Dog: How dog and man exchanged their lifespan (version 2)


Continuous playing:

Transcription by sentence


Translation by sentence
fr
Whole text transcription


Whole text translation
fr



Notes
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | zo˩no˥, | hĩ˧-lɑ˩ | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | ə˩-gi˩! |
zo˩no˥… | hĩ˧mo˥=ɻæ˩-ɳɯ˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩-wɤ˥! |
zo˩no˥, | kʰv̩˧ʂɯ˥, | kʰv̩˧ʂɯ˥<-ʈʂʰ…>, | pi˧-dʑo˩, | zo˩no˥, | kʰv̩˩mi˩ kʰv̩˥ʂɯ˩ ɲi˩, | pi˧-kv̩˩-mæ˩. |
tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩ kʰv̩˥ʂɯ˩ ɲi˩, | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | zo˩no˥, | zɯ˧~zɯ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɖæ˧ | ʐwæ˩-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!
zo˩no˥, | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥, | ʂæ˧-tsɯ˧˥ | -mv̩˩!
tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥ | ʂæ˧-dʑo˧ | tʰi˩˥, | <kʰv̩˩mi˩-zɯ˩~zɯ˥ | tʰv̩˧-v̩˧-ki˧-dʑo˩, |> hĩ˧-zɯ˧~zɯ˥ | ʂe˧-hĩ˧ | tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩-dʑo˩, | kʰv̩˩mi˩-ki˥: |
əəə… zo˩no˥, | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | kʰv̩˧ʂɯ˥, | zo˩no˥… | <no> zo˧mv̩˥-ʈʂʰɯ˩ | ʈʰæ˩ ki˩˥, | ɬi˧ ki˥-hĩ˩ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩-hĩ˥ | ɬi˧ ki˥-hĩ˩ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ə˩-gi˩! | æ˧ʂæ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩-lɑ˥ ɖɯ˩-ɲi˩-tsɯ˩-mv̩˩, | zɯ˧~zɯ˧-ʈʂʰɯ˧! |
tʰi˩˥, | zɯ˧~zɯ˧-ʈʂʰɯ˧ | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩-lɑ˥ ɖɯ˩-dʑo˩, | tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩… zɯ˩~zɯ˥ tʰv̩˩-v̩˩-ki˩, | ʂe˧-hɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩! | hĩ˧-zɯ˧~zɯ˥ | tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩! |
"ə˧mi˧! | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | ʁɑ˩mi˧! | zo˩no˥, | zɯ˧~zɯ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɖæ˧ | le˧-ʐwæ˩! | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | qʰv̩˩tsʰi˧-kʰv̩˥ ɖɯ˩-ɲi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩, | æ˧ʂæ˧!"
hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩-lɑ˥ ɖɯ˩-zo˩! |
tʰi˩˥, | əəə… "ʁɑ˩mi˧! | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | kv̩˧ʝi˥ | le˧-ɖæ˥ | le˧-ʐwæ˩-ze˩!" | kʰv̩˩mi˩-zɯ˩~zɯ˩ tʰv̩˩-v̩˩-ki˥! |
"no˧ | ʁɑ˩mi˧ | ɖɯ˧-qæ˧~qæ˧-ɻ̍˧ kv̩˥-ə˩-hĩ˩? | ɖɯ˧-qæ˧~qæ˧-ɻ̍˧ ə˥-bi˩?" | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩: | "tsɤ˧ ʝi˧!" | pi˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tʰi˩˥, | "tsɤ˧ ʝi˧!" | pi˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | əəə… njæ˧sɯ˩kv̩˩…-bv̩˩ | ɬi˧ki˥-ʈʰæ˩ki˩, | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩ hĩ˥-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | no˧ | tʰi˧-tɕɯ˥! |
zo˩no˥, | hĩ˧ ɖɯ˧-v̩˧-dʑo˩, | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩ gv̩˩-kʰɯ˥! |
tsʰe˩so˩-kʰv̩˩-ɳɯ˥, | ɲi˧tsi˧-kʰv̩˧ gv̩˧-kv̩˩! | ɲi˧tsi˧-kʰv̩˧-ɳɯ˥, | so˧tsʰi˧-kʰv̩˧! | so˧tsʰi˧-kʰv̩˧-ɳɯ˥, | ʐv̩˧tsʰi˩-kʰv̩˩! | ʐv̩˧tsʰi˩-kʰv̩˩-ɳɯ˩<-ɳ>, | ŋwɤ˧tsʰi˩-kʰv̩˩! | ŋwɤ˧tsʰi˩-kʰv̩˩-ɳɯ˩, | qʰv̩˩tsʰi˧-kʰv̩˥! |
qæ˧~qæ˧ tsæ˥-ɲi˩! | pi˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-tɕɯ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩-ki˥: | "ʁɑ˩mi˧! | ɖɯ˧-qæ˧~qæ˧-ɻ̍˥!" | pi˧, | le˧-qæ˧~qæ˧ le˧-tsʰɯ˩ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | zo˩no˥, əəə… | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | hĩ˧ | zo˧mv̩˥ | le˧-dʑo˩, | ɖɯ˧-kʰv̩˥, | ɲi˧-kʰv̩˥, | so˩-kʰv̩˩˥, | tsʰe˩-kʰv̩˩˥, | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩ gv̩˩˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | wɤ˩˥ | ʈʰæ˧ | ɖɯ˧-ʂɯ˩ ki˩! | <pi˧-hĩ˧…> pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, |
kʰv̩˩mi˩ tʰv̩˩-v̩˩-ɳɯ˥, | hĩ˧ | ɖɯ˧-v̩˧ tsɤ˧-ɲi˥-ze˩! | tʰi˩˥, | əəə… zo˩no˥, | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩ gv̩˩˥ | -kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | hĩ˧ | ɖɯ˧-v̩˧ tsɤ˧-ɲi˥-ze˩! |
tsʰe˩so˩-kʰv̩˩˥ | mɤ˧-gv̩˧-dʑo˧, | hĩ˧ | dʑɤ˩˥ | hĩ˧ mɤ˧-ʈʂɤ˧-ɲi˥! | pi˧- zo˩ | tʰi˩˥, | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩-ʁo˥to˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | tɕɯ˩-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩! | "tsʰe˩so˩-kʰv̩˩-ɳɯ˥ | tʰi˩˥, | qʰv̩˩tsʰi˧-kʰv̩˥ | tʰi˩˥, | no˧sɯ˩kv̩˩-ki˩ | ki˧-bi˧-ze˧!" |
"tsʰe˩so˩-kʰv̩˩˥, | ʁɑ˩ʂɯ˧, | no˧sɯ˩kv̩˩, | zo˧mv̩˥, | ʁo˧dɑ˧, | zɯ˧~zɯ˧ | qʰɑ˩ne˩˥ | ɖɯ˧-kv̩˧˥, | ʈʰæ˧ | le˧-ki˧!" | pi˧-zo˩. |
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-tɕɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tʰi˧-tɕɯ˥ | tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩˥ | -dʑo˩, | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩ ʝi˥! |
mmm… hĩ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | qʰv̩˩tsʰi˧-kʰv̩˥ ʝi˩-ɲi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!
tʰi˩˥, | "qʰv̩˩tsʰi˧-kʰv̩˥-ʁo˩to˩, | no˧sɯ˩kv̩˩ | ɖɯ˧-ɕi˧-kʰv̩˧ ɖɯ˧-bi˧, | no˧sɯ˩kv̩˩ | õ˧-bv̩˥-õ˩ ɲi˩-ze˩!" |
"ʂɯ˧-tsʰi˩, hõ˩tsʰi˩-kʰv̩˩ ɖɯ˩-bi˩, | õ˧-bv̩˥-õ˩ ɲi˩-ze˩!"
tʰi˩˥, | njɤ˧, əəə… -dʑo˥ | qʰv̩˩tsʰi˧-kʰv̩˥-hĩ˩-bv̩˩ | qæ˧~qæ˧ tsɤ˥-ɲi˩!" | pi˧-zo˩ | tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩˥ | -dʑo˩ | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩ ʝi˥! |
mmm… hĩ˧-dʑo˩, | qʰv̩˩tsʰi˧-kʰv̩˥ ʝi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩! |
tʰi˩˥, | zo˩no˥, | hĩ˧ mo˥-hĩ˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | pi˧-kv̩˩-mæ˩: | "mɤ˧-dɑ˩! | ə˧pɤ˧-ɖɯ˩-ɳɯ˩ | le˧-pi˧-ɲi˥: | qʰv̩˩tsʰi˧-kʰv̩˥ gv̩˩-dʑo˩, | tsʰi˧si˩-dʑɤ˩pv̩˩ | ɖʐe˧-lɑ˧ ʝi˥-ze˩! | zo˩no˥, | no˧sɯ˩kv̩˩ | ɖʐe˧ mɤ˧-ʝi˩!" | pi˧-kv̩˩-mæ˩, | <njɤ˧…> hĩ˧mo˥=ɻæ˩-ɳɯ˩. |
njæ˧=ɻæ˩-dʑo˩, | le˧-ʂɯ˧-ho˩-ɲi˩-ze˩! | qʰv̩˩tsʰi˧-kʰv̩˥ gv̩˩, | le˧-ʂɯ˧-ho˩-ɲi˩-ze˩! |
zo˩no˧<-dʑ…>, | æ˧ʂæ˧, | <tsʰi˧si˩-dʑɤ˩pv̩˩-ɳɯ˩ | le˧-ti˧-ɲi˥! |> ə˧pɤ˧-ɖɯ˩-ɳɯ˩ | le˧-ti˧-ɲi˥! | pi˧-zo˩. | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | pi˧-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-se˩-dʑo˩, | tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | əəə… zo˩no˥… | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩ ʝi˥! | njæ˧sɯ˩kv̩˩-dʑo˩, | qʰv̩˩tsʰi˧-kʰv̩˥ ʝi˩! |
tʰi˩˥, | zo˩no˥… | njæ˧sɯ˩kv̩˩ | hĩ˧mo˥=ɻæ˩-ɳɯ˩ | ɖɯ˧-njɤ˧ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥ | mæ˩: | "kʰv̩˩mi˩-ki˥-dʑo˩, | pʰv̩˩ɖɯ˩ ʝi˥-zo˩-kv̩˩!" |
zo˩no˥… | "kʰv̩˧ʂe˧ dzɯ˧-mɤ˧-ɖo˧!" | pi˧-zo˩. |
tʰi˩˥, | hæ˧-dʑo˧, | ɖɯ˧-njɤ˧ | kʰv̩˧ʂe˧ dzɯ˧-mɤ˩-dzɯ˩! |
tʰi˩˥, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | kʰv̩˧ʂe˧ dzɯ˧-mɤ˧-kv̩˩-mæ˩! |
"kʰv̩˩mi˩-ki˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | pʰv̩˩ɖɯ˩ ʝi˥-zo˩-kv̩˩! | hĩ˧… hĩ˧-zɯ˧~zɯ˥-lɑ˩ | kʰv̩˩-zɯ˩~zɯ˥-pi˩… | zo˩no˥, | hĩ˧-lɑ˩ | kʰv̩˧-dʑo˩, | ɖɯ˧-bæ˧-lɑ˧ ɲi˥!" |
kʰv̩˩mi˩-ʂe˩˥, | dzɯ˧-mɤ˧-ɖo˧-pi˧-zo˥! |
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | hɑ˧ʐwɤ˩ <dzi˩-kʰv̩˩… ɖɯ˩-kʰv̩˩… so˩-kʰv̩˩…> [tʰv̩˩-so˩-kʰv̩˩], | ʈʰææ̃˧, | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥ | qʰɑ˩jɤ˩ dʑo˩˥ | -dʑo˩, | hæ˧-ɳɯ˧ | le˧-qʰo˧-le˥-se˩-ɲi˩-mæ˩! |
njæ˧=ɻæ˩, | nɑ˩˥, | kʰv̩˧ʂe˧ dzɯ˧-mɤ˧-kv̩˩! |
ʝi˧kʰv̩˥ | le˧-pi˥-dʑo˩, | wɤ˩˥, | kʰv̩˧ʂe˧ | ʈʂʰæ˧ɣɯ˧ ɲi˥! | əəə… <fv̩˧ʂɯ˩ go˩> [ɻ̃˧ go˧ - nɑ˥ go˩]-mɤ˩-kv̩˩-tsɯ˩-pi˩! | dzɯ˧-kv̩˩! |
njæ˧=ɻæ˩-dʑo˩, | kʰv̩˩mi˩-pi˥-hĩ˩-dʑo˩, | ɑ˩ʁo˧ | ʈʰææ̃˧ | <kʰv̩˧ ʂe˧… | le˧-ʁ…> hĩ˧=ɻæ˥, | ʝi˧kʰv̩˥, | ɑ˩ʁo˧ | kʰv̩˧ ʂe˧ tɕɤ˧-kʰɯ˥ | mɤ˧-kv̩˧˥! |
kʰv̩˩mi˩˥ | le˧-ʂɯ˧-bi˧-bi˧-<bi˧>-pi˧, | zo˩no˥, | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | kʰv̩˩mi˩˥… | kʰv̩˩mi˩˥ | ɑ˩ʁo˧ | le˧-ʐɤ˧, | le˧-ʂɯ˧-bi˧-bi˧, | le˧-ʂɯ˧-ɖɯ˧-ɲi˧, | ɑ˩pʰo˩˥… | si˧dzi˩-ʈʰæ˩<ʈʰæ˩>qo˩ | nv̩˧-kʰi˩-dʑo˩, | ʂe˧ | ɖɯ˧-pʰæ˧ ʑi˧˥, | qwæ˩ʈʂæ˩-qo˥ | tʰi˧-ʈʰæ˧-kʰɯ˥! |
hɑ˧ | ɖɯ˧-kʰwɤ˧ ʑi˧˥, | qwæ˩ʈʂæ˩-qo˥ | tʰi˧-kʰɯ˧˥! |
tʰi˩˥, | no˧ | le˧-po˧~po˥-bi˩! | si˧dzi˩-ʈʰæ˩qo˩ | nv̩˧-kv̩˩-mæ˩! |
ʝi˧kʰv̩˥-dʑo˩, | wɤ˩˥, | dʑɯ˧mi˧… | dʑɯ˧ | ɖɯ˩-hĩ˩-qo˥ kwɤ˩-bi˩-kv̩˩-mæ˩! |
ʁæ˧-mɤ˧-ʑi˧, | tʰi˧-kwɤ˩-mɤ˩-kv̩˩, | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩! |
tʰi˩˥, | ə˧tse˧ ʝi˧-zo˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-ɲi˩? | pi˧-dʑo˩, | æ˧ʂæ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | zo˩no˥, | kʰv̩˧-lɑ˩ | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧ | zɯ˧~zɯ˧ qæ˧~qæ˧-ɲi˥! |
zo˩no˥, | kʰv̩˩mi˩-ki˥ | pʰv̩˧ɖɯ˧ mɤ˧-ʝi˥, | pi˧-dʑo˩, | dʑɤ˩ mɤ˧-kv̩˧-pi˥-zo˩! |
ɖɯ˧-↑njɤ˧ | kʰv̩˩mi˩-ki˥ | ə˧tso˧ ʝi˧-bi˧-bi˧… | zo˩no˥, | bo˩ qʰo˧-bi˧-bi˧, | hi˧lɤ˩ | kʰv̩˩mi˩-ki˥-sɯ˩ | sɤ˧-sɯ˩ | ɖɯ˧-ʈʰɤ˧ tʰi˧-ʈʰɯ˧-kʰɯ˥! |
tʰv̩˧ɲi˧, | bo˩˥ | le˧-qʰo˧˥ | -pi˩, | kʰv̩˩mi˩-ki˥, | əəə… s… sɤ˧ | tʰi˧-ʈʰɤ˩~ʈʰɤ˩-hĩ˩, | ʈʂʰɯ˧-ʈʰɤ˥, | hi˧lɤ˩ | tʰi˧-jɤ˩~jɤ˩-kʰɯ˩. |
əəə… tʰi˩˥, | bo˩ qʰo˧-se˥-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | <hɑ˧ | le˧-dzɯ…> njæ˧sɯ˩kv̩˩ | le˧-dzɯ˧-se˥, | tʰi˩˥, | əəə… ʂæ˩ɻ̃˩-lɑ˥ | hɑ˧-lɑ˩ | wɤ˩˥ | hi˧lɤ˩ | <ɖɯ˧-po˩~po˩> [ɖɯ˧-tɕʰo˩qʰwɤ˩] tʰi˧-ki˩. |
"kʰv̩˩mi˩-ki˥-sɯ˩ | tʰi˧-ki˧! | kʰv̩˩mi˩-ki˥-sɯ˩ | tʰi˧-ki˧!" | pi˧. |
kʰv̩˩mi˩ tsʰo˥-hĩ˩-hĩ˩ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | hĩ˧-ɳɯ˩, | zo˩no˥, | hĩ˧zɯ˧~zɯ˥-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | kʰv̩˩mi˩-ɳɯ˥ | ki˧-ɲi˥! | pi˧-zo˩. | kʰv̩˩mi˩-ki˥-dʑo˩, | ɖwæ˧˥ | pʰv̩˧ɖɯ˧ ʝi˥-kv̩˩! |
tʰi˩˥, | zo˩no˥, | əəə… kʰv̩˧ʂɯ˥-njɤ˩ʂɯ˩ ɲi˩-bi˩-bi˩, | mmm… ɑ˩ʁo˧… | hĩ˧ mo˥-hĩ˩-ki˩, | əəə… hɑ˧ | le˧-ki˧-se˩, | ʈʂʰo˧do˩ ʈʂʰo˩-pi˩, | gɤ˩˥ | le˧-ʈʂʰo˧-se˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩-ki˥-sɯ˩ | hɑ˧ | le˧-ʂo˧~ʂo˧ tʰi˧-ki˥! |
tʰi˩˥, | no˧ | hĩ˧ | tʰi˧-pæ˩! | kʰv̩˩mi˩˥ | tʰi˧-dzɯ˥-kʰɯ˩-dʑo˩: | "kʰv̩˩mi˩˥ | tsʰi˧ʝi˧ <hɑ…> ə˧tso˧ dzɯ˧, | ɖɯ˧-li˧-ɻ̍˩!" | pi˧, | tʰi˩˥, | ʂe˧ dzɯ˧-no˩ | hɑ˧ dzɯ˧, | dʑɯ˧ ʈʰɯ˧, | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʂe˧-lɑ˩ | hɑ˧ dzɯ˧ | ɖɯ˧-kʰv̩˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | hi˧ | dʑɤ˩˥ | gi˧-mɤ˧-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!
tʰi˩˥, | hi˧lɤ˩ | dʑɯ˧ | tɕæ! tɕæ! tɕæ! pi˧, | <w…> kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥, | dʑɯ˧ jɤ˧-kv̩˥-mæ˩, | ə˩-gi˩! |
dʑɯ˧ ʈʰɯ˧-kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩, | "ə˧mi˧! | tsʰi˧ʝi˧-se˥…" | dʑɯ˧ ʈʰɯ˧… | hi˧lɤ˩ | dʑɯ˩-sɯ˥ | ʈʰɯ˩˥, | hi˧ ɖɯ˧-ho˩ F -di˩!" | pi˧-zo˩, | æ˧ʂæ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥ | -mæ˩!
