve-souris se sentait tout petit comparé à l’homme.
Chauve-souris n’arrivait plus à parler correctement.
« Umm umm umm » grommelait-il.
L’homme se demanda : « Pourquoi ne parle-t-il plus normalement ? Il me dit : ‘umm umm umm’.
C’est probablement lui qui a mangé mes frères. »
L’homme dit alors : – Ça suffit. Allons nous coucher.
Et ils allèrent se coucher.
Il alla parler avec sa soeur.
– Soeur, pourquoi ton mari ne parle-t-il pas bien ? Il dit ‘umm umm umm’.
Demain matin quand nous nous lèverons j’irai me baigner avant toi.
Dès que je sortirai, tu prendras le balai et tu en passeras un coup dans la maloca.
Tu t’approcheras de ton mari et te placeras bien devant lui.
Dès qu’il te regardera, tu chevaucheras ton balai [tu balayeras entre tes cuisses].
Tu écarteras tes cuisses pour lui, trois fois de suite.
Il rira en faisant ‘umm umm’.
Puis tu écarteras les fesses pour lui.
‘Vas-y, rigole !’ tu lui diras.
Quand il rira, tu regarderas bien à l’intérieur de sa bouche pour voir ce qui l’empêche de rire normalement.
– Bien, dit-elle.
Ensuite tu iras me rejoindre pour m’informer.
Puis ils allèrent se coucher.
Le lendemain matin, son frère alla se baigner.
Elle prit son balai et balaya dans la maloca.
Elle finit par s’approcher de son mari, juste devant lui.
Elle chevaucha son balai pour balayer devant lui.
Elle écarta les cuisses.
Quand il la vit chevaucher ainsi son balai il se mit à rire ‘umm umm umm’.
Et elle écarta les fesses face à lui.
– Tiens ! Vas-y rigole ! lui dit-elle.
Chauve-souris s’esclaffa de plus belle : « Ha ha ha ! »
Elle vit alors qu’il avait plein de cheveux dans la bouche.
Elle termina vite de balayer et d’emporter les détritus.
Puis elle alla rejoindre son frère.
– Petit frère ! C’est sûrement lui qui a mangé nos frères.
J’ai vu qu’il avait encore beaucoup de leurs cheveux dans la bouche.
C’est pour ça qu’il n’arrive plus à bien parler.
– Bien. Je le savais.
Elle se baigna, puis alla s’asseoir au pied de la platine à cassave pour préparer une galette.
Quand elle eut terminé, elle dit à son mari : – La cassave que j’ai préparée pour toi est prête.
Chauve-souris dit à son beau-frère : – Maintenant nous allons y aller, beau-frère.
Ils se préparèrent.
Je ne sais pas comment, mais sa soeur avait eu une idée.
Elle prit du roucou, et dit à son frère : – Petit frère, viens que je te donne du roucou contre les aoûtats.
Elle lui en mit partout sur le corps.
Puis ils partirent et arrivèrent à l’abri de Chauve-Souris.
Ce dernier dit à l’homme : – Voici mon abri. C’est à partir d’ici que feu mes beaux-frères ont disparus.
L’homme vit leurs deux hamacs restés suspendus sous l’abri.
Chauve-souris lui dit : – Beau-frère, maintenant nous allons pêcher.
Après, nous irons chercher feu mes beaux-frères.
– Bien, dit l’homme.
Puis il lui ajouta : – Beau-frère, tu pêcheras en amont. Moi, j’irai en aval.
– Non, dit l’homme. C’est toi qui pêcheras en amont. Moi, j’irai en aval.
– Pas question, dit Chauve-Souris. C’est moi qui irai en aval.
– Non. J’ai dit que c’est toi qui iras en amont. Moi, j’irai en aval.
Finalement, l’homme alla pêcher en aval, et il prit beaucoup de poissons.
Quant à Chauve-souris, il n’attrapa pas de poisson.
Puis l’homme revînt sur ses pas, car il avait suffisamment de poissons.
Il appela Chauve-souris : – Beau-frère, reviens.
Alors il arriva.
Il lui demanda : – As-tu pris des poissons ?
– Non. Vraiment rien.
L’homme lui dit : – Moi, j’ai pris beaucoup de poissons pour nous.
L’homme sortit son poisson.
Chauve-souris lui dit : – Qu’as-tu attrapé ?
– Des poissons omima.
Puis l’homme sortit un autre poisson : un piranha de chauve-souris.
Alors Chauve-souris lui demanda encore : – Beau-frère, quel [autre] poisson as tu attrapé ?
– Rien. Juste un piranha de chauve-souris.
Chauve-souris était soudain bouleversé.
Il pensait : « Ce n’est pas un poisson ce qu’il appelle ‘poisson de chauve-souris’ !
Il n’y a que moi comme chauve-souris ! Ce devait être mon esprit !
Cet homme a anéanti mon esprit ! »
Il avait raison.
L’homme avait tué son esprit.
Chauve-souris lui dit alors : – Beau-frère, fais-moi voir ce “piranha de chauve-souris” dont tu parles.
L’homme lui montra. – Le voilà.
– Moi, je n’ai jamais vu ce poisson appelé “piranha de chauve-souris”
Il n’y a pas de poisson de chauve-souris. Je suis la seule chauve-souris.
– C’est pourtant bien un poisson. Et il s’appelle comme ça.
Tu n’es pas le seul à t’appeler ainsi.
Il lui mentait pour éviter qu’il ne se rende compte qu’il lui avait vraiment pris son esprit.
L’homme lui dit aussi : – Beau-frère, fais cuire le poisson pour nous. Qu’on mange. Ensuite nous irons chercher feu mes frères.
Ils vidèrent et dépecèrent les poissons.
Chauve-souris lui dit alors : – Beau-frère, fais un feu avec ça.
Il lui demandait d’utiliser la termitière du démon.
L’homme répliqua : – Je ne peux pas faire un feu avec ça.
Cela ne peut pas s’allumer.
– Tes frères l’ont bien utilisé pour cuire les poissons.
L’homme lui dit alors : – Tu n’as qu’à souffler toi.
Il alla chercher des branches bien sèches.
Puis il les utilisa pour allumer le feu.
Chauve-souris voulait le tuer pendant qu’il était assis tranquillement.
Chauve-souris alla derrière lui.
Mais l’homme alla s’asseoir de l’autre côté du feu.
Alors Chauve-souris fit le tour pour aller à nouveau derrière lui.
Mais comme l’homme se méfiait, il changea encore de côté pour se protéger.
Enfin il termina de faire cuire les poissons et les descendit du feu.
Il servit et dit à Chauve-souris : – Beau-frère, maintenant mangeons.
Chauve-souris pensa : « Quel dommage que je ne l’ai pas tué. Comment faire ? »
Pendant qu’ils mangèrent, Chauve-souris ne le quittait pas des yeux.
Il attendait la moindre occasion pour le tuer.
Il mangea tellement vite qu’une arrête lui resta coincée dans la gorge.
Il toussa : « Hum hum ».
Il cracha. Cela lui faisait mal.
– Beau-frère, je me suis coincé une arrête dans la gorge. Ça me fait très mal.
– Pourquoi manges-tu aussi bêtement la nourriture que je t’ai apportée ? C’est ta faute si tu as avalé une arrête.
– J’ai trop mal !
– Attends. Laisse-moi terminer de manger. Je regarderai ta gorge après.
Quand l’homme eut terminé de manger, il pensa : « Maintenant, je vais le punir ! »
– Beau-frère, maintenant viens, que je regarde ta gorge.
Chauve-souris avait très mal.
Il ouvrit sa bouche à l’homme.
Il vit qu’il avait plein de cheveux humains dans la bouche.
Il lui saisit l’arrête qui le gênait et lui jeta au fond de la gorge.
Chauve-souris toussa de plus belle : « Hum hum hum ».
– Aïe ! Aïe ! criait-il. Beau-frère, ça fait trop mal !
L’homme lui dit : – Je ne peux rien faire pour toi.
Maintenant l’arrête est trop bien coincée, et trop profondément.
Je ne peux pas la retirer de ta gorge.
N’aurais-tu pas de la famille à qui tu pourrais demander de te soigner.
– Si, j’ai de la famille, je vais aller leur demander.
Chauve-souris alla voir sa famille, et l’homme le suivit de loin à la trace.
Il aperçut Chauve-souris entrer dans une maloca.
La maison des chauves-souris était un vieux palmier chambira.
Il le vit rentrer à l’intérieur.
Puis il rentra.
Sa soeur venait en chemin au devant de lui.
Elle avait suivi leurs traces.
Il l’entendit dire à ses enfants : « Dépêchons-nous. Votre père doit déjà manger les tripes de votre oncle. J’ai vu qu’elles étaient bien grasses. »
Il arriva devant elle, et lui dit : – Soeur, où vas-tu ?
– Nous suivions vos traces.
– Soeur, que disais-tu à tes enfants ? Répète, que j’entende.
– Rien. Je ne leur disais rien d’important.
– Mais qu’est-ce que tu leur disais ?
– Dépêchez-vous ! Qu’on puisse manger du poisson avec eux.
Il lui dit : – Tu leur disais autre chose, c’était quoi ?
– Non rien.
– Je t’ai entendu ... C’était quoi déjà ? ‘Dépêchons-nous. Votre père doit déjà manger les tripes de votre oncle.’
Quelle ignominie ! Tu supporterais sans doute de manger nos frères avec ton mari !
Tu vas voir !
Il l’assomma. Il la tua elle et ses enfants.
Il poursuivit son chemin et rentra chez lui.
Ses frères lui dirent : – Ça y est ? Comment ça s’est passé là-bas ?
As-tu retrouvé les corps de nos frères ?
– Je ne peux pas retrouver les corps de mes frères.
C’est cette ignoble chauve-souris qui a dévoré nos frères.
– Vraiment ?
– Oui.
– Où est cette chauve-souris ?
– Elle vit encore.
– Pourquoi ne l’as-tu pas tuée ?
– J’ai vu où elle habite avec sa famille. Je suis donc venu vous chercher pour aller les tuer.
– Et notre soeur ? Où est-elle ?
– Ne m’en parlez pas ! Elle dévorait nos frères avec son mari !
Je l’ai entendue parler à ses enfants à mon propos. Ils voulaient me manger.
Alors tout à l’heure, je les ai tués.
– Tu as bien fait. Quelle ignominie ! lui dirent-ils.
Alors il fit venir d’autres personnes.
Et ils se réunirent en nombre.
– Mes frères. Nous allons tuer les chauves-souris !
Ce sont elles qui ont massacré nos frères !
Ils vont peut-être faire de même avec nous.
Alors nous devons en terminer avec eux dès maintenant.
Et ils partirent tuer les chauves-souris.
Celles-ci savaient bien que les gens allaient venir les tuer.
L’un du clan des chauves-souris était petit.
C’était une chauve-souris printanière, naine. Il s’appelait Lapichumi.
Il était leur soigneur.
[Lors de son incantation] il eut la sensation que quelque chose de grave se passait.
Il avait une soeur qui s’appelait Níkoko.
– Petite soeur Níkoko, j’ai ressenti un très mauvais signe.
J’ai ressenti que des gens venaient nous trouver.
Je vais aller voir s’ils arrivent.
Lapichumi partit, et vit que des gens arrivaient en nombre.
L’homme dit : – Maintenant, les chauves-souris nous ont vus.
Alors Lapichumi rentra.
Il les vit qui dormaient paisiblement.
Il leur dit : – Mes frères, qu’avez-vous à dormir aussi tranquillement ?
J’ai vu une foule de gens qui arrivent vers nous.
Les autres dirent à Lapichumi : – Vraiment ?
– Oui.
– Où sont-ils ?
– Ils viennent des bords de la rivière Meneyá.
Le chef leur dit alors : – C’est peut-être vrai ce que le nain nous dit.
Allez voir.
Alors les chauves-souris allèrent voir.
Elles volèrent haut et très bruyamment.
Les gens dirent : – Les chauves-souris arrivent.
Alors ils se baissèrent pour se cacher.
Et les chauves-souris passèrent sans les voir.
Puis elles revinrent à leur maison.
Les autres leur demandèrent : – Avez-vous vu des gens ?
– Non. Nous avons été loin, mais nous n’avons vu personne. Alors nous sommes revenus.
– Où sont-ils les gens dont le nain nous a parlés ?
– Il se fiche de nous !
Ces gens ne sont nulle part !
Alors ils se tranquillisèrent.
Lapichumi pensa : « Comment peuvent-ils être aussi insouciants ? »
Il dit à sa soeur : – Je suis sûr que ces gens vont bientôt nous encercler.
– Prépare-toi pendant que je retourne voir.
Il repartit et vit que les gens étaient en train de les encercler.
Alors il revînt.
Il leur dit à nouveau : – Secouez-vous ! Les gens viennent nous tuer !
On lui dit alors : – Tu racontes n’importe quoi.
J’ai été loin. Je n’ai pas vu la foule dont tu parles.
– D’accord. Puisque vous dites que je mens.
Il dit alors à sa soeur : – Fuyons ! Ces gens pourraient nous tuer.
Ils s’enfuirent.
Et ils allèrent se cacher loin, sous la terre, dans le trou d’une racine d’arbre chambira.
Plus tard, les autres dirent :
– Où est le nain ?
– Il a filé avant que les gens ne le tuent.
Le chef dit alors : – C’est peut-être vrai qu’il a vu une foule de gens venir vers nous.
Ils allèrent voir, et virent que tous ces gens étaient en train de les encercler.
Ils dirent : – Quel malheur ! Des gens nous encerclent !
Ils vont nous tuer !
Les hommes étaient en train d’entasser du bois tout autour de leur maison.
Ils y mirent le feu.
Leur demeure s’embrasa.
Elle s’enflamma complètement.
Et elle s’effondra.
Les hommes étaient contents.
Les chauves-souris criaient « jowé jowé jowé ».
Puis les hommes revinrent chez eux.
Trois jours plus tard, la petite chauve-souris sortit.
Elle vit que leur maison avait entièrement brûlée.
Il dit à sa soeur : – Quel malheur que ces gens aient exterminé notre famille.
Nous n’y pouvons rien.
Nous n’avons plus personne avec qui vivre.
Allons vivre ailleurs.
Ils empruntèrent un chemin.
Et ils arrivèrent sur un terrain en friche des gens.
Ils virent qu’il y avait du raisin d’Amazonie bien mûr.
Il dit à sa soeur Níkoko : « Voici le terrain en friche de nos parents. »
Quelqu’un arriva pour prendre de la coca.
– Meke kajrú wani wachi’na michuna kajmuremi aphichako.
Je vais en prendre pour nous.
Il vit de nombreux oiseaux picoter les raisins.
– Petite soeur Níkoko, tous ces oiseaux sont en train de becqueter nos raisins !
Quand notre famille était en vie, c’était eux qui semaient les raisins que ces oiseaux sont en train de picorer.
Il lui donna une grappe de raisins et dit : – Regarde si certains raisins sont bons.
L’homme les interpella.
– Qui est-ce qui parle là-bas ?
Il dit à sa soeur : « Cache-toi, cache-toi ! »
Puis il répondit à l’homme : – Moi-même.
– Qui êtes-vous ?
– C’est moi. Ne savez-vous pas que des gens ont brûlé notre famille ?
L’homme était au courant, et lui dit : – Ce serait donc vos parents qui ce sont fait décimés ? Je ne sais pas qui a pu les tuer.
Avec qui parliez-vous ?
– Je parlais tout seul.
– Que disiez-vous ?
– Comment tous ces oiseaux peuvent-ils jouer avec le raisin de ma regrettée famille ?
C’est grâce à notre famille qui a semé ce raisin que ces oiseaux peuvent les picorer.
– Vraiment ?
– Oui, dit-il.
– Ce n’est pas ça que je vous ai entendu dire.
A qui disiez-vous : ‘Petite soeur Nikoko’ ?
– C’est vrai, je parlais avec ma folle de soeur.
– Où est-elle ?
– Petite soeur Níkoko. Viens.
Et elle sortit.
– La voilà ma folle de soeur. Elle n’est pas normale.
– Bon d’accord. Jeune fille Níkoko.
Elle était vraiment folle. C’est elle qui fut à l’origine de la folie des femmes.
L’homme leur demanda : – Monsieur, qu’allez-vous devenir maintenant ?
– Aucune idée.
– Où pensiez-vous aller ?
– Si vous voulez vivre avec moi, vous n’avez qu’à me suivre. Je suis quelqu’un d’humain moi aussi.
Puisque des gens ont tué votre famille, et que vous n’avez plus personne avec qui vivre, je vous propose de venir habiter avec moi.
Quand vous en aurez assez, vous pourrez toujours aller où vous voudrez.
Telle est ma proposition.
– Bien, dit la petite chauve-souris.
L’homme l’avait convaincu.
Puis il dit : – Allons-y.
Lapichumi lui dit alors :
– Partez devant, nous arrivons tout de suite.
Níkoko dit à son frère : – Je pars avec lui.
– Nous le suivrons ensemble après.
Mais elle ne l’écouta pas.
Elle abandonna son frère et partit avec l’homme.
Quand l’homme arriva à la maloca, elle rentra tout de suite avec lui au milieu de la maloca.
L’homme avait une femme, qui lui demanda : – Qui est cette fille que tu ramènes ?
– J’en sais rien.
J’ai rencontré je ne sais quels gens dans le terrain en friche.
Ils étaient en train de manger des raisins.
Je leur ai demandé qui ils étaient.
‘C’est nous’ m’ont-ils répondus.
Je les ai interrogés. ‘Qui ça vous ?’
Et son frère me répondit : ‘Ne savez-vous pas que des gens ont brûlé notre famille ?’
J’ai compris qui ils étaient, alors je leur ai dit : ‘Avec qui allez-vous habiter maintenant ?’
‘Aucune idée’ me dirent-ils.
Alors je leur ai dit : ‘Moi aussi je suis humain. Si vous voulez, vous n’avez qu’à venir vous installer avec moi.
Quand vous en aurez assez, vous n’aurez qu’à aller où vous voudrez.’
Et ils m’ont écouté.
Alors je les ai fait venir ici.
C’est alors que le frère de Níkoko entra à l’entrée de la maloca.
Il regarda à l’intérieur et vit sa folle de soeur au beau milieu de la maloca.
L’homme l’interpella : – Monsieur, vous voilà arrivé ?
– Oui.
– Accrochez votre hamac ici.
Mais il voulut rester où il était.
Il lui dit : – Non monsieur, je vais accrocher mon hamac ici à l’entrée.
Et le temps passa.
Lapichumi se demandait : « Comment vais-je faire pour parler à ma soeur ? »
Il ne pouvait pas lui parler. Elle restait toujours avec la femme au milieu de la maloca.
L’homme avait un bébé bien grassouillet.
La femme dit à Níkoko : – Occupe-toi de ce petit pendant que je prépare notre nourriture.
– Bien, dit-elle.
Alors elle s’occupa du bébé.
Mais elle voulait le tuer.
Son frère le savait.
Il pensa : « C’est terrible ! Comment pourrais-je faire pour parler à ma soeur ? »
En fin d’après-midi, il chanta pour qu’elle le regarde.
« E anapirayu, nupiraya, kaayowa … » lui chantait-il.
Mais elle répondit en changeant ses paroles : « E kapikaya kapikaya … »
– La garce ! Pas moyen qu’elle m’écoute !
Dans son chant, il lui disait :
« Ma soeur, reste tranquille. N’embête pas ces gens. Tu es une fille. Ces gens pourraient te nuire.
Moi, je suis un homme. Je sais comment nous allons pouvoir venger notre famille. »
Mais elle lui répondit : « Je ne sais pas, grand frère. A moi de voir ce que je vais leur faire. Même si je suis une fille, je veux vite venger notre famille. »
Après cela, il se tut.
L’homme lui dit alors :
– Monsieur. C’est quoi ce que vous chantez ? C’est très joli.
– Ce n’est rien, monsieur. C’est juste une danse.
– Il est vraiment très joli votre chant ! Monsieur.
– Oui.
– Est-ce qu’on peut le danser ?
– Oui, cela se danse.
– Pourriez-vous le danser pour que nous le dansions également ?
– Oui, monsieur.
Dans quels bals est-ce qu’on le danse ?
Pas besoin de grande cérémonie. Juste un bal de poissons. Quand on a beaucoup de poisson à manger, on le danse.
– Bien. Je veux voir ça.
– D’accord, puisque vous voulez le voir. Il y a une rivière près d’ici pour pêcher à la nivrée. Quand nous aurons ramené du poisson nous danserons pour ce bal.
L’homme dit alors à sa femme : – Tu vas rapporter du manioc pendant deux jours pour que nous allions pêcher à la nivrée. Ainsi nous aurons ce qu’il faut pour danser ce qu’il vient de chanter pour sa soeur.
– Bien, dit-elle.
Alors la femme alla chercher du manioc deux jours de suite.
Quand elle eut fini, elle dit : – Ça y est, j’ai terminé d’apporter du manioc.
– Bien.
L’homme dit alors à la petite chauve-souris : – Demain, nous irons pêcher à la nivrée pour ce bal.
– D’accord.
– Allons déterrer des racines de barbasco.
Demain matin, nous irons pêcher à la nivrée.
– Bien.
Ils allèrent déterrer des racines de barbasco.
Et le lendemain, ils partirent pêcher à la nivrée.
L’homme dit à sa femme : – Attends-nous pour midi. Nous serons de retour.
Et ils partirent.
La femme dit alors à Níkoko : « Fais dormir le bébé. Je retourne chercher du manioc. Nous n’en aurons peut-être pas assez. »
A peine fut-elle parti que Níkoko tua le bébé.
Elle fit un trou [avec l’une de ses griffes] au sommet de son crâne.
Puis elle aspira la moelle de son cerveau.
L’enfant succomba.
Plus tard, la mère revînt et dit à Níkoko : – Le bébé dort-il ?
– Oui, dit-elle.
La mère alla ensuite laver le manioc à la berge.
A son retour, elle lui demanda : – Le bébé s’est-il réveillé ?
– Pas encore.
– Il en met du temps à dormir !
Passe-le moi, je vais le faire téter.
Alors Níkoko lui remit le bébé.
Quand elle l’eut dans les bras, elle vit que l’enfant était tout dur.
Elle pensa : « C’est terrible ! Elle a tué le bébé ! Comment a-t-elle pu le tuer ? »
En regardant bien son corps, elle vit de la moelle dégouliner du trou au sommet de son crâne.
Elle n’en parla pas.
Elle dit à Níkoko : – Mets du bois sous la platine, pour préparer une galette en attendant qu’ils arrivent.
Ils ne vont plus tarder à arriver.
Alors Níkoko mit du bois sous la platine, beaucoup de bois.
Cela fit beaucoup de braises.
Elle lui dit ensuite : – Disperse ces braises [pour réduire la chaleur].
Quand Níkoko eut dispersé les braises, la femme l’attrapa et la mit sous la platine.
Elle l’enfonça bien sous la platine et la brûla.
Níkoko devait avoir un pouvoir surnaturel. Alors l’un de ses yeux bondit hors de la platine. The’e.
Et il fila tout droit jusqu’à son frère.
L’oeil arriva juste devant lui et cria : – Aïe ! Grand frère ! Elle m’a brûlée !
Alors il lui dit : – Je ne peux rien faire pour toi.
Je t’avais prévenu depuis un bon moment.
‘Tiens-toi tranquille avec ces gens.
Ne leur crée pas de soucis !’
Regarde ce qui t’arrive maintenant malgré ce que je t’avais dit.
Je n’y peux rien. Ils t’ont tuée par ce que tu es une fille.
Mais avec moi qui suis un mâle, ils ne diront jamais : ‘Nous l’avons tué lui aussi’.
L’homme l’entendit parler.
Il lui demanda : – Avec qui parlez-vous ?
– Je parlais tout seul.
Mais l’homme n’avait pas bien pu entendre ce qu’il disait.
Alors Lapichumi lui mentit.
– Qu’est-ce que vous disiez ?
– Je disais que je viens de voir beaucoup de poissons. C’est le moment de pêcher à la nivrée.
Nous avons pris et mangé des poissons, mais il y en a encore beaucoup en vie.
Il serait bon d’aller prendre [encore] du barbasco pour retourner pêcher à la nivrée. Nous ferions venir les femmes pour transporter et manger le poisson avec nous. Voilà ce que je disais.
– D’accord.
Lapichumi lui dit ensuite : – Rentrons et ramenons le poisson que nous avons pris.
Et ils rentrèrent.
Lapichumi emporta son poisson enveloppé dans des feuilles.
Dès qu’ils arrivèrent à la maloca, il s’approcha de la platine.
Il scruta sous la platine et trouva de nombreux ossements de sa soeur.
Alors il recueillit le squelette.
La femme termina de cuire le poisson.
Lapichumi mangea le poisson qu’il avait grillé.
Quand il eut terminé, il mâcha sa coca.
Puis l’homme l’appela : – Monsieur, venez manger.
– Mangez, vous. J’ai déjà mangé ce que j’avais grillé.
– Bon.
Quand il eut fini, Lapichumi lui dit : – Monsieur, retournons tout de suite déterrer du barbasco. Pas la peine de s’attarder.
– Bien.
– Dis à ta femme qu’elle nous prépare une galette de cassave.
Ils allèrent déterrer des racines de barbasco.
Ils revinrent et dirent : « Maintenant nous pourrons y retourner ! »
Ils ne s’étaient toujours pas informés.
La femme dit à son mari : – Níkoko a tué notre bébé.
Alors je l’ai brûlée sous la platine.
L’homme dit à sa femme : – Nous n’y pouvons rien.
Elle a tué l’enfant, et toi tu l’as tuée pour qu’elle lui tienne compagnie [dans l’autre monde].
Lapichumi ne posa aucune question sur sa soeur.
Il n’avait pas besoin de demander : « Où est ma soeur ? »
Il savait bien que la femme l’avait tuée, et qu’ils étaient complices.
Avant qu’ils ne repartent, Lapichumi dit à la femme : – Madame, emmenez de la pâte d’amidon de manioc.
Pour nous, pour trois adultes, vous apporterez trois boules de pâte d’amidon.
Et pour votre enfant, vous en apporterez une petite.
Ils partirent et arrivèrent sur leur lieu de pêche.
L’après-midi, Lapichumi dit à l’homme : – Je vais essayer de trouver du poisson.
Quand j’en verrai en quantité, je viendrai vous chercher pour que nous allions le pêcher à la nivrée. Comme ça, tu pourras en rapporter cette nuit.
Demain, nous aurons de quoi manger.
Et l’après-midi, nous pourrons passer à autre chose.
Le temps sera venu pour nous de danser, leur dit-il.
Il descendit en aval en longeant le bord de la rivière.
Il trouva une très bonne terre sablonneuse.
A l’intérieur, il sema les ossements de sa soeur qui devinrent des roseaux à flûtes appelés kewirí.
Il y eut alors beaucoup de roseaux à flûtes sur les rives.
Les restes d’ossements, il les éparpilla à l’endroit de l’abri de forêt.
Et ils se transformèrent en pointes de bois effilées.
Il secoua les feuilles de roseau kewirí dans la rivière, et elles se transformèrent en simulacres de poissons wanapana.
Le roseau kewirí [qu’il avait obtenu] s’appelle os de chauve-souris.
Il en coupa un peu et souffla dans l’un des tubes de roseau.
Il sonna. Tse tse.
Il dit alors : « Bien ! »
Il revînt auprès de l’homme.
– Ça y est, monsieur ? Avez-vous vu des poissons ?
– Oui, j’en ai vu beaucoup.
– Qu’avez-vous vu comme poissons ?
– Rien. Juste des wanapana.
– Il n’y a pas de ces poissons par ici, les wanapana dont vous parlez.
– Comment pourrait-il ne pas y en avoir ?
Il y en a dans toutes les petites rivières.
– Comment allons-nous faire ? Il va bientôt faire nuit.
– Il va faire nuit [donc] nous pêcherons à la nivrée demain.
Si nous retrouvons ces poissons, nous les attraperons tous.
La nuit tomba.
L’homme dit à la petite chauve-souris : – Comment se fait-il que nous passions la nuit là, comme ça sans rien ?
Nous n’avons même pas fait d’abri.
La pluie pourrait nous tomber dessus.
– Il ne va pas pleuvoir. Le ciel est dégagé.
C’est par temps pluvieux que l’on se bâtit un abri.
Ils dormirent comme ça.
A minuit, Lapichumi appela la pluie.
Alors il tomba des trombes.
Ils avaient très froid, et tremblaient beaucoup.
L’homme dit à la petite chauve-souris : – Monsieur, j’ai vraiment trop froid !
Lapichumi demanda à la femme : – Madame, avez-vous apporté l’amidon que je vous avais demandé.
– Oui.
– Donnez-moi une boule.
Elle lui donna.
Il se la colla juste devant le coeur.
Cela le réchauffa.
Il leur dit : – Maintenant, plaquez-vous vos boules d’amidon devant le coeur.
C’est très bon.
Regardez. Je m’en suis plaquée une devant le coeur.
Cela me réchauffe et me retire un peu du froid qui est en moi.
Ils prirent tout l’amidon qu’ils avaient, et se le plaquèrent devant le coeur.
Cela les réchauffa un peu.
Et il pleuvait toujours autant.
Lapichumi prit un roseau kewirí et souffla dedans : Se se.
L’homme lui demanda : – Dans quoi soufflez-vous ? Cela sonne joliment.
– Ce n’est rien. Je souffle juste dans une flûte kewirí.
– Quel joli son !
– En voici d’autres que j’ai apportées pour vous.
Soufflons dedans et la pluie va peut-être passer.
– Bien, dirent-ils.
Ils soufflèrent alors tous ensemble au même rythme. The the the the.
Lapichumi leur souffla dessus avec de la poudre de nuit.
Cela les transforma en tinamous cendrés.
La poudre de nuit leur avait été projetée dessus au travers de la flûte.
« Vous voyez maintenant ! Vous avez tué ma famille et ma soeur. Alors avec son os, elle vous emporte avec elle.
Ainsi, avec cette flûte, on jouera de la musique le soir.
Puis il prit sa forme de chauve-souris.
Ainsi naquirent les chauves-souris en ce monde.
S’il n’avait pas existé, il n’y aurait pas de chauve-souris aujourd’hui.
Fin de l’histoire.
S1 stop
Pijirí chi’narikana i’michari eja’wá chu.

