The femme fatale and the murdered prince


Continuous playing:

Transcription by sentence


Translation by sentence
fr en
Whole text transcription


Whole text translation
fr en
Tog tog me am̄ag en, hay Apnōlap en, nō-wōgit vitwag: imam nonon welan.
Kē ni-togtog hag me le-lqelqe vōnō vitwag, qele qeso gēn van veteg Pot, van veteg Sereba: lē-vētne vētmahē anen, nēt-vōnō nan anen.
M̄ogvetvet vitwag / No-m̄oyas vitwag, kēy ōlōl so no-m̄oyas, Yom̄ogvetvet wa, kēy ōlōl so / kē ni-haghag ēwē lelo ēm̄ nonon, kē ni-vetvet –
ba ikē ne-myōs so ige m̄alm̄al kēy van me e, laklak / a sorē, ne-mgaysēn: ige lōmlōmgep van me laklak. Ōkēy.
Kē ne-myōs so kē ni-/ so ni-myōs / so na-myōs nonon ave, tō kē ni-leg mi kē.
Ba tō a– ige a– qele a– dēn̄ a– hōw a– Vatop, a– van hag me Ates…, ige lōmlōmgep kēy vanvan me: kēy laklak –
kē wo “Óòó, na-myōs mino tateh qete. Tateh na-myōs mino van nen so nok so leg mi kē.”
Ige lōmlōmgep van me, laklak – na-laklak m̄adeg! Na-laklak, na-laklak kastom: et-laklak te / laklak non ige qagqag te, na-laklak kastom vēlēs.
Van me, ige lok hag me Pot, kēy van hōw, laklak: tateh.
Kē ni- / qeso na-vap nononmem, a na-vap nonongēn na-vap to-M̄otlap, so kē n-iyiy kēy: “na-lqōvēn iyiy”.
Kēy van me: ige mey lok hōw wa – Kēyēbak; ige mey a Qesō, Merelaen, kēy van me, laklak: tateh.
Nō-wōgit vitwag, kē ni-togtog a– le-pnō hag me a– na-pnō a nok vap hiy aē gōh en aa: kē ni-hatig tō ni-van te mun ēgēn.
Kē ni-van tō ni-van tō– ni-van dēn̄ hōw Luwan nen e tō – kē et-laklak qete, no-m̄oyas en n-etsas kē van e tō kē wo “Hayveg me!”
“Ige lōmlōmgep a van me laklak e, nok et-etsas te so mino ave, ba mino a inēk en, nēk hayveg me. Nok dēyēdyē inēk en.”
Ba nō-wōgit nan en, ēntēn ne-welan vitwag.
Tō– kōyō ma-kaka van i kaka i kaka e tō –
Kōyō kaka tō nen e, ige lōmlōmgep mal van me nen e mal etsas kē hag tō hay mi yom̄oyas en.
“Ooo! No-m̄oyas gōh gēn so laklak en, kē te-lep bat vēhte gēn l-ēm̄ nonon.
Ba nō-lōmgep gōh kē ni-v/ nō-lōmgep mey gōh ma-van me e kē ni-lep bat kē hay. Ba gēn dēyē kē agōh!”
Kōyō ma-kaka, kaka qēt bah nen wun: na-lo ni-van hōw ni-vētēl so “O, nok van ēgēn, nok m̄ōl lok.”
Kē ni-kalō yow me den n-ēm̄ nonon yom̄oyas e tō ni-vanvan hag me metehal – ige lōmlōmgep valaplag lō me tō vigiy maymay kē ēgēn.
Vigiy maymay kē tō– vēhyu mi kē, tit kē –
kēy wowow van hiy kē so kēy so wuh kē, ba kē so: “Óòó! Kimi nitog wuwuh no! Kimi nitog wuwuh no!
Ba kimi lep no, ba van tēy a lō-tōti vet, kēy ōlōl so ne-vet nan Ne-vet Namwa.
Ba no-woy liwo aē nen ba, kimi vētgiy tegha ēwē kē ba boyoy na-tayben! Boyoy na-tayben qele anen. Tō kē ni-tig lap qōtō qele anen.”
Tō kēy lep kē, van tēy kē yow le-vet Namwa – tō vētgiy tegha kē, tō boyoy na-tayben, tō kē ni-tig lap anen.
Imam nonon, ne-welan, kē me-dyē kē ma-van, van, me-mnis: vētmahē mō-qōn̄ –
Kē ni-van me ma-van hiy na-magtō vitwag.
Kē ni-vap van hiy na-magtō vitwag so “Nō-wōgit mino ma-van tō a Luwan / Liwan, ba kē et-m̄ōl lok qete me.
Ba nēk traem mitiy ba nēk qoyqoy tog so kē ave.”
Bastō ikē ni-mtiy hōw nen e tō kē ni-qoyqoy e tō kē ni-van me Liwan, kē ni-et yan̄fala nonon / sorē, nō-wōgit nonon –
kē ni-mōk / kē ni-hey na-tmat Laktebes. Na-laktebes, kē ni-hey a lē-qtēn.
Kē ni-hey lē-qtēn, ba tō kē ni-bitbit na-tmatmumgēl. Kēy laklak aē. Kē ni-bitbit na-tmatmumgēl.
Tō ikē ni-sese n-eh. Tō n-eh nan qele gēn:
O a e ō e O a i ō e / Ivep lo s mat e / u van dēn na ē / serserōr / ti bē wōvet namwa ē /
Tō na-magtō e kē ni-haghag ba ni-yon̄yon̄teg a kē ni-bitbit en:
O a ē o e O a i ō e / Ivep losmat ē / u van dēn na ē / serseror / ti bē wōvet namwa ē /
Tō kē ni-hag / kē ni-hag yoyon̄ tusu, kē ni-yon̄teg yan̄fala kē ni-vasig:
Len̄len̄ik e len̄len̄ ta Mnō /
(’Len̄len̄ ta Mnō’, ikē ni-vap so ne-len̄ me kē ni-van me a n-et mal mat ēgēn)
len̄len̄ ta Mram
(n-et mey kē n-ēh leptō, “le mram” e, qeso taēm mey kē n-ēh leptō)
ni se lul me ē na lēn̄ik len̄len̄ ren / len̄len̄ ta Mram / len̄len̄ ta Mnō / ni se lul me ē / nē wo tēn̄i sap ror e /
(na-tn̄ēh nonon ni-yoy ēagōh!)
e mam e ten̄ e sur na ē na qē mat ē / nē alēn̄ik ē / len̄len̄ik nalēn̄ik e mat rōw /
Tō magtō, kē ni-yon̄teg so “Ooo! Nō-lōmgep, kē tig tō n̄a le-vet Namwa! Kēy me-byoy kē ba kē tig tō. Kē mal mat.”
Tō kē ni-matyak: vētmahē ni-mtap.
Mahē ni-mtap, welan ni-van lok me.
“Nēk m-eksas / Nēk me-mtiy an̄qōn̄, nēk mo-qoyqoy so nō-wōgit mino ave?”
Wo “Oo! Nō-wōgit nōnōm tig tō a– lō-tōti vet Namwa. Nēk vētleg te et, ba n-et nan, ige van lep m̄ōl kē me.”
Tō kē n-ip na-tō, tō ige m̄adeg van me le-pnō nen –
tō kē ni-van so “Ino ne-myōs n-et bul tēvēlēm, kēy van lep yak me nō-wōgit mino. Ige hōw a Liwan mu-wuh kē, tig tō a le-vet Namwa.”
Tō kēy van ēgēn. Kēy lep na-mtehal tō kēy van, tō van tō van tō– van dēn̄ hōw lō-tōti vet Namwa, van yow –
et van: nō-wōgit e, ne-leleh tateh; kēy mē-vētgiy tegha kē qele nōk: kē mal mat.
Tō kēy lep yak kē, kēy hah yak kē, van tēy lok kē me.
Kēy van tō van tō van dēn̄ lok me le-pnō nonon, tiwag mi welan imam nonon: “Oo, kē agōh!”
Tō wul veteg kē hōw l-ēm̄ non welan –
Welan ni-hay-/ kē ni-dēm lok se kē, kēy hah yak, van tēy kē hay hiy na-magtō,
kē ni-vap van hiy magtō wo “Intik gēn! Nō-wōgit mino gēn, ba no ne-myōs so nēk so galeg wē lok kē, ba nēk nitog kuykuy kē.”
Veg na-magtō e ikē qeso / nok et- / kē n-/ no ta-vap vēh so kē ne-kleva! Kē n-ēglal gagaleg n-et t-ēh lok vēh: kē ni-wyewyeh…
Kē ni-hatig tō, welan wo “Nō-wōgit mino gēn! Nēk galeg ēh kē, ba nēk tog kuykuy kē!”
Kē wo “Itōk, lep bat kē me!” Kēy lep bat kē hay l-ēm̄ tō –
An̄qōn̄ a– qētēg a– lelo a levetēl e tō nō-wōgit e / na-lqōvēn hag / na-magtō ni-hag van tō kē ni-wyeh kē.
Kē me-wyeh kē, ma-tan̄ na-tayben, van i van e: kē ni-yon̄teg so nō-wōgit e kē ni-mōkmōkheg lok me.
Nō-mōkhan ni-van lok me ēgēn.
Kē me-wyeh kē van i van i van i van e, wun na-lo son̄wul, kē ni-vap van hiy kē so “Nēk hatig! Hatig, ba hag ketket.”
Tō kē ni-hatig hag, ni-hag ketket.
Kē me-wyeh kē van i van i van i van e, na-lo ni-van me vitwag, kē so “Nēk hatig, ba vanvan kēlkēl. Nēk van dēn̄ yow le-mteēm̄, van lok me…”
Kē ni-hatig, ni-van lok yow me / ni-hatig den na-tnon, hatig den na-tamn̄a kē m-en tō aē en, ni-van lok yow; ni-van lok me etō kē wo “Nēk hag hiy!”, kē ni-hag hiy.
Kē me-wyeh kē van i van i van e, tō le-lo vētēl le-mtap e tō “Suwsuwyeg na-mnē!” kē ni-suwyeg na-mnen; ni-suwyeg na-mnen tekelgi, suwyeg na-yn̄on; yow kal, yow tēqēl e tō, kē ni-maymay.
Tō kē wo “Oo, nēk mal maymay. Na-taybē mal maymay lok.”
Mahē ni-myen. Nu-tutu ni-kokyet, mahē ni-myen, tō: “Nēk vanvan a– no mē-vēhbeg sey na-tamn̄a nen e, ba tig bat hōw anen.”
(qele / l-ēm̄ nēk hayveg hay, ige lōqōvēn lep na-tamn̄a ba, kēy vēhbeg.)
Tō na-magtō ni-vap van hiy nō-wōgit so “Nēk tig bat van la-tamn̄a anen.”
Mahē ni-myemyen me qeso lelo levete e tō ne-welan ni-skiyak / ni-plag lok me ēgēn.
Ni-plag lok me ewo “Magtō! Nēk et-kuy te intik?” Wo “Tateh!”
“Ba kē ave?” – “O ba kē / Isi, kē tege anen!” (kē ni-gal kē, aa?)