tʰi˩˥, | əəə… gɯ˧-ɳɯ˧ | qʰæ˧-dʑo˧, | ə˧zɯ˩… | æ˧ʂæ˧-tɑ˩mv̩˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | ʐwɤ˩˥ | -dʑo˩, | ʐwɤ˩-kv̩˩˥! |
zo˩no˥, | ʈʂæ˧ʈʂɯ˧-dʑo˥, | mɤ˧-sɯ˧-ɲi˥-ze˩-mæ˩, | ə˩-gi˩! |
ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩-ki˥ | əəə… "tsʰi˧ʝi˧-dʑo˩, | hi˩ gi˩-ho˥-pʰæ˩-di˩! | dʑɯ˧ ʈʰɯ˧!" | pi˧. |
əəə… "tsʰi˧ʝi˧-dʑo˩, | <mv̩˧ tv…> mv̩˧ pv̩˩-ho˩-pʰæ˩-di˩! | hɑ˧-lɑ˩ | ʂe˧-sɯ˩ | dzɯ˧!" | pi˧, | æ˧ʂæ˧-dʑo˩. |
hɑ˧-lɑ˩ | ʂe˧ dzɯ˧ | ɖɯ˧-kʰv̩˧˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | ɖwæ˧˥ | hi˩ gi˩-mɤ˩-kv̩˥-tsɯ˩ | -mv̩˩! |
qʰv̩˧-ɬi˧mi˧, | ŋwɤ˩-ɬi˩mi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | hi˩ gi˩-kv̩˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!
tʰi˩˥, | <v̩˩…> dʑɯ˧ ʈʰɯ˧ | ɖɯ˧-kʰv̩˧˥ | -dʑo˩, | so˧-ɬi˧mi˧…-ɳɯ˧ | hi˧ | le˧-gi˥ | -dʑo˩, | ŋwɤ˩-ɬi˩mi˩-qʰv̩˥-ɬi˩mi˩-dʑo˩, | hi˧ | le˧-gi˥, | le˧-gi˥, | le˧-gi˥-zo˩! |
ɖɯ˧-njɤ˧ | dʑɯ˧ pv̩˧-mɤ˧-kv̩˧-pi˥-zo˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩! | hĩ˧ mo˥-hĩ˩-ɳɯ˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩-wɤ˥! |
tʰi˩˥, | ə˧zɯ˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-se˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˩=ɻæ˥, | zo˩no˥, | ɲi˩=ɻ̍˥-ɳɯ˩ | kʰv̩˩mi˩˥ | ɖɯ˧-v̩˧ | ʂɯ˧-bi˧-bi˧, | ʁæ˧-mɤ˧-ʑi˧, | tʰɑ˧-kwɤ˩! |
zo˩no˥, | pi˧-zo˩, | hĩ˧mo˥=ɻæ˩-ɳɯ˩ | pi˧-kv̩˩: | <ɖɯ…> ʝi˧-kʰv̩˥~ʝi˩kʰv̩˩-ɳɯ˩, | ʐɤ˩mi˩-qo˥-gɤ˩ | kʰv̩˩mi˩˥ | ʁæ˧-mɤ˧-ʑi˧ | tʰi˧-kwɤ˩! | "ʈʂʰɯ˧-ʑi˧=ɻ̍˧-se˥, | ʁɑ˩mi˧-wɤ˧! | hĩ˧ mo˥-hĩ˩ | <kwɤ-hĩ…> mɤ˧-ʐwɤ˩-pʰæ˩-di˩!" |
"kʰv̩˧-ʈʂʰɯ˧, | ʁæ˧-mɤ˧-ʑi˧, | ʝi˧-mɤ˧-ɖo˧" -pi˧-zo˥! | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥, | æ˧ʂæ˧! |
hĩ˧mo˥=ɻæ˩-dʑo˩, | kʰv̩˩mi˩ tʰv̩˩-v̩˩-ki˥, | ɖwæ˧˥ | pʰv̩˧ɖɯ˧ ʝi˥-kv̩˩! |
tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | gi˩˥, | ʈʂæ˧ʈʂɯ˧, | æ˧ʂæ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥, | zɯ˧ ʂæ˧-ɲi˥-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!
zo˩no˥, | njɤ˧=ɻ̍˩ | kʰv̩˩mi˩˥, | to˩kʰv̩˩mi˥-ʈʂʰɯ˩, | <ɖɯ˧-v̩˧ ʐɤ˧! |> ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ɖɯ˧-v̩˧ dʑo˩-dʑo˩, | tsʰe˩ʐv̩˩-kʰv̩˥ gv̩˩ F | mɤ˧-ʂɯ˧-hĩ˧ | ɖɯ˧-v̩˧ dʑo˩-ɲi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!
le˧-mo˩-zo˩! | le˧-mo˩-zo˩! | le˧-mo˩! | hĩ˧ lv̩˥ F | mɤ˧-ʁo˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩! |
tʰi˩˥, | hĩ˧ mo˥-hĩ˩ | pi˧-kv̩˩: | "no˧ | kʰv̩˧mo˥-ni˩-zo˩, | kʰv̩˧mo˥-njɤ˩ɭɯ˩-ni˩-zo˩, | pi˧-zo˩, | ɕjɤ˩tʰv̩˩-kv̩˥-mæ˩! | hĩ˧mo˥=ɻæ˩-ki˩! |
le˧-mo˩, | njɤ˩ɭɯ˧-ʈʂʰɯ˧, | kʰv̩˧-ʈʂʰɯ˧, | ə˩qo˥-bi˩-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩, | njɤ˩ɭɯ˧-ʈʂʰɯ˧! | qo˧bɤ˧-dʑo˩! |
ʈʰææ̃˧ | tʰi˩˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | kʰv̩˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | dʑɤ˩˥ | ə˩pʰo˩˥ | kʰɯ˧-mɤ˥-kv̩˩! | tʰi˧-pʰæ˧-kv̩˥! | to˩kʰv̩˩mi˥-ʈʂʰɯ˩! |
kʰv̩˧ | tʰi˧-pʰæ˧-dʑo˥… | le˧-mo˩, | le˧-mo˩, | ʈʰææ̃˧ | mɤ˧-ʂɯ˧-zo˩, | tsʰe˩qʰɑ˩-kʰv̩˩ gv̩˩-ɳɯ˥, | ʂɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!
kʰv̩˧ | ɖɯ˧-v̩˧~ɖɯ˧-v̩˧, | gi˩˥ | ɖwæ˧˥ | zɯ˧ ʂæ˧! |
ə˧mɑ˧ | zo˩no˥, | əəə… ə˧mɑ˧ | tʰi˧-dzi˩-hĩ˩ | tʰv̩˧-kʰwɤ˧-qo˩, | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥ | tsʰe˩-kʰv̩˩-hĩ˥ | ɖɯ˧-v̩˧ | ʂɯ˧-dʑɯ˧! |
tʰv̩˧-v̩˧ ʂɯ˧-se˥-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | kʰv̩˧-ʈʂʰɯ˧ | ɲi˧-kʰv̩˧-so˧-kʰv̩˥ F | <le˧-ʂɯ˧-ze˧, > le˧-ʂe˧-mɤ˧-ɖɯ˧, | ɲi˧-kʰv̩˧-so˧-kʰv̩˥ F | <le˧-ʂɯ˧-ze˧, > le˧-ʂe˧-mɤ˧-ɖɯ˧, | ʈʂʰɯ˧ | tsʰe˩kʰv̩˩-hĩ˥ | ɖɯ˧-v̩˧-ɳɯ˧-ʈʂʰɯ˧ | ʈʂʰɯ˧-lɑ˩ | ɑ˩ʁo˧ | tʰi˧-pʰæ˧-dʑo˥, | hɑ˧ | tʰi˧-ki˧-dʑo˩, | gɯ˩-ʝi˥, | tsʰe˩-kʰv̩˩<-ze˩> gv̩˩-ɳɯ˥ | ʂɯ˧! |
le˧-mo˩, | le˧-mo˩, | njɤ˩ɭɯ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧ gv̩˧˥, | hĩ˧ li˩ F -mɤ˩-ʁo˩! |
gɤ˩-ʈi˥, | ʈʰææ̃˧, | hɑ˧-ʈʂʰɯ˧, | æ! pi˧ | ɖɯ˧-kʰwɤ˥~ɖɯ˩-kʰwɤ˩-lɑ˩ | dzɯ˧-ʁo˧! |
hĩ˧ mo˥-hĩ˩-ni˩-gv̩˩-mæ˩, | ʁɑ˩ʂɯ˧! | kʰv̩˧-ʈʂʰɯ˧, | ɖɯ˧-v̩˧~ɖɯ˧-v̩˧ zɯ˧ ʂæ˧! | æ˧ʂæ˧-ʈʂʰɯ˧[-dʑo˩ | tʰi˩˥, ] <gi˩˥,> | kʰv̩˧ | zɯ˧ ʂæ˧-ɲi˥-pi˩, | gɯ˩-ɲi˥-ho˩! |
tʰv̩˧-mɤ˧-ɲi˥, | kʰv̩˩mi˩˥ | tsʰe˩qʰɑ˩-kʰv̩˩-hĩ˥ | -dʑo˩, | mɤ˧-dʑo˩-ɲi˩-mæ˩, | ə˩-gi˩! |
hwɤ˧li˧˥ | -no˧˥, | <ʐv̩˧…> ʐv̩˧kʰv̩˩-ŋwɤ˩kʰv̩˩. |
hwɤ˧li˧-ʈʂʰɯ˥ | qʰɑ˩ne˩˥ | zɯ˧ ʂæ˧-bi˧-bi˧, | ʂɯ˧-hõ˧-kʰv̩˥ | mɤ˧-dʑo˧! |
<hwɤ˧…> hwɤ˧li˧-tʰv̩˥, | ʐv̩˧-kʰv̩˩, | ŋwɤ˧-kʰv̩˩! | qʰv̩˧kʰv̩˥-ʂɯ˩kʰv̩˩, | dʑɤ˩˥ | zɯ˧ ʂæ˧-hĩ˧ tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩! |
õ˧ʈʂʰɯ˧-lɑ˩ dʑo˩! | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥, | gi˩˥, | ɖɯ˧-pi˧˥ | zɯ˧ ʂæ˧! | njɤ˧-ɳɯ˧ tʰi˧-li˧! |
go˩bo˥ | ɖɯ˧-tɑ˧˥, | kʰv̩˩mi˩˥ | ɖɯ˧-pi˧˥ | zɯ˧ ʂæ˧! |
tʰi˩˥, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | æ˧ʂæ˧-dʑo˩, | tɕo˧˥ʂɯ˩, | kʰv̩˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | <zɯ˧ ʐ…> zɯ˧~zɯ˧-ʈʂʰɯ˧ | dʑɤ˧˥ | ki˧-ɲi˥-ho˩-mæ˩! | ə˧pɤ˧-ɖɯ˩-ɳɯ˩ | tʰi˩˥, | zo˩no˥, | æ˧ʂæ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɲi˩˥ | zɯ˧~zɯ˧ | qʰɑ˩jɤ˩ ɖɯ˩-pi˥, | ɖɯ˧-pi˧-ɻ̍˥; | zo˩no˥, | æ˧ʂæ˧-ʈʂʰɯ˧ | ʂe˧-hɯ˧-dʑo˥ | tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩-zɯ˩~zɯ˩-lɑ˥ | ɖʐv̩˧nɑ˥mi˩ | pi˧-hĩ˧ tʰv̩˧-ʁo˥, | zo˩no˥, | zɯ˧~zɯ˧ ɖɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩.
tʰi˩˥, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | <le˧-…> ɖɯ˧-pi˧˥ | bæ˧-ɲi˥-ho˩-mæ˩, | ə˩-gi˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩! |
le˧-ʑi˧ŋv̩˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | zɯ˧~zɯ˧ | tɕi˩-kʰwɤ˩-lɑ˥ ɖɯ˩-ɲi˩-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!
ɖʐv̩˧nɑ˥mi˩ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ʁɑ˩ʂɯ˧, | ɖɯ˧-pi˧˥ | tʰi˧-ɲi˥-ho˩-mæ˩! |
tʰi˩˥, | əəə… zo˩no˥, | qʰɑ˧tɑ˧~qʰɑ˧tɑ˧ | gɤ˩-ʈi˧, | zɯ˧~zɯ˧ ʂe˧-bi˧-pi˧-dʑo˩, | ɖʐv̩˧nɑ˥mi˩ | pi˧-hĩ˧ ʈʂʰɯ˧-ʁo˥, | ʈʂʰwæ˧-zo˥! |
tʰi˩˥, | zɯ˧~zɯ˧ | dʑɤ˩-kʰwɤ˧ ɖɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩-mv̩˩! |
tʰi˩˥, | <ɖʐv̩˧…> ɖʐv̩˧nɑ˥mi˩-gi˩ɳɯ˩, | tʰi˩˥ | no˧˥, | kʰv̩˩mi˩ ʈʂʰwæ˩-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!
tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩-gi˩ɳɯ˥, | hĩ˧… hĩ˧-ʈʂʰɯ˧ | tʰi˩˥, | le˧-ʑi˧ŋv̩˥ | gɤ˩-ʈʂʰwæ˧-dʑo˥ | tʰi˩˥, | zɯ˧~zɯ˧ ʂe˧ | le˧-hõ˩, | tʰi˩˥, | æ˧mv̩˥tɕi˩-kʰwɤ˩-lɑ˩ ɖɯ˩! | pi˧-zo˩. |
æ˧ʂæ˧, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!
tʰi˩˥, | ɖʐv̩˧nɑ˥mi˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʑi˩, | ʈʰææ̃˧, | ʈʂʰɯ˧-ʂwæ˧-gv̩˧-kv̩˩! | ʁæ˧ʈv̩˥ | ʈʂʰɯ˧-ʂwæ˧-mi˧-zo˥! |
tʰi˩˥, | hæ̃˧qʰv̩˥ | mɤ˧-ʑi˧-kv̩˥-pʰæ˩di˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!
tʰi˩˥, | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | ɖʐv̩˧nɑ˥mi˩ tʰv̩˩-v̩˩ | ʂwæ˧-zo˧ | tʰi˩˥, | zɯ˧~zɯ˧-ʈʂʰɯ˧, | ʈʂʰɯ˧-ɳɯ˧-dʑo˥, | <ʈʂʰɯ˧…> ɖɯ˧-ɕi˧-kʰv̩˧˥! | ɖɯ˧-tv̩˧-kʰv̩˧˥! | õ˧ʈʂʰɯ˧=ɻæ˥ | ɖɯ˧-kʰɯ˥-bi˩! | pi˧-zo˩ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʂe˧-hɯ˧-dʑo˧ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ | zɯ˧ ʂæ˧-ɲi˥-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!
tʰi˩˥, | zo˩no˥, | <ɖʐv̩˧… wo…> ɖʐv̩˧nɑ˥mi˩-ʈʂʰɯ˩, | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | di˧qo˧ | ɖɯ˧-mi˩~ɖɯ˩-mi˩ dʑo˩-dʑo˩, | zo˩no˥, | hĩ˧mo˥=ɻæ˩[-ki˩-pi˩] <ɕjɤ˩tʰv̩˩>, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-kv̩˩: |
"no˧ | ɖʐv̩˧nɑ˥mi˩-ʁæ˩ʈv̩˩-ni˩-zo˩! | <le˧-ʂɯ˧-mɤ˧-tʰɑ˧-hĩ˧ pi˧-zo˥! |>
<ə˧ʝi˧-tsʰi˧ʝi˧…> ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | hĩ˧=ɻæ˥… | ʝi˧kʰv̩˥-ɳɯ˩, <hĩ˧ mo˥-hĩ˩-ʁo˩to˩, | ɕjɤ˩tʰv̩˧-kv̩˥-mæ˩> [hĩ˧ mo˥-hĩ˩-ʁo˩to˩ | ʐwɤ˩-kv̩˩-mæ˥].
tʰi˩˥, | no˩-tɑ˩kɤ˥, | kõ-tõ, kõ-tõ! pi˧, | ɖʐv̩˧ | dʑɤ˩pi˧ | dʑo˩-mɤ˩-kv̩˥! | di˧qo˧-gɤ˧! |
dʑɯ˧, | ze˩-gɤ˧ ʑi˧-ɻ̍˩, | zo˩qo˧ dʑo˩-ɻ̍˩ | -dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧-ʂwæ˧-gv̩˧-kv̩˩, | ʁæ˧ʈv̩˥-pi˩ | ʈʂʰɯ˧-ʂwæ˧-gv̩˧-kv̩˩! |
õ˧ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ɖʐv̩˧nɑ˥mi˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | zo˩no˥, | zɯ˧~zɯ˧ | ʂæ˧-hĩ˧ | dʑɤ˩-kʰwɤ˧ ɖɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!
tʰi˩˥ | -no˧˥, | kʰv̩˩mi˩ ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩! | tʰi˩˥ | -no˧˥, | hĩ˧ ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!
kʰv̩˩mi˩-lɑ˥ | <zɯ…> ɖʐv̩˧nɑ˥mi˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | ɖɯ˧-pi˧˥ | tʰi˧-kv̩˧<s…>-pʰæ˥-di˩-mæ˩! |
hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ɖɯ˧-pi˧˥ | bæ˧ ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!
tʰi˩˥, | le˧-wo˧-tʰo˥-tɕo˩, | kʰv̩˩mi˩-lɑ˥ | hĩ˧ | qæ˧~qæ˧-tɕɯ˩-zo˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧-dʑo˩ | ɖɯ˧-pi˧˥ | le˧-tʰi˧! | kʰv̩˩mi˩˥ | ɖɯ˧-pi˧˥ | le˧-bæ˧! |
zo˩no˥, | kʰv̩˩mi˩˥ | ɖɯ˧-v̩˧~ɖɯ˧-v̩˧-ʈʂʰɯ˧ | le˧-ʂe˧-le˧-po˧-tsʰɯ˧˥ | -dʑo˩, | ɖwæ˧˥ | tʰi˧-ɲi˥-mæ˩! | ɑ˩ʁo˧ tʰi˧-pʰæ˧-dʑo˥! |
zo˩no˥, | hĩ˧ F | zo˩qo˧ se˧, | kʰɯ˧tsʰɤ˧˥ | tsʰɑ! tsʰɑ! pi˧-bi˧, | ʈʂʰɯ˧ | le˧-sɯ˥-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | ʁwɑ! ʁwɑ! ʁwɑ! pi˧ | lv̩˩-ɲi˥! |
ɖɯ˧-v̩˧~ɖɯ˧-v̩˧-dʑo˧, | le˧-bæ˧-zo˩ | tʰi˩˥, | le˧-ʑi˧ŋv̩˥! | ʁo˧dɑ˧ tʰv̩˧, | gɤ˩-mɤ˧-ʈʂʰwæ˧! |
hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | ʁɑ˩ʂɯ˧, | õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧ gv̩˧-kv̩˥, | pi˧-zo˩! |
æ˧ʂæ˧, | ʈʂʰɯ˧…ni˧˥ | ʐwɤ˩-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!
