Mythe de la Raie


Lecture en continu :

Transcription par phrase


Traduction par phrase
fr
Transcription du texte complet


Traduction du texte complet
fr



Notes
Pupuchi Chi’narikana i’michari apapú akú.
E kajruni ipokó i’michari pají najló riká.
Nañakare riká chu ne’micha kajrú pu’thé pají chu.
Eyá i’majemi napachiya ina’uké najñákaloje.
Unká me ño’jó ne’jnalacha nanakoje a’pitaje.
Yuwana i’jicha apitaje napachiya. Najicha’a.
Apú ka’jná i’jicha a’naje napajnochiya najicha’ja.
Ilé kaje nakuja ne’micha ina’uké ajñákana nakú.
E jema i’michari apú ja’pichari muru chiya.
Iyama ra’pú i’michari eja’wá e’iyowá. Re raphú, junapiwá re kajrú raphú.
Riká chuwa ra’picha junapiwá. Ja’pichari pupuchi ñakare chuwa.
Lawichú ra’pá ri’michaka pupuchí chi’narikana. E pupuchí chi’narikana nani i’micha : re’tapare, jumichiripu’ku, kajo’ma, rikuyane, rikamúralare chu rikaku i’michaka.
E jema ta ja’pichá re’wá rinakuwá ripayachiya richá. Piyuke rimajakachiyaka rinane.
E kaja ra’picha murú numana chiyá.
Raka’ko : « Uuum uum ».
E Pupuchi kemicha : « Meke chapú waní unká ina’ukelari ta li’chaka nuká, majakachiyari nunani piyuke waní ! »
Iyaá pe ra’pichaka rewá, rimajakachiya piño rinane. Ejechami Pupuchi chi’narikana yuicha’ko.
E rimicha : « Marí puichiya rimajakatajika ee nunane e ramaje e nuwajaje riká ta !
E ra’pichata wejí ke pe la’ká riphicha piño rinane majakataje. E kaja ra’pí mu’rú numana chiyá raki’chata « uum um », eyá Pupuchi pachiya riká.
« Naje pani pimajakatano nunane ? Chuwa pamájika ! »
Ejá ripachiya riká ña’ji pe’iyoyá. Ejá jema ta já’ochiya riká pe’iyojó. Ri’jnachiya riká eja’wá e’iyowá « ti ti ti » ke.
Kaja ewaja ra’pachiya riká pupa a’pare eyayá. Riká ki’chare jema nakiya riká Pupuchi.
Ejechami Pupuchi chi’narikana kemichaka : – Meke chapú wani puwareni ta ki’chaka nuká ya’jnaje wani ? Meke nula’jika chuwa ?
E rikulicha. Amichari pacháwatani. Iká chu juni ñani yaicho iká chojé richirachiya riká.
Ejechami rijwa’tejena amichari rapumi. E nemicha : « Na ne’waka la’ko ? Unká iphala. »
E nawá’icha juni kajrú juni ja’chako.
Ñake riichaka e nakeño’cha rikulakana.
Jupichami juni ñáchiyacho ka’ápuku iná kemaka e ina’uké i’jichari wapa’ná wa’té chira’jo je’michari kajrú wá’kaje me’jé.
« Ipata nuká ka’jnó. »
Aú ina’uké machi’ya rilo’kopani.
Amichari ri’jlamako.
E remi’cha rimacha : « U’u ! Ipata nuká kajnó ! ».
Jaina, mapaná, pujina, neká ajñachiyari riká.
E rimicha najló : « Kaíruna, kaja ajñátaniya nuká ! Na we’pijiri numuji kají kapichakajo liyá ? Pata’jeri nuká no’je jlo ñákaje wemí páwaphi ».
E ina’uké kemicha rijló : – Na ta kele wá’ari ?
– Nuká nulaké, ke rimicha.
E ramicha pupuchi ri’michaka.
E ina’uké kemicha rijló : – Piká chi ke ilé ? Unká wani ina’ukela wa’jini ajñáka ina’uké ! Chuwa pamajika.
Ejá ina’uké i’jichari riwilá ta pi’chaje.
E rawiyo’cha : – Ayá nulaké !
Nu’marejá ! Pinóniya nuká.
Pipata’jla nuká nopoí chuwa, ekó no’o pijló riwemí páwaphi.
Numajika nujwa’tejenajlo napataka piyá ina’uké.
E kewaka pimaka nojló ? ina’uké kemicha.
– A’a, nulaké, ke rimicha.
Kewaka numaka pijló.
E kaja ina’uké a’napicha. Riwajlé chojó ra’napicha riká.
E ripachi’ya riká apapú purenaje.
E riki’cha riká junapejé ejé ripachiyajla riká.
Jupichami rácho’chako.
E ina’uke kemicha : – Meke pila’ka numana chi pi’rata ?
– Unká nulaké. Unká pimana kalé nu’rata. Nuká’jemi maná nu’rata
– Nupachi’ya piká e’iyá chi pi’rata i’makaje ta maná !
E rimicha ina’ukejlo : – Maare piwata nuká. Nu’jichachi pijló páwapi pipachiyaka wemí.
E ra’pichiyajla.
Unká, maramarani ri’michaka. Unká me ño’jó ra’pitalacha.
E rimicha ina’ukejlo : – Nulake, piya’ta nojlo pa’pikena.
Nuji’chachi nule’jena kechamiko nupata’a pijló ejena.
E ina’uké kemicha : – Kewaka chi pimaka nojló. Unká chi piña’taloje nuyawichana.
– Unká nulaké, ke rimicha.
E ina’uké ya’chiya rijló riyawichana.
E riki’cha riká rinakojo rijajwila ja’pejé.
Re ra’pichiya junapeje.
E riphicha riñakare chojé.
E rijwa’tena kemicha rijló : – Newaká, na pila’ko ?
– Unká na kalé nula’kó. Jema ta ka’ri nuká eja’wá e’iyá.
– Merowá piphicha ?
Unká merowá kalé. Nulaké pachi’yari nuká. Aú nuphicha majó.
Aú nu’jicha rijló riwemí ña’je.
– Je, ke nemicha.
E kaja riphicha piño ina’uké nakú.
E rimicha ina’ukejlo : – Marí pipata’ka nuká wemí.
No’o pijló karí páwapi pijña’kaloje pijluwa jíñana raú.
Palani waní riká, karí páwapi.
Nule’je páwapi pipa’ta nuká wemí ya’jnayá waní. Aú no’o pijló riká.
Ñaké numá pijló : – Pa piya’taniya riká ajopana ina’ukejlo napata’jika riká nojló.
– Meke chi ri’majika nukapi ?
E rimicha rijló : – Pi’jnajika raú a’naje piyá. Pila’a pijluwá ipatú, kechami pila’á pijluwa lukují.
Kechami pila’jika lukují cha tapú noka piyá piká.
E kaja pi’jnaje raú a’naje.
Pika’jika riká junapejé.
E pimaje rijló : « Páwapi, páwapi, piña’a juni ya’jné. » Piwatajika ke’iyape ijmularuna « ka’pajuna ke’iyape piñá’a nojló juni ya’jné. »
E pika’je riká junapejé.
E piwataje riká.
Puwaka rikó riphajika yewichami iná me’taka e riphaje jita turé nakojé e riña’kaje pa’piya ita.
E kaja pichira’je riká, ke pi’jnajika pituwa jiña raú.
E rimicha ina’ukejlo : – Chuwa nulaké. E piwataka pa’jutaya amakana ?
– A’a ! ke rimicha.
– Ñaké ke rimicha.
Maare piwatá nuká.
Kaja Pupuchí a’pichiya piño junapejé.
E kaja ripuri’cho rika’najwa’té : – Marí ke nulaké watari amakana.
– Je, ke nemicha.
E kaja nácho’cho maareyá ke apú jácho’chako.
E kajrú ripo’ko i’michari. Riká chu nácho’cho, kajrú waní ne’michaka.
E pe’iyoyá rácho’cho ne’iyayá. E rimicha ina’ukejlo : – Nulaké, maarona neká pajutaya piwachiya amakana. Chuwa pamá neká.
Re ina’uké kemicha : – Meke kajrú waní ilé chuchuyá !
E Pupuchí kemicha rijló : – Chuwá pipura’ó najwa’té, pajutaya jwa’té.
E ina’uké kemicha najló : – Chuchuyá nupura’jiko chuwa ijwa’té.
Ñaké numá ijló chuwaka chuchuyá ilé nupa’ta ijló i’makana. Aú numá ijló kaja iyuri ina’uké patakana. Kaja cha ritaja’taka yuwaná. Aú numá ijló ipataka piyá ina’uké chúwaka.
Eyá unká ja ke jema’a no’piyá, marí yawi i’jnajeri ajñare kajnó.
E rilachiya najló, yawi. Aú kajrú nakero’chako.
Nawiyo’cha.
– Nulaké, ilé kaje i’mareja. Kaja wemi’cha pimichaje nakú wajló.
E kaja ne’makana kemicha najló : – E je’michaka nulaké kemichaka ijló ?
– A’a, ke nemicha. Kaja we’micha rimichaje nakú wajló.
– Ñakele numá ijló kaja piyuri walakena patakana.
– Ñaké iká, ke nemichaka.
E rimicha ina’ukejlo : – Kaja pajutaya jemi’cha pa’piya.
Ñake numá pijló nulake, eko pimá walakenajlo najñaniñá ñáta’pé ajñápajoji.
E ina’uké kemicha rijló : – Chuchú, na aú chi iná ajñá po pijló ?
– Unká na aú kupirapana aú piñó’okoro, jutupí, kuchípira, jwijwiyo. Kele unká ajñálaje je’mákeja.
– Je, ke rimicha.
Ñake iká, nulaké, chuwaka kaja we’jichaka.
Kaja napoí chuwa junapejé nañakare chojé.
E kaja ina’uké pi’cho riñakare chojé.
E riphicha rejó. Ajopana kemicha rijló : – E pi’michaka chira’jo ?
– A’a, ke rimicha.
Nemicha rijló : – Meke pi’michaka ?
– Unká paala, ke rimichaka.
– Naje ? ke nemicha
Kajú wani na pajaka pirámichaka nuká.
Kajrú nomi’chaka riwá’ichaka esa’wá e’iyá.
Aú nu’jicha rilo’kopani.
Nuphicha rinaku, e nomicha Pupuchí i’michaka.
Riká wá’ichari.
E ajopana kemicha rijló : – E pinocha ta riká ?
– Unká ke rimicha.
Naje chi unká pinólacha riká ? Neká ta pataño ina’uké. Kaja cha pajataka weká.
Apú kemicha : – Mere chi riká ta ? Nótacha chi riká !
Aú rimicha rijló : – Kaja nupachi’ya riká rapumi chuwa runapi. Marí ra’chaje nojló páwapi riwemí.
Nemicha rijló : – Naje piña’a kele kaje majó ? Apala ilé kaje no iná.
– Unká, ke rimichaka. Jiña ñá’jona riká pamina kemicha nojló.
E kaja rili’cha ipatú rijluwa. Rili’cha lukují rijluwa. Kechami kaja rili’chaka lukují cha rijluwa.
E kaja lainchú rimicha : « Chuwa nu’jichaka páwapi ata’je. »
E kaja ri’jicha jitá chuwá.
E kaja repo’cha riká a’wana nakoje.
E kaja riji’cha ripawapile. E rimicha rijló : « Pawapi, pawapi, piñá’a nojló ke’iyapé juni ya’jné, jimula’una. Kechami kapaja’una. »
E riki’cha riká junapejé.
E kaja riwachiya lapí. E kaja rajicha rikakuwa. E kaja ra’micha rilukují.
Pajluwa te’e kele chu kamú i’micha kele e riphicha jitá turena nakoje. E riñáki’cha ra’piyá itá ña’ka ña’ka.
E kaja rikiri’cha riká.
Amicha jíñana i’michaka rinaku ke’iyape jíñana i’michaka rinaku.
Kaja riji’cha jíñana pu’té jita chojé.
E ripechu i’micha : « Meke palani waní kají páwapi Pupuchi chi’narikana a’a nojló.
E kaja ripi’cho.
Riphicha punumae chojé, e kaja riwá’icha rejenajlo : – Jácho’chiyá jíñana ka’jnó.
E nemicha rijló : – E piji’chaka jiña ?
– A’a, ke rimicha. Kajrú wani iyaka’o meka neká jitá chu.
Chuwa jácho’ta neká !
E kaja ina’uké jácho’chiya piño jíñana jitá chiya. Kaja nájo’chiya piyuke jíñána jita chiyá.
E kaja ritamaka’chiya jiña najló.
E kaja kajrú ina’uké ajichaka jiña.
E nemicha rijló : – Meke palani wani kele páwapi pupuchi a’á pijló ! Pila’a pala rinaku.
– Je, ke rimicha.
E kaja ri’micha. Ri’michaka rikapi.
Reyá ajopana ina’uké jemi’chari riyukuna.
Pupuchi liyá rijña’a pawapi, palani waní riká aú rijña’a jíñána rijluwá.
E apú kemicha : – Eko nuji’cha riliyá riká nona’kaloje raú nunumapo penaje.
