Buried alive (version 2)


Continuous playing:

Transcription by sentence


Translation by sentence
fr
Whole text transcription


Whole text translation
fr



Notes
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ɖɯ˧-ʑi˩=ɻ̍˩-ʈʂʰɯ˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧ gv̩˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!
zo˩no˥, | njæ˧sɯ˩kv̩˩ | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | -pi˩-kv̩˩-mæ˩, | ə˩-gi˩! |
ə… tsɤ˧ɭɯ˧ ʑi˩-mɤ˩-ʁo˩-dʑo˩, | so˩-ɻ̍˩˥! | pi˧. |
ə… tsɤ˧hɑ˧ ʑi˥-mɤ˩-ʁo˩-dʑo˩, | so˩-ɻ̍˩˥! | pi˧. |
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩-tsɯ˥ | mv̩˩! | tʰi˩˥, | ə˧-tse˧-ʝi˥ | tsɤ˧-ɲi˥? | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, |
mv̩˩˥ | ɖɯ˧-v̩˧-dʑo˧ | tʰi˩˥, | hĩ˧-ki˧ ki˩-ɲi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩.
hĩ˧-ki˧ ki˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧=ɻ̍˥-dʑo˩, | hĩ˧ | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | lo˧-ʝi˧-hɯ˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tʰi˩˥, | lo˧ʝi˧-hɯ˧-se˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, ə… | ʈʂʰɯ˧ po˧-ɳɯ˧, | hɑ˧ gv̩˥-kʰɯ˩-tsɯ˩ | -mv̩˩. |
tʰi˩˥, | hɑ˧ gv̩˥-kʰɯ˩-dʑo˩, | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧-dʑo˧, | hĩ˧ hɯ˧-se˩-dʑo˩, | æ̃˩mi˧ kʰv̩˩kʰɤ˩-qo˩, | æ̃˩ʁv̩˩ ʑi˩-hɯ˩˥ | -tsɯ˩ | -mv̩˩.
æ̃˩ʁv̩˩ ʑi˩-hɯ˩˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧, | ə˧mi˧ | ɖɯ˧-v̩˧ | le˧-wo˧-tsʰɯ˧˥ | -dʑo˩; |
ə… ʈʂʰɯ˧ | æ̃˩ʁv̩˩˥ | tʰi˧-tɕɤ˧-zo˥, | le˧-mv̩˩, | tɕɤ˧~tɕɤ˧ tʰi˧-dzɯ˥-ɻ̍˩-dʑo˩-ʁo˩to˩-dʑo˩, | ə˧mi˧ tʰv̩˧-jɤ˩-ɳɯ˩, |
ə… ʈʂʰɯ˧-mv̩˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩ | mv̩˩ʈʂæ˩-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩.
"ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩! | ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩!" | pi˧-dʑo˩, | kɤ˧-mɤ˧-ʈʂɯ˩-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tʰi˩˥, | "ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩ | tsʰi˧ɲi˧ | ə˧tse˧ hɯ˧-ɻ̍˩? | ʁɑ˩mi˧! | hɑ˧ | le˧-dzɯ˧-dʑi˧-ze˩! | zo˩no˥, | hĩ˧ F | dʑɤ˩˥ | mɤ˧-do˩!" pi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tʰi˩˥, | ɖɯ˧-li˧-ɻ̍˩ hɯ˩-dʑo˩, | æ̃˩ʁv̩˩-ʈʂʰɯ˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-dzɯ˥, | le˧-dzɯ˥-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | qv̩˧ʈʂæ˧-qo˥ | tʰi˧-æ˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!
tʰi˧-æ˩-dʑo˩, | ə˧mi˧! | ə˧mi˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ | qv̩˧ʈʂæ˧-qo˥ | æ̃˩ʁv̩˩…-ɣɯ˥kɯ˩ | le˧-do˩, | æ̃˩ʁv̩˩ tʰi˩-æ˥-hĩ˩ do˩-zo˩, |
"ə˧mi˧! | ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩, | no˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-mɤ˩-ɖo˩-mæ˩! | ə˧tse˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-ɲi˩?" |
hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | hɑ˧-ʈʂʰɯ˧, | mi˩zɯ˩-ʈʂʰɯ˥ | dʑɤ˩˥ | tsɤ˧-mɤ˧-ɖo˧! |
tsɤ˧-ɭɯ˧ ʑi˩-mɤ˩-ʁo˩-dʑo˩, | so˩ɻ̍˩-pi˥-kv̩˩! |
hĩ˧-ʈʂʰɯ˧ | le˧-tsɤ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-mɤ˩-kv̩˩! | no˧ | dzɯ˧-bi˧, | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | ɑ˩ʁo˧-dʑo˩, | dzɯ˩-bi˩-ni˩-gv̩˩˥, | pi˧, | no˧ | dzɯ˧-tsæ˧-ɲi˩! |
tʰi˩˥ | -no˧˥, | ə˧tse˧ ʝi˧-zo˥ | no˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | dzɯ˧-ɲi˥?" | pi˧-dʑo˩, | tʰi˩˥, | kɤ˧-mɤ˧-ʈʂɯ˩-tsɯ˩ | -mv̩˩.
kɤ˧-mɤ˧-ʈʂɯ˩-dʑo˩, | æ̃˩ʁv̩˩-ɳɯ˥ | qv̩˧ʈʂæ˧ æ˥-dʑo˩, | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧=ɻ̍˥-dʑo˩, | "le˧-ʂɯ˧-ze˧!" | pi˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tʰi˩˥, | le˧-ʂɯ˧-ze˧-pi˧, | hĩ˧ l le˧-ɻwæ˥ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥ | -dʑo˩, | le˧-nv̩˧-hɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!
le˧… | tʰi˩˥, | le˧-ʂɯ˧ le˧-nv̩˥-dʑo˩, | tʰi˩˥, | hĩ˧ | ɬo˧tɑ˧ | wɤ˩˥ | ɖɯ˧-v̩˧-ɳɯ˧ | do˩-pʰæ˩-di˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!
tʰv̩˧-dʑo˧ | tʰi˩˥, | æ̃˩ʁv̩˩ dzɯ˩-hĩ˥-dʑo˩ | le˧-do˩, | ə˩-gi˩! |
tʰv̩˧-v̩˧-dʑo˩, | ɬo˧tɑ˧ | le˧-do˩! | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧-ɻ̍˥-dʑo˩, | mɤ˧-sɯ˥-tsɯ˩ | -mv̩˩! |
mɤ˧-sɯ˥-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧ ʑi˧=ɻ̍˧-ɳɯ˥, ə˧mi˧! | ʈʂʰɯ˧ ʑi˧=ɻ̍˥-dʑo˩, | ɖʐe˧ dʑo˧, | <mv̩˩zo˩ ɖɯ˩-ɭɯ˩…> [mv̩˩zo˩˥] | ɖɯ˧-ʑi˩ ʂe˩-ɲi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!
tʰi˩˥, | <hĩ˧-m…> ɖʐe˧ dʑo˧-hĩ˧ mv̩˥zo˩ | le˧-ʂe˧ le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | ə˧dɑ˧-ə˧mi˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-tɑ˩-hwɤ˩, |
jo˧-lo˥dʑo˩ tʰi˩-kʰɯ˩~kʰɯ˩. | hæ̃˩-lo˩pv̩˩ tʰi˥-kʰɯ˩~kʰɯ˩. |
õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | -zo˩ | tʰi˩˥, | le˧-nv̩˧-hɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!
le˧-nv̩˧-hɯ˧, | tʰi˩˥, | le˧-nv̩˧-hɯ˧-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧-ɻ̍˥, | ə˧mi˧ | ʈʂʰɯ˧-jɤ˩-ɳɯ˩, | ɖɯ˧-njɤ˧ | ŋv̩˩-tsɯ˥ | mv̩˩! |
"ə˧mi˧! | no˧ | njɤ˧-ki˧ | tʰi˧-tʰv̩˧, | ɖɯ˧-ʈʂæ˧˥ | mɤ˧-gv̩˧! | no˧ | ə˧tse˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-ɲi˩? | ə˧zɯ˩, | ə˧tso˧ gv̩˧-ɲi˩-hɯ˩?" | pi˧-zo˩. |
tʰi˩˥, | le˧-ŋv̩˩, | le˧-ŋv̩˩, | le˧-ŋv̩˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | mmm… le˧-nv̩˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!
le˧-nv̩˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | wɤ˩˥, | ɖɯ˧-ʂɯ˩-sɯ˩ | tʰi˧-nv̩˥-kv̩˩-mæ˩, | ə˩-gi˩! |
tʰi˩˥, | wɤ˩˥ | gɤ˩-ʑi˥-zo˩ | tʰi˩˥, | wɤ˩˥, | le˧-qæ˧-kv̩˥-mæ˩! |
tʰi˩˥, | le˧-nv̩˥, | le˧-nv̩˥-tsɯ˩ | -mv̩˩, | hĩ˧ <le…> | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | le˧-ʁɑ˥-ʂe˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥. |
le˧-nv̩˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | do˩-hĩ˩ tʰv̩˩-v̩˩˥ | -dʑo˩, | ʐæ˧v̩˩ tʰv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩! |
"ə˧mi˧! | ʈʂʰɯ˧ | æ̃˩ʁv̩˩-ɳɯ˥ | qv̩˧ʈʂæ˧ æ˥-hĩ˩! | æ˧ʂæ˧-ɳɯ˩ | dʑo˧-kv̩˧-tsɯ˥! | ʈʂʰɯ˧… | hĩ˧-dʑo˩, | mɤ˧-ʂɯ˧-ɲi˥!" | pi˧-zo˩.
hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧-ɻ̍˥ | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | le˧-ʑi˧-ʁo˥to˩-dʑo˩, | do˩-hĩ˩ tʰv̩˩-v̩˩-ɳɯ˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | hɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩! | ʈʂʰɯ˧ | tʰi˧-nv̩˥ | -qɑ˩!
hĩ˧, | njæ˧sɯ˩kv̩˩ | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-tɕi˥-kv̩˩-mæ˩, | tʰi˧-nv̩˧-hĩ˧-tʰv̩˥: |
hæ˧-ni˩ | tʰi˧-ʑi˧-kʰɯ˥-mɤ˩-kv̩˩! | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-tɕi˥-kʰɯ˩, | tʰi˩˥, | v̩˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ tʰi˧-qɑ˩-kv̩˩-mæ˩! |
v̩˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ tʰi˧-qɑ˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | kʰɤ˧˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ tʰi˧-qɑ˩. |
<v̩˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ ʈʂ…> kʰɤ˧˥ | ʈʂʰɯ˧-ɭɯ˧… kʰɤ˧qʰwɤ˧<-ni-wo>-ni˧˥ | -zo˩, | pi˧-zo˩, | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | nɑ˩-ʐwɤ˥, | "kʰɤ˧-qʰwɤ˧-qo˥ | tɕʰɯ˧-bi˧-zo˧pi˧-zo˥!" |
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | kʰɤ˧-ʈʂʰɯ˧ tʰi˧-qo˥-hĩ˩, | <ʈʂʰɯ˧…> ʈʂʰɯ˧ | pi˧-kv̩˩-mæ˩! |
tʰi˩˥, | kʰɤ˧ ʈʂʰɯ˧-ɭɯ˧ | gɤ˩-ʑi˧! | tʰi˩˥, | ɬo˧tɑ˧ tɕi˥. | v̩˧ ʈʂʰɯ˧-ɭɯ˧ | gɤ˩-ʑi˧, | ɬo˧tɑ˧ tɕi˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, |
ʈʂʰɯ˧-ɳɯ˧ | ŋwɤ˧qo˥ | tʰv̩˧-qo˧, | ʁɑ˧pv̩˧ ʈʂʰɯ˧-qo˧, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-tv̩˧-zo˥! |
lo˩dʑo˥ pʰv̩˩-ɲi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!
lo˩dʑo˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | mv̩˩tɕo˧ pʰv̩˧-le˧-hɯ˧˥, | ŋwɤ˧qo˥ tʰv̩˧-qo˧ tv̩˧˥, | lo˩dʑo˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | mv̩˩tɕo˧ pʰv̩˧-kwɤ˥tɕɯ˩-ɳɯ˩, | "qʰʰʰʰ… ə!" pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.
wɤ˩˥, | ʈʂʰɯ˧ le˧-ɖwæ˩-kʰɯ˩, | wɤ˩˥ | ɬo˧tɑ˧ ɖɯ˧-tɑ˧ ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tʰi˩˥, | wɤ˩˥, | lo˩… | wɤ˩˥, | lo˩dʑo˥ | ɖɯ˧-ʂɯ˩-pʰv̩˩-dʑo˩, | "qʰʰʰʰʰ…ə!" pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tʰi˩˥, | hĩ˧-dʑo˩, | le˧-ɖwæ˩ | pʰo˩-ho˩˥ | -dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧-v̩˧-ɳɯ˩ | "tʰɑ˧-pʰo˩!" pi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩.
"tʰɑ˧-pʰo˩! | tʰɑ˧-pʰo˩! | njɤ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | dzɯ˧-ɲi˥, | no˧… <ɖɯ˧-p… > ɖɯ˧-pʰv̩˧-ɻ̍˧-pi˥-zo˩, | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ tʰi˧-tv̩˧-zo˥!" |
tʰi˧-tv̩˧-zo˥ | tʰi˩˥, | zo˩no˥, mmm… | le˧-pʰi˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧-ɲi˥-kv̩˩-dʑo˩, | ə˧tso˧ pi˧? | pi˧-dʑo˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩ | ɖɯ˧-pi˧˥ | ho˩-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩.
ʈʂʰɯ˧ mi˩zɯ˩ ʈʂʰɯ˩-v̩˩˥ | -dʑo˩, | tʰi˩˥, | pʰæ˧tɕi˥ | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧-ki˧ bi˧-ʂv̩˧ɖv̩˧! |
ɑ˩ʁo˧-ɳɯ˧ | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧˥ | -ki˩ | mɤ˧-ki˧! |
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | -zo˩! | tʰi˩˥, | ə… ɖɯ˧-ʑi˩-ki˩ ki˩! tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧-v̩˧-dʑo˩ tʰi˩˥, | le˧-sɯ˥-dʑo˩, | nɑ˧nɑ˥, | ʈʂʰɯ˧ ə˧tso˧ ʝi˧, | ʈʂʰɯ˧ | ɑ˩ʁo˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | li˧, | li˧, | li˧, | le˧-li˧-hɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-do˩-dʑo˩. |
le˧-do˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | gɤ˩-pʰi˧˥ | le˧-tsʰɯ˩-dʑo˩, | gɤ˩-pʰi˧˥ | le˧-tsʰɯ˩-dʑo˩, | tʰi˩˥, | le˧-sɯ˩-ɲi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩! | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧˥ | ɑ˩ʁo˧ | le˧-pʰo˩, | le˧-pʰo˩-ɲi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!
le˧-pʰo˩-dʑo˩, | tʰi˩˥, | le˧-hɯ˩-dʑo˩, | <zo˧… mɤ…> mv̩˩zo˩ ʈʂʰɯ˩-ʑi˩˥ | ɑ˩ʁo˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩:
tʰi˩˥, | mv̩˩zo˩˥ | ɑ˩ʁo˧ ʈʂʰɯ˧-ʑi˧-ɻ̍˧-ɳɯ˥, | "mɤ˧-ʝi˧!" |
"ʈʂæ˧ʈʂɯ˧, | no˧ ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | pi˧, | hĩ˧ ʈʂʰɯ˧-ʑi˥-ki˩ | pi˧-zo˧-ʝi˧!" | pi˧-dʑo˩, | ə˩-gi˩! |
tʰi˩˥, | "pʰæ˧tɕi˥… mmm… tʰv̩˧-v̩˧-lɑ˩, | no˩=zɯ˧˥ | ʁo˧dɑ˧ | ɖʐv̩˧ ʝi˧-bi˧ pi˧-hĩ˧ ʈʂʰɯ˧-v̩˧-lɑ˩ | ʈʂʰɯ˧=zɯ˩-dʑo˩, | no˩=zɯ˧˥ | mɤ˧-bi˧-ze˧, | pʰo˩-bi˩˥! | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | mv̩˩-ə˩mi˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | pi˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩.
"mɤ˧-ʝi˧! | ɖɯ˧-zɯ˧, | hĩ˧-ɳɯ˩ | no˩-dʑo˥ | si˧bv̩˧mi˧ tsɤ˧-ze˩!" | ɻ̍˩ɬo˧ʈi˥ | hɯ˧-ze˧!" | pi˧-ʝi˧; ʈʂʰɯ˧-kʰwɤ˥ | mv̩˧ʑi˩ po˩-tʰɑ˩-mɤ˩-ʝi˩! |
qʰɑ˩ne˩˥ | dzɯ˧-zo˥ | qv̩˧ʈʂæ˧ æ˥-dʑo˩, | æ˧ʂæ˧-ɳɯ˩ | dʑo˩-kv̩˩˥! |
no˧ | tʰi˧-ʐwɤ˩-tsæ˩-ɲi˩!" pi˧-zo˩ | tʰi˩˥, | ɑ˩ʁo˧ | ʈʂʰɯ˧-ɲi˧ ʑi˧˥, | <le˧-ʂæ˥-ljə˩-zo˩> [le˧-ʁwɤ˧~ʁwɤ˥-zo˩] |
ʁo˧dɑ˧, | <mv…> pʰæ˧tɕi˥-ɳɯ˩ | ʁɑ˧pv̩˧ tv̩˧-zo˥, | le˧-pʰv̩˧-hĩ˧ | tʰv̩˧-v̩˧-lɑ˩, | mi˩zɯ˩ tʰv̩˩-v̩˩˥ | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧˥ | ɑ˩ʁo˧-ə˧mi˧-ɳɯ˧ | tʰi˩˥ | pʰæ˧tɕi˥ tʰv̩˩-v̩˩<dʑo˩>[-ki˩] | "ʁɑ˩mi˧!" pi˧, | ɬo˧pv̩˥ ti˩-zo˩! |
tʰi˩˥, | "no˧, | tʰv̩˧-ki˧ tʰɑ˧-fv̩˧-ze˧! | ʈʂʰɯ˧-dʑo˧, | ʐɯ˧ ʈʰɯ˩ - hɑ˧ dzɯ˧ ɲi˥! | ʈʂʰɯ˧-ki˩ ki˩!" |
le˧-ʂɯ˧-bi˧, | ʈʂʰɯ˧ | hĩ˧-ɲi˥-ze˩! | le˧-dʑo˩-bi˩, | ʈʂʰɯ˧ | hĩ˧-ɲi˥-ze˩! |
zo˩no˥… | ə… no˧ | ʈʂʰɯ˧ | tʰɑ˧-fv̩˧! | no˧-ɳɯ˧ | ʈʂʰɯ˧ <le˧-ʁ… ə…> gɤ˩-sɯ˥ kʰɯ˩-hĩ˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | no˧ | ʁɑ˩mi˧-ze˩!" | pi˧-zo˩. | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tʰi˩˥, | mv̩˩zo˩-ɳɯ˥ | le˧-hɯ˩, | ə˧mi˧-ki˧ | le˧-hɯ˩: | "ə˧mɑ˧! kʰi˧ pʰo˧-ɻ̍˥! | njɤ˩ ɲi˩˥!" | pi˧. |
"no˧ | le˧-ʂɯ˧-ze˧, no˧ le˧-tʰɑ˧-jo˩! | mɤ˧-ɲi˩! | mɤ˧-ɲi˩!" | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | pʰæ˧tɕi˥-ɳɯ˩ | tʰi˧-tɕʰo˩ | hɯ˧-zo˩. | pʰæ˧tɕi˥, | ɖʐv̩˧ | tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩, | tʰi˧-tɕʰo˩ | hɯ˧-zo˩. |
"ə˧mɑ˧! | njɤ˧-ɳɯ˧ | ɻ̍˧bɤ˧-dʑo˧ | le˧-ʐwɤ˩-ki˩-bi˩!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.
"ɻ̍˧bɤ˧-dʑo˧ | tʰi˩˥, | qʰɑ˩ne˩ gv̩˩-hĩ˩˥, | njɤ˧-ɳɯ˧ | ʐwɤ˩-bi˩˥!" | pi˧-dʑo˩. |
tʰi˩˥, | "ɻ̍˧bɤ˧ | qʰɑ˩ne˩ gv̩˩˥ | -ɲi˩?" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tʰi˩˥, | "ɻ̍˧bɤ˧-dʑo˧, | ʈʂʰɯ˧=ɻ̍˩-dʑo˩, | lo˧ ʝi˧-hɯ˧-ze˩; | njɤ˩-dʑo˥, | no˧… | mv̩˩ | li˥-ɲi˩! | ɲi˧mi˧ qʰæ˧-ʂæ˧~ʂæ˧! | no˧-mv̩˩ | fv̩˧! | no˧-mv̩˩ | li˧! |
ʈʂʰɯ˧ | lo˧ ʝi˧-hɯ˧-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | njɤ˧…-ʈʂʰɯ˧, | no˧-mv̩˩ | li˧-bi˧!" | pi˧-zo˩, "kʰi˧-dʑo˩;
no˧-mv̩˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ə… ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | æ̃˩ʁv̩˩-tɕɤ˥-zo˩, | æ̃˩ʁv̩˩ dzɯ˩˥! |
tʰi˩˥, | njɤ˧-ɳɯ˧ | ɖɯ˧-ɻwæ˥-ki˩-dʑo˩, | æ̃˩ʁv̩˩-ɳɯ˥ | qv̩˧ʈʂæ˧ æ˥! |
tʰi˩˥, | ə… ʈʂʰɯ˧ | le˧-tsʰɯ˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | kɤ˧ʈʂɯ˩ mɤ˩-hĩ˩, | le˧-ʂɯ˧-ni˧˥, | tʰi˧-kwɤ˩! | njɤ˧ le˧-pʰo˩-ze˩!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ ə˧mi˧-ɳɯ˧: | "mɤ˧-ʝi˧! | gɯ˩-ʝi˥ gɯ˩-ɲi˥!" <qʰɑ˩… tʰi˩˥…> le˧-pʰo˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | no˧-ʈʂʰɯ˧ | qʰɑ˩ne˩ ʝi˥?" | pi˧-dʑo˩, | "ʈʂʰɯ˧=ɻ̍˩ | tʰi˩˥, |
hĩ˧ | le˧-ʁɑ˥-ʂe˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | tʰi˩˥, | le˧-gv̩˧~gv̩˥, |
tʰi˩˥, | ʈæ˧bɤ˧ | le˧-ʁɑ˥-ʂe˩, | tv̩˧qʰv̩˧-qo˧ | tʰi˧-kʰɯ˧-hɯ˥-ze˩", | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩. |
tʰi˩˥, | hæ̃˧qʰv̩˥ ɖɯ˩-hɑ̃˩-dʑo˩, | njɤ˧ | le˧-wo˧-kʰi˥; |
ʈʂʰɯ˧ | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | le˧-ʑi˧-ze˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | njɤ˧-ɳɯ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-ɲi˩: |
ʂɯ˧-hɑ̃˧ gv̩˧, | ɖɯ˧-ɲi˥~ɖɯ˩-ɲi˩ | njɤ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-ɲi˩", | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.
mmm… tʰi˩˥, | "ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-dʑo˩, | tʰi˩˥, | no˧… | mv̩˩˥ | -dʑo˩, | njɤ˧ | do˩-hĩ˥ | mɤ˧-sɯ˥!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.
njɤ˧ | do˩-hĩ˥ | mɤ˧-sɯ˥, | tʰi˩˥, | njɤ˧-ɳɯ˧ | lo˩dʑo˥ pʰv̩˩-ze˩!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩. |
lo˩dʑo˥-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | <l…> dʑɤ˩˥ | pʰv̩˧-mɤ˥-tʰɑ˩-ɲi˩-ho˩-mæ˩! | tʰi˩˥, | njɤ˧-ɳɯ˧ | lo˩dʑo˥ pʰv̩˩, | ɻ̃˧ko˩ ʑi˩-zo˩ tʰv̩˩-qo˩… | tv̩˧-ze˥!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩. |
tʰi˩˥, | to˩pv̩˧ | ɖɯ˧-ʂɯ˩ tʰi˩-tv̩˩, | mv… no˧-mv̩˩-ɳɯ˩ "qv-ɻ!" | pi˧-tsɯ˩, | njɤ˧ | wɤ˩˥ | le˧-ɖwæ˩-ze˩!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tʰi˩˥, | gi˩˥, | njɤ˧ | ɖɯ˧-ʂv̩˧ɖv̩˧-ɻ̍˥-dʑo˩, | qv̩˧ʈʂæ˧ æ˥-hĩ˩-ɳɯ˩, | njɤ˧ | do˩˥; |
ʈʂʰɯ˧ | ʂɯ˧-dʑo˧ mɤ˧-ʝi˧! | njɤ˧ | wɤ˩˥ | ə˧tso˧ ʝi˧, | tʰi˧-ʝi˥-kʰɯ˩!" | ʂv̩˧ɖv̩˧-zo˩, | wɤ˩ ɖɯ˧-ʂɯ˥ pʰv̩˩! | wɤ˩˥ | "qv-ɻ"! | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tʰi˩˥, | so˧-ʂɯ˧-qo˧ tʰv̩˧-dʑo˧, | æ̃˩ʁv̩˩˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ | gɤ˩-pʰi˧ le˧-tsʰɯ˧˥!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.
æ̃˩ʁv̩˩˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ | gɤ˩-pʰi˧ le˧-tsʰɯ˧˥ | -dʑo˩, | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧-ɳɯ˧-dʑo˥, | "tʰv̩˧ne˧ ʝi˥-ze˩, | no˧ | ʁɑ˩mi˧-ze˩!" pi˧, | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tʰi˩˥, "ʁɑ˩mi˧-ze˩!" | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ɲi˧-kv̩˧˥ | <ʈʂʰɯ˧…> ʈʂʰɯ˧=ɻ̍˩-dʑo˩, | hĩ˧ | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | le˧-ʑi˩~ʑi˩; |
<æ̃˩˥…> tv̩˧tsʰɯ˧ | ʈʰææ̃˧˩ | æ˩ ʈwɤ˧-ho˩-hĩ˩ | ʈʰæ˧æ˧-qo˥ | ɖɯ˧-ʝi˧ ɲi˩-ho˩-ze˩. |
le˧-ʑi˧-ŋv̩˥, | tsʰo˩ ʑi˩˥, | di˩ mɤ˩-ʑi˩-pi˥, | tsʰo˩ ʑi˩˥, | di˩ mɤ˩-ʑi˩-pi˥ | tʰi˩˥, | hĩ˧-dʑo˩ | le˧-ʑi˧˥, | mv̩˧di˧˥ | -dʑo˩ | ʑi˧-mɤ˥-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!
no˧ tʰv̩˧-ʈʂæ˧-qo˩ tʰv̩˩-ze˩!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tsʰo˩ ʑi˩˥, | di˩ mɤ˩-ʑi˩-hĩ˥-qo˩ tʰv̩˩-ze˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | -zo˩,
mmm… ə… æ̃˩ʁv̩˩˥ | gɤ˩-pʰi˧ le˧-tsʰɯ˧˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | njæ˧=zɯ˩ | <nj…> njɤ˧ dʑi˧hṽ̩˥ | le˧-po˧˥ | kʰi˧-ze˥! | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.
ə… pʰæ˧tɕi˥ | tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩ | dʑi˧hṽ̩˧ | ɖɯ˧-dzi˩ po˩! | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥, | dʑi˧hṽ̩˥ | mɤ˧-dʑo˧-ɲi˥-ze˩-mæ˩!
pʰv̩˩-tɕæ˩-ɻæ˥ po˩-ɳɯ˩-dʑo˩, | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | <ni˧fv̩˥-qo˩ kʰɯ˩-ze˩> [ʂɯ˧dʑi˧-qo˧ kʰɯ˧-ze˥], | le˧-tsɯ˧~tsɯ˧-ɲi˥-ze˩-mæ˩! |
tʰi˩˥, | "njɤ˧-ɳɯ˧ | dʑi˧hṽ̩˥ | ɖɯ˧-dzi˩ po˩-kʰi˩; | tʰi˩˥, | dʑi˧hṽ̩˧ tʰv̩˧-dzi˧˥ | tʰi˧-mv̩˧-kʰɯ˧˥! |
"njæ˧=zɯ˩ | nɑ˧~nɑ˥ | tʰi˩˥ | njɤ˧ | le˧-pɤ˥~pɤ˩, | le˧-pʰo˩-ze˩!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩. |
le˧-pʰo˩, | le˧-pʰo˩ | tʰi˩˥, | ɑ˩ʁo˧ | no˧sɯ˩kv̩˩-kʰi˩-qo˩ tʰv̩˩-ho˩-dʑo˩, | tʰi˩˥, | no˧sɯ˩kv̩˩-ki˩ | le˧-tsʰɯ˩-dʑo˩; |
mv̩˩-ɳɯ˥: "ə˧mɑ˧!" | pi˧-dʑo˩, | "no˧-ɳɯ˧… no˧ ɲi˩-ɲi˥?" | pi˧, | "njɤ˩-dʑo˧, | ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩ ɲi˩!" | pi˧, |
"tʰɑ˧-ʐwɤ˩-ɻ̍˩! | njɤ˧ | ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩ | le˧-ʂɯ˧-ɲi˥-ze˩! | ʁɑ˩mi˧! | le˧-ʂɯ˧ | ɖɯ˧-ɲi˧ hɑ̃˧ gv̩˥-ze˩!" |
no˧ | ʁɑ˩mi˧ | gɯ˩-ʝi˥ | <le˧…> ə˧tso˧ | ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩ ɲi˩? |
no˧ | tʰɑ˧-ʐwɤ˩-ɻ̍˩! | njɤ˧ | ɖwæ˩-zo˥ | mɤ˧-tʰɑ˧˥!" | pi˧, | le˧-wo˧-hɯ˧, | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tʰi˩˥, | zo˧ tʰv̩˧-v̩˧ ɳɯ˩: | ə… zo˧ tʰv̩˧-v̩˧-dʑo˩, | ʈæ˧ʂɯ˧-no˩bv̩˩ mv̩˩ʈʂæ˩-hĩ˩ | ɖɯ˧-v̩˧ ɲi˩-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩. m!
ʈæ˧ʂɯ˧-no˩bv̩˩ mv̩˩ʈʂæ˩-hĩ˩ | ɖɯ˧-v̩˧-ɳɯ˧: | ə… <o!! tʰi˩˥, ʈ…> no˧bv̩˥ | pi˧-tsɯ˩. |