Tu veux que je raconte l'histoire de l'homme et du chien, n'est-ce pas! Eh bien, voici ce que racontaient les anciens. Quand on fêtait le Nouvel An, on disait qu'on "célébrait le Nouvel An du chien": c’est dire toute l’importance des liens qui unissent l’homme et le chien! C'est qu'autrefois, l'existence humaine était très brève, tandis que celle du chien était nettement plus longue. Quand, lors du passage à l’âge adulte, à treize ans, on donne à la jeune femme une robe, ou un pantalon au jeune homme, on rappelle qu’autrefois, les humains, ils n'avaient reçu que treize ans, en fait de vie/longévité! L’ancêtre qui était allé chercher l'existence pour les hommes, il n'avait ramené qu'une bien courte existence; alors, il a été échanger avec le chien. Il lui a dit: "Je vous en prie! Notre existence, elle est terriblement courte! Est-ce que vous voudriez bien échanger? Par pitié!" Le chien, il avait obtenu soixante ans, autrefois! L'homme, lui, il n'avait obtenu que treize ans! Le chien a donné son accord, et la vie de l’homme s’en est trouvée allongée: l’échange s’est fait, la vie de l’homme a passé de treize ans à vingt, trente, quarante, cinquante, et enfin soixante ans! Symboliquement, on pourrait dire qu’à treize ans, c’est la première existence qui prend fin, et la véritable existence humaine qui commence: comme si le chien devenait un vrai homme! (Explication: symboliquement, les treize premières années correspondent à la durée de vie du chien; les années nobles, celles gagnées par l'échange avec le chien, commencent après la treizième année. On retrouve un écho de cette croyance dans la désignation d'un petit enfant avant qu'il ne reçoive son vrai nom, celui qu'il portera toute sa vie: on utilise "petit chien" ou "petite chienne" comme sobriquet destiné à dégoûter les démons, les décourager d'enlever l'enfant.) Quand treize années ont passé, l'enfant est devenu une grande personne! Tandis que quand on n'a pas encore atteint treize ans, on ne compte guère comme personne à part entière! Du fait qu'on raisonne ainsi, c'est au moment des treize ans qu'on considère la personne comme adulte! L’ancêtre qui avait convaincu le chien d’échanger sa longévité avec l’homme, voilà ce qu’il a expliqué aux autres: «Vous aviez treize ans de vie; maintenant, ce sont soixante années qui vous sont données! Après, une fois atteint vos soixante ans, vous, si vous voulez soixante-dix, quatre-vingts ans, cent ans de vie, c’est de vous que ça dépend! Moi, pour ce qui me concerne, j'ai été vous échanger votre existence trop courte contre soixante ans!» (Explication: la formule signifiait que les 60 ans n'étaient pas une limite absolue; il est donné à l'homme soixante ans en vie et en santé; certains parviennent à faire durer leur vie plus longtemps, en prenant soin de leur santé. Si l'homme veut vivre au-delà de soixante ans, à lui de s'en préoccuper: ça ne lui est pas donné tout cuit.) Dans le temps, les vieillards, voilà ce qu'ils disaient: "Héé bé! C'est ə˧pɤ˧-ɖɯ˩ qui le dit: 'Quand soixante ans ont passé, c'est dans le monde des morts qu'on doit partir chercher sa fortune! Et vous autres, les jeunes, cette fortune-là, elle n'est pas pour vous!" (Note: cette réflexion des personnes âgées sur leur mort prochaine est une façon facétieuse de retourner la différence de perspective d'avenir entre jeunes et vieux: les vieux vont avoir la chance de connaître un sort que les jeunes devront encore attendre longtemps.) "Nous, on va mourir! C'est la divinité ə˧pɤ˧ɖɯ˩ qui en a décidé ainsi!" Voilà ce qu'on disait! De ce fait, les aînés, chez nous autres, voilà ce qu'ils disaient sans cesse: "Il faut avoir les plus grands égards pour le chien! La vie humaine et la vie du chien, l'homme et le chien, c'est une seule et même chose! Il ne faut pas manger de viande de chien!" Les Chinois (Han), ils mangent souvent du chien, n'est-ce pas! Tandis que les Na, ils ne mangent pas de chien! Autrefois, il y avait quantité de chiens; en période de disette, les Chinois les mangeaient jusqu'au dernier! Nous, les Na, on ne mange jamais de viande de chien! Certains disent que la viande de chien c'est un médicament; que si on en mange, on évite les rhumatismes. Il y a des gens qui y croient, alors il leur arrive d'en manger. Mais il y en a d’autres, ils ne pourraient en aucune circonstance cuire de la viande de chien à leur domicile! Quand le chien meurt, le chien qu'on a nourri chez soi, on prend une tranche de viande, on la lui met dans la bouche; on prend un peu de céréale, et on lui met dans la bouche. Ensuite, tu emportes le chien vers l'endroit où on va l'enterrer! On va l'enterrer sous un arbre. Il y en a certains qui vont jeter le cadavre du chien dans une grande rivière. Qu’on choisisse l’une ou l’autre solution, dans tous les cas on ne le jette pas n'importe où: ça ne se fait pas de se débarrasser du corps du chien au fond d'un ravin, ou de l’enterrer n’importe où dans la plaine. Si quelqu’un jette le cadavre de son chien n'importe où au bord du chemin, on fait des remarques au sujet de la famille qui se laisse aller à pareil outrage aux chiens: on dit "EEEhhh ben alors! Les anciens ont dû négliger de leur inculquer les bons principes! Il faut pas faire n’importe quoi avec le chien!" Et tout ça, c’est en souvenir du fait qu'autrefois le chien et l'homme ont échangé leur existence! Si on ne traite pas bien son chien, ça n'est pas bien vu. En toutes occasions, on marque des attentions au chien. Si on tue le cochon, on commence par donner aussitôt un peu de sang à boire au chien! (Note: on procède avec le chien comme avec les ancêtres, à qui on offre aussi quelques gouttes du sang du porc lorsqu'on le tue.) Ce jour-là, quand on tue le cochon, les gouttes de sang qui dégoulinent, on les donne tout de suite à lécher au chien. Ensuite, quand nous autres (=les êtres humains) avons fini de manger, on donne aussitôt une assiette d'os et de céréales au chien. "Il faut d'abord donner à manger au chien!", qu'on dit. Au Nouvel An, à la maison, quand on a fini de distribuer leur nourriture aux plus âgés, quand on a achevé l'offrande du Nouvel An aux ancêtres, c'est d'abord au chien qu'on donne à manger! Après, tu mets la table pour les êtres humains! Pendant que le chien mange, on dit: "Regardons un peu ce que mange le chien, cette année!" Est-ce qu'il va manger de la viande, ou des céréales, ou boire de l'eau. L'année où le chien commence par manger de la viande et des céréales, la récolte ne sera pas gâtée par des pluies trop abondantes! En revanche, s’il se met aussitôt à laper l’eau, on se dit: "Houlà! Cette année, on va avoir beaucoup de pluie! (Note: des pluies très abondantes à l'été et à l’automne ne sont pas souhaitables: elles risquent de gâter les récoltes.) Voilà ce qu'on disait autrefois! Quant à savoir si c'est vrai ou pas… Voilà en tout cas ce qui se racontait! En fait, ce qu'il en est en réalité, on ne sait pas, n'est-ce pas! On disait, autrefois: "Cette année, il va faire sec! Le chien a commencé par manger des céréales et de la viande!" Une année où le chien mange d'abord des céréales et de la viande, il ne pleuvra pas trop, à ce qu'on raconte! C'est qu'au huitième mois et au neuvième mois (du calendrier lunaire), il y a beaucoup de pluie! Alors, une année où le chien boit de l'eau, la pluie commence à tomber dès le troisième mois; aux cinquième et sixième mois, elle tombe sans discontinuer, sans un jour de temps sec! Voilà ce que racontaient les anciens! Dans le fond c’est vrai, que le chien il devait avoir une longue vie autrefois! A ma maison, il y en a eu un qui n'était toujours pas mort après douze ans! Il était vieux, mais alors vieux! Il n'était plus capable d'aboyer contre les intrus. Pendant deux ou trois ans, j'en ai cherché un autre, sans succès. Lui, celui qui avait déjà dix ans, il restait attaché là. On le nourrissait encore. Il ne voyait plus les gens! Quand il se levait, la nourriture, il ne pouvait plus la manger que par petits morceaux! C'était comme un vieillard, en vérité! D’ailleurs c’est une moquerie qu’on lançait aux vieux tout décharnés: "Tu es comme un vieux chien! Tu as des yeux de vieux chien!" Voilà comment on se moquait d’eux! En vieillissant, ses yeux, le chien, ils s'enfoncent dans leur orbite! Le chien restait attaché à la maison, il vieillissait petit à petit; et après dix et quelques années, il mourait. Les chiens, il y en a qui vivent vraiment longtemps! Qu'autrefois, le chien ait eu une longue vie (=une vie comme ces soixante ans qu'il aurait donnés à l'homme), ça paraît bien être vrai, au vu de la longévité de ces chiens-là! Parce que sinon, les chiens de dix ans et plus, ça n'existe pas, n'est-ce pas! Le chat, lui, il vit quatre, cinq ans. Le chat, si grande soit sa longévité, il n'atteint pas sept-huit ans! Le chat, il vit six, sept ans, pour un qui vit vraiment très longtemps! Voilà tout ce qu'il a en fait de longévité! Le chien, lui, vrai de vrai, il a une vie plutôt longue, à ce qu'il me semble! en comparaison d’autres animaux domestiques. Quand la divinité /ə˧pɤ˧ɖɯ˩/ a distribué la longévité, l'homme, il a été bien bête, n'est-ce pas, dans le temps! Il a dormi trop longtemps, et il n'a obtenu qu'un tout petit bout d'existence, à ce qu'on raconte! Par contre, le héron, lui, il s'est bien débrouillé! Quand ils se sont levés, qu'ils sont allés chercher leur durée de vie, celui qu'on appelle le héron, il a été le plus rapide, alors il a obtenu une belle part de longévité! Après le héron, ç’a été le chien qui a été rapide. Et seulement après le chien, l'homme… L’homme, il a été en retard pour aller chercher la longévité, et du coup il n'a obtenu qu'une existence très courte! Voilà ce qu'on racontait autrefois! Les hérons, autrefois, vrai de vrai, il en existait de grands comme ça! Avec le cou long comme ça! La nuit, on dirait qu'il est capable de rester éveillé, le héron. Les hérons, par chez nous, dans la plaine, il y en a quelques-uns. Quand on se moque des vieillards, on dit: "Ta vie, elle est comme le cou du héron! (=d'une longueur interminable) Tu es vraiment increvable!" Le héron, il se déplace, tout seul, pas à pas: plof, plof! Il n’a guère d’amis! Le héron, on le trouve là où il y a de l'eau. Mais par la suite, l’homme s’est bien rattrapé, quand il a échangé sa vie avec celle du chien! Le chien, lui, il a été un peu bêta de laisser filer la chance qu'il avait obtenue! Le chien, qui habite chez nous, c’est vraiment une bonne compagnie! Il reconnaît les gens à leur pas; et il aboie quand des inconnus approchent! Mais il y en a certains qui sont bêta, quand ils dorment et qu’il y a des gens qui passent devant eux, ils ne se réveillent pas! Voilà, c’est ça l’histoire du chien et de l’homme! Voilà ce qu'on racontait autrefois!
S1 stop écouter
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | zo˩no˥, | hĩ˧-lɑ˩ | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | ə˩-gi˩! |

