Healing: How diseases used to be treated through rituals


Continuous playing:

Transcription by sentence
Other

Translation by sentence
fr en
Whole text transcription


Whole text translation
fr en



Notes
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, ◊ ə˩-gi˩! | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧ | ɖɯ˧-ʑi˩=ɻ̍˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧ | le˧-go˩, | le˧-go˩, | le˧-go˩, | <le˧…> le˧-go˩-dʑo˩, | tʰi˩˥, | kʰv̩˧tɕʰi˥ | mɤ˧-dʑo˧-ɲi˥-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩!
le˧-go˩, | kʰv̩˧tɕʰi˥ | mɤ˧-dʑo˧-dʑo˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | tʰi˩˥, | ə˧tso˧ ʝi˧-ɲi˥ | mɤ˧-sɯ˥-mæ˩, ◊ ə˩-gi˩! | ɬo˧kʰv̩˧ qæ˧-pi˥-kv̩˩-mæ˩, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧! |
"ʈʂʰɯ˧-hĩ˧, | ɬo˧kʰv̩˧ go˩!" | pi˧-zo˩. | <ɬo˧… zo˩no˥…>
"ɬo˧kʰv̩˧ qæ˧-ɲi˥!" | pi˧-zo˩, | "ʈʂʰɯ˧-qo˧ | ɖɯ˧-kʰwɤ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧!" | tsɤ˩-pʰv̩˧-tsɤ˥-li˩-ɻ̍˩, | go˩-kv̩˩-tsɯ˥ | mv̩˩! | tʰi˩˥, |
zo˩no˥, | ʝi˧se˧-ɲi˩-pi˩, | ə˧tso˧ ɲi˩-pi˩-ʝi˩ | mɤ˧-do˩-mæ˩, ◊ ə˩-gi˩! |
tʰi˩˥ |, ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | ʝi˧-bi˧-di˧ mɤ˧-di˥! |
kʰv̩˧tɕʰi˥ | mɤ˧-dʑo˧-ɲi˥-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩, | le˧-ɻ̃˧-zo˥! |
ʝi˧se˧, | dʑɤ˩˥ | mɤ˧-dʑo˩, ◊ ə˩-gi˩! |
ʈʂʰæ˧ɣɯ˧-ki˩-hĩ˩-hĩ˩!
ʈʂʰæ˧ɣɯ˧-ki˩-hĩ˩, | mɤ˧-dʑo˩-ɲi˩-ze˩-mæ˩! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥-ʝi˩-dʑo˩! |
tʰi˩˥, | ʈʂʰæ˧ɣɯ˧-ki˩-hĩ˩, | dʑɤ˩˥ | mɤ˧-dʑo˩. |
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥-ʝi˩-dʑo˩, | le˧-ɻ̃˧-zo˥! | le˧-ɻ̃˧-zo˥! | ɖɯ˧-ʑi˩=ɻ̍˩-dʑo˩, | ɲi˧mi˧ ʈʂʰɯ˧-qʰɑ˧-ʂæ˧~ʂæ˧-hĩ˧, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧ | go˩-tsɯ˥ | mv̩˩! |
ɖɯ˧-v̩˧ | mɤ˧-go˩, | ɖɯ˧-v̩˧ go˩-dʑo˩; | ə˧mi˧! ə˧tse˧ ɲi˥-hɯ˩? |
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ ◊ -dʑo˩, | ɖɯ˧-v̩˧ | mɤ˧-go˩, | ɖɯ˧-v̩˧ go˩, | pi˧. |
"tsʰi˧ɲi˧-dʑo˩, | ʈæ˧bɤ˧ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | dʑɤ˩-hĩ˥ | ɖɯ˧-ɲi˧-kv̩˧ dʑo˧˥", | pi˧, | le˧-ʁɑ˥-ʂe˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, |
wɤ˩˥, | ʈæ˧bɤ˧ | le˧-ʈʂʰo˧, | le˧-ʈʂʰo˧, | le˧-ʈʂʰo˧, | le˧-ʈʂʰo˧, | le˧-ʈʂʰo˧, | wɤ˩˥, | ɲi˧-ɲi˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɖɯ˧-qʰwɤ˧-ɻ̍˩-kv̩˩-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩. |
"gi˩˥, | ɲi˧-ho˥-ze˩! | ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩-tso˩-ɲi˩!" | pi˧-zo˩, | wɤ˩˥… | ʈʰææ̃˧ | ɖɯ˧-njɤ˧ | ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩-kv̩˩-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩. |
ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩, | ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | gi˩˥, | gi˩˥, | tʰi˩˥ ◊ -dʑo˩… | le˧-qʰwɤ˧-tsɯ˥ | mv̩˩! | ʈʂʰɯ˧ ʑi˧=ɻ̍˥-dʑo˩! |
tʰi˩˥, | ʈæ˧bɤ˧ | le˧-ʁɑ˥ʂe˩, | ɖɯ˧-ɬi˧-qo˧ | ɲi˧-<ʂ… >ʂɯ˩ ʁɑ˩ʂe˩. |
tsʰe˩ŋwɤ˩-ɲi˥ | ɖɯ˧-ʂɯ˩ ʁɑ˩ʂe˩; | tsʰe˧do˧ ɖɯ˧-ɲi˥ | ɖɯ˧-ʂɯ˩ ʁɑ˩ʂe˩. |
əəə… ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-ʁɑ˥ʂe˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧ ʈʂʰɯ˧-ʑi˧=ɻ̍˥-dʑo˩, | le˧-qʰwɤ˧-ze˧-tsɯ˧˥ ◊ -mv̩˩!
tʰi˩˥, | le˧-qʰwɤ˧, | le˧-qʰwɤ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | wɤ˩˥ | ɖɯ˧-ʑi˩=ɻ̍˩ | go˩-tsɯ˥ | mv̩˩, | ɖɯ˧-ʁwɤ˧-qo˧! |
"ə˧mi˧! | no˧=ɻ̍˩ | ə˧tse˧ ɲi˥? | no˧=ɻ̍˩-dʑo˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-qʰwɤ˧-ze˧! |
njɤ˧-dʑo˥ | ɖɯ˧-zɯ˧ | ɖɯ˧-ʈʂʰæ˧˥ | le˧-go˩-zo˩, | le˧-qʰwɤ˧ mɤ˧-tʰɑ˧-ɻ̍˥! | qʰɑ˩ne˩˥ | tso˧-ɲi˩?" |
mɤ˧-dɑ˩ qʰwɤ˩-zo˩! | ə˧zɯ˧˥ | ɖɯ˧-zɯ˧ | <tʰi˧…> ɖɯ˧-ɲi˥ | tʰi˧-ʂɯ˧ ə˧-ʝi˥?" | pi˧-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩. |
tʰi˩˥, | ɖɯ˧-v̩˧-ɳɯ˧: | "mɤ˧-ɖwæ˩! | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | dɑ˧pɤ˧-ʈʂʰɯ˧ | ɖwæ˧˥ | dʑɤ˩-hĩ˥ | ɖɯ˧-v̩˧ dʑo˩!" | pi˧-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩. |
tʰi˩˥, | dɑ˧pɤ˧ | ʁɑ˧ʂe˩-hɯ˩-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩!
tʰi˩˥, | dɑ˧pɤ˧-ɳɯ˧ | le˧-ʈʂʰo˧, | le˧-ʈʂʰo˧, | le˧-ʈʂʰo˧-dʑo˥, | "no˧=ɻ̍˩-dʑo˩, | ʑi˧qʰwɤ˧ | tʰi˧-dzi˩-hĩ˩ | tʰv̩˧-kʰwɤ˧-qo˩, | ɖɯ˧-pi˧˥ | mɤ˧-dʑɤ˩!" | pi˧-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩. |
ɖɯ˧-pi˧˥ | mɤ˧-dʑɤ˩, | tʰi˩˥, | əəə… əəə… dɑ˧pɤ˧ <qʰɑ˩ne˩…> dɑ˧pɤ˧ qʰɑ˧ɲi˧~qʰɑ˩ɲi˩ | ʝi˧-zo˧-ho˩", | pi˧-zo˩, |
tʰi˩˥, | dɑ˧pɤ˧ | le˧-ʁɑ˥ʂe˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩. |
dɑ˧pɤ˧ | le˧-ʁɑ˧ʂe˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | dɑ˧pɤ˧-ɳɯ˧ | tʰi˩˥, |
əəə… dʑɯ˩-tsʰi˧, | ɖɯ˧-v̩˧ | tʰi˧-tsi˥-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩. |
dʑɯ˩-tsʰi˧, | ɖɯ˧-v̩˧ | tʰi˧-tsi˥; |
əəə… sɯ˩tʰi˩˥ | le˧-ʑi˩, | mv̩˧-qo˩ | tʰi˧-qæ˧˥, |
mv̩˧-qo˩ | tʰi˧-qæ˧˥ ◊ -dʑo˩ | tʰi˩˥, |
<le…> dɑ˧pɤ˧-ɳɯ˧ | le˧-pv̩˧, | le˧-pv̩˧, | le˧-pv̩˧, | le˧-pv̩˧, | le˧-pv̩˧-dʑo˥, | sɯ˩tʰi˩ tʰv̩˩-nɑ˥ | le˧-ʑi˩-ɻ̍˩! |
dʑɯ˩tsʰi˩-qo˥-mv̩˩, | ʈʂʰɻ! pi˧ | tʰi˧-kʰɯ˧˥! | dɑ˧pɤ˧ | tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩ | gɤ˩-ʈʂwɤ˧-kwɤ˧tɕɯ˥, |
əəə… ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | gɤ˩-dɑ˧˥, | mv̩˩-dɑ˧˥, | gɤ˩-dɑ˧˥, | mv̩˩-dɑ˧˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˧ | tʰi˩˥, |, wɤ˩˥, | ɖɯ˧-so˩ ʂɯ˩ ʝi˩-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩!
ɖɯ˧-so˩ ʂɯ˩ ʝi˩-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧=ɻ̍˥, | ə˧mi˧ ʈʂʰɯ˧-jɤ˩-dʑo˩, | ʈʰææ̃˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-ʑi˧˥, | gɯ˩˥ | mɤ˧-qʰwɤ˧, | dɑ˧pɤ˧-ʈʂʰɯ˧ | ʈʂʰo˧-hɯ˧-ʈʂʰo˧-ɻ̍˥, | ʈʂʰo˧-hɯ˧-ʈʂʰo˧-ɻ̍˥, | njɤ˩ɭɯ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-hɑ˩, | ɖɯ˧-hɑ˩, | ɖɯ˧-hɑ˩-ɻ̍˩, | ɖɯ˧-pi˧˥ | le˧-qʰwɤ˧-tsɯ˥ | mv̩˩. |
le˧-qʰwɤ˧ | ʈʂʰɯ˧-gi˧˥ | ɖɯ˧-ʈʂæ˧ gv̩˧-dʑo˩, | tʰi˩˥, | ɖɯ˧-ɲi˥… | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | hɑ˧-ʈʂʰɯ˧, | zo˩no˧-ni˩, | ə˧tso˧ fv̩˧-ɻ̍˧, | mɤ˧-dʑo˧-ɲi˥-mæ˩, ◊ ə˩-gi˩! |
hɑ˧-ʈʂʰɯ˧ | dʑɤ˩˥ | mɤ˧-dʑo˧, | tʰi˩˥, | ho˧ ʈʰɯ˧-bi˧-pi˥-bi˩, | ɕi˧ʈʂʰwæ˧ mɤ˧-dʑo˧! |
dʑɯ˧-ʈʂʰwæ˧ pi˧-zo˥! | dʑɯ˧-ʈʂʰwæ˧ ho˧ pi˥-zo˩! |
dʑɯ˧ʈʂʰwæ˧!
ə! dʑɯ˧-ʈʂʰwæ˧ ho˧ pi˥-zo˩, | dʑɯ˧ɭɯ˧-bv̩˧ | hɑ˧! |
dʑɯ˧ɭɯ˧-…hɑ˧-ʈʂʰɯ˧, | le˧-ti˩, | le˧-ti˩, | dʑɯ˧ʈʂʰwæ˧-ho˧-ʈʂʰɯ˧ | le˧-tɕɤ˧˥, | le˧-tɕɤ˧˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-ʈʰɤ˥ tʰi˩-kʰɯ˩; |
wɤ˩˥ | njɤ˩ɭɯ˧ | ɖɯ˧-hɑ˩-ɻ̍˩. |
õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ ◊ -dʑo˩ | tʰi˩˥, | gi˩˥, | dɑ˧pɤ˧ ʈʂʰɯ˧-v̩˧-ɳɯ˩ | le˧-pv̩˧, | le˧-pv̩˧, | le˧-pv̩˧, | le˧-pv̩˧, | le˧-pv̩˧-dʑo˥, | gɯ˩-ʝi˥ gɯ˩, | le˧-qʰwɤ˧-ɲi˥-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩! |
tʰi˩˥, | le˧-qʰwɤ˧-dʑo˥, | tʰi˩˥, | dɑ˧pɤ˧ | tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩: | "no˧=ɻ̍˩-dʑo˩, hĩ˧-dʑo˩ | le˧-qʰwɤ˧ ʝi˧-ze˧! |
<v̩˩tɕi˧> [dzi˧-ɖæ˧] ʈʂʰɯ˧-kʰwɤ˥-dʑo˩ | ɖɯ˧-pi˧˥ | mɤ˧-dʑɤ˩." |
tʰi˩˥, | "no˧=ɻ̍˩ | pæ˧-wo˧-ho˥!" | pi˧, | "ə˧-dzɤ˥ | le˧-pæ˥!" | pi˧-ɲi˥-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩. |
dʑɯ˩ʁo˩ pi˥-ɲi˩-ze˩-mæ˩, ◊ ə˩-gi˩! | ʈʂʰɯ˧ | tʰi˧-dzi˩-hĩ˩, | dʑɯ˩ʁo˩˥! |
ʈʂʰɯ˧ | tʰi˧-dzi˩-hĩ˩-bv̩˩, | <dʑɯ…> ʑi˧qʰwɤ˧ dʑɯ˩ʁo˩ tʰv̩˩-kʰwɤ˩-dʑo˩, | mɤ˧-dʑɤ˩-pi˩-ɲi˩-ze˩-mæ˩. |
ɖɯ˧-pi˧˥ | mɤ˧-dʑɤ˩! | tʰi˩˥, | le˧-pæ˥! | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧… | ɖɯ˧-ɲi˧-kʰv̩˧ gv̩˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | le˧-pæ˧-ɲi˥-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩. |
le˧-pæ˧-se˥-hĩ˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧ | tʰi˩˥, | ɖɯ˧-v̩˧ F mɤ˧-go˩! | ɖɯ˧-v̩˧ F mɤ˧-tsʰi˧˥! |
ɖʐe˧ ʂe˧, | ɖʐe˧ ɖɯ˧-tsɯ˧˥ ◊ -mv̩˩! | hĩ˧ F | mɤ˧-go˩-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩!
tʰi˩˥, | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-qʰwɤ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | "ə˧mi˧! | dɑ˧pɤ˧-ʈʂʰɯ˧, | ʁɑ˩mi˧-ze˩!" | pi˧-zo˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | dɑ˧pɤ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ ◊ -zo˩, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | dɑ˧pɤ˧-ki˧ | ɖwæ˧˥ | fv̩˧-ʝi˧-ɲi˥-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩!
zo˩qo˧-dʑo˩, | ɖɯ˧-ʑi˩ | mɤ˧-qʰæ˩ ʂe˩-ʂe˩-gv̩˩-bi˩, | dɑ˧pɤ˧-pi˧! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ɑ˧ʁɑ˩-dɑ˩pɤ˩ | pi˧ | ɖɯ˧-v̩˧ dʑo˩-kv̩˩, | njɤ˧-sɯ˩-kv̩˩! | ɑ˧ʁɑ˩-dɑ˩pɤ˩! |
ɑ˧ʁɑ˩-dɑ˩pɤ˩ | pi˧, | ɬi˧di˩-di˩mi˩-qo˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-v̩˧ dʑo˩-kv̩˩-dʑo˩; |
ʝi˧lv̩˧-bv̩˥ | ʈʂʰɻ̍˧ | ʈʰææ̃˧… | le˧-ʑi˩, | qwɤ˧-qo˧ | tʰi˧-qæ˧˥ ◊ -dʑo˩, ◊ ə˩-gi˩! |
ʈʂʰɯ˧ | le˧-ʈʂʰo˧, | le˧-ʈʂʰo˧, | le˧-ʈʂʰo˧-dʑo˥, | õ˧-bv̩˥-õ˩ | hi˩mi˩-po˥-ɳɯ˩ | le˧-jɤ˧˥, | le˧-ʈʂʰo˧! |
lo˩qʰwɤ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-ʈʂʰɻ̍˧-bi˥-dʑo˩, | ɖɯ˧-sɑ˥ | gv̩˧-mɤ˧-kv̩˧˥! |
njɤ˧ | ə˧mi˧ ɖɯ˧-v̩˧-ɳɯ˧-ʈʂʰɯ˧, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | zo˩no˥, | ə˧mi˧-tɕi˩ | dʑo˩-sɯ˩-mæ˥!
no˧-ki˧ "le˧-jo˩! | le˧-jo˩!" | pi˧-hĩ˧, | õ˧-tʰv̩˧-v̩˧! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ɖwæ˧˥ | go˩-ɲi˥-mæ˩!
ə˧tso˧ go˩?
ə˧tso˧ go˩? | zo˩no˧-ɲi˩-pi˩, <we˩˥ ʈʰææ̃˧…> [hu˧mi˧ go˧˥] | -ɲi˩<-ə˩-di˩>-pʰæ˩-di˩-ze˩! |
hu˧mi˧ go˧˥ ◊ -ɲi˩-ho˩-ze˩, | zo˩no˧-ɲi˩-pi˩, | zo˩no˥, | hu˧mi˧-ʈʂʰæ˧ɣɯ˧ ʈʰɯ˧˥ | le˧-qʰwɤ˧-ze˧-mæ˧! |
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | le˧-go˩, | le˧-go˩, | le˧-go˩, | le˧-go˩-dʑo˩, | tsʰi˧ɲi˧ F | le˧-go˩, | ʈʂʰæ˧ɣɯ˧ mɤ˧-dʑo˧, | hu˧mi˧-ʈʂʰæ˧ɣɯ˧ mɤ˧-dʑo˧, ◊ ə˩-gi˩! |
o! tʰi˧-ʑi˧-ɲi˥-ze˩! | so˧ɲi˥, | wɤ˩˥, | ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩-kʰi˩, | ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩-kʰi˩. |
tʰi˩˥, | gi˩˥ ◊ -dʑo˩, | dɑ˧pɤ˧ | le˧-ʁɑ˥-ʂe˩, | hu˧mi˧-ʈʂʰæ˧ɣɯ˧ | le˧-ʈʰɯ˩, | le˧-qʰwɤ˧-ze˧-mæ˧! |
dɑ˧pɤ˧-ɳɯ˧, | ʈʂʰɯ˧ | ʈʂʰæ˧ɣɯ˧ ki˧! |
ə! dɑ˧pɤ˧-ɳɯ˧, | ʈʂʰæ˧ɣɯ˧ ki˧! | tʰi˩˥, | əəə… zo˩no˥… | hĩ˧=ɻæ˥, | zo˩no˥, | zo˩no˧-dʑo˥, | [go˧li˧-di˩] le˧-dʑo˧-ɲi˥-ze˩-mæ˩, ◊ ə˩-gi˩! | <le˧-ʈʰ…> le˧-hwæ˧ le˧-ʈʰɯ˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | le˧-qʰwɤ˧-ze˧-mæ˧! |
ʁo˧dɑ˧ | ɖɯ˧-so˩ kʰv̩˩-dʑo˩, | mɤ˧-dʑo˧-kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩, | ɖɯ˧-njɤ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | go˩-kv̩˩˥ ◊ -mæ˩! |
tʰi˩˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩-dʑo˩, | ʝo˧do˧ pv̩˩-pi˩! | <hĩ˧…> mi˩zɯ˩-ʈʂʰɯ˥ | go˩˥, | pi˧, | ʝo˧do˧ pv̩˩-pi˩-kv̩˩-mv̩˩!
jo˧do˧-mv̩˩ | tʰi˧-pv̩˩, | le˧-qʰwɤ˧-ʝi˧-ze˧, | pi˧! |
hĩ˧ mo˥-hĩ˩ go˩-pi˩, | tɕʰɯ˧ɭɯ˧ ʝi˧-zo˧-kv̩˩-pi˩! |
"tɕʰɯ˧ɭɯ˧ mo˩-ʝi˩, | le˧-qʰwɤ˧-ʝi˧!" | pi˧, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩. |
õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ ◊ -zo˩, | ʝi˧se˧ | mɤ˧-[dʑo˩]… zo˩no˥, | ʈʂʰæ˧ɣɯ˧-ki˩-hĩ˩ | mɤ˧-dʑo˩! |
ɖɯ˧-njɤ˧ ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-kv̩˩! |
ʝi˧kʰv̩˥-dʑo˩, | qʰwɤ˧! | ʝi˧kʰv̩˥-dʑo˩, | mɤ˧-qʰwɤ˧! |
hĩ˧, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-ʂɯ˧-hĩ˧, | <qʰɑ˩ne˩ ʝi˥-bi˩?> [qʰɑ˩jɤ˩ dʑo˩˥!] |
ɖɯ˧-ʑi˩=ɻ̍˩, | ʈʰææ̃˧, | ʈʰææ̃˧, | tʰi˩˥, | ɖɯ˧-v̩˧ | le˧-qʰwɤ˧, | ɖɯ˧-v̩˧ | le˧-go˩; | ɖɯ˧-v̩˧ | le˧-qʰwɤ˧, | ɖɯ˧-v̩˧ | le˧-go˩; | ə˧tso˧ go˩-ɲi˩, | mɤ˧-sɯ˥! |
ɖɯ˧-njɤ˧ <| tʰi˩˥ |> dɑ˧pɤ˧ ʁɑ˧-ʂe˩! | <no˧…>
ʈæ˧bɤ˧-ɳɯ˧, | ʈʂʰæ˧ɣɯ˧ | mɤ˧-ki˧; | dɑ˧pɤ˧-ɳɯ˧, | ʈʂʰæ˧ɣɯ˧ ki˩! | ə˩-ɲi˩˥? |
<ə, dʑo…> ʈʂʰo˧-lɑ˧ ʈʂʰo˥-ɲi˩-mæ˩! |
tʰi˩˥, | dɑ˧pɤ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | wɤ˩˥, | si˧kʰɯ˧ɭɯ˧-bv̩˥ | ɖɯ˧-ʁo˩ dʑo˩-kv̩˩! | si˧kʰɯ˧! |
zo˩no˥, | ʈ… ʈæ˧bɤ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ʈʂʰæ˧ɣɯ˧ mɤ˧-dʑo˧-ɲi˥! | ʈʂʰo˧-lɑ˧-kv̩˥! |
ʈʂʰo˧-lɑ˧-kv̩˥! |
ə! dɑ˧pɤ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | wɤ˩˥, | ʝi˧kʰv̩˥, | sɯ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | wɤ˩˥, | ʈʂʰæ˧ɣɯ˧ dʑo˧! | ʝi˧kʰv̩˥-dʑo˩, | mɤ˧-dʑo˧! õ! ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥… |
əəə… zo˩no˥, | si˧kʰɯ˧ɭɯ˧bv̩˥-pi˩-zo˩, | zo˩no˧-dʑo˥, | tsʰo˧jo˩ mv̩˩ʈʂæ˩-ɲi˩-mæ˩, ◊ ə˩-gi˩! |
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | si˧kʰɯ˧ɭɯ˧bv̩˥-pi˩, | dʑɯ˩ʁo˩ di˥-hĩ˩! |
le˧-qwæ˧˥! | tʰi˩˥, | <ɖɯ˧-bæ˧~ɖɯ˧-bæ˧ | le˧-pʰi˧˥> [ɖɯ˧-bæ˧ ɖɯ˧-kʰwɤ˥ tʰi˩-kʰɯ˩], | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | l le˧-tɕɤ˧˥ | le˧-ʈʰɯ˩-pi˩-zo˩! |
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ki˧-kv̩˥-mæ˩! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥! |
dɑ˧pɤ˧ ʈʂʰo˧-kv̩˥! | ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩-kv̩˩! |
tʰi˩˥, | ɖɯ˧-ʑi˩~ɖɯ˩-ʑi˩-dʑo˩, | ɖɯ˧-njɤ˧ | ʁɑ˧ʂe˩-kv̩˩! | ɖɯ˧-ʑi˩~ɖɯ˩-ʑi˩, pi˩-ɲi˩-mæ˩! |
ʈæ˧bɤ˧-ʈʂʰɯ˧… |
ə! ɖæ˩mi˧! | ɖæ˩mi˧-ʈæ˩bɤ˩! | ə! ɖæ˩mi˧-qo˧ dzi˩-hĩ˩! |
- dzɯ˩nɑ˩mi˩-ʁo˥ | mɤ˧-bi˧! |
dzɯ˩nɑ˩mi˩-ʁo˥ | mɤ˧-bi˧! | əəə… ɖæ˩mi˧-qo˧ dzi˩! õ! | tʰi˩˥, | əəə… |
õ˧-bv̩˥-õ˩, | no˧-ni˩-zo˩, | ʈʰææ̃˧ ʑi˧qʰwɤ˧ ɖɯ˧-ɭɯ˧-qo˧ | tʰi˧-dzi˩, | ɑ˩pʰo˩˥ | tʰɑ˧-tʰv̩˧, | hĩ˧=ɻæ˥! | ɖɯ˧-njɤ˧ | ʈʰæ˧ɻæ˩ li˩. |
zo˧mv̩˥zo˩=ɻæ˩-ki˩ | ʈʰæ˧ɻæ˩ so˩. |
hĩ˧ mo˥-hĩ˩-dʑo˩, | ʑi˧qʰwɤ˧-qo˧ | tʰv̩˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-dzi˩. |
hɤ˩-hĩ˩ tʰv̩˩-v̩˩˥ ◊ -dʑo˩, | ʑi˧qʰwɤ˧-qo˧ | tʰi˧-dzi˩. |
əəə… ʈʰæ˧ɻæ˩ so˩-hĩ˩, | ɲi˧-kv̩˧˥ | so˩-kv̩˩ tʰi˥-kʰɯ˩. |
ʈʂʰɯ˧-ɲi˥-kv̩˩, | ɖɯ˧-njɤ˧ | tʰi˩˥, | hɑ˧ | ʈʰæ˧ɻæ˩ so˩-hĩ˩ | ʈʂʰɯ˧-ɲi˥-kv̩˩-ɳɯ˩ | gv̩˩˥! |
əəə… zo˩no˧-ɳɯ˧ | le˧-so˩, | əəə… ʈʰæ˧ɻæ˩ so˩-hĩ˩-ki˩ | tʰi˧-ki˧! |
ʈʰæ˧ɻæ˩ so˩ | hɤ˩-hĩ˩˥, | no˧-ni˩ | hɤ˩-hĩ˩˥ | ɖɯ˧-v̩˧ dʑo˩-pi˩, | ʈʂʰɯ˧ | zo˧mv̩˥ ʈʂʰɯ˩-ɲi˩-kv̩˩, | tɕi˩-hĩ˩ ʈʂʰɯ˩-ɲi˩-kv̩˥-dʑo˩, | ʈʰæ˧ɻæ˩ | ɖwæ˧˥ | hɤ˩-ɲi˥-mæ˩! |
ʈʰæ˧ɻæ˩ so˩ | hɤ˩-hĩ˩˥ | mɤ˧-ʁo˥pv̩˩, | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | wɤ˩˥ | mɤ˧-hɤ˩-ɲi˩-mæ˩! |
zo˩no˥, | no˧sɯ˩kv̩˩-ni˩-gv̩˩, | ɖɯ˧-bæ˧-lɑ˧ ɲi˥! | ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩! |
Autrefois, quand quelqu'un de la famille souffrait, on n'y pouvait rien! Les gens disaient: "C'est un mal de hanche!" Le malade se tordait de douleur, et on ne savait vraiment pas quoi faire! Aujourd'hui, on fait appel au docteur; autrefois, on ne savait pas ce que c'était, comme maladie! On était tout à fait démuni! Les médecins, il n'y en avait guère, autrefois. Tout au long de la journée, le malade souffrait. On se faisait un sang d'encre. Quelqu'un disait: "Vous savez, il y a des moines qui savent vraiment y faire, pour les guérisons!" Alors on faisait venir les moines à la maison. Ils lisaient, lisaient, lisaient, lisaient, lisaient; en deux jours, la guérison venait. On faisait venir les moines deux fois par mois. Une fois au quinzième jour, et une fois au premier jour du mois. Et cette famille-là, elle guérissait! (Note: la guérison n'est pas présentée comme celle d'un individu, mais celle d'une famille; le bénéfice des rituels est pour toute la famille.) Après, lorsqu'ils étaient guéris, il y avait une autre famille qui tombait malade, dans le village! "Hélas! Comment que ça se fait? Vous, vous voilà guéris! Nous, on désespère de guérir! Va-t-on finir par en mourir un jour, de cette maladie?" Voilà ce qu'ils disaient. Alors quelqu'un répondait: "N'ayez crainte! Par ici, il y a un prêtre dɑ˧pɤ˧ remarquable!" (note: il s'agit des prêtres de la religion locale, antérieure à l'implantation du bouddhisme tibétain) Alors, on s'en allait chercher le prêtre dɑ˧pɤ˧! Alors le prêtre dɑ˧pɤ˧ récitait, récitait, récitait les rituels; et il disait: "Vous autres… la demeure où vous habitez, elle est située à un emplacement qui n'est pas favorable. Moi le prêtre, il va me falloir pratiquer des rituels pendant tant de jours! Alors, on faisait venir le prêtre dɑ˧pɤ˧ pour la durée qu'il avait indiquée lors de son diagnostic. Quelqu'un faisait bouillir de l'eau. On amenait un couteau, on le faisait rougir au feu. Le prêtre officiait, officiait, officiait, officiait, officiait; il se saisissait du couteau! il le plongeait dans l'eau bouillante! Quand le prêtre l'en ressortait, il donnait des coups par ici, par là, comme ça; il faisait ainsi plusieurs fois de suite. La mère de famille, la patiente, elle était toujours allongée, elle ne guérissait vraiment pas; le prêtre dɑ˧pɤ˧ s'évertuait à réciter des rituels, et réciter encore; la patiente rouvrait alors finalement les yeux; et on dit qu'elle se portait mieux. Pendant la convalescence… on n'avait pas le choix de ce qu'on voulait manger, comme maintenant! On n'avait pas beaucoup de nourriture, autrefois. Pour le bouillon de riz [régime habituellement prescrit en Chine aux malades], eh bien, on n'avait pas de riz pour en préparer! A défaut, on n'avait que du sorgho! La graine de sorgho, on la pile; on fait bouillir; on ajoute un peu d'eau de temps à autres. (La locutrice referme la parenthèse, et revient au cas de la malade affectée d'une maladie grave/chronique.) Alors, le patient ouvre les yeux. Et ainsi, pour de vrai, quand le prêtre dɑ˧pɤ˧ avait pratiqué les rituels, les uns après les autres, la malade se trouvait bel et bien guérie! Le prêtre dɑ˧pɤ˧ disait: "Voilà, la malade est guérie. Mais l'emplacement où vous avez construit votre maison, il n'est pas bon, il vous faut en changer! Préparez-vous à déménager!" (littéralement "déménagez lentement"; explication: la famille, fragilisée par la maladie d'un des siens, ne peut déménager au pied levé; le choix d'un nouveau lieu pour la maison, sa construction, le déménagement prendront du temps) On dit que l'endroit où ils sont installés, c'est une terre sauvage: une terre impropre à la culture, et à l'habitation humaine; comme les terres non défrichées sur la montagne. Alors, quelques années après, la famille déménage; par la suite, parmi les gens de cette famille, il n'y a plus personne qui soit souffrant! Tout va bien, la famille est prospère. Une fois que tout est ainsi revenu dans l'ordre, on dit: "Eeeh bien! Le prêtre dɑ˧pɤ˧, on lui doit tous nos remerciements!" Autrefois, le prêtre dɑ˧pɤ˧, c'était comme ça: les gens exprimaient le plus grand contentement à son égard. Quand une famille se trouvait mal en point, on pensait au prêtre dɑ˧pɤ˧! Autrefois, par chez nous, il y en avait un qui s'appelait "le dɑ˧pɤ˧ ɑ˧ʁɑ˩"! (ɑ˧ʁɑ˩: nom propre) A Yongning, il y avait un prêtre dɑ˧pɤ˧ de ce nom-là. Vrai de vrai, il prenait le soc de charrue qui sert à labourer, il le chauffait au feu, et après avoir récité les rituels, il léchait le soc de charrue incandescent, avec sa langue! Il récitait encore d'autres les rituels, et puis, à mains nues, il empoignait le fer brûlant, et ça ne le brûlait pas! Ma tante, la cadette de ma mère, elle est encore vivante, n'est-ce pas! Celle qui veut sans cesse t'inviter chez elle! Eh bien elle, autrefois, elle a été très malade! - De quoi souffrait-elle? (question posée par l'enquêteur) De quoi elle souffrait? Pour employer un vocabulaire d'aujourd'hui, on dirait qu'elle avait des douleurs d'estomac! Maintenant, eh bien, ça s'est guéri avec des médicaments pour l'estomac. Autrefois, elle souffrait horriblement. Quand elle était souffrante, elle restait couchée. On allait une fois de plus fois quérir des moines. On faisait venir le prêtre dɑ˧pɤ˧; elle prenait des médicaments pour l'estomac, et ça allait mieux! A notre époque, il y a des médecins, des dispensaires, n'est-ce pas! Il y a quelques années encore, comme il n'y en avait pas, on souffrait sans cesse! Autrefois, quand on appelait les moines, il y avait un rituel qui s'appelait /jo˧do#˥/! Quand une femme était malade, on faisait ce rituel! On disait qu'en réalisant le rituel /jo˧do#˥/, ça guérissait! Quand c'était une personne âgée qui était souffrante, on réalisait le rituel /tɕʰɯ˧ɭɯ˧/. Autrefois, on disait: en faisant le rituel /tɕʰɯ˧ɭɯ˧/, ça va guérir! On n'avait pas de médicaments. Ah si, tout de même: le prêtre dɑ˧pɤ˧, lui, il lui arrivait une sorte de plante: la pivoine! Les moines bouddhistes, eux, ils n'avaient pas de médicaments! Tout ce qu'ils savaient faire, c'est dire des prières! Tandis que les prêtres dɑ˧pɤ˧, eux, certains d'entre eux, ceux qui s'y connaissaient, ils avaient des médicaments! D'autres par contre n'en avaient pas. Les pivoines… maintenant, on les appelle /tsʰo˧jo˩/ (mot chinois local), n'est-ce pas! Autrefois, on en trouvait sur la montagne. On déterrait les racines; ensuite, on mélangeait un peu de diverses plantes médicinales, on faisait bouillir le tout, et on buvait cette décoction! Voilà comment on administrait les remèdes. Les moines du monastère, ils ne s'aventurent pas en montagne! Ils restent à l'intérieur du monastère! Et chacun est à part soi: comme toi, ils se tiennent assis en intérieur. Défense de sortir! Ils lisent des livres toute la journée. Ils enseignent à lire aux enfants (=aux novices du monastère). Les vieux, ils se tiennent assis ainsi, en intérieur. Ceux qui sont les plus savants, ils se tiennent assis en intérieur. Les étudiants, on leur en donne deux ou trois. La nourriture, c'est ces deux étudiants-là qui la préparent pour leur enseignant! Quand un enfant commence son apprentissage, on le confie à un enseignant! S'il s'agit d'un bon enseignant comme toi, les deux enfants qui lui sont confiés, ils deviendront à coup sûr très calés! Si on n'est pas guidé par un bon précepteur, alors ça ne va pas, hein! C'est exactement la même chose que maintenant, pour vous autres! (Référence au système universitaire contemporain, qu'a connu son fils, et dans lequel est actuellement engagé son petit-fils.) Rien de bien particulier dans tout ça! (La narratrice conclut son propos sur une note de simplicité et de modestie: tout ce qu'elle a raconté n'a rien d'original, il n'y a rien là de différent au fond des fonctionnements qu'on observe aujourd'hui: les relations entre enseignants et élèves; le souci de soi, de sa santé, de la prospérité de la famille…)















































































People who died like that, in the old times, <what could one do about it?> [there were lots and lots]!




























S1 stop écouter
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, ◊ ə˩-gi˩! | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧ | ɖɯ˧-ʑi˩=ɻ̍˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧ | le˧-go˩, | le˧-go˩, | le˧-go˩, | <le˧…> le˧-go˩-dʑo˩, | tʰi˩˥, | kʰv̩˧tɕʰi˥ | mɤ˧-dʑo˧-ɲi˥-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩!

Autrefois, n'est-ce pas! Dans une famille, quand quelqu'un souffrait, souffrait, souffrait, on ne pouvait rien faire! / on n'avait pas de solution!


NOTE : d'abord noté /‡ɖɯ˧-ʑi˩=ɻ̍˩ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩/ (note de juillet 2012)
S2 stop écouter
le˧-go˩, | kʰv̩˧tɕʰi˥ | mɤ˧-dʑo˧-dʑo˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | tʰi˩˥, | ə˧tso˧ ʝi˧-ɲi˥ | mɤ˧-sɯ˥-mæ˩, ◊ ə˩-gi˩! | ɬo˧kʰv̩˧ qæ˧-pi˥-kv̩˩-mæ˩, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧! |

Quand quelqu'un souffrait, qu'on n'avait aucune solution, autrefois… on ne savait que faire, n'est-ce pas! Les gens disaient: "C'est un mal de hanche!" (littéralement: "C'est un mal de hanche!" qu'ils disaient, les gens) (Explication: "mal à la hanche" était utilisé comme terme générique pour les douleurs dans la région abdominale)


NOTE : analyse en morphèmes: ɬo˧kʰv̩˧ qæ˧˥ pi˥ kv̩˧˥ mæ˩ hĩ˥ ʈʂʰɯ˥ hanche souffrir dire °abilitive °affirm personne °top
S3 stop écouter
"ʈʂʰɯ˧-hĩ˧, | ɬo˧kʰv̩˧ go˩!" | pi˧-zo˩. | <ɬo˧… zo˩no˥…>

On disait: "Celui-là, il a un mal de hanche!" Alors… (Note: se superpose à cette partie de l'histoire l'expression /ɬo˧kʰv̩˧ qæ˧/ "avoir un mal de hanche", répétée par l'enquêteur)

S4 stop écouter
"ɬo˧kʰv̩˧ qæ˧-ɲi˥!" | pi˧-zo˩, | "ʈʂʰɯ˧-qo˧ | ɖɯ˧-kʰwɤ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧!" | tsɤ˩-pʰv̩˧-tsɤ˥-li˩-ɻ̍˩, | go˩-kv̩˩-tsɯ˥ | mv̩˩! | tʰi˩˥, |

"Il a mal à la hanche!" on disait, "à cet endroit-là!" [La personne malade] se roulait en tous sens, elle souffrait! (=Le malade se tordait de douleur!)


NOTE : vérifié: n'est pas | qæ˧-ɲi˥-pi˩-zo˩ |
NOTE : /ɖɯ˧-kʰwɤ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧ | /: tons vérifiés
S5 stop écouter
zo˩no˥, | ʝi˧se˧-ɲi˩-pi˩, | ə˧tso˧ ɲi˩-pi˩-ʝi˩ | mɤ˧-do˩-mæ˩, ◊ ə˩-gi˩! |

Aujourd'hui, on fait appel au docteur (emprunt chinois); [autrefois,] ce que c'était [comme maladie], on ne savait pas, n'est-ce pas!


NOTE : ʝi˧se˧: emprunt du chinois 医生
S6 stop écouter
tʰi˩˥ |, ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | ʝi˧-bi˧-di˧ mɤ˧-di˥! |

Autrefois, on ne savait vraiment pas quoi faire! (littéralement: "il n'y avait aucune chose qu'on puisse faire")


NOTE : mɤ˧-di˩: il n'y a pas
S7 stop écouter
kʰv̩˧tɕʰi˥ | mɤ˧-dʑo˧-ɲi˥-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩, | le˧-ɻ̃˧-zo˥! |

On n'avait aucune solution, on était démuni!


NOTE : de: le˧-ɻ̃˥
S8 stop écouter
ʝi˧se˧, | dʑɤ˩˥ | mɤ˧-dʑo˩, ◊ ə˩-gi˩! |

Il n'y avait guère de médecins, n'est-ce pas!

S9 stop écouterinvestigator:
ʈʂʰæ˧ɣɯ˧-ki˩-hĩ˩-hĩ˩!

(expression dite par l'enquêteur, employant un mot local au lieu du mot emprunté au chinois) Des médecins!

S10 stop écouter
ʈʂʰæ˧ɣɯ˧-ki˩-hĩ˩, | mɤ˧-dʑo˩-ɲi˩-ze˩-mæ˩! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥-ʝi˩-dʑo˩! |

Des médecins (mot na: "personne qui donne des médicaments"), il n'y en avait pas! Autrefois!

S11 stop écouter
tʰi˩˥, | ʈʂʰæ˧ɣɯ˧-ki˩-hĩ˩, | dʑɤ˩˥ | mɤ˧-dʑo˩. |

Les médecins, il n'y en avait guère.

S12 stop écouter
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥-ʝi˩-dʑo˩, | le˧-ɻ̃˧-zo˥! | le˧-ɻ̃˧-zo˥! | ɖɯ˧-ʑi˩=ɻ̍˩-dʑo˩, | ɲi˧mi˧ ʈʂʰɯ˧-qʰɑ˧-ʂæ˧~ʂæ˧-hĩ˧, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧ | go˩-tsɯ˥ | mv̩˩! |

Autrefois, on était démuni! Démuni! Dans une famille, (tout au long de) la longue journée, le malade (littéralement: la personne) souffrait!

S13 stop écouter
ɖɯ˧-v̩˧ | mɤ˧-go˩, | ɖɯ˧-v̩˧ go˩-dʑo˩; | ə˧mi˧! ə˧tse˧ ɲi˥-hɯ˩? |

Untel n'était pas souffrant, untel était souffrant; hélas! qu'est-ce que ça veut dire? / qu'est-ce que c'est que cette affaire? 这是怎么一回事?

S14 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ ◊ -dʑo˩, | ɖɯ˧-v̩˧ | mɤ˧-go˩, | ɖɯ˧-v̩˧ go˩, | pi˧. |

Ainsi, untel n'était pas souffrant, untel était souffrant.

S15 stop écouter
"tsʰi˧ɲi˧-dʑo˩, | ʈæ˧bɤ˧ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | dʑɤ˩-hĩ˥ | ɖɯ˧-ɲi˧-kv̩˧ dʑo˧˥", | pi˧, | le˧-ʁɑ˥-ʂe˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, |

On disait: "En ce moment, par ici, il y a quelques bons moines!" On les faisait venir, on les amenait [à la maison];


NOTE : tons vérifiés: est le˧-ʁɑ˥-ʂe˩ et non le˧-ʁɑ˧-ʂe˩
S16 stop écouter
wɤ˩˥, | ʈæ˧bɤ˧ | le˧-ʈʂʰo˧, | le˧-ʈʂʰo˧, | le˧-ʈʂʰo˧, | le˧-ʈʂʰo˧, | le˧-ʈʂʰo˧, | wɤ˩˥, | ɲi˧-ɲi˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɖɯ˧-qʰwɤ˧-ɻ̍˩-kv̩˩-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩. |

Les moines lisaient, lisaient, lisaient, lisaient, lisaient; en deux jours, la guérison venait (littéralement "ça pouvait guérir en deux jours").


NOTE : tons vérifiés: ɲi˧-ɲi˥ 'deux jours' donne ɲi˧-ɲi˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧
S17 stop écouter
"gi˩˥, | ɲi˧-ho˥-ze˩! | ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩-tso˩-ɲi˩!" | pi˧-zo˩, | wɤ˩˥… | ʈʰææ̃˧ | ɖɯ˧-njɤ˧ | ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩-kv̩˩-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩. |

On disait: "Pour de vrai, on va avoir besoin [du moine]! Il faut faire venir le moine!" Réellement, on faisait souvent appel aux moines!


NOTE : tons vérifiés, n'est pas | ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˧ |
NOTE : [ʈʰææ̃˧]: forme réduite de /ʈʰæ˧mi˧-ɳɯ˩/
S18 stop écouter
ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩, | ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | gi˩˥, | gi˩˥, | tʰi˩˥ ◊ -dʑo˩… | le˧-qʰwɤ˧-tsɯ˥ | mv̩˩! | ʈʂʰɯ˧ ʑi˧=ɻ̍˥-dʑo˩! |

On faisait venir le moine; quand on faisait venir le moine, eh bien, réellement… on dit que [le malade] guérissait! [dans] cette famille-là!

S19 stop écouter
tʰi˩˥, | ʈæ˧bɤ˧ | le˧-ʁɑ˥ʂe˩, | ɖɯ˧-ɬi˧-qo˧ | ɲi˧-<ʂ… >ʂɯ˩ ʁɑ˩ʂe˩. |

On faisait venir les moines deux fois par mois.


NOTE : d'abord noté /‡le˧-ʁɑ˧-ʂe˩/.
NOTE : Note: on faisait venir les moines par deux, par quatre, par six, parfois par cinq.
S20 stop écouter
tsʰe˩ŋwɤ˩-ɲi˥ | ɖɯ˧-ʂɯ˩ ʁɑ˩ʂe˩; | tsʰe˧do˧ ɖɯ˧-ɲi˥ | ɖɯ˧-ʂɯ˩ ʁɑ˩ʂe˩. |

On les faisait venir une fois au quinzième jour, on les faisait venir une fois au premier jour du mois.

S21 stop écouter
əəə… ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-ʁɑ˥ʂe˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧ ʈʂʰɯ˧-ʑi˧=ɻ̍˥-dʑo˩, | le˧-qʰwɤ˧-ze˧-tsɯ˧˥ ◊ -mv̩˩!

En les faisant venir comme ça, eh bien, cette famille-là, elle guérissait! (Note ethnographique: la guérison n'est pas présentée comme celle d'un individu, mais celle d'une famille; le bénéfice des rituels est pour toute la famille.)


NOTE : avais d'abord noté /‡le˧-qʰwɤ˧-ze˧-tsɯ˥ | mv̩˩ |/, par habitude de noter tsɯ˥; vérifiant tous les /tsɯ/ après m'être aperçu (d'après son comportement après les verbes isolés) que le ton de ce morphème est MH, réalise que c'est ici MH.
S22 stop écouter
tʰi˩˥, | le˧-qʰwɤ˧, | le˧-qʰwɤ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | wɤ˩˥ | ɖɯ˧-ʑi˩=ɻ̍˩ | go˩-tsɯ˥ | mv̩˩, | ɖɯ˧-ʁwɤ˧-qo˧! |

Après, lorsqu'ils étaient guéris, il y avait une autre famille (littéralement: "il y a à nouveau une famille") qui tombait malade, dans le village!

S23 stop écouter
"ə˧mi˧! | no˧=ɻ̍˩ | ə˧tse˧ ɲi˥? | no˧=ɻ̍˩-dʑo˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-qʰwɤ˧-ze˧! |

"Hélas! Comment ça se fait? Vous, vous voilà ainsi guéris!

S24 stop écouter
njɤ˧-dʑo˥ | ɖɯ˧-zɯ˧ | ɖɯ˧-ʈʂʰæ˧˥ | le˧-go˩-zo˩, | le˧-qʰwɤ˧ mɤ˧-tʰɑ˧-ɻ̍˥! | qʰɑ˩ne˩˥ | tso˧-ɲi˩?" |

Moi, toute ma vie, toute ma génération, on est souffrant / on est condamné à la souffrance, on n'arrive pas à guérir! Qu'est-ce qu'on doit faire?

S25 stop écouter
mɤ˧-dɑ˩ qʰwɤ˩-zo˩! | ə˧zɯ˧˥ | ɖɯ˧-zɯ˧ | <tʰi˧…> ɖɯ˧-ɲi˥ | tʰi˧-ʂɯ˧ ə˧-ʝi˥?" | pi˧-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩. |

"On désespère de guérir! Nous deux, toute notre vie… Va-t-on finir par en mourir un jour[, de cette maladie]?" Voilà ce qu'ils disaient.


NOTE : lexical: ə˧zɯ˧˥
NOTE : tʰi˧-ʂɯ˧-ʝi˧-ze˧
NOTE : alternance intéressante: la même que pour ə˧mv̩˩ et ə˧mv̩˧˥ (tons L# et MH#).
S26 stop écouter
tʰi˩˥, | ɖɯ˧-v̩˧-ɳɯ˧: | "mɤ˧-ɖwæ˩! | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | dɑ˧pɤ˧-ʈʂʰɯ˧ | ɖwæ˧˥ | dʑɤ˩-hĩ˥ | ɖɯ˧-v̩˧ dʑo˩!" | pi˧-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩. |

Alors quelqu'un lui répondait: "N'aie crainte! Par ici, il y a un prêtre dɑ˧pɤ˧ remarquable!" (note: il s'agit des prêtres de la religion locale, antérieure à l'implantation du bouddhisme tibétain)

S27 stop écouter
tʰi˩˥, | dɑ˧pɤ˧ | ʁɑ˧ʂe˩-hɯ˩-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩!

Alors, on s'en allait chercher le prêtre dɑ˧pɤ˧!

S28 stop écouter
tʰi˩˥, | dɑ˧pɤ˧-ɳɯ˧ | le˧-ʈʂʰo˧, | le˧-ʈʂʰo˧, | le˧-ʈʂʰo˧-dʑo˥, | "no˧=ɻ̍˩-dʑo˩, | ʑi˧qʰwɤ˧ | tʰi˧-dzi˩-hĩ˩ | tʰv̩˧-kʰwɤ˧-qo˩, | ɖɯ˧-pi˧˥ | mɤ˧-dʑɤ˩!" | pi˧-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩. |

Alors le prêtre dɑ˧pɤ˧ récitait, récitait, récitait [les rituels]; et il disait: "Votre famille/ vous autres… la demeure où vous habitez, elle est située à un endroit qui n'est pas bon (littéralement "un peu mauvais")!


NOTE : tons de /tʰv̩˧-kʰwɤ˧-qo˩/ vérifiés; on pourrait également dire: /tʰv̩˧-kʰwɤ˥-qo˩/; cela correspond aux deux formes phonologiques/variantes possibles de /tʰv̩˥/+/kʰwɤ˥/: /tʰv̩˧-kʰwɤ˥$/, et: /tʰv̩˧-kʰwɤ#˥/.
S29 stop écouter
ɖɯ˧-pi˧˥ | mɤ˧-dʑɤ˩, | tʰi˩˥, | əəə… əəə… dɑ˧pɤ˧ <qʰɑ˩ne˩…> dɑ˧pɤ˧ qʰɑ˧ɲi˧~qʰɑ˩ɲi˩ | ʝi˧-zo˧-ho˩", | pi˧-zo˩, |

C'est un endroit qui n'est pas bon; [moi] le prêtre, je vais devoir agir pendant tant et tant de jours / il va me falloir pratiquer des rituels pendant tant de jours!

S30 stop écouter
tʰi˩˥, | dɑ˧pɤ˧ | le˧-ʁɑ˥ʂe˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧-ɲi˥-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩. |

Alors, on faisait venir le prêtre dɑ˧pɤ˧ [pour toute la durée qu'il avait indiquée lors de son diagnostic].


NOTE : d'abord noté /‡le˧-ʁɑ˧-ʂe˩/.
S31 stop écouter
dɑ˧pɤ˧ | le˧-ʁɑ˧ʂe˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | dɑ˧pɤ˧-ɳɯ˧ | tʰi˩˥, |

Quand on faisait venir le prêtre dɑ˧pɤ˧, ce prêtre, lui…

S32 stop écouter
əəə… dʑɯ˩-tsʰi˧, | ɖɯ˧-v̩˧ | tʰi˧-tsi˥-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩. |

quelqu'un faisait bouillir de l'eau, à ce qu'on raconte (=selon la coutume).

S33 stop écouter
dʑɯ˩-tsʰi˧, | ɖɯ˧-v̩˧ | tʰi˧-tsi˥; |

Quelqu'un faisait bouillir de l'eau;


NOTE : vient de: tʰi˧-tsi˩ 'faire bouillir'
S34 stop écouter
əəə… sɯ˩tʰi˩˥ | le˧-ʑi˩, | mv̩˧-qo˩ | tʰi˧-qæ˧˥, |

On amenait un couteau, on le faisait rougir au feu;

S35 stop écouter
mv̩˧-qo˩ | tʰi˧-qæ˧˥ ◊ -dʑo˩ | tʰi˩˥, |

une fois qu'on l'avait fait rougir au feu,

S36 stop écouter
<le…> dɑ˧pɤ˧-ɳɯ˧ | le˧-pv̩˧, | le˧-pv̩˧, | le˧-pv̩˧, | le˧-pv̩˧, | le˧-pv̩˧-dʑo˥, | sɯ˩tʰi˩ tʰv̩˩-nɑ˥ | le˧-ʑi˩-ɻ̍˩! |

Le prêtre officiait, officiait, officiait, officiait, officiait; il prenait le couteau! / il se saisissait du couteau!


NOTE : pv: faire un sacrifice
S37 stop écouter
dʑɯ˩tsʰi˩-qo˥-mv̩˩, | ʈʂʰɻ! pi˧ | tʰi˧-kʰɯ˧˥! | dɑ˧pɤ˧ | tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩ | gɤ˩-ʈʂwɤ˧-kwɤ˧tɕɯ˥, |

il le plongeait dans l'eau bouillante! Quand le prêtre l'en ressortait,


NOTE : ʈʂʰɻ: onomatopée: bruit de l'eau entrant en contact avec du métal brûlant: pssschhhh!
S38 stop écouter
əəə… ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | gɤ˩-dɑ˧˥, | mv̩˩-dɑ˧˥, | gɤ˩-dɑ˧˥, | mv̩˩-dɑ˧˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˧ | tʰi˩˥, |, wɤ˩˥, | ɖɯ˧-so˩ ʂɯ˩ ʝi˩-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩!

il donnait des coups par ici, par là, par ici, par là, comme ça; il faisait ainsi à plusieurs reprises/plusieurs fois de suite!

He would give blows high and low, high and low (=hither and thither); he would do so several times! / He would strike blows in all directions


NOTE : vérifié, n'est pas /ɖɯ˧-so˩ ʂɯ˩ | ʝi˧-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩/, mais un seul groupe tonal: /ɖɯ˧-so˩ ʂɯ˩ ʝi˩-tsɯ˩…/
NOTE : d'abord noté /‡ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥/ (note de juillet 2012)
S39 stop écouter
ɖɯ˧-so˩ ʂɯ˩ ʝi˩-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧-ʑi˧=ɻ̍˥, | ə˧mi˧ ʈʂʰɯ˧-jɤ˩-dʑo˩, | ʈʰææ̃˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-ʑi˧˥, | gɯ˩˥ | mɤ˧-qʰwɤ˧, | dɑ˧pɤ˧-ʈʂʰɯ˧ | ʈʂʰo˧-hɯ˧-ʈʂʰo˧-ɻ̍˥, | ʈʂʰo˧-hɯ˧-ʈʂʰo˧-ɻ̍˥, | njɤ˩ɭɯ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-hɑ˩, | ɖɯ˧-hɑ˩, | ɖɯ˧-hɑ˩-ɻ̍˩, | ɖɯ˧-pi˧˥ | le˧-qʰwɤ˧-tsɯ˥ | mv̩˩. |

Quand il avait fait ainsi à plusieurs reprises, la mère de famille (=la patiente), elle continuait à être allongée (littéralement "elle était vraiment allongée comme ça"), elle ne guérissait vraiment pas; le prêtre dɑ˧pɤ˧ s'évertuait à réciter des rituels, et réciter encore; [la patiente] ouvrait [alors finalement] les yeux, [elle les] rouvrait; et on dit qu'elle se portait mieux.


NOTE : Explication: le malade se tenait les yeux fermés; lorsqu'il sentait la guérison venir, il rouvrait les yeux petit à petit.
S40 stop écouter
le˧-qʰwɤ˧ | ʈʂʰɯ˧-gi˧˥ | ɖɯ˧-ʈʂæ˧ gv̩˧-dʑo˩, | tʰi˩˥, | ɖɯ˧-ɲi˥… | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | hɑ˧-ʈʂʰɯ˧, | zo˩no˧-ni˩, | ə˧tso˧ fv̩˧-ɻ̍˧, | mɤ˧-dʑo˧-ɲi˥-mæ˩, ◊ ə˩-gi˩! |

Un certain temps après cette guérison partielle, eh bien… Un jour… Autrefois, la nourriture… il n'y avait pas tout ce qu'on veut, comme maintenant!

S41 stop écouter
hɑ˧-ʈʂʰɯ˧ | dʑɤ˩˥ | mɤ˧-dʑo˧, | tʰi˩˥, | ho˧ ʈʰɯ˧-bi˧-pi˥-bi˩, | ɕi˧ʈʂʰwæ˧ mɤ˧-dʑo˧! |

On n'avait pas beaucoup de nourriture[, autrefois]; pour ce qui est de boire du bouillon de riz [régime habituellement prescrit en Chine aux malades], eh bien, on n'avait pas de riz [pour en préparer]!


NOTE : vérifié: est bien ho˧ ʈʰɯ˧-bi˧-pi˥-bi˩
S42 stop écouter
dʑɯ˧-ʈʂʰwæ˧ pi˧-zo˥! | dʑɯ˧-ʈʂʰwæ˧ ho˧ pi˥-zo˩! |

[A défaut, on n'avait que] du sorgho! (dʑɯ˧ʈʂʰwæ˧-ho#˥: gruau_de_sorgho)

S43 stop écouterinvestigator:
dʑɯ˧ʈʂʰwæ˧!

Du gruau de sorgho! (dit par l'enquêteur, afin de jouer le rôle de répondant/ donner la réplique à la locutrice)

S44 stop écouter
ə! dʑɯ˧-ʈʂʰwæ˧ ho˧ pi˥-zo˩, | dʑɯ˧ɭɯ˧-bv̩˧ | hɑ˧! |

Oui! Le gruau de sorgho, c'est la nourriture [qu'on prépare avec] du sorgho!

S45 stop écouter
dʑɯ˧ɭɯ˧-…hɑ˧-ʈʂʰɯ˧, | le˧-ti˩, | le˧-ti˩, | dʑɯ˧ʈʂʰwæ˧-ho˧-ʈʂʰɯ˧ | le˧-tɕɤ˧˥, | le˧-tɕɤ˧˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-ʈʰɤ˥ tʰi˩-kʰɯ˩; |

La graine de sorgho, on la pile, on la pile; le gruau de sorgho, on le fait bouillir; on y ajoute un peu [d'eau de temps à autres], comme ça;


NOTE : vérifié, est bien ɖɯ˧-ʈʰɤ˥ tʰi˩-kʰɯ˩ et non ɖɯ˧-ʈʰɤ˥ | tʰi˧-kʰɯ˧˥
S46 stop écouter
wɤ˩˥ | njɤ˩ɭɯ˧ | ɖɯ˧-hɑ˩-ɻ̍˩. |

(La locutrice referme la parenthèse, et revient au cas de la malade affectée d'une maladie grave/chronique.) Alors, [le patient] ouvre les yeux.

S47 stop écouter
õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ ◊ -dʑo˩ | tʰi˩˥, | gi˩˥, | dɑ˧pɤ˧ ʈʂʰɯ˧-v̩˧-ɳɯ˩ | le˧-pv̩˧, | le˧-pv̩˧, | le˧-pv̩˧, | le˧-pv̩˧, | le˧-pv̩˧-dʑo˥, | gɯ˩-ʝi˥ gɯ˩, | le˧-qʰwɤ˧-ɲi˥-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩! |

Et ainsi, pour de vrai, quand le prêtre dɑ˧pɤ˧ avait ainsi pratiqué les rituels, les uns après les autres, [la malade] se trouvait bel et bien guérie!

S48 stop écouter
tʰi˩˥, | le˧-qʰwɤ˧-dʑo˥, | tʰi˩˥, | dɑ˧pɤ˧ | tʰv̩˧-v̩˧-ɳɯ˩: | "no˧=ɻ̍˩-dʑo˩, hĩ˧-dʑo˩ | le˧-qʰwɤ˧ ʝi˧-ze˧! |

Pour ce qui est de la guérison… Le prêtre dɑ˧pɤ˧ disait: "Vous autres, les personnes, elles sont guéries!

S49 stop écouter
<v̩˩tɕi˧> [dzi˧-ɖæ˧] ʈʂʰɯ˧-kʰwɤ˥-dʑo˩ | ɖɯ˧-pi˧˥ | mɤ˧-dʑɤ˩." |

[Mais] le lieu où vous avez construit votre maison, il a quelque chose de mauvais."


NOTE : dzi˧-ɖæ˧: ton M. Le terme v̩˩tɕi˧ est un mot chinois, sans doute 屋基 'les fondations de la demeure'.
S50 stop écouter
tʰi˩˥, | "no˧=ɻ̍˩ | pæ˧-wo˧-ho˥!" | pi˧, | "ə˧-dzɤ˥ | le˧-pæ˥!" | pi˧-ɲi˥-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩. |

"Vous devez déménager!" dit-il; "préparez-vous à déménager!" (littéralement "déménagez lentement"; explication: la famille, fragilisée par la maladie d'un des siens, ne peut déménager au pied levé; le choix d'un nouveau lieu pour la maison, sa construction, le déménagement prendront du temps)


NOTE : on peut dire: ə˧-dzɤ˥, ou ə˧-dzɤ˧-dzɤ˥.
S51 stop écouter
dʑɯ˩ʁo˩ pi˥-ɲi˩-ze˩-mæ˩, ◊ ə˩-gi˩! | ʈʂʰɯ˧ | tʰi˧-dzi˩-hĩ˩, | dʑɯ˩ʁo˩˥! |

On dit que c'est une terre sauvage, [l'endroit où est située leur maison,] n'est-ce pas! Là où ils sont installés, c'est de la terre sauvage! (=une terre impropre à la culture, et à l'habitation humaine; comme les terres non défrichées sur la montagne)

S52 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ | tʰi˧-dzi˩-hĩ˩-bv̩˩, | <dʑɯ…> ʑi˧qʰwɤ˧ dʑɯ˩ʁo˩ tʰv̩˩-kʰwɤ˩-dʑo˩, | mɤ˧-dʑɤ˩-pi˩-ɲi˩-ze˩-mæ˩. |

Là où ils habitent, le coin de terre sur lequel est bâti la maison, il n'est pas bon, à ce que dit [le prêtre]!

S53 stop écouter
ɖɯ˧-pi˧˥ | mɤ˧-dʑɤ˩! | tʰi˩˥, | le˧-pæ˥! | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧… | ɖɯ˧-ɲi˧-kʰv̩˧ gv̩˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | le˧-pæ˧-ɲi˥-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩. |

Comme on dit que c'est [un emplacement] un peu mauvais (=néfaste), on déménage! Alors, ça… Quelques années après, [la famille] déménage!


NOTE : ɖɯ˧-ɲi˧-kʰv̩˧˥: quelques années
S54 stop écouter
le˧-pæ˧-se˥-hĩ˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧ | tʰi˩˥, | ɖɯ˧-v̩˧ F mɤ˧-go˩! | ɖɯ˧-v̩˧ F mɤ˧-tsʰi˧˥! |

Une fois qu'ils ont déménagé, [parmi] les gens [de cette famille], il n'y a plus personne qui soit malade! il n'y a plus personne qui soit souffrant!


NOTE : tsʰi˧˥: souffrant; terme archaïque; ne s'emploie plus qu'en tournure négative.
NOTE : Net exemple de rupture intonative marquant la focalisation des deux /ɖɯ˧-v̩˧/; à l'oreille, la réalisation phonétique me paraît comporter allongement et diphtongaison/mouvement vocalique vers une centralisation de la voyelle.
S55 stop écouter
ɖʐe˧ ʂe˧, | ɖʐe˧ ɖɯ˧-tsɯ˧˥ ◊ -mv̩˩! | hĩ˧ F | mɤ˧-go˩-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩!

Quand ils cherchent de l'argent, ils en obtiennent! (=tout va bien, la famille est prospère!) Les gens [de la famille], ils ne sont pas malades!


NOTE : exemple clair de focalisation par l'intonation. Phonétiquement: forte descente sur /hĩ F/.
NOTE : d'abord noté ‡ɖʐe˧ ɖɯ˧-tsɯ˥ | mv̩˩; corrigé en mai 2012
S56 stop écouter
tʰi˩˥, | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-qʰwɤ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | "ə˧mi˧! | dɑ˧pɤ˧-ʈʂʰɯ˧, | ʁɑ˩mi˧-ze˩!" | pi˧-zo˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | dɑ˧pɤ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ ◊ -zo˩, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | dɑ˧pɤ˧-ki˧ | ɖwæ˧˥ | fv̩˧-ʝi˧-ɲi˥-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩!

Une fois que tout est ainsi revenu dans l'ordre, on dit! "Houlà! Le prêtre dɑ˧pɤ˧, on lui doit tous nos remerciements!" Autrefois, le prêtre dɑ˧pɤ˧, c'était comme ça: les gens exprimaient le plus grand contentement à l'égard du prêtre!

S57 stop écouter
zo˩qo˧-dʑo˩, | ɖɯ˧-ʑi˩ | mɤ˧-qʰæ˩ ʂe˩-ʂe˩-gv̩˩-bi˩, | dɑ˧pɤ˧-pi˧! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ɑ˧ʁɑ˩-dɑ˩pɤ˩ | pi˧ | ɖɯ˧-v̩˧ dʑo˩-kv̩˩, | njɤ˧-sɯ˩-kv̩˩! | ɑ˧ʁɑ˩-dɑ˩pɤ˩! |

où qu'on se trouve, quand une famille se trouvait mal en point, on pensait au prêtre dɑ˧pɤ˧! Autrefois, par chez nous, il y en avait un qui s'appelait "le dɑ˧pɤ˧ ɑ˧ʁɑ˩"! (ɑ˧ʁɑ˩: nom propre) "Le dɑ˧pɤ˧ ɑ˧ʁɑ˩"!


NOTE : on pourrait également dire: mɤ˧-qæ˩-bi˩; sens: 'se retrouver malade', 'attraper une maladie'
S58 stop écouter
ɑ˧ʁɑ˩-dɑ˩pɤ˩ | pi˧, | ɬi˧di˩-di˩mi˩-qo˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-v̩˧ dʑo˩-kv̩˩-dʑo˩; |

A Lhiddi, il y avait un prêtre dɑ˧pɤ˧ de ce nom-là.

S59 stop écouter
ʝi˧lv̩˧-bv̩˥ | ʈʂʰɻ̍˧ | ʈʰææ̃˧… | le˧-ʑi˩, | qwɤ˧-qo˧ | tʰi˧-qæ˧˥ ◊ -dʑo˩, ◊ ə˩-gi˩! |

Vrai de vrai, on prend le soc de charrue qui sert à labourer, on le chauffe au feu (littéralement: "on le brûle dans le foyer"),


NOTE : /qwɤ˧/: 'âtre, foyer'; /ʈʂʰɻ̍˧/: soc
S60 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ | le˧-ʈʂʰo˧, | le˧-ʈʂʰo˧, | le˧-ʈʂʰo˧-dʑo˥, | õ˧-bv̩˥-õ˩ | hi˩mi˩-po˥-ɳɯ˩ | le˧-jɤ˧˥, | le˧-ʈʂʰo˧! |

Il récite les rituels, récite, récite; avec sa propre langue, il lèche [le soc de charrue incandescent]; il récite les rituels!

S61 stop écouter
lo˩qʰwɤ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-ʈʂʰɻ̍˧-bi˥-dʑo˩, | ɖɯ˧-sɑ˥ | gv̩˧-mɤ˧-kv̩˧˥! |

Avec la main, il empoigne (le fer brûlant) comme ça, et ça ne lui fait rien du tout! / et ça ne le brûle pas!

S62 stop écouter
njɤ˧ | ə˧mi˧ ɖɯ˧-v̩˧-ɳɯ˧-ʈʂʰɯ˧, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | zo˩no˥, | ə˧mi˧-tɕi˩ | dʑo˩-sɯ˩-mæ˥!

Une de mes tantes, autrefois… Ma tante (cadette de ma mère), elle est encore vivante, n'est-ce pas!


NOTE : de: dʑo˩-sɯ˩˥ 'est encore vivante'
S63 stop écouter
no˧-ki˧ "le˧-jo˩! | le˧-jo˩!" | pi˧-hĩ˧, | õ˧-tʰv̩˧-v̩˧! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ɖwæ˧˥ | go˩-ɲi˥-mæ˩!

Celle qui te disait "Viens, viens!", celle-là! (=Celle qui voulait t'inviter chez elle! Cette personne-là!) Autrefois, elle a été très malade!

S64 stop écouterinvestigator:
ə˧tso˧ go˩?

De quoi souffrait-elle? (question posée par l'enquêteur)

S65 stop écouter
ə˧tso˧ go˩? | zo˩no˧-ɲi˩-pi˩, <we˩˥ ʈʰææ̃˧…> [hu˧mi˧ go˧˥] | -ɲi˩<-ə˩-di˩>-pʰæ˩-di˩-ze˩! |

De quoi elle souffrait? Comme on dirait aujourd'hui, / Pour employer un vocabulaire d'aujourd'hui, on dirait qu'elle avait des douleurs d'estomac!


NOTE : we˩˥: emprunt chinois
NOTE : vérifié: c'est ici /ɲi˩/, la copule/certitude, et non -ni 'comme'.
S66 stop écouter
hu˧mi˧ go˧˥ ◊ -ɲi˩-ho˩-ze˩, | zo˩no˧-ɲi˩-pi˩, | zo˩no˥, | hu˧mi˧-ʈʂʰæ˧ɣɯ˧ ʈʰɯ˧˥ | le˧-qʰwɤ˧-ze˧-mæ˧! |

Ca devait être un mal d'estomac; maintenant, eh bien, ça s'est guéri avec des médicaments pour l'estomac!


NOTE : d'abord noté /‡le˧-qʰwɤ˧-ze˧-mæ˩/
NOTE : vérifié: c'est ici /ɲi˩/, la copule/certitude, et non /-ni/ 'comme'.
S67 stop écouter
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | le˧-go˩, | le˧-go˩, | le˧-go˩, | le˧-go˩-dʑo˩, | tsʰi˧ɲi˧ F | le˧-go˩, | ʈʂʰæ˧ɣɯ˧ mɤ˧-dʑo˧, | hu˧mi˧-ʈʂʰæ˧ɣɯ˧ mɤ˧-dʑo˧, ◊ ə˩-gi˩! |

Autrefois, elle souffrait, souffrait, souffrait! Aujourd'hui elle souffrait; il n'y avait pas de médicaments, pas de médicaments pour l'estomac, n'est-ce pas!

S68 stop écouter
o! tʰi˧-ʑi˧-ɲi˥-ze˩! | so˧ɲi˥, | wɤ˩˥, | ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩-kʰi˩, | ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩-kʰi˩. |

Elle restait couchée! Le lendemain, on allait une nouvelle fois quérir des moines.

S69 stop écouter
tʰi˩˥, | gi˩˥ ◊ -dʑo˩, | dɑ˧pɤ˧ | le˧-ʁɑ˥-ʂe˩, | hu˧mi˧-ʈʂʰæ˧ɣɯ˧ | le˧-ʈʰɯ˩, | le˧-qʰwɤ˧-ze˧-mæ˧! |

Et alors, pour de vrai, on faisait venir le prêtre dɑ˧pɤ˧, [elle] prenait des médicaments pour l'estomac, et c'était guéri/ça allait mieux!


NOTE : tons vérifiés, est bien: le˧-qʰwɤ˧-ze˧-mæ˧, non ‡le˧-qʰwɤ˧-ze˧-mæ˩.
NOTE : d'abord noté /‡le˧-ʁɑ˧-ʂe˩/.
S70 stop écouterinvestigator:
dɑ˧pɤ˧-ɳɯ˧, | ʈʂʰɯ˧ | ʈʂʰæ˧ɣɯ˧ ki˧! |

(intervention de l'enquêteur) Le prêtre dɑ˧pɤ˧ donne des médicaments! (Je pensais que les rituels étaient accompagnés de prescriptions médicinales / de médicaments, comme cela s'observe au Népal et ailleurs, où le moine délivre des médicaments, emploi de la pharmacopée et des rituels allant de pair. Mais en réalité, autrefois, les Na n'avaient guère de médicaments; c'étaient les Tibétains et les Chinois qui possédaient des traditions médicinales et connaissaient les vertus des plantes. Les prêtres comme les moines se contentaient généralement de réaliser des rituels pour soigner les malades.)

S71 stop écouter
ə! dɑ˧pɤ˧-ɳɯ˧, | ʈʂʰæ˧ɣɯ˧ ki˧! | tʰi˩˥, | əəə… zo˩no˥… | hĩ˧=ɻæ˥, | zo˩no˥, | zo˩no˧-dʑo˥, | [go˧li˧-di˩] le˧-dʑo˧-ɲi˥-ze˩-mæ˩, ◊ ə˩-gi˩! | <le˧-ʈʰ…> le˧-hwæ˧ le˧-ʈʰɯ˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | le˧-qʰwɤ˧-ze˧-mæ˧! |

Le prêtre dɑ˧pɤ˧ donne des médicaments! (La locutrice répète simplement ce que je dis; en fait, il n'était pas courant que le prêtre dɑ˧pɤ˧ donne des médicaments.) Alors, en fait… maintenant, les gens… à notre époque, il y a des médecins, des dispensaires, n'est-ce pas! Comme on achète (des médicaments) et qu'on les prend (littéralement "on les boit"), on est guéri!


NOTE : Avant 2014: noté /‡zo˩no˧-dʑo˧/.
NOTE : go˧li˧-di˩: dispensaire, lieu où on peut aller voir un médecin; 'voir un médecin': calque du chinois, 'voir la maladie', 看病
S72 stop écouter
ʁo˧dɑ˧ | ɖɯ˧-so˩ kʰv̩˩-dʑo˩, | mɤ˧-dʑo˧-kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩, | ɖɯ˧-njɤ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | go˩-kv̩˩˥ ◊ -mæ˩! |

Il y a quelques années [encore], comme il n'y en avait pas, on souffrait sans cesse!


NOTE : d'abord noté /‡go˩-kv̩˥/
S73 stop écouter
tʰi˩˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩-dʑo˩, | ʝo˧do˧ pv̩˩-pi˩! | <hĩ˧…> mi˩zɯ˩-ʈʂʰɯ˥ | go˩˥, | pi˧, | ʝo˧do˧ pv̩˩-pi˩-kv̩˩-mv̩˩!

Autrefois, quand on appelait les moines, il y avait un rituel qui s'appelait /jo˧do#˥/! Quand une femme était malade, on faisait ce rituel!

S74 stop écouter
jo˧do˧-mv̩˩ | tʰi˧-pv̩˩, | le˧-qʰwɤ˧-ʝi˧-ze˧, | pi˧! |

On disait qu'en réalisant le rituel /jo˧do#˥/, ça guérissait!


NOTE : Il me semble vraiment entendre ‡ʝi˧do˧ et non jo˧do˧; mais la narratrice indique très clairement qu'il s'agit bien de la syllabe /jo/ et non /ʝi/.
S75 stop écouter
hĩ˧ mo˥-hĩ˩ go˩-pi˩, | tɕʰɯ˧ɭɯ˧ ʝi˧-zo˧-kv̩˩-pi˩! |

Quand c'était une personne âgée qui était souffrante, on réalisait le rituel /tɕʰɯ˧ɭɯ˧/.

S76 stop écouter
"tɕʰɯ˧ɭɯ˧ mo˩-ʝi˩, | le˧-qʰwɤ˧-ʝi˧!" | pi˧, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩. |

Autrefois, on disait: en faisant le rituel /tɕʰɯ˧ɭɯ˧/, ça va guérir!

S77 stop écouter
õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ ◊ -zo˩, | ʝi˧se˧ | mɤ˧-[dʑo˩]… zo˩no˥, | ʈʂʰæ˧ɣɯ˧-ki˩-hĩ˩ | mɤ˧-dʑo˩! |

autrefois, des médecins (emprunt chinois)… des donneurs de médicaments (mot na), il n'y en avait pas!


NOTE : La narratrice se rendant compte qu'elle a utilisé le mot chinois pour 'médecin' se reprend aussitôt.
S78 stop écouter
ɖɯ˧-njɤ˧ ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-kv̩˩! |

On faisait sans cesse ainsi! (=on faisait souvent venir les moines) (gloses: ɖɯ˧-njɤ˧ ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ kv̩˧˥ sans_cesse ainsi faire °abilitive)


NOTE : on pourrait dire également: ɖɯ˧-njɤ˧ ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʝi˧-kv̩˩ |
S79 stop écouter
ʝi˧kʰv̩˥-dʑo˩, | qʰwɤ˧! | ʝi˧kʰv̩˥-dʑo˩, | mɤ˧-qʰwɤ˧! |

Certains [dans le village] étaient bien portants! Certains n'étaient pas bien portants!

S80 stop écouter
hĩ˧, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-ʂɯ˧-hĩ˧, | <qʰɑ˩ne˩ ʝi˥-bi˩?> [qʰɑ˩jɤ˩ dʑo˩˥!] |

People who died like that, in the old times, <what could one do about it?> [there were lots and lots]!

Des gens qui mouraient comme ça (=de maladie), autrefois, <qu'est-ce qu'on pouvait faire? / qu'est-ce qu'on y pouvait?> [qu'est-ce qu'il y en avait!]

S81 stop écouter
ɖɯ˧-ʑi˩=ɻ̍˩, | ʈʰææ̃˧, | ʈʰææ̃˧, | tʰi˩˥, | ɖɯ˧-v̩˧ | le˧-qʰwɤ˧, | ɖɯ˧-v̩˧ | le˧-go˩; | ɖɯ˧-v̩˧ | le˧-qʰwɤ˧, | ɖɯ˧-v̩˧ | le˧-go˩; | ə˧tso˧ go˩-ɲi˩, | mɤ˧-sɯ˥! |

Dans une famille, vrai de vrai, il y en avait un qui allait bien, un qui allait mal; un qui allait bien, un qui allait mal; de quelle maladie il s'agissait, on ne savait pas!

S82 stop écouter
ɖɯ˧-njɤ˧ <| tʰi˩˥ |> dɑ˧pɤ˧ ʁɑ˧-ʂe˩! | <no˧…>

On faisait sans cesse venir le prêtre dɑ˧pɤ˧!


NOTE : Note ancienne, erronée: 'A la transcription la narratrice juge le /tʰi˩˥/ superflu. De fait, il n'est pas réellement pris en compte dans la structure tonale de ce passage: il ne provoque pas le découpage en groupes tonals qui serait attendu. Si /ɖɯ˧-njɤ˥/ formait un groupe à lui seul, comme ce devrait être le cas si /tʰi˩˥/ jouait son rôle (imposant une rupture dans les groupes tonals), on s'attendrait à ce qu'il apparaisse avec un ton haut: ɖɯ˧-njɤ˥.' En réalité: le schéma tonal est: /ɖɯ˧-njɤ˧/. La 2e syllabe reçoit souvent un renforcement intonatif (notation: ↑) qui peut faire croire à un ton Haut.
S83 stop écouterinvestigator:
ʈæ˧bɤ˧-ɳɯ˧, | ʈʂʰæ˧ɣɯ˧ | mɤ˧-ki˧; | dɑ˧pɤ˧-ɳɯ˧, | ʈʂʰæ˧ɣɯ˧ ki˩! | ə˩-ɲi˩˥? |

Le moine bouddhiste ne donne pas de médicaments; le prêtre dɑ˧pɤ˧, lui, en donne! c'est ça? (intervention de l'enquêteur)

S84 stop écouter
<ə, dʑo…> ʈʂʰo˧-lɑ˧ ʈʂʰo˥-ɲi˩-mæ˩! |

(Non,) les prêtres se contentent de réciter!


NOTE : de: ʈʂʰo˧-lɑ˧ ʈʂʰo˥ 'se contenter de réciter; réciter seulement'
S85 stop écouter
tʰi˩˥, | dɑ˧pɤ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | wɤ˩˥, | si˧kʰɯ˧ɭɯ˧-bv̩˥ | ɖɯ˧-ʁo˩ dʑo˩-kv̩˩! | si˧kʰɯ˧! |

[Si, tout de même,] le prêtre dɑ˧pɤ˧, lui, il lui arrive d'administrer (littéralement: "il a") une sorte de plante: la pivoine! La pivoine! (si˧kʰɯ˧ɭɯ˧-bv̩˥: pivoine)

S86 stop écouter
zo˩no˥, | ʈ… ʈæ˧bɤ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ʈʂʰæ˧ɣɯ˧ mɤ˧-dʑo˧-ɲi˥! | ʈʂʰo˧-lɑ˧-kv̩˥! |

Les moines bouddhistes, eux, ils n'avaient pas de médicaments! Tout ce qu'ils savaient faire, c'est dire des prières!


NOTE : vérifié, n'est pas …ʈʂʰo˧-lɑ˧-kv̩˧˥
S87 stop écouterinvestigator:
ʈʂʰo˧-lɑ˧-kv̩˥! |

- Seulement des prières! (l'enquêteur répète, pour donner la réplique)

S88 stop écouter
ə! dɑ˧pɤ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | wɤ˩˥, | ʝi˧kʰv̩˥, | sɯ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | wɤ˩˥, | ʈʂʰæ˧ɣɯ˧ dʑo˧! | ʝi˧kʰv̩˥-dʑo˩, | mɤ˧-dʑo˧! õ! ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥… |

Eh oui! [Tandis que] les prêtres dɑ˧pɤ˧, eux, certains d'entre eux, ceux qui s'y connaissaient, ils avaient des médicaments! Certains [en revanche] n'en avaient pas! Et comme ça…


NOTE : pour étude de la structure de l'information: noter: la focalisation/topicalisation peut jouer le rôle qui serait celui d'un adversatif.
S89 stop écouter
əəə… zo˩no˥, | si˧kʰɯ˧ɭɯ˧bv̩˥-pi˩-zo˩, | zo˩no˧-dʑo˥, | tsʰo˧jo˩ mv̩˩ʈʂæ˩-ɲi˩-mæ˩, ◊ ə˩-gi˩! |

Alors, pour ce qui est des pivoines… maintenant, on les appelle /tsʰo˧jo˩/ (mot chinois local), n'est-ce pas!

S90 stop écouter
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | si˧kʰɯ˧ɭɯ˧bv̩˥-pi˩, | dʑɯ˩ʁo˩ di˥-hĩ˩! |

Autrefois, la pivoine, c'est quelque chose qui existait dans la montagne! / on en trouvait sur la montagne!

S91 stop écouter
le˧-qwæ˧˥! | tʰi˩˥, | <ɖɯ˧-bæ˧~ɖɯ˧-bæ˧ | le˧-pʰi˧˥> [ɖɯ˧-bæ˧ ɖɯ˧-kʰwɤ˥ tʰi˩-kʰɯ˩], | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | l le˧-tɕɤ˧˥ | le˧-ʈʰɯ˩-pi˩-zo˩! |

On déterrait [les racines]! Ensuite, on mettait un morceau de chaque [plante médicinale] (=on mélangeait un peu de diverses plantes médicinales), on le faisait bouillir [ensemble] comme ça, et on le buvait! (=On faisait bouillir le tout, et on buvait cette décoction!)


NOTE : ɖɯ˧-bæ˧~ɖɯ˧-bæ˧ | le˧-pʰi˧˥: à la réécoute, la locutrice demande à remplacer ce passage, /pʰi˧˥/ étant un mot chinois.
NOTE : vérifié, n'est pas | ɖɯ˧-kʰwɤ˥ | tʰi˧-kʰɯ˧˥ |
S92 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ki˧-kv̩˥-mæ˩! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥! |

Voilà comment on administrait [les remèdes]! Voilà ce qu'on disait autrefois!

S93 stop écouter
dɑ˧pɤ˧ ʈʂʰo˧-kv̩˥! | ʈæ˧bɤ˧ ʁɑ˧ʂe˩-kv̩˩! |

Le prêtre dɑ˧pɤ˧, il récitait! On faisait venir les moines bouddhistes!

S94 stop écouter
tʰi˩˥, | ɖɯ˧-ʑi˩~ɖɯ˩-ʑi˩-dʑo˩, | ɖɯ˧-njɤ˧ | ʁɑ˧ʂe˩-kv̩˩! | ɖɯ˧-ʑi˩~ɖɯ˩-ʑi˩, pi˩-ɲi˩-mæ˩! |

Famille après famille, on faisait venir (les moines) sans cesse! Famille après famille!


NOTE : d'abord noté /‡| pi˧-ɲi˩-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩/. Est en fait /…pi˩-ɲi˩-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩/, intégré au groupe tonal qui précède. Il serait également possible de dire: /| pi˧-ɲi˥-tsɯ˩ ◊ -mv̩˩/.
S95 stop écouterinvestigator:
ʈæ˧bɤ˧-ʈʂʰɯ˧… |

Les moines bouddhistes… (intervention de l'enquêteur)

S96 stop écouter
ə! ɖæ˩mi˧! | ɖæ˩mi˧-ʈæ˩bɤ˩! | ə! ɖæ˩mi˧-qo˧ dzi˩-hĩ˩! |

Oui! Le monastère: les moines du monastère! ceux qui habitent au monastère!

S97 stop écouterinvestigator:
- dzɯ˩nɑ˩mi˩-ʁo˥ | mɤ˧-bi˧! |

Ils ne s'aventurent pas en montagne! (réplique donnée par l'enquêteur; idée: le fait que les moines ne soient pas familiers de la montagne et de ses plantes contribuerait à expliquer qu'ils ne connaissent pas les plantes médicinales)

S98 stop écouter
dzɯ˩nɑ˩mi˩-ʁo˥ | mɤ˧-bi˧! | əəə… ɖæ˩mi˧-qo˧ dzi˩! õ! | tʰi˩˥, | əəə… |

[En effet,] ils ne s'aventurent pas en montagne! Ils restent à l'intérieur du monastère! Et…

S99 stop écouter
õ˧-bv̩˥-õ˩, | no˧-ni˩-zo˩, | ʈʰææ̃˧ ʑi˧qʰwɤ˧ ɖɯ˧-ɭɯ˧-qo˧ | tʰi˧-dzi˩, | ɑ˩pʰo˩˥ | tʰɑ˧-tʰv̩˧, | hĩ˧=ɻæ˥! | ɖɯ˧-njɤ˧ | ʈʰæ˧ɻæ˩ li˩. |

Chacun est à part soi: comme toi, ils se tiennent assis en intérieur (littéralement "à l'intérieur d'un bâtiment")! Défense de sortir! Ils lisent des livres toute la journée.

S100 stop écouter
zo˧mv̩˥zo˩=ɻæ˩-ki˩ | ʈʰæ˧ɻæ˩ so˩. |

Ils enseignent à lire aux enfants (=aux novices du monastère).

S101 stop écouter
hĩ˧ mo˥-hĩ˩-dʑo˩, | ʑi˧qʰwɤ˧-qo˧ | tʰv̩˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-dzi˩. |

Les vieux, ils se tiennent assis ainsi, en intérieur.

S102 stop écouter
hɤ˩-hĩ˩ tʰv̩˩-v̩˩˥ ◊ -dʑo˩, | ʑi˧qʰwɤ˧-qo˧ | tʰi˧-dzi˩. |

Ceux qui sont les plus habiles (=les plus savants), ils se tiennent assis en intérieur.

S103 stop écouter
əəə… ʈʰæ˧ɻæ˩ so˩-hĩ˩, | ɲi˧-kv̩˧˥ | so˩-kv̩˩ tʰi˥-kʰɯ˩. |

Les étudiants, on leur en donne deux ou trois.

S104 stop écouter
ʈʂʰɯ˧-ɲi˥-kv̩˩, | ɖɯ˧-njɤ˧ | tʰi˩˥, | hɑ˧ | ʈʰæ˧ɻæ˩ so˩-hĩ˩ | ʈʂʰɯ˧-ɲi˥-kv̩˩-ɳɯ˩ | gv̩˩˥! |

Ces deux-là, toute la journée, eh bien… la nourriture, c'est ces deux étudiants-là qui la préparent [pour leur enseignant]!


NOTE : on pourrait également dire: ʈʂʰɯ˧-ɲi˥-kv̩˩ | gv̩˩-kv̩˩˥! |
S105 stop écouter
əəə… zo˩no˧-ɳɯ˧ | le˧-so˩, | əəə… ʈʰæ˧ɻæ˩ so˩-hĩ˩-ki˩ | tʰi˧-ki˧! |

[Quand un enfant] commence son apprentissage (littéralement "[un enfant] apprend à partir de maintenant"), euh… on le confie à un enseignant!

S106 stop écouter
ʈʰæ˧ɻæ˩ so˩ | hɤ˩-hĩ˩˥, | no˧-ni˩ | hɤ˩-hĩ˩˥ | ɖɯ˧-v̩˧ dʑo˩-pi˩, | ʈʂʰɯ˧ | zo˧mv̩˥ ʈʂʰɯ˩-ɲi˩-kv̩˩, | tɕi˩-hĩ˩ ʈʂʰɯ˩-ɲi˩-kv̩˥-dʑo˩, | ʈʰæ˧ɻæ˩ | ɖwæ˧˥ | hɤ˩-ɲi˥-mæ˩! |

Les bons enseignants, s'il y a un bon enseignant comme toi, ses deux enfants (=les deux enfants qui lui sont confiés), ces deux petits, [ils deviendront] à coup sûr très calés!

S107 stop écouter
ʈʰæ˧ɻæ˩ so˩ | hɤ˩-hĩ˩˥ | mɤ˧-ʁo˥pv̩˩, | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | wɤ˩˥ | mɤ˧-hɤ˩-ɲi˩-mæ˩! |

Si on n'est pas guidé par un bon précepteur, alors ça ne va pas, hein!


NOTE : de: le˧-ʁo˥pv̩˩ 带(学生), diriger (des étudiants), diriger les études (d'étudiants)
S108 stop écouter
zo˩no˥, | no˧sɯ˩kv̩˩-ni˩-gv̩˩, | ɖɯ˧-bæ˧-lɑ˧ ɲi˥! | ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩! |

C'est exactement la même chose que maintenant, pour vous autres! (Référence au système universitaire contemporain, qu'a connu son fils, et dans lequel est actuellement engagé son petit-fils.) Toutes ces choses-là! (La narratrice conclut son propos sur une note de simplicité et de modestie: tout ce qu'elle a raconté n'a rien d'original, il n'y a rien là de différent au fond des fonctionnements qu'on observe aujourd'hui: les relations entre enseignants et élèves; le souci de soi, de sa santé, de la prospérité de la famille…)