L’ancêtre de la chauve-souris vivait dans la forêt.


NOTE : Il avait encore forme humaine. Ceux qui sont appelées chauve-souris dans ce mythe constituent en fait un groupe ethnique anthropophage. Selon D. Karadimas les chauves-souris étaient autrefois associées aux Indiens miraña (Cf. Karadimas, Le Corps sauvage, Thèse, 1997).
S2 stop
E ina’uké i’micha rawa’a. Pawa’chaka ne’michaka pijirí chi’narikana wa’té.

Des gens habitaient à côté de chez lui.

S3 stop
Kaja ewaja pijirí wáicha ina’uké e’welo.

Chauve-souris finit par prendre pour femme leur sœur.

S4 stop
E júpi ne’michaka.

Ils vécurent ainsi un moment.

S5 stop
Kaja ewaja rimicha riyajalojlo : – Na wajñalaje ? 

Un jour, Chauve-souris dit à sa femme : – Qu’allons-nous manger ?

S6 stop
Aú rumicha rijló : – Unká na wajñala. Kaja júpichumi ke me’piji puratana.

Elle lui répondit : – Nous n’avons rien à manger. Cela fait longtemps que nous sommes affamés.

S7 stop
Aú rimicha riyajalojlo : – Eko muni piwáicha nupulá’ape, we’jnakaloje rijwa’té. Wajluwa ana’je Joyoyá jakú.

Il dit à sa femme : – Demain, tu iras chercher mon beau-frère pour que nous allions avec lui pêcher dans la rivière Joyoyá.


NOTE : Joyoyá (Tan.). « Rivière de la chauve-souris. »
S8 stop
E kaja muni ke ru’jicha ro’wé wá’je.

Le lendemain, elle alla appeler son frère.

S9 stop
Ruphicha nanaku.

Elle entra chez son frère et sa famille.

S10 stop
Najaki’cha ruká.

Ils la saluèrent.

S11 stop
– O’welo piká ?

– C’est toi, soeur aînée.

S12 stop
– A’a, ke rumicha.

– Oui, dit-elle.

S13 stop
– Me ño’jó pi’jicha ?

– Où vas-tu ?

S14 stop
Aú rumicha : – Chuwí, piwá’je nu’jicha pipulá’ape wakari’cha nuká piwá’je i’jnakaloje rijwa’té ana’je Joyoyá jakú.

– Chuwí, ton beau-frère m’envoie te chercher pour que tu ailles avec lui pêcher dans la rivière Joyoyá.


NOTE : Chuwí (Yuc.). « Chéri ». Terme d’adresse assez familier pour quelqu’un de plus jeune.
S15 stop
Unká wani na wajñala.

Nous n’avons vraiment rien à manger.

S16 stop
– Je, ke rimichaka. Eko nu’jná.

– Bien. Alors j’y vais.

S17 stop
E kaja ri’jicha. Iphicha ripulá’ape nakú.

Il partit, et arriva auprès de son beau-frère.

S18 stop
Rajalaki’cha riká. – Nupulá’ape piká ?

Il le salua : – Beau-frère, te voilà ?

S19 stop
– A’a, ke rimicha.

– Oui.

S20 stop
Nuká i’jichari majó. Piwá’ichaka numaná aú.

– Comme tu m’as appelé, je suis venu.

S21 stop
E ripulá’ape pijirí kemicha rijló : – Nuwá’icha pimaná we’jnakaloje wajluwá ana’je Joyoyá ja’kú.

– Je t’ai appelé pour que nous allions pêcher dans la rivière Joyoyá.

S22 stop
– Je, ke rimichaka.

– Bien.

S23 stop
E kaja ne’jicha ana’je.

Et ils allèrent pêcher.

S24 stop
Iphichaño pijirí kaphé chojé ?

Ils arrivèrent dans un abri de la chauve-souris.

S25 stop
E rimicha ripulá’apejlo :

Il dit à son beau-frère :

S26 stop
– Maare nukaphé nu’jná chojé jíña ana’je nujlúwa.

– Voici mon abri. C’est ici que je viens pêcher.

S27 stop
E pijirí kemicha ripulá’apejlo : – I’jná wani’chachi wajluwá :

Puis il lui dit : – Allons pêcher.

S28 stop
– Je, ke.

– Bien.

S29 stop
Pijirí kemicha ripulá’apejlo : – Yenojo pani’cha. Nuká i’jichari kawakajo ana’je.

Puis Chauve-souris lui dit : – Toi, tu vas pêcher en amont, et moi je vais pêcher en aval.

S30 stop
E kaja ina’uké i’jicha a’naje. Unká riñá’lacha jiña. Ñaké kajrú pijirí iji’chaka jiña.

Alors l’homme alla pêcher, mais n’attrapait rien, tandis que Chauve-souris prenait beaucoup de poissons.

S31 stop
Ina’uké iji’chaka kapajaruna jiña yani.

L’homme ne prit que quelques tout petits poissons.

S32 stop
E pijirí pi’chó rikaphé chojé, e riwá’icha ripulá’apejlo :

Quand Chauve-souris revînt à son abri, il appela son beau-frère.

S33 stop
– Nupulá’ape ! Pipa’ó majó !

– Beau-frère ! Reviens maintenant !

S34 stop
Aú ina’uké pi’chó. Riphicha rejé.

Et il revînt.

S35 stop
E pijirí kemicha rijló : – E piji’chaka jiña nupulá’ape ?

Chauve-souris lui demanda : – As-tu pris du poisson, beau-frère ?

S36 stop
– Unká, ke rimicha. Kapajaruna nuji’cha.

– Non. Quelques petits seulement.

S37 stop
E pijirí kemicha rijló : – Kaja nuji’cha kajrú jiña wajluwá, pimoto’ó neká wajluwá wajñákaloje penaje.

Chauve-souris lui dit : – Moi, j’en ai pris beaucoup pour nous. Fais les cuire, qu’on puisse en manger.

S38 stop
E kaja ina’uké i’jicha jíñana irataje.

L’homme alla vider et dépecer les poissons.

S39 stop
E pijirí kemicha rijló : – Nupulá’ape, marí e’iyowá paphotá. Ajere ke jiñá mujulate ya’ichako.

Chauve-souris lui dit : – Beau-frère, allume un feu avec la termitière du démon qui est là.


NOTE : Jiñá mujulate (Yuc.). Lit. « Termitière de démon ». Termitière noire que l’on rencontre à même la terre. Pour l’incantation de baptême d’un enfant, on réduit cette termitière en cendres. On fait absorber un peu de ces cendres à l’enfant.
S40 stop
Riká e’iyá riwakari’cha ina’uké aphotaka.

Il lui demanda de l’utiliser pour allumer le feu.

S41 stop
Mapechuru ina’uké i’michaka. Unká riwe’pilacha : « rinójika chi nuká ? »

L’homme était idiot, il ne pensait pas : « Va-t-il me tuer ? »

S42 stop
E kaja ina’uké aphochiya jiñá mujulate e’iyá.

L’homme essayait d’allumer la termitière.

S43 stop
Unká rilukuna’jlacha rijló.