Autrefois, eh bien… [tu veux que je raconte l'histoire de] l'homme et le chien, n'est-ce pas! (littéralement: "L'homme et le chien, cette [histoire], n'est-ce pas!")

S2 stop écouter
zo˩no˥… | hĩ˧mo˥=ɻæ˩-ɳɯ˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩-wɤ˥! |

Eh bien… voilà ce que racontaient les anciens!


NOTE : tons vérifiés: est bien /ʐwɤ˩-kv̩˩-wɤ˥/ et non /‡ʐwɤ˩-kv̩˩˥ | -wɤ˩/
S3 stop écouter
zo˩no˥, | kʰv̩˧ʂɯ˥, | kʰv̩˧ʂɯ˥<-ʈʂʰ…>, | pi˧-dʑo˩, | zo˩no˥, | kʰv̩˩mi˩ kʰv̩˥ʂɯ˩ ɲi˩, | pi˧-kv̩˩-mæ˩. |

Eh bien, quand on fêtait le Nouvel An, on disait qu'on "célébrait le Nouvel An du chien".

S4 stop écouter
tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩ kʰv̩˥ʂɯ˩ ɲi˩, | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | zo˩no˥, | zɯ˧~zɯ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɖæ˧ | ʐwæ˩-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Si on parlait de "célébrer le Nouvel An du chien", c'est parce qu'autrefois, eh bien, l'existence [humaine], elle était très brève!


NOTE : petites maladresses de prononciation: /zɯ˧zɯ˧-ʈʂʰɯ˧/ réalisé comme [‡zɯ˧zɯ˧-tθʰɯ˧]; et /ɖæ˧ | ʐwæ˩-ɲi˥/ réalisé comme [‡ɖwæ˧ | ʐæ˩-ɲi˥]
S5 stop écouter
zo˩no˥, | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥, | ʂæ˧-tsɯ˧˥ | -mv̩˩!

Alors que [l'existence du] chien était longue!

S6 stop écouter
tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥ | ʂæ˧-dʑo˧ | tʰi˩˥, | <kʰv̩˩mi˩-zɯ˩~zɯ˥ | tʰv̩˧-v̩˧-ki˧-dʑo˩, |> hĩ˧-zɯ˧~zɯ˥ | ʂe˧-hĩ˧ | tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩-dʑo˩, | kʰv̩˩mi˩-ki˥: |

Alors, comme le chien avait [une existence] longue, celui qui était allé chercher l'existence pour les hommes [et qui n'avait ramené qu'une brève existence], au chien, il a dit:


NOTE : tons vérifiés pour la séquence /ʂæ˧-dʑo˧/
S7 stop écouter
əəə… zo˩no˥, | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | kʰv̩˧ʂɯ˥, | zo˩no˥… | <no> zo˧mv̩˥-ʈʂʰɯ˩ | ʈʰæ˩ ki˩˥, | ɬi˧ ki˥-hĩ˩ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩-hĩ˥ | ɬi˧ ki˥-hĩ˩ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ə˩-gi˩! | æ˧ʂæ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩-lɑ˥ ɖɯ˩-ɲi˩-tsɯ˩-mv̩˩, | zɯ˧~zɯ˧-ʈʂʰɯ˧! |

Eh bien, nous, le Nouvel An, eh bien… Les enfants, [la cérémonie] de don de la robe, de don du pantalon… le fait que les personnes de treize ans, on leur donne un pantalon, autrefois, eh bien, autrefois, les hommes, ils n'avaient reçu que treize ans, en fait de vie/longévité!


NOTE : vérifié, n'est pas /‡ɬi˧ ki˥-hĩ˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩/, dans aucune des deux répétitions.
S8 stop écouter
tʰi˩˥, | zɯ˧~zɯ˧-ʈʂʰɯ˧ | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩-lɑ˥ ɖɯ˩-dʑo˩, | tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩… zɯ˩~zɯ˥ tʰv̩˩-v̩˩-ki˩, | ʂe˧-hɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩! | hĩ˧-zɯ˧~zɯ˥ | tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩! |

Alors, comme [ils] n'avaient reçu que treize ans de vie, eh bien, l'homme (littéralement "celui qui avait obtenu la longévité de l'homme") est allé chercher le chien (littéralement "celui [qui avait obtenu] la longévité du chien"/"[l'être] qui avait reçu la longévité du chien").

S9 stop écouter
"ə˧mi˧! | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | ʁɑ˩mi˧! | zo˩no˥, | zɯ˧~zɯ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɖæ˧ | le˧-ʐwæ˩! | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | qʰv̩˩tsʰi˧-kʰv̩˥ ɖɯ˩-ɲi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩, | æ˧ʂæ˧!"

"Hélas! Nous… S'il vous plaît! Eh bien… [Notre] existence, elle est terriblement courte!" Le chien, il avait obtenu soixante ans, autrefois!


NOTE : même maladresse de prononciation que ci-dessus: /ɖæ˧ | le˧-ʐwæ˩/ est réalisé comme [‡ɖwæ˧ | le˧-ʐæ˩]
S10 stop écouter
hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩-lɑ˥ ɖɯ˩-zo˩! |

L'homme, lui, il n'avait obtenu que treize ans!

S11 stop écouter
tʰi˩˥, | əəə… "ʁɑ˩mi˧! | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | kv̩˧ʝi˥ | le˧-ɖæ˥ | le˧-ʐwæ˩-ze˩!" | kʰv̩˩mi˩-zɯ˩~zɯ˩ tʰv̩˩-v̩˩-ki˥! |

Alors, euh… "S'il vous plaît/Par pitié! Nous autres, les hommes, notre vie est terriblement courte!" [Voilà ce qu'il a dit] au chien (littéralement: "à celui qui possédait l'existence du chien")!


NOTE : sens de /kv̩˧ʝi˥/: 'existence, vie'.
NOTE : On pourrait également dire /kʰv̩˩mi˩-zɯ˩~zɯ˩-hĩ˥ | tʰv̩˧-v̩˧-ki˧/, mais non /‡kʰv̩˩mi˩-zɯ˩~zɯ˩-hĩ˩ tʰv̩˩-v̩˩-ki˥/.
S12 stop écouter
"no˧ | ʁɑ˩mi˧ | ɖɯ˧-qæ˧~qæ˧-ɻ̍˧ kv̩˥-ə˩-hĩ˩? | ɖɯ˧-qæ˧~qæ˧-ɻ̍˧ ə˥-bi˩?" | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩: | "tsɤ˧ ʝi˧!" | pi˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩.

"Toi, s'il te plaît, est-ce que tu voudrais bien échanger? Est-ce qu'on pourrait échanger/est-ce que ça t'irait d'échanger?" Alors, le chien (littéralement "celui-là"), il a dit: "D'accord!"


NOTE : le verbe /hĩ˧˥/, traduit ici par 'être d'accord', 'bien vouloir', est perçu par la locutrice comme identique au verbe /hĩ˧˥/ signifiant 'devoir'.
S13 stop écouter
tʰi˩˥, | "tsɤ˧ ʝi˧!" | pi˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | əəə… njæ˧sɯ˩kv̩˩…-bv̩˩ | ɬi˧ki˥-ʈʰæ˩ki˩, | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩ hĩ˥-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | no˧ | tʰi˧-tɕɯ˥! |

Alors, comme il avait donné son accord, eh bien, euh… notre coutume de "donner le pantalon, donner la robe"… quelqu'un de treize ans… toi, ça décide [le fait que tu es désormais adulte]! (littéralement "tu es fixé")

S14 stop écouter
zo˩no˥, | hĩ˧ ɖɯ˧-v̩˧-dʑo˩, | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩ gv̩˩-kʰɯ˥! |

Alors, il y a eu quelqu'un qui a fixé la vie de l'homme à treize ans! (littéralement "qui a fait passer treize ans")

S15 stop écouter
tsʰe˩so˩-kʰv̩˩-ɳɯ˥, | ɲi˧tsi˧-kʰv̩˧ gv̩˧-kv̩˩! | ɲi˧tsi˧-kʰv̩˧-ɳɯ˥, | so˧tsʰi˧-kʰv̩˧! | so˧tsʰi˧-kʰv̩˧-ɳɯ˥, | ʐv̩˧tsʰi˩-kʰv̩˩! | ʐv̩˧tsʰi˩-kʰv̩˩-ɳɯ˩<-ɳ>, | ŋwɤ˧tsʰi˩-kʰv̩˩! | ŋwɤ˧tsʰi˩-kʰv̩˩-ɳɯ˩, | qʰv̩˩tsʰi˧-kʰv̩˥! |

De treize ans, elle a passé à vingt ans! De vingt, à trente! De trente, à quarante! De quarante, à cinquante! De cinquante, à soixante! (Explication: la narratrice raconte comme en direct le transfert de vie du chien à l'homme, dont on voit l'espérance de vie s'accroître pas à pas)


NOTE : Autrefois, on considérait qu'avant 13 ans, on n'était pas une personne à part entière.
S16 stop écouter
qæ˧~qæ˧ tsæ˥-ɲi˩! | pi˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩.

On dit qu'il a échangé avec le chien! (littéralement "qu'il a fait échanger")

S17 stop écouter
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-tɕɯ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩-ki˥: | "ʁɑ˩mi˧! | ɖɯ˧-qæ˧~qæ˧-ɻ̍˥!" | pi˧, | le˧-qæ˧~qæ˧ le˧-tsʰɯ˩ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | zo˩no˥, əəə… | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | hĩ˧ | zo˧mv̩˥ | le˧-dʑo˩, | ɖɯ˧-kʰv̩˥, | ɲi˧-kʰv̩˥, | so˩-kʰv̩˩˥, | tsʰe˩-kʰv̩˩˥, | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩ gv̩˩˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | wɤ˩˥ | ʈʰæ˧ | ɖɯ˧-ʂɯ˩ ki˩! | <pi˧-hĩ˧…> pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, |

Alors, comme c'était fixé/décidé ainsi, [l'homme a dit] au chien: "Merci! [Alors,] on échange!" et comme ils ont échangé, eh bien, désormais, euh… nous autres, quand quelqu'un a un enfant, [il passe] une année, puis deux ans, trois ans, dix ans… quand treize ans ont passé, eh bien, on fait don de la robe [à la jeune fille devenue adulte]! (littéralement "on donne une fois la robe")


NOTE : tons de /le˧-qæ˧~qæ˧ le˧-tsʰɯ˩ | -dʑo˩/ vérifiés.
S18 stop écouter
kʰv̩˩mi˩ tʰv̩˩-v̩˩-ɳɯ˥, | hĩ˧ | ɖɯ˧-v̩˧ tsɤ˧-ɲi˥-ze˩! | tʰi˩˥, | əəə… zo˩no˥, | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩ gv̩˩˥ | -kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | hĩ˧ | ɖɯ˧-v̩˧ tsɤ˧-ɲi˥-ze˩! |

Le chien, il est devenu un homme! (Explication: symboliquement, les treize premières années correspondent à la durée de vie du chien; les années nobles, celles gagnées par l'échange avec le chien, commencent après la treizième année. On retrouve un écho de cette croyance dans la désignation d'un petit enfant avant qu'il ne reçoive son vrai nom, celui qu'il portera toute sa vie: on utilise "petit chien" ou "petite chienne" comme sobriquet destiné à dégoûter les démons, les décourager d'enlever l'enfant.) Alors, euh… eh bien, quand treize années ont passé, [l'enfant] est devenu une grande personne!


