Funeral: How funeral rites used to be conducted


Continuous playing:

Transcription by sentence


Translation by sentence
fr zh
Whole text transcription


Whole text translation
fr zh



Notes
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ə˩-gi˩! | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥, | njæ˧sɯ˩kv̩˩-ɳɯ˩, | hĩ˧ ʂɯ˧; | hĩ˧ ʂɯ˧, | hĩ˧ dzi˥-pi˩-hĩ˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | zo˩no˥, əəə… | ʁwɤ˧-qo˧, | ə˩-gi˩! |
ʁwɤ˧-qo˧-ʈʂʰɯ˧ | tʰi˩˥, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | no˧=ɻ̍˩ | hĩ˧ mo˥-hĩ˩ | ɖɯ˧-v̩˧ ʂɯ˧-ze˧ | pi˧, | tʰi˩˥, | tsʰo˧qʰwɤ˩ | le˧-ʂɯ˧, | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | mv̩˩sɯ˧-njɤ˧-ki˥, | <tsʰo˧qʰwɤ˩-dʑo˩ | tʰi˩˥,> | mmm… ʈæ˧bɤ˧ | le˧-ʁɑ˥-ʂe˩.
əəə… ʈæ˧bɤ˧ | le˧-ʁɑ˥-ʂe˩, | tʰi˧-dzi˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʁwɤ˧-qo˧, | zo˩no˥, | dzi˧~dzi˩ | fv̩˩bi˩˥, | pi˧-hĩ˧-dʑo˩, | ʁwɤ˧-qo˧ pi˧-ɲi˥-mæ˩! |
tʰi˩˥, | dzi˧~dzi˩ | fv̩˩bi˩˥, | pi˧-hĩ˧, | ʁwɤ˧-qo˧ pi˧-hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | tʰv̩˧-so˩-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧ | zo˧mv̩˥, | əəə… zo˧mv̩˥-ɳɯ˩, | zo˧-ɳɯ˩, | zo˧ dʑo˧-hĩ˥-dʑo˩, | zo˧-ɳɯ˩, | ɖɯ˧-ʑi˩~ɖɯ˩-ʑi˩, | ɑ˩ʁo˧ | ɬo˧pv̩˥ ti˩! |
"ʁɑ˩mi˧! | njɤ˧ | ə˧mi˧ tʰi˧-mɤ˧-dʑo˩-ze˩!" | əəə… pi˧. |
əəə… ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɬo˧pv̩˥ ti˩. |
tʰi˩˥, ə… | ŋwæ˧qʰv̩˧ tsʰe˧ɲi˧-ʑi˩ F ho˩, | <ŋ…> ŋwæ˧qʰv̩˧ ɲi˧tsi˧-ʑi˩-dʑo˩ F | ho˩˥! | ʁwɤ˧ ɖɯ˧-ʁwɤ˧, | so˧tsʰi˧-ʑi˩ F ho˩! | ʐv̩˧tsʰi˧-ʑi˩ F ho˩! | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-ʁwɤ˧ F | le˧-gwɤ˩. | ɬo˧pv̩˥ ti˩-kv̩˩-mæ˩! |
tʰi˩˥, | ɬo˧pv̩˥ | le˧-ti˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | tʰi˩˥, | ɖɯ˧-ʑi˩~ɖɯ˩-ʑi˩-ki˩ | ɬo˧pv̩˥ | le˧-ti˩-bi˩. |
le˧-ti˩-bi˩-se˩ | | tʰi˩˥, | ɖɯ˧-ʑi˩-ɳɯ˩, | hĩ˧ | ɖɯ˧-v̩˧ jo˧-kv̩˧˥ | -mæ˩! |
hĩ˧ ɖɯ˧-ʑi˩-ɳɯ˩, | hĩ˧ ɖɯ˧-v̩˧ jo˧! |
hĩ˧ ɖɯ˧-v̩˧ jo˧ tʰv̩˧-ɲi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʈæ˧bɤ˧ | le˧-ʁɑ˧ʂe˩, | le˧-ʈʂʰo˥! |
le˧-ʈʂʰo˧-se˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | əəə… hĩ˧-ʈʂʰɯ˧ | əəə… le˧-gv̩˧~gv̩˥! |
mmm… “le˧-gv̩˧~gv̩˥” pi˩-kv̩˩-mæ˩, | nɑ˩-ʐwɤ˥-dʑo˩! | le˧-gv̩˧~gv̩˥ F-dʑo˩ | tʰi˩˥, |
əəə… zo˩no˥, | <gv… zo˩no˥, > gv̩˩-kv̩˩-hĩ˥-ʈʂʰɯ˩, | zo˩no˥, | hĩ˧ | ʁwɤ˧-qo˧-pʰæ˧tɕi˥-tʰv̩˩, | zo˩no˥, | sɯ˧-hĩ˧ | ɖɯ˧-v̩˧ dʑo˩-kv̩˩-mæ˩! |
qʰɑ˩ne˩˥ | hĩ˧… | tsɯ˧-tso˧-ɲi˥! |
qʰɑ˩ne˩˥ | hĩ˧ | ʈʂʰæ˧-tso˧-ɲi˥! | le˧-ʈʂʰæ˧~ʈʂʰæ˧! |
mi˩zɯ˩ ɲi˥-hĩ˩-pi˩, | le˧-ʈʂʰæ˧~ʈʂʰæ˧! | ʁo˧qʰwɤ˩ | le˧-pv̩˩! |
ʁɑ˩ʂɯ˧ | njæ˧sɯ˩kv̩˩ | mi˩zɯ˩=ɻæ˥, | zo˩no˥, | zo˧-ɳɯ˩ | ʈʂʰæ˧~ʈʂʰæ˧-kv̩˩. |
hæ˧-ni˩-zo˩, | ə… mi˩zɯ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | mi˩zɯ˩-ɳɯ˥ | gv̩˧~gv̩˥ mɤ˩-kv̩˩! |
mmm… pʰæ˧tɕi˥-ɳɯ˩ | gv̩˩-kv̩˩˥! |
mmm… ʁo˧qʰwɤ˩ | le˧-pv̩˩-kʰɯ˩. |
əəə… gv̩˧dv̩˧-gv̩˧mi˧ | le˧-ʈʂʰæ˧! |
zo˩no˥, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥, | ɑ˩ʁo˧ | ɬi˩ʈɯ˩mæ˥-pi˩, | kʰi˧bɤ˧ | gɤ˩-ʁɑ˧-lɑ˧ | ɖɯ˧-kʰwɤ˧ tʰi˧-di˥-mɤ˩-di˩, | ə˩-gi˩! |
ʈʂʰɯ˧-kʰwɤ˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧ | le˧-mo˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | hĩ˧ | le˧-ʂɯ˧-kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩, | tʰi˩˥, | tʰv̩˧-qo˧-ɳɯ˧ | tʰi˧-ʑi˧-kʰɯ˥-zo˩, | ʈʂʰæ˧~ʈʂʰæ˧-kv̩˩-mæ˩! | tʰv̩˧-qo˧-ɳɯ˧ | le˧-ʈʂʰæ˧~ʈʂʰæ˧, | gɤ˧qo˥ ʑi˩-kʰɯ˩. |
hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | hĩ˧ mo˥-hĩ˩-ʈʂʰɯ˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | gɤ˧qo˥ | pi˧-zo˩! |
gɤ˧qo˥ F -ɳɯ˩ | ʂɯ˧-kʰɯ˧-zo˧-kv̩˩-mæ˩! | gɤ˧qo˥ F ʂɯ˩-kʰɯ˩! |
tʰi˩˥, | le˧-ʂɯ˧-kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩ | tʰi˩˥, | le˧-ʈʂʰæ˧~ʈʂʰæ˧! | ɬi˩ʈɯ˩mæ˥-ɳɯ˩ | le˧-ʈʂʰæ˧~ʈʂʰæ˧! |
le˧-ʈʂʰæ˧~ʈʂʰæ˧-se˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧ F… | ə˧v̩˧˥… | zo˩no˥… | ə˧v̩˧˥ | pʰæ˧tɕi˥ | ɖɯ˧-v̩˧ dʑo˧, | qʰɑ˩ne˩˥ | gv̩˩-kv̩˩-hĩ˥, | tʰv̩˧ sɯ˧-ɲi˥-mæ˩! |
kʰɯ˧tsʰɤ˧˥ | qʰɑ˩ne˩˥ | gɤ˩tɕo˧ tsɯ˧-kv̩˩; | lo˩qʰwɤ˥ | qʰɑ˩ne˩˥ | tsɯ˧-kv̩˩; | õ! ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥, | ʈʂʰɯ˧ | tʰi˩˥, | <le˧-… əəə…> tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩ | le˧-so˩! |
ʐv̩˩-kv̩˩˥! | pʰæ˧tɕi˥zo˩ | ʐv̩˩-kv̩˩-ɳɯ˥ | tsɯ˧-kv̩˩-mæ˩! |
ʐv̩˩-kv̩˩-ɳɯ˥ | tsɯ˧-kv̩˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | pʰi˧! | zo˩no˥, | pʰi˧-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | tʰi˧-tɕɯ˥!
mmm… tsʰe˧-ɲi˧-ɬi˩! | zo˩no˥! | ɬi˧-qo˧-ɳɯ˧ | le˧-ɬi˩.
tsʰe˧-ɲi˧-ɬi˩-qo˩-ɳɯ˩ | tsɯ˧-zo˧-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!
tʰi˩˥, | tsʰe˧-ɲi˧-ɬi˩-qo˩-ɳɯ˩ | le˧-tsɯ˥-dʑo˩, | zo˩no˥, | pʰi˧-ʈʂʰɯ˥ | ʈʂʰɯ˧-hwɤ˧-lɑ˩ gv̩˩-ɲi˩-mæ˩! |
ʈʂʰɯ˧-hwɤ˧-hĩ˧ | tʰi˩˥, | ɲi˧-gi˧ F | le˧-ɖʐɤ˧˥! |
ɲi˧-gi˧ F | le˧-ɖʐɤ˧˥, | le˧-dʑɯ˩! | tʰi˩˥, | le˧-tsɯ˥! |
le˧-tsɯ˧~tsɯ˧-se˥, | tʰi˩˥, | le˧-tsɯ˥, | ɖɯ˧-ʈv̩˩ | le˧-tsɯ˥, | tʰi˧-dzi˩-kʰɯ˩. |
hæ˧-ni˩ | tʰi˧-ʑi˧-mɤ˥-kv̩˩-mæ˩! | tʰi˧-dzi˩-kʰɯ˩! |
tʰi˩˥, | əəə… ʂe˧ʈʂe˩ | pʰv̩˩-hĩ˩-tʰv̩˩-ʁo˥! | pʰv̩˩tɕæ˩ɻæ˥-tʰv̩˩, | zo˩no˥, | əəə… ni˧fv̩˥ F | ɖɯ˧-ɭɯ˧ ʐv̩˧˥! |
tʰi˩˥, | tʰv̩˧qo˧ kʰɯ˧˥! | tʰi˩˥, | le˧-tsɯ˧~tsɯ˧! |
tʰi˩˥, | dv̩˩pʰæ˧ pi˧-zo˥, | ə˩-gi˩! | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | dv̩˩pʰæ˧ | <-po>[-dʑo˧], hĩ˧mo˩-tɕɯ˩-di˩-ɲi˩! | pi˧. |
tʰi˩˥, | hĩ˧ le˧-ʂɯ˧-kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩, | hĩ˧mo˩ pi˩-kv̩˩-mæ˩! |
hĩ˧mo˩-tɕɯ˩-di˩-ɲi˩! | pi˧, | dv̩˩pʰæ˧ tɕɯ˧. |
tʰi˩˥, | dv̩˩pʰæ˧ tɕɯ˧-se˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | tv̩˧qʰv̩˧ | <tʰv̩˧-ɭɯ˧> [ɖɯ˧-ɭɯ˧] qwæ˧˥, | dv̩˩pʰæ˧ tʰv̩˧qo˧ tʰi˧-tɕɯ˥! |
tʰi˧-tɕɯ˥ F-dʑo˩ | tʰi˩˥, | mmm… v̩˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ | tʰi˧-qo˩. | mmm… kʰɤ˧˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ | tʰi˧-qo˩. |
ɖɯ˧-sɑ˥ F | pv̩˩-tʰɑ˩-kʰɯ˥! | bv̩˧ɻ̍˧ | pv̩˩tʰɑ˩-kʰɯ˥! | õ˧ʈʂwɤ˧ | pv̩˩tʰɑ˩-kʰɯ˥! | hwɤ˧li˥ se˩-tʰɑ˩-kʰɯ˩! |
tʰi˩˥, | tʰv̩˧-ʁo˧dɑ˧-dʑo˩, | mɤ˩mv̩˩˥ | tʰi˧-ʈʂv̩˩. |
ĩ˧! | no˧ | ɑ˩ʁo˧ | tsʰe˩ŋwɤ˩-hɑ̃˥ | tʰi˧-tɕɯ˧-bi˧! | mɤ˩mv̩˩˥ | <ɖɯ˧-hɑ̃˧˥…> ɖɯ˧-ɲi˥ F | gɤ˩-tʰɑ˧-kʰɯ˧˥! |
əəə… ɖɯ˧-njɤ˧ | tʰi˧-ʈʂv̩˩! |
hɑ˧ | so˧-tɕʰi˧! | mv̩˩sɯ˧njɤ˧-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | li˩ tɕɤ˧-kv̩˥-mæ˩! |
gɤ˩-ʈi˧, | li˩ tɕɤ˧˥ | -kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | əəə… "no˧ | li˩ ʈʂwæ˧˥!" | pi˧, | le˧-ɻwæ˥, | ʈʂʰɯ˧-v̩˧-ki˧!
əəə… hɑ˧ | tʰi˧-pæ˩! | tʰi˧-dzɯ˥-kʰɯ˩! |
ʈʂʰv̩˧ tʰi˧-ki˧! | ʈʂʰv̩˧ dzɯ˧, | wɤ˩˥ | ʈʂʰv̩˧ tʰi˧-ki˧, | tʰi˧-pæ˩. |
"no˧ | hɑ˧ ʈʂwæ˩!" | pi˧. |
tʰv̩˧ne˧-ʝi˥, | <ɖɯ˧…> ɖɯ˧-ɲi˥, | so˧-ʂɯ˧! | so˧-tɕʰi˧, | so˧-ʂɯ˧! |
mmm, ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-se˩, | zo˩no˥, | hɑ˧ ɖɯ˧-tɕʰi˩ dzɯ˩, | ɖɯ˧-ʂɯ˩ ŋv̩˩-zo˩-kv̩˩, | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩! | õ˧˥ | ə˧mi˧ ʂɯ˧, | ə˧dɑ˧ ʂɯ˥-pi˩-dʑo˩! |
ə˧dɑ˧-ə˧mi˧ ʂɯ˧-dʑo˩, | hɑ˧ | tʰi˧-pæ˩-ze˩-gɤ˩, | ŋv̩˩-zo˩-kv̩˥-mæ˩! |
hɑ˧ | tʰi˧-tɕɯ˥-kʰi˩, | "ə˧mɑ˧, | no˧ hɑ˧ dzɯ˥! | ə˧mɑ˧, | no˧ | dʑɯ˧ ʈʰɯ˧!" | pi˧-zo˩, | ŋv̩˩-zo˩-kv̩˥-mæ˩! |
<so…> ɖɯ˧-ɲi˥, | so˧-ʂɯ˧ ŋv̩˩! | mmm, tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | hɑ˧ | tʰi˧-pæ˩-se˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ɑ˩ʁo˧ | tsʰe˩ŋwɤ˩-hɑ̃˥ | tʰi˧-tɕɯ˧-bi˧! | tsʰe˩ŋwɤ˩-hɑ̃˥! |
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥, | tsʰe˩ŋwɤ˩-hɑ̃˥ | ŋv̩˩˥! |
tʰi˩˥, | hĩ˧-ɳɯ˩ | mɤ˩mv̩˩ ʈʂv̩˥ jo˩-kv̩˩-mæ˩! | mɤ˩mv̩˩ ʈʂv̩˥-pi˩! |
ʁwɤ˧ ɖɯ˧-ʁwɤ˧ | -no˧˥, | ʐv̩˧tsʰi˩-ʑi˩ dʑo˩-bi˩, | ʐv̩˧tsʰi˩-ʑi˩ F | tsʰɯ˩-ɲi˥-mæ˩! |
æ̃˩ʁv̩˩-pɤ˥jɤ˩ | ɖɯ˧-jɤ˧˥! | əəə… ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | hɑ˧ | ɖɯ˧-qʰwɤ˧˥! | mæ˧ɻæ˩ | ɖɯ˧-tɕɯ˧˥! | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | po˧-jo˥-kv̩˩-mæ˩! |
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-tɕɯ˥! | ʈʂʰɯ˧-ʁo˧dɑ˧ | tʰi˧-tɕɯ˥! |
əəə… hɑ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥… | ʈʰææ̃˧… | ɖɯ˧-qʰwɤ˧˥! | ʈʂʰɯ˧-ʂwæ˧-mi˧ | ɖɯ˧-qʰwɤ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˥ | tʰi˩˥ | -no˧˥, |
əəə… nɑ˩-ʈʂʰɯ˥, | zo˩no˧ <ɲi…>, hĩ˧ | <ɑ˩ʁ…> njæ˧sɯ˩kv̩˩ | ɑ˩ʁo˧ tsʰɯ˩-dʑo˩, | ə˩-gi˩! |
hɑ˧ | ɖɯ˧-ʂɯ˩-lɑ˩ qwæ˩ mɤ˩-ɖo˩! | pi˧-ɲi˥-mæ˩. |
hĩ˧ le˧-ʂɯ˧-hĩ˧ | tʰv̩˧-v̩˧-ki˧, | ɖɯ˧-qʰwɤ˧-hĩ˥ | ɖɯ˧-ʂɯ˩-ɳɯ˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-ʂɻ̍˧˥ | -tɕɯ˩-kʰɯ˩! |
ɖɯ˧-qʰwɤ˧ tʰi˥-ki˩-kv̩˩-mæ˩! |
hɑ˧ | ɲi˧-kʰwɤ˥~ɲi˩-kʰwɤ˩ kʰɯ˩-zo˩. | ɖɯ˧-ʂɯ˩ qwæ˩-se˩, | wɤ˩˥ | ɖɯ˧-kʰwɤ˥ | tʰi˧-kʰɯ˧˥! | pi˧. |
"ɲi˧-qwæ˧-zo˧-kv̩˥!" | pi˧.
le˧-ʂɯ˧-hĩ˧-ki˧-dʑo˩, | hɑ˧ | ɖɯ˧-qwæ-lɑ˥-ɻ̍˩-kv̩˩-mæ˩! |
əəə… tʰi˧-dʑo˩-hĩ˩, | ə˧sɯ˩kv̩˩, | dzɯ˧-hĩ˧-dʑo˩, | ɲi˧-ʂɯ˩ qwæ˩! |
hɑ˧ | ɖɯ˧-qʰwɤ˧ qwæ˥-dʑo˩, | [ɲi˧-ʂɯ˩ qwæ˩!] | tɕi˩-hĩ˩˥ | ɖɯ˧-kʰwɤ˥! | ɖɯ˩-hĩ˩˥ | ɖɯ˧-kʰwɤ˥ qwæ˩, | tʰi˧-kʰɯ˧˥! |
ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | æ˧ʂæ˧, | nɑ˩-bv̩˥… | zo˩no˥, | ɖɯ˩lo˧ ɲi˥-mæ˩! |
ɖɯ˩lo˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | "no˧… | no˧ | hɑ˧ qwæ˩-hĩ˩-lɑ˩, | ə˧tse˧ ʝi˧-ɲi˥?" | ə˧mi˧=ɻæ˩-ɳɯ˩ | ɕjɤ˩tʰv̩˧-kv̩˥! |
"hɑ˧ | ɲi˧-qwæ˧-ɻ̍˥! | hɑ˧ | ɖɯ˧-qwæ˧-ɻ̍˥ | mɤ˧-ɖo˧!" |
"hĩ˧ | le˧-ʂɯ˧-hĩ˧-ki˧-dʑo˩, | hɑ˧ | ɖɯ˧-qwæ˧-ɻ̍˧-kv̩˥!" | hĩ˧-ɳɯ˩ | ʐwɤ˩-kv̩˩-pi˥! |
zo˩no˥, | ə˧dɑ˧-ə˧mi˧=ɻæ˧-ɳɯ˥, | zo˧mv̩˥=ɻæ˩, | <m…> zo˩no˥, | mɤ˧-sɯ˧-hĩ˧-ki˧, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥ | -mæ˩! |
tʰi˩˥, | v̩˩dʑɯ˩˥ | ɖɯ˧-qʰwɤ˧˥, | <hɑ˧ | ɲ…> hɑ˧ | ɖɯ˧-qʰwɤ˧˥, | ɖɯ˧-ɲi˥ | so˧-ʂɯ˧, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-pæ˩. | le˧-ŋv̩˩! | li˩˥ | ɖɯ˧-ʂɯ˩ tɕɤ˩, | ɖɯ˧-ʂɯ˩ tʰi˩-kʰɯ˩-kʰi˩. |
li˩ ʈʂwæ˧-ɻ̍˧-pi˥! |
tʰi˩˥, | mɤ˩mv̩˩-ʈʂʰɯ˥, | tɕʰɤ˧ɲi˧ni˧˥ | tʰi˧-ʈʂv̩˩. |
tʰi˩˥, | hĩ˧ F | ʁwɤ˧-qo˧-ɳɯ˧-lɑ˧ mɤ˧-zɑ˥, | mɤ˩mv̩˩ ʈʂv̩˥-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | ə˩-gi˩! |
ʁwɤ˧-qo˧ | ʐv̩˧tsʰi˩-ʑi˩ dʑo˩-bi˩-bi˩, | zo˩no˥, | əəə… ʐv̩˧tsʰi˩-ʑi˩ | le˧-ʈʂv̩˩-se˩-dʑo˩, | wɤ˩˥ | ɑ˩pʰo˩˥ | gæ˧ɻæ˩, | əəə… lɑ˧ŋwɤ˧, | qʰæ˧tɕʰi˧, | <tʰv̩˧> ə˧zɯ˩, | qʰwɤ˩ɖɯ˩ dʑo˩˥, | pi˧! |
ə˧zɯ˩, | ɖʐv̩˧ dʑo˩! | qʰwɤ˩ɖɯ˩˥ | v̩˩dze˩ dʑo˩˥ | pi˧, | wɤ˩˥ | ʈʂʰɯ˧-tɕi˩ | le˧-tɑ˧˥ | jo˩-kv̩˥-mæ˩! |
ɖɯ˧-ʁwɤ˧~ɖɯ˧-ʁwɤ˧ jo˧-dʑo˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-se˩, | mɤ˩mv̩˩ ʈʂv̩˥ | tsʰɯ˩-hĩ˩-ki˩, | pɤ˩jɤ˧˥, | hĩ˧-ɳɯ˩ | le˧-gv̩˩, | po˧-jo˥-kv̩˩! | bo˩ʈʂʰæ˧, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | <ɖɯ˧-p…> ɖɯ˧-pʰæ˧ hæ̃˥! |
<qo˩ho˧-qo˥… |> qo˩ho˧ po˥-jo˩-kv̩˩-mæ˩! qo˩ho˧-qo˥ | tʰi˧-kʰɯ˧˥! |
əəə… mɤ˩mv̩˩ʈʂv̩˥-ʂe˩pʰæ˩ pi˩! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ʂe˧pʰæ˩ hæ̃˩-kv̩˩-mæ˩! | "mɤ˩mv̩˩ʈʂv̩˥-ʂe˩pʰæ˩" pi˩! |
ʂe˧pʰæ˩ | ɖɯ˧-pʰæ˧˥ | tʰi˧-kʰɯ˧˥! |
hĩ˧=ɻæ˥ | mɤ˩mv̩˩ ʈʂv̩˥-tsʰɯ˩-dʑo˩, | pɤ˩jɤ˧ gv̩˥, | po˧-jo˥-kv̩˩! | tʰi˩˥, | tʰv̩˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-tɕɯ˥! |
tʰi˩˥, | hĩ˧mo˩ tʰv̩˩-mo˩-ki˩-dʑo˩, | "o! <no˧….> | ʈʂʰɯ˧=ɻ̍˩-ɳɯ˩, | mɤ˩mv̩˩ ʈʂv̩˥-tsʰɯ˩-ze˩! | no˧ li˧-tsʰɯ˩-ze˩!" | pi˧. |
wɤ˩˥ | hĩ˧ | ɖɯ˧-v̩˧ tsʰɯ˩-ɳɯ˩, | ɖɯ˧-ʂɯ˩ ŋv̩˩! |
õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-kv̩˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥! |
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-se˩-dʑo˩, | tʰi˩˥, | ɑ˩ʁo˧ | tsʰe˩ŋwɤ˩-hɑ̃˥ tɕɯ˩-bi˩, | tsʰe˩ŋwɤ˩-hɑ̃˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥! |
tʰi˩˥, | tsʰe˩ŋwɤ˩-hɑ̃˥-ɳɯ˩, tʰi˩-tɕɯ˩! | ɑ˩ʁo˧ tv̩˧qʰv̩˧-qo˧ | tʰi˧-kʰɯ˧˥! |
tʰi˩˥, | tsʰe˩qʰv̩˩<-hɑ̃˥>[-ɲi˩˥] | le˧-qæ˧-bi˧-ho˥, | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | əəə…. tsʰe˩ŋwɤ˩-ɲi˩-ɳɯ˥, | ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩-kv̩˩-ze˩! |
ʈæ˧bɤ˧ | so˩-ɲi˩ ʈʂʰo˩-kv̩˥! |
zo˩no˥, | no˧ | mv̩˩˥… | zo˧mv̩˥ | so˩-kv̩˩ dʑo˩˥, | ʐv̩˩-kv̩˩ dʑo˩˥ | pi˧, | mv̩˩ɖɯ˩˥ | <ɖɯ˧-v̩˧ ʝi˧> əəə… ɖɯ˧-ɲi˧… ʝi˧! | <mv̩˩-tɕi˥…> əəə… mv̩˩ɬi˥ | <ɖɯ˧-v̩˧>[ɖɯ˧-ɲi˧] ʝi˧! | mv̩˩tɕi˥, | <ɖɯ˧-v̩˧>[ɖɯ˧-ɲi˧] ʝi˧! |
õ˧ zo˧mv̩˥ | qʰɑ˩kv̩˩ dʑo˩-ɻ̍˥-dʑo˩, | ɖɯ˧-v̩˧~ɖɯ˧-v̩˧ F | ʝi˧-kv̩˩-ze˩-mæ˩! |
<ʈæ˧bɤ˧ | ɖɯ˧-v̩˧-ɳɯ˧… "no˧ | ɖɯ˧-ɲi˧ ʈʂʰo˥!" | pi˧> [mv̩˩˥ | ɖɯ˧-v̩˧-ɳɯ˧, | ʈæ˧bɤ˧ | ɖɯ˧-ɲi˧-ʈʂʰo˥! | pi˧-ɲi˥. |]
ʈæ˧bɤ˧-ki˧, | ŋv̩˧ | ɖɯ˧-ɲi˥ | no˧-ɳɯ˧ | tʰi˧-ki˧! |
əəə… tʰi˩˥, | tɕʰi˩tʰv̩˩-hĩ˥… | mv̩˩˥ | ɑ˩pʰo˩ ki˥ | pi˧-dʑo˩, | tɕʰi˩tʰv̩˩-kv̩˥-ze˩-mæ˩! |
"njɤ˧ | ə˧mi˧ ʂɯ˧-ze˧!" | pi˧. |
mmm… tɕʰi˩tʰv̩˩˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʁwɤ˧-qo˧ ɖɯ˧-tɑ˧˥ | ɻwæ˧-kv̩˩-ze˩-mæ˩! |
ɖɯ˧-ʑi˩-ɳɯ˩, | ɖɯ˧-v̩˧~ɖɯ˧-v̩˧ ɻwæ˧! |
tʰi˩˥, | ʁwɤ˧-qo˧-hĩ˧=ɻæ˧-ɳɯ˥ | wɤ˩˥ | pʰɤ˧bɤ˧ po˧-jo˥-kv̩˩-mæ˩! |
tʰi˩˥, | ʝi˧kʰv̩˥-dʑo˩, | <ŋv̩˧-ki˧…>, | ɖʐe˧ ki˧-kv̩˧˥! |
ʝi˧kʰv̩˥-dʑo˩, | qo˩ho˧ tʰi˥-po˩! | qo˩ho˧˥ | ʝi˧-ɭɯ˧ po˧˥! | ɖʐe˧ po˧-bi˥-kv̩˩-mæ˩! |
"ʈʂʰɯ˧=ɻ̍˩, | tɕʰi˩tʰv̩˩-tso˥ ɲi˩-tsɯ˩! | ʈʂʰɯ˧=ɻ̍˩, | zo˧ɖɯ˧-ɳɯ˥ | tɕʰi˩tʰv̩˩-tso˥ ɲi˩-tsɯ˩! | ə˧sɯ˩kv̩˩, | bi˧-zo˧-ʝi˧!" | pi˧. |
"mv̩˩ɖɯ˩-ɳɯ˥ | tɕʰi˩tʰv̩˩-tso˥ ɲi˩-tsɯ˩!" | pi˧, | "bi˧-zo˧-ʝi˧!" | pi˧. |
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | zo˧ɖɯ˥-dʑo˩, | ʈʂʰwɤ˩ tʰv̩˩-kv̩˥-tsɯ˩ | -mv̩˩! | mv̩˩ɖɯ˩˥ | -dʑo˩, | ʐo˩ tʰv̩˩-kv̩˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!
mv̩˩tɕi˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | <bæ˧dʑɯ˩ ʈʂʰv̩˩> [bæ˧qʰæ˧ ʈʂʰv̩˧] | pi˧, | mv̩˩si˧njɤ˧˥ | le˧-qæ˧-hĩ˧-bv̩˧ | ʈʂʰv̩˧ | tʰv̩˧-kʰwɤ˥-dʑo˩, | ɖɯ˧-pi˧˥ | ʐo˩-kv̩˩-tsɯ˥-mæ˩! |
dʑɤ˩pi˧ bi˧-mɤ˧-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩! | tʰi˩˥, | tʰv̩˧-kʰwɤ˥ | ʝi˧-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩! | mv̩˩tɕi˥-dʑo˩! |
əəə… mv̩˩ɬi˥ | tʰv̩˧-v̩˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | əəə… <ʐo˩ tʰv̩˩˥! |> zo˧ɖɯ˥ F | ʈʂʰwɤ˩ tʰv̩˩-pi˥! | <æ˧ʂæ˧…> æ˧ʂæ˧! |
dʑɤ˩˥ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥, | ɖɯ˧-v̩˧ ɖɯ˧-tɕʰi˩ | le˧-tʰv̩˧˥! |
ɑ˩pʰo˩ dʑo˩-hĩ˥… | ɑ˩ʁo˧ dʑo˩-hĩ˩ tʰv̩˩-v̩˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | tʰv̩˧-ɲi˧ | tʰv̩˧-so˩, | ʈæ˧bɤ˧ | qʰɑ˩jɤ˩ ʁɑ˩ ʂe˥, | ɑ˩ʁo˧ le˧-ʝi˥! |
əəə… ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | -zo˩ | tʰi˩˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-qæ˧-se˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧ le˧-ʂɯ˧, | tʰv̩˧-ɲi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | le˧-qæ˧-ho˥, | <so˩…> tsʰe˩qʰv̩˩-ɲi˥ | qæ˧-ho˥! | pi˧-dʑo˩, | mmm… tsʰe˩so˩-ɲi˩-ɳɯ˥ | hĩ˧ | le˧-ʁɑ˧ʂe˩-kv̩˩-ze˩-mæ˩! |
"hĩ˧-qɑ˩ | ɖɯ˧-qɑ˧-ɻ̍˧! | njɤ˧=ɻ̍˩ | ə˧mi˧ | le˧-pv̩˩-tso˩-ɲi˩-ze˩!" | pi˧. |
tʰi˩˥, | bi˧tɕo˧ ɲi˩-bi˩, | hĩ˧bæ˧ jo˧-ʝi˧-ɻ̍˥! | pi˧. | hĩ˧bæ˧ | le˧-qʰo˩. |
ʁwɤ˧qo˧-dʑo˥ | tʰi˩˥, | le˧-qɑ˧~qɑ˩. |
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥! | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-dʑo˩, | æ˧ʂæ˧ ɲi˥! | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | dɑ˧pɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩. |
ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩, | dɑ˧pɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩! | ʐɯ˧ hwɤ˩-kv̩˩-mæ˩! |
ʐɯ˧ hwɤ˩-hĩ˩ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ə˧tse˧ ʝi˧-zo˥ | ʐɯ˧ hwɤ˩-ɲi˩? | pi˧-hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, |
zo˩no˥, | njɤ˧ | ə˧si˧ | ʈʂʰɯ˧-tɕi˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥ | -mæ˩. |
zo˩no˥, | ʁo˧dɑ˧ | le˧-ʂɯ˧-hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-tɕi˩, | ə˩-gi˩! | zo˩no˥, | gɯ˩-ʝi˥ | ʂɯ˧-hĩ˧ tʰv̩˧-v̩˧, | ʁwɤ˧qo˧ ɖɯ˧-v̩˧ ʂɯ˧-pi˧, | ʁo˧dɑ˧ le˧-ʂɯ˧-hĩ˧, | zo˩no˥, | njɤ˧=ɻ̍˩ | hĩ˧ ʂɯ˧, | ʁo˧dɑ˧ le˧-ʂɯ˧-hɯ˧-ze˧, | ʁwɤ˧qo˧ | gi˩-ɳɯ˥ | ʂɯ˧-hĩ˧ tʰv̩˧-v̩˧-ki˧ | tʰi˩˥, | qʰwæ˧mi˧ ʝi˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!
ʐɯ˧hwɤ˩ pi˩-hĩ˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩! |
njɤ˧=ɻ̍˩ | ɑ˩ʁo˧ | qʰɑ˩ne˩ gv̩˩˥, | no˧-ki˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | <qʰwæ˧ pi˩…> qʰwæ˧ hwɤ˩-tsʰɯ˩-pi˩! |
ʐɯ˧hwɤ˩-hĩ˩ | dɑ˧pɤ˧ ʈʂʰɯ˧-v̩˧-ɳɯ˩, | ʐɯ˧ ɖɯ˧-qʰwɤ˧ tʰi˥-po˩; |
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-ʈʂʰo˥, | le˧-ʈʂʰo˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | <ə… ʁwɤ˧…> ʁwɤ˧qo˧ | njæ˧sɯ˩kv̩˩ | bi˧! | ɖɯ˧-ʑi˩-ɳɯ˩ | ɖɯ˧-v̩˧ | bi˧! | ʈʰææ̃˧! | <tʰi˧-g…> əəə… tʰi˧-dzi˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ŋv̩˩ kv̩˩˥ | -mæ˩! |
əəə… ə˧mi˧… | õ˧ ə˧mi˥, | õ˧ ŋv̩˩-kv̩˩-ze˩-mæ˩! | "njɤ˧ | ə˧mi˧-ki˧-ʈʂʰɯ˧, | njɤ˧ | qʰɑ˩ne˩ gv̩˥? | no˧ | qʰɑ˩ne˩ gv̩˥? | no˧ | le˧-ʂɯ˧-dʑo˧, | njɤ˧ | qʰɑ˩ne˩ gv̩˩-ze˥? | no˧ | tʰi˧-dʑo˩-dʑo˩, | njɤ˧ | qʰɑ˩ne˩ gv̩˩-ze˥?" |
"njɤ˧ | no˧ ʂv̩˧ɖv̩˧-zo˥, | qʰɑ˩ne˩ gv̩˩-pi˥-zo˩?" | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ŋv̩˩-kv̩˩˥ | -mv̩˩, | kɤ˧kɤ˩ | tʰi˧-dzi˩! |
tʰi˩˥, | dɑ˧pɤ˧ | ʈʂʰɯ˧-v̩˧-ɳɯ˩, | ɖɯ˧-ʑi˩~ɖɯ˩-ʑi˩ F | mv̩˧ ɻwæ˧-kv̩˩-ze˩! |
"no˧=ɻ̍˩-ɳɯ˩, | no˧ mv̩˩-ɳɯ˩, | ʐɯ˧ hwɤ˩-tsʰɯ˩! | no˧=ɻ̍˩… | no˧=ɻ̍˩ | le˧-jo˩!" | pi˧, | wɤ˩˥ | tʰi˧-dzi˩! | wɤ˩˥, | njɤ˧-ɳɯ˧ | le˧-ŋv̩˩! |
əəə… ʁwɤ˧qo˧-hĩ˧, | ɖɯ˧-ʑi˩~ɖɯ˩-ʑi˩ F | le˧-hwɤ˩. | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-se˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | tʰv̩˧-hɑ̃˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | so˧ɲi˥ | qæ˧-ho˥ ɖɯ˩-hɑ̃˩-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧-ɲi˧ | ʐɯ˧ hwɤ˩! |
ʈæ˧bɤ˧ | le˧-ʈʂʰo˥, | le˧-ɬi˥-lɑ˩, | njæ˧sɯ˩kv̩˩ | wɤ˩˥ | hĩ˧ | <ʈæ˧… əəə…> dɑ˧pɤ˧-ɳɯ˧… | ʐɯ˧ hwɤ˩-kv̩˩-ze˩-mæ˩! |
ʐɯ˧ | le˧-hwɤ˩, | dɑ˧pɤ˧ | tʰv̩˧-v̩˧-ki˥, | ʐɯ˧ ɖɯ˧-tɕɯ˧ tʰi˥-ki˩! |
hĩ˧ F | le˧… əəə… hĩ˧ le˧-ʂɯ˧-hĩ˧ tʰv̩˧-v̩˧-ki˧, | ʐɯ˧ ɖɯ˧-tɕɯ˧ po˥-tsʰɯ˩! | tʰv̩˧-ʁo˧dɑ˧ | tʰi˧-tɕɯ˥! | <ɖɯ˧…> ʐɯ˧ | ɖɯ˧-ʈʰɤ˥ tʰi˩-kʰɯ˩! |
dɑ˧pɤ˧ | tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩ | le˧-ʈʂʰo˥, | le˧-ʈʂʰo˥, | le˧-ʈʂʰo˥, | njæ˧sɯ˩kv̩˩ | le˧-ŋv̩˩. |
wɤ˩˥, | ʐɯ˧ | ɖɯ˧-ʈʰɤ˥ tʰi˩-kʰɯ˩! | dɑ˧pɤ˧ | tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩ | le˧-ʈʂʰo˥, | le˧-ʈʂʰo˥! |
nɑ˩-ʈʂʰɯ˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | hĩ˧ ʂɯ˧, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-kv̩˩-mæ˩! |
tʰi˩˥, | le˧-ʂɯ˧-se˩, | le˧-qæ˧-se˥, | mmm… le˧-qæ˧-se˥ | ɖɯ˧-ɲi˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | əəə… õ˧tʰv̩˧-so˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | əəə… wɤ˩˥ | tʰv̩˧-ɲi˧ | ʈæ˧bɤ˧ | ɖɯ˧-ʂɯ˩ ʁɑ˩ʂe˩-se˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | ʂɯ˧-ɲi˧-ɳɯ˩, | ʈæ˧bɤ˧ | wɤ˩˥ | ɖɯ˧-ʂɯ˩ ʁɑ˩ʂe˩! |
ɬv̩˧gv̩˧ ki˩-ɲi˩-pi˩, | ʈʂʰɯ˧-dʑo˧ | hɑ˧ ki˩-ɲi˩-pi˩, |
tʰi˩˥, | əəə… ʂɯ˧-ɲi˧-ɳɯ˩, ɖɯ˧-ʂɯ˩, | ɖɯ˧-ʂɯ˩, | ɖɯ˧-ʂɯ˩-ɳɯ˩… | ʐv̩˧tsʰi˩-lɑ˩ | gv̩˧-hɑ̃˩! |
ʐv̩˧tsʰi˩-lɑ˩ | gv̩˧-hɑ̃˩-ki˩, | əəə… <ʁɑ˧ʂ…> ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩-se˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | no˧ | le˧-ʂɯ˧-hĩ˧-dʑo˩, | no˧ | hɯ˧! |
njɤ˧ | le˧-dʑo˩-hĩ˩-dʑo˩, | õ˧-bv̩˥-õ˩ ɲi˩-ze˩! | no˧ | le˧-ʂɯ˧-hĩ˧, | õ˧-bv̩˥-õ˩ ɲi˩-ze˩, | pi˧-zo˩! |
le˧-bv̩˧~bv̩˧ kv̩˥-tsɯ˩ | -mv̩˩! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩! | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-dʑo˩˥! | zo˩no˥, | ʈæ˧bɤ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-ʁɑ˥ʂe˩-dʑo˩, |
le˧-ʂɯ˧-hĩ˧-dʑo˩, | le˧-ʂɯ˧-ɲi˥-ze˩ pi˩! |
le˧-dʑo˩-hĩ˩-dʑo˩, | le˧-dʑo˩-ɲi˩-ze˩ pi˩! |
ʐv̩˧tsʰi˩gv̩˩-hɑ̃˩ gv̩˩ | ɖɯ˧-ɲi˥-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | le˧-bv̩˧~bv̩˧! |
tʰi˩˥, | le˧-ʂɯ˧-hĩ˧, | õ˧-bv̩˥-õ˩ | bi˧! | mmm… le˧-dʑo˩-hĩ˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | "õ˧ ə˧mi˥ F | le˧-ʂɯ˧-ze˧" pi˧! |
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩-tsɯ˥ | mv̩˩! |
tʰi˩˥, | tʰv̩˧ mɤ˧-ɲi˩, | pi˧-dʑo˩, | ʐv̩˧tsʰi˩gv̩˩-hɑ̃˩ | <le˧…> le˧-tɑ˧˥ | -dʑo˩, | ɑ˩ʁo˧… | kʰi˧bɤ˧-ʁo˧ | ɖʐæ˧-dʑo˩-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩! | hĩ˧ le˧-ʂɯ˧-hĩ˧ tʰv̩˧-v̩˧! | ɖɯ˧-jɤ˧ F | tʰɑ˧-bi˧! |
gɯ˧-mɤ˧-gɯ˩, | mɤ˧-sɯ˥-ze˩-mæ˩! | ə˩-gi˩! |
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | nɑ˩˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥! |
kʰi˧bɤ˧-ʁo˧ | tʰi˧-ɖʐæ˧! |
tʰi˩˥, | ɑ˩ʁo˧ | si˧ F | ʈʂʰɯ˧=ɻæ˥ | le˧-to˧~to˧ le˧-po˧-jo˥! | ɬi˩ʈɯ˩mæ˥-tʰv̩˩ | põ! pi˧, | kʰɯ˧~kʰɯ˥ mɤ˩-kv̩˩-mæ˩, | ə˩-ɲi˩˥! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩! | əəə… hĩ˧mo˥=ɻæ˩-ɳɯ˩! |
"ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-mɤ˩-ɖo˩! | kʰi˧bɤ˧-ʁo˧ ɖʐæ˧ dʑo˩-kv̩˩! | sɯ˧ tʰi˩-tɕɯ˩-bi˩, | ə˧-dzɤ˧~dzɤ˥ tɕɯ˩-zo˩-kv̩˩" pi˩! |
əəə… ʐv̩˧tsʰi˩gv̩˩-hɑ̃˩ <ɖɯ˩-kʰv̩˩…> [ɖɯ˩-ɲi˩] mmm… lv̩˩ kʰɯ˩-zo˩-kv̩˥-pi˩! |
ʐv̩˧tsʰi˩gv̩˩-hɑ̃˩ gv̩˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | hĩ˧=ɻæ˥ | õ˧ ʐɤ˥, õ˩ tɕʰo˩-bi˩-kv̩˩-ze˩! | əəə… pi˧-zo˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥! | <hĩ˧-m…> æ˧ʂæ˧, hĩ˧ ʂɯ˧ F | njæ˧sɯ˩kv̩˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥… | hĩ˧ ʂɯ˧! |
njæ˧=ɻ̍˩, | zo˩no˥, | əəə… hĩ˧ ʂɯ˧, | njɤ˧ | le˧-sɯ˥ | ʈʂʰɯ˧-tɕo˧ tɑ˧-ɳɯ˥, | əəə… ʐv̩˩-kv̩˩ ʂɯ˩-ze˥-mæ˩! | ʐv̩˩-kv̩˩˥! | njɤ˧ | ə˧mi˧! | mmm… njɤ˧ | ə˧mi˧! | njɤ˧ | ə˧ʑi˧˥! | njɤ˧ | ə˧v̩˧˥ | so˩-kv̩˩˥! | ŋwɤ˩-kv̩˩˥! |
njɤ˧=ɻ̍˩ | ə˧mi˧, | zo˩no˥, | qʰv̩˧-kv̩˧ ɲi˥-mæ˩! | njɤ˧ | ə˧ʑi˧-zo˧mv̩˥ | qʰv̩˧-kv̩˥! |
zo˩no˥, | ə… ɖɯ˧-v̩˧-lɑ˧ dʑo˧-ze˥-mæ˩! |
ə˧v̩˧˥, | zo˩no˥, | <ɖɯ˧-t… |> ʐv̩˩-kv̩˩˥ | le˧-ʂɯ˧! |
mv̩˧ | ɲi˩-kv̩˩˥, | zo˧ | ʐv̩˩-kv̩˩ ɲi˥-mæ˩! |
tʰi˩˥, | <mv̩˧…> ə˧mi˧ | ɖɯ˧-v̩˧-lɑ˧ dʑo˧-ze˥! | <zo˧ | ɲi˧-kv̩˧˥…> zo˧ | ʐv̩˩-kv̩˩˥ F | le˧-ʂɯ˧-ze˧! |
zo˧, | əəə… ɖɯ˧-v̩˧-hĩ˧-se˥, | njæ˧=ɻ̍˩, | zo˩no˥, mmm… | tʰv̩˧-ʈʂæ˩-qo˩, | dʑɤ˩˥ | mɤ˧-sɯ˧-sɯ˥! |
tɑ˧~tɑ˧ | pʰo˩ lɑ˧˥ | ɖɯ˧-kʰv̩˧˥! | gi˧˥ | ɖɯ˧-kʰv̩˧˥, | ə˩-gi˩! | mmm… mo˩zo˧… | mi˩pi˧ ʝi˧-hɯ˧-zo˥! |
zo˩no˥, | li˩sɯ˩mo˩-qo˥… | li˩læ˩˥… | lo˧gv̩˩ | li˩sɯ˩mo˩-qo˥ dʑo˩-ɲi˩! |
mi˩pi˧ ʝi˧-hɯ˧-zo˥… | əəə, zo˩no˥, | əəə… tʰo˩fv̩˩-qɑ˩ lɑ˥~lɑ˩-zo˩! | le˧-ʂɯ˧! |
tʰi˩˥, | ə˧v̩˧˥ | so˩-kv̩˩˥ | -dʑo˩, | əəə… ɑ˩ʁo˧ | <tʰ> ʂɯ˧! | njɤ˧ | do˩-mæ˩˥! |
do˩˥ | -dʑo˩, | ə˧mi˧! | ʁwɤ˧-qo˧ | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | le˧-ʁɑ˥ʂe˩; | bo˩ʈʂʰæ˧! | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | bo˩ʈʂʰæ˧-ʈʂʰɯ˩, | ə˩-gi˩! | no˧ | ə˧mɑ˧-bv̩˧ | ə˩-do˩˥? |
tʰv̩˧-ʁo˥, | bo˩ʈʂʰæ˧, | qʰɑ˩jɤ˩ dʑo˩-kv̩˥-ɲi˩! |
ʁwɤ˧qo˧-hĩ˧ | le˧-ʁɑ˥ʂe˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | <hĩ˧…> hĩ˧ ʂɯ˧-dʑo˩, | ɖɯ˧-v̩˧-ɳɯ˧ | ɖɯ˧-pʰæ˧˥, | ɖɯ˧-v̩˧-ɳɯ˧ | ɖɯ˧-pʰæ˧˥, | ɖɯ˧-v̩˧-ɳɯ˧ | ɖɯ˧-pʰæ˧˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-qʰæ˧˥! |
zo˩no˥, | D ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | nnn…əəə… zo˩no˥, | ʈæ˧bɤ˧ | ɖɯ˩-hĩ˩˥, | ʈʂʰɯ˧-v̩˧-ki˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-ʈv̩˩ ki˩-zo˩-kv̩˩, | ɖɯ˧-tɕʰi˩-qo˩-ɳɯ˩! | <tʰv̩˧-ʈv̩˥-ni˩> [tʰv̩˧-tɕʰi˧-ni˧˥], | ɖɯ˧-ʈv̩˩! |
tɕi˩-hĩ˩-ki˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-ʈv̩˩! | ʈʂʰɯ˧-hwɤ˧-mi˧, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-ʈv̩˩! |
bo˩ʈʂʰæ˧ ɖɯ˧-ɭɯ˧ | <ʈʂʰɯ˧ dʑ… əəə…> ʈʂʰɯ˧ | <ɖɯ˧…> D ʈæ˧bɤ˧-ki˧-ki˩-lɑ˩ lv̩˩-kv̩˩! |
tʰi˩˥, | ʁwɤ˧qo˧ | ɖɯ˧-ʁwɤ˧~ɖɯ˧-ʁwɤ˧ | bv̩˧ʈʂɯ˥-qo˩-ɳɯ˩ | le˧-hæ̃˧˥, | hĩ˧-v̩˧ | ɖɯ˧-pʰæ˧˥, | ɖɯ˧-pʰæ˧˥, | ɖɯ˧-pʰæ˧˥, | ɖɯ˧-pʰæ˧˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | qʰæ˧-kv̩˥-mæ˩! |
zo˩no˧-dʑo˥, | ʈʂʰɯ˧-bæ˧ | qʰæ˧-mɤ˧-bi˧-ze˩! | læ˩fe˧-ze˥-tsɯ˩-zo˩, [tɑ˧ho˧ le˧-ʁwɤ˧~ʁwɤ˥-ze˩], | mɤ˧-qʰæ˧-ze˥! |
ʁo˧dɑ˧, | njɤ˧=ɻ̍˩ | ə˧ʑi˧-lɑ˥ | njɤ˧ | ə˧mi˧-ʈʂʰɯ˧ | ʂɯ˧-ʁo˧to˩-dʑo˩ | qʰæ˧˥! |
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | mɤ˧-qʰæ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | tsʰe˩-kʰv̩˩˥ | mɤ˧-gv̩˧-sɯ˩! |
tsʰe˩-kʰv̩˩˥ | le˧-gv̩˧-ze˧ | bɑ˩˥! | tsʰe˩-kʰv̩˩-ʁ… ʁo˩dɑ˩˥ | -dʑo˩, | qʰæ˧˥! | tsʰe˩-kʰv̩˩-ʁo˩tʰo˥-dʑo˩, | mɤ˧-qʰæ˧-ze˥! |
tsʰi˧qʰæ˧˥ | -dʑo˩, | qʰæ˧-mɤ˧-bi˧-ze˩-tsɯ˩! |
zo˩no˥, | ʈæ˧bɤ˧-ki˥-lɑ˩ qʰæ˩-ze˩! |
zo˩no˥, | ʈæ˧bɤ˧-ʈʂʰɯ˧, | zo˩no˥, | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | hĩ˧ ɖɯ˧-v̩˧ ʂɯ˧ | pi˧, | ni˧tsi˧-kv̩˧˥, | tsʰe˩ŋwɤ˩-kv̩˥, | tsʰe˩hõ˩-kv̩˥, | əəə… tsʰe˩-kv̩˩˥, | ʂɯ˧-kv̩˧˥… |
ʂɯ˧-kv̩˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | ɖɯ˧-zo˧-kv̩˧-tsɯ˥ | mv̩˩! | ɲi˧tsi˧-kv̩˧˥ | mɤ˧-lv̩˩-bi˩, | no˧ | ʂɯ˧-kv̩˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | qʰɑ˩ne˩˥ | bi˧, | ɖɯ˧-zo˧-kv̩˧˥! |
ɖɯ˧-ʈæ˩tsʰo˩ ɲi˩-pi˩-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩! | ʈæ˩tsʰo˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ ɲi˩-pi˩-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!
ʈæ˩tsʰo˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ ɲi˩-pi˩, | zo˩no˥ | ʐwɤ˩˥ | pi˧, | ə˧zɯ˩, | ɕjo˩ɕjɑ˩˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ ɲi˩-ze˩-mæ˩, | ə˩-gi˩! |
ʈʂʰɯ˧ | go˧bɤ˩-bv̩˩ | ɖɯ˧-ɭɯ˧… | ʈæ˩tsʰo˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧… | hĩ˧ ɲi˥-pi˩-zo˩! | ɖɯ˧-ɭɯ˧ ɖɯ˧-kv̩˧-ze˥-mv̩˩! | pi˧-hĩ˧, | mv̩˧ʈʂæ˧-kv̩˥-tsɯ˩ | -mv̩˩! | ʈæ˩tsʰo˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ ɲi˩! | pi˧-zo˩. | ɖɯ˧-ʈæ˩tsʰo˩ ɲi˩-pi˩-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!
tʰi˩˥, | njɤ˧ | ə˧ʑi˧-se˥, | <njɤ˧… zo˩no˥…> njɤ˧=ɻ̍˩ | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | əəə… ə˧v̩˧˥ | <ɖ… əəə….> zo˩no˥, | ə˧ʑi˧˥, əəə… | ə˧ʑi˧-se˥, | ʈæ˧bɤ˧ | <ʂ…> ɲi˧tsi˧-kv̩˧ ʁɑ˧ʂe˥-ɲi˩! |
ɲi˧tsi˧-kv̩˧-hĩ˧-tʰv̩˧… | ŋv̩˧ | ʈʂʰɯ˧=ɻæ˥ | dʑɤ˩pi˧ tʰi˥-ki˩-ɲi˩! | hĩ˧ F … | zo˩no˥… | ʈæ˧bɤ˧ | ɖɯ˩-hĩ˩ tʰv̩˩-v̩˩-ki˥, | ʝi˩tɕʰɤ˧-kʰwɤ˧! | mmm… v̩˧pɤ˩-kʰwɤ˩, | ŋwɤ˧ɕi˧-mæ˥, | ɖɯ˧ʈv̩˧-mæ˩, | so˩ɕi˩-mæ˥! |
ʈæ˧bɤ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɖɯ˧-kʰwɤ˥~ɖɯ˩-kʰwɤ˩ di˩-kv̩˩-mæ˩! |
ʂɯ˧… | so˧… | tsʰe˧… | ɲi˧tsi˧… | tsʰe˩ŋwɤ˩˥… | õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | <ɖɯ˧…> di˧~di˥-kʰɯ˩-kv̩˩-mæ˩! |
ɲi˧tsi˧ ɖɯ˧ F | pi˧-dʑo˩, | tsʰe˩-ŋwɤ˩ ʝi˥! |
tsʰe˩-ŋwɤ˩ ɖɯ˩˥ | pi˧-dʑo˩, | tsʰe˧ ʝi˧! | tsʰe˧-ɳɯ˧-dʑo˥, | ʂɯ˧ ʝi˧! | ʂɯ˧-ɳɯ˧, | so˧! |
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥, | so˩-tɕɯ˩˥… | so˩-hĩ˩ ʈʂʰɯ˩ni˩˥ | -zo˩. | <so˩-ɳɯ…> so˩-mæ˩~so˥mæ˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | di˧~di˥-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥, | ʈæ˧bɤ˧ ɲi˧tsi˧-kv̩˧˥ | ʁɑ˧ʂe˥ ɲi˩! |
hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɑ˩ʁo˧ | mɤ˧-tsʰɯ˩-bi˩, | zo˩no˥, | ʈæ˧bɤ˧-ʈʂʰɯ˧ | le˧-ʁɑ˥ʂe˩-pi˩… | no˧, | zo˩no˥, | ɑ˩ʁo˧ dʑo˩, | njɤ˧ | hĩ˧ ʂɯ˧ mɤ˧-tsʰɯ˩-bi˩, | no˧-ɳɯ˧ | ɑ˩ʁo˧-ɳɯ˧ | ʈʂʰo˧-bi˧! |
no˧-bv̩˩… | əəə… ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩, | ə˩-gi˩! | ɖɯ˩lo˧-ʈʂʰɯ˧! | le˧-ʈʂʰɤ˩ | po˧-bi˥-kv̩˩-mæ˩! |
ɖɯ˧-tɕʰi˩-ɳɯ˩, | ʂe˧pʰæ˩ | ɖɯ˧-pʰæ˧˥! | ɖɯ˧-tɕʰi˩-ɳɯ˩, | ʂe˧pʰæ˩ | ɖɯ˧-pʰæ˧˥! |
tʰi˩˥, | pɤ˩jɤ˧ qʰæ˥-kv̩˩-ze˩-mæ˩! | njɤ˧ F | hĩ˧ tɕʰɯ˧-ɳɯ˩, | zo˩no˥, | njɤ˧ F | ɑ˩ʁo˧ | æ˧mv̩˩ | hĩ˧ tɕʰɯ˧, | ə˩-gi˩! | hĩ˧ tɕʰɯ˧-ɳɯ˩, | hĩ˧ ʂɯ˧, | pi˧-dʑo˩, | ɑ˩ʁo˧… | njɤ˧-ɳɯ˧ | pɤ˩jɤ˧ qʰæ˥-bi˩-zo˩-kv̩˩-ze˩-mæ˩! |
ɖɯ˧-sɑ˥ F | -bi˩, | tʰɑ˧-lɑ˧˥! | zo˩no˥, | ʂo˧qo˧-tʰɑ˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | əəə… dze˧! |
ʂɑ˩tʰɑ˧-dze˧-pi˧-zo˥! | ho˩tʰɑ˩˥! |
ʂɑ˩tʰɑ˧-dze˧-ʈʂʰɯ˧, | le˧-hwæ˧ | le˧-po˧-jo˥! | le˧-lɑ˩~lɑ˩, | le˧-lɑ˩~lɑ˩, | le˧-lɑ˩~lɑ˩! |
ʈæ˧bɤ˧ | ɖɯ˧-v̩˧-ki˧-ɳɯ˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-kʰwɤ˥! |
əəə… ɕi˧ʈʂʰwæ˧-pɤ˩jɤ˩ | ɲi˩-jɤ˩˥! | əəə… li˩˥ | ɖɯ˧-jɤ˧˥! | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | -zo˩, | ŋv̩˧ | mɤ˧-ʈʂɤ˧-zo˩, | mv̩˩kʰv̩˧˥! |
mv̩˩kʰv̩˧˥, | ʈæ˧bɤ˧ ʈʂʰo˧-kv̩˧-ze˥-mæ˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-dzi˩ | tʰi˩˥, | le˧-ʈʂʰo˥, | le˧-ʈʂʰo˥, | le˧-ʁæ˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, |
"o! ʈʂʰɯ˧-ɳɯ˧ | qʰæ˩tsʰɯ˩˥ | -ɲi˩!" | pi˧. | zo˩no˥, | mje˩fe˧ | ʈʂʰɯ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ |
"ʈʂʰɯ˧-ɳɯ˧, | <ʈæ…> pɤ˩jɤ˧ qʰæ˥-tsʰɯ˩! | ʈæ˧ʂɯ˧-ɬɑ˩mv̩˩-ɳɯ˩ | pɤ˩jɤ˧ qʰæ˥-tsʰɯ˩!" |
əəə… "tsʰɯ˧ɻ̍˧-ɬɑ˩mv̩˩-ɳɯ˩ | pɤ˩jɤ˧ qʰæ˥-tsʰɯ˩!" pi˩. |
ə˧mv̩˧-go˧mi˥ | qʰɑ˩jɤ˩ dʑo˩˥, | hĩ˧-ɳɯ˩, | ɑ˩pʰo˩-hĩ˩-ɳɯ˥-dʑo˩, | <tɕʰi˩˥ | le…> tɕʰi˩tʰv̩˩-hĩ˥ | mɤ˧-ʈʂɤ˧! |
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | pɤ˩jɤ˧ qʰæ˥-kv̩˩-mæ˩! |
pɤ˩jɤ˧ qʰæ˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | əəə… ə˧ʝi˧-tsʰi˧ʝi˧-dʑo˩, | ʂo˧qo˧-tʰɑ˩ qʰæ˩-ze˩! |
tsʰi˧qʰæ˧˥ | -dʑo˩, | ʂo˧qo˧-tʰɑ˩ qʰæ˩-ʝi˩-ze˩-mæ˩! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | ʂɑ˩tʰɑ˧-dze˧! | ə˧ʝi˧-tsʰi˧-ʝi˧-dʑo˩, | ʂo˧qo˧-tʰɑ˩ | ɖɯ˧-po˩ hwæ˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥! |
<ʂo˧qo˧-tʰ…> ʈæ˧bɤ˧ dʑɯ˧˥ | pi˧, | ʂo˧qo˧-tʰɑ˩ | ɖɯ˩-hĩ˩˥ | ɲi˧-po˩, | so˧-po˧ hwæ˧ le˧-po˧-tsʰɯ˧˥! |
<ɖɯ˧-mɤ…> mɤ˧-ʈʂɤ˥~ʈʂɤ˩, | ɖɯ˧-v̩˧-ki˧-ɳɯ˩, | ɖɯ˧-ʈʂwɤ˧~ɖɯ˧-ʈʂwɤ˧! |
əəə… ʁæ˧bæ˧-qo˧-ɳɯ˧! | ʁæ˧bæ˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧-qo˧-ɳɯ˧, | ɖɯ˧-ʁæ˩bæ˩! |
ɕi˧ʈʂʰwæ˧-pɤ˩jɤ˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥, | pɤ˩jɤ˧˥ | le˧-ti˩-hĩ˩ | tʰv̩˧-ʁo˥, | so˧-ɭɯ˧! | ə… ʐv̩˩-ɭɯ˩˥! |
ɖɯ˧-v̩˧-ki˧-ɳɯ˩, | pɤ˩jɤ˧˥ | ʐv̩˩-ɭɯ˩ qʰæ˥-kv̩˩-mæ˩! | ɖɯ˧-ʁæ˧bæ˧! |
pɤ˩jɤ˧˥ | ʐv̩˩-ɭɯ˩˥, | ʐv̩˩-ɭɯ˩˥, | ʐv̩˩-ɭɯ˩˥, | ʐv̩˩-ɭɯ˩˥! | ʈæ˧bɤ˧ | tsʰe˩-kv̩˩ ʁɑ˩ʂe˥, | pi˧, | pɤ˩jɤ˧˥ | ʐv̩˧tsʰi˩-ɭɯ˩. |
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-qʰæ˧˥! |
tʰi˩˥, | "ʈʂʰɯ˧-ɳɯ˧ | qʰæ˧-tsʰɯ˧˥ | -ɲi˩!" | pi˧. |
tʰi˩˥, | njɤ˧=ɻ̍˩ | hĩ˧ ʂɯ˧-dʑo˩, | ɑ˩pʰo˩-hĩ˥ | ɖɯ˧-ʑi˧-ɳɯ˧ qʰæ˧˥! |
njɤ˧-ɳɯ˧-dʑo˥, | njɤ˧-ɳɯ˧ | le˧-qʰæ˧-ɲi˥-ze˩-mæ˩, | ə˩-gi˩! |
tʰi˩˥, | so˧hwɤ˩-dʑo˩, | wɤ˩˥ | ʈʂʰɯ˧=ɻ̍˩ | hĩ˧ ʂɯ˧-pi˧, | njɤ˧-ɳɯ˧ | qʰæ˧-bi˧-zo˧-kv̩˩-ze˩-mæ˩! |
njɤ˧-ɳɯ˧ | tʰi˧-tsʰɤ˧˥ | -ni˩! | ʈʂʰɯ˧ F | njɤ˧-ki˩ | tʰi˧-tɕɯ˧-tsʰɯ˧˥! |
njɤ˧-ɳɯ˧ | so˧hwɤ˩ | ʁwɤ˧qo˧… | hĩ˧ ʂɯ˧-pi˩, | wɤ˩˥ | qʰæ˧-kv̩˥-ze˩-mæ˩! | ʁwɤ˧qo˧ | ɖɯ˧-ʑi˩=ɻ̍˩, | õ˧ hĩ˧ mɤ˧-ɲi˥-hĩ˩ | ɖɯ˧-ʑi˩=ɻ̍˩. |
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | qʰæ˧-kv̩˥-mæ˩! | ɖʐv̩˧ʐv̩˧-ɖʐv̩˧mi˧-dʑo˩. |
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | qʰæ˧-bi˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | "ə˧mi˧! | ʈʂʰɯ˧=ɻ̍˩, | hĩ˧ ʂɯ˧-ze˩; | njɤ˧=ɻ̍˩ | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩ | ʈʂʰɯ˧-bv̩˩ | pɤ˩jɤ˧ qʰæ˥-ɲi˩! |
"ə˧mi˧! | njɤ˧ | wɤ˩˥ | ʈʂʰɯ˧-ki˩ | pɤ˩jɤ˧ qʰæ˥-bi˩-zo˩-ʝi˩!" | pi˧-zo˩. |
tʰi˩˥, | hĩ˧ | ʂɯ˧-ze˧-pi˧, | pɤ˩jɤ˧˥ | le˧…-ti˩! |
pɤ˩jɤ˧ ti˥ | -no˧˥, | so˩ɲi˩-ʐv̩˩ɲi˩ ti˥-zo˩-kv̩˩, | hĩ˧ ʂɯ˧-hĩ˧-tʰv̩˧! | nɑ˩ hĩ˧ ʂɯ˧-hĩ˧ ʈʂʰɯ˧! |
"hæ˧ | hĩ˧ ʂɯ˧-hĩ˧-dʑo˧, | le˧-ʁæ˧-kv̩˧˥!" | pi˧-kv̩˩-mæ˩! | njæ˧sɯ˩kv̩˩ | nɑ˩˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥ | -mæ˩!
"nɑ˩˥ | hĩ˧ ʂɯ˧-hĩ˧-dʑo˩, | le˧-tɕʰo˩-kv̩˩!" | pi˧-zo˩. |
ə˧tso˧-mɤ˧-ɲi˩, | ɑ˩ʁo˧… se˩-kv̩˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!
ʈæ˧bɤ˧-ki˧, | ɖwæ˧˥ | tʰi˧-ki˧! |
əəə… bi˧tɕo˧-hĩ˧-ki˧ F | tʰi˧-ki˧! |
tʰi˩˥, | tʰi˩˥, | hĩ˧bæ˧-ʈʂʰɯ˧ | qʰɑ˩jɤ˩ le˩-tsʰɯ˩-bi˥, | qo˩ho˧˥ | le˧-pɤ˥~pɤ˩, | jo˧-kv̩˧˥ | -mæ˩! |
ʐɯ˧ po˧-jo˥-kv̩˩, | ŋv̩˩ po˩-jo˩-kv̩˥! | pɤ˩jɤ˧ po˥-jo˩-kv̩˩! | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | po˧-tsʰɯ˧˥, | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧sɯ˩kv̩˩ | qo˩ho˧-qo˥ | wɤ˩˥ | le˧-wo˥ | li˩-tʰi˥-kʰɯ˩! |
mmm… jɤ˧ | tʰi˧-kʰɯ˧˥! | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥, | əəə… ʂe˧pʰæ˩ tʰi˩-kʰɯ˩! |
wɤ˩˥ | qo˩ho˧-qo˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-kʰɯ˩~kʰɯ˩, | le˧-bi˩-kv̩˩-mæ˩! |
nɑ˩-ʈʂʰɯ˥, | ɖɯ˩lo˧-ʈʂʰɯ˧! |
tʰi˩˥, | hæ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | po˧-tsʰɯ˧-bi˥, | <to˩qo˩˥…> ə˧tso˧-mɤ˧-ɲi˩, | to˩qo˩˥ | tɕɯ˧ | ɖɯ˧-sɑ˥ F | tʰi˧-mɤ˧-kʰɯ˧˥, | le˧-hɯ˧-ɲi˥-mæ˩! |
nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | no˧ | ʐɯ˧-ʈʰɯ˩-bi˩, | ʈʂʰɯ˧-lɑ˥ ɲi˩! | zo˩no˥… | ʐɯ˧ʈʰɯ˩-hɑ˩dzɯ˩-pi˩-bi˩-bi˩, | zo˩no˥, | hĩ˧-ɳɯ˩ | qo˩ho˧˥ | le˧-pɤ˥~pɤ˩, | pʰɤ˧bɤ˧ | le˧-pɤ˥~pɤ˩ | po˧-tsʰɯ˧-pi˥; |
õ˧˥ | wɤ˩˥ | ə˧tso˧-mɤ˧-ɲi˩ | le˧-hwæ˧-tʰi˧-tɕɯ˥! | ə˧ʝi˧-tsʰi˧ʝi˧-se˥, | pi˧kæ˧ hwæ˧-ze˧! | ʂo˧ko˧-tʰɑ˩ hwæ˩-ze˩! | qo˩ho˧-qo˥!
jɤ˧ hwæ˧-ze˧! | li˩ tʰi˧ kʰɯ˧˥! | jɤ˧ tʰi˧-kʰɯ˧˥! | ʂo˧ko˧-tʰɑ˩ tʰi˩-kʰɯ˩! ĩ˧! |
ʝi˧kʰv̩˥, | pɤ˩jɤ˧˥ | mɤ˧-kʰɯ˧˥! | pi˧kæ˧ hwæ˧ tʰi˧-kʰɯ˧˥! |
ə˧ɲi˧-tsʰi˧ɲi˧, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-dʑo˩-mæ˩! |
tʰi˩˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | ʈʰææ̃˧… | əəə… ʈʂʰɯ˧ | pɤ˩jɤ˧˥ | ɖɯ˧-qo˩ho˩ po˩-tsʰɯ˩-pi˩, | pɤ˩jɤ˧˥ | ɲi˧-ɭɯ˧ | le˧-wo˧-kʰɯ˥-kv̩˩-mæ˩! | qo˩ho˧-qo˥! |
ɖɯ˩lo˥-ɳɯ˩ | dʑo˧-ɲi˥! | ɲi˧-ɭɯ˧-ʈʂʰɯ˧ | qo˩ho˧-qo˥ | le˧-wo˧ tʰi˧-kʰɯ˧˥! |
li˩˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ | tʰi˧-kʰɯ˩! | jɤ˧ ɖɯ˧-po˩ tʰi˩-kʰɯ˩! |
əəə… zo˩no˥… | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʈʂʰɯ˧ | qo˩ho˧-qo˥ | le˧-po˧-bi˥-kv̩˩-mæ˩! |
tʰi˩˥, | ʐæ˩ʂæ˧-hĩ˩bæ˩ tsʰɯ˩, | pi˧-dʑo˩, | qo˩ho˧-qo˥ | ŋv̩˧ | ɖɯ˧-mæ˩ tʰi˩-kʰɯ˩-kv̩˩-mæ˩, | wɤ˩˥! | le˧-wo˥ | wɤ˩˥ | ŋv̩˩ tʰi˩-kʰɯ˩-kv̩˥-mæ˩! |
qo˩ho˧-qo˥, | ŋv̩˧ | ɖɯ˧-mæ˩! | mmm… pɤ˩jɤ˧ tʰi˥-kʰɯ˩! |
li˩ tʰi˥-kʰɯ˩, | jɤ˧ tʰi˧-kʰɯ˧˥! | ʂe˧pʰæ˩ tʰi˩-kʰɯ˩! | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | <le˧-po˧-jo˥-kv̩˩> [le˧-po˧-bi˥-kv̩˩]!
nɑ˩-ʈʂʰɯ˧, | hĩ˧ ʂɯ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ɖwæ˧˥ | pʰv̩˧-ɖɯ˧-kv̩˥! |
ɖwæ˧˥ | hĩ˧mo˩-dʑo˩ | pʰv̩˧ɖɯ˧ ʝi˥-kv̩˩! |
ə˧tso˧-mɤ˧-ɲi˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥, | tʰi˧-se˩-kʰɯ˩! |
ə˧dɑ˧-ə˧mi˧, | zo˧mv̩˥ | le˧-ʐɤ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | qʰv̩˩ɖɯ˩ pʰv̩˥-ɲi˩! |
zo˧mv̩˥ | le˧-ʐɤ˧; | əəə… le˧-se˩-kʰɯ˩-zo˩-kv̩˩; | zo˧mv̩˥ | le˧-ʐɤ˧; | ə˧dɑ˧-ə˧mi˧ le˧-ʂe˧, | zo˧mv̩˥ ki˩~ki˩-ɲi˩; | zo˧mv̩˥-ɳɯ˩, | ə˧dɑ˧mi˧-ki˧ | <le˧-se˩-kv̩˩-j…pi˩> [le˧-se˩-kʰɯ˩-kv̩˩-mæ˩!] |
le˧-ʂɯ˧ | le˧-po˧-bi˥-kv̩˩, | pi˧-zo˩! | gɯ˧-mɤ˧-gɯ˩, | mɤ˧-do˩! | hĩ˧ F | le˧-ʂɯ˧-ɲi˥-ze˩, | ə˩-gi˩! |
æ˧ʂæ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɖɯ˩lo˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | dʑo˧-ɲi˥-mæ˩! |
tʰi˩˥, | əəə… ə˧dɑ˧-ə˧mi˧ | ʑi˧dv̩˧ le˧-ʝi˥ | ki˧-ɲi˥ | pi˧! |
əəə… se˧pʰɤ˧ mɤ˧-ɖo˧-pi˥! | zo˩no˥. |
<hĩ˧…> | ə˧dɑ˧-ə˧mi˧, | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥, | ə˧dɑ˧-ə˧mi˧ | ʂɯ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɖwæ˧˥ | pʰv̩˧ɖɯ˧ ʝi˥-kv̩˩! |
zo˩no˥, | hæ˧-ni˩zo˩, | <ɖʐ… ɖʐe˧ | le˧-l…> ɖɯ˧-di˩ | mɤ˧-dʑo˧-ɲi˥! | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | se˩-di˩-lɑ˥ dʑo˩-ɲi˩! | hĩ˧ | ɖɯ˧-v̩˧ ʂɯ˧-hĩ˧-tʰv̩˧! |
Dans le temps, par chez nous, quand quelqu'un mourait, c’était quelque chose qui concernait tout le village, n'est-ce pas! Si une personne âgée mourait un soir, c'était le lendemain matin qu'on allait quérir les moines. Une fois qu'ils étaient arrivés à la maison, on portait la nouvelle alentour, dans le village. Quand on dit « le village », « les alentours », ça désigne le village tout entier! Alors, ce matin-là, on va voir tous les gens du village. Les fils de la personne défunte, ils font tout le tour du village, ils vont voir famille après famille. Ils se prosternent devant eux. Ils annoncent: « Hélas! Ma mère n'est plus! » Tout le monde participe aux funérailles. Il peut y avoir douze famille de ə˧lɑ˧-ʁwɤ#˥ qui viennent participer à l’organisation des funérailles; ou vingt familles; ou même trente, quarante familles qui répondent présentes, et qui viennent! Il vient une personne de chaque famille pour prêter main-forte. (Note: les gens de la famille du défunt prennent en charge matériellement et financièrement les funérailles, mais ne participent pas aux tâches pratiques: cuisine, vaisselle, ménage…) Les moines disent des prières! Après, on prépare le corps. On appelle ça "faire les préparatifs", en na! Parmi les jeunes gens du village, il s'en trouve un qui sait y faire: cet homme-là sait comment faire la toilette du cadavre. Si c'est une femme, c'est ce jeune homme compétent qui la lave, et qui coiffe sa chevelure. C'est que nous autres, les femmes, lors du décès, c’est un homme qui procède à la toilette mortuaire. C’est pas comme dans les coutumes chinoises: par chez nous, ça ne peut pas être une femme qui s'occupe de ces préparatifs pour une autre femme, ça doit être un jeune homme qui s'en occupe! Chez les Na, dans la maison, il y a un endroit qu'on appelle /ɬi˩ʈɯ˩mæ˥/, derrière le seuil, n'est-ce pas! (Note: il s'agit de la partie de la pièce principale qui se trouve entre la porte et le foyer; c'est un espace où le sol n'est pas recouvert par un plancher, à la différence du foyer, lequel est surélevé par rapport au sol.) Cet endroit-là, quand quelqu'un a trépassé, c'est là qu'on l'allonge, qu'on le lave! On le couche dans la partie haute du foyer. (Note: à côté du foyer, du côté réservé aux hommes, il y a un banc, qui peut également servir de lit. C'est là qu'on couche le cadavre, dans un premier temps. Ce banc se trouve précisément à côté de la porte qui conduit vers le grenier, où le corps sera ensuite provisoirement enterré: voir ci-dessous.) Le défunt, chez les Na, on le couche dans la partie de la pièce principale qu'on appelle /gɤ˧qo˥/. Après sa toilette, il y a un jeune homme, un oncle (=une personne de la génération qui a déjà des enfants), quelqu'un qui sait bien y faire, qui connaît la façon de procéder pour attacher le corps en posture assise. Il sait comment on attache les jambes en les relevant; comment on attache les bras. Celui-là explique aux autres! (Note: quatre hommes s'attelaient ensemble à cette tâche; l'un d'eux devait être expérimenté; les trois autres apprenaient à cette occasion.) Ils s'y mettaient à quatre, quatre jeunes gens, pour attacher le corps! (Note: les membres étaient attachés, bras croisés contre la poitrine, jambes repliées ramenées elles aussi contre la poitrine, et tête baissée. Une photographie est publiée dans: 詹承绪, 王承权, 李近春 et 刘龙初. 1980. 永宁纳西族的阿注婚姻和母系家庭. 上海: 上海人民出版社, page 269. Ce livre contient une description des rites funéraires, pp. 268-274.) Quand, tous les quatre, ils attachaient le corps, ils utilisaient du tissu de lin. Le tissu de lin, on en garde chez soi à cet effet! On en prend douze fois la longueur des bras écartés. C'est avec les deux bras écartés qu'on mesure la quantité dont on a besoin. C'est que selon la tradition, on attache le corps dans une bande de tissu qui fait douze fois la longueur des deux bras écartés! Le tissu de lin, il est juste large comme ça (geste: environ 25 centimètres); et on le déchire encore en deux moitiés. Ca donne une longue bandelette (large d'une bonne dizaine de centimètres), qu’on tord pour en faire comme une corde. Ensuite, on attache le corps; quand c’est fait, on l'attache en un bloc; on l'assied. On ne l'allonge pas, comme les Chinois! On l'assied! On prend du tissu de coton blanc, bien blanc; on coud un grand sac, et on y met le corps. Puis on ferme le sac! Ensuite, on amène le corps dans le grenier, /dv̩˩pʰæ˧/, et on l’y enterre provisoirement. La pièce qu’on appelle /dv̩˩pʰæ˧/, dans la maison na, c’est là qu’on met les cadavres! (Note: il s'agit d'une pièce attenante au foyer, où était conservée la nourriture). Ensuite, quand on l'a mis dans la pièce qui sert de grenier, /dv̩˩pʰæ˧/, on creuse une tombe; on place le corps là, dans le grenier, /dv̩˩pʰæ˧/! On prend une grande poële, et une hotte, dont on couvre le corps. On prend bien soin de ne rien laisser entrer dans la tombe! On ne laisse pas entrer de mouches! On ne laisse pas le chat se promener dans cette pièce! (Note: on se garde surtout de laisser entrer des mouches dans la tombe, sinon le corps risque d'être envahi par les vers.) Mais avant cela, eh bien, on allume des bougies. (Note: les bougies éclairent cette pièce obscure, et apportent symboliquement la clarté au défunt.) Eh! On te met quinze jours dans cette tombe provisoire, dans la maison. Les bougies, on en fait brûler toute la journée! On en allume continuellement! On donne trois repas par jour au défunt, pendant toute cette période. Le matin au lever, nous les Na, on prépare du thé, n’est-ce pas. Alors, on dit au défunt: "Veuillez savourer un peu de thé!" (formulation très polie) On s'adresse à la personne défunte! On lui sert un repas! On la fait manger, symboliquement! De même pour le déjeuner: on lui sert un repas, et on lui dit: "Veuillez savourer cette nourriture!" A chaque fois qu'on prend un repas, on y associe pareillement le défunt. Autrefois, pendant ces quinze jours où le corps était à la maison, on pleurait à l’occasion de chaque repas, nous autres les Na! Quand son père ou sa mère était mort, quand on leur avait disposé leur nourriture, on pleurait! On leur disait, au milieu des larmes: "Maman, prends ton repas! Maman, bois donc!" Les gens venaient allumer des bougies. Il n'y avait pas une des quarante familles du village qui ne venait pas allumer des bougies! Ils amenaient une boule de pâte à pain à l'œuf, un bol de céréales, une pinte d'huile; voilà le genre de choses qu’on amenait. Alors, on rangeait tous ces cadeaux! On les posait devant la personne défunte! Son bol, il était rempli à ras bord de nourriture, vrai de vrai. Chez nous, les Na, on dit qu'il ne faut pas servir une unique louche de céréale aux invités! C’est parce qu’on fait une différence entre les vivants et les morts. Aux défunts, on sert une seule louche: aussi bien pour le repas complet qu'on dépose à l'intention du défunt pendant les quinze jours où son corps repose dans la maison, que pour la nourriture offerte aux ancêtres sur le coin du foyer au début de chaque repas, en temps normal. La personne défunte, son bol, on le lui remplit en une seule louchée! Tandis qu’à l’ordinaire/pour les convives vivants, on sert par paires de cuillerées. Après avoir servi une première louche de nourriture, il faut ajouter une seconde cuillerée, même si c’est juste une toute petite cuillerée! On dit: "Il faut puiser par deux fois dans la casserole, quand on sert à manger!" Pour faire la différence avec la personne décédée, pour qui on ne puise qu'une seule fois. Ca, autrefois, c'était… eh bien… c'était la coutume des Na! Les tantes (=les femmes de la maisonnée), elles reprenaient les jeunes qui ne savaient pas bien s'y prendre: « Eh toi, dis donc! Qu'est-ce que tu nous fais là? La nourriture, on la sert en deux louches! Il ne faut pas servir une unique louche! C’est pour les défunts qu'on sert une seule louche! » Il n'y a pas que les gens du village qui allument des bougies, n'est-ce pas! C'est que dans les villages de gæ˧ɻæ˩, lɑ˧ŋwɤ˧ et qʰæ˧tɕʰi˧, on a de la famille, on a des amis! Ils apportaient des galettes, et un morceau de cochon-conservé-entier. Ils mettaient ces choses-là dans le panier à cadeaux! On parlait de "la viande des bougies", pour désigner le morceau de viande qu’on offrait quand on venait allumer une bougie chez le défunt. Les gens de la famille du défunt disposaient les cadeaux; ils s'adressaient au cadavre: "Tu vois, les voici qui viennent allumer des bougies! Ils viennent te voir!" A chaque fois qu'une personne se présentait, on pleurait! C’était ça la coutume. Comme on doit procéder à la crémation le seizième jour, on va chercher les moines le quinzième jour. Les moines disent des rituels pendant trois jours! Si toi, tu as trois ou quatre enfants, c’est l’aînée qui prend en charge la dépense pour un jour, puis la deuxième fille pour la journée suivante, et ensuite la benjamine, pour une journée! Nos propres enfants, autant qu'ils sont, ils officient à tour de rôle. Une des filles s'occupe d'engager un moine pour une journée; le moine lit des rituels pendant toute cette journée-là, et le salaire de cette journée-là, c'est elle qui le lui verse! Une fille qui s'est mariée, elle peut participer à la cérémonie funèbre de sa mère [à la différence de la coutume d’autres peuples: Chinois (Han), Naxi… chez qui la femme mariée ne compte plus comme membre à part entière de sa famille d’origine]. Quand les gens du village viennent, ils amènent le panier à cadeaux! Ils amènent de l'argent! On se dit: "Cette famille-là, elle doit organiser les funérailles; c’est l’aîné de la famille qui est le maître de cérémonies, allons donc l’aider!" Autrefois, chez les Na, c'était le fils aîné qui se chargeait du dîner, et la fille aînée du déjeuner. (Note: ils ne préparaient pas eux-même, mais payaient les approvisionnements et récompensaient les bonnes volontés qui se chargeaient de la cuisine et de la vaisselle.) La benjamine, elle, elle se charge du repas qu'on prend au retour de la cérémonie de crémation, tôt le matin: le petit déjeuner des gens qui ont participé à la cérémonie de crémation. C’est une tâche assez légère! (Explication: il s'agit d'une petite collation, avec un nombre restreint d'invités: seulement les gens du village. C'est donc relativement facile à organiser; on confie l'organisation à la benjamine, tandis que les aînés se chargent des préparatifs les plus importants: déjeuners et dîners des journées précédentes.) Il n'y a pas affluence! Alors, cette tâche-là, elle peut s'en charger, la cadette! C’était proverbial, autrefois: "L'aîné s'occupe du dîner!" Ceux des enfants qui ne sont pas sur place, ils ne peuvent pas aider, alors ce sont les enfants restés sur place qui se chargent des préparatifs. Pendant cette période, ils font venir les moines en grand nombre, et ils s'occupent de superviser toutes les tâches qui doivent être effectuées à la maison. C'est le seizième jour qu'on procède à la crémation; en vue de ça, c'est à partir du treizième jour qu'on fait venir les gens du village. On leur dit: "Aidez-nous! Il va falloir accompagner notre mère dans son retour au pays des âmes!" Alors, pour cette occasion-là, les gens viennent, même s'ils ne sont pas du village. On accueille les invités. Les invités qui sont du village, ils donnent un coup de main. (Note: les invités venus de plus loin, eux, sont des hôtes de marque, dispensés de corvées domestiques.) On faisait venir les moines du monastère, on faisait venir le prêtre dɑ˧pɤ˧! On célébrait le rituel "Offrande du Vin", /ʐɯ˧ hwɤ˩/! C'était la tradition! Cette "Offrande du Vin", de quoi s’agissait-il? Eh bien… les gens qui sont morts… les ancêtres morts il y a déjà longtemps ils ont connu la mort avant la personne dont on organise les funérailles; et alors, eux, ils accueillent le trépassé dans le monde des morts, et par leur intermédiaire, on transmet au défunt des nouvelles de ce monde, de ce qui se passe par chez nous, à la maison. Le prêtre /dɑ˧pɤ˧/ qui réalise la cérémonie "l'Offrande du Vin", /ʐɯ˧ hwɤ˩/, il porte un bol de vin, qu’il transmet symboliquement aux défunts; il récite des rituels, encore et encore. Ce rituel, une personne de chaque maisonnée y va! vrai de vrai! On se tient assis, tous ensemble, et on pleure! On se lamente à haute voix au sujet de la personne défunte: "Sans toi, comment vais-je continuer à vivre? Maintenant que tu es morte, comment ma vie peut-elle continuer? Quand tu étais encore là, nous pouvions faire ceci et cela ensemble… Tu me manques; comment vais-je pouvoir faire?" Voilà comment on pleure, assis en rang! Alors, le prêtre /dɑ˧pɤ˧/, lui, il appelle les noms, une famille après l'autre! "Vous autres, votre fille, elle vous appelle, elle est venue réaliser le rituel de l’Offrande du Vin, /ʐɯ˧ hwɤ˩/!" Puis il s’adresse aux vivants: "Vous autres, venez donc!" Les gens du village, une famille après l'autre, ils amènent de l'alcool. C’est la veille du jour où doit avoir lieu la crémation qu’on procède au rituel /ʐɯ˧ hwɤ˩/. Les moines disent des rituels; le prêtre dɑ˧pɤ˧, il pratique le rituel ʐɯ˧ hwɤ˩! On transmet de l'alcool au défunt. Au prêtre dɑ˧pɤ˧, on donne un demi-litre d'alcool! A la personne défunte, on lui offre un demi-litre d'alcool! On le place devant lui, dans un bol; on lui verse quelques gouttes de cet alcool! Le prêtre dɑ˧pɤ˧ dit des rituels, encore et encore; nous, on pleure! A nouveau, on verse quelques gouttes d'alcool! Les Na, autrefois, quand quelqu'un mourait, on faisait comme ça! Ensuite, après la mort, après la crémation, eh bien… après sept jours, on va à nouveau quérir les moines! On fait une offrande de nourriture au défunt. Pendant quarante-neuf jours, on donne des offrandes de nourriture au défunt! Parvenu au terme de ces quarante-neuf jours, quand les prêtres ont accompli tous les rituels prescrits, quand le temps est venu de mettre fin aux rituels funéraires, toi qui es mort, tu quittes définitivement la demeure! Moi, personne vivante, je suis désormais seule! Le lien est désormais rompu avec les vivants! On pouvait se séparer, le décès était désormais consommé! Une ligne claire était maintenant tracée entre les morts et les vivants! Quarante-neuf jours après le décès, on sépare les vivants et les morts! Le défunt s'en va de son côté! Les vivants, ils peuvent désormais dire: "Ma mère est morte!" Voilà ce qu'on racontait! On dit que si on ne procède pas ainsi, le quarante-neuvième jour, le défunt revient et s'installe à califourchon sur le seuil de la maison! Il ne suit pas l'itinéraire qu'il devrait, vers sa vie future! Quant à savoir si c'est vrai ou pas, on ne sait pas, n'est-ce pas! Les Na, autrefois, c'est ce qu'ils racontaient! Que le défunt s'installait à califourchon sur le seuil! Alors, pendant cette période-là (=avant que quarante-neuf jours aient passé), quand on amène des brassées de bois pour le feu dans la maison, il ne faut pas les balancer par terre dans l'entrée (ɬi˩ʈɯ˩mæ˥), vlan! Sinon ça pourrait déranger un esprit pas encore parti de la maison, qui se trouve perché à califourchon sur le seuil. Autrefois, les vieux, voilà ce qu'ils disaient: "Quand vous déposez le bois, il faut y aller délicatement!" Jusqu'au quarante-neuvième, il faut être prudent, à ce qu’on disait! Après que quarante-neuf jours se soient écoulés, chacun s'en va sur sa propre voie! Moi, les décès… j’en ai connu combien: quatre? Ma mère; ma grand-mère; mes trois oncles! En tout ça fait cinq; non, en fait, ça fait six: ma grand’mère avait six enfants, et maintenant, il n'en reste plus qu'un! (Note: il s'agit d'une tante, cadette de la mère de la locutrice) Les oncles, eh bien, ils sont morts tous les quatre! Dans la famille, il y avait deux filles et quatre garçons, hein! Et il ne reste qu'une fille… qu’une de mes tantes! Parmi les hommes, il y en avait un, à cette époque, je ne le connaissais pas encore bien. La dernière année de la guerre, il avait dû partir comme soldat; comme membre de la milice! on l'a mis dans une tombe provisoire, à Ninglang… Parti dans la milice, il combattait les bandits! Et il y est mort. Les trois autres oncles, ils sont morts à la maison, et j’ai assisté à leurs funérailles. Les gens du village, on les invite tous. Une partie importante de la cérémonie, c'est qu'on partage le cochon-conservé-entier (viande pipa)! Chez les Na, le cochon-conservé-entier, c'est quelque chose d'important! Tu as vu ceux qu'il y a chez moi? Cette sorte de nourriture, le cochon-conservé-entier, qu'est-ce qu'il y en avait, dans le garde-manger de chaque maisonnée! A l'occasion d'un décès, chacun en recevait une tranche, l'un après l'autre; voilà comment on le partageait! On faisait venir des moines; pour un moine important, on donnait un gros morceau, comme ça, à chaque repas! Au repas suivant, à nouveau, à nouveau, on lui donnait un bon morceau de viande! Il fallait tout un cochon-conservé-entier (=toute une pièce de cochon-pipa) rien que pour les dons aux moines! (Note: on se montrait très généreux envers les moines; eux ne demandaient rien directement: qu'on leur donne peu ou beaucoup, ils remerciaient solennellement, de même manière.) On découpait le cochon-pipa dans des vanneries d'un mètre de diamètre environ; on servait à chacun un morceau; voilà comment on répartissait! Désormais, on dit qu'il ne faut plus en faire, de cette sorte de cochon-conservé-entier! Il y a eu du gaspillage: dans certaines familles, le cochon-conservé-entier n'a pas été consommé, année après année. Tout le village s’est réuni pour en discuter, et il a été décidé qu’on ne partagerait plus le cochon-conservé-entier lors des grandes occasions! (Explication: il a été décidé collectivement par le village d'abolir la coutume d'offrir des pièces de cochon-conservé-entier lors des grandes occasions; chaque famille demeure libre d'en confectionner pour sa consommation, pour les invités… mais cette préparation n'est plus une composante obligatoire des cadeaux qu'on offre lors des grandes occasions.) Ma grand-mère et ma mère, après leur mort, on avait encore partagé du cochon-conservé-entier! Cela fait moins de dix ans! …Oh, ça doit tout de même faire dix ans! Il y a une dizaine d’années, on partageait encore; maintenant, on n'en fait plus cadeau qu'aux moines! Les moines, nous autres, quand quelqu'un meurt, on en fait venir vingt, ou quinze, ou dix-huit, ou dix, ou sept. Sept moines, ce n'était pas trop difficile à trouver! Si on ne parvenait pas à en faire venir vingt, toi, les sept, de quelque façon que tu t'y prennes, tu parvenais bien à les trouver! On disait qu'ils formaient "une classe"! On disait que c'était comme une classe toute entière qui venait provisoirement chez le défunt [les moines formaient un groupe, psalmodiaient à l'unisson, etc.] "Une classe" (emprunt tibétain), pour le dire à la façon d'aujourd'hui, nous deux, on dirait que c'était comme "une classe d'école" (emprunt chinois), n'est-ce pas! Ma grand-mère, elle allait chercher tre… vingt moines! Ces vingt-là, on leur donnait de fortes sommes d’argent. A un moine important, on donne mille yuan; cinq cent yuan pour un moins important; trois cent yuan pour quelqu'un d'un peu moins important! On donnait à chacun des moines une rétribution en fonction de son rang! Sept… trois… dix… vingt… quinze… Voilà comment on ajustait la rétribution en fonction du rang du moine! (Explication: le décompte des cadeaux et des sommes d'argent se faisait d'après le rang, en arrondissant à des nombres symboliques tels que 3, 7, 10, 15, 20.) Untel, un moine important, on lui donne vingt [unités de tel ou tel cadeau: galette…]; après ça, on passe à quinze, pour quelqu'un d'un peu moins important! (Explication: on donne dans l'ordre, en commençant par les plus importants; tous les moines sont assis dans la pièce principale lors de cette distribution.) Quand quelqu'un a obtenu les quinze, on passe à dix! Après les dix, on passe à sept! Après les sept, on passe à trois! Par exemple, la viande, on la donne trois livres par trois livres. L’argent, on le distribue trois yuan par trois yuan. De la sorte, on recrute vingt moines! Les moines, il y en a qui ne viennent pas à la maison; si toi tu n’as pas le temps, tu dis les rituels chez toi, au monastère! On apporte aussi une part des offrandes à ceux des moines qui ne viennent pas à la maison. A chaque repas, une tranche de viande! On partage aussi les galettes! Moi, quand je veille un défunt, dans ma famille, c'est l'aîné qui veille le défunt, n'est-ce pas! Il ne faut pas avoir de gestes violents! Aujourd'hui on parle de 'sucreries' (emprunt chinois); autrefois on appelait ça 'du sucre'! On parle de 'sucre en poudre'! de 'sucre roux'! Le sucre, on en donne un morceau à chacun des moines! Deux galettes de riz! Une galette de thé! L'argent, il ne faut pas lésiner, ce soir-là! (Note: Ces dons sont une bonne action; il ne faut pas regretter les grandes dépenses que cela représente.) Le soir, les moines disent des rituels; ils se tiennent assis; ils récitent des rituels, encore et encore. Lorsque le moment est propice, quelqu'un du village lance: "Allez! C'est untel qui va distribuer les galettes! C'est ʈæ˧ʂɯ˧-ɬɑ˩mv̩˩ qui va distribuer les galettes!" Ou encore: "C'est tsʰɯ˧ɻ̍˧-ɬɑ˩mv̩˩ qui va distribuer les galettes!" La personne qui commandite l'enterrement ne regarde pas à la dépense! Désormais, on distribue des bonbons! Autrefois, c'était des pains de sucre! Si les moines sont nombreux, on achète deux ou trois gros paquets de bonbons, qu’on dispose sur une assiette. Chacun en prend une poignée. Les galettes de riz, qu'on a compressées au mortier, on en donne trois! A tel autre, on en donne quatre: toute une assiette pleine de galettes! On distribue les galettes quatre par quatre. Si on fait venir dix moines, on distribue quarante galettes. Si c'est chez nous qu'a eu lieu le décès, c'est quelqu'un d'une autre famille qui fait la distribution. Quand c'est ma famille qui était appelée à jouer ce rôle, c'est moi qui distribuais, n'est-ce pas! A l’occasion suivante, les gens me rendent la pareille, en venant organiser la cérémonie chez moi! (Explication d'un principe de réciprocité par lequel on rend la pareille à quelqu'un qui a joué les maîtres de cérémonie lors d'un décès chez soi.) Dans le village, quand quelqu'un meurt, c'est moi qu'on charge de distribuer la nourriture, dans une autre maisonnée. Quand un ami de la famille vient pour jouer le rôle de maître de cérémonie, voilà comment il partage! On se dit: "Eeeh! Eux, ils ont eu un décès; l’autre fois, c’est eux qui sont venus partager les galettes (=jouer le rôle de maître de cérémonie) chez nous! Alors maintenant c’est notre tour d'aller partager les galettes chez eux / d'aller jouer le rôle de maître de cérémonie chez eux!" Les galettes, on en prépare (littéralement "on en tasse") pendant trois ou quatre jours, quand quelqu'un est mort! Par chez nous, on dit que "les Chinois, quand quelqu'un meurt chez eux, ils s'enrichissent!" Tandis que "les Na, quand quelqu'un meurt chez eux, ils s'apauvrissent!" C'est que nous, quand il y a un décès, on épuise toutes les provisions de la maison, tant on dépense pour nourrir les invités et rétribuer les moines! On est très généreux envers les moines! On donne aussi de la nourriture en abondance aux gens des villages environnants! Les invités, il en vient en très grand nombre, portant la boîte à cadeau! Ils viennent! Eux aussi font preuve de générosité: ils amènent du vin, de l'argent, des galettes… En retour, les hôtes mettent dans leur boîte à cadeau divers des cadeaux, tels que du thé, du tabac, une tranche de cochon-conservé-entier… Voilà comment on met en retour des cadeaux dans leur boîte à cadeaux! C'est comme ça chez les Na, selon la tradition! Quant aux Chinois, même s'ils amènent la boîte à cadeaux, quand on la renverse, on n’y trouve pas grand’chose! (Explication: le geste de renverser la boîte à cadeaux est fait par la maîtresse de maison: parvenu chez la personne à qui on offre les cadeaux, on dépose cérémonieusement la boîte devant la maîtresse de maison, qui la renverse, met en évidence les cadeaux qui ont été apportés, puis met en retour d'autres cadeaux dans la boîte avant de la rendre au visiteur.) Chez les Na, si tu te maries, c'est pareil: il y a un grand échange de cadeaux! Les invités viennent en portant la boîte à cadeaux, et les hôtes achètent toutes sortes de bonnes choses pour les festivités: des biscuits, des bonbons aux fruits, des cigarettes, du thé… Certains mettent des biscuits dans la boîte à cadeaux, à la place des galettes. Autrefois, vrai de vrai, si quelqu'un (littéralement "si lui/elle") amenait une boîte à cadeaux pleine de galettes, on lui en rendait quelques-unes au moment où il s'en retournait! C'était ça la coutume! Quand des invités venaient de loin, la boîte à cadeaux, ils y mettaient un yuan d'argent, en plus du reste. Les Na, quand il y a un décès, c'est un événement important pour toute la communauté! On montre les plus grandes attentions pour le défunt! Les Na, ils épuisent toutes leurs provisions dans la célébration funèbre! Il faut tout achever, des provisions laissées par le défunt. Les parents ont élevé leurs enfants; ils ont constitué des provisions, les ont données aux enfants; lors de leur mort, les enfants, pour leurs parents, ils dépensent tout! On dit que les parents peuvent emmener avec eux, après la mort, toutes les bonnes choses que leurs enfants ont distribuées pendant les cérémonies funéraires. C’est ce qu’on dit; quant à savoir si c'est vrai, on ne sait pas! La personne, elle est morte et c’est fini, hein! Mais enfin, autrefois, voilà, il y avait des coutumes comme ça. Quand tout est fini, on dit qu'il ne faut pas garder sur le cœur le décès des parents. [Note au sujet des choix de traduction: le temps n’est pas indiqué en na; en traduction, le passage entre présent et passé vise à refléter le va-et-vient, dans le récit de la narratrice, entre un mode narratif au passé (« Autrefois, … ») et une formulation au présent de ces us et coutumes, toujours d’actualité à ses yeux. Sa propre mort n’est pas tabou à ses yeux, et elle en parle de temps à autres lors des conversations; elle espère que les traditions seront suivies à cette occasion.]
(汉语翻译待写:只开始翻译前面一段) 从前,当有人死了的时候,这是全村的大事情。如果是在晚上去世的话,要到第二天早上去找和尚。和尚到了以后,我们就通知全村人。这天早上,儿子们就去各家磕头报丧(他们)说:“我母亲不在了!”(他们)这样磕头。在村子里,如果有三十家,就要这么做三十次!有四十家,也得这么做!要去各家磕头!要去各家磕头!村子里的每一家都出一个人来帮忙!一家一人!大家都来的那天,也把和尚请来念经!念完了经,就开始装殓!我们把这叫做“做准备”!村子里有年轻男人知道怎么做这个事情。他知道怎么包裹身体。也知道怎么清洗。如果死者是个女人,就由男人来给她梳洗。我们那边,如果死者是个女人,就由男人来给她洗。不像汉族的习惯,不能由女人来装殓女人。是一个年轻男人来装殓。梳头发。洗身体。摩梭人在家里有一个地方叫 /ɬi˩ʈɯ˩mæ˥/,在对着门的房间正中央。这个地方,用来停放尸体的,也是在这儿清洗尸体。清洗完了以后,把尸体放在火塘侧边:/gɤ˧qo˥/。放去世的人的地方,我们摩梭人称作“火塘上”:/gɤ˧qo˥/!放去世的人的地方,就是“火塘上”:/gɤ˧qo˥/!人死之后,就要先洗,是在火塘下面洗的(在对着房门正中央的地方:/ɬi˩ʈɯ˩mæ˥/)。洗好了,就会来一个年轻男人,懂得怎么做的人!他知道怎么把腿蜷起来,把胳膊绑起来。他指挥别人和他一起做。由四个男人一起把尸体缠绑好。他们用麻布来绑。家里存有专门用来绑尸体的麻布。需要十二庹布!按照传统,需要十二庹布来绑尸体。用十二庹布来绑尸体。布只有一拃宽。只有这么宽,而且还要撕成两半!撕成两半,把布在手上卷成一团,然后开始绑!绑完了,放好,让她坐着。不是像汉族一样,让身体平躺着!拿很白的布,缝一个大口袋!然后把尸体放在口袋里,扎紧袋口。现在要放在“独帕”里面了,不是嘛!摩梭人有一间房间叫“独帕”,专门用来暂存尸体!人死了以后,我们把她叫做“尸体”!‘独帕’(存粮食的地方),就是停尸房。在‘独帕’(存粮食的地方)里面挖一个坑,把尸体放在里面。然后上面盖一口大锅,再放一个大背篓。任何东西都不能掉进去!苍蝇一定不能进去!猫不能去里面走动!之前,我们点上油灯。尸体停放在家里十五天,油灯一直不断地点着。一直不断地点着!一天上贡三顿,早上起来煮茶,早上起来煮茶,上贡,跟死者说:“要不要品一点茶?”我们对死者说话。我们上贡食物,给他吃。也上贡午饭!上贡午饭,又说:“尝尝味道吧!”这样,一天三次!上贡三顿!从前,在服丧期间,每吃一顿饭,都哭一次,父母去世以后!父母去世以后,给死者上贡的时候,我们要哭丧!上贡以后,我们说一句:“阿妈,吃饭吧!喝茶吧!”这样说着,哭着。一天哭三次。在家停尸十五天。停尸十五天,哭十五天!大家来点油灯!如果村子里有四十户人家,就有四十户人家来点油灯!他们拿着一团鸡蛋面团、一碗杂粮、一斤油。从前就是拿这些礼物来。把这些礼物放在死者前面。食物是这样子的,确确实实地:满满一大碗。我们摩梭人,有人来家里的时候,不能给客人只吃一勺饭!给去世的人贡饭,要一勺就把碗盛满。要给他一碗饭嘛!给活着的人,就不能只给一勺(要有所区分),饭要两勺两勺地给。先盛一勺,再添一勺。人家说:“要盛两勺!”对去世的人,只盛一次!活着的人,吃的东西,要盛两勺!盛一碗饭,要盛两勺!先盛一小块,再盛一大块!从前,摩梭人就是这样的习俗!上辈女人会这样批评不懂规矩的年轻人:“你怎么这么盛饭?”“饭要给两勺!不能只给一勺!”“死人才只给一勺呢!”老人会这样教训。 不知情的人,他们长辈就会这么告诫他。一碗汤、一碗米,一天三次:是这样上贡饭的。家人哭着!每次煮茶,要给死者上贡。说:“品品茶吧!”油灯要一直点着!不仅是村子里的人,还有各方来的亲朋好友都来点灯!如果村子里有四十家,那四十家都点灯以外,还有更远的地方的人:咱们是在gæ˧ɻæ˩、lɑ˧ŋwɤ˧、qʰæ˧tɕʰi˧那些村子都有亲戚!咱们两个是有朋友的!亲戚,那些,也都来!过去,客人是一村一村地来。给那些来点灯的客人呢……人家烤饼,带过来!他们这样切一片琵琶肉(当礼物,给办丧礼的那一家)!在礼物盒子里……要带礼物盒!(那些礼物:饼、肉……都)放在礼物盒里!我们(将这种礼物)称作“点灯的肉片”!以前,(我们)切一片肉,叫做“点灯的肉片”!我们(在礼物盒里)放一片肉!人家来点灯的话,(他们先)烤饼、带过来!(主人将收到的礼物)这样存起来!然后,对尸体说:“嗯!他们是来点灯的,是来看你的!”每来一个人,(去世的人的家人)哭一次!摩梭人是这样做的! (汉语翻译待写) …… (家人)说:“请帮忙!要送终我们的母亲!”连住在附近村子里的人(而非本村的人)都来!客人招待到家里。 (汉语翻译待写) …… 一整块猪膘肉才够和尚吃! …… (汉语翻译待写)
S1 stop écouter
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ə˩-gi˩! | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥, | njæ˧sɯ˩kv̩˩-ɳɯ˩, | hĩ˧ ʂɯ˧; | hĩ˧ ʂɯ˧, | hĩ˧ dzi˥-pi˩-hĩ˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | zo˩no˥, əəə… | ʁwɤ˧-qo˧, | ə˩-gi˩! |

Dans le temps, n'est-ce pas! Les gens, les Na, nous autres, on avait un décès (littéralement "une personne mourait"); [quand] quelqu'un mourait, [que] les gens se rassemblaient, eh bien… [c'est quelque chose qui concernait tout] le village, n'est-ce pas!

从前,当有人死了的时候,这是全村的大事情。


NOTE : hĩ˧ dzi˥: les gens se rassemblent
S2 stop écouter
ʁwɤ˧-qo˧-ʈʂʰɯ˧ | tʰi˩˥, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | no˧=ɻ̍˩ | hĩ˧ mo˥-hĩ˩ | ɖɯ˧-v̩˧ ʂɯ˧-ze˧ | pi˧, | tʰi˩˥, | tsʰo˧qʰwɤ˩ | le˧-ʂɯ˧, | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | mv̩˩sɯ˧-njɤ˧-ki˥, | <tsʰo˧qʰwɤ˩-dʑo˩ | tʰi˩˥,> | mmm… ʈæ˧bɤ˧ | le˧-ʁɑ˥-ʂe˩.

Dans le village, eh bien, les gens… si une personne âgée était morte par chez vous, si elle était morte le soir, c'était le lendemain matin… <ce soir…> qu'on allait quérir les moines.

如果是在晚上去世的话,要到第二天早上去找和尚。


NOTE : note: on va d'abord quérir les moines du monastère; ensuite seulement le prêtre /dɑ˧pɤ˧/.
S3 stop écouter
əəə… ʈæ˧bɤ˧ | le˧-ʁɑ˥-ʂe˩, | tʰi˧-dzi˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʁwɤ˧-qo˧, | zo˩no˥, | dzi˧~dzi˩ | fv̩˩bi˩˥, | pi˧-hĩ˧-dʑo˩, | ʁwɤ˧-qo˧ pi˧-ɲi˥-mæ˩! |

On allait chercher les moines; une fois qu'ils étaient assis (=qu'ils étaient arrivés à la maison), eh bien, dans le village… eh bien, quand on parle des "alentours", ça désigne le village [tout entier]!

和尚到了以后,我们就通知全村人。


NOTE : Un point que la locutrice complète lors de la transcription: après avoir fait venir 2 moines, après le premier rituel, tous les membres de la famille se prosternent.
NOTE : /| tʰi˧-dzi˩-dʑo˩ | tʰi˩˥/: phonétiquement: pas très clair; mais est bien vérifié: est le verbe /dzi˩/ 's'asseoir'
S4 stop écouter
tʰi˩˥, | dzi˧~dzi˩ | fv̩˩bi˩˥, | pi˧-hĩ˧, | ʁwɤ˧-qo˧ pi˧-hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | tʰv̩˧-so˩-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧ | zo˧mv̩˥, | əəə… zo˧mv̩˥-ɳɯ˩, | zo˧-ɳɯ˩, | zo˧ dʑo˧-hĩ˥-dʑo˩, | zo˧-ɳɯ˩, | ɖɯ˧-ʑi˩~ɖɯ˩-ʑi˩, | ɑ˩ʁo˧ | ɬo˧pv̩˥ ti˩! |

Alors, tous les gens des environs, tout le village, ce matin-là, les enfants [du défunt]… les fils [du défunt], [ils vont voir] famille après famille, ils se prosternent chez eux!

这天早上,儿子们就去各家磕头报丧

S5 stop écouter
"ʁɑ˩mi˧! | njɤ˧ | ə˧mi˧ tʰi˧-mɤ˧-dʑo˩-ze˩!" | əəə… pi˧. |

[Ils] disent: "Hélas! Ma mère n'est plus!"

(他们)说:“我母亲不在了!”

S6 stop écouter
əəə… ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɬo˧pv̩˥ ti˩. |

Voilà comment ils se prosternent.

(他们)这样磕头。

S7 stop écouter
tʰi˩˥, ə… | ŋwæ˧qʰv̩˧ tsʰe˧ɲi˧-ʑi˩ F ho˩, | <ŋ…> ŋwæ˧qʰv̩˧ ɲi˧tsi˧-ʑi˩-dʑo˩ F | ho˩˥! | ʁwɤ˧ ɖɯ˧-ʁwɤ˧, | so˧tsʰi˧-ʑi˩ F ho˩! | ʐv̩˧tsʰi˧-ʑi˩ F ho˩! | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-ʁwɤ˧ F | le˧-gwɤ˩. | ɬo˧pv̩˥ ti˩-kv̩˩-mæ˩! |

S'il y a douze famille de Alawa qui viennent [aider], ça va; s'il y a vingt familles de Alawa qui viennent, ça va [aussi]! Dans un village, s'il y a trente familles [qui répondent présentes], ça va! S'il y en a quarante, ça va [aussi]! Ils font ainsi tout le tour du village. Ils se prosternent!

在村子里,如果有三十家,就要这么做三十次!有四十家,也得这么做!要去各家磕头!


NOTE : /ŋwæ˧qʰv̩˧ tsʰe˧ɲi˧-ʑi˩/, 'les douze familles de Alawa': expression dont on désignait autrefois les gens du village de Alawa, du temps où le nombre de familles était passé de sept à douze par l'arrivée de nouveaux venus.
S8 stop écouter
tʰi˩˥, | ɬo˧pv̩˥ | le˧-ti˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | tʰi˩˥, | ɖɯ˧-ʑi˩~ɖɯ˩-ʑi˩-ki˩ | ɬo˧pv̩˥ | le˧-ti˩-bi˩. |

Ils se prosternent; ils vont se prosterner auprès d'une famille après l'autre!

要去各家磕头!


NOTE : d'abord noté /‡le˧-ti˩, | ʈʂʰɯ˧-dʑo˧/
NOTE : mi˩zɯ˩-ɳɯ˥, | hɑ˧-gv̩˥-qɑ˩: les jeunes femmes donnent un coup de main pour la cuisine (après un décès) 帮助做饭、帮忙做饭
S9 stop écouter
le˧-ti˩-bi˩-se˩ | | tʰi˩˥, | ɖɯ˧-ʑi˩-ɳɯ˩, | hĩ˧ | ɖɯ˧-v̩˧ jo˧-kv̩˧˥ | -mæ˩! |

Quand il s'est ainsi prosterné, il vient une personne de chaque famille [pour prêter main-forte à la famille du défunt]!

村子里的每一家都出一个人来帮忙!

S10 stop écouter
hĩ˧ ɖɯ˧-ʑi˩-ɳɯ˩, | hĩ˧ ɖɯ˧-v̩˧ jo˧! |

Dans une famille, il y a une personne qui vient [aider]!

一家一人!

S11 stop écouter
hĩ˧ ɖɯ˧-v̩˧ jo˧ tʰv̩˧-ɲi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʈæ˧bɤ˧ | le˧-ʁɑ˧ʂe˩, | le˧-ʈʂʰo˥! |

Le jour où les gens viennent aider (littéralement "où une personne [de chaque famille] vient"), on fait venir les moines; ils disent des prières!

大家都来的那天,也把和尚请来念经!


NOTE : d'abord noté /‡le˧-ʈʂʰo˧/
S12 stop écouter
le˧-ʈʂʰo˧-se˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | əəə… hĩ˧-ʈʂʰɯ˧ | əəə… le˧-gv̩˧~gv̩˥! |

Quand ils ont fini de dire les prières, la personne (=le corps), euh… on le prépare [pour l'enterrement]!

念完了经,就开始装殓!

S13 stop écouter
mmm… “le˧-gv̩˧~gv̩˥” pi˩-kv̩˩-mæ˩, | nɑ˩-ʐwɤ˥-dʑo˩! | le˧-gv̩˧~gv̩˥ F-dʑo˩ | tʰi˩˥, |

on appelle ça "faire les préparatifs", en na! Quand on fait les préparatifs,

我们把这叫做“做准备”!

S14 stop écouter
əəə… zo˩no˥, | <gv… zo˩no˥, > gv̩˩-kv̩˩-hĩ˥-ʈʂʰɯ˩, | zo˩no˥, | hĩ˧ | ʁwɤ˧-qo˧-pʰæ˧tɕi˥-tʰv̩˩, | zo˩no˥, | sɯ˧-hĩ˧ | ɖɯ˧-v̩˧ dʑo˩-kv̩˩-mæ˩! |

eh bien… les gens qui savent y faire, eh bien, [parmi] les jeunes gens du village, il s'en trouve un qui sait y faire!

村子里有年轻男人知道怎么做这个事情。


NOTE : /ɖɯ˧-v̩˧ dʑo˩-kv̩˩-mæ˩/: tons vérifiés
NOTE : d'abord noté /hĩ˧ | ʁwɤ˧-qo˧-pʰæ˧tɕi˥-ʈʂʰɯ˩/
S15 stop écouter
qʰɑ˩ne˩˥ | hĩ˧… | tsɯ˧-tso˧-ɲi˥! |

[Cet homme-là sait] comment il faut… attacher la personne (=le cadavre)!

他知道怎么包裹身体。

S16 stop écouter
qʰɑ˩ne˩˥ | hĩ˧ | ʈʂʰæ˧-tso˧-ɲi˥! | le˧-ʈʂʰæ˧~ʈʂʰæ˧! |

Comment il faut laver la personne (=le cadavre)! On la lave!

也知道怎么清洗。

S17 stop écouter
mi˩zɯ˩ ɲi˥-hĩ˩-pi˩, | le˧-ʈʂʰæ˧~ʈʂʰæ˧! | ʁo˧qʰwɤ˩ | le˧-pv̩˩! |

Si c'est une femme, [c'est ce jeune homme habile qui] la lavait! Il coiffait sa chevelure!

如果死者是个女人,就由男人来给她梳洗。

S18 stop écouter
ʁɑ˩ʂɯ˧ | njæ˧sɯ˩kv̩˩ | mi˩zɯ˩=ɻæ˥, | zo˩no˥, | zo˧-ɳɯ˩ | ʈʂʰæ˧~ʈʂʰæ˧-kv̩˩. |

C'est que nous autres, les femmes[, lorsqu'elles décédaient], c'était un homme qui procédait à leur toilette [mortuaire].

我们那边,如果死者是个女人,就由男人来给她洗。


NOTE : /ʈʂʰæ˧~ʈʂʰæ˧-kv̩˩/: tons vérifiés
S19 stop écouter
hæ˧-ni˩-zo˩, | ə… mi˩zɯ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | mi˩zɯ˩-ɳɯ˥ | gv̩˧~gv̩˥ mɤ˩-kv̩˩! |

Comme chez les Chinois, euh… [à la différence des coutumes chinoises,] quand c'est une femme [qui est décédée], ça ne peut pas être une femme qui s'en occupe! (=ça ne peut pas être une femme qui s'occupe de ces préparatifs pour une autre femme)

不像汉族的习惯,不能由女人来装殓女人。

S20 stop écouter
mmm… pʰæ˧tɕi˥-ɳɯ˩ | gv̩˩-kv̩˩˥! |

C'est un jeune homme qui s'en occupe!

是一个年轻男人来装殓。

S21 stop écouter
mmm… ʁo˧qʰwɤ˩ | le˧-pv̩˩-kʰɯ˩. |

On coiffe sa chevelure.

梳头发。

S22 stop écouter
əəə… gv̩˧dv̩˧-gv̩˧mi˧ | le˧-ʈʂʰæ˧! |

On lave son corps!

洗身体。

S23 stop écouter
zo˩no˥, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥, | ɑ˩ʁo˧ | ɬi˩ʈɯ˩mæ˥-pi˩, | kʰi˧bɤ˧ | gɤ˩-ʁɑ˧-lɑ˧ | ɖɯ˧-kʰwɤ˧ tʰi˧-di˥-mɤ˩-di˩, | ə˩-gi˩! |

Chez les Na, dans la maison, il y a un endroit qu'on appelle /ɬi˩ʈɯ˩mæ˥/, derrière le seuil, n'est-ce pas! (Note: il s'agit de la partie de la pièce principale qui se trouve entre la porte et le foyer; c'est un espace où le sol n'est pas recouvert par un plancher, à la différence du foyer, lequel est surélevé par rapport au sol.)

摩梭人在家里有一个地方叫 /ɬi˩ʈɯ˩mæ˥/,在对着门的房间正中央。

S24 stop écouter
ʈʂʰɯ˧-kʰwɤ˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧ | le˧-mo˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | hĩ˧ | le˧-ʂɯ˧-kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩, | tʰi˩˥, | tʰv̩˧-qo˧-ɳɯ˧ | tʰi˧-ʑi˧-kʰɯ˥-zo˩, | ʈʂʰæ˧~ʈʂʰæ˧-kv̩˩-mæ˩! | tʰv̩˧-qo˧-ɳɯ˧ | le˧-ʈʂʰæ˧~ʈʂʰæ˧, | gɤ˧qo˥ ʑi˩-kʰɯ˩. |

Cet endroit-là, quand quelqu'un a trépassé, que quelqu'un est mort, c'est là qu'on l'allonge, qu'on le lave! On le couche dans la partie haute du foyer. (Note: à côté du foyer, du côté réservé aux hommes, il y a un banc, qui peut également servir de lit. C'est là qu'on couche le cadavre, dans un premier temps. Ce banc se trouve précisément à côté de la porte qui conduit vers le grenier, où le corps sera ensuite provisoirement enterré: voir ci-dessous.)

这个地方,用来停放尸体的,也是在这儿清洗尸体。清洗完了以后,把尸体放在火塘侧边:/gɤ˧qo˥/。


NOTE : tons de /ʈʂʰæ˧~ʈʂʰæ˧-kv̩˩-mæ˩/ vérifiés.
NOTE : On pourrait également dire: /gɤ˧qo˥ | tʰi˧-ʑi˧-kʰɯ˥/. Phonétiquement: ressemble à quelque chose comme /‡ʐɯ˩-ʑi˩-kʰɯ/.
S25 stop écouter
hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | hĩ˧ mo˥-hĩ˩-ʈʂʰɯ˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | gɤ˧qo˥ | pi˧-zo˩! |

La personne… le défunt, [chez] les Na, [l'endroit où on le couche,] on appelle ça "la partie haute du foyer", /gɤ˧qo˥/!

放去世的人的地方,我们摩梭人称作“火塘上”:/gɤ˧qo˥/!

S26 stop écouter
gɤ˧qo˥ F -ɳɯ˩ | ʂɯ˧-kʰɯ˧-zo˧-kv̩˩-mæ˩! | gɤ˧qo˥ F ʂɯ˩-kʰɯ˩! |

C'est dans la partie de la pièce principale qu'on appelle /gɤ˧qo˥/ qu'il faut mettre le mort! C'est dans /gɤ˧qo˥/ qu'on met le mort!

放去世的人的地方,就是“火塘上”:/gɤ˧qo˥/!


NOTE : tons vérifiés: /ʂɯ˧-kʰɯ˧-zo˧-kv̩˩-mæ˩/
S27 stop écouter
tʰi˩˥, | le˧-ʂɯ˧-kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩ | tʰi˩˥, | le˧-ʈʂʰæ˧~ʈʂʰæ˧! | ɬi˩ʈɯ˩mæ˥-ɳɯ˩ | le˧-ʈʂʰæ˧~ʈʂʰæ˧! |

Alors… quand quelqu'un est mort, on fait sa toilette! On le lave en contrebas du foyer!

人死之后,就要先洗,是在火塘下面洗的(在对着房门正中央的地方:/ɬi˩ʈɯ˩mæ˥/)。

S28 stop écouter
le˧-ʈʂʰæ˧~ʈʂʰæ˧-se˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧ F… | ə˧v̩˧˥… | zo˩no˥… | ə˧v̩˧˥ | pʰæ˧tɕi˥ | ɖɯ˧-v̩˧ dʑo˧, | qʰɑ˩ne˩˥ | gv̩˩-kv̩˩-hĩ˥, | tʰv̩˧ sɯ˧-ɲi˥-mæ˩! |

Quand on l'a lavé, il y a une personne… il y a un jeune oncle (=une personne de la génération qui a déjà des enfants), quelqu'un qui sait bien y faire, qui connaît [la façon de procéder pour attacher le corps]!

洗好了,就会来一个年轻男人,懂得怎么做的人!

S29 stop écouter
kʰɯ˧tsʰɤ˧˥ | qʰɑ˩ne˩˥ | gɤ˩tɕo˧ tsɯ˧-kv̩˩; | lo˩qʰwɤ˥ | qʰɑ˩ne˩˥ | tsɯ˧-kv̩˩; | õ! ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥, | ʈʂʰɯ˧ | tʰi˩˥, | <le˧-… əəə…> tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩ | le˧-so˩! |

[Il sait] comment on attache les jambes en les relevant; comment on attache les bras; eh! C'est ainsi que celui-là (=la personne qui sait comment faire) l'explique aux autres! (Explication: quatre personnes s'attelaient ensemble à cette tâche; l'un d'eux devait s'y connaître; les trois autres apprenaient à cette occasion.)

他知道怎么把腿蜷起来,把胳膊绑起来。他指挥别人和他一起做。

S30 stop écouter
ʐv̩˩-kv̩˩˥! | pʰæ˧tɕi˥zo˩ | ʐv̩˩-kv̩˩-ɳɯ˥ | tsɯ˧-kv̩˩-mæ˩! |

Ils s'y mettaient à quatre, quatre jeunes gens, pour attacher [le corps]! (Note: les membres étaient attachés, bras croisés contre la poitrine, jambes repliées ramenées elles aussi contre la poitrine, et tête baissée. Une photographie est publiée dans: 詹承绪, 王承权, 李近春 et 刘龙初. 1980. 永宁纳西族的阿注婚姻和母系家庭. 上海: 上海人民出版社, page 269. Ce livre contient une description des rites funéraires, pp. 268-274.)

由四个男人一起把尸体缠绑好。

S31 stop écouter
ʐv̩˩-kv̩˩-ɳɯ˥ | tsɯ˧-kv̩˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | pʰi˧! | zo˩no˥, | pʰi˧-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | tʰi˧-tɕɯ˥!

Quand, tous les quatre, ils attachaient [le corps], les Na, [ils utilisaient] du tissu de lin! Le tissu de lin, on en garde chez soi à cet effet! (littéralement: "on en range/on en conserve")

他们用麻布来绑。家里存有专门用来绑尸体的麻布。

S32 stop écouter
mmm… tsʰe˧-ɲi˧-ɬi˩! | zo˩no˥! | ɬi˧-qo˧-ɳɯ˧ | le˧-ɬi˩.

[On en prend] douze fois la longueur des bras écartés! C'est avec les deux bras écartés qu'on mesure la quantité dont on a besoin.

需要十二庹布!

S33 stop écouter
tsʰe˧-ɲi˧-ɬi˩-qo˩-ɳɯ˩ | tsɯ˧-zo˧-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!

C'est que selon la tradition, on attache [le corps] dans [une bande de tissu qui fait] douze fois la longueur des deux bras écartés!

按照传统,需要十二庹布来绑尸体。

S34 stop écouter
tʰi˩˥, | tsʰe˧-ɲi˧-ɬi˩-qo˩-ɳɯ˩ | le˧-tsɯ˥-dʑo˩, | zo˩no˥, | pʰi˧-ʈʂʰɯ˥ | ʈʂʰɯ˧-hwɤ˧-lɑ˩ gv̩˩-ɲi˩-mæ˩! |

Quand on l'attache dans [une bande de tissu qui fait] douze fois la longueur des deux bras écartés, eh bien… le tissu de lin, il est seulement large comme ça! (geste: environ 25 centimètres)

用十二庹布来绑尸体。布只有一拃宽。

S35 stop écouter
ʈʂʰɯ˧-hwɤ˧-hĩ˧ | tʰi˩˥, | ɲi˧-gi˧ F | le˧-ɖʐɤ˧˥! |

Il est large comme ça; on le déchire en deux moitiés! / Il est juste large comme ça; et on le déchire encore en deux moitiés (=on obtient une longue bandelette large d'une douzaine de centimètres)

只有这么宽,而且还要撕成两半!

S36 stop écouter
ɲi˧-gi˧ F | le˧-ɖʐɤ˧˥, | le˧-dʑɯ˩! | tʰi˩˥, | le˧-tsɯ˥! |

On le déchire en deux moitiés; et on le roule dans ses mains/ on le tord (pour faire comme une corde)! Ensuite, on attache [le corps]!

撕成两半,把布在手上卷成一团,然后开始绑!

S37 stop écouter
le˧-tsɯ˧~tsɯ˧-se˥, | tʰi˩˥, | le˧-tsɯ˥, | ɖɯ˧-ʈv̩˩ | le˧-tsɯ˥, | tʰi˧-dzi˩-kʰɯ˩. |

Quand on a fini de l'attacher, on le met en place; on l'attache en un bloc; on l'assied.

绑完了,放好,让她坐着。

S38 stop écouter
hæ˧-ni˩ | tʰi˧-ʑi˧-mɤ˥-kv̩˩-mæ˩! | tʰi˧-dzi˩-kʰɯ˩! |

On ne l'allonge pas, comme les Chinois! On l'assied!

不是像汉族一样,让身体平躺着!


NOTE : /tʰi˧-ʑi˧-mɤ˥-kv̩˩-mæ˩/: tons vérifiés
S39 stop écouter
tʰi˩˥, | əəə… ʂe˧ʈʂe˩ | pʰv̩˩-hĩ˩-tʰv̩˩-ʁo˥! | pʰv̩˩tɕæ˩ɻæ˥-tʰv̩˩, | zo˩no˥, | əəə… ni˧fv̩˥ F | ɖɯ˧-ɭɯ˧ ʐv̩˧˥! |

[On prend] du tissu de coton blanc, bien blanc; et alors, euh… on coud un grand sac!

拿很白的布,缝一个大口袋!


NOTE : /pʰv̩˩-hĩ˩-tʰv̩˩-ʁo˥/: tons vérifiés, n'est pas /‡…ʁo˩˥/
S40 stop écouter
tʰi˩˥, | tʰv̩˧qo˧ kʰɯ˧˥! | tʰi˩˥, | le˧-tsɯ˧~tsɯ˧! |

Ensuite, on y met [le corps]! Puis on attache (=on ferme le sac)!

然后把尸体放在口袋里,扎紧袋口。

S41 stop écouter
tʰi˩˥, | dv̩˩pʰæ˧ pi˧-zo˥, | ə˩-gi˩! | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | dv̩˩pʰæ˧ | <-po>[-dʑo˧], hĩ˧mo˩-tɕɯ˩-di˩-ɲi˩! | pi˧. |

Après, on en vient à /dv̩˩pʰæ˧/ (=la pièce où on enterre provisoirement le corps), n'est-ce pas! Les Na, ils ont une pièce: /dv̩˩pʰæ˧/, qui est l'endroit où on met les cadavres!

现在要放在“独帕”里面了,不是嘛!摩梭人有一间房间叫“独帕”,专门用来暂存尸体!

S42 stop écouter
tʰi˩˥, | hĩ˧ le˧-ʂɯ˧-kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩, | hĩ˧mo˩ pi˩-kv̩˩-mæ˩! |

Quand quelqu'un est mort, on parle de [son] "cadavre"/ on le désigne comme "le cadavre"!

人死了以后,我们把她叫做“尸体”!

S43 stop écouter
hĩ˧mo˩-tɕɯ˩-di˩-ɲi˩! | pi˧, | dv̩˩pʰæ˧ tɕɯ˧. |

On dit que c'est l'endroit où on met le cadavre; on le met dans le grenier, /dv̩˩pʰæ˧/ (note: il s'agit d'une pièce attenante au foyer, où était conservée la nourriture).

‘独帕’(存粮食的地方),就是停尸房。


NOTE : /dv̩˩pʰæ˧ tɕɯ˧/: tons vérifiés
S44 stop écouter
tʰi˩˥, | dv̩˩pʰæ˧ tɕɯ˧-se˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | tv̩˧qʰv̩˧ | <tʰv̩˧-ɭɯ˧> [ɖɯ˧-ɭɯ˧] qwæ˧˥, | dv̩˩pʰæ˧ tʰv̩˧qo˧ tʰi˧-tɕɯ˥! |

Ensuite, quand on l'a mis dans la pièce qui sert de grenier, /dv̩˩pʰæ˧/, on creuse une tombe; on place [le corps] là, dans le grenier, /dv̩˩pʰæ˧/!

在‘独帕’(存粮食的地方)里面挖一个坑,把尸体放在里面。

S45 stop écouter
tʰi˧-tɕɯ˥ F-dʑo˩ | tʰi˩˥, | mmm… v̩˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ | tʰi˧-qo˩. | mmm… kʰɤ˧˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ | tʰi˧-qo˩. |

Quand on met [le corps dans la tombe], on prend une grande poële. (littéralement "on range une grande poële") On prend une hotte.

然后上面盖一口大锅,再放一个大背篓。

S46 stop écouter
ɖɯ˧-sɑ˥ F | pv̩˩-tʰɑ˩-kʰɯ˥! | bv̩˧ɻ̍˧ | pv̩˩tʰɑ˩-kʰɯ˥! | õ˧ʈʂwɤ˧ | pv̩˩tʰɑ˩-kʰɯ˥! | hwɤ˧li˥ se˩-tʰɑ˩-kʰɯ˩! |

On ne laisse rien entrer / on prend bien soin de ne rien laisser entrer [dans la tombe]! On ne laisse pas entrer de mouches! On ne laisse pas le chat se promener [dans cette pièce]! (Note: on se garde surtout de laisser entrer des mouches dans la tombe, sinon le corps risque d'être envahi par les vers.)

任何东西都不能掉进去!苍蝇一定不能进去!猫不能去里面走动!

S47 stop écouter
tʰi˩˥, | tʰv̩˧-ʁo˧dɑ˧-dʑo˩, | mɤ˩mv̩˩˥ | tʰi˧-ʈʂv̩˩. |

Mais avant cela, eh bien, on allume des bougies [afin d'éclairer la pièce, pour apporter symboliquement la clarté au défunt].

之前,我们点上油灯。

S48 stop écouter
ĩ˧! | no˧ | ɑ˩ʁo˧ | tsʰe˩ŋwɤ˩-hɑ̃˥ | tʰi˧-tɕɯ˧-bi˧! | mɤ˩mv̩˩˥ | <ɖɯ˧-hɑ̃˧˥…> ɖɯ˧-ɲi˥ F | gɤ˩-tʰɑ˧-kʰɯ˧˥! |

Eh! On te met quinze jours dans la maison [dans cette tombe provisoire]. Les bougies, on en fait brûler toute la journée!

尸体停放在家里十五天,油灯一直不断地点着。


NOTE : vérifié: ici, n'est pas: /ɖɯ˧-njɤ˧/ 'sans arrêt' mais /ɖɯ˧-ɲi˥/
NOTE : /gɤ˩-tʰɑ˧-kʰɯ˧˥/: tons vérifiés
S49 stop écouter
əəə… ɖɯ˧-njɤ˧ | tʰi˧-ʈʂv̩˩! |

On en allume sans cesse!

一直不断地点着!

S50 stop écouter
hɑ˧ | so˧-tɕʰi˧! | mv̩˩sɯ˧njɤ˧-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | li˩ tɕɤ˧-kv̩˥-mæ˩! |

On donne trois repas [par jour au défunt]! Le matin au lever, nous les Na, on prépare du thé (littéralement "on fait bouillir du thé")!

一天上贡三顿,早上起来煮茶,


NOTE : de: /mv̩˩sɯ˧njɤ˧˥/ 'le matin, au lever'
S51 stop écouter
gɤ˩-ʈi˧, | li˩ tɕɤ˧˥ | -kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | əəə… "no˧ | li˩ ʈʂwæ˧˥!" | pi˧, | le˧-ɻwæ˥, | ʈʂʰɯ˧-v̩˧-ki˧!

Quand on s'est levé, qu'on a préparé du thé, on dit [au défunt]: "Veuillez savourer un peu de thé!" (formulation très polie) On s'adresse à elle, à cette personne-là (=à la personne défunte)!

早上起来煮茶,上贡,跟死者说:“要不要品一点茶?”我们对死者说话。

S52 stop écouter
əəə… hɑ˧ | tʰi˧-pæ˩! | tʰi˧-dzɯ˥-kʰɯ˩! |

On [lui] sert un repas! On le fait manger [symboliquement]!

我们上贡食物,给他吃。


NOTE : phonétiquement: ressemble un peu à [‡tʰi˧-dzɯ˧-kʰɯ˥]
S53 stop écouter
ʈʂʰv̩˧ tʰi˧-ki˧! | ʈʂʰv̩˧ dzɯ˧, | wɤ˩˥ | ʈʂʰv̩˧ tʰi˧-ki˧, | tʰi˧-pæ˩. |

[On lui] donne [aussi] un déjeuner! Quand on mange le déjeuner, pareillement (littéralement: "le déjeuner, à nouveau,"), on lui donne à déjeuner; on lui sert [un repas].

也上贡午饭!上贡午饭,

S54 stop écouter
"no˧ | hɑ˧ ʈʂwæ˩!" | pi˧. |

On lui dit: "Savourez cette nourriture!"

又说:“尝尝味道吧!”

S55 stop écouter
tʰv̩˧ne˧-ʝi˥, | <ɖɯ˧…> ɖɯ˧-ɲi˥, | so˧-ʂɯ˧! | so˧-tɕʰi˧, | so˧-ʂɯ˧! |

Et ainsi, trois fois dans la journée! Trois repas, trois fois! (=A chaque fois qu'on prend un repas, on y associe pareillement le défunt!)

这样,一天三次!上贡三顿!

S56 stop écouter
mmm, ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-se˩, | zo˩no˥, | hɑ˧ ɖɯ˧-tɕʰi˩ dzɯ˩, | ɖɯ˧-ʂɯ˩ ŋv̩˩-zo˩-kv̩˩, | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩! | õ˧˥ | ə˧mi˧ ʂɯ˧, | ə˧dɑ˧ ʂɯ˥-pi˩-dʑo˩! |

Autrefois, eh bien, à chaque repas qu'on prenait, on pleurait une fois, nous autres les Na! [quand] sa propre mère ou son propre père était mort!

从前,在服丧期间,每吃一顿饭,都哭一次,父母去世以后!

S57 stop écouter
ə˧dɑ˧-ə˧mi˧ ʂɯ˧-dʑo˩, | hɑ˧ | tʰi˧-pæ˩-ze˩-gɤ˩, | ŋv̩˩-zo˩-kv̩˥-mæ˩! |

Quand votre père ou votre mère était mort, quand on leur avait disposé leur nourriture, on pleurait!

父母去世以后,给死者上贡的时候,我们要哭丧!


NOTE : /ə˧dɑ˧-ə˧mi#˥/: père et mère; est ici hypo-articulé, et ressemble à [ə˧dɑ˧-mi˧], mais la forme sous-jacente est bien quadrisyllabique.
NOTE : /ŋv̩˩-zo˩-kv̩˥-mæ˩/: tons vérifiés
NOTE : sens de /gɤ/ ici: d'après M18, est: sorte de topic.
S58 stop écouter
hɑ˧ | tʰi˧-tɕɯ˥-kʰi˩, | "ə˧mɑ˧, | no˧ hɑ˧ dzɯ˥! | ə˧mɑ˧, | no˧ | dʑɯ˧ ʈʰɯ˧!" | pi˧-zo˩, | ŋv̩˩-zo˩-kv̩˥-mæ˩! |

Quand on était allé leur disposer leur repas, on disait: "Maman, prends ton repas! Maman, bois donc!"; en disant ça, on pleurait!

上贡以后,我们说一句:“阿妈,吃饭吧!喝茶吧!”这样说着,哭着。

S59 stop écouter
<so…> ɖɯ˧-ɲi˥, | so˧-ʂɯ˧ ŋv̩˩! | mmm, tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | hɑ˧ | tʰi˧-pæ˩-se˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ɑ˩ʁo˧ | tsʰe˩ŋwɤ˩-hɑ̃˥ | tʰi˧-tɕɯ˧-bi˧! | tsʰe˩ŋwɤ˩-hɑ̃˥! |

Dans une journée, on pleurait trois fois! Alors, quand on avait ainsi disposé la nourriture, on plaçait [le corps] quinze jours à la maison! Quinze jours!

一天哭三次。在家停尸十五天。

S60 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥, | tsʰe˩ŋwɤ˩-hɑ̃˥ | ŋv̩˩˥! |

Pendant ces quinze jours, on pleurait!

停尸十五天,哭十五天!

S61 stop écouter
tʰi˩˥, | hĩ˧-ɳɯ˩ | mɤ˩mv̩˩ ʈʂv̩˥ jo˩-kv̩˩-mæ˩! | mɤ˩mv̩˩ ʈʂv̩˥-pi˩! |

Les gens venaient allumer des bougies! Ils allumaient des bougies!

大家来点油灯!

S62 stop écouter
ʁwɤ˧ ɖɯ˧-ʁwɤ˧ | -no˧˥, | ʐv̩˧tsʰi˩-ʑi˩ dʑo˩-bi˩, | ʐv̩˧tsʰi˩-ʑi˩ F | tsʰɯ˩-ɲi˥-mæ˩! |

Comme il y avait quarante familles dans le village, il y avait quarante familles qui venaient! (=Il n'y avait pas une des quarante familles du village qui ne venait pas!)

如果村子里有四十户人家,就有四十户人家来点油灯!


NOTE : The topic-marker /-no˧˥/, in /ʁwɤ˧ ɖɯ˧-ʁwɤ˧ | -no˧˥/, had been overlooked in the first transcription.
S63 stop écouter
æ̃˩ʁv̩˩-pɤ˥jɤ˩ | ɖɯ˧-jɤ˧˥! | əəə… ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | hɑ˧ | ɖɯ˧-qʰwɤ˧˥! | mæ˧ɻæ˩ | ɖɯ˧-tɕɯ˧˥! | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | po˧-jo˥-kv̩˩-mæ˩! |

[Ils amenaient] une boule de pâte à pain à l'œuf! Autrefois… un bol de céréales! Une pinte d'huile! Voilà ce qu'on amenait!

他们拿着一团鸡蛋面团、一碗杂粮、一斤油。从前就是拿这些礼物来。

S64 stop écouter
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-tɕɯ˥! | ʈʂʰɯ˧-ʁo˧dɑ˧ | tʰi˧-tɕɯ˥! |

Alors, on rangeait [tous ces cadeaux]! On les posait devant elle (=devant la personne défunte)!

把这些礼物放在死者前面。

S65 stop écouter
əəə… hɑ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥… | ʈʰææ̃˧… | ɖɯ˧-qʰwɤ˧˥! | ʈʂʰɯ˧-ʂwæ˧-mi˧ | ɖɯ˧-qʰwɤ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˥ | tʰi˩˥ | -no˧˥, |

La nourriture, c'était comme ça: vrai de vrai… un bol! Un bol rempli à ras bord (littéralement: "un bol plein comme ça")! Alors…

食物是这样子的,确确实实地:满满一大碗。

S66 stop écouter
əəə… nɑ˩-ʈʂʰɯ˥, | zo˩no˧ <ɲi…>, hĩ˧ | <ɑ˩ʁ…> njæ˧sɯ˩kv̩˩ | ɑ˩ʁo˧ tsʰɯ˩-dʑo˩, | ə˩-gi˩! |

Chez les Na, eh bien, quand quelqu'un vient chez nous, n'est-ce pas…

我们摩梭人,有人来家里的时候,

S67 stop écouter
hɑ˧ | ɖɯ˧-ʂɯ˩-lɑ˩ qwæ˩ mɤ˩-ɖo˩! | pi˧-ɲi˥-mæ˩. |

on dit qu'il ne faut pas lui donner une unique louche de céréale! (Note: aux défunts, on sert une seule louche; aussi bien pour le repas complet qu'on dépose à l'intention du défunt pendant les quinze jours où son corps repose dans la maison, que pour la nourriture symboliquement offerte aux ancêtres sur le coin du foyer au début de chaque repas, en temps normal.)

不能给客人只吃一勺饭!

S68 stop écouter
hĩ˧ le˧-ʂɯ˧-hĩ˧ | tʰv̩˧-v̩˧-ki˧, | ɖɯ˧-qʰwɤ˧-hĩ˥ | ɖɯ˧-ʂɯ˩-ɳɯ˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-ʂɻ̍˧˥ | -tɕɯ˩-kʰɯ˩! |

Pour la personne défunte, son bol, on le lui remplit en une seule fois (=avec une seule louchée)!

给去世的人贡饭,要一勺就把碗盛满。

S69 stop écouter
ɖɯ˧-qʰwɤ˧ tʰi˥-ki˩-kv̩˩-mæ˩! |

On donne un bol [de céréales au défunt], hein!

要给他一碗饭嘛!


NOTE : /ɖɯ˧-qʰwɤ˧ tʰi˥-ki˩-kv̩˩-mæ˩/: tons vérifiés
S70 stop écouter
hɑ˧ | ɲi˧-kʰwɤ˥~ɲi˩-kʰwɤ˩ kʰɯ˩-zo˩. | ɖɯ˧-ʂɯ˩ qwæ˩-se˩, | wɤ˩˥ | ɖɯ˧-kʰwɤ˥ | tʰi˧-kʰɯ˧˥! | pi˧. |

La nourriture, [à l'ordinaire/pour les convives vivants,] on doit la donner deux morceaux par deux morceaux/par paires de cuillerées. Après avoir puisé une louche de nourriture, on met encore un peu de nourriture [dans le bol] (=on ajoute une seconde cuillerée)!

给活着的人,就不能只给一勺(要有所区分),饭要两勺两勺地给。先盛一勺,再添一勺。

S71 stop écouter
"ɲi˧-qwæ˧-zo˧-kv̩˥!" | pi˧.

On dit: "Il faut puiser par deux fois [dans la casserole, quand on sert à manger]!"

人家说:“要盛两勺!”

S72 stop écouter
le˧-ʂɯ˧-hĩ˧-ki˧-dʑo˩, | hɑ˧ | ɖɯ˧-qwæ-lɑ˥-ɻ̍˩-kv̩˩-mæ˩! |

Pour une personne décédée, on ne puise qu'une seule fois!

对去世的人,只盛一次!


NOTE : de: /ɖɯ˧-qwæ˧˥/
S73 stop écouter
əəə… tʰi˧-dʑo˩-hĩ˩, | ə˧sɯ˩kv̩˩, | dzɯ˧-hĩ˧-dʑo˩, | ɲi˧-ʂɯ˩ qwæ˩! |

[Pour] les vivants, nous autres, ce qu'on mange, on puise à deux reprises [dans la casserole]!

活着的人,吃的东西,要盛两勺!

S74 stop écouter
hɑ˧ | ɖɯ˧-qʰwɤ˧ qwæ˥-dʑo˩, | [ɲi˧-ʂɯ˩ qwæ˩!] | tɕi˩-hĩ˩˥ | ɖɯ˧-kʰwɤ˥! | ɖɯ˩-hĩ˩˥ | ɖɯ˧-kʰwɤ˥ qwæ˩, | tʰi˧-kʰɯ˧˥! |

Quand on remplit un bol de nourriture (littéralement "qu'on puise un bol de nourriture"), on puise à deux reprises! [On commence par] un petit morceau, [puis] on puise un gros morceau! On les dépose [dans le bol]!

盛一碗饭,要盛两勺!先盛一小块,再盛一大块!

S75 stop écouter
ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | æ˧ʂæ˧, | nɑ˩-bv̩˥… | zo˩no˥, | ɖɯ˩lo˧ ɲi˥-mæ˩! |

Ca, autrefois, c'était… eh bien… c'était la coutume des Na!

从前,摩梭人就是这样的习俗!

S76 stop écouter
ɖɯ˩lo˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | "no˧… | no˧ | hɑ˧ qwæ˩-hĩ˩-lɑ˩, | ə˧tse˧ ʝi˧-ɲi˥?" | ə˧mi˧=ɻæ˩-ɳɯ˩ | ɕjɤ˩tʰv̩˧-kv̩˥! |

Cette coutume… "[Eh!] toi… Quand tu puises la nourriture, qu'est-ce que tu nous fais?" Les tantes critiquaient [les jeunes qui ne savaient pas bien s'y prendre]!

上辈女人会这样批评不懂规矩的年轻人:“你怎么这么盛饭?”

S77 stop écouter
"hɑ˧ | ɲi˧-qwæ˧-ɻ̍˥! | hɑ˧ | ɖɯ˧-qwæ˧-ɻ̍˥ | mɤ˧-ɖo˧!" |

"La nourriture, il faut la servir par deux louches! Il ne faut pas servir une unique louche!"

“饭要给两勺!不能只给一勺!”


NOTE : vérifié, n'est pas /‡ɲi˩-qwæ˩-ɻæ˥/
NOTE : /ɖɯ˧-qwæ˧˥/, /ɲi˧-qwæ˧˥/; d'où: /ɖɯ˧-qwæ˧-ɻ̍˥/
S78 stop écouter
"hĩ˧ | le˧-ʂɯ˧-hĩ˧-ki˧-dʑo˩, | hɑ˧ | ɖɯ˧-qwæ˧-ɻ̍˧-kv̩˥!" | hĩ˧-ɳɯ˩ | ʐwɤ˩-kv̩˩-pi˥! |

"C'est aux défunts qu'on donne une [seule] louche!" Voilà ce que disaient les gens!

“死人才只给一勺呢!”老人会这样教训。

S79 stop écouter
zo˩no˥, | ə˧dɑ˧-ə˧mi˧=ɻæ˧-ɳɯ˥, | zo˧mv̩˥=ɻæ˩, | <m…> zo˩no˥, | mɤ˧-sɯ˧-hĩ˧-ki˧, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥ | -mæ˩! |

Alors, les parents, à leurs enfants… eh bien, à ceux qui ne connaissaient pas [cette coutume], voilà ce qu'ils leur disaient!

不知情的人,他们长辈就会这么告诫他。


NOTE : tons vérifiés, est bien /mɤ˧-sɯ˧-hĩ˧-ki˧/; autres exemples: /mɤ˧-sɯ˧-hĩ˧-ki˧ so˧˥/ 'enseigner à ceux qui ne savent pas', /mɤ˧-sɯ˧-hĩ˧-ki˧ ʐwɤ˧˥/ 'dire à ceux qui ne savent pas', /mɤ˧-sɯ˧-hĩ˧-ki˧ ki˩/ 'donner à ceux qui ne savent pas'
S80 stop écouter
tʰi˩˥, | v̩˩dʑɯ˩˥ | ɖɯ˧-qʰwɤ˧˥, | <hɑ˧ | ɲ…> hɑ˧ | ɖɯ˧-qʰwɤ˧˥, | ɖɯ˧-ɲi˥ | so˧-ʂɯ˧, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-pæ˩. | le˧-ŋv̩˩! | li˩˥ | ɖɯ˧-ʂɯ˩ tɕɤ˩, | ɖɯ˧-ʂɯ˩ tʰi˩-kʰɯ˩-kʰi˩. |

un bol de soupe, un bol de riz, trois fois par jour: voilà comment on disposait [un repas pour le défunt]. On pleurait! A chaque fois qu'on préparait du thé, on allait en verser [au défunt].

一碗汤、一碗米,一天三次:是这样上贡饭的。家人哭着!每次煮茶,要给死者上贡。


NOTE : tons vérifiés, n'est pas /so˧-ʂɯ˧/
S81 stop écouter
li˩ ʈʂwæ˧-ɻ̍˧-pi˥! |

On disait [au défunt] de savourer ce thé!

说:“品品茶吧!”

S82 stop écouter
tʰi˩˥, | mɤ˩mv̩˩-ʈʂʰɯ˥, | tɕʰɤ˧ɲi˧ni˧˥ | tʰi˧-ʈʂv̩˩. |

Les bougies, on en allumait sans arrêt!

油灯要一直点着!

S83 stop écouter
tʰi˩˥, | hĩ˧ F | ʁwɤ˧-qo˧-ɳɯ˧-lɑ˧ mɤ˧-zɑ˥, | mɤ˩mv̩˩ ʈʂv̩˥-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | ə˩-gi˩! |

Les gens, il n'y a pas que ceux du village qui allument des bougies, n'est-ce pas!

不仅是村子里的人,还有各方来的亲朋好友都来点灯!

S84 stop écouter
ʁwɤ˧-qo˧ | ʐv̩˧tsʰi˩-ʑi˩ dʑo˩-bi˩-bi˩, | zo˩no˥, | əəə… ʐv̩˧tsʰi˩-ʑi˩ | le˧-ʈʂv̩˩-se˩-dʑo˩, | wɤ˩˥ | ɑ˩pʰo˩˥ | gæ˧ɻæ˩, | əəə… lɑ˧ŋwɤ˧, | qʰæ˧tɕʰi˧, | <tʰv̩˧> ə˧zɯ˩, | qʰwɤ˩ɖɯ˩ dʑo˩˥, | pi˧! |

Bien qu'il y ait quarante familles [et pas plus] dans le village, eh bien… quand ces quarante familles ont toutes allumé des bougies (littéralement "ont fini d'allumer des bougies"), il y a encore ceux du dehors (=de plus loin): c'est que dans les villages de gæ˧ɻæ˩, lɑ˧ŋwɤ˧ et qʰæ˧tɕʰi˧, on a de la famille, nous deux!

如果村子里有四十家,那四十家都点灯以外,还有更远的地方的人:咱们是在gæ˧ɻæ˩、lɑ˧ŋwɤ˧、qʰæ˧tɕʰi˧那些村子都有亲戚!

S85 stop écouter
ə˧zɯ˩, | ɖʐv̩˧ dʑo˩! | qʰwɤ˩ɖɯ˩˥ | v̩˩dze˩ dʑo˩˥ | pi˧, | wɤ˩˥ | ʈʂʰɯ˧-tɕi˩ | le˧-tɑ˧˥ | jo˩-kv̩˥-mæ˩! |

Nous deux, on a des amis! Comme on y a des gens de la famille, même eux, ils viennent aussi!

咱们两个是有朋友的!连亲戚,那些,也都来!


NOTE : tons vérifiés: n'est pas /‡jo˩-kv̩˩˥ | -mæ˩/
S86 stop écouter
ɖɯ˧-ʁwɤ˧~ɖɯ˧-ʁwɤ˧ jo˧-dʑo˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-se˩, | mɤ˩mv̩˩ ʈʂv̩˥ | tsʰɯ˩-hĩ˩-ki˩, | pɤ˩jɤ˧˥, | hĩ˧-ɳɯ˩ | le˧-gv̩˩, | po˧-jo˥-kv̩˩! | bo˩ʈʂʰæ˧, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | <ɖɯ˧-p…> ɖɯ˧-pʰæ˧ hæ̃˥! |

Quand les gens venaient d'un village après l'autre, autrefois, eh bien, aux gens qui venaient allumer des bougies… [Ce passage annonce les attentions que les hôtes ont pour les visiteurs, mais la narratrice passe à un autre sujet, celui des cadeaux qu'ils apportent.] Les galettes, les gens en préparaient, ils en apportaient! La viande de porc conservée, ils en coupaient un morceau [pour l'offrir à la famille du défunt]!

过去,客人是一村一村地来。给那些来点灯的客人呢……人家烤饼,带过来!他们这样切一片琵琶肉(当礼物,给办丧礼的那一家)!


NOTE : intéressant: ici, pas de présence de la focalisation, F
NOTE : tons vérifiés: n'est pas /‡ɖɯ˧-pʰæ˧ hæ̃˧˥/
NOTE : avant août 2012: noté /‡pɤ˩jɤ˧/
S87 stop écouter
<qo˩ho˧-qo˥… |> qo˩ho˧ po˥-jo˩-kv̩˩-mæ˩! qo˩ho˧-qo˥ | tʰi˧-kʰɯ˧˥! |

Dans le panier à cadeaux… on apportait le panier à cadeaux! On mettait [ces choses: galettes, viande de porc conservée au sel…] dans le panier à cadeaux!

在礼物盒子里……要带礼物盒!(那些礼物:饼、肉……都)放在礼物盒里!

S88 stop écouter
əəə… mɤ˩mv̩˩ʈʂv̩˥-ʂe˩pʰæ˩ pi˩! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ʂe˧pʰæ˩ hæ̃˩-kv̩˩-mæ˩! | "mɤ˩mv̩˩ʈʂv̩˥-ʂe˩pʰæ˩" pi˩! |

On parlait de "la tranche de viande pour allumer les bougies" (=qui accompagne l'offrande des bougies)! Autrefois, on coupait une tranche de viande! On appelait ça "la tranche de viande pour allumer les bougies"!

我们(将这种礼物)称作“点灯的肉片”!以前,(我们)切一片肉,叫做“点灯的肉片”!

S89 stop écouter
ʂe˧pʰæ˩ | ɖɯ˧-pʰæ˧˥ | tʰi˧-kʰɯ˧˥! |

On mettait [dans le panier à cadeaux] une tranche de viande!

我们(在礼物盒里)放一片肉!


NOTE : phonétiquement, ressemble à: /‡ʂe˧pʰæ˩ ɖɯ˧-pʰæ˩ tʰi˧-kʰɯ˩/
S90 stop écouter
hĩ˧=ɻæ˥ | mɤ˩mv̩˩ ʈʂv̩˥-tsʰɯ˩-dʑo˩, | pɤ˩jɤ˧ gv̩˥, | po˧-jo˥-kv̩˩! | tʰi˩˥, | tʰv̩˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-tɕɯ˥! |

quand les gens viennent allumer des bougies [pour la cérémonie funèbre], ils font des galettes, et les amènent! Ensuite, on dispose [ces cadeaux] comme ça!

人家来点灯的话,(他们先)烤饼、带过来!(主人将收到的礼物)这样存起来!

S91 stop écouter
tʰi˩˥, | hĩ˧mo˩ tʰv̩˩-mo˩-ki˩-dʑo˩, | "o! <no˧….> | ʈʂʰɯ˧=ɻ̍˩-ɳɯ˩, | mɤ˩mv̩˩ ʈʂv̩˥-tsʰɯ˩-ze˩! | no˧ li˧-tsʰɯ˩-ze˩!" | pi˧. |

Ensuite, [s'adressant] au cadavre, on disait: "Eeeh! Eux, ils sont venus allumer des bougies! [Ils] sont venus te voir!"

然后,对尸体说:“嗯!他们是来点灯的,是来看你的!”


NOTE : de: /tʰv̩˧-mo˧/, démonstratif distal+classificateur des cadavres
NOTE : tons vérifiés: est: /no˧ li˧-tsʰɯ˩-ze˩/; on ne peut dire /‡no˧ li˧ tsʰɯ˧-ze˥/; ni /‡no˩ li˩-tsʰɯ˩-ze˥/
S92 stop écouter
wɤ˩˥ | hĩ˧ | ɖɯ˧-v̩˧ tsʰɯ˩-ɳɯ˩, | ɖɯ˧-ʂɯ˩ ŋv̩˩! |

A chaque fois qu'une personne arrivait, on pleurait une fois!

每来一个人,(去世的人的家人)哭一次!

S93 stop écouter
õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-kv̩˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥! |

On faisait comme ça, [nous/chez] les Na!

摩梭人是这样做的!

S94 stop écouter
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-se˩-dʑo˩, | tʰi˩˥, | ɑ˩ʁo˧ | tsʰe˩ŋwɤ˩-hɑ̃˥ tɕɯ˩-bi˩, | tsʰe˩ŋwɤ˩-hɑ̃˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥! |

Quand on avait achevé de procéder ainsi, eh bien… Comme on plaçait [le cadavre] quinze jours dans la maison, on procédait ainsi pendant quinze jours [de suite]!

(汉语翻译待写)

S95 stop écouter
tʰi˩˥, | tsʰe˩ŋwɤ˩-hɑ̃˥-ɳɯ˩, tʰi˩-tɕɯ˩! | ɑ˩ʁo˧ tv̩˧qʰv̩˧-qo˧ | tʰi˧-kʰɯ˧˥! |

Pendant quinze journées, [le cadavre] se trouve placé à la maison! On le place dans la tombe provisoire, dans la maison!

(汉语翻译待写)


NOTE : d'abord noté /‡tʰi˧-tɕɯ˧/; en fait: n'est pas /‡tsʰe˩ŋwɤ˩-hɑ̃˥-ɳɯ˩, | tʰi˧-tɕɯ˥/ mais le fruit d'une intégration en un seul groupe tonal.
S96 stop écouter
tʰi˩˥, | tsʰe˩qʰv̩˩<-hɑ̃˥>[-ɲi˩˥] | le˧-qæ˧-bi˧-ho˥, | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | əəə…. tsʰe˩ŋwɤ˩-ɲi˩-ɳɯ˥, | ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩-kv̩˩-ze˩! |

Comme on doit procéder à la crémation le seizième jour, euh… on va chercher les moines le quinzième jour!

(汉语翻译待写)

S97 stop écouter
ʈæ˧bɤ˧ | so˩-ɲi˩ ʈʂʰo˩-kv̩˥! |

Les moines disent des rituels pendant trois jours!

(汉语翻译待写)


NOTE : tons vérifiés, n'est pas /‡…kv̩˩˥/
S98 stop écouter
zo˩no˥, | no˧ | mv̩˩˥… | zo˧mv̩˥ | so˩-kv̩˩ dʑo˩˥, | ʐv̩˩-kv̩˩ dʑo˩˥ | pi˧, | mv̩˩ɖɯ˩˥ | <ɖɯ˧-v̩˧ ʝi˧> əəə… ɖɯ˧-ɲi˧… ʝi˧! | <mv̩˩-tɕi˥…> əəə… mv̩˩ɬi˥ | <ɖɯ˧-v̩˧>[ɖɯ˧-ɲi˧] ʝi˧! | mv̩˩tɕi˥, | <ɖɯ˧-v̩˧>[ɖɯ˧-ɲi˧] ʝi˧! |

Toi, tu as trois ou quatre <filles> enfants; alors, l'aînée officie pendant <une personne…> un jour! La seconde fille, elle officie pendant un jour! La benjamine, pendant un jour!

(汉语翻译待写)


NOTE : tons vérifiés: est bien: /ɖɯ˧-ɲi˧ ʝi˧/, non /‡ɖɯ˧-ɲi˥ ʝi˩/
S99 stop écouter
õ˧ zo˧mv̩˥ | qʰɑ˩kv̩˩ dʑo˩-ɻ̍˥-dʑo˩, | ɖɯ˧-v̩˧~ɖɯ˧-v̩˧ F | ʝi˧-kv̩˩-ze˩-mæ˩! |

Nos propres enfants, autant qu'ils sont, ils officient les uns après les autres/un après l'autre!

(汉语翻译待写)


NOTE : /õ˧ zo˧mv̩˥/: ressemble phonétiquement ici à [õ˧˥ | zo˧mv̩˥/]. Il est bien vérifié qu'il ne s'agit pas d'une interjection: /õ!/, mais du pronom /õ˧˥/ 'soi-même'.
S100 stop écouter
<ʈæ˧bɤ˧ | ɖɯ˧-v̩˧-ɳɯ˧… "no˧ | ɖɯ˧-ɲi˧ ʈʂʰo˥!" | pi˧> [mv̩˩˥ | ɖɯ˧-v̩˧-ɳɯ˧, | ʈæ˧bɤ˧ | ɖɯ˧-ɲi˧-ʈʂʰo˥! | pi˧-ɲi˥. |]

Une des filles <dit: "Toi, tu diras des rituels pendant une journée">[s'occupe d'engager un moine pour une journée]; le moine lit des rituels pendant une journée!

(汉语翻译待写)


NOTE : Avant 2017 : noté /‡pi˧-ɲi˩/. Corrigé sur la base de la connaissance de la morpho-tonologie de la langue, non du signal audio.
S101 stop écouter
ʈæ˧bɤ˧-ki˧, | ŋv̩˧ | ɖɯ˧-ɲi˥ | no˧-ɳɯ˧ | tʰi˧-ki˧! |

Au moine, l'argent d'une journée (=de cette journée-là), c'est toi qui le verses!

(汉语翻译待写)

S102 stop écouter
əəə… tʰi˩˥, | tɕʰi˩tʰv̩˩-hĩ˥… | mv̩˩˥ | ɑ˩pʰo˩ ki˥ | pi˧-dʑo˩, | tɕʰi˩tʰv̩˩-kv̩˥-ze˩-mæ˩! |

Alors, celui qui commandite la cérémonie funèbre… Une fille qui s'est mariée, elle peut participer à la cérémonie funèbre [de sa mère]!

(汉语翻译待写)


NOTE : vérifié, n'est pas /‡…kv̩˩˥ | -ze˩-mæ˩/
S103 stop écouter
"njɤ˧ | ə˧mi˧ ʂɯ˧-ze˧!" | pi˧. |

"Ma mère est morte!" dit-elle.

(汉语翻译待写)

S104 stop écouter
mmm… tɕʰi˩tʰv̩˩˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʁwɤ˧-qo˧ ɖɯ˧-tɑ˧˥ | ɻwæ˧-kv̩˩-ze˩-mæ˩! |

Quand on organise la cérémonie funèbre, on fait venir tous [les gens] du village!

(汉语翻译待写)

S105 stop écouter
ɖɯ˧-ʑi˩-ɳɯ˩, | ɖɯ˧-v̩˧~ɖɯ˧-v̩˧ ɻwæ˧! |

Dans une maisonnée, on invite chacun, l'un après l'autre!

(汉语翻译待写)

S106 stop écouter
tʰi˩˥, | ʁwɤ˧-qo˧-hĩ˧=ɻæ˧-ɳɯ˥ | wɤ˩˥ | pʰɤ˧bɤ˧ po˧-jo˥-kv̩˩-mæ˩! |

Alors, les gens du village, ils amènent des cadeaux!

(汉语翻译待写)


NOTE : /po˧-jo˥-kv̩˩-mæ˩/: ressemble phonétiquement à /po˧-bi˥-kv̩˩-mæ˩/.
S107 stop écouter
tʰi˩˥, | ʝi˧kʰv̩˥-dʑo˩, | <ŋv̩˧-ki˧…>, | ɖʐe˧ ki˧-kv̩˧˥! |

Certains <donnent de l'argent (métal)…> donnent de l'argent!

(汉语翻译待写)

S108 stop écouter
ʝi˧kʰv̩˥-dʑo˩, | qo˩ho˧ tʰi˥-po˩! | qo˩ho˧˥ | ʝi˧-ɭɯ˧ po˧˥! | ɖʐe˧ po˧-bi˥-kv̩˩-mæ˩! |

Certains amènent le panier à cadeaux! Ils amènent un panier à cadeaux! Ils amènent de l'argent!

(汉语翻译待写)


NOTE : /ʝi˧-ɭɯ˧ po˧˥/: amener un (+classificateur). Le mot /ʝi/ pour 'un' n'est pas perçu comme un emprunt chinois.
S109 stop écouter
"ʈʂʰɯ˧=ɻ̍˩, | tɕʰi˩tʰv̩˩-tso˥ ɲi˩-tsɯ˩! | ʈʂʰɯ˧=ɻ̍˩, | zo˧ɖɯ˧-ɳɯ˥ | tɕʰi˩tʰv̩˩-tso˥ ɲi˩-tsɯ˩! | ə˧sɯ˩kv̩˩, | bi˧-zo˧-ʝi˧!" | pi˧. |

"Eux, ils préparent les funérailles!" qu'on dit. "Chez eux, l'aîné, il doit s'occuper des funérailles! Nous, il faut qu'on y aille/Allons-y donc!"

(汉语翻译待写)

S110 stop écouter
"mv̩˩ɖɯ˩-ɳɯ˥ | tɕʰi˩tʰv̩˩-tso˥ ɲi˩-tsɯ˩!" | pi˧, | "bi˧-zo˧-ʝi˧!" | pi˧. |

"L'aînée, elle doit s'occuper des funérailles!" qu'on se dit; "Nous, il faut qu'on y aille/Allons-y donc!"

(汉语翻译待写)

S111 stop écouter
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | zo˧ɖɯ˥-dʑo˩, | ʈʂʰwɤ˩ tʰv̩˩-kv̩˥-tsɯ˩ | -mv̩˩! | mv̩˩ɖɯ˩˥ | -dʑo˩, | ʐo˩ tʰv̩˩-kv̩˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Autrefois, chez les Na, c'était le fils aîné qui se chargeait du dîner! et la fille aînée qui se charge du déjeuner! (Note: ils ne préparaient pas eux-même, mais payaient les approvisionnements et récompensaient les bonnes volontés qui se chargeaient de la cuisine et de la vaisselle.)

(汉语翻译待写)

S112 stop écouter
mv̩˩tɕi˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | <bæ˧dʑɯ˩ ʈʂʰv̩˩> [bæ˧qʰæ˧ ʈʂʰv̩˧] | pi˧, | mv̩˩si˧njɤ˧˥ | le˧-qæ˧-hĩ˧-bv̩˧ | ʈʂʰv̩˧ | tʰv̩˧-kʰwɤ˥-dʑo˩, | ɖɯ˧-pi˧˥ | ʐo˩-kv̩˩-tsɯ˥-mæ˩! |

La benjamine, elle, [elle se charge du] repas qu'on prend au retour de la cérémonie de crémation, tôt le matin, le bout de petit déjeuner des gens qui ont participé à la cérémonie de crémation; c'est assez léger[, comme tâche]! (Explication: il s'agit d'une petite collation, avec un nombre restreint d'invités: seulement les gens du village. C'est donc relativement facile à organiser; on confie l'organisation à la benjamine, tandis que les aînés se chargent des préparatifs les plus importants: déjeuners et dîners des journées précédentes.)

(汉语翻译待写)


NOTE : /bæ˧qʰæ˧ ʈʂʰv̩#˥/: le repas qu'on prend au retour de la cérémonie de crémation
NOTE : note de 2013: tons de /ʈʂʰv̩˧ | tʰv̩˧-kʰwɤ˥/ vérifiés; on pourrait également dire: /ʈʂʰv̩˧ | tʰv̩˧-kʰwɤ˧/, correspondant aux 2 variantes: /tʰv̩˧-kʰwɤ#˥/, et /tʰv̩˧-kʰwɤ˥$/.
S113 stop écouter
dʑɤ˩pi˧ bi˧-mɤ˧-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩! | tʰi˩˥, | tʰv̩˧-kʰwɤ˥ | ʝi˧-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩! | mv̩˩tɕi˥-dʑo˩! |

Il n'y a pas beaucoup de gens qui vont [à ce repas]! / Il n'y a pas affluence! Alors, cette tâche-là, elle peut s'en charger, la cadette!

(汉语翻译待写)


NOTE : intéressant: on dit: /bi˧-mɤ˧-kv̩˥/, mais: /dʑɤ˩pi˧ bi˧-mɤ˧-kv̩˩/
NOTE : note de 2013: tons de /tʰv̩˧-kʰwɤ˥/ vérifiés; on pourrait également dire: /tʰv̩˧-kʰwɤ˧/, correspondant aux 2 variantes: /tʰv̩˧-kʰwɤ#˥/, et /tʰv̩˧-kʰwɤ˥$/.
S114 stop écouter
əəə… mv̩˩ɬi˥ | tʰv̩˧-v̩˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | əəə… <ʐo˩ tʰv̩˩˥! |> zo˧ɖɯ˥ F | ʈʂʰwɤ˩ tʰv̩˩-pi˥! | <æ˧ʂæ˧…> æ˧ʂæ˧! |

La deuxième fille… <elle était chargée du déjeuner! (dit par erreur: cette charge revenait en fait à l'aînée)> On disait autrefois: "L'aîné s'occupe du dîner!"

(汉语翻译待写)


NOTE : Les tâches de la seconde fille: mv̩˩ɬi˥-ɳɯ˩ | bæ˧dʑɯ˩ ʈʂʰwɤ˩;
S115 stop écouter
dʑɤ˩˥ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥, | ɖɯ˧-v̩˧ ɖɯ˧-tɕʰi˩ | le˧-tʰv̩˧˥! |

Bien, voilà comment on fait. Chacun se charge d'un repas!

(汉语翻译待写)


NOTE : sens de /dʑɤ˩˥/ ici: est 'bien, bon'; proche du chinois 好了
S116 stop écouter
ɑ˩pʰo˩ dʑo˩-hĩ˥… | ɑ˩ʁo˧ dʑo˩-hĩ˩ tʰv̩˩-v̩˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | tʰv̩˧-ɲi˧ | tʰv̩˧-so˩, | ʈæ˧bɤ˧ | qʰɑ˩jɤ˩ ʁɑ˩ ʂe˥, | ɑ˩ʁo˧ le˧-ʝi˥! |

Ceux [des enfants] qui habitent à l'extérieur (=ceux qui ne sont pas sur place; ex.: ceux qui travaillent à Ninglang/lo˧gv̩˩)… [ils ne peuvent pas aider! alors ce sont les enfants restés sur place qui se chargent des préparatifs.] Les enfants qui sont sur place (littéralement "ceux qui habitent à la maison")… [c'est eux qui travaillent!] pendant cette période (littéralement: "ces jours et ces soirs"), ils font venir les moines en grand nombre, ils s'occupent de la maison!

(汉语翻译待写)


NOTE : tons vérifiés: est bien /le˧-ʝi˥/
NOTE : /ɑ˩pʰo˩ dʑo˩-hĩ˥/: dit par erreur?
S117 stop écouter
əəə… ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | -zo˩ | tʰi˩˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-qæ˧-se˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧ le˧-ʂɯ˧, | tʰv̩˧-ɲi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | le˧-qæ˧-ho˥, | <so˩…> tsʰe˩qʰv̩˩-ɲi˥ | qæ˧-ho˥! | pi˧-dʑo˩, | mmm… tsʰe˩so˩-ɲi˩-ɳɯ˥ | hĩ˧ | le˧-ʁɑ˧ʂe˩-kv̩˩-ze˩-mæ˩! |

Voilà comment c'était, autrefois; alors, quand on a ainsi procédé à la crémation, eh bien… quand quelqu'un meurt, ce jour-là, on sait qu'il va falloir organiser la crémation (littéralement "on le brûlera"); c'est le seizième jour qu'on va procéder à la crémation! Alors… c'est à partir du treizième jour qu'on fait venir les gens [du village]!

(汉语翻译待写)

S118 stop écouter
"hĩ˧-qɑ˩ | ɖɯ˧-qɑ˧-ɻ̍˧! | njɤ˧=ɻ̍˩ | ə˧mi˧ | le˧-pv̩˩-tso˩-ɲi˩-ze˩!" | pi˧. |

On dit: "Aidez[-nous]! Il va falloir accompagner notre mère [dans son retour au pays des âmes]!"

(家人)说:“请帮忙!要送终我们的母亲!”


NOTE : Explication: les gens de la famille ne travaillent pas pendant cette période; ils pleurent, se prosternent… Toutes les tâches sont effectuées par des gens du village, qui viennent aider.
S119 stop écouter
tʰi˩˥, | bi˧tɕo˧ ɲi˩-bi˩, | hĩ˧bæ˧ jo˧-ʝi˧-ɻ̍˥! | pi˧. | hĩ˧bæ˧ | le˧-qʰo˩. |

Alors, [pour cette occasion-là,] même s'ils sont d'un village des environs [et pas du village du défunt], les gens viennent! (littéralement "les invités arrivent") On invite les invités [à prendre place dans la maison] (=on accueille les invités).

连住在附近村子里的人(而非本村的人)都来!客人招待到家里。


NOTE : /bi˧tɕo˧/: les villages environnants; excluant le village-repère
S120 stop écouter
ʁwɤ˧qo˧-dʑo˥ | tʰi˩˥, | le˧-qɑ˧~qɑ˩. |

Le[s gens du] village (=les invités qui sont du village), ils aident. (Les invités venus de plus loin, eux, sont des hôtes de marque, dispensés de corvées domestiques.)

(汉语翻译待写)

S121 stop écouter
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥! | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-dʑo˩, | æ˧ʂæ˧ ɲi˥! | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | dɑ˧pɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩. |

On faisait venir les moines du monastère, on faisait venir le prêtre dɑ˧pɤ˧! On célébrait le rituel "Offrande du Vin"!

(汉语翻译待写)

S122 stop écouter
ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩, | dɑ˧pɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩! | ʐɯ˧ hwɤ˩-kv̩˩-mæ˩! |

Voilà comment on faisait! On faisait comme ça; c'était la tradition! Alors, autrefois, on faisait venir le prêtre dɑ˧pɤ˧ (prêtre de la religion locale).

(汉语翻译待写)

S123 stop écouter
ʐɯ˧ hwɤ˩-hĩ˩ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ə˧tse˧ ʝi˧-zo˥ | ʐɯ˧ hwɤ˩-ɲi˩? | pi˧-hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, |

Quand on célébrait "l'Offrande du Vin"… pourquoi célébrait-on "l'Offrande du Vin"? / Quel était le sens de ce rituel: "l'Offrande du vin"?

(汉语翻译待写)

S124 stop écouter
zo˩no˥, | njɤ˧ | ə˧si˧ | ʈʂʰɯ˧-tɕi˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥ | -mæ˩. |

Eh bien, mes aïeux, voilà ce qu'ils disaient [à ce sujet].

(汉语翻译待写)

S125 stop écouter
zo˩no˥, | ʁo˧dɑ˧ | le˧-ʂɯ˧-hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-tɕi˩, | ə˩-gi˩! | zo˩no˥, | gɯ˩-ʝi˥ | ʂɯ˧-hĩ˧ tʰv̩˧-v̩˧, | ʁwɤ˧qo˧ ɖɯ˧-v̩˧ ʂɯ˧-pi˧, | ʁo˧dɑ˧ le˧-ʂɯ˧-hĩ˧, | zo˩no˥, | njɤ˧=ɻ̍˩ | hĩ˧ ʂɯ˧, | ʁo˧dɑ˧ le˧-ʂɯ˧-hɯ˧-ze˧, | ʁwɤ˧qo˧ | gi˩-ɳɯ˥ | ʂɯ˧-hĩ˧ tʰv̩˧-v̩˧-ki˧ | tʰi˩˥, | qʰwæ˧mi˧ ʝi˧-ɲi˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Eh bien… les gens qui sont déjà morts, n'est-ce pas! eh bien, vrai de vrai, la personne qui meurt… quand quelqu'un du village meurt, ceux qui sont déjà morts (=les ancêtres morts il y a déjà longtemps), eh bien, ils sont déjà morts (=ils ont connu la mort) avant [la personne dont le décès vient d'arriver]; dans le village, vrai de vrai, pour la personne défunte, ils transmettent des messages! (=ils accueillent le trépassé dans le monde des morts/dans la société des morts)

(汉语翻译待写)


NOTE : le˧-ŋv̩˩, | qʰwæ˧mi˧ ʝi˧-ɲi˥! | Pleurer, c'est un message/une façon de s'adresser au défunt!
S126 stop écouter
ʐɯ˧hwɤ˩ pi˩-hĩ˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩! |

C'est le sens du rituel /ʐɯ˧hwɤ˩/!

(汉语翻译待写)


NOTE : ai hésité entre /ʐɯ˧hwɤ˩ pi˩-hĩ˩ ʈʂʰɯ˩-dʑo˩/ et /‡ʐɯ˧hwɤ˩ pi˩-hĩ˩ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩/, induit en erreur par la ligne de déclinaison et le changement de ton lorsqu'on répète seulement la portion /ʈʂʰɯ-dʑo/.
S127 stop écouter
njɤ˧=ɻ̍˩ | ɑ˩ʁo˧ | qʰɑ˩ne˩ gv̩˩˥, | no˧-ki˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | <qʰwæ˧ pi˩…> qʰwæ˧ hwɤ˩-tsʰɯ˩-pi˩! |

Ce qui se passe chez nous à la maison… c'est comme ça qu'on t'en transmet les nouvelles! (=c'est ainsi qu'on transmet ces nouvelles au défunt!) / Ce rite, c'est un moyen de transmettre au défunt des nouvelles au sujet de ce qui se passe chez nous, à la maison.

(汉语翻译待写)

S128 stop écouter
ʐɯ˧hwɤ˩-hĩ˩ | dɑ˧pɤ˧ ʈʂʰɯ˧-v̩˧-ɳɯ˩, | ʐɯ˧ ɖɯ˧-qʰwɤ˧ tʰi˥-po˩; |

Le prêtre /dɑ˧pɤ˧/ qui réalise la cérémonie "l'Offrande du Vin", il apporte un bol de vin;

(汉语翻译待写)

S129 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-ʈʂʰo˥, | le˧-ʈʂʰo˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | <ə… ʁwɤ˧…> ʁwɤ˧qo˧ | njæ˧sɯ˩kv̩˩ | bi˧! | ɖɯ˧-ʑi˩-ɳɯ˩ | ɖɯ˧-v̩˧ | bi˧! | ʈʰææ̃˧! | <tʰi˧-g…> əəə… tʰi˧-dzi˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ŋv̩˩ kv̩˩˥ | -mæ˩! |

il récite des rituels et récite encore; alors, nous autres, [les gens] du village, on y va! Une personne de chaque maisonnée y va! vrai de vrai! On se tient assis; et on pleure!

(汉语翻译待写)

S130 stop écouter
əəə… ə˧mi˧… | õ˧ ə˧mi˥, | õ˧ ŋv̩˩-kv̩˩-ze˩-mæ˩! | "njɤ˧ | ə˧mi˧-ki˧-ʈʂʰɯ˧, | njɤ˧ | qʰɑ˩ne˩ gv̩˥? | no˧ | qʰɑ˩ne˩ gv̩˥? | no˧ | le˧-ʂɯ˧-dʑo˧, | njɤ˧ | qʰɑ˩ne˩ gv̩˩-ze˥? | no˧ | tʰi˧-dʑo˩-dʑo˩, | njɤ˧ | qʰɑ˩ne˩ gv̩˩-ze˥?" |

La mère… pour sa propre mère, on pleure! "Sans ma mère (littéralement: pour ma mère…), comment vais-je faire? Toi, comment vas-tu faire? Tu es morte; comment vais-je faire? Quand tu étais encore là, comment ai-je vécu?" / On se lamente à haute voix au sujet de sa mère: "Sans toi, comment vais-je continuer à vivre? Maintenant que tu es morte, comment ma vie peut-elle continuer? Quand tu étais encore là, nous pouvions faire ceci et cela ensemble…"

(汉语翻译待写)

S131 stop écouter
"njɤ˧ | no˧ ʂv̩˧ɖv̩˧-zo˥, | qʰɑ˩ne˩ gv̩˩-pi˥-zo˩?" | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ŋv̩˩-kv̩˩˥ | -mv̩˩, | kɤ˧kɤ˩ | tʰi˧-dzi˩! |

"Tu me manques; comment vais-je pouvoir faire?" Voilà comment on pleure, assis en rang!

(汉语翻译待写)

S132 stop écouter
tʰi˩˥, | dɑ˧pɤ˧ | ʈʂʰɯ˧-v̩˧-ɳɯ˩, | ɖɯ˧-ʑi˩~ɖɯ˩-ʑi˩ F | mv̩˧ ɻwæ˧-kv̩˩-ze˩! |

Alors, le prêtre /dɑ˧pɤ˧/, lui, il appelle les noms, une famille après l'autre!

(汉语翻译待写)


NOTE : tons vérifiés: est /mv̩˧ ɻwæ˧-kv̩˩/. Sens: appeler le nom, appeler (quelqu'un) par son nom.
S133 stop écouter
"no˧=ɻ̍˩-ɳɯ˩, | no˧ mv̩˩-ɳɯ˩, | ʐɯ˧ hwɤ˩-tsʰɯ˩! | no˧=ɻ̍˩… | no˧=ɻ̍˩ | le˧-jo˩!" | pi˧, | wɤ˩˥ | tʰi˧-dzi˩! | wɤ˩˥, | njɤ˧-ɳɯ˧ | le˧-ŋv̩˩! |

"Vous autres, ta fille, elle t'appelle/elle est venue réaliser le rituel /ʐɯ˧ hwɤ˩/! Vous autres… Vous autres, venez donc! (s'adressant aux vivants: aux membres de la famille présents)" dit-il; tout le monde se tient assis! Moi (=la fille de la défunte), je pleure à nouveau!

(汉语翻译待写)

S134 stop écouter
əəə… ʁwɤ˧qo˧-hĩ˧, | ɖɯ˧-ʑi˩~ɖɯ˩-ʑi˩ F | le˧-hwɤ˩. | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-se˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | tʰv̩˧-hɑ̃˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | so˧ɲi˥ | qæ˧-ho˥ ɖɯ˩-hɑ̃˩-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧-ɲi˧ | ʐɯ˧ hwɤ˩! |

Les gens du village, une famille après l'autre, ils amènent (littéralement "ils envoient") de l'alcool. Une fois que c'est fini, ce soir-là, la veille du jour où doit avoir lieu la crémation, ce jour-là, on offre le vin/ on procède au rituel /ʐɯ˧ hwɤ˩/!

(汉语翻译待写)

S135 stop écouter
ʈæ˧bɤ˧ | le˧-ʈʂʰo˥, | le˧-ɬi˥-lɑ˩, | njæ˧sɯ˩kv̩˩ | wɤ˩˥ | hĩ˧ | <ʈæ˧… əəə…> dɑ˧pɤ˧-ɳɯ˧… | ʐɯ˧ hwɤ˩-kv̩˩-ze˩-mæ˩! |

Les moines disent des rituels; ils se reposent; nous, euh… le prêtre dɑ˧pɤ˧, il pratique le rituel ʐɯ˧ hwɤ˩!

(汉语翻译待写)

S136 stop écouter
ʐɯ˧ | le˧-hwɤ˩, | dɑ˧pɤ˧ | tʰv̩˧-v̩˧-ki˥, | ʐɯ˧ ɖɯ˧-tɕɯ˧ tʰi˥-ki˩! |

On fait passer l'alcool [au défunt]; au prêtre dɑ˧pɤ˧, on lui donne un demi-litre d'alcool!

(汉语翻译待写)


NOTE : tɕɯ˧˥ tʰi ki˧
NOTE : livre(unité_de_mesure) °dur donner
S137 stop écouter
hĩ˧ F | le˧… əəə… hĩ˧ le˧-ʂɯ˧-hĩ˧ tʰv̩˧-v̩˧-ki˧, | ʐɯ˧ ɖɯ˧-tɕɯ˧ po˥-tsʰɯ˩! | tʰv̩˧-ʁo˧dɑ˧ | tʰi˧-tɕɯ˥! | <ɖɯ˧…> ʐɯ˧ | ɖɯ˧-ʈʰɤ˥ tʰi˩-kʰɯ˩! |

A l'homme… euh… à la personne défunte, on lui offre (littéralement "on lui apporte") un demi-litre d'alcool! On le place devant lui [dans un bol]! On lui verse une petite goutte d'alcool (=quelques gouttes de cet alcool)!

(汉语翻译待写)

S138 stop écouter
dɑ˧pɤ˧ | tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩ | le˧-ʈʂʰo˥, | le˧-ʈʂʰo˥, | le˧-ʈʂʰo˥, | njæ˧sɯ˩kv̩˩ | le˧-ŋv̩˩. |

Le prêtre dɑ˧pɤ˧ dit des rituels, encore et encore; nous, on pleure!

(汉语翻译待写)

S139 stop écouter
wɤ˩˥, | ʐɯ˧ | ɖɯ˧-ʈʰɤ˥ tʰi˩-kʰɯ˩! | dɑ˧pɤ˧ | tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩ | le˧-ʈʂʰo˥, | le˧-ʈʂʰo˥! |

A nouveau, on verse quelques gouttes d'alcool! Le prêtre dɑ˧pɤ˧, il récite des rituels, et récite encore!

(汉语翻译待写)

S140 stop écouter
nɑ˩-ʈʂʰɯ˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | hĩ˧ ʂɯ˧, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-kv̩˩-mæ˩! |

Les Na, autrefois, quand quelqu'un mourait, on faisait comme ça!

(汉语翻译待写)

S141 stop écouter
tʰi˩˥, | le˧-ʂɯ˧-se˩, | le˧-qæ˧-se˥, | mmm… le˧-qæ˧-se˥ | ɖɯ˧-ɲi˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | əəə… õ˧tʰv̩˧-so˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | əəə… wɤ˩˥ | tʰv̩˧-ɲi˧ | ʈæ˧bɤ˧ | ɖɯ˧-ʂɯ˩ ʁɑ˩ʂe˩-se˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | ʂɯ˧-ɲi˧-ɳɯ˩, | ʈæ˧bɤ˧ | wɤ˩˥ | ɖɯ˧-ʂɯ˩ ʁɑ˩ʂe˩! |

Ensuite, après la mort, après la crémation, eh bien… Le jour où la crémation est achevée, euh… ce soir-là, euh… ce jour-là, après avoir à nouveau fait venir les prêtres, eh bien, après sept jours, on va à nouveau quérir les moines!

(汉语翻译待写)


NOTE : vérifié: est bien /ɖɯ˧-ʂɯ˩ | ʁɑ˩ʂe˩-se˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩/, non /‡ɖɯ˧-ʂɯ˩ | ʁɑ˩ʂe˩-se˥-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩/; le morphème /se/ est mis en valeur, d'où une fréquence fondamentale plus élevée.
NOTE : /ʂɯ˧-ɲi˧-ɳɯ˩/: tons vérifiés
S142 stop écouter
ɬv̩˧gv̩˧ ki˩-ɲi˩-pi˩, | ʈʂʰɯ˧-dʑo˧ | hɑ˧ ki˩-ɲi˩-pi˩, |

On fait une offrande de nourriture [au défunt]; on [lui] donne de la nourriture;

(汉语翻译待写)

S143 stop écouter
tʰi˩˥, | əəə… ʂɯ˧-ɲi˧-ɳɯ˩, ɖɯ˧-ʂɯ˩, | ɖɯ˧-ʂɯ˩, | ɖɯ˧-ʂɯ˩-ɳɯ˩… | ʐv̩˧tsʰi˩-lɑ˩ | gv̩˧-hɑ̃˩! |

Alors, après sept jours… Une fois, puis une autre, puis une fois encore… [c'est pendant] quarante-neuf jours qu'on donne [des offrandes de nourriture au défunt]!

(汉语翻译待写)


NOTE : The particle /-ɳɯ˩/ in /ɖɯ˧-ʂɯ˩, | ɖɯ˧-ʂɯ˩, | ɖɯ˧-ʂɯ˩-ɳɯ˩/ had been overlooked in the initial transcription.
S144 stop écouter
ʐv̩˧tsʰi˩-lɑ˩ | gv̩˧-hɑ̃˩-ki˩, | əəə… <ʁɑ˧ʂ…> ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩-se˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | no˧ | le˧-ʂɯ˧-hĩ˧-dʑo˩, | no˧ | hɯ˧! |

Parvenu au terme de ces quarante-neuf jours, euh… quand on a fini de faire appel aux prêtres (=quand les prêtres ont accompli tous les rituels prescrits, quand le temps est venu de mettre fin aux rituels funéraires), toi qui es mort, tu pars [pour de bon] / tu quittes définitivement la demeure!

(汉语翻译待写)


NOTE : d'abord noté /‡le˧-ʂɯ˩-hĩ˩-dʑo˩/
S145 stop écouter
njɤ˧ | le˧-dʑo˩-hĩ˩-dʑo˩, | õ˧-bv̩˥-õ˩ ɲi˩-ze˩! | no˧ | le˧-ʂɯ˧-hĩ˧, | õ˧-bv̩˥-õ˩ ɲi˩-ze˩, | pi˧-zo˩! |

Moi, personne vivante, je suis désormais seule! Toi, personne décédée, tu es désormais seule! / Le lien est désormais rompu avec les vivants!

(汉语翻译待写)

S146 stop écouter
le˧-bv̩˧~bv̩˧ kv̩˥-tsɯ˩ | -mv̩˩! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩! | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-dʑo˩˥! | zo˩no˥, | ʈæ˧bɤ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-ʁɑ˥ʂe˩-dʑo˩, |

On finissait par se séparer! / En fin de compte, les vivants et les morts se séparaient! Autrefois! C'est ce qu'on racontait! Alors… voilà comment on allait quérir les moines.

(汉语翻译待写)


NOTE : /ʐwɤ˩-dʑo˩˥/: tons vérifiés
S147 stop écouter
le˧-ʂɯ˧-hĩ˧-dʑo˩, | le˧-ʂɯ˧-ɲi˥-ze˩ pi˩! |

Le décès était désormais consommé! (littéralement "On disait que la personne décédée était désormais morte")

(汉语翻译待写)

S148 stop écouter
le˧-dʑo˩-hĩ˩-dʑo˩, | le˧-dʑo˩-ɲi˩-ze˩ pi˩! |

Ceux qui demeuraient vivants, ils étaient fermement rétablis dans leur rôle de vivants! (littéralement "On disait que les vivants étaient désormais vivants") / Une ligne claire était désormais tracée entre les morts et les vivants!

(汉语翻译待写)

S149 stop écouter
ʐv̩˧tsʰi˩gv̩˩-hɑ̃˩ gv̩˩ | ɖɯ˧-ɲi˥-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | le˧-bv̩˧~bv̩˧! |

Le jour où quarante-neuf nuits ont passé [depuis le décès], on se sépare/ on sépare les vivants et les morts!

(汉语翻译待写)

S150 stop écouter
tʰi˩˥, | le˧-ʂɯ˧-hĩ˧, | õ˧-bv̩˥-õ˩ | bi˧! | mmm… le˧-dʑo˩-hĩ˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | "õ˧ ə˧mi˥ F | le˧-ʂɯ˧-ze˧" pi˧! |

Le défunt s'en va de son côté! Les vivants, ils disent (=ils peuvent désormais dire): "Ma mère est morte!"

(汉语翻译待写)


NOTE : vérifié, n'est pas /‡…õ˧-bv̩˥-õ˩ bi˩/
S151 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩-tsɯ˥ | mv̩˩! |

Voilà ce qu'on racontait!

(汉语翻译待写)

S152 stop écouter
tʰi˩˥, | tʰv̩˧ mɤ˧-ɲi˩, | pi˧-dʑo˩, | ʐv̩˧tsʰi˩gv̩˩-hɑ̃˩ | <le˧…> le˧-tɑ˧˥ | -dʑo˩, | ɑ˩ʁo˧… | kʰi˧bɤ˧-ʁo˧ | ɖʐæ˧-dʑo˩-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩! | hĩ˧ le˧-ʂɯ˧-hĩ˧ tʰv̩˧-v̩˧! | ɖɯ˧-jɤ˧ F | tʰɑ˧-bi˧! |

On dit que si on ne procède pas ainsi, jusqu'au quarante-neuvième jour, tous [les défunts reviennent et] s'installent à califourchon sur le seuil de la maison! Il ne va nulle part (=il ne suit pas l'itinéraire qu'il devrait, vers sa vie future)!

(汉语翻译待写)


NOTE : ɖʐæ˧B: monter à cheval, enfourcher
S153 stop écouter
gɯ˧-mɤ˧-gɯ˩, | mɤ˧-sɯ˥-ze˩-mæ˩! | ə˩-gi˩! |

Quant à savoir si c'est vrai ou pas, on ne sait pas, n'est-ce pas!

(汉语翻译待写)


NOTE : /mɤ˧-sɯ˥-ze˩-mæ˩/: tons vérifiés
S154 stop écouter
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | nɑ˩˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥! |

Les Na, autrefois, c'est ce qu'ils racontaient!

(汉语翻译待写)

S155 stop écouter
kʰi˧bɤ˧-ʁo˧ | tʰi˧-ɖʐæ˧! |

[Que le défunt] s'installait à califourchon sur le seuil!

(汉语翻译待写)

S156 stop écouter
tʰi˩˥, | ɑ˩ʁo˧ | si˧ F | ʈʂʰɯ˧=ɻæ˥ | le˧-to˧~to˧ le˧-po˧-jo˥! | ɬi˩ʈɯ˩mæ˥-tʰv̩˩ | põ! pi˧, | kʰɯ˧~kʰɯ˥ mɤ˩-kv̩˩-mæ˩, | ə˩-ɲi˩˥! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩! | əəə… hĩ˧mo˥=ɻæ˩-ɳɯ˩! |

Alors, eux (=les vivants), ils amènent des brassées de bois/de bûches dans la maison en les portant dans les bras! Les jeter à terre sur la partie en terre battue proche de l'entrée (ɬi˩ʈɯ˩mæ˥), vlan!, ça ne se fait fait pas, n'est-ce pas! [car cela pourrait réveiller/faire surgir un fantôme logé à cet endroit: un esprit pas encore parti de la maison, resté à califourchon sur le seuil] Autrefois, les vieux [voilà ce qu'ils disaient]:

(汉语翻译待写)


NOTE : /ʈʂʰɯ˧=ɻæ˥$/: phonétiquement très réduit
S157 stop écouter
"ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-mɤ˩-ɖo˩! | kʰi˧bɤ˧-ʁo˧ ɖʐæ˧ dʑo˩-kv̩˩! | sɯ˧ tʰi˩-tɕɯ˩-bi˩, | ə˧-dzɤ˧~dzɤ˥ tɕɯ˩-zo˩-kv̩˩" pi˩! |

"Quand vous déposez du bois, il faut le déposer délicatement!"

(汉语翻译待写)


NOTE : vérifié: il n'y a pas de syllabe /-wɤ˩/ après /mɤ˩-ɖo˩/
S158 stop écouter
əəə… ʐv̩˧tsʰi˩gv̩˩-hɑ̃˩ <ɖɯ˩-kʰv̩˩…> [ɖɯ˩-ɲi˩] mmm… lv̩˩ kʰɯ˩-zo˩-kv̩˥-pi˩! |

[Jusqu'au] 49e jour… il faut être prudent jusqu'à cette date! (littéralement: "il faut qu'il y ait suffisamment [de temps]/ que cette période soit achevée en bonne et due forme/ qu'un temps suffisant se soit écoulé) disait-on.

(汉语翻译待写)

S159 stop écouter
ʐv̩˧tsʰi˩gv̩˩-hɑ̃˩ gv̩˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | hĩ˧=ɻæ˥ | õ˧ ʐɤ˥, õ˩ tɕʰo˩-bi˩-kv̩˩-ze˩! | əəə… pi˧-zo˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥! | <hĩ˧-m…> æ˧ʂæ˧, hĩ˧ ʂɯ˧ F | njæ˧sɯ˩kv̩˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥… | hĩ˧ ʂɯ˧! |

Après que 49 jours se soient écoulés, chacun suit son propre chemin/ s'en va sur sa propre voie!

(汉语翻译待写)


NOTE : /õ˧ ʐɤ˥, õ˩ tɕʰo˩-bi˩-kv̩˩-ze˩/: tons vérifiés
S160 stop écouter
njæ˧=ɻ̍˩, | zo˩no˥, | əəə… hĩ˧ ʂɯ˧, | njɤ˧ | le˧-sɯ˥ | ʈʂʰɯ˧-tɕo˧ tɑ˧-ɳɯ˥, | əəə… ʐv̩˩-kv̩˩ ʂɯ˩-ze˥-mæ˩! | ʐv̩˩-kv̩˩˥! | njɤ˧ | ə˧mi˧! | mmm… njɤ˧ | ə˧mi˧! | njɤ˧ | ə˧ʑi˧˥! | njɤ˧ | ə˧v̩˧˥ | so˩-kv̩˩˥! | ŋwɤ˩-kv̩˩˥! |

Nous autres, la morte de quelqu'un… pour ce que je sais des morts, euh… il y en a quatre qui sont morts! Ma mère! mmm… Ma mère; ma grand-mère; mes trois oncles! [En fait, en tout ça fait] cinq!

(汉语翻译待写)

S161 stop écouter
njɤ˧=ɻ̍˩ | ə˧mi˧, | zo˩no˥, | qʰv̩˧-kv̩˧ ɲi˥-mæ˩! | njɤ˧ | ə˧ʑi˧-zo˧mv̩˥ | qʰv̩˧-kv̩˥! |

Notre mère, eh bien… [en fait,] ça fait six! [En comptant bien chacun des] six enfants de ma grand-mère! (La locutrice avait oublié l'un des oncles, mort à l'armée)

(汉语翻译待写)

S162 stop écouter
zo˩no˥, | ə… ɖɯ˧-v̩˧-lɑ˧ dʑo˧-ze˥-mæ˩! |

Maintenant, il n'en reste plus qu'un (de ses enfants)! (Note: il s'agit d'une tante, cadette de la mère de la locutrice)

(汉语翻译待写)

S163 stop écouter
ə˧v̩˧˥, | zo˩no˥, | <ɖɯ˧-t… |> ʐv̩˩-kv̩˩˥ | le˧-ʂɯ˧! |

Les oncles, eh bien, <tous…> les quatre sont morts!

(汉语翻译待写)


NOTE : /<ɖɯ˧-t…>/: le mot que la locutrice a commencé à dire est: /ɖɯ˧-tɑ˧˥/ 'tout/tous'.
S164 stop écouter
mv̩˧ | ɲi˩-kv̩˩˥, | zo˧ | ʐv̩˩-kv̩˩ ɲi˥-mæ˩! |

Ils étaient deux filles et quatre garçons, hein!

(汉语翻译待写)

S165 stop écouter
tʰi˩˥, | <mv̩˧…> ə˧mi˧ | ɖɯ˧-v̩˧-lɑ˧ dʑo˧-ze˥! | <zo˧ | ɲi˧-kv̩˧˥…> zo˧ | ʐv̩˩-kv̩˩˥ F | le˧-ʂɯ˧-ze˧! |

Et il ne reste <qu'une fille…> qu'une mère/tante!

(汉语翻译待写)


NOTE : /zo˧ | ʐv̩˩-kv̩˩˥ F | le˧-ʂɯ˧-ze˧/: tons vérifiés
S166 stop écouter
zo˧, | əəə… ɖɯ˧-v̩˧-hĩ˧-se˥, | njæ˧=ɻ̍˩, | zo˩no˥, mmm… | tʰv̩˧-ʈʂæ˩-qo˩, | dʑɤ˩˥ | mɤ˧-sɯ˧-sɯ˥! |

[Parmi] les hommes, euh… il y en avait un, à cette époque, je ne le connaissais pas encore bien!

(汉语翻译待写)


NOTE : tons vérifiés, pour toute la séquence
S167 stop écouter
tɑ˧~tɑ˧ | pʰo˩ lɑ˧˥ | ɖɯ˧-kʰv̩˧˥! | gi˧˥ | ɖɯ˧-kʰv̩˧˥, | ə˩-gi˩! | mmm… mo˩zo˧… | mi˩pi˧ ʝi˧-hɯ˧-zo˥! |

précisément l'année où il y a eu la guerre! La dernière année [de la guerre], n'est-ce pas! Il avait dû partir comme soldat; comme membre de la milice!

(汉语翻译待写)


NOTE : /pʰo˩ lɑ˧-gi˥ | ɖɯ˧-kʰv̩˧˥ |/: la dernière année de la guerre
NOTE : /mi˩pi˧/: milicien (emprunt au chinois: 民兵)
S168 stop écouter
zo˩no˥, | li˩sɯ˩mo˩-qo˥… | li˩læ˩˥… | lo˧gv̩˩ | li˩sɯ˩mo˩-qo˥ dʑo˩-ɲi˩! |

Maintenant, il se trouve dans une tombe provisoire, dans une tombe provisoire, à Ninglang (emprunt chinois: 宁蒗)… à Ninglang (mot na)…

(汉语翻译待写)


NOTE : /li˩sɯ˩mo˩˥: mot chinois: 临时[坟]墓 'tombe provisoire'
S169 stop écouter
mi˩pi˧ ʝi˧-hɯ˧-zo˥… | əəə, zo˩no˥, | əəə… tʰo˩fv̩˩-qɑ˩ lɑ˥~lɑ˩-zo˩! | le˧-ʂɯ˧! |

Parti dans la milice, euh… eh bien… ils combattaient les bandits! [Et il y] est mort.

(汉语翻译待写)

S170 stop écouter
tʰi˩˥, | ə˧v̩˧˥ | so˩-kv̩˩˥ | -dʑo˩, | əəə… ɑ˩ʁo˧ | <tʰ> ʂɯ˧! | njɤ˧ | do˩-mæ˩˥! |

Les trois [autres] oncles, ils sont morts à la maison! J'ai assisté [à leurs funérailles]!

(汉语翻译待写)

S171 stop écouter
do˩˥ | -dʑo˩, | ə˧mi˧! | ʁwɤ˧-qo˧ | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | le˧-ʁɑ˥ʂe˩; | bo˩ʈʂʰæ˧! | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | bo˩ʈʂʰæ˧-ʈʂʰɯ˩, | ə˩-gi˩! | no˧ | ə˧mɑ˧-bv̩˧ | ə˩-do˩˥? |

J'y ai assisté; houlà! [Les gens] du village, on va tous les chercher (=on les invite tous/on les fait tous venir); [une partie importante de la cérémonie, c'est qu'on partage] le cochon-conservé-entier (viande pipa)! Les Na, le cochon-conservé-entier [c'est quelque chose d'important pour eux]! Tu as vu ceux qu'il y a chez moi?

(汉语翻译待写)


NOTE : vérifié: il n'y a pas de syllabe supplémentaire, type /ɻ/, après /bo˩ʈʂʰæ˧-ʈʂʰɯ˩/.
NOTE : Lors des cérémonies d'enterrement, on consommait jusqu'à trois cochons-conservés-entiers. Autrefois, si on n'avait pas deux ou trois cochons-conservés-entiers à la maison, on passait pour une famille indigente. Aujourd'hui, les jeunes n'en confectionnent plus guère.
S172 stop écouter
tʰv̩˧-ʁo˥, | bo˩ʈʂʰæ˧, | qʰɑ˩jɤ˩ dʑo˩-kv̩˥-ɲi˩! |

Cette sorte [de nourriture], le cochon-conservé-entier, qu'est-ce qu'il y en avait [dans le garde-manger de chaque maisonnée]!

(汉语翻译待写)


NOTE : tons vérifiés, n'est pas /‡qʰɑ˩jɤ˩ dʑo˩-kv̩˩˥/
NOTE : certains familles conservaient jusqu'à treize cochons-conservés-entiers
S173 stop écouter
ʁwɤ˧qo˧-hĩ˧ | le˧-ʁɑ˥ʂe˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | <hĩ˧…> hĩ˧ ʂɯ˧-dʑo˩, | ɖɯ˧-v̩˧-ɳɯ˧ | ɖɯ˧-pʰæ˧˥, | ɖɯ˧-v̩˧-ɳɯ˧ | ɖɯ˧-pʰæ˧˥, | ɖɯ˧-v̩˧-ɳɯ˧ | ɖɯ˧-pʰæ˧˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-qʰæ˧˥! |

Les gens du village, on les invitait, on les faisait venir; quand quelqu'un mourait / à l'occasion d'un décès, chacun en recevait une tranche, l'un après l'autre; voilà comment on le partageait!

(汉语翻译待写)

S174 stop écouter
zo˩no˥, | D ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | nnn…əəə… zo˩no˥, | ʈæ˧bɤ˧ | ɖɯ˩-hĩ˩˥, | ʈʂʰɯ˧-v̩˧-ki˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-ʈv̩˩ ki˩-zo˩-kv̩˩, | ɖɯ˧-tɕʰi˩-qo˩-ɳɯ˩! | <tʰv̩˧-ʈv̩˥-ni˩> [tʰv̩˧-tɕʰi˧-ni˧˥], | ɖɯ˧-ʈv̩˩! |

On faisait venir des moines; alors, pour un moine important, à lui, on donne un gros morceau, comme ça, à chaque repas! A l'autre repas (=au repas suivant), [à nouveau] un bon morceau [de viande]!

(汉语翻译待写)


NOTE : D: pour 'disfluency'; la locutrice frôle le bégaiement, difficulté qu'elle éprouvait dans sa jeunesse et a en grande partie surmontée mais qui réapparaît de temps à autres. Le symbole D est porté devant le mot sur lequel la locutrice a buté.
NOTE : /ɖɯ˩-hĩ˩-ki˥, | ɖɯ˩-hĩ˩ qʰæ˥! | tɕi˩-hĩ˩-ki˥, | tɕi˩-hĩ˩ qʰæ˥!/ 'Aux grands [personnages], on donne une grande [part du festin]! Aux petits, une petite [part]!'
S175 stop écouter
tɕi˩-hĩ˩-ki˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-ʈv̩˩! | ʈʂʰɯ˧-hwɤ˧-mi˧, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-ʈv̩˩! |

Pour les [moines] moins importants, un morceau comme ça! Large comme ça; un morceau comme ça!

(汉语翻译待写)


NOTE : /hwɤ˧/: large, 宽; /ʈʂʰɯ˧-hwɤ˧-mi˧/: large comme ça
S176 stop écouter
bo˩ʈʂʰæ˧ ɖɯ˧-ɭɯ˧ | <ʈʂʰɯ˧ dʑ… əəə…> ʈʂʰɯ˧ | <ɖɯ˧…> D ʈæ˧bɤ˧-ki˧-ki˩-lɑ˩ lv̩˩-kv̩˩! |

Un cochon-conservé-entier, ça suffisait seulement pour les moines! / Il fallait tout un cochon-conservé-entier (=toute une pièce de cochon-pipa) pour les dons aux moines! / Il fallait un cochon-conservé-entier rien que pour les dons aux moines! (Note: on se montrait très généreux envers les moines; eux ne demandaient rien directement: qu'on leur donne peu ou beaucoup, ils remerciaient solennellement, de même manière.)

一整块猪膘肉才够和尚吃!


NOTE : sens vérifié: 'ça suffisait seulement pour', 'il fallait tout ça rien que pour eux'?
S177 stop écouter
tʰi˩˥, | ʁwɤ˧qo˧ | ɖɯ˧-ʁwɤ˧~ɖɯ˧-ʁwɤ˧ | bv̩˧ʈʂɯ˥-qo˩-ɳɯ˩ | le˧-hæ̃˧˥, | hĩ˧-v̩˧ | ɖɯ˧-pʰæ˧˥, | ɖɯ˧-pʰæ˧˥, | ɖɯ˧-pʰæ˧˥, | ɖɯ˧-pʰæ˧˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | qʰæ˧-kv̩˥-mæ˩! |

Les gens de villages entiers découpent [leur cochon-entier-conservé] dans des vanneries d'un mètre de diamètre environ; on sert à chacun un morceau; voilà comment on répartissait!

(汉语翻译待写)


NOTE : On amène un morceau de viande de cochon conservée pour chaque membre de la maisonnée, plus un morceau pour la maisonnée; comme le thé: 'une cuillère par personne, plus une pour la théière' /ʈʂʰɯ˧ | ɑ˩ʁo˧-ʑi˧dv̩˧-bv̩˧ ɲi˩!/ 'c'est la portion de la maison!'
NOTE : Autrefois, on servait une portion par personne, dans son assiette; on ne mangeait pas comme aujourd'hui à la chinoise, piochant dans les plats
NOTE : Proverbe apocryphe prêté aux Chinois: 吃饭用力! Vu par les Na: est répugnant de les voir comme s'affronter pour piocher ds les plats. Autrefois, on n'utilisait guère de baguettes non plus: 'les doigts, c'est comme des baguettes!'
S178 stop écouter
zo˩no˧-dʑo˥, | ʈʂʰɯ˧-bæ˧ | qʰæ˧-mɤ˧-bi˧-ze˩! | læ˩fe˧-ze˥-tsɯ˩-zo˩, [tɑ˧ho˧ le˧-ʁwɤ˧~ʁwɤ˥-ze˩], | mɤ˧-qʰæ˧-ze˥! |

Désormais, on dit qu'il ne faut plus partager cette viande-là! [petit lapsus: voulait dire 'on ne doit plus en faire'] Il y a eu du gaspillage (=dans certaines familles, le cochon-conservé-entier n'a pas été consommé, année après année); [tout le village en] a discuté ensemble; alors on n'en partage plus! (Sens: il a été décidé collectivement par le village d'abolir la coutume d'offrir des pièces de cochon-conservé-entier lors des grandes occasions; chaque famille demeure libre d'en confectionner pour sa consommation, pour les invités… mais cette préparation n'est plus une composante obligatoire des cadeaux qu'on offre lors des grandes occasions.)

(汉语翻译待写)


NOTE : Avant 2014: noté /‡zo˩no˧-dʑo˧/.
NOTE : emprunt chinois: /læ˩fe˧˥/ 'gaspiller'
NOTE : ɖwæ˧˥ | se˧ʂɯ˩! c'est du gaspillage!
NOTE : en na: /qʰwɤ˩-ʝi˥ | ʐwæ˩˥! |/ c'est du gaspillage!
S179 stop écouter
ʁo˧dɑ˧, | njɤ˧=ɻ̍˩ | ə˧ʑi˧-lɑ˥ | njɤ˧ | ə˧mi˧-ʈʂʰɯ˧ | ʂɯ˧-ʁo˧to˩-dʑo˩ | qʰæ˧˥! |

Autrefois, nous autres, ma grand-mère et ma mère, après leur mort, on a partagé [du cochon-conservé-entier]!

(汉语翻译待写)

S180 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | mɤ˧-qʰæ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | tsʰe˩-kʰv̩˩˥ | mɤ˧-gv̩˧-sɯ˩! |

cela fait moins de dix ans!

(汉语翻译待写)


NOTE : tons de /mɤ˧-qʰæ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧/: vérifiés
S181 stop écouter
tsʰe˩-kʰv̩˩˥ | le˧-gv̩˧-ze˧ | bɑ˩˥! | tsʰe˩-kʰv̩˩-ʁ… ʁo˩dɑ˩˥ | -dʑo˩, | qʰæ˧˥! | tsʰe˩-kʰv̩˩-ʁo˩tʰo˥-dʑo˩, | mɤ˧-qʰæ˧-ze˥! |

Oh, ça doit tout de même faire dix ans! Il y a dix ans, on partageait! Depuis dix ans, on ne partage plus!

(汉语翻译待写)

S182 stop écouter
tsʰi˧qʰæ˧˥ | -dʑo˩, | qʰæ˧-mɤ˧-bi˧-ze˩-tsɯ˩! |

Maintenant/désormais, on ne va plus partager! / on ne partage plus!

(汉语翻译待写)


NOTE : tons de /qʰæ˧-mɤ˧-bi˧-ze˩-tsɯ˩/ vérifiés.
S183 stop écouter
zo˩no˥, | ʈæ˧bɤ˧-ki˥-lɑ˩ qʰæ˩-ze˩! |

Maintenant, on ne partage plus qu'avec les moines/ on n'en fait plus cadeau qu'aux moines!

(汉语翻译待写)


NOTE : on pourrait également dire: /ʈæ˧bɤ˧-ki˥-lɑ˩ ki˩-ze˩/ 'on n'en donne plus qu'aux moines', ou /ʈæ˧bɤ˧-ki˥-lɑ˩ qʰæ˩-bi˩-tsɯ˩ |/.
NOTE : tons vérifiés, pour toute cette séquence
S184 stop écouter
zo˩no˥, | ʈæ˧bɤ˧-ʈʂʰɯ˧, | zo˩no˥, | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | hĩ˧ ɖɯ˧-v̩˧ ʂɯ˧ | pi˧, | ni˧tsi˧-kv̩˧˥, | tsʰe˩ŋwɤ˩-kv̩˥, | tsʰe˩hõ˩-kv̩˥, | əəə… tsʰe˩-kv̩˩˥, | ʂɯ˧-kv̩˧˥… |

Les moines, nous autres, quand quelqu'un meurt, on en fait venir vingt, ou quinze, ou dix-huit, ou dix, ou sept,

(汉语翻译待写)

S185 stop écouter
ʂɯ˧-kv̩˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | ɖɯ˧-zo˧-kv̩˧-tsɯ˥ | mv̩˩! | ɲi˧tsi˧-kv̩˧˥ | mɤ˧-lv̩˩-bi˩, | no˧ | ʂɯ˧-kv̩˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | qʰɑ˩ne˩˥ | bi˧, | ɖɯ˧-zo˧-kv̩˧˥! |

Sept [moines], ça se trouvait! / ce n'était pas trop difficile à trouver! Si on ne parvenait pas à en faire venir vingt, toi, les sept, de quelque façon [que tu t'y prennes], tu parvenais bien à les trouver!

(汉语翻译待写)

S186 stop écouter
ɖɯ˧-ʈæ˩tsʰo˩ ɲi˩-pi˩-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩! | ʈæ˩tsʰo˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ ɲi˩-pi˩-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!

On disait qu'ils formaient "une classe"! On disait que c'était comme une classe [toute entière qui était provisoirement installée chez le défunt: les moines psalmodiaient à l'unisson, etc.]

(汉语翻译待写)


NOTE : séquence /ɖɯ˧-ʈæ˩tsʰo˩ ɲi˩-pi˩-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩/: tons vérifiés
NOTE : /ʈæ˩tsʰo#˥/: avais d'abord pensé qu'il s'agissait d'un nom de rituel réalisé lors du décès: /‡ɖɯ˧-ʈæ˩/, qui aurait donné: /‡ɖɯ˧-ʈæ˩ tsʰo˩/: danser ce rituel. En réalité: veut dire: un groupe, un ensemble.
S187 stop écouter
ʈæ˩tsʰo˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ ɲi˩-pi˩, | zo˩no˥ | ʐwɤ˩˥ | pi˧, | ə˧zɯ˩, | ɕjo˩ɕjɑ˩˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ ɲi˩-ze˩-mæ˩, | ə˩-gi˩! |

"Une classe" (emprunt tibétain), pour le dire à la façon d'aujourd'hui, nous deux, [on dirait que] c'était comme "une [classe d']école" (emprunt chinois), n'est-ce pas!

(汉语翻译待写)

S188 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ | go˧bɤ˩-bv̩˩ | ɖɯ˧-ɭɯ˧… | ʈæ˩tsʰo˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧… | hĩ˧ ɲi˥-pi˩-zo˩! | ɖɯ˧-ɭɯ˧ ɖɯ˧-kv̩˧-ze˥-mv̩˩! | pi˧-hĩ˧, | mv̩˧ʈʂæ˧-kv̩˥-tsɯ˩ | -mv̩˩! | ʈæ˩tsʰo˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ ɲi˩! | pi˧-zo˩. | ɖɯ˧-ʈæ˩tsʰo˩ ɲi˩-pi˩-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Ca, c'était un [groupe entier de moines] du monastère… Une classe (emprunt tibétain)… C'était des gens! (=C'était ainsi qu'on désignait ce groupe de gens!) On en faisait venir un entier, de groupe [de moines]! (littéralement "on obtenait une [classe entière]) C'est comme ça que ça s'appelait! On disait que c'était "une classe"! On disait qu'ils formaient "une classe"[, tous ces moines qui venaient ensemble]!

(汉语翻译待写)


NOTE : /ɖɯ˧-kv̩˧-ze˥-mv̩˩/: vérifié; ressemble à un simple /ɖɯ˧-kv̩˧˥/, du fait de la faible articulation
NOTE : /ʈæ˩tsʰo˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ ɲi˩/: tons vérifiés; ressemble à /‡…ɲi˧/
S189 stop écouter
tʰi˩˥, | njɤ˧ | ə˧ʑi˧-se˥, | <njɤ˧… zo˩no˥…> njɤ˧=ɻ̍˩ | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | əəə… ə˧v̩˧˥ | <ɖ… əəə….> zo˩no˥, | ə˧ʑi˧˥, əəə… | ə˧ʑi˧-se˥, | ʈæ˧bɤ˧ | <ʂ…> ɲi˧tsi˧-kv̩˧ ʁɑ˧ʂe˥-ɲi˩! |

Ma grand-mère, <moi… eh bien…> nous autres, nous tous, euh… l'oncle… eh bien, ma grand-mère… ma grand-mère, elle, elle allait chercher tre… vingt [moines]!

(汉语翻译待写)


NOTE : d'abord noté /‡zo˩no˧, ə˧ʑi˧=ɻ̍˥, əəə… | ə˧ʑi˧-se˥/; bien vérifié: est simplement /ə˧ʑi˧˥/.
S190 stop écouter
ɲi˧tsi˧-kv̩˧-hĩ˧-tʰv̩˧… | ŋv̩˧ | ʈʂʰɯ˧=ɻæ˥ | dʑɤ˩pi˧ tʰi˥-ki˩-ɲi˩! | hĩ˧ F … | zo˩no˥… | ʈæ˧bɤ˧ | ɖɯ˩-hĩ˩ tʰv̩˩-v̩˩-ki˥, | ʝi˩tɕʰɤ˧-kʰwɤ˧! | mmm… v̩˧pɤ˩-kʰwɤ˩, | ŋwɤ˧ɕi˧-mæ˥, | ɖɯ˧ʈv̩˧-mæ˩, | so˩ɕi˩-mæ˥! |

Ces vingt-là… l'argent, tout ça, on leur en donnait beaucoup! Les gens… eh bien… à un moine important, [on donne] mille yuan! (emprunt chinois) Cinq cent yuan (emprunt chinois)… cinq cent yuan (formulation na), mille yuan (formulation na); trois cent yuan [pour quelqu'un d'un peu moins important]!

(汉语翻译待写)


NOTE : /ʝi˩tɕʰɤ˧-kʰwɤ˧/: passage en chinois: 一千块, mille yuan; /v̩˧pɤ˩-kʰwɤ˩/: 五百块
NOTE : /ʈʂʰɯ˧=ɻæ˥/: fortement coalescent, comme c'est généralement le cas pour ce mot.
S191 stop écouter
ʈæ˧bɤ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɖɯ˧-kʰwɤ˥~ɖɯ˩-kʰwɤ˩ di˩-kv̩˩-mæ˩! |

Les moines, il y avait [une rétribution] pour chacun / On donnait à chacun des moines une rétribution [en fonction de son rang]!

(汉语翻译待写)

S192 stop écouter
ʂɯ˧… | so˧… | tsʰe˧… | ɲi˧tsi˧… | tsʰe˩ŋwɤ˩˥… | õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | <ɖɯ˧…> di˧~di˥-kʰɯ˩-kv̩˩-mæ˩! |

Sept… trois… dix… vingt… quinze… Voilà comment ça se présentait [=voilà comment on ajustait la rétribution en fonction du rang du moine]! (Explication: le décompte des cadeaux et des sommes d'argent se faisait d'après le rang, en arrondissant à des nombres symboliques tels que 3, 7, 10, 15, 20.)

(汉语翻译待写)


NOTE : di˧di˥-kʰɯ˩: ajuster (la rétribution) (en fonction du rang du moine); avais d'abord noté /‡di˩di˥/
S193 stop écouter
ɲi˧tsi˧ ɖɯ˧ F | pi˧-dʑo˩, | tsʰe˩-ŋwɤ˩ ʝi˥! |

[Untel, un moine important, il] obtient vingt [yuan]; après ça, on passe à quinze (littéralement "on fait 15") [pour quelqu'un d'un peu moins important]! (Explication: on donne dans l'ordre, en commençant par les plus importants; tous les moines sont assis dans la pièce principale lors de cette distribution.)

(汉语翻译待写)


NOTE : vingt-obtenir
S194 stop écouter
tsʰe˩-ŋwɤ˩ ɖɯ˩˥ | pi˧-dʑo˩, | tsʰe˧ ʝi˧! | tsʰe˧-ɳɯ˧-dʑo˥, | ʂɯ˧ ʝi˧! | ʂɯ˧-ɳɯ˧, | so˧! |

Quand [quelqu'un] a obtenu les quinze, on passe à dix (littéralement "on fait 10")! Après les dix, on passe à sept (littéralement "on fait sept")! Après les sept, [on passe à] trois!

(汉语翻译待写)

S195 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥, | so˩-tɕɯ˩˥… | so˩-hĩ˩ ʈʂʰɯ˩ni˩˥ | -zo˩. | <so˩-ɳɯ…> so˩-mæ˩~so˥mæ˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | di˧~di˥-kv̩˩-tsɯ˩ | -mv̩˩!

Voilà comment… [On donne] trois livres [de viande]… On [distribue] ainsi, par trois. Trois yuan par trois yuan: voilà comment se présentait [l'argent qu'on donnait]!

(汉语翻译待写)

S196 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥, | ʈæ˧bɤ˧ ɲi˧tsi˧-kv̩˧˥ | ʁɑ˧ʂe˥ ɲi˩! |

De la sorte, on recrute vingt moines!

(汉语翻译待写)


NOTE : /ʁɑ˧ʂe˥ ɲi˩/ had initially been transcribed mistakenly as /‡ʁɑ˧ʂe˥ hĩ˩/.
S197 stop écouter
hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɑ˩ʁo˧ | mɤ˧-tsʰɯ˩-bi˩, | zo˩no˥, | ʈæ˧bɤ˧-ʈʂʰɯ˧ | le˧-ʁɑ˥ʂe˩-pi˩… | no˧, | zo˩no˥, | ɑ˩ʁo˧ dʑo˩, | njɤ˧ | hĩ˧ ʂɯ˧ mɤ˧-tsʰɯ˩-bi˩, | no˧-ɳɯ˧ | ɑ˩ʁo˧-ɳɯ˧ | ʈʂʰo˧-bi˧! |

Les gens (=les moines), même s'ils ne viennent pas à la maison [faute de pouvoir trouver le temps], quand on a recruté un moine, eh bien… toi, tu restes chez toi (littéralement "tu es à la maison"), tu ne viens pas aux cérémonies funèbres chez moi, tu dis les rituels chez toi/là où tu te trouves (littéralement "à la maison")!

(汉语翻译待写)


NOTE : /ɑ˩ʁo˧-ɳɯ˧ | ʈʂʰo˧-bi˧/: le /b/ est phonétiquement dévoisé
S198 stop écouter
no˧-bv̩˩… | əəə… ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩, | ə˩-gi˩! | ɖɯ˩lo˧-ʈʂʰɯ˧! | le˧-ʈʂʰɤ˩ | po˧-bi˥-kv̩˩-mæ˩! |

On fait pareil pour tout, n'est-ce pas! C'est la coutume! on partage et on leur apporte (=on apporte une part des offrandes à ceux qui ne viennent pas à la maison)!

(汉语翻译待写)


NOTE : d'abord noté /‡no˧-bv̩˧/
S199 stop écouter
ɖɯ˧-tɕʰi˩-ɳɯ˩, | ʂe˧pʰæ˩ | ɖɯ˧-pʰæ˧˥! | ɖɯ˧-tɕʰi˩-ɳɯ˩, | ʂe˧pʰæ˩ | ɖɯ˧-pʰæ˧˥! |

A chaque repas, une tranche de viande!

(汉语翻译待写)


NOTE : on pourrait également dire simplement /ʂe˧ | ɖɯ˧-pʰæ˧˥/
S200 stop écouter
tʰi˩˥, | pɤ˩jɤ˧ qʰæ˥-kv̩˩-ze˩-mæ˩! | njɤ˧ F | hĩ˧ tɕʰɯ˧-ɳɯ˩, | zo˩no˥, | njɤ˧ F | ɑ˩ʁo˧ | æ˧mv̩˩ | hĩ˧ tɕʰɯ˧, | ə˩-gi˩! | hĩ˧ tɕʰɯ˧-ɳɯ˩, | hĩ˧ ʂɯ˧, | pi˧-dʑo˩, | ɑ˩ʁo˧… | njɤ˧-ɳɯ˧ | pɤ˩jɤ˧ qʰæ˥-bi˩-zo˩-kv̩˩-ze˩-mæ˩! |

On partage aussi les galettes! Moi, quand je veille un défunt, dans ma famille, c'est l'aîné qui veille le défunt, n'est-ce pas!

(汉语翻译待写)


NOTE : /hĩ˧ tɕʰɯ˧/: veiller un défunt
NOTE : /hĩ˧ tɕʰɯ˧-ɳɯ˩, | hĩ˧ ʂɯ˧/: il n'y a pas de syllabe entre /hĩ˧ tɕʰɯ˧/ et /ɳɯ˩/.
S201 stop écouter
ɖɯ˧-sɑ˥ F | -bi˩, | tʰɑ˧-lɑ˧˥! | zo˩no˥, | ʂo˧qo˧-tʰɑ˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | əəə… dze˧! |

Il ne faut frapper nulle part/il ne faut pas avoir de gestes violents! Aujourd'hui on parle de 'sucreries' (emprunt chinois); autrefois on appelait ça 'du sucre'!

(汉语翻译待写)


NOTE : /ʂo˧qo˧-tʰɑ˩/: bonbon; emprunt chinois: 漱口唐; en na, on dit: dze˧-lv̩˧~lv̩˥ 'boules de sucre'
S202 stop écouter
ʂɑ˩tʰɑ˧-dze˧-pi˧-zo˥! | ho˩tʰɑ˩˥! |

On parle de 'sucre en poudre'! de 'sucre roux'!

(汉语翻译待写)


NOTE : /ʂɑ˩tʰɑ˧-dze#˥/: emprunt chinois 'sucre en poudre', 砂糖, auquel est ajouté le mot na pour 'sucre'. Paradoxalement l'expression n'est pas employée pour le sucre en poudre, ce qui serait le sens littéral, mais pour des pains de sucre qu'il fallait ensuite briser/concasser pour les consommer.
NOTE : /ho˩tʰɑ˩˥/: emprunt au chinois 'sucre rouge', 红糖
S203 stop écouter
ʂɑ˩tʰɑ˧-dze˧-ʈʂʰɯ˧, | le˧-hwæ˧ | le˧-po˧-jo˥! | le˧-lɑ˩~lɑ˩, | le˧-lɑ˩~lɑ˩, | le˧-lɑ˩~lɑ˩! |

Le sucre en poudre, on en achète, on le ramène!

(汉语翻译待写)

S204 stop écouter
ʈæ˧bɤ˧ | ɖɯ˧-v̩˧-ki˧-ɳɯ˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-kʰwɤ˥! |

On en donne un morceau à chacun des moines!

(汉语翻译待写)


NOTE : A la transcription, la locutrice juge d'abord qu'il n'y a pas de syllabe supplémentaire après /ɖɯ˧-v̩˧-ki˧/, bien qu'il me semble entendre de la nasalité. Puis elle accepte l'idée qu'il y ait une syllabe /-ɳɯ˩/, comme onze phrases plus bas. Il serait également possible de dire: /ʈæ˧bɤ˧ | ɖɯ˧-v̩˧-ki˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-kʰwɤ˥/.
S205 stop écouter
əəə… ɕi˧ʈʂʰwæ˧-pɤ˩jɤ˩ | ɲi˩-jɤ˩˥! | əəə… li˩˥ | ɖɯ˧-jɤ˧˥! | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | -zo˩, | ŋv̩˧ | mɤ˧-ʈʂɤ˧-zo˩, | mv̩˩kʰv̩˧˥! |

Deux morceaux de galettes de riz! Une galette de thé! L'argent, il ne faut pas compter (=il ne faut pas lésiner), ce soir-là! (Ces dons sont une bonne action; il ne faut pas regretter les grandes dépenses que cela représente.)

(汉语翻译待写)


NOTE : /mv̩˩kʰv̩˧˥/: avant 2016, noté /‡‡mv̩˩kʰv̩˩˥/
S206 stop écouter
mv̩˩kʰv̩˧˥, | ʈæ˧bɤ˧ ʈʂʰo˧-kv̩˧-ze˥-mæ˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-dzi˩ | tʰi˩˥, | le˧-ʈʂʰo˥, | le˧-ʈʂʰo˥, | le˧-ʁæ˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, |

Le soir, les moines disent des rituels; ils se tiennent assis ainsi; ils lisent, lisent… Lorsque le moment est propice,

(汉语翻译待写)


NOTE : /mv̩˩kʰv̩˧˥/: avant 2016, noté /‡‡mv̩˩kʰv̩˩˥/
S207 stop écouter
"o! ʈʂʰɯ˧-ɳɯ˧ | qʰæ˩tsʰɯ˩˥ | -ɲi˩!" | pi˧. | zo˩no˥, | mje˩fe˧ | ʈʂʰɯ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ |

[quelqu'un du village lance:] "Allez! C'est untel qui distribue!" Alors, la part de chacun…

(汉语翻译待写)


NOTE : /mje˩fe˧/: aurait le sens de: 'chacun son lot'; /ɖɯ˧-v̩˧ | ɖɯ˧fe˧˥ |/ 'chacun son lot, jedem das Seine'; sans doute emprunt au chinois 每份
S208 stop écouter
"ʈʂʰɯ˧-ɳɯ˧, | <ʈæ…> pɤ˩jɤ˧ qʰæ˥-tsʰɯ˩! | ʈæ˧ʂɯ˧-ɬɑ˩mv̩˩-ɳɯ˩ | pɤ˩jɤ˧ qʰæ˥-tsʰɯ˩!" |

"C'est untel qui va distribuer les galettes! C'est ʈæ˧ʂɯ˧-ɬɑ˩mv̩˩ qui va distribuer les galettes!"

(汉语翻译待写)

S209 stop écouter
əəə… "tsʰɯ˧ɻ̍˧-ɬɑ˩mv̩˩-ɳɯ˩ | pɤ˩jɤ˧ qʰæ˥-tsʰɯ˩!" pi˩. |

[Ou encore:] "C'est tsʰɯ˧ɻ̍˧-ɬɑ˩mv̩˩ qui va distribuer les galettes!"

(汉语翻译待写)

S210 stop écouter
ə˧mv̩˧-go˧mi˥ | qʰɑ˩jɤ˩ dʑo˩˥, | hĩ˧-ɳɯ˩, | ɑ˩pʰo˩-hĩ˩-ɳɯ˥-dʑo˩, | <tɕʰi˩˥ | le…> tɕʰi˩tʰv̩˩-hĩ˥ | mɤ˧-ʈʂɤ˧! |

la personne qui commandite l'enterrement ne regarde pas à la dépense (littéralement "ne compte pas")!

(汉语翻译待写)

S211 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | pɤ˩jɤ˧ qʰæ˥-kv̩˩-mæ˩! |

Voilà comment on distribue les galettes!

(汉语翻译待写)

S212 stop écouter
pɤ˩jɤ˧ qʰæ˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | əəə… ə˧ʝi˧-tsʰi˧ʝi˧-dʑo˩, | ʂo˧qo˧-tʰɑ˩ qʰæ˩-ze˩! |

Quand on distribue les galettes, euh… de nos jours, on distribue des bonbons!

(汉语翻译待写)

S213 stop écouter
tsʰi˧qʰæ˧˥ | -dʑo˩, | ʂo˧qo˧-tʰɑ˩ qʰæ˩-ʝi˩-ze˩-mæ˩! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | ʂɑ˩tʰɑ˧-dze˧! | ə˧ʝi˧-tsʰi˧-ʝi˧-dʑo˩, | ʂo˧qo˧-tʰɑ˩ | ɖɯ˧-po˩ hwæ˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥! |

Désormais, on distribue des bonbons! Autrefois, c'était des pains de sucre! De nos jours, on achète un paquet de bonbons!

(汉语翻译待写)

S214 stop écouter
<ʂo˧qo˧-tʰ…> ʈæ˧bɤ˧ dʑɯ˧˥ | pi˧, | ʂo˧qo˧-tʰɑ˩ | ɖɯ˩-hĩ˩˥ | ɲi˧-po˩, | so˧-po˧ hwæ˧ le˧-po˧-tsʰɯ˧˥! |

Si les moines sont nombreux, on achète deux ou trois gros paquets de bonbons!

(汉语翻译待写)

S215 stop écouter
<ɖɯ˧-mɤ…> mɤ˧-ʈʂɤ˥~ʈʂɤ˩, | ɖɯ˧-v̩˧-ki˧-ɳɯ˩, | ɖɯ˧-ʈʂwɤ˧~ɖɯ˧-ʈʂwɤ˧! |

chacun prend une poignée!

(汉语翻译待写)

S216 stop écouter
əəə… ʁæ˧bæ˧-qo˧-ɳɯ˧! | ʁæ˧bæ˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧-qo˧-ɳɯ˧, | ɖɯ˧-ʁæ˩bæ˩! |

sur une assiette! Avec une assiette… [toute] une assiette [de bonbons]!

(汉语翻译待写)


NOTE : Avant 2016: noté /ʁæ˧bæ˧-qo˧-ɳɯ˩! | ʁæ˧bæ˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧-qo˧-ɳɯ˧, | ɖɯ˧-ʁæ˩bæ˩/ et précisé: 'tons vérifiés; avais d'abord noté /‡ʁæ˧bæ˧-qo˥-ɳɯ˩/, et /‡ɖɯ˧-ʁæ˧bæ˩/'. Question soulevée en 2016: pourquoi un ton L apparaîtrait-il sur //ɳɯ˧// alors que le nom et la postposition qui précèdent sont tous deux au ton M? Vérifié à nouveau en 2017: est bien: /ʁæ˧bæ˧-qo˧-ɳɯ˧/.
S217 stop écouter
ɕi˧ʈʂʰwæ˧-pɤ˩jɤ˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥, | pɤ˩jɤ˧˥ | le˧-ti˩-hĩ˩ | tʰv̩˧-ʁo˥, | so˧-ɭɯ˧! | ə… ʐv̩˩-ɭɯ˩˥! |

Les galettes de riz, comme ceci: des galettes qu'on a compressées [au mortier] (=galettes denses, pressées au mortier), [on en donne] trois!

(汉语翻译待写)


NOTE : avant août 2012: noté /‡pɤ˩jɤ˧ | le˧-ti˩/
S218 stop écouter
ɖɯ˧-v̩˧-ki˧-ɳɯ˩, | pɤ˩jɤ˧˥ | ʐv̩˩-ɭɯ˩ qʰæ˥-kv̩˩-mæ˩! | ɖɯ˧-ʁæ˧bæ˧! |

A une personne, on donne quatre galettes! Une assiette [pleine de galettes]!

(汉语翻译待写)


NOTE : avant août 2012: noté /‡pɤ˩jɤ˧/
S219 stop écouter
pɤ˩jɤ˧˥ | ʐv̩˩-ɭɯ˩˥, | ʐv̩˩-ɭɯ˩˥, | ʐv̩˩-ɭɯ˩˥, | ʐv̩˩-ɭɯ˩˥! | ʈæ˧bɤ˧ | tsʰe˩-kv̩˩ ʁɑ˩ʂe˥, | pi˧, | pɤ˩jɤ˧˥ | ʐv̩˧tsʰi˩-ɭɯ˩. |

[On distribue] les galettes par quatre, par quatre, par quatre, par quatre! [Si] on fait venir dix moines, [on distribue] quarante galettes.

(汉语翻译待写)


NOTE : avant août 2012: noté /‡pɤ˩jɤ˧/
S220 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-qʰæ˧˥! |

On les répartit comme ceci!

(汉语翻译待写)

S221 stop écouter
tʰi˩˥, | "ʈʂʰɯ˧-ɳɯ˧ | qʰæ˧-tsʰɯ˧˥ | -ɲi˩!" | pi˧. |

On dit: "C'est elle/lui qui distribue!"

(汉语翻译待写)

S222 stop écouter
tʰi˩˥, | njɤ˧=ɻ̍˩ | hĩ˧ ʂɯ˧-dʑo˩, | ɑ˩pʰo˩-hĩ˥ | ɖɯ˧-ʑi˧-ɳɯ˧ qʰæ˧˥! |

Si c'est chez nous qu'a eu lieu le décès, c'est quelqu'un d'une autre famille (littéralement "d'une famille du dehors") qui répartit!

(汉语翻译待写)

S223 stop écouter
njɤ˧-ɳɯ˧-dʑo˥, | njɤ˧-ɳɯ˧ | le˧-qʰæ˧-ɲi˥-ze˩-mæ˩, | ə˩-gi˩! |

Moi (=quand c'est ma famille qui était appelée à jouer ce rôle), c'est moi qui distribuais, n'est-ce pas!

(汉语翻译待写)

S224 stop écouter
tʰi˩˥, | so˧hwɤ˩-dʑo˩, | wɤ˩˥ | ʈʂʰɯ˧=ɻ̍˩ | hĩ˧ ʂɯ˧-pi˧, | njɤ˧-ɳɯ˧ | qʰæ˧-bi˧-zo˧-kv̩˩-ze˩-mæ˩! |

Par la suite, si chez eux (=chez quelqu'un) il y a un décès, c'est à moi qu'on fait appel pour distribuer la nourriture! (littéralement "c'est moi qui devrai distribuer")

(汉语翻译待写)


NOTE : on pourrait également dire: /qʰæ˧-bi˥-kv̩˩-ze˩-mæ˩/; vérifié: n'est pas /‡qʰæ˧-bi˧-zo˥-kv̩˩-ze˩-mæ˩/ www intéressant pour séquences de particules
S225 stop écouter
njɤ˧-ɳɯ˧ | tʰi˧-tsʰɤ˧˥ | -ni˩! | ʈʂʰɯ˧ F | njɤ˧-ki˩ | tʰi˧-tɕɯ˧-tsʰɯ˧˥! |

C'est moi qui rends! L'autre personne, elle vient mettre les choses en ordre (=organiser la cérémonie) chez moi! (explication d'un principe de réciprocité par lequel on rend la pareille à quelqu'un qui a joué les maîtres de cérémonie lors d'un décès chez soi)

(汉语翻译待写)


NOTE : de: /tʰi˧-tsʰɤ˧˥/; et de: /tʰi˧-tɕɯ˥/
NOTE : La forme /njɤ˧-ki˩ |/ est contraire à la règle morpho-phonologique dégagée, selon laquelle le schéma devrait être /njɤ˧-ki˧/. xxxx à vérifier en 2018.
S226 stop écouter
njɤ˧-ɳɯ˧ | so˧hwɤ˩ | ʁwɤ˧qo˧… | hĩ˧ ʂɯ˧-pi˩, | wɤ˩˥ | qʰæ˧-kv̩˥-ze˩-mæ˩! | ʁwɤ˧qo˧ | ɖɯ˧-ʑi˩=ɻ̍˩, | õ˧ hĩ˧ mɤ˧-ɲi˥-hĩ˩ | ɖɯ˧-ʑi˩=ɻ̍˩. |

Moi, dorénavant, dans le village, quand quelqu'un meurt, je vais distribuer [la nourriture] (=c'est moi qu'on charge de distribuer la nourriture)! [pour] une famille du village; une famille qui n'est pas des nôtres (=une maisonnée qui n'est pas membre de notre famille).

(汉语翻译待写)


NOTE : ton vérifié: est: /hĩ˧ ʂɯ˧-pi˩/
S227 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | qʰæ˧-kv̩˥-mæ˩! | ɖʐv̩˧ʐv̩˧-ɖʐv̩˧mi˧-dʑo˩. |

Voilà comment ils partagent, les amis [de la famille venus pour jouer le rôle de maître de cérémonie]!

(汉语翻译待写)

S228 stop écouter
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | qʰæ˧-bi˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | "ə˧mi˧! | ʈʂʰɯ˧=ɻ̍˩, | hĩ˧ ʂɯ˧-ze˩; | njɤ˧=ɻ̍˩ | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩ | ʈʂʰɯ˧-bv̩˩ | pɤ˩jɤ˧ qʰæ˥-ɲi˩! |

Quand on va jouer ce rôle de maître de cérémonies (littéralement: "quand on va partager ainsi"), [voici ce qu'on dit:] "Eeeh! Eux, ils ont eu un décès; nous, autrefois, ils sont venus partager les galettes (=jouer le rôle de maître de cérémonie) chez nous!" (=ils sont venus participer à des funérailles dans notre famille)

(汉语翻译待写)


NOTE : The tones of /ʈʂʰɯ˧-bv̩˩/ were carefully checked. There are seemingly two variants for the 3rd-person pronoun: /ʈʂʰɯ˧-bv̩˧/ and /ʈʂʰɯ˧-bv̩˩/ are both correct. But these are not tonal variants: they have different meanings. The latter, /ʈʂʰɯ˧-bv̩˩/, is a reduced form of /ʈʂʰɯ˧=ɻ̍˩-bv̩˩/, where /=ɻ̍˩/ is the plural. Thus, /ʈʂʰɯ˧-bv̩˩/ means ‘their’, whereas /ʈʂʰɯ˧-bv̩˧/ simply means ‘her/his’. In this context, the bread is not that of one person, but of a household. Segmental ellipsis of the plural /=ɻ̍˩/ is complete: there is no trace left of it, only a tonal difference.
NOTE : on pourrait également dire: /pɤ˩jɤ˧˥ | ɖɯ˧-kʰwɤ˧ ʝi˥-ɲi˩/; dans /ɖɯ˧-kʰwɤ˧ ʝi˥-ɲi˩/: /ʝi/ est le verbe 'faire'.
S229 stop écouter
"ə˧mi˧! | njɤ˧ | wɤ˩˥ | ʈʂʰɯ˧-ki˩ | pɤ˩jɤ˧ qʰæ˥-bi˩-zo˩-ʝi˩!" | pi˧-zo˩. |

On dit: "Eeeh! Ca va être à moi d'aller partager les galettes chez eux! / Ca va être mon tour d'aller jouer le rôle de maître de cérémonie chez eux!"

(汉语翻译待写)

S230 stop écouter
tʰi˩˥, | hĩ˧ | ʂɯ˧-ze˧-pi˧, | pɤ˩jɤ˧˥ | le˧…-ti˩! |

Quand quelqu'un est mort, les galettes, on en prépare! (Note: le terme employé ici est, littéralement: "on le frappe/on le tasse"; cela tient au type de galette dont il est question: non pas un pain levé, mais une sorte de galette très dense.)

(汉语翻译待写)


NOTE : avant août 2012: noté /‡pɤ˩jɤ˧/
S231 stop écouter
pɤ˩jɤ˧ ti˥ | -no˧˥, | so˩ɲi˩-ʐv̩˩ɲi˩ ti˥-zo˩-kv̩˩, | hĩ˧ ʂɯ˧-hĩ˧-tʰv̩˧! | nɑ˩ hĩ˧ ʂɯ˧-hĩ˧ ʈʂʰɯ˧! |

Les galettes, on en prépare (littéralement "on en tasse") pendant trois ou quatre jours, quand quelqu'un est mort! Quand il y a une personne Na qui meurt/quand il y a un mort parmi les Na!

(汉语翻译待写)


NOTE : /ti˥-zo˩-kv̩˩/: réalisé /ʈi˥…/, par une légère maladresse de prononciation
S232 stop écouter
"hæ˧ | hĩ˧ ʂɯ˧-hĩ˧-dʑo˧, | le˧-ʁæ˧-kv̩˧˥!" | pi˧-kv̩˩-mæ˩! | njæ˧sɯ˩kv̩˩ | nɑ˩˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥ | -mæ˩!

On dit: "Les Chinois, quand quelqu'un meurt chez eux, ils s'enrichissent!" Nous autres les Na, voilà ce qu'on dit!

(汉语翻译待写)


NOTE : tons vérifiés, pour toute la séquence /'hæ˧ | hĩ˧ ʂɯ˧-hĩ˧-dʑo˧, | le˧-ʁæ˧-kv̩˧˥!' | pi˧-kv̩˩-mæ˩/
S233 stop écouter
"nɑ˩˥ | hĩ˧ ʂɯ˧-hĩ˧-dʑo˩, | le˧-tɕʰo˩-kv̩˩!" | pi˧-zo˩. |

[A l'inverse,] "les Na, quand quelqu'un meurt chez eux, ils s'apauvrissent!" dit-on.

(汉语翻译待写)


NOTE : /tɕʰo˩/: this is not the word for 'to accompany', but a Chinese borrowing: 穷 'poor'.
S234 stop écouter
ə˧tso˧-mɤ˧-ɲi˩, | ɑ˩ʁo˧… se˩-kv̩˥-tsɯ˩ | -mv̩˩!

(Nous, quand il y a un décès,) tout[es les provisions qu'on avait] à la maison sont épuisées [d'un coup, tant on dépense pour nourrir les invités et rétribuer les moines]!

(汉语翻译待写)


NOTE : note erronée: 'tons vérifiés, pour la séquence /se˧-kv̩˥-tsɯ˩ | -mv̩˩/'; en fait: c'est: LHLL; on peut également dire: LLHL: /se˩-kv̩˩˥/, variante /se˩-kv̩˥/, donne /se˩-kv̩˩-tsɯ˥-mv̩˩/, variante /se˩-kv̩˥-tsɯ˩ | -mv̩˩/.
S235 stop écouter
ʈæ˧bɤ˧-ki˧, | ɖwæ˧˥ | tʰi˧-ki˧! |

On est très généreux envers les moines!

(汉语翻译待写)

S236 stop écouter
əəə… bi˧tɕo˧-hĩ˧-ki˧ F | tʰi˧-ki˧! |

On donne aussi [de la nourriture en abondance] aux gens des villages environnants!

(汉语翻译待写)

S237 stop écouter
tʰi˩˥, | tʰi˩˥, | hĩ˧bæ˧-ʈʂʰɯ˧ | qʰɑ˩jɤ˩ le˩-tsʰɯ˩-bi˥, | qo˩ho˧˥ | le˧-pɤ˥~pɤ˩, | jo˧-kv̩˧˥ | -mæ˩! |

Les invités, il en vient en très grand nombre, portant la boîte à cadeau! Ils viennent!

(汉语翻译待写)


NOTE : ton MH en position non finale de groupe
S238 stop écouter
ʐɯ˧ po˧-jo˥-kv̩˩, | ŋv̩˩ po˩-jo˩-kv̩˥! | pɤ˩jɤ˧ po˥-jo˩-kv̩˩! | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | po˧-tsʰɯ˧˥, | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧sɯ˩kv̩˩ | qo˩ho˧-qo˥ | wɤ˩˥ | le˧-wo˥ | li˩-tʰi˥-kʰɯ˩! |

[Ils] amènent du vin, ils amènent de l'argent! Ils amènent des galettes! Quand ils arrivent ainsi, apportant [ces cadeaux], dans la boîte à cadeau, en retour (littéralement "à nouveau"), [la famille-hôte] met [des cadeaux, tels que] du thé!

(汉语翻译待写)

S239 stop écouter
mmm… jɤ˧ | tʰi˧-kʰɯ˧˥! | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥, | əəə… ʂe˧pʰæ˩ tʰi˩-kʰɯ˩! |

Mmmh… [On y] met du tabac! Voilà comment c'est! Euh… on y met une tranche de viande!

(汉语翻译待写)


NOTE : avais d'abord noté /‡ʂe˧pʰæ˩ | tʰi˧-kʰɯ˩/
S240 stop écouter
wɤ˩˥ | qo˩ho˧-qo˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-kʰɯ˩~kʰɯ˩, | le˧-bi˩-kv̩˩-mæ˩! |

Voilà comment on met en retour [des cadeaux] dans [leur] boîte à cadeaux; [et ils] s'en retournent!

(汉语翻译待写)

S241 stop écouter
nɑ˩-ʈʂʰɯ˥, | ɖɯ˩lo˧-ʈʂʰɯ˧! |

[C'est comme ça que font] les Na, [selon] la tradition! / C'est comme ça chez les Na, selon la tradition!

(汉语翻译待写)

S242 stop écouter
tʰi˩˥, | hæ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | po˧-tsʰɯ˧-bi˥, | <to˩qo˩˥…> ə˧tso˧-mɤ˧-ɲi˩, | to˩qo˩˥ | tɕɯ˧ | ɖɯ˧-sɑ˥ F | tʰi˧-mɤ˧-kʰɯ˧˥, | le˧-hɯ˧-ɲi˥-mæ˩! |

Quant aux Chinois, même s'ils amènent la boîte à cadeaux, quand on la met à l'envers (=quand la maîtresse de maison, qui a reçu la boîte, la renverse: parvenu chez la personne à qui on offre les cadeaux, on dépose cérémonieusement la boîte devant la maîtresse de maison, qui la renverse, déversant tous les cadeaux, puis mettant en retour d'autres cadeaux dans la boîte avant de la rendre au visiteur), [on s'aperçoit qu']ils n'y ont presque rien mis; et ils repartent!

(汉语翻译待写)

S243 stop écouter
nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | no˧ | ʐɯ˧-ʈʰɯ˩-bi˩, | ʈʂʰɯ˧-lɑ˥ ɲi˩! | zo˩no˥… | ʐɯ˧ʈʰɯ˩-hɑ˩dzɯ˩-pi˩-bi˩-bi˩, | zo˩no˥, | hĩ˧-ɳɯ˩ | qo˩ho˧˥ | le˧-pɤ˥~pɤ˩, | pʰɤ˧bɤ˧ | le˧-pɤ˥~pɤ˩ | po˧-tsʰɯ˧-pi˥; |

Chez les Na, si tu te maries, c'est pareil (=il y a un grand échange de cadeaux)! Eh bien… S'il y a un mariage, eh bien, les gens, ils viennent en portant au dos la boîte à cadeaux, ils apportent des cadeaux!

(汉语翻译待写)


NOTE : vérifié: est bien /no˩/ '°2sg', et non /no˧˥/ '°top'
NOTE : vérifié: est /le˧-pɤ˥~pɤ˩ | po˧-tsʰɯ˧-pi˥/, et non /‡le˧-pɤ˥~pɤ˩ | po˧-tsʰɯ˧˥ | pi˧/
NOTE : le /p/ dans /pi˩-bi˩-bi˩/ est entièrement voisé, du fait du contexte
NOTE : /ʈʂʰɯ˧-lɑ˥ ɲi˩/: on pourrait également dire /ʈʂʰɯ˧-lɑ˩ ɲi˩/. (Vérifié en 2014, et à nouveau en 2016. La formulation /ʈʂʰɯ˧-lɑ˩ ɲi˩/ est jugée préférable en 2016.)
S244 stop écouter
õ˧˥ | wɤ˩˥ | ə˧tso˧-mɤ˧-ɲi˩ | le˧-hwæ˧-tʰi˧-tɕɯ˥! | ə˧ʝi˧-tsʰi˧ʝi˧-se˥, | pi˧kæ˧ hwæ˧-ze˧! | ʂo˧ko˧-tʰɑ˩ hwæ˩-ze˩! | qo˩ho˧-qo˥!

On achète soi-même toutes sortes de choses, et on les range [à la maison, en prévision de la fête]! / La famille-hôte prépare force provisions, et les serre chez elle en préparation des festivités! De nos jours, [en prévision de la fête,] on a acheté des biscuits (=on a fait provision de biscuits)! on a acheté des bonbons aux fruits! [On les met] dans la boîte à cadeaux [des invités, avant qu'ils ne s'en retournent]!

(汉语翻译待写)


NOTE : /ʂo˧ko˧-tʰɑ˩/: emprunt chinois 水果糖; anglais: fruit drops
NOTE : tons vérifiés: /pi˧kæ˧ hwæ˧-ze˧/
S245 stop écouter
jɤ˧ hwæ˧-ze˧! | li˩ tʰi˧ kʰɯ˧˥! | jɤ˧ tʰi˧-kʰɯ˧˥! | ʂo˧ko˧-tʰɑ˩ tʰi˩-kʰɯ˩! ĩ˧! |

on a acheté des cigarettes! On met du thé [dans la boîte à cadeaux]! [On y] met du tabac! [On y] met des bonbons aux fruits! Eh oui!

(汉语翻译待写)

S246 stop écouter
ʝi˧kʰv̩˥, | pɤ˩jɤ˧˥ | mɤ˧-kʰɯ˧˥! | pi˧kæ˧ hwæ˧ tʰi˧-kʰɯ˧˥! |

Certains ne mettent pas de galettes (dans la boîte à cadeaux): ils achètent des biscuits, et les [y]mettent!

(汉语翻译待写)


NOTE : vérifié: n'est pas: /‡pɤ˩jɤ˧/ (erreur sur le ton lexical, corrigée seulement en août 2012)
NOTE : aspiration de /ʝi˧kʰv̩˥/ absente ici: mot-outil, affaibli/hypoarticulé.
S247 stop écouter
ə˧ɲi˧-tsʰi˧ɲi˧, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-dʑo˩-mæ˩! |

Voilà ce qui se fait de nos jours!

(汉语翻译待写)

S248 stop écouter
tʰi˩˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | ʈʰææ̃˧… | əəə… ʈʂʰɯ˧ | pɤ˩jɤ˧˥ | ɖɯ˧-qo˩ho˩ po˩-tsʰɯ˩-pi˩, | pɤ˩jɤ˧˥ | ɲi˧-ɭɯ˧ | le˧-wo˧-kʰɯ˥-kv̩˩-mæ˩! | qo˩ho˧-qo˥! |

Autrefois, vrai de vrai… Si quelqu'un (littéralement "si lui/elle") amenait une boîte à cadeaux pleine de galettes, on lui en remettait quelques-unes (=on lui en rendait quelques-unes) [au moment où il s'en retournait]! Dans [sa] boîte à cadeaux!

(汉语翻译待写)


NOTE : avant août 2012: noté /‡pɤ˩jɤ˧/
NOTE : /le˧-wo˧-kʰɯ˥-kv̩˩-mæ˩/: tons vérifiés
S249 stop écouter
ɖɯ˩lo˥-ɳɯ˩ | dʑo˧-ɲi˥! | ɲi˧-ɭɯ˧-ʈʂʰɯ˧ | qo˩ho˧-qo˥ | le˧-wo˧ tʰi˧-kʰɯ˧˥! |

C'était ça la coutume! / Il y avait une coutume comme ça! Ces quelques galettes [qu'on lui rendait], on les remettait dans la boîte à cadeaux!

(汉语翻译待写)

S250 stop écouter
li˩˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ | tʰi˧-kʰɯ˩! | jɤ˧ ɖɯ˧-po˩ tʰi˩-kʰɯ˩! |

On y mettait un morceau de thé compressé! On y mettait un paquet de cigarettes!

(汉语翻译待写)

S251 stop écouter
əəə… zo˩no˥… | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʈʂʰɯ˧ | qo˩ho˧-qo˥ | le˧-po˧-bi˥-kv̩˩-mæ˩! |

Euh, eh bien… Voilà comment il (=l'invité) remportait [ces cadeaux] dans la boîte à cadeaux!

(汉语翻译待写)


NOTE : séquence /le˧-po˧-bi˥-kv̩˩-mæ˩/: hypo-articulée
S252 stop écouter
tʰi˩˥, | ʐæ˩ʂæ˧-hĩ˩bæ˩ tsʰɯ˩, | pi˧-dʑo˩, | qo˩ho˧-qo˥ | ŋv̩˧ | ɖɯ˧-mæ˩ tʰi˩-kʰɯ˩-kv̩˩-mæ˩, | wɤ˩˥! | le˧-wo˥ | wɤ˩˥ | ŋv̩˩ tʰi˩-kʰɯ˩-kv̩˥-mæ˩! |

Quand des invités venaient de loin, dans la boîte à cadeaux, ils y mettaient un yuan d'argent, en plus [du reste]! Après [les autres choses], ils mettaient encore de l'argent [dans la boîte à cadeaux]!

(汉语翻译待写)


NOTE : séquence /ŋv̩˩ tʰi˩-kʰɯ˩-kv̩˥-mæ˩/: tons vérifiés
S253 stop écouter
qo˩ho˧-qo˥, | ŋv̩˧ | ɖɯ˧-mæ˩! | mmm… pɤ˩jɤ˧ tʰi˥-kʰɯ˩! |

Dans la boîte à cadeaux, [on mettait] un yuan d'argent! On y mettait des galettes!

(汉语翻译待写)

S254 stop écouter
li˩ tʰi˥-kʰɯ˩, | jɤ˧ tʰi˧-kʰɯ˧˥! | ʂe˧pʰæ˩ tʰi˩-kʰɯ˩! | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | <le˧-po˧-jo˥-kv̩˩> [le˧-po˧-bi˥-kv̩˩]!

On y met du thé, on y met du tabac! On y met une tranche de viande! Voilà ce qu'on emporte!

(汉语翻译待写)


NOTE : on pourrait également dire: /li˩˥ | tʰi˧-kʰɯ˧˥, …/
S255 stop écouter
nɑ˩-ʈʂʰɯ˧, | hĩ˧ ʂɯ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ɖwæ˧˥ | pʰv̩˧-ɖɯ˧-kv̩˥! |

Les Na, quand il y a un décès, ils y prêtent la plus grande attention/c'est un événement important [pour toute la communauté]!

(汉语翻译待写)


NOTE : on peut également dire: /pʰv̩˧ɖɯ˧ ʝi˥-kv̩˩/.
S256 stop écouter
ɖwæ˧˥ | hĩ˧mo˩-dʑo˩ | pʰv̩˧ɖɯ˧ ʝi˥-kv̩˩! |

On montre les plus grandes attentions pour le défunt!

(汉语翻译待写)

S257 stop écouter
ə˧tso˧-mɤ˧-ɲi˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥, | tʰi˧-se˩-kʰɯ˩! |

Les Na, ils épuisent toutes leurs provisions [dans la célébration funèbre]!

(汉语翻译待写)

S258 stop écouter
ə˧dɑ˧-ə˧mi˧, | zo˧mv̩˥ | le˧-ʐɤ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | qʰv̩˩ɖɯ˩ pʰv̩˥-ɲi˩! |

Les enfants sont très attachés aux parents qui les ont nourris! (littéralement: "Les parents, les enfants qu'ils ont nourri, ils (=les enfants) leur sont très attachés")

(汉语翻译待写)

S259 stop écouter
zo˧mv̩˥ | le˧-ʐɤ˧; | əəə… le˧-se˩-kʰɯ˩-zo˩-kv̩˩; | zo˧mv̩˥ | le˧-ʐɤ˧; | ə˧dɑ˧-ə˧mi˧ le˧-ʂe˧, | zo˧mv̩˥ ki˩~ki˩-ɲi˩; | zo˧mv̩˥-ɳɯ˩, | ə˧dɑ˧mi˧-ki˧ | <le˧-se˩-kv̩˩-j…pi˩> [le˧-se˩-kʰɯ˩-kv̩˩-mæ˩!] |

on élève des enfants; euh… il faut tout achever [des provisions laissées par le défunt]; les parents ont élevé des enfants; ils ont constitué des provisions (littéralement "ont cherché/ont été chercher [à manger]"), les ont données aux enfants; les enfants, pour leurs parents, ils dépensent tout! (littéralement "ils épuisent [le tout]")

(汉语翻译待写)


NOTE : La croyance veut qu'il faille épuiser toutes les provisions de la maisonnée à l'occasion de la mort d'un parent; ainsi la nouvelle génération repart sur de nouvelles bases, assurant à son tour la prospérité de la famille, plutôt que de continuer à puiser dans des réserves constituées par la défunte ou le défunt. En pratique, on ne va pas dans les extrêmes; mais les repas lors des cérémonies funèbres sont plantureux, comme si on précipitait dans les repas de ces journées l'intégralité des provisions de la famille.
S260 stop écouter
le˧-ʂɯ˧ | le˧-po˧-bi˥-kv̩˩, | pi˧-zo˩! | gɯ˧-mɤ˧-gɯ˩, | mɤ˧-do˩! | hĩ˧ F | le˧-ʂɯ˧-ɲi˥-ze˩, | ə˩-gi˩! |

On dit qu'ils peuvent l'emmener après leur mort[, ce dont on leur fait don à l'occasion des cérémonies funéraires]! Si c'est vrai, on ne sait pas! / Quant à savoir si c'est vrai, on ne sait pas! La personne, elle est morte, n'est-ce pas!

(汉语翻译待写)

S261 stop écouter
æ˧ʂæ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɖɯ˩lo˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | dʑo˧-ɲi˥-mæ˩! |

Autrefois, les coutumes, c'était comme ça, hein!

(汉语翻译待写)

S262 stop écouter
tʰi˩˥, | əəə… ə˧dɑ˧-ə˧mi˧ | ʑi˧dv̩˧ le˧-ʝi˥ | ki˧-ɲi˥ | pi˧! |

Alors, on dit que le père et la mère, ils ont construit la maison, que c'est eux qui la donnent [à leurs descendants]!

(汉语翻译待写)

S263 stop écouter
əəə… se˧pʰɤ˧ mɤ˧-ɖo˧-pi˥! | zo˩no˥. |

On dit qu'il ne faut pas s'en faire toute une histoire/garder sur le cœur [leur décès]!

(汉语翻译待写)

S264 stop écouter
<hĩ˧…> | ə˧dɑ˧-ə˧mi˧, | njæ˧sɯ˩kv̩˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥, | ə˧dɑ˧-ə˧mi˧ | ʂɯ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɖwæ˧˥ | pʰv̩˧ɖɯ˧ ʝi˥-kv̩˩! |

Les parents, nous, les Na, quand les parents décèdent, on y attache la plus grande importance/on ne prend pas ça à la légère!

(汉语翻译待写)

S265 stop écouter
zo˩no˥, | hæ˧-ni˩zo˩, | <ɖʐ… ɖʐe˧ | le˧-l…> ɖɯ˧-di˩ | mɤ˧-dʑo˧-ɲi˥! | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | se˩-di˩-lɑ˥ dʑo˩-ɲi˩! | hĩ˧ | ɖɯ˧-v̩˧ ʂɯ˧-hĩ˧-tʰv̩˧! |

Eh bien, à la façon chinoise… <obtenir de l'argent…> [les célébrations funéraires,] on n'y gagne rien! [Au contraire, le décès, pour nous, c'est une occasion en laquelle] on épuise tout ce qu'on possède! [A l'occasion de] la mort de quelqu'un!

(汉语翻译待写)