Mais elle ne prenait pas.

S44 stop
Rimicha pijirijló :

Il dit à la chauve-souris.

S45 stop
– Unká wani rilukuna’jlo nojló.

– Cela ne prend pas du tout.

S46 stop
Aú pijirí kemicha rijló : – Pala papho’ka richojé rilukuna’kaloje penaje.

Tu n’as qu’à bien souffler dessus pour que ça prenne.

S47 stop
E ina’uké apho’cha richojé.

L’homme souffle dessus.

S48 stop
Manae rijlamichako.

Naïvement, il lui tournait le dos.

S49 stop
Eyá rijo’cha re’iyaje riyámojlo.

Chauve-souris le transperça par derrière.

S50 stop
– Ayá ! Nupulá’ape ! Pamá pichó, ke pijirí kemicha.

– Aïe ! Beau-frère ! Attention à toi ! dit Chauve-Souris.

S51 stop
Rijlo’cha re’iyaje mutu. Rijo’chaka re’iyaje. Pajluwa’laja rinóchaka riká.

Il l’embrocha complètement, ce qui le tua sur le coup.

S52 stop
Unká rawiyo’lacha.

L’homme ne cria même pas.

S53 stop
Kaja riwajwé lo’kopaniya rijo’chá re’iyajé. E kaja rinocha.

Il l’avait tué en lui transperçant le coeur.

S54 stop
E kaja pijirí ajicha ina’uké tami.

Puis Chauve-souris dévora le cadavre.

S55 stop
Pajluwa lapí rajichaka ritami. Piyuké rajñachiyaka riká.

En une nuit, il le mangea complètement.

S56 stop
E ripechu i’micha : « Nuwá’ichako apú re’wemi. »

Il pensa : « Maintenant je vais appeler son frère. »

S57 stop
E kaja ripi’cho. Wajapami e’iyaya riwá’icha.

Il rentra et arriva devant chez lui.

S58 stop
– E nupulá’ape iphichaka majó ?

– Mon beau-frère est-il venu ici ?

S59 stop
Iyama pe riwá’ichaka.

Il cria cela deux fois.

S60 stop
E riyajalo kemicha : – Na kele wá’ri ?

Sa soeur demanda : – Qui est-ce qui appelle comme ça ?

S61 stop
E rimicha rojló : – Nuká wá’ri.

– C’est moi.

S62 stop
– Naje piwá’a ?

– Pourquoi appelles-tu ?

S63 stop
– E chi nupulá’ape iphaka majó ? ke numaka.

– Je demande si mon beau-frère est venu ici.

S64 stop
Aú riyajalo kemicha rijló : – Pijwa’té po chuwí i’jná lalemi ! Unká me ño’jó kalé riphaka majó !

– Il est parti avec toi hier ! Il n’est pas du tout revenu !

S65 stop
E rimicha rojló : – Meke chapú waní nupulá’ape kapichañaka nuká lálemi ?

– Mais comment mon beau-frère a-t-il pu me laisser et disparaître hier ?

S66 stop
Riyajalo kemicha rijló : – Meka la’je rikapicho pimá nakú ?

– Comment cela, il a disparu ?

S67 stop
– Kapí, ke rimicha rojló.

– Je n’en sais rien.

S68 stop
Lalemi wephá wakaphé chojé.

Hier nous sommes arrivés à mon abri.

S69 stop
Numá rijló : « I’jná wani’chachi wajluwá wajñakaloje penaje. Kechami we’jnajika a’pajo. Apalá wenó kamejeri wajluwá, ke numaka rijló.

Je lui ai dit : – Allons pêcher. Ensuite nous irons chasser.

S70 stop
Numá rijló : – Ilé yenojo pitá pana’a. Nuká i’jichari kawakajo a’naje.

Vas pêcher en amont. Moi, j’irai en aval.

S71 stop
E kaja we’jná rijwa’té michu a’naje.

Et c’est ainsi que nous sommes aller pêcher.

S72 stop
E kaja kajrú nujña’ka jíñana. Aú nuwá’a rijló michú.

Comme j’ai pris beaucoup de poissons, je l’ai rappelé.

S73 stop
Aú ripa’ó, rimotó’ó jiña wajluwá.

Il revînt, puis fit cuire les poissons.

S74 stop
Riñapataka rimoto’kana. Kaja riwitúka’ta riká. E kaja rapicha.

Ensuite, il les sortit du feu et servit.

S75 stop
E kaja wajñá wajnewa lálemi.

C’est ainsi que nous avons mangé hier.

S76 stop
Wañápata kaja wajnewá ajñakana numá rijló michú : ‘Chuwa we’jnaka chira’jo wakulicha chi kamejeri wajluwa.’

Après cela, je lui ai dit : ‘Maintenant nous allons marcher pour chercher du gibier.

S77 stop
Numá rijló : ‘Maarowa pi’jná. Nuká i’jichari maarowa, ke numaka rijló michu.’

Tu iras par là. Moi, j’irai de ce côté.’

S78 stop
E ka’jná we’jná.

Nous sommes parti.

S79 stop
Kaja lainchú nuphá nukaphé chojé.

L’après-midi, je suis revenu à l’abri.

S80 stop
Kaja ewaja wajúwa’a. Unka riphala.

La nuit tomba, mais il ne revînt pas.

S81 stop
Aú nuwá’a rijló. Kajrú nuwá’ka.

Alors je l’ai appelé un bon moment.

S82 stop
Kaja ewaja unká riphala.

Mais il ne revenait toujours pas.

S83 stop
Aú lapiyami nupechu i’micha : ‘Apala rajúwa’ka. Aú ka’jná ripa’ó wañakarejo’ ke nupechu i’michaka.

Ce matin, j’ai pensé : ‘Si la nuit lui est tombé dessus, il a dû rentrer.’

S84 stop
Aú nu’jicha majó.

C’est pourquoi je suis venu.

S85 stop
Aú riyajalo kemicha :

Sa femme lui dit :

S86 stop
– Pijwa’té chuwí i’jná lálemi. Unká me ño’jó kalé riphaka majó.

– Mon petit frère est parti avec toi. Il n’avait pas à revenir ici.

S87 stop
– Meke chapú wani ! ke rimicha. Apala na ka’jná rila’ko ?

– C’est grave ! Qu’est-ce qui a pu lui arriver ?

S88 stop
Jeí ka’jná nori riká.

Peut-être qu’un serpent l’a mordu.

S89 stop
Apala a’waná ka’jná nori riká. Apala a’wana ka’jná ika’tari riwilá.

Ou alors, un arbre l’a tué en lui tombant dessus.

S90 stop
Kajrú karena noka weká lálemi.

Beaucoup de vent nous est tombé dessus hier.

S91 stop
Aú numá pijló : Piwá’icha apú nupulá’ape re’wemi we’jnakaloje nupulá’ape michú tami kulaje.

Appelle mon autre beau-frère pour que nous allions chercher son cadavre.

S92 stop
Quiñaja pi’jnaka.

Dépêche-toi.

S93 stop
E kaja ru’jicha ro’wé wá’je.

Et elle alla chercher son autre frère.

S94 stop
Ruphicha rejó. Najaláki’cha ruká.

Elle arriva là-bas, et ils la saluèrent.

S95 stop
Nemicha rojló : – Meke o’welo ? ke nemichaka.

– Ça va, soeur ?

S96 stop
– Unká me kalé. Unká paala kemachi yuku.

– Ça ne va pas du tout. J’ai une mauvaise nouvelle.

S97 stop
– Meke ?

– Laquelle ?

S98 stop
Nuyani a’rapá iphichari kemichari nojló :

Le père de mes enfants est arrivé en me disant :

S99 stop
‘Na paja ka nupulá’ape la’ko ? Kapichañári nuká lálemi.’

‘Qu’a-t-il pu arriver à mon beau-frère ? Il a disparu hier.’

S100 stop
A’pajo ne’jnaka ejó rikapicho. Unká riphalajla lálemi.

Ils sont partis chasser, et il n’est pas revenu.

S101 stop
Aú nuyani jara’pá i’jicha majó.

Le père de mes enfants est revenu seul.

S102 stop
Ripechu i’micha : ‘Apala rejó ka’jná ripa’ó lálemi.’

Il pensait : ‘Peut-être qu’il est rentré hier.’

S103 stop
Aú ri’jicha majó amaje.

C’est pourquoi il est venu voir.

S104 stop
Rimicha nojló : ‘Piwá’icha nupulá’ape we’jnakaloje rikulaje.’

Il m’a dit : ‘Appelle mon beau-frère pour que nous allions le chercher.’

S105 stop
Aú nu’jicha piwá’je majó.

Alors je suis venu te chercher.

S106 stop
Aú ina’uké kemicha rojló : – Meka la’je chi o’wé kapichañari riká ?

L’homme lui dit : – Comment mon frère a-t-il pu se perdre ?

S107 stop
Unká me ño’jó kalé ina’uké kapichaña mapeja !

On ne disparaît pas comme ça !

S108 stop
Na ka’jná rila’ko ?

Qu’a-t-il pu lui arriver ?

S109 stop
Eko nu’jnaje, ke rimicha.

Je vais y aller.

S110 stop
E kaja ri’jicha. Iphichari rinaku.

Il partit et arriva auprès de Chauve-Souris.

S111 stop
Rajalaki’cha riká.

Ce dernier le salua.

S112 stop
Aú rajipicha rijló : – Nuká i’jichari majó. Piwá’ichaka numaná aú, nu’jicha majó.

Alors il lui répondit : – Je suis venu parce que tu m’as fait appeler.

S113 stop
– Ñaké, ke rimicha. Nuwá’icha pimaná we’jnakaloje nupulá’ape michú tami kulaje.

– Bien. Je t’ai fait appeler pour que nous allions chercher le cadavre de mon beau-frère.

S114 stop
Aú ina’uké kemicha rijló : – Meke la’je chi rikapichaña piká mapeja ?

– Comment a-t-il pu disparaître comme ça ?

S115 stop
– Kapí, ke rimichaka. Apala na ka’jná rila’kó.

– Je ne sais pas. Il a dû lui arriver quelque chose.

S116 stop
E kaja ne’jicha. Iphichaño rejó rikaphé chojé.

Ils partirent et arrivèrent à l’abri.

S117 stop
Rimicha ina’ukejlo : – Maare we’jna lálemi nupulá’ape michú wa’té.

Chauve-souris dit à l’homme : – C’est ici que nous sommes venus hier avec feu mon beau-frère.

S118 stop
E pijirí kemicha ina’ukejlo : – I’jná wani’chachi wajluwá wajñákaloje, kechami we’jnajika nupúlape michu kulaje.

Puis il lui dit aussi : – Allons d’abord pêcher, nous irons le chercher après.

S119 stop
E kaja ne’jicha ana’je. Riwakari’cha yenojo ripulá’ape a’naje. Kaja pijirí i’jicha kawakajo ana’je.

Chauve-souris l’envoya pêcher en amont, tandis que lui alla pêcher en aval.

S120 stop
E ñake kaja pijirí iji’cha kajrú jíña.

Chauve-souris prit beaucoup de poissons.

S121 stop
Ina’uké unká jñá’lacha jiña. Kaapajuna ñani riji’cha.

L’homme, lui, n’attrapa que quelques petits poissons.

S122 stop
Kaja pijirí pi’cho rikaphé chojé. Riwá’icha ripulá’apejlo : – Nupulá’ape, pipa’o majó !

Quand chauve-souris revînt à son abri, il l’appela : – Beau-frère, reviens !

S123 stop
Aú ripi’chó, iphichari rinaku.

Et il revînt auprès de lui.

S124 stop
Pijirí kemicha rijló : – E piji’cha jiña, nupulá’ape ?

Chauve-souris lui demanda : – As-tu pris du poisson, beau-frère ?

S125 stop
– Unká, ke rimicha. Kaapajaruna nuji’cha.

– Non. Juste quelques petits.

S126 stop
Aú pijirí kemicha ripulá’apejlo : – Kaja nuji’cha kajrú jíñana wajluwa. Pimoto’o wajluwa neká.

– Moi, j’en ai attrapé beaucoup. Fais les cuire pour nous.

S127 stop
E ina’uké kemicha : – Meke kajrú wani piji’chaka jíñana. Eta nuká, unká wani ñá’cha ! ke ina’uké kemicha pijirijlo.

– Comment as-tu pu prendre tout ça ? Moi, je ne n’ai vraiment rien attrapé !

S128 stop
E kaja ina’uké iphicha jíñana irataje.

Alors l’homme alla les dépecer.

S129 stop
E pijirí kemicha ripulá’apejlo : – Ají e’iyá paphota kele jiña mujulate e’iyaja kaja.

Puis Chauve-souris lui dit : – Prends cette termitière pour allumer le feu.

S130 stop
Riwakari’cha raphotaka. E ina’uké aphochiya re’iyá. Unká rilukunala’cho.

Alors l’homme essaya de l’allumer, mais n’y parvînt pas.

S131 stop
Ina’uké kemicha ripulá’apejlo : – Unká wani rilukuna’jlo.

L’homme dit à son beau-frère : – Le feu ne prend vraiment pas.

S132 stop
Aú rimicha rijló : – Pala papho’ká richojé.

– Tu n’as qu’à bien souffler dessus.

S133 stop
Manaí rijlamichako jiyá chojé aphokana nakú.

Tranquillement, il lui tourna le dos pour souffler sur le feu.

S134 stop
E rijo’cha re’iyajé.

Chauve-souris l’embrocha.

S135 stop
E pijirí awijo’cha. – Ayá ! Nupúlape ! Pamá picho.

Il lui cria : – Aïe ! Beau-frère ! Attention à toi !

S136 stop
E rijo’cha re’iyajé riyamojlo riwajwé e’iyaya.

Il le perfora complètement en lui transperçant le coeur.

S137 stop
Kele pijirí letare i’michari pirijyela ji’lá awatakanami. Riká i’michari puwe’ni.

L’arme de Chauve-souris était un genre de bambou dont la base avait été effilée.


NOTE : Pirijyela (Yuc.). Genre de bambou à épines (non id.).
S138 stop
Riká aú rijo’chá ne’iyajé. E kaja rinocha riká piño.

Avec ça, il avait tué à nouveau.

S139 stop
E kaja rajicha piño ripulá’ape tami.

Il dévora ensuite le corps de son beau-frère.

S140 stop
Ñake kaja pajluwa lapí rajichaka ritami.

Il y passa encore toute une nuit.

S141 stop
Kaja ripechu i’micha piño : « E jo’o kaja iyama najlupemi piyuke nojñatajika neká.

Il pensa : « Il en reste encore deux. Je vais tous les manger.

S142 stop
Iyami cha nojñaka unká nawe’pila riká. »

Ils ne savent pas que j’ai mangé les deux autres. »

S143 stop
E kaja ripi’cho piño riñákarejo. Apú ripulá’ape wá’je piño.

Il retourna chez lui pour faire appeler un autre de ses beaux-frères.

S144 stop
E riphicha piño riñakarejo. Rimicha riyajalojlo : – E nupulá’ape iphicha majó ?

Quand il entra chez lui, il dit à sa femme : – Mon beau-frère est-il venu ?

S145 stop
– Meke ? ke rumicha.

– Quoi ?

S146 stop
– E chi nupulá’ape iphicha majó ? ke numaka pijló.

– Je te demande si mon beau-frère est venu.

S147 stop
Rumicha rijló : – Meke pane chi pila’tano nojena michuna pikapicha’ta ka’jnó.

– Mais qu’as-tu fait à mes frères pour les faire disparaître comme ça ?

S148 stop
Pijwa’té nojena i’jná. Unká me ño’jó kalé riphakaño majó.

Si mon beau-frère est parti avec toi, ce n’est pas pour venir ici.

S149 stop
Aú rimicha rojló : – Meke chapú wani ! Na ka’jná nala’ko michuna ?

– C’est très grave ! Qu’a-t-il pu leur arriver ?

S150 stop
E unká ripura’lacho pala.

Mais il n’arrivait plus à parler correctement.

S151 stop
Rejechami « umm umm umm » ke ripuri’cho.

« Umm umm umm » faisait-il en parlant.

S152 stop
Aú rupechu i’micha : « Naje chi unká ripura’lo pala ? Nujwa’té ripura’o ‘umm umm umm’ ke.

Elle se demanda : « Pourquoi ne parle-t-il plus normalement ?

S153 stop
Apala ta riká ka’jná ajñátari nojena michuna rimá nakú !

C’est peut-être lui qui les a dévorés !

S154 stop
Na paka nala’ko ? »

Qu’a-t-il pu leur arriver ? »

S155 stop
E rumicha rijló : – Meke wani chi pila’ka nojena michuna pikapichata iyami cha wani ?

Alors elle lui dit : – Qu’est-ce que tu as fait à mes pauvres frères pour qu’ils disparaissent tous les deux ?

S156 stop
– Kapi, ke rimicha rojló. Unká nuwe’pila na ka nala’ko !

– Mais je ne sais pas ce qui a pu leur arriver !

S157 stop
Apajo we’jnaka rijwa’té michú lálemi.

Nous marchions une nouvelle fois en forêt.

S158 stop
Kaja wajúwa’ka aú nupa’ó. Nupechú i’má : « E ka’jná riphichaka wakaphé chojé ? »

Comme il se faisait tard, je suis revenu sur mes pas en pensant qu’il devait être revenu à l’abri.

S159 stop
Aú nupa’ó wakaphé chojé, meñá, unká ri’malá.

Je suis revenu à l’abri, mais il n’y avait personne.

S160 stop
Aú nuwata riká. Kaja ewajá wajúwa’a.

Je l’ai attendu, et la nuit finit par tomber.

S161 stop
Aú nuwá’jla rijló. Kajrú nuwa’ka rijló.

Je l’ai appelé pendant un long moment.

S162 stop
Unká na ajipala nojló.

Mais personne ne m’a répondu.

S163 stop
Aú nu’jicha majó. Apala riphá majó kemajemi.

Alors je suis revenu en croyant qu’il était rentré.

S164 stop
Aú riyajalo kemicha rijló : – Unká na iphalá majó.

Elle lui dit : – Personne n’est venu.

S165 stop
Unká nephakaloje kalé majó penaje kalé nakapichó.

Et ils ne vont pas revenir s’ils ont disparu.

S166 stop
Aú rajipicha rojló : – Meke chapú wani ! Marí chajé aú nu’jicha majó pi’jnakaloje apú nupulá’ape re’wemi wá’je we’jnákaloje nupulá’ape michu tami kulaje.

Alors il lui dit : – Quel malheur ! Je viens alors te demander d’aller chercher un autre de mes beaux-frères pour que nous allions les chercher.

S167 stop
Aú rumicha apú ro’wé wá’je.

Alors elle alla appeler un autre frère.