NOTE : noté au passage: njɤ˧ | hĩ˧-v̩˧ jo˧-ho˥! Il y a quelqu'un qui va venir me voir! jo˧ tʰɑ˧-mæ˧-ʝi˧-hɯ˧, | mɤ˧-do˩! 'je ne sais pas si je pourrai venir!' (prendre ma leçon demain)
NOTE : tons de /kʰv̩˩mi˩ tʰv̩˩-v̩˩-ɳɯ˥/ vérifiés.
S19 stop écouter
tsʰe˩so˩-kʰv̩˩˥ | mɤ˧-gv̩˧-dʑo˧, | hĩ˧ | dʑɤ˩˥ | hĩ˧ mɤ˧-ʈʂɤ˧-ɲi˥! | pi˧- zo˩ | tʰi˩˥, | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩-ʁo˥to˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | tɕɯ˩-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩! | "tsʰe˩so˩-kʰv̩˩-ɳɯ˥ | tʰi˩˥, | qʰv̩˩tsʰi˧-kʰv̩˥ | tʰi˩˥, | no˧sɯ˩kv̩˩-ki˩ | ki˧-bi˧-ze˧!" |

Quand elle n'a pas encore atteint treize ans, une personne, elle ne compte guère comme personne à part entière! Du fait qu'on raisonne ainsi, c'est au moment des treize ans (=lorsque que quelqu'un atteint ses treize ans) qu'on considère [la personne comme adulte]! (littéralement: qu'on "place" [l'enfant parmi les adultes]). "A partir de vos treize ans, ce sont soixante années qui vous sont données!"


NOTE : on pourrait également dire: /tsʰe˩so˩-kʰv̩˩-ʁo˥to˩ tɕɯ˩-ɲi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩.
S20 stop écouter
"tsʰe˩so˩-kʰv̩˩˥, | ʁɑ˩ʂɯ˧, | no˧sɯ˩kv̩˩, | zo˧mv̩˥, | ʁo˧dɑ˧, | zɯ˧~zɯ˧ | qʰɑ˩ne˩˥ | ɖɯ˧-kv̩˧˥, | ʈʰæ˧ | le˧-ki˧!" | pi˧-zo˩. |

"Les treize ans, vrai de vrai, vous, les enfants, auparavant… l'existence, vous pouvez l'obtenir; on vous donne une robe!"


NOTE : vérifié: n'est pas /‡zo˧mv̩˥-ʁo˩dɑ˩/
NOTE : /zɯ˧~zɯ˧/: hypo-articulé, ressemble à un simple /‡zɯ˧/
NOTE : passage obscur/embrouillé à mes yeux.
S21 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-tɕɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Voilà comment on procède (littéralement "comment on pose/met").

S22 stop écouter
tʰi˧-tɕɯ˥ | tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩˥ | -dʑo˩, | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩ ʝi˥! |

Comme on procède [ainsi], le chien, il reçoit treize ans/vit treize ans! (littéralement: "il fait treize ans")

S23 stop écouter
mmm… hĩ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | qʰv̩˩tsʰi˧-kʰv̩˥ ʝi˩-ɲi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Quant à l'homme, il vit soixante ans!

S24 stop écouter
tʰi˩˥, | "qʰv̩˩tsʰi˧-kʰv̩˥-ʁo˩to˩, | no˧sɯ˩kv̩˩ | ɖɯ˧-ɕi˧-kʰv̩˧ ɖɯ˧-bi˧, | no˧sɯ˩kv̩˩ | õ˧-bv̩˥-õ˩ ɲi˩-ze˩!" |

Alors, une fois atteint vos soixante ans, vous, si vous voulez cent ans [de vie], c'est votre affaire/ça dépend de vous! (Sens: était une formule, qui signifiait que les 60 ans n'étaient pas une limite absolue; il est donné à l'homme soixante ans de vie et de santé; certains parviennent à faire durer leur vie plus longtemps, en prenant soin de leur santé. Si l'homme veut vivre au-delà de soixante ans, à lui de s'en préoccuper: ça ne lui est pas donné tout cuit.)


NOTE : on pourrait également dire: /ɖɯ˧-ɕi˧-kʰv̩˧ ɖɯ˧-bi˧, | no˧sɯ˩kv̩˩ | le˧-ɖɯ˧-hõ˧! |/ 'si vous voulez cent ans, allez les chercher vous-mêmes!'
S25 stop écouter
"ʂɯ˧-tsʰi˩, hõ˩tsʰi˩-kʰv̩˩ ɖɯ˩-bi˩, | õ˧-bv̩˥-õ˩ ɲi˩-ze˩!"

"Si vous voulez soixante-dix, quatre-vingts ans, ça dépend de vous!"

S26 stop écouter
tʰi˩˥, | njɤ˧, əəə… -dʑo˥ | qʰv̩˩tsʰi˧-kʰv̩˥-hĩ˩-bv̩˩ | qæ˧~qæ˧ tsɤ˥-ɲi˩!" | pi˧-zo˩ | tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩˥ | -dʑo˩ | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩ ʝi˥! |

"Alors… moi, pour ce qui me concerne, j'ai été vous échanger [votre existence trop courte] contre soixante ans!" Alors, le chien, il vit treize ans!

S27 stop écouter
mmm… hĩ˧-dʑo˩, | qʰv̩˩tsʰi˧-kʰv̩˥ ʝi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩! |

L'homme, lui, il vit soixante ans!

S28 stop écouter
tʰi˩˥, | zo˩no˥, | hĩ˧ mo˥-hĩ˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | pi˧-kv̩˩-mæ˩: | "mɤ˧-dɑ˩! | ə˧pɤ˧-ɖɯ˩-ɳɯ˩ | le˧-pi˧-ɲi˥: | qʰv̩˩tsʰi˧-kʰv̩˥ gv̩˩-dʑo˩, | tsʰi˧si˩-dʑɤ˩pv̩˩ | ɖʐe˧-lɑ˧ ʝi˥-ze˩! | zo˩no˥, | no˧sɯ˩kv̩˩ | ɖʐe˧ mɤ˧-ʝi˩!" | pi˧-kv̩˩-mæ˩, | <njɤ˧…> hĩ˧mo˥=ɻæ˩-ɳɯ˩. |

Alors, les vieillards, voilà ce qu'ils disaient: "Hélas! C'est ə˧pɤ˧-ɖɯ˩ qui le dit: 'Quand soixante ans ont passé, c'est dans le monde des morts qu'on doit partir chercher sa fortune! Et vous autres (=les jeunes), ce n'est pas pour vous/cette fortune-là, elle n'est pas pour vous! (=façon faussement positive de relever la différence de perspective d'avenir entre jeunes et vieux)


NOTE : portion dictée comme /ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | pi˧-kv̩˩-mæ˩/: presque absente sur l'enregistrement.
NOTE : /tsʰi˧si˩-dʑɤ˩pv̩˩-ki˩ | le˧-bi˩-ze˩!/: périphrase pour dire 'mourir; être mort'; 'avoir rejoint tsʰi˧si˩-dʑɤ˩pv̩˩, le monde des morts'
NOTE : sens de: /tsʰi˧si˩-dʑɤ˩pv̩˩ | ɖʐe˧-lɑ˧ ʝi˥-ze˩/: sens pas transparent pour la locutrice; idée générale: une fortune d'un type nouveau attend les gens après leur décès, ils vont 'faire fortune' dans l'autre monde, où ils trouveront de nouvelles satisfactions et de nouvelles ambitions, pas celles du monde des vivants, mais en quelque sorte similaires tout de même.
S29 stop écouter
njæ˧=ɻæ˩-dʑo˩, | le˧-ʂɯ˧-ho˩-ɲi˩-ze˩! | qʰv̩˩tsʰi˧-kʰv̩˥ gv̩˩, | le˧-ʂɯ˧-ho˩-ɲi˩-ze˩! |

"Nous, on va mourir! Quand on a passé soixante ans, on va mourir (=on est proche de sa fin)!

S30 stop écouter
zo˩no˧<-dʑ…>, | æ˧ʂæ˧, | <tsʰi˧si˩-dʑɤ˩pv̩˩-ɳɯ˩ | le˧-ti˧-ɲi˥! |> ə˧pɤ˧-ɖɯ˩-ɳɯ˩ | le˧-ti˧-ɲi˥! | pi˧-zo˩. | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | pi˧-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Alors, autrefois, on disait: "<C'est tsʰi˧si˩-dʑɤ˩pv̩˩ qui en a décidé ainsi!> C'est ə˧pɤ˧ɖɯ˩ qui en a décidé ainsi!" Voilà ce qu'on disait!


NOTE : on pourrait également dire: /le˧-ti˧˥ | -ɲi˩/.
NOTE : Portion /tsʰi˧si˩-dʑɤ˩pv̩˩-ɳɯ˩ | le˧-ti˧-ɲi˥/: confusion avec l'expression /tsʰi˧si˩-dʑɤ˩pv̩˩-ki˩ | le˧-bi˩-ze˩/ 'il/elle est mort(e)/ a trépassé
S31 stop écouter
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-se˩-dʑo˩, | tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | əəə… zo˩no˥… | tsʰe˩so˩-kʰv̩˩ ʝi˥! | njæ˧sɯ˩kv̩˩-dʑo˩, | qʰv̩˩tsʰi˧-kʰv̩˥ ʝi˩! |

Alors, comme on avait procédé ainsi, le chien, lui, il vit treize ans! Nous, on vit soixante ans!

S32 stop écouter
tʰi˩˥, | zo˩no˥… | njæ˧sɯ˩kv̩˩ | hĩ˧mo˥=ɻæ˩-ɳɯ˩ | ɖɯ˧-njɤ˧ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥ | mæ˩: | "kʰv̩˩mi˩-ki˥-dʑo˩, | pʰv̩˩ɖɯ˩ ʝi˥-zo˩-kv̩˩!" |

Alors, eh bien… nos vieux, chez nous autres, voilà ce qu'ils disaient sans cesse: "Il faut avoir les plus grands égards pour le chien!"


NOTE : avant septembre 2012, pensais qu'on pouvait dire /‡ɖɯ˧-njɤ˧ ʐwɤ˧˥/, mais en fait il faut dire: /ɖɯ˧-njɤ˧ | ʐwɤ˩˥/, avec le même découpage en groupes tonals que dans /ɖɯ˧-njɤ˧ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥/. On ne peut dire, non plus: /‡ɖɯ˧-njɤ˧ ʐwɤ˧-kv̩˥/.
S33 stop écouter
zo˩no˥… | "kʰv̩˧ʂe˧ dzɯ˧-mɤ˧-ɖo˧!" | pi˧-zo˩. |

"Il ne faut pas manger de viande de chien!" qu'ils disaient.

S34 stop écouter
tʰi˩˥, | hæ˧-dʑo˧, | ɖɯ˧-njɤ˧ | kʰv̩˧ʂe˧ dzɯ˧-mɤ˩-dzɯ˩! |

Les Chinois, ils mangent souvent du chien, n'est-ce pas!


NOTE : tons vérifiés, n'est pas /‡dzɯ˧-mɤ˧-dzɯ˧/
NOTE : On pourrait dire simplement: /hæ˧-dʑo˧, kʰv̩˧ʂe˧ dzɯ˧!/ 'Les Chinois, ils mangent du chien!'
S35 stop écouter
tʰi˩˥, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | kʰv̩˧ʂe˧ dzɯ˧-mɤ˧-kv̩˩-mæ˩! |

Tandis que les Na, ils ne mangent pas de chien!


NOTE : tons de /kʰv̩˧ʂe˧ dzɯ˧-mɤ˧-kv̩˩-mæ˩/ vérifiés, n'est pas /‡dzɯ˧-mɤ˩-kv̩˩-mæ˩/
S36 stop écouter
"kʰv̩˩mi˩-ki˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | pʰv̩˩ɖɯ˩ ʝi˥-zo˩-kv̩˩! | hĩ˧… hĩ˧-zɯ˧~zɯ˥-lɑ˩ | kʰv̩˩-zɯ˩~zɯ˥-pi˩… | zo˩no˥, | hĩ˧-lɑ˩ | kʰv̩˧-dʑo˩, | ɖɯ˧-bæ˧-lɑ˧ ɲi˥!" |

"A l'égard du chien, on doit montrer les plus grands égards! La vie humaine et la vie du chien, eh bien… L'homme et le chien, c'est une seule et même chose!"

S37 stop écouter
kʰv̩˩mi˩-ʂe˩˥, | dzɯ˧-mɤ˧-ɖo˧-pi˧-zo˥! |

La viande de chien, il ne faut pas en manger, dit-on!


NOTE : Le découpage en groupes tonals se fait en: groupe nominal | verbe+affixes; pas d'intégration tonale entre groupe nominal et verbe.
NOTE : /mɤ˧-/: réalisé proche de [wə˧-]
S38 stop écouter
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | hɑ˧ʐwɤ˩ <dzi˩-kʰv̩˩… ɖɯ˩-kʰv̩˩… so˩-kʰv̩˩…> [tʰv̩˩-so˩-kʰv̩˩], | ʈʰææ̃˧, | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥ | qʰɑ˩jɤ˩ dʑo˩˥ | -dʑo˩, | hæ˧-ɳɯ˧ | le˧-qʰo˧-le˥-se˩-ɲi˩-mæ˩! |

Autrefois, les années de disette (littéralement: "les années de faim"), vrai de vrai, il y avait quantité de chiens; les Chinois (Han) les ont mangés jusqu'au dernier! / Autrefois, en période de disette, les Chinois (Han) mangeaient les chiens jusqu'au dernier!


NOTE : séquence transcrite comme /hɑ˧ʐwɤ˩ tʰv̩˩-so˩-kʰv̩˩/: réalisée avec des hésitations/répétitions.
S39 stop écouter
njæ˧=ɻæ˩, | nɑ˩˥, | kʰv̩˧ʂe˧ dzɯ˧-mɤ˧-kv̩˩! |

Nous, les Na, on ne mange jamais de viande de chien!

S40 stop écouter
ʝi˧kʰv̩˥ | le˧-pi˥-dʑo˩, | wɤ˩˥, | kʰv̩˧ʂe˧ | ʈʂʰæ˧ɣɯ˧ ɲi˥! | əəə… <fv̩˧ʂɯ˩ go˩> [ɻ̃˧ go˧ - nɑ˥ go˩]-mɤ˩-kv̩˩-tsɯ˩-pi˩! | dzɯ˧-kv̩˩! |

Certains disent que la viande de chien c'est un médicament! Que [si on en mange,] on évite les rhumatismes! Alors, il leur arrive d'en manger!


NOTE : /fv̩˧ʂɯ˩/: 风湿, rhumatisme
S41 stop écouter
njæ˧=ɻæ˩-dʑo˩, | kʰv̩˩mi˩-pi˥-hĩ˩-dʑo˩, | ɑ˩ʁo˧ | ʈʰææ̃˧ | <kʰv̩˧ ʂe˧… | le˧-ʁ…> hĩ˧=ɻæ˥, | ʝi˧kʰv̩˥, | ɑ˩ʁo˧ | kʰv̩˧ ʂe˧ tɕɤ˧-kʰɯ˥ | mɤ˧-kv̩˧˥! |

Nous autres, s'agissant du chien, à la maison… les gens, certains, ils ne pourraient en aucune circonstance cuire de la viande de chien à leur domicile!