"ə˧mɑ˧! njɤ˧ | no˧bv̩˥ ɲi˩!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩. "njɤ˧ | no˧bv̩˥ ɲi˩!" | pi˧-dʑo˩, |
"no˧ | zo˩qo˧ no˩bv̩˩?" | pi˧-dʑo˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | njæ˧=zɯ˩, ʁɑ˩mi˧! | no˧sɯ˩kv̩˩ | ʈʂʰɯ˧ hĩ˧-ki˧ | mɤ˧-ki˧-sɯ˩-dʑo˩, | njæ˧=zɯ˩ | ɖwæ˧˥ | fv̩˧fv̩˩ ɲi˩-dʑo˩! | no˧sɯ˩kv̩˩ | njɤ˧-ki˧ mɤ˧-ki˧-hĩ˧ | no˧bv̩˥ ɲi˩!" | pi˧-dʑo˩. |
"no˧bv̩˥… | no˧bv̩˥… | no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩, | no˧ | gɯ˩-ʝi˥ gɯ˩ ɲi˥!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.
ə, ʈæ˧ʂɯ˧ | pi˧-mɤ˧-ɲi˥-ze˩! | no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩ pi˩-ɲi˩! |
"no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩! | no˧ | gɯ˩-ʝi˥ gɯ˩-wɤ˥!" | pi˧-dʑo˩, |
"ə˧mɑ˧, | gɯ˩-ʝi˥ gɯ˩!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tʰi˩˥, | gɯ˩-ʝi˥ gɯ˩-pi˥, | tʰi˩˥, | ə˧mi˧-ɳɯ˧ | <mv̩˩˥…> "mɤ˧-ʝi˧-ze˧! | no˩-dʑo˥, ə… zo˩no˥, | le˧-ʂɯ˧-zo˩, | tɕʰɯ˧si˩-dʑɤ˩pv̩˩-ki˩ ɖɯ˧-tʰv̩˧-ɻ̍˩ hɯ˩-ɲi˩-ze˩! | le˧-sɯ˧-tʰɑ˧-jo˧˥!" | pi˧-zo˩, | le˧-jo˩-mɤ˩-kʰɯ˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!
tʰi˩˥, | zo˧hṽ̩˧ ʈʂʰɯ˧-v̩˧-ki˥-dʑo˩, | tʰi˩˥, | "no˧ le˧-jo˩!" | pi˧-zo˩.
zo˩no˥, | njæ˧sɯ˩kv̩˩-dʑo˩, | tɕʰɯ˧si˩-dʑɤ˩pv̩˩-ki˩, | le˧-tʰv̩˧-pi˧, | ʂɯ˧-hɑ̃˧ gv̩˧-ɳɯ˩, | gɤ˩ʈʂʰwæ˧-zo˩, | le˧… le˧-jo˩-kv̩˩-pi˩-zo˩. |
ʂɯ˧-hɑ̃˧ mɤ˧-gv̩˧, | le˧-jo˩-kʰɯ˩-mɤ˩-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!
no˧ | le˧-ʂɯ˧ | le˧-sɯ˩-ɲi˩-pi˩-zo˩, | tʰi˩˥, | ʂɯ˧-hɑ̃˧ gv̩˧-ɳɯ˩, | le˧-jo˩-zo˩-kv̩˩-pi˩-zo˩; | tʰi˩˥, | ə˧mi˧ | le˧-jo˩-mɤ˩-kʰɯ˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!
tʰi˩˥, | le˧-jo˩-mɤ˩-kʰɯ˩, | zo˧ tʰv̩˧-v̩˧-ki˧ | ɖɯ˧-bæ˧~ɖɯ˧-bæ˧ | le˧-mv̩˩do˩, | le˧-mv̩˩do˩, | le˧-mv̩˩do˩-dʑo˩ | tʰi˩˥,
zo˧-ɳɯ˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥… | ɖʐv̩˧… | pʰæ˧tɕi˥ | ʈʂʰɯ˧-v̩˧-ɳɯ˩ | fv̩˧ le˧-ʐwɤ˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | ə˧mi˧ <ɕjæ˧ɕi˩-tsɯ˥ | mv̩˩> gɯ˩-ʝi˥ gɯ˩ ʂv̩˩ɖv̩˩˥! |
tʰi˩˥, | ə˧mi˧-dʑo˩ | gɯ˩-ʝi˥ gɯ˩ | ʂv̩˧ɖv̩˧-zo˩! |
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧-ʑi˥-ki˩ <kʰi˩->hɯ˩-tsɯ˩ | -mv̩˩! | <ə˧mi˧-ɳ…> ə˧mi˧-ɳɯ˧! |
mv̩˧ | tʰi˧-ki˩-hĩ˩ | ʈʂʰɯ˧-ʑi˥-ki˩! |
ʈʂʰɯ˧-ʑi˥-ki˩ hɯ˩-dʑo˩, | mv̩˩ ʈʂʰɯ˩-ʑi˩-ɻ̍˥, | ə˧mi˧-ki˧: |
"ə˧mi˧=ɻæ˩! | ə˩zɯ˩˥ | ɖɯ˧-zɯ˧ | qʰwæ˧kʰwɤ˧ tsɤ˧-ze˩!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tʰi˩˥, | ə˧tse˧ ʝi˧? | ə˩zɯ˩˥, | ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩-ɳɯ˩ | ɖɯ˧-zɯ˧ | qʰwæ˧kʰwɤ˧ tsɤ˧-ze˩-mɤ˩-ze˩!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tʰi˩˥, | ə˧sɯ˩kv̩˩, | æ˧ʂæ˧-dʑo˩, | ɖɯ˧-zɯ˧ | qʰwæ˧kʰwɤ˧ | æ˧ʂæ˧-tɑ˩mv̩˩ tsɤ˩-ho˩-ze˩, ə˩-gi˩! | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ ə˧mi˧-ɳɯ˧: | ə˧tso˧ ʝi˧-zo˥, | æ˧ʂæ˧-tɑ˩mv̩˩ tsɤ˩-ɲi˩?" | pi˧-dʑo˩, |
"ʁɑ˩mi˧! | njɤ˧ | ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | no˧sɯ˩kv̩˩ | tʰv̩˧-ɲi˧ | lo˧ ʝi˧-hɯ˧-tsɯ˩; |
ɑ˩ʁo˧ | mɤ˧-dʑo˩-tsɯ˩; | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ | ʁɑ˩mi˧! | ɖɯ˧-pi˧˥ | tsɤ˧ʁo˧-tsʰi˧ʁo˥ tsʰi˩-kv̩˩", | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.
ɑ˩ʁo˧-ɳɯ˧ | ɖɯ˧-pi˧˥ | <tsɤ˧ʁo˧-tsʰi˧kv̩˥…> tsɤ˧ʁo˧-tsʰi˧ʁo˥ tsʰi˩-kv̩˩, | hĩ˧-bv̩˧ <lo˧…> hɑ˧ tʰi˧-gv̩˩-ze˩-gɤ˩, | tʰi˧-ʈʂwɤ˥~ʈʂwɤ˩ tʰi˩-dzɯ˩-kv̩˩!" | pi˧-zo˩. | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩!
tʰi˩˥, | "ʁɑ˩mi˧! | tʰv̩˧-ɲi˧, | ə˧tso˧ dzɯ˧? | njɤ˧sɯ˩kv̩˩-dʑo˩, | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | lo˧ ʝi˧-kʰi˩! | njɤ˧sɯ˩kv̩˩, | ʐo˩ mɤ˥-gv̩˩-sɯ˩!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tʰi˩˥, | "ʁɑ˩mi˧! | ʁo˧dɑ˧, | no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩<-dʑo˩-ɳɯ˩>-lɑ˩ | ʈʂʰɯ˧=zɯ˩ | fv̩˧~fv̩˩ ɲi˩-dʑo˩…" |
tʰi˩˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | ə˧dɑ˧-ə˧mi˧-ʈʂʰɯ˧, | <ɲi˩˥ | -ki˧ ki˩, | ɲi˩˥ | -ki˧ ki˩-lɑ˩-ɲi˩-mæ˩!> [ɲi˩˥ | -ki˧ ki˩-bi˩-ni˩-gv̩˩, | ɲi˩˥ | -ki˧ ki˩!] |
no˧ fv̩˧-bi˧, | ɖɯ˧-ʑi˩ | ʝi˧-kʰɯ˩-mɤ˩-kv̩˩-mæ˩! |
tʰi˩˥, | ə… no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩ | ʈʂʰɯ˧=zɯ˩-dʑo˩ | ɖwæ˧˥ | fv̩˧~fv̩˩-ɲi˩-dʑo˩, | ə˩zɯ˩˥… | njæ˧sɯ˩kv̩˩… | ə˧sɯ˩kv̩˩… | no˧=ɻ̍˩ | njɤ˧=ɻ̍˩ fv̩˩, | njɤ˧=ɻ̍˩ | no˧=ɻ̍˩ fv̩˩, | no˧-ki˧ ki˩-dʑo˩;
"tʰi˩˥, | ʁɑ˩mi˧! | tɕʰɤ˧ɲi˧-ni˧˥, | no˧-ki˩ ki˩-se˩-lɑ˩, | no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩-dʑo˩ | no˧-ki˩ hɯ˩-pʰæ˩-di˩!" |
"mv̩˩zo˩ li˥-hɯ˩-pʰæ˩-di˩-dʑo˩, | tʰv̩˧-ɲi˧-dʑo˩, | tɑ˧~tɑ˧ | æ̃˩ʁv̩˩ dzɯ˩-ʁo˥to˩-dʑo˩, | tʰv̩˧-ɳɯ˧ | le˧-li˧-zo˩ | tʰi˩˥, | ɖɯ˧-ɻwæ˧-pʰæ˧-di˥-dʑo˩, | æ̃˩ʁv̩˩-ɳɯ˥ | qv̩˧ʈʂæ˧ æ˥-tsɯ˩! |
tʰi˩˥, | so˧-hɑ̃˧ gv̩˥ | ɖɯ˧-hɑ̃˧˥ | -dʑo˩, | no˧sɯ˩kv̩˩ | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | le˧-ʑi˧˥, | ʈʂʰɯ˧-ɳɯ˧ | hæ̃˧qʰv̩˥-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧ tʰi˧-nv̩˧-hĩ˧-qo˩ | tʰi˩˥, | ʁɑ˩mi˧! | ə… lo˩dʑo˥ pʰv̩˩, |
lo˩dʑo˥ pʰv̩˩-ʁo˩to˩-dʑo˩, | ŋwɤ˧qo˥ | le˧-ʑi˩, | ə… ʁɑ˧pv̩˧-ʁo˧to˩ tv̩˩-dʑo˩, | tʰi˩˥, | æ̃˩ʁv̩˩˥ | gɤ˩-pʰi˧ le˧-tsʰɯ˧-tsɯ˥! |
tʰi˩˥, | tʰv̩˧-qo˧ tʰv̩˧-dʑo˧, | hæ̃˧qʰv̩˥ | tʰi˩˥, | no˩-ɳɯ˥-dʑo˩, | dʑi˧hṽ̩˥ | ɖɯ˧-dzi˩ po˩-kʰi˩; |
dʑi˧hṽ̩˥ | tʰi˧-mv̩˧-kʰɯ˧-zo˥, | ʁɑ˩mi˧! | le˧-pʰo˩-ze˩-tsɯ˩. |
ə˧sɯ˩kv̩˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | njɤ˧-ɳɯ˧ | ɑ˩ʁo˧ | no˧sɯ˩kv̩˩-ki˩, | ʁɑ˩mi˧! | ʐwɤ˩-mɤ˩-tsʰɯ˩˥!" | pi˧-dʑo˩, | "njɤ˧-mv̩˩-dʑo˩, | no˧-ki˩ ki˩-ɲi˩-ze˩! |
le˧-ʂɯ˧-bi˧, | no˧ | hĩ˧ tsɤ˧-tso˧-ɲi˥! | le˧-dʑo˩-bi˩, no˧ | hĩ˧ tsɤ˧-tso˧-ɲi˥! |
tʰi˩˥, | hĩ˧-ɳɯ˩-dʑo˩, | ɖɯ˧-zɯ˧ qʰwæ˧kʰwɤ˧ tsɤ˧-ʝi˧! |
"ə˧mi˧! | ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩ ʈʂʰɯ˩-dʑo˩ | ʈʂʰɯ˧-ki˩ ki˩<-dʑo˩>[-zo˩], | ɻ̍˩ɬo˧ʈi˥ | hɯ˧-ze˧", | pi˧-ʝi˧! |
"tv̩˧qʰv̩˧-qo˧ | hĩ˧ tʰi˧-mɤ˧-dʑo˧", | pi˧-ʝi˧!
"mmm… ʁɑ˩mi˧! | ə˧mi˧=ɻæ˩! | ə˩-sɯ˧kv̩˥, | dʑɤ˩-ɳɯ˧ qʰwɤ˧-ɳɯ˧, | qʰwɤ˩ɖɯ˩˥ | v̩˩dze˩ tsɤ˩-ze˥! |
ə… qʰwɤ˩ɖɯ˩˥ | mɤ˧-to˩, | le˧-to˩-ze˩! | njɤ˧-mv̩˩zo˩-dʑo˩, | ʁɑ˩mi˧! | ʈʂʰɯ˧ne˧ gv̩˧-ɲi˥-tsɯ˩! |
no˧=ɻ̍˩, | le˧-ʂɯ˧-ze˧, | tʰɑ˧-pi˧-ɻ̍˥! |
le˧-ʂɯ˧ le˧-wo˧-tsʰɯ˧˥ | tsʰɯ˩-pi˩, | ə˩-sɯ˧kv̩˥, | tʰi˩˥, | æ̃˩ʁv̩˩ dzɯ˩ tʰv̩˩-kʰwɤ˩˥, | hĩ˧-ki˧ | tʰɑ˧-pi˧-ɻ̍˥! |
le˧-ʂɯ˧ le˧-wo˧-tsʰɯ˧-ze˥ | pi˧! | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-ʐwɤ˩-ɻ̍˩! |
tʰi˩˥, | mv̩˩zo˩˥ | -dʑo˩, | ʁɑ˩mi˧! | ʂɯ˧-hɑ̃˧ | mɤ˧-gv̩˧-dʑo˩, | ɑ˩ʁo˧ | le˧-jo˩ | tsɤ˧-mɤ˧-ʝi˧-pi˧-zo˥! | njɤ˧-ɳɯ˧ | le˧-jo˩-mɤ˩-kʰɯ˩-ze˩! |
ʁɑ˩mi˧! | tʰv̩˧-ɲi˧-dʑo˩, | æ̃˩ʁv̩˩ dzɯ˩˥ | -ɲi˩-dzɯ˩!" | pi˧, | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧˥ | ə˧mi˧-ɳɯ˧: | "ə˧mi˧!" |
tʰi˩˥, | le˧-ʂɯ˧-ze˧-pi˧-zo˥, | hĩ˧-ki˧ | le˧-ʐwɤ˩-ze˩-dʑo˩, | <tʰv…> ə˩zɯ˩˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧ gv̩˧-ze˥-dʑo˩, | ljɤ˩-ɳɯ˥ | dʑo˧-ɲi˥-ʝi˩-ze˩! |
mmm… ʁo˧dɑ˧, | no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩ | ʈʂʰɯ˧ fv̩˧! | tʰi˩˥, | ə˧zɯ˩, | no˧sɯ˩kv̩˩-ɳɯ˩, | njɤ˧=ɻ̍˩-ɳɯ˩, | no˧-mv̩˩ | fv̩˧-pi˧, | no˧=ɻ̍˩-ɳɯ˩, | njɤ˧-zo˧ | fv̩˧-pi˧, | <ə˧zɯ˩-ʈʂʰɯ˩….> ə˩-sɯ˧kv̩˥ | fv̩˧~fv̩˩-ɻ̍˩, | ɖɯ˧-ʑi˩ ʝi˩ kʰɯ˩-ɲi˩-ze˩, |
tʰi˩˥, | zo˩no˧-dʑo˥, | ə… mɤ˧-tsɤ˧-bi˧, | njɤ˧ | hĩ˧ tsɤ˧-ɲi˥-ze˩! | no˧ | ɑ˩ʁo˧ | ʈʂʰo˧do˩ le˧-ʈʂʰo˧-ɲi˥-ze˩! |
zo˩no˥, | le˧-sɯ˩-bi˩, | njɤ˧ | hĩ˧ ɲi˥-ze˩! | le˧-ʂɯ˧-bi˧, | njɤ˧ | hĩ˧ ɲi˥-ze˩! |
le˧-ʂv̩˧ le˧-po˧-jo˧-zo˧-ʝi˧!" | pi˧-zo˩, | tʰi˩˥, | le˧-ʂv̩˧-hɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩! |
le˧-ʂv̩˧-hɯ˧-dʑo˧, | mv̩˩zo˩ tʰv̩˩-v̩˩˥ | -dʑo˩, | le˧-ʂɤ˧do˧-zo˥, | le˧-ʂɤ˧do˧-zo˥! |
ʂɯ˧-hɑ̃˧˥, | gɤ˩-ʈʂʰwæ˧-dʑo˥, | gɤ˩-ʈʂʰwæ˧-ʁo˧to˩-dʑo˩ | <mɤ˧-t…> ɖɯ˧-pi˧˥ | mɤ˧-ɳɻ̍˧~ɳɻ̍˧ ʂe˧~ʂe˧ gv̩˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tʰi˧-dzi˩ | tʰi˧-ʂv̩˧ɖv̩˧~tʰi˧-ʂv̩˧ɖv̩˧-dʑo˩, | ʂɤ˧do˧-tsɯ˥ | mv̩˩! |
ʂɤ˧do˧-zo˥! | "wɤ˩˥ | le˧-hɯ˩-dʑo˩, | tʰv̩˧-ɲi˧, | ɖɯ˧-ʂɯ˩ | ʂɯ˧-bi˧-ze˧! |
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | -dʑo˩, | tʰɑ˧-mɤ˧-ʝi˧-ze˩! | njɤ˧ | ɖɯ˧-zɯ˧ | qʰwæ˧kʰwɤ˧ tsɤ˧-ʝi˧-ze˧!" | pi˧, |
tʰi˩˥, | "æ˧ʂæ˧ qʰwɤ˧˥ | -dʑo˩, | dʑo˧-kv̩˧˥! | hĩ˧ | ɖɯ˧-v̩˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | æ˧ʂæ˧ qʰwɤ˧˥ | ɖɯ˧-kʰwɤ˧ dʑo˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | <hĩ˧> tsɤ˧-ɲi˥!"
no˧ tʰɑ˧-ʂɯ˧!" pi˩-ɲi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩, | zo˧ ʈʂʰɯ˧-ʑi˧˥ | ə˧mi˧-ɳɯ˧. | "tʰɑ˧-ʂɯ˧!" |
ə˧zɯ˩ | zo˩no˥ | zo˧ ʐɤ˧-tso˧-ɲi˥, | mv̩˩ ʐɤ˩-tso˩-ɲi˥! |
ʑi˧dv̩˧ ʝi˧-tso˧-ɲi˥! | ʂɯ˧-mɤ˧-ɖo˧! |
no˧ | le˧-ʂɯ˧-le˧-wo˥-tsʰɯ˩-hĩ˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | zɯ˧ ʂæ˧-hĩ˧-ɲi˥-ze˩! |
njɤ˧ | hĩ˧ tsɤ˧-tso˧-ɲi˥! | ʂɯ˧-dʑo˩, | no˧ ʂɯ˧-tʰɑ˧-ʂv̩˧ɖv̩˧! | ʂɤ˧do˧˥ | mɤ˧-zo˧! |
æ˧ʂæ˧-dʑo˩, | qʰwɤ˧˥ | -dʑo˩, | ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩ | æ˧ʂæ˧-qʰwɤ˧˥, | æ˧ʂæ˧-qʰwɤ˧-pi˥-hĩ˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-v̩˧ | wɤ˩˥ | æ˧ʂæ˧-qʰwɤ˧˥ | ɖɯ˧-kʰwɤ˧ ɲi˥-ze˩! |
mmm… tʰi˩˥, | "no˧ | mɤ˧-ɖwæ˩!" | pi˧-zo˩; | zo˧ ʈʂʰɯ˧-ʑi˧˥ | ə˧mi˧-ɳɯ˧ | le˧-ʂv̩˧-hɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!
le˧-ʂv̩˧-hɯ˧-dʑo˧, | tʰi˩˥, | zo˧ ʈʂʰɯ˧-v̩˧-ki˧ tʰv̩˧-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | wɤ˩˥, | ɖwæ˧˥ | ʂɤ˧do˧ ʝi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!
ɑ˩pʰo˩˥ | mɤ˧-tʰv̩˧, | tɕʰɤ˧ɲi˧-ni˧˥ | le˧-ŋv̩˩ | le˧-ʑi˧-tsɯ˥ | mv̩˩! |
le˧-ŋv̩˩ | le˧-ʑi˧˥, | le˧-ʑi˧˥, | le˧-ʑi˧-dʑo˥ | tʰi˩˥, | zo˧ | tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩: | "mɤ˧-ɖwæ˩! | æ˧ʂæ˧ qʰwɤ˧˥ | dʑo˧-ɲi˥! |
mi˩zɯ˩-ʈʂʰɯ˥ | tsɤ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ə… æ˧ʂæ˧-ɳɯ˩ | dʑo˧-ɲi˥! |
ə… hĩ˧ mɤ˧-do˧˥, | dzɯ˧-bi˧-pi˧-hĩ˧, | dʑo˧-kv̩˥-ɲi˩! | no˧ | ɖwæ˩-mɤ˧-zo˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩! |
no˧ | so˧-hwɤ˩, | ə˧-dzɤ˧~dzɤ˥… | zo˩no˥, | tʰɑ˧-dzɯ˥, | le˧-tsɤ˧-ʝi˧!" | pi˧-zo˩, | zo˩no˥, |
njæ˧sɯ˩kv̩˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | ɑ˩ʁo˧-ʈʂʰɯ˧, | mmm… ʁæ˧-mɤ˧-ʑi˧, | dzɯ˧ mɤ˧-ɖo˧! | dzɯ˧ mɤ˧-ɖo˧ | pi-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | <õ…> ʈʂʰɯ˧-v̩˧-bv̩˧ | tɑ˩mv̩˩-ɲi˥-ze˩! |
"ʁæ˧-mɤ˧-ʑi˧, <tʰɑ˧…>| hĩ˧ mɤ˧-do˧˥, | hɑ˧ dzɯ˧-mɤ˧-ɖo˧!" |
"hĩ˧ mɤ˧-do˧˥, | hɑ˧ dzɯ˧-mɤ˧-ɖo˧!" | pi˧-zo˩, | ə˧mi˧=ɻæ˩-ɳɯ˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥ | -mæ˩! | æ˧ʂæ˧-qʰwɤ˧˥ | ʐwɤ˩-ɲi˥! |
ə… "ʐwɤ˩-mɤ˩-kv̩˩˥ | -dʑo˩, | so˩-kʰwɤ˩˥! | tsɤ˧-ɻ̍˧ ʑi˩-mɤ˩-ʁo˩-dʑo˩, | so˩-ɻ̍˩"-pi˥! |
hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ʐwɤ˩-mɤ˩-kv̩˥-hĩ˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | ʁæ˧-mɤ˧-ʑi˧ | so˩-kʰwɤ˩ ʐwɤ˩˥, | hĩ˧-ɳɯ˩ | dv̩˩-kv̩˩-tsɯ˥ | mv̩˩! |
tʰi˩˥, | dzɯ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | <so…> ə… tsɤ˧ | le˧-ʐwæ˩-hĩ˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | so˩-kʰwɤ˩ dzɯ˩˥ | -dʑo˩… | so˩-ɻ̍˩-pi˥-kv̩˩-mæ˩, | so˩-kʰwɤ˩ ʈʂʰɯ˥-dʑo˩! |
"tsɤ˧-ɻ̍˧ | <ʑ… ɖɯ> ʑi˩-mɤ˩-ʁo˩˥, | pi˧-dʑo˩, | so˩-ɻ̍˩"-pi˥-kv̩˩-mæ˩! | so˩-kʰwɤ˩-dzɯ˩-hĩ˩˥ | -ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | ɖɯ˩lo˧ dʑo˧-ɲi˥! |
mmm… "no˧ | ʂɤ˧do˧-mɤ˧-zo˧"-pi˥-zo˩, | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧=ɻ̍˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-ʂv̩˧ le˧-po˧-hɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!
tʰi˩˥, | <zo˧-ʈʂʰɯ˧-ʑi-pɤ…> zo˧-tʰv̩˧-v̩˧-pɤ˩-to˩, | tʰi˩˥, | ɖɯ˧-zɯ˧ | tʰi˩˥ | <mi˩z…> ʈʂʰɯ˧-ʑi˧=ɻ̍˧-ɳɯ˥, | "ʁɑ˩mi˧-ze˩-ɳɯ˩ | ʁɑ˩mi˧-ze˩!" | pi˧ | tʰi˩˥, |
ʁo˧dɑ˧ | fv̩˧-hĩ˧-tʰv̩˧-v̩˧, | "mɤ˧-ɖwæ˩, mɤ˧-ɖwæ˩!" | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩… | zo˩no˥, | mmm… zo˩no˥, | mv̩˩zo˩-pʰæ˥tɕi˩-pi˩-kv̩˩-mæ˩! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | ə˩-gi˩! | no˧ fv̩˧, njɤ˧ fv̩˧-hĩ˧, mv̩˩zo˩-pʰæ˥tɕi˩-pi˩-dʑo˩! |
mv̩˩zo˩-pʰæ˥tɕi˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩, | dʑo˧-kv̩˧˥! |
"njɤ˧=ɻæ˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | -zo˩, | mɤ˧-fv̩˧ | ʝi˧-mɤ˧-bi˧-ze˩! | hĩ˧ tʰi˧-dʑo˧˥ | pi˧-dʑo˩, | mɤ˧-ɖwæ˩-ɲi˩!" | ə, pi˧-zo˩! | õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-ʐwɤ˩ | tʰi˧-tɕɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!
tʰi˧-tɕɯ˥, | ʈʂʰɯ˧-ɲi˧-ʑi˧˥ | tʰi˩˥ | wɤ˩˥ | le˧-ho˧~ho˥! |
hĩ˧ ʈʂʰɯ˧-v̩˧ | tʰi˩˥, | <le˧…> gi˩˥ | -dʑo˩, | le˧-sɯ˩.
wɤ˩˥, | zo˧ dʑo˧˥, | mv̩˩ dʑo˩˥, | ʑi˧dv̩˧ ʝi˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!
tʰi˩˥, | ɑ˩ʁo˧ | ʈʰææ̃˧ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧-v̩˧-ɳɯ˩, | ʈʂʰɯ˧-v̩˧-ɳɯ˩, | æ˧ʂæ˧-qʰwɤ˧ ʝi˧-zo˥! |
ʁæ˧-mɤ˧-ʑi˧, | hɑ˧ dzɯ˧-mɤ˧-ɖo˧! | ʁæ˧-mɤ˧-ʑi˧, | hɑ˧ dzɯ˧-mɤ˧-ɖo˧! | hĩ˧ mɤ˧-do˧˥, | hɑ˧ dzɯ˧-mɤ˧-ɖo˧!" | pi˧, | õ˧-ʈʂʰɯ˧-kʰwɤ˧ | pi˧-ɲi˥-mæ˩! |
æ̃˩ʁv̩˩ dzɯ˩˥ | -ni˩, | gɤ˩-pʰi˧-kv̩˥! | pi˧-zo˩. | ʐæ˧~ʐæ˩-di˩ ʝi˩-kv̩˩-mæ˩! |
æ˧ʂæ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥! |
"Enterrée vive" (2e version), traduction libre du récit entier Nous autres les Na, on enseigne qu'il ne faut pas être trop gourmand, qu'il ne faut pas être trop avide. Et d'où est-ce que ça vient, tout ça? Eh bien, de l'histoire que je vais vous raconter. Autrefois, dans une certaine famille, voici ce qui s'est passé. Une jeune femme avait été donnée en mariage. Une fois les cérémonies du mariage passées, tout le monde s'en est retourné travailler au champ, comme à l'ordinaire. La jeune épouse est restée seule à la maison, chargée des préparatifs des repas. Quand tous les gens ont été partis, elle est allée prendre des œufs dans le pondoir, et elle se les est fait cuire. Or une des femmes de la maison (=une des 'mères': une des femmes de la génération de sa belle-mère) est revenue au moment précis où elle s'apprêtait à manger les œufs. Cette jeune femme, elle s'appelait ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩/; la mère l'a appelée: "ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩! ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩/!!" Mais on dit que la jeune fille n'a pas répondu. Alors, la mère s'est demandé: "Pourquoi donc est-ce que ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩ a filé aujourd'hui? Houlà! Il va être l'heure de manger; et voilà qu'elle a disparu!" Alors elle est allée voir dans la maison. Voilà ce qui s'est passé: la jeune femme avait mangé les œufs à toute allure, et un œuf s'était coincé dans sa gorge! La mère, voyant au fond de sa gorge des bouts de coquille d'œuf, a compris qu'elle s'était étouffée en mangeant des œufs. Elle lui a dit: "Houlà! Mais enfin, ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩, il ne faut pas faire ça! Qu'est-ce qui t'a pris? Il faut apprendre à dominer sa gourmandise! Etre gourmand comme ça, ça ne se fait pas! Si tu veux manger, nous, à la maison, on te laisserait manger ce que tu veux! Alors pourquoi donc manger des œufs comme ça, à la dérobée?" Mais la jeune femme ne répondait rien. Les gens de cette famille, ils se sont dit qu'elle était morte étouffée. Alors on a appelé les gens du village, on a fait venir tout le monde; et on s'est mis en devoir d'enterrer la jeune mariée! Or il y avait quelqu'un qui l'observait pendant qu'elle se cuisait des œufs en cachette, à ce qu'on raconte… Cette famille-là était riche; c'est pour ça qu'ils avaient pris une épouse d'une autre famille. Quand elle avait rejoint la famille, lors du mariage, on lui avait mis des bracelets en jade et des anneaux en or. C'est ainsi parée qu'on l'a enterrée! La belle-mère, elle pleurait sans cesse: "Hélas! Tu venais tout juste d'arriver chez moi, pourquoi donc as-tu agi ainsi? Qu'est-ce qu'on t'a donc fait pour que tu te sentes contrainte à dissimuler?" Elle a pleuré, pleuré, pleuré… et puis le moment est venu d'enterrer le corps. Par chez nous, les Na, autrefois, on commençait par enterrer le corps pendant un certain temps, n'est-ce pas! Après, on le ressortait de terre, et on procédait à sa crémation! La personne qui l'avait vue s'étouffer en mangeant des œufs en cachette, elle riait intérieurement, à ce que dit l'histoire! Elle se disait: "Eeeh! Elle, elle s'est étouffée avec un œuf! C'est comme ce que racontent les histoires! Elle n'est pas vraiment morte!" Une fois que les gens de cette famille ont tous été endormis, la personne qui l'avait vue, elle est allée à l'endroit où on l'avait enterrée. Nous autres les Na, autrefois, on n'enterrait pas les gens, comme les Chinois! On couvrait le fond du trou qu'on avait creusé avec une grande casserole [grand wok, de forme évasée]. Quand on avait couvert le fond du trou avec une grande casserole, on le couvrait aussi d'une hotte dorsale. Cette hotte-là, c'était une hotte abîmée, hors d'usage; nous autres, en langue na, on a le dicton suivant: "il faut transporter le cadavre dans une hotte abîmée!" Autrefois, voilà ce qu'on disait! On prend cette hotte, et on la pose à côté du corps du défunt; on prend la casserole, et on la pose à côté du corps. L'homme qui avait vu la femme manger des œufs à la dérobée, il lui a regroupé les genoux sur la poitrine, pour lui retirer ses bracelets! Il s'est arc-bouté contre ses genoux; et au moment où il lui a ainsi arraché ses bracelets, il y a eu un bruit guttural: "GGgggllloups!" Ca lui a fait peur; il s'est reculé, mais ensuite il est revenu à la charge: il a une nouvelle fois tiré sur ses bracelets pour les lui ôter. Alors, la jeune femme a à nouveau hoqueté: "GGgggllloups!" et elle a recraché l'œuf! Il s'apprêtait à s'enfuir de terreur, mais la jeune femme lui a dit: "Ne t'enfuie pas! Je m'étais étouffée; en m'arrachant mes bracelets, tu m'as appuyé là, comme ça, et ça m'a fait recracher l'œuf!" Ces deux-là, le jeune homme et la jeune femme… De quoi il retourne