E ajopana kemicha rijló : – Naje piwata kele ña’kana ? Apala meke rila’á iná ?
E’iyonaja ri’jicha riña’je riliyá.
Riphicha rejó. Rajalaki’cha riká.
Ripuri’cho rijwa’té.
E apú ina’uké kemicha rijló : – Meke pi’michaka majó ?
E rimicha rijló : – Nuká i’jichari majó ke’iyajopa kaje yukuna i’maje pijló majó.
E noma’a yuku pupuchi chi’narikana a’ri pijló páwapi pijña’a aú pijluwa jiña.
Aú nu’jicha piliya riya’taje nona’kaloje raú nujluwa nunumapo penaje.
E ina’uké kemicha rijló : – Unká, ke rimicha. Unká me ño’jó nuya’tala pijló.
Kaja pamina kemá nojló : « Pa, piyataniya ajopanajlo riká. Apala napatá nojló riká piño.»
– Unká, ke rimichaka. Ina’uké pika ri’makapi meke pa’naka raú ke kaja nu’jnajika raú !
Unká, ke rimicha. Kaja numicha pijló unká nuya’tala riká !
Nokó ko nujna’a pijló raú.
Ra’jipicha rijló : – Unká paala iná wakára’ka ajopana a’naka inajló.
Ñaké nokó nona’jika.
Kaja ewaja riya’chiya rijló riká.
E rimicha rijló : – Marí riká. Nuya’chiya pijló riká. Iyama ka’laja nuya’chiya pijló riká.
Muni pi’jnajika raú a’naje.
Lapiyami pila’je ipatú pijluwá. Kechami pila’jika piño lukují. Kechami pila’jika richá.
E kaja lainchú pi’jnaje raú ra’naje.
Pika’jika riká junapeje. Yámona pi’maje : « Páwapi, páwapi piña’a nojló juni yajné. Kajrú nojena waeja.»
Eyá piwatajike ke’iyape riñá’ka pijló jíñana pi’maje : « Piñá’a nojló ke’iyapé jíñána, ijmula’runa, kechami sere’una ».
E kaja pika’a riká junapejé. E kaja piwataje riká.
Pa, pi’jnajike kamataje.
– Unká yuwají ke nuká ! Yuwají kalé rikamatako.
– Ñaké iká, numaka chojona kalé pijló.
E kaja ripi’cho.
Riphicha riñakare chojé. E ajopana kemicha rijló : – E riya’chiya riká pijló ?
– A’a, ke rimicha. Kaja riya’chiya nojló riká.
E kaja muni ke rili’cha ipatú rijluwá.
Rili’cha lukují rijluwa. Kechami rili’cha richá.
E kaja lainchú rimicha : – Chuwa nu’jichaka páwapi aú a’naje.
E kaja ri’jicha jitá chuwuá.
E repo’chá ritane a’waná nakojé.
E rimicha : « Páwapi, páwapi, piña’a nojló juni yajné, ke’iyapé jimulauna. Kechami sereuna. »
E kaja riki’cha riká junapejé. E kaja riwachiya riká.
Lapí kaja rajichaño rikakuwá, ra’micha lukují.
Kaja ewajá najme’chiya. Luwichi pika e remi’cha rimeje waicha.
Riphicha jitá turé nakojé. E riñáki’cha ra’piyá.
E rikiri’cha riká, kajrú jíñána i’michaka rinaku.
Ke’iyape jíñana i’michari pu’té jita chojé.
E kaja ripi’cho punuma e chojé.
E riphicha riñakare chojé. E ajopana kemicha rijló : – E piji’cha jiña ?
– A’a, ke rimicha. Kajrú wani.
– Palani waní kele páwapi ra’a nujmeremijlo.
– Maka’ni iná kemaka. Unká nupata’a riká.
E kaja ne’jicha jiñá jácho’ta.
E kaja najmichiya jíñana.
Unká rikamatalo i’michaka. E rimicha : – Chúwaja lapí nu’jnaje piño raú a’naje kaja penaje.
Iyama ka’laja pamina ya’taka nojló riká. Aú nu’jnaje chúwaja lapí a’naje kaja penaje.
Ajopana kemicha rijló : – Pikamato.
– Unká, ke rimicha. Unká yuwají kalé nuká. Yuwají kalé rikamatako mapeja.
E kaja lainchú ri’jicha piño raú a’naje.
E rimicha : «  Páwapi, páwapi piña’a nojló jíñana piyuke nakajena junapi i’makaño jwa’to. Nuká kaja penaje na’cha ajuna ! ».
E kaja riki’cha piño riká junapejé.
E kaja riwachiya piño.
Kaja yewíchami iná jme’taka rikamachiyo.
E kaja rijme’chiya ritami chayami.
E kaja páwapi iphicha lapiyami jita ture nakojé.
Riñaki’cha ra’piyá wejí ke pe. Unká rapholacha.
E páwapi pechú i’micha : ‘Nuká jwa’to’ ke rimichaka nojló i’michaka.
Eyá ke páwapi jeño’cha rinakojé. E kaja ra’pachiya ina’uké e’iyaya. Riwajwé e’iyayá ra’pachiya.
E kaja ina’uké taki’cha.
E kaja jweichami ajopana kemicha : – Naje chi unká riphalá ? Apala ta páwapi nóchari riká !
– Amichakajla riká.
E ne’jicha.
Amicha jita kuwa’ko.
E nemicha : « A’jná ritau kuwako, amichajla riká ! »
E kaja ne’jicha. Iphichari jita nakú. Amichari ritami to’kó.
Ne’micha : – Ají tami to’ró riká. Kaja ma’pani páwapi nocha riká.
– Ijña’a riká re’iyayá.
Ne’jicha rijña’je.
Ají ke naji’chakajla riká. E riwícho’cho rikó ina’uké tami e’iyayá jeyo’cha junapejé.
Eyá ripi’cho paminejo.
Naphachiya ina’uké tami.
Nemicha : – Kaja páwapi nocha ma’pani riká. Wephachiya tami majó.
– Eta mere chi páwapi ?
Kaja ma’pá ripi’cho pamina ejó ka’jná.
– Unká meke wala’jla. I’micha riyukuna paminajlo.
« Unká paala yuku. Kaja ma’pani páwapi nocha we’jwé michú. Aú we’jnachiya pijló riyukuna. »
E rimicha najló : – Eta nule’jé páwapi, mere chi riká ?
– Kaja ripi’cho pamina chaje.
Aú rimicha najló : – Naje chapú waní rili’chaka nuká.
Ilé kalé i’makale numa rijló i’maka unká nuya’tala riká, ke numaka rijló i’maká.
Kaja pamina kema nojló : « Piya’taniña ajopanajlo riká, ke rimaka nojló i’maka. »
Unká meke wala’lá. Kaja ripi’cho, pamina pachiya riká.
E kaja napi’cho nañakare chu. Nephicha nañakare chojé.
Ketanaja riyukuna.
En ce temps-là, le Patriarche des raies vivait dans l’Apaporis.
Une gigantesque fosse formait sa maloca.
Elle était entièrement peuplée de raies.
C’est là qu’elles y amenaient les gens pour les dévorer.
Il était devenu impossible de se baigner.
Les enfants qui allaient se baigner étaient saisis et disparaissaient sous les eaux.
Ceux qui allaient pêcher, étaient renversés et disparaissaient également.
Ainsi vivaient ces raies en dévorant les gens.
Mais le tapir qui n’avait rien à craindre d’elles, entra un jour par la porte arrière de leur maloca.
Car il va à la fois sur terre et sous l’eau.
Alors il marcha sous l’eau en traversant leur maloca.
Comme le Patriarche était un grand soigneur, il y avait ses propres affaires : support à calebasse, tabatière-escargot, calebasses, pot rempli de coca.
Mais le tapir piétina et brisa toutes ses affaires.
Puis il ressortit par la même porte arrière.
Il râlait : « Uuum uum. »
La raie dit alors : « Quel gâchis ! Ce bougre m’a saccagé toutes mes affaires ! »
Quand le tapir revînt une seconde fois tout piétiner, le Patriarche se mit en colère.
Il s’écria : « La prochaine fois qu’il vient piétiner mes affaires, il va voir ce qu’il va voir ! »
Quand le tapir repassa la troisième fois par la porte arrière en grognant, la Raie l’attrapa.
« Pourquoi viens-tu toujours me saccager mes affaires ? Tu vas voir ! »
Elle l’avait saisi par le ventre, mais le tapir sortit de l’eau et l’emmena à travers la forêt.
Et il finit par l’entraîner sous une racine de chonta, qui l’en débarrassa.
La raie dit alors : – Quel malheur que ce vilain m’aie jeté aussi loin ! Que vais-je faire maintenant ?
En cherchant, elle trouva une flaque d’eau dans laquelle elle put se mettre pour respirer.
Ses compagnons regardaient ses traces en disant : « Qu’est-il arrivé à notre chef ? Il ne revient pas. »
Alors ils appelèrent la pluie, et il plut très fort.
Ainsi le niveau des eaux monta et ils se mirent à le chercher.
Après la pluie, vers midi, un homme qui était en train de marcher avec sa sarbacane, entendit un appel à l’aide.
« Sauvez-moi ! »
L’homme coupa droit en direction de l’appel.
Et il la vit étendue là.
Il l’entendit crier : « Hé ! Sauvez-moi ! »
Des guêpes, des abeilles et des petites fourmis voraces venaient le mordre de toutes parts.
Elle leur disait : « Vous, qui avez de bonnes dents, ça suffit, vous m’avez assez mangé ! A celui qui me tirera de là, je lui donnerai mon hameçon. »
Et l’homme lui dit : – Qui es-tu, toi qui appelles ?
– C’est moi, mon petit-fils.
Et il vit que c’était une raie.
– Toi ? Mais tu n’es qu’un monstre qui ne cesse de dévorer les gens ! Tu vas voir !
Et il prit un bâton pour le frapper.
L’autre cria : – Ha ! Non, mon petit !
Ne me tue pas !
Si tu me ramènes où j’étais, je te récompenserai en te donnant mon hameçon.
Je dirai à mes compagnons de ne plus tuer de gens.
– Dis-tu vrai ?
– Oui, mon petit.
Je te le promets.
Alors l’homme la chargea dos contre dos.
Puis il la ramena au bord de l’Apaporis.
Mais quand il la jeta dans l’eau, elle faillit l’entraîner
Quelques instants plus tard, elle refit surface.
L’homme lui dit : – Comment as-tu pu te moquer de moi ?
– Mais non, mon petit. Ce n’est pas après toi que j’en ai, mais après celui qui m’a entraîné hors de l’eau.
– Je te ramène, et tu me fais un sale coup !
La raie dit à l’homme : – Attends-moi ici. Je vais chercher mon hameçon pour te récompenser.
Elle tenta de disparaître sous l’eau.
Mais elle était trop légère. Impossible de plonger.
Elle dit à l’homme : – Petit, prête-moi tes auxiliaires, tes pierres magiques.
Je vais aller chercher les miens [ceux qui sont à mon collier], puis je te les rendrai.
L’homme lui dit : – C’est vrai ? Tu ne vas pas me prendre mes auxiliaires jaguars.
– Non, mon petit.
L’homme lui tendit ses pierres.
Et la Raie se les mit sous les aisselles.
Puis elle plongea.
Elle arriva chez elle.
Ses compagnons lui dirent : – Chef, qu’est-ce qui t’es arrivé ?
– Rien. Je me suis seulement fait jeter en pleine forêt par le tapir !
– Par où es-tu revenu ?
– C’est mon petit-fils qui m’a ramené.
Alors je vais le récompenser.
– Bien, dirent-ils.
Et la Raie revînt voir l’homme.
Elle lui dit : – Voici ta récompense pour m’avoir ramené.