S42 stop écouter
kʰv̩˩mi˩˥ | le˧-ʂɯ˧-bi˧-bi˧-<bi˧>-pi˧, | zo˩no˥, | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | kʰv̩˩mi˩˥… | kʰv̩˩mi˩˥ | ɑ˩ʁo˧ | le˧-ʐɤ˧, | le˧-ʂɯ˧-bi˧-bi˧, | le˧-ʂɯ˧-ɖɯ˧-ɲi˧, | ɑ˩pʰo˩˥… | si˧dzi˩-ʈʰæ˩<ʈʰæ˩>qo˩ | nv̩˧-kʰi˩-dʑo˩, | ʂe˧ | ɖɯ˧-pʰæ˧ ʑi˧˥, | qwæ˩ʈʂæ˩-qo˥ | tʰi˧-ʈʰæ˧-kʰɯ˥! |

Quand le chien meurt, eh bien, nous autres, le chien… le chien qu'on a nourri chez soi, quand il meurt, le jour où il meurt, on va l'enterrer sous un arbre! On prend une tranche de viande, on la lui met dans la bouche (littéralement: "on lui fait mordre dans la bouche")!


NOTE : tons de /le˧-ʂɯ˧-ɖɯ˧-ɲi˧/ vérifiés
NOTE : séquence /si˧dzi˩-ʈʰæ˩qo˩/ réalisée avec quelques maladresses de prononciation
S43 stop écouter
hɑ˧ | ɖɯ˧-kʰwɤ˧ ʑi˧˥, | qwæ˩ʈʂæ˩-qo˥ | tʰi˧-kʰɯ˧˥! |

On prend un peu de céréale (littéralement "un morceau de céréale"), et on lui met dans la bouche!

S44 stop écouter
tʰi˩˥, | no˧ | le˧-po˧~po˥-bi˩! | si˧dzi˩-ʈʰæ˩qo˩ | nv̩˧-kv̩˩-mæ˩! |

Ensuite, tu emportes (le chien vers l'endroit où on va l'enterrer)! On l'enterre sous un arbre!


NOTE : vérifié: est la 2e personne du singulier, n'est pas /no˧˥/, °top
NOTE : tons de /nv̩˧-kv̩˩-mæ˩/ vérifiés
S45 stop écouter
ʝi˧kʰv̩˥-dʑo˩, | wɤ˩˥, | dʑɯ˧mi˧… | dʑɯ˧ | ɖɯ˩-hĩ˩-qo˥ kwɤ˩-bi˩-kv̩˩-mæ˩! |

Certains, au fleuve… ils vont jeter [le cadavre du chien] dans une grande rivière!

S46 stop écouter
ʁæ˧-mɤ˧-ʑi˧, | tʰi˧-kwɤ˩-mɤ˩-kv̩˩, | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩! |

On ne le jette pas n'importe où! (=on ne le jette pas au fond d'un ravin, on ne l'abandonne pas quelque part dans la plaine…) (littéralement "N'importe quoi/n'importe où, on ne l'y jette pas!")

S47 stop écouter
tʰi˩˥, | ə˧tse˧ ʝi˧-zo˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-ɲi˩? | pi˧-dʑo˩, | æ˧ʂæ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | zo˩no˥, | kʰv̩˧-lɑ˩ | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧ | zɯ˧~zɯ˧ qæ˧~qæ˧-ɲi˥! |

Alors, pourquoi donc procède-t-on ainsi? C'est qu'autrefois, eh bien, le chien et l'homme ont échangé leur existence!

S48 stop écouter
zo˩no˥, | kʰv̩˩mi˩-ki˥ | pʰv̩˧ɖɯ˧ mɤ˧-ʝi˥, | pi˧-dʑo˩, | dʑɤ˩ mɤ˧-kv̩˧-pi˥-zo˩! |

Si on ne traite pas bien [son] chien, ça n'est pas bien vu/on trouve pas ça bien!


NOTE : tons de /dʑɤ˩ mɤ˧-kv̩˧-pi˥-zo˩/ vérifiés
S49 stop écouter
ɖɯ˧-↑njɤ˧ | kʰv̩˩mi˩-ki˥ | ə˧tso˧ ʝi˧-bi˧-bi˧… | zo˩no˥, | bo˩ qʰo˧-bi˧-bi˧, | hi˧lɤ˩ | kʰv̩˩mi˩-ki˥-sɯ˩ | sɤ˧-sɯ˩ | ɖɯ˧-ʈʰɤ˧ tʰi˧-ʈʰɯ˧-kʰɯ˥! |

En toutes occasions, à l'endroit du chien… quoi qu'on fasse, [on pense à lui]; si on tue le cochon, on commence par donner aussitôt un peu de sang à boire au chien! (littéralement: "d'abord pour le chien, d'abord du sang, on [lui] donne à boire une goutte") (On procède avec le chien comme avec les ancêtres, à qui on offre aussi quelques gouttes du sang du porc lorsqu'on le tue.)


NOTE : vérifié, est /ʝi˧-bi˧-bi˧/, non /‡ʝi˧-bi˧-pi˧/
NOTE : tons de /ɖɯ˧-ʈʰɤ˧ tʰi˧-ʈʰɯ˧-kʰɯ˥/ vérifiés
S50 stop écouter
tʰv̩˧ɲi˧, | bo˩˥ | le˧-qʰo˧˥ | -pi˩, | kʰv̩˩mi˩-ki˥, | əəə… s… sɤ˧ | tʰi˧-ʈʰɤ˩~ʈʰɤ˩-hĩ˩, | ʈʂʰɯ˧-ʈʰɤ˥, | hi˧lɤ˩ | tʰi˧-jɤ˩~jɤ˩-kʰɯ˩. |

Ce jour-là, quand on tue le cochon, au chien, les gouttes de sang qui coulent/dégoulinent, on les donne tout de suite à lécher au chien.

S51 stop écouter
əəə… tʰi˩˥, | bo˩ qʰo˧-se˥-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | <hɑ˧ | le˧-dzɯ…> njæ˧sɯ˩kv̩˩ | le˧-dzɯ˧-se˥, | tʰi˩˥, | əəə… ʂæ˩ɻ̃˩-lɑ˥ | hɑ˧-lɑ˩ | wɤ˩˥ | hi˧lɤ˩ | <ɖɯ˧-po˩~po˩> [ɖɯ˧-tɕʰo˩qʰwɤ˩] tʰi˧-ki˩. |

Ensuite, quand on a tué le cochon, quand nous autres (=les êtres humains) avons fini de manger, on donne aussitôt une assiette d'os et de céréales [au chien].


NOTE : On peut dire /ɖɯ˧-pʰæ˧ʈʂʰæ˧lo˧/, ou /ɖɯ˧-tɕʰo˩qʰwɤ˩/; la formule dite sur l'enregistrement, /ɖɯ˧-po˩~po˩/, est un emprunt chinois: 包包, 'un paquet', pour dire 'un bon peu de…', 'beaucoup de…'
S52 stop écouter
"kʰv̩˩mi˩-ki˥-sɯ˩ | tʰi˧-ki˧! | kʰv̩˩mi˩-ki˥-sɯ˩ | tʰi˧-ki˧!" | pi˧. |

"Pour le chien d'abord! Pour le chien d'abord!" / "Il faut d'abord donner à manger au chien!", qu'on dit.

S53 stop écouter
kʰv̩˩mi˩ tsʰo˥-hĩ˩-hĩ˩ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | hĩ˧-ɳɯ˩, | zo˩no˥, | hĩ˧zɯ˧~zɯ˥-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | kʰv̩˩mi˩-ɳɯ˥ | ki˧-ɲi˥! | pi˧-zo˩. | kʰv̩˩mi˩-ki˥-dʑo˩, | ɖwæ˧˥ | pʰv̩˧ɖɯ˧ ʝi˥-kv̩˩! |

Le respect qu'on a pour le chien, eh bien… l'homme… en fait… la vie humaine, c'est le chien qui [nous] l'a donnée, qu'on dit! [De ce fait,] on prend grand soin du chien!


NOTE : tons de /hĩ˧zɯ˧~zɯ˥-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩/ vérifiés, n'est pas /hĩ˧zɯ˧~zɯ˥ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩
S54 stop écouter
tʰi˩˥, | zo˩no˥, | əəə… kʰv̩˧ʂɯ˥-njɤ˩ʂɯ˩ ɲi˩-bi˩-bi˩, | mmm… ɑ˩ʁo˧… | hĩ˧ mo˥-hĩ˩-ki˩, | əəə… hɑ˧ | le˧-ki˧-se˩, | ʈʂʰo˧do˩ ʈʂʰo˩-pi˩, | gɤ˩˥ | le˧-ʈʂʰo˧-se˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩-ki˥-sɯ˩ | hɑ˧ | le˧-ʂo˧~ʂo˧ tʰi˧-ki˥! |

Alors, eh bien, euh… Lorsque c'est le Nouvel An, à la maison… à l'égard des vieilles personnes, quand on a fini de leur distribuer leur nourriture, quand on pratique l'offrande aux ancêtres, quand on a fini de pratiquer l'offrande du Nouvel An aux ancêtres, c'est d'abord au chien qu'on donne à manger!


NOTE : /gɤ˩ ʈʂʰo˥/: pratiquer un rituel aux ancêtres: on place des offrandes en hauteur, à l'étage de la maison, à l'attention des ancêtres; ce rituel est pratiqué deux fois l'an: lorsqu'on tue le cochon, et lors du Nouvel An.
S55 stop écouter
tʰi˩˥, | no˧ | hĩ˧ | tʰi˧-pæ˩! | kʰv̩˩mi˩˥ | tʰi˧-dzɯ˥-kʰɯ˩-dʑo˩: | "kʰv̩˩mi˩˥ | tsʰi˧ʝi˧ <hɑ…> ə˧tso˧ dzɯ˧, | ɖɯ˧-li˧-ɻ̍˩!" | pi˧, | tʰi˩˥, | ʂe˧ dzɯ˧-no˩ | hɑ˧ dzɯ˧, | dʑɯ˧ ʈʰɯ˧, | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʂe˧-lɑ˩ | hɑ˧ dzɯ˧ | ɖɯ˧-kʰv̩˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | hi˧ | dʑɤ˩˥ | gi˧-mɤ˧-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Après, tu mets la table pour les êtres humains! Pendant que le chien mange, on dit: "Regardons un peu ce que mange le chien, cette année!" Est-ce qu'il va manger de la viande, ou des céréales, ou boire de l'eau; l'année où [le chien] mange de la viande et des céréales, il ne pleuvra pas trop! (=La récolte ne sera pas gâtée par des pluies trop abondantes!)


NOTE : séquence /hi˧ | dʑɤ˩˥ | gi˧-mɤ˧-kv̩˩/ vérifiée; /dʑɤ˩˥/ est réalisé proche de [gjɤ˩˥], par une légère maladresse de prononciation
S56 stop écouter
tʰi˩˥, | hi˧lɤ˩ | dʑɯ˧ | tɕæ! tɕæ! tɕæ! pi˧, | <w…> kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥, | dʑɯ˧ jɤ˧-kv̩˥-mæ˩, | ə˩-gi˩! |

Alors, s'il lampe rapidement l'eau, "slurp! slurp! slurp!"… Le chien, il lape l'eau! (littéralement "il lèche l'eau")

S57 stop écouter
dʑɯ˧ ʈʰɯ˧-kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩, | "ə˧mi˧! | tsʰi˧ʝi˧-se˥…" | dʑɯ˧ ʈʰɯ˧… | hi˧lɤ˩ | dʑɯ˩-sɯ˥ | ʈʰɯ˩˥, | hi˧ ɖɯ˧-ho˩ F -di˩!" | pi˧-zo˩, | æ˧ʂæ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥ | -mæ˩!

Quand [le chien] boit de l'eau (=si le chien boit de l'eau), on se dit: "Houlà! Cette année…" S'il boit, si tout de suite [il] commence par boire de l'eau, on va avoir beaucoup de pluie! (Note: des pluies très abondantes, l'été, ne sont pas souhaitables: elles risquent de gâter les récoltes.) Voilà ce qu'on disait autrefois!

S58 stop écouter
tʰi˩˥, | əəə… gɯ˧-ɳɯ˧ | qʰæ˧-dʑo˧, | ə˧zɯ˩… | æ˧ʂæ˧-tɑ˩mv̩˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | ʐwɤ˩˥ | -dʑo˩, | ʐwɤ˩-kv̩˩˥! |

Alors, quant à savoir si c'est vrai ou pas, nous deux… Les légendes, pour ce qui est de raconter, voilà ce qui se racontait! (=Quant à savoir si c'est vrai ou pas… Voilà en tout cas ce qui se racontait!)

S59 stop écouter
zo˩no˥, | ʈʂæ˧ʈʂɯ˧-dʑo˥, | mɤ˧-sɯ˧-ɲi˥-ze˩-mæ˩, | ə˩-gi˩! |

En fait, ce qu'il en est en réalité, on ne sait pas, n'est-ce pas!

S60 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩-ki˥ | əəə… "tsʰi˧ʝi˧-dʑo˩, | hi˩ gi˩-ho˥-pʰæ˩-di˩! | dʑɯ˧ ʈʰɯ˧!" | pi˧. |

Comme on procédait ainsi, alors, à l'endroit du chien… On disait: "Cette année, il va [beaucoup] pleuvoir! [Le chien] boit de l'eau!"

S61 stop écouter
əəə… "tsʰi˧ʝi˧-dʑo˩, | <mv̩˧ tv…> mv̩˧ pv̩˩-ho˩-pʰæ˩-di˩! | hɑ˧-lɑ˩ | ʂe˧-sɯ˩ | dzɯ˧!" | pi˧, | æ˧ʂæ˧-dʑo˩. |

On disait, autrefois: "Cette année, il va faire sec! [Le chien] commence par manger des céréales et de la viande!"

S62 stop écouter
hɑ˧-lɑ˩ | ʂe˧ dzɯ˧ | ɖɯ˧-kʰv̩˧˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | ɖwæ˧˥ | hi˩ gi˩-mɤ˩-kv̩˥-tsɯ˩ | -mv̩˩! |

Une année où [le chien] mange d'abord des céréales et de la viande, il ne pleuvra pas trop (littéralement "il ne pleuvra pas beaucoup"), à ce qu'on raconte!

S63 stop écouter
qʰv̩˧-ɬi˧mi˧, | ŋwɤ˩-ɬi˩mi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | hi˩ gi˩-kv̩˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!

C'est qu'au huitième mois et au neuvième mois (du calendrier lunaire), il pleut (=il y a beaucoup de pluie)!


NOTE : réalisation de /qʰv̩˧-ɬi˧mi˧/: proche de [qʰv̩˧-li˧mi˧], comme c'est presque toujours le cas hors réalisation hyper-articulée.
S64 stop écouter
tʰi˩˥, | <v̩˩…> dʑɯ˧ ʈʰɯ˧ | ɖɯ˧-kʰv̩˧˥ | -dʑo˩, | so˧-ɬi˧mi˧…-ɳɯ˧ | hi˧ | le˧-gi˥ | -dʑo˩, | ŋwɤ˩-ɬi˩mi˩-qʰv̩˥-ɬi˩mi˩-dʑo˩, | hi˧ | le˧-gi˥, | le˧-gi˥, | le˧-gi˥-zo˩! |

Alors, une année où [le chien] boit de l'eau, la pluie commence à tomber dès le troisième mois; aux cinquième et sixième mois, elle tombe encore et encore!