au juste? Eh bien, autrefois, ils s'aimaient. Cette jeune fille, elle aurait eu envie de rejoindre la maison de ce jeune homme; de se marier avec lui! Mais les gens de sa famille ne voulaient pas, et ils l'ont mariée dans une autre famille! Le jeune homme, il savait quelle famille elle avait rejoint; en cachette, il venait l'observer; il regardait ce qu'elle faisait, il épiait sans cesse; et c'est ainsi qu'il l'avait vue se cuire des œufs en cachette. Quand elle a eu recraché l'œuf coincé dans sa gorge, qu'elle est revenue à elle, ils se sont enfuis vers la maison de sa mère (=vers sa famille d'origine). Les gens de la famille, quand ils l'ont vue revenir accompagnée du jeune homme, ils lui ont dit: "Ca ne va pas! Il faut que tu dises honnêtement à ta belle-famille ce que tu as fait, que tu leur racontes! Vous deux, ça ne peut pas continuer comme ça! Si vous ne pouvez pas vous résoudre à vous séparer, disparaissez et ne revenez plus!" Voilà ce qu'ils ont dit, les gens de la famille. La mère, elle, a dit: "Quelle catastrophe! Te voilà devenue une revenante! Il ne faut surtout pas que ça se sache! Si tu t'es retrouvée avec de la nourriture coincée dans la gorge, c'est parce que tu l'as volée! La tradition nous le dit: la nourriture dont on s'empiffre en cachette, elle vous étouffe! Va t'expliquer avec ta belle-famille! Ensuite, nos deux familles vont en discuter, pour régler cette vilaine affaire!" La mère de la jeune femme, elle a imploré le pardon du jeune homme: elle l'a imploré pour qu'il renonce à elle, elle s'est prosternée devant lui, et lui a dit: "Il ne faut plus avoir ces sentiments pour elle! Elle est mariée, maintenant! Elle est son épouse! Qu'elle meure, ou qu'elle vive, elle appartient maintenant à leur famille! Tu l'as fait revivre; grand merci! Mais il ne faut plus avoir ces sentiments pour elle!" Voilà ce que la mère de la jeune femme a dit à son amoureux. Alors la jeune femme s'en est retournée à la maison de sa belle-famille, et elle a dit: "Mère! Ouvrez-moi! C'est moi!" Sa belle-mère a répondu: "Tu es morte, ne reviens plus! Non, non!" Le jeune homme, l'ami de la jeune fille, il l'accompagnait; lui aussi était résolu à ce que les choses soient dites clairement, selon le conseil donné par la mère de la jeune femme. Il a dit: "Mère! Je vais dire toute la vérité sur cette affaire!" (Note: le jeune homme s'adresse à la mère de la jeune fille comme /ə˧mɑ˧/, terme d'adresse courant pour les femmes de l'âge de sa propre mère.) "Ce qu'il en est en réalité, je vais vous le dire!" Alors, la belle-mère a demandé: "Alors, qu'en est-il en réalité? - Eh bien, en réalité, moi, j'observais votre fille, tout au long de la journée! J'aime votre fille! J'observais votre fille! Comme tous les autres étaient partis aux champs, moi, je suis allé voir votre fille!" a-t-il raconté; "comme j'étais allé là-bas, j'ai vu votre fille, ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩, qui se faisait cuire des œufs et les mangeait! Je l'ai appelée; elle a été effrayée d'être ainsi surprise en train de dérober de la nourriture, et les œufs lui sont restés dans la gorge! (Petite incohérence dans le récit: plus haut, il est dit que c'est une des femmes de la maison qui, revenant avant les autres, a provoqué la frayeur de la jeune mariée) Quand ils sont rentrés, elle ne pouvait pas parler, elle était comme morte. Alors on l'a jugée morte! Et moi je me suis enfui!" a-t-il dit. Alors, la belle-mère a dit: "Pas possible! Et après t'être enfui, qu'est-ce que tu as fait?" Il a répondu: "Tout a été préparé pour l'enterrement, tout le village a été invité; on a fait venir les moines; on a mis votre fille en terre. Alors, en pleine nuit, j'y suis retourné. Pendant qu'ils dormaient tous, voici ce que j'ai fait: je suis allé la déterrer et je lui ai ôté ses bracelets!" (Note: dans cette version de l'histoire, c'est l'ami qui vient retirer les bracelets; ce qui est un peu surprenant comme geste, de la part d'un amoureux, et suggère qu'il a peut-être usurpé le rôle d'un voleur d'une version plus ancienne. L'explication que fournit la conteuse est que ce geste un peu brutal aurait eu pour but à demi conscient de susciter un soubresaut de la jeune fille suffisamment vigoureux pour qu'elle recrache les œufs coincés dans sa gorge: à ce moment du récit, l'amoureux n'est pas encore sûr de savoir si elle est morte ou pas; il veut peut-être garder ses bijoux en souvenir d'elle, peut-être essayer de la faire revivre.) "Mais les bracelets, il était bien difficile de les lui enlever! Alors je l'ai empoignée par les tibias, et j'ai tiré de toutes mes forces pour les lui arracher! Alors le corps a eu un hoquet; ça m'a fait peur! Ensuite, en y réfléchissant, je me suis souvenu que je l'avais vue se coincer la gorge en avalant précipitamment des œufs. Je me suis dit: "Elle a pas dû mourir, en fait!", je me suis remis à lui enlever ses bijoux; et à nouveau, elle a grogné! Après trois fois, elle a recraché un œuf! Comme elle avait recraché l'œuf, elle m'a remercié de l'avoir sauvée! Le matin approchait. Je lui ai apporté des vêtements!" a dit le jeune homme. Nous autres, les Na, on n'a pas de vêtement quand on nous met dans la tombe! On met le corps dans le linceuil et on vous referme ça! Du coup le jeune homme a dû lui apporter des vêtements. "Je l'ai habillée, je l'ai prise avec moi, et on s'est enfui auprès de sa famille d'origine! Sa mère a demandé: "Qui êtes-vous? - Je suis ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩! - Taisez-vous donc! Mon ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩, elle est morte! Hélas! Elle est morte depuis quelques jours déjà! Vous, quelle ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩ êtes-vous donc? Taisez-vous donc! Que venez-vous m'effrayer!" Ah, euh, l'homme, en fait, on va l'appeler no˧bv̩˥! (Ici, la conteuse change les noms en cours de récit, s'avisant du fait que ʈæ˧ʂɯ˧ est le nom d'un de ses fils, qu'il ne s'agit pas de mêler à une histoire de mauvaises mœurs: larcins de nourriture et amours extra-conjugales.) A ce moment-là, le jeune homme est intervenu: "Mère! Je suis no˧bv̩˥! - Le no˧bv̩˥ de quel endroit?" a demandé la mère. (Explication: il y a peu de prénoms chez les Na; il faut donc désambiguïser; pour cela, on pouvait employer un nom de village: /njɤ˧ | ɬi˧di˩-ɖɯ˩mɑ˩!/ 'Je suis la ɖɯ˩mɑ˩ de Yongning!' /njɤ˧ | lɑ˧ŋwɤ˧-no˩bv̩˩!/ 'Je suis le no˧bv̩˥ de la montagne lɑ˧ŋwɤ˧!') Autrefois, quand vous ne l'aviez pas encore donnée en mariage à ces gens-là, nous deux, on s'aimait vraiment bien! Je suis le no˧bv̩˥ à qui vous n'avez pas voulu donner votre fille! - Aaaah! no˧bv̩˥… no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩, c'est bel et bien toi!" a dit la mère. "Oui, mère, vrai de vrai, c'est bien moi!" Alors la mère a dit à sa fille: "Ca ne va pas! Toi, en mourant, tu es arrivée chez les démons! Interdiction de revenir à la vie!", et elle ne l'a pas autorisée à revenir!" C'est que nous autres, on considère que quelqu'un qui revient à la vie moins de sept jours après son décès devient un démon. Quand sept jours ont passé après le décès, et qu'un défunt se relève de la tombe, on peut les laisser revenir parmi les vivants. Mais avant que sept jours n'aient passé, il ne faut pas les laisser revenir! Alors, comme sept jours n'avaient pas encore passé depuis le décès de la jeune femme, la mère ne l'a pas laissée entrer, à ce qu'on raconte! Mais elle a redemandé point par point au jeune homme ce qu'il en était. Alors, comme ce jeune homme lui expliquait la bonne nouvelle, que sa fille n'était pas morte, la mère a fini par le croire! Ensuite, la mère de la jeune fille s'est rendue auprès de la belle-famille, et elle a dit: "Mères, tantes! Nos deux familles, il leur arrive une histoire qui va susciter les quolibets aussi longtemps que ma fille vivra! Ca va devenir proverbial, cette histoire! Aïe, aïe, aïe! Veuillez nous pardonner!" La mère du marié a demandé: "De quoi s'agit-il donc, qui puisse ainsi devenir proverbial? - Pardon, pardon! Ma fille ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩… vraiment toutes mes excuses! Un jour, vous étiez tous sortis, et alors… pardon! elle souffre un peu du défaut de gourmandise!" leur a-t-elle dit. "A la maison, il lui arrivait d'être prise par la gourmandise; pendant qu'elle faisait la cuisine, elle mangeait un peu par-ci par-là!", leur a-t-elle dit. Voilà ce qu'on raconte! Alors, les gens de la belle-famille ont répondu: "Aaaah bon! Ce jour-là, qu'est-ce qu'elle a donc mangé? Nous autres, on était tous partis travailler! Notre déjeuner à nous, il était pas encore prêt!" Alors la mère a poursuivi: "Pardon, pardon! Avant son mariage, avec no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩, eux deux, ils s'aimaient bien…" C'est qu'autrefois, les parents, ils donnaient leurs filles à qui ils voulaient! Même si telle personne te plaisait, ils ne te laissaient pas l'épouser! Alors, la mère a poursuivi: "Avec no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩, eux deux, ils s'aimaient beaucoup. Mais on vous préférait vous: vous nous appréciez, nous vous apprécions, nous vous avons donné notre fille! Mais… vraiment toutes mes excuses! Après que ma fille se soit mariée, il semblerait que Norbu soit sans cesse allé chez vous, voir la jeune fille! Ce jour-là, il l'aurait appelée, juste au moment où elle était en train de manger des œufs! et alors, elle s'est coincé un œuf dans la gorge! [la version diffère ici du début du récit: ce n'est plus une des femmes de la maisonnée qui appelle la jeune fille, mais son amoureux] Ensuite, trois jours ayant passé, le soir, alors que vous dormiez tous, lui, en pleine nuit, il est venu là où on l'avait enterrée, et… hou là là!! il lui a arraché ses bracelets, en tirant fort, et en pesant de tout son poids sur son corps, de sorte qu'elle a recraché l'œuf!" [La mère prend à témoin le jeune homme:] "A ce moment-là, en pleine nuit, toi, tu lui as amené une paire de vêtements; tu lui as enfilé des vêtements; et vous vous êtes enfuis! Pardon! ils ne sont pas venus tout de suite vous faire part de tout ce qui s'était passé! Mais pour moi l'affaire est claire: ma fille, c'est à vous que je l'ai donnée! Même si elle doit mourir, elle est devenue membre de votre famille [à vous, maintenant]! Si elle vit, elle est devenue membre de votre famille à vous, maintenant! Elle est liée à vous pour la vie! Mais maintenant, les gens vont dire: “Houlà! ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩, après s'être mariée avec lui, elle est devenu un démon! Sa tombe est vide!” Voilà les bruits qui se répandent! Je suis vraiment au comble de la désolation… Mais nous voici devenus membres d'une même famille; nous qui n'avions pas de lien de parenté; nous voilà désormais unis comme une même famille [et il nous faut faire face ensemble à cette situation]! Ma fille, par pitié, ne dites plus qu'elle est morte! Entendons-nous pour dire qu'elle est morte puis ressuscitée; ne racontons pas l'affaire des œufs qu'elle a mangés! Expliquons donc ça ainsi! Je vous en prie: avant que sept jours n'aient passé, convenons qu'elle ne doit pas revenir à la maison! Moi, je ne l'ai pas autorisée à revenir chez moi! Pardon! Si je vous demande de ne pas le dire aux gens du village, ce n'est pas faute d'admettre son larcin et d'en savoir la gravité!" Alors, la belle-mère a dit: "Hélas, hélas! Sa mort, on en a fait part aux gens; les gens en ont parlé. Maintenant que nous deux (=les deux mères de famille) on se trouve dans cette situation, c'est notre destin maintenant! Alors comme ça, autrefois, no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩ l'aimait! Eh bien… On apprécie votre fille; vous autres, vous appréciez notre fils; on s'apprécie mutuellement, on est devenu une seule famille. Même si ce n'est pas bien, elle est devenue un membre de ma famille! Les hommes de ma famille ont pratiqué les rites dans votre maisonnée! (Explication: lorsqu'une jeune femme quittait sa maisonnée d'origine, les hommes de la famille qu'elle rejoignait devaient réaliser des rites, dans sa maisonnée d'origine) Si elle meurt, elle fait partie de ma famille à moi, maintenant! Si elle vit, elle fait pareillement partie de ma famille! Qu'elle revienne donc (à la maison)!" Alors, la jeune femme s'est trouvée à nouveau acceptée dans la maisonnée. Quand ils l'ont fait revenir, la jeune femme, qu'elle avait honte, qu'elle avait honte! Le septième jour [=le jour où elle pouvait se présenter à nouveau aux gens, se prétendant ressuscitée], au lever, elle s'est trouvée un peu perdue; sans trop savoir pourquoi, elle a attrapé froid. Elle est restée assise, toute mélancolique; elle avait honte! "C'est reparti: cette fois-ci, je vais mourir pour de bon! Ca ne peut plus aller comme ça! Toute ma vie, je vais être l'objet des racontars!" Alors, les gens de la famille lui ont dit: "Les racontars, ça n'est pas grave! Si les gens racontent des histoires, laissons-les donc causer! Les racontars, ça n'est pas si grave! Ne va pas mourir pour ça!" Sa belle-mère lui a dit: "Nous autres, on est entré dans une relation de fils adoptif, fille adoptive! On est de la même maisonnée maintenant! Ne meurs pas. Tu as survécu; c'est que tu es sûrement promise à une longue vie! Tu es devenue un membre de ma famille! Ne pense pas à mourir! Il ne faut pas avoir honte!" Autrefois, les histoires, eh bien, tout devenait matière à histoire! C'est comme ça qu'il naissait de nouvelles histoires! Or donc la mère l'a rassurée. Elle est allée la chercher. (Note: jusqu'à ce que le septième jour soit passé, la jeune femme avait dû rester dehors cachée dans une cabane ou une grotte: elle ne pouvait ni retourner dans la maison de sa belle-mère ou de sa mère, ni se montrer aux autres gens.) Lorsqu'elle est parue en présence de son mari, elle a à nouveau été en proie à une grande honte! Elle avait passé ces journées enfermée à pleurer, et à dormir! Alors le mari lui a dit: "N'aie crainte! C'est comme dans les contes: la gourmandise des jeunes filles, il y a plein d'histoires à ce sujet, ça n'a rien de nouveau ni d'exceptionnel! Des gourmands qui mangent en cachette, ça existe! Il ne faut pas te faire de souci, pour ça! Ne recommence plus, et la page sera tournée!" Nous autres, les Na, à la maison, on dit: "il ne faut pas manger n'importe comment!" et cette interdiction de manger n'importe quoi n'importe comment, c'est en référence à l'histoire de cette jeune femme-là! "Il ne faut pas manger en cachette! Quand on est tout seul, il ne faut pas manger!" Voilà ce qu'elles enseignaient, les femmes de la maison! Et elles racontaient l'histoire de cette jeune fille trop gourmande. Voilà ce qu'on disait: "Les paroles inconsidérées, il ne faut pas en enchaîner plus de trois!", parce que sinon on fâche les gens. "Les petites gourmandises, pas à plus de trois reprises!", sinon ça devient du chapardage. Les gens, si on leur adresse plus de trois paroles déplacées, ils se mettent à vous détester! Et pour ce qui est de la nourriture, si on est gourmand à l'excès, et qu'on passe les bornes, ça devient du vol! Oui, ce que veut dire l'expression "à trois reprises", dans ce proverbe, c'est qu'il ne faut pas manger plus de trois bouchées! Alors, pour en revenir à notre histoire: ils l'ont donc fait revenir à la maison, en lui disant "Tu n'as pas à avoir honte!" Même à l'égard de l'ancien soupirant de la jeune femme, la belle-famille a été très courtoise, aussi longtemps qu'il a vécu: ils le remerciaient en toute occasion d'avoir fait revenir à elle la jeune fille enterrée vive. Autrefois, on désignait les couple d'amoureux comme "jeune fille et jeune homme", nous les Na, n'est-ce pas! Je te plais, tu me plais: on disait "jeune fille et jeune homme", pour désigner les amoureux! Les amoureux, ils faisaient bien ce qu'ils voulaient! Eh bien, son ancien amoureux, il a dit à la jeune fille: "N'aie crainte, n'aie crainte! Voilà où on en est. Moi, je ne vais plus ressasser mon mécontentement! Tu es en vie, c'est l'essentiel!" Voilà ce qu'il lui a dit; et il ainsi tourné la page! Et ces deux familles se sont trouvées réconciliées. Cette jeune femme, eh bien, vrai de vrai, elle a continué à vivre. Par la suite, elle a eu des fils, elle a eu des filles; elle a pris soin de sa maisonnée! Et tout cela est devenu proverbial! Quand on dit "il ne faut pas manger n'importe quoi! il ne faut pas manger n'importe quoi! Il ne faut pas manger en cachette!", c'est en référence à cette histoire-là! On plaisantait en disant: "si tu te manges des œufs en cachette, ça va te faire vomir!" Voilà ce qu'on disait autrefois!
S1 stop écouter
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ɖɯ˧-ʑi˩=ɻ̍˩-ʈʂʰɯ˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧ gv̩˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Autrefois, dans une certaine famille, voici ce qui s'est passé.