Avec ce crochet tu pourras attraper des poissons.
C’est un excellent hameçon.
Comme tu m’as ramené de très loin, je te le donne.
Mais je te recommande ceci : ne le prête surtout pas à d’autres gens, ou il reviendrait vers moi.
– Comment puis-je m’en servir ?
– Avant d’aller pêcher, tu te prépareras de la coca, puis du tabac à inhaler
Ensuite tu le traiteras chamaniquement pour que le tabac t’empêche de dormir.
Après, tu l’emporteras pour aller pêcher.
Tu le jetteras dans l’eau.
Et tu diras : « Hameçon, hameçon, ramène-moi des habitants de l’eau. » Tu lui demanderas ce que tu voudras : « Ramène-moi s’en de différentes tailles, et des grands. »
Puis tu le jetteras dans l’eau.
Ensuite tu attendras.
A l’aube, il reviendra seul en remuant ta pirogue.
A ce moment-là, tu pourras tirer sur la corde, et tu auras de beaux poissons.
Et il dit encore à l’homme : – Maintenant voudrais-tu voir [les miens] tes aïeux ?
– Oh oui ! dit-il
– Bien.
– Attends-moi ici.
Et la Raie disparut à nouveau sous l’eau.
Le Patriarche parla avec les autres raies : – Mon petit-fils voudrait vous voir.
– Bien, dirent-elles.
Et elles sortirent les après les autres.
Comme la fosse était immense, elles en sortaient très nombreuses.
Leur chef émergea au milieu d’elles et dit à l’homme : – Petit-fils. Voici tes aïeux que tu voulais voir.
– Comme ils sont nombreux !
– C’est le moment de leur parler.
L’homme leur dit alors : – Mes aïeux, j’ai à vous parler.
Maintenant que je vous ai rendu votre chef, je voudrais que vous cessiez d’attraper les gens
Mais si vous ne m’écoutez pas, ce jaguar ira vous manger !
Et il leur fit peur en se changeant en jaguar.
Ils criaient.
– Ça suffit ! Nous avons entendu ce que tu avais à nous dire.
Le chef leur dit alors : – Vous avez entendu ce que mon petit fils avait à vous dire ?
– Oui, dirent-ils. Nous l’avons entendu.
– Alors je vous demande de laissez nos petits enfants tranquilles.
– Bien, dirent-ils.
Et il dit à l’homme : – Tes aïeux ont accepté de t’écouter.
Mais je te recommande ceci, mon petit : dis bien à nos petits-enfants qu’ils ne mangent plus de nourritures réservées aux êtres surnaturels.
L’homme lui demanda : – Grand-père, qu’est-ce qu’il ne faut pas manger pour éviter de devenir une nourriture à vos yeux ?
– Seulement certains petits oiseaux comme le barbacou noir, le motmot houtouc, le kuchípira et le piauhau hurleur. On ne peut pas les manger fumés.
– Bien, dit-il.
– A présent, mon petit-fils, nous allons partir.
Et ils replongèrent pour rentrer dans leur maloca.
Alors l’homme retourna chez lui.
Quand il arriva, les autres lui demandèrent : – Alors tu t’es promené ?
– Oui.
– C’était comment ?
– Pas bon du tout.
– Pourquoi ?
– Quelque chose s’est mit à me parler. C’est de mauvais augure !
Je l’ai clairement entendu m’appeler en pleine forêt.
Alors j’ai directement été voir.
Et en arrivant, j’ai vu que c’était une raie.
C’est elle qui m’appelait.
– L’as-tu tuée ?
– Non.
– Pourquoi ? Ce sont ces raies qui nous attrapent et nous exterminent.
– Où est-elle ? Que je la tue !
– Je l’ai remise à l’eau. Et elle m’a donné ce crochet en récompense.
– Pourquoi ramènes-tu ça ici ? C’est peut-être dangereux.
– Mais non. C’est un hameçon m’a dit le maître.
Un jour, il prépara de la coca, et du tabac à inhaler qu’il traita chamaniquement.
L’après-midi, il dit : « C’est le moment d’essayer l’hameçon. »
Il partit dans sa pirogue.
Puis il l’amarra à un arbre.
Ensuite, il prit l’hameçon dans sa main et lui dit : « Hameçon, hameçon, ramène-moi des habitants de l’eau, des moyens et des gros. »
Et il le jeta à l’eau.
En attendant la nuit, il mâchait la coca, et prenait son tabac à inhaler.
Vers cinq heures du matin, le crochet revint à sa pirogue, et la fit bouger.
L’homme tira sur la corde.
Et il recueillit des poissons de différentes tailles.
Sa pirogue en fut remplie.
Il pensa : « Quel bon hameçon la Raie m’a donné ! »
Enfin, il rentra.
Arrivé au port de sa maloca, il appela ses frères : « Venez m’aider à sortir les poissons ! »
Ils lui dirent : – Ramènes-tu du poisson ?
– Oui. Regardez, ma pirogue en est pleine.
Aidez-moi à les sortir.
Alors ils sortirent tous les poissons de la pirogue.
Puis il leur distribua.
Ainsi mangèrent-ils beaucoup de poissons.
Ils lui dirent : – Quel excellent hameçon la Raie t’a donné ! Fais-en bon usage.
– D’accord.
Ainsi vivait-il grâce à son hameçon.
Mais d’autres gens apprirent son histoire.
On racontait que la Raie lui avait donné un hameçon avec lequel il rapportait beaucoup de poissons.
L’un d’eux dit alors : – Je vais allé lui emprunter pour avoir du poisson à ma fête.
Un autre lui dit : – Pourquoi veux-tu lui prendre ça ? C’est peut-être dangereux !
Mais il alla lui emprunter quand même.
En arrivant, il le salua.
Il parla avec lui.
L’autre lui demanda : – Qu’est-ce qui t’amène ?
– Je suis venu t’inviter à ma fête.
J’ai entendu dire que la Raie t’avait donné son hameçon pour pêcher.
Alors je suis venu te l’emprunter pour pêcher les poissons de ma fête.
– Pas question ! Je ne peux pas te le prêter.
Le maître m’a défendu de le prêter à quiconque. Sans quoi, il reviendrait vers lui.
– Mais non. Si un homme comme toi l’utilise, je peux bien en faire autant !
– Non. J’ai dit que je ne te le prêterai pas !
Je te ramènerai du poisson moi-même.
– Mais on ne doit pas demander aux autres de pêcher pour soi !
Je dois aller pêcher moi-même.
Mais finalement, il lui prêta.
Il lui dit : – Le voici, je te le prête pour deux jours.
Demain tu iras pêcher.
Le matin, tu te prépareras de la coca, puis du tabac à inhaler que tu traiteras avec une incantation.
L’après-midi, tu l’emmèneras pour pêcher.
Tu le jetteras dans l’eau et lui diras : « Hameçon, hameçon, ramène-moi des habitants de l’eau. Seulement des gros. »
Mais si tu préfères, tu peux aussi lui en demander de différentes tailles.
Puis tu le jetteras à l’eau, et tu attendras.
Ne t’endors surtout pas !
– Tu me prends pour un gamin !
– Bon. Mais je préfère te prévenir.
Et il rentra.
De retour chez lui, les autres lui demandèrent : – Alors il te l’a prêté ?
– Oui.
Le lendemain, il prépara de la coca.
Puis il se fit du tabac à inhaler, qu’il traita avec une incantation.
L’après-midi, il dit : – Maintenant, je vais aller pêcher avec cet hameçon.
Il partit dans sa pirogue.
Et il l’amarra à un arbre.
Il dit : « Hameçon, hameçon, ramène-moi des habitants de l’eau, des moyens et des gros. »
Il le jeta à l’eau et se mit à attendre.
Durant la nuit, il mâcha sa coca, et inhala son tabac.
Aux premières lueurs du jour, il l’entendit revenir.
Il arriva à sa pirogue et la secoua.
Alors il tira sur sa corde, et recueillit de nombreux poissons.
Il remplit sa pirogue de toutes sortes de poissons.
Puis il retourna à son port.
Quand il arriva chez lui, les autres lui demandèrent : – As-tu pris du poisson ?
– Oui, beaucoup.
[Son aîné s’écria :] – Quel excellent hameçon, il a donné à mon cadet !
– Oui. Et je n’ai vraiment pas envie de le lui rendre !
Et ils se mirent à sortir le poisson de la pirogue.
Ils le firent boucaner.
Il n’avait pas dormi, mais il dit : – Cette nuit, je vais retourné pêcher une dernière fois.
Son propriétaire me l’a prêté pour deux jours, autant en profiter !
Les autres lui dirent : – Tu ferais mieux de dormir.
– Non. Ce sont les mioches qui dorment pour un rien !
L’après-midi, il repartit pêcher.
Il dit : «  Hameçon, ramène-moi tous ce qui vit dans l’eau. Et tu termineras par moi ! »
Puis il le jeta à l’eau.
Il attendit encore.
Mais avant les premières lueurs du jour, il s’endormit.
Et le jour se leva.
Le crochet revint à la pirogue au petit matin.
Il la secoua trois fois, mais il ne se réveilla pas.
Le crochet se rappela : ‘Et tu termineras par moi !’ m’a-t-il dit. 
Alors il lui sauta dessus, et lui traversa le cœur.
L’homme mourut sur le coup.
Plus tard, les autres dirent : – Pourquoi ne revient-il pas ? Le crochet l’a peut-être tué ! »
– Allons le chercher.
Et ils partirent.
Ils aperçurent sa pirogue amarrée.
« Sa pirogue est là-bas, regardez ! »
Puis en arrivant à sa pirogue, ils trouvèrent son cadavre allongé.
– Il est étendu là. Le crochet l’a déjà tué.
– Retirez-lui le crochet.
Et ils lui retirèrent.
Mais à peine lui eurent-ils extrait le crochet que celui-ci plongea.
Et il retourna chez son maître.
Ils ramenèrent le cadavre.
Puis ils annoncèrent : – Le crochet l’a tué ! Nous ramenons son corps.
– Où est le crochet ?
– Il est sûrement retourné auprès de son maître.
– Nous n’y pouvons rien. Allez prévenir le propriétaire.
« Nous apportons une mauvaise nouvelle. Le crochet a tué notre frère. Nous sommes venu te l’annoncer. »
Alors il leur demanda : – Et mon hameçon, où est-il ?
– Il est retourné chez son maître.
– Pourquoi m’a-t-il fait ça ?
Je lui avais pourtant dis que je ne lui prêtais pas !
Le maître m’avait dit de ne le prêter à personne !
Nous n’y pouvons rien. Il est auprès de son maître maintenant.
Et ils rentrèrent chez eux.
Fin de l’histoire.
S1 stop
Pupuchi Chi’narikana i’michari apapú akú.

En ce temps-là, le Patriarche des raies vivait dans l’Apaporis.

S2 stop
E kajruni ipokó i’michari pají najló riká.

Une gigantesque fosse formait sa maloca.

S3 stop
Nañakare riká chu ne’micha kajrú pu’thé pají chu.

Elle était entièrement peuplée de raies.

S4 stop
Eyá i’majemi napachiya ina’uké najñákaloje.

C’est là qu’elles y amenaient les gens pour les dévorer.

S5 stop
Unká me ño’jó ne’jnalacha nanakoje a’pitaje.

Il était devenu impossible de se baigner.

S6 stop
Yuwana i’jicha apitaje napachiya. Najicha’a.

Les enfants qui allaient se baigner étaient saisis et disparaissaient sous les eaux.

S7 stop
Apú ka’jná i’jicha a’naje napajnochiya najicha’ja.

Ceux qui allaient pêcher, étaient renversés et disparaissaient également.

S8 stop
Ilé kaje nakuja ne’micha ina’uké ajñákana nakú.

Ainsi vivaient ces raies en dévorant les gens.

S9 stop
E jema i’michari apú ja’pichari muru chiya.

Mais le tapir qui n’avait rien à craindre d’elles, entra un jour par la porte arrière de leur maloca.

S10 stop
Iyama ra’pú i’michari eja’wá e’iyowá. Re raphú, junapiwá re kajrú raphú.

Car il va à la fois sur terre et sous l’eau.

S11 stop
Riká chuwa ra’picha junapiwá. Ja’pichari pupuchi ñakare chuwa.

Alors il marcha sous l’eau en traversant leur maloca.

S12 stop
Lawichú ra’pá ri’michaka pupuchí chi’narikana. E pupuchí chi’narikana nani i’micha : re’tapare, jumichiripu’ku, kajo’ma, rikuyane, rikamúralare chu rikaku i’michaka.

Comme le Patriarche était un grand soigneur, il y avait ses propres affaires : support à calebasse, tabatière-escargot, calebasses, pot rempli de coca.