NOTE : /ŋwɤ˩-ɬi˩mi˩-qʰv̩˥-ɬi˩mi˩/: exemple de coordination entre trisyllabes
S65 stop écouter
ɖɯ˧-njɤ˧ | dʑɯ˧ pv̩˧-mɤ˧-kv̩˧-pi˥-zo˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩! | hĩ˧ mo˥-hĩ˩-ɳɯ˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩-wɤ˥! |

Ca tombe sans discontinuer, sans un jour de temps sec! (littéralement: "Ca ne s'arrêtait jamais/ ça ne s'asséchait jamais, autrefois!") Voilà ce que racontaient les anciens!


NOTE : La séquence /ʐwɤ˩-kv̩˩-wɤ˥/ est confirmée; mais phonétiquement, cela se rapproche de: /ʐwɤ˩-kv̩˩˥ | -wɤ˩/.
S66 stop écouter
tʰi˩˥, | ə˧zɯ˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-se˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˩=ɻæ˥, | zo˩no˥, | ɲi˩=ɻ̍˥-ɳɯ˩ | kʰv̩˩mi˩˥ | ɖɯ˧-v̩˧ | ʂɯ˧-bi˧-bi˧, | ʁæ˧-mɤ˧-ʑi˧, | tʰɑ˧-kwɤ˩! |

Alors, nous deux, quand on a procédé ainsi, eh bien… Les chiens, eh bien… quand un chien meurt, son maître ne doit pas se débarrasser du cadavre n'importe comment! (littéralement: "qui que ce soit, quand un chien meurt, il ne faut pas le jeter n'importe où")

S67 stop écouter
zo˩no˥, | pi˧-zo˩, | hĩ˧mo˥=ɻæ˩-ɳɯ˩ | pi˧-kv̩˩: | <ɖɯ…> ʝi˧-kʰv̩˥~ʝi˩kʰv̩˩-ɳɯ˩, | ʐɤ˩mi˩-qo˥-gɤ˩ | kʰv̩˩mi˩˥ | ʁæ˧-mɤ˧-ʑi˧ | tʰi˧-kwɤ˩! | "ʈʂʰɯ˧-ʑi˧=ɻ̍˧-se˥, | ʁɑ˩mi˧-wɤ˧! | hĩ˧ mo˥-hĩ˩ | <kwɤ-hĩ…> mɤ˧-ʐwɤ˩-pʰæ˩-di˩!" |

Alors, on dit que… les anciens, ils disent… Certaines personnes, ils jettent leur chien [mort] n'importe comment au bord du chemin! Au sujet de la famille [qui se laisse aller à pareil outrage aux chiens], on dit: "EEEhhh ben alors! Les anciens n'ont pas dû bien leur expliquer/les anciens ont dû négliger de leur inculquer les bons principes!"


NOTE : /wɤ˧/, dans /ʁɑ˩mi˧-wɤ˧/: particule finale.
S68 stop écouter
"kʰv̩˧-ʈʂʰɯ˧, | ʁæ˧-mɤ˧-ʑi˧, | ʝi˧-mɤ˧-ɖo˧" -pi˧-zo˥! | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥, | æ˧ʂæ˧! |

"Le chien, [à son égard,] il ne faut pas faire n'importe quoi!" On disait ça, autrefois!


NOTE : on dit: /mɤ˧-ɖo˥/, mais: /ʝi˧-mɤ˧-ɖo˧/
NOTE : tons de /kʰv̩˧-ʈʂʰɯ˧/ vérifiés
S69 stop écouter
hĩ˧mo˥=ɻæ˩-dʑo˩, | kʰv̩˩mi˩ tʰv̩˩-v̩˩-ki˥, | ɖwæ˧˥ | pʰv̩˧ɖɯ˧ ʝi˥-kv̩˩! |

Les anciens, envers le chien, ils avaient beaucoup d'égards!

S70 stop écouter
tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | gi˩˥, | ʈʂæ˧ʈʂɯ˧, | æ˧ʂæ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥, | zɯ˧ ʂæ˧-ɲi˥-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Alors, le chien, bel et bien, autrefois, le chien, il avait une longue vie!


NOTE : tons de /æ˧ʂæ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩/ vérifiés
S71 stop écouter
zo˩no˥, | njɤ˧=ɻ̍˩ | kʰv̩˩mi˩˥, | to˩kʰv̩˩mi˥-ʈʂʰɯ˩, | <ɖɯ˧-v̩˧ ʐɤ˧! |> ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ɖɯ˧-v̩˧ dʑo˩-dʑo˩, | tsʰe˩ʐv̩˩-kʰv̩˥ gv̩˩ F | mɤ˧-ʂɯ˧-hĩ˧ | ɖɯ˧-v̩˧ dʑo˩-ɲi˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Ma famille, côté chiens, les chiens, autrefois, il y en avait un; il y en a un qui n'était toujours pas mort après douze ans!

S72 stop écouter
le˧-mo˩-zo˩! | le˧-mo˩-zo˩! | le˧-mo˩! | hĩ˧ lv̩˥ F | mɤ˧-ʁo˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩! |

Il était vieux. Qu'est-ce qu'il était vieux! Il était vieux. Il ne parvenait plus à aboyer [contre] les gens [qui entraient dans la maison]! / Il était vieux, mais alors vieux! Il n'était plus capable d'aboyer contre les intrus.

S73 stop écouter
tʰi˩˥, | hĩ˧ mo˥-hĩ˩ | pi˧-kv̩˩: | "no˧ | kʰv̩˧mo˥-ni˩-zo˩, | kʰv̩˧mo˥-njɤ˩ɭɯ˩-ni˩-zo˩, | pi˧-zo˩, | ɕjɤ˩tʰv̩˩-kv̩˥-mæ˩! | hĩ˧mo˥=ɻæ˩-ki˩! |

Les vieux disaient: "Tu es comme un vieux chien! Tu as des yeux de vieux chien (littéralement "tu as les yeux comme un vieux chien!") Voilà comment on se moquait! A l'endroit des vieux! (Explication: les vieux chiens n'y voient plus guère clair, ils ont un regard absent et fuyant)

S74 stop écouter
le˧-mo˩, | njɤ˩ɭɯ˧-ʈʂʰɯ˧, | kʰv̩˧-ʈʂʰɯ˧, | ə˩qo˥-bi˩-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩, | njɤ˩ɭɯ˧-ʈʂʰɯ˧! | qo˧bɤ˧-dʑo˩! |

En vieillissant, ses yeux, le chien, ils s'enfoncent [dans leur orbite], ses yeux!


NOTE : vérifié: il n'y a pas de syllabe supplémentaire après /le˧-mo˩/
NOTE : on peut dire: /qo˧bɤ˧-kv̩˩/ 'ça s'enfonce'
S75 stop écouter
ʈʰææ̃˧ | tʰi˩˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | kʰv̩˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | dʑɤ˩˥ | ə˩pʰo˩˥ | kʰɯ˧-mɤ˥-kv̩˩! | tʰi˧-pʰæ˧-kv̩˥! | to˩kʰv̩˩mi˥-ʈʂʰɯ˩! |

Vrai de vrai, autrefois, le chien, on ne le faisait pas sortir! On l'attachait! Le chien!


NOTE : /ə˩pʰo˩˥ | kʰɯ˧-mɤ˥-kv̩˩/: l'indication de direction forme un groupe tonal à elle seule. Facteurs favorisant ce découpage: le verbe a des suffixes; au plan stylistique, la locutrice construit son énoncé à mesure, dans un style conversationnel, plutôt que d'adopter une forme plus élaborée, plus préparée.
S76 stop écouter
kʰv̩˧ | tʰi˧-pʰæ˧-dʑo˥… | le˧-mo˩, | le˧-mo˩, | ʈʰææ̃˧ | mɤ˧-ʂɯ˧-zo˩, | tsʰe˩qʰɑ˩-kʰv̩˩ gv̩˩-ɳɯ˥, | ʂɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!

On attachait le chien; il vieillissait, il vieillait (=il vieillissait peu à peu); après dix et quelques années, il mourait!

S77 stop écouter
kʰv̩˧ | ɖɯ˧-v̩˧~ɖɯ˧-v̩˧, | gi˩˥ | ɖwæ˧˥ | zɯ˧ ʂæ˧! |

Les chiens, certains, ils vivent vraiment longtemps! / Les chiens, il y en a qui vivent vraiment longtemps!

S78 stop écouter
ə˧mɑ˧ | zo˩no˥, | əəə… ə˧mɑ˧ | tʰi˧-dzi˩-hĩ˩ | tʰv̩˧-kʰwɤ˧-qo˩, | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥ | tsʰe˩-kʰv̩˩-hĩ˥ | ɖɯ˧-v̩˧ | ʂɯ˧-dʑɯ˧! |

Moi, eh bien… là où j'habite (=à mon domicile), les chiens, il y en a un est mort à dix ans (=à un âge déjà avancé), dans le temps!


NOTE : tons de /tʰv̩˧-kʰwɤ˧-qo˩/ vérifiés; on pourrait également dire: /tʰv̩˧-kʰwɤ˥-qo˩/; cela correspond aux deux formes phonologiques/variantes possibles de /tʰv̩˥/+/kʰwɤ˥/: /tʰv̩˧-kʰwɤ˥$/, et: /tʰv̩˧-kʰwɤ#˥/. Vérifié à nouveau en 2015.
NOTE : tons de /tsʰe˩-kʰv̩˩-hĩ˥/ vérifiés
S79 stop écouter
tʰv̩˧-v̩˧ ʂɯ˧-se˥-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | kʰv̩˧-ʈʂʰɯ˧ | ɲi˧-kʰv̩˧-so˧-kʰv̩˥ F | <le˧-ʂɯ˧-ze˧, > le˧-ʂe˧-mɤ˧-ɖɯ˧, | ɲi˧-kʰv̩˧-so˧-kʰv̩˥ F | <le˧-ʂɯ˧-ze˧, > le˧-ʂe˧-mɤ˧-ɖɯ˧, | ʈʂʰɯ˧ | tsʰe˩kʰv̩˩-hĩ˥ | ɖɯ˧-v̩˧-ɳɯ˧-ʈʂʰɯ˧ | ʈʂʰɯ˧-lɑ˩ | ɑ˩ʁo˧ | tʰi˧-pʰæ˧-dʑo˥, | hɑ˧ | tʰi˧-ki˧-dʑo˩, | gɯ˩-ʝi˥, | tsʰe˩-kʰv̩˩<-ze˩> gv̩˩-ɳɯ˥ | ʂɯ˧! |

Quand celui-là est mort, le chien, pendant deux ou trois ans, [j'en] ai cherché un sans succès! Lui, celui qui avait [vécu jusqu'à] dix ans, lui aussi, il était attaché dans la ferme; on le nourrissait [encore]; et vrai de vrai, il est mort à dix ans [révolus] (=à un âge avancé)!

S80 stop écouter
le˧-mo˩, | le˧-mo˩, | njɤ˩ɭɯ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧ gv̩˧˥, | hĩ˧ li˩ F -mɤ˩-ʁo˩! |

Il était vieux, mais vieux! Ses yeux, voilà ce qui leur était arrivé; il ne reconnaissait plus les gens/il ne voyait (même) plus les gens!


NOTE : Réalisation de /hĩ˧ li˩ F -mɤ˩-ʁo˩/: /li˩/ se rapproche de [ljɤ˩]
S81 stop écouter
gɤ˩-ʈi˥, | ʈʰææ̃˧, | hɑ˧-ʈʂʰɯ˧, | æ! pi˧ | ɖɯ˧-kʰwɤ˥~ɖɯ˩-kʰwɤ˩-lɑ˩ | dzɯ˧-ʁo˧! |

Quand il se levait, vrai de vrai, la nourriture, croc! Il ne pouvait [plus] la manger que par petits morceaux!

S82 stop écouter
hĩ˧ mo˥-hĩ˩-ni˩-gv̩˩-mæ˩, | ʁɑ˩ʂɯ˧! | kʰv̩˧-ʈʂʰɯ˧, | ɖɯ˧-v̩˧~ɖɯ˧-v̩˧ zɯ˧ ʂæ˧! | æ˧ʂæ˧-ʈʂʰɯ˧[-dʑo˩ | tʰi˩˥, ] <gi˩˥,> | kʰv̩˧ | zɯ˧ ʂæ˧-ɲi˥-pi˩, | gɯ˩-ɲi˥-ho˩! |

C'était comme un vieillard, en vérité! Les chiens, il y en avaient quelques-uns qui vivaient longtemps/ qui avaient une longue vie! Qu'autrefois, le chien ait eu une longue vie (=une vie comme ces soixante ans qu'il aurait donnés à l'homme), ça paraît bien être vrai [au vu de la longévité de ces chiens-là]!

S83 stop écouter
tʰv̩˧-mɤ˧-ɲi˥, | kʰv̩˩mi˩˥ | tsʰe˩qʰɑ˩-kʰv̩˩-hĩ˥ | -dʑo˩, | mɤ˧-dʑo˩-ɲi˩-mæ˩, | ə˩-gi˩! |

Parce que sinon, les chiens de dix ans et plus, ça n'existe pas, n'est-ce pas!

S84 stop écouter
hwɤ˧li˧˥ | -no˧˥, | <ʐv̩˧…> ʐv̩˧kʰv̩˩-ŋwɤ˩kʰv̩˩. |

Le chat, lui, [il vit] quatre, cinq ans.

S85 stop écouter
hwɤ˧li˧-ʈʂʰɯ˥ | qʰɑ˩ne˩˥ | zɯ˧ ʂæ˧-bi˧-bi˧, | ʂɯ˧-hõ˧-kʰv̩˥ | mɤ˧-dʑo˧! |

Le chat, si grande soit sa longévité/ même s'il atteint un âge au-dessus de la moyenne, il n'atteint pas (littéralement "il n'a pas") sept-huit ans!

S86 stop écouter
<hwɤ˧…> hwɤ˧li˧-tʰv̩˥, | ʐv̩˧-kʰv̩˩, | ŋwɤ˧-kʰv̩˩! | qʰv̩˧kʰv̩˥-ʂɯ˩kʰv̩˩, | dʑɤ˩˥ | zɯ˧ ʂæ˧-hĩ˧ tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩! |

Le chat, lui, [il vit] quatre ans, cinq ans! Six, sept ans, pour un qui vit vraiment très longtemps!

S87 stop écouter
õ˧ʈʂʰɯ˧-lɑ˩ dʑo˩! | kʰv̩˩mi˩-ʈʂʰɯ˥, | gi˩˥, | ɖɯ˧-pi˧˥ | zɯ˧ ʂæ˧! | njɤ˧-ɳɯ˧ tʰi˧-li˧! |

Voilà tout ce qu'il a [en fait de longévité]! Le chien, lui, vrai de vrai, il a une vie plutôt longue! A mon avis/ à ce qu'il me semble!

S88 stop écouter
go˩bo˥ | ɖɯ˧-tɑ˧˥, | kʰv̩˩mi˩˥ | ɖɯ˧-pi˧˥ | zɯ˧ ʂæ˧! |

[Parmi] tous les animaux domestiques, le chien a une vie plutôt longue!