NOTE : vérifié: n'est pas /‡ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | gv̩˧ɲi˥…/
S2 stop écouter
zo˩no˥, | njæ˧sɯ˩kv̩˩ | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | -pi˩-kv̩˩-mæ˩, | ə˩-gi˩! |

Nous autres les Na, voilà ce qu'on raconte, n'est-ce pas!


NOTE : d'abord noté /‡pi˧-kv̩˩-mæ˩/
S3 stop écouter
ə… tsɤ˧ɭɯ˧ ʑi˩-mɤ˩-ʁo˩-dʑo˩, | so˩-ɻ̍˩˥! | pi˧. |

Il ne faut pas être trop gourmand, enseigne-t-on!

S4 stop écouter
ə… tsɤ˧hɑ˧ ʑi˥-mɤ˩-ʁo˩-dʑo˩, | so˩-ɻ̍˩˥! | pi˧. |

Il ne faut pas être trop avide, enseigne-t-on!


NOTE : /so˩-ɻ̍˩˥/: on pourrait également dire: /so˩-kʰwɤ˩˥/
S5 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩-tsɯ˥ | mv̩˩! | tʰi˩˥, | ə˧-tse˧-ʝi˥ | tsɤ˧-ɲi˥? | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, |

Voilà ce qu'on dit! Alors, qu'est-ce que ça signifie? / De quoi s'agit-il donc? (littéralement "D'où est-ce que ça provient/de quoi est-ce que ça résulte?")


NOTE : d'abord noté: ‡ə˧-tse˧-ʝi˥ | tsɤ˩ ɲi˥; en débit rapide, on pourrait | ə˧-tse˧-ʝi˧ tsɤ˧-ɲi˥ |, en un seul groupe
S6 stop écouter
mv̩˩˥ | ɖɯ˧-v̩˧-dʑo˧ | tʰi˩˥, | hĩ˧-ki˧ ki˩-ɲi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Une jeune femme s'est donnée en mariage.

S7 stop écouter
hĩ˧-ki˧ ki˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧=ɻ̍˥-dʑo˩, | hĩ˧ | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | lo˧-ʝi˧-hɯ˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Après qu'elle se soit mariée… on dit que dans cette famille-là, tout le monde est parti travailler. / Une fois les cérémonies du mariage passées, tout le monde s'en est retourné travailler au champ, comme à l'ordinaire. [La jeune épouse est restée seule à la maison, chargée des préparatifs des repas.]

S8 stop écouter
tʰi˩˥, | lo˧ʝi˧-hɯ˧-se˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, ə… | ʈʂʰɯ˧ po˧-ɳɯ˧, | hɑ˧ gv̩˥-kʰɯ˩-tsɯ˩ | -mv̩˩. |

Lorsqu'ils furent tous partis au travail… elle, on dit qu'on lui a confié la tâche de faire la cuisine.


NOTE : vérifié, n'est pas …‡hɯ˧-se˩
NOTE : on pourrait dire: mv̩˩-ʈʂʰɯ˩-v̩˩ po˥-ɳɯ˩ |
S9 stop écouter
tʰi˩˥, | hɑ˧ gv̩˥-kʰɯ˩-dʑo˩, | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧-dʑo˧, | hĩ˧ hɯ˧-se˩-dʑo˩, | æ̃˩mi˧ kʰv̩˩kʰɤ˩-qo˩, | æ̃˩ʁv̩˩ ʑi˩-hɯ˩˥ | -tsɯ˩ | -mv̩˩.

Comme on lui faisait faire la cuisine, eh bien, elle, quand tous les gens furent partis, dans le pondoir… on dit qu'elle est allée y prendre des œufs.


NOTE : kʰv̩˩kʰɤ˩˥: lieu où la poule pond
NOTE : vérifié: n'est pas /ʑi˩-hɯ˩˥‡| -tsɯ˧˥ | -mv̩˩./
NOTE : tons vérifiés: est bien /ʈʂʰɯ˧-dʑo˧/, non /‡ʈʂʰɯ˧-dʑo˩/
S10 stop écouter
æ̃˩ʁv̩˩ ʑi˩-hɯ˩˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧, | ə˧mi˧ | ɖɯ˧-v̩˧ | le˧-wo˧-tsʰɯ˧˥ | -dʑo˩; |

Alors qu'elle était partie prendre des œufs, une des mères (=une des tantes/ une des femmes de la génération de sa mère) est revenue;

S11 stop écouter
ə… ʈʂʰɯ˧ | æ̃˩ʁv̩˩˥ | tʰi˧-tɕɤ˧-zo˥, | le˧-mv̩˩, | tɕɤ˧~tɕɤ˧ tʰi˧-dzɯ˥-ɻ̍˩-dʑo˩-ʁo˩to˩-dʑo˩, | ə˧mi˧ tʰv̩˧-jɤ˩-ɳɯ˩, |

Les œufs qu'elle avait fait bouillir étaient cuits; au moment précis où elle s'apprêtait à les manger, cette tante… (littéralement: 'les œufs étaient cuits, grâce au fait qu'elle les avait fait bouillir')


NOTE : /tɕɤ˧~tɕɤ˧/: au moment précis où; emprunt au chinois local: 将将
S12 stop écouter
ə… ʈʂʰɯ˧-mv̩˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩ | mv̩˩ʈʂæ˩-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Cette jeune femme, elle s'appelait /ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩/!

S13 stop écouter
"ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩! | ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩!" | pi˧-dʑo˩, | kɤ˧-mɤ˧-ʈʂɯ˩-tsɯ˩ | -mv̩˩.

La tante l'a appelée: "/ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩! ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩/!!" [Mais] on dit que la jeune fille n'a pas répondu.


NOTE : vérifié: n'est pas ‡pi˧-ɻ̍˩-dʑo˩; pas de syllabe entre /pi/ et /dʑo/.
S14 stop écouter
tʰi˩˥, | "ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩ | tsʰi˧ɲi˧ | ə˧tse˧ hɯ˧-ɻ̍˩? | ʁɑ˩mi˧! | hɑ˧ | le˧-dzɯ˧-dʑi˧-ze˩! | zo˩no˥, | hĩ˧ F | dʑɤ˩˥ | mɤ˧-do˩!" pi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Alors, elle s'est demandé: "Pourquoi donc est-ce que ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩ a filé aujourd'hui? Houlà! Il va être l'heure de manger; et voilà qu'elle a disparu!"


NOTE : à la transcription, la conteuse demande le remplacement systématique du nom par /pi˧mɑ˧-ɬɑ˩tsʰo˩/, autre prénom féminin, afin d'éviter de donner à la voleuse de l'histoire un nom que portent deux de ses petites-filles: /ɖɯ˩mɑ˧/.
NOTE : focalisation de /hĩ˧/: phonétiquement, évoque [hĩ˧ə˩].
S15 stop écouter
tʰi˩˥, | ɖɯ˧-li˧-ɻ̍˩ hɯ˩-dʑo˩, | æ̃˩ʁv̩˩-ʈʂʰɯ˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-dzɯ˥, | le˧-dzɯ˥-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | qv̩˧ʈʂæ˧-qo˥ | tʰi˧-æ˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!

alors, elle est allée voir; comme [la jeune femme] mangeait ainsi des œufs, comme elle les mangeait, un œuf s'est coincé dans sa gorge!

S16 stop écouter
tʰi˧-æ˩-dʑo˩, | ə˧mi˧! | ə˧mi˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ | qv̩˧ʈʂæ˧-qo˥ | æ̃˩ʁv̩˩…-ɣɯ˥kɯ˩ | le˧-do˩, | æ̃˩ʁv̩˩ tʰi˩-æ˥-hĩ˩ do˩-zo˩, |

ça s'est coincé dans sa gorge; sa tante, eh bien, sa tante, voyant au fond de sa gorge [des bouts de] coquille d'œuf, voyant qu'elle s'était étouffée en mangeant de l'œuf, elle a dit:

S17 stop écouter
"ə˧mi˧! | ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩, | no˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-mɤ˩-ɖo˩-mæ˩! | ə˧tse˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-ɲi˩?" |

"Houlà! Mais enfin, ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩, il ne faut pas faire ça! Qu'est-ce qui t'a pris de faire ça?

S18 stop écouter
hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | hɑ˧-ʈʂʰɯ˧, | mi˩zɯ˩-ʈʂʰɯ˥ | dʑɤ˩˥ | tsɤ˧-mɤ˧-ɖo˧! |

Les gens… la nourriture… une jeune femme… il ne faut pas être gourmand!


NOTE : intéressant pour l'étude de la structure de l'information
S19 stop écouter
tsɤ˧-ɭɯ˧ ʑi˩-mɤ˩-ʁo˩-dʑo˩, | so˩ɻ̍˩-pi˥-kv̩˩! |

On dit qu'il faut apprendre à ne pas être glouton/ à dominer sa gourmandise!

S20 stop écouter
hĩ˧-ʈʂʰɯ˧ | le˧-tsɤ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-mɤ˩-kv̩˩! | no˧ | dzɯ˧-bi˧, | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | ɑ˩ʁo˧-dʑo˩, | dzɯ˩-bi˩-ni˩-gv̩˩˥, | pi˧, | no˧ | dzɯ˧-tsæ˧-ɲi˩! |

Etre gourmand comme ça, ça ne se fait pas! Si tu veux manger, nous, à la maison, si tu veux manger, on te laisserait manger!


NOTE : A la réflexion, la narratrice aurait préféré la formulation suivante: ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥, mɤ˧-ɖo˥, au lieu de: ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-mɤ˩-kv̩˩. Surprenant mais vérifié avec soin: on dit /V-mɤ˧-ɖo˧/ (ton M), mais: /ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥, | mɤ˧-ɖo˥!/ (ton H)
NOTE : /dzɯ˧-tsæ˧-ɲi˩/: tu as le droit de manger, tu peux manger, on te laisse manger
S21 stop écouter
tʰi˩˥ | -no˧˥, | ə˧tse˧ ʝi˧-zo˥ | no˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | dzɯ˧-ɲi˥?" | pi˧-dʑo˩, | tʰi˩˥, | kɤ˧-mɤ˧-ʈʂɯ˩-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Alors pourquoi donc as-tu néanmoins mangé comme ça [à la dérobée]?" Mais on dit que la jeune femme ne répondait rien.


NOTE : d'abord noté /‡tʰi˩-no˥/'
S22 stop écouter
kɤ˧-mɤ˧-ʈʂɯ˩-dʑo˩, | æ̃˩ʁv̩˩-ɳɯ˥ | qv̩˧ʈʂæ˧ æ˥-dʑo˩, | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧=ɻ̍˥-dʑo˩, | "le˧-ʂɯ˧-ze˧!" | pi˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Comme elle ne répondait rien, et que sa gorge était bloquée par l'œuf, les gens de cette famille, ils se sont dit: "Elle est morte!"

S23 stop écouter
tʰi˩˥, | le˧-ʂɯ˧-ze˧-pi˧, | hĩ˧ l le˧-ɻwæ˥ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥ | -dʑo˩, | le˧-nv̩˧-hɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Alors, comme on se disait qu'elle était morte, on a appelé les gens [du village], on les a fait venir; et on est allé enterrer [la jeune femme]!

S24 stop écouter
le˧… | tʰi˩˥, | le˧-ʂɯ˧ le˧-nv̩˥-dʑo˩, | tʰi˩˥, | hĩ˧ | ɬo˧tɑ˧ | wɤ˩˥ | ɖɯ˧-v̩˧-ɳɯ˧ | do˩-pʰæ˩-di˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Alors, comme elle était morte et qu'on l'enterrait, à côté, il y avait quelqu'un d'autre, qui l'avait vue [se cuire des œufs en cachette], à ce qu'on raconte!

S25 stop écouter
tʰv̩˧-dʑo˧ | tʰi˩˥, | æ̃˩ʁv̩˩ dzɯ˩-hĩ˥-dʑo˩ | le˧-do˩, | ə˩-gi˩! |

Lui, il l'avait vue manger des œufs, n'est-ce pas!

S26 stop écouter
tʰv̩˧-v̩˧-dʑo˩, | ɬo˧tɑ˧ | le˧-do˩! | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧-ɻ̍˥-dʑo˩, | mɤ˧-sɯ˥-tsɯ˩ | -mv̩˩! |

Lui, il Les gens de la famille, eux, ils ne savaient pas, à ce qu'on raconte!


NOTE : explication: ce n'est pas quelqu'un de la famille qui a vu l'œuf dans la gorge, mais une amie de la jeune mariée
S27 stop écouter
mɤ˧-sɯ˥-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧ ʑi˧=ɻ̍˧-ɳɯ˥, ə˧mi˧! | ʈʂʰɯ˧ ʑi˧=ɻ̍˥-dʑo˩, | ɖʐe˧ dʑo˧, | <mv̩˩zo˩ ɖɯ˩-ɭɯ˩…> [mv̩˩zo˩˥] | ɖɯ˧-ʑi˩ ʂe˩-ɲi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Ils ne savaient pas, les membres de cette famille, eeeh! Cette famille-là était riche, c'est pour ça qu'ils avaient pris une épouse d'une autre famille.


NOTE : prononcé proche de: /‡ʈʂʰɯ˧ ʑi˧=ɻ̍˥-ɳɯ˩/
S28 stop écouter
tʰi˩˥, | <hĩ˧-m…> ɖʐe˧ dʑo˧-hĩ˧ mv̩˥zo˩ | le˧-ʂe˧ le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | ə˧dɑ˧-ə˧mi˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-tɑ˩-hwɤ˩, |

alors… les gens riches étaient venus chercher la jeune fille; son père et sa mère l'avaient ainsi envoyée se marier;

S29 stop écouter
jo˧-lo˥dʑo˩ tʰi˩-kʰɯ˩~kʰɯ˩. | hæ̃˩-lo˩pv̩˩ tʰi˥-kʰɯ˩~kʰɯ˩. |

on lui avait mis des bracelets en jade; on lui avait mis des anneaux en or.


NOTE : vérifié, forme bien un seul groupe tonal
NOTE : très intéressant pour les tons: intégration en un seul groupe tonal. En divisant, cela donnerait: /hæ̃˩-lo˩pv̩˩˥ | tʰi˧-kʰɯ˧~kʰɯ˥ |/ (vérifié en mai 2012).
S30 stop écouter
õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | -zo˩ | tʰi˩˥, | le˧-nv̩˧-hɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Et ainsi [préparée], on l'a enterrée!

S31 stop écouter
le˧-nv̩˧-hɯ˧, | tʰi˩˥, | le˧-nv̩˧-hɯ˧-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧-ɻ̍˥, | ə˧mi˧ | ʈʂʰɯ˧-jɤ˩-ɳɯ˩, | ɖɯ˧-njɤ˧ | ŋv̩˩-tsɯ˥ | mv̩˩! |

la mère de cette famille (=la belle-mère de cette famille), elle pleurait sans cesse!


NOTE : vérifié (2013): n'est pas /‡le˧-nv̩˧-hɯ˧-dʑo˧/
S32 stop écouter
"ə˧mi˧! | no˧ | njɤ˧-ki˧ | tʰi˧-tʰv̩˧, | ɖɯ˧-ʈʂæ˧˥ | mɤ˧-gv̩˧! | no˧ | ə˧tse˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-ɲi˩? | ə˧zɯ˩, | ə˧tso˧ gv̩˧-ɲi˩-hɯ˩?" | pi˧-zo˩. |

"Hélas! Tu venais tout juste d'arriver chez moi, pourquoi donc as-tu agi ainsi? Qu'est-ce qu'on t'a donc fait [pour que tu te sentes contrainte à dissimuler]?


NOTE : d'abord noté ‡go˧-ɲi˧-hɯ˥
S33 stop écouter
tʰi˩˥, | le˧-ŋv̩˩, | le˧-ŋv̩˩, | le˧-ŋv̩˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | mmm… le˧-nv̩˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Alors, elle a pleuré, pleuré, pleuré, et puis… on a enterré [la jeune femme]!

S34 stop écouter
le˧-nv̩˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | wɤ˩˥, | ɖɯ˧-ʂɯ˩-sɯ˩ | tʰi˧-nv̩˥-kv̩˩-mæ˩, | ə˩-gi˩! |

Quand on l'a enterrée… Les Na, autrefois, eh bien, on commençait par enterrer [le corps] pendant un certain temps (littéralement "une fois"), n'est-ce pas!

S35 stop écouter
tʰi˩˥, | wɤ˩˥ | gɤ˩-ʑi˥-zo˩ | tʰi˩˥, | wɤ˩˥, | le˧-qæ˧-kv̩˥-mæ˩! |

Après, on le ressort [de terre], et alors, on le brûle! / Ensuite, on le déterre à nouveau, et on procède à sa crémation!

S36 stop écouter
tʰi˩˥, | le˧-nv̩˥, | le˧-nv̩˥-tsɯ˩ | -mv̩˩, | hĩ˧ <le…> | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | le˧-ʁɑ˥-ʂe˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥. |

Alors, on l'a enterrée, on a fait l'enterrement, à ce qu'on raconte! Les gens, ils… on a invité tout le monde, on les a fait venir.

S37 stop écouter
le˧-nv̩˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | do˩-hĩ˩ tʰv̩˩-v̩˩˥ | -dʑo˩, | ʐæ˧v̩˩ tʰv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩! |

Comme on l'enterrait, la personne qui l'avait vue [s'étouffer en mangeant des œufs en cachette], elle riait [intérieurement], à ce que dit l'histoire!