Tō kē ni-hayveg hay, ni-sok kē lelo ēm̄, ni-sok ni-sok ni-sok –
Magtō wo “Ba kē ma-kalō tō yow tege anen, ba kē et-m̄ōl qet-/ kē et-van qete hag hiy nēk?” Wo “Óòó, tateh!”
“Ba tan̄ tō van la-tamn̄a e, lil tō van la-tamn̄a so kē tateh, so kē et-tig bat te den nēk?”
Kē ni-vanvan la-tamn̄a e, so ni-lil yak na-tamn̄a qele nōk, et van qele kē: kē tig del tō, auuuu! Nō-lōmgep wōswōs, aa?
Kē ni-yow van, tō ni-pōpōn kē, kis kē – Wo “Ooo, nēk mē-wē lok me ēgēn!”
Kē ni-vap van hiy magtō wo “Lō-qōn̄ vitwag, nok galeg no-kolkol liwo vitwag. Nok gengen tiwag mi nēk, gengen tiwag mi yan̄fala mino veg kē m-ēh lok, nēk m-ak ēh lok kē.”
Tō – qōn̄ vitwag, kōyō tog nen, kē nu-su maymay: taval-meyen nan e kē ni-vap van hiy kē so / kē ni-ip na-tō.
Welan ni-ip na-tō so ige sil lēw tiwag me – lēw tiwag me hiy kē le-gmel, so: “Igēn van tot na-lēt!” – kēy van tot na-lēt.
Kēy van me: “Yēt maymay sey me no-qo!” – kēy yēt maymay sey me no-qo.
“Vēl me nu-tutu!” – kēy vēl tiwag me nu-tutu.
“Gēn van la-mat, gēn ko ne-qet!” – kēy van la-mat, ko ne-qet, van me, vēl sey tō– “Gēn ta-qan̄yis a talōw!”
Tō kēy mitiy tō matyak hag le-mtap etō – ige lōqōvēn vahn̄ēt n-ep; tō ige tam̄an kēy wuh no-qo na-m̄adeg;
tō kēy qan̄yis ne-qet, qan̄yis tiwag mi no-qo etō –
Kē ni-lep na-magtō, ni-lep nō-wōwut, van me e tō ni-hag hōw lo-wonwon nonon welan; tō kē ni-toytoy goy.
Kē ni-toytoy van ige sil so “Ten̄kyuw nēk magtō veg ba-vavaēh lok se nō-wōgit mino.
Nok dēmdēm so nēk so tu-kuy kē, ba nēk et-kuy te kē.
Nēk ma-galeg kē m-ēh lok me. Vēwē van hiy nēk, magtō, veg na-mwumwu nōnōm ni-lwo ba-vavaēh lok se nētm̄ey mino.”
Tō ma-vap vēwē van hiy na-magtō, tō– kēy gengen; vēl me ne-gengen nagan magtō kē ni-gengen; kēy gengen tiwag mi nō-lōmgep etō –
Na-lavēt ni-bah etō na-vap t-am̄ag ni-bah hōw gēn.
Autrefois, dans l'île de Vanua-Lava, là-bas, vivait un héritier # le fils d'un haut dignitaire.
Il habitait un hameau de la côte est, un tout petit village situé au nord de Port-Patteson et de Sereba, juste à proximité.
Par ailleurs, il y avait une dame, ou plutôt une ‘demoiselle’, nommée Yomwogvetvet, et qui passait ses journées chez elle, à confectionner des nattes.
C'est ainsi que chaque jour, elle attendait la visite des jeunes hommes qui, les uns après les autres, venaient danser pour elle.
Elle gardait ainsi l'espoir de rencontrer un jour l'homme de sa vie afin de l'épouser.
Un par un, sans interruption, venaient défiler devant elle tous les jeunes gens de toute la côte est, depuis Vatop tout au nord, jusqu'à Ates, en descendant vers le sud.
Mais malgré leurs danses, la jeune fille en arrivait toujours à la même conclusion: “Aucun de ces jeunes gens ne me plaît vraiment. Non, vraiment, je n'ai toujours pas trouvé l'homme de ma vie!”
Pourtant, les jeunes gens continuaient à danser, danser, danser tant et plus! Et pas n'importe quelle danse moderne, mais bien de véritables danses traditionnelles.
Les gens de la pointe sud montaient vers le nord, pour danser devant elle # sans succès.
(Dans notre langue, en mwotlap, on dit qu'elle les rabrouait, c'est pourquoi elle était connue sous le nom de ‘la Rabroueuse’).
De même, les gens de la pointe nord, ceux de Kéyébak, de Kpweso, de Merelaen, à leur tour venaient danser devant elle # mais là aussi, sans succès.
À son tour, le jeune héritier dont j'ai parlé partit de son village, et se mit en chemin.
Il longea la côte vers le nord, et finit par arriver au village de Luwan. Il n'eut même pas le temps de commencer à danser, que déjà la demoiselle l'avait aperçu, et l'avait invité chez elle.
“Entre! fit-elle. Parmi tous ces garçons qui défilent chez moi pour danser, je n'ai jamais pu en trouver un seul qui me plût vraiment. Mais aujourd'hui je l'ai trouvé! Celui que j'attendais, c'est toi! Entre!”
Or, notre héritier avait pour père un dignitaire important.
Tous deux passèrent donc la soirée à causer –
Mais pendant qu’ils causaient ainsi tous deux, les autres hommes l'avaient aperçu, assis auprès de la jeune femme.
“Çà alors !” s’écrièrent-ils. “Nous avons eu beau danser pour elle tant et plus, cette femme n'a jamais voulu nous accueillir chez elle.
Et voilà soudain que ce garçon là apparaît tout d'un coup, et elle l'invite auprès d'elle ! Attendons qu'il sorte, et il verra bien !”
Quant aux deux jeunes gens, ils poursuivaient leur conversation, puis vers la fin de l'après-midi, il se leva et dit “Eh bien c'est l'heure, il faut que je rentre chez moi.”
À peine eut-il quitté la demeure de la jeune fille pour se mettre en route, que les autres hommes surgirent soudain et se mirent à le passer à tabac.
Ils le tabassèrent, le violentèrent, le frappèrent au visage —
ils s'apprêtaient à lui donner le coup fatal, lorsqu'il s'écria “Arrêtez ! Ne me tuez pas ! Ne me tuez pas !
Allez plutôt me jeter au pied des rochers, à l'endroit qu'on appelle les rochers de Namwa.”
[L'un d'entre eux ajouta] “C'est vrai, là-bas il y a un grand creux dans la roche, on pourra y jeter son corps la tête la première ! On n'aura qu'à l'enfoncer là-dedans, qu'il y reste !”
Aussitôt il s'emparèrent du garçon, et l'emportèrent vers la côte, jusqu'aux rochers de Namwa. C'est là qu'ils se débarrassèrent de son corps en l'enfonçant debout, la tête la première, avant de le laisser pour mort.
Son père, un homme de haut rang, l'attendit longtemps, longtemps, jusque tard dans la nuit.
Il finit par aller voir une vieille du village.
Il expliqua la situation à cette vieille femme : “Mon noble fils s'est rendu au village de Liwan, mais il n'est toujours pas rentré.
S'il vous plaît, j'aimerais que dans votre sommeil, vous tentiez de voir en songe à quel endroit il peut bien se trouver.”
La vieille alla donc dormir. En songe, elle se rendit jusqu'au village de Liwan, où elle aperçut le jeune homme noble –
il portait une coiffe de l'esprit Laktembès. La coiffe de Laktembès, il la portait sur la tête.
Ainsi revêtu de cette coiffe, il rythmait du talon la danse “natmat-mumghêl” – entouré de danseurs qui évoluaient au rythme de ses pas.
Soudain, le jeune homme entonna un chant, comme ceci :
O a è ô è / O a i ô è / Ô mere suy defunct / loing de moy repartie / un murmure s'eleve / pres la Roche Namwa
Quelques instants plus tard, la vieille femme l'entendit à nouveau qui marquait le rythme de la danse :
O a è ô è / O a i ô è / Ô mere suy defunct / loing de moy repartie / un murmure s'eleve / pres la Roche Namwa
Après un court silence, le jeune homme entonna un nouveau couplet :
ce est mon soufle / soufle de chez les Trespassés
(’soufle de chez les Trespassés’ : c'est le souffle qui émane de quelqu'un qui est mort)
soufle du monde des Vivans
(cela évoque une personne encore en vie : “les Vivans”, lorsqu'il était encore en vie)
un chant s'eleve danz le vent / ma voyx au vent / soufle du monde des Vivans / soufle de chez les Trespassés / un chant s'esleve danz le vent / larmes coulant en un torrent

ô pere pleure ainçy de moy / defunct je suy / ce est ma voyx / mon soufle ma voyx de defunct
Soudain, la vieille comprit tout : “Notre jeune homme, il se trouve au rocher de Namwa ! Ils l'ont assassinés, et abandonné son corps à cet endroit. Le pauvre, il est mort !”
Lorsqu'elle ouvrit les yeux, l'aurore se levait.
Sans attendre, le dignitaire vint à sa rencontre.
“Dites-moi, durant la nuit, avez-vous réussi à voir en songe où se trouve mon fils ?”
“Oui ! dit-elle. Votre noble fils se trouve au pied des rochers de Namwa. Envoyez vite des hommes pour aller le chercher.”
Aussitôt il souffla sa conque pour sonner le rassemblement, et les villageois accoururent nombreux.
“Il me faut cinq hommes,” lança-t-il, “pour aller chercher mon fils. Les gens de Liwan l'ont attaqué, et l'ont laissé pour mort au rocher de Namwa.”
Ils se mirent en route. Ils marchèrent vers le nord, marchèrent, marchèrent jusqu'à atteindre le rocher de Namwa.
Regardant vers la mer, ils aperçurent soudain le corps du prince, dénudé, retourné tête en bas, et sans vie.
Ils le saisirent, le soulevèrent et s'apprêtèrent à le ramener.
Ils marchèrent ainsi jusqu'à regagner le village, et voyant le noble père qui attendait, s'écrièrent “Le voici !”
Puis ils vinrent déposer le corps dans la maison du dignitaire.
Mais ce dernier se ravisa, et les pria de l'emporter plutôt jusqu'à la maison de la vieille femme,
à qui il annonça “Voici mon fils ! Je vous apporte mon noble enfant, j'aimerais que vous le guérissiez. Ne le mangez pas !”
Car il faut dire que cette vieille femme était, comment dire, un peu sorcière. Elle savait comment faire ressusciter les morts, connaissait les remèdes magiques…
Et donc, le dignitaire déclara à la sorcière “Voici donc mon noble fils. N'allez pas le manger ! S'il vous plaît, ramenez-le à la vie.”
“Entendu, répondit-elle, installe-le chez moi.” Les hommes apportèrent donc le corps à l'intérieur.
Puis, vers six heures du soir, la sorcière commença à faire jouer sa magie.
Soufflant sur le jeune homme, elle lui massait le corps, tant et si bien qu'elle finit par le sentir bouger à nouveau.
Il venait de retrouver le souffle de la vie !
Elle continua de souffler sur son corps pendant des heures, puis vers dix heures du soir, elle lui ordonna “Lève-toi ! Puis assieds-toi !”
Alors il se leva, puis s'assit.
Elle souffla encore sur son corps longtemps, longtemps, jusque vers une heure du matin – puis elle lui dit “Lève-toi, et marche. Marche jusqu'à la porte, et reviens…”
Il se leva du lit, de la natte où il était allongé, et traversa la pièce ; puis il revint, et lorsqu'elle lui dit de se rasseoir, il se rassit.
Elle continua de souffler sur son corps, et vers trois heures du matin, s'écria “Remue ton bras”, et il remua son bras ; puis il remua l'autre bras, bougea les jambes, vers le haut, vers le bas… Il avait bel et bien repris ses forces.
“Eh bien, dit-elle, tu es bien fort désormais. Ton corps a bien repris ses forces.”
L’aurore finit par se lever. Alors que le coq chantait, elle lui dit “Tiens, j'ai accroché là-haut une natte, mets-toi donc debout juste derrière.”
(Tu sais, parfois les femmes accrochent une natte en guise de rideau.)
Donc, la sorcière demanda au jeune homme “Mets-toi donc debout derrière cette natte.”
Alors que le jour se levait, il devait être six heures du matin, le dignitaire se hâta de venir la voir.
Impatient, il lui demanda “Vieille femme ! Vous n'avez quand même pas mangé mon fils ?” – “Pas du tout !”
“Mais alors, où est-il ?” – “Eh bien, euh… je ne sais pas ! il doit être quelque part par là…” (elle faisait semblant de ne pas savoir !)
Le père entra dans la maison et y chercha son fils, partout, partout –
La vieille ajouta “Je crois qu'il a dû sortir, mais je ne sais pas trop où ; il n'est pas venu vous voir ?” – “Ah mais non, pas du tout !” répondit-il.
“Tiens, dit-elle, et si vous cherchiez du côté de cette natte là-bas ? Soulevez-la donc pour voir s'il ne serait pas derrière, des fois qu'il jouerait à se cacher ?”
Le père traversa la pièce, souleva la natte suspendue, et eut la grande surprise de voir son fils là, debout ! Mon dieu, quel beau jeune homme !
Il le serra dans ses bras, l'embrassa tendrement, et lui dit “Mon fils, tu es donc enfin guéri !”
Puis il se tourna vers la vieille femme : “Dans quelques jours, j'organise une grande fête. Ce sera un repas en votre honneur, avec tous les jeunes qui m'ont aidé, car vous avez ressuscité mon fils. Vous lui avez rendu la vie !”
Le lendemain, alors que son fils était désormais bien guéri, le père pris une conque pour sonner le signal.
À peine le dignitaire eut-il sonné la conque, que les villageois accoururent nombreux vers sa chefferie. “Allons couper du bois !” leur dit-il, et ils s'exécutèrent.
Quand ils furent de retour, il leur dit “Rassemblez des cochons en grand nombre, attachez-leur les pattes !” – et c'est ce qu'ils firent.
“Apportez des poules !” – ils apportèrent des poules.
“Allons à la tarodière, récolter des taros !” – ils allèrent donc à la tarodière, récoltèrent des taros, qu'ils rassemblèrent en se promettant de les cuire le lendemain.
Le lendemain matin au réveil, les femmes allumèrent les feux, et les hommes abattirent des porcs en grand nombre ;
puis ils firent cuire les taros, avec la viande de porc –
Puis il invita la vieille femme, ainsi que son fils, à venir le rejoindre. Ils les fit s'asseoir sur la plateforme de pierres des hauts dignitaires, avant d'entamer son discours.
Il s'adressa ainsi à la foule : “Vieille femme, je vous remercie d'avoir ressuscité mon noble fils.
J'ai d'abord craint que vous ne le mangiez, mais non – vous ne l'avez pas mangé.
Au contraire, vous lui avez rendu la vie. Merci à vous, sorcière, car vous n'avez pas ménagé vos efforts pour ressusciter mon enfant.”
Suite à cet hommage rendu à la sorcière, ce fut le moment du festin ; on apporta à manger à la vieille femme, qui mangea avec le jeune garçon…
C'est ainsi que la fête se termina… et que s'achève mon histoire.


































O a ē o e / O a i ō e / O Mother, Dead I am / Thou art away from me / Up riseth an echo / By Namwa Rocks
Suddenly the old witch heard a voice singing:
O a ē o e / O a i ō e / O Mother, Dead I am / Thou art away from me / Up riseth an echo / By Namwa Rocks
And after a silence, she could hear the young boy again who was singing another verse:
Here my whisper / Whisper from Yonder Worlde
(‘Whisper from Yonder Worlde’: this means the whisper she's hearing is one of a dead man)
Whisper from Hither Worlde
(this is about someone alive: ‘Hither Worlde’ refers to the time when he was still alive)
There it singeth in the air / Whisper blowing in the wynde / Whisper from Yonder Worlde / Whisper from Hither Worlde / There it singeth in the air / Me tears are flowing to the Sea
(he's shedding tears now)
O Father weep for thy son / Dead I am / Hear my voyce / My whisper is dying too
The old lady had understood it all. “Heavens!” she thought, “The boy is stuck in the Namwa Rocks! That's where they murdered him, that's where they left him. Poor thing, he's dead!”


















































S1 stop écouter
Tog tog me am̄ag en, hay Apnōlap en, nō-wōgit vitwag: imam nonon welan.

Autrefois, dans l'île de Vanua-Lava, là-bas, vivait un héritier # le fils d'un haut dignitaire.

S2 stop écouter
Kē ni-togtog hag me le-lqelqe vōnō vitwag, qele qeso gēn van veteg Pot, van veteg Sereba: lē-vētne vētmahē anen, nēt-vōnō nan anen.

Il habitait un hameau de la côte est, un tout petit village situé au nord de Port-Patteson et de Sereba, juste à proximité.

S3 stop écouter
M̄ogvetvet vitwag / No-m̄oyas vitwag, kēy ōlōl so no-m̄oyas, Yom̄ogvetvet wa, kēy ōlōl so / kē ni-haghag ēwē lelo ēm̄ nonon, kē ni-vetvet –

Par ailleurs, il y avait une dame, ou plutôt une ‘demoiselle’, nommée Yomwogvetvet, et qui passait ses journées chez elle, à confectionner des nattes.

S4 stop écouter
ba ikē ne-myōs so ige m̄alm̄al kēy van me e, laklak / a sorē, ne-mgaysēn: ige lōmlōmgep van me laklak. Ōkēy.

C'est ainsi que chaque jour, elle attendait la visite des jeunes hommes qui, les uns après les autres, venaient danser pour elle.

S5 stop écouter
Kē ne-myōs so kē ni-/ so ni-myōs / so na-myōs nonon ave, tō kē ni-leg mi kē.

Elle gardait ainsi l'espoir de rencontrer un jour l'homme de sa vie afin de l'épouser.

S6 stop écouter
Ba tō a– ige a– qele a– dēn̄ a– hōw a– Vatop, a– van hag me Ates…, ige lōmlōmgep kēy vanvan me: kēy laklak –

Un par un, sans interruption, venaient défiler devant elle tous les jeunes gens de toute la côte est, depuis Vatop tout au nord, jusqu'à Ates, en descendant vers le sud.

S7 stop écouter
kē wo “Óòó, na-myōs mino tateh qete. Tateh na-myōs mino van nen so nok so leg mi kē.”

Mais malgré leurs danses, la jeune fille en arrivait toujours à la même conclusion: “Aucun de ces jeunes gens ne me plaît vraiment. Non, vraiment, je n'ai toujours pas trouvé l'homme de ma vie!”

S8 stop écouter
Ige lōmlōmgep van me, laklak – na-laklak m̄adeg! Na-laklak, na-laklak kastom: et-laklak te / laklak non ige qagqag te, na-laklak kastom vēlēs.

Pourtant, les jeunes gens continuaient à danser, danser, danser tant et plus! Et pas n'importe quelle danse moderne, mais bien de véritables danses traditionnelles.

S9 stop écouter
Van me, ige lok hag me Pot, kēy van hōw, laklak: tateh.

Les gens de la pointe sud montaient vers le nord, pour danser devant elle # sans succès.

S10 stop écouter
Kē ni- / qeso na-vap nononmem, a na-vap nonongēn na-vap to-M̄otlap, so kē n-iyiy kēy: “na-lqōvēn iyiy”.

(Dans notre langue, en mwotlap, on dit qu'elle les rabrouait, c'est pourquoi elle était connue sous le nom de ‘la Rabroueuse’).

S11 stop écouter
Kēy van me: ige mey lok hōw wa – Kēyēbak; ige mey a Qesō, Merelaen, kēy van me, laklak: tateh.

De même, les gens de la pointe nord, ceux de Kéyébak, de Kpweso, de Merelaen, à leur tour venaient danser devant elle # mais là aussi, sans succès.

S12 stop écouter
Nō-wōgit vitwag, kē ni-togtog a– le-pnō hag me a– na-pnō a nok vap hiy aē gōh en aa: kē ni-hatig tō ni-van te mun ēgēn.

À son tour, le jeune héritier dont j'ai parlé partit de son village, et se mit en chemin.

S13 stop écouter
Kē ni-van tō ni-van tō– ni-van dēn̄ hōw Luwan nen e tō – kē et-laklak qete, no-m̄oyas en n-etsas kē van e tō kē wo “Hayveg me!”

Il longea la côte vers le nord, et finit par arriver au village de Luwan. Il n'eut même pas le temps de commencer à danser, que déjà la demoiselle l'avait aperçu, et l'avait invité chez elle.

S14 stop écouter
“Ige lōmlōmgep a van me laklak e, nok et-etsas te so mino ave, ba mino a inēk en, nēk hayveg me. Nok dēyēdyē inēk en.”

“Entre! fit-elle. Parmi tous ces garçons qui défilent chez moi pour danser, je n'ai jamais pu en trouver un seul qui me plût vraiment. Mais aujourd'hui je l'ai trouvé! Celui que j'attendais, c'est toi! Entre!”

S15 stop écouter
Ba nō-wōgit nan en, ēntēn ne-welan vitwag.

Or, notre héritier avait pour père un dignitaire important.

S16 stop écouter
Tō– kōyō ma-kaka van i kaka i kaka e tō –

Tous deux passèrent donc la soirée à causer –

S17 stop écouter
Kōyō kaka tō nen e, ige lōmlōmgep mal van me nen e mal etsas kē hag tō hay mi yom̄oyas en.

Mais pendant qu’ils causaient ainsi tous deux, les autres hommes l'avaient aperçu, assis auprès de la jeune femme.

S18 stop écouter
“Ooo! No-m̄oyas gōh gēn so laklak en, kē te-lep bat vēhte gēn l-ēm̄ nonon.

“Çà alors !” s’écrièrent-ils. “Nous avons eu beau danser pour elle tant et plus, cette femme n'a jamais voulu nous accueillir chez elle.

S19 stop écouter
Ba nō-lōmgep gōh kē ni-v/ nō-lōmgep mey gōh ma-van me e kē ni-lep bat kē hay. Ba gēn dēyē kē agōh!”

Et voilà soudain que ce garçon là apparaît tout d'un coup, et elle l'invite auprès d'elle ! Attendons qu'il sorte, et il verra bien !”

S20 stop écouter
Kōyō ma-kaka, kaka qēt bah nen wun: na-lo ni-van hōw ni-vētēl so “O, nok van ēgēn, nok m̄ōl lok.”

Quant aux deux jeunes gens, ils poursuivaient leur conversation, puis vers la fin de l'après-midi, il se leva et dit “Eh bien c'est l'heure, il faut que je rentre chez moi.”

S21 stop écouter
Kē ni-kalō yow me den n-ēm̄ nonon yom̄oyas e tō ni-vanvan hag me metehal – ige lōmlōmgep valaplag lō me tō vigiy maymay kē ēgēn.

À peine eut-il quitté la demeure de la jeune fille pour se mettre en route, que les autres hommes surgirent soudain et se mirent à le passer à tabac.

S22 stop écouter
Vigiy maymay kē tō– vēhyu mi kē, tit kē –

Ils le tabassèrent, le violentèrent, le frappèrent au visage —

S23 stop écouter
kēy wowow van hiy kē so kēy so wuh kē, ba kē so: “Óòó! Kimi nitog wuwuh no! Kimi nitog wuwuh no!

ils s'apprêtaient à lui donner le coup fatal, lorsqu'il s'écria “Arrêtez ! Ne me tuez pas ! Ne me tuez pas !

S24 stop écouter
Ba kimi lep no, ba van tēy a lō-tōti vet, kēy ōlōl so ne-vet nan Ne-vet Namwa.

Allez plutôt me jeter au pied des rochers, à l'endroit qu'on appelle les rochers de Namwa.”

S25 stop écouter
Ba no-woy liwo aē nen ba, kimi vētgiy tegha ēwē kē ba boyoy na-tayben! Boyoy na-tayben qele anen. Tō kē ni-tig lap qōtō qele anen.”

[L'un d'entre eux ajouta] “C'est vrai, là-bas il y a un grand creux dans la roche, on pourra y jeter son corps la tête la première ! On n'aura qu'à l'enfoncer là-dedans, qu'il y reste !”

S26 stop écouter
Tō kēy lep kē, van tēy kē yow le-vet Namwa – tō vētgiy tegha kē, tō boyoy na-tayben, tō kē ni-tig lap anen.

Aussitôt il s'emparèrent du garçon, et l'emportèrent vers la côte, jusqu'aux rochers de Namwa. C'est là qu'ils se débarrassèrent de son corps en l'enfonçant debout, la tête la première, avant de le laisser pour mort.

S27 stop écouter
Imam nonon, ne-welan, kē me-dyē kē ma-van, van, me-mnis: vētmahē mō-qōn̄ –

Son père, un homme de haut rang, l'attendit longtemps, longtemps, jusque tard dans la nuit.

S28 stop écouter
Kē ni-van me ma-van hiy na-magtō vitwag.

Il finit par aller voir une vieille du village.

S29 stop écouter
Kē ni-vap van hiy na-magtō vitwag so “Nō-wōgit mino ma-van tō a Luwan / Liwan, ba kē et-m̄ōl lok qete me.

Il expliqua la situation à cette vieille femme : “Mon noble fils s'est rendu au village de Liwan, mais il n'est toujours pas rentré.

S30 stop écouter
Ba nēk traem mitiy ba nēk qoyqoy tog so kē ave.”

S'il vous plaît, j'aimerais que dans votre sommeil, vous tentiez de voir en songe à quel endroit il peut bien se trouver.”

S31 stop écouter
Bastō ikē ni-mtiy hōw nen e tō kē ni-qoyqoy e tō kē ni-van me Liwan, kē ni-et yan̄fala nonon / sorē, nō-wōgit nonon –

La vieille alla donc dormir. En songe, elle se rendit jusqu'au village de Liwan, où elle aperçut le jeune homme noble –

S32 stop écouter
kē ni-mōk / kē ni-hey na-tmat Laktebes. Na-laktebes, kē ni-hey a lē-qtēn.

il portait une coiffe de l'esprit Laktembès. La coiffe de Laktembès, il la portait sur la tête.

S33 stop écouter
Kē ni-hey lē-qtēn, ba tō kē ni-bitbit na-tmatmumgēl. Kēy laklak aē. Kē ni-bitbit na-tmatmumgēl.

Ainsi revêtu de cette coiffe, il rythmait du talon la danse “natmat-mumghêl” – entouré de danseurs qui évoluaient au rythme de ses pas.

S34 stop écouter
Tō ikē ni-sese n-eh. Tō n-eh nan qele gēn:

Soudain, le jeune homme entonna un chant, comme ceci :

S35 stop écouter
O a e ō e O a i ō e / Ivep lo s mat e / u van dēn na ē / serserōr / ti bē wōvet namwa ē /

O a ē o e / O a i ō e / O Mother, Dead I am / Thou art away from me / Up riseth an echo / By Namwa Rocks

O a è ô è / O a i ô è / Ô mere suy defunct / loing de moy repartie / un murmure s'eleve / pres la Roche Namwa

S36 stop écouter
Tō na-magtō e kē ni-haghag ba ni-yon̄yon̄teg a kē ni-bitbit en:

Suddenly the old witch heard a voice singing:

Quelques instants plus tard, la vieille femme l'entendit à nouveau qui marquait le rythme de la danse :

S37 stop écouter
O a ē o e O a i ō e / Ivep losmat ē / u van dēn na ē / serseror / ti bē wōvet namwa ē /

O a ē o e / O a i ō e / O Mother, Dead I am / Thou art away from me / Up riseth an echo / By Namwa Rocks

O a è ô è / O a i ô è / Ô mere suy defunct / loing de moy repartie / un murmure s'eleve / pres la Roche Namwa

S38 stop écouter
Tō kē ni-hag / kē ni-hag yoyon̄ tusu, kē ni-yon̄teg yan̄fala kē ni-vasig:

And after a silence, she could hear the young boy again who was singing another verse:

Après un court silence, le jeune homme entonna un nouveau couplet :

S39 stop écouter
Len̄len̄ik e len̄len̄ ta Mnō /

Here my whisper / Whisper from Yonder Worlde

ce est mon soufle / soufle de chez les Trespassés

S40 stop écouter
(’Len̄len̄ ta Mnō’, ikē ni-vap so ne-len̄ me kē ni-van me a n-et mal mat ēgēn)

(‘Whisper from Yonder Worlde’: this means the whisper she's hearing is one of a dead man)

(’soufle de chez les Trespassés’ : c'est le souffle qui émane de quelqu'un qui est mort)

S41 stop écouter
len̄len̄ ta Mram

Whisper from Hither Worlde

soufle du monde des Vivans

S42 stop écouter
(n-et mey kē n-ēh leptō, “le mram” e, qeso taēm mey kē n-ēh leptō)

(this is about someone alive: ‘Hither Worlde’ refers to the time when he was still alive)

(cela évoque une personne encore en vie : “les Vivans”, lorsqu'il était encore en vie)

S43 stop écouter
ni se lul me ē na lēn̄ik len̄len̄ ren / len̄len̄ ta Mram / len̄len̄ ta Mnō / ni se lul me ē / nē wo tēn̄i sap ror e /

There it singeth in the air / Whisper blowing in the wynde / Whisper from Yonder Worlde / Whisper from Hither Worlde / There it singeth in the air / Me tears are flowing to the Sea

un chant s'eleve danz le vent / ma voyx au vent / soufle du monde des Vivans / soufle de chez les Trespassés / un chant s'esleve danz le vent / larmes coulant en un torrent

S44 stop écouter
(na-tn̄ēh nonon ni-yoy ēagōh!)

(he's shedding tears now)

S45 stop écouter
e mam e ten̄ e sur na ē na qē mat ē / nē alēn̄ik ē / len̄len̄ik nalēn̄ik e mat rōw /

O Father weep for thy son / Dead I am / Hear my voyce / My whisper is dying too

ô pere pleure ainçy de moy / defunct je suy / ce est ma voyx / mon soufle ma voyx de defunct

S46 stop écouter
Tō magtō, kē ni-yon̄teg so “Ooo! Nō-lōmgep, kē tig tō n̄a le-vet Namwa! Kēy me-byoy kē ba kē tig tō. Kē mal mat.”

The old lady had understood it all. “Heavens!” she thought, “The boy is stuck in the Namwa Rocks! That's where they murdered him, that's where they left him. Poor thing, he's dead!”

Soudain, la vieille comprit tout : “Notre jeune homme, il se trouve au rocher de Namwa ! Ils l'ont assassinés, et abandonné son corps à cet endroit. Le pauvre, il est mort !”

S47 stop écouter
Tō kē ni-matyak: vētmahē ni-mtap.

Lorsqu'elle ouvrit les yeux, l'aurore se levait.

S48 stop écouter
Mahē ni-mtap, welan ni-van lok me.

Sans attendre, le dignitaire vint à sa rencontre.

S49 stop écouter
“Nēk m-eksas / Nēk me-mtiy an̄qōn̄, nēk mo-qoyqoy so nō-wōgit mino ave?”

“Dites-moi, durant la nuit, avez-vous réussi à voir en songe où se trouve mon fils ?”

S50 stop écouter
Wo “Oo! Nō-wōgit nōnōm tig tō a– lō-tōti vet Namwa. Nēk vētleg te et, ba n-et nan, ige van lep m̄ōl kē me.”

“Oui ! dit-elle. Votre noble fils se trouve au pied des rochers de Namwa. Envoyez vite des hommes pour aller le chercher.”

S51 stop écouter
Tō kē n-ip na-tō, tō ige m̄adeg van me le-pnō nen –

Aussitôt il souffla sa conque pour sonner le rassemblement, et les villageois accoururent nombreux.

S52 stop écouter
tō kē ni-van so “Ino ne-myōs n-et bul tēvēlēm, kēy van lep yak me nō-wōgit mino. Ige hōw a Liwan mu-wuh kē, tig tō a le-vet Namwa.”

“Il me faut cinq hommes,” lança-t-il, “pour aller chercher mon fils. Les gens de Liwan l'ont attaqué, et l'ont laissé pour mort au rocher de Namwa.”

S53 stop écouter
Tō kēy van ēgēn. Kēy lep na-mtehal tō kēy van, tō van tō van tō– van dēn̄ hōw lō-tōti vet Namwa, van yow –

Ils se mirent en route. Ils marchèrent vers le nord, marchèrent, marchèrent jusqu'à atteindre le rocher de Namwa.

S54 stop écouter
et van: nō-wōgit e, ne-leleh tateh; kēy mē-vētgiy tegha kē qele nōk: kē mal mat.

Regardant vers la mer, ils aperçurent soudain le corps du prince, dénudé, retourné tête en bas, et sans vie.

S55 stop écouter
Tō kēy lep yak kē, kēy hah yak kē, van tēy lok kē me.

Ils le saisirent, le soulevèrent et s'apprêtèrent à le ramener.

S56 stop écouter
Kēy van tō van tō van dēn̄ lok me le-pnō nonon, tiwag mi welan imam nonon: “Oo, kē agōh!”

Ils marchèrent ainsi jusqu'à regagner le village, et voyant le noble père qui attendait, s'écrièrent “Le voici !”

S57 stop écouter
Tō wul veteg kē hōw l-ēm̄ non welan –

Puis ils vinrent déposer le corps dans la maison du dignitaire.

S58 stop écouter
Welan ni-hay-/ kē ni-dēm lok se kē, kēy hah yak, van tēy kē hay hiy na-magtō,

Mais ce dernier se ravisa, et les pria de l'emporter plutôt jusqu'à la maison de la vieille femme,

S59 stop écouter
kē ni-vap van hiy magtō wo “Intik gēn! Nō-wōgit mino gēn, ba no ne-myōs so nēk so galeg wē lok kē, ba nēk nitog kuykuy kē.”

à qui il annonça “Voici mon fils ! Je vous apporte mon noble enfant, j'aimerais que vous le guérissiez. Ne le mangez pas !”

S60 stop écouter
Veg na-magtō e ikē qeso / nok et- / kē n-/ no ta-vap vēh so kē ne-kleva! Kē n-ēglal gagaleg n-et t-ēh lok vēh: kē ni-wyewyeh…

Car il faut dire que cette vieille femme était, comment dire, un peu sorcière. Elle savait comment faire ressusciter les morts, connaissait les remèdes magiques…

S61 stop écouter
Kē ni-hatig tō, welan wo “Nō-wōgit mino gēn! Nēk galeg ēh kē, ba nēk tog kuykuy kē!”

Et donc, le dignitaire déclara à la sorcière “Voici donc mon noble fils. N'allez pas le manger ! S'il vous plaît, ramenez-le à la vie.”

S62 stop écouter
Kē wo “Itōk, lep bat kē me!” Kēy lep bat kē hay l-ēm̄ tō –

“Entendu, répondit-elle, installe-le chez moi.” Les hommes apportèrent donc le corps à l'intérieur.

S63 stop écouter
An̄qōn̄ a– qētēg a– lelo a levetēl e tō nō-wōgit e / na-lqōvēn hag / na-magtō ni-hag van tō kē ni-wyeh kē.

Puis, vers six heures du soir, la sorcière commença à faire jouer sa magie.

S64 stop écouter
Kē me-wyeh kē, ma-tan̄ na-tayben, van i van e: kē ni-yon̄teg so nō-wōgit e kē ni-mōkmōkheg lok me.

Soufflant sur le jeune homme, elle lui massait le corps, tant et si bien qu'elle finit par le sentir bouger à nouveau.

S65 stop écouter
Nō-mōkhan ni-van lok me ēgēn.

Il venait de retrouver le souffle de la vie !

S66 stop écouter
Kē me-wyeh kē van i van i van i van e, wun na-lo son̄wul, kē ni-vap van hiy kē so “Nēk hatig! Hatig, ba hag ketket.”

Elle continua de souffler sur son corps pendant des heures, puis vers dix heures du soir, elle lui ordonna “Lève-toi ! Puis assieds-toi !”

S67 stop écouter
Tō kē ni-hatig hag, ni-hag ketket.

Alors il se leva, puis s'assit.

S68 stop écouter
Kē me-wyeh kē van i van i van i van e, na-lo ni-van me vitwag, kē so “Nēk hatig, ba vanvan kēlkēl. Nēk van dēn̄ yow le-mteēm̄, van lok me…”

Elle souffla encore sur son corps longtemps, longtemps, jusque vers une heure du matin – puis elle lui dit “Lève-toi, et marche. Marche jusqu'à la porte, et reviens…”

S69 stop écouter
Kē ni-hatig, ni-van lok yow me / ni-hatig den na-tnon, hatig den na-tamn̄a kē m-en tō aē en, ni-van lok yow; ni-van lok me etō kē wo “Nēk hag hiy!”, kē ni-hag hiy.

Il se leva du lit, de la natte où il était allongé, et traversa la pièce ; puis il revint, et lorsqu'elle lui dit de se rasseoir, il se rassit.

S70 stop écouter
Kē me-wyeh kē van i van i van e, tō le-lo vētēl le-mtap e tō “Suwsuwyeg na-mnē!” kē ni-suwyeg na-mnen; ni-suwyeg na-mnen tekelgi, suwyeg na-yn̄on; yow kal, yow tēqēl e tō, kē ni-maymay.

Elle continua de souffler sur son corps, et vers trois heures du matin, s'écria “Remue ton bras”, et il remua son bras ; puis il remua l'autre bras, bougea les jambes, vers le haut, vers le bas… Il avait bel et bien repris ses forces.

S71 stop écouter
Tō kē wo “Oo, nēk mal maymay. Na-taybē mal maymay lok.”

“Eh bien, dit-elle, tu es bien fort désormais. Ton corps a bien repris ses forces.”

S72 stop écouter
Mahē ni-myen. Nu-tutu ni-kokyet, mahē ni-myen, tō: “Nēk vanvan a– no mē-vēhbeg sey na-tamn̄a nen e, ba tig bat hōw anen.”

L’aurore finit par se lever. Alors que le coq chantait, elle lui dit “Tiens, j'ai accroché là-haut une natte, mets-toi donc debout juste derrière.”

S73 stop écouter
(qele / l-ēm̄ nēk hayveg hay, ige lōqōvēn lep na-tamn̄a ba, kēy vēhbeg.)

(Tu sais, parfois les femmes accrochent une natte en guise de rideau.)

S74 stop écouter
Tō na-magtō ni-vap van hiy nō-wōgit so “Nēk tig bat van la-tamn̄a anen.”

Donc, la sorcière demanda au jeune homme “Mets-toi donc debout derrière cette natte.”

S75 stop écouter
Mahē ni-myemyen me qeso lelo levete e tō ne-welan ni-skiyak / ni-plag lok me ēgēn.

Alors que le jour se levait, il devait être six heures du matin, le dignitaire se hâta de venir la voir.

S76 stop écouter
Ni-plag lok me ewo “Magtō! Nēk et-kuy te intik?” Wo “Tateh!”

Impatient, il lui demanda “Vieille femme ! Vous n'avez quand même pas mangé mon fils ?” – “Pas du tout !”

S77 stop écouter
“Ba kē ave?” – “O ba kē / Isi, kē tege anen!” (kē ni-gal kē, aa?)

“Mais alors, où est-il ?” – “Eh bien, euh… je ne sais pas ! il doit être quelque part par là…” (elle faisait semblant de ne pas savoir !)

S78 stop écouter
Tō kē ni-hayveg hay, ni-sok kē lelo ēm̄, ni-sok ni-sok ni-sok –

Le père entra dans la maison et y chercha son fils, partout, partout –

S79 stop écouter
Magtō wo “Ba kē ma-kalō tō yow tege anen, ba kē et-m̄ōl qet-/ kē et-van qete hag hiy nēk?” Wo “Óòó, tateh!”

La vieille ajouta “Je crois qu'il a dû sortir, mais je ne sais pas trop où ; il n'est pas venu vous voir ?” – “Ah mais non, pas du tout !” répondit-il.

S80 stop écouter
“Ba tan̄ tō van la-tamn̄a e, lil tō van la-tamn̄a so kē tateh, so kē et-tig bat te den nēk?”

“Tiens, dit-elle, et si vous cherchiez du côté de cette natte là-bas ? Soulevez-la donc pour voir s'il ne serait pas derrière, des fois qu'il jouerait à se cacher ?”

S81 stop écouter
Kē ni-vanvan la-tamn̄a e, so ni-lil yak na-tamn̄a qele nōk, et van qele kē: kē tig del tō, auuuu! Nō-lōmgep wōswōs, aa?

Le père traversa la pièce, souleva la natte suspendue, et eut la grande surprise de voir son fils là, debout ! Mon dieu, quel beau jeune homme !

S82 stop écouter
Kē ni-yow van, tō ni-pōpōn kē, kis kē – Wo “Ooo, nēk mē-wē lok me ēgēn!”

Il le serra dans ses bras, l'embrassa tendrement, et lui dit “Mon fils, tu es donc enfin guéri !”

S83 stop écouter
Kē ni-vap van hiy magtō wo “Lō-qōn̄ vitwag, nok galeg no-kolkol liwo vitwag. Nok gengen tiwag mi nēk, gengen tiwag mi yan̄fala mino veg kē m-ēh lok, nēk m-ak ēh lok kē.”

Puis il se tourna vers la vieille femme : “Dans quelques jours, j'organise une grande fête. Ce sera un repas en votre honneur, avec tous les jeunes qui m'ont aidé, car vous avez ressuscité mon fils. Vous lui avez rendu la vie !”

S84 stop écouter
Tō – qōn̄ vitwag, kōyō tog nen, kē nu-su maymay: taval-meyen nan e kē ni-vap van hiy kē so / kē ni-ip na-tō.

Le lendemain, alors que son fils était désormais bien guéri, le père pris une conque pour sonner le signal.

S85 stop écouter
Welan ni-ip na-tō so ige sil lēw tiwag me – lēw tiwag me hiy kē le-gmel, so: “Igēn van tot na-lēt!” – kēy van tot na-lēt.

À peine le dignitaire eut-il sonné la conque, que les villageois accoururent nombreux vers sa chefferie. “Allons couper du bois !” leur dit-il, et ils s'exécutèrent.

S86 stop écouter
Kēy van me: “Yēt maymay sey me no-qo!” – kēy yēt maymay sey me no-qo.

Quand ils furent de retour, il leur dit “Rassemblez des cochons en grand nombre, attachez-leur les pattes !” – et c'est ce qu'ils firent.

S87 stop écouter
“Vēl me nu-tutu!” – kēy vēl tiwag me nu-tutu.

“Apportez des poules !” – ils apportèrent des poules.

S88 stop écouter
“Gēn van la-mat, gēn ko ne-qet!” – kēy van la-mat, ko ne-qet, van me, vēl sey tō– “Gēn ta-qan̄yis a talōw!”

“Allons à la tarodière, récolter des taros !” – ils allèrent donc à la tarodière, récoltèrent des taros, qu'ils rassemblèrent en se promettant de les cuire le lendemain.

S89 stop écouter
Tō kēy mitiy tō matyak hag le-mtap etō – ige lōqōvēn vahn̄ēt n-ep; tō ige tam̄an kēy wuh no-qo na-m̄adeg;

Le lendemain matin au réveil, les femmes allumèrent les feux, et les hommes abattirent des porcs en grand nombre ;

S90 stop écouter
tō kēy qan̄yis ne-qet, qan̄yis tiwag mi no-qo etō –

puis ils firent cuire les taros, avec la viande de porc –

S91 stop écouter
Kē ni-lep na-magtō, ni-lep nō-wōwut, van me e tō ni-hag hōw lo-wonwon nonon welan; tō kē ni-toytoy goy.

Puis il invita la vieille femme, ainsi que son fils, à venir le rejoindre. Ils les fit s'asseoir sur la plateforme de pierres des hauts dignitaires, avant d'entamer son discours.

S92 stop écouter
Kē ni-toytoy van ige sil so “Ten̄kyuw nēk magtō veg ba-vavaēh lok se nō-wōgit mino.

Il s'adressa ainsi à la foule : “Vieille femme, je vous remercie d'avoir ressuscité mon noble fils.

S93 stop écouter
Nok dēmdēm so nēk so tu-kuy kē, ba nēk et-kuy te kē.

J'ai d'abord craint que vous ne le mangiez, mais non – vous ne l'avez pas mangé.

S94 stop écouter
Nēk ma-galeg kē m-ēh lok me. Vēwē van hiy nēk, magtō, veg na-mwumwu nōnōm ni-lwo ba-vavaēh lok se nētm̄ey mino.”

Au contraire, vous lui avez rendu la vie. Merci à vous, sorcière, car vous n'avez pas ménagé vos efforts pour ressusciter mon enfant.”

S95 stop écouter
Tō ma-vap vēwē van hiy na-magtō, tō– kēy gengen; vēl me ne-gengen nagan magtō kē ni-gengen; kēy gengen tiwag mi nō-lōmgep etō –

Suite à cet hommage rendu à la sorcière, ce fut le moment du festin ; on apporta à manger à la vieille femme, qui mangea avec le jeune garçon…

S96 stop écouter
Na-lavēt ni-bah etō na-vap t-am̄ag ni-bah hōw gēn.

C'est ainsi que la fête se termina… et que s'achève mon histoire.