S89 stop écouter
tʰi˩˥, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | æ˧ʂæ˧-dʑo˩, | tɕo˧˥ʂɯ˩, | kʰv̩˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | <zɯ˧ ʐ…> zɯ˧~zɯ˧-ʈʂʰɯ˧ | dʑɤ˧˥ | ki˧-ɲi˥-ho˩-mæ˩! | ə˧pɤ˧-ɖɯ˩-ɳɯ˩ | tʰi˩˥, | zo˩no˥, | æ˧ʂæ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɲi˩˥ | zɯ˧~zɯ˧ | qʰɑ˩jɤ˩ ɖɯ˩-pi˥, | ɖɯ˧-pi˧-ɻ̍˥; | zo˩no˥, | æ˧ʂæ˧-ʈʂʰɯ˧ | ʂe˧-hɯ˧-dʑo˥ | tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩-zɯ˩~zɯ˩-lɑ˥ | ɖʐv̩˧nɑ˥mi˩ | pi˧-hĩ˧ tʰv̩˧-ʁo˥, | zo˩no˥, | zɯ˧~zɯ˧ ɖɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩.

Alors… l'homme lui, autrefois, précisément, le chien, il lui avait donné beaucoup de longévité! La divinité /ə˧pɤ˧ɖɯ˩/, eh bien, jadis, qui obtiendrait combien de longévité, c'est lui qui l'avait décidé (littéralement: "qui l'avait dit"); alors, jadis, comme [l'homme] était allé chercher, la longévité du chien et… l'espèce qu'on appelle le héron, elle a obtenu la [plus longue] vie.


NOTE : tons vérifiés, n'est pas /‡ɖʐv̩˧nɑ˥mi˩ pi˩-hĩ˩ tʰv̩˩-ʁo˩/
NOTE : tɕo˧˥ʂɯ˩: gap-filler; emprunt au chinois: 就是
S90 stop écouter
tʰi˩˥, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | <le˧-…> ɖɯ˧-pi˧˥ | bæ˧-ɲi˥-ho˩-mæ˩, | ə˩-gi˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩! |

Alors, l'homme… il devait être un peu bête, n'est-ce pas, dans le temps!

S91 stop écouter
le˧-ʑi˧ŋv̩˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | zɯ˧~zɯ˧ | tɕi˩-kʰwɤ˩-lɑ˥ ɖɯ˩-ɲi˩-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Comme il dormait, il n'a obtenu qu'un tout petit bout d'existence, à ce qu'on raconte!


NOTE : /tɕi˩-kʰwɤ˩˥/: un tout petit bout; de 'petit' et 'morceau'.
S92 stop écouter
ɖʐv̩˧nɑ˥mi˩ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ʁɑ˩ʂɯ˧, | ɖɯ˧-pi˧˥ | tʰi˧-ɲi˥-ho˩-mæ˩! |

Le héron, lui, en vrai, il devait être plutôt malin/habile! / Le héron, lui, il s'est bien débrouillé!


NOTE : vérifié, n'est pas /‡ɖʐv̩˧nɑ˥mi˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩/
S93 stop écouter
tʰi˩˥, | əəə… zo˩no˥, | qʰɑ˧tɑ˧~qʰɑ˧tɑ˧ | gɤ˩-ʈi˧, | zɯ˧~zɯ˧ ʂe˧-bi˧-pi˧-dʑo˩, | ɖʐv̩˧nɑ˥mi˩ | pi˧-hĩ˧ ʈʂʰɯ˧-ʁo˥, | ʈʂʰwæ˧-zo˥! |

Alors, euh… eh bien, quand ils se sont levés, qu'ils sont allés chercher leur longévité / leur durée de vie, celui qu'on appelle le héron, il a été [le plus] rapide!

S94 stop écouter
tʰi˩˥, | zɯ˧~zɯ˧ | dʑɤ˩-kʰwɤ˧ ɖɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩-mv̩˩! |

Alors il a obtenu une belle part de longévité!

S95 stop écouter
tʰi˩˥, | <ɖʐv̩˧…> ɖʐv̩˧nɑ˥mi˩-gi˩ɳɯ˩, | tʰi˩˥ | no˧˥, | kʰv̩˩mi˩ ʈʂʰwæ˩-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Alors, après le héron (littéralement "derrière le héron"), eh bien, c'est le chien qui a été rapide!

S96 stop écouter
tʰi˩˥, | kʰv̩˩mi˩-gi˩ɳɯ˥, | hĩ˧… hĩ˧-ʈʂʰɯ˧ | tʰi˩˥, | le˧-ʑi˧ŋv̩˥ | gɤ˩-ʈʂʰwæ˧-dʑo˥ | tʰi˩˥, | zɯ˧~zɯ˧ ʂe˧ | le˧-hõ˩, | tʰi˩˥, | æ˧mv̩˥tɕi˩-kʰwɤ˩-lɑ˩ ɖɯ˩! | pi˧-zo˩. |

Et après le chien, l'homme… l'homme, lui, quand il s'est levé après avoir dormi, il a été en retard pour aller chercher l'existence/la longévité, [et du coup] il n'a obtenu qu'un petit bout (=qu'une existence très courte)!


NOTE : tons de /æ˧mv̩˥tɕi˩-kʰwɤ˩-lɑ˩ ɖɯ˩/ vérifiés, n'est pas /‡æ˧mv̩˥tɕi˩-kʰwɤ˩-lɑ˩ | ɖɯ˧/
S97 stop écouter
æ˧ʂæ˧, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Voilà ce qu'on racontait autrefois!

S98 stop écouter
tʰi˩˥, | ɖʐv̩˧nɑ˥mi˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʑi˩, | ʈʰææ̃˧, | ʈʂʰɯ˧-ʂwæ˧-gv̩˧-kv̩˩! | ʁæ˧ʈv̩˥ | ʈʂʰɯ˧-ʂwæ˧-mi˧-zo˥! |

Les hérons, autrefois, vrai de vrai, il en existait de grands comme ça! Avec le cou long comme ça!

S99 stop écouter
tʰi˩˥, | hæ̃˧qʰv̩˥ | mɤ˧-ʑi˧-kv̩˥-pʰæ˩di˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!

La nuit, on dirait qu'il est capable de ne pas dormir (=de rester éveillé la nuit)!

S100 stop écouter
tʰi˩˥, | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | ɖʐv̩˧nɑ˥mi˩ tʰv̩˩-v̩˩ | ʂwæ˧-zo˧ | tʰi˩˥, | zɯ˧~zɯ˧-ʈʂʰɯ˧, | ʈʂʰɯ˧-ɳɯ˧-dʑo˥, | <ʈʂʰɯ˧…> ɖɯ˧-ɕi˧-kʰv̩˧˥! | ɖɯ˧-tv̩˧-kʰv̩˧˥! | õ˧ʈʂʰɯ˧=ɻæ˥ | ɖɯ˧-kʰɯ˥-bi˩! | pi˧-zo˩ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʂe˧-hɯ˧-dʑo˧ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ | zɯ˧ ʂæ˧-ɲi˥-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Alors, comme le héron est particulièrement grand, sa vie, elle… Cent ans! Mille ans! Voilà ce qu'il a obtenu! Du fait qu'il était allé chercher [cette grande longévité], lui, il a une longue vie!


NOTE : tons de /ɖʐv̩˧nɑ˥mi˩ tʰv̩˩-v̩˩/ vérifiés, forme un seul groupe tonal
S101 stop écouter
tʰi˩˥, | zo˩no˥, | <ɖʐv̩˧… wo…> ɖʐv̩˧nɑ˥mi˩-ʈʂʰɯ˩, | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | di˧qo˧ | ɖɯ˧-mi˩~ɖɯ˩-mi˩ dʑo˩-dʑo˩, | zo˩no˥, | hĩ˧mo˥=ɻæ˩[-ki˩-pi˩] <ɕjɤ˩tʰv̩˩>, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-kv̩˩: |

Alors, eh bien, le héron, nous autres, dans la plaine, il y en a quelques-uns; <quand on se moque des vieillards> [à l'égard des vieillards], on dit:


NOTE : La correction de 'se moquer' en 'dire' est imposée par le fils de la locutrice, qui juge que le terme 'se moquer' ne donne pas une image suffisamment positive de la société concernée, qui dans l'image que lui-même souhaite donner, est une société harmonieuse, solidaire, unie par une affection sans nuages.
S102 stop écouter
"no˧ | ɖʐv̩˧nɑ˥mi˩-ʁæ˩ʈv̩˩-ni˩-zo˩! | <le˧-ʂɯ˧-mɤ˧-tʰɑ˧-hĩ˧ pi˧-zo˥! |>

"Tu es (=ta vie est) comme le cou du héron (=d'une longueur interminable), <tu es vraiment increvable/pas moyen que tu meures!>"

S103 stop écouter
<ə˧ʝi˧-tsʰi˧ʝi˧…> ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | hĩ˧=ɻæ˥… | ʝi˧kʰv̩˥-ɳɯ˩, <hĩ˧ mo˥-hĩ˩-ʁo˩to˩, | ɕjɤ˩tʰv̩˧-kv̩˥-mæ˩> [hĩ˧ mo˥-hĩ˩-ʁo˩to˩ | ʐwɤ˩-kv̩˩-mæ˥].

<De nos jours…> Autrefois, voilà comment certains <se moquaient des personnes âgées> [parlaient aux personnes âgées].


NOTE : on pourrait également dire: /hĩ˧ mo˥-hĩ˩-ki˩ ʐwɤ˩-kv̩˩-mæ˩/
NOTE : La reformulation de /hĩ˧ mo˥-hĩ˩-ʁo˩to˩, | ɕjɤ˩tʰv̩˧-kv̩˥-mæ˩/ 'on se moquait des vieux' en /hĩ˧ mo˥-hĩ˩-ʁo˩to˩ | ʐwɤ˩-kv̩˩-mæ˥/ 'on parlait aux vieux' est fournie par M18 (fils de F4), qui se trouvait être présent lors de la transcription de cette phrase. Le terme 'se moquer' lui paraît donner une image insuffisamment positive et harmonieuse de la société traditionnelle mosuo.
S104 stop écouter
tʰi˩˥, | no˩-tɑ˩kɤ˥, | kõ-tõ, kõ-tõ! pi˧, | ɖʐv̩˧ | dʑɤ˩pi˧ | dʑo˩-mɤ˩-kv̩˥! | di˧qo˧-gɤ˧! |

Alors… [toi le héron,] tu es tout seul, [tu te déplaces tout seul pas à pas:] plof, plof! Tu n'as pas beaucoup d'amis! Dans la plaine!

S105 stop écouter
dʑɯ˧, | ze˩-gɤ˧ ʑi˧-ɻ̍˩, | zo˩qo˧ dʑo˩-ɻ̍˩ | -dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧-ʂwæ˧-gv̩˧-kv̩˩, | ʁæ˧ʈv̩˥-pi˩ | ʈʂʰɯ˧-ʂwæ˧-gv̩˧-kv̩˩! |

Le héron, on le trouve là où il y a de l'eau, avec son grand cou long comme ça! (littéralement: "L'eau, les endroits où il y en à… là où il y en a… il est long comme ça, son cou est long comme ça!")

S106 stop écouter
õ˧ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ɖʐv̩˧nɑ˥mi˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | zo˩no˥, | zɯ˧~zɯ˧ | ʂæ˧-hĩ˧ | dʑɤ˩-kʰwɤ˧ ɖɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Celui-là, autrefois, le héron, eh bien, il a obtenu un beau bout de longévité, à ce qu'on raconte!

S107 stop écouter
tʰi˩˥ | -no˧˥, | kʰv̩˩mi˩ ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩! | tʰi˩˥ | -no˧˥, | hĩ˧ ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Et après, [le suivant dans cette hiérarchie de longévité,] c'est le chien! Et après, l'homme!

S108 stop écouter
kʰv̩˩mi˩-lɑ˥ | <zɯ…> ɖʐv̩˧nɑ˥mi˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | ɖɯ˧-pi˧˥ | tʰi˧-kv̩˧<s…>-pʰæ˥-di˩-mæ˩! |

Le chien et le héron, eux, ils étaient plutôt intelligents, semble-t-il!

S109 stop écouter
hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ɖɯ˧-pi˧˥ | bæ˧ ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!

L'homme, lui, il était plutôt bête, semble-t-il!

S110 stop écouter
tʰi˩˥, | le˧-wo˧-tʰo˥-tɕo˩, | kʰv̩˩mi˩-lɑ˥ | hĩ˧ | qæ˧~qæ˧-tɕɯ˩-zo˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧-dʑo˩ | ɖɯ˧-pi˧˥ | le˧-tʰi˧! | kʰv̩˩mi˩˥ | ɖɯ˧-pi˧˥ | le˧-bæ˧! |

Alors, par la suite, le chien et l'homme ont échangé; alors, l'homme a été plus malin! Le chien, lui, il a été un peu bête (=il a laissé filer la chance qu'il avait obtenue)!

S111 stop écouter
zo˩no˥, | kʰv̩˩mi˩˥ | ɖɯ˧-v̩˧~ɖɯ˧-v̩˧-ʈʂʰɯ˧ | le˧-ʂe˧-le˧-po˧-tsʰɯ˧˥ | -dʑo˩, | ɖwæ˧˥ | tʰi˧-ɲi˥-mæ˩! | ɑ˩ʁo˧ tʰi˧-pʰæ˧-dʑo˥! |

De nos jours, les chiens qu'on se procure (littéralement "qu'on va chercher") un par un, ils sont vraiment super! Ceux qu'on attache à la maison! (commentaire: cette phrase est une expression de la satisfaction qu'ont aujourd'hui encore les hommes de leur association avec le chien)


NOTE : /kʰv̩˧-zo˧bæ˥/: littéralement 'chien idiot'; se dit d'un chien qui ne fait pas bien la différence entre gens de la famille et inconnus, et n'aboie pas pour signaler l'arrivée de personnes non familières.
S112 stop écouter
zo˩no˥, | hĩ˧ F | zo˩qo˧ se˧, | kʰɯ˧tsʰɤ˧˥ | tsʰɑ! tsʰɑ! pi˧-bi˧, | ʈʂʰɯ˧ | le˧-sɯ˥-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | ʁwɑ! ʁwɑ! ʁwɑ! pi˧ | lv̩˩-ɲi˥! |

Là où des gens marchent, [d'après] le bruit de leurs pas: ploum, ploum, ploum!, [le chien,] il reconnaît ça, et alors il aboie! / [Le chien,] il sait où des gens sont en train de marcher; quand il entend leurs bruits de bas: ploum, ploum, ploum, il aboie!

S113 stop écouter
ɖɯ˧-v̩˧~ɖɯ˧-v̩˧-dʑo˧, | le˧-bæ˧-zo˩ | tʰi˩˥, | le˧-ʑi˧ŋv̩˥! | ʁo˧dɑ˧ tʰv̩˧, | gɤ˩-mɤ˧-ʈʂʰwæ˧! |

Certains [autres parmi les chiens] sont bêta, ils dorment! [Quand il y a des gens qui] passent devant eux (littéralement "qui arrivent devant"), ils ne se réveillent pas!

S114 stop écouter
hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | ʁɑ˩ʂɯ˧, | õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧ gv̩˧-kv̩˥, | pi˧-zo˩! |

L'homme, vrai de vrai, voilà ce qui lui est arrivé (=voilà quelle est son histoire, liée à celle du chien)!

S115 stop écouter
æ˧ʂæ˧, | ʈʂʰɯ˧…ni˧˥ | ʐwɤ˩-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Voilà ce qu'on racontait autrefois!


NOTE : Légère hésitation entre les deux syllables de /ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥/ 'ainsi'.