Mythe de l’homme qui prit une femme vautour pape


Lecture en continu :

Transcription par phrase


Traduction par phrase
fr
Transcription du texte complet


Traduction du texte complet
fr


Notes
Yewákumi i’michari eja’wá chu, i’michaka rikó ta.
Pajluwaja ri’michaka. E rikojo kaja rili’chaka mena rijluwa a’waná riki’cha. Ka’chí riphicha. Rikoja kajiru riji’cha.
Kechami riji’chaka kamejeri noje rijluwa, marí kaje wa’té ri’micha.
Kaja waja rimicha : “Meke chapú wani nula’ka mena e’iyaje !”
Riphicha. Jui jui.
“Meke chapú wani nula’ka !” ke rimichaka. Merowa ta nuphataje ina’uké nachana nojluwa.
Apú nachana i’makare wa’té kalé. Apú nachana la’á rijló nakaje, riyajalo la’á rijló nakaje.”
Kaja ri’jichaka kamejerina noje.
Kaja rinocha je’runa pau kena.
Ri’jicha pajluwana, weji kena yurichaño rewaja majichako.
Apú wakaje ñake kaja.
Kaja waja rimichano ri’wami chu. “Meke chapú wani nula’ka ! Merowa nuphataje nojluwa apú ina’uké nachana ? Apú nachana i’makare wa’té kalé la’ri rijló nakaje rijló.
Kaja noyako nakaje la’kana nakú nokojo.
Kaja waja júpichami ripechu i’micha wayuna ina’uké nemaka.
“Chuwa nupatajika wayuna nakiyana nojluwa. Apá nupata nunachana nojluwa.
Kaja ri’jichaka ta ja’pajo.
Nóchari pajlúwaja kuwa’ta kele je’runa.
Riji’cha pajluwana rijluwa, pajluwa te’e kele riyuricha rewajá.
Kechami riki’chaka ajulaji a’jnawake. Riká chojé rapári’cha mapanare paná.
Kechami riphichiya tetete je’runa tami richojé.
Kechami riphichaka.
Apakala ke ri’jichaka namaje.
Amichari wajé kuwani je’runa ta majichako.
Ejomi ra’cho ta wayurala la’jé rinaku.
Weji rili’cha rinakoje.
Kaja riñapachiya. Kaja ripi’chako piño.
Jupichami ri’jichaka ramaje. Amalachari.
“Yee ! Kajrú wayuna ta jácho’ko rinakoje.”
Eta recho’cho ta nanakojé.
“Jaa !”
Pamineko rimicha : “Nutu” ke rimichaka. Kaje i’makale numa pijló. Pi’jná kajnó richaje. Na pajaka kele wojitari wekojo ?
Apú wa’té i’maka inana, achiñajlo penaje iná yani ke i’má iná wa’té.
Achiñá kalé iná yani ke i’mari iná wa’te.
Unká ñaké kalé i’maka inana pi’makoja rijwa’té riwojitakaloje wekojo penaje.
– Ke jo’o riká, pa’yú, ke rumichaka rijló.
E ri’ri i’michari. Ri’ri i’michari Mawaphú.
E rimicha rijló : – Nu’rí. Chuwa nuwakara’je pe’weló na paja riká kele wojitari wekojo palá wani kamejeri eja’wá yani aú.
Kaje aú nuwakara’a pe’welo richaje riwojitakalaje weká ñakeje nakiya.
– Ñake riká, pa’yú, ke rimichaka.
Piwakara’a ruká.
Apú wa’té i’makaloje inana ta ! Achiñá kalé iná ejé i’mari iná wa’té.
– Ñake riká, pa’yú.
Riká ejomiya. Ikele mari ke ri’micha. Riká penaje ta rácho’ta wayuna e’iyaje.
Kurukuru kaya kaya tuu tuu.
Riká penaje ro’wé pachiya ruká. Kechami rika’tacha riweta chojé ruká ta tuu tuu.
E ta recho’cho “Nupachiya, nupachiya”. Tuu tuu tuu ñaji runaku “Nupachiya nupira. Nupachiya nupira !”
Riká penaje kaja repo’chiya ta kumé aú ruyuphé.
Ripachiya ruká, rita’rachiya leyuná choje ruká ra’paricha jiru aú ruká.
Muni ke ri’jicha piño jimichi jero’je.
E riphicha. Kapu’ku rimicha piño : « Nupira pewiña’o nojló ina’uké.
Pila’a nojlo nakaje.
Kaja chapú wani noyako nakaje la’kana nakú nokoja
Pewiña’o nojló. Pila’chi nojló nakaje ina’uké wayuna ne’make. »
Unká meke rumalacha ta.
Apú wakaje ñakeja rimichaka rojló.
Kaja waja rimicha : « Nupira, nonóchaka wajló kamejeri, mapeja wachapata. »
Maare rikaja ri’jichaka kamejeri noje.
E rinocha ñake kaja je’runa piño.
Riji’cha iyamana neká riphachiya ta.
« Nonocha wajló nupirá. Chuwa wajñajika rika. »
Najicha rijwa’té.
Kaja waja marí kaje jimaje ruli’cho manaí ke.
E rimichaka : – Nupira nonóchachi wajló kamejeri. Maare piwata nuká.
– Juu juu, rojipichaka.
Rinocha ñake kaja. Najichoka
Apú wakaje piño. Mari kaje jimaje.
Kaja ewaja rowi’chota ina’uké penaje.
E ri’jicha mená e’iyaje kachi iphaje, jimichi jero’kana chaya yámona ro’cho rorumaka chiya.
Ruji’cha pajala. Kaja ro’cha po’ri ja’pí. Kechami rukuwichaka. E palani rukujnure i’michaka kaja, kawaya i’ku ke jareka.
Kechami rujiyochiyaka jirúra’la choje.
Yewichaja ruwe’picha riphicha ro’chá ro’rumaka runakuwa piño.
E riphicha.
– Jui ! ke rimichaka. Yee ! Na pani ta la’laje nakaje nojlo ! ke rimichaka.
Apu nachana i’makare wa’té pani kalé nakaje inajlo ! ke rimichaka.
Rikaja ra’ochako. Riyakari’cho páchuwa.
E ri’jicha jirúla’la ta nakoje. E rijme’chiya meta rika.
Amichari kujnú ya’talachako, palani ituru kuwakanami.
– Yee ! Na kuwalachari kaji ? ke ripechu i’michaka.
Ilé ke jo’o riká, ke rimichaka.
E riwitúkachiya rijwanapa.
Rajicha.
E ne’micha jupi.
E rimicha piño : – Nupira. Maare piwata nuká nonóchachi kamejeri wajluwa. Mapeja wachapata, unká na wajñala.
– Juu, ke rojiphichaka.
Rikaja ri’jichaka ja’pajo.
Kamejeri riphachiya yámojo rukuwi’cha piño.
E riphicha piño. Amichari ñake kaja apala keja jirúla’la cha kujnú ya’tachako.
E ripechu i’micha : – Apala ruká ka’jná kuwayo ku’jnú nupé kajinó.
Chuwa nomajelo.
Kaja najicha najnewá.
Manaí ta.
E ri’jicha piño mena e’iyaje kajirú ña’je.
Riphicha piño. Amichari piño kujnú ta.
– Apá ruká ka’jnó kuwayo nojló” ripechu i’michaka.
Chuwa nomajelo laichú.
Rimicha : – Nupirá. Chapú wani wachapatá manúpeja.
Muní lapiyami nu’jnaje wajluwa ja’paje.
Ají ke nu’jnaje ya’jnaje palá nonókaloje mamákechina ta penaje, mana’ikena nonókaloje penaje.
Kaja pu’pejlu cha nala’karena ta maarowa.
Lainchú nuká waicha maare.
Piwata nuká.
– Juu juu, rojipichaka.
Kaja waja nakamáchiya.
Muni ke najme’chiya.
Lapiyami rajicha ra’jnewá.
E rimicha : – Chuwa nu’jichaka, nupira. Ají ke nu’jichaka. Lainchú nuká waicha.
– Juu juu, ruli’chaka.
Kaja ri’jichakata a’jná june’e pánojo e’iyaje. E riwachiya júpija riwe’icha.
E ripi’cho.
– Nomichako riká ta !
E riphicha. Amichari ijá puyuki’chaka.
“Kejani ta ! Apata ruká ka’jná !”
E ra’pichata rejó. E richiricho runakoje.
E ramicha maarejechami ru’jichaka ta’kaloje chaya jeyo’phá jeyo’kaje. Ru’jicha kuwaje.
Eta riphicha ta. Rijme’chiya ta pají numana.
E ta ruichako ruki’cha rukapiya te’jé ke rika ta ruichako rolokopane.
E rimichata : – Piñaniño, piñaniño !
Na ina’ukeka kají ?
– Nuká, ke rumichaka rijló.
Nuka i’jnari majó pichaje.
Unká kalé piwe’pika pi’maka : ‘Merowa ta nuphataje nojluwa ina’uke nachana ?
Apú nachana i’makare wa’té kalé riyajalo la’la nakaje iná iphá ajñaje’ ke pimaká.
Aú pa’yú wakára’a majó nuká pichaje.
Aú nu’jná pichaje majó.
– Yee ! Ñake riká. Numá jo’o. Kaja wa’jini nuká maare. Wajini nokojo nula’ka nakaje. Aú jo’o numá ñaké.
Aú kaja riwakára’a piká nuchaje majó.
Palá ke paja pi’jnaka majó nuchaje pila’kaloje nojló nakaje penaje !
Majó piphá !
E ra’pachiya ruká ripechu chojé.
– Pikuwá wajluwa wajñachi wajnewa.
E rukuwicha.
E ruji’cha ku’jnú “thejé” jeyo’phá chojé.
– Marí kujnú, ke rumichaka.
E riwitúkachiya rijwanapa.
– Marí nuwanapa wajñachi.
Kaja najichaka na’jnewa i’michaka.
Kaja rikaja rowi’chako ina’uké penaje.
E rumicha rijló : – Marí ke pa’yú kemaka nojló : ‘Kaje i’makale numá pijló nutu. Eko pi’jná kaja richaje. Na ka’jná ? Pala waní wojitaka weká eja’wá yani aú.
Apú wa’té penaje i’maka inana ta.
Achiñá kalé iná yani ke i’mari iná jwa’té.
Ñaké numá pijló pala riwojitakaloje nuká pinakiya eja’wá yani aú.
Kaje i’makale marí ke numá pijló.’
Marí ke pa’yú kemaka aú riwakára’a nuká majó pichaje.
– Je. Ke jo’o riká, rimichaka. Merewa kaje chi nowojita para’pá ? Unká mere kaje kalé nowojita riká.
– Nekako kamejerina je’runa piño kajrú pimaja’ta neká wajña, ke rumichaka.
– A’a, nonó kele kamejeri.
Kaja nokojo nuká. Mapeja nonoka neká ta.
Unká na wa’té nojñala neká. Aú nuña’a nanakiya ta nojñakeja penaje.
– Aú pa’yú kemá : ‘Eko palá rijló kajnó. Kaje i’makale numá ilé nuwakara’a nutu rijlo.
Apú wa’té penaje i’maka inana ta, achiñá kale iná yani ke i’mari iná wa’té.
Kaje i’makale numá : Unká kajena nuwatala. Eja’wá yani kaje aúja ko riwe’pire nukamajo riwojitaje nuká.
Kaje i’makale marí ke numá rinaku.’
Marí ke pa’yu kemaka. Aú nu’má pijló riyukuna.
– Ñaké riká, ke rimichaka. No’kare kele kamejeri rimá nakú. Eko nonó kamejeri.
Kaja rikaja ru’michaka rijwa’te ta. E rinochano kamejeri.
E kaja rinocha weji kele kuwa’ta, kele rinóchata je’runa riji’cha, iyamaja yurichaño pajluwa kuwa’ta kele riyanajunajlo riyurichaje.
E riphicha “phijlú” je’runa nakú iyama.
– Yúka’a Yewákumi ?
– A’a. Ye’e ! Kajrú nonóchaka je’runa. Pajluwa kuwa’ta kele nuyuricha iyamana nu’jicha wajló
Apú wakaje ñaké kaja.
Kaja waja raki’cha kajrú wani ruká. Riña’tacha ruká. Ta ta ta, runaku.
– Jaí ! ke rumichaka. Jaa ! Meka penaje piña’a nuká ? Meka penaje ?
Unká noko kalé nu’jichakami kele kaje ta chaje ! Pa’yú kalé wakari’chami nuká ilé kaje ta chaje !
Unká nokoja kalé nu’jnaka puware kaje ta chaje ta, ina’uké wejaputenami ta puware kaje ta chaje, ke rumichaka.
Ña’tari nuká ! ke rumichaka.
Ñaké kaja riká. – Unká numalachami pijló : Pi’jná nuchaje, pikoja kalé pi’jichakami ta nuchaje penaje kele pimá nakú.
Ke jo’o riká, rimichaka. Puwareni ta jo’o nuká kele pimá nakú, cha’ata kalé jimareruna pejena !
Piká a’jná karomani ka pi’ichata nuká ‘Puwareni ta !’ ke rimichaka rojló.
– A’a ke rumichaka. Patani no’wé. Jimareni kaja kamare ya’ko.
Unká puwareni ta kalé pimá nakú, ke rumichaka.
– Je ! Ñaké riká, ke rimichaka.
Kaja pimá : “Cha’atari kajimárechani no’wé”. Mere we’chú kala ko nomá pe’wé kechako nuña’a rijimárecha.
Jii rumichaka.
– A’a ! Na pila’a ? Kamu’ji wani no’wé amakana nakú.
Unká ilé ke pimajika aú kalé pamaje kele no’wé kamu’ji wani pila’ka ramakana nakú.
– Nomaje riká mere we’chú ka’la pamachi. Unká kalé nomalaje kele pe’wé pimá nakú, kechami kaja nuña’a rijimajecha.
Unká ilé ke pimajika : “Unkale pamaje kele no’wé nomaje.”
Mere we’chu kala wakaje riká.
E ne’micha júpija.
Kaja waja ri’jicha ta piño ja’pajo nóchari je’runa wejí kele kuwa’ta.
Kele rinóchaka je’runa ri’jicha iyámana.
E riki’cha je’runa nakojé. Te te te ayulaji.
Kechami rayúmi’cha punamá pana. Rika chojé riphachiya te te te je’runa tami tara’tacho je’runa ta chuwa.
E ripi’chó. Iphichari.
– Yúka’a ?
– A’a. Nonocha je’runa wejí ke kuwa’tá. Kele yurichaño.
– Ñaké riká.
Riká najicha.
Apakala ke ri’jichaka namaje.
Amichari wajé je’runa maji’chako. Wajé kuwani jamona ya’chako nanakoje.
E ripi’chó.
Riwe’pichaka kaja namaji’chako e ri’jicha piño namaje.
Amichari kaja namaji’chaka.
Riká penaje riji’chaka mutu je’ru ta julá riwapicha.
Kechami ra’chaka ta majani rinakuwa kau kau kau piyuke ra’chaka ta majani rinakuwa.
Unká meriya rinaponata amalacho.
Ra’chó teji pe’iyoje je’runa e’iyaje. Ra’chó to’tachomi riká ta.
Chuwa nomajika ro’wé.
Meketana i’majomi ta wayuna ta jácha’ko rinakojé. Te te te.
Riyakaricho ta nachaje. “Mere ta ro’wé ?”
Apú piño.
E jareya wayú ta jáchako.
E rimicha : – Ñaké riká, nojena. Ilé pe’iyó to’kó ilé ño’pojlo, ilé wayureje newakajlo.
Pa. Ajñániya riká.
Maaruruna wajñaje.
– Je, ke.
E ripechu i’micha : “Unká jo’o chi riká wáilacha metana majomi ta.”
Ramicha riká wáichaka.
“Juu juuu touu.”
E riyakari’cho jimareni kuwani.
Kaja iná ijlú yaki’cho rijimate nakojé i’michaka.
“Karí chi riká ro’wé rumá nakú ? Chuwa nomajika riká.
E riyuricha richó kojo a’waná nakoje.
E nemicha : – Newaka ilé pile’jé to’ró pe’iyó.
– Mere kele ñópojlo kuwani to’ró pe’iyó kele ?
E riyakari’cho richaje.
– Yee ! ke rimichaka. Meke chi nuwe’pika kapechuni yawachija nuwe’pika riká !
– Unká ! Matami riká pomó.
E reño’cha pijí rinakojé wayú ta jeño’cha rijula chojé.
E ritujli’cha ta riká. Tu tu.
– Pamá mapechuru riká.
– Ñaké riká.
E riyuricha richo taji riwo nakojé. Mana’ita rito’chako ta.
“Matami unká kawitalacha riká nakuwa ta !”
Ritujli’cha riká ta riwajwé lo’kopané rijo’kaloje riwajlé e’iyajé.
E ta kele puwareni ta pachiya riká.
Ña’ji rinaku ta. Tuu tuu tuu.
Eta jauu wayuna ajná ño’jó.
– Jaa ! Nupachiya nupachiya ! ke rimichaka.
Rika penaje rimichaka ta : – Piká chi kele cha’atari kajimarecha pe’welo kemá nakú.
Wa’jini rú’chatakare ja’pejé nuká rumá nojló : ‘Puwaretaje ta piká ña’tari nuká !’
Aú numá rojló : ‘Cha’atari jimareni chi pe’wé ?.’
Aú rumá nojló : ‘Cha’ta jimareni no’wé ? Unká piká ta ke kalé ! Kaja kamare yako aú, numá rojló :
‘Ñaké riká. Puwareni ta jo’o nuká pi’michami wa’té i’maka nomaje mere we’chu kala pe’wé. Kechami nuña’a pe’wé jimare cha pamachi !’
Aú rumá nojló : ‘Na pila’a ? Kamu’ji pila’ka no’wé amakana nakú. Unká ilé ke pimajika aú kalé pamaje no’wé. Kamu’ji pila’ka kele nomaje !’
Marí numa nakú, pamá chuwa nomichaka piká.
Chuwa nuña’jika pilajuwa nujluwa ! ke rimichaka.
Riká nakuwa ta rikuméro’chata riká.
– Jaí ! ke rimichakata. Aa ! Yewákumi ! Meka penaje pila’a nuká ? Unká nuwatala pila’ka ilé ke nuká !
– Ile kaje i’mareja.
– Unká !
– Pe’welo pachá nula’a.
Marí ke piká wa’jini pe’welo iphakare ja’pí piká kaje.
Aú nuña’a pijimarecha me’teni.
– Jaí ! ke rimichaka. Aa ! Meka penaje ilé kaje ta ? Chite ta !
– Meke numichakami ilé kaje ta jlo : ‘Pi’jná ina’uké chaje pi’chata chi ina’uké no’pejé’ ke numichachi rojló.
‘Mapeja pi’jnaka ina’uké chajé me’chatakana ina’uké no’peje.’
Unká numalachami ilé kajé tajlo : ‘Pi’chachiya ina’uké no’pejé. Pacha ina’uké katakaro nunaku.’
Kaje i’makale numá Yewákumi. Kaja piyuri nuká.
Unká nuwatala ilé ke nula’kana !
– Unká ! Piká ke kaja i’maka nuká, ke rimichaka rijló. Achiñá kaja nuká.
Ñaké rikumeri’chakata riká piyuke. Pu’waré.
– Meka penaje pila’a ilé ke ?
Unká nakú katakano penaje kalé i’maká.
Nuká cha’ata wani. Pipechu chaje pechuri nuká. Achiñá nuká.
– Ñaké riká. I’jná ! Piphata wekojo nomachi nuká chaje ka’jná piká.
Maare kaja yewé ji’cha rilajuwa.
Aú jimareni kuwani. Pa “ten” ke rila’ka. Ñake ilé ke jimareni kuwani ikanata.
Piyuké kuphirapana ji’chaka rilajuwa : Chi’runa, taratarana ipirana, laichiruna, kanawiru pirichana
Rika penaje yurichomi kuphirapanajlo rilajuwa penaje.
Nañakare a’jná riphachiya ta riká. Ají ke junee punana chojé.
E rimicha : Maare pitara’o. Kechako nuwakára’a pe’welo iphataka piká.
E ra’pañaichata riká.
Iphichari
– Yewákumi. Naje pi’micha ?
– Unká. Manupeja nu’michaka chi’rajo.
– Je ke.
E rimicha rojló i’michaka : Mapeja nu’michaka chira’jo a’jná ño’jó nomicha na i’ri ñani.
Pa a’jná jimareni wani nuwaicha nupira.
– Yee ! Na chi riká ?
Kapi. Na ka’jná riká ? Na i’rí ñani ka’jná ? Palani wani riká.
A’jnare nutara’chiya riká. Riká june’e punamá chojé, pipachiya riká. Apá riña’o.
E ruká ta rejó.
Rumicha : Mere a’jná ño’jó pani
Rophicha. Amichari ritara’ko.
“Jii ! U’wareni ta po ! Chijaa !”
– Na ta kele uwareni ta wani ? Uware taje ta majó piwara’a majó pimá nakú palani !
– Jai ! ke rimichaka. Me kalé unká wani ina’ukelaru piká kele ? Nuká wa’tó cha pi’chata.
E chi ina’uké kele kaje ta piphachata ina’uké kato nunaku ?
Meke numichakami ilé kajé tajlo i’maka ?
Pi’jná ina’uké chaje pi’chatachi ina’uké nu’peje ke chi numichachi ilé kaje tajlo.
Manupeja pi’jná ina’uké chaje. Unká numalachami picha’ta ina’uke no’peje.
Pipacha ta ina’uke ka’to nunaku ! Chite ! Unká ina’ukelaru ta !
Ñakeji ke ruká rácho’o rijló iyaje.
– Jaí ! ke rimichakata. Naje kalé pimá ilé ke pe’wé nakú “Ilé ke cha’ta piphakare ja’pí, cha’ta kajimarecha ? pimá nakú.
Pamá chuwá riká.
Ilé numá nakú pijló i’maka nomaje mere we’chu kala pe’wé piphakare ja’pí. Kechamiko nuña’a rijimajecha nojluwa numajika pijló i’maka.
Pamá. Pimaká nojló : « e kamu’ji kuwani pila’ka ta no’wé amakana nakú. »
Pamá chuwa nomaka pe’wé. Pamá. Nuña’ka pe’wé jimarete.
– Jaí ! ke rumichaka. Jaa ! Numá jo’o pijló. Manupeja kalé nupura’ko ilé kaje ta wa’té !
Unká ilé ke pila’kaloje no’wé penaje kalé !
Na pila’a kataro no’wé nakú !
Unká ilé pimaka ta ke kalé i’makaño nojena !
Unká piká kalé amakare nakú katakajo nojena pila’a pi’chata naku
– Pamachi ta. Unká na kalé pe’wé la’ká nuká.
Pe’wé ke kaja nuká.
– Ñaké riká. Yewákumi chuwa piphá nukaku nomajelo nuká chaje wani piká.
– A’a. Piká ke kaja nuká achiñá kaja nuká.
– Ñaké riká.
Ra’pachiya riká. Kaja riphachiya riká.
– Maare pitara’ta nuká, ke rimichaka rijló.
E ritara’chiya ta kumu riká.
– Ñake riká, Yewákumi.
Chuwa piwitúka’a majó nomajelo nuká chaje wani kaja piká, cha’ata pipechu i’maká jami pikatako nunaku.
– Jaa ! ke rimichaka. Piká chaje kaja nuká. Pichaje kemachi nupechu.
– Chuwa piña’a pe’tapare.
E ri’jicha ta re’tapare. Kechami chila rijimaje.
– Ñaké riká, Yewákumi, ke rimichaka.
Mereya pikeño’o riká eja’wá maná la’kana ?
Yeruku maná, mereya pikeño’o riká ?
– Marí ke...
E rikeño’chata riká
Una ritajachiya ta.
– Je ! Nuká marí ke nukeño’ka riká.
E rikeño’cha ta.
E ritajachiya apú piño, apú piño.
Ñake rilejichaka riká ta piyuke lawichú rimaka keja ritajachiya ta.
Ejechami kaja mawirúkechi ke ri’michakata.
– Pala ke, Yewákumi. Unká jo’o ke wani. Waphé karuwata.
Rikeño’chata rijló kemakana.
– Unká nuwe’pila.
E riká ta kemicha rijló : – Marí ke weká kemaká piyuke lawichú.
Rimaka keja eyá ta rimicha ta rijló : – Yewákumi. Mereyá pikeño’o kala puphimi.
– Unka nuwe’pila riká.
– Je ke. Marí ke weká kemaká.
E rinóchata kuwani riká wa’té kaja mawerukechi ke riyaichako.
E rimicha ta riyukuna weru weru weru.
Maareje cha kaja ri’jichaka wani peri lawicho’kana.
Maarejechami rinócha wani ri’michaka.
yewichaja ritajachiyaka riká.E kaja ka ritajáchiyako mutú ritami rikajimaje Takataka.
– Ajá ! Pamá chuwa Yewákumi. Ilé kaje ta chi piká kemari : ‘Unká na kalé pila’jika nuká. Piká ke kaja nuká. Pichaje kemachi nupechu pimá nakú.’
Pamá chuwa. Marí kaje nuká. Unká piká kalé amakare nakú kátakano. Unká ilé pimaka ke kalé i’maká nuká.
Pipachojó nuli’cha pinaku. Pikojo pikulaka pacha meke wani ta.
Kaja rinóchaje e nachira’chiya ritami ta ja’ta naphú chojé najicha ritamita penaje riká.
Kele yurero weká Kamejeyajlo i’maka.
Aú walawichure kuwani ri’maka peri lawichure kalaphupemi.
Marí ke ri’makale pajluwalaja pheñawila noke ina’uké raú kele kalapuphemi aú.
Maare rimicha re’welojlo : – Ñake riká. Eko pi’jichaka ilé no’rumaka pa’yú liyá wáchoko’loje penaje.
– Je ke
Kaja ru’jichaka riña’je.
Lainchú ruphicha a’jná ño’jó
– Pa’yú. Marí keja piká.
Marí keja nutu ke rimichaka.
E rajaláki’cha ruká.
– A’a, pa’yú, ke rumichaka.
Haa chaa nakarita Yewákumi ta la’a ramákaja no’wé kataro no’wé naku pacha.
Mapeja nupura’ko rijwa’té riña’taka nuká, aú numá rijló ta : ‘Na penaje puware taje ta ñata nuká ? Rikoja kalé pa’yú wakari’chami nu’maka ! Unka nokojo kalé nu’jichakami majó i’maka.’
Aú rimá nojló : ‘Meke cha’ata wani chi jimareruna pejena pikaona pi’chata aú nuká ?
‘A’a. Palataje no’wé. Unká piká ta ke kalé pi’maka ta ke kalé.
‘Ñaké, riká nomaje mere we’chú kala pe’wé. Kechamiko nuña’a rijimare te.’
‘E na pila’a ? Kamu’ji wani !
Nojena amakana nakú penaje riká ri’maka ejomi riphata o’wé.
Kechami rikatako rinaku.
Pachá rila’a rinaku, pa’yú.
Aú riwakari’chá nuká raruma’ka ña’je rijló majó.
– Je ! Ñake riká. Ripachoja riwaja riká.
Unká riká kalé amakare nakú katakana weká.
Rila’lé ramakaja nu’rí. Meka penaje ? Ripachojo rikojo rikulaka páchoja nu’ri la’a renaku.
Ñake riká. Marí raru’maka. Eko piña’a nu’rijlo marí raru’maka.
E ruwitúki’cha ta. Ají ke iphichari.
– Marí riká o’wé ke.
– Ñaké riká. Muniko wácho’o.
Muni ke lapiyami.
– Ñake riká. Chúwaja ta wachojo.
Unká i’makelaji kalé maarowa. Puwikuwa maarowa majó.
Unká puwikuwa kalé. Unká kaphichakajo i’malare ewá.
E riki’cha chiri chiri raru’maka rinakoje.
E kaja ra’ocho tututu pajiwi nakoje re’iyá kaja na’ochó.
Tu tu tu neká piño ja’pichaño ja’pichaño karena e’iyowa ta pachiyaño nayukupi nakoje, nayukupi nakiya ta neká ta iphichari rara’pá nakú pa’yú.
– Marí keja piká ?
– Yee ! Marí keja nu’ri !
– Waje nuká, pa’yú ke.
Jaa ! Chapú wani nakarita.
Unká ina’ukelaru ta i’chatá riká pachá nakari ta Yewákumi ta kata nunaku pachá nula’a renaku pa’yú
Rikajo rikulaka pachá ejomi.
– Ñake riká, nu’ri. Unká meke wala’a.
Unká riká kalé amaká nakú katakana weká.
Unká ri’maka ke kalé i’makaño weká.
Ila’ale ramakaja piká pachá pila’a renaku rikoja riká la’ka pachá nu’rí ke.
Maareje rikapichata ri’maka.
Marí ketana riyukuna.
Yewákumi vivait seul en ce monde.
Il faisait son jardin seul, abattait les arbres seul, semait et récoltait son manioc seul.
Il chassait aussi uniquement pour lui.
Il finit par dire : “Quel malheur de faire son jardin ainsi.”
Il rentra exténué.
“Ce n’est plus possible ! Où pourrais-je me trouver une famille qui me donne une femme ?
Je dois avoir une femme pour au moins me préparer à manger.”
Et il alla chasser.
Il tua quatre pécaris à lèvres blanches.
Il en emporta un, et laissa les trois autres pourrir.
Un autre jour, il fit de même.
Et il se disait encore : “Quel malheur ! Où pourrais-je me trouver une femme ? Si j’avais une femme, elle pourrait s’occuper de moi.
J’en ai assez de tout faire seul.
Un jour, il se rappela que l’on disait que les vautours papes étaient des gens.
“Je vais aller attraper l’une de leurs filles. Peut-être que je pourrais la prendre pour femme.”
Et il retourna marcher.
Il tua six pécaris à lèvres blanches.
Il en rapporta un pour lui, et en laissa cinq sur place.
Il défricha bien tout autour, et étendit des grandes feuilles de palmier.
Il y entassa les pécaris.
Puis il rentra.
Le surlendemain, il retourna les voir.
Les pécaris commençaient à peine à pourrir.
Il se mit alors à confectionner un piège wayurala, un piège à vautour, qu’il posa par dessus.
Et il creusa aussi une fosse.
Quand il eut fini, il rentra à nouveau.
Plus tard, il retourna voir.
“Oh ! Beaucoup de vautours venaient se mettre dessus.
Alors il se précipita sur eux.
“Aah !”
Avant cela, le chef des vautours avait dit à sa fille : “Ma fille. Je te demande d’aller trouver la personne qui nous donne à manger là-bas.
Une fille doit aller vivre avec un garçon d’une autre famille.
Un garçon, par contre, on le garde avec soi.
Donc toi qui es une fille, tu vas aller vivre avec lui pour qu’il continue à nous offrir de la nourriture.
– Bien, papa.
Le chef vautour avait un fils qui s’appelait Mawaphú.
Il lui dit : – Mon fils. Je vais envoyer ta soeur à celui qui nous donne du si bon gibier.
Comme ça, il continuera à nous alimenter.
– D’accord, papa.
Tu la conduiras.
Une fille est destinée à vivre avec quelqu’un d’autre ! Tandis qu’un fils, on le garde avec soi.
– Bien, papa.
C’est après cela que l’homme se jeta sur les vautours.
Les vautours se sauvèrent en battant des ailes.
C’est alors que Mawaphú attrapa sa soeur et la jeta dans la fosse.
L’homme la saisit en criant : “Je l’ai attrapée. Je tiens mon animal familier !”
Puis il lui attacha les ailes avec de la ficelle.
Il la mit dans un cylindre d’écorce,2 qu’il recouvra d’une vannerie jiru.3
Le lendemain, il alla désherber son jardin.
Quand il revînt vers midi, il dit : « Mon animal familier, transforme-toi en personne.
Prépare-moi quelque chose.
J’en ai tellement assez de faire les choses seul.
Transforme-toi pour moi, et prépare-moi quelque chose, puisque l’on dit que les vautours sont des personnes. »
Elle ne savait pas comment répondre.
Un autre jour, il lui dit la même chose.
« Mon animal, je vais aller tuer du gibier. Nous n’avons rien à manger. »
Il alla alors tuer du gibier.
Il tua encore de la même façon des pécaris à lèvres blanches.
Il en rapporta deux.
« J’ai tué du gibier. Maintenant nous allons manger. »
Et ils mangèrent.
Enfin elle devînt moins farouche.
Il lui disait : – Mon animal, je vais aller tuer du gibier. Attend-moi ici.
Et elle répondait : – Juu juu.
Il tua encore de la même façon. Et ainsi mangèrent-ils.
Et à chaque fois, c’était pareil.
Un jour, elle se transforma en personne.
Pendant qu’il était parti semer des boutures de manioc et défricher les mauvaises herbes, elle enleva son manteau [de vautour].
Elle attisa sous la platine, et fit griller dessus une très belle galette de cassave, aussi blanche que le poitrail d’un cerf.
Puis elle l’étendit sur le panier plat à cassave et la recouvrit.
Quand elle se douta qu’il allait bientôt arriver elle remit son manteau.
Et il rentra.
– Ah ! Si seulement quelqu’un pouvait préparer quelque chose pour moi !
Si une femme pouvait m’accompagner...
Il rentra dans la maloca et regarda à l’intérieur.
Il s’approcha du plat à cassave, et souleva le couvercle.
Il y vit la galette d’amidon de manioc bien grillée.
– Oh ! Qui a pu griller cela ? pensa-t-il.
Bon.
Il fit tomber son gibier.
Puis il mangea.
Le temps passa.
Et il dit à nouveau : – Mon animal de compagnie. Attends-moi, je vais aller chercher du gibier. On n’a plus rien à manger.
– Juu, répondait-elle.
Il retourna en forêt.
Avant son retour, elle grilla une nouvelle galette.
Et quand il revînt, il trouva la galette en soulevant le couvercle du plat à manioc.
Il pensa : – C’est peut-être elle qui grille des galettes de cassave en attendant mon retour.
Il vais la prendre sur le fait.
Ils mangèrent.
[Elle devenait] insouciante.
Il retourna chercher du manioc au jardin.
A son retour, il trouva encore une galette.
– C’est sûrement elle qui me l’a grillée” pensa-t-il.
“Je la surprendrai demain après-midi.
Il lui dit : – Mon animal. Nous n’avons plus rien à manger.
Demain matin, j’irai chasser pour nous.
Je vais aller loin pour tuer des animaux qui ne sont pas d’ici, plus dociles.
Ils sont trop méfiants par ici.
Je reviendrai en fin d’après-midi.
Tu m’attendras.
– Juu juu, répondit-elle.
Ils se couchèrent.
Le lendemain, ils se levèrent.
Au petit matin, il mangea.
Et il dit : – Je m’en vais, mon animal. Je reviendrai en fin d’après-midi.
– Juu juu, faisait-elle.
Il alla de l’autre côté de la berge de sa maloca et attendit un moment en haut de la première colline.
Puis il revînt sur ses pas.
– Je vais voir.
Quand il arriva, il vit de la fumée qui sortait de la maloca.
De la fumée ! C’est sûrement elle !
En silence et sans se faire voir, il s’approcha d’elle.
Quand il la vit, elle venait de râper du manioc, et elle commençait à tamiser de la pâte de manioc pour le griller.
C’est alors qu’il ouvrit la porte.
Elle jeta la pâte qu’elle avait dans les mains, et elle se sauva vers la sortie.
– Ne te sauve pas !
Qui es-tu ?
– C’est moi, dit-elle.
Je suis venu te trouver.
Ne te rappelles-tu pas avoir dit : ‘Où pourrais-je trouver une femme ?
Si j’avais une femme, elle me préparerait à manger pour mon retour’.
Alors mon père m’a envoyé ici te trouver.
C’est pourquoi je suis venue.
– Oh ! Eh bien, oui, j’ai vraiment dit cela. Je suis tout le temps ici à tout faire seul.
C’est donc pour cela qu’il t’envoie.
Que c’est bien d’être venue me préparer à manger !
Viens !
Et il la fit revenir là où elle était dans la maloca.
– Grille-nous donc une galette, qu’on mange.
Et elle lui grilla une galette de cassave.
Puis elle la mit sur le tamis à manioc.
– Voici la galette, dit-elle.
Lui, il descendit du feu la viande qu’il venait de cuire [et dit :]
– Voici mon gibier. Mangeons.
Ils mangèrent.
Et ainsi, elle prit sa forme humaine.
– Voilà ce que mon père a dit : ‘Je te demande d’aller voir cet inconnu qui nous offre tellement de gibier.
Une fille doit vivre avec quelqu’un d’autre.
Seul un fils peut être gardé auprès de soi.
Donc je voudrais qu’il nous offre du bon gibier grâce à toi.
C’est ça que je te demande.’
Ainsi, après avoir dit cela, il m’a envoyé ici.
– Bien. Mais quelle nourriture dois-je offrir à ton père ?
– Ces pécaris que tu laissais pourrir, c’est cela que nous mangeons.
– Ah oui. C’est moi qui les ai tué.
Mais comme je suis tout seul. Je les ai tués comme ça pour rien.
Je n’ai personne avec qui partager cette nourriture. Donc je n’ai ramené que ce que je pouvais manger.
– Mon père m’a dit de te répéter ceci : ‘Tu salueras bien celui a qui j’envoie ma fille.
Une fille vit chez quelqu’un d’autre, tandis qu’un fils, on le garde avec soi.
Ce que j’ai à dire c’est que je ne veux rien d’autre que du gibier. Il n’y a qu’avec ça qu’il me remerciera.
C’est tout ce que j’ai à dire.’
Telles sont les paroles de mon père. Voilà ce dont je t’avais informé.
– D’accord. Je lui offrirai les animaux qu’il demande. Je tuerai du gibier.
Alors elle devînt sa femme, et il chassait.
Il tua huit pécaris à lèvres blanches, il en prit deux et il en laissa six pour son beau-père.
Il revînt en déchargeant d’un coup ses deux pécaris par terre.
– Ça y est, Yewákumi ?
– Oh, oui ! J’ai tué beaucoup de pécaris. J’en ai laissé six, et j’en ai ramené deux pour nous.
Un autre jour, il fit de même.
Mais il finit par la disputer fortement, et par la battre.
– Oh ! Pourquoi m’as-tu prise pour femme ? Pourquoi ?
Ce n’est pas moi qui suis venue seule voir ce type ! C’est mon père qui me l’a demandé !
Ce n’est certainement pas moi qui aurait été trouver un salopard aussi laid !
Et il me bât en plus !
Il lui disait aussi : – Mais ce n’est pas moi qui t’es demandé de venir me voir, c’est toi qui es venue me trouver !
Bon. Si tu dis que je suis laid, c’est que tes frères doivent être sûrement très beaux !
C’est peut-être pour ça que tu te moques de moi en disant que je suis laid !
– Bien sûr. Mon frère est d’une beauté éclatante !
Il n’est pas vilain comme toi, dit-elle.
– Bon. D’accord.
Puisque tu dis que ton frère est si beau, le jour où je le verrai, je lui retirerai sa beauté.
Pendant un moment, elle ne sut que répondre.
Puis elle dit : – Oui, c’est ça ! Et qu’est-ce que tu vas faire ? Tu es bien trop misérable pour pouvoir voir mon frère.
Il ne suffit pas de dire ça pour pouvoir le voir. Tu en es incapable.
– Je le verrai un jour, tu verras si je ne peux pas le voir. Et ce jour-là, je lui arracherai sa beauté.
Et là, tu ne pourras plus dire que je ne peux pas voir ton frère.
Cela peut arriver n’importe quand.
Et le temps passa.
Un jour, il retourna en forêt et tua huit pécaris.
Il en garda deux pour lui.
Puis il défricha autour des pécaris.
Il étendit ensuite des feuilles de palmier milpesos. Par dessus, il entassa les corps des pécaris.
Puis il revînt.
– Ça y est ?
– Oui. J’ai tué huit pécaris. J’ai laissé les autres là-bas.
– Bien.
Ils mangèrent.
Le surlendemain, il alla les voir.
Il vit que les pécaris commençaient à peine à pourrir, et que les vers venaient juste de s’y installer.
Et il rentra.
Quand il se douta qu’ils devaient être suffisamment pourris, il retourna les voir.
Il vit qu’ils étaient bien décomposés.
Alors il prit l’un des pécaris et lui ouvrit le ventre.
Puis il se mit de la chair pourrie partout sur le corps.
On ne voyait plus la moindre partie de son corps.
Puis il s’allongea au milieu des pécaris.
“Maintenant, son frère, il va voir !”
Et les vautours ne tardèrent pas à arriver.
Il les observait. “Lequel est son frère ?” [pensait-il].
D’autres arrivaient encore.
Un vautour blanc arriva.
Il dit : – Bon, mes frères. Le gros qui est étendu au milieu, nous allons le laisser pour le chef.
Attention. Ne le mangez pas.
Nous mangerons ceux-là.
– Bien.
L’homme pensa : “Ne pourrait-il pas venir un peu par ici ?”
Et il le vit arriver.
“Juu juuu touu.” [jacassait-il.]
Il regardait [ce vautour] tout blanc.
Ses yeux regardaient le visage.
“Serait-ce lui dont elle parlait ? Je vais voir.”
Il se déplaça jusqu’à un arbre.
Les autres dirent : – Chef, il y a le tiens au milieu.
– Où est-il le très gros du milieu ?
Et il l’observa.
– Oh ! C’est bizarre, j’ai l’impression qu’il est encore vivant !
– Mais non ! Il est mort.
Alors le vautour blanc alla se poser sur son ventre.
Il le picota avec son bec. Tu tu.
– Regarde, il est mort.
– Bien.
Le vautour resta sur son ventre, et il ne bougeait pas.
“Il est mort, il ne bouge pas du tout !”
Et il continuait à le picorer juste devant le coeur pour le transpercer complètement.
C’est alors que le vilain l’attrapa.
Il le retenait malgré ses battements d’ailes. Tuu tuu tuu.
Les autres vautours se sauvèrent.
– Ouah ! Je l’ai eu, je l’ai eu !
Et il lui dit : – Alors, selon ta soeur, ce serait toi le plus beau !
Elle n’arrête pas de se moquer de moi en disant : ‘Tu es vraiment trop laid pour me battre !’
Alors je lui dis : ‘Ton frère serait-il plus beau ?’
Et elle me répondit : ‘Mon frère est très beau, resplendissant ! Rien à voir avec toi !
‘D’accord. Si tu dis que je suis laid, ton frère, je peux le rencontrer n’importe quand. Et ce jour-là je lui retirerai sa beauté, tu verras !’
‘Que vas-tu faire ? Tu ne peux même pas le voir. Ce n’est pas en disant cela que tu vas réussir à le voir. Tout ce que je vais voir, c’est que tu es ridicule !’
Et comme je l’avais dit, je t’ai eu.
Alors je vais te prendre ta parure !
Et il commença à le déplumer.
– Ah ! Yewákumi ! Pourquoi me fais-tu ça ? Je ne veux pas !
– Il en sera pourtant ainsi.
– Non !
– C’est à cause de ta soeur.
Elle n’arrête pas de me comparer à toi.
Alors je te prends ta beauté.
– Oh non ! Comment peux-tu faire ça ? Salopard !
Comment aurais-je pu lui dire à celle-là de me comparer à la personne chez qui elle va, pour rire de lui !
Je lui avais dit : ‘Reste tranquille, respecte-le, même s’il est moins bien que moi.’
Je ne lui ai pas dit : ‘Moque toi bien de lui pour qu’ensuite, il se joue de moi !’
Alors je dis : Ça suffit ! lâche-moi, Yewákumi !
Je ne veux pas qu’on me fasse ça !
– Non ! Tu ne vaux pas plus que moi. Nous sommes tous les deux des hommes !
Et il lui enleva toutes ses plumes. [Ce qui le rendit tout] laid.
– Pourquoi fais-tu ça ?
On ne se joue pas de moi comme ça !
Je suis bien plus savant que toi. C’est ça être un homme.
– Bon. Allons-y. Viens à la maison, que je vois comme tu es fort.
C’est alors que l’oiseau yewé vint se choisir les plus belles plumes.
Et c’est ainsi qu’il devînt resplendissant.
Beaucoup d’autres petits oiseaux vinrent se servir : les geais chi’rú, taratará, ipirá, laichuru, kanawiru, orioles.
Les plumes ne furent pas perdues pour tout le monde.
Ils arrivèrent chez lui, au bord de la berge.
L’homme dit à son beau-frère : – Attends là. Je vais envoyer ta soeur te chercher.
Et il le laissa.
Il arriva chez lui.
– Yewákumi. Pourquoi es-tu parti ?
J’ai juste été me promener en forêt.
– Ah bon.
Et il lui dit : – Alors que je me promenais, j’ai trouvé un oisillon.
Va voir, il est très beau. Je l’ai ramené pour en faire mon oiseau de compagnie.
– Oh ! De quelle espèce est-il ?
– J’en sais rien. Je ne sais pas de quel oiseau, c’est un petit, mais il est beau.
Je l’ai laissé là-bas sur la berge. Va le chercher avant qu’il ne se sauve.
Et elle alla voir.
Elle se dit : “Où ça là-bas ?”
En arrivant, elle le trouva debout à attendre.
“Pouah ! Quelle horreur !”
– Qu’est-ce que cette bête répugnante ? Tu ramènes ça, et tu dis que c’est beau !
– Ah mais comment peux-tu être aussi bête ? C’est de moi dont tu te moques ! [cria son frère vautour].
Et celui chez qui tu es allé, quel genre d’homme est-il pour se jouer ainsi de moi ?
Qu’est-ce que je t’avais dit ?
L’homme chez qui tu vivras, tu le compareras à moi, pour te moquer de lui, peut-être ?
Je t’avais dit d’être sérieuse, non de rire du fait qu’il est laid comparé à moi.
A cause de toi, il s’est joué de moi ! Idiote !
Alors elle se jeta sur lui en pleurant.
– Alors ! Pourquoi disais-tu que ton frère est si beau, si admirable ?
Regarde-le maintenant.
Je t’avais bien dit que je le trouverai un jour ton frère que tu admires tant, et que je lui retirerai sa beauté.
Toi qui me disais que j’étais misérable comparé à la splendeur de ton frère.
Voilà comment il est maintenant que je lui ai retiré sa beauté !
– Ah ! Mais je disais cela comme ça !
Ce n’était pas pour que tu traites mon frère ainsi !
Comment as-tu pu oser lui faire ça !
Tu ne peux pas te jouer de mes frères ainsi !
Tu n’as pas assez de pouvoir pour te permettre de leur jouer un tour pareil.
– Mais regarde ! Ton frère ne peut rien contre moi.
Je suis égal à lui.
– Bon. Yewákumi : Maintenant, apporte de la coca pour voir si tu es plus puissant que moi.
– Bien sûr. Nous sommes deux hommes à égalité.
– Bien.
Et il le ramena chez lui.
– Laisse-moi là, dit le vautour.
Et il le posa sur le tambour manguaré.
– Bon, Yewákumi.
A présent approche que je vois si tu es plus puissant que moi, toi qui es si fort pour oser te jouer de moi.
– Ah ! Mais non. Je sens que je suis bien plus puissant que toi.
– Apporte donc ton siège.
Il alla chercher son siège, et s’assit en face de lui.
– Bien, Yewákumi.
Par où commences-tu l’incantation qui règle le monde ?
Et celle contre les malédictions, par où commences-tu ?
– Et bien voilà...
Il commença à prononcer les paroles chamaniques...
Et il les termina.
– Bien. Mais moi, je commence ainsi...
Il prononça son incantation.
Puis lorsqu’il eut fini, il en prononça une autre, et puis une autre...
Et c’est ainsi qu’il en profita pour lui jeter toutes sortes de malédictions.
Après cela, l’autre était comme saoul à force de chercher de l’écouter.
– Bon. Mais ce n’est pas du tout fini, Yewákumi. C’est très long.
Et il commença une autre incantation.
– Je ne connais pas [cette incantation].
– Nous savons toutes sortes paroles magiques.
Il lui demanda ensuite : – Yewákumi, comment commences-tu l’incantation kalapupemi [qui inflige des maux de tête et des convulsions].
– Je ne la connais pas.
– Bon. Voilà comment nous la prononçons...
Et il dirigeait toutes ces paroles contre Yewákumi qui avait du mal à se tenir assis.
Il débitait les paroles à toute vitesse.
Après cela il passa à la sorcellerie de l’aigle harpie.
Il l’acheva avec cela.
Yewákumi n’en pouvait plus. Il finit par s’effondrer. Il était mort.
– Alors Yewákumi ! Tu vois, tu disais : ‘Tu ne peux rien me faire. Tu n’es pas plus fort que moi. C’est sûrement moi le plus intelligent.’
Tu vois, moi je suis comme ça. Tu ne pouvais pas te moquer de moi ainsi, contrairement à ce que tu disais.
Mais c’est ta faute. C’est toi-même qui l’as cherché.
Après cela, ils traînèrent le corps, creusèrent une fosse, et l’enterrèrent dans la forêt.
Cela nous est resté à nous les Kamejeya.
Kalapupemi et la sorcellerie de l’aigle harpie nous appartiennent vraiment à nous en particulier.
Ainsi, un seul ensorceleur pouvait tuer des gens uniquement avec cette sorcellerie.
Après cela, le vautour dit à sa soeur : – Bon. Est-ce que tu pourrais aller me chercher ma combinaison chez mon père, qu’on puisse partir.
– D’accord.
Et elle partit lui chercher.
Elle arriva l’après-midi chez son père.
– Alors papa, ça va ?
– Comme tu vois, ma fille.
Et toi ?
– Oui, papa.
Mais celui-là, ce Yewákumi, il a joué un sale tour à mon frère !
Comme il me bâtait à chaque fois que je lui disais quelque chose, je lui ai dis : ‘Pourquoi je me fais battre par ce vilain ? Ce n’est quand même pas ma faute si mon père m’a envoyé le trouver !’
Alors il me dit : ‘Tu te ries de moi, mais tes frères, est-ce qu’ils sont plus beaux ?’
‘Bien sûr. Mon frère aîné est superbe. Rien à voir avec toi.’
‘Dans ce cas, le jour où je le verrai, je lui enlèverai sa beauté.
‘Ah oui, et comment vas-tu faire ? Tu es si misérable !
Alors il se mit à l’affût de mon frère, et finit par le trouver.
Et il lui joua un sale tour.
Mon frère lui a alors réglé son compte.
Maintenant, mon frère m’envoie ici pour prendre sa combinaison.
– Bien. Je comprends. C’est sa faute s’il a été châtié.
Ce n’est quand même pas lui qui va se jouer de nous. I
Comment a-t-il pu se moquer de mon fils ? C’est sa faute ! C’est lui qui l’a cherché.
Bon. Voici sa combinaison. Vas la porter à mon fils.
Elle redescendit, et arriva.
– Voici, mon frère.
– Bien. Nous partirons demain.
Et le lendemain matin :
– Bon. Il est temps de partir.
Il n’est pas bon de vivre par ici. C’est bien trop malsain.
[Mieux vaux retourner chez nous] Là-bas, ce n’est pas malsain. On n’y meurt pas.
Et il enfila sa combinaison.
Ils s’envolèrent en passant par la fenêtre de la maloca.
Ils bâtirent des ailes, puis se laissèrent porter par le vent. Enfin, ils arrivèrent chez leur père.
– Tu es là ?
– Oh ! Te voilà, mon fils !
– Je viens d’arriver, papa.
Ah ! Quel saligaud !
Celle-là, il a fallu qu’elle se moque de Yewákumi, alors il m’a joué un mauvais tour. Je lui ai donc réglé son compte.
Mais c’est lui qui l’a cherché.
– Je comprends mon fils. Nous n’y pouvons rien.
Ce n’est quand même pas lui qui pouvais se jouer de nous.
Nous ne sommes pas comme lui.
Il s’est joué de toi, alors tu lui as réglé son compte, mais c’est lui qui l’a cherché.
Il en est mort.
Fin de l’histoire.
S1 stop
Yewákumi i’michari eja’wá chu, i’michaka rikó ta.

Yewákumi vivait seul en ce monde.

S2 stop
Pajluwaja ri’michaka. E rikojo kaja rili’chaka mena rijluwa a’waná riki’cha. Ka’chí riphicha. Rikoja kajiru riji’cha.

Il faisait son jardin seul, abattait les arbres seul, semait et récoltait son manioc seul.

S3 stop
Kechami riji’chaka kamejeri noje rijluwa, marí kaje wa’té ri’micha.

Il chassait aussi uniquement pour lui.

S4 stop
Kaja waja rimicha : “Meke chapú wani nula’ka mena e’iyaje !”

Il finit par dire : “Quel malheur de faire son jardin ainsi.”

S5 stop
Riphicha. Jui jui.

Il rentra exténué.

S6 stop
“Meke chapú wani nula’ka !” ke rimichaka. Merowa ta nuphataje ina’uké nachana nojluwa.

“Ce n’est plus possible ! Où pourrais-je me trouver une famille qui me donne une femme ?

S7 stop
Apú nachana i’makare wa’té kalé. Apú nachana la’á rijló nakaje, riyajalo la’á rijló nakaje.”

Je dois avoir une femme pour au moins me préparer à manger.”

S8 stop
Kaja ri’jichaka kamejerina noje.

Et il alla chasser.

S9 stop
Kaja rinocha je’runa pau kena.

Il tua quatre pécaris à lèvres blanches.

S10 stop
Ri’jicha pajluwana, weji kena yurichaño rewaja majichako.

Il en emporta un, et laissa les trois autres pourrir.

S11 stop
Apú wakaje ñake kaja.

Un autre jour, il fit de même.

S12 stop
Kaja waja rimichano ri’wami chu. “Meke chapú wani nula’ka ! Merowa nuphataje nojluwa apú ina’uké nachana ? Apú nachana i’makare wa’té kalé la’ri rijló nakaje rijló.

Et il se disait encore : “Quel malheur ! Où pourrais-je me trouver une femme ? Si j’avais une femme, elle pourrait s’occuper de moi.

S13 stop
Kaja noyako nakaje la’kana nakú nokojo.

J’en ai assez de tout faire seul.

S14 stop
Kaja waja júpichami ripechu i’micha wayuna ina’uké nemaka.

Un jour, il se rappela que l’on disait que les vautours papes étaient des gens.

S15 stop
“Chuwa nupatajika wayuna nakiyana nojluwa. Apá nupata nunachana nojluwa.

“Je vais aller attraper l’une de leurs filles. Peut-être que je pourrais la prendre pour femme.”

S16 stop
Kaja ri’jichaka ta ja’pajo.

Et il retourna marcher.

S17 stop
Nóchari pajlúwaja kuwa’ta kele je’runa.

Il tua six pécaris à lèvres blanches.

S18 stop
Riji’cha pajluwana rijluwa, pajluwa te’e kele riyuricha rewajá.

Il en rapporta un pour lui, et en laissa cinq sur place.

S19 stop
Kechami riki’chaka ajulaji a’jnawake. Riká chojé rapári’cha mapanare paná.

Il défricha bien tout autour, et étendit des grandes feuilles de palmier.


NOTE : Mapanare (Yuc.). Palma real (Esp. Ver.). “Palmier royal”.
S20 stop
Kechami riphichiya tetete je’runa tami richojé.

Il y entassa les pécaris.

S21 stop
Kechami riphichaka.

Puis il rentra.

S22 stop
Apakala ke ri’jichaka namaje.

Le surlendemain, il retourna les voir.

S23 stop
Amichari wajé kuwani je’runa ta majichako.

Les pécaris commençaient à peine à pourrir.

S24 stop
Ejomi ra’cho ta wayurala la’jé rinaku.

Il se mit alors à confectionner un piège wayurala, un piège à vautour, qu’il posa par dessus.

S25 stop
Weji rili’cha rinakoje.

Et il creusa aussi une fosse.

S26 stop
Kaja riñapachiya. Kaja ripi’chako piño.

Quand il eut fini, il rentra à nouveau.

S27 stop
Jupichami ri’jichaka ramaje. Amalachari.

Plus tard, il retourna voir.

S28 stop
“Yee ! Kajrú wayuna ta jácho’ko rinakoje.”

“Oh ! Beaucoup de vautours venaient se mettre dessus.

S29 stop
Eta recho’cho ta nanakojé.

Alors il se précipita sur eux.

S30 stop
“Jaa !”

“Aah !”

S31 stop
Pamineko rimicha : “Nutu” ke rimichaka. Kaje i’makale numa pijló. Pi’jná kajnó richaje. Na pajaka kele wojitari wekojo ?

Avant cela, le chef des vautours avait dit à sa fille : “Ma fille. Je te demande d’aller trouver la personne qui nous donne à manger là-bas.

S32 stop
Apú wa’té i’maka inana, achiñajlo penaje iná yani ke i’má iná wa’té.

Une fille doit aller vivre avec un garçon d’une autre famille.

S33 stop
Achiñá kalé iná yani ke i’mari iná wa’te.

Un garçon, par contre, on le garde avec soi.

S34 stop
Unká ñaké kalé i’maka inana pi’makoja rijwa’té riwojitakaloje wekojo penaje.

Donc toi qui es une fille, tu vas aller vivre avec lui pour qu’il continue à nous offrir de la nourriture.

S35 stop
– Ke jo’o riká, pa’yú, ke rumichaka rijló.

– Bien, papa.

S36 stop
E ri’ri i’michari. Ri’ri i’michari Mawaphú.

Le chef vautour avait un fils qui s’appelait Mawaphú.

S37 stop
E rimicha rijló : – Nu’rí. Chuwa nuwakara’je pe’weló na paja riká kele wojitari wekojo palá wani kamejeri eja’wá yani aú.

Il lui dit : – Mon fils. Je vais envoyer ta soeur à celui qui nous donne du si bon gibier.

S38 stop
Kaje aú nuwakara’a pe’welo richaje riwojitakalaje weká ñakeje nakiya.

Comme ça, il continuera à nous alimenter.

S39 stop
– Ñake riká, pa’yú, ke rimichaka.

– D’accord, papa.

S40 stop
Piwakara’a ruká.

Tu la conduiras.

S41 stop
Apú wa’té i’makaloje inana ta ! Achiñá kalé iná ejé i’mari iná wa’té.

Une fille est destinée à vivre avec quelqu’un d’autre ! Tandis qu’un fils, on le garde avec soi.

S42 stop
– Ñake riká, pa’yú.

– Bien, papa.

S43 stop
Riká ejomiya. Ikele mari ke ri’micha. Riká penaje ta rácho’ta wayuna e’iyaje.

C’est après cela que l’homme se jeta sur les vautours.

S44 stop
Kurukuru kaya kaya tuu tuu.

Les vautours se sauvèrent en battant des ailes.

S45 stop
Riká penaje ro’wé pachiya ruká. Kechami rika’tacha riweta chojé ruká ta tuu tuu.

C’est alors que Mawaphú attrapa sa soeur et la jeta dans la fosse.

S46 stop
E ta recho’cho “Nupachiya, nupachiya”. Tuu tuu tuu ñaji runaku “Nupachiya nupira. Nupachiya nupira !”

L’homme la saisit en criant : “Je l’ai attrapée. Je tiens mon animal familier !”

S47 stop
Riká penaje kaja repo’chiya ta kumé aú ruyuphé.

Puis il lui attacha les ailes avec de la ficelle.

S48 stop
Ripachiya ruká, rita’rachiya leyuná choje ruká ra’paricha jiru aú ruká.

Il la mit dans un cylindre d’écorce,2 qu’il recouvra d’une vannerie jiru.3


NOTE : Leyuná (Yuc.). Grand cylindre d’écorces de balsa enroulés et retenus entre des bâtons plantés dans la terre. On y garde la pâte d’amidon de manioc.
NOTE : Jiru (Yuc.). Vannerie en forme de plat, utilisée pour rincer et essorer la pâte de manioc.
S49 stop
Muni ke ri’jicha piño jimichi jero’je.

Le lendemain, il alla désherber son jardin.

S50 stop
E riphicha. Kapu’ku rimicha piño : « Nupira pewiña’o nojló ina’uké.

Quand il revînt vers midi, il dit : « Mon animal familier, transforme-toi en personne.

S51 stop
Pila’a nojlo nakaje.

Prépare-moi quelque chose.

S52 stop
Kaja chapú wani noyako nakaje la’kana nakú nokoja

J’en ai tellement assez de faire les choses seul.

S53 stop
Pewiña’o nojló. Pila’chi nojló nakaje ina’uké wayuna ne’make. »

Transforme-toi pour moi, et prépare-moi quelque chose, puisque l’on dit que les vautours sont des personnes. »

S54 stop
Unká meke rumalacha ta.

Elle ne savait pas comment répondre.

S55 stop
Apú wakaje ñakeja rimichaka rojló.

Un autre jour, il lui dit la même chose.

S56 stop
Kaja waja rimicha : « Nupira, nonóchaka wajló kamejeri, mapeja wachapata. »

« Mon animal, je vais aller tuer du gibier. Nous n’avons rien à manger. »

S57 stop
Maare rikaja ri’jichaka kamejeri noje.

Il alla alors tuer du gibier.

S58 stop
E rinocha ñake kaja je’runa piño.

Il tua encore de la même façon des pécaris à lèvres blanches.

S59 stop
Riji’cha iyamana neká riphachiya ta.

Il en rapporta deux.

S60 stop
« Nonocha wajló nupirá. Chuwa wajñajika rika. »

« J’ai tué du gibier. Maintenant nous allons manger. »

S61 stop
Najicha rijwa’té.

Et ils mangèrent.

S62 stop
Kaja waja marí kaje jimaje ruli’cho manaí ke.

Enfin elle devînt moins farouche.

S63 stop
E rimichaka : – Nupira nonóchachi wajló kamejeri. Maare piwata nuká.

Il lui disait : – Mon animal, je vais aller tuer du gibier. Attend-moi ici.

S64 stop
– Juu juu, rojipichaka.

Et elle répondait : – Juu juu.

S65 stop
Rinocha ñake kaja. Najichoka

Il tua encore de la même façon. Et ainsi mangèrent-ils.

S66 stop
Apú wakaje piño. Mari kaje jimaje.

Et à chaque fois, c’était pareil.

S67 stop
Kaja ewaja rowi’chota ina’uké penaje.

Un jour, elle se transforma en personne.

S68 stop
E ri’jicha mená e’iyaje kachi iphaje, jimichi jero’kana chaya yámona ro’cho rorumaka chiya.

Pendant qu’il était parti semer des boutures de manioc et défricher les mauvaises herbes, elle enleva son manteau [de vautour].

S69 stop
Ruji’cha pajala. Kaja ro’cha po’ri ja’pí. Kechami rukuwichaka. E palani rukujnure i’michaka kaja, kawaya i’ku ke jareka.

Elle attisa sous la platine, et fit griller dessus une très belle galette de cassave, aussi blanche que le poitrail d’un cerf.

S70 stop
Kechami rujiyochiyaka jirúra’la choje.

Puis elle l’étendit sur le panier plat à cassave et la recouvrit.

S71 stop
Yewichaja ruwe’picha riphicha ro’chá ro’rumaka runakuwa piño.

Quand elle se douta qu’il allait bientôt arriver elle remit son manteau.

S72 stop
E riphicha.

Et il rentra.

S73 stop
– Jui ! ke rimichaka. Yee ! Na pani ta la’laje nakaje nojlo ! ke rimichaka.

– Ah ! Si seulement quelqu’un pouvait préparer quelque chose pour moi !

S74 stop
Apu nachana i’makare wa’té pani kalé nakaje inajlo ! ke rimichaka.

Si une femme pouvait m’accompagner...

S75 stop
Rikaja ra’ochako. Riyakari’cho páchuwa.

Il rentra dans la maloca et regarda à l’intérieur.

S76 stop
E ri’jicha jirúla’la ta nakoje. E rijme’chiya meta rika.

Il s’approcha du plat à cassave, et souleva le couvercle.

S77 stop
Amichari kujnú ya’talachako, palani ituru kuwakanami.

Il y vit la galette d’amidon de manioc bien grillée.

S78 stop
– Yee ! Na kuwalachari kaji ? ke ripechu i’michaka.

– Oh ! Qui a pu griller cela ? pensa-t-il.

S79 stop
Ilé ke jo’o riká, ke rimichaka.

Bon.

S80 stop
E riwitúkachiya rijwanapa.

Il fit tomber son gibier.

S81 stop
Rajicha.

Puis il mangea.

S82 stop
E ne’micha jupi.

Le temps passa.

S83 stop
E rimicha piño : – Nupira. Maare piwata nuká nonóchachi kamejeri wajluwa. Mapeja wachapata, unká na wajñala.

Et il dit à nouveau : – Mon animal de compagnie. Attends-moi, je vais aller chercher du gibier. On n’a plus rien à manger.

S84 stop
– Juu, ke rojiphichaka.

– Juu, répondait-elle.

S85 stop
Rikaja ri’jichaka ja’pajo.

Il retourna en forêt.

S86 stop
Kamejeri riphachiya yámojo rukuwi’cha piño.

Avant son retour, elle grilla une nouvelle galette.

S87 stop
E riphicha piño. Amichari ñake kaja apala keja jirúla’la cha kujnú ya’tachako.

Et quand il revînt, il trouva la galette en soulevant le couvercle du plat à manioc.

S88 stop
E ripechu i’micha : – Apala ruká ka’jná kuwayo ku’jnú nupé kajinó.

Il pensa : – C’est peut-être elle qui grille des galettes de cassave en attendant mon retour.

S89 stop
Chuwa nomajelo.

Il vais la prendre sur le fait.

S90 stop
Kaja najicha najnewá.

Ils mangèrent.

S91 stop
Manaí ta.

[Elle devenait] insouciante.

S92 stop
E ri’jicha piño mena e’iyaje kajirú ña’je.

Il retourna chercher du manioc au jardin.

S93 stop
Riphicha piño. Amichari piño kujnú ta.

A son retour, il trouva encore une galette.

S94 stop
– Apá ruká ka’jnó kuwayo nojló” ripechu i’michaka.

– C’est sûrement elle qui me l’a grillée” pensa-t-il.

S95 stop
Chuwa nomajelo laichú.

“Je la surprendrai demain après-midi.

S96 stop
Rimicha : – Nupirá. Chapú wani wachapatá manúpeja.

Il lui dit : – Mon animal. Nous n’avons plus rien à manger.

S97 stop
Muní lapiyami nu’jnaje wajluwa ja’paje.

Demain matin, j’irai chasser pour nous.

S98 stop
Ají ke nu’jnaje ya’jnaje palá nonókaloje mamákechina ta penaje, mana’ikena nonókaloje penaje.

Je vais aller loin pour tuer des animaux qui ne sont pas d’ici, plus dociles.

S99 stop
Kaja pu’pejlu cha nala’karena ta maarowa.

Ils sont trop méfiants par ici.

S100 stop
Lainchú nuká waicha maare.

Je reviendrai en fin d’après-midi.

S101 stop
Piwata nuká.

Tu m’attendras.

S102 stop
– Juu juu, rojipichaka.

– Juu juu, répondit-elle.

S103 stop
Kaja waja nakamáchiya.

Ils se couchèrent.

S104 stop
Muni ke najme’chiya.

Le lendemain, ils se levèrent.

S105 stop
Lapiyami rajicha ra’jnewá.

Au petit matin, il mangea.

S106 stop
E rimicha : – Chuwa nu’jichaka, nupira. Ají ke nu’jichaka. Lainchú nuká waicha.

Et il dit : – Je m’en vais, mon animal. Je reviendrai en fin d’après-midi.

S107 stop
– Juu juu, ruli’chaka.

– Juu juu, faisait-elle.

S108 stop
Kaja ri’jichakata a’jná june’e pánojo e’iyaje. E riwachiya júpija riwe’icha.

Il alla de l’autre côté de la berge de sa maloca et attendit un moment en haut de la première colline.

S109 stop
E ripi’cho.

Puis il revînt sur ses pas.

S110 stop
– Nomichako riká ta !

– Je vais voir.

S111 stop
E riphicha. Amichari ijá puyuki’chaka.

Quand il arriva, il vit de la fumée qui sortait de la maloca.

S112 stop
“Kejani ta ! Apata ruká ka’jná !”

De la fumée ! C’est sûrement elle !

S113 stop
E ra’pichata rejó. E richiricho runakoje.

En silence et sans se faire voir, il s’approcha d’elle.

S114 stop
E ramicha maarejechami ru’jichaka ta’kaloje chaya jeyo’phá jeyo’kaje. Ru’jicha kuwaje.

Quand il la vit, elle venait de râper du manioc, et elle commençait à tamiser de la pâte de manioc pour le griller.

S115 stop
Eta riphicha ta. Rijme’chiya ta pají numana.

C’est alors qu’il ouvrit la porte.

S116 stop
E ta ruichako ruki’cha rukapiya te’jé ke rika ta ruichako rolokopane.

Elle jeta la pâte qu’elle avait dans les mains, et elle se sauva vers la sortie.

S117 stop
E rimichata : – Piñaniño, piñaniño !

– Ne te sauve pas !

S118 stop
Na ina’ukeka kají ?

Qui es-tu ?

S119 stop
– Nuká, ke rumichaka rijló.

– C’est moi, dit-elle.

S120 stop
Nuka i’jnari majó pichaje.

Je suis venu te trouver.

S121 stop
Unká kalé piwe’pika pi’maka : ‘Merowa ta nuphataje nojluwa ina’uke nachana ?

Ne te rappelles-tu pas avoir dit : ‘Où pourrais-je trouver une femme ?

S122 stop
Apú nachana i’makare wa’té kalé riyajalo la’la nakaje iná iphá ajñaje’ ke pimaká.

Si j’avais une femme, elle me préparerait à manger pour mon retour’.

S123 stop
Aú pa’yú wakára’a majó nuká pichaje.

Alors mon père m’a envoyé ici te trouver.

S124 stop
Aú nu’jná pichaje majó.

C’est pourquoi je suis venue.

S125 stop
– Yee ! Ñake riká. Numá jo’o. Kaja wa’jini nuká maare. Wajini nokojo nula’ka nakaje. Aú jo’o numá ñaké.

– Oh ! Eh bien, oui, j’ai vraiment dit cela. Je suis tout le temps ici à tout faire seul.

S126 stop
Aú kaja riwakára’a piká nuchaje majó.

C’est donc pour cela qu’il t’envoie.

S127 stop
Palá ke paja pi’jnaka majó nuchaje pila’kaloje nojló nakaje penaje !

Que c’est bien d’être venue me préparer à manger !

S128 stop
Majó piphá !

Viens !

S129 stop
E ra’pachiya ruká ripechu chojé.

Et il la fit revenir là où elle était dans la maloca.

S130 stop
– Pikuwá wajluwa wajñachi wajnewa.

– Grille-nous donc une galette, qu’on mange.

S131 stop
E rukuwicha.

Et elle lui grilla une galette de cassave.

S132 stop
E ruji’cha ku’jnú “thejé” jeyo’phá chojé.

Puis elle la mit sur le tamis à manioc.

S133 stop
– Marí kujnú, ke rumichaka.

– Voici la galette, dit-elle.

S134 stop
E riwitúkachiya rijwanapa.

Lui, il descendit du feu la viande qu’il venait de cuire [et dit :]

S135 stop
– Marí nuwanapa wajñachi.

– Voici mon gibier. Mangeons.

S136 stop
Kaja najichaka na’jnewa i’michaka.

Ils mangèrent.

S137 stop
Kaja rikaja rowi’chako ina’uké penaje.

Et ainsi, elle prit sa forme humaine.

S138 stop
E rumicha rijló : – Marí ke pa’yú kemaka nojló : ‘Kaje i’makale numá pijló nutu. Eko pi’jná kaja richaje. Na ka’jná ? Pala waní wojitaka weká eja’wá yani aú.

– Voilà ce que mon père a dit : ‘Je te demande d’aller voir cet inconnu qui nous offre tellement de gibier.

S139 stop
Apú wa’té penaje i’maka inana ta.

Une fille doit vivre avec quelqu’un d’autre.

S140 stop
Achiñá kalé iná yani ke i’mari iná jwa’té.

Seul un fils peut être gardé auprès de soi.

S141 stop
Ñaké numá pijló pala riwojitakaloje nuká pinakiya eja’wá yani aú.

Donc je voudrais qu’il nous offre du bon gibier grâce à toi.

S142 stop
Kaje i’makale marí ke numá pijló.’

C’est ça que je te demande.’

S143 stop
Marí ke pa’yú kemaka aú riwakára’a nuká majó pichaje.

Ainsi, après avoir dit cela, il m’a envoyé ici.

S144 stop
– Je. Ke jo’o riká, rimichaka. Merewa kaje chi nowojita para’pá ? Unká mere kaje kalé nowojita riká.

– Bien. Mais quelle nourriture dois-je offrir à ton père ?

S145 stop
– Nekako kamejerina je’runa piño kajrú pimaja’ta neká wajña, ke rumichaka.

– Ces pécaris que tu laissais pourrir, c’est cela que nous mangeons.

S146 stop
– A’a, nonó kele kamejeri.

– Ah oui. C’est moi qui les ai tué.

S147 stop
Kaja nokojo nuká. Mapeja nonoka neká ta.

Mais comme je suis tout seul. Je les ai tués comme ça pour rien.

S148 stop
Unká na wa’té nojñala neká. Aú nuña’a nanakiya ta nojñakeja penaje.

Je n’ai personne avec qui partager cette nourriture. Donc je n’ai ramené que ce que je pouvais manger.

S149 stop
– Aú pa’yú kemá : ‘Eko palá rijló kajnó. Kaje i’makale numá ilé nuwakara’a nutu rijlo.

– Mon père m’a dit de te répéter ceci : ‘Tu salueras bien celui a qui j’envoie ma fille.

S150 stop
Apú wa’té penaje i’maka inana ta, achiñá kale iná yani ke i’mari iná wa’té.

Une fille vit chez quelqu’un d’autre, tandis qu’un fils, on le garde avec soi.


NOTE : Si cette phrase est répétée de nombreuses fois, c’est parce qu’il s’agit d’une parole cérémonielle très importante sous-entendant la proposition de la fille en mariage.
S151 stop
Kaje i’makale numá : Unká kajena nuwatala. Eja’wá yani kaje aúja ko riwe’pire nukamajo riwojitaje nuká.

Ce que j’ai à dire c’est que je ne veux rien d’autre que du gibier. Il n’y a qu’avec ça qu’il me remerciera.

S152 stop
Kaje i’makale marí ke numá rinaku.’

C’est tout ce que j’ai à dire.’

S153 stop
Marí ke pa’yu kemaka. Aú nu’má pijló riyukuna.

Telles sont les paroles de mon père. Voilà ce dont je t’avais informé.

S154 stop
– Ñaké riká, ke rimichaka. No’kare kele kamejeri rimá nakú. Eko nonó kamejeri.

– D’accord. Je lui offrirai les animaux qu’il demande. Je tuerai du gibier.

S155 stop
Kaja rikaja ru’michaka rijwa’te ta. E rinochano kamejeri.

Alors elle devînt sa femme, et il chassait.

S156 stop
E kaja rinocha weji kele kuwa’ta, kele rinóchata je’runa riji’cha, iyamaja yurichaño pajluwa kuwa’ta kele riyanajunajlo riyurichaje.

Il tua huit pécaris à lèvres blanches, il en prit deux et il en laissa six pour son beau-père.

S157 stop
E riphicha “phijlú” je’runa nakú iyama.

Il revînt en déchargeant d’un coup ses deux pécaris par terre.

S158 stop
– Yúka’a Yewákumi ?

– Ça y est, Yewákumi ?

S159 stop
– A’a. Ye’e ! Kajrú nonóchaka je’runa. Pajluwa kuwa’ta kele nuyuricha iyamana nu’jicha wajló

– Oh, oui ! J’ai tué beaucoup de pécaris. J’en ai laissé six, et j’en ai ramené deux pour nous.

S160 stop
Apú wakaje ñaké kaja.

Un autre jour, il fit de même.

S161 stop
Kaja waja raki’cha kajrú wani ruká. Riña’tacha ruká. Ta ta ta, runaku.

Mais il finit par la disputer fortement, et par la battre.

S162 stop
– Jaí ! ke rumichaka. Jaa ! Meka penaje piña’a nuká ? Meka penaje ?

– Oh ! Pourquoi m’as-tu prise pour femme ? Pourquoi ?

S163 stop
Unká noko kalé nu’jichakami kele kaje ta chaje ! Pa’yú kalé wakari’chami nuká ilé kaje ta chaje !

Ce n’est pas moi qui suis venue seule voir ce type ! C’est mon père qui me l’a demandé !

S164 stop
Unká nokoja kalé nu’jnaka puware kaje ta chaje ta, ina’uké wejaputenami ta puware kaje ta chaje, ke rumichaka.

Ce n’est certainement pas moi qui aurait été trouver un salopard aussi laid !

S165 stop
Ña’tari nuká ! ke rumichaka.

Et il me bât en plus !

S166 stop
Ñaké kaja riká. – Unká numalachami pijló : Pi’jná nuchaje, pikoja kalé pi’jichakami ta nuchaje penaje kele pimá nakú.

Il lui disait aussi : – Mais ce n’est pas moi qui t’es demandé de venir me voir, c’est toi qui es venue me trouver !

S167 stop
Ke jo’o riká, rimichaka. Puwareni ta jo’o nuká kele pimá nakú, cha’ata kalé jimareruna pejena !

Bon. Si tu dis que je suis laid, c’est que tes frères doivent être sûrement très beaux !

S168 stop
Piká a’jná karomani ka pi’ichata nuká ‘Puwareni ta !’ ke rimichaka rojló.

C’est peut-être pour ça que tu te moques de moi en disant que je suis laid !

S169 stop
– A’a ke rumichaka. Patani no’wé. Jimareni kaja kamare ya’ko.

– Bien sûr. Mon frère est d’une beauté éclatante !

S170 stop
Unká puwareni ta kalé pimá nakú, ke rumichaka.

Il n’est pas vilain comme toi, dit-elle.

S171 stop
– Je ! Ñaké riká, ke rimichaka.

– Bon. D’accord.

S172 stop
Kaja pimá : “Cha’atari kajimárechani no’wé”. Mere we’chú kala ko nomá pe’wé kechako nuña’a rijimárecha.

Puisque tu dis que ton frère est si beau, le jour où je le verrai, je lui retirerai sa beauté.

S173 stop
Jii rumichaka.

Pendant un moment, elle ne sut que répondre.

S174 stop
– A’a ! Na pila’a ? Kamu’ji wani no’wé amakana nakú.

Puis elle dit : – Oui, c’est ça ! Et qu’est-ce que tu vas faire ? Tu es bien trop misérable pour pouvoir voir mon frère.

S175 stop
Unká ilé ke pimajika aú kalé pamaje kele no’wé kamu’ji wani pila’ka ramakana nakú.

Il ne suffit pas de dire ça pour pouvoir le voir. Tu en es incapable.

S176 stop
– Nomaje riká mere we’chú ka’la pamachi. Unká kalé nomalaje kele pe’wé pimá nakú, kechami kaja nuña’a rijimajecha.

– Je le verrai un jour, tu verras si je ne peux pas le voir. Et ce jour-là, je lui arracherai sa beauté.

S177 stop
Unká ilé ke pimajika : “Unkale pamaje kele no’wé nomaje.”

Et là, tu ne pourras plus dire que je ne peux pas voir ton frère.

S178 stop
Mere we’chu kala wakaje riká.

Cela peut arriver n’importe quand.

S179 stop
E ne’micha júpija.

Et le temps passa.

S180 stop
Kaja waja ri’jicha ta piño ja’pajo nóchari je’runa wejí kele kuwa’ta.

Un jour, il retourna en forêt et tua huit pécaris.

S181 stop
Kele rinóchaka je’runa ri’jicha iyámana.

Il en garda deux pour lui.

S182 stop
E riki’cha je’runa nakojé. Te te te ayulaji.

Puis il défricha autour des pécaris.

S183 stop
Kechami rayúmi’cha punamá pana. Rika chojé riphachiya te te te je’runa tami tara’tacho je’runa ta chuwa.

Il étendit ensuite des feuilles de palmier milpesos. Par dessus, il entassa les corps des pécaris.

S184 stop
E ripi’chó. Iphichari.

Puis il revînt.

S185 stop
– Yúka’a ?

– Ça y est ?

S186 stop
– A’a. Nonocha je’runa wejí ke kuwa’tá. Kele yurichaño.

– Oui. J’ai tué huit pécaris. J’ai laissé les autres là-bas.

S187 stop
– Ñaké riká.

– Bien.

S188 stop
Riká najicha.

Ils mangèrent.

S189 stop
Apakala ke ri’jichaka namaje.

Le surlendemain, il alla les voir.

S190 stop
Amichari wajé je’runa maji’chako. Wajé kuwani jamona ya’chako nanakoje.

Il vit que les pécaris commençaient à peine à pourrir, et que les vers venaient juste de s’y installer.

S191 stop
E ripi’chó.

Et il rentra.

S192 stop
Riwe’pichaka kaja namaji’chako e ri’jicha piño namaje.

Quand il se douta qu’ils devaient être suffisamment pourris, il retourna les voir.

S193 stop
Amichari kaja namaji’chaka.

Il vit qu’ils étaient bien décomposés.

S194 stop
Riká penaje riji’chaka mutu je’ru ta julá riwapicha.

Alors il prit l’un des pécaris et lui ouvrit le ventre.

S195 stop
Kechami ra’chaka ta majani rinakuwa kau kau kau piyuke ra’chaka ta majani rinakuwa.

Puis il se mit de la chair pourrie partout sur le corps.

S196 stop
Unká meriya rinaponata amalacho.

On ne voyait plus la moindre partie de son corps.

S197 stop
Ra’chó teji pe’iyoje je’runa e’iyaje. Ra’chó to’tachomi riká ta.

Puis il s’allongea au milieu des pécaris.

S198 stop
Chuwa nomajika ro’wé.

“Maintenant, son frère, il va voir !”

S199 stop
Meketana i’majomi ta wayuna ta jácha’ko rinakojé. Te te te.

Et les vautours ne tardèrent pas à arriver.

S200 stop
Riyakaricho ta nachaje. “Mere ta ro’wé ?”

Il les observait. “Lequel est son frère ?” [pensait-il].

S201 stop
Apú piño.

D’autres arrivaient encore.

S202 stop
E jareya wayú ta jáchako.

Un vautour blanc arriva.

S203 stop
E rimicha : – Ñaké riká, nojena. Ilé pe’iyó to’kó ilé ño’pojlo, ilé wayureje newakajlo.

Il dit : – Bon, mes frères. Le gros qui est étendu au milieu, nous allons le laisser pour le chef.

S204 stop
Pa. Ajñániya riká.

Attention. Ne le mangez pas.

S205 stop
Maaruruna wajñaje.

Nous mangerons ceux-là.

S206 stop
– Je, ke.

– Bien.

S207 stop
E ripechu i’micha : “Unká jo’o chi riká wáilacha metana majomi ta.”

L’homme pensa : “Ne pourrait-il pas venir un peu par ici ?”

S208 stop
Ramicha riká wáichaka.

Et il le vit arriver.

S209 stop
“Juu juuu touu.”

“Juu juuu touu.” [jacassait-il.]

S210 stop
E riyakari’cho jimareni kuwani.

Il regardait [ce vautour] tout blanc.

S211 stop
Kaja iná ijlú yaki’cho rijimate nakojé i’michaka.

Ses yeux regardaient le visage.

S212 stop
“Karí chi riká ro’wé rumá nakú ? Chuwa nomajika riká.

“Serait-ce lui dont elle parlait ? Je vais voir.”

S213 stop
E riyuricha richó kojo a’waná nakoje.

Il se déplaça jusqu’à un arbre.

S214 stop
E nemicha : – Newaka ilé pile’jé to’ró pe’iyó.

Les autres dirent : – Chef, il y a le tiens au milieu.

S215 stop
– Mere kele ñópojlo kuwani to’ró pe’iyó kele ?

– Où est-il le très gros du milieu ?

S216 stop
E riyakari’cho richaje.

Et il l’observa.

S217 stop
– Yee ! ke rimichaka. Meke chi nuwe’pika kapechuni yawachija nuwe’pika riká !

– Oh ! C’est bizarre, j’ai l’impression qu’il est encore vivant !

S218 stop
– Unká ! Matami riká pomó.

– Mais non ! Il est mort.

S219 stop
E reño’cha pijí rinakojé wayú ta jeño’cha rijula chojé.

Alors le vautour blanc alla se poser sur son ventre.

S220 stop
E ritujli’cha ta riká. Tu tu.

Il le picota avec son bec. Tu tu.

S221 stop
– Pamá mapechuru riká.

– Regarde, il est mort.

S222 stop
– Ñaké riká.

– Bien.

S223 stop
E riyuricha richo taji riwo nakojé. Mana’ita rito’chako ta.

Le vautour resta sur son ventre, et il ne bougeait pas.

S224 stop
“Matami unká kawitalacha riká nakuwa ta !”

“Il est mort, il ne bouge pas du tout !”

S225 stop
Ritujli’cha riká ta riwajwé lo’kopané rijo’kaloje riwajlé e’iyajé.

Et il continuait à le picorer juste devant le coeur pour le transpercer complètement.

S226 stop
E ta kele puwareni ta pachiya riká.

C’est alors que le vilain l’attrapa.

S227 stop
Ña’ji rinaku ta. Tuu tuu tuu.

Il le retenait malgré ses battements d’ailes. Tuu tuu tuu.

S228 stop
Eta jauu wayuna ajná ño’jó.

Les autres vautours se sauvèrent.

S229 stop
– Jaa ! Nupachiya nupachiya ! ke rimichaka.

– Ouah ! Je l’ai eu, je l’ai eu !

S230 stop
Rika penaje rimichaka ta : – Piká chi kele cha’atari kajimarecha pe’welo kemá nakú.

Et il lui dit : – Alors, selon ta soeur, ce serait toi le plus beau !

S231 stop
Wa’jini rú’chatakare ja’pejé nuká rumá nojló : ‘Puwaretaje ta piká ña’tari nuká !’

Elle n’arrête pas de se moquer de moi en disant : ‘Tu es vraiment trop laid pour me battre !’

S232 stop
Aú numá rojló : ‘Cha’atari jimareni chi pe’wé ?.’

Alors je lui dis : ‘Ton frère serait-il plus beau ?’

S233 stop
Aú rumá nojló : ‘Cha’ta jimareni no’wé ? Unká piká ta ke kalé ! Kaja kamare yako aú, numá rojló :

Et elle me répondit : ‘Mon frère est très beau, resplendissant ! Rien à voir avec toi !

S234 stop
‘Ñaké riká. Puwareni ta jo’o nuká pi’michami wa’té i’maka nomaje mere we’chu kala pe’wé. Kechami nuña’a pe’wé jimare cha pamachi !’

‘D’accord. Si tu dis que je suis laid, ton frère, je peux le rencontrer n’importe quand. Et ce jour-là je lui retirerai sa beauté, tu verras !’

S235 stop
Aú rumá nojló : ‘Na pila’a ? Kamu’ji pila’ka no’wé amakana nakú. Unká ilé ke pimajika aú kalé pamaje no’wé. Kamu’ji pila’ka kele nomaje !’

‘Que vas-tu faire ? Tu ne peux même pas le voir. Ce n’est pas en disant cela que tu vas réussir à le voir. Tout ce que je vais voir, c’est que tu es ridicule !’

S236 stop
Marí numa nakú, pamá chuwa nomichaka piká.

Et comme je l’avais dit, je t’ai eu.

S237 stop
Chuwa nuña’jika pilajuwa nujluwa ! ke rimichaka.

Alors je vais te prendre ta parure !

S238 stop
Riká nakuwa ta rikuméro’chata riká.

Et il commença à le déplumer.

S239 stop
– Jaí ! ke rimichakata. Aa ! Yewákumi ! Meka penaje pila’a nuká ? Unká nuwatala pila’ka ilé ke nuká !

– Ah ! Yewákumi ! Pourquoi me fais-tu ça ? Je ne veux pas !

S240 stop
– Ile kaje i’mareja.

– Il en sera pourtant ainsi.

S241 stop
– Unká !

– Non !

S242 stop
– Pe’welo pachá nula’a.

– C’est à cause de ta soeur.

S243 stop
Marí ke piká wa’jini pe’welo iphakare ja’pí piká kaje.

Elle n’arrête pas de me comparer à toi.

S244 stop
Aú nuña’a pijimarecha me’teni.

Alors je te prends ta beauté.

S245 stop
– Jaí ! ke rimichaka. Aa ! Meka penaje ilé kaje ta ? Chite ta !

– Oh non ! Comment peux-tu faire ça ? Salopard !

S246 stop
– Meke numichakami ilé kaje ta jlo : ‘Pi’jná ina’uké chaje pi’chata chi ina’uké no’pejé’ ke numichachi rojló.

Comment aurais-je pu lui dire à celle-là de me comparer à la personne chez qui elle va, pour rire de lui !

S247 stop
‘Mapeja pi’jnaka ina’uké chajé me’chatakana ina’uké no’peje.’

Je lui avais dit : ‘Reste tranquille, respecte-le, même s’il est moins bien que moi.’

S248 stop
Unká numalachami ilé kajé tajlo : ‘Pi’chachiya ina’uké no’pejé. Pacha ina’uké katakaro nunaku.’

Je ne lui ai pas dit : ‘Moque toi bien de lui pour qu’ensuite, il se joue de moi !’

S249 stop
Kaje i’makale numá Yewákumi. Kaja piyuri nuká.

Alors je dis : Ça suffit ! lâche-moi, Yewákumi !

S250 stop
Unká nuwatala ilé ke nula’kana !

Je ne veux pas qu’on me fasse ça !

S251 stop
– Unká ! Piká ke kaja i’maka nuká, ke rimichaka rijló. Achiñá kaja nuká.

– Non ! Tu ne vaux pas plus que moi. Nous sommes tous les deux des hommes !

S252 stop
Ñaké rikumeri’chakata riká piyuke. Pu’waré.

Et il lui enleva toutes ses plumes. [Ce qui le rendit tout] laid.

S253 stop
– Meka penaje pila’a ilé ke ?

– Pourquoi fais-tu ça ?

S254 stop
Unká nakú katakano penaje kalé i’maká.

On ne se joue pas de moi comme ça !

S255 stop
Nuká cha’ata wani. Pipechu chaje pechuri nuká. Achiñá nuká.

Je suis bien plus savant que toi. C’est ça être un homme.

S256 stop
– Ñaké riká. I’jná ! Piphata wekojo nomachi nuká chaje ka’jná piká.

– Bon. Allons-y. Viens à la maison, que je vois comme tu es fort.

S257 stop
Maare kaja yewé ji’cha rilajuwa.

C’est alors que l’oiseau yewé vint se choisir les plus belles plumes.


NOTE : Yewé (Yuc.). Phoenicircus sp.
S258 stop
Aú jimareni kuwani. Pa “ten” ke rila’ka. Ñake ilé ke jimareni kuwani ikanata.

Et c’est ainsi qu’il devînt resplendissant.

S259 stop
Piyuké kuphirapana ji’chaka rilajuwa : Chi’runa, taratarana ipirana, laichiruna, kanawiru pirichana

Beaucoup d’autres petits oiseaux vinrent se servir : les geais chi’rú, taratará, ipirá, laichuru, kanawiru, orioles.


NOTE : Chi’rú (Yuc.). Arrendajo (Esp. Ver.). Geai. Garrulus sp.
NOTE : Taratará, táutau (Yuc.). Arrendajo (Esp. Ver.). Geai. Garrulus sp
NOTE : Ipirá (Yuc.). Cotinga sp.
NOTE : Piricha (Yuc.). Oriole des moriches. Icterus chrysocephalus.
S260 stop
Rika penaje yurichomi kuphirapanajlo rilajuwa penaje.

Les plumes ne furent pas perdues pour tout le monde.

S261 stop
Nañakare a’jná riphachiya ta riká. Ají ke junee punana chojé.

Ils arrivèrent chez lui, au bord de la berge.

S262 stop
E rimicha : Maare pitara’o. Kechako nuwakára’a pe’welo iphataka piká.

L’homme dit à son beau-frère : – Attends là. Je vais envoyer ta soeur te chercher.

S263 stop
E ra’pañaichata riká.

Et il le laissa.

S264 stop
Iphichari

Il arriva chez lui.

S265 stop
– Yewákumi. Naje pi’micha ?

– Yewákumi. Pourquoi es-tu parti ?

S266 stop
– Unká. Manupeja nu’michaka chi’rajo.

J’ai juste été me promener en forêt.

S267 stop
– Je ke.

– Ah bon.

S268 stop
E rimicha rojló i’michaka : Mapeja nu’michaka chira’jo a’jná ño’jó nomicha na i’ri ñani.

Et il lui dit : – Alors que je me promenais, j’ai trouvé un oisillon.

S269 stop
Pa a’jná jimareni wani nuwaicha nupira.

Va voir, il est très beau. Je l’ai ramené pour en faire mon oiseau de compagnie.

S270 stop
– Yee ! Na chi riká ?

– Oh ! De quelle espèce est-il ?

S271 stop
Kapi. Na ka’jná riká ? Na i’rí ñani ka’jná ? Palani wani riká.

– J’en sais rien. Je ne sais pas de quel oiseau, c’est un petit, mais il est beau.

S272 stop
A’jnare nutara’chiya riká. Riká june’e punamá chojé, pipachiya riká. Apá riña’o.

Je l’ai laissé là-bas sur la berge. Va le chercher avant qu’il ne se sauve.

S273 stop
E ruká ta rejó.

Et elle alla voir.

S274 stop
Rumicha : Mere a’jná ño’jó pani

Elle se dit : “Où ça là-bas ?”

S275 stop
Rophicha. Amichari ritara’ko.

En arrivant, elle le trouva debout à attendre.

S276 stop
“Jii ! U’wareni ta po ! Chijaa !”

“Pouah ! Quelle horreur !”

S277 stop
– Na ta kele uwareni ta wani ? Uware taje ta majó piwara’a majó pimá nakú palani !

– Qu’est-ce que cette bête répugnante ? Tu ramènes ça, et tu dis que c’est beau !

S278 stop
– Jai ! ke rimichaka. Me kalé unká wani ina’ukelaru piká kele ? Nuká wa’tó cha pi’chata.

– Ah mais comment peux-tu être aussi bête ? C’est de moi dont tu te moques ! [cria son frère vautour].

S279 stop
E chi ina’uké kele kaje ta piphachata ina’uké kato nunaku ?

Et celui chez qui tu es allé, quel genre d’homme est-il pour se jouer ainsi de moi ?

S280 stop
Meke numichakami ilé kajé tajlo i’maka ?

Qu’est-ce que je t’avais dit ?

S281 stop
Pi’jná ina’uké chaje pi’chatachi ina’uké nu’peje ke chi numichachi ilé kaje tajlo.

L’homme chez qui tu vivras, tu le compareras à moi, pour te moquer de lui, peut-être ?

S282 stop
Manupeja pi’jná ina’uké chaje. Unká numalachami picha’ta ina’uke no’peje.

Je t’avais dit d’être sérieuse, non de rire du fait qu’il est laid comparé à moi.

S283 stop
Pipacha ta ina’uke ka’to nunaku ! Chite ! Unká ina’ukelaru ta !

A cause de toi, il s’est joué de moi ! Idiote !

S284 stop
Ñakeji ke ruká rácho’o rijló iyaje.

Alors elle se jeta sur lui en pleurant.

S285 stop
– Jaí ! ke rimichakata. Naje kalé pimá ilé ke pe’wé nakú “Ilé ke cha’ta piphakare ja’pí, cha’ta kajimarecha ? pimá nakú.

– Alors ! Pourquoi disais-tu que ton frère est si beau, si admirable ?

S286 stop
Pamá chuwá riká.

Regarde-le maintenant.

S287 stop
Ilé numá nakú pijló i’maka nomaje mere we’chu kala pe’wé piphakare ja’pí. Kechamiko nuña’a rijimajecha nojluwa numajika pijló i’maka.

Je t’avais bien dit que je le trouverai un jour ton frère que tu admires tant, et que je lui retirerai sa beauté.

S288 stop
Pamá. Pimaká nojló : « e kamu’ji kuwani pila’ka ta no’wé amakana nakú. »

Toi qui me disais que j’étais misérable comparé à la splendeur de ton frère.

S289 stop
Pamá chuwa nomaka pe’wé. Pamá. Nuña’ka pe’wé jimarete.

Voilà comment il est maintenant que je lui ai retiré sa beauté !

S290 stop
– Jaí ! ke rumichaka. Jaa ! Numá jo’o pijló. Manupeja kalé nupura’ko ilé kaje ta wa’té !

– Ah ! Mais je disais cela comme ça !

S291 stop
Unká ilé ke pila’kaloje no’wé penaje kalé !

Ce n’était pas pour que tu traites mon frère ainsi !

S292 stop
Na pila’a kataro no’wé nakú !

Comment as-tu pu oser lui faire ça !

S293 stop
Unká ilé pimaka ta ke kalé i’makaño nojena !

Tu ne peux pas te jouer de mes frères ainsi !

S294 stop
Unká piká kalé amakare nakú katakajo nojena pila’a pi’chata naku

Tu n’as pas assez de pouvoir pour te permettre de leur jouer un tour pareil.

S295 stop
– Pamachi ta. Unká na kalé pe’wé la’ká nuká.

– Mais regarde ! Ton frère ne peut rien contre moi.

S296 stop
Pe’wé ke kaja nuká.

Je suis égal à lui.

S297 stop
– Ñaké riká. Yewákumi chuwa piphá nukaku nomajelo nuká chaje wani piká.

– Bon. Yewákumi : Maintenant, apporte de la coca pour voir si tu es plus puissant que moi.

S298 stop
– A’a. Piká ke kaja nuká achiñá kaja nuká.

– Bien sûr. Nous sommes deux hommes à égalité.

S299 stop
– Ñaké riká.

– Bien.

S300 stop
Ra’pachiya riká. Kaja riphachiya riká.

Et il le ramena chez lui.

S301 stop
– Maare pitara’ta nuká, ke rimichaka rijló.

– Laisse-moi là, dit le vautour.

S302 stop
E ritara’chiya ta kumu riká.

Et il le posa sur le tambour manguaré.


NOTE : Le narrateur indique que le vautour a demandé d’être posé sur le tambour manguaré, car cela lui permet de récupérer de sa puissance magique.
S303 stop
– Ñake riká, Yewákumi.

– Bon, Yewákumi.

S304 stop
Chuwa piwitúka’a majó nomajelo nuká chaje wani kaja piká, cha’ata pipechu i’maká jami pikatako nunaku.

A présent approche que je vois si tu es plus puissant que moi, toi qui es si fort pour oser te jouer de moi.

S305 stop
– Jaa ! ke rimichaka. Piká chaje kaja nuká. Pichaje kemachi nupechu.

– Ah ! Mais non. Je sens que je suis bien plus puissant que toi.

S306 stop
– Chuwa piña’a pe’tapare.

– Apporte donc ton siège.

S307 stop
E ri’jicha ta re’tapare. Kechami chila rijimaje.

Il alla chercher son siège, et s’assit en face de lui.

S308 stop
– Ñaké riká, Yewákumi, ke rimichaka.

– Bien, Yewákumi.

S309 stop
Mereya pikeño’o riká eja’wá maná la’kana ?

Par où commences-tu l’incantation qui règle le monde ?

S310 stop
Yeruku maná, mereya pikeño’o riká ?

Et celle contre les malédictions, par où commences-tu ?

S311 stop
– Marí ke...

– Et bien voilà...

S312 stop
E rikeño’chata riká

Il commença à prononcer les paroles chamaniques...

S313 stop
Una ritajachiya ta.

Et il les termina.

S314 stop
– Je ! Nuká marí ke nukeño’ka riká.

– Bien. Mais moi, je commence ainsi...

S315 stop
E rikeño’cha ta.

Il prononça son incantation.

S316 stop
E ritajachiya apú piño, apú piño.

Puis lorsqu’il eut fini, il en prononça une autre, et puis une autre...

S317 stop
Ñake rilejichaka riká ta piyuke lawichú rimaka keja ritajachiya ta.

Et c’est ainsi qu’il en profita pour lui jeter toutes sortes de malédictions.

S318 stop
Ejechami kaja mawirúkechi ke ri’michakata.

Après cela, l’autre était comme saoul à force de chercher de l’écouter.

S319 stop
– Pala ke, Yewákumi. Unká jo’o ke wani. Waphé karuwata.

– Bon. Mais ce n’est pas du tout fini, Yewákumi. C’est très long.

S320 stop
Rikeño’chata rijló kemakana.

Et il commença une autre incantation.

S321 stop
– Unká nuwe’pila.

– Je ne connais pas [cette incantation].

S322 stop
E riká ta kemicha rijló : – Marí ke weká kemaká piyuke lawichú.

– Nous savons toutes sortes paroles magiques.

S323 stop
Rimaka keja eyá ta rimicha ta rijló : – Yewákumi. Mereyá pikeño’o kala puphimi.

Il lui demanda ensuite : – Yewákumi, comment commences-tu l’incantation kalapupemi [qui inflige des maux de tête et des convulsions].

S324 stop
– Unka nuwe’pila riká.

– Je ne la connais pas.

S325 stop
– Je ke. Marí ke weká kemaká.

– Bon. Voilà comment nous la prononçons...

S326 stop
E rinóchata kuwani riká wa’té kaja mawerukechi ke riyaichako.

Et il dirigeait toutes ces paroles contre Yewákumi qui avait du mal à se tenir assis.

S327 stop
E rimicha ta riyukuna weru weru weru.

Il débitait les paroles à toute vitesse.

S328 stop
Maareje cha kaja ri’jichaka wani peri lawicho’kana.

Après cela il passa à la sorcellerie de l’aigle harpie.

S329 stop
Maarejechami rinócha wani ri’michaka.

Il l’acheva avec cela.

S330 stop
yewichaja ritajachiyaka riká.E kaja ka ritajáchiyako mutú ritami rikajimaje Takataka.

Yewákumi n’en pouvait plus. Il finit par s’effondrer. Il était mort.

S331 stop
– Ajá ! Pamá chuwa Yewákumi. Ilé kaje ta chi piká kemari : ‘Unká na kalé pila’jika nuká. Piká ke kaja nuká. Pichaje kemachi nupechu pimá nakú.’

– Alors Yewákumi ! Tu vois, tu disais : ‘Tu ne peux rien me faire. Tu n’es pas plus fort que moi. C’est sûrement moi le plus intelligent.’

S332 stop
Pamá chuwa. Marí kaje nuká. Unká piká kalé amakare nakú kátakano. Unká ilé pimaka ke kalé i’maká nuká.

Tu vois, moi je suis comme ça. Tu ne pouvais pas te moquer de moi ainsi, contrairement à ce que tu disais.

S333 stop
Pipachojó nuli’cha pinaku. Pikojo pikulaka pacha meke wani ta.

Mais c’est ta faute. C’est toi-même qui l’as cherché.

S334 stop
Kaja rinóchaje e nachira’chiya ritami ta ja’ta naphú chojé najicha ritamita penaje riká.

Après cela, ils traînèrent le corps, creusèrent une fosse, et l’enterrèrent dans la forêt.

S335 stop
Kele yurero weká Kamejeyajlo i’maka.

Cela nous est resté à nous les Kamejeya.

S336 stop
Aú walawichure kuwani ri’maka peri lawichure kalaphupemi.

Kalapupemi et la sorcellerie de l’aigle harpie nous appartiennent vraiment à nous en particulier.

S337 stop
Marí ke ri’makale pajluwalaja pheñawila noke ina’uké raú kele kalapuphemi aú.

Ainsi, un seul ensorceleur pouvait tuer des gens uniquement avec cette sorcellerie.

S338 stop
Maare rimicha re’welojlo : – Ñake riká. Eko pi’jichaka ilé no’rumaka pa’yú liyá wáchoko’loje penaje.

Après cela, le vautour dit à sa soeur : – Bon. Est-ce que tu pourrais aller me chercher ma combinaison chez mon père, qu’on puisse partir.

S339 stop
– Je ke

– D’accord.

S340 stop
Kaja ru’jichaka riña’je.

Et elle partit lui chercher.

S341 stop
Lainchú ruphicha a’jná ño’jó

Elle arriva l’après-midi chez son père.

S342 stop
– Pa’yú. Marí keja piká.

– Alors papa, ça va ?

S343 stop
Marí keja nutu ke rimichaka.

– Comme tu vois, ma fille.

S344 stop
E rajaláki’cha ruká.

Et toi ?

S345 stop
– A’a, pa’yú, ke rumichaka.

– Oui, papa.

S346 stop
Haa chaa nakarita Yewákumi ta la’a ramákaja no’wé kataro no’wé naku pacha.

Mais celui-là, ce Yewákumi, il a joué un sale tour à mon frère !

S347 stop
Mapeja nupura’ko rijwa’té riña’taka nuká, aú numá rijló ta : ‘Na penaje puware taje ta ñata nuká ? Rikoja kalé pa’yú wakari’chami nu’maka ! Unka nokojo kalé nu’jichakami majó i’maka.’

Comme il me bâtait à chaque fois que je lui disais quelque chose, je lui ai dis : ‘Pourquoi je me fais battre par ce vilain ? Ce n’est quand même pas ma faute si mon père m’a envoyé le trouver !’

S348 stop
Aú rimá nojló : ‘Meke cha’ata wani chi jimareruna pejena pikaona pi’chata aú nuká ?

Alors il me dit : ‘Tu te ries de moi, mais tes frères, est-ce qu’ils sont plus beaux ?’

S349 stop
‘A’a. Palataje no’wé. Unká piká ta ke kalé pi’maka ta ke kalé.

‘Bien sûr. Mon frère aîné est superbe. Rien à voir avec toi.’

S350 stop
‘Ñaké, riká nomaje mere we’chú kala pe’wé. Kechamiko nuña’a rijimare te.’

‘Dans ce cas, le jour où je le verrai, je lui enlèverai sa beauté.

S351 stop
‘E na pila’a ? Kamu’ji wani !

‘Ah oui, et comment vas-tu faire ? Tu es si misérable !

S352 stop
Nojena amakana nakú penaje riká ri’maka ejomi riphata o’wé.

Alors il se mit à l’affût de mon frère, et finit par le trouver.

S353 stop
Kechami rikatako rinaku.

Et il lui joua un sale tour.

S354 stop
Pachá rila’a rinaku, pa’yú.

Mon frère lui a alors réglé son compte.

S355 stop
Aú riwakari’chá nuká raruma’ka ña’je rijló majó.

Maintenant, mon frère m’envoie ici pour prendre sa combinaison.

S356 stop
– Je ! Ñake riká. Ripachoja riwaja riká.

– Bien. Je comprends. C’est sa faute s’il a été châtié.

S357 stop
Unká riká kalé amakare nakú katakana weká.

Ce n’est quand même pas lui qui va se jouer de nous. I

S358 stop
Rila’lé ramakaja nu’rí. Meka penaje ? Ripachojo rikojo rikulaka páchoja nu’ri la’a renaku.

Comment a-t-il pu se moquer de mon fils ? C’est sa faute ! C’est lui qui l’a cherché.

S359 stop
Ñake riká. Marí raru’maka. Eko piña’a nu’rijlo marí raru’maka.

Bon. Voici sa combinaison. Vas la porter à mon fils.

S360 stop
E ruwitúki’cha ta. Ají ke iphichari.

Elle redescendit, et arriva.

S361 stop
– Marí riká o’wé ke.

– Voici, mon frère.

S362 stop
– Ñaké riká. Muniko wácho’o.

– Bien. Nous partirons demain.

S363 stop
Muni ke lapiyami.

Et le lendemain matin :

S364 stop
– Ñake riká. Chúwaja ta wachojo.

– Bon. Il est temps de partir.

S365 stop
Unká i’makelaji kalé maarowa. Puwikuwa maarowa majó.

Il n’est pas bon de vivre par ici. C’est bien trop malsain.

S366 stop
Unká puwikuwa kalé. Unká kaphichakajo i’malare ewá.

[Mieux vaux retourner chez nous] Là-bas, ce n’est pas malsain. On n’y meurt pas.

S367 stop
E riki’cha chiri chiri raru’maka rinakoje.

Et il enfila sa combinaison.

S368 stop
E kaja ra’ocho tututu pajiwi nakoje re’iyá kaja na’ochó.

Ils s’envolèrent en passant par la fenêtre de la maloca.

S369 stop
Tu tu tu neká piño ja’pichaño ja’pichaño karena e’iyowa ta pachiyaño nayukupi nakoje, nayukupi nakiya ta neká ta iphichari rara’pá nakú pa’yú.

Ils bâtirent des ailes, puis se laissèrent porter par le vent. Enfin, ils arrivèrent chez leur père.

S370 stop
– Marí keja piká ?

– Tu es là ?

S371 stop
– Yee ! Marí keja nu’ri !

– Oh ! Te voilà, mon fils !

S372 stop
– Waje nuká, pa’yú ke.

– Je viens d’arriver, papa.

S373 stop
Jaa ! Chapú wani nakarita.

Ah ! Quel saligaud !

S374 stop
Unká ina’ukelaru ta i’chatá riká pachá nakari ta Yewákumi ta kata nunaku pachá nula’a renaku pa’yú

Celle-là, il a fallu qu’elle se moque de Yewákumi, alors il m’a joué un mauvais tour. Je lui ai donc réglé son compte.

S375 stop
Rikajo rikulaka pachá ejomi.

Mais c’est lui qui l’a cherché.

S376 stop
– Ñake riká, nu’ri. Unká meke wala’a.

– Je comprends mon fils. Nous n’y pouvons rien.

S377 stop
Unká riká kalé amaká nakú katakana weká.

Ce n’est quand même pas lui qui pouvais se jouer de nous.

S378 stop
Unká ri’maka ke kalé i’makaño weká.

Nous ne sommes pas comme lui.

S379 stop
Ila’ale ramakaja piká pachá pila’a renaku rikoja riká la’ka pachá nu’rí ke.

Il s’est joué de toi, alors tu lui as réglé son compte, mais c’est lui qui l’a cherché.

S380 stop
Maareje rikapichata ri’maka.

Il en est mort.

S381 stop
Marí ketana riyukuna.

Fin de l’histoire.