S168 stop
Ilé ro’wé i’michari kapechuni.

Celui-là était intelligent.

S169 stop
Marichu ke ka’jná ri’michaka.

Il devait être chamane.

S170 stop
Aú riwe’picha piyuke na ka rejena michú la’kó.

Il savait tout ce qui était arrivé à ses frères.

S171 stop
E kaja ru’micha riwá’je. Ruphicha rinaku.

Elle arriva auprès de lui.

S172 stop
Rajalaki’cha ruká. – O’welo piká ?

Il la salua. – C’est toi, soeur ?

S173 stop
– A’a, ke rimicha.

– Oui.

S174 stop
– Me ño’jó pi’jicha ?

– Où vas-tu ?

S175 stop
Unká me ño’jó kalé nu’jicha. Majó nu’jicha pipulá’ape wákari’chari nuká piwá’a i’jnakaloje wejena kulaje.

Je ne vais nulle part. Ton beau-frère m’envoie pour te demander d’aller chercher nos frères.

S176 stop
– Meke pani ka rila’kata wejena michuna ?

– Qu’a-t-il fait de feu nos frères ?

S177 stop
– Rikapichata iyami cha waní !

– Il les a fait disparaître tous les deux !

S178 stop
Aú ro’wé ajipicha rojló : – Kewaka. Meke chi rila’ká kele wejena michuna.

Son frère lui répondit : – C’est vrai. Qu’a-t-il pu faire de feu nos frères ?

S179 stop
– Rikapichata iyami cha wani !

– Il les a massacré tous les deux !

S180 stop
Unká me ño’jó kalé ina’uké kapichaño mapeja.

On ne peut pas disparaître comme ça.

S181 stop
– Ñaké, ke rimicha. Eko pimá rijló : unká me ño’jó nu’jnala manupeja wani.

– Bon. Dis-lui que je ne peux pas partir comme ça.

S182 stop
Unká nukakú i’malá.

Je n’ai pas de coca.

S183 stop
– Chuwajá nojñá nukakuwa.

– Maintenant je vais mâcher ma coca.

S184 stop
Eko rila’re rikakuwa.

Qu’il prépare de la coca.

S185 stop
Kechami ripila’re pajluwe’la lichipá.

Et qu’il roule un cigare.

S186 stop
Kechami rila’jika lukují cha rijluwá wajña’kaloje eja’wá jená penaje.

Il préparera aussi du tabac à priser pour ressentir chamaniquement le monde.


NOTE : Eja’wá jená ña’kaje (Yuc.). « Ressentir le monde » (au moyen d’une incantation).
S187 stop
Ñake kaja nula’jika nujluwá.

Je ferai la même chose pour moi.

S188 stop
E muni lainchú nuká ka’jnó.

Demain après-midi, j’irai le voir.

S189 stop
Apakala we’jnakaloje penaje nojena michuna tami kulaje.

Et après-demain, nous irons chercher mes frères.

S190 stop
E kaja rupi’cho. Ruphicha ruñakare chojé.

Alors elle rentra chez elle.

S191 stop
Pijirí kemicha rojló : – Yúka’a ? E pi’micha rejó ?

Chauve-souris lui dit : – Ça y est ? Es-tu allée là-bas ?

S192 stop
– A’a, ke rumicha.

– Oui.

S193 stop
– Meke rimichaka pijló ?

– Qu’est-ce qu’il t’a dit ?

S194 stop
– No’wé kemicha nojló : ‘Eko pala nupulá’apejlo. Eko pimá rijló : Unka nu’jnalaje me’teni. Unká nukaku i’mala.

– Mon frère m’a dit ceci : ‘tu salueras mon beau-frère. Et tu lui diras que je ne vais pas y aller maintenant, [car] je n’ai pas de coca.

S195 stop
Eko muni. Muni wajñá wakakuwa, rimicha pinaku.

Nous nous verrons demain. Comme ça, nous mâcherons notre coca.

S196 stop
Eko rila’re rijluwa ipatú kechami rila’jika rijluwa lukují.

Qu’il prépare de la coca et du tabac en poudre.

S197 stop
Kechami rila’jika richá.

Ensuite il les traitera chamaniquement.

S198 stop
Kechami ripila’re pajluwela lichipá.

Puis il roulera un cigare.

S199 stop
Ñake kaja nula’jika nujluwa maare wajñá’kaloje eja’wá ená penaje.

Je ferai la même chose de mon côté pour ressentir chamaniquement le monde.

S200 stop
Muní lainchú nu’jnaje ka’jnó’ ke rimichaka pinaku.

Demain après-midi, j’irai là-bas’ m’a-t-il dit de te dire.

S201 stop
– Je, ke rimicha.

– Bien.

S202 stop
E kaja muni ke pijirí li’cha rijluwá ipatú. A’pona ke ripulá’pe li’chaka rijluwa ipatú.

Le lendemain Chauve-souris prépara sa coca. Pendant ce temps, son beau-frère faisait de même.

S203 stop
E kaja riñapachiya ipatú la’kana. Rili’cha rijluwá lukují. A’pona ke ripulá’ape li’chaka rijluwá lukují.

Après cela, il prépara du tabac en poudre, pendant que son beau-frère en préparait également.

S204 stop
E kaja pijirí pili’cha lichi’pá rijluwá, a’pona ke ripulá’pe pili’cha rijluwá li’chipa.

Et ils se roulèrent chacun en même temps leurs propres cigares.

S205 stop
E kaja lainchú ina’uké i’jicha rejó. Riphichá rinaku.

L’après-midi, l’homme alla le voir.

S206 stop
– Marí keja piká nupulá’ape, ke rimicha.

– Te voilà, beau-frère.

S207 stop
– A’a, marí keja nuká.

– Oui.

S208 stop
E rajalaki’chá riká ripulá’ape.

Et Chauve-souris le salua également.

S209 stop
– Nupulá’ape piká.

– C’est toi, beau-frère ?

S210 stop
– A’a, ke rimicha. Nuká i’jichari majó. Piwakára’ka nojló pipuráka’lo aú nu’jicha majó we’jnakaloje nojena michuna tami kulaje.

– Oui, c’est moi. Je suis venu car tu m’as fait appelé pour que nous allions chercher les corps de mes frères.

S211 stop
Meka pila’ka nojena michuna pikapichata iyamí cha wani. Pikapichataka nojena michuna. Me ka’jná pila’ta neká ?

Qu’as-tu fait à mes frères pour les faire disparaître tous les deux ? Qu’as-tu bien pu leur faire ?

S212 stop
Unká me ño’jó ina’uké kapicha’lo mapeja.

Un homme ne disparaît pas comme ça.

S213 stop
Meke iná la’kana aú iná kapichó ?

Qu’est-ce qu’on lui a fait pour qu’il disparaisse ?

S214 stop
– A’a, unká nuwe’pila na ka nala’ko kapichañana nuká peyajweya.

– C’est vrai. Mais je ne sais pas ce qui leur est arrivé pour disparaître comme ça alors qu’ils étaient en pleine forme.

S215 stop
Aú nuwá’icha pimaná we’jnakaloje nakulaje penaje.

C’est pourquoi je t’ai fait appelé afin que nous allions les chercher.

S216 stop
– Ñake riká. Muni we’jnajika.

– Bien. Nous irons demain.

S217 stop
– Chúwaja lapí wajña’je eja’wá ená ijwa’té wamákaloje na ka nojena michuna la’kó kapichaño peyajweyá.

– Cette nuit, nous ferons un traitement du monde pour voir ce qui a pu leur arriver.

S218 stop
Ejechami kaphí ina’uké pechú i’michaka wa’tó pijirí pechú i’michaka.

L’homme était très intelligent comparé à Chauve-Souris.

S219 stop
Pu’j{w}í ripechú i’michaka. Kaja ina’uké pechu ka’áchiyá pijirí chi’nárikana pechú.

Il était content car il avait réussi à convaincre cet ancêtre Chauve-Souris.

S220 stop
E kaja najúwi’cha.

Et la nuit tomba.

S221 stop
E kaja lainchú kaja napuri’cho nakaje nakú pajwa’tékaka yuku nakú, lawichú nakú. Riká nakú napuri’cho.

Alors ils parlèrent de différentes choses, de mythe et de chamanisme.

S222 stop
Jenaji ke ejena e kaja riphicha rená chojé jenaji, ke najló. E ina’uké kemicha pijirí chi’narikanajlo : – Nupulá’ape, chuwaka wajñá’jika eja’wá jená pijwa’té.

Quand arriva minuit, l’homme dit à l’ancêtre Chauve-souris : – Beau-frère, il est temps pour nous de traiter chamaniquement le monde.

S223 stop
– Ñaké riká, ke pijirí kemicha.

– Bien, dit Chauve-Souris.

S224 stop
E ina’uké kemicha rijló : – Nupulá’ape, mere lichipá pili’chaje ?

L’homme lui dit alors : – Où est le cigare que tu as roulé ?

S225 stop
E pijirí kemicha : – Marí riká.

– Il est là.

S226 stop
– Pa’a majó riká.

– Fais voir.

S227 stop
E ra’chá ripulá’apejlo li’chipá.

Et il le tendit à son beau-frère.

S228 stop
E ina’uké kemicha ripulá’ape pijirijlo : – Marí nule’jé.

L’homme dit ensuite à Chauve-souris : – Voici le miens.

S229 stop
Chúwaka nupulá’pe. Piká jñá’jeri pamineko eja’wá jená wamakaloje mereje pipechu pimá palamane.

Maintenant, tu vas traiter le monde en premier pour voir jusqu’où va ton pouvoir.

S230 stop
Kechami nuká pijewemi.

Ensuite ce sera mon tour.

S231 stop
– Ñaké riká, ke rajipíchaka rijló.

– Bien, lui répondit-il.

S232 stop
E kaja ina’uké kemicha : – Chúwaka pilukúna’a pilichipare.

L’homme dit alors : – Maintenant allume ton cigare.

S233 stop
E pijirí lukuni’cha rilichipare. A’pona ina’uké lukuni’chaka rilichipare.

La chauve-souris alluma son cigare pendant que l’homme alluma le sien.

S234 stop
E namujluki’cha waka’pojo.

Puis ils sortirent.

S235 stop
E ina’uké kemicha ripula’pe pijirijlo : – Chuwaka nupulá’ape, piwijro’o pilichipare. Piyuke piwijro’jika riká marí rikamaré i’maje.

L’homme dit ensuite à son beau-frère : – Maintenant, beau-frère. Aspire bien tout ton cigare jusqu’au lien qui l’enserre à la base.


NOTE : Les cigares lichipa mesurent une trentaine de centimètres et ont une forme conique. On aspire la fumée du côté le plus large. Les feuilles de tabac desséchées sont enroulées dans d’autres feuilles (non id.) retenues par un lien à la base.
S236 stop
E pijirí wijro’cha lichi’pa. Unka ritejmú iphálacha riwijro’kana le’jepaká.

Chauve-souris aspira la fumée du cigare, mais il n’eut pas assez de force pour inhaler suffisamment.

S237 stop
Wejapaja rikári’chako.

Il le consuma juste un peu.

S238 stop
E ina’uké kemicha rijló :

L’homme lui dit :

S239 stop
– Chuwa papho’o isa yenoje je’chú chojé.

– Maintenant souffle la fumée bien haut dans le ciel.

S240 stop
E kaja rapho’icha isa yenoje.

Et il souffla la fumée vers le ciel.

S241 stop
Unká meke rila’chá eja’wá.

Mais cela n’eut aucun effet sur le monde.

S242 stop
Maarówaja isamani e’iyajé isa kapi’ichó.

La fumée n’alla pas très loin et disparut.

S243 stop
E ina’uké kemicha ripulá’ape pijirijlo :

L’homme dit alors à son cousin :

S244 stop
– Nupulá’ape, meke chapú wani pila’jlaka eja’wá chu ?

– Beau-frère, comment se fait-il que tu n’arrives à rien faire ?

S245 stop
E kaja ina’uké wijro’cha pijirí lichipare. Wijru wijru wijru. Piyuke rikari’chako.

L’homme aspira le cigare de Chauve-souris et le consuma entièrement.

S246 stop
Marí ketana ñani rilami yuríchako.

Il ne restait qu’un tout petit mégot.

S247 stop
E rapho’cha isa yenojó. Marí ke chijlé riká isá jacho’chako je’chú chojé. Pila pila pila pila pila.

Puis il souffla une énorme fumée vers le ciel.

S248 stop
Júpichami isa iphichari je’chú i’mare. Maayá maayá maayá, isa ayumichako je’chú i’maje.

Quand elle arriva dans le ciel, elle se répartit et le couvrit.

S249 stop
– Aja ! Pa ke ilé, nupulá’ape, marí ke achiñá i’maká eja’wá chu, nupulá’ape ! ke ina’uké kemicha ripulá’ape pijirijlo.

– Et voilà ! C’est comme ça quand on est un homme en ce monde, beau-frère !

S250 stop
E kaja rikero’chiya rijló.

Tout d’un coup, il lui faisait peur.

S251 stop
Kaja kamu’jú kemachi pijirí pechú i’michaka ina’uké pechú ja’pejé.

Chauve-souris se sentait tout petit comparé à l’homme.

S252 stop
E ina’uké amicha unká pijirí pura’lacho paalá.

Chauve-souris n’arrivait plus à parler correctement.

S253 stop
« Umm umm umm » ke ripura’chako.

« Umm umm umm » grommelait-il.

S254 stop
E ina’uke pechú i’micha : « Naje chi unká ripura’cho paala nujwa’té ? Ripura’cho nujwa’té ‘umm umm umm’.

L’homme se demanda : « Pourquoi ne parle-t-il plus normalement ? Il me dit : ‘umm umm umm’.

S255 stop
Apala riká ta ka’jná ajñatari nojena michuna.”

C’est probablement lui qui a mangé mes frères. »

S256 stop
E kaja ina’uké kemicha : – Kaja marí ketana wakamátako.

L’homme dit alors : – Ça suffit. Allons nous coucher.

S257 stop
E kaja nácho’cho kamátajo.

Et ils allèrent se coucher.

S258 stop
E ri’micha re’welo wa’té pura’jo.

Il alla parler avec sa soeur.

S259 stop
Rimicha rojló : – O’weló, naje chi unká piyajná pura’ko paalá ? Ripura’ko ‘umm umm umm’.

– Soeur, pourquoi ton mari ne parle-t-il pas bien ? Il dit ‘umm umm umm’.

S260 stop
Muní lapiyami wajme’tajika ee nu’jnaje pitukuma a’pitaje.

Demain matin quand nous nous lèverons j’irai me baigner avant toi.

S261 stop
Pamajika numujruka’ka waka’pojó. E piña’je chiyo’pá. Palaka páchoya.

Dès que je sortirai, tu prendras le balai et tu en passeras un coup dans la maloca.

S262 stop
Piphá piyajná ja’pejé, e pala kajé ja’piyá yá’kana.

Tu t’approcheras de ton mari et te placeras bien devant lui.

S263 stop
Riyaka’jiko ee pitaje.

Dès qu’il te regardera, tu chevaucheras ton balai [tu balayeras entre tes cuisses].

S264 stop
Pijiyo’o pikujyú rijló. Pijyú pijyú pijyú, wejí ke pe.

Tu écarteras tes cuisses pour lui, trois fois de suite.

S265 stop
Ri’chajike’e ‘umm umm’ ke.

Il rira en faisant ‘umm umm’.

S266 stop
E pijiyo’o ta rijló pi’wá.

Puis tu écarteras les fesses pour lui.

S267 stop
‘Ilé wa’té pi’chá !’ ke pimaje rijló.

‘Vas-y, rigole !’ tu lui diras.

S268 stop
Ri’chajika ee kajrú piyaka’o rinuma chojé pamakaloje na ka rinumá chu unkale ri’chala paala.

Quand il rira, tu regarderas bien à l’intérieur de sa bouche pour voir ce qui l’empêche de rire normalement.

S269 stop
– Je, ke rumicha.

– Bien, dit-elle.

S270 stop
Riká penajeja pi’jnajika ñopo chu pi’makaloje nojló riyukuna.

Ensuite tu iras me rejoindre pour m’informer.

S271 stop
E kaja nakamáchiyo.

Puis ils allèrent se coucher.

S272 stop
E kaja najme’chiya. Lapiyami ro’wé i’micha a’pitaje.

Le lendemain matin, son frère alla se baigner.

S273 stop
E ruji’cha chiyo’pá rolakicha pachuyá.

Elle prit son balai et balaya dans la maloca.

S274 stop
Kaja ewajá ruphicha ruyajná a’pejé.

Elle finit par s’approcher de son mari, juste devant lui.

S275 stop
E ruya’icho. Rolaki’cha ruyajná a’piyá.

Elle chevaucha son balai pour balayer devant lui.

S276 stop
E rujiyo’cha rukujyú. Me’tá me’tá.

Elle écarta les cuisses.

S277 stop
E riyaká’icho ruchajé. Amichari ruya’ko a’jná ewá ke. E ri’chichá runakú ‘umm umm umm’.

Quand il la vit chevaucher ainsi son balai il se mit à rire ‘umm umm umm’.

S278 stop
Ejá rujiyo’chá ru’wá rijló.

Et elle écarta les fesses face à lui.

S279 stop
– Ajá ! ke rumichaka. Ilé wa’té pi’chá ! ke rumichaka rijló.

– Tiens ! Vas-y rigole ! lui dit-elle.

S280 stop
Ejá pijirí i’chicha : « Aja ja ! ».

Chauve-souris s’esclaffa de plus belle : « Ha ha ha ! »

S281 stop
E ruyaka’icho rinumá chojé. Romicha kajrú ina’uké jwilami i’michaka rinumá chu.

Elle vit alors qu’il avait plein de cheveux dans la bouche.

S282 stop
E kiñaja rolaki’chaka. Ruña’je chiya richaje.

Elle termina vite de balayer et d’emporter les détritus.

S283 stop
E ru’jicha ro’wé apumi chu.

Puis elle alla rejoindre son frère.

S284 stop
Rumicha rijló : – Chuwí ! ke rumichaka. Riká ka’jná ajñatari wejena michuna.

– Petit frère ! C’est sûrement lui qui a mangé nos frères.

S285 stop
Kajrú nomichaka newilami rinuma ta chu.

J’ai vu qu’il avait encore beaucoup de leurs cheveux dans la bouche.

S286 stop
Nakoje unká ripura’ko paala.

C’est pour ça qu’il n’arrive plus à bien parler.

S287 stop
– Ñake iká, ke rimichaka. Kaja nuwe’picha riká.

– Bien. Je le savais.

S288 stop
E kaja ru’micha a’pitaje. Ruphicha kaja ro’cha po’ri ja’pí. E kaja rukuwicha najló.

Elle se baigna, puis alla s’asseoir au pied de la platine à cassave pour préparer une galette.

S289 stop
Ruñapachiya kuwakaje, e rumicha ruyajnajlo : – Ilé kujnú nukuwicha pijló.

Quand elle eut terminé, elle dit à son mari : – La cassave que j’ai préparée pour toi est prête.

S290 stop
E kaja pijirí kemicha ripulá’apejlo : – Chuwa we’jnajika, nupulá’ape, ke rimicha.

Chauve-souris dit à son beau-frère : – Maintenant nous allons y aller, beau-frère.

S291 stop
E kaja nalamá’chiyo.

Ils se préparèrent.

S292 stop
E me ka’jná re’weló i’jnachiya rupechuwa rinaku.

Je ne sais pas comment, mais sa soeur avait eu une idée.

S293 stop
Ru’jicha phirí. Rumicha ro’wejlo : – Chuwi majó pi’jná no’chi pinaku phirí kerájle’ru patajika.

Elle prit du roucou, et dit à son frère : – Petit frère, viens que je te donne du roucou contre les aoûtats.


NOTE : Kerájle’ru (Yuc.). Arador (Esp. Ver.). Aoûtat. Trombidium americanum. Acarien rouge de 0.3 mm qui pique et produit d’intenses démangeaisons. Selon Mario, le roucou rendrait la peau plus « fine », ce qui permettrait ensuite de retirer plus facilement ces acariens.
S294 stop
E ro’cha rinaku phirí piyuke.

Elle lui en mit partout sur le corps.

S295 stop
E kaja ne’jichá. Nephicha pijirí kaphé ejó.

Puis ils partirent et arrivèrent à l’abri de Chauve-Souris.

S296 stop
E rimicha ina’ukejlo : – Maare nukaphé nupulá’apena michuna kapichañachiyá nuká.

Ce dernier dit à l’homme : – Voici mon abri. C’est à partir d’ici que feu mes beaux-frères ont disparus.

S297 stop
E ina’uké amicha netami kuwa’tako iyamá kapheji ja’pí.

L’homme vit leurs deux hamacs restés suspendus sous l’abri.

S298 stop
E pijirí kemicha ripulá’apejlo : – Nupulá’pe, chuwa wani’chachi wajluwa wajñákaloje penaje.

Chauve-souris lui dit : – Beau-frère, maintenant nous allons pêcher.

S299 stop
Kechami we’jnakaloje nupulá’apena michuna kulaje.

Après, nous irons chercher feu mes beaux-frères.

S300 stop
– Je, ke ina’ukena kemicha :

– Bien, dit l’homme.

S301 stop
E pijirí kemicha ina’ukejlo : – Nupulá’ape, yenojo pitá pani’cha. Majó kawakajo nu’jicha a’naje.

Puis il lui ajouta : – Beau-frère, tu pêcheras en amont. Moi, j’irai en aval.

S302 stop
– Unká, ke ina’uke kemicha. Piká ani’cha yenojo. Nuká i’jnajeri kawakajo.

– Non, dit l’homme. C’est toi qui pêcheras en amont. Moi, j’irai en aval.

S303 stop
– Unká, ke pijirí kemichari. Nuká i’jnajeri kawakajo.

– Pas question, dit Chauve-Souris. C’est moi qui irai en aval.

S304 stop
– Unká, ke ina’uke kemicha. Kaja numicha pijló : piká i’jnajeri yenoje. Nuká i’jichari kawakajo.

– Non. J’ai dit que c’est toi qui iras en amont. Moi, j’irai en aval.

S305 stop
E ina’uké i’jicha kawakajo ana’je. E ina’uké ani’cha. E kajru ina’uké iji’chaka.

Finalement, l’homme alla pêcher en aval, et il prit beaucoup de poissons.

S306 stop
E pijirí unká jña’lacha jiña.

Quant à Chauve-souris, il n’attrapa pas de poisson.

S307 stop
Kaja ewaja ina’uké pi’cho. Kaja kajrú riji’chaka. Jiña aú ripi’cho.

Puis l’homme revînt sur ses pas, car il avait suffisamment de poissons.

S308 stop
Riwá’icha ripulá’ape pijirijlo : – Nupulá’ape, pipa’ó majó.

Il appela Chauve-souris : – Beau-frère, reviens.

S309 stop
Aú pijirí pi’cho. Riphicha.

Alors il arriva.

S310 stop
E ina’uké kemicha rijló : – E piji’cha jiña ?

Il lui demanda : – As-tu pris des poissons ?

S311 stop
– Unká wani nujña’lacha jiña.

– Non. Vraiment rien.

S312 stop
Aú ina’uké kemicha rijló : – Kaja nuji’cha kajrú jiña wajluwa.

L’homme lui dit : – Moi, j’ai pris beaucoup de poissons pour nous.

S313 stop
Ina’uké iji’cha jiña kewa.

L’homme sortit son poisson.

S314 stop
Pijirí kemicha rijló : – Nupulá’ape, na jiña ka piji’cha ?

Chauve-souris lui dit : – Qu’as-tu attrapé ?

S315 stop
– Ta’rí jiña nu’jicha.

– Des poissons omima.


NOTE : Ta’rí (Yuc.). Omima amarilla (Esp. Ver.). Leporinus sp.
S316 stop
Kaja ewaja ina’uké iji’cha jiñá. Ji’cha pijirí maíte.

Puis l’homme sortit un autre poisson : un piranha de chauve-souris.


NOTE : Pijirí maité (Yuc.). Puño de murcielago (Esp. Ver.). Lit. « Piranha de chauve-souris ». Selon Mario, ce piranha était de la « pensée de la chauve-souris » (esp. ver. pensamiento de chimbe), c’est-à-dire son essence spirituelle. De même, Chauve-souris avait absorbé l’essence spirituelle de ses beaux-frères.
S317 stop
E pijirí kemicha piño rijló : – Nupulá’ape, na jiñá ka piji’cha ?

Alors Chauve-souris lui demanda encore : – Beau-frère, quel [autre] poisson as tu attrapé ?

S318 stop
Ra’jipicha pijirijlo : – Unká na kalé jíñana nu’jicha. Pijirí maíte nuji’cha.

– Rien. Juste un piranha de chauve-souris.

S319 stop
Ejechami chapú pijirí i’michaka.

Chauve-souris était soudain bouleversé.

S320 stop
Pijirí i’jnachiya ripechuwa : Unká jiña i’mala ke’icha pijirí maíte !

Il pensait : « Ce n’est pas un poisson ce qu’il appelle ‘poisson de chauve-souris’ !


NOTE : Ke’icha (Yuc.). Ce qu’il appelle … Probablement une contraction de kem-icha, Lit. /dire-PASS/.
S321 stop
Nuká ja kalé pijirí ! Nupechu ka’jná ri’micha ! »

Il n’y a que moi comme chauve-souris ! Ce devait être mon esprit !

S322 stop
Kaja ina’uké kapichachiya nupechu chuwa ! »

Cet homme a anéanti mon esprit ! »

S323 stop
Kewaka ripechu i’michaka.

Il avait raison.

S324 stop
Kaja ina’uké nocha ripechu.

L’homme avait tué son esprit.

S325 stop
E pijirí kemicha rijló : – Nupulá’ape, mere jiñá piji’cha pimicha nakú nojló. Pijirí maíte nuji’cha pimicha nakú nojló.

Chauve-souris lui dit alors : – Beau-frère, fais-moi voir ce “piranha de chauve-souris” dont tu parles.

S326 stop
E ina’uké ya’chiya rijló riká. – Marí riká.

L’homme lui montra. – Le voilà.

S327 stop
E pijirí kemicha rijló : – Unká wani nomala karí jiña kemicha pijirí maíte.

– Moi, je n’ai jamais vu ce poisson appelé “piranha de chauve-souris”

S328 stop
Unká jiña i’mala pijirí. Nuka ja kalé pajluwaja pijirí.

Il n’y a pas de poisson de chauve-souris. Je suis la seule chauve-souris.

S329 stop
E ina’uké kemicha rijló : – Jiña ta riká. Ri’i kalé ñaké.

– C’est pourtant bien un poisson. Et il s’appelle comme ça.

S330 stop
Unká pi’majike ri’maká ejomi kalé.

Tu n’es pas le seul à t’appeler ainsi.

S331 stop
Manupeja ina’uké pajlichaka rijwa’té. E riwe’pichaka piya riká, kaja ya kewaka ripechu ke ina’uké iji’cha.

Il lui mentait pour éviter qu’il ne se rende compte qu’il lui avait vraiment pris son esprit.

S332 stop
E karí ina’uké kemicha rijló : – Nupulá’ape, pimoto’o jiña wajluwa wajñáchi. Kechami we’jnajika nojena michuna tami kulaje.

L’homme lui dit aussi : – Beau-frère, fais cuire le poisson pour nous. Qu’on mange. Ensuite nous irons chercher feu mes frères.

S333 stop
E kaja nananicha jíñana. Nera’chiya jiña.

Ils vidèrent et dépecèrent les poissons.

S334 stop
E pijirí kemicha ripulá’apejlo : – Nupulá’ape, papho’ta kají e’iyá

Chauve-souris lui dit alors : – Beau-frère, fais un feu avec ça.

S335 stop
Riwakari’cha rapho’ta jiña mujúlate e’iyá.

Il lui demandait d’utiliser la termitière du démon.

S336 stop
E ina’uké kemicha rijló : – Unká me ño’jó nopho’tala ke ilé e’iyá.

L’homme répliqua : – Je ne peux pas faire un feu avec ça.

S337 stop
Unká rilukuna’jlo re’iyá.

Cela ne peut pas s’allumer.

S338 stop
– Pejená michuna apho’tá namoto’kaloje jiña wajluwa penaje.

– Tes frères l’ont bien utilisé pour cuire les poissons.

S339 stop
Aú ina’uké kemicha rijló : – Papho’ta re’iyá.

L’homme lui dit alors : – Tu n’as qu’à souffler toi.

S340 stop
E kaja ina’uké iji’cha jiyá makajré nojé a’waná i’chemi.

Il alla chercher des branches bien sèches.

S341 stop
Riká e’iyá ina’uké apho’chiya.

Puis il les utilisa pour allumer le feu.

S342 stop
E pijirí wachiya rinókana. Manae iyá’ichako.

Chauve-souris voulait le tuer pendant qu’il était assis tranquillement.

S343 stop
E pijirí chiri’cho rinakojé riyámijo.

Chauve-souris alla derrière lui.

S344 stop
E ina’uké jácho’cho apojó pita riyá’icho.

Mais l’homme alla s’asseoir de l’autre côté du feu.

S345 stop
E pijirí chípuki’cha piño rilo’kopane.

Alors Chauve-souris fit le tour pour aller à nouveau derrière lui.

S346 stop
Upejlumi ina’uké i’michaka. Aú ajní ño’jó, ke rimejñachiyako pijirí noka piyá riká.

Mais comme l’homme se méfiait, il changea encore de côté pour se protéger.

S347 stop
Kaja ewaja riñápáchiya jiña moto’kana, riwitúka’chiya riká.

Enfin il termina de faire cuire les poissons et les descendit du feu.

S348 stop
E kaja rapicha riká. E rimicha pijirijlo : – Nupulá’ape, chuwa wajñachi wajnewá.

Il servit et dit à Chauve-souris : – Beau-frère, maintenant mangeons.

S349 stop
E pijirí i’jnachiya ripechuwa : « Meke chapú wani, unka nonólacha riká. Meke nula’jika chuwaka nonókaloje riká penaje ? »

Chauve-souris pensa : « Quel dommage que je ne l’ai pas tué. Comment faire ? »

S350 stop
E kaja najicha najnewá ina’uké chajeja pijirí ijlú i’micha.

Pendant qu’ils mangèrent, Chauve-souris ne le quittait pas des yeux.

S351 stop
Riwachiya ina’uké nókana. Aú riyaká’icho richaje.

Il attendait la moindre occasion pour le tuer.

S352 stop
E tujní pijirí ajicha rajnewá. Kaja ewajá pijirí alóko’chó jiña aphinami aú.

Il mangea tellement vite qu’une arrête lui resta coincée dans la gorge.


NOTE : Aláko’kajo, alóko’kajo (Yuc.). Atorarse (Esp. Ver.). Avaler une arrête, se coincer une arrête dans la gorge.
S353 stop
E ritoko’cha : «  Jo jo ».

Il toussa : « Hum hum ».

S354 stop
« Kaí » ke riphichaka. Kewini ri’michaka.

Il cracha. Cela lui faisait mal.

S355 stop
E pijirí kemicha ripulá’apejlo : – Nupulá’ape, noloko’chako. Kewini wani riká.

– Beau-frère, je me suis coincé une arrête dans la gorge. Ça me fait très mal.

S356 stop
Aú ina’uké kemicha rijló : – Naje chi mawe’pika ke pajñaka pajnewa nuji’chare pijló, ke pajñaka pajnewá. Pachá palóko’chako

– Pourquoi manges-tu aussi bêtement la nourriture que je t’ai apportée ? C’est ta faute si tu as avalé une arrête.

S357 stop
– Kewini wani riká ! ke rimichaka ina’ukejlo.

– J’ai trop mal !

S358 stop
Aú ina’uké kemicha rijló : – Piwata pamineko, nojñáko nojnewá paineko. Kechami ko nomá pinupi chu riká.

– Attends. Laisse-moi terminer de manger. Je regarderai ta gorge après.

S359 stop
Kaja ewaja ina’uké ñápachiya rajnewá ajñákana. E ina’uké pechú i’micha : « Chuwa nuwajájika riká. »

Quand l’homme eut terminé de manger, il pensa : « Maintenant, je vais le punir ! »

S360 stop
E ina’uké kemicha rijló : – Nupulá’ape, chuwa pi’jná majó nomáijla pinupi chu palóko’chajo.

– Beau-frère, maintenant viens, que je regarde ta gorge.

S361 stop
Kewini wani ri’michaka.

Chauve-souris avait très mal.

S362 stop
Aú pijirí me’chiya rinuma ina’ukejlo.

Il ouvrit sa bouche à l’homme.

S363 stop
E ramicha kajrú ina’uké jwilami i’michaka pijirí numá chu.

Il vit qu’il avait plein de cheveux humains dans la bouche.

S364 stop
E ina’uké iji’cha alakojoje riká. Riki’cha pijirí nupi chojé.

Il lui saisit l’arrête qui le gênait et lui jeta au fond de la gorge.

S365 stop
E ritoko’cha : « Jo jo jo ».

Chauve-souris toussa de plus belle : « Hum hum hum ».

S366 stop
– Ayá ! Ate ! rawiyo’chaka. Nupulá’ape, kewini wani !

– Aïe ! Aïe ! criait-il. Beau-frère, ça fait trop mal !

S367 stop
Ina’uké kemicha rijló : – Unká meke nula’lá piká.

L’homme lui dit : – Je ne peux rien faire pour toi.

S368 stop
Chuwaka kamacha wani palako’chako, ya’jná wani pinupi chu riká.

Maintenant l’arrête est trop bien coincée, et trop profondément.

S369 stop
Aú unká me ño’jó nujña’la riká pinupi chiyá.

Je ne peux pas la retirer de ta gorge.

S370 stop
E ina’uké kemicha rijló : Unká chu piká’na i’malá pipatákaloje pikó rejó nalawicho’kaloje piká penaje.

N’aurais-tu pas de la famille à qui tu pourrais demander de te soigner.

S371 stop
– A’a, ke pijirí kemicha ina’ukejlo. Re nuká’na, nupachiya nokó rejó.

– Si, j’ai de la famille, je vais aller leur demander.

S372 stop
E kaja pijirí pi’cho riká’na ejó. Ina’uke i’jicha rapumi chu.

Chauve-souris alla voir sa famille, et l’homme le suivit de loin à la trace.

S373 stop
Amichari kaja ewaja pijirí iphicha, riká a’jná ñakare ejó.

Il aperçut Chauve-souris entrer dans une maloca.

S374 stop
Pijirina ñakaré i’michari kajruni ku’mé ainami.

La maison des chauves-souris était un vieux palmier chambira.

S375 stop
Riká chojé ina’uké amicha rimujluka’ka.

Il le vit rentrer à l’intérieur.

S376 stop
E kaja ina’uké pi’cho.

Puis il rentra.

S377 stop
Iphachiyari re’welo iñe’pú chu.

Sa soeur venait en chemin au devant de lui.

S378 stop
Ru’jichaka nápumi chu.

Elle avait suivi leurs traces.

S379 stop
Jemi’cha ru’maka ruyánijlo : « I’jná pe’iyajwé ja’paka. Apala ara’pá ajñaña weká ikú ijñemi aú, ke jilani wani nomichaka riká » ke rumichaka ruyanijlo.

Il l’entendit dire à ses enfants : « Dépêchons-nous. Votre père doit déjà manger les tripes de votre oncle. J’ai vu qu’elles étaient bien grasses. »

S380 stop
E riphachiya ruká. E rimicha rojló : – O’weló, me ño’jó pi’jicha ?

Il arriva devant elle, et lui dit : – Soeur, où vas-tu ?

S381 stop
Apumi chu we’jicha chuwí, ke rumichaka.

– Nous suivions vos traces.

S382 stop
Rimicha rojló : – O’welo, meke pimichaka piyanijlo nomi’chaka. Pimakajla noma’chi.

– Soeur, que disais-tu à tes enfants ? Répète, que j’entende.

S383 stop
Rumicha rijló : – Unká numalacha. Mapeja nupura’ko nuyani jwa’té.

– Rien. Je ne leur disais rien d’important.

S384 stop
– Meke chi pimichaka najló.

– Mais qu’est-ce que tu leur disais ?

S385 stop
– I’jná ja’pá pe’iyajwé, ke numichaka najló, wajñachi jiña najwa’té ke numicha.

– Dépêchez-vous ! Qu’on puisse manger du poisson avec eux.

S386 stop
Rimicha rojlo : – Eyá ta apú meke pimichaka ?

Il lui dit : – Tu leur disais autre chose, c’était quoi ?

S387 stop
– Unká numalacha, ke rumichaka.

– Non rien.

S388 stop
Rimicha rojló : – Re nomi’cha pimichaka… Na chi pimicha nakú ? ‘I’jná pe’iyajwé ja’pá. Apala jara’pá ajñaña weká ikú ijñemi’ ke nomi’chaka pimichaka.

– Je t’ai entendu ... C’était quoi déjà ? ‘Dépêchons-nous. Votre père doit déjà manger les tripes de votre oncle.’

S389 stop
Unká ina’ukelaru ta ! Piká ña’kare panaku ka’jná ajñatari nojena michuna piyajná ta wa’té !

Quelle ignominie ! Tu supporterais sans doute de manger nos frères avec ton mari !

S390 stop
Chuwa pamajika !

Tu vas voir !

S391 stop
E rika’chiyaka newilá. Kaja rinóchiya neká piyuke.

Il l’assomma. Il la tua elle et ses enfants.

S392 stop
E kaja ra’picha. Iphicha riñakare chojé.

Il poursuivit son chemin et rentra chez lui.

S393 stop
E rejena kemicha rijló : – Yúka’a ? Meke pi’maka rejó ?

Ses frères lui dirent : – Ça y est ? Comment ça s’est passé là-bas ?

S394 stop
E piphataka wejena michuna tami ?

As-tu retrouvé les corps de nos frères ?

S395 stop
Rimicha najló : – Unká me ño’jó kalé nupata wejena michuna tami rimá nakú nojló.

– Je ne peux pas retrouver les corps de mes frères.

S396 stop
Kaja pijirí wejáputenami ajñatakare wejena michuna.

C’est cette ignoble chauve-souris qui a dévoré nos frères.

S397 stop
– E kewaka ? ke nemicha.

– Vraiment ?

S398 stop
– A’a, ke rimicha.

– Oui.

S399 stop
– Mere chi pijirí ta ?

– Où est cette chauve-souris ?

S400 stop
– Re jo’o kaja riká.

– Elle vit encore.

S401 stop
– Naje chi unká pinola riká ta ?

– Pourquoi ne l’as-tu pas tuée ?

S402 stop
Aú rimicha najló : – Kaja nomicha mere ka nañakare. Aú nu’jicha iwá’je we’jnakaloje nenoje.

– J’ai vu où elle habite avec sa famille. Je suis donc venu vous chercher pour aller les tuer.

S403 stop
– E ta o’weló ? Mere chi ruká ? ke nemichaka rijló.

– Et notre soeur ? Où est-elle ?

S404 stop
Aú rimicha najló : – Ikeja’niñá ruyukuna ta ! Ruká ta jwa’té ajñátari wejena michuna ruyajná jwa’té !

– Ne m’en parlez pas ! Elle dévorait nos frères avec son mari !

S405 stop
Nomi’cha rupura’ko ruyani jwa’té nunakú. Nawachiya nojñákana.

Je l’ai entendue parler à ses enfants à mon propos. Ils voulaient me manger.

S406 stop
Aú kaja nonóchiya neká ta maapami.

Alors tout à l’heure, je les ai tués.

S407 stop
Aú nemicha : – Pala pili’cha ruká. Unká ina’ukelaru ta !

– Tu as bien fait. Quelle ignominie ! lui dirent-ils.

S408 stop
E kaja riwakári’cha ajopanajlo riyukuna.

Alors il fit venir d’autres personnes.

S409 stop
Kaja nawakáchiya nekó. Kajrú ne’michaka.

Et ils se réunirent en nombre.

S410 stop
E kaja rimicha najló : – Nojena, kaja we’jnajika pijirí ta noje !

– Mes frères. Nous allons tuer les chauves-souris !

S411 stop
Neká ta kapichataño wejena michuna !

Ce sont elles qui ont massacré nos frères !

S412 stop
Apala ñaké kaja nakapichata weká.

Ils vont peut-être faire de même avec nous.

S413 stop
Aú we’jnaje chúwaka nakapichataje.

Alors nous devons en terminer avec eux dès maintenant.

S414 stop
E kaja ina’uké i’jicha pijirina kapichataje.

Et ils partirent tuer les chauves-souris.

S415 stop
E kaja pijirina we’pichaño ina’uké i’michaka nenoje.

Celles-ci savaient bien que les gens allaient venir les tuer.

S416 stop
E pajluwaja i’michari pijirí ñani.

L’un du clan des chauves-souris était petit.

S417 stop
Kamu’juni ke iká jóyomi Lapichumi rikaja kaja i’í lapichumi.

C’était une chauve-souris printanière, naine. Il s’appelait Lapichumi.


NOTE : {J}óyomi (Yuc.). Chimbe tempranero (Esp. Ver.). Petite chauve-souris « printanière ». Elle logerait dans certaines termitières.
S418 stop
Riká i’michari lawichú ra’pá.

Il était leur soigneur.

S419 stop
Riká nakú iji’chari unká paala.

[Lors de son incantation] il eut la sensation que quelque chose de grave se passait.

S420 stop
Re’welo i’michayo i’i i’michayo Níkoko.

Il avait une soeur qui s’appelait Níkoko.

S421 stop
Rimicha rojló : – Chuwí Níkoko. Unká wani paala nunaku jña’kó.

– Petite soeur Níkoko, j’ai ressenti un très mauvais signe.

S422 stop
Apala ta ina’uké i’jná wanakoje ke nuwe’pika.

J’ai ressenti que des gens venaient nous trouver.

S423 stop
Nomichajlo wacho.

Je vais aller voir s’ils arrivent.

S424 stop
E kaja ri’jicha. E ramicha ina’uké, kajrú wani ina’uké i’michaka ramicha.

Lapichumi partit, et vit que des gens arrivaient en nombre.

S425 stop
E ina’uké kemicha : – Chuwa kaja pijirina amicha weká.

L’homme dit : – Maintenant, les chauves-souris nous ont vus.

S426 stop
E kaja ripi’cho piño riñakaré chojé.

Alors Lapichumi rentra.

S427 stop
E ramicha manáeja ne’michaka.

Il les vit qui dormaient paisiblement.

S428 stop
Rimicha najló : – Nojena, na ila’á manáe waní ?

Il leur dit : – Mes frères, qu’avez-vous à dormir aussi tranquillement ?

S429 stop
Kajrú waní nomichaka ina’uké i’jnaka wanakojé.

J’ai vu une foule de gens qui arrivent vers nous.

S430 stop
E ajopana kemicha óyomijlo : – E kewaka ?

Les autres dirent à Lapichumi : – Vraiment ?

S431 stop
– A’a, ke rimicha.

– Oui.

S432 stop
– Mereje cha neká, ke nemichaka rijló.

– Où sont-ils ?

S433 stop
Aú rimicha najló : – Meneyá watalaya poimajã, ke rimichaka najló.

– Ils viennent des bords de la rivière Meneyá.


NOTE : Meneyá watalaya poimajã (Tan.). Mario traduit cela en yucuna par « Meneyá turenaje cha ina’uké i’jnaka ».
S434 stop
E ne’makana kemicha najló : – Apala ta kewaka ka’jná jóyomi kemá nakú.

Le chef leur dit alors : – C’est peut-être vrai ce que le nain nous dit.

S435 stop
Amichakajlo wachó.

Allez voir.

S436 stop
Aú kaja ne’jicha nachó amaje.

Alors les chauves-souris allèrent voir.

S437 stop
Yenuwa ne’jicha. Puwajní namejé i’michaka.

Elles volèrent haut et très bruyamment.

S438 stop
E ina’uké kemicha : – Ilé pijirina wáicha.

Les gens dirent : – Les chauves-souris arrivent.

S439 stop
Aú nachi’íyo kawakajo.

Alors ils se baissèrent pour se cacher.

S440 stop
E kaja na’pañaicha ina’uké. Ne’micha ya’jnó chira’jo. Unká na namalacha.

Et les chauves-souris passèrent sans les voir.

S441 stop
Aú napi’chó. Iphicha napumi chuwá nañakaré chojé.

Puis elles revinrent à leur maison.

S442 stop
E ajopana kemicha najló : – E amichaka ina’uké ?

Les autres leur demandèrent : – Avez-vous vu des gens ?

S443 stop
– Unká, ke nemicha. Ya’jnaje we’micha. Unká na wamalacha. Aú wápi’cho re’iyá.

– Non. Nous avons été loin, mais nous n’avons vu personne. Alors nous sommes revenus.

S444 stop
Aú nemicha : – Mere kaje ta ina’uké jóyomi kemicha nakú wajló.

– Où sont-ils les gens dont le nain nous a parlés ?

S445 stop
Aú nemichá : – Ripajlá ta manupeja !

– Il se fiche de nous !

S446 stop
Unká merowá kalé ina’uké.

Ces gens ne sont nulle part !

S447 stop
E kaja manáeja ne’michaka.

Alors ils se tranquillisèrent.

S448 stop
E jóyomi pechú i’micha : « Meke chi manáe waní neká ? »

Lapichumi pensa : « Comment peuvent-ils être aussi insouciants ? »

S449 stop
Rimicha re’welojlo : – Chúwaka yéwichaja ina’uké itaká wachá nuwe’pika.

Il dit à sa soeur : – Je suis sûr que ces gens vont bientôt nous encercler.

S450 stop
– Pilama’to maare, nomichajlako wacho.

– Prépare-toi pendant que je retourne voir.

S451 stop
Aú ri’jicha. Amichari kaja ina’uké ichiyá nachá.

Il repartit et vit que les gens étaient en train de les encercler.

S452 stop
Eyá ripi’chó. E riphicha.

Alors il revînt.

S453 stop
Rimicha piño najló : – Na ila’á manáe waní ! chuwaka ina’uké kapichátaka weká !

Il leur dit à nouveau : – Secouez-vous ! Les gens viennent nous tuer !

S454 stop
Aú ajopana kemicha rijló : – Manupeja pipajlaka wajwa’té.

On lui dit alors : – Tu racontes n’importe quoi.

S455 stop
Ya’jná nu’micha chira’jó. Unká nomalacha mere ka ka’jrú ina’uké pimá nakú wajló.

J’ai été loin. Je n’ai pas vu la foule dont tu parles.

S456 stop
– Ñake, ke rimichaka. Kaja ya imá manupeja nupajlaka.

– D’accord. Puisque vous dites que je mens.

S457 stop
E rimicha re’welojlo : – I’jná weña’cho. Apala ina’uké kapichata weká.

Il dit alors à sa soeur : – Fuyons ! Ces gens pourraient nous tuer.

S458 stop
E kaja neichó.

Ils s’enfuirent.

S459 stop
Ku’mé apare aphú chuwá. Neichó ya’jnáje te’ré e’iyojé.

Et ils allèrent se cacher loin, sous la terre, dans le trou d’une racine d’arbre chambira.

S460 stop
E jupichami ajopana kemicha :

Plus tard, les autres dirent :

S461 stop
– Mere chi jóyomi ta ?

– Où est le nain ?

S462 stop
Aú nemicha : – Kaja riicho, ina’uké noka piyá riká.

– Il a filé avant que les gens ne le tuent.

S463 stop
E ne’makana kemicha : – Apala ta kewaka ka’jná rimicha nakú wajló kajrú ina’uké amichakajla wachó.

Le chef dit alors : – C’est peut-être vrai qu’il a vu une foule de gens venir vers nous.

S464 stop
Aú ne’jicha. E namicha kaja piyuke ina’uké itá’chiya nachá.

Ils allèrent voir, et virent que tous ces gens étaient en train de les encercler.

S465 stop
E nemicha : – Meke chapú waní ! Kaja ina’uké itá’chiya wachá chúwaka !

Ils dirent : – Quel malheur ! Des gens nous encerclent !

S466 stop
Chuwa ina’uké kapichatajika weká.

Ils vont nous tuer !

S467 stop
Ina’uké iji’cha jiyá nawaki’cha pijirina ñakaré nakojé.

Les hommes étaient en train d’entasser du bois tout autour de leur maison.

S468 stop
E caja napho’chiya jiyá eyá.

Ils y mirent le feu.

S469 stop
E kaja ewaja nañákare lukuni’cho.

Leur demeure s’embrasa.

S470 stop
E caja piyuke naka{ra}’achiyako.

Elle s’enflamma complètement.

S471 stop
E kaja nañakaremi ko’jnocha. Tee. E kawakajo.

Et elle s’effondra.

S472 stop
E pu’jí ina’uké pechú i’micha.

Les hommes étaient contents.

S473 stop
Ejechami « jowé jowé jowé » ke nawiyo’chiyaka.

Les chauves-souris criaient « jowé jowé jowé ».

S474 stop
E kaja napi’chó. Nephicha nañákare chojé.

Puis les hommes revinrent chez eux.

S475 stop
E júpichami wejí ke ka’lá i’majemi jóyomi jácho’cho.

Trois jours plus tard, la petite chauve-souris sortit.

S476 stop
Amichari piyuke nañákare ka{ra}’achiyako, nañákare pukunami i’michaka.

Elle vit que leur maison avait entièrement brûlée.

S477 stop
Rimicha re’welojlo : – Meke chapú waní ina’uké kapichataka wachi’na michuna.

Il dit à sa soeur : – Quel malheur que ces gens aient exterminé notre famille.

S478 stop
Unká meke wala’lá.

Nous n’y pouvons rien.

S479 stop
Unká na jwa’té we’malaje.

Nous n’avons plus personne avec qui vivre.

S480 stop
Chuwaka we’jnajika maareya apojó.

Allons vivre ailleurs.

S481 stop
E kaja ne’jicha apú iñe’pú chuwá.

Ils empruntèrent un chemin.

S482 stop
Iphichaño ina’uké jímalaremi e’iyajé.

Et ils arrivèrent sur un terrain en friche des gens.

S483 stop
E namicha kajmú i’michaka. Kameja richa i’michaka.

Ils virent qu’il y avait du raisin d’Amazonie bien mûr.


NOTE : Uvilla kajmú (Yuc.). Uva (Esp. Ver.). Pourouma cecropiifolia.
S484 stop
E rimicha re’welojlo Níkoko : « Marí wachi’na michuna jímalaremi. »

Il dit à sa soeur Níkoko : « Voici le terrain en friche de nos parents. »

S485 stop
E ina’uké iphicha rejó. I’jichari ipatú ña’jé rejó.

Quelqu’un arriva pour prendre de la coca.

S486 stop
E rimicha re’welojlo :

– Meke kajrú wani wachi’na michuna kajmuremi aphichako.

S487 stop
Nuji’chako wajluwa riká.

Je vais en prendre pour nous.

S488 stop
Ramicha kajrú kupira’phana chila’chiya ta kajmú.

Il vit de nombreux oiseaux picoter les raisins.

S489 stop
Rimicha rojló : – Chuwí Níkoko, kajrú wani kupira’phana chila’taka wakajmure !

– Petite soeur Níkoko, tous ces oiseaux sont en train de becqueter nos raisins !

S490 stop
Pe’iyajwé ne’majika palamani wachi’na michuna ejátake kajmú penajemi kupira’phana chila’ta, ke rimicha.

Quand notre famille était en vie, c’était eux qui semaient les raisins que ces oiseaux sont en train de picorer.

S491 stop
E ra’chá rojló kajmú. Rimicha rojló : – Pikula kele eyá.

Il lui donna une grappe de raisins et dit : – Regarde si certains raisins sont bons.

S492 stop
E ina’uké ajalaki’cha neká.

L’homme les interpella.

S493 stop
– Na ina’uké ka pura’ño ilere.

– Qui est-ce qui parle là-bas ?

S494 stop
E rimicha re’welojlo : « Pata’o, pata’o ! ».

Il dit à sa soeur : « Cache-toi, cache-toi ! »

S495 stop
E jóyomi ajipicha ina’ukejlo : – Nuká, ke rimichaka.

Puis il répondit à l’homme : – Moi-même.

S496 stop
– Na chi ina’ukeka piká ? ke ina’uké kemichaka rijló.

– Qui êtes-vous ?

S497 stop
Rimicha rijló : – Nuká. Unká chi piwe’pila ina’uké kapichataka wachi’na michuna i’maka siyá aú.

– C’est moi. Ne savez-vous pas que des gens ont brûlé notre famille ?

S498 stop
E ina’uké we’picha riká, e rimicha rijló : – E ka’jná ina’uké kapichataka ichi’ná michuna ke ka’jná ? Unká nuwe’pila na ina’uké kapichataka ichi’na michuna, ke rimichaka.

L’homme était au courant, et lui dit : – Ce serait donc vos parents qui ce sont fait décimés ? Je ne sais pas qui a pu les tuer.

S499 stop
Na jwa’té pipuri’cho ?

Avec qui parliez-vous ?

S500 stop
– Nokó ja, ke rimichaka.

– Je parlais tout seul.

S501 stop
– Meke chi pimichaka ?

– Que disiez-vous ?

S502 stop
Marí ke numichaka : – Meke kajrú waní kupira’phana katako wachi’na michuna kajmure nakú.

– Comment tous ces oiseaux peuvent-ils jouer avec le raisin de ma regrettée famille ?

S503 stop
Kajmú ne’majika palamani wachi’na michuna ejata ke kají kaje i’majika penaje kupira’phana chila’tákare, ke numichaka.

C’est grâce à notre famille qui a semé ce raisin que ces oiseaux peuvent les picorer.

S504 stop
– E kewaka ? ke ina’uké kemichaka rijló.

– Vraiment ?

S505 stop
– A’a, ke rimicha.

– Oui, dit-il.

S506 stop
E ina’uké kemicha : – Unká ilé ke kalé nomi’chaka pimichaka.

– Ce n’est pas ça que je vous ai entendu dire.

S507 stop
Na jló pimicha ‘chuwí Níkoko’ ke no’micha pimichaka.

A qui disiez-vous : ‘Petite soeur Nikoko’ ?

S508 stop
Aú jóyomi kemicha rijló : – Re jo’o iná nachaná manáichami jwa’té nupuri’cho.

– C’est vrai, je parlais avec ma folle de soeur.


NOTE : Manáichami (Yuc). Fou, folle. Idiot(e), irresponsable. Insouciant(e) des règles de bonne conduite.
S509 stop
– Mere chi ruká ? ke ina’uké kemicha.

– Où est-elle ?

S510 stop
E ro’wé wá’icha rojló : – Chuwi Níkoko. Majó pi’jná.

– Petite soeur Níkoko. Viens.

S511 stop
Ejá rócho’cho rejó.

Et elle sortit.

S512 stop
E rimicha ina’ukejlo : – Marirú ruká no’weló manáichami. Unká ina’ukelaru ruká.

– La voilà ma folle de soeur. Elle n’est pas normale.


NOTE : Unká ina’ukelaru ruká (Yuc.). Lit. « Elle n’est pas humaine ».
S513 stop
– Ñake iká, ke ina’uké kemicha. Kele inanaru Níkoko,

– Bon d’accord. Jeune fille Níkoko.

S514 stop
Manai rupechu i’michaka. Ruká keño’chayo inanajlo manai cha’naje.

Elle était vraiment folle. C’est elle qui fut à l’origine de la folie des femmes.

S515 stop
E kaja ina’uké kemicha najló : – Nuteló, meke chi i’majika chúwaka ?

L’homme leur demanda : – Monsieur, qu’allez-vous devenir maintenant ?

S516 stop
– Kapí, ke rimichaka ina’ukejlo.

– Aucune idée.

S517 stop
– Me ño’jó chi pi’jná pipechu nakú ?

– Où pensiez-vous aller ?

S518 stop
Aú numá pijló : – Piwatajika ee nujwa’té i’makana, i’jná nujwa’té. Ina’uké kaja nuká.

– Si vous voulez vivre avec moi, vous n’avez qu’à me suivre. Je suis quelqu’un d’humain moi aussi.


NOTE : Ina’uké kaja nuká (Yuc.). Lit. « Je suis humain moi aussi ». Selon le perspectivisme des Indiens d’Amazonie (au sens de Viveiro De Castro), le fait d’être humain n’est pas une qualité réservée à l’humanité, mais à chaque espèce en particulier, qui se voit elle-même comme humaine.
S519 stop
Kaja ina’uké kapichata ichi’na michuna. Aú numá pijló unká na jwa’té pi’mala, aú numá pijló pi’makaloje nujwa’té penaje.

Puisque des gens ont tué votre famille, et que vous n’avez plus personne avec qui vivre, je vous propose de venir habiter avec moi.

S520 stop
E kaja paya’jikoja pi’jnaje me ño’jó piwatajika ejó.

Quand vous en aurez assez, vous pourrez toujours aller où vous voudrez.

S521 stop
Aú numá pijló marí ke.

Telle est ma proposition.

S522 stop
– Je, ke jóyomi kemichaka rijló.

– Bien, dit la petite chauve-souris.

S523 stop
Remi’cha ina’uké ja’piyá rimichaje nakú rijló pura’kaloje.

L’homme l’avait convaincu.

S524 stop
E ina’uké kemicha najló : – I’jná chúwaka.

Puis il dit : – Allons-y.

S525 stop
E jóyomi kemicha rijló :

Lapichumi lui dit alors :

S526 stop
– I’jná ilé kajnó nuká me’teni ke rimichaka ina’ukejlo.

– Partez devant, nous arrivons tout de suite.

S527 stop
E Níkoko kemicha ro’wejlo : – Nu’jichaka rijwa’té.

Níkoko dit à son frère : – Je pars avec lui.

S528 stop
E rimicha rojló : – Kechami ko we’jná rapumi chu.

– Nous le suivrons ensemble après.

S529 stop
E’iyonaja unká ro’malacha ra’piyá.

Mais elle ne l’écouta pas.

S530 stop
E kaja ñá’keja ruñá’icha ro’wé ina’uké jwa’té.

Elle abandonna son frère et partit avec l’homme.

S531 stop
E ina’uké iphicha riñakaré chojé, e kele Níkoko iphicha rijwa’té ichuwaya ro’pichaka rijwa’té pe’iyojo.

Quand l’homme arriva à la maloca, elle rentra tout de suite avec lui au milieu de la maloca.

S532 stop
E riyajalo kemicha ina’ukejlo : – Me kajeru inanaru piphachiya majó ?

L’homme avait une femme, qui lui demanda : – Qui est cette fille que tu ramènes ?

S533 stop
– Kapí, ke rimichaka.

– J’en sais rien.

S534 stop
Na paja ka ina’ukeka nuphachiya jimalami e’iyá ?

J’ai rencontré je ne sais quels gens dans le terrain en friche.

S535 stop
Kajmú ajmakana nakú nomicha neká.

Ils étaient en train de manger des raisins.

S536 stop
Aú numicha najló : ‘Na ina’ukeka iká ?’

Je leur ai demandé qui ils étaient.

S537 stop
Aú nemicha nojló : ‘Weká.’

‘C’est nous’ m’ont-ils répondus.

S538 stop
Aú nukejá’icha yuku naliyá. ‘Na ina’ukeka iká ?’

Je les ai interrogés. ‘Qui ça vous ?’

S539 stop
Aú rimicha nojló : ‘Unká chi piwe’pila ina’uké kapichataka wachi’na michuna i’maka kera’tani aú.’

Et son frère me répondit : ‘Ne savez-vous pas que des gens ont brûlé notre famille ?’

S540 stop
E nuwe’picha ri’michaka. Aú numicha najló : ‘Na jwa’té chi i’maje chuwaka ?’

J’ai compris qui ils étaient, alors je leur ai dit : ‘Avec qui allez-vous habiter maintenant ?’

S541 stop
‘Kapí, ke nemichaka nojló.

‘Aucune idée’ me dirent-ils.

S542 stop
Aú numicha najló : ‘Ina’uké kaja nuká. Iwatajika ee i’jná nujwa’té i’makaloje nujwa’té.

Alors je leur ai dit : ‘Moi aussi je suis humain. Si vous voulez, vous n’avez qu’à venir vous installer avec moi.

S543 stop
Ipechú nakú ri’majika ketana aya’jikoja a’paje iwatajikejó’ ke numichaka najló.

Quand vous en aurez assez, vous n’aurez qu’à aller où vous voudrez.’

S544 stop
Aú nemi’cha no’piyá.

Et ils m’ont écouté.

S545 stop
Aú nuwáicha neká majó, ke rimichaka rojló.

Alors je les ai fait venir ici.

S546 stop
E kaja ro’wé iphicha pachojó. Pají numanaje riphicha.

C’est alors que le frère de Níkoko entra à l’entrée de la maloca.

S547 stop
E riyaka’icho majó pe’iyoje. Amichari manáeja re’weló i’michaka majó pe’iyoyo.

Il regarda à l’intérieur et vit sa folle de soeur au beau milieu de la maloca.

S548 stop
E ina’uké ajalaki’cha : – Nuteló, wajé piká majó ?

L’homme l’interpella : – Monsieur, vous voilà arrivé ?

S549 stop
– A’a, ke rimicha.

– Oui.

S550 stop
E ina’uké kemicha rijló : – Maarowa pikutá petá, ke rimichaka.

– Accrochez votre hamac ici.

S551 stop
Maareje cha ra’chaka ripechu awa’jo.

Mais il voulut rester où il était.

S552 stop
E rimicha rijló : – Unká nuteló, maareja, pají numaná chu nukuwá.

Il lui dit : – Non monsieur, je vais accrocher mon hamac ici à l’entrée.

S553 stop
E kaja júpimi ne’micha.

Et le temps passa.

S554 stop
E jóyomi i’jnachiya ripechuwa : « Meke nula’jika no’welo nupura’koloje rujwa’té. »

Lapichumi se demandait : « Comment vais-je faire pour parler à ma soeur ? »

S555 stop
Unká me ño’jó ripura’lacho rujwa’té. Ina’uké yajalo jwa’teja ru’micha pe’iyó.

Il ne pouvait pas lui parler. Elle restait toujours avec la femme au milieu de la maloca.

S556 stop
E ina’uké i’rí i’michari yuwají pitakala ri’michaka.

L’homme avait un bébé bien grassouillet.

S557 stop
Riká nakú rumicha Níkokojlo : – Marí to’jmá pilamara’a nojló riká nula’kaloje wajnewa penaje.

La femme dit à Níkoko : – Occupe-toi de ce petit pendant que je prépare notre nourriture.

S558 stop
– Je, ke rumichaka.

– Bien, dit-elle.

S559 stop
E kaja rulamari’cha yuwají.

Alors elle s’occupa du bébé.

S560 stop
E ruwachiya rinókana.

Mais elle voulait le tuer.

S561 stop
E ro’wé Joyomi we’pichari riká.

Son frère le savait.

S562 stop
Aú ripechu i’micha : « Meke chapú wani ! Meke nula’jika kají no’welo nupura’koloje rujwa’té penaje ? »

Il pensa : « C’est terrible ! Comment pourrais-je faire pour parler à ma soeur ? »

S563 stop
E kaja lainchú ratani’cha rojló romakaloje riká :

En fin d’après-midi, il chanta pour qu’elle le regarde.

S564 stop
« E anapirayu, nupiraya, kaayowa … » ke ratanichaka rojló.

« E anapirayu, nupiraya, kaayowa … » lui chantait-il.

S565 stop
E ropiyakicha riká. « E kapikaya kapikaya … » ke rumicha.

Mais elle répondit en changeant ses paroles : « E kapikaya kapikaya … »

S566 stop
E rimicha : – Chi te ta ! Unká jema’la no’piyá ! ke rimichaka.

– La garce ! Pas moyen qu’elle m’écoute !

S567 stop
Rimichaka rojló rataniko :

Dans son chant, il lui disait :

S568 stop
« No’welo, mapera pi’maka, pikawilaniñá ina’uké nakú, inanaru piká. Apala meke ina’uké la’a piká !

« Ma soeur, reste tranquille. N’embête pas ces gens. Tu es une fille. Ces gens pourraient te nuire.

S569 stop
Nuká achiñá we’pijirí mekeka wachi’na michuna le’jé ja’kuna pura’kana. »

Moi, je suis un homme. Je sais comment nous allons pouvoir venger notre famille. »

S570 stop
Aú rojipicha rijló : « Kapí o’wé. Eko wamajla meká nula’jika. Nuwata kiñaja wachi’na michuna le’jé ra’kuna pura’kana inanaru nu’maka e’iyonaja. »

Mais elle lui répondit : « Je ne sais pas, grand frère. A moi de voir ce que je vais leur faire. Même si je suis une fille, je veux vite venger notre famille. »

S571 stop
Rejeja rimanomi’cho.

Après cela, il se tut.

S572 stop
E ina’uké kemicha jóyomijlo :

L’homme lui dit alors :

S573 stop
– Nuteló, na ilé patani ? Pala wani.

– Monsieur. C’est quoi ce que vous chantez ? C’est très joli.

S574 stop
Aú jóyomi kemicha rijló : – Unká na kalé nuteló. Arápa’kaje riká nutani.

– Ce n’est rien, monsieur. C’est juste une danse.

S575 stop
Aú ina’uké kemicha rijló : – Meke palani wani piyale ! Nuteló.

– Il est vraiment très joli votre chant ! Monsieur.

S576 stop
– A’a, ke rimicha.

– Oui.

S577 stop
E chi iná arápa’kajla riká ? ke ina’uké kemichaka Joyomijlo.

– Est-ce qu’on peut le danser ?

S578 stop
– A’a, iná arápa’kare riká.

– Oui, cela se danse.

S579 stop
E ina’uké kemicha rijló : – E parápa’kajla riká warápa’kaloje riká penaje ?

– Pourriez-vous le danser pour que nous le dansions également ?

S580 stop
– A’a, nuteló.

– Oui, monsieur.

S581 stop
Aú ina’uké kemicha : – Na yálena iná arápa’a riká ? ke ina’uké kemicha.

Dans quels bals est-ce qu’on le danse ?

S582 stop
Aú jóyomi kemicha rojló : – Unká na yálena kalé iná arápa’ka. Jíñana yale. Jíñana iná ajñáka wakaje iná arápa’a.

Pas besoin de grande cérémonie. Juste un bal de poissons. Quand on a beaucoup de poisson à manger, on le danse.

S583 stop
– Ñake riká, ke ina’uké kemicha. Nuwatá ramakana.

– Bien. Je veux voir ça.

S584 stop
Aú Joyomi kemicha rijló : – Kaja piwata ramakana, nuteló. Re ina’thana maarowá wawejrakaloje riká penaje wajña’kaloje jiña warápa’kaloje kají yale penaje.

– D’accord, puisque vous voulez le voir. Il y a une rivière près d’ici pour pêcher à la nivrée. Quand nous aurons ramené du poisson nous danserons pour ce bal.

S585 stop
Aú ina’uké kemicha riyajalojlo : – Piña’a kajirú wajluwá iyamáka’la we’jnakaloje nuteló jwa’té we’jraje wajluwa penaje warapa’kaloje kají yáleje nuteló atanikare re’welojlo.

L’homme dit alors à sa femme : – Tu vas rapporter du manioc pendant deux jours pour que nous allions pêcher à la nivrée. Ainsi nous aurons ce qu’il faut pour danser ce qu’il vient de chanter pour sa soeur.

S586 stop
– Je, ke rumicha.

– Bien, dit-elle.

S587 stop
Aú kaja ina’uké yajalo iji’cha kajirú iyama ka’lá.

Alors la femme alla chercher du manioc deux jours de suite.

S588 stop
Ruñápachiya riká e rumicha : – Kaja nuñapachiya kajeru ña’kana chúwaja.

Quand elle eut fini, elle dit : – Ça y est, j’ai terminé d’apporter du manioc.

S589 stop
– Je, ke rimicha.

– Bien.

S590 stop
E ina’uké kemicha jóyomijlo : – Nuteló, muni we’jnajika wajluwa wejraje warápa’kaloje kele yáleje patanichare penaje.

L’homme dit alors à la petite chauve-souris : – Demain, nous irons pêcher à la nivrée pour ce bal.

S591 stop
– Ñake iká, ke jóyomi kemicha.

– D’accord.

S592 stop
E ina’uké kemicha rijló : – I’jná wero’chachi kuna.

– Allons déterrer des racines de barbasco.


NOTE : Kuna (Yuc.). Barbasco (Esp. Ver.). Plante ichtyotoxique utilisée dans la pêche à la nivrée. Les racines sont écrasées dans l’eau, ce qui atténue la teneur en oxygène de l’eau et asphyxie les poissons.
S593 stop
Muni lapiyami we’jnaje wejraje.

Demain matin, nous irons pêcher à la nivrée.

S594 stop
– Ñaké, ke rimicha.

– Bien.

S595 stop
Kaja ne’jicha kuna ero’je.

Ils allèrent déterrer des racines de barbasco.

S596 stop
Kaja muni lapiyami ne’jicha we’jraje.

Et le lendemain, ils partirent pêcher à la nivrée.

S597 stop
Ina’uké kemicha riyajalojlo : – Ka’ápuku piwatá weká. Re weká waicha majó.

L’homme dit à sa femme : – Attends-nous pour midi. Nous serons de retour.

S598 stop
Kaja ne’jicha we’jrá.

Et ils partirent.

S599 stop
E ina’uké yajalo kemicha Níkokojlo : « Marí to’jmá pikamata riká. Nu’jichako kajeru wejapaja. Apala wajné tajnó. »

La femme dit alors à Níkoko : « Fais dormir le bébé. Je retourne chercher du manioc. Nous n’en aurons peut-être pas assez. »

S600 stop
Kaja ru’jicha kajeru ña’je yámijo Níkoko nocha yuwají.

A peine fut-elle parti que Níkoko tua le bébé.

S601 stop
Riwilako e’iyayá rojo’chá re’iyaje.

Elle fit un trou [avec l’une de ses griffes] au sommet de son crâne.


NOTE : Mario ne le dit pas explicitement, mais fait le geste de planter son index.
S602 stop
E ruwijro’cha rijlapojere.

Puis elle aspira la moelle de son cerveau.

S603 stop
Kaja yuwají tajicho.

L’enfant succomba.

S604 stop
E rupichami ralomi iphicha rumicha rojló : – E to’jmá kamachiya ?

Plus tard, la mère revînt et dit à Níkoko : – Le bébé dort-il ?

S605 stop
– A’a, ke rumicha.

– Oui, dit-elle.

S606 stop
E kaja ro’picha une’e chuwá kajiru ipaje.

La mère alla ensuite laver le manioc à la berge.

S607 stop
Ruphicha piño. Rumicha rojló : – E to’jmá apocha ?

A son retour, elle lui demanda : – Le bébé s’est-il réveillé ?

S608 stop
– Unká jo’o, ke rumicha.

– Pas encore.

S609 stop
– Meke chi jupi waní rikamatako ?

– Il en met du temps à dormir !

S610 stop
Pa’a majó riká no’chi chuchú rinumá.

Passe-le moi, je vais le faire téter.

S611 stop
Aú ru’jnachiya rojló riká.

Alors Níkoko lui remit le bébé.

S612 stop
Ro’chó ra’pejé. Amichari ka’machi chaje yuwají tami i’michaka.

Quand elle l’eut dans les bras, elle vit que l’enfant était tout dur.

S613 stop
E rupechu i’micha : « Meke chapú wani ! Ronóchaka to’jmá michú ! Na aú ka’jná ronocha riká ?»

Elle pensa : « C’est terrible ! Elle a tué le bébé ! Comment a-t-elle pu le tuer ? »

S614 stop
E rupalamachiya rinakuwa. E romicha rijapojore aphumi iyaka’lako.

En regardant bien son corps, elle vit de la moelle dégouliner du trou au sommet de son crâne.

S615 stop
Unká meke rumalacha raú.

Elle n’en parla pas.

S616 stop
Rumicha Níkokojlo : – Pa’a po’ri ja’pí wakúwachi napé.

Elle dit à Níkoko : – Mets du bois sous la platine, pour préparer une galette en attendant qu’ils arrivent.

S617 stop
Yewichaja neká wáicha.

Ils ne vont plus tarder à arriver.

S618 stop
E kaja ro’chá po’rí ja’pí. Kajrú ro’chaka po’rí ja’pí.

Alors Níkoko mit du bois sous la platine, beaucoup de bois.

S619 stop
Kerápelaje ra’pí i’michaka.

Cela fit beaucoup de braises.

S620 stop
E ina’uké yajalo kemicha rojló : – Payura’a ra’piyá.

Elle lui dit ensuite : – Disperse ces braises [pour réduire la chaleur].

S621 stop
E roko’icho ra’piyá ayura’je, e ina’uké yajalo pachiya ruká. Roruki’cha ruká po’rí ja’pejé.

Quand Níkoko eut dispersé les braises, la femme l’attrapa et la mit sous la platine.

S622 stop
Kajrú roruki’chaka ruká po’rí ja’pejé. E kaja ruka{ra}’áchiya ruká.

Elle l’enfonça bien sous la platine et la brûla.

S623 stop
Ñátaperu ka’jná ru’michaka. E rujlumi jeño’cha po’rí ja’piyá. The’e.

Níkoko devait avoir un pouvoir surnaturel. Alors l’un de ses yeux bondit hors de la platine. The’e.


NOTE : Mario dit que cet œil sortant après la mort serait l’âme du défunt. Celle-ci est censée être perçue dans l’œil d’une personne encore en vie (il s’agit en fait du reflet de l’observateur). L’âme du défunt est associée à Majnuri, le fils orphelin de Lune (Cf. Mythe de Mananiya et de l’Orphelin). C’est lui qu’on nomme pour s’y référer dans les incantations. Selon Mario : « L’œil de Níkoko s’est transformé en petit coléoptère. C’est aussi lui que l’on peut percevoir bouger à la surface de l’eau, et qui a notre apparence. » (Rujlumi ewi’charu yapukurú penaje. Riká junapi iná amá riká, juni jimó. Chipu chipu chipu, ke richipuka’ka ramakana iná aú.)
S624 stop
Rujlumi jeno’cha po’rí ja’piyá ro’wé lo’kopani.

Et il fila tout droit jusqu’à son frère.

S625 stop
Rujlumi jácho’o ro’wé ja’pejé. E rowiyo’cha. – Ayá ! O’wé ! Kaja rukara’chiya nuká maapani, ke rujlumi kemicha ro’wejlo.

L’oeil arriva juste devant lui et cria : – Aïe ! Grand frère ! Elle m’a brûlée !

S626 stop
Aú rimicha rojló : – Unká meke nula’lá piká.

Alors il lui dit : – Je ne peux rien faire pour toi.

S627 stop
Ilé numá nakú pijló i’maka júpimi.

Je t’avais prévenu depuis un bon moment.

S628 stop
Manupera pi’maka ina’uké jwa’té.

‘Tiens-toi tranquille avec ces gens.

S629 stop
Pikawílaniya najnaru ke numaka i’maka.

Ne leur crée pas de soucis !’

S630 stop
Pa piphichaka richojé chuwaka numá kalé nakú pijló i’maka.

Regarde ce qui t’arrive maintenant malgré ce que je t’avais dit.

S631 stop
Unká meke nula’la piká. Inanaru piká nakapichata.

Je n’y peux rien. Ils t’ont tuée par ce que tu es une fille.

S632 stop
Eyá nuká achiñá. Unká ne’mala nakú : ‘Ñaké kaja ta wakapichatajika riká.’

Mais avec moi qui suis un mâle, ils ne diront jamais : ‘Nous l’avons tué lui aussi’.

S633 stop
E ina’uké jemi’cha ripura’ko.

L’homme l’entendit parler.

S634 stop
E ina’uké kemicha rijló : – Nutelo, na jwa’té pipura’ó ?

Il lui demanda : – Avec qui parlez-vous ?

S635 stop
Aú rimicha rijló : – Nokó nupura’kó, nuteló.

– Je parlais tout seul.

S636 stop
Unká ina’uké jema’lacha meke palá ripura’kó.

Mais l’homme n’avait pas bien pu entendre ce qu’il disait.

S637 stop
Aú jóyomi pajricha rijwa’té.

Alors Lapichumi lui mentit.

S638 stop
– Meke chi pimichaka ?

– Qu’est-ce que vous disiez ?

S639 stop
– Marí ke numicha. Kajrú waní jíñana nomichaka aú, me’teni numaka nuteló ke we’jrakaloje wajnewá ajñáje.

– Je disais que je viens de voir beaucoup de poissons. C’est le moment de pêcher à la nivrée.

S640 stop
Kají jíña wajichaje ajñaje we’jnakaloje. Eyá kají kajrú wani jíñana kajmuruna.

Nous avons pris et mangé des poissons, mais il y en a encore beaucoup en vie.

S641 stop
Palani ka’jná we’jnakaloje kuna ña’je we’jnakaloje lainchú riwe’jraje, wawa’kaloje inaana penaje, najñákaloje jíñana wajwa’té, ke numichaka.

Il serait bon d’aller prendre [encore] du barbasco pour retourner pêcher à la nivrée. Nous ferions venir les femmes pour transporter et manger le poisson avec nous. Voilà ce que je disais.

S642 stop
– Je, ke ina’uké kemicha :

– D’accord.

S643 stop
E kaja jóyomi kemicha ina’ukejlo : – Nuteló, i’jná wa’pachó chuwaká waji’chachi wajnewá kají jíñana waji’cha.

Lapichumi lui dit ensuite : – Rentrons et ramenons le poisson que nous avons pris.

S644 stop
E kaja na’picho.

Et ils rentrèrent.

S645 stop
E jóyomi iji’cha rijluwá jiña epo’takecha wíchupe chu repo’chiya jíñana.

Lapichumi emporta son poisson enveloppé dans des feuilles.

S646 stop
Nephicha pachojé. Riká penaje ra’pichaka po’ri ji’laje.

Dès qu’ils arrivèrent à la maloca, il s’approcha de la platine.

S647 stop
Eyá rayuricha po’ri ja’piyá. E ramicha kajrú re’welo micholo aphinami po’rí ja’pí.

Il scruta sous la platine et trouva de nombreux ossements de sa soeur.

S648 stop
E kaja riwáyo’cha iñaphí.

Alors il recueillit le squelette.

S649 stop
Ketana ina’uké yajalo moto’chaka jiña.

La femme termina de cuire le poisson.

S650 stop
E kaja Joyomi ajicha ajnewá jíña remi’chaje riká rajicha.

Lapichumi mangea le poisson qu’il avait grillé.

S651 stop
Riñápachiya ra’jnewa ajñakana. E rajicha rikakuwá.

Quand il eut terminé, il mâcha sa coca.

S652 stop
E ina’uké wáicha rijló : – Nuteló, chuwá i’jná majó wajñachi wajnewá.

Puis l’homme l’appela : – Monsieur, venez manger.

S653 stop
Aú Joyomi kemicha rijló : – Pajñá, nuteló. Kaja nojicha no’jmichaje.

– Mangez, vous. J’ai déjà mangé ce que j’avais grillé.

S654 stop
– Je, ke ina’uké kemicha.

– Bon.

S655 stop
Riñapachiya rajnewá ajñákana, e jóyomi kemicha rijló : – Nutelo, chúwaka i’jná wero’chachi kuna. Apala wajúwa’a.

Quand il eut fini, Lapichumi lui dit : – Monsieur, retournons tout de suite déterrer du barbasco. Pas la peine de s’attarder.

S656 stop
– Je, ke ina’uké kemicha.

– Bien.

S657 stop
Rimicha ina’ukejlo : – Pimá piyajalojlo rukuwachi ku’jnú wajluwá.

– Dis à ta femme qu’elle nous prépare une galette de cassave.

S658 stop
Kaja ne’jicha kuna ero’je.

Ils allèrent déterrer des racines de barbasco.

S659 stop
Nephicha. E kaja nemicha : « Chuwa we’jnaje ! »

Ils revinrent et dirent : « Maintenant nous pourrons y retourner ! »

S660 stop
Unká nakeja’cha riyukuna.

Ils ne s’étaient toujours pas informés.

S661 stop
Ina’uké yajalo kemicha ruyajnajlo : – Kaja maapami Níkoko nocha tojmá michú.

La femme dit à son mari : – Níkoko a tué notre bébé.

S662 stop
Aú nuka{ra}’achiya ruká maapami to’jmá michú pa’pí.

Alors je l’ai brûlée sous la platine.

S663 stop
E ina’uké kemicha riyajalojlo : – Unká meke wajla’a.

L’homme dit à sa femme : – Nous n’y pouvons rien.

S664 stop
Yuwají riká rukapichachiya. E kaja pinocha ruká ripa’pí, ke rimicha rojló.

Elle a tué l’enfant, et toi tu l’as tuée pour qu’elle lui tienne compagnie [dans l’autre monde].


NOTE : Iná pa’pí nókaje (Yuc.). Lit. « tuer pour accompagner quelqu’un ». En d’autres termes : « tuer pour venger quelqu’un. »
S665 stop
E jóyomi, unká rikeja’lacha re’weló yukuna.

Lapichumi ne posa aucune question sur sa soeur.

S666 stop
Unká rimalacha najló : « Mere chi no’weló ? »

Il n’avait pas besoin de demander : « Où est ma soeur ? »

S667 stop
Kaja riwe’picha nenocha ru’michaka.

Il savait bien que la femme l’avait tuée, et qu’ils étaient complices.

S668 stop
Ne’jichaka yámona, jóyomi kemicha ina’uké yajalojlo : – Nuteló yajalo, piña’a piturú.

Avant qu’ils ne repartent, Lapichumi dit à la femme : – Madame, emmenez de la pâte d’amidon de manioc.

S669 stop
Weká kele, wejí kele weká pheñawilájlo piñá’a. Wejí ka’lá ijmulá noje riturú.

Pour nous, pour trois adultes, vous apporterez trois boules de pâte d’amidon.

S670 stop
E piyanijlo piña’a kaapaje noje.

Et pour votre enfant, vous en apporterez une petite.

S671 stop
Kaja ne’jicha. Nephicha rejó.

Ils partirent et arrivèrent sur leur lieu de pêche.

S672 stop
Lainchú jóyomi kemicha ina’ukejlo : – Nomichajlako jíñana, nuteló.

L’après-midi, Lapichumi dit à l’homme : – Je vais essayer de trouver du poisson.

S673 stop
Nomajika ee kajrú jíñana e nu’jnaje piwá’je majó wawejrakaloje riká jíñana pa’kaloje lapí.

Quand j’en verrai en quantité, je viendrai vous chercher pour que nous allions le pêcher à la nivrée. Comme ça, tu pourras en rapporter cette nuit.

S674 stop
Kaja muní we’chú wajñáje rakú.

Demain, nous aurons de quoi manger.

S675 stop
Kaja lainchú wa’pajo.

Et l’après-midi, nous pourrons passer à autre chose.

S676 stop
Wephajika penaje warápa’kaloje penaje, ke rimichaka najló.

Le temps sera venu pour nous de danser, leur dit-il.

S677 stop
Kaja ri’jicha kawakajo ina’thana wapuwá.

Il descendit en aval en longeant le bord de la rivière.

S678 stop
E riphachiya palani te’rí. Kepé ri’michaka te’rí.

Il trouva une très bonne terre sablonneuse.

S679 stop
Riká e’iyá rejachiyá kewirí re’weló micholo aphinami.

A l’intérieur, il sema les ossements de sa soeur qui devinrent des roseaux à flûtes appelés kewirí.


NOTE : Kawirí (Yuc.). Carrizo, chirulo, flauta (Esp. Ver.). Roseau utilisé pour confectionner des flûtes de pan.
S680 stop
Kajrú kewirí i’michaka juni torenó.

Il y eut alors beaucoup de roseaux à flûtes sur les rives.

S681 stop
Iñaphí lupemí yurichajo, riká riji’cha kaja kaphé e’iyajé.

Les restes d’ossements, il les éparpilla à l’endroit de l’abri de forêt.

S682 stop
Ewi’charo a’waná puwe’í penaje.

Et ils se transformèrent en pointes de bois effilées.

S683 stop
E kaja riñáki’cha kewirí pana junapejé. Riká ewi’charo jiña penaje keicha wanapana.

Il secoua les feuilles de roseau kewirí dans la rivière, et elles se transformèrent en simulacres de poissons wanapana.


NOTE : Ces poissons ressembleraient à de petites sabaletas (Brycon sp.)
S684 stop
Kele kewirí i’i pijirí aphinami.

Le roseau kewirí [qu’il avait obtenu] s’appelle os de chauve-souris.

S685 stop
E riji’cha rinakiyana neká kele rimachi’yaka riká. E rapho’cha pajluwela chojé.

Il en coupa un peu et souffla dans l’un des tubes de roseau.

S686 stop
Tse tse ke rimejé i’michaka.

Il sonna. Tse tse.

S687 stop
Aú ri’micha : « Palani ! »

Il dit alors : « Bien ! »

S688 stop
E kaja riphicho. Iphicha ina’uké nakú.

Il revînt auprès de l’homme.

S689 stop
E ina’uké kemicha rijló : – Yúka’a, nuteló ? E pamichaka jíñana ?

– Ça y est, monsieur ? Avez-vous vu des poissons ?

S690 stop
– A’a, nuteló, kajrú waní nomichari jiña.

– Oui, j’en ai vu beaucoup.

S691 stop
– Na jíña ka’jná neká pamicha nuteló, ke rimichaka.

– Qu’avez-vous vu comme poissons ?

S692 stop
– Unká na kalé nuteló, wanapanana, ke rimichaka.

– Rien. Juste des wanapana.

S693 stop
Aú ina’uké kemicha rijló : – Nuteló, unká ke ilé jíñana i’mala maarowá ke ilé wanapana pima nakú.

– Il n’y a pas de ces poissons par ici, les wanapana dont vous parlez.

S694 stop
Aú jóyomi kemicha rijló : – Me ño’jó unká jwa’to ne’malá, nuteló, ke rimicha.

– Comment pourrait-il ne pas y en avoir ?

S695 stop
Piyukeja inatana akú kele jíñana wanapana, ke rimicha.

Il y en a dans toutes les petites rivières.

S696 stop
– Meke chi wala’jika chúwa ? Kaja wajúwi’cha.

– Comment allons-nous faire ? Il va bientôt faire nuit.

S697 stop
Aú jóyomi kemicha rijló : – Kaja ewaja wajúwi’cha. Muníko wawejrá.

– Il va faire nuit [donc] nous pêcherons à la nivrée demain.

S698 stop
Apala waphicha kele jíñana, muni we’chú wajña’kaloje piyuke neká penaje.

Si nous retrouvons ces poissons, nous les attraperons tous.

S699 stop
E kaja najúwi’cha.

La nuit tomba.

S700 stop
Ina’uké kemicha jóyomijlo : – Meke chi manupeja waní wajúwi’chaka ?

L’homme dit à la petite chauve-souris : – Comment se fait-il que nous passions la nuit là, comme ça sans rien ?

S701 stop
Unká wala’lacha wañakaro.

Nous n’avons même pas fait d’abri.

S702 stop
Apala juni no weká.

La pluie pourrait nous tomber dessus.

S703 stop
Aú Joyomi kemicha rijló : – Unká juni a’lajo. Pujini majó.

– Il ne va pas pleuvoir. Le ciel est dégagé.

S704 stop
Juni wakaje kalé iná la’a iná ñakaro.

C’est par temps pluvieux que l’on se bâtit un abri.

S705 stop
E kaja nakamáchiyo manupeja.

Ils dormirent comme ça.

S706 stop
Enaji ke lapí jóyomi wá’icha juni nachó.

A minuit, Lapichumi appela la pluie.

S707 stop
E kajrú na’chakó.

Alors il tomba des trombes.

S708 stop
Kaja nataka’chiyo ipe’ní nakú. Kajrú nakuruki’chaka ipe’ní nakú.

Ils avaient très froid, et tremblaient beaucoup.

S709 stop
E ina’uké kemicha jóyomijlo : – Nutelo, kaja waní ipe’ní cha’chiya nuká !

L’homme dit à la petite chauve-souris : – Monsieur, j’ai vraiment trop froid !

S710 stop
E jóyomi kemicha ina’uké yajalojlo : – Nuteló yajalo, e piji’chaka iturú numichaje nakú pijló.

Lapichumi demanda à la femme : – Madame, avez-vous apporté l’amidon que je vous avais demandé.

S711 stop
– A’a, ke rumicha.

– Oui.

S712 stop
– Pa’a nojló pajluwa’la.

– Donnez-moi une boule.

S713 stop
Aú ro’chá rijló riká.

Elle lui donna.

S714 stop
E rimajri’chá riwajwé loko’pani riya’chiya riturú.

Il se la colla juste devant le coeur.

S715 stop
Riká li’chari ima’á rijló.

Cela le réchauffa.

S716 stop
Rimicha najló : – Chúwaka iya’ta piyuke iturú iwajwé lo’kopani.

Il leur dit : – Maintenant, plaquez-vous vos boules d’amidon devant le coeur.

S717 stop
Palani waní riká.

C’est très bon.

S718 stop
Pa nuya’chiyaka riká nuwajwé lo’kopani.

Regardez. Je m’en suis plaquée une devant le coeur.

S719 stop
Riká li’chari ima’a nojló. Kaja riki’cha ipe’ní nunakiya.

Cela me réchauffe et me retire un peu du froid qui est en moi.

S720 stop
E kaja naji’chá piyuke iturú. Neká kele nayachiya nawajwé lo’kopani riká.

Ils prirent tout l’amidon qu’ils avaient, et se le plaquèrent devant le coeur.

S721 stop
E rili’cha najló i’má wejapaja.

Cela les réchauffa un peu.

S722 stop
Ñaké kajrú juní jácha’ko.

Et il pleuvait toujours autant.

S723 stop
E jóyomi iji’cha pajluwelá kewirí. E rapho’cha richojo : Se se.

Lapichumi prit un roseau kewirí et souffla dedans : Se se.

S724 stop
E ina’uké kemicha rijló : – Na ke ilé papho’o chojé pala waní.

L’homme lui demanda : – Dans quoi soufflez-vous ? Cela sonne joliment.

S725 stop
Aú Joyomi kemicha rijló : – Unká na kalé. Kewirí ke nopho’chó.

– Ce n’est rien. Je souffle juste dans une flûte kewirí.

S726 stop
– Meke palá waní rimeje ! ke ina’uké kemichaka rijló.

– Quel joli son !

S727 stop
E rimicha : – Marí nuji’chaje ijló i’michaka.

– En voici d’autres que j’ai apportées pour vous.

S728 stop
Chuwa wapho’chi richojé. Apala raú juni a’paje.

Soufflons dedans et la pluie va peut-être passer.

S729 stop
– Je, ke nemichaka.

– Bien, dirent-ils.

S730 stop
E kaja napho’chá richojé pajñakani. The the the the.

Ils soufflèrent alors tous ensemble au même rythme. The the the the.

S731 stop
E rapho’cha neká lapí makapé aú.

Lapichumi leur souffla dessus avec de la poudre de nuit.


NOTE : Lapí makapé (Yuc.). Lit. « Poudre de nuit ». L’obscurité de la nuit est conceptualisée par les Yucuna comme une poudre. Makapé (« poudre ») est un terme très employé dans les vers magiques des incantations. La « poudre de la nuit » est toujours nommée pour utiliser les effets magiques de la nuit.
S732 stop
E rewiña’chiya neká laí maminá penaje.

Cela les transforma en tinamous cendrés.


NOTE : Laí mami (Yuc.). Panguana negra (Esp. Ver.). Tinamou cendré. Crypturellus cinereus.
S733 stop
E kaja ra’picha nanakú. Pooto poto poto. Kewirí e’iyajé ra’pichá nanakú.

La poudre de nuit leur avait été projetée dessus au travers de la flûte.

S734 stop
E kaja rimicha : « Amá chúwaka ! Ilé ke po ikapichataka nuchi’na michuna i’maka no’weló michuna wa’té aphinami ruká wá’yo iká rujluwá.

« Vous voyez maintenant ! Vous avez tué ma famille et ma soeur. Alors avec son os, elle vous emporte avec elle.

S735 stop
Ekó ilé keja i’majika lainchú murena penaje.

Ainsi, avec cette flûte, on jouera de la musique le soir.

S736 stop
E kaja jóyomi jewi’cho pijirí penaje.

Puis il prit sa forme de chauve-souris.

S737 stop
Riká moto’chari pijirina i’maka eja’wá chu.

Ainsi naquirent les chauves-souris en ce monde.

S738 stop
Unkajela ri’ma aú i’maka, unká pijirina i’malajla me’teni.

S’il n’avait pas existé, il n’y aurait pas de chauve-souris aujourd’hui.

S739 stop
Ketana riyukuna.

Fin de l’histoire.