S13 stop
E jema ta ja’pichá re’wá rinakuwá ripayachiya richá. Piyuke rimajakachiyaka rinane.

Mais le tapir piétina et brisa toutes ses affaires.

S14 stop
E kaja ra’picha murú numana chiyá.

Puis il ressortit par la même porte arrière.

S15 stop
Raka’ko : « Uuum uum ».

Il râlait : « Uuum uum. »

S16 stop
E Pupuchi kemicha : « Meke chapú waní unká ina’ukelari ta li’chaka nuká, majakachiyari nunani piyuke waní ! »

La raie dit alors : « Quel gâchis ! Ce bougre m’a saccagé toutes mes affaires ! »

S17 stop
Iyaá pe ra’pichaka rewá, rimajakachiya piño rinane. Ejechami Pupuchi chi’narikana yuicha’ko.

Quand le tapir revînt une seconde fois tout piétiner, le Patriarche se mit en colère.

S18 stop
E rimicha : « Marí puichiya rimajakatajika ee nunane e ramaje e nuwajaje riká ta !

Il s’écria : « La prochaine fois qu’il vient piétiner mes affaires, il va voir ce qu’il va voir ! »

S19 stop
E ra’pichata wejí ke pe la’ká riphicha piño rinane majakataje. E kaja ra’pí mu’rú numana chiyá raki’chata « uum um », eyá Pupuchi pachiya riká.

Quand le tapir repassa la troisième fois par la porte arrière en grognant, la Raie l’attrapa.

S20 stop
« Naje pani pimajakatano nunane ? Chuwa pamájika ! »

« Pourquoi viens-tu toujours me saccager mes affaires ? Tu vas voir ! »

S21 stop
Ejá ripachiya riká ña’ji pe’iyoyá. Ejá jema ta já’ochiya riká pe’iyojó. Ri’jnachiya riká eja’wá e’iyowá « ti ti ti » ke.

Elle l’avait saisi par le ventre, mais le tapir sortit de l’eau et l’emmena à travers la forêt.

S22 stop
Kaja ewaja ra’pachiya riká pupa a’pare eyayá. Riká ki’chare jema nakiya riká Pupuchi.

Et il finit par l’entraîner sous une racine de chonta, qui l’en débarrassa.

S23 stop
Ejechami Pupuchi chi’narikana kemichaka : – Meke chapú wani puwareni ta ki’chaka nuká ya’jnaje wani ? Meke nula’jika chuwa ?

La raie dit alors : – Quel malheur que ce vilain m’aie jeté aussi loin ! Que vais-je faire maintenant ?

S24 stop
E rikulicha. Amichari pacháwatani. Iká chu juni ñani yaicho iká chojé richirachiya riká.

En cherchant, elle trouva une flaque d’eau dans laquelle elle put se mettre pour respirer.

S25 stop
Ejechami rijwa’tejena amichari rapumi. E nemicha : « Na ne’waka la’ko ? Unká iphala. »

Ses compagnons regardaient ses traces en disant : « Qu’est-il arrivé à notre chef ? Il ne revient pas. »

S26 stop
E nawá’icha juni kajrú juni ja’chako.

Alors ils appelèrent la pluie, et il plut très fort.

S27 stop
Ñake riichaka e nakeño’cha rikulakana.

Ainsi le niveau des eaux monta et ils se mirent à le chercher.

S28 stop
Jupichami juni ñáchiyacho ka’ápuku iná kemaka e ina’uké i’jichari wapa’ná wa’té chira’jo je’michari kajrú wá’kaje me’jé.

Après la pluie, vers midi, un homme qui était en train de marcher avec sa sarbacane, entendit un appel à l’aide.

S29 stop
« Ipata nuká ka’jnó. »

« Sauvez-moi ! »

S30 stop
Aú ina’uké machi’ya rilo’kopani.

L’homme coupa droit en direction de l’appel.

S31 stop
Amichari ri’jlamako.

Et il la vit étendue là.

S32 stop
E remi’cha rimacha : « U’u ! Ipata nuká kajnó ! ».

Il l’entendit crier : « Hé ! Sauvez-moi ! »

S33 stop
Jaina, mapaná, pujina, neká ajñachiyari riká.

Des guêpes, des abeilles et des petites fourmis voraces venaient le mordre de toutes parts.


NOTE : Pují (Yuc.). Curcuncha (Esp. ver.). Petite fourmi noire (non id.) qui mort fortement. Elle mange le poisson.
S34 stop
E rimicha najló : « Kaíruna, kaja ajñátaniya nuká ! Na we’pijiri numuji kají kapichakajo liyá ? Pata’jeri nuká no’je jlo ñákaje wemí páwaphi ».

Elle leur disait : « Vous, qui avez de bonnes dents, ça suffit, vous m’avez assez mangé ! A celui qui me tirera de là, je lui donnerai mon hameçon. »

S35 stop
E ina’uké kemicha rijló : – Na ta kele wá’ari ?

Et l’homme lui dit : – Qui es-tu, toi qui appelles ?

S36 stop
– Nuká nulaké, ke rimicha.

– C’est moi, mon petit-fils.

S37 stop
E ramicha pupuchi ri’michaka.

Et il vit que c’était une raie.

S38 stop
E ina’uké kemicha rijló : – Piká chi ke ilé ? Unká wani ina’ukela wa’jini ajñáka ina’uké ! Chuwa pamajika.

– Toi ? Mais tu n’es qu’un monstre qui ne cesse de dévorer les gens ! Tu vas voir !

S39 stop
Ejá ina’uké i’jichari riwilá ta pi’chaje.

Et il prit un bâton pour le frapper.

S40 stop
E rawiyo’cha : – Ayá nulaké !

L’autre cria : – Ha ! Non, mon petit !

S41 stop
Nu’marejá ! Pinóniya nuká.

Ne me tue pas !

S42 stop
Pipata’jla nuká nopoí chuwa, ekó no’o pijló riwemí páwaphi.

Si tu me ramènes où j’étais, je te récompenserai en te donnant mon hameçon.

S43 stop
Numajika nujwa’tejenajlo napataka piyá ina’uké.

Je dirai à mes compagnons de ne plus tuer de gens.

S44 stop
E kewaka pimaka nojló ? ina’uké kemicha.

– Dis-tu vrai ?

S45 stop
– A’a, nulaké, ke rimicha.

– Oui, mon petit.

S46 stop
Kewaka numaka pijló.

Je te le promets.

S47 stop
E kaja ina’uké a’napicha. Riwajlé chojó ra’napicha riká.

Alors l’homme la chargea dos contre dos.

S48 stop
E ripachi’ya riká apapú purenaje.

Puis il la ramena au bord de l’Apaporis.

S49 stop
E riki’cha riká junapejé ejé ripachiyajla riká.

Mais quand il la jeta dans l’eau, elle faillit l’entraîner

S50 stop
Jupichami rácho’chako.

Quelques instants plus tard, elle refit surface.

S51 stop
E ina’uke kemicha : – Meke pila’ka numana chi pi’rata ?

L’homme lui dit : – Comment as-tu pu te moquer de moi ?

S52 stop
– Unká nulaké. Unká pimana kalé nu’rata. Nuká’jemi maná nu’rata

– Mais non, mon petit. Ce n’est pas après toi que j’en ai, mais après celui qui m’a entraîné hors de l’eau.

S53 stop
– Nupachi’ya piká e’iyá chi pi’rata i’makaje ta maná !

– Je te ramène, et tu me fais un sale coup !

S54 stop
E rimicha ina’ukejlo : – Maare piwata nuká. Nu’jichachi pijló páwapi pipachiyaka wemí.

La raie dit à l’homme : – Attends-moi ici. Je vais chercher mon hameçon pour te récompenser.

S55 stop
E ra’pichiyajla.

Elle tenta de disparaître sous l’eau.

S56 stop
Unká, maramarani ri’michaka. Unká me ño’jó ra’pitalacha.

Mais elle était trop légère. Impossible de plonger.

S57 stop
E rimicha ina’ukejlo : – Nulake, piya’ta nojlo pa’pikena.

Elle dit à l’homme : – Petit, prête-moi tes auxiliaires, tes pierres magiques.


NOTE : A’pikena (Yuc.). Pierres censées abriter des auxiliaires chamaniques.
S58 stop
Nuji’chachi nule’jena kechamiko nupata’a pijló ejena.

Je vais aller chercher les miens [ceux qui sont à mon collier], puis je te les rendrai.

S59 stop
E ina’uké kemicha : – Kewaka chi pimaka nojló. Unká chi piña’taloje nuyawichana.

L’homme lui dit : – C’est vrai ? Tu ne vas pas me prendre mes auxiliaires jaguars.

S60 stop
– Unká nulaké, ke rimicha.

– Non, mon petit.

S61 stop
E ina’uké ya’chiya rijló riyawichana.

L’homme lui tendit ses pierres.

S62 stop
E riki’cha riká rinakojo rijajwila ja’pejé.

Et la Raie se les mit sous les aisselles.

S63 stop
Re ra’pichiya junapeje.

Puis elle plongea.

S64 stop
E riphicha riñakare chojé.

Elle arriva chez elle.

S65 stop
E rijwa’tena kemicha rijló : – Newaká, na pila’ko ?

Ses compagnons lui dirent : – Chef, qu’est-ce qui t’es arrivé ?

S66 stop
– Unká na kalé nula’kó. Jema ta ka’ri nuká eja’wá e’iyá.

– Rien. Je me suis seulement fait jeter en pleine forêt par le tapir !

S67 stop
– Merowá piphicha ?

– Par où es-tu revenu ?

S68 stop
Unká merowá kalé. Nulaké pachi’yari nuká. Aú nuphicha majó.

– C’est mon petit-fils qui m’a ramené.

S69 stop
Aú nu’jicha rijló riwemí ña’je.

Alors je vais le récompenser.

S70 stop
– Je, ke nemicha.

– Bien, dirent-ils.

S71 stop
E kaja riphicha piño ina’uké nakú.

Et la Raie revînt voir l’homme.

S72 stop
E rimicha ina’ukejlo : – Marí pipata’ka nuká wemí.

Elle lui dit : – Voici ta récompense pour m’avoir ramené.

S73 stop
No’o pijló karí páwapi pijña’kaloje pijluwa jíñana raú.

Avec ce crochet tu pourras attraper des poissons.

S74 stop
Palani waní riká, karí páwapi.

C’est un excellent hameçon.

S75 stop
Nule’je páwapi pipa’ta nuká wemí ya’jnayá waní. Aú no’o pijló riká.

Comme tu m’as ramené de très loin, je te le donne.

S76 stop
Ñaké numá pijló : – Pa piya’taniya riká ajopana ina’ukejlo napata’jika riká nojló.

Mais je te recommande ceci : ne le prête surtout pas à d’autres gens, ou il reviendrait vers moi.

S77 stop
– Meke chi ri’majika nukapi ?

– Comment puis-je m’en servir ?

S78 stop
E rimicha rijló : – Pi’jnajika raú a’naje piyá. Pila’a pijluwá ipatú, kechami pila’á pijluwa lukují.

– Avant d’aller pêcher, tu te prépareras de la coca, puis du tabac à inhaler

S79 stop
Kechami pila’jika lukují cha tapú noka piyá piká.

Ensuite tu le traiteras chamaniquement pour que le tabac t’empêche de dormir.

S80 stop
E kaja pi’jnaje raú a’naje.

Après, tu l’emporteras pour aller pêcher.

S81 stop
Pika’jika riká junapejé.

Tu le jetteras dans l’eau.

S82 stop
E pimaje rijló : « Páwapi, páwapi, piña’a juni ya’jné. » Piwatajika ke’iyape ijmularuna « ka’pajuna ke’iyape piñá’a nojló juni ya’jné. »

Et tu diras : « Hameçon, hameçon, ramène-moi des habitants de l’eau. » Tu lui demanderas ce que tu voudras : « Ramène-moi s’en de différentes tailles, et des grands. »

S83 stop
E pika’je riká junapejé.

Puis tu le jetteras dans l’eau.

S84 stop
E piwataje riká.

Ensuite tu attendras.

S85 stop
Puwaka rikó riphajika yewichami iná me’taka e riphaje jita turé nakojé e riña’kaje pa’piya ita.

A l’aube, il reviendra seul en remuant ta pirogue.

S86 stop
E kaja pichira’je riká, ke pi’jnajika pituwa jiña raú.

A ce moment-là, tu pourras tirer sur la corde, et tu auras de beaux poissons.

S87 stop
E rimicha ina’ukejlo : – Chuwa nulaké. E piwataka pa’jutaya amakana ?

Et il dit encore à l’homme : – Maintenant voudrais-tu voir [les miens] tes aïeux ?

S88 stop
– A’a ! ke rimicha.

– Oh oui ! dit-il

S89 stop
– Ñaké ke rimicha.

– Bien.

S90 stop
Maare piwatá nuká.

– Attends-moi ici.

S91 stop
Kaja Pupuchí a’pichiya piño junapejé.

Et la Raie disparut à nouveau sous l’eau.

S92 stop
E kaja ripuri’cho rika’najwa’té : – Marí ke nulaké watari amakana.

Le Patriarche parla avec les autres raies : – Mon petit-fils voudrait vous voir.

S93 stop
– Je, ke nemicha.

– Bien, dirent-elles.

S94 stop
E kaja nácho’cho maareyá ke apú jácho’chako.

Et elles sortirent les après les autres.

S95 stop
E kajrú ripo’ko i’michari. Riká chu nácho’cho, kajrú waní ne’michaka.

Comme la fosse était immense, elles en sortaient très nombreuses.

S96 stop
E pe’iyoyá rácho’cho ne’iyayá. E rimicha ina’ukejlo : – Nulaké, maarona neká pajutaya piwachiya amakana. Chuwa pamá neká.

Leur chef émergea au milieu d’elles et dit à l’homme : – Petit-fils. Voici tes aïeux que tu voulais voir.

S97 stop
Re ina’uké kemicha : – Meke kajrú waní ilé chuchuyá !

– Comme ils sont nombreux !

S98 stop
E Pupuchí kemicha rijló : – Chuwá pipura’ó najwa’té, pajutaya jwa’té.

– C’est le moment de leur parler.

S99 stop
E ina’uké kemicha najló : – Chuchuyá nupura’jiko chuwa ijwa’té.

L’homme leur dit alors : – Mes aïeux, j’ai à vous parler.

S100 stop
Ñaké numá ijló chuwaka chuchuyá ilé nupa’ta ijló i’makana. Aú numá ijló kaja iyuri ina’uké patakana. Kaja cha ritaja’taka yuwaná. Aú numá ijló ipataka piyá ina’uké chúwaka.

Maintenant que je vous ai rendu votre chef, je voudrais que vous cessiez d’attraper les gens

S101 stop
Eyá unká ja ke jema’a no’piyá, marí yawi i’jnajeri ajñare kajnó.

Mais si vous ne m’écoutez pas, ce jaguar ira vous manger !

S102 stop
E rilachiya najló, yawi. Aú kajrú nakero’chako.

Et il leur fit peur en se changeant en jaguar.

S103 stop
Nawiyo’cha.

Ils criaient.

S104 stop
– Nulaké, ilé kaje i’mareja. Kaja wemi’cha pimichaje nakú wajló.

– Ça suffit ! Nous avons entendu ce que tu avais à nous dire.

S105 stop
E kaja ne’makana kemicha najló : – E je’michaka nulaké kemichaka ijló ?

Le chef leur dit alors : – Vous avez entendu ce que mon petit fils avait à vous dire ?

S106 stop
– A’a, ke nemicha. Kaja we’micha rimichaje nakú wajló.

– Oui, dirent-ils. Nous l’avons entendu.

S107 stop
– Ñakele numá ijló kaja piyuri walakena patakana.

– Alors je vous demande de laissez nos petits enfants tranquilles.

S108 stop
– Ñaké iká, ke nemichaka.

– Bien, dirent-ils.

S109 stop
E rimicha ina’ukejlo : – Kaja pajutaya jemi’cha pa’piya.

Et il dit à l’homme : – Tes aïeux ont accepté de t’écouter.

S110 stop
Ñake numá pijló nulake, eko pimá walakenajlo najñaniñá ñáta’pé ajñápajoji.

Mais je te recommande ceci, mon petit : dis bien à nos petits-enfants qu’ils ne mangent plus de nourritures réservées aux êtres surnaturels.

S111 stop
E ina’uké kemicha rijló : – Chuchú, na aú chi iná ajñá po pijló ?

L’homme lui demanda : – Grand-père, qu’est-ce qu’il ne faut pas manger pour éviter de devenir une nourriture à vos yeux ?

S112 stop
– Unká na aú kupirapana aú piñó’okoro, jutupí, kuchípira, jwijwiyo. Kele unká ajñálaje je’mákeja.

– Seulement certains petits oiseaux comme le barbacou noir, le motmot houtouc, le kuchípira et le piauhau hurleur. On ne peut pas les manger fumés.


NOTE : Piñó'okoro (Yuc.). Pico de lacre (Esp. ver.). Barbacou noir. Monasa atra.
NOTE : Jutupí (Yuc.). Burro, jujulero (Esp. ver.). Motmot houtouc. Momotus momota.
NOTE : Jwijwiyo, wijwiyo (Yuc.). Minero (Esp. ver.). Piauhau hurleur. Lipaugus vociferans.
S113 stop
– Je, ke rimicha.

– Bien, dit-il.

S114 stop
Ñake iká, nulaké, chuwaka kaja we’jichaka.

– A présent, mon petit-fils, nous allons partir.

S115 stop
Kaja napoí chuwa junapejé nañakare chojé.

Et ils replongèrent pour rentrer dans leur maloca.

S116 stop
E kaja ina’uké pi’cho riñakare chojé.

Alors l’homme retourna chez lui.

S117 stop
E riphicha rejó. Ajopana kemicha rijló : – E pi’michaka chira’jo ?

Quand il arriva, les autres lui demandèrent : – Alors tu t’es promené ?

S118 stop
– A’a, ke rimicha.

– Oui.

S119 stop
Nemicha rijló : – Meke pi’michaka ?

– C’était comment ?

S120 stop
– Unká paala, ke rimichaka.

– Pas bon du tout.

S121 stop
– Naje ? ke nemicha

– Pourquoi ?

S122 stop
Kajú wani na pajaka pirámichaka nuká.

– Quelque chose s’est mit à me parler. C’est de mauvais augure !

S123 stop
Kajrú nomi’chaka riwá’ichaka esa’wá e’iyá.

Je l’ai clairement entendu m’appeler en pleine forêt.

S124 stop
Aú nu’jicha rilo’kopani.

Alors j’ai directement été voir.

S125 stop
Nuphicha rinaku, e nomicha Pupuchí i’michaka.

Et en arrivant, j’ai vu que c’était une raie.

S126 stop
Riká wá’ichari.

C’est elle qui m’appelait.

S127 stop
E ajopana kemicha rijló : – E pinocha ta riká ?

– L’as-tu tuée ?

S128 stop
– Unká ke rimicha.

– Non.

S129 stop
Naje chi unká pinólacha riká ? Neká ta pataño ina’uké. Kaja cha pajataka weká.

– Pourquoi ? Ce sont ces raies qui nous attrapent et nous exterminent.

S130 stop
Apú kemicha : – Mere chi riká ta ? Nótacha chi riká !

– Où est-elle ? Que je la tue !

S131 stop
Aú rimicha rijló : – Kaja nupachi’ya riká rapumi chuwa runapi. Marí ra’chaje nojló páwapi riwemí.

– Je l’ai remise à l’eau. Et elle m’a donné ce crochet en récompense.

S132 stop
Nemicha rijló : – Naje piña’a kele kaje majó ? Apala ilé kaje no iná.

– Pourquoi ramènes-tu ça ici ? C’est peut-être dangereux.

S133 stop
– Unká, ke rimichaka. Jiña ñá’jona riká pamina kemicha nojló.

– Mais non. C’est un hameçon m’a dit le maître.

S134 stop
E kaja rili’cha ipatú rijluwa. Rili’cha lukují rijluwa. Kechami kaja rili’chaka lukují cha rijluwa.

Un jour, il prépara de la coca, et du tabac à inhaler qu’il traita chamaniquement.

S135 stop
E kaja lainchú rimicha : « Chuwa nu’jichaka páwapi ata’je. »

L’après-midi, il dit : « C’est le moment d’essayer l’hameçon. »

S136 stop
E kaja ri’jicha jitá chuwá.

Il partit dans sa pirogue.

S137 stop
E kaja repo’cha riká a’wana nakoje.

Puis il l’amarra à un arbre.

S138 stop
E kaja riji’cha ripawapile. E rimicha rijló : « Pawapi, pawapi, piñá’a nojló ke’iyapé juni ya’jné, jimula’una. Kechami kapaja’una. »

Ensuite, il prit l’hameçon dans sa main et lui dit : « Hameçon, hameçon, ramène-moi des habitants de l’eau, des moyens et des gros. »

S139 stop
E riki’cha riká junapejé.

Et il le jeta à l’eau.

S140 stop
E kaja riwachiya lapí. E kaja rajicha rikakuwa. E kaja ra’micha rilukují.

En attendant la nuit, il mâchait la coca, et prenait son tabac à inhaler.

S141 stop
Pajluwa te’e kele chu kamú i’micha kele e riphicha jitá turena nakoje. E riñáki’cha ra’piyá itá ña’ka ña’ka.

Vers cinq heures du matin, le crochet revint à sa pirogue, et la fit bouger.

S142 stop
E kaja rikiri’cha riká.

L’homme tira sur la corde.

S143 stop
Amicha jíñana i’michaka rinaku ke’iyape jíñana i’michaka rinaku.

Et il recueillit des poissons de différentes tailles.

S144 stop
Kaja riji’cha jíñana pu’té jita chojé.

Sa pirogue en fut remplie.

S145 stop
E ripechu i’micha : « Meke palani waní kají páwapi Pupuchi chi’narikana a’a nojló.

Il pensa : « Quel bon hameçon la Raie m’a donné ! »

S146 stop
E kaja ripi’cho.

Enfin, il rentra.

S147 stop
Riphicha punumae chojé, e kaja riwá’icha rejenajlo : – Jácho’chiyá jíñana ka’jnó.

Arrivé au port de sa maloca, il appela ses frères : « Venez m’aider à sortir les poissons ! »

S148 stop
E nemicha rijló : – E piji’chaka jiña ?

Ils lui dirent : – Ramènes-tu du poisson ?

S149 stop
– A’a, ke rimicha. Kajrú wani iyaka’o meka neká jitá chu.

– Oui. Regardez, ma pirogue en est pleine.

S150 stop
Chuwa jácho’ta neká !

Aidez-moi à les sortir.

S151 stop
E kaja ina’uké jácho’chiya piño jíñana jitá chiya. Kaja nájo’chiya piyuke jíñána jita chiyá.

Alors ils sortirent tous les poissons de la pirogue.

S152 stop
E kaja ritamaka’chiya jiña najló.

Puis il leur distribua.

S153 stop
E kaja kajrú ina’uké ajichaka jiña.

Ainsi mangèrent-ils beaucoup de poissons.

S154 stop
E nemicha rijló : – Meke palani wani kele páwapi pupuchi a’á pijló ! Pila’a pala rinaku.

Ils lui dirent : – Quel excellent hameçon la Raie t’a donné ! Fais-en bon usage.

S155 stop
– Je, ke rimicha.

– D’accord.

S156 stop
E kaja ri’micha. Ri’michaka rikapi.

Ainsi vivait-il grâce à son hameçon.

S157 stop
Reyá ajopana ina’uké jemi’chari riyukuna.

Mais d’autres gens apprirent son histoire.

S158 stop
Pupuchi liyá rijña’a pawapi, palani waní riká aú rijña’a jíñána rijluwá.

On racontait que la Raie lui avait donné un hameçon avec lequel il rapportait beaucoup de poissons.

S159 stop
E apú kemicha : – Eko nuji’cha riliyá riká nona’kaloje raú nunumapo penaje.

L’un d’eux dit alors : – Je vais allé lui emprunter pour avoir du poisson à ma fête.

S160 stop
E ajopana kemicha rijló : – Naje piwata kele ña’kana ? Apala meke rila’á iná ?

Un autre lui dit : – Pourquoi veux-tu lui prendre ça ? C’est peut-être dangereux !

S161 stop
E’iyonaja ri’jicha riña’je riliyá.

Mais il alla lui emprunter quand même.

S162 stop
Riphicha rejó. Rajalaki’cha riká.

En arrivant, il le salua.

S163 stop
Ripuri’cho rijwa’té.

Il parla avec lui.

S164 stop
E apú ina’uké kemicha rijló : – Meke pi’michaka majó ?

L’autre lui demanda : – Qu’est-ce qui t’amène ?

S165 stop
E rimicha rijló : – Nuká i’jichari majó ke’iyajopa kaje yukuna i’maje pijló majó.

– Je suis venu t’inviter à ma fête.

S166 stop
E noma’a yuku pupuchi chi’narikana a’ri pijló páwapi pijña’a aú pijluwa jiña.

J’ai entendu dire que la Raie t’avait donné son hameçon pour pêcher.

S167 stop
Aú nu’jicha piliya riya’taje nona’kaloje raú nujluwa nunumapo penaje.

Alors je suis venu te l’emprunter pour pêcher les poissons de ma fête.

S168 stop
E ina’uké kemicha rijló : – Unká, ke rimicha. Unká me ño’jó nuya’tala pijló.

– Pas question ! Je ne peux pas te le prêter.

S169 stop
Kaja pamina kemá nojló : « Pa, piyataniya ajopanajlo riká. Apala napatá nojló riká piño.»

Le maître m’a défendu de le prêter à quiconque. Sans quoi, il reviendrait vers lui.

S170 stop
– Unká, ke rimichaka. Ina’uké pika ri’makapi meke pa’naka raú ke kaja nu’jnajika raú !

– Mais non. Si un homme comme toi l’utilise, je peux bien en faire autant !

S171 stop
Unká, ke rimicha. Kaja numicha pijló unká nuya’tala riká !

– Non. J’ai dit que je ne te le prêterai pas !

S172 stop
Nokó ko nujna’a pijló raú.

Je te ramènerai du poisson moi-même.

S173 stop
Ra’jipicha rijló : – Unká paala iná wakára’ka ajopana a’naka inajló.

– Mais on ne doit pas demander aux autres de pêcher pour soi !

S174 stop
Ñaké nokó nona’jika.

Je dois aller pêcher moi-même.

S175 stop
Kaja ewaja riya’chiya rijló riká.

Mais finalement, il lui prêta.

S176 stop
E rimicha rijló : – Marí riká. Nuya’chiya pijló riká. Iyama ka’laja nuya’chiya pijló riká.

Il lui dit : – Le voici, je te le prête pour deux jours.

S177 stop
Muni pi’jnajika raú a’naje.

Demain tu iras pêcher.

S178 stop
Lapiyami pila’je ipatú pijluwá. Kechami pila’jika piño lukují. Kechami pila’jika richá.

Le matin, tu te prépareras de la coca, puis du tabac à inhaler que tu traiteras avec une incantation.

S179 stop
E kaja lainchú pi’jnaje raú ra’naje.

L’après-midi, tu l’emmèneras pour pêcher.

S180 stop
Pika’jika riká junapeje. Yámona pi’maje : « Páwapi, páwapi piña’a nojló juni yajné. Kajrú nojena waeja.»

Tu le jetteras dans l’eau et lui diras : « Hameçon, hameçon, ramène-moi des habitants de l’eau. Seulement des gros. »

S181 stop
Eyá piwatajike ke’iyape riñá’ka pijló jíñana pi’maje : « Piñá’a nojló ke’iyapé jíñána, ijmula’runa, kechami sere’una ».

Mais si tu préfères, tu peux aussi lui en demander de différentes tailles.

S182 stop
E kaja pika’a riká junapejé. E kaja piwataje riká.

Puis tu le jetteras à l’eau, et tu attendras.

S183 stop
Pa, pi’jnajike kamataje.

Ne t’endors surtout pas !

S184 stop
– Unká yuwají ke nuká ! Yuwají kalé rikamatako.

– Tu me prends pour un gamin !

S185 stop
– Ñaké iká, numaka chojona kalé pijló.

– Bon. Mais je préfère te prévenir.

S186 stop
E kaja ripi’cho.

Et il rentra.

S187 stop
Riphicha riñakare chojé. E ajopana kemicha rijló : – E riya’chiya riká pijló ?

De retour chez lui, les autres lui demandèrent : – Alors il te l’a prêté ?

S188 stop
– A’a, ke rimicha. Kaja riya’chiya nojló riká.

– Oui.

S189 stop
E kaja muni ke rili’cha ipatú rijluwá.

Le lendemain, il prépara de la coca.

S190 stop
Rili’cha lukují rijluwa. Kechami rili’cha richá.

Puis il se fit du tabac à inhaler, qu’il traita avec une incantation.

S191 stop
E kaja lainchú rimicha : – Chuwa nu’jichaka páwapi aú a’naje.

L’après-midi, il dit : – Maintenant, je vais aller pêcher avec cet hameçon.

S192 stop
E kaja ri’jicha jitá chuwuá.

Il partit dans sa pirogue.

S193 stop
E repo’chá ritane a’waná nakojé.

Et il l’amarra à un arbre.

S194 stop
E rimicha : « Páwapi, páwapi, piña’a nojló juni yajné, ke’iyapé jimulauna. Kechami sereuna. »

Il dit : « Hameçon, hameçon, ramène-moi des habitants de l’eau, des moyens et des gros. »

S195 stop
E kaja riki’cha riká junapejé. E kaja riwachiya riká.

Il le jeta à l’eau et se mit à attendre.

S196 stop
Lapí kaja rajichaño rikakuwá, ra’micha lukují.

Durant la nuit, il mâcha sa coca, et inhala son tabac.

S197 stop
Kaja ewajá najme’chiya. Luwichi pika e remi’cha rimeje waicha.

Aux premières lueurs du jour, il l’entendit revenir.

S198 stop
Riphicha jitá turé nakojé. E riñáki’cha ra’piyá.

Il arriva à sa pirogue et la secoua.

S199 stop
E rikiri’cha riká, kajrú jíñána i’michaka rinaku.

Alors il tira sur sa corde, et recueillit de nombreux poissons.

S200 stop
Ke’iyape jíñana i’michari pu’té jita chojé.

Il remplit sa pirogue de toutes sortes de poissons.

S201 stop
E kaja ripi’cho punuma e chojé.

Puis il retourna à son port.

S202 stop
E riphicha riñakare chojé. E ajopana kemicha rijló : – E piji’cha jiña ?

Quand il arriva chez lui, les autres lui demandèrent : – As-tu pris du poisson ?

S203 stop
– A’a, ke rimicha. Kajrú wani.

– Oui, beaucoup.

S204 stop
– Palani waní kele páwapi ra’a nujmeremijlo.

[Son aîné s’écria :] – Quel excellent hameçon, il a donné à mon cadet !

S205 stop
– Maka’ni iná kemaka. Unká nupata’a riká.

– Oui. Et je n’ai vraiment pas envie de le lui rendre !

S206 stop
E kaja ne’jicha jiñá jácho’ta.

Et ils se mirent à sortir le poisson de la pirogue.

S207 stop
E kaja najmichiya jíñana.

Ils le firent boucaner.

S208 stop
Unká rikamatalo i’michaka. E rimicha : – Chúwaja lapí nu’jnaje piño raú a’naje kaja penaje.

Il n’avait pas dormi, mais il dit : – Cette nuit, je vais retourné pêcher une dernière fois.

S209 stop
Iyama ka’laja pamina ya’taka nojló riká. Aú nu’jnaje chúwaja lapí a’naje kaja penaje.

Son propriétaire me l’a prêté pour deux jours, autant en profiter !

S210 stop
Ajopana kemicha rijló : – Pikamato.

Les autres lui dirent : – Tu ferais mieux de dormir.

S211 stop
– Unká, ke rimicha. Unká yuwají kalé nuká. Yuwají kalé rikamatako mapeja.

– Non. Ce sont les mioches qui dorment pour un rien !

S212 stop
E kaja lainchú ri’jicha piño raú a’naje.

L’après-midi, il repartit pêcher.

S213 stop
E rimicha : «  Páwapi, páwapi piña’a nojló jíñana piyuke nakajena junapi i’makaño jwa’to. Nuká kaja penaje na’cha ajuna ! ».

Il dit : «  Hameçon, ramène-moi tous ce qui vit dans l’eau. Et tu termineras par moi ! »

S214 stop
E kaja riki’cha piño riká junapejé.

Puis il le jeta à l’eau.

S215 stop
E kaja riwachiya piño.

Il attendit encore.

S216 stop
Kaja yewíchami iná jme’taka rikamachiyo.

Mais avant les premières lueurs du jour, il s’endormit.

S217 stop
E kaja rijme’chiya ritami chayami.

Et le jour se leva.

S218 stop
E kaja páwapi iphicha lapiyami jita ture nakojé.

Le crochet revint à la pirogue au petit matin.

S219 stop
Riñaki’cha ra’piyá wejí ke pe. Unká rapholacha.

Il la secoua trois fois, mais il ne se réveilla pas.

S220 stop
E páwapi pechú i’micha : ‘Nuká jwa’to’ ke rimichaka nojló i’michaka.

Le crochet se rappela : ‘Et tu termineras par moi !’ m’a-t-il dit. 

S221 stop
Eyá ke páwapi jeño’cha rinakojé. E kaja ra’pachiya ina’uké e’iyaya. Riwajwé e’iyayá ra’pachiya.

Alors il lui sauta dessus, et lui traversa le cœur.

S222 stop
E kaja ina’uké taki’cha.

L’homme mourut sur le coup.

S223 stop
E kaja jweichami ajopana kemicha : – Naje chi unká riphalá ? Apala ta páwapi nóchari riká !

Plus tard, les autres dirent : – Pourquoi ne revient-il pas ? Le crochet l’a peut-être tué ! »

S224 stop
– Amichakajla riká.

– Allons le chercher.

S225 stop
E ne’jicha.

Et ils partirent.

S226 stop
Amicha jita kuwa’ko.

Ils aperçurent sa pirogue amarrée.

S227 stop
E nemicha : « A’jná ritau kuwako, amichajla riká ! »

« Sa pirogue est là-bas, regardez ! »

S228 stop
E kaja ne’jicha. Iphichari jita nakú. Amichari ritami to’kó.

Puis en arrivant à sa pirogue, ils trouvèrent son cadavre allongé.

S229 stop
Ne’micha : – Ají tami to’ró riká. Kaja ma’pani páwapi nocha riká.

– Il est étendu là. Le crochet l’a déjà tué.

S230 stop
– Ijña’a riká re’iyayá.

– Retirez-lui le crochet.

S231 stop
Ne’jicha rijña’je.

Et ils lui retirèrent.

S232 stop
Ají ke naji’chakajla riká. E riwícho’cho rikó ina’uké tami e’iyayá jeyo’cha junapejé.

Mais à peine lui eurent-ils extrait le crochet que celui-ci plongea.

S233 stop
Eyá ripi’cho paminejo.

Et il retourna chez son maître.

S234 stop
Naphachiya ina’uké tami.

Ils ramenèrent le cadavre.

S235 stop
Nemicha : – Kaja páwapi nocha ma’pani riká. Wephachiya tami majó.

Puis ils annoncèrent : – Le crochet l’a tué ! Nous ramenons son corps.

S236 stop
– Eta mere chi páwapi ?

– Où est le crochet ?

S237 stop
Kaja ma’pá ripi’cho pamina ejó ka’jná.

– Il est sûrement retourné auprès de son maître.

S238 stop
– Unká meke wala’jla. I’micha riyukuna paminajlo.

– Nous n’y pouvons rien. Allez prévenir le propriétaire.

S239 stop
« Unká paala yuku. Kaja ma’pani páwapi nocha we’jwé michú. Aú we’jnachiya pijló riyukuna. »

« Nous apportons une mauvaise nouvelle. Le crochet a tué notre frère. Nous sommes venu te l’annoncer. »

S240 stop
E rimicha najló : – Eta nule’jé páwapi, mere chi riká ?

Alors il leur demanda : – Et mon hameçon, où est-il ?

S241 stop
– Kaja ripi’cho pamina chaje.

– Il est retourné chez son maître.

S242 stop
Aú rimicha najló : – Naje chapú waní rili’chaka nuká.

– Pourquoi m’a-t-il fait ça ?

S243 stop
Ilé kalé i’makale numa rijló i’maka unká nuya’tala riká, ke numaka rijló i’maká.

Je lui avais pourtant dis que je ne lui prêtais pas !

S244 stop
Kaja pamina kema nojló : « Piya’taniña ajopanajlo riká, ke rimaka nojló i’maka. »

Le maître m’avait dit de ne le prêter à personne !

S245 stop
Unká meke wala’lá. Kaja ripi’cho, pamina pachiya riká.

Nous n’y pouvons rien. Il est auprès de son maître maintenant.

S246 stop
E kaja napi’cho nañakare chu. Nephicha nañakare chojé.

Et ils rentrèrent chez eux.

S247 stop
Ketanaja riyukuna.

Fin de l’histoire.