S38 stop écouter
"ə˧mi˧! | ʈʂʰɯ˧ | æ̃˩ʁv̩˩-ɳɯ˥ | qv̩˧ʈʂæ˧ æ˥-hĩ˩! | æ˧ʂæ˧-ɳɯ˩ | dʑo˧-kv̩˧-tsɯ˥! | ʈʂʰɯ˧… | hĩ˧-dʑo˩, | mɤ˧-ʂɯ˧-ɲi˥!" | pi˧-zo˩.

"Houlà! Elle, elle s'est étouffée avec un œuf! C'est comme ce que racontent les histoires! Elle, elle n'est pas vraiment morte!" se disait-il.


NOTE : d'abord noté æ̃˥; mais la nasalité n'est pas phonémique.
S39 stop écouter
hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧-ɻ̍˥ | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | le˧-ʑi˧-ʁo˥to˩-dʑo˩, | do˩-hĩ˩ tʰv̩˩-v̩˩-ɳɯ˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | hɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩! | ʈʂʰɯ˧ | tʰi˧-nv̩˥ | -qɑ˩!

Une fois que les gens de cette famille furent tous endormis, la personne qui l'avait vue, elle y est allée/ elle est partie! à l'endroit où on l'avait enterrée!


NOTE : /ʈʂʰɯ˧ | tʰi˧-nv̩˥ | -qɑ˩/: comme dans le document 'Housebuilding', la prononciation est proche de …ə.qɑ˩ ou -hĩ˩-qɑ˩; mais il n'y a pas de syllabe supplémentaire, c'est un des corrélats de la syllabe à initiale uvulaire /qɑ/. En 2017: poursuite de la réflexion: ce n'est pas simplement une question de phonologie. La descente sur la syllabe précédente est indispensable. Interprétation 2017: est dû à une association habituelle de la focalisation intonative (F) à ce morphème.
S40 stop écouter
hĩ˧, | njæ˧sɯ˩kv̩˩ | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-tɕi˥-kv̩˩-mæ˩, | tʰi˧-nv̩˧-hĩ˧-tʰv̩˥: |

Les gens… nous autres les Na, autrefois, voilà comment on plaçait [le cadavre], celui qu'on enterrait:


NOTE : sur l'enregistrement, la locutrice dit: /‡tʰi˧-nv̩˥-hĩ˩-tʰv̩˩/, mais la formulation correcte est: tʰi˧-nv̩˧-hĩ˧-tʰv̩˥.
S41 stop écouter
hæ˧-ni˩ | tʰi˧-ʑi˧-kʰɯ˥-mɤ˩-kv̩˩! | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-tɕi˥-kʰɯ˩, | tʰi˩˥, | v̩˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ tʰi˧-qɑ˩-kv̩˩-mæ˩! |

On n'enterrait pas les gens, comme les Chinois! On couvrait [le fond du trou qu'on avait creusé] avec une grande casserole [grand wok, de forme évasée, pas casserole à bords droits];

S42 stop écouter
v̩˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ tʰi˧-qɑ˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | kʰɤ˧˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ tʰi˧-qɑ˩. |

Quand on avait couvert [le fond du trou qu'on avait creusé] avec une grande casserole, on le couvrait d'une hotte dorsale.

S43 stop écouter
<v̩˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ ʈʂ…> kʰɤ˧˥ | ʈʂʰɯ˧-ɭɯ˧… kʰɤ˧qʰwɤ˧<-ni-wo>-ni˧˥ | -zo˩, | pi˧-zo˩, | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | nɑ˩-ʐwɤ˥, | "kʰɤ˧-qʰwɤ˧-qo˥ | tɕʰɯ˧-bi˧-zo˧pi˧-zo˥!" |

Cette hotte-là… C'est une sorte de hotte abîmée; nous autres, en langue na, on dit (=on a le dicton suivant): "il faut transporter [le cadavre] dans une hotte abîmée!"


NOTE : de: /kʰɤ˧-qʰwɤ˧˥/, 'hotte abîmée'
S44 stop écouter
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | kʰɤ˧-ʈʂʰɯ˧ tʰi˧-qo˥-hĩ˩, | <ʈʂʰɯ˧…> ʈʂʰɯ˧ | pi˧-kv̩˩-mæ˩! |

Autrefois, voilà ce qu'on disait!


NOTE : de: tʰi˧-qo˩; tʰi˧-qo˧~qo˥; tso˧~tso˧ tʰi˧-qo˩ 'ranger, serrer (dans un récipient pour le conserver)'
S45 stop écouter
tʰi˩˥, | kʰɤ˧ ʈʂʰɯ˧-ɭɯ˧ | gɤ˩-ʑi˧! | tʰi˩˥, | ɬo˧tɑ˧ tɕi˥. | v̩˧ ʈʂʰɯ˧-ɭɯ˧ | gɤ˩-ʑi˧, | ɬo˧tɑ˧ tɕi˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, |

Ensuite, on prend cette hotte, et on la pose à côté [du corps du défunt]; on prend la casserole, et on la pose à côté.


NOTE : vérifié: n'est pas kʰɤ˧˥ | ʈʂʰɯ˧-ɭɯ˧
S46 stop écouter
ʈʂʰɯ˧-ɳɯ˧ | ŋwɤ˧qo˥ | tʰv̩˧-qo˧, | ʁɑ˧pv̩˧ ʈʂʰɯ˧-qo˧, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-tv̩˧-zo˥! |

Lui (=le personnage masculin qui avait vu la femme manger des œufs à la dérobée), il lui a regroupé les genoux sur la poitrine! (littéralement: "appuyé les genoux ici, la poitrine ici")

S47 stop écouter
lo˩dʑo˥ pʰv̩˩-ɲi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!

On dit qu'il lui a retiré ses bracelets!


NOTE : d'abord noté ‡lo˩dʑo˥ | pʰv̩˧-ɲi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩
S48 stop écouter
lo˩dʑo˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | mv̩˩tɕo˧ pʰv̩˧-le˧-hɯ˧˥, | ŋwɤ˧qo˥ tʰv̩˧-qo˧ tv̩˧˥, | lo˩dʑo˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | mv̩˩tɕo˧ pʰv̩˧-kwɤ˥tɕɯ˩-ɳɯ˩, | "qʰʰʰʰ… ə!" pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Il lui a retiré ses bracelets de la façon suivante: il s'est arc-bouté contre ses genoux, là; et au moment où il lui a ainsi arraché ses bracelets, [il y a eu un bruit guttural]: "Beuaaark!"


NOTE : onomatopée: dans un soubresaut, la présumée défunte commence à recracher l'œuf
S49 stop écouter
wɤ˩˥, | ʈʂʰɯ˧ le˧-ɖwæ˩-kʰɯ˩, | wɤ˩˥ | ɬo˧tɑ˧ ɖɯ˧-tɑ˧ ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Ca lui a fait peur; il s'est reculé (littéralement "il a reculé sur le côté").


NOTE : on pourrait également dire: /ɖɯ˧-tɑ˧˥ | -ɲi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩/
S50 stop écouter
tʰi˩˥, | wɤ˩˥, | lo˩… | wɤ˩˥, | lo˩dʑo˥ | ɖɯ˧-ʂɯ˩-pʰv̩˩-dʑo˩, | "qʰʰʰʰʰ…ə!" pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Alors, il a une nouvelle fois tiré sur ses bracelets pour les lui ôter (littéralement: "il lui a retiré ses bracelets une nouvelle fois"), et alors, [le corps a à nouveau hoqueté]: "GGgggllloups!"


NOTE : Même onomatopée que ci-dessus
S51 stop écouter
tʰi˩˥, | hĩ˧-dʑo˩, | le˧-ɖwæ˩ | pʰo˩-ho˩˥ | -dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧-v̩˧-ɳɯ˩ | "tʰɑ˧-pʰo˩!" pi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩.

alors, comme il s'apprêtait à s'enfuir de terreur, cette personne (=la jeune femme) lui a dit: "Ne t'enfuie pas!"

S52 stop écouter
"tʰɑ˧-pʰo˩! | tʰɑ˧-pʰo˩! | njɤ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | dzɯ˧-ɲi˥, | no˧… <ɖɯ˧-p… > ɖɯ˧-pʰv̩˧-ɻ̍˧-pi˥-zo˩, | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ tʰi˧-tv̩˧-zo˥!" |

"Ne t'enfuie pas, ne t'enfuis pas! Je m'étais étouffée (littéralement: voilà comment j'ai mangé); en me déshabillant/en m'ôtant [mes bracelets], tu [m']as appuyé là, comme ça!

S53 stop écouter
tʰi˧-tv̩˧-zo˥ | tʰi˩˥, | zo˩no˥, mmm… | le˧-pʰi˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Comme tu appuyais, ça m'a fait recracher l'œuf! (littéralement: '[j']ai vomi/j'ai craché [l'œuf]')

S54 stop écouter
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧-ɲi˥-kv̩˩-dʑo˩, | ə˧tso˧ pi˧? | pi˧-dʑo˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩ | ɖɯ˧-pi˧˥ | ho˩-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Alors, ces deux-là, de quoi s'agissait-il? / C'était quoi leur histoire, à ces deux-là? Eh bien, autrefois, ils étaient un peu amis (euphémisme: dans leur jeunesse, ils s'aimaient). / Ces deux-là, le jeune homme et la jeune femme… De quoi il retourne? Eh bien, autrefois, ils étaient soupirants.

S55 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ mi˩zɯ˩ ʈʂʰɯ˩-v̩˩˥ | -dʑo˩, | tʰi˩˥, | pʰæ˧tɕi˥ | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧-ki˧ bi˧-ʂv̩˧ɖv̩˧! |

Cette jeune fille, elle aurait eu envie de rejoindre la maison de ce jeune homme (=de se marier avec lui)!

S56 stop écouter
ɑ˩ʁo˧-ɳɯ˧ | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧˥ | -ki˩ | mɤ˧-ki˧! |

[Mais] les gens de sa famille ne l'avaient pas mariée dans cette famille-là (=dans la famille de l'homme qui lui plaisait)

S57 stop écouter
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | -zo˩! | tʰi˩˥, | ə… ɖɯ˧-ʑi˩-ki˩ ki˩! tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧-v̩˧-dʑo˩ tʰi˩˥, | le˧-sɯ˥-dʑo˩, | nɑ˧nɑ˥, | ʈʂʰɯ˧ ə˧tso˧ ʝi˧, | ʈʂʰɯ˧ | ɑ˩ʁo˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | li˧, | li˧, | li˧, | le˧-li˧-hɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-do˩-dʑo˩. |

Voilà comment ça s'était passée! Alors, euh… on l'a mariée dans une autre famille! Lui (=le jeune homme), il savait [quelle famille elle avait rejoint]; en cachette, il regardait ce qu'elle faisait; il observait sa maison, il épiait sans cesse; et c'est ainsi qu'il avait vu [la jeune femme se cuire des œufs en cachette].


NOTE : vérifié (2013): n'est pas /‡le˧-li˧-hɯ˧-dʑo˧/
S58 stop écouter
le˧-do˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | gɤ˩-pʰi˧˥ | le˧-tsʰɯ˩-dʑo˩, | gɤ˩-pʰi˧˥ | le˧-tsʰɯ˩-dʑo˩, | tʰi˩˥, | le˧-sɯ˩-ɲi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩! | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧˥ | ɑ˩ʁo˧ | le˧-pʰo˩, | le˧-pʰo˩-ɲi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Comme il avait vu [cet épisode]… comme elle avait ainsi recraché [l'œuf coincé dans sa gorge], qu'elle l'avait recraché, eh bien, elle est revenue à elle (littéralement "elle a survécu")! [Ils] se sont enfuis vers sa maison (=vers la maison de sa mère/sa maison d'origine); ils se sont enfuis, à ce qu'on raconte!


NOTE : /sɯ˩/: vivre; sens en contexte: elle a survécu
NOTE : avais d'abord noté /‡gɤ˩-pʰi˧ | le˧-tsʰɯ˩-dʑo˩/; corrigé seulement en août 2012.
S59 stop écouter
le˧-pʰo˩-dʑo˩, | tʰi˩˥, | le˧-hɯ˩-dʑo˩, | <zo˧… mɤ…> mv̩˩zo˩ ʈʂʰɯ˩-ʑi˩˥ | ɑ˩ʁo˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩:

Ils sont partis en courant; ils y sont allés; la famille de la jeune femme (=sa famille d'origine, celle de sa mère), les gens de la famille, voilà ce qu'ils lui ont dit [quand ils l'ont vue revenir accompagnée du jeune homme]:

S60 stop écouter
tʰi˩˥, | mv̩˩zo˩˥ | ɑ˩ʁo˧ ʈʂʰɯ˧-ʑi˧-ɻ̍˧-ɳɯ˥, | "mɤ˧-ʝi˧!" |

les gens de la famille de la jeune fille ont dit: "Ca ne va pas!"

S61 stop écouter
"ʈʂæ˧ʈʂɯ˧, | no˧ ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | pi˧, | hĩ˧ ʈʂʰɯ˧-ʑi˥-ki˩ | pi˧-zo˧-ʝi˧!" | pi˧-dʑo˩, | ə˩-gi˩! |

"Ce que tu fais, il faut le dire honnêtement à la famille (=à ta belle-famille)! / Il faut que tu leur dises honnêtement ce que tu as fait, que tu racontes aux gens de la famille!" Voilà ce qu'ils lui ont dit, n'est-ce pas.


NOTE : ʈʂæ˧ʈʂɯ˧: pour de vrai
S62 stop écouter
tʰi˩˥, | "pʰæ˧tɕi˥… mmm… tʰv̩˧-v̩˧-lɑ˩, | no˩=zɯ˧˥ | ʁo˧dɑ˧ | ɖʐv̩˧ ʝi˧-bi˧ pi˧-hĩ˧ ʈʂʰɯ˧-v̩˧-lɑ˩ | ʈʂʰɯ˧=zɯ˩-dʑo˩, | no˩=zɯ˧˥ | mɤ˧-bi˧-ze˧, | pʰo˩-bi˩˥! | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | mv̩˩-ə˩mi˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | pi˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩.

"Ce jeune homme, vous deux… ce [jeune homme] avec qui tu étais amie auparavant, vous deux, ça ne peut pas continuer comme ça! [Si vous ne pouvez pas vous résoudre à vous séparer,] enfuyez-vous / disparaissez [et ne revenez plus]!" Voilà ce qu'elle a dit, la mère de la fille.


NOTE : avant 2016: noté /no˩zɯ˩˥/; corrigé en 2016 en /no˩=zɯ˧˥/ d'après le dictionnaire, sans vérification pour cet exemple textuel.
S63 stop écouter
"mɤ˧-ʝi˧! | ɖɯ˧-zɯ˧, | hĩ˧-ɳɯ˩ | no˩-dʑo˥ | si˧bv̩˧mi˧ tsɤ˧-ze˩!" | ɻ̍˩ɬo˧ʈi˥ | hɯ˧-ze˧!" | pi˧-ʝi˧; ʈʂʰɯ˧-kʰwɤ˥ | mv̩˧ʑi˩ po˩-tʰɑ˩-mɤ˩-ʝi˩! |

"Catastrophe! Quelqu'un t'a transformée en démon pour toute ta vie! Te voilà devenue une revenante! Il ne faut pas que ça se sache/ il ne faut pas que les gens soient mis au courant!


NOTE : si˧bv̩˧mi#˥: démone
NOTE : On pourait également dire: /hĩ˧-po˩-ɳɯ˩ | ʐwɤ˩-kʰɯ˩-mɤ˩-bi˥/ 'il ne faut pas que ça se sache/ il ne faut pas que les gens soient mis au courant!'
NOTE : ɻ̍˩ɬo˧ʈi˥: revenant, âme errante, défunt n'ayant pas retrouvé le chemin de la terre ancestrale
S64 stop écouter
qʰɑ˩ne˩˥ | dzɯ˧-zo˥ | qv̩˧ʈʂæ˧ æ˥-dʑo˩, | æ˧ʂæ˧-ɳɯ˩ | dʑo˩-kv̩˩˥! |

Comment tu as pu manger en sorte que ça se coince dans ta gorge… la tradition nous le dit! (=Si tu t'es retrouvée avec de la nourriture coincée dans la gorge, c'est parce que tu l'as volée! La tradition nous le dit: la nourriture dont on s'empiffre en cachette, elle vous étouffe!)


NOTE : d'abord noté æ̃˥; mais la nasalité n'est pas phonémique.
NOTE : d'abord noté ‡dʑo˩-kv̩˥
S65 stop écouter
no˧ | tʰi˧-ʐwɤ˩-tsæ˩-ɲi˩!" pi˧-zo˩ | tʰi˩˥, | ɑ˩ʁo˧ | ʈʂʰɯ˧-ɲi˧ ʑi˧˥, | <le˧-ʂæ˥-ljə˩-zo˩> [le˧-ʁwɤ˧~ʁwɤ˥-zo˩] |

Va expliquer [tout ça à ta belle-famille]! Nos deux familles vont en discuter [pour régler cette vilaine affaire]!"


NOTE : /le˧-ʂæ˥-ljɤ˩/: est du chinois: 商量
S66 stop écouter
ʁo˧dɑ˧, | <mv…> pʰæ˧tɕi˥-ɳɯ˩ | ʁɑ˧pv̩˧ tv̩˧-zo˥, | le˧-pʰv̩˧-hĩ˧ | tʰv̩˧-v̩˧-lɑ˩, | mi˩zɯ˩ tʰv̩˩-v̩˩˥ | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧˥ | ɑ˩ʁo˧-ə˧mi˧-ɳɯ˧ | tʰi˩˥ | pʰæ˧tɕi˥ tʰv̩˩-v̩˩<dʑo˩>[-ki˩] | "ʁɑ˩mi˧!" pi˧, | ɬo˧pv̩˥ ti˩-zo˩! |

Avant, le jeune homme qui s'est arc-bouté sur sa poitrine, qui l'a déshabillée, eh bien, la jeune fille… la mère de cette famille (=la mère de la jeune femme), elle a imploré le pardon du jeune homme (=elle l'a imploré pour qu'il renonce à elle), elle s'est prosternée [devant lui]!


NOTE : Lors de la transcription, F4 demande à ce que /pʰæ˧tɕi˥ tʰv̩˩-v̩˩-dʑo˩/ soit corrigé en /pʰæ˧tɕi˥ tʰv̩˩-v̩˩-ki˩/.
S67 stop écouter
tʰi˩˥, | "no˧, | tʰv̩˧-ki˧ tʰɑ˧-fv̩˧-ze˧! | ʈʂʰɯ˧-dʑo˧, | ʐɯ˧ ʈʰɯ˩ - hɑ˧ dzɯ˧ ɲi˥! | ʈʂʰɯ˧-ki˩ ki˩!" |

Alors, [elle aurait dû lui dire:] "Il ne faut plus avoir ces sentiments pour elle! Elle, elle est [désormais] mariée! Elle est son épouse!


NOTE : d'abord noté ‡tʰi˩-no˥
NOTE : tons vérifiés: est bien ʈʂʰɯ˧-dʑo˧, non ‡ʈʂʰɯ˧-dʑo˩
S68 stop écouter
le˧-ʂɯ˧-bi˧, | ʈʂʰɯ˧ | hĩ˧-ɲi˥-ze˩! | le˧-dʑo˩-bi˩, | ʈʂʰɯ˧ | hĩ˧-ɲi˥-ze˩! |

Qu'elle meure, ou qu'elle vive, elle appartient maintenant à leur famille!


NOTE : d'abord noté /‡ʈʂʰɯ˧-hĩ˩ | ɲi˧-ze˩/; est en fait une tournure possessive, mais en deux groupes: /njɤ˧ | hĩ˧-ɲi˥/ '[il/elle] appartient à ma famille', littéralement '[il/elle] est ma personne/mon homme'. Phonétiquement: /ʈʂʰɯ˧/ est fortement relevé du fait de sa position initiale; /hĩ˧/ est fortement abaissé par anticipation du ton H qui le suit; de sorte qu'il semble évident, lorsqu'on n'est pas au fait du découpage en groupes tonals, que /hĩ/ possède un ton plus bas que /ʈʂʰɯ˧/.
S69 stop écouter
zo˩no˥… | ə… no˧ | ʈʂʰɯ˧ | tʰɑ˧-fv̩˧! | no˧-ɳɯ˧ | ʈʂʰɯ˧ <le˧-ʁ… ə…> gɤ˩-sɯ˥ kʰɯ˩-hĩ˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | no˧ | ʁɑ˩mi˧-ze˩!" | pi˧-zo˩. | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Il ne faut plus avoir ces sentiments pour elle! Tu l'as fait revivre; grand merci!" Voilà ce que [la mère de la jeune femme] a dit [à son amoureux].


NOTE : phonétiquement: proche de [gæ˩-sɯ˥]
S70 stop écouter
tʰi˩˥, | mv̩˩zo˩-ɳɯ˥ | le˧-hɯ˩, | ə˧mi˧-ki˧ | le˧-hɯ˩: | "ə˧mɑ˧! kʰi˧ pʰo˧-ɻ̍˥! | njɤ˩ ɲi˩˥!" | pi˧. |

Alors la jeune femme s'en est retournée [à la maison de sa belle-famille], et elle a dit: "Mère! Ouvrez-moi! C'est moi!"

S71 stop écouter
"no˧ | le˧-ʂɯ˧-ze˧, no˧ le˧-tʰɑ˧-jo˩! | mɤ˧-ɲi˩! | mɤ˧-ɲi˩!" | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | pʰæ˧tɕi˥-ɳɯ˩ | tʰi˧-tɕʰo˩ | hɯ˧-zo˩. | pʰæ˧tɕi˥, | ɖʐv̩˧ | tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩, | tʰi˧-tɕʰo˩ | hɯ˧-zo˩. |

"Tu es morte, ne reviens plus! Non, non!" Quand elle disait ça, le jeune homme l'accompagnait. Le jeune homme, cet ami [de la jeune fille], il l'accompagnait (=lui aussi était résolu à ce que les choses soient dites clairement, selon le conseil donné par la mère de la jeune femme).


NOTE : /tʰi˧-tɕʰo˩/: accompagner; suivre
S72 stop écouter
"ə˧mɑ˧! | njɤ˧-ɳɯ˧ | ɻ̍˧bɤ˧-dʑo˧ | le˧-ʐwɤ˩-ki˩-bi˩!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.

"Mère! Je vais dire toute la vérité sur cette affaire!" (Note: c'est ici le jeune homme qui parle; il s'adresse à la mère de la jeune fille comme /ə˧mɑ˧/, terme d'adresse courant pour les femmes de l'âge de sa propre mère.)


NOTE : ɻ̍˧bɤ˧: le vrai et le faux
S73 stop écouter
"ɻ̍˧bɤ˧-dʑo˧ | tʰi˩˥, | qʰɑ˩ne˩ gv̩˩-hĩ˩˥, | njɤ˧-ɳɯ˧ | ʐwɤ˩-bi˩˥!" | pi˧-dʑo˩. |

"Ce qu'il en est en réalité, je vais [vous] le dire!" a-t-il dit.

S74 stop écouter
tʰi˩˥, | "ɻ̍˧bɤ˧ | qʰɑ˩ne˩ gv̩˩˥ | -ɲi˩?" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Alors, [la mère a demandé:] "Qu'en est-il en réalité?"


NOTE : d'abord noté /qʰɑ˩ne˩ gv̩˩-ɲi˥/, qui serait également acceptable
S75 stop écouter
tʰi˩˥, | "ɻ̍˧bɤ˧-dʑo˧, | ʈʂʰɯ˧=ɻ̍˩-dʑo˩, | lo˧ ʝi˧-hɯ˧-ze˩; | njɤ˩-dʑo˥, | no˧… | mv̩˩ | li˥-ɲi˩! | ɲi˧mi˧ qʰæ˧-ʂæ˧~ʂæ˧! | no˧-mv̩˩ | fv̩˧! | no˧-mv̩˩ | li˧! |

"Eh bien, en réalité, eux, ils sont partis au travail; et moi, j'observais votre fille, tout au long de la journée! J'aime votre fille! J'observais votre fille!"


NOTE : tons: intéressant: no˧-mv̩˩: votre fille; mv̩˩ li˥: regarder; ici, le changement de ton est comme si mv̩˩ appartenait à la fois au groupe tonal du verbe et à celui de /no˩/. Sinon, on trouverait: li˧-ɲi˥. (Par exemple, on dit: tʰi˧-li˧-ɲi˥.)
NOTE : vérifié, est bien /ʈʂʰɯ˧=ɻ̍˩-dʑo˩/ et non un simple /‡ʈʂʰɯ˧-dʑo˩/; sans /=ɻ̍˩/, il faudrait dire: /ʈʂʰɯ˧-dʑo˧/; le schéma tonal est un indice important de la présence de la syllabe /=ɻ̍˩/.
S76 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ | lo˧ ʝi˧-hɯ˧-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | njɤ˧…-ʈʂʰɯ˧, | no˧-mv̩˩ | li˧-bi˧!" | pi˧-zo˩, "kʰi˧-dʑo˩;

Comme ils étaient partis aux champs, moi, je suis allé voir votre fille!" a-t-il raconté; "comme j'étais allé là-bas,

S77 stop écouter
no˧-mv̩˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ə… ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | æ̃˩ʁv̩˩-tɕɤ˥-zo˩, | æ̃˩ʁv̩˩ dzɯ˩˥! |

Votre fille, ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩, elle se faisait cuire des œufs et les mangeait! (littéralement "se faisant cuire des œufs, elle mangeait des œufs")


NOTE : avais noté /‡ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩/ (note de juillet 2012)
S78 stop écouter
tʰi˩˥, | njɤ˧-ɳɯ˧ | ɖɯ˧-ɻwæ˥-ki˩-dʑo˩, | æ̃˩ʁv̩˩-ɳɯ˥ | qv̩˧ʈʂæ˧ æ˥! |

Alors, comme je l'ai appelée, [elle a été effrayée d'être ainsi surprise en train de dérober de la nourriture:] les œufs lui sont restés dans la gorge! (Note: petite incohérence dans le récit: plus haut, il est dit que c'est une des femmes de la maison qui, revenant avant les autres, a provoqué la frayeur de la jeune mariée)


NOTE : d'abord noté æ̃˥; mais la nasalité n'est pas phonémique.
S79 stop écouter
tʰi˩˥, | ə… ʈʂʰɯ˧ | le˧-tsʰɯ˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | kɤ˧ʈʂɯ˩ mɤ˩-hĩ˩, | le˧-ʂɯ˧-ni˧˥, | tʰi˧-kwɤ˩! | njɤ˧ le˧-pʰo˩-ze˩!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Alors… Quand ils sont rentrés, elle ne pouvait pas parler, elle était comme morte. Alors on l'a jetée/on s'en est débarrassée! (=on l'a décrétée morte) Et moi je me suis enfui!" a-t-il dit.

S80 stop écouter
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ ə˧mi˧-ɳɯ˧: | "mɤ˧-ʝi˧! | gɯ˩-ʝi˥ gɯ˩-ɲi˥!" <qʰɑ˩… tʰi˩˥…> le˧-pʰo˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | no˧-ʈʂʰɯ˧ | qʰɑ˩ne˩ ʝi˥?" | pi˧-dʑo˩, | "ʈʂʰɯ˧=ɻ̍˩ | tʰi˩˥, |

Alors, sa mère (=la mère de la jeune fille) a dit: "Pas possible! Et après t'être enfui, qu'est-ce que tu as fait?" Il a répondu: "Eux,

S81 stop écouter
hĩ˧ | le˧-ʁɑ˥-ʂe˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | tʰi˩˥, | le˧-gv̩˧~gv̩˥, |

ils ont fait venir les gens (=tout le village), ils ont tout préparé [pour l'enterrement];

S82 stop écouter
tʰi˩˥, | ʈæ˧bɤ˧ | le˧-ʁɑ˥-ʂe˩, | tv̩˧qʰv̩˧-qo˧ | tʰi˧-kʰɯ˧-hɯ˥-ze˩", | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩. |

Ensuite on a fait venir les moines, on a mis [votre fille] en terre;

S83 stop écouter
tʰi˩˥, | hæ̃˧qʰv̩˥ ɖɯ˩-hɑ̃˩-dʑo˩, | njɤ˧ | le˧-wo˧-kʰi˥; |

Alors, en pleine nuit, j'y suis retourné;


NOTE : on dirait: ɖɯ˧-hɑ̃˧-dʑo˥; forme ici un seul groupe avec hæ̃˧qʰv̩˥$ 'en pleine nuit, tard dans la nuit'.
S84 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | le˧-ʑi˧-ze˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | njɤ˧-ɳɯ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-ɲi˩: |

Comme eux, ils dormaient tous, voici ce que j'ai fait (littéralement "voici comment j'ai fait"):


NOTE : intéressant pour l'intonation: 'Eux,…' est réalisé par une descente intonative
NOTE : intéressant pour superposition de différents domaines: tonalement, /dʑo/ se comporte comme rattaché au groupe qui précède; intonativement, la frontière (fort allongement) se place sur le verbe qui précède.
S85 stop écouter
ʂɯ˧-hɑ̃˧ gv̩˧, | ɖɯ˧-ɲi˥~ɖɯ˩-ɲi˩ | njɤ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-ɲi˩", | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.

sept jours plus tard, chaque jour, voici ce que j'ai fait… (Note: ici, la narratrice bat un peu la campagne)

S86 stop écouter
mmm… tʰi˩˥, | "ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-dʑo˩, | tʰi˩˥, | no˧… | mv̩˩˥ | -dʑo˩, | njɤ˧ | do˩-hĩ˥ | mɤ˧-sɯ˥!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Voilà ce que j'ai fait; [mais] votre fille, elle ne savait pas que je la regardais!" a-t-il expliqué.

S87 stop écouter
njɤ˧ | do˩-hĩ˥ | mɤ˧-sɯ˥, | tʰi˩˥, | njɤ˧-ɳɯ˧ | lo˩dʑo˥ pʰv̩˩-ze˩!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩. |

Elle ne savait pas que je la regardais; et alors… [je suis allé la déterrer et] je lui ai ôté ses bracelets! (Note: dans cette version de l'histoire, c'est l'ami qui vient retirer les bracelets; ce qui est un peu surprenant comme geste, de la part d'un amoureux, et suggère qu'il a peut-être usurpé le rôle d'un voleur d'une version plus ancienne. L'explication que fournit la conteuse est que ce geste un peu brutal aurait eu pour but à demi conscient de susciter un soubresaut de la jeune fille suffisamment vigoureux pour qu'elle recrache les œufs coincés dans sa gorge: à ce moment du récit, son amoureux n'est pas encore sûr de savoir si elle est morte ou pas; il veut peut-être garder ses bijoux en souvenir d'elle, peut-être essayer de la faire revivre.)

S88 stop écouter
lo˩dʑo˥-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | <l…> dʑɤ˩˥ | pʰv̩˧-mɤ˥-tʰɑ˩-ɲi˩-ho˩-mæ˩! | tʰi˩˥, | njɤ˧-ɳɯ˧ | lo˩dʑo˥ pʰv̩˩, | ɻ̃˧ko˩ ʑi˩-zo˩ tʰv̩˩-qo˩… | tv̩˧-ze˥!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩. |

[Mais] les bracelets, je n'arrivais guère à les enlever! / il était bien difficile de les lui enlever! [Alors] je l'ai prise par les tibias, et je me suis appuyé dessus!

S89 stop écouter
tʰi˩˥, | to˩pv̩˧ | ɖɯ˧-ʂɯ˩ tʰi˩-tv̩˩, | mv… no˧-mv̩˩-ɳɯ˩ "qv-ɻ!" | pi˧-tsɯ˩, | njɤ˧ | wɤ˩˥ | le˧-ɖwæ˩-ze˩!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.

J'ai commencé par appuyer une fois; le cadavre a hoqueté/grommelé; cela m'a fait peur!" a-t-il raconté.


NOTE : /to˩pv̩˧/: au début
NOTE : onomatopée: bruit d'un râclement de gorge profond: dans un soubresaut, la présumée défunte commence à recracher l'œuf
S90 stop écouter
tʰi˩˥, | gi˩˥, | njɤ˧ | ɖɯ˧-ʂv̩˧ɖv̩˧-ɻ̍˥-dʑo˩, | qv̩˧ʈʂæ˧ æ˥-hĩ˩-ɳɯ˩, | njɤ˧ | do˩˥; |

Ensuite, oui-dame, en y réfléchissant, [je me suis souvenu que] je l'avais vue se coincer la gorge [en avalant précipitamment des œufs].


NOTE : présence de hĩ˩ dans qv̩˧ʈʂæ˧ æ˥-hĩ˩-ɳɯ˩ vérifiée
NOTE : d'abord noté æ̃˥; mais la nasalité n'est pas phonémique.
S91 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ | ʂɯ˧-dʑo˧ mɤ˧-ʝi˧! | njɤ˧ | wɤ˩˥ | ə˧tso˧ ʝi˧, | tʰi˧-ʝi˥-kʰɯ˩!" | ʂv̩˧ɖv̩˧-zo˩, | wɤ˩ ɖɯ˧-ʂɯ˥ pʰv̩˩! | wɤ˩˥ | "qv-ɻ"! | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Me disant: "Elle a pas dû mourir[, en fait!]", j'ai ôté à nouveau [ses bijoux] (=je me suis remis à lui enlever des bijoux)! A nouveau, elle a grogné!


NOTE : tons intéressant: ton de wɤ˩˥ se déplaçant
S92 stop écouter
tʰi˩˥, | so˧-ʂɯ˧-qo˧ tʰv̩˧-dʑo˧, | æ̃˩ʁv̩˩˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ | gɤ˩-pʰi˧ le˧-tsʰɯ˧˥!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.

après trois fois, elle a recraché un œuf!" a-t-il dit.


NOTE : /gɤ˩-pʰi˧ le˧-tsʰɯ˧˥/: tons vérifiés.
S93 stop écouter
æ̃˩ʁv̩˩˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ | gɤ˩-pʰi˧ le˧-tsʰɯ˧˥ | -dʑo˩, | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧-ɳɯ˧-dʑo˥, | "tʰv̩˧ne˧ ʝi˥-ze˩, | no˧ | ʁɑ˩mi˧-ze˩!" pi˧, | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Comme elle avait recraché l'œuf, elle [m']a dit: "Merci d'avoir fait ça!"

S94 stop écouter
tʰi˩˥, "ʁɑ˩mi˧-ze˩!" | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ɲi˧-kv̩˧˥ | <ʈʂʰɯ˧…> ʈʂʰɯ˧=ɻ̍˩-dʑo˩, | hĩ˧ | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | le˧-ʑi˩~ʑi˩; |

Comme elle me remerciait, eh bien… [nous] deux… eux, tous les gens, ils étaient en train de dormir.


NOTE : d'abord noté /‡ʈʂʰɯ˧-dʑo˩/, ne distinguant pas la syllabe /=ɻ/ (note de juillet 2012)
S95 stop écouter
<æ̃˩˥…> tv̩˧tsʰɯ˧ | ʈʰææ̃˧˩ | æ˩ ʈwɤ˧-ho˩-hĩ˩ | ʈʰæ˧æ˧-qo˥ | ɖɯ˧-ʝi˧ ɲi˩-ho˩-ze˩. |

Vrai de vrai, il était l'heure où le coq allait chanter! On arrivait à cette heure-là/il allait bientôt être cette heure-là.


NOTE : /ʈʰææ̃˧˩/: forme réduite de /ʈʰæ˧mi˧-ɳɯ˩/
NOTE : ʈʰæ˧æ˧-qo˥: serait: '时间, moment où…'; on pourrait également dire, sans /ɖɯ˧-ʝi˧/: /æ˩ ʈwɤ˧-ho˩-hĩ˩ | ʈʰæ˧æ˧-qo˥ ɲi˩-ho˩-ze˩/.
S96 stop écouter
le˧-ʑi˧-ŋv̩˥, | tsʰo˩ ʑi˩˥, | di˩ mɤ˩-ʑi˩-pi˥, | tsʰo˩ ʑi˩˥, | di˩ mɤ˩-ʑi˩-pi˥ | tʰi˩˥, | hĩ˧-dʑo˩ | le˧-ʑi˧˥, | mv̩˧di˧˥ | -dʑo˩ | ʑi˧-mɤ˥-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Ils dormaient; tous étaient endormis, sur la terre qui elle ne dormait pas! Tout était endormi, sur la terre, qui elle ne dormait pas!


NOTE : /tsʰo˩ ʑi˩˥, | di˩ mɤ˩-ʑi˩˥/ 'les gens dorment, la terre ne dort pas': de façon paradoxale, on peut également dire le contraire, avec le même sens: /tsʰo˩ ʑi˩˥, | di˩ ʑi˩˥/ 'les gens dorment, la terre dort'. Les deux variantes de cette formule proverbiale désignent l'état du monde endormi: tous les êtres dorment, hommes, bétail, plantes…
S97 stop écouter
no˧ tʰv̩˧-ʈʂæ˧-qo˩ tʰv̩˩-ze˩!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.

C'est à ce moment-là que tu es arrivée/que tu es revenue à toi!" lui a-t-il expliqué.

S98 stop écouter
tsʰo˩ ʑi˩˥, | di˩ mɤ˩-ʑi˩-hĩ˥-qo˩ tʰv̩˩-ze˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | -zo˩,

"Tu es revenue à toi alors que tous étaient endormis, sur la terre qui elle ne dormait pas; alors,

S99 stop écouter
mmm… ə… æ̃˩ʁv̩˩˥ | gɤ˩-pʰi˧ le˧-tsʰɯ˧˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | njæ˧=zɯ˩ | <nj…> njɤ˧ dʑi˧hṽ̩˥ | le˧-po˧˥ | kʰi˧-ze˥! | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.

quand tu as eu recraché l'œuf, nous deux… je t'ai apporté des vêtements!" dit [le jeune homme à la jeune femme].

S100 stop écouter
ə… pʰæ˧tɕi˥ | tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩ | dʑi˧hṽ̩˧ | ɖɯ˧-dzi˩ po˩! | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥, | dʑi˧hṽ̩˥ | mɤ˧-dʑo˧-ɲi˥-ze˩-mæ˩!

Ce jeune homme avait amené une paire de vêtements. Nous autres, les Na, on n'a pas de vêtement [quand on nous met dans la tombe]! (Note: avant l'enterrement, on nettoie le corps, on lui ôte tous ses vêtements et on le revêt d'un linceul blanc; le jeune homme a donc dû apporter des vêtements à la jeune femme.)


NOTE : /dʑi˧hṽ̩˥/: tons vérifiés
NOTE : d'abord noté /‡dʑi˧hṽ̩˧ ɖɯ˥-dzi˩/
S101 stop écouter
pʰv̩˩-tɕæ˩-ɻæ˥ po˩-ɳɯ˩-dʑo˩, | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | <ni˧fv̩˥-qo˩ kʰɯ˩-ze˩> [ʂɯ˧dʑi˧-qo˧ kʰɯ˧-ze˥], | le˧-tsɯ˧~tsɯ˧-ɲi˥-ze˩-mæ˩! |

Avec [un tissu] tout blanc, on met le corps dans le linceuil et on referme le tout!


NOTE : de: le˧-tsɯ˥ 'serrer, attacher'
NOTE : d'abord noté ‡ɲi˧fv̩˥, ton H#: ne signifie pas spécifiquement 'linceul, vêtement mortuaire', mais désigne un très grand sac en cuir dont on se servait pour transporter des objets par caravane sur de longues distances. F4 conseille de corriger en: ʂɯ˧dʑi˧, qui est le mot signifiant 'linceuil'.
S102 stop écouter
tʰi˩˥, | "njɤ˧-ɳɯ˧ | dʑi˧hṽ̩˥ | ɖɯ˧-dzi˩ po˩-kʰi˩; | tʰi˩˥, | dʑi˧hṽ̩˧ tʰv̩˧-dzi˧˥ | tʰi˧-mv̩˧-kʰɯ˧˥! |

"J'ai amené une paire de vêtements; je lui ai enfilé cette paire de vêtements!"

S103 stop écouter
"njæ˧=zɯ˩ | nɑ˧~nɑ˥ | tʰi˩˥ | njɤ˧ | le˧-pɤ˥~pɤ˩, | le˧-pʰo˩-ze˩!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩. |

Il a dit: "Nous deux, en cachette… je t'ai portée, et on s'est enfui!"


NOTE : commentaire de la locutrice au sujet du fait qu'ils se dissimulent, marchent furtivement: /ɑ˩ʁo˧-hĩ˧ | do˩-tʰɑ˩-kʰɯ˥/ il ne faut pas être vu par les gens de la famille/il ne s'agit pas que les gens de la famille les voient!
S104 stop écouter
le˧-pʰo˩, | le˧-pʰo˩ | tʰi˩˥, | ɑ˩ʁo˧ | no˧sɯ˩kv̩˩-kʰi˩-qo˩ tʰv̩˩-ho˩-dʑo˩, | tʰi˩˥, | no˧sɯ˩kv̩˩-ki˩ | le˧-tsʰɯ˩-dʑo˩; |

On s'est enfui; on allait arriver à votre porte; on est arrivé à votre porte; [ici, il s'agit en fait de la demeure d'origine de la jeune femme, non de la demeure de sa belle-mère, à qui le jeune homme s'adresse; explication: il réunit les deux familles de la jeune fille dans une même désignation]…


NOTE : kʰi: porte
S105 stop écouter
mv̩˩-ɳɯ˥: "ə˧mɑ˧!" | pi˧-dʑo˩, | "no˧-ɳɯ˧… no˧ ɲi˩-ɲi˥?" | pi˧, | "njɤ˩-dʑo˧, | ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩ ɲi˩!" | pi˧, |

La fille a dit: "Maman!" [Alors la mère a demandé:] "Qui êtes-vous? - Je suis ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩!"

S106 stop écouter
"tʰɑ˧-ʐwɤ˩-ɻ̍˩! | njɤ˧ | ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩ | le˧-ʂɯ˧-ɲi˥-ze˩! | ʁɑ˩mi˧! | le˧-ʂɯ˧ | ɖɯ˧-ɲi˧ hɑ̃˧ gv̩˥-ze˩!" |

"Taisez-vous donc! Mon ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩, elle est morte! Hélas! Elle est morte depuis quelques jours déjà!" (littéralement "plusieurs jours ont déjà passé depuis son décès")

S107 stop écouter
no˧ | ʁɑ˩mi˧ | gɯ˩-ʝi˥ | <le˧…> ə˧tso˧ | ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩ ɲi˩? |

Vous, pitié… Pour de vrai… Quelle ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩ êtes-vous donc?

S108 stop écouter
no˧ | tʰɑ˧-ʐwɤ˩-ɻ̍˩! | njɤ˧ | ɖwæ˩-zo˥ | mɤ˧-tʰɑ˧˥!" | pi˧, | le˧-wo˧-hɯ˧, | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Taisez-vous donc! Cessez d'essayer de me faire peur/Que venez-vous m'effrayer! 不要吓唬我!

S109 stop écouter
tʰi˩˥, | zo˧ tʰv̩˧-v̩˧ ɳɯ˩: | ə… zo˧ tʰv̩˧-v̩˧-dʑo˩, | ʈæ˧ʂɯ˧-no˩bv̩˩ mv̩˩ʈʂæ˩-hĩ˩ | ɖɯ˧-v̩˧ ɲi˩-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩. m!

Alors, l'homme a dit: euh… cet homme-là, on dit qu'il s'appelait ʈæ˧ʂɯ˧-no˩bv̩˩. Oui!

S110 stop écouter
ʈæ˧ʂɯ˧-no˩bv̩˩ mv̩˩ʈʂæ˩-hĩ˩ | ɖɯ˧-v̩˧-ɳɯ˧: | ə… <o!! tʰi˩˥, ʈ…> no˧bv̩˥ | pi˧-tsɯ˩. |

Ce ʈæ˧ʂɯ˧-no˩bv̩˩, il a dit: euh… (Ici, la conteuse se ravise, du fait que ʈæ˧ʂɯ˧ est le nom d'un de ses fils, qu'il ne s'agit pas de mêler à une histoire de mauvaises mœurs: larcins de nourriture et amours extra-conjugales.) Ah!! non! Il s'appelait no˧bv̩˥!

S111 stop écouter
"ə˧mɑ˧! njɤ˧ | no˧bv̩˥ ɲi˩!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩. "njɤ˧ | no˧bv̩˥ ɲi˩!" | pi˧-dʑo˩, |

[A ce moment-là, le jeune homme est intervenu:] "Mère! Je suis no˧bv̩˥!" Comme il disait "Je suis no˧bv̩˥",

S112 stop écouter
"no˧ | zo˩qo˧ no˩bv̩˩?" | pi˧-dʑo˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | njæ˧=zɯ˩, ʁɑ˩mi˧! | no˧sɯ˩kv̩˩ | ʈʂʰɯ˧ hĩ˧-ki˧ | mɤ˧-ki˧-sɯ˩-dʑo˩, | njæ˧=zɯ˩ | ɖwæ˧˥ | fv̩˧fv̩˩ ɲi˩-dʑo˩! | no˧sɯ˩kv̩˩ | njɤ˧-ki˧ mɤ˧-ki˧-hĩ˧ | no˧bv̩˥ ɲi˩!" | pi˧-dʑo˩. |

"Le no˧bv̩˥ de quel endroit?" a demandé [la mère]. (Explication: il y avait peu de noms autrefois; il fallait donc désambiguïser; pour cela, on pouvait employer un nom de village: /njɤ˧ | ɬi˧di˩-ɖɯ˩mɑ˩!/ 'Je suis la ɖɯ˩mɑ˩ de Yongning!' /njɤ˧ | lɑ˧ŋwɤ˧-no˩bv̩˩!/ 'Je suis le no˧bv̩˥ de la montagne lɑ˧ŋwɤ˧!') Autrefois, quand vous ne l'aviez pas encore donnée en mariage à ces gens-là, nous deux, on s'aimait vraiment bien! Je suis le no˧bv̩˥ à qui vous n'avez pas voulu donner votre fille!"


NOTE : on pourrait également dire: zo˩qo˧-ɳɯ˧ | tsʰɯ˩-ɲi˥?
NOTE : ʈʂʰɯ˧ hĩ˧-ki˧: on pourrait également dire: ʈʂʰɯ˧-ʑi˥-ki˩
NOTE : ɖwæ˧˥ | fv̩˧fv̩˩ ɲi˩: on pourrait également dire: sɯ˧~sɯ˧ ɲi˥
S113 stop écouter
"no˧bv̩˥… | no˧bv̩˥… | no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩, | no˧ | gɯ˩-ʝi˥ gɯ˩ ɲi˥!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Aaaah! no˧bv̩˥… no˧bv̩˥… no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩, c'est bel et bien toi!" a dit [la mère].


NOTE : d'abord noté /no˧bv̩˥-tsʰɤ˩ɻ̍˩/
S114 stop écouter
ə, ʈæ˧ʂɯ˧ | pi˧-mɤ˧-ɲi˥-ze˩! | no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩ pi˩-ɲi˩! |

Il ne faut plus l'appeler ʈæ˧ʂɯ˧! Il faut l'appeler no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩! (voir ci-dessus: la conteuse se ravise au cours du récit, se rendant compte qu'elle utilise pour le protagoniste masculin le nom d'un de ses fils, qu'il ne s'agit pas de mêler à une histoire de mauvaises mœurs: larcins de nourriture et amours extra-conjugales.)


NOTE : d'abord noté /no˧bv̩˥-tsʰɤ˩ɻ̍˩/
NOTE : on pourrait également dire: /no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩ | pi˧-ɲi˥/
S115 stop écouter
"no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩! | no˧ | gɯ˩-ʝi˥ gɯ˩-wɤ˥!" | pi˧-dʑo˩, |

no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩, c'est bel et bien toi!" a dit [la mère];


NOTE : d'abord noté /no˧bv̩˥-tsʰɤ˩ɻ̍˩/
S116 stop écouter
"ə˧mɑ˧, | gɯ˩-ʝi˥ gɯ˩!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.

[Il] lui a répondu: "[Oui,] mère, vrai de vrai[, c'est bien moi]!"

S117 stop écouter
tʰi˩˥, | gɯ˩-ʝi˥ gɯ˩-pi˥, | tʰi˩˥, | ə˧mi˧-ɳɯ˧ | <mv̩˩˥…> "mɤ˧-ʝi˧-ze˧! | no˩-dʑo˥, ə… zo˩no˥, | le˧-ʂɯ˧-zo˩, | tɕʰɯ˧si˩-dʑɤ˩pv̩˩-ki˩ ɖɯ˧-tʰv̩˧-ɻ̍˩ hɯ˩-ɲi˩-ze˩! | le˧-sɯ˧-tʰɑ˧-jo˧˥!" | pi˧-zo˩, | le˧-jo˩-mɤ˩-kʰɯ˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Alors, comme [il] disait que c'était la vérité, eh bien, la mère, disant [à sa fille]: "Ca ne va pas! Toi, eh bien… en mourant, tu es arrivée chez les démons! Ne reviens pas maintenant/il est trop tôt pour revenir!", elle ne l'a pas autorisée à revenir (=à entrer dans la maison), à ce qu'on raconte! 首先不要回家!


NOTE : tɕʰɯ˧si˩-dʑɤ˩pv̩˩: démon, monstre, fantôme
NOTE : /le˧-sɯ˧-tʰɑ˧-jo˧˥/; ce n'est pas /le˧-sɯ˩/ 'revenir à la vie' (de: vivre: sɯ˩) mais 'd'abord'; sens: 'ne reviens pas pour l'instant, il est trop tôt pour revenir'.
S118 stop écouter
tʰi˩˥, | zo˧hṽ̩˧ ʈʂʰɯ˧-v̩˧-ki˥-dʑo˩, | tʰi˩˥, | "no˧ le˧-jo˩!" | pi˧-zo˩.

[En revanche] elle a dit à cet homme (littéralement "cet enfant") "Toi, viens!"


NOTE : utiliser pour étude de la structure de l'information: équivalent fonctionnel de 'en revanche'
S119 stop écouter
zo˩no˥, | njæ˧sɯ˩kv̩˩-dʑo˩, | tɕʰɯ˧si˩-dʑɤ˩pv̩˩-ki˩, | le˧-tʰv̩˧-pi˧, | ʂɯ˧-hɑ̃˧ gv̩˧-ɳɯ˩, | gɤ˩ʈʂʰwæ˧-zo˩, | le˧… le˧-jo˩-kv̩˩-pi˩-zo˩. |

C'est que nous autres, à l'égard des revenants, quand ils apparaissent, quand sept jours ont passé [après le décès], ils se relèvent [de la tombe], et… on peut les laisser revenir [parmi les vivants].


NOTE : tons vérifiés, est: le˧-jo˩-kv̩˩-pi˩-zo˩.
NOTE : phonétiquement: proche de [gæ˩ʈʂʰwæ˧]
S120 stop écouter
ʂɯ˧-hɑ̃˧ mɤ˧-gv̩˧, | le˧-jo˩-kʰɯ˩-mɤ˩-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!

[Mais] avant que sept jours n'aient passé, il ne faut pas les laisser revenir!


NOTE : passage légèrement confus sur l'enregistrement, petit lapsus: ressemble à …kʰɯ˩-kə˩-kv̩˩…
S121 stop écouter
no˧ | le˧-ʂɯ˧ | le˧-sɯ˩-ɲi˩-pi˩-zo˩, | tʰi˩˥, | ʂɯ˧-hɑ̃˧ gv̩˧-ɳɯ˩, | le˧-jo˩-zo˩-kv̩˩-pi˩-zo˩; | tʰi˩˥, | ə˧mi˧ | le˧-jo˩-mɤ˩-kʰɯ˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Si tu meurs, et que tu reviens à la vie, eh bien, si sept jours ont passé, on peut te laisser revenir! Alors, [comme dans l'histoire sept jours n'avaient pas encore passé depuis le décès,] la mère ne l'a pas laissée entrer, à ce qu'on raconte!


NOTE : Note: 49 jours exactement après le décès, les célébrations s'arrêtent; avant que le 49e jour ait passé, le départ du défunt n'est pas encore complet.
S122 stop écouter
tʰi˩˥, | le˧-jo˩-mɤ˩-kʰɯ˩, | zo˧ tʰv̩˧-v̩˧-ki˧ | ɖɯ˧-bæ˧~ɖɯ˧-bæ˧ | le˧-mv̩˩do˩, | le˧-mv̩˩do˩, | le˧-mv̩˩do˩-dʑo˩ | tʰi˩˥,

Alors, n'ayant pas laissé entrer sa fille, elle a redemandé point par point au jeune homme [ce qu'il en était].


NOTE : le˧-jo˩-mɤ˩-kʰɯ˩: réalisé proche de le˧-jo˩-ə˩-kʰɯ˩: réalisation affaiblie de la négation
S123 stop écouter
zo˧-ɳɯ˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥… | ɖʐv̩˧… | pʰæ˧tɕi˥ | ʈʂʰɯ˧-v̩˧-ɳɯ˩ | fv̩˧ le˧-ʐwɤ˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | ə˧mi˧ <ɕjæ˧ɕi˩-tsɯ˥ | mv̩˩> gɯ˩-ʝi˥ gɯ˩ ʂv̩˩ɖv̩˩˥! |

Alors, comme ce jeune homme lui expliquait la bonne nouvelle [selon laquelle sa fille n'était pas morte], eh bien, la mère l'a cru! (=la mère a fini par le croire!) ("croire": emprunt chinois, 相信)


NOTE : à la première transcription, noté: /‡ʈʂʰɯ˧-v̩˧-ɳɯ˧/.
S124 stop écouter
tʰi˩˥, | ə˧mi˧-dʑo˩ | gɯ˩-ʝi˥ gɯ˩ | ʂv̩˧ɖv̩˧-zo˩! |

la mère l'a cru!

S125 stop écouter
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧-ʑi˥-ki˩ <kʰi˩->hɯ˩-tsɯ˩ | -mv̩˩! | <ə˧mi˧-ɳ…> ə˧mi˧-ɳɯ˧! |

Ensuite, elle s'est rendue auprès de cette famille, la mère [de la jeune fille]!


NOTE : à la transcription, une formulation sans kʰi˩- est jugée préférable
S126 stop écouter
mv̩˧ | tʰi˧-ki˩-hĩ˩ | ʈʂʰɯ˧-ʑi˥-ki˩! |

Auprès de la famille à laquelle [elle] avait donné sa fille [en mariage]!

S127 stop écouter
ʈʂʰɯ˧-ʑi˥-ki˩ hɯ˩-dʑo˩, | mv̩˩ ʈʂʰɯ˩-ʑi˩-ɻ̍˥, | ə˧mi˧-ki˧: |

Les gens de la famille de la fille, ils se sont rendus auprès de cette famille (=de la belle-famille de la jeune femme), et ils ont dit aux mères/tantes (=aux femmes de la famille du marié):

S128 stop écouter
"ə˧mi˧=ɻæ˩! | ə˩zɯ˩˥ | ɖɯ˧-zɯ˧ | qʰwæ˧kʰwɤ˧ tsɤ˧-ze˩!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.

"Mères, tantes! Nous deux (=nos deux familles), on va être en proie aux racontars pendant toute notre vie!" [note: c'est ici la mère qui s'adresse à la belle-mère]


NOTE : /ə˩zɯ˩/: variante de /ə˧zɯ˩/ 'nous deux' (duel)
NOTE : /qʰwæ˧kʰwɤ˧/: 'ragots, histoires, racontars'; avais d'abord noté /‡qʰwæ˧qʰwɤ˧/.
S129 stop écouter
tʰi˩˥, | ə˧tse˧ ʝi˧? | ə˩zɯ˩˥, | ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩-ɳɯ˩ | ɖɯ˧-zɯ˧ | qʰwæ˧kʰwɤ˧ tsɤ˧-ze˩-mɤ˩-ze˩!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Alors, que se passe-t-il? Nous deux… ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩, la voilà devenue l'objet des racontars pour toute sa vie!"


NOTE : /qʰwæ˧kʰwɤ˧/: 'ragots, histoires, racontars'; avais d'abord noté /‡qʰwæ˧qʰwɤ˧/.
NOTE : tons vérifiés, est: ə˧tse˧ ʝi˧
NOTE : A la réécoute, la locutrice demande à ce que /ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩-ɳɯ˩/ soit remplacé par /njɤ˧ | mv̩˩-ɳɯ˥/: comme précédemment, il s'agit d'éviter l'emploi d'un prénom qui est celui de membres de la famille de la narratrice.
S130 stop écouter
tʰi˩˥, | ə˧sɯ˩kv̩˩, | æ˧ʂæ˧-dʑo˩, | ɖɯ˧-zɯ˧ | qʰwæ˧kʰwɤ˧ | æ˧ʂæ˧-tɑ˩mv̩˩ tsɤ˩-ho˩-ze˩, ə˩-gi˩! | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Nous autres, les histoires… toute sa vie… cette histoire-là, elle va entrer dans les légendes/elle va devenir proverbiale!"


NOTE : /qʰwæ˧kʰwɤ˧/: 'ragots, histoires, racontars'; avais d'abord noté /‡qʰwæ˧qʰwɤ˧/.
S131 stop écouter
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ ə˧mi˧-ɳɯ˧: | ə˧tso˧ ʝi˧-zo˥, | æ˧ʂæ˧-tɑ˩mv̩˩ tsɤ˩-ɲi˩?" | pi˧-dʑo˩, |

Alors, la mère du marié a dit: "de quoi s'agit-il donc, qui puisse ainsi devenir proverbial?"

S132 stop écouter
"ʁɑ˩mi˧! | njɤ˧ | ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | no˧sɯ˩kv̩˩ | tʰv̩˧-ɲi˧ | lo˧ ʝi˧-hɯ˧-tsɯ˩; |

Pardon! Mon ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩ (=ma fille ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩)… vous, ce jour-là, vous étiez partis travailler;

S133 stop écouter
ɑ˩ʁo˧ | mɤ˧-dʑo˩-tsɯ˩; | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ | ʁɑ˩mi˧! | ɖɯ˧-pi˧˥ | tsɤ˧ʁo˧-tsʰi˧ʁo˥ tsʰi˩-kv̩˩", | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.

vous n'étiez pas à la maison; alors… pardon! elle souffre un peu du défaut de gourmandise!" leur a-t-elle dit.


NOTE : tsɤ˧ʁo˧-tsʰi˧ʁo˥: gourmand; tsʰi˩: souffrir de
S134 stop écouter
ɑ˩ʁo˧-ɳɯ˧ | ɖɯ˧-pi˧˥ | <tsɤ˧ʁo˧-tsʰi˧kv̩˥…> tsɤ˧ʁo˧-tsʰi˧ʁo˥ tsʰi˩-kv̩˩, | hĩ˧-bv̩˧ <lo˧…> hɑ˧ tʰi˧-gv̩˩-ze˩-gɤ˩, | tʰi˧-ʈʂwɤ˥~ʈʂwɤ˩ tʰi˩-dzɯ˩-kv̩˩!" | pi˧-zo˩. | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩!

A la maison, il lui arrivait d'être prise par la gourmandise; pendant qu'elle faisait la cuisine, elle mangeait un peu par-ci par-là (littéralement "elle en touchait un peu et elle en mangeait")", leur a-t-elle dit. Voilà ce qu'on raconte!


NOTE : <tsɤ˧ʁo˧-tsʰi˧kv̩˥…>: est un lapsus, aussitôt corrigé.
NOTE : hɑ˧ tʰi˧-gv̩˩-ze˩-gɤ˩: au moment où (glose proposée par M18: 当下)
S135 stop écouter
tʰi˩˥, | "ʁɑ˩mi˧! | tʰv̩˧-ɲi˧, | ə˧tso˧ dzɯ˧? | njɤ˧sɯ˩kv̩˩-dʑo˩, | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | lo˧ ʝi˧-kʰi˩! | njɤ˧sɯ˩kv̩˩, | ʐo˩ mɤ˥-gv̩˩-sɯ˩!" | pi˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Alors, les gens de la belle-famille ont répondu: "Aaaah bon! Ce jour-là, qu'est-ce qu'elle a mangé? Nous autres, on était tous partis travailler! Nous, notre déjeuner n'était pas encore prêt!"

S136 stop écouter
tʰi˩˥, | "ʁɑ˩mi˧! | ʁo˧dɑ˧, | no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩<-dʑo˩-ɳɯ˩>-lɑ˩ | ʈʂʰɯ˧=zɯ˩ | fv̩˧~fv̩˩ ɲi˩-dʑo˩…" |

Alors la mère a ajouté: "Pardon, pardon! Auparavant (=avant son mariage), avec no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩, eux deux, ils s'aimaient bien…"


NOTE : d'abord noté /no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩/
S137 stop écouter
tʰi˩˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | ə˧dɑ˧-ə˧mi˧-ʈʂʰɯ˧, | <ɲi˩˥ | -ki˧ ki˩, | ɲi˩˥ | -ki˧ ki˩-lɑ˩-ɲi˩-mæ˩!> [ɲi˩˥ | -ki˧ ki˩-bi˩-ni˩-gv̩˩, | ɲi˩˥ | -ki˧ ki˩!] |

C'est qu'autrefois, les parents, ils donnaient [leurs filles] à qui ils voulaient!

S138 stop écouter
no˧ fv̩˧-bi˧, | ɖɯ˧-ʑi˩ | ʝi˧-kʰɯ˩-mɤ˩-kv̩˩-mæ˩! |

Même si telle personne te plaisait, ils ne te laissaient pas aller dans cette maison (=ne te laissaient pas l'épouser)!

S139 stop écouter
tʰi˩˥, | ə… no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩ | ʈʂʰɯ˧=zɯ˩-dʑo˩ | ɖwæ˧˥ | fv̩˧~fv̩˩-ɲi˩-dʑo˩, | ə˩zɯ˩˥… | njæ˧sɯ˩kv̩˩… | ə˧sɯ˩kv̩˩… | no˧=ɻ̍˩ | njɤ˧=ɻ̍˩ fv̩˩, | njɤ˧=ɻ̍˩ | no˧=ɻ̍˩ fv̩˩, | no˧-ki˧ ki˩-dʑo˩;

Alors, [la mère a poursuivi:] "Avec no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩, eux deux, ils s'aimaient beaucoup; nous deux… nous autres… nous [inclusif]… vous nous appréciez, nous vous apprécions, nous vous avons donné [notre fille]";

S140 stop écouter
"tʰi˩˥, | ʁɑ˩mi˧! | tɕʰɤ˧ɲi˧-ni˧˥, | no˧-ki˩ ki˩-se˩-lɑ˩, | no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩-dʑo˩ | no˧-ki˩ hɯ˩-pʰæ˩-di˩!" |

"Pardon, pardon! Après que [ma fille] se soit mariée, il semblerait que Norbu soit pourtant sans cesse allé chez vous/ait néanmoins continué à fréquenter votre fille!"


NOTE : La forme /no˧-ki˩ |/ est contraire à la règle morpho-phonologique dégagée, selon laquelle le schéma devrait être /no˧-ki˧/. xxxx à vérifier en 2018.
S141 stop écouter
"mv̩˩zo˩ li˥-hɯ˩-pʰæ˩-di˩-dʑo˩, | tʰv̩˧-ɲi˧-dʑo˩, | tɑ˧~tɑ˧ | æ̃˩ʁv̩˩ dzɯ˩-ʁo˥to˩-dʑo˩, | tʰv̩˧-ɳɯ˧ | le˧-li˧-zo˩ | tʰi˩˥, | ɖɯ˧-ɻwæ˧-pʰæ˧-di˥-dʑo˩, | æ̃˩ʁv̩˩-ɳɯ˥ | qv̩˧ʈʂæ˧ æ˥-tsɯ˩! |

il semble qu'il soit allé voir la jeune fille! Ce jour-là, il semblerait qu'il l'ait appelée, en la voyant, juste au moment où elle était en train de manger des œufs! et alors, elle s'est coincé un œuf dans la gorge! [la version diffère ici du début du récit: ce n'est plus une des femmes de la maisonnée qui appelle la jeune fille, mais son amoureux]

S142 stop écouter
tʰi˩˥, | so˧-hɑ̃˧ gv̩˥ | ɖɯ˧-hɑ̃˧˥ | -dʑo˩, | no˧sɯ˩kv̩˩ | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | le˧-ʑi˧˥, | ʈʂʰɯ˧-ɳɯ˧ | hæ̃˧qʰv̩˥-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧ tʰi˧-nv̩˧-hĩ˧-qo˩ | tʰi˩˥, | ʁɑ˩mi˧! | ə… lo˩dʑo˥ pʰv̩˩, |

Ensuite, trois jours ayant passé, le soir, alors que vous dormiez tous, lui, en pleine nuit, là où on l'avait enterrée, eeehh bien! il lui a ôté ses bracelets,


NOTE : phonétiquement, le /ɖɯ˧/ dans ɖɯ˧-tɑ˧˥ paraît avoir disparu.
S143 stop écouter
lo˩dʑo˥ pʰv̩˩-ʁo˩to˩-dʑo˩, | ŋwɤ˧qo˥ | le˧-ʑi˩, | ə… ʁɑ˧pv̩˧-ʁo˧to˩ tv̩˩-dʑo˩, | tʰi˩˥, | æ̃˩ʁv̩˩˥ | gɤ˩-pʰi˧ le˧-tsʰɯ˧-tsɯ˥! |

en lui enlevant ses bracelets, il lui a pris les genoux, euh… [et] en appuyant sur sa poitrine, on dit qu'elle a recraché l'œuf!


NOTE : de: pʰi˧˥ 'vomir'; son ton H va jusqu'à la dernière syllabe
S144 stop écouter
tʰi˩˥, | tʰv̩˧-qo˧ tʰv̩˧-dʑo˧, | hæ̃˧qʰv̩˥ | tʰi˩˥, | no˩-ɳɯ˥-dʑo˩, | dʑi˧hṽ̩˥ | ɖɯ˧-dzi˩ po˩-kʰi˩; |

[La mère prend à témoin le jeune homme:] A ce moment-là, en pleine nuit, toi, tu lui as amené une paire de vêtements;

S145 stop écouter
dʑi˧hṽ̩˥ | tʰi˧-mv̩˧-kʰɯ˧-zo˥, | ʁɑ˩mi˧! | le˧-pʰo˩-ze˩-tsɯ˩. |

tu lui as enfilé des vêtements; eeeeh! et vous vous êtes enfuis!

S146 stop écouter
ə˧sɯ˩kv̩˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | njɤ˧-ɳɯ˧ | ɑ˩ʁo˧ | no˧sɯ˩kv̩˩-ki˩, | ʁɑ˩mi˧! | ʐwɤ˩-mɤ˩-tsʰɯ˩˥!" | pi˧-dʑo˩, | "njɤ˧-mv̩˩-dʑo˩, | no˧-ki˩ ki˩-ɲi˩-ze˩! |

Nous [inclusif], c'est ainsi que moi… ma maison… à vous… pardon! ils ne sont pas venus [tout de suite] vous faire part [de tout ce qui s'était passé]! [Mais pour moi l'affaire est claire:] ma fille, c'est à vous que je l'ai donnée!

S147 stop écouter
le˧-ʂɯ˧-bi˧, | no˧ | hĩ˧ tsɤ˧-tso˧-ɲi˥! | le˧-dʑo˩-bi˩, no˧ | hĩ˧ tsɤ˧-tso˧-ɲi˥! |

même si elle doit mourir, elle est devenue membre de votre famille [à vous, maintenant]! Même si elle vit, elle est devenue membre de votre famille [à vous, maintenant]!


NOTE : d'abord noté ‡no˧-hĩ˩ | tsɤ˧-tso˧-ɲi˥
S148 stop écouter
tʰi˩˥, | hĩ˧-ɳɯ˩-dʑo˩, | ɖɯ˧-zɯ˧ qʰwæ˧kʰwɤ˧ tsɤ˧-ʝi˧! |

Les gens, ils vont raconter des histoires [derrière notre dos] pendant toute sa vie (=aussi longtemps que ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩ vivra)!

S149 stop écouter
"ə˧mi˧! | ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩ ʈʂʰɯ˩-dʑo˩ | ʈʂʰɯ˧-ki˩ ki˩<-dʑo˩>[-zo˩], | ɻ̍˩ɬo˧ʈi˥ | hɯ˧-ze˧", | pi˧-ʝi˧! |

"Houlà! ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩, après s'être mariée avec lui, elle est devenu un démon!" Voilà ce que les gens vont dire!


NOTE : d'abord noté /‡ɻ̍˩ʈʂʰe˧-ɖɯ˩mɑ˩ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˧/
S150 stop écouter
"tv̩˧qʰv̩˧-qo˧ | hĩ˧ tʰi˧-mɤ˧-dʑo˧", | pi˧-ʝi˧!

"Dans la tombe, il n'y a personne!" Voilà ce que les gens disent!


NOTE : vérifié, n'est pas pi˧-ʝi˩
S151 stop écouter
"mmm… ʁɑ˩mi˧! | ə˧mi˧=ɻæ˩! | ə˩-sɯ˧kv̩˥, | dʑɤ˩-ɳɯ˧ qʰwɤ˧-ɳɯ˧, | qʰwɤ˩ɖɯ˩˥ | v̩˩dze˩ tsɤ˩-ze˥! |

"Pardon, mesdames! Nous sommes devenus parents/nous sommes devenus membres d'une même famille!

S152 stop écouter
ə… qʰwɤ˩ɖɯ˩˥ | mɤ˧-to˩, | le˧-to˩-ze˩! | njɤ˧-mv̩˩zo˩-dʑo˩, | ʁɑ˩mi˧! | ʈʂʰɯ˧ne˧ gv̩˧-ɲi˥-tsɯ˩! |

nous n'avions pas de lien de parenté; nous voilà désormais unis (comme une même famille)! Ma fille, pitié! voilà ce qu'elle a fait! (littéralement "voilà comment elle a fait!")

S153 stop écouter
no˧=ɻ̍˩, | le˧-ʂɯ˧-ze˧, | tʰɑ˧-pi˧-ɻ̍˥! |

Ne dites plus qu'elle est morte!


NOTE : intéressant pour structure de l'information: contact entre vocatif et groupe verbal; ambigu, pourrait être sujet.
S154 stop écouter
le˧-ʂɯ˧ le˧-wo˧-tsʰɯ˧˥ | tsʰɯ˩-pi˩, | ə˩-sɯ˧kv̩˥, | tʰi˩˥, | æ̃˩ʁv̩˩ dzɯ˩ tʰv̩˩-kʰwɤ˩˥, | hĩ˧-ki˧ | tʰɑ˧-pi˧-ɻ̍˥! |

Entendons-nous pour dire qu'elle est morte puis revenue (=ressuscitée); ne racontons pas le coup qu'elle a mangé des œufs!


NOTE : vérifié, n'est pas tsʰɯ˧-ɻ̍˥ | tsʰɯ˩
NOTE : on pourrait également dire: tʰɑ˧-ʐwɤ˧-ɻ̍˥
S155 stop écouter
le˧-ʂɯ˧ le˧-wo˧-tsʰɯ˧-ze˥ | pi˧! | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-ʐwɤ˩-ɻ̍˩! |

Disons qu'elle est morte et ressuscitée! Expliquons donc ça ainsi!

S156 stop écouter
tʰi˩˥, | mv̩˩zo˩˥ | -dʑo˩, | ʁɑ˩mi˧! | ʂɯ˧-hɑ̃˧ | mɤ˧-gv̩˧-dʑo˩, | ɑ˩ʁo˧ | le˧-jo˩ | tsɤ˧-mɤ˧-ʝi˧-pi˧-zo˥! | njɤ˧-ɳɯ˧ | le˧-jo˩-mɤ˩-kʰɯ˩-ze˩! |

Alors, quant à (ma) fille, je vous en prie! avant que sept jours n'aient passé, disons qu'elle ne doit pas revenir à la maison! Moi, je ne l'ai pas autorisée à revenir!

S157 stop écouter
ʁɑ˩mi˧! | tʰv̩˧-ɲi˧-dʑo˩, | æ̃˩ʁv̩˩ dzɯ˩˥ | -ɲi˩-dzɯ˩!" | pi˧, | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧˥ | ə˧mi˧-ɳɯ˧: | "ə˧mi˧!" |

Pardon! Ce jour-là, elle a bel et bien dérobé des œufs! [=Si je vous demande de ne pas le dire à l'extérieur, ce n'est pas faute d'admettre son larcin et d'en savoir la gravité!] Alors, la mère du marié (littéralement "la mère de cette famille") a dit: "Hélas!"

S158 stop écouter
tʰi˩˥, | le˧-ʂɯ˧-ze˧-pi˧-zo˥, | hĩ˧-ki˧ | le˧-ʐwɤ˩-ze˩-dʑo˩, | <tʰv…> ə˩zɯ˩˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧ gv̩˧-ze˥-dʑo˩, | ljɤ˩-ɳɯ˥ | dʑo˧-ɲi˥-ʝi˩-ze˩! |

[La belle-mère poursuit:] "Eh bien… sa mort, on en a fait part aux gens, les gens en ont parlé, de sorte que… maintenant que nous deux (=les deux mères de famille) on se trouve dans cette situation, c'est notre destin maintenant!


NOTE : vérifié: il n'y a pas de syllabe en plus après /hĩ˧-ki˧/; seulement le marquage intonatif d'une frontière.
NOTE : est le même /ljɤ/ que dans /kɤ˧wɤ˧-ljɤ˧˥/ 'avoir une affinité prédestinée'
S159 stop écouter
mmm… ʁo˧dɑ˧, | no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩ | ʈʂʰɯ˧ fv̩˧! | tʰi˩˥, | ə˧zɯ˩, | no˧sɯ˩kv̩˩-ɳɯ˩, | njɤ˧=ɻ̍˩-ɳɯ˩, | no˧-mv̩˩ | fv̩˧-pi˧, | no˧=ɻ̍˩-ɳɯ˩, | njɤ˧-zo˧ | fv̩˧-pi˧, | <ə˧zɯ˩-ʈʂʰɯ˩….> ə˩-sɯ˧kv̩˥ | fv̩˧~fv̩˩-ɻ̍˩, | ɖɯ˧-ʑi˩ ʝi˩ kʰɯ˩-ɲi˩-ze˩, |

Alors comme ça, autrefois, no˧bv̩˥-tsʰɯ˩ɻ̍˩ l'aimait! Eh bien, nous deux… Vous autres, nous, on apprécie votre fille; vous autres, vous appréciez notre fils; on s'apprécie mutuellement, on est devenu une seule famille;


NOTE : vérifié, n'est pas …ɖɯ˧-ʑi˩-ɻ̍˩
S160 stop écouter
tʰi˩˥, | zo˩no˧-dʑo˥, | ə… mɤ˧-tsɤ˧-bi˧, | njɤ˧ | hĩ˧ tsɤ˧-ɲi˥-ze˩! | no˧ | ɑ˩ʁo˧ | ʈʂʰo˧do˩ le˧-ʈʂʰo˧-ɲi˥-ze˩! |

alors, maintenant… même si ce n'est pas bien, elle est devenue un membre de ma famille (littéralement "une personne à moi")! [Les hommes de ma famille] ont pratiqué les rites dans votre maisonnée! (Explication: lorsqu'une jeune femme quittait la maisonnée, les hommes de la famille qu'elle rejoignait devaient réaliser des rites dans sa maisonnée d'origine)

S161 stop écouter
zo˩no˥, | le˧-sɯ˩-bi˩, | njɤ˧ | hĩ˧ ɲi˥-ze˩! | le˧-ʂɯ˧-bi˧, | njɤ˧ | hĩ˧ ɲi˥-ze˩! |

Si elle meurt, elle fait partie de ma famille [à moi, maintenant]! Si elle vit, elle fait (pareillement) partie de ma famille!

S162 stop écouter
le˧-ʂv̩˧ le˧-po˧-jo˧-zo˧-ʝi˧!" | pi˧-zo˩, | tʰi˩˥, | le˧-ʂv̩˧-hɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩! |

Qu'elle revienne donc (à la maison)!" a-t-elle dit; alors, ils ont refait venir (la jeune femme chez eux)/ la jeune femme s'est trouvée à nouveau acceptée dans la maisonnée!


NOTE : vérifié (2013): n'est pas /‡le˧-ʂv̩˧-hɯ˧-dʑo˩/
S163 stop écouter
le˧-ʂv̩˧-hɯ˧-dʑo˧, | mv̩˩zo˩ tʰv̩˩-v̩˩˥ | -dʑo˩, | le˧-ʂɤ˧do˧-zo˥, | le˧-ʂɤ˧do˧-zo˥! |

Quand ils l'ont fait revenir, la jeune femme, qu'elle avait honte, qu'elle avait honte!


NOTE : on pourrait également dire: ….tʰv̩˩-v̩˩-dʑo˥
S164 stop écouter
ʂɯ˧-hɑ̃˧˥, | gɤ˩-ʈʂʰwæ˧-dʑo˥, | gɤ˩-ʈʂʰwæ˧-ʁo˧to˩-dʑo˩ | <mɤ˧-t…> ɖɯ˧-pi˧˥ | mɤ˧-ɳɻ̍˧~ɳɻ̍˧ ʂe˧~ʂe˧ gv̩˧-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Le septième jour [=le jour où elle pouvait se présenter à nouveau aux gens, se prétendant ressuscitée], en se levant, au moment de se lever, elle s'est trouvée un peu perdue; sans trop savoir pourquoi, elle a attrapé froid.

S165 stop écouter
tʰi˧-dzi˩ | tʰi˧-ʂv̩˧ɖv̩˧~tʰi˧-ʂv̩˧ɖv̩˧-dʑo˩, | ʂɤ˧do˧-tsɯ˥ | mv̩˩! |

Elle est restée assise, toute mélancolique; elle avait honte, à ce qu'on raconte!

S166 stop écouter
ʂɤ˧do˧-zo˥! | "wɤ˩˥ | le˧-hɯ˩-dʑo˩, | tʰv̩˧-ɲi˧, | ɖɯ˧-ʂɯ˩ | ʂɯ˧-bi˧-ze˧! |

elle avait honte! "C'est reparti: aujourd'hui, je vais mourir une nouvelle fois! / Cette fois-ci, je vais mourir pour de bon!"

S167 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | -dʑo˩, | tʰɑ˧-mɤ˧-ʝi˧-ze˩! | njɤ˧ | ɖɯ˧-zɯ˧ | qʰwæ˧kʰwɤ˧ tsɤ˧-ʝi˧-ze˧!" | pi˧, |

Ca ne peut plus aller comme ça! Cette histoire va me suivre toute ma vie/ toute ma vie, je vais être l'objet des racontars!" (littéralement: ça va devenir une histoire, [pour] tout ma vie!)


NOTE : /tsɤ˧-ʝi˧-ze˧/: les deux dernières syllabes sont très hypo-articulées, on n'entend guère que /tsɤ/.
NOTE : d'abord noté ‡ɖɯ˧-zɯ˩
S168 stop écouter
tʰi˩˥, | "æ˧ʂæ˧ qʰwɤ˧˥ | -dʑo˩, | dʑo˧-kv̩˧˥! | hĩ˧ | ɖɯ˧-v̩˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | æ˧ʂæ˧ qʰwɤ˧˥ | ɖɯ˧-kʰwɤ˧ dʑo˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | <hĩ˧> tsɤ˧-ɲi˥!"

Alors, (les gens de la famille lui ont répondu:) "Des racontars, il peut [bien] y en avoir! (=Les racontars, ça n'est pas grave!/ Si les gens racontent des histoires, laisse-les donc causer!) Une personne, s'il y a des racontars à son sujet, ça va [tout de même]! (=ça n'est pas si grave!)"


NOTE : avais d'abord noté /‡ɖɯ˧-kʰwɤ˥ | dʑo˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩/.
S169 stop écouter
no˧ tʰɑ˧-ʂɯ˧!" pi˩-ɲi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩, | zo˧ ʈʂʰɯ˧-ʑi˧˥ | ə˧mi˧-ɳɯ˧. | "tʰɑ˧-ʂɯ˧!" |

ne meurs pas!" a dit la mère de la famille du jeune homme (=la belle-mère).


NOTE : d'abord noté /‡| pi˧-ɲi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩/. Est en fait /pi˩-ɲi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩/, intégré au groupe tonal qui précède. Il serait également possible de dire: /| pi˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩/.
S170 stop écouter
ə˧zɯ˩ | zo˩no˥ | zo˧ ʐɤ˧-tso˧-ɲi˥, | mv̩˩ ʐɤ˩-tso˩-ɲi˥! |

Nous autres, on est entré dans une relation de fils adoptif, fille adoptive!

S171 stop écouter
ʑi˧dv̩˧ ʝi˧-tso˧-ɲi˥! | ʂɯ˧-mɤ˧-ɖo˧! |

on forme une maison! ne meurs pas!

S172 stop écouter
no˧ | le˧-ʂɯ˧-le˧-wo˥-tsʰɯ˩-hĩ˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | zɯ˧ ʂæ˧-hĩ˧-ɲi˥-ze˩! |

tu es morte et tu es revenue; c'est que ta vie va être longue! (=tu as survécu; c'est que tu es promise à une longue vie!)


NOTE : on pourrait également dire: zɯ˧ ʂæ˧-ho˩-ɲi˩-ze˩! en explicitant le fait qu'on parle de l'avenir (dans ce cas: pas de /hĩ/)
S173 stop écouter
njɤ˧ | hĩ˧ tsɤ˧-tso˧-ɲi˥! | ʂɯ˧-dʑo˩, | no˧ ʂɯ˧-tʰɑ˧-ʂv̩˧ɖv̩˧! | ʂɤ˧do˧˥ | mɤ˧-zo˧! |

Tu es devenue un membre de ma famille! Mourir? Non, ne pense pas à mourir! Il ne faut pas avoir honte!


NOTE : d'abord noté ‡njɤ˧-hĩ˩ | tsɤ˧-tso˧-ɲi˥
S174 stop écouter
æ˧ʂæ˧-dʑo˩, | qʰwɤ˧˥ | -dʑo˩, | ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩ | æ˧ʂæ˧-qʰwɤ˧˥, | æ˧ʂæ˧-qʰwɤ˧-pi˥-hĩ˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-v̩˧ | wɤ˩˥ | æ˧ʂæ˧-qʰwɤ˧˥ | ɖɯ˧-kʰwɤ˧ ɲi˥-ze˩! |

Autrefois, les histoires, eh bien, tout devenait histoire! (=tout devenait matière à histoire!) Les contes, voilà comment quelqu'un devenait [le sujet] d'une histoire/c'est comme ça qu'il naissait de nouvelles histoires!

S175 stop écouter
mmm… tʰi˩˥, | "no˧ | mɤ˧-ɖwæ˩!" | pi˧-zo˩; | zo˧ ʈʂʰɯ˧-ʑi˧˥ | ə˧mi˧-ɳɯ˧ | le˧-ʂv̩˧-hɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!

or donc… la mère a dit: "N'aie pas peur!" Sa belle-mère (littéralement: "la mère de la famille de cet homme") est allée la rechercher. (Note: jusqu'à ce que le septième jour soit passé, la jeune femme avait dû rester dehors cachée dans une cabane ou une grotte: elle ne pouvait ni retourner dans la maison de sa belle-mère ou de sa mère, ni se montrer aux autres gens.)


NOTE : vérifié: n'est pas … | tʰi˩-no˥ | …
S176 stop écouter
le˧-ʂv̩˧-hɯ˧-dʑo˧, | tʰi˩˥, | zo˧ ʈʂʰɯ˧-v̩˧-ki˧ tʰv̩˧-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | wɤ˩˥, | ɖwæ˧˥ | ʂɤ˧do˧ ʝi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Comme on allait la chercher, eh bien, lorsqu'elle est parue en présence de cet homme (=de son mari), elle a à nouveau été en proie à une grande honte!


NOTE : vérifié: n'est pas /‡le˧-ʂv̩˧-hɯ˧-dʑo˩/
S177 stop écouter
ɑ˩pʰo˩˥ | mɤ˧-tʰv̩˧, | tɕʰɤ˧ɲi˧-ni˧˥ | le˧-ŋv̩˩ | le˧-ʑi˧-tsɯ˥ | mv̩˩! |

Ne sortant pas, elle avait passé ces journées à pleurer, et à dormir! (littéralement: elle ne sortait pas, elle pleurait et dormait toute la journée)

S178 stop écouter
le˧-ŋv̩˩ | le˧-ʑi˧˥, | le˧-ʑi˧˥, | le˧-ʑi˧-dʑo˥ | tʰi˩˥, | zo˧ | tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩: | "mɤ˧-ɖwæ˩! | æ˧ʂæ˧ qʰwɤ˧˥ | dʑo˧-ɲi˥! |

Elle avait pleuré, et dormi, dormi, dormi encore! Alors, l'homme (=le mari) a dit: "N'aie crainte! C'est comme dans l'histoire!

S179 stop écouter
mi˩zɯ˩-ʈʂʰɯ˥ | tsɤ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ə… æ˧ʂæ˧-ɳɯ˩ | dʑo˧-ɲi˥! |

La gourmandise des jeunes filles, les contes nous en parlent! (=La gourmandise des jeunes filles, il y a plein d'histoires à ce sujet, ça n'a rien de nouveau ni d'exceptionnel)

S180 stop écouter
ə… hĩ˧ mɤ˧-do˧˥, | dzɯ˧-bi˧-pi˧-hĩ˧, | dʑo˧-kv̩˥-ɲi˩! | no˧ | ɖwæ˩-mɤ˧-zo˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩! |

Des gourmands qui mangent en cachette, ça existe! (littéralement: "Des [gens] qui mangent quand on ne les voit pas, il y en a!") Il ne faut pas te faire de souci, pour ça!


NOTE : d'abord noté /‡ɖwæ˩-mɤ˧-zo˧, | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩/
S181 stop écouter
no˧ | so˧-hwɤ˩, | ə˧-dzɤ˧~dzɤ˥… | zo˩no˥, | tʰɑ˧-dzɯ˥, | le˧-tsɤ˧-ʝi˧!" | pi˧-zo˩, | zo˩no˥, |

Toi, dorénavant, petit à petit… eh bien, ne mange plus [en cachette], et ça ira! (=ne recommence plus, et la page sera tournée!)" lui a-t-il dit; alors,

S182 stop écouter
njæ˧sɯ˩kv̩˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | ɑ˩ʁo˧-ʈʂʰɯ˧, | mmm… ʁæ˧-mɤ˧-ʑi˧, | dzɯ˧ mɤ˧-ɖo˧! | dzɯ˧ mɤ˧-ɖo˧ | pi-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | <õ…> ʈʂʰɯ˧-v̩˧-bv̩˧ | tɑ˩mv̩˩-ɲi˥-ze˩! |

Nous autres, les Na, à la maison… ce qu'on dit: "il ne faut pas manger n'importe comment!", eh bien, cette interdiction de manger [n'importe quoi n'importe comment], c'est en référence à l'histoire de cette jeune femme-là! (littéralement: "c'est la légende/morale de cette personne-là!")

S183 stop écouter
"ʁæ˧-mɤ˧-ʑi˧, <tʰɑ˧…>| hĩ˧ mɤ˧-do˧˥, | hɑ˧ dzɯ˧-mɤ˧-ɖo˧!" |

"Il ne faut pas [manger] n'importe comment! Quand on est seul, il ne faut pas manger!/ Il ne faut pas manger en cachette!" (littéralement: "N'importe comment… quand les gens ne te voient pas, il ne faut pas manger!")

S184 stop écouter
"hĩ˧ mɤ˧-do˧˥, | hɑ˧ dzɯ˧-mɤ˧-ɖo˧!" | pi˧-zo˩, | ə˧mi˧=ɻæ˩-ɳɯ˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥ | -mæ˩! | æ˧ʂæ˧-qʰwɤ˧˥ | ʐwɤ˩-ɲi˥! |

"Quand on est seul, il ne faut pas manger!" Elles enseignaient ça, les mères (=les femmes de la génération de la mère)! Elles racontaient l'histoire [de cette jeune fille trop gourmande]!


NOTE : d'abord noté ‡ʐwɤ˩-kv̩˥-mæ˩
S185 stop écouter
ə… "ʐwɤ˩-mɤ˩-kv̩˩˥ | -dʑo˩, | so˩-kʰwɤ˩˥! | tsɤ˧-ɻ̍˧ ʑi˩-mɤ˩-ʁo˩-dʑo˩, | so˩-ɻ̍˩"-pi˥! |

Voilà ce qu'on disait: "Les paroles inconsidérées, il ne faut pas en enchaîner trois [sinon on fâche les gens]; les petites gourmandises, il ne faut pas y revenir à trois reprises [sinon ça devient du chapardage]!" (littéralement: Les choses qu'il ne faut pas dire: trois! Les gourmandises qu'il ne faut pas prendre: trois!)


NOTE : dans so˩-ɻ̍˩: paraît être le morphème d'inchoatif
S186 stop écouter
hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ʐwɤ˩-mɤ˩-kv̩˥-hĩ˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | ʁæ˧-mɤ˧-ʑi˧ | so˩-kʰwɤ˩ ʐwɤ˩˥, | hĩ˧-ɳɯ˩ | dv̩˩-kv̩˩-tsɯ˥ | mv̩˩! |

Les gens, si on leur adresse trois paroles déplacées, ils se mettent à vous détester! (littéralement: "Les gens, ce qu'il ne faut pas dire, si on en dit trois, les gens vous détestent!")


NOTE : tons vérifiés, est bien: dv̩˩-kv̩˩-tsɯ˥ | mv̩˩; avant mai 2012: noté /‡dv̩˩-kv̩˧-tsɯ˥ | mv̩˩/. Il y a ici une anticipation phonétique du ton H suivant qui est l'inverse du cas de figure majoritaire: généralement, dans une séquence L.L.H, le second ton L est plus bas que le premier; ici, j'entends /kv̩˩/ nettement plus haut que le /dv̩˩/ qui le précède.
NOTE : tons vérifiés: est bien: /ʐwɤ˩-mɤ˩-kv̩˥/, non /‡ʐwɤ˩-mɤ˩-kv̩˩˥/.
S187 stop écouter
tʰi˩˥, | dzɯ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | <so…> ə… tsɤ˧ | le˧-ʐwæ˩-hĩ˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | so˩-kʰwɤ˩ dzɯ˩˥ | -dʑo˩… | so˩-ɻ̍˩-pi˥-kv̩˩-mæ˩, | so˩-kʰwɤ˩ ʈʂʰɯ˥-dʑo˩! |

et pour ce qui est de la nourriture, si on est gourmand à l'excès, et qu'on mange trois morceaux[, ça devient du vol!] Oui, "trois morceaux", c'est cela qu'on entend par "à trois reprises" [na: so˩-ɻ̍˩˥], dans ce proverbe! / Ce que veut dire l'expression "à trois reprises", dans ce proverbe, c'est qu'il ne faut pas chaparder trois bouchées d'affilée!

S188 stop écouter
"tsɤ˧-ɻ̍˧ | <ʑ… ɖɯ> ʑi˩-mɤ˩-ʁo˩˥, | pi˧-dʑo˩, | so˩-ɻ̍˩"-pi˥-kv̩˩-mæ˩! | so˩-kʰwɤ˩-dzɯ˩-hĩ˩˥ | -ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | ɖɯ˩lo˧ dʑo˧-ɲi˥! |

Voilà ce qu'on dit: "Les gourmandises: le seuil, c'est trois! / il ne faut pas se laisser aller à trois reprises!" Il existe ce principe, des trois bouchées qu'on mange!


NOTE : d'abord noté /‡so˩-kʰwɤ˩-dzɯ˩-hĩ˩˥, | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩/; ce qui se passe ici: arasement des tons de /ʈʂʰɯ.dʑo/ en L, en dépit du ton montant qui précède, et qui paraît signaler une fin de groupe tonal.
S189 stop écouter
mmm… "no˧ | ʂɤ˧do˧-mɤ˧-zo˧"-pi˥-zo˩, | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧=ɻ̍˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-ʂv̩˧ le˧-po˧-hɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!

[Alors, pour en revenir à notre histoire:] voilà comment ils l'ont fait revenir [à la maison], en lui disant "Tu n'as pas à avoir honte!"

S190 stop écouter
tʰi˩˥, | <zo˧-ʈʂʰɯ˧-ʑi-pɤ…> zo˧-tʰv̩˧-v̩˧-pɤ˩-to˩, | tʰi˩˥, | ɖɯ˧-zɯ˧ | tʰi˩˥ | <mi˩z…> ʈʂʰɯ˧-ʑi˧=ɻ̍˧-ɳɯ˥, | "ʁɑ˩mi˧-ze˩-ɳɯ˩ | ʁɑ˩mi˧-ze˩!" | pi˧ | tʰi˩˥, |

Même ce jeune homme (=l'amoureux de la jeune fille), toute sa vie… les gens de cette famille (=de la belle-famille), ils lui ont dit: "Merci! merci!" (d'avoir fait revenir à elle la jeune fille enterrée vive) / Même à l'égard de l'ancien soupirant de la jeune femme, la belle-famille a été très courtoise, aussi longtemps qu'il a vécu: ils le remerciaient en toute occasion d'avoir fait revenir à elle la jeune fille enterrée vive.

S191 stop écouter
ʁo˧dɑ˧ | fv̩˧-hĩ˧-tʰv̩˧-v̩˧, | "mɤ˧-ɖwæ˩, mɤ˧-ɖwæ˩!" | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩… | zo˩no˥, | mmm… zo˩no˥, | mv̩˩zo˩-pʰæ˥tɕi˩-pi˩-kv̩˩-mæ˩! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | ə˩-gi˩! | no˧ fv̩˧, njɤ˧ fv̩˧-hĩ˧, mv̩˩zo˩-pʰæ˥tɕi˩-pi˩-dʑo˩! |

Celui qui l'aimait bien autrefois, [il a dit à la jeune fille:] "N'aie crainte, n'aie crainte!" Lui… eh bien… autrefois, on disait "jeune fille et jeune homme" [pour désigner les amoureux], nous les Na! Je te plais, tu me plais: on disait "jeune fille et jeune homme" [pour désigner les amoureux]!

S192 stop écouter
mv̩˩zo˩-pʰæ˥tɕi˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩, | dʑo˧-kv̩˧˥! |

Les amoureux, ils faisaient bien ce qu'ils voulaient! (littéralement "il y avait de tout")


NOTE : dʑo˧-kv̩˧˥: tons vérifiés
S193 stop écouter
"njɤ˧=ɻæ˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | -zo˩, | mɤ˧-fv̩˧ | ʝi˧-mɤ˧-bi˧-ze˩! | hĩ˧ tʰi˧-dʑo˧˥ | pi˧-dʑo˩, | mɤ˧-ɖwæ˩-ɲi˩!" | ə, pi˧-zo˩! | õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-ʐwɤ˩ | tʰi˧-tɕɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!

"Nous autres, voilà où on en est; je ne vais plus me mettre en colère/ je ne ressasse pas mon mécontentement! Tu es en vie, c'est l'essentiel! (littéralement: "la personne est là; il n'y a pas lieu d'avoir de crainte!") Voilà comment il a parlé; et il ainsi tourné la page!


NOTE : /njɤ˧=ɻæ˩/: prononcé proche de ‡njɤ.ʁɑ; léger lapsus
NOTE : ʝi˧-mɤ˧-bi˧-ze˩: tons vérifiés
NOTE : tɕɯ˥: poser, mettre, ranger
S194 stop écouter
tʰi˧-tɕɯ˥, | ʈʂʰɯ˧-ɲi˧-ʑi˧˥ | tʰi˩˥ | wɤ˩˥ | le˧-ho˧~ho˥! |

Il a tourné la page; et ces deux familles se sont trouvées réconciliées!

S195 stop écouter
hĩ˧ ʈʂʰɯ˧-v̩˧ | tʰi˩˥, | <le˧…> gi˩˥ | -dʑo˩, | le˧-sɯ˩.

La jeune femme, eh bien, vrai de vrai, elle a survécu/elle a continué à vivre.

S196 stop écouter
wɤ˩˥, | zo˧ dʑo˧˥, | mv̩˩ dʑo˩˥, | ʑi˧dv̩˧ ʝi˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!

et aussi (=par la suite), elle a eu des fils, elle a eu des filles; elle s'est occupée de sa maisonnée/de sa famille!


NOTE : ʑi˧dv̩˧ ʝi˧: veut dire: s'occuper d'une famille, et: fonder une famille (pas nécessairement en construisant sa propre demeure; mais avoir une descendance, élever des enfants).'
S197 stop écouter
tʰi˩˥, | ɑ˩ʁo˧ | ʈʰææ̃˧ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧-v̩˧-ɳɯ˩, | ʈʂʰɯ˧-v̩˧-ɳɯ˩, | æ˧ʂæ˧-qʰwɤ˧ ʝi˧-zo˥! |

Alors, [cette] famille, eh bien, pour de vrai, cette personne-là, elle, elle est devenue proverbiale!

S198 stop écouter
ʁæ˧-mɤ˧-ʑi˧, | hɑ˧ dzɯ˧-mɤ˧-ɖo˧! | ʁæ˧-mɤ˧-ʑi˧, | hɑ˧ dzɯ˧-mɤ˧-ɖo˧! | hĩ˧ mɤ˧-do˧˥, | hɑ˧ dzɯ˧-mɤ˧-ɖo˧!" | pi˧, | õ˧-ʈʂʰɯ˧-kʰwɤ˧ | pi˧-ɲi˥-mæ˩! |

Quand on dit "il ne faut pas manger n'importe quoi! il ne faut pas manger n'importe quoi! Quand personne ne vous voit, il ne faut pas manger (=il ne faut pas manger en cachette)", c'est de cette histoire-là qu'il s'agit! / c'est en référence à cette histoire-là!

S199 stop écouter
æ̃˩ʁv̩˩ dzɯ˩˥ | -ni˩, | gɤ˩-pʰi˧-kv̩˥! | pi˧-zo˩. | ʐæ˧~ʐæ˩-di˩ ʝi˩-kv̩˩-mæ˩! |

si tu manges des œufs, ça va te faire vomir!" On faisait des plaisanteries à ce sujet!

S200 stop écouter
æ˧ʂæ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥! |

Voilà ce qu'on disait autrefois!