Housebuilding: the process of building a house (version 2)


Continuous playing:

Transcription by sentence
Phonologic


Translation by sentence
fr
Whole text transcription


Whole text translation
fr en zh



Notes
ʑi˧qʰwɤ˧-ʈʂʰɯ˧, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʑi˧qʰwɤ˧… -ʈʂʰɯ˧, | ɖɯ˧-ɭɯ˧ tsʰi˧˥ | pi˧-dʑo˩, | ə˩-gi˩! | tʰi˩˥, | əəə… ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩, | le˧-ʂɯ˧~ʂɯ˧ tʰi˧-tɕɯ˥. |
qæ˧do˧, | lv̩˧mi˧, | əəə… ŋwɤ˧pʰæ˧˥! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | gv̩˩pʰæ˩ ɲi˥ mæ˩! | gv̩˩pʰæ˩-sɯ˥ | le˧-dɑ˧˥! |
qæ˧do˧-sɯ˥ | le˧-dɑ˧˥; | ɑ˩ʁo˧ tɕɯ˧! | tʰi˩˥, | gv̩˩pʰæ˩˥ | le˧-dɑ˧-bi˥! | dʑɯ˩ʁo˩˥ | tʰi˧-tɕɯ˥! |
tʰi˩˥, | əəə… ʑi˧qʰwɤ˧-qæ˧do˧ | le˧-dɑ˧˥, | le˧-tʰv̩˧, əəə… -dʑo˥ | tʰi˩˥, | gv̩˩-pʰæ˩˥ | le˧… le˧-ʑi˩-bi˩. |
gv̩˩pʰæ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | gv̩˩pʰæ˩˥ | dʑɯ˩ʁo˩˥ | gv̩˩pʰæ˩ ʑi˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | ʐwæ˧ po˩-ɳɯ˩ | tɕɯ˧-zo˧-kv̩˥-ɲi˩. |
hĩ˧-ɳɯ˩ | pɤ˧~pɤ˧! | ʐwæ˧-po˩-ɳɯ˩ | tɕɯ˧˥! |
tʰi˩˥, | gv̩˩pʰæ˩-ʈʂʰɯ˥, | ɖɯ˧-↑ɲi˥-ɳɯ˩ | ɑ˩ʁo˧ le˧-tʰv̩˧-zo˧-kv̩˧˥ | -ɲi˩! |
mv̩˩si˧-njɤ˧˥ | njɤ˧-lɑ˥ F | bi˧! | æ˩ mɤ˧-ʈwɤ˧ | bi˧! | əəə… tv̩˧tsʰɯ˧ | ŋwɤ˩-ɭɯ˩-qo˥ | bi˧! |
mv̩˩kʰv̩˧˥, | tʰv̩˧tsʰɯ˧ | hõ˧-ɭɯ˥-qo˩-ɳɯ˩ le˩-tʰv̩˩-kv̩˩! |
əəə… tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-dʑo˩, | <ʐwæ˧> ʐwæ˧ | ɖɯ˧-v̩˧… | ʐwæ˧ | tsʰe˩qʰɑ˩-kv̩˩ ɲi˥ | po˧-bi˥. |
ʐwæ˧ dʑo˧-hĩ˥-ki˩, | ʐwæ˧ ɲi˧! | hĩ˧ dʑo˧-hĩ˥-ki˩, | hĩ˧ ʁɑ˧ʂe˥! |
ɖɯ˧-tɑ˧˥ | bi˧! | tʰi˩˥, | <le˧-ʑi˩…> | le˧-ʈɤ˧-le˧-po˧-jo˥! |
gv̩˩pʰæ˩-ʈʂʰɯ˥ | tʰi˩˥ | -no˧˥, | æ˧mv̩˥-tɕi˩ | ɖɯ˧-kʰwɤ˥-ɳɯ˩, | ʑi˧qʰwɤ˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ | mɤ˧-lv̩˩-ɲi˩ mæ˩! |
gv̩˩pʰæ˩˥ | ɲi˧-tv̩˧-pʰæ˧˥, | so˧-tv̩˧-pʰæ˧˥, | õ˧-ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-dɑ˧˥, | dʑɯ˩ʁo˩˥ | tʰi˧-tɕɯ˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | gv̩˩pʰæ˩˥ | le˧… | ɖɯ˧-tv̩˧, | ɲi˧-tv̩˧ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | ɑ˩ʁo˧… | mmm… tʰi˩˥, | tʰi˧-tɕɯ˥! |
tʰi˧-tɕɯ˧-se˥ | tʰi˩˥, | ʑi˧mi˧-ʈʂʰɯ˧ | le˧-dɑ˧˥, | le˧-tʰv̩˧…-se˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | hæ̃˧kʰɤ˧ tʰi˥-lɑ˩! | əəə… ʐv̩˩ɭɯ˥ tʰi˩-kʰɯ˩! |
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | <ŋwɤ˧-pʰæ˧˥… əəə…> gv̩˩pʰæ˩ tʰi˩-qɑ˥…-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | ʑi˧qʰwɤ˧ ɖɯ˧-ɭɯ˧-hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ɑ˩pʰo˩˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥… | ɖɯ˧-ɭɯ˧-hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | le˧-se˩-ɲi˩-ze˩ mæ˩! |
tʰi˩˥, | le˧-se˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | qæ˧do˧ | le˧-dɑ˧˥ | le˧-tʰv̩˧, | <ŋwɤ˧-pʰæ˧˥ | le˧… əəə…> gv̩˩pʰæ˩˥ | le˧-qɑ˩, | le˧-tʰv̩˧, | le˧-se˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | wɤ˩˥ | ɑ˩ʁo˧ | …-qo˧lo˩! |
qo˧lo˩, | ʑi˧mi˧-qo˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | mmm… ʑi˧mi˧-qo˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʂwæ˩gv̩˩ tʰi˩-gv̩˥-zo˩-kv̩˩ mæ˩! |
əəə… dʑɤ˧bo˩ tʰi˩-gv̩˩-zo˩-kv̩˩ mv̩˩! | si˧tʰv̩˧ tʰi˧-gv̩˥-zo˩-kv̩˩ mv̩˩! | qwæ˧ tʰi˥-gv̩˩-zo˩-kv̩˩ mv̩˩! |
tʰi˩˥, | ɖɯ˧-tɑ˧˥… | ə˧tso˧-mɤ˧-ɲi˩, | tʰi˧-tsʰo˥-kʰɯ˩! |
tʰi˩˥, | əəə… si˧tʰv̩˧…-dʑo˩, | ʑi˩-nv̩˩mi˩ ɲi˥! | pi˧-kv̩˩ mæ˩. |
ʂwæ˩gv̩˩˥, | gɤ˩qwɤ˥, | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ɖɯ˧-tɕʰo˩! | si˧tʰv̩˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | <mv̩˩tɕo˧> gɤ˩-tɕo˧-ɻ̍˩! | ɖɯ˧-tɕʰo˩… | əəə, si˧tʰv̩˧, | qwæ˧˥, | ɖɯ˧-tɕʰo˩ ɲi˩-ze˩ mæ˩! |
ʂwæ˩gv̩˩˥, | zɑ˩-bɑ˧lɑ˩-dʑo˩, | njɤ˩~njɤ˧ ɲi˥-ze˩ mæ˩! |
zɑ˩-bɑ˧lɑ˩ <ʈʂʰ…> | ʈʂʰɯ˧-qo˧ di˩, | si˧tʰv̩˧… | dʑɤ˩-hĩ˥… | ʂwæ˩gv̩˩˥ | -dʑo˩, | ɖɯ˧-gi˥ | ʈʂʰɯ˧-gi˧ gv̩˥ le˩-jo˩, | ɖɯ˧-gi˥ | ʈʂʰɯ˧-gi˧ gv̩˥ le˩-jo˩, | tʰi˩˥, | zɑ˩-bɑ˧lɑ˩! | ə˧mɑ˧-ki˩, | no˧ | do˩-mɤ˥-do˩, ə˩-gi˩! |
tʰi˧-tɕʰo˩-ɲi˩-ze˩ mæ˩! |
tʰi˩˥, | tʰv̩˧-qo˧-ɳɯ˧, | wɤ˩˥, | tʰi˩˥, | qwæ˧˥ F | le˧-gv̩˩ | le˧-po˧-bi˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʂwæ˩gv̩˩-ki˥ tʰv̩˩-ɲi˩-ze˩ mæ˩! |
si˧tʰv̩˧-ki˧ | tʰv̩˧-ɲi˥-ze˩ mæ˩! |
əəə… ʂwæ˩gv̩˩-ki˥-ɳɯ˩, | <mv̩˩tɕo˧ qwæ˧…> mv̩˩tɕo˧ gv̩˩ | le˧-po˧-bi˥, | tʰi˩˥, | si˧tʰv̩˧-ki˧ tʰv̩˧! |
si˧tʰv̩˧-ki˧-ɳɯ˩ | mv̩˩tɕo˧ gv̩˩ | le˧-po˧-bi˥, | kʰi˧-ʁo˧tʰo˥ tʰv̩˩! | õ! ʑi˧qʰwɤ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɖɯ˧-tɑ˧˥… | ʁɑ˩ʂɯ˥, | wɤ˩˥ | si˧-po˩-ɳɯ˩ | gv̩˩˥! |
õ! ʈʂʰɯ˧-dzɤ˧, | wɤ˩˥, | <q…> dʑɤ˧bo˩ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ gv̩˩! |
ʈʂʰɯ˧-qo˧, | <ʂwæ˩gv̩˩…ŋ… gv̩˥! | > ʈʂʰɯ˧-qo˧, | ʂwæ˩gv̩˩ gv̩˥! | ʈʂʰɯ˧-qo˧, | wɤ˩˥ | qwæ˧ gv̩˩. |
ʈʂʰɯ˧-qo˧, | si˧tʰv̩˧ gv̩˥! | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | wɤ˩˥ | qwæ˧ gv̩˩. |
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥, | le˧-tɕo˧ le˧-tsʰɯ˩, | kʰi˧ F | tʰi˩˥ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ di˩-ɲi˩-ze˩ mæ˩! |
õ! ʑi˧qʰwɤ˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ə˧tso˧-mɤ˧-ɲi˩, | gv̩˩-tso˩-ɲi˥-ze˩! |
kʰi˧mi˧ | gɤ˩-tɕo˧ ʁɑ˧-ɳɯ˧, | tʰi˩˥, | ʑi˧qʰwɤ˧-ʈʂʰɯ˧, | hæ̃˧do˧-qo˧ tʰv̩˧-kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩, | əəə… tso˩qʰv̩˩ɻ̍˥ | pi˧-hĩ˧ | ɖɯ˧-ʁo˩ dʑo˩-ɲi˩-ze˩. |
əəə… ɑ˩ʁo˥ | tʰi˩˥, | əəə… mv̩˩pʰæ˧-pi˧ | ɖɯ˧-ʁo˩ dʑo˩-ɲi˩-ze˩. | gæ˩pʰæ˧-pi˧ | ɖɯ˧-ʁo˩ dʑo˩-ɲi˩-ze˩! |
tso˩qʰv̩˩ɻ̍˥ | pi˧-hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | kʰi˧bɤ˧ | gɤ˩-tɕo˧ ʁɑ˧-kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-pʰæ˧~pʰæ˧-ɲi˥ mæ˩! |
kʰi˧ | ʈʂʰɯ˧-pɤ˥ ɲi˩ | tʰi˩˥, | tso˩qʰv̩˩ɻ̍˥-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧-qo˧ di˩, | ʈʂʰɯ˧-qo˧ di˩! |
kʰi˧ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ di˩ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | gæ˩pʰæ˧-dʑo˥ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | le˧-hɯ˩. |
mv̩˩pʰæ˧-dʑo˥, | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | le˧-hɯ˩. | tso˩qʰv̩˩ɻ̍˥-qo˩-ɳɯ˩ | le˧-bi˩-tso˩-ɲi˩. | əəə… ʑi˧qʰwɤ˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧-hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩! |
tʰi˩˥, | tso˩qʰv̩˩ɻ̍˥-ɳɯ˩, | gæ˩pʰæ˧ …bi˧, | kʰi˧ | ɖɯ˧-pɤ˩ tʰi˩-di˩! | tso˩qʰv̩˩ɻ̍˥-ɳɯ˩! |
mv̩˩pʰæ˧-bi˧, | kʰi˧ | ɖɯ˧-pɤ˩ tʰi˩-di˩. |
tʰi˩˥, | gæ˩pʰæ˧ ʑi˧ʁæ˧… -dʑo˩, | tso˧~tso˧ | ə˧tso˧-mɤ˧-ɲi˩, | tɕɯ˧-di˧˥! |
zo˩no˧, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | hĩ˧=ɻæ˥, | gæ˩pʰæ˧ ʑi˧ʁæ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ʝi˧-kʰv̩˥-dʑo˩, | hĩ˧ dzi˧-kv̩˥ mæ˩! |
ʑi˧ʁæ˧ dzi˧˥, | ʑi˧ʁæ˧ dzi˧-pi˥! | zo˩no˧-ne˩-ʝi˩-zo˩, | əəə… tʰɑ˧v̩˥, | tʰææ̃˧ mɤ˧-di˥! |
zo˩no˧, | əəə… ʑi˧mi˧-qo˧-dʑo˧, | <gæ˩…> wɤ˩˥ | gæ˩pʰæ˧-ʈʂʰɯ˧ | le˧-gv̩˧~gv̩˥! | hĩ˧ tʰi˧-dzi˧-kʰɯ˥-kv̩˩ mæ˩! |
"gæ˩pʰæ˧ dzi˩! | gæ˩pʰæ˧ dzi˩!" | pi˧. |
mv̩˩pʰæ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | bo˩-hɑ˥ tɕɤ˩! | hɑ˧ gv̩˥! |
tso˧qwɤ˧ tʰi˧-gv̩˩! |
õ˧-ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-kv̩˩ mæ˩! |
tʰi˩˥, | ɑ˩ʁo˧, əəə… | ʑi˧mi˧-qo˧-dʑo˧ | tʰi˩˥, | əəə… ʂe˧dzo˧ tʰi˧-gv̩˥! |
əəə… hĩ˧-bæ˧ tsʰɯ˧˥, | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧-bæ˧ tʰi˧-dzi˧-kʰɯ˥! |
ɑ˩ʁo˧ | tʰi˩˥ | li˩ tɕɤ˧˥, | hɑ˧ tɕɤ˩! |
hĩ˧ | dʑɤ˩˥… | dʑɯ˩-ɳɯ˥, | tso˧qwɤ˧-qo˧-ɳɯ˧ | gv̩˩-kv̩˩-ze˥ mæ˩! | mv̩˩pʰæ˧-ɳɯ˧, | gv̩˩-kv̩˩-ze˥ mæ˩! |
hĩ˧ ɳɯ˧ | pi˧, | ɖɯ˧-njɤ˧ | ɑ˩ʁo˧-ɳɯ˧ | gv̩˩-ɲi˥-ze˩ mæ˩! |
ɑ˩ʁo˧ | ɖɯ˧-ɲi˥ | <so˧-kʰɯ˧-ʈʂʰɯ˧…> ʂe˧kʰɯ˧-ʈʂʰɯ˧, | ʈʂʰɯ˧-ɖɯ˧-mi˧-hĩ˧ | tʰi˧-ʈɯ˧, | ɖɯ˧-ɲi˥ | so˧-tɕʰi˧! |
ɑ˩ʁo˧-ɳɯ˧ | gv̩˩˥! | tʰi˩˥, | ʈʂʰo˧do˩ | tʰi˧-di˩-hĩ˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ɑ˩ʁo˧ | hɑ˧ gv̩˥-ɲi˩, | pi˧-zo˩, | hɑ˧ | ɖɯ˧-tɕʰi˩ gv̩˩-ɳɯ˩, | ʈʂʰo˧do˩-ʁo˩ | ɖɯ˧-kʰwɤ˥ tʰi˩-tɕɯ˩. |
hɑ˧ | ɖɯ˧-tɕʰi˩ dzɯ˩-ɳɯ˩, | ʈʂʰo˧do˩-ʁo˩ | ɖɯ˧-kʰwɤ˥ tʰi˩-tɕɯ˩. |
tʰi˩˥ | ɑ˩ʁo˧ | ʑi˧mi˧ ɖɯ˧-ɭɯ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | <ʈʂʰɯ…> ʈʂʰɯ˧ne˧ gv̩˧-ɲi˥ mæ˩! |
tʰi˩˥, | ʑi˧mi˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ dɑ˧˥ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | pi˧-hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | hɑ˧ʂɯ˥… | hĩ˧-ɳɯ˩, | hĩ˧ dzɑ˧-hĩ˧-ɳɯ˩, | dɑ˧-ze˥-se˩, | so˧-ɬi˧-ʐv̩˩-ɬi˩ | le˧-dɑ˧˥ | mɤ˧-tʰv̩˧-ɲi˥! |
hĩ˧=ɻæ˥, | hĩ˧ hɤ˥-hĩ˩-ɳɯ˩ | dɑ˧˥, | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʈʂʰwæ˩˥ | le˧-dɑ˩~dɑ˩, | tʰv̩˧-ɲi˥-ze˩! |
ɲi˧-tsi˧ hɑ̃˧˥, | ɖɯ˧-ɬi˧, | tʰv̩˧-kv̩˧˥, | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | ə˧tso˧-mɤ˧-ɲi˩, | le˧-gv̩˧~gv̩˥ | le˧-tʰv̩˧-ɲi˥-ze˩! |
tʰi˩˥, | ʑi˧mi˧… | le˧-gv̩˧~gv̩˥ | le˧-tʰv̩˧, | tʰi˩˥, | hĩ˧ | tʰi˧-dzi˩-tʰɑ˩-ɲi˩-ze˩! |
hĩ˧ | mɤ˧-hɤ˩-hĩ˩-ɳɯ˩ | ʝi˧, | pi˧, | tsʰi˧-ɲi˧ ʝi˧ | ɖɯ˧-ɲi˧-kv̩˧ ʁɑ˧ʂe˥ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | wɤ˩˥ | po˧ɖʐɯ˧ mɤ˧-dʑɤ˩-hĩ˩ | ɖɯ˧-se˩, | tɑ˧qɑ˧, | tɑ˧qɑ˧, | tɑ˧qɑ˧, | pi˧, | ɖɯ˧-dɑ˩~dɑ˩-ɻ̍˩, | wɤ˩˥ | ɖɯ˧-so˥ F | lo˧ mɤ˧-do˩! |
ɖɯ˧-ɲi˥ | ʈʰææ̃˧ | ʈʂe˧ dɑ˥ ho˩-bi˩-bi˩, | <ə˧ʝi˧-tsʰi˧ʝi˧, | > ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | ʈʂe˧ dɑ˥ lɑ˩ ho˩-ɲi˩ mæ˩! |
ʈʂe˧ dɑ˥-pi˩, | ʈʂʰɯ˧ | ə˧tso˧ pi˧-ɲi˥, | pi˧-dʑo˩, | pæ˩pʰæ˧˥! |
zo˩no˥, | əəə… | zo˩no˥, | hæ˧-ʐwɤ˩ pi˩, | hĩ˧=ɻæ˧-ɳɯ˥ | tɕɤ˧ho˩pæ˧ | tʰææ̃˧ | ne˧-ʝi˥-zo˩, | ə˩-gi˩! |
õ˧-ʈʂʰɯ˧-bæ˧ po˩-ɳɯ˩ | tʰi˩˥ | si˧-ʈʂʰɯ˧ | dʑɯ˩ʁo˩˥ | õ˧-bv̩˥-õ˩… ɬɬɬ! | tɕʰɤ˧tɕo˩-po˩-ɳɯ˩ | le˧-kɤ˩. |
mmm… tʰi˩˥ | le˧… | mmm… pæ˩pʰæ˧-ʈʂʰɯ˥ | le˧-pv̩˧-kʰɯ˧˥! | pæ˩pʰæ˧ po˥-ɳɯ˩ | gv̩˩˥, | no˧ | ə˧mɑ˧ | ɑ˩ʁo˧ | pæ˩pʰæ˧ tʰi˧-di˥-mɤ˩-di˩, | ə˩-gi˩! |
no˧ | tʰi˧-ʑi˧-hĩ˧ ʈʂʰɯ˧-qo˧, | ʈʂe˧ dɑ˥-ɲi˩ mæ˩! | õ! | õ˧-ʈʂʰɯ˧ ne˧-ʝi˥ | tʰi˩˥, | ʈʂe˧ dɑ˥-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | <hĩ˧… | > si˧-po˩-ɳɯ˩ | le˧-gv̩˩. |
hĩ˧-ɳɯ˩ | gv̩˧-ɲi˥! | ɲi˧-ɲi˥ ɳɯ˩, | ɖɯ˧-pʰæ˧ mɤ˧-tʰv̩˧-ɲi˥! |
hĩ˧ ɲi˧-kv̩˧-hĩ˧-tʰv̩˧ | ʈʂe˧ dɑ˥!
ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧ hĩ˥ | tɑ˧~tɑ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | ɖɯ˧-kʰwɤ˥ lɑ˩ tʰv̩˩-ɲi˩, | ɲi˧-ɲi˥! |
ɖɯ˧-ɲi˥-dʑo˩, | pv̩˧tsɤ˥ gv̩˩-ɲi˩ pi˩! |
mmm… ʈʂʰɯ˧-bv̩˧ | pæ˩pʰæ˧˥ | tʰi˧-ʈʰæ˧-di˧˥! | pv̩˧tsɤ˥ gv̩˩-ɲi˩ pi˩! |
əəə… ɖɯ˧-ɲi˥-dʑo˩, | se˧tʰo˩ gv̩˩-ɲi˩ pi˩! |
õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-zo˩, | ɖɯ˧-bæ˧~ɖɯ˧-bæ˧ | bo˩lo˧-ʈʂʰɯ˧ | le˧-qwæ˧˥, | le˧-qwæ˧-zo˥! |
tʰi˩˥, | bo˩lo˥ | le˧-qwæ˧-se˥-kwɤ˩tɕɯ˩ lɑ˩, | pæ˩pʰæ˧˥ | le˧-tʰi˩, | le˧-tʰi˩! |
pæ˩pʰæ˧˥, | ʈʂʰɯ˧ ɲi˥-kv̩˩ le˩-tʰi˩, | ʈʂʰɯ˧ ɲi˥-kv̩˩ le˩-tʰi˩, | bo˩lo˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧-qo˧ | tʰi˩˥ | pæ˩pʰæ˧˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | tʰi˧-kʰɯ˧˥ | -tɕɯ˩! |
õ! | õ˧-ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-zo˩ | tʰi˩˥, | ʑi˧qʰwɤ˧ gv̩˩ ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | ɖwæ˧˥ | lo˧hɑ˧ ɲi˥! | ə˧-sɯ˩kv̩˩, | nɑ˩-ʑi˧mi˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩! | ɬɬɬ !
zo˩no˧-dʑo˥ | tʰi˩˥, | ə˧ʝi˧-tsʰi˧ʝi˧, | dʑɤ˩˥… | ʑi˧mi˧… | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-ɳɯ˩, | le˧-gv̩˧~gv̩˥, | mɤ˧-tʰɑ˧˥… | dʑɤ˩˥ | gv̩˩-hĩ˩˥ | mɤ˧-dʑo˩. |
tʰi˩˥, | dʑɯ˩ʁo˩˥ | ʑi˧mi˧ ɖɯ˧-ɭɯ˧ dɑ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɖɯ˧-ɬi˧ ɲi˧-ɬi˧… | ə˧zɯ˩, | ə˧ʂɯ˧-ɲi˥ F | ɖɯ˧-ʂɯ˩ ʐwɤ˩ ɲi˩ mæ˩, ə˩-gi˩! |
tʰi˩˥, | qæ˧do˧-ʈʂʰɯ˧, | ʈʂʰɯ˧-qo˧ le˧-tɕɯ˥, | ʈʂʰɯ˧-qo˧ le˧-tɕɯ˥, | ʈʂʰɯ˧-qo˧ le˧-tɕɯ˥, | ɖɯ˧-ɲi˥ | gɤ˩tɕo˧ tsɑ˧, | mv̩˩tɕo˧ tsɑ˧! |
gɤ˩tɕo˧… | dʑɯ˩nɑ˩mi˩-ʁo˩˥ | ʂwæ˧hĩ˧-qo˩-ɳɯ˩ | mv̩˩tɕo˧… gɤ˧˥! |
hṽ̩˩-hĩ˩-qo˥ | lo˧qo˧ kwɤ˩! | lo˧qo˧-ɳɯ˧ | wɤ˩˥ | <gɤ˩tɕo˧ kwɤ˧˥!> [gɤ˩tɕo˧ gɤ˧˥!] | wɤ˩˥ | ko˧ ɖɯ˧-ɭɯ˧ ʈʰæ˧qo˩ kwɤ˩! |
ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥… ko˧-ʈʂʰɯ˧, | ɖɯ˧-ɭɯ˧~ɖɯ˧-ɭɯ˧~ɖɯ˧-ɭɯ˧~ɖɯ˧-ɭɯ˧~ɖɯ˧-ɭɯ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥… | ɖɯ˧-ɭɯ˧ <t> se˩; | ɖɯ˧-ɭɯ˧ se˩-se˩, | ɖɯ˧-ɭɯ˧ ʁo˧tʰo˩ tʰv̩˩. | ɖɯ˧-ɭɯ˧ se˩-se˩, | ɖɯ˧-ɭɯ˧ ʁo˧tʰo˩ tʰv̩˩. |
dʑɯ˩nɑ˩mi˩ʁo˩-qo˥ | no˧˥ | qɑ˩, | əəə… tsʰe˧qʰɑ˧-ɭɯ˧-qo˧-ɳɯ˧ | ɑ˩ʁo˧ ʑi˧qʰwɤ˧ tʰv̩˧-ɭɯ˧ lɑ˧ tʰv̩˥ ɲi˩! |
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ se˩ kwɤ˩tɕɯ˩ lɑ˩ | tʰi˩˥, | qæ˧do˧ le˧-dɑ˧˥, | ɑ˩ʁo˧ le˧-tʰv̩˧-dʑo˥ | tʰi˩˥, | wɤ˩˥ | le˧-ʈɤ˥~ʈɤ˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | le˧-gɤ˩~gɤ˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ se˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | wɤ˩˥ | ʑi˧mi˧ dɑ˧˥ -ɲi˩ pi˩. | ɬɬɬ! ʑi˧qʰwɤ˧ tsʰi˧˥ | -ɲi˩ pi˩. |
mmm… ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | ɲi˧ʈʂæ˧-ʑi˧ tsʰi˥-hĩ˩, | ʈʂʰɯ˧ | mɤ˧-tʰɑ˧˥ | dʑɤ˩˥ | dʑo˩-mɤ˩-kv̩˥ mæ˩! |
zo˩no˧, | hĩ˧ | <gɯ˩-ʝi˥… | > ɖwæ˧˥ | hɤ˩-hĩ˩˥, | hĩ˧ | zo˩no˧ | sɯ˧pʰi˧-ne˩-ʝi˩-hĩ˩ | ʈʂʰɯ˧-tɕi˩-ɳɯ˩, | ɲi˧ʈʂæ˧-ʑi˧ lɑ˥ ɲi˩ mæ˩! |
ʈʰææ̃˧-ɳɯ˩ | si˧ɭɯ˧! | si˧ɭɯ˧…-ʑi˧qʰwɤ˥ | no˩ dɑ˥, | ʈʂo˩bo˧ mɤ˧-ti˩. |
qæ˧do˧ ʈʰææ̃˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | le˧-dɑ˩~dɑ˩, | le˧-dɑ˩~dɑ˩, | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | lo˧ fv̩˧ ɲi˥-ze˩ wɤ˩! |
tʰi˩˥… | hĩ˧-dʑo˩ | ʈʰi˩˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | qæ˧do˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | dɑ˩˥ | kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | le˧-tɕʰɯ˧, | zo˩qo˧ po˧-bi˥, | tʰɑ˧-ɲi˥-ze˩ mæ˩! |
no˧ | tsʰi˧-ʝi˧ | əəə… ɬi˧di˩ | ʈʂʰɯ˧-qo˥… | ʈʂʰɯ˧ ʁwɤ˧-qo˩ | dzi˩-mɤ˩-bi˩˥ | wɤ˩˥ | ɖɯ˧-ʁwɤ˧-qo˧ dzi˧-bi˧ pi˧! |
ɖʐɤ˩~ɖʐɤ˧˥ | -kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | gɤ˩~gɤ˧˥ | tɕɯ˩-po˩ bi˥! |
wɤ˩˥ | ʈʂʰɯ˧-ʁo˥-qo˩ tɕʰɯ˩. | tʰi˧-tsʰi˧˥ | -tɕɯ˩ !
wɤ˩˥ | tʰi˧-dzi˩ tʰɑ˩-ɲi˩-ze˩ mæ˩! |
ʈʂo˩bo˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | le˧-ti˩, | le˧-ti˩, | tʰi˩˥, | le˧-gɤ˧-mɤ˧-hĩ˧-ɲi˥-ze˩ mæ˩ ! |
mɤ˧-ɲi˧-kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩, | le˧-mi˧ tʰi˧-kwɤ˥ ! |
tʰi˩˥, | õ˧-bv̩˥-õ˩ | ɖʐo˧ | qæ˧do˧ tʰi˥-di˩-hĩ˩ | tʰv̩˧-kʰwɤ˧ gɤ˥-ʑi˩, |
ʈʂo˩bo˩-ʈʂʰɯ˥, | <ʝi…> ʈʂe˧ | ʑi˩-mɤ˩-hĩ˩ ɲi˥-ze˩! |
ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | tʰi˧-kwɤ˩! | tʰi˩˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | ʈʂo˩bo˩˥ | dʑɤ˩˥ | ti˩-mɤ˩-kv̩˥ mæ˩! |
tʰi˩˥, | tsʰi˧qʰæ˧˥ | -dʑo˩ | wɤ˩˥ | ʈʂo˩bo˩ ti˥, | mmm… ʈʂwæ˧-ʑi˧qʰwɤ˧ gv̩˩-ɲi˩ pi˩, | ŋwɤ˧ʈʂwæ˧ ʑi˧qʰwɤ˧ gv̩˩. |
õ˧-ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-dʑo˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | si˧ ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ɖwæ˩˥ | lo˧hɑ˧ ɲi˥! |
si˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ | ʈɤ˧ le˧-po˧-tsʰɯ˧-hĩ˧ tʰv̩˥, | hĩ˧ | pʰæ˧tɕi˥=ɻæ˩ | ʈʂʰɯ˧=ɻæ˧-se˥, | ɣɯ˩˥ | ɖɯ˧-ti˧ pʰv̩˥-kv̩˩ ɲi˩, | pʰæ˧qʰwɤ˩-ʈʂʰɯ˩. |
ɑ˩ʁo˧-ʈʂʰɯ˧ | hɑ˧ | ɖwæ˧˥ | se˩-kv̩˩˥ | -ɲi˩! |
bo˩-ʈʂʰæ˧ | ɲi˧-ɭɯ˧ | əəə… əəə… bo˩-ʂe˧! | ʂæ˩ɻ̩̃˩˥ | ʈʰææ̃˧… | tʰi˩˥, | dʑɯ˩nɑ˩mi˩-ʁo˩˥ | hĩ˧ | le˧-ʈʰi˩ | tɕʰɤ˧-hɑ̃˧ne˧ ʝi˥ | bo˩-ʈʂʰæ˧ tɕɤ˩! | ʂæ˩ɻ̩̃˩-v̩˥dʑɯ˩ tɕɤ˩! |
mmm… ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | tʰi˩˥, | n… le˧-ʈʰi˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | ʂe˧ | mɤ˧-dzɯ˥ | mɤ˧-tʰɑ˧ pi˥! | ɬi˧di˩-di˩mi˩-qo˩-dʑo˩! |
h… hæ˧-di˩-dʑo˩, | ʂe˧ | mɤ˧-dzɯ˥ | tʰɑ˧˥! | ɬi˧di˩-di˩mi˩-qo˩, | ʂe˧ | mɤ˧-dzɯ˥ | mɤ˧-tʰɑ˧˥! |
ʂe˧ | ɖɯ˧-tɕʰi˩ mɤ˩-dzɯ˩, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | pæ˧qʰwɤ˩ | no˩˥ | ɖɯ˧-pʰæ˧ di˩-dʑo˩! | ɖʐo˧ | ʐwæ˩-ɲi˥! |
ʂe˧-ʈʂʰɯ˧, | tʰi˧-dzɯ˥-tɕɯ˩, | ʂe˧mɤ˧-ʈʂʰɯ˥, | tʰi˧-dzɯ˥-tɕɯ˩ pi˩, | mɤ˧-ɖʐo˧ ɲi˥! |
mv̩˧tsʰi˧-qo˩ F | ɖʐo˧ mɤ˧-kv̩˩! | dʑɯ˩pʰæ˩ʈwæ˥-bi˩, | dʑɤ˩˥ | ɖʐo˧ mɤ˧-kv̩˩! |
<ɲi˧=ɻ̩˥ | ʂe˧ | dzɯ˧-mɤ˧-kv̩˩> [ɲi˧=ɻ̩˥ | ʂe˧ | mɤ˧-dzɯ˥], | tʰv̩˧-ʑi˧=ɻ̩˥-dʑo˩, | ɑ˩pʰo˩˥ | njæ˧-sɯ˩kv̩˩ | lo˧ʝi˧ kʰi˩ | ɖɯ˧-tɕʰo˩ kʰi˩, | njæ˧-sɯ˩kv̩˩ | mɤ˧-ɖʐo˥, | ʈʂʰɯ˧-v̩˧ | ɖwæ˧˥ | ɖʐo˧-kv̩˩-ɲi˩! |
ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | nɑ˩~nɑ˧ kv̩˥-ɲi˩! |
əəə… "ə˧tse˧… ə˧tse˧ ʝi˧-ɲi˥?" | pi˧-dʑo˩, | "ʂe˧ mɤ˧-dzɯ˧ ɲi˥!" | pi˧-kv̩˩ mæ˩. |
tʰi˩˥, | gɯ˩˥ | mɤ˧-gɯ˩ | mɤ˧-sɯ˥, | ə˩-gi˩! | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | le˧-pi˥ pi˩, | dʑɯ˧ | zo˩no˧, | õ˧-bv̩˥-õ˩ | ɬi˩di˩-di˩-mi˩<-qo˩> ʈʂʰɯ˩-qo˩ dʑo˩, | dʑɯ˧ | ɖɯ˧-pi˧˥, əəə … | hɑ˧ | dzɯ˧-kv̩˩-hĩ˩ dʑɯ˩ ɲi˩-ze˩! |
əəə… tʰi˩˥, | ɖʐo˧ | le˧-ɖʐo˥-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧ | ʂe˧ | mɤ˧-dzɯ˥ | mɤ˧-tʰɑ˧-ɲi˥-kv̩˩ tsɯ˩ mv̩˩! |
hĩ˧=ɻæ˧ mv̩˧di˧-qo˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | le˧-tsʰi˧, | dʑɯ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | ʂe˧ mɤ˧-dzɯ˥ | tʰɑ˧-ɲi˥ tsɯ˩-mv̩˩! |
õ˧ tʰv̩˧ ne˧ ʝi˥-zo˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧… | ə˩pʰo˩-hĩ˩˥ | njæ˧-sɯ˩kv̩˩-ki˩ tsʰɯ˩-dʑo˩, | əəə… ɬi˧di˩ tsʰɯ˩-dʑo˩, | ʂe˧ | mɤ˧-dzɯ˥, | tʰɑ˧ mɤ˧-ho˥ | pi˧-kv̩˩! |
õ˧ ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʑi˧qʰwɤ˧ tsʰi˧˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | dʑɯ˩nɑ˩mi˩-ʁo˩˥, | ə˧mi˧! | ə˧mi˧=ɻæ˩-ɳɯ˩, | tsʰi˧ɲi˧ | hɑ˧ | ɑ˩ʁo˧-ɳɯ˧ | dʑɯ˧ mɤ˧-dʑo˧-hĩ˧ | tʰv̩˧-ho˩ | ɖɯ˧-ɲi˥-dʑo˩, | hɑ˧ | hæ̃˧qʰv̩˥ | le˧-tɕɤ˧˥, | pɤ˩jɤ˧-ʈʂʰɯ˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | le˧-ʐv̩˩, |
hĩ˧ | <ɖɯ˩-hĩ˩˥… | > tsʰe˩-kv̩˩ ʁɑ˩ʂe˥-po˩-bi˩ pi˩, | pɤ˩jɤ˧˥ | tsʰe˧-ɭɯ˧! | əəə… ʂe˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | ɖɯ˧-v̩˧ ɖɯ˧-pʰæ˧˥; | ɖɯ˩-hĩ˩˥ | ɖɯ˧-pʰæ˧˥, | tɕi˩-hĩ˩˥ | ɖɯ˧-pʰæ˧˥! | ɲi˧-pʰæ˧˥! |
əəə… õ˧ ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-zo˩, | kʰɤ˧-qo˥-ɳɯ˩ | ɖɯ˧-kʰɤ˧~ɖɯ˥-kʰɤ˩ le˩-kʰɯ˩~kʰɯ˩! |
tʰi˩˥, | æ̃˩ ʈwɤ˧-kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩, | le˧-pɤ˥~pɤ˩, | bi˧-kv̩˧-ze˥ mæ˩! |
"ə˧mi˧! | tsʰi˧-ɲi˧, | qæ˧do˧-dʑo˥, | tsʰi˧-ɲi˧ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ tʰv̩˥-ho˩-ze˩! | tʰv̩˧-qo˧-dʑo˧, | dʑɯ˧ mɤ˧-dʑo˧!" | pi˧. |
dʑɯ˩nɑ˩mi˩ʁo˩˥ | ɖɯ˧-ʝi˧~ɖɯ˧-ʝi˧, | dʑɯ˧ | dʑo˧ mɤ˧-kv̩˧˥! | dʑɯ˧, əəə… | dʑɯ˩-ʈʂʰɯ˧, | ko˧ so˧-ɭɯ˧ ɖæ˩, | dʑɯ˧ | ɖɯ˧-kʰɯ˩-lɑ˩ dʑo˩-ɲi˩. |
ko˧ so˧-ɭɯ˧ ɖæ˩. | dʑɯ˧ | ɖɯ˧-kʰɯ˩-lɑ˩ dʑo˩. | dʑɯ˧ mɤ˧-dʑo˧ | ɖɯ˧-ɲi˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ɑ˩ʁo˧-ɳɯ˧ | po˧-tso˧-ɲi˥-ze˩. |
dʑɯ˩-dʑo˥ | tʰi˩˥, | gɤ˩-dzɤ˥-ɳɯ˩ | ə˧zɯ˩ | <æ…> ʁo˧dɑ˧ | ɖɯ˧-ʂɯ˩ ʐwɤ˩-dʑɯ˩. |
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | mmm… tɕɤ˧fv̩˩ F | mɤ˧-dʑo˧, | ə˩-gi˩! | sɯ˧ljɤ˧tʰo˧ tʰv̩˧-ʁo˥ F | mɤ˧-dʑo˧-zo˩! |
tʰi˩˥, | əəə… | mi˩ɬi˩ po˥-ɳɯ˩ | le˧-ʈv̩˩-hĩ˩… | kʰɤ˧-po˥-ɳɯ˩! | le˧-pɤ˥~pɤ˩! |
qʰv̩˧ | tʰi˧-tsɯ˩, | dʑɯ˧ | tʰi˧-kʰɯ˧˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | qʰv̩˧ tʰi˧-tsɯ˥-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | dʑɯ˧ | mɤ˧-ʂɯ˥~ʂɯ˩.
tʰv̩˧-qo˧-ɳɯ˧ | tʰi˩˥, | ɖɯ˧-qʰwɤ˧tʰv̩˧ tʰi˧-pɤ˧~pɤ˥! | hɑ˧ | ɖɯ˧-kʰɤ˧ tʰi˧-pɤ˧~pɤ˥! |
tʰi˩˥, | tɕæ˧ɻæ˩! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩! |
v̩˩tsʰɤ˧-ʈʂʰɯ˥ | tʰi˩˥, | tɕæ˧ɻæ˩ | le˧-gv̩˩ | tʰi˧-tɕɯ˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | dʑɯ˧ | mɤ˧-dʑo˧-hĩ˧-qo˩-dʑo˩, | ɑ˩ʁo˧ | tɕæ˧ɻæ˩ | le˧-hṽ̩˧~hṽ̩˧ | po˧-bi˥, | hɑ˧-qo˩ | tɕæ˧ɻæ˩ tʰi˩-no˩, | ʂe˧ tʰi˧-no˥! |
- ʐɯ˧ !
ĩ˧! | əəə… ʐɯ˧! | tʰi˩˥, | əəə… li˩˥! | dʑɯ˧ | qʰv̩˧tʰv̩˥-qo˩ pɤ˩~pɤ˩-hĩ˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | li˩˥ | ɖɯ˧-v̩˥ tʰi˩-tɕɤ˩! |
li˩˥, | ɖɯ˧-v̩˧ ɖɯ˧-qʰwɤ˧˥! | tɕæ˧ɻæ˩ tʰi˩-no˩ kʰɯ˩, | ʂe˧ tʰi˧-no˥-kʰɯ˩, | tʰi˩˥, | ʐɯ˧ tʰi˧-no˩. |
õõõ! hɑ˧ F | mɤ˧-dzɯ˧-sɯ˥, | pʰæ˧tɕi˥=ɻæ˩-dʑo˩, | ʐɯ˧-sɯ˥ | ʝi˩-qʰwɤ˩ ʈʰɯ˩˥! |
tʰi˩˥, | hɑ˧ dzɯ˧, | ʂe˧ dzɯ˧, | tʰi˩˥, | li˩ ʈʰɯ˩˥, | tʰi˩˥ | wɤ˩˥ | tʰv̩˧-qo˧ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | ɖɯ˧-ɲi˥ | le˧-se˩-ɲi˩-ze˩ mæ˩! |
tʰi˩˥, | wɤ˩˥ | wɤ˩˥ | so˧ɲi˧-ki˧ tʰv̩˧ | wɤ˩˥ | ʈʂʰɯ˧-qo˧-ɳɯ˧ | wɤ˩˥ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | wɤ˩˥ | so˧-ɭɯ˧ - ʐv̩˩-ɭɯ˩ ɖæ˩. |
wɤ˩˥ | le˧-gɤ˧˥ | le˧-gɤ˧˥ | le˧-gɤ˧˥, | wɤ˩˥ | ɖɯ˧-di˩ tʰv̩˩. |
tʰi˩˥ | wɤ˩˥ | tʰv̩˧-qo˧-dʑo˧ | dʑɯ˧ dʑo˧-kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩ | tʰi˩˥ | wɤ˩˥ | tʰv̩˧-qo˧-dʑo˧ | tʰi˩˥, | əəə… æ̃˩ qʰo˧-bi˧-kv̩˩-ze˩! | æ̃˩˥ | ɖɯ˧-mi˩ tʰi˩-po˩! |
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | æ̃˩˥ | ɖwæ˧˥ | dʑo˩-kv̩˩˥! | ə˧tse˧-ʝi˧ ɲi˥ | mɤ˧-do˩! |
æ̃˩˥ | le˧-ʐɤ˧-zo˩, | ʂɯ˧ | pi˧-hĩ˧ | dʑo˧-mɤ˧-kv̩˧˥! |
ə˧ʝi˧-tsʰi˧ʝi˧-dʑo˩, | æ̃˩-go˧ tʰv̩˩, | æ̃˩-ʈʂʰɯ˥ | le˧-ʐɤ˧ | le˧-ʐɤ˧ | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | le˧-ʂɯ˧! |
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | æ̃˩˥ | <kwæ˧-hĩ˧> [li˧-hĩ˧] | dʑɤ˩˥ | mɤ˧-kv̩˧˥! |
ʁæ˧ mɤ˧-ʑi˧, | hĩ˧-ɳɯ˩ | li˧ F | mɤ˧-li˧! | ʁæ˧-mɤ˧ʑi˧, | æ̃˩tsɯ˧ le˧-bv̩˩ | tʰi˧-kʰɯ˧˥ | -kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | õ˧-bv̩˥-õ˩… | ʈʂe˧ | le˧-pʰæ˩~pʰæ˩, | le˧-pʰæ˩~pʰæ˩, | æ̃˩-ʈʂʰɯ˥ | qʰɑ˩jɤ˩ dʑo˩-kv̩˥! |
tʰi˩˥, | æ̃˩˥ | ɖɯ˧-ɲi˧ - mi˩ qʰo˩-po˩-bi˩, | tʰv̩˧-ɲi˧-dʑo˩! | wɤ˩˥ | æ̃˩˥ | tʰi˧-tɕɤ˧˥! | æ̃˩-ʂe˥ tʰi˩-tɕɤ˩! | ɬɬɬ! |
"ə˧mi˧! | ə˧ɲi˥-lɑ˩ | ʂɯ˧ɲi˥-dʑo˩, | dʑɯ˧ | mɤ˧-ɖɯ˧-ɲi˥-wɤ˩! | tsʰi˧ɲi˧-dʑo˩, | æ̃˩ʂe˧-v̩˥dʑɯ˩ ʈʰɯ˩-kʰɯ˩-bi˩-ze˩!" | pi˧-zo˩, | wɤ˩˥ | mmm… | æ̃˩ qʰo˧-kv̩˥ mæ˩! |
tʰi˩˥ | wɤ˩˥ | tsʰi˧ɲi˧ | <ɖɯ˧-ɲi˥ ko˩> [ɖɯ˧-ɲi˧ bv̩˥]. |
tʰi˩˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-dʑo˩, | ʂɯ˧-hõ˧-ɲi˧ gv̩˧-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | le˧-tʰv̩˧-kv̩˧-ze˥, | qæ˧do˧! |
ʂɯ˧-hõ˧ ɲi˧ tʰi˧-gɤ˩-kv̩˩. |
tʰi˩˥, | ə˧ʝi˧-tsʰi˧ʝi˧ ɲi˥-ze˩-se˩, | wɤ˩˥ | ʈʂʰɤ˧tsɯ˧-po˧-ɳɯ˧ | ʈɤ˧-tʰɑ˧-kv̩˥-ze˩ mæ˩! |
<ʐɤ˩mi˩ ʈɤ˥~ʈɤ˩-tɕɯ˩> ɑ˩ʁo˧ | ʐɤ˩mi˩-qo˥, | ə˩-gi˩! | [ʐɤ˩mi˩-qo˥ tɕɯ˩, | ʈɤ˧~ʈɤ˩ tɕɯ˩!] |
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | ʈʂʰɤ˧tsɯ˧-lɑ˧ | mɤ˧-dʑo˧! | hĩ˧-ɳɯ˩ | ↑ɖɯ˧-gɤ˧-ɳɯ˥, | ɑ˩ʁo˧ tʰv̩˧-ɲi˥! | gɯ˩-ʝi˥! |
dʑɯ˩nɑ˩mi˩-ʁo˩-ɳɯ˥, | ɖɯ˧-gɤ˧˥ | ɖɯ˧-gɤ˧˥ | ɖɯ˧-gɤ˧˥ | ɖɯ˧-gɤ˧-ɳɯ˥ | ɑ˩ʁo˧ kʰi˥ qʰv̩˩ | no˩qo˥ tʰv̩˩-ɲi˩! | qʰwɤ˧tsʰi˩ | no˩qo˥ kʰɯ˩-ɲi˩ wɤ˩! |
ə˧v̩˧=ɻæ˥, ə… ə… əəə… zo˧ ʈʂʰɯ˧-tɕi˩, | pʰæ˧tɕi˥ ʈʂʰɯ˩-tɕi˩, əəə… | pʰi˩… ʐɤ˩mi˩˥ | pi˩-hĩ˩-qo˥-dʑo˩, | əəə… lo˧qo˧-lɑ˧, | ə˩-gi˩! | ʐɤ˩mi˩-qo˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | gɤ˧˥! |
ʁwɤ˧ | ʂwæ˧-hĩ˧-qo˩-dʑo˩, | ʈɤ˧! |
le˧-gɤ˧-zo˥ | pʰæ˧tɕi˥ | tʰææ̃˧ | <ʈʂʰɯ˧-qo˧ BEGAIEMENT | > [qʰwɤ˧to˩ | ] le˧-ʔwæ̃˧-dʑɯ˧-ɲi˥, | le˧-ʔwæ̃˧ ! |
- mi˧tʰv̩˧!
ĩ˧! | mi˧tʰv̩˧, | le˧-ʔwæ̃˧ | ʈʂʰɯ˧-bv̩˧~bv̩˧ gv̩˥-kv̩˩-ɲi˩! |
tʰi˩˥ | le˧-tʰv̩˧ ɖɯ˧-ɲi˧-ɲi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | əəə… qæ˧do˧ le˧-tʰv̩˧-ze˧ pi˧, | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | fv̩˧! |
le˧-fv̩˧ | tʰi˩˥, | <ʑi˧…> qæ˧do˧ le˧-tʰv̩˧ le˧-qʰo˧. |
tʰi˧-tɕɯ˥! | "ə˧mi˧, | qæ˧do˧ | dʑɤ˩-ɭɯ˧… | ʑi˧mi˧ | dʑɤ˩-ɭɯ˧ | dɑ˧˥ | -ɖɯ˧!" |
əəə… "ɖɯ˧-zɯ˧, | le˧-gɤ˩-ze˩!" | pi˧ | wɤ˩˥ | ɑ˩ʁo˧! | tʰi˩˥, | hĩ˧ mo˥=ɻæ˩-ɳɯ˩. |
"ə˧mi˧! | njɤ˧ | ʑi˧mi˧ | dʑɤ˩-ɭɯ˧ dɑ˧˥ | ɖɯ˧ wɤ˧! | tsʰi˧qʰæ˧˥ | -dʑo˩, | le˧-ʂɯ˧-bi˧, | le˧-gɤ˩-ho˩-ze˩!" |
õ˧-bv̩˥-õ˩, | əəə…. ɑ˩ʁo˧ ʂɯ˧-bi˧, | wɤ˩˥ | ʑi˧mi˧ dʑɤ˩, | pi˧-dʑo˩, | hĩ˧ mo˥-hĩ˩ | le˧-ʂɯ˧-dʑo˥, | nv̩˩mi˩-qo˥ | fv̩˩-kv̩˩ pi˥ mæ˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩! | qwæ˧ʁo˧ tɕɯ˧! |
"qwæ˧ʁo˧ | ɖɯ˧-tɕɯ˧-ɻ˧-bi˥, | qʰɑ˩jɤ˩ pʰv̩˩˥!" | pi˧-kv̩˩-tsɯ˩-mv̩˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩. |
ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | tʰi˩˥ | ʑi˧mi˧ | le˧-dɑ˧˥. | tsʰi˧ʝi˧-dʑo˩, | qæ˧do˧ | tʰi˩˥, | le˧-dɑ˩~dɑ˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | gv̩˩pʰæ˩˥ | le˧-kʰi˥ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | tʰi˧-tɕɯ˥! |
tʰi˩˥, | so˧ʝi˥-dʑo˩ | dɑ˧˥! |
ʈʂʰɯ˧ | so˧ʝi˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | <gɤ˩-… ə˧ʝi…> wɤ˩˥ | ʑi˧qʰwɤ˧ tsʰi˧-ɲi˥-ze˩ mæ˩, | ə˩-gi˩! |
tsʰi˧ʝi˧-dʑo˩, | dzɯ˩nɑ˩mi˩-ʁo˩˥ | dɑ˧-hɯ˧-ɲi˥-ze˩ mæ˩! |
tʰi˩˥, | so˧ʝi˥-dʑo˩ | wɤ˩˥ | ɑ˩ʁo˧ le˧-tʰv̩˧-dʑo˥, | ʑi˧qʰwɤ˧ tsʰi˧˥, | pi˧-kv̩˩ mæ˩! |
tʰi˩˥, | "ə˧ʝi˥-dʑo˩, | dʑɯ˩nɑ˩mi˩-ʁo˩˥ | qæ˧do˧… tɕʰo˧-kʰi˥-ɲi˩!" | pi˧-kv̩˩.
"ʑi˧mi˧ tɕʰo˧-kʰi˥-ɲi˩!" | pi˧-kv̩˩ mæ˩.
dɑ˧˥, | pi˧-mɤ˧-kv̩˩, | nɑ˩-ʐwɤ˥-dʑo˩! |
"ʑi˧mi˧ tɕʰo˧˥ | -ɲi˩! | njɤ˧=ɻ˩, | ʑi˧mi˧ ɖɯ˧-ɭɯ˧ tɕʰo˧-bi˧-tso˧-ɲi˥!" | pi˧. |
ʑi˧mi˧ le˧-tɕʰo˧˥, | ɑ˩ʁo˧ tʰi˧-tɕɯ˥ | tʰi˩˥ | "tsʰi˧ʝi˧-dʑo˩, | <ʑi˧…> ʑi˧mi˧ le˧-tɕʰo˧-bi˥, | le˧-ʈɤ˧, | so˧ʝi˥-dʑo˩, | ʑi˧mi˧ dɑ˧-zo˧-ʝi˥!" | pi˧. |
tʰi˩˥, | əəə… | dɑ˧-kv̩˥-ze˩! | tʰi˩˥, | ʑi˧mi˧ dɑ˧˥ | ɖɯ˧-ɲi˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʐɯ˩tsɯ˧ ʈʂɤ˧-bi˧-kv̩˧-ze˥! |
mmm… ə˧pʰv̩˧… | hĩ˧=ɻæ˥… | zo˩no˧… | əəə… ə˧pʰv̩˧-ʈæ˧bɤ˧ | hɤ˩-hĩ˩-ki˥! |
ʈʂɤ˧bi˧-dʑo˥, | "ooo!!! no˧=ɻ˩ | <tsʰe˧ɲi˧… tsʰe˧ʝi˧… |> [tsʰe˧ʝi˧-dʑo˩, | dʑɤ˩˥! |] ʑi˧mi˧-dʑo˧, | dɑ˧-tʰɑ˥-ho˩!" |
əəə… "tsʰi˧ɲi˧-dʑo˩, | tsʰe˩-hõ˩-ɲi˩˥ F | dɑ˧-tʰɑ˥-ho˩! | tsʰe˩-ŋwɤ˩-ɲi˩˥ F | dɑ˧-tʰɑ˥-ho˩! | tsʰe˧do˧-hõ˥-ɲi˩ F | dɑ˧-tʰɑ˥-ho˩!" |
"tʰv̩˧ | so˧-kɯ˧ tʰi˧-di˩! | ɖɯ˧-ɬi˧, | so˧-kɯ˧ tʰi˧-di˩! | tʰv̩˧ so˧-kɯ˧-qo˧-dʑo˧, | no˧-sɯ˩kv̩˩ | dɑ˧-tsɑ˥-ɲi˩!" | pi˧. | tʰi˩˥, |
<ʈʂʰɯ˧…> ɖɯ˧-ɬi˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧ | tʰi˩˥, | mmm… tsʰe˧do˧-hõ˥-ɲi˩ | dɑ˧-mɤ˧-ʁo˧ | pi˧-dʑo˩, | <tsʰe˩do˩-ŋwɤ˥… əəə…> tsʰe˩-ŋwɤ˩ ɲi˩˥ | dɑ˧˥. |
tsʰe˩-ŋwɤ˩ ɲi˩˥ | dɑ˧-mɤ˧-ʁo˧ | pi˧-dʑo˩, | əəə… tsʰe˩-hõ˩-ɲi˩˥! |
õõõ! ʈʂʰɯ˧-qo˧ dɑ˧˥ | pi˧-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, |
"ə˧mi˧! | u=ɻ˩ | qʰɑ˧tɑ˧ <tɑ˧> dɑ˧-bi˥? | ze˩-kɯ˥-qo˩ tʰv̩˩-bi˩?" | pi˧. |
ʈʂʰwæ˩ ʝi˩-bi˩˥ | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | tsʰe˩do˩-hõ˥-ɲi˩ qo˩ tʰv̩˩-kʰɯ˩. |
hõ˩ ʝi˩-bi˩˥ | pi˧, | tsʰe˩-hõ˩-ɲi˩ qo˥ tʰv̩˩-kʰɯ˩. | …pi˧! |
tʰi˩˥, | tʰv̩˧-ɲi˥-kɯ˩-qo˩ | le˧-ʈʂɤ˧-dʑo˥ | tʰi˩˥, | ə˧mi˧=ɻæ˩-ɳɯ˩, | ɑ˩ʁo˧ | ʐɯ˧ tɕɤ˧-kv̩˥-ze˩! |
"ə˧mi˧! | njɤ˧=ɻ˩ | ʑi˧qʰwɤ˧ <gv̩˩> tsʰi˧-tso˧-ɲi˥" | pi˧! | ʐɯ˧ tɕɤ˧˥! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩! | mmm… ɳɯ˩-dʑɯ˥ ɳæ˩. | …zo˩no˧! |
tʰi˩˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | v̩˩tsʰɤ˧˥ | dʑɤ˩˥ | dʑo˧-mɤ˧-kv̩˧˥ | mæ˩! |
ɬi˩bi˩˥, | ə˩kʰɯ˩˥, | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ɖwæ˧˥ | dʑɤ˩-kv̩˧˥! |
- wo˩˥! |
- wo˩˥ | -dʑo˩, | õ˧-tʰv̩˧, | ə˩kʰɯ˩ ɲi˥-ze˩ mæ˩! | õõõ! |
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ | so˧-bæ˧-hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | "tsʰe˧ʝi˧-dʑo˩ | ʑi˧qʰwɤ˧ dɑ˧-tso˧-ɲi˥!" | pi˧-zo˩, | gv̩˩ɬi˩mi˩-qo˥-ɳɯ˩, | əəə… ɬi˩bi˩-ʈʂʰɯ˥ | le˧-qwæ˧˥, | wɤ˩˥ | ɑ˩ʁo˧ | lv̩˧qo˧ | tʰi˧-tv̩˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | gɤ˩-qwæ˩˥! |
ɑ˩ʁo˧ | wɤ˩˥ | tv̩˧qʰv̩˧-zo˧~zo˩ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ qwæ˧˥. | mv̩˩zɯ˩-mo˩nɑ˥ tʰi˩-kʰɯ˩. |
mmm… tʰi˩˥, | ɖɯ˧-ɭɯ˧~ɖɯ˧-ɭɯ˧ tʰi˧-tsi˧-kv̩˧˥ | mæ˩! |
tʰi˧-tsi˧-dʑo˥ | tʰi˩˥, | so˧-ɬi˧mi˧ - ʐv̩˩-ɬi˩mi˩-qo˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʐv̩˩-ɬi˩mi˩-lɑ˥ | so˧-ɬi˧mi˧ | ɲi˧-ɬi˧mi˧-qo˧ | ʑi˧qʰwɤ˧ dɑ˧˥ | pi˧-dʑo˩ | ʈʂʰɯ˧, | ʈʂʰɯ˧ | tv̩˧qʰv̩˧ | gɤ˩-↑ʑi˥-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | gɤ˩-↑ʑi˥-kv̩˩-ze˩ mæ˩! | ɬi˩bi˩-ʈʂʰɯ˥! |
gɤ˩-ʑi˥-dʑo˩, | ʁo˧qʰwɤ˩ | pʰv̩˧↑tɕæ˥ɻæ˩ ! | ɬi˩bi˩-ʈʂʰɯ˥, | gɤ˩-ʑi˥! | wɤ˩˥ | le˧-ɖʐɤ˩~ɖʐɤ˩. |
pʰv̩˧tɕæ˥ɻæ˩-ʈʂʰɯ˩, | v̩˩tsʰɤ˧˥ | ɖɯ˧-tɕʰi˩ ʝi˩-kv̩˩! |
tʰi˩˥, | ɬi˩bi˩-lɑ˥ | ʂæ˩ɻ̃˩ tɕɤ˥-kv̩˩-ze˩! |
mmm… bo˩-ʂe˧-qo˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ɬi˩bi˩ tʰi˥-kʰɯ˩. |
əəə… ə˩kʰɯ˩ tʰi˥-kʰɯ˩. |
bo˩ʈʂʰæ˧-qo˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | wo˩-v̩˥tsʰɤ˩ tʰi˩-kʰɯ˩. |
wo˩-tɕæ˩ɻæ˥ tʰi˩-kʰɯ˩. |
tʰi˩˥ | wɤ˩˥ | əəə… v̩˩tsʰɤ˧-tsʰɑ˧nɑ˥, | di˩-kv̩˩˥! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩! |
tsʰæ˧pʰv̩˧˥ | -dʑo˩, | dʑo˧-mɤ˧-kv̩˧˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩! | v̩˩tsʰɤ˧-tsʰɑ˧nɑ˥! |
əəə… <v…> wo˩-bv̩˥ | v̩˩tsʰɤ˧˥ | əəə… ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥ | wɤ˩˥ | gv̩˩-ɬi˩mi˩-qo˥, | ə˧ʝi˧-tsʰi˧ʝi˧-ne˧˥, | tʰi˧-di˩-kʰɯ˩ | mɤ˧-kv̩˧˥! |
gv̩˩-ɬi˩mi˩-qo˥-ɳɯ˩, | le˧-hæ̃˩~hæ̃˩! | əəə… tæ˧pv̩˩ | le˧-gv̩˩! |
ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | ɖɯ˧-kɤ˧~ɖɯ˥-kɤ˩ le˩-tsʰɤ˩, | hæ̃˧pɤ˧ tsʰɤ˩-ne˩-ʝi˩-zo˩! |
ə˧mɑ˧-bv̩˧ | hæ̃˧pɤ˧ ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | tsʰɤ˩-ne˩˥, | <le˧-…> ɖɯ˧-tsʰɤ˩~ɖɯ˩-tsʰɤ˩ | le˧-tsʰɤ˩! |
mmm! tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | tʰi˧-hwæ˩-kv̩˩ mæ˩, | ɑ˩ʁo˧! | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥, | ɖɯ˧-ʝi˧ | ɖɯ˧-ʝi˧ | ɖɯ˧-ʝi˧ | ɖɯ˧-ʝi˧ | ɖɯ˧-ʝi˧ | ɖɯ˧-ʝi˧ | tʰi˧-hwæ˩! |
tʰi˧-hwæ˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ɖɯ˧-kʰɤ˧~ɖɯ˥-kʰɤ˩ | le˧-pv̩˧-kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩ | tʰi˧-tɕɯ˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | dʑɯ˩ʁo˩ bi˩-bi˩˥, | v̩˩tsʰɤ˧-tæ˧pv̩˥-ʈʂʰɯ˩, | <ɖɯ˧-… n… əəə…> ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | ɖɯ˧-kɤ˧ ʂæ˥~ʂæ˩! | tʰi˧-kʰɯ˧˥! |
tʰi˩˥, | dʑɯ˩ʁo˩˥ | dʑɯ˩-tsʰi˧ | ɖɯ˧-ʈʰɤ˧ tsi˥, | v̩˩tsʰɤ˧-tæ˧pv̩˥ | tʰi˧-ʈɯ˧˥! |
tʰi˩˥, | əəə… le˧-ʈʂʰæ˧~ʈʂʰæ˧! | wɤ˩˥ | tʰi˧-tɕɤ˧˥! | dzɯ˧-lɑ˩ ɲi˩ mæ˩! |
ə˧ʝi˧-tsʰi˧ʝi˧ ne˧-ʝi˥ zo˩, | ʂɯ˧-hĩ˥ | v̩˩tsʰɤ˧˥ | mɤ˧-dʑo˧-ɲi˥! |
ʈʂʰɯ˧… | gv̩˩-ɬi˩mi˩-ɳɯ˥, | v̩˩tsʰɤ˧˥ | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | le˧-hæ̃˩~hæ̃˩. |
tsʰe˧-ɬi˧mi˧… | ʐe˧ʈæ˥-ɬi˩… | lɑ˩jɤ˧-ɬi˧… | ɖɯ˧-ɬi˧mi˧… | ɲi˧-ɬi˧mi˧ | … [tʰv̩˧-]qo˧ tʰv̩˧, | ɬi˧ʈv̩˥! |
ɬi˧ʈv̩˥ gɤ˩-ʑi˩-kv̩˩-ze˩! | ɬi˧ʈv̩˥-dʑo˩, | hæ˧-ʐwɤ˩-dʑo˩, | kʰe˧mɤ˥ʝi˩ pi˩, | ə˩-gi˩! |
õ˧-ʈʂʰɯ˧-ʁo˥! | ɬi˧ʈv̩˥ gɤ˩-ʑi˩-kv̩˩! | ɬi˧ʈv̩˥ qwæ˩-bi˩-kv̩˩-ze˩! |
ʂɯ˧-hĩ˥, | ʈʂʰɯ˧-kʰwɤ˥-lɑ˩ ɲi˩! |
tʰi˩˥, | əəə… ɖɯ˧-ɬi˧mi˧ | tʰi˩˥ | ɲi˧-ɬi˧mi˧-qo˧-gɤ˧ | v̩˩tsʰɤ˧˥… | tʰi˩˥, | gɯ˩-ʝi˥, | gɯ˩-ʝi˥-dʑo˩, | wɤ˩˥ | hæ˧-ɳɯ˧ | v̩˩tsʰɤ˧ pʰo˥-hĩ˩ do˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥ | wɤ˩˥ | v̩˩tsʰɤ˧ pʰo˥-ɲi˩ mæ˩! |
hæ˧ so˩-zo˩! | ɖɯ˧-ɬi˧mi˧… | ɲi˧-ɬi˧mi˧-qo˧ tʰv̩˧-dʑo˥, | dʑɯ˩ʁo˩˥ | qʰwæ˩kɤ˩˥! | qʰwæ˩kɤ˩-ʈʂʰɯ˥, | le˧-hæ̃˧ le˥-po˩-jo˩! | mmm… v̩˩tsʰɤ˧-lv̩˧bv̩˧ | le˧-gv̩˩.
ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | tʰi˧-qɑ˩.
tʰi˩˥, | dʑɯ˩ bv̩˩˥-dʑo˩, | v̩˩tsʰɤ˧-ʈʂʰɯ˧, | dʑɯ˧ | le˧-bv̩˩, | ɖɯ˧-ʝi˧ bi˧-mɤ˧-kv̩˧-tsɯ˥, | v̩˩tsʰɤ˧-ɻæ˧˥, | le˧-bv̩˩-zo˩, | tʰi˧-lɑ˧ mɤ˥-kv̩˩, | pi˧-zo˩. |
<gɤ˩…> gɤ˩-ʑi˥, | ʈʂʰwæ˩-kv̩˩ pi˥-zo˩! | v̩˩tsʰɤ˧˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | tʰi˧-qɑ˩. |
əəə… tʰi˩˥, | so˧-ɬi˧mi˧-qo˧-dʑo˧, | v̩˩tsʰɤ˧˥ | ʂɯ˧-hĩ˧ dzɯ˧-tʰɑ˩-kv̩˩-ze˩ ! |
tʰv̩˧ mɤ˧-ɲi˩ pi˩, | tʰææ̃˧ | v̩˩tsʰɤ˧-tæ˧pv̩˥ | ɖɯ˧-dzɯ˥-ɳɯ˩… | ŋwɤ˩-ɬi˩mi˩-qo˥, | ɬi˧ʈv̩˥ | ɖɯ˧-tɕʰi˩~ɖɯ˩-tɕʰi˩ dzɯ˩. |
ʐo˩ dzɯ˩-se˥, | ɖɯ˧-v̩˧ | ɬi˧ʈv̩˥ qwæ˩-bi˩. | mv̩˩kʰv̩˧˥, | əəə… <ʝi˧-k…> zo˩no˧, | hæ˧-ʐwɤ˩ | tv̩˧tsʰɯ˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧-qo˧-ɳɯ˧-dʑo˥ | ɬi˧ʈv̩˥ qwæ˩-bi˩-dʑo˩, | qʰv̩˧-ɭɯ˥-qo˩ tʰv̩˩-ɳɯ˩ | <nnn… le˧…> ɑ˩ʁo˧ | le˧-jo˩! | nn… əəə…
ʈʂʰɯ˧-ɖɯ˧-mi˧… | kʰɤ˧˥ | ʈʂʰɯ˧-ɖɯ˧-mi˧-hĩ˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧-qo˧-ɳɯ˧, | ʈʂʰɯ˧-ʂwæ˧-mi˧-hĩ˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧-qo˧ | ɖɯ˧-kʰɤ˧ ɖɯ˥-kv̩˩-ze˩. |
<õ˧-ʈʂʰɯ˧-lɑ˥ ɲi˩> [õ˧-ʈʂʰɯ˧-lɑ˩ ɲi˩]. | di˧qo˧-gɤ˧, | ʁæ˧mɤ˧-ʑi˧, | õ˧-bv̩˥-õ˩ | <ʑ…> gɤ˩-ʑi˥-hĩ˩, | ʝi˧se˧-hĩ˧-bv̩˧, | gɤ˩-ʑi˥-hĩ˩ | qwæ˩~qwæ˧˥ | dzɯ˧-lɑ˩-ɲi˩. |
õ˧-bv̩˥-õ˩, | pʰo˧-mɤ˥-kv̩˩! |
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | tɑ˩˥fv̩˩˥ | pi˧-dʑo˩, | qʰæ˧ <-ʈʂʰɯ˧> do˧˥ | ɖwæ˩ ʝi˧-kv̩˥-ɲi˩ wɤ˩! |
"ə˧mi˧! | qʰæ˧!" | pi˧-zo˩, | ɲi˧to˧ | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | tʰi˧-qo˧~qo˥-kv̩˩! |
tʰi˩˥, | hæ˧-bv̩˧ | v̩˩tsʰɤ˧ hwæ˥-dʑo˩, | "hæ˧-bv̩˧ | v̩˩tsʰɤ˧˥, | hwæ˧ mɤ˧-ɖo˧, | qʰæ˧ tʰi˩-kʰɯ˩-ɲi˩!" | pi˧-zo˩! |
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | dzɯ˧ mɤ˧-kv̩˩ mv̩˩, gɯ˩! |
tʰi˩˥, | gɯ˩-ʝi˥, | gɯ˩-ʝi˥, | v̩˩tsʰɤ˧˥ | hæ˧-ɳɯ˧ | v̩˩tsʰɤ˧˥ tʰi˧-pʰo˧-hĩ˥ | dʑɤ˩˥ | kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˥ | tʰi˩˥, | nɑ˩˥ | õ˧-bv̩˥-õ˩ | pʰo˧˥ | -kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | õ˧-bv̩˥-õ˩ | qʰæ˧ tʰi˩-kʰɯ˩! |
hɑ˩ʂɯ˧ | dzɯ˧-ɲi˥ mæ˩! |
hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | ʐæ˧v̩˩ tʰv̩˩! | ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩, | hĩ˧-ɳɯ˩ | so˧-hĩ˧-lɑ˥ ɲi˩, ə˩-gi˩! |
mv̩˩di˩-qo˥-ʈʂʰɯ˩, | hĩ˧ li˩, | no˧ | ʈʂʰɯ˧-bæ˧ ʝi˧, | njɤ˧ | ʈʂʰɯ˧-bæ˧ ʝi˧-bi˧-ni˥-gv̩˩; | njɤ˧ | ʈʂʰɯ˧-bæ˧ ʝi˧, | no˧ | ʈʂʰɯ˧-bæ˧ ʝi˧-bi˧-ni˥-gv̩˩; | hĩ˧ li˩, | le˧-so˩ | le˧-kv̩˧˥! |
gɯ˩ ʝi˥-dʑo˩, | v̩˩tsʰɤ˧ pʰo˥, | le˧-kv̩˧-ɲi˥-ze˩! |
v̩˩tsʰɤ˧˥ | ʂɯ˧-hĩ˥ F | dzɯ˧-di˧ dʑo˧-ɲi˥-ze˩! |
ʁo˧dɑ˧-dʑo˧, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | ɖɯ˧-sɑ˥ | ʝi˧-mɤ˧-kv̩˩! | ɬi˧di˩-di˩mi˩-hĩ˩ ʈʂʰɯ˩-tɕi˩! |
tʰææ̃˧, | pv̩˧-hĩ˧-lɑ˩ dzɯ˩! |
ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩, | pv̩˧-hĩ˧ ʝi˧! |
tʰi˩˥, | dʑɯ˩ʁo˩˥ | gɤ˧ bi˩-bi˩, | pv̩˧-hĩ˧ ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ɖwæ˧˥ | po˧˥ | qʰæ˩-ɲi˥-ze˩ mæ˩! | mɤ˧-ʐɯ˧ ɲi˥-ze˩ mæ˩! |
ɖɯ˧-tso˧kʰwɤ˧ | tʰi˧-kʰɯ˩ | po˧-kʰi˥ | dʑo˩˥, | hĩ˧ ʈʂʰɯ˧, | ʐo˩-tɕʰæ˩ɻæ˥ gv̩˩ ɲi˩-ze˩ wɤ˩!
ʂɯ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧ | ɖɯ˧-kʰɤ˧ pɤ˧~pɤ˥-hĩ˩ lɑ˩, | əəə… le˧-pv̩˧-hĩ˧ tʰv̩˧, | ɲi˧-ɲi˧ dzɯ˧-di˧˥, | pɤ˧pɤ˥-hĩ˩ tʰv̩˩… | ʂɯ˧-hĩ˧=bv̩˧, | ɖɯ˧-tcʰi˩ pɤ˩~pɤ˩ hĩ˩, | ʐɯ˧ | ʐwæ˩-ɲi˥-ze˩ wɤ˩! |
le˧-pv̩˧-hĩ˧, | ɲi˧-ɲi˧ dzɯ˧-tso˧ pɤ˧~pɤ˥, | mɤ˧-ʐɯ˧ ɲi˥-ze˩ wɤ˩! |
dʑɯ˧-qo˧ tʰi˧-kʰɯ˧˥ | tʰi˩˥, | õ˧=bv̩˥ õ˩ | wɤ˩˥ | le˧… le˧-fɑ˩, | le˧-dze˩, | ə˩-gi˩! |
<le˧-p…> dʑɤ˩pi˧ tʰv̩˧ ɲi˥, | le˧-ɖʐv̩˧ ɲi˥-ze˩ mæ˩! | ĩ! | õ˧ ʈʂʰɯ˧ ne˧ ʝi˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | gi˩˥ | -dʑo˩, | v̩˩tsʰɤ˧=ɻæ˥ | tʰææ̃˧ | le˧-po˧˥ ! |
ʑi˧qʰwɤ˧ dɑ˧˥ | ɖɯ˧-ɲi˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | v̩˩tsʰɤ˧˥ | le˧-dʑo˧-ze˧! | ɳɯ˩dʑɯ˥ ɳæ˩-kv̩˩-ze˩! | õ˧=bv̩˥ õ˩ | ɳɯ˩dʑɯ˥ ʈʂʰɯ˩-dʑo˩! |
ə˧mi˧=ɻæ˩ ɳɯ˩, | ɑ˩ʁo˥ | 'ə˧mi˧ õ! | tsʰi˧ʝi˧-dʑo˩, | ʑi˧qʰwɤ˧ dɑ˧-tso˧ ɲi˥ õ!' | pi˧. |
ʐɯ˧ tɕɤ˧-hĩ˧-dʑo˩, | ʐɯ˧ tɕɤ˧˥! | ɳɯ˩dʑɯ˥ ɳæ˩-hĩ˩, | ɳɯ˩dʑɯ˥ ɳæ˩! | ʐɯ˧ | le˧-tɕɤ˧˥, | mmm… tsʰe˩ŋwɤ˩-hɑ̃˥ tʰi˩-kʰɯ˩, | ʝi˧ qo˩! |
tʰi˩˥, | le˧-tɕɤ˧-se˥ | wɤ˩˥ | le˧-bv̩˩! |
ʐɯ˧ bv̩˩ | ɖɯ˧-ɲi˥-dʑo˩, | ɳɯ˩dʑɯ˥ | ɳæ˧-mɤ˥-kv̩˩! | ʐɯ˧-lɑ˧ | ɳɯ˩dʑɯ˥ ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | əəə… lɑ˩~lɑ˧˥ | pi˧-zo˩! |
ʐɯ˧ tɕɤ˧˥ | kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩, | əəə… ɳɯ˩dʑɯ˥ | tʰi˩˥, | ʐɯ˧ tɕɤ˧˥ | ɖɯ˧-ɲi˥, | ɳæ˧˥ | [dʑo˩], | dʑɤ˩ mɤ˧-kv̩˧ pi˥-zo˩! |
əəə… ɳɯ˩dʑɯ˥ | ɳæ˧ mɤ˥-kv̩˩! | ʐɯ˧-sɯ˧ | le˧-tɕɤ˧˥! | le˧-se˩-kʰɯ˩! | le˧-tʰv̩˧-kʰɯ˧˥! | tʰi˩˥, | ʐɯ˧ le˧-kʰɯ˩~kʰɯ˩! |
<ɖɯ˧-k… k…> kɤ˧mi˧ ʂwæ˧~ʂwæ˧-hĩ˧-qo˧, | ɖɯ˧-kɤ˩~ɖɯ˩-kɤ˩ | tʰi˧-tɕɯ˥! |
tʰi˩˥ | -dʑo˩, | ə˧mi˧=ɻæ˩ ɳɯ˩, | wɤ˩˥, | nv̩˩ɭɯ˥ | le˧-ʈʂʰæ˥! | əəə… nv̩˩ɭɯ˥-ʈʂʰɯ˩ | wɤ˩˥ | ɖɯ˧-ʂɯ˩ qʰwæ˩~qʰwæ˩! |
tʰi˩˥ | wɤ˩˥ | dʑɯ˧-qo˧ | tʰi˧-ʈɯ˧˥! | tʰi˩˥ | ɖʐo˩ bi˩-kv̩˥-ze˩!
le˧-ɖʐo˩, | le˧-ɖʐo˩, | nv̩˩dʑɯ˥-ʈʂʰɯ˩ | le˧-ɳæ˧˥, | ɖɯ˧-bv̩˧ʈʂɯ˥~ɖɯ˩-bv̩˩ʈʂɯ˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | bv̩˧ʈʂɯ˥-qo˩ ɳɯ˩ | ɳɯ˩dʑɯ˥ | le˧-ɳæ˧-se˥ | le˧-tsɯ˧, | tʰi˧-tɕɯ˥! | ɖɯ˧-pʰæ˧~ɖɯ˥-pʰæ˩ | le˧-hæ̃˩~hæ̃˩! |
ɳɯ˩dʑɯ˥-lɑ˩ | v̩˩tsʰɤ˧ lɑ˥ ɲi˩ wɤ˩! | v̩˩tsʰɤ˧-tæ˧pv̩˥ lɑ˩ ɲi˩, | ə˧ji˧-ʂɯ˥ʝi˩! |
ɳɯ˩dʑɯ˥ | ɖɯ˧-v̩˥ tʰi˩-tɕɤ˩! | v̩˩tsʰɤ˧-tæ˧pv̩˥ | ɖɯ˧-v̩˥ tʰi˩-tɕɤ˩! | ʈʂwæ˧ʈʂwæ˧-ɻ˥ | ɖɯ˧-v̩˥ tʰi˩-tɕɤ˩!
ʂe˧ | ɖɯ˧-v̩˧ ɖɯ˧-pʰæ˧˥! | õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-ki˧! |
zo˩no˧-ne˩-ʝi˩-zo˩, | ə˧tso˧~ə˧tso˥ | ɖɯ˧-qʰwɤ˧~ɖɯ˥-qʰwɤ˩ | pi˧-zo˩, | ɖɯ˧-ʈʂo˩~ɖɯ˩-ʈʂo˩ | dʑo˧-mɤ˧-kv̩˧˥! |
hɑ˧-ʈʂʰɯ˧, | õ˧=bv̩˥ õ˩ | ɖɯ˧-qʰwɤ˧~ɖɯ˥-qʰwɤ˩-ʈʂʰɯ˩ | ʂo˩˥, | ə˩-gi˩! |
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | <qʰwɤ˧-hĩ˥> [qʰwɤ˧˥] | ɖɯ˧-v̩˧ ɲi˧-ɭɯ˧! | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥! |
qʰwɤ˧zo˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧! | qʰwɤ˧pɤ˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧! | v̩˩dʑɯ˩-kʰɯ˥-di˩ | ɖɯ˧-ɭɯ˧! | hɑ˧ kʰɯ˩-di˩ | ɖɯ˧-ɭɯ˧! |
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩~ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | njɤ˧ | ə˧ʑi˧-ɳɯ˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥ | -dʑo˩, | ʁæ˧bæ˧ dʑo˧-kv̩˧-tsɯ˥ mv̩˩! |
njɤ˧ F | le˧-sɯ˥, | njɤ˧ F | ɑ˩ʁo˧ | do˩˥, | ʁæ˧bæ˧-ʈʂʰɯ˧! | si˧! | si˧ po˩ ɳɯ˩ le˩-gv̩˩-hĩ˩ ʁæ˩bæ˩!
ə˧˥-dʑo˩, | mɤ˧-v̩˧-zo˥, | ə˩-gi˩! | ə˧˥-dʑo˩, | mɤ˧-v̩˧-zo˥! | si˧… si˧-ɳɯ˩ | le˧-gv̩˩, | næ˩-qʰæ˥ʈʂʰe˩-zo˩! |
ʈʂʰɯ˧-ɖɯ˧~ɖɯ˧ ʈʂʰɯ˧-ɖɯ˧~ɖɯ˧-zo˥! |
hɑ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɲi˧-pɤ˥~ɲi˩-pɤ˩! | bv̩˩dze˩ qo˥ ɳɯ˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-pɤ˥ tʰi˩-kʰɯ˩-se˩ | wɤ˩˥ | ɖɯ˧-pɤ˥ tʰi˩-kʰɯ˩. | ɲi˧-pɤ˥! |
ʁæ˧bæ˧ | qʰɑ˧-ɖɯ˧-gv̩˧, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥, | hɑ˧ | ɲi˧-pɤ˧ ʝi˧! | ɖɯ˧-qʰwɤ˧˥! | õ˧=bv̩˥ õ˩ | ɖɯ˧-ʁæ˩bæ˩; | v̩˩dʑɯ˩˥ | ɖɯ˧-qʰwɤ˧ ʝi˧-kv̩˩ mæ˩! |
ə˧ʝi˧-tsʰi˧ʝi˧-dʑo˩, | si˧-ʁæ˧bæ˥ | mɤ˧-dʑo˧-ze˧! | ɖɯ˧-ʑi˩ | po˧-hĩ˥ | mɤ˧-dʑo˩-ze˩! |
- si˧-ʁæ˧bæ˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | næ˩-qʰæ˥ʈʂʰe˩-hĩ˩!
ĩ˧! næ˩-qʰæ˥ʈʂʰe˩!
ə˧ʝi˧-tsʰi˧ʝi˧-dʑo˩, | je˩tʰi˧-ʁæ˩bæ˩ pi˩ | wɤ˩˥… | si˧-ʁæ˧bæ˥ | mɤ˧-po˧-se˥ | dʑo˩ | wɤ˩˥ | jɤ˩tʰi˧-ʁæ˩bæ˩ pi˩-zo˩ | wɤ˩˥, | dʑɤ˩˥ | ə˧v̩˧-hĩ˥ | ɖɯ˧-ʁo˧ | le˧-tsʰɯ˩, | ə˩-gi˩! |
tʰi˩˥, | tsʰi˧qʰæ˧-se˥, | ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩ | dʑo˧-ze˧ | wɤ˩˥! | ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩ ʁæ˩bæ˩ | dʑo˧, | ə˩-gi˩! |
õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-kv̩˩ mæ˩! | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-se˩-dʑo˩ tʰi˩˥, | ʑi˧qʰwɤ˧ le˧-tʰv̩˧ | ɖɯ˧-ɲi˥-dʑo˩, | dʑɯ˧ | le˧-tɕɤ˧˥, | ɳɯ˩dʑɯ˥ | le˧-ɳæ˧˥, | mmm… ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | se˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʑi˧qʰwɤ˧ dɑ˧-kv̩˥-ze˩! |
ʑi˧qʰwɤ˧ | le˧-…dɑ˧˥, | le˧-tʰv̩˧-dʑo˥ | tʰi˩˥, | ʑi˧qʰwɤ˧-qo˧ | tʰi˧-dzi˩! |
tʰi˧-dzi˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧ qʰo˧˥! | dʑɤ˩ tsʰo˥! | əəə… tʰi˩˥, | hĩ˧bæ˧ qʰo˧˥! |
hĩ˧bæ˧ ɳɯ˩ | tʰi˩˥ | pʰɤ˧bɤ˧ po˧˥! | əəə… hĩ˧b[æ˧]…
- kʰv̩˧ʂɯ˥-dʑo˩, ɖæ˩lɑ˧so˧!
ĩ˧! | kʰv̩˧ʂɯ˥-dʑo˩, ɖæ˩lɑ˧so˧! | əəə… ʑi˧qʰwɤ˧ tsʰi˧˥, | ɖ… ʑi˧qʰwɤ˧ ʂɯ˧ qo˥ dzi˩, | ɖæ˩-lɑ˧so˧… | qæ˧-kv̩˥ mæ˩! |
əəə… ʑi˧qʰwɤ˧ ʂɯ˧ qo˥ dzi˩ | ɖɯ˧-ɲi˥-dʑo˩, | mv̩˩si˧njɤ˧˥, | njɤ˧lɑ˥, hĩ˧ | ɲi˧-kv̩˧ ɳɯ˥ | mv̩˧ kʰɯ˩-kv̩˩-ze˩.
õ˧=bv̩˥ õ˩ | ɑ˩ʁo˧ hĩ˧ dʑo˧˥, | pi˧-dʑo˩, | õ˧=bv̩˥ õ˩ kʰɯ˩.
kʰv̩˧˥ | le˧-ʈʂɤ˧-zo˩! |
no˧ | ə˧tso˧ kʰv̩˧-ɲi˥, | njɤ˧ | ə˧tso˧ kʰv̩˧-ɲi˥, | ə˩-ho˩˥, | mɤ˧-ho˩-ʈʂʰɯ˩, | tʰi˩˥, | ɑ˩ʁo˧-ɳɯ˧ | hĩ˧ | kʰv̩˧˥ | ho˩-hĩ˩˥ | -dʑo˩ | pi˧, | õ˧=bv̩˥ õ˩ kʰɯ˩.
ɑ˩ʁo˧-ɳɯ˧ | hĩ˧ <gɤ… əəə…> kʰv̩˧-ʈʂʰɯ˥ | mɤ˧-ho˩ pi˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ɑ˩pʰo˩-hĩ˥ | ɲi˧-kv̩˧ ʁɑ˧ʂe˥. |
mv̩˩si˧-njɤ˧˥, | ɖɯ˧-v̩˧-dʑo˧ | v̩˧ tʰi˩-ʈɯ˩; | ɖɯ˧-v̩˧-dʑo˧ | dʑɯ˩ tʰi˩-kʰɯ˩˥; | ɖɯ˧-v̩˧-dʑo˧ | mv̩˧ tʰi˩-kʰɯ˩! | so˩-kv̩˩˥! |
əəə… bv̩˧ʐv̩˧ ʝi˧ | æ̃˩ so˥-kʰv̩˩ pi˩! | <mv̩˧bv̩˧…> mv̩˧gv̩˧ ʑi˧˥ | hwɤ˧ so˧-kʰv̩˥ | pi˧! |
ʝi˧, | kʰv̩˧, | ĩ˧! | so˩-kʰv̩˩˥! | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | mv̩˧gv̩˧-kʰv̩˩-hĩ˩, | ʑi˩-kʰv̩˧-hĩ˥, | hwɤ˧-kʰv̩˥-hĩ˩ | ʈʂʰɯ˧ | so˩-kʰv̩˩ ɳɯ˥ | kʰɯ˧-kv̩˥ mæ˩! |
ĩ˧! | õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | õ˧tʰv̩˧ so˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | mv̩˩si˧-njɤ˧˥ | njɤ˧lɑ˥ | gɤ˩-ʈi˥, | qwɤ˧ɭɯ˧-ʁo˧ | tʰi˩˥ | bo˩ʈʂʰæ˥ | le˧-hæ̃˧ tʰi˥-tɕɯ˩! |
mmm… | li˩ tʰi˧-tɕɯ˥! | tsʰe˧ tʰi˩-tɕɯ˩! | ʐɯ˧ tʰi˧-tɕɯ˥! | ʑi˧qʰwɤ˧ ʂɯ˧-qo˥ ɖɯ˩-so˩ dʑo˩. |
qwɤ˧ɭɯ˧-ʁo˧ | tʰi˧-ʂɻ̩˧-kʰɯ˥! |
tʰi˩˥, | qwɤ˧lɯ˧-ʁo˧ | ə˧tse˥ | ʂɻ̩˧ ɲi˥? | pi˧. |
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-ʂɻ̩˧-kʰɯ˥-dʑo˩, | so˧hwɤ˩ | tʰi˩˥ | ɖɯ˧-↑njɤ˧ | tʰi˧-ʂɻ̩˧-kʰɯ˥ | pi˧. | dzɤ˩-kv̩˧ pi˥! |
əəə… zo˩no˥, | jo˧lv̩˧ kv̩˧-pi˥! | jo˧lv̩˧ kv̩˧˥, | pi˧-dʑo˩, | zo˩no˥, | hæ˧ʐwɤ˩-pi˩, | tsʰɤ˩ʝi˩-ʈʂʰɯ˥ | ɖwæ˧˥ | le˧-dʑo˧-kv̩˧ pi˥-zo˩, | ə˩-gi˩! |
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-zo˩, | əəə… ʝi˧-kv̩˩ mæ˩! |
tʰi˩˥, | ʈæ˧bɤ˧-ɳɯ˧ | ɖæ˩-lɑ˧so˧ | le˧-qæ˧˥, | tʰv̩˧-so˩! |
tʰi˩˥, | ɖæ˩-lɑ˧so˧ | le˧-qæ˧-se˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | əəə… tʰv̩˧ɲi˧-dʑo˩, | hĩ˧ qʰo˧˥! | hĩ qʰo˧˥, | hĩ˧=ɻæ˧ ɳɯ˥, | pʰɤ˧bɤ˧ | qʰɑ˩jɤ˩ po˥-jo˩-kv̩˩! |
ʝi˧-kʰv̩˥-dʑo˩, | əəə… ʐɯ˧ po˧˥! | li˩ po˧˥! | əəə… jɤ˧ po˧˥! | ŋv̩˩ po˩˥! |
ə˧tso˧ po˧-tsʰɯ˧-ɻ̩˥, | gɤ˩qwɤ˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-tɕɯ˥, | tʰi˧-tɕɯ˥, | tʰi˧-tɕɯ˥! |
tʰi˩˥, | hĩ˧-ki˧ | hɑ˧ | le˧-dzɯ˥-kʰɯ˩! |
əəə, | tʰi˩˥, | hĩ˧=ɻæ˥, | ə˧mi˧=ɻæ˩ ɳɯ˩, | <ʈʂʰɯ˧=ɻæ˩ qo˩ |> tʰi˧-dzi˩: |
"ə˧mi˧! | ɳæ˧=ɻ̩˩-se˩, | le˧-gɤ˩-ze˩ wɤ˩! | ʑi˧qʰwɤ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | dʑɤ˩-hĩ˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ tsʰɯ˧-õ˥!" |
"le˧-ʂɯ˧-bi˧, | le˧-gɤ˩-ze˩, | ɖɯ˧-dzi˩=ɻ̩˩ bi˩, | qʰɑ˩jɤ˩ pʰv̩˩˥!" |
"zo˧mv̩˥-hɤ˩ pi˩-ze˩, gɤ˩-se˩, | ʈʂʰɯ˧-lɑ˩ ɲi˩ mæ˩", | pi˧-kv̩˩ mæ˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩! |
zo˧mv̩˥ hɤ˩-hĩ˩-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʑi˧qʰwɤ˧ | dʑɤ˩-hĩ˥ tsʰi˩-kv̩˩! |
"ə˧mi˧! | njæ˧ɻæ˩-se˩, <ə˧zɯ…> | õ˧-ɳɯ˥ | le˧-mɤ˧-tɑ˥-zo˩!" |
"ʑi˧qʰwɤ˧, dʑɤ˩-kʰwɤ˩ mɤ˩-di˩!" | pi˧, | ə˧mi˧ ɖɯ˧-v̩˧~ɖɯ˧-v̩˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥ | mæ˩!
tʰi˩˥ | wɤ˩˥ | ɖɯ˧-v̩˧~ɖɯ˧-v̩˧ ɳɯ˧: "pʰe! | ɖwæ˩ mɤ˧-zo˧! | hĩ˧ ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ɖɯ˧-zɯ˧ ɲi˩." |
"no˧ | zo˧ gɤ˥ti˩-ho˩-ze˩ mæ˩! | zo˧ ɳɯ˩ | tsʰi˧ ʝi˥ mæ˩!" | pi˧. | wɤ˩˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˧~ʐwɤ˩-ɻ˩. |
no˧ | ɖɯ˧-kʰwɤ˧ ʐwɤ˥, | njɤ˧ | ɖɯ˧-kʰwɤ˧ ʐwɤ˥, | kɤ˧kɤ˩ | tʰi˧-dzi˩. |
li˩˥ | le˧-tɕɤ˧˥! | mmm! ə˧mi˧=ɻæ˩ | tʰv̩˧-ɲi˧-dʑo˩. | əəə… tʰv̩˧ | ɑ˩ʁo˧, | ɖɯ˧-↑njɤ˧ | tʰi˧-dzi˩. |
no˧=bv̩˩ ʐwɤ˩! | njɤ˧=bv̩˩ ʐwɤ˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥ | mæ˩: |
"ə˧mi˧! | no˧-bv̩˩ | ʈʂʰɯ˧-ɭɯ˧ se˥, | ɖwæ˧˥ |dʑɤ˩˥!" |
"ə˧mi˧! | ə˧mi˧=ɻæ˩, | no˧=bv̩˩ | ʈʂʰɯ˧-ɭɯ˧ | wɤ˩˥ | ʈʂʰɯ˧=bv̩˧ | ʈʂʰɯ˧-ɭɯ˩-ni˩ | mɤ˧-dʑɤ˩, | ə˩-gi˩!" | pi˧. |
õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-zo˩, | no˧-bv̩˩ ʐwɤ˩-ki˩, | njɤ˧=bv̩˩ ʐwɤ˩-ki˩ ʐwɤ˩, "ɖwæ˩ mɤ˧-zo˧! | ɖwæ˩ mɤ˧-zo˧!" | ɖɯ˧-v̩˧~ɖɯ˧-v̩˧ ɳɯ˧: |
"ə˧tso˧ ɖwæ˩? | zo˧ gɤ˥ti˩ | pi˧ | ɖɯ˧-ɲi˧ dʑo˧-kv̩˩! | mv̩˩ gɤ˥ti˩ pi˩ | ɖɯ˧-ɲi˧ dʑo˧-kv̩˩. | ɖɯ˧njɤ˥ | dzɑ˧ mɤ˧-kv̩˩!" |
'hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | qʰɑ˧tv̩˧ qʰɑ˧bæ˧ gv̩˧ ɳɯ˧, | hĩ˧ ɖɯ˧-v̩˧ lɑ˧ ɲi˥!' | pi˧. |
æ˧ʂæ˧-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˧~ʐwɤ˩ kv̩˩ mæ˩! |
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ se˩-dʑo˩, | tʰi˩˥ | tʰv̩˧-ɲi˧, | le˧-ʐwɤ˥~ʐwɤ˩! | ə˧mi˧=ɻæ˩ | tʰv̩˧-ɲi˧ | tʰi˧-dzi˩. |
hĩ˧=ɻæ˥, | ʝi˧kʰv̩˥ | ʐæ˩ʂæ˥-hĩ˩-dʑo˩, | hɑ˧ ɖɯ˧ tɕʰi˩ dzɯ˩, | le˧-bi˩-kv̩˩-ze˩! |
tʰi˩˥, | ə˧mi˧ | ʐɤ˩ni˧-hĩ˧=ɻæ˥-dʑo˩, | ə˧mi˧ | ho˩-hĩ˥ | ɖʐv̩˧ | tʰv̩˧=ɻæ˥-dʑo˩, | tʰi˧-dzi˩, | ə˩-gi˩! |
tʰi˧-dzi˩, | ʐo˩ dzɯ˩˥, | ʈʂʰwɤ˩ dzɯ˩˥, | tʰi˩˥ | dʑɤ˩ tsʰo˥! |
tʰi˩˥, | 'ʐɯ˧dzi˧ tso˧-ɲi˥, | tsʰo˧qʰwɤ˩ | njɤ˧-ki˩ | dʑɤ˩ tsʰo˧ qɑ˧-ɻ˥!' pi˧. |
tʰi˩˥, | dʑɤ˩tsʰo˧ bi˧-kv̩˧-ze˥ mæ˩! |
dʑɤ˩˥ | le˧-tsʰo˧, | dʑɤ˩˥ | le˧-tsʰo˧, | ʈʂʰɯ˧=ɻ˩ ɳɯ˩ | tʰi˩˥ | ʐɯ˧dzi˧-dʑo˥ | tʰi˩˥, | ʐɯ˧dzi˧-hĩ˧=bv̩˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | æ˧ʂæ˧-tɑ˩mv̩˩ ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | zo˩no˥, | əəə… dʑɤ˩tsʰo˧-hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | mmm… hĩ˧ ɳɯ˩ | ʐwɤ˩-dʑo˥ | tʰi˩˥, | hĩ˧-ɲi˩tʰo˩ ɖɯ˩-kv̩˩, | pi˧-zo˩! |
dʑɤ˩tsʰo˧-zo˩, | le˧-tʰv̩˩~tʰv̩˩ | le˧-se˩-kʰɯ˩-bi˩ | pi˧-zo˩, | æ˧ʂæ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | dʑɤ˩… | ʝi˧sɯ˥ ɲi˩-kv̩˩-tsɯ˩ mv̩˩! |
õ! tʰi˩˥, | tʰv̩˧-ɲi˧-dʑo˩, | ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩ | hĩ˧ ʁɑ˧ʂe˥, | hĩ˧ | le˧-ʁɑ˥ʂe˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | dʑɤ˩˥ | le˧-tsʰo˧. |
dʑɤ˩˥ | le˧-tsʰo˧-se˩ | tʰi˩˥ | ʈʰææ̃˧ | wɤ˩˥ | kɯ˧ʈʂʰwɤ˩ | le˧-gv̩˩! |
wɤ˩˥ | kɯ˧ʈʂʰwɤ˩ pi˩ | wɤ˩˥ | hæ̃˧qʰv̩˥ | wɤ˩˥ | ɖɯ˧-tɕʰi˩ ki˩-kv̩˩ mæ˩! |
nɑ˩-ʈʂʰɯ˥ | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩ | kɯ˧ʈʂʰwɤ˩ gv̩˩-k[v̩˩]… | ɖɯ˧-njɤ˧ | kɯ˧ʈʂʰwɤ˩ gv̩˩-kv̩˩ ɲi˩. |
kɯ˧ʈʂʰwɤ˩ ʈʂʰɯ˩-kʰwɤ˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | əəə… mmm… ʈʂʰwɤ˧-dʑo˧, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩ | mmm… tv̩˧tsʰɯ˧ hõ˧-ɭɯ˥ | tʰv̩˧=ɻæ˧ qo˥ ɳɯ˩ | le˧-dzɯ˥-dʑo˩, | wɤ˩˥ <k… D> | kɯ˧ʈʂʰwɤ˩ ʈʂʰɯ˩-tɕʰi˩-dʑo˩, | əəə… n… əəə… tv̩˧tsʰɯ˧ tsʰe˧ɲi˧-ɭɯ˧ qo˧ ɳɯ˧ | dzɯ˧-kv̩˩! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩! |
wɤ˩˥ | kɯ˧ʈʂʰwɤ˩ | ɖɯ˧-tɕʰi˧ gv̩˩! | dʑɤ˩tsʰo˧ hĩ˧=ɻæ˧-ki˥! |
kɯ˧ʈʂʰwɤ˩ tʰi˩-ki˩. | ʐɯ˧ | tʰi˧-ki˧! | kwæ˧tsɯ˧ qʰæ˧! | si˧ʁo˧-si˧ɭɯ˧ dzɯ˧! |
õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-zo˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ʑi˧qʰwɤ˧ ɖɯ˧-ɭɯ˧-hĩ˧ ʈʂʰɯ˧-dʑo˩! | ɖwæ˧˥ | lo˧ hɑ˧ ɲi˥ wɤ˩! |
ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩, | ʑi˧qʰwɤ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, le˧-gv̩˩ | mɤ˧-tʰv̩˧! |
tʰi˩˥, | ʑi˧mi˧ | le˧-gv̩˩ | le˧-tʰv̩˧-se˩, | hĩ˧ | le˧-qʰo˩, | le˧-se˩-dʑo˩ | tʰi˩˥ | wɤ˩˥… | wɤ˩˥ | ɲi˧ʈʂæ˧ʑi˧ dɑ˥-tso˩ ɲi˩ pi˩. |
wɤ˩˥, | ɲi˧ʈʂæ˧ʑi˧˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ dɑ˧˥! |
tʰi˩˥, | ɲi˧ʈʂæ˧ʑi˧ dɑ˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧ | ʁɑ˧ʂɯ˩ mɤ˩-kv̩˩-ze˩! |
mmm… hĩ˧ qʰo˧˥, | mɤ˧-kv̩˧-ze˥! |
tʰi˩˥, | õ˧=bv̩˥ õ˩ | qæ˧do˧… | zo˧=ɻæ˧ ɳɯ˥ | le˧-ʂe˧ | le˧-dze˩-hĩ˩, | ʑi˧mi˧ | le˧-dɑ˧-hĩ˥ qo˩, | gɤ˩-dze˧-hĩ˩, |
õ˧ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ɲi˧ʈʂæ˧ʑi˧ dɑ˥-kv̩˩-ze˩ mæ˩! |
ɲi˧ʈʂæ˧ʑi˧ dɑ˥ | tʰi˩˥ | ɖʐv̩˧=ɻæ˩ ɳɯ˩, | no˧ ɳɯ˧ njɤ˩ qɑ˩~qɑ˩ | le˧-dɑ˧˥! |
tʰi˩˥… | tʰi˩˥ | ʈʂʰɯ˧-kʰwɤ˥ qo˩-hĩ˩… | se˧~se˥ kv̩˩-ze˩! | le˧-se˧~se˥! |
le˧-se˧~se˥-kwɤ˩tɕɯ˩ lɑ˩ | tʰi˩˥, | ʑi˧qʰwɤ˧-ʈʂʰɯ˧, | ʑi˧mi˧ ɖɯ˧-ɭɯ˧, | ɲi˧ʈʂæ˧ʑi˧˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ di˩-kv̩˩-ze˩! |
bo˩bv̩˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ di˩-kv̩˩-ze˩! | mmm… tʰi˩˥, | kʰi˧mi˧ ɖɯ˧-pɤ˩ di˩-kv̩˩-ze˩! | kʰi˧zo˧ ɖɯ˧-pɤ˩ di˩-kv̩˩-ze˩! |
ʑi˧qʰwɤ˧ ɖɯ˧-ɭɯ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | kʰi˧ F -qɑ˩, | kʰi˧mi˧, | kʰi˧zo˧! | əəə… so˧-pɤ˧! |
ɑ˩ʁo˧ | ʑi˧qʰwɤ˧ | kʰi˧-bi˥ | mɤ˧-ʈʂɤ˧! | hæ̃˧do˧ qo˧ tʰv̩˧-ho˩-hĩ˩ | -no˧˥! |
kʰi˧mi˧ | gɤ˩tɕo˧ ʁɑ˧-dʑo˥ | tʰi˩˥, | kʰi˧mi˧ | ɖɯ˩-hĩ˥ | ɖɯ˧-pɤ˩. |
kʰi˧mi˧ ʈʂæ˧˥ | ɖɯ˧-ɲi˥-dʑo˩ | wɤ˩˥ | wɤ˩˥ | ɲi˧ŋwɤ˩ ɳɯ˩ | wɤ˩˥ | ʐɯ˩tsɯ˥ | ɖɯ˧-ɲi˥ ʈʂɤ˩-zo˩-kv̩˩ ɲi˩. |
kʰi˧mi˧-tʰv̩˧, | zo˩qo˥ mæ˩, | ʁwɤ˧ʐv̩˧-lo˩mæ˩ mæ˩ no˩? |
mv̩˧ɖɯ˩-qo˩qɑ˩ mæ˩ no˩? | kɤ˧sɑ˥-ɕi˩ʁwɤ˩ bi˩ mæ˩ no˩ | pi˧, | õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-zo˩, | kʰi˧mi˧-ʈʂʰɯ˧ | wɤ˩˥ | tʰi˧-mæ˩ | tʰi˩˥ | wɤ˩˥ | dʑɤ˩-hĩ˥ qo˩ mæ˩-zo˩-kv̩˩ pi˩. |
si˧dzi˩, | ʈʰææ̃˧ | ↑dʑɤ˩-hĩ˧ tʰi˧-di˥-hĩ˩ qo˩ mæ˩-zo˩-kv̩˩. | dʑɤ˩pi˧ tʰi˧-di˥-hĩ˩ qo˩ mæ˩, | pi˧-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧ | ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩ | dʑɤ˩pi˧ dʑo˧-kv̩˩ pi˩-kv̩˩! |
si˧dzi˩ tʰi˩-mɤ˩-di˩-hĩ˩ qo˩ mæ˩, | pi˧-dʑo˩, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɖɯ˧-↑sɑ˥ | le˧-ʂe˧, | ɖɯ˧-mɤ˧-kv̩˧˥! | ʈʰææ̃˧…. | ʂo˩-qæ˩ɻæ˥ gv̩˩ | pi˧-kv̩˩ <| pi˧-kv̩˩>, | æ˧ʂæ˧-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩! |
zo˩no˥, | kʰi˧ mæ˥-bi˩, | zo˩no˥, | æ̃˩ʈv̩˥-bi˩ mæ˩ mɤ˩-ɖo˩, | pi˧-kv̩˩. |
æ̃˩ʈv̩˥-bi˩ mæ˩, | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | æ˩pʰæ˧-ni˧˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʂɯ˧ʂɯ˧ʂɯ˧ʂɯ˧ pi˧, | ʂo˧-kv̩˥ pi˩! |
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥! | gɯ˩˥ | mɤ˧-gɯ˩, | mɤ˧-sɯ˥, | ə˩-gi˩! |
Voici ce qu'il en était autrefois pour la construction d'une maison : il fallait d'abord tout bien préparer, le bois de charpente, les pierres, et les tuiles! Autrefois, on se servait de planches de bois et non de tuiles pour la couverture des toits. On commençait par abattre les arbres qui serviraient à confectionner les planches. On abat des arbres pour le bois de charpente, et on entrepose le bois de charpente sur le site de la construction. Pour rapporter de la montagne les troncs dont on va tirer les planches, on les porte d'abord à dos d'homme, puis à dos de cheval. Il faut une journée de transport pour parvenir jusqu'au lieu de la construction! On se met en route tôt le matin, avant le chant du coq, vers cinq heures, et le soir, il arrive qu'on ne revienne qu'à huit heures du soir! Ca vous fait de longues journées de travail. Voilà comment on procède: les maisonnées qui ont des chevaux, on leur en emprunte ! Les maisonnées qui ont des bras en abondance, on leur en engage! Tout le monde y va! C'est que les planches, il en faut en quantité: on vous en débite deux mille, trois mille! Quand on a entreposé tout ce bois de construction, et qu'on a construit les murs du bâtiment principal, on pose les poutres qui soutiennent la toiture! On pose d'abord les grandes poutres horizontales, qui soutiennent la toiture: elles sont posées dans le sens de la longueur du bâtiment. Sur elles reposent les poutrelles courtes posées inclinées dans le sens de la largeur du bâtiment. Ensuite, on réalise la couverture du toit avec des planches fines. Dès lors, la bâtisse est achevée ! On s'occupe ensuite de l'intérieur de la maison. Dans la maison, il faut construire le buffet, le meuble dans lequel on serre la vaisselle. Il faut construire le grenier à céréales! Il faut construire le meuble-autel des ancêtres! (Meuble de la pièce principale, qui constitue le lieu symbolique où résident les ancêtres.) Il faut construire le banc! On fait tout bien dans les formes, dans tous les détails! Le meuble-autel des ancêtres, on dit que c'est le coeur de la maison! Le buffet et l'autel en contrehaut du foyer (avec son thangka), ça forme un ensemble! Tout ça fait partie d'un ensemble cohérent, il y a un plan d'ensemble derrière tout ça! L'ordre de construction, c'est : d'abord le banc des invités, puis le buffet, puis le meuble-autel des ancêtres! Après le buffet, quand on a installé la partie inférieure du meuble, on en vient au meuble-autel des ancêtres! (L'autel aux ancêtres est posé sur le buffet; buffet et autel assemblés constituent un ensemble d'un seul tenant.) Ensuite on en vient à la porte! La maison, vrai de vrai, elle est toute entière faite de bois! (La maison na, on la construisait élément par élément, avec pour matériau quasi exclusif le bois, dont on tirait, un à un, chaque élément de charpente. Mode de construction qui diffère de ce que la locutrice voyait sur les chantiers de construction de Lijiang -- et du centre du village de Yongning -- dans les années 2000, où les matériaux de construction sont béton armé, brique, tubes de PVC, câbles, puis plâtre, enduit, peintures et vernis. Dans le temps, les meubles étaient également de bois, et certains étaient faits en même temps que la maison; dans les années 2000-2020, les meubles sont achetés tout faits.) Quand on enjambe la porte, on parvient sur l'aire à battre le grain (dans la cour) en passant ce qu'on appelle le porche! (Il s'agit de l'espace situé entre la cour et la pièce principale, c'est-à-dire l'espace, protégé de la pluie par la toiture, où l'on parvient lorsqu'on passe le seuil en sortant de la pièce principale. A la date de l'enquête, c'était un espace au sol cimenté.) Dans la pièce principale, il y avait ce qu'on appelle l'office; et ce qu'on appelle la resserre. Ce qu'on appelle le porche (vestibule), c'est dans la continuité de la pièce principale! (Le porche est dans la continuité avec la pièce principale dans la mesure où son plancher est au même niveau, surélevé par rapport à la cour. La discontinuité tient à la présence du mur de bois, et du seuil.) Pour aller à la resserre, à l'office, ou entrer dans le foyer, dans tous les cas, on passe par le vestibule. C'est comme ça, une maison ! Depuis le vestibule, quand on va à la resserre, il y a une porte. Pour aller à l'office, pareil, il y a une porte. L'espace de la resserre, ça sert de réserve pour toutes sortes de choses! (On y mettait notamment la viande de cochon conservée) Autrefois, l'espace de la resserre, dans certaines maisonnées, il arrivait qu'on y couche des gens! On dit "Habiter dans l'espace de la ferme"! La chambre des invités, autrefois, vrai de vrai, ça n'existait pas! C'est la resserre qui servait de chambre supplémentaire. L'office, on y cuit la pâtée des cochons! On y fait la cuisine! Dans la pièce principale, on aménage la chambrette ! Voilà comment on fait! Quand on a la visite d'un invité, c'est là qu'on le fait asseoir ! Dans la pièce principale (le foyer), on prépare du thé, on fait à manger! Quand les gens étaient nombreux, on en plaçait dans la chambrette et dans l'office. Quand les gens étaient peu nombreux, ils prenaient tous place dans la pièce principale. Le trépied du foyer, on le met en place lors de la construction de la maison. Chaque jour, on cuisine trois repas; on fait la cuisine dans le foyer; et alors, là où il y a l'éminence qui symbolise les ancêtres, juste à côté du foyer, chaque fois qu'on cuisine un repas, on y pose un peu de nourriture pour en faire don aux ancêtres. Les maladroits, trois ou quatre mois ne leur suffisent pas pour achever la construction d'une maison! Tandis que si ce sont gens habiles, ça y va bien vite, ils s'y mettent et voilà c'est fait! En vingt jours, un mois, ils y arrivent, ils ont tout fini, en entier, et on peut s'y installer! Si ce sont des gens pas habiles qui s'y mettent, bon, ils se mettent à l'ouvrage sans enthousiasme, ils ils s'activent vaguement à droite à gauche, cognent mollement çà et là, boum, boum, boum, et ça n'avance pas! Autrefois, on faisait simplement des murs en terre! Construire avec de la terre, de quoi s'agissait-il, en fait? On plaçait des planches de façon à former comme un moule dans lequel on versait la terre et on la tassait pour former les murs. Pour employer un mot chinois, on dirait que les gens, c'est comme s'ils utilisaient des planches en contreplaqué! (Note: à la date de l'enquête, le contreplaqué était beaucoup utilisé dans le bâtiment.) Le bâtiment où tu dormais, il est fait de terre tassée; et aussi de bois ! C'est fait artisanalement! Ca prend beaucoup de temps. Tasser la terre, ça se fait par équipes de deux! En procédant ainsi, on ne finit qu'un pan de mur en deux jours! On consacre une journée à la partie mortaises! Une journée, on confectionne les tenons! On creuse les mortaises une par une! Puis on rabote les planches, et on les rabote encore ! Les planches, on les rabote par paires. Construire une maison, une maison na de par chez nous, c'est toute une affaire! A l'heure actuelle, réaliser leur construction à l'ancienne, ce n'est plus possible… ou plutôt il n'y a plus guère de gens qui en soient capables. Couper le bois de construction, c'est beaucoup de travail : une fois le bois abattu, on passe de vallée en vallée, jetant les grumes dans les pentes, et les portant à dos d'homme à la remontée. Il fallait parfois cinq à six jours de trajet pour revenir à la plaine de Yongning avec le chargement de planches. C'est seulement après avoir passé plus d'une dizaine de vallons qu'on parvenait au site de construction! Ensuite venait la construction de la bâtisse, la construction de la demeure! Autrefois, le bâtiment à deux étages… on n'en construisait pas tellement! (Explication: le bâtiment à deux étages est un ajout à la maison na; dans le temps, beaucoup de maisonnées ne comportaient pas de bâtiment de ce type.) Il n'y avait que les gens… très habiles, les gens comme ceux de la famille du seigneur de Yongning, qui aient des bâtiments à deux étages (bâtiments dont trois des murs étaient de pierre tassée, et pas seulement de bois). Vrai de vrai, la maison ancienne des Na, elle était tout en bois! On construisait des maisons en bois; on n'édifiait pas de murs de terre. En fait, ajuster les troncs entre eux pour construire une maison en rondins, ce n'est pas le plus difficile dans la construction d'une maison, loin de là: ce qui est difficile, c'est de se procurer le bois pour la construction. Ce qu'il y a de vraiment éprouvant, c'est, une fois les grumes abattues, de les transporter depuis la montagne. Par la suite, on peut les déménager à sa guise pour reconstruire la maison un peu plus loin. Toi, imaginons que tu n'as plus envie d'habiter ici, dans ce village; eh bien, il t'est possible de rebâtir la maison à un autre endroit de la plaine. Une fois la charpente démontée, on peut la transporter ailleurs, et y reconstruire la maison; et voilà, on peut y habiter ! Le bois de charpente, on l'emporte pour l'utiliser pour une nouvelle demeure. Tandis que les murs en terre, quand on déménage, on les abandonne sur place, ou on les fait tomber. De nos jours, on s'est mis à élever des murs de terre; on construit des maisons de briques; on construit des maisons de tuiles et de briques. Autrefois, travailler le bois pour la construction des maisons, c'était un dur labeur ! Ceux qui portaient un tronc à l'épaule pour le ramener dans la plaine, ces jeunes gens-là, il arrivait qu'ils aient le visage qui pèle! (Explication: on n'avait pas de protection solaire; au soleil intense de la haute montagne, on attrapait de gros coups de soleil, et la peau du visage pelait. De plus, on s'écorchait les épaules et les mains en portant du bois rugueux.) Pendant le séjour sur la montagne, la nourriture pouvait venir à manquer ! Sur la montagne, les gens, ils étaient fatigués par le dur labeur; chaque soir, on faisait cuire du porc conservé ! On faisait cuire une soupe aux os ! Comme le travail était dur, on ne pouvait pas ne pas manger de viande, à Yongning! (Explication qui est en partie adressée à l'enquêteur, qui n'a guère de goût pour la viande grasse de porc et boude souvent les plats à base de lard.) Dans les contrées chinoises (Han), on peut se passer de viande, parce que l'altitude y est moins élevée, et le climat moins rigoureux. Tandis qu'à Yongning, on ne peut pas ne pas manger de viande ! Un repas sans viande, les gens, leur visage, il devient comme le tien: tout livide, sans couleur! On a très froid ! Alors que si on a mangé de la viande, qu'on a mangé de la viande grasse, on n'a pas froid, même en hiver ! Même s'il gèle, on n'a pas très froid ! On dit aussi que notre eau de par ici, à Yongning, c'est de l'eau qui aide à la digestion et donne bon appétit, c'est de l'eau qui est bonne pour la digestion. Dans la Chine de l'intérieur, non seulement il fait chaud, mais avec l'eau qu'ils boivent par chez eux, ils peuvent se passer de manger de la viande. Tandis que les gens d'autres régions qui arrivent à Yongning, s'ils ne mangent pas de viande, ça se passe pas bien! Pour la construction de maisons, autrefois, les maîtresses de maison préparaient à manger pour les jours où les hommes étaient sur la montagne à couper le bois. La nourriture, on en préparait tard dans la nuit; on pétrissait des petits pains. Si on faisait appel à dix personnes pour le travail de construction, on préparait dix petits pains! Et de la viande: un morceau par personne; ou plutôt un gros morceau, et un petit morceau! (Explication : on donnait à chacun deux morceaux de viande, en récompense du dur labeur; les gens pouvaient en manger un sur place, et rapporter l'autre à leur famille.) La nourriture, on en remplissait des paniers entiers! Ensuite, le matin au chant du coq, on allait ravitailler les travailleurs. On disait: "Eeeh! Le bois de construction, aujourd'hui, il devrait arriver à tel endroit; et là, il n'y a pas d'eau!" Sur la montagne, il y a certains endroits où il n'y a pas d'eau! On ne trouve de ruisseau que dans une vallée sur trois en moyenne. Le jour où on se trouve dépourvu d'eau, en pleine montagne, il faut être ravitaillé depuis la maison! Autrefois, eh bien, mmmh… il n'existait pas de jerricans, n'est-ce pas! Il n'y avait pas de tonnes à eau en plastique! On utilisait des hottes tissées en bambou! On bouchait les interstices; on versait de l'eau dans la hotte; et comme on avait bouché les trous, l'eau ne coulait pas. On portait la hotte à eau en bambou! On portait une hotte de nourriture! Et avec ça, on emmenait des légumes en saumure! Quand on se retrouve dans des endroits où on n'a pas d'eau, on fait revenir les légumes en saumure avec la viande. Dans le plat qu'on préparait, à base de céréale, on ajoutait des légumes en saumure, on ajoutait de la viande. On buvait du vin, et du thé! L'eau qu'on avait portée dans des cornes, on s'en servait pour faire une casserole de thé! Le thé, on en donnait un bol par personne! Avant de manger, les jeunes, ils commençaient par boire un bol de vin! On mangeait la nourriture, et voilà, la journée était achevée! Et le lendemain, à partir du lieu atteint au terme de l'étape de la veille), on franchissait à nouveau trois ou quatre vallons. Arrivé quelque part où il y avait de l'eau de source, on se disposait à tuer un poulet! On avait amené un poulet. Autrefois, il y avait beaucoup de poulets. Allez savoir pourquoi! Les poulets qu'on élève, ils crèvent comme des mouches: de nos jours, il survient des maladies aviaires; les poulets, on en élève, on en élève, et ils meurent tous ! Autrefois, les poulets, on ne s'en occupait guère ! On ne leur prêtait aucune attention. On laissait la poule couver ses poussins; ils faisaient voler de la terre de droite et de gauche, en fouissant le sol à la recherche de nourriture, en toute liberté. Les poules, à l'époque, laissez-moi vous dire qu'il y en avait ! Donc, on amenait un ou deux poulets pour les tuer pour les repas sur la montagne. On faisait bouillir la viande de poulet! Miam! On disait: "Hier et avant-hier, on n'avait pas d'eau! Aujourd'hui, on va se boire de la soupe de poulet!" et on tuait le poulet ! Et voilà, c'était une nouvelle journée de passée ! Ainsi, de la sorte, au bout de sept ou huit jours, eh bien, il était arrivé à destination, le bois de charpente! On l'avait porté pendant sept, huit jours. De nos jours, on tire tout ça avec un tracteur! Le bois, on le transporte par la route! Autrefois, on n'avait pas de tracteur, et pas de voiture non plus: c'est les hommes qui devaient porter, jusqu'à l'arrivée à bon port! C'est vrai ! En haute montagne, on portait, portait, portait, jusqu'à arriver chez soi, à côté de la porte de la maison! On portait ça à dos d'homme! Les jeunes gens qui faisaient ce travail, vrai de vrai, ils avaient des enflures à l'épaule, ça enflait, et ça devenait parfois gros comme ça ! Alors, quand le bois de construction était arrivé à bon port, tout le monde était content ! "Eeeeh bien! Voilà du bien beau bois! On va pouvoir construire une bien belle maison!" "Cette belle demeure, ça sera la satisfaction de toute une vie! On va avoir une belle vie!" qu'elles disaient, à la maison, les personnes âgées. "Eeeeh bien ! Je vais construire une belle demeure! Si je devais mourir maintenant, je serais comblé!" Le souhait d'avoir une belle demeure se réalisait; si on mourait à son propre domicile, et que c'était une belle maison, quand la vieille personne mourait, dans son coeur, elle était joyeuse, autrefois! Les vieux qui habitaient une belle demeure en tiraient une si grande satisfaction qu'ils étaient prêts à mourir en paix, comblés. On déposait la personne défunte sur le banc de la pièce principale. (Mourir loin du foyer était considéré comme une tragédie; mourir dans une belle demeure, au sein de sa maisonnée, c'était le terme heureux d'une vie.) La construction, ça s'étalait sur une longue période. On abattait le bois une année, et on construisait la maison l'année suivante. On ne disait pas "construire" (/dɑ˧˥/), chez les Na! (Explication: /dɑ˧˥/: s'employait pour : découper le bois pour façonner les pièces de charpente et de construction; travail fin, de menuisier. Le travail de bûcheron, pour abattre les arbres, était appelé: /tɕʰo˧˥/.) On disait: "on équarrit des troncs pour faire une maison! Nous, on va 'équarrir une maison'!" ('équarrir une maison': expression qui désigne le travail préparatoire à l'édification de la maison.) Quand on 'équarrissait la maison', quand on entreposait le bois de construction sur le site de construction de la nouvelle demeure, on disait: "Cette année, on va 'équarrir la maison' (=préparer le bois de construction), traîner le bois de construction jusqu'à destination; l'année prochaine, on construira la demeure!" Quant au jour de la construction… on consultait le calendrier pour trouver un jour propice! C'est à un moine de haut rang qu'on s'adressait pour déterminer un jour propice! Quand on allait le voir, il disait: "Eeeh bien, vous… Voyons voir… Cette année-ci est favorable! La demeure, vous pouvez la construire! Le 18, on peut construire! Le 15, on peut construire! Le 8, on peut construire! Il y a ces trois jours-là qui sont propices! Sur un mois, il y a trois jours propices! Ces trois jours-là, vous pouvez construire!" qu'il disait. Alors, si on n'arrive pas à s'organiser pour commencer la construction juste le jour recommandé, on en choisit un autre parmi ceux que le moine a désignés. Alors, ce jour-là, quand a lieu le choix d'un jour propice, les femmes de la maisonnée (dans la génération des "actives" au sens large; l'entrée dans cet âge correspond à peu près à l'âge du premier enfant), à la maison, elles préparent de l'alcool! Autrefois, les Na n'avaient guère de légumes, comme tu sais! Les radis, les navets, ça oui, il y en avait beaucoup! Au neuvième mois, on va déterrer les radis; ce qu'on a planté sur les terres de la famille, on le déterre! Ensuite, à la maison, on creuse une petite fosse dans le sol. On y met de la paille d'avoine écrasée. Ensuite, on tressait les légumes un à un! Quand on les avait tressés, et conservés, on les sortait de la fosse au troisième et au quatrième mois. Quand on les sortait, leur tête était toute blanche! (Les radis avaient blanchi au cours du processus de fermentation.) Les radis, on les ressortait de la fosse, et on défaisait les bottes de radis. Il y avait de quoi fournir des légumes pour tout un repas! On pouvait cuisiner une soupe avec ces légumes et des os de porc! Dans les plats de viande de porc, on mettait des radis et des navets. Dans les plats à base de lard, on mettait des feuilles de navet conservées. (La narratrice s'arrête un moment sur ces recettes, et affine la désignation de l'ingrédient: comme il s'agit de légumes conservés, on utilise le terme pour cette sorte de préparations, l'associant au nom du légume en question, ici les feuilles de navet.) Alors, ensuite, il y avait aussi quelques légumes verts, autrefois! Le chou chinois, il n'y en avait pas, autrefois! Ce qu'on avait c'était des légumes verts! (Ce passage frôle le jeu de mot entre d'une part 'légume blanc', sens littéral de l'expression désignant le chou chinois, et d'autre part 'légume sombre', sens littéral de l'expression désignant les légumes verts et divers légumes frais en na: "Autrefois, il n'y avait pas de légume blanc! [Ce qu'on avait] c'était des légumes sombres!" Au plan culinaire synchronique, le chou chinois, 'légume blanc', ferait en réalité partie des légumes frais, désignés comme 'légumes sombres' en na.) Au neuvième mois, il n'y avait pas de légumes comme maintenant! (L'éventail de produits frais qu'on trouve sur les étals de la ville de Lijiang, où vivait la locutrice à la date de l'enquête, est bien plus large que celui qu'on trouve à la ferme.) C'est au neuvième mois qu'on les coupait! Euh… on les faisait sécher ! On [les] tressait comme ça, par branches entières; comme des tresses de cheveux! On en faisait des quantités de tresses! On les accrochait à la maison! Voilà comment on faisait: on en accrochait à toutes sortes d'endroits, on en remplissait complètement les espaces de la ferme où on a coutume de faire sécher des produits agricoles. Quand ça avait séché par paniers entiers, par paniers entiers, alors, quand on se disposait à partir en expédition sur la montagne, les légumes séchés, on les enroulait autour d'une baguette! et on les rangeait parmi les bagages! En montagne, on se faisait bouillir un p'tit peu d'eau, on y faisait blanchir les légumes séchés! Ensuite, euh… on lavait! On faisait encore bouillir, et c'était bon, on pouvait manger! Des légumes frais, comme de nos jours, ça n'existait pas ! Le dixième mois, le onzième mois, le douzième mois, le premier mois passaient! Parvenu au deuxième mois, il y avait le plantain! On cueillait le plantain! Le plantain, en chinois, on appelle ça /kʰe˧mɤ˥ʝi˩/, n'est-ce pas! C'est de cette espèce-là qu'il s'agit! On cueillait le plantain! On allait déterrer le plantain! En fait de légumes frais, on n'avait que cette sorte-là ! Quant aux légumes du premier mois, du deuxième mois… eh bien, en fait, en voyant des Chinois (Han) qui semaient des légumes, les Na, eux aussi, ils se sont mis aux culture maraîchères! Ce sont les Chinois (Han) qui nous ont appris! Au deuxième mois, on va couper du bois (une sorte d'arbuste: /qʰwæ˩kɤ˩/) sur la montagne! on le coupe et on le ramène pour couvrir les cultures de légumes: on fabrique un lit à légumes. On couvre, comme ça. On arrose. Certains ne savaient pas y faire: les graines de légumes, ils les arrosaient, mais ils ne s'y prenaient pas bien, à ce qu'on dit ! Ca ne pousse bien que quand on a pris soin de bien couvrir! Et au troisième mois, on peut manger des légumes frais! Sinon, vrai de vrai, on mangeait des légumes séchés; au cinquième mois, on mangeait du plantain à chaque repas. Après le déjeuner, quelqu'un allait déterrer du plantain. Le soir, euh… pour dire les choses suivant le décompte du temps en chinois, si on part déterrer le plantain à une heure de l'après-midi, c'est à sept heures qu'on revient à la maison! On en ramenait un panier gros comme ça, haut comme ça, plein à ras bord! Voilà, ce n'était pas plus compliqué que ça ! On se contentait de déterrer et manger ce qui poussait : toutes sortes de choses des champs, ce qui poussait spontanément (les plantes sauvages). Dans le temps on ne cultivait pas de légumes, on se contentait de déterrer toutes sortes de végétaux qui poussaient tout seuls. On ne plantait pas nos propres légumes! Autrefois, les Na, quand ils voyaient des crottes dans les potagers de Chinois (Han), ça leur faisait peur ! "Houlààà, des excréments!" qu'ils disaient, et tous se couvraient la bouche avec la main! (Explication: les Na se couvraient le nez et la bouche avec la main, stupéfaits de voir des excréments humains.) Et quand il était question d'acheter des légumes des Chinois (Han), les gens disaient: "Les légumes des Chinois, il ne faut pas en acheter, on y met des excréments!" Autrefois, on n'en mangeait pas, vrai de vrai! Mais comme ils étaient beaux, les légumes que faisaient pousser les Chinois, eh bien, quand les Na se sont mis à en cultiver, ils y ont mis des excréments comme engrais, à leur tour! Et ainsi, on a quand même fini par en manger, de ces légumes ! Les gens sont drôles, quand même ! Tous les savoir-faire, on les apprend d'autrui, n'est-ce pas ! Dans les champs, les gens regardent. Toi tu fais comme ci, alors moi je prends l'habitude de faire pareil; moi je fais comme ça, et toi tu prends l'habitude de faire pareil. En observant les gens, on apprend, et voilà, on sait faire à son tour! et vrai de vrai, les légumes frais sont devenus partie intégrante de notre alimentation! (Littéralement: "on a désormais eu des légumes frais comme nourriture/parmi nos aliments!") Auparavant, les Na, les gens de Yongning, ils ne savaient rien faire du tout! Vrai de vrai, on ne mangeait que des légumes séchés! On faisait tout sécher ! Et alors, quand on se disposait à gagner un lieu en haute montagne, les choses séchées, c'était bien facile à porter, parce que ce n'est pas lourd ! L'avantage des produits séchés, c'est qu'on peut sans difficulté porter des vivres pour deux jours, tandis qu'avec les produits frais, rien que la quantité nécessaire pour un repas, c'est déjà très lourd ! Une fois que c'est sec, porter de quoi manger pendant deux jours, c'est pas lourd, hein! Quand on met les légumes secs dans l'eau, ça lève tout seul; ça prend du volume, ça s'imbibe! Oui! Et ainsi, vrai de vrai, on apporte les légumes avec soi jusque dans la montagne! Le jour où on construit la maison, on a des légumes, et du tofu de notre propre confection! Les femmes de la maisonnée disaient: 'Eeeh bien! Cette année, on va construire une maison, eh oui!' Pour cette grande occasion, les faiseurs-d'alcool, ils faisaient de l'alcool! Les faiseurs-de-tofu, ils faisaient du tofu! Le vin, on le préparait, puis on le laissait reposer quinze jours en jarre! Ensuite, après l'avoir fait bouillir, on le passait à la vapeur ! Le jour où on fait de l'alcool, on ne fait pas de tofu! (=on ne faisait pas ces deux tâches le même jour) On dit que l'alcool et le tofu, ça ne va pas bien ensemble! Il n'était pas d'usage de confectionner alcool et tofu dans la même journée ! Euh… On ne préparait pas de tofu! On commençait par faire l'alcool! On s'acquittait d'abord de cette tâche-là! Ensuite, on mettait l'alcool dans une jarre grande comme ça, bouteille après bouteille! (=On le verse, bouteille après bouteille, dans une grande jarre où il est conservé.) Après quoi, les mères, elles passaient à la tâche suivante: elles lavaient les haricots! Elles brisaient les haricots; ensuite, elles les blanchissaient à l'eau bouillante! Après, on pouvait réduire les haricots en purée! On écrasait, on écrasait; le tofu, on le pressait, tamis après tamis. Le tofu, quand on l'avait ainsi pressé, on le filtrait dans le tamis et on le laissait reposer! Ensuite on le découpait en gros morceaux! On n'avait que du tofu et des légumes! On n'avait que des légumes séchés, autrefois! On faisait bouillir une casserole de tofu! On faisait bouillir une casserole de légumes séchés! On les faisait cuire ensemble! A l'époque, ça ne se faisait pas de couvrir toute la table de plats dans lesquels chacun prélève à sa guise! (Explication: on servait à chacun un bol de riz et un bol de soupe, avec un morceau de viande; on ne disposait pas les mets sur la table, à la chinoise.) La nourriture, chacun son bol, c'est plus hygiénique, n'est-ce pas ! (On ne plonge pas ses baguettes dans le plat après les avoir portées à sa bouche: chacun a son bol et sa cuillère. Le riz, sec, pouvait être consommé à la main: on en façonnait des boulettes dans la main.) Autrefois, les bols, il y en avait deux par personne, chez les Na! Un petit bol, et un grand bol! Un pour y mettre la soupe! L'autre pour y mettre le riz! Il y a bien longtemps, à ce que ma grand-mère disait, c'est des assiettes qu'on utilisait (et pas des bols)! Moi, je le sais: moi-même, j'en ai vu à la maison, des assiettes! En bois! Des assiettes qui étaient façonnées dans le bois! Côté esthétique, c'était pas vraiment ça, faut reconnaître, hein! Comme c'était fait en bois, c'était de couleur noirâtre! Les assiettes, elles étaient grandes comme ça ! La céréale, on la servait deux cuillerées à la fois! Après avoir servi une première cuillerée, comme ça [geste: grande cuillerée, qui remplit le bol], on mettait encore une cuillerée (on ajoutait une petite cuillerée). On servait toujours par paires de cuillerées! L'assiette, elle était grande, ainsi, ça tenait deux cuillerées de céréale! Un bol! On avait chacun son assiette; la soupe, on la servait dans des bols! De nos jours, les assiettes en bois, il n'y en a plus! Il n'y a plus une maison qui en ait! De nos jours, on a des assiettes émaillées; comme on n'utilise plus d'assiettes de bois, il y a ce qu'on appelle les assiettes émaillées qui sont arrivées; une sorte bien plus jolie que le bois, n'est-ce pas. Alors… de nos jours, on trouve de tout! Il existe toutes sortes de vaisselle, n'est-ce pas ! Voilà comment ça va ! Alors, de la sorte, le jour où on construit une maison, on fait bouillir de l'eau, on prépare du tofu, mmmh… Une fois qu'on a procédé à ces préparatifs, on peut construire la maison! Une fois qu'on a fini de construire la maison, eh bien, on s'installe dedans! Quand on s'y est installé, eh bien, on pend la crémaillère! On fait la fête! On invite tout le village. Les invités, ils amènent des cadeaux! Le jour où on entre dans une maison neuve, le matin, tôt, deux personnes allument le feu dans le foyer. Si on a des gens qui font l'affaire pour cette tâche dans la famille, on allume le feu soi-même, sans avoir besoin de faire appel à quelqu'un d'extérieur à la famille. On prend en considération le signe astrologique (=l'année de naissance)! On considère de quel signe tu es, de quel signe je suis; si ça convient ou non. Alors, ce sont des membres de la famille qui allument le feu. Dans le cas où le signe astrologique des gens de la famille ne convient pas à cette tâche, on recrute deux personnes de l'extérieur. Tôt le matin, l'un d'eux installe la casserole sur le foyer; un autre verse l'eau; et un troisième allume le feu! En tout, ça fait trois personnes! Ce qu'on disait, c'est: le Serpent, le Boeuf et le Coq forment un groupe de trois années; et le Dragon, le Singe et le Rat forment eux aussi un groupe de trois. Le Boeuf, le Chien, oui! Il y avait trois signes astrologiques qui convenaient: ainsi, c'étaient les gens de l'année du Dragon, du Singe et du Rat, de ces trois signes-là, qui convenaient pour la circonstance. Alors, tôt le matin, on se lève, et on découpe de la viande de porc et on la tient prête pour faire la cuisine un peu plus tard dans la journée. (Note: la personne qui procédait à ces activités n'était pas l'une des trois personnes choisies pour leur signe astrologique: c'était la maîtresse de maison qui s'en occupait.) Mmmh… au moment où on procède à l'installation dans la nouvelle maison, on met du thé (dans la maison)! on met du sel! on met de l'alcool! On remplit le foyer! Mais avec quoi 'remplit'-on le foyer, me demanderez-vous? Eh bien, voici comment: on y met des choses sans interruption, à tour de bras, tout en formulant des souhaits de chance et de prospérité. (On y dépose des cigarettes, de l'alcool, du sel, du thé, et des sucreries.) Voilà comment c'était! On disait des formules de bénédiction: Prospérité! "Prospérité", pour traduire ça en chinois, ça veut dire qu'on aura plein de richesses (财源), n'est-ce pas ! Voilà comment… on faisait! Alors, le prêtre faisait le rituel "Ddaelaeso", à ce moment-là ! Alors, quand le rituel Ddaelaeso était fini, on invitait des gens! Les invités, qu'est-ce qu'ils amenaient comme cadeaux! Certains amenaient de l'alcool! Du thé! Des cigarettes! De l'argent! Tout ce qu'ils amenaient, on le posait sur l'autel! Ensuite, les gens, on leur donne à manger! Alors, les gens, les mères, elles s'asseyaient et bavardaient entre elles: "Eeeeh bien! Vous autres, vous voilà comblés! Vous avez construit une bien belle maison! Si vous deviez mourir, vous mourriez heureux! Habiter ici, quel bonheur! Si on a des enfants habiles, on est satisfait; il n'y a rien de mieux au monde!" Voilà ce qu'on disait, autrefois ! Des enfants habiles, ça sait vous construire une belle maison comme celle-ci! "Houlààà! Nous autres, on n'est pas aussi habiles que vous! Nous, on n'a pas de belle demeure!" Voilà ce que disaient les mères à la maîtresse de céans, l'une après l'autre! Alors, on leur répondait: "Bah! Ne vous en faites pas! Les humains, ils ont toute leur vie. Votre fils, il a le temps de grandir, et de réussir de belles choses!" Voilà comment roulaient les conversations. On était assis les uns à côté des autres; j'y vais de ma repartie, tu y vas de ta repartie! Dans la nouvelle maison, on bavarde à loisir, quand le temps du repos est venu ! On parle de vos histoires! On parle de mes histoires! Voici un échantillon des sujets sur lesquels roule la conversation : "Eeeeh bien! Vous avez fini votre demeure; c'est une bien belle chose!" Quelqu'un d'autre lance à d'autres dames présentes, pour faire plaisir à l'hôte: "Houlà! Mesdames, votre demeure à vous, elle n'est pas aussi bien que celle de cette dame-ci, n'est-il pas vrai?" Et ainsi, on parle de vos affaires, on parle de mes affaires! Chacun à son tour dit, pour consoler ceux qui se plaignent de leur sort moins heureux: "Ne vous en faites pas, ne vous en faites pas! Qu'est-ce que vous allez vous faire du souci? La mauvaise fortune ne durera pas éternellement!" Autrefois, voilà comment on bavardait ! Les femmes de la maison, ce jour-là, elles se reposaient. Parmi les invités, certains, ceux qui venaient de loin, ils prenaient un repas, et puis ils s'en retournaient; tandis que les gens qui habitaient à proximité, les gens avec qui on s'entendait bien, les amis, ceux-là, ils restaient au déjeuner, au dîner, et à la danse qui s'ensuivait! On leur disait: 'Restez donc dormir ici! Ce soir, participez donc à la danse!' On dansait, on dansait… Ceux qui participaient à la pendaison de crémaillère, ceux qui étaient venus pour la cérémonie d'entrée dans la maison, ceux qui participaient à la danse, ils étaient l'objet des racontars des spectateurs! Sur les bancs d'où on regardait les danseurs, les ragots allaient bon train, n'est-ce pas! En dansant, on oubliait tout dans l'emportement des pas, du rythme! (Figure de style: comme si le verbe 'fouler aux pieds' était employé transitivement avec pour objet tous les soucis de la vie: 'on foulait tout aux pieds jusqu'à en être libéré'.) C'était là toute la signification de la danse: oublier mécontentements et chagrins, et se laisser entraîner dans la danse. Ce jour-là, tout le monde était convié. Quand la danse était finie, vrai de vrai, on préparait le 'dîner des étoiles'! Ca faisait un élément de plus dans la longue succession des événements de la journée! C'était reparti pour encore un événement de plus: le 'dîner des étoiles', en pleine nuit, un repas de plus dans une série qui paraissait déjà longue, comme si ça ne devait jamais finir! Les Na, autrefois, ils préparaient le 'dîner des étoiles'; ce n'était pas un événement exceptionnel, réservé aux occasions particulières comme les pendaisons de crémaillère. Le dîner, autrefois, c'est vers huit heures qu'on le prenait; ensuite, le dîner des étoiles, la collation de fin de soirée, ce repas-là, euh… on le mangeait à onze heures du soir! On distribuait de l'alcool! On grignotait des graines de tournesol! On mangeait des fruits! Voilà comment c'était, autrefois, l'histoire d'une maison! C'était diablement compliqué! On n'en voyait pas le bout! Quand on avait fini de construire la maison, qu'on avait invité les gens, qu'on avait fini tout ça, il restait encore la construction du bâtiment à deux étages! Pour la construction de la maison à deux étages, là, on n'engageait pas de travailleurs en dehors de la famille. On n'invitait pas non plus de gens à festoyer une fois le travail de construction achevé. Les membres de la famille eux-mêmes, les hommes, ils employaient le bois qui restait de la construction du bâtiment principal, pour construire la maison à deux étages. Quand on construit la maison à deux étages, les amis viennent quand même donner un coup de main! Là… on achève, vrai de vrai! On termine! Quand on a fini, eh bien, la maison, elle comporte un bâtiment principal, et un bâtiment à deux étages! Elle comporte aussi une étable à cochons! Une porte principale! et une petite porte! Une maison, en fait de portes, elle comporte une porte principale, et une porte de derrière! En tout trois portes! On ne compte pas les portes à l'intérieur de la maison, celles qui donnent sur l'aire à battre le grain, mais on compte seulement celles qui ouvrent sur l'extérieur, et qu'il faut fermer pour garantir la ferme des intrusions. On ne ferme pas (littéralement 'on n'attache pas', 不拴) la porte principale! A cause des visiteurs nocturnes! On franchit la porte principale; c'est celle qu'on franchit pour entrer dans la ferme! Alors, voilà pour la première des portes: une porte principale. Le jour où on installe la porte principale, eh bien… ça doit être un jour propice! Il est déterminé par l'astrologie! La grande porte, dans quel sens elle est orientée? Est-ce qu'elle pointera vers le village de Qiansuo? Est-ce qu'elle pointera vers le col de /mv̩˧ɖɯ˩/? vers /kɤ˧sɑ˥-ɕi˩ʁwɤ˩/? Voilà dans quels termes on réfléchit pour l'orientation de la porte: qu'elle donne dans une belle direction. On disait qu'il fallait que la porte soit orientée vers des étendues boisées, pas vers des étendues rocheuses. On disait que si c'était orienté vers un lieu fertile et verdoyant, la famille qui habiterait dans la maison aurait de tout en abondance! Si la porte donne sur une direction qui n'est pas boisée, les gens de la maisonnée, ils auront beau se démener, leur labeur sera en vain! Vrai de vrai, dans le temps, je t'assure, c'était bien clair dans la tête des gens, ce principe-là, au sujet de la direction dans laquelle donne la porte! La porte ne devait pas être tournée en direction d'une falaise, à ce qu'on dit. Si on est tourné vers une falaise, les richesses vont disparaître de la maisonnée comme si elles tombaient d'une falaise! Voilà ce qu'on disait! Est-ce que c'est vrai ou pas, on sait pas, hein!
S1 stop écouter
ʑi˧qʰwɤ˧-ʈʂʰɯ˧, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʑi˧qʰwɤ˧… -ʈʂʰɯ˧, | ɖɯ˧-ɭɯ˧ tsʰi˧˥ | pi˧-dʑo˩, | ə˩-gi˩! | tʰi˩˥, | əəə… ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩, | le˧-ʂɯ˧~ʂɯ˧ tʰi˧-tɕɯ˥. |

Les maisons, autrefois… les maisons, pour en construire une, n'est-ce pas! eh bien… [pour la construction d'une maison, il faut d'abord] tout bien préparer.


NOTE : Transcription commencée en août 2014 (2 premières minutes de l'enregistrement); poursuivie en juin 2015 (jusqu'à 3 mn 20 sec), en mai 2016 (jusqu'à 20 mn 20 sec), et en mai 2017. Achevée le 9 mai 2017. Conversion en XML en juillet 2017.
NOTE : Les 6 dernières minutes ont été transcrites avec l'aide de la transcription automatique réalisée par Oliver Adams.
S2 stop écouter
qæ˧do˧, | lv̩˧mi˧, | əəə… ŋwɤ˧pʰæ˧˥! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | gv̩˩pʰæ˩ ɲi˥ mæ˩! | gv̩˩pʰæ˩-sɯ˥ | le˧-dɑ˧˥! |

Le bois de charpente, les pierres, euh… les tuiles! Autrefois, c'était des planches de bois [et non des tuiles] [dont on se servait pour la couverture des toits]! On commence par abattre [les arbres qui serviront à confectionner] les planches!

S3 stop écouter
qæ˧do˧-sɯ˥ | le˧-dɑ˧˥; | ɑ˩ʁo˧ tɕɯ˧! | tʰi˩˥, | gv̩˩pʰæ˩˥ | le˧-dɑ˧-bi˥! | dʑɯ˩ʁo˩˥ | tʰi˧-tɕɯ˥! |

On commence par abattre [des arbres pour] le bois de charpente; on l'entrepose à la maison (=sur le site de la future maison)! On va couper [des arbres pour] les planches! On entrepose [les grumes] sur la montagne [en vue de leur transport vers la plaine]!

S4 stop écouter
tʰi˩˥, | əəə… ʑi˧qʰwɤ˧-qæ˧do˧ | le˧-dɑ˧˥, | le˧-tʰv̩˧, əəə… -dʑo˥ | tʰi˩˥, | gv̩˩-pʰæ˩˥ | le˧… le˧-ʑi˩-bi˩. |

On coupe le bois destiné à la construction du bâtiment; et on, euh… on va prendre les planches (=on va chercher les planches sur la montagne, au lieu d'abattage du bois).


NOTE : /tʰi˩˥, | əəə…/: réalisé phonétiquement comme [tʰi˩˥ | iii]
S5 stop écouter
gv̩˩pʰæ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | gv̩˩pʰæ˩˥ | dʑɯ˩ʁo˩˥ | gv̩˩pʰæ˩ ʑi˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | ʐwæ˧ po˩-ɳɯ˩ | tɕɯ˧-zo˧-kv̩˥-ɲi˩. |

Les planches… les planches, pour prendre les planches sur la montagne (=pour rapporter de la montagne les troncs dont on va tirer les planches), on les porte à dos de cheval (littéralement: "on les transporte à dos d'animal, au moyen de chevaux").


NOTE : A la réécoute, la locutrice préfère la réalisation tonale suivante: /tɕɯ˧-zo˥-kv̩˩-ɲi˩/. Mais la réalisation sur l'enregistrement, /tɕɯ˧-zo˧-kv̩˥/, est elle aussi acceptable. Soigneusement vérifié: n'est pas /‡tɕɯ˧-zo˧-kv̩˧˥/.
S6 stop écouter
hĩ˧-ɳɯ˩ | pɤ˧~pɤ˧! | ʐwæ˧-po˩-ɳɯ˩ | tɕɯ˧˥! |

On [les] porte à dos d'homme; et on [les] transporte [ensuite] à dos de cheval!

S7 stop écouter
tʰi˩˥, | gv̩˩pʰæ˩-ʈʂʰɯ˥, | ɖɯ˧-↑ɲi˥-ɳɯ˩ | ɑ˩ʁo˧ le˧-tʰv̩˧-zo˧-kv̩˧˥ | -ɲi˩! |

Alors… les planches, il faut une journée [de transport] pour qu'elles arrivent jusqu'à la maison (=au lieu de la construction)! (Note: l'accent d'insistance sur 'journée' conduit à une interprétation vers: 'une journée entière, toute une journée'.)

S8 stop écouter
mv̩˩si˧-njɤ˧˥ | njɤ˧-lɑ˥ F | bi˧! | æ˩ mɤ˧-ʈwɤ˧ | bi˧! | əəə… tv̩˧tsʰɯ˧ | ŋwɤ˩-ɭɯ˩-qo˥ | bi˧! |

On part très très tôt le matin! On part avant le chant du coq! Euh… on part à cinq heures!

S9 stop écouter
mv̩˩kʰv̩˧˥, | tʰv̩˧tsʰɯ˧ | hõ˧-ɭɯ˥-qo˩-ɳɯ˩ le˩-tʰv̩˩-kv̩˩! |

Le soir, il arrive qu'on revienne à huit heures! / Il arrive qu'on ne revienne qu'à huit heures du soir! (=Les journées de travail sont très longues!) (Note: la locutrice prend d'abord les repères temporels traditionnels: le lever du jour, l'heure des repas, etc. Elle traduit ensuite en heures 'numérotées': huit heures, douze heures, et ainsi de suite, comme on compte aujourd'hui.


NOTE : La particule /-ɳɯ˩/ dans /hõ˧-ɭɯ˥-qo˩-ɳɯ˩/ est très discrète, mais sa présence est bien confirmée.
NOTE : On pourrait également dire: /hõ˧-ɭɯ˥-qo˩-ɳɯ˩ | le˧-tʰv̩˧-kv̩˧˥/.
S10 stop écouter
əəə… tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-dʑo˩, | <ʐwæ˧> ʐwæ˧ | ɖɯ˧-v̩˧… | ʐwæ˧ | tsʰe˩qʰɑ˩-kv̩˩ ɲi˥ | po˧-bi˥. |

Alors, voilà comment on fait; les chevaux… on emmène une bonne dizaine de chevaux (qu'on a) empruntés.


NOTE : Je crois entendre quelque chose comme un /hĩ/ ou /ʝi/ coalescent après le premier /ʐwæ˧/ (/ʐwæ˧…/). Mais d'après la locutrice, il n'y a pas de syllabe supplémentaire à cet endroit-là.
NOTE : /tsʰe˩qʰɑ˩-kv̩˩˥/; on pourrait également dire simplement: /tsʰe˩qʰɑ˩˥/.
NOTE : Avais d'abord interprété comme 'un cheval… il en porte dix et quelques (=dix planches et quelques)'.
NOTE : (Repère: cette phrase est la neuvième phrase; vers 57 secondes sur l'enregistrement)
S11 stop écouter
ʐwæ˧ dʑo˧-hĩ˥-ki˩, | ʐwæ˧ ɲi˧! | hĩ˧ dʑo˧-hĩ˥-ki˩, | hĩ˧ ʁɑ˧ʂe˥! |

On emprunte des chevaux aux [familles] qui en ont! On engage des gens dans [les familles] qui en ont (=qui ont abondance de bras)! / Les maisonnées qui ont des chevaux, on leur en emprunte ! Les maisonnées qui ont des bras en abondance, on leur en engage!


NOTE : /-ki˩/ dans /ʐwæ˧ dʑo˧-hĩ˥-ki˩/: prononcé palatalisé; mais c'est bien de cette postposition qu'il s'agit.
S12 stop écouter
ɖɯ˧-tɑ˧˥ | bi˧! | tʰi˩˥, | <le˧-ʑi˩…> | le˧-ʈɤ˧-le˧-po˧-jo˥! |

Tout le monde y va! Alors, [le bois de construction,] on le ramène en le tirant!

S13 stop écouter
gv̩˩pʰæ˩-ʈʂʰɯ˥ | tʰi˩˥ | -no˧˥, | æ˧mv̩˥-tɕi˩ | ɖɯ˧-kʰwɤ˥-ɳɯ˩, | ʑi˧qʰwɤ˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ | mɤ˧-lv̩˩-ɲi˩ mæ˩! |

Les planches, une petite quantité, ça ne suffit pas pour [bâtir toute] une maison! / Les planches, il en faut en quantité!


NOTE : on pourrait également dire: /æ˧mv̩˥-tɕi˩ | ɖɯ˧-kʰwɤ˥-ɳɯ˩, | mɤ˧-tsɤ˧-ɲi˥!/
S14 stop écouter
gv̩˩pʰæ˩˥ | ɲi˧-tv̩˧-pʰæ˧˥, | so˧-tv̩˧-pʰæ˧˥, | õ˧-ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | le˧-dɑ˧˥, | dʑɯ˩ʁo˩˥ | tʰi˧-tɕɯ˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | gv̩˩pʰæ˩˥ | le˧… | ɖɯ˧-tv̩˧, | ɲi˧-tv̩˧ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | ɑ˩ʁo˧… | mmm… tʰi˩˥, | tʰi˧-tɕɯ˥! |

Les planches, on en débite deux mille, trois mille! Quand on les a regroupées sur la montagne, qu'on les a ramenées, les planches, on… on en ramène deux mille, trois mille, et, euh… on les dépose à la maison (=sur le site de construction)!

S15 stop écouter
tʰi˧-tɕɯ˧-se˥ | tʰi˩˥, | ʑi˧mi˧-ʈʂʰɯ˧ | le˧-dɑ˧˥, | le˧-tʰv̩˧…-se˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | hæ̃˧kʰɤ˧ tʰi˥-lɑ˩! | əəə… ʐv̩˩ɭɯ˥ tʰi˩-kʰɯ˩! |

Quand on a entreposé [toutes ces planches], qu'on a construit le bâtiment principal, qu'on a achevé sa construction, on pose les poutres qui soutiennent la toiture! On pose les grandes poutres horizontales! (Note: on pose d'abord les grandes poutres horizontales, /ʐv̩˩ɭɯ˥/, soutenant la toiture, posée horizontalement, dans le sens de la longueur du bâtiment. Sur elles reposent les poutrelles courtes posées inclinées dans le sens de la largeur du bâtiment, /hæ̃˧kʰɤ˧˥/.)


NOTE : on pourrait également dire: /le˧-dɑ˧˥, | le˧-tʰv̩˧-kʰɯ˧˥/
NOTE : avais d'abord noté /‡‡ʐv̩˩ɭɯ˧ | tʰi˧-kʰɯ˩/
S16 stop écouter
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | <ŋwɤ˧-pʰæ˧˥… əəə…> gv̩˩pʰæ˩ tʰi˩-qɑ˥…-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | ʑi˧qʰwɤ˧ ɖɯ˧-ɭɯ˧-hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ɑ˩pʰo˩˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥… | ɖɯ˧-ɭɯ˧-hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | le˧-se˩-ɲi˩-ze˩ mæ˩! |

Alors, quand on a procédé ainsi, eh bien… <les tuiles… euh…> on pose les planches fines (on réalise la toiture avec des planches fines); alors, cette bâtisse, dehors… ainsi… cette (bâtisse), elle est achevée !


NOTE : La reprise par laquelle la locutrice commence par évoquer les tuiles puis corrige et parle de planches tient à une évolution des techniques: la toiture était autrefois de planches; elle est maintenant de tuiles. Prêtant à l'enquêteur un plus grand intérêt pour les habitudes du passé, telle qu'elle les a connues dans sa prime jeunesse, que pour les pratiques en vigueur à la date de l'enquête, la locutrice choisit de mentionner la pratique ancienne plutôt que l'actuelle.
S17 stop écouter
tʰi˩˥, | le˧-se˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | qæ˧do˧ | le˧-dɑ˧˥ | le˧-tʰv̩˧, | <ŋwɤ˧-pʰæ˧˥ | le˧… əəə…> gv̩˩pʰæ˩˥ | le˧-qɑ˩, | le˧-tʰv̩˧, | le˧-se˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | wɤ˩˥ | ɑ˩ʁo˧ | …-qo˧lo˩! |

Alors, une fois que c'est fini, qu'on a abattu et débité le bois de construction, qu'on a réalisé la couverture (du toit) avec <des tuiles… euh…> des planches, qu'on a fini, eh bien, (on s'occupe de) l'intérieur de la maison!

S18 stop écouter
qo˧lo˩, | ʑi˧mi˧-qo˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | mmm… ʑi˧mi˧-qo˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʂwæ˩gv̩˩ tʰi˩-gv̩˥-zo˩-kv̩˩ mæ˩! |

L'intérieur, dans la maison, eh bien, mmm… dans la maison, il faut construire le buffet! (meuble dans lequel on serre la vaisselle)

S19 stop écouter
əəə… dʑɤ˧bo˩ tʰi˩-gv̩˩-zo˩-kv̩˩ mv̩˩! | si˧tʰv̩˧ tʰi˧-gv̩˥-zo˩-kv̩˩ mv̩˩! | qwæ˧ tʰi˥-gv̩˩-zo˩-kv̩˩ mv̩˩! |

Il faut construire le grenier à céréales! Il faut construire le meuble-autel des ancêtres! (meuble de la pièce principale, qui constitue le lieu symbolique où résident les ancêtres) Il faut construire le banc!


NOTE : /qwæ˧˥/: première attestation de cette forme monosyllabique pour 'banc'.
S20 stop écouter
tʰi˩˥, | ɖɯ˧-tɑ˧˥… | ə˧tso˧-mɤ˧-ɲi˩, | tʰi˧-tsʰo˥-kʰɯ˩! |

Alors, tout… on fait tout bien dans les formes ! / on réalise le travail de façon complète, dans tous ses détails!


NOTE : The Chinese word 齐全, by which F4 translates /tsʰo˥/, is realized as /tɕʰi˩tɕʰɤ˩˥/ in her pronunciation of 'L2 Southwest Mandarin'. (This word has been added to the dictionary.)
S21 stop écouter
tʰi˩˥, | əəə… si˧tʰv̩˧…-dʑo˩, | ʑi˩-nv̩˩mi˩ ɲi˥! | pi˧-kv̩˩ mæ˩. |

Le meuble-autel des ancêtres, on dit que c'est le coeur de la maison!

S22 stop écouter
ʂwæ˩gv̩˩˥, | gɤ˩qwɤ˥, | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ɖɯ˧-tɕʰo˩! | si˧tʰv̩˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | <mv̩˩tɕo˧> gɤ˩-tɕo˧-ɻ̍˩! | ɖɯ˧-tɕʰo˩… | əəə, si˧tʰv̩˧, | qwæ˧˥, | ɖɯ˧-tɕʰo˩ ɲi˩-ze˩ mæ˩! |

Le buffet et l'autel en contrehaut du foyer, ça va ensemble / ça forme un ensemble! Le meuble-autel des ancêtres, il est en haut; un ensemble… euh… le meuble-autel des ancêtres et le banc des invités, ça forme un ensemble / ça va ensemble!

S23 stop écouter
ʂwæ˩gv̩˩˥, | zɑ˩-bɑ˧lɑ˩-dʑo˩, | njɤ˩~njɤ˧ ɲi˥-ze˩ mæ˩! |

Le buffet et le thangka au-dessus du foyer, ça va ensemble!


NOTE : /njɤ˩~njɤ˧˥/: même sens que: /ɖɯ˧-tɕʰo˩/; l'expression, familière, est une réduplication de /njɤ˧˥/ 'coller; visqueux': ça va ensemble, c'est collé ensemble.
S24 stop écouter
zɑ˩-bɑ˧lɑ˩ <ʈʂʰ…> | ʈʂʰɯ˧-qo˧ di˩, | si˧tʰv̩˧… | dʑɤ˩-hĩ˥… | ʂwæ˩gv̩˩˥ | -dʑo˩, | ɖɯ˧-gi˥ | ʈʂʰɯ˧-gi˧ gv̩˥ le˩-jo˩, | ɖɯ˧-gi˥ | ʈʂʰɯ˧-gi˧ gv̩˥ le˩-jo˩, | tʰi˩˥, | zɑ˩-bɑ˧lɑ˩! | ə˧mɑ˧-ki˩, | no˧ | do˩-mɤ˥-do˩, ə˩-gi˩! |

Le thangka au-dessus du foyer… il se trouve ici; le meuble-autel des ancêtres, bien… le buffet, il est d'un côté: on le fait (=on le peint) d'un côté (de la pièce); ce qu'on fait (=ce qu'on peint) d'un autre côté (=ce qui lui répond sur un autre mur), c'est le thangka! Chez moi (=dans ma maison), tu l'as bien vu, non!

S25 stop écouter
tʰi˧-tɕʰo˩-ɲi˩-ze˩ mæ˩! |

Ca va ensemble! / Tout ça s'assemble de façon cohérente! / Tout ça fait partie d'un ensemble cohérent! / Il y a un plan d'ensemble derrière tout ça!

S26 stop écouter
tʰi˩˥, | tʰv̩˧-qo˧-ɳɯ˧, | wɤ˩˥, | tʰi˩˥, | qwæ˧˥ F | le˧-gv̩˩ | le˧-po˧-bi˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʂwæ˩gv̩˩-ki˥ tʰv̩˩-ɲi˩-ze˩ mæ˩! |

Ensuite, à partir de là, quand on fabrique le banc des invités, qu'on l'amène (=qu'on le met en place), on en vient au buffet !

S27 stop écouter
si˧tʰv̩˧-ki˧ | tʰv̩˧-ɲi˥-ze˩ mæ˩! |

On en vient au meuble-autel des ancêtres!


NOTE : Tons de la séquence /si˧tʰv̩˧-ki˧ | tʰv̩˧-ɲi˥-ze˩ mæ˩/ vérifiés
S28 stop écouter
əəə… ʂwæ˩gv̩˩-ki˥-ɳɯ˩, | <mv̩˩tɕo˧ qwæ˧…> mv̩˩tɕo˧ gv̩˩ | le˧-po˧-bi˥, | tʰi˩˥, | si˧tʰv̩˧-ki˧ tʰv̩˧! |

A partir du buffet (=après le buffet), <quand on a creusé…> quand on a fabriqué le bas, qu'on l'amène (=quand on a installé la partie inférieure du meuble), on en vient au meuble-autel des ancêtres! (Note: l'autel aux ancêtres est posé sur le buffet; buffet et autel assemblés constituent un ensemble d'un seul tenant.)


NOTE : Il n'est pas facile de déterminer si /le˧-po˧-bi˥/ se trouve ou non intégré au groupe tonal qui précède: /mv̩˩tɕo˧ gv̩˩ | le˧-po˧-bi˥/, ou /mv̩˩tɕo˧ gv̩˩ le˩-po˩-bi˩/. En réécoutant soigneusement, il semble que le ton du verbe /po˧˥/ soit réalisé de façon plus 'pleine' (fréquence fondamentale plus élevée) que ce qu'on attendrait pour un simple ton L au sein d'une séquence de tons L. Si cela était confirmé, resterait encore à déterminer dans quelle mesure il s'agit d'un effet de la catégorie lexicale (mot plus 'plein' que ses voisins, °accompli et °fut.imm), ce qui lui conférerait une fréquence fondamentale moins basse que les syllabes voisines; et dans quelle mesure il s'agit d'une préservation de son ton lexical, ce qui suggérerait qu'il n'y a pas intégration en un seul groupe tonal.
NOTE : La séquence tonale /si˧tʰv̩˧-ki˧ tʰv̩˧/ a été vérifiée; la syllable /tʰv̩˧/ se trouve phonétiquement abaissée par le jeu de facteurs intonatifs: en fin d'énoncé affirmatif, la dernière syllabe est notablement abaissée.
S29 stop écouter
si˧tʰv̩˧-ki˧-ɳɯ˩ | mv̩˩tɕo˧ gv̩˩ | le˧-po˧-bi˥, | kʰi˧-ʁo˧tʰo˥ tʰv̩˩! | õ! ʑi˧qʰwɤ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɖɯ˧-tɑ˧˥… | ʁɑ˩ʂɯ˥, | wɤ˩˥ | si˧-po˩-ɳɯ˩ | gv̩˩˥! |

Quand on en vient à l'autel, qu'on le fabrique et qu'on l'amène, on arrive à la porte! Eh oui! La maison, toute entière… vrai de vrai, on la fabrique avec du bois / elle est toute entière faite de bois!


NOTE : //ʁɑ˩ʂɯ˧//: réellement
NOTE : sens de /mv̩˩tɕo˧/ dans /mv̩˩tɕo˧ gv̩˩/ confirmé en 2016: on le confectionne en contrebas (=à même le sol), puis on le monte, en l'emboîtant au buffet.
S30 stop écouter
õ! ʈʂʰɯ˧-dzɤ˧, | wɤ˩˥, | <q…> dʑɤ˧bo˩ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ gv̩˩! |

Eh oui! Après, de ce côté-ci, on construit un grenier!


NOTE : division en groupes tonals vérifiés: n'est pas /dʑɤ˧bo˩ ɖɯ˩-ɭɯ˩ gv̩˩/
S31 stop écouter
ʈʂʰɯ˧-qo˧, | <ʂwæ˩gv̩˩…ŋ… gv̩˥! | > ʈʂʰɯ˧-qo˧, | ʂwæ˩gv̩˩ gv̩˥! | ʈʂʰɯ˧-qo˧, | wɤ˩˥ | qwæ˧ gv̩˩. |

Ici, on confectionne le buffet! Après, ici, on confectionne le lit!

S32 stop écouter
ʈʂʰɯ˧-qo˧, | si˧tʰv̩˧ gv̩˥! | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | wɤ˩˥ | qwæ˧ gv̩˩. |

Ici, on confectionne l'autel des ancêtres! Après, ici, on confectionne le lit.


NOTE : S31.
S33 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥, | le˧-tɕo˧ le˧-tsʰɯ˩, | kʰi˧ F | tʰi˩˥ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ di˩-ɲi˩-ze˩ mæ˩! |

Ainsi, on a fait le tour (=on parvient de l'autre côté de la pièce); la porte, elle se trouve de ce côté-là!

S34 stop écouter
õ! ʑi˧qʰwɤ˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ə˧tso˧-mɤ˧-ɲi˩, | gv̩˩-tso˩-ɲi˥-ze˩! |

Eh! Une maison (=l'ensemble de la maison), tout (=toute entière), ça se construit / ça se bâtit (à base de bois)! (Interprétation: la maison na, dans le temps, on la construisait élément par élément, avec pour matériau quasi exclusif le bois, dont on tirait, un à un, chaque élément de charpente. Mode de construction qui diffère de ce que la locutrice voyait sur les chantiers de construction de Lijiang -- et du centre du village de Yongning -- dans les années 2000, où les matériaux de construction sont béton armé, brique, tubes de PVC, câbles, puis plâtre, enduit, peintures et vernis. Dans le temps, les meubles étaient également de bois, et certains étaient faits en même temps que la maison; dans les années 2000-2020, les meubles sont achetés tout faits.)


NOTE : vérifier les /õ/: certains (ou tous?) seraient-ils 'oui', /ĩ/, sous une forme phonétiquement modifiée?
S35 stop écouter
kʰi˧mi˧ | gɤ˩-tɕo˧ ʁɑ˧-ɳɯ˧, | tʰi˩˥, | ʑi˧qʰwɤ˧-ʈʂʰɯ˧, | hæ̃˧do˧-qo˧ tʰv̩˧-kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩, | əəə… tso˩qʰv̩˩ɻ̍˥ | pi˧-hĩ˧ | ɖɯ˧-ʁo˩ dʑo˩-ɲi˩-ze˩. |

Quand on enjambe la porte, eh bien, la maison, quand on parvient sur l'aire à battre le grain (=dans la cour), euh… il y a ce qu'on appelle le porche! (Il s'agit de l'espace situé entre la cour et la pièce principale, c'est-à-dire l'espace, protégé de la pluie par la toiture, où l'on parvient lorsqu'on passe le seuil en sortant de la pièce principale. A la date de l'enquête, c'était un espace au sol cimenté.)

S36 stop écouter
əəə… ɑ˩ʁo˥ | tʰi˩˥, | əəə… mv̩˩pʰæ˧-pi˧ | ɖɯ˧-ʁo˩ dʑo˩-ɲi˩-ze˩. | gæ˩pʰæ˧-pi˧ | ɖɯ˧-ʁo˩ dʑo˩-ɲi˩-ze˩! |

Dans la pièce principale, il y avait ce qu'on appelle l'office; et ce qu'on appelle la resserre.

S37 stop écouter
tso˩qʰv̩˩ɻ̍˥ | pi˧-hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | kʰi˧bɤ˧ | gɤ˩-tɕo˧ ʁɑ˧-kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-pʰæ˧~pʰæ˧-ɲi˥ mæ˩! |

Ce qu'on appelle le porche/vestibule, eh bien, quand on franchit le seuil… voilà comment ça se tient! / c'est dans la continuité de la pièce principale! (Le porche est dans la continuité avec la pièce principale dans la mesure où son plancher est au même niveau, surélevé par rapport à la cour. La discontinuité tient à la présence du mur de bois, et du seuil.)


NOTE : sens de /tʰi˧-pʰæ˧~pʰæ˧-ɲi˥/ à confirmer. Interprétation : 'Être lié, avoir des liens étroits' = 'être dans la continuité de'.
S38 stop écouter
kʰi˧ | ʈʂʰɯ˧-pɤ˥ ɲi˩ | tʰi˩˥, | tso˩qʰv̩˩ɻ̍˥-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧-qo˧ di˩, | ʈʂʰɯ˧-qo˧ di˩! |

La porte, eh bien, le porche/vestibule, il est ici! il est ici!

S39 stop écouter
kʰi˧ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ di˩ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | gæ˩pʰæ˧-dʑo˥ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | le˧-hɯ˩. |

Comme la porte est ici, eh bien, (pour aller à) la resserre, on s'en va par ici (=on passe par ici).

S40 stop écouter
mv̩˩pʰæ˧-dʑo˥, | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | le˧-hɯ˩. | tso˩qʰv̩˩ɻ̍˥-qo˩-ɳɯ˩ | le˧-bi˩-tso˩-ɲi˩. | əəə… ʑi˧qʰwɤ˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧-hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩! |

(Pour aller à) l'office, on s'en va par ici (=on passe par ici). [Dans l'un et l'autre cas,] on doit passer par le porche/vestibule. C'est comme ça, une maison !

S41 stop écouter
tʰi˩˥, | tso˩qʰv̩˩ɻ̍˥-ɳɯ˩, | gæ˩pʰæ˧ …bi˧, | kʰi˧ | ɖɯ˧-pɤ˩ tʰi˩-di˩! | tso˩qʰv̩˩ɻ̍˥-ɳɯ˩! |

Depuis le porche, quand on va à la resserre… il y a une porte ! depuis le porche!

S42 stop écouter
mv̩˩pʰæ˧-bi˧, | kʰi˧ | ɖɯ˧-pɤ˩ tʰi˩-di˩. |

Pour aller à l'office, il y a une porte.

S43 stop écouter
tʰi˩˥, | gæ˩pʰæ˧ ʑi˧ʁæ˧… -dʑo˩, | tso˧~tso˧ | ə˧tso˧-mɤ˧-ɲi˩, | tɕɯ˧-di˧˥! |

Ensuite… l'espace de la resserre… c'est une réserve pour toutes sortes de choses (=ça sert de réserve pour toutes sortes de choses)! (On y mettait notamment la viande de cochon conservée)


NOTE : avant 2016, /ʑi˧ʁæ˥$/ était traduit dans le dictionnaire comme 'l'espace de la ferme'; mais l'emploi qui en est fait ici montre que ce n'est pas exact. Vérification faite auprès de M18, cela signifie 'l'espace derrière la maison', 房屋的上后方.
NOTE : M18 propose de traduire /ʑi˧-ʁo˥tʰo˩/ comme 房屋背后, et /ʑi˧ʈʰæ#˥/ comme 房屋的下后方
S44 stop écouter
zo˩no˧, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | hĩ˧=ɻæ˥, | gæ˩pʰæ˧ ʑi˧ʁæ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ʝi˧-kʰv̩˥-dʑo˩, | hĩ˧ dzi˧-kv̩˥ mæ˩! |

En fait: autrefois, les gens, l'espace de la resserre, certains (=dans certaines maisonnées), il y a des gens qui y dormaient/il arrivait qu'on y couche des gens!


NOTE : /hĩ˧ dzi˧˥/: les gens habitent
S45 stop écouter
ʑi˧ʁæ˧ dzi˧˥, | ʑi˧ʁæ˧ dzi˧-pi˥! | zo˩no˧-ne˩-ʝi˩-zo˩, | əəə… tʰɑ˧v̩˥, | tʰææ̃˧ mɤ˧-di˥! |

On dit "Habiter dans l'espace de la ferme"! C'est comme aujourd'hui, euh… la chambre des invités: [autrefois], vrai de vrai, ça n'existait pas!


NOTE : /tʰɑ˧v̩˥/: c'est un mot emprunté au chinois local, 堂屋 (sens en chinois standard: 'pièce centrale'; en chinois local: 'pièce pour les invités'). Ton: H#. Il n'y a pas d'équivalent direct dans la maison na traditionnelle: c'est dans la resserre qu'on pouvait improviser une chambre supplémentaire. (Mot reporté dans le dictionnaire.)
S46 stop écouter
zo˩no˧, | əəə… ʑi˧mi˧-qo˧-dʑo˧, | <gæ˩…> wɤ˩˥ | gæ˩pʰæ˧-ʈʂʰɯ˧ | le˧-gv̩˧~gv̩˥! | hĩ˧ tʰi˧-dzi˧-kʰɯ˥-kv̩˩ mæ˩! |

eh bien, euh… à l'intérieur de la maison, on construisait la resserre! et on pouvait y faire coucher des gens/ et elle pouvait servir de chambre supplémentaire!


NOTE : Les tons de la séquence /ʑi˧mi˧-qo˧-dʑo˧/ ont été vérifiés.
NOTE : Les tons de la séquence /hĩ˧ tʰi˧-dzi˧-kʰɯ˥-kv̩˩ mæ˩/ ont été vérifiés.
S47 stop écouter
"gæ˩pʰæ˧ dzi˩! | gæ˩pʰæ˧ dzi˩!" | pi˧. |

On dit: "habiter dans la réserve! Habiter dans la réserve!"


NOTE : réalisé phonétiquement proche de: [‡gæ˩pʰæ˧ dzi˥], si l'on ne tient compte que du début de la rime de la syllabe /dzi/; la glottalisation finale est sans doute en partie l'indice d'un ton L.
S48 stop écouter
mv̩˩pʰæ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | bo˩-hɑ˥ tɕɤ˩! | hɑ˧ gv̩˥! |

L'office, on y cuit la pâtée des cochons! On y fait la cuisine!

S49 stop écouter
tso˧qwɤ˧ tʰi˧-gv̩˩! |

[Dans la pièce principale], on aménage la chambrette !

S50 stop écouter
õ˧-ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-kv̩˩ mæ˩! |

Voilà comment on fait!

S51 stop écouter
tʰi˩˥, | ɑ˩ʁo˧, əəə… | ʑi˧mi˧-qo˧-dʑo˧ | tʰi˩˥, | əəə… ʂe˧dzo˧ tʰi˧-gv̩˥! |

Alors, la pièce principale, euh… Dans le bâtiment principal, euh… on construit le meuble de cuisine !

S52 stop écouter
əəə… hĩ˧-bæ˧ tsʰɯ˧˥, | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧-bæ˧ tʰi˧-dzi˧-kʰɯ˥! |

Quand on a la visite d'un invité, on le fait asseoir !


NOTE : Les tons de la séquence /hĩ˧-bæ˧ tʰi˧-dzi˧-kʰɯ˥/ ont été vérifiés : il n'y a pas de montée finale MH (/‡-kʰɯ˧˥/)
S53 stop écouter
ɑ˩ʁo˧ | tʰi˩˥ | li˩ tɕɤ˧˥, | hɑ˧ tɕɤ˩! |

Dans la pièce principale/dans le foyer, on prépare du thé, on fait à manger!

S54 stop écouter
hĩ˧ | dʑɤ˩˥… | dʑɯ˩-ɳɯ˥, | tso˧qwɤ˧-qo˧-ɳɯ˧ | gv̩˩-kv̩˩-ze˥ mæ˩! | mv̩˩pʰæ˧-ɳɯ˧, | gv̩˩-kv̩˩-ze˥ mæ˩! |

Quand les gens étaient abondants/nombreux, on [en] plaçait dans la chambrette! On en plaçait dans l'office!


NOTE : /gv̩˩/ a ici le sens de 'placer, ranger, disposer'; ajouter au dictionnaire, sous forme de sens supplémentaire de 'ranger, placer': on peut 'placer' des gens à un certain endroit de la pièce.
S55 stop écouter
hĩ˧ ɳɯ˧ | pi˧, | ɖɯ˧-njɤ˧ | ɑ˩ʁo˧-ɳɯ˧ | gv̩˩-ɲi˥-ze˩ mæ˩! |

Quand les gens étaient peu nombreux, on les plaçait toujours (=tous) dans la pièce principale!


NOTE : d'abord noté /gv̩˩-kv̩˩-ze˥ mæ˩/; tons de /gv̩˩-ɲi˥-ze˩ mæ˩/ vérifiés en 2016
S56 stop écouter
ɑ˩ʁo˧ | ɖɯ˧-ɲi˥ | <so˧-kʰɯ˧-ʈʂʰɯ˧…> ʂe˧kʰɯ˧-ʈʂʰɯ˧, | ʈʂʰɯ˧-ɖɯ˧-mi˧-hĩ˧ | tʰi˧-ʈɯ˧, | ɖɯ˧-ɲi˥ | so˧-tɕʰi˧! |

A la maison, chaque jour, <trois…> le trépied du foyer, grand comme ça, on l'installe / on le met en place [lors de la construction de la maison]; chaque jour, [on cuisine] trois repas;


NOTE : 阿妈说明:摩梭没有清明,而是每一天都想起祖宗,煮茶就给一点,做饭就给一点,收礼物就放那边。
S57 stop écouter
ɑ˩ʁo˧-ɳɯ˧ | gv̩˩˥! | tʰi˩˥, | ʈʂʰo˧do˩ | tʰi˧-di˩-hĩ˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ɑ˩ʁo˧ | hɑ˧ gv̩˥-ɲi˩, | pi˧-zo˩, | hɑ˧ | ɖɯ˧-tɕʰi˩ gv̩˩-ɳɯ˩, | ʈʂʰo˧do˩-ʁo˩ | ɖɯ˧-kʰwɤ˥ tʰi˩-tɕɯ˩. |

on fait la cuisine dans le foyer; et alors, là où il y a l'éminence [qui symbolise les ancêtres] juste à côté du foyer, eh bien, quand on fait la cuisine à la maison, chaque fois qu'on cuisine un repas, on pose un peu (de nourriture) sur cette éminence (pour en faire don aux ancêtres).

S58 stop écouter
hɑ˧ | ɖɯ˧-tɕʰi˩ dzɯ˩-ɳɯ˩, | ʈʂʰo˧do˩-ʁo˩ | ɖɯ˧-kʰwɤ˥ tʰi˩-tɕɯ˩. |

Quand on prend un repas, on dépose un peu (de nourriture) sur l'éminence des ancêtres, à côté du foyer.

S59 stop écouter
tʰi˩˥ | ɑ˩ʁo˧ | ʑi˧mi˧ ɖɯ˧-ɭɯ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | <ʈʂʰɯ…> ʈʂʰɯ˧ne˧ gv̩˧-ɲi˥ mæ˩! |

Alors, un foyer, une maison, voilà comment on le construit !

S60 stop écouter
tʰi˩˥, | ʑi˧mi˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ dɑ˧˥ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | pi˧-hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | hɑ˧ʂɯ˥… | hĩ˧-ɳɯ˩, | hĩ˧ dzɑ˧-hĩ˧-ɳɯ˩, | dɑ˧-ze˥-se˩, | so˧-ɬi˧-ʐv̩˩-ɬi˩ | le˧-dɑ˧˥ | mɤ˧-tʰv̩˧-ɲi˥! |

Alors, quand on s'attelle à la tâche de construire une maison, eh bien, quand même… les gens, les gens maladroits, pour achever, en trois ou quatre mois, ils n'y arrivent pas / ils n'arrivent pas à finir!


NOTE : Tons de la séquence /le˧-dɑ˧˥ | mɤ˧-tʰv̩˧-ɲi˥/ vérifiés; cela ne correspond pas tout à fait à mon impression auditive, qui serait plutôt celle d'une réunion en un seul groupe, tel que /‡le˧-dɑ˧-mɤ˧-tʰv̩˥-ɲi˩/; mais la locutrice insiste : la séquence des tons lexicaux serait bien M.MH | M.M.H.
S61 stop écouter
hĩ˧=ɻæ˥, | hĩ˧ hɤ˥-hĩ˩-ɳɯ˩ | dɑ˧˥, | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʈʂʰwæ˩˥ | le˧-dɑ˩~dɑ˩, | tʰv̩˧-ɲi˥-ze˩! |

Les gens, si ce sont des gens habiles qui construisent, ça y va bien vite, ils s'y mettent et voilà c'est fait!

S62 stop écouter
ɲi˧-tsi˧ hɑ̃˧˥, | ɖɯ˧-ɬi˧, | tʰv̩˧-kv̩˧˥, | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | ə˧tso˧-mɤ˧-ɲi˩, | le˧-gv̩˧~gv̩˥ | le˧-tʰv̩˧-ɲi˥-ze˩! |

En vingt jours, un mois, ils y arrivent, ils ont tout fini, en entier!

S63 stop écouter
tʰi˩˥, | ʑi˧mi˧… | le˧-gv̩˧~gv̩˥ | le˧-tʰv̩˧, | tʰi˩˥, | hĩ˧ | tʰi˧-dzi˩-tʰɑ˩-ɲi˩-ze˩! |

Alors, la maison… est achevée de construire; alors, les gens peuvent y habiter / on peut s'y installer!

S64 stop écouter
hĩ˧ | mɤ˧-hɤ˩-hĩ˩-ɳɯ˩ | ʝi˧, | pi˧, | tsʰi˧-ɲi˧ ʝi˧ | ɖɯ˧-ɲi˧-kv̩˧ ʁɑ˧ʂe˥ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | wɤ˩˥ | po˧ɖʐɯ˧ mɤ˧-dʑɤ˩-hĩ˩ | ɖɯ˧-se˩, | tɑ˧qɑ˧, | tɑ˧qɑ˧, | tɑ˧qɑ˧, | pi˧, | ɖɯ˧-dɑ˩~dɑ˩-ɻ̍˩, | wɤ˩˥ | ɖɯ˧-so˥ F | lo˧ mɤ˧-do˩! |

Si ce sont des gens pas habiles qui s'y mettent, eh bien, aujourd'hui le travail commence… on en engage quelques-uns, on les fait venir… Si on fait appel à de mauvais artisans, ils cognent mollement çà et là, boum, boum, boum, et on ne voit aucun résultat! / Si on fait appel à des maladroits, ils s'activent vaguement à droite à gauche, et ça n'avance pas!


NOTE : /ɖɯ˧-ɲi˧-kv̩˧ ʁɑ˧ʂe˥/: provient de: /ɖɯ˧-ɲi˧-kv̩˧˥/
NOTE : /ɖɯ˧-so˥/: synonyme de /ɖɯ˧-sɑ˥/, en tournure négative: 'rien du tout'
S65 stop écouter
ɖɯ˧-ɲi˥ | ʈʰææ̃˧ | ʈʂe˧ dɑ˥ ho˩-bi˩-bi˩, | <ə˧ʝi˧-tsʰi˧ʝi˧, | > ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | ʈʂe˧ dɑ˥ lɑ˩ ho˩-ɲi˩ mæ˩! |

Toute la journée, vrai de vrai, quand il fallait faire des murs de terre… Actuellement… autrefois, on faisait simplement des murs en terre!


NOTE : vérifié: /ʈʰææ̃˧/ est une forme réduite de /ʈʰæ˧mi˧-ɳɯ˩/
NOTE : /dʑɤ˩pi˧ ʝi˧-mɤ˧-tʰv̩˧/: ne pas faire grand'chose. /dʑɤ˩pi˧ ʝi˧-tʰv̩˧ (+ze˩)/: en mettre un bon coup, bouriner, travailler de façon concentrée
NOTE : /ʈʂwæ˧tʰo˩/ 砖头 (emprunt); différent du mot ancien: 'brique crue'. (Reporté dans le dictionnaire.)
S66 stop écouter
ʈʂe˧ dɑ˥-pi˩, | ʈʂʰɯ˧ | ə˧tso˧ pi˧-ɲi˥, | pi˧-dʑo˩, | pæ˩pʰæ˧˥! |

Construire avec de la terre, c'était quoi/ ça représentait quoi / de quoi s'agissait-il, en fait? (On prenait) des planches! (Explication: on plaçait des planches de façon à former comme un moule dans lequel on versait la terre et on la tassait pour former les murs.)

S67 stop écouter
zo˩no˥, | əəə… | zo˩no˥, | hæ˧-ʐwɤ˩ pi˩, | hĩ˧=ɻæ˧-ɳɯ˥ | tɕɤ˧ho˩pæ˧ | tʰææ̃˧ | ne˧-ʝi˥-zo˩, | ə˩-gi˩! |

Alors, euh… alors, en chinois on dirait que les gens, c'est comme s'ils utilisaient des planches en contreplaqué! (Note: à la date de l'enquête, le contreplaqué était beaucoup utilisé dans le bâtiment.)


NOTE : on pourrait également dire: /hæ˧-ʐwɤ˩ ʝi˩-pi˩-dʑo˩/
NOTE : 胶合板 : contreplaqué; en: plywood, veneer board; reporté dans le dictionnaire
NOTE : vérifié à nouveau: la forme /‡z̩˩no˧/ est perçue comme erronée : le mot est clairement /zo˩no˧/.
S68 stop écouter
õ˧-ʈʂʰɯ˧-bæ˧ po˩-ɳɯ˩ | tʰi˩˥ | si˧-ʈʂʰɯ˧ | dʑɯ˩ʁo˩˥ | õ˧-bv̩˥-õ˩… ɬɬɬ! | tɕʰɤ˧tɕo˩-po˩-ɳɯ˩ | le˧-kɤ˩. |

Avec ça (=avec ces planches), eh bien… le bois, sur la montagne, on le scie soi-même, avec une scie passe-partout !


NOTE : /tɕʰɤ˧tɕo˩/: scie passe-partout: grande scie, qui était maniée par deux personnes; emprunt chinois. En bon na: /se˩di˩/ pour scie. On peut essayer /se˩di˩-ɖɯ˩/ pour 'grande scie' mais la locutrice trouve que ça ne convient pas (sans être vraiment mal formé). Pour 'petite scie', /se˩di˩-tɕi˥/ est bien formé. Ces formes ne sont acceptables que dans la mesure où il existe un objet spécifique correspondant: un certain type de scie qu'on dénomme ainsi. Autrement dit, la forme N+Adj ne s'emploie que pour des expressions lexicalisées. On ne peut absolument pas dire /‡‡se˩di˩-ɬi˥/ (avec le sens 'une scie de taille moyenne): il faut dire /se˩di˩˥ | ɬi˧-hĩ˧ ɖɯ˧-nɑ˧/.
S69 stop écouter
mmm… tʰi˩˥ | le˧… | mmm… pæ˩pʰæ˧-ʈʂʰɯ˥ | le˧-pv̩˧-kʰɯ˧˥! | pæ˩pʰæ˧ po˥-ɳɯ˩ | gv̩˩˥, | no˧ | ə˧mɑ˧ | ɑ˩ʁo˧ | pæ˩pʰæ˧ tʰi˧-di˥-mɤ˩-di˩, | ə˩-gi˩! |

Mmh, euh… les planches, on les sèche! On construit (la maison) avec des planches; toi, (tu as eu l'occasion de voir que) la maison de Ama (=ma maison), on y trouve des planches (=que des planches entrent dans sa composition), oui ou non?


NOTE : On ne peut découper en planches que lorsque le bois est suffisamment sec.
NOTE : On pourrait dire: /pæ˩pʰæ˧˥ | tʰi˧-di˩-mɤ˩-di˩/; ici: est /pæ˩pʰæ˧ tʰi˧-di˥/
NOTE : vérifié: est /…po˥-ɳɯ˩ | gv̩˩˥, | no˧ …/ et pas /‡‡…gv̩˩-hĩ˩˥…/
S70 stop écouter
no˧ | tʰi˧-ʑi˧-hĩ˧ ʈʂʰɯ˧-qo˧, | ʈʂe˧ dɑ˥-ɲi˩ mæ˩! | õ! | õ˧-ʈʂʰɯ˧ ne˧-ʝi˥ | tʰi˩˥, | ʈʂe˧ dɑ˥-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | <hĩ˧… | > si˧-po˩-ɳɯ˩ | le˧-gv̩˩. |

Là où tu dormais (=le bâtiment où se trouvait la chambre où tu dormais), il est fait de terre tassée, hein! Voilà comment c'est, la terre tassée. C'est [aussi] fait en bois. / Le bâtiment où tu dormais, il est fait de terre tassée; et aussi de bois !

S71 stop écouter
hĩ˧-ɳɯ˩ | gv̩˧-ɲi˥! | ɲi˧-ɲi˥ ɳɯ˩, | ɖɯ˧-pʰæ˧ mɤ˧-tʰv̩˧-ɲi˥! |

C'est fait artisanalement! (Littéralement: 'c'est fait par des gens') En deux jours (=en deux journées entières), on ne peut (même) pas finir un pan (de mur)! (=cela prend beaucoup de temps)


NOTE : de: /ɖɯ˧-pʰæ˧˥/
S72 stop écouter
hĩ˧ ɲi˧-kv̩˧-hĩ˧-tʰv̩˧ | ʈʂe˧ dɑ˥!

Ce sont deux personnes qui tassent la terre! / Tasser la terre, ça se fait par équipes de deux!


NOTE : soigneusement vérifié: est /ʈʂe˧ dɑ˥/ et non /hĩ˧ ɲi˧-kv̩˧-hĩ˧-tʰv̩˧ ʈʂe˩ dɑ˩/
S73 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧ hĩ˥ | tɑ˧~tɑ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | ɖɯ˧-kʰwɤ˥ lɑ˩ tʰv̩˩-ɲi˩, | ɲi˧-ɲi˥! |

Comme ça… ainsi, précisément… en procédant ainsi, on ne finit qu'un pan (de mur), en deux jours!


NOTE : Note technique : fin du 1er bloc d'annotation du fichier WAV dans SoundForge (maintenu à moins de 100 pour éviter un bug de Windows avec le fichier). Soixante-treizième unité <S>.
S74 stop écouter
ɖɯ˧-ɲi˥-dʑo˩, | pv̩˧tsɤ˥ gv̩˩-ɲi˩ pi˩! |

Un jour, il faut préparer les mortaises! (=On consacre une journée à la partie mortaises!)


NOTE : /pv̩˧tsɤ˥/ (ton H#): mortaises; classificateur: /ɖɯ˧-ɭɯ˧/ (reporté dans le dictionnaire)
S75 stop écouter
mmm… ʈʂʰɯ˧-bv̩˧ | pæ˩pʰæ˧˥ | tʰi˧-ʈʰæ˧-di˧˥! | pv̩˧tsɤ˥ gv̩˩-ɲi˩ pi˩! |

C'est la partie où la planche 'mord'! (=là où la planche s'insère: la mortaise, c'est là où s'insère le tenon)

S76 stop écouter
əəə… ɖɯ˧-ɲi˥-dʑo˩, | se˧tʰo˩ gv̩˩-ɲi˩ pi˩! |

Euh… une journée, on confectionne les tenons!


NOTE : /se˧tʰo˩/: tenon: partie 'mâle' qui s'insère dans la mortaise, de façon à tenir deux pièces de bois. Est un emprunt au chinois: 榫头 (reporté dans le dictionnaire)
S77 stop écouter
õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-zo˩, | ɖɯ˧-bæ˧~ɖɯ˧-bæ˧ | bo˩lo˧-ʈʂʰɯ˧ | le˧-qwæ˧˥, | le˧-qwæ˧-zo˥! |

Alors, ce faisant… on creuse les mortaises une par une, on creuse !


NOTE : /bo˩lo˧/: mortaise, 卯眼, mǎoyǎn = 榫眼 sǔnyǎn. Partie 'femelle': entaille/fente dans laquelle on insère la partie 'mâle'. Tons vérifiés, est LM; avais d'abord noté /‡‡bo˩lo˧-ʈʂʰɯ˩/.
S78 stop écouter
tʰi˩˥, | bo˩lo˥ | le˧-qwæ˧-se˥-kwɤ˩tɕɯ˩ lɑ˩, | pæ˩pʰæ˧˥ | le˧-tʰi˩, | le˧-tʰi˩! |

Alors, quand on a fini de creuser les mortaises, on rabote les planches, et on les rabote encore !

S79 stop écouter
pæ˩pʰæ˧˥, | ʈʂʰɯ˧ ɲi˥-kv̩˩ le˩-tʰi˩, | ʈʂʰɯ˧ ɲi˥-kv̩˩ le˩-tʰi˩, | bo˩lo˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧-qo˧ | tʰi˩˥ | pæ˩pʰæ˧˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | tʰi˧-kʰɯ˧˥ | -tɕɯ˩! |

Les planches, (on les rabote par paires:) on rabote ces deux-ci ; on rabote ces deux-ci ; dans une mortaise, on met (une) planche, comme ceci !


NOTE : /tʰi˧-kʰɯ˧˥ | -tɕɯ˩/: tons vérifiés
S80 stop écouter
õ! | õ˧-ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-zo˩ | tʰi˩˥, | ʑi˧qʰwɤ˧ gv̩˩ ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | ɖwæ˧˥ | lo˧hɑ˧ ɲi˥! | ə˧-sɯ˩kv̩˩, | nɑ˩-ʑi˧mi˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩! | ɬɬɬ !

Eh! Voilà comment on fait; alors, construire une maison, c'est bien difficile / c'est toute une affaire! La maison na de par chez nous!

S81 stop écouter
zo˩no˧-dʑo˥ | tʰi˩˥, | ə˧ʝi˧-tsʰi˧ʝi˧, | dʑɤ˩˥… | ʑi˧mi˧… | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-ɳɯ˩, | le˧-gv̩˧~gv̩˥, | mɤ˧-tʰɑ˧˥… | dʑɤ˩˥ | gv̩˩-hĩ˩˥ | mɤ˧-dʑo˩. |

A l'heure actuelle, à notre époque… les maisons… réaliser leur construction à l'ancienne, ce n'est plus possible… (ou plutôt) il n'y a guère de gens qui en construisent / qui en soient capables.


NOTE : on pourrait également dire, avec le même sens: /dʑɤ˩˥ | mɤ˧-gv̩˩-ze˩, | ə˧ʝi˧-tsʰi˧ʝi˧/.
S82 stop écouter
tʰi˩˥, | dʑɯ˩ʁo˩˥ | ʑi˧mi˧ ɖɯ˧-ɭɯ˧ dɑ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɖɯ˧-ɬi˧ ɲi˧-ɬi˧… | ə˧zɯ˩, | ə˧ʂɯ˧-ɲi˥ F | ɖɯ˧-ʂɯ˩ ʐwɤ˩ ɲi˩ mæ˩, ə˩-gi˩! |

Alors, sur la montagne, [pour] construire une maison dans un coin non défriché / à un nouvel emplacement, (en) un mois ou deux… tous les deux, on en a déjà parlé il y a quelque temps, n'est-ce pas! (Référence à la version 1 du récit.)

S83 stop écouter
tʰi˩˥, | qæ˧do˧-ʈʂʰɯ˧, | ʈʂʰɯ˧-qo˧ le˧-tɕɯ˥, | ʈʂʰɯ˧-qo˧ le˧-tɕɯ˥, | ʈʂʰɯ˧-qo˧ le˧-tɕɯ˥, | ɖɯ˧-ɲi˥ | gɤ˩tɕo˧ tsɑ˧, | mv̩˩tɕo˧ tsɑ˧! |

Alors, le bois de construction, on l'entrepose ici, ici, ici (=on en entrepose à plusieurs endroits sur le site de construction; cela occupe beaucoup de place), on s'affaire toute la journée, en tous lieux! (littéralement: 'en bas et en haut'; sens de l'énoncé: 'on s'affaire de toutes parts, du soir au matin, pour entreposer le bois de construction')


NOTE : proche phonétiquement de : [ɖɯ˧-njɤ˥]
S84 stop écouter
gɤ˩tɕo˧… | dʑɯ˩nɑ˩mi˩-ʁo˩˥ | ʂwæ˧hĩ˧-qo˩-ɳɯ˩ | mv̩˩tɕo˧… gɤ˧˥! |

En haut… on porte (le bois) à l'épaule, pour descendre de la montagne, de très haut!


NOTE : proche phonétiquement de: [ku˧]
S85 stop écouter
hṽ̩˩-hĩ˩-qo˥ | lo˧qo˧ kwɤ˩! | lo˧qo˧-ɳɯ˧ | wɤ˩˥ | <gɤ˩tɕo˧ kwɤ˧˥!> [gɤ˩tɕo˧ gɤ˧˥!] | wɤ˩˥ | ko˧ ɖɯ˧-ɭɯ˧ ʈʰæ˧qo˩ kwɤ˩! |

Parvenu en bas, on le jette dans la vallée ! (=quand on est arrivé près de la plaine, on fait descendre les grumes en les jetant dans la pente) Parvenu dans la vallée, on doit les re-porter vers le haut! (Puis) on les jette à nouveau dans une vallée! (=on passe de vallée en vallée, jetant les grumes dans les pentes, et les portant à dos d'homme à la remontée)


NOTE : //hṽ̩˩// : 'bas', contraire de //ʂwæ˧// 'haut'. Donne : /hṽ̩˩-hĩ˩˥/.
NOTE : tons de /lo˧qo˧/ vérifiés
NOTE : Dit par erreur <gɤ˩tɕo˧ kwɤ˧˥> 'jeter vers le haut'; est en fait: [gɤ˩tɕo˧ gɤ˧˥] 'porter à l'épaule vers le haut'.
S86 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥… ko˧-ʈʂʰɯ˧, | ɖɯ˧-ɭɯ˧~ɖɯ˧-ɭɯ˧~ɖɯ˧-ɭɯ˧~ɖɯ˧-ɭɯ˧~ɖɯ˧-ɭɯ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥… | ɖɯ˧-ɭɯ˧ <t> se˩; | ɖɯ˧-ɭɯ˧ se˩-se˩, | ɖɯ˧-ɭɯ˧ ʁo˧tʰo˩ tʰv̩˩. | ɖɯ˧-ɭɯ˧ se˩-se˩, | ɖɯ˧-ɭɯ˧ ʁo˧tʰo˩ tʰv̩˩. |

Alors… les vallées, on les passe (à pied) une par une, une par une, comme ça! Quand on en a passé une, on arrive à une autre! Quand on en a passé une, on arrive à une autre! (Explication: il fallait parfois cinq à six jours de trajet pour revenir à la plaine de Yongning avec le chargement de planches.)


NOTE : /ɖɯ˧-ɭɯ˧ se˩-se˩/: '(quand) on a fini de passer une (vallée)'
NOTE : /ko˧/: phonétiquement proche de /ku˧/
NOTE : /ʁo˧tʰo˩ tʰv̩˩/: prononcé très rapidement; je ne distingue que deux syllabes.
S87 stop écouter
dʑɯ˩nɑ˩mi˩ʁo˩-qo˥ | no˧˥ | qɑ˩, | əəə… tsʰe˧qʰɑ˧-ɭɯ˧-qo˧-ɳɯ˧ | ɑ˩ʁo˧ ʑi˧qʰwɤ˧ tʰv̩˧-ɭɯ˧ lɑ˧ tʰv̩˥ ɲi˩! |

En haute montagne, eh bien… c'est seulement après avoir passé dix vallées et quelques (=plus d'une dizaine de vallées) qu'on parvenait à la maison, à cette bâtisse (qu'on construisait)!


NOTE : tons vérifiés
S88 stop écouter
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ se˩ kwɤ˩tɕɯ˩ lɑ˩ | tʰi˩˥, | qæ˧do˧ le˧-dɑ˧˥, | ɑ˩ʁo˧ le˧-tʰv̩˧-dʑo˥ | tʰi˩˥, | wɤ˩˥ | le˧-ʈɤ˥~ʈɤ˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | le˧-gɤ˩~gɤ˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ se˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | wɤ˩˥ | ʑi˧mi˧ dɑ˧˥ -ɲi˩ pi˩. | ɬɬɬ! ʑi˧qʰwɤ˧ tsʰi˧˥ | -ɲi˩ pi˩. |

Quand on avait procédé ainsi: abattre le bois, parvenir à la maison (=rentrer à la maison avec le bois de construction), eh bien, ensuite… quand on (l')avait ramené en le tirant, (et) en le portant à l'épaule, eh bien, ensuite, venait la construction de la bâtisse, la construction de la demeure!


NOTE : tons vérifiés: est bien: / -ɲi˩ pi˩. |/, pas /‡‡…. | pi˧/.
S89 stop écouter
mmm… ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | ɲi˧ʈʂæ˧-ʑi˧ tsʰi˥-hĩ˩, | ʈʂʰɯ˧ | mɤ˧-tʰɑ˧˥ | dʑɤ˩˥ | dʑo˩-mɤ˩-kv̩˥ mæ˩! |

Mmh… Autrefois, la construction du bâtiment à deux étages… on n'en construisait pas tellement! (Explication: le bâtiment à deux étages est un ajout à la maison na; dans le temps, beaucoup de maisonnées ne comportaient pas de bâtiment de ce type.)


NOTE : sens de: /mɤ˧-tʰɑ˧˥ | V-mɤ˧-kv̩˧˥/, /mɤ˧-tʰɑ˧˥ | mɤ˧-V/: 'pas tellement', ‘……不怎么……’
S90 stop écouter
zo˩no˧, | hĩ˧ | <gɯ˩-ʝi˥… | > ɖwæ˧˥ | hɤ˩-hĩ˩˥, | hĩ˧ | zo˩no˧ | sɯ˧pʰi˧-ne˩-ʝi˩-hĩ˩ | ʈʂʰɯ˧-tɕi˩-ɳɯ˩, | ɲi˧ʈʂæ˧-ʑi˧ lɑ˥ ɲi˩ mæ˩! |

Alors, il n'y avait que les gens… très habiles, les gens… alors, les gens comme le Seigneur (=la famille du seigneur de Yongning) qui aient des bâtiments à deux étages! (=bâtiments dont 3 des murs étaient de pierre tassée, et pas seulement de bois)


NOTE : les gens bien, les gens exceptionnels, les gens de la haute société: /hĩ˧ hɤ˥-hĩ˩/
S91 stop écouter
ʈʰææ̃˧-ɳɯ˩ | si˧ɭɯ˧! | si˧ɭɯ˧…-ʑi˧qʰwɤ˥ | no˩ dɑ˥, | ʈʂo˩bo˧ mɤ˧-ti˩. |

Vrai de vrai, (la maison ancienne des Na, elle était en) bois! On construisait des maisons en bois; on ne faisait pas (littéralement "on ne tassait pas") de murs de terre.


NOTE : sens de /si˧ɭɯ˧/ vérifié en 2017: a le même sens que /qæ˧do˧/: bois de construction, 'lumber': 'troncs'. Ton: #H.
S92 stop écouter
qæ˧do˧ ʈʰææ̃˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | le˧-dɑ˩~dɑ˩, | le˧-dɑ˩~dɑ˩, | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | lo˧ fv̩˧ ɲi˥-ze˩ wɤ˩! |

En fait, équarrir un peu les troncs (pour les ajuster), c'est facile, hein! (=ajuster les troncs entre eux pour construire une maison en rondins, ce n'est pas le plus difficile dans la construction d'une maison, loin de là: ce qui est difficile, c'est de se procurer le bois pour la construction, comme expliqué ensuite)

S93 stop écouter
tʰi˩˥… | hĩ˧-dʑo˩ | ʈʰi˩˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | qæ˧do˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | dɑ˩˥ | kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | le˧-tɕʰɯ˧, | zo˩qo˧ po˧-bi˥, | tʰɑ˧-ɲi˥-ze˩ mæ˩! |

Alors… les gens, ce qui est fatigant, c'est… une fois qu'on a coupé le bois de charpente, on le soulève; on peut (ensuite) l'emmener où on veut! / Ce qu'il y a de vraiment éprouvant, c'est, une fois les grumes abattues, de les transporter (depuis la montagne); on peut (ensuite) les déplacer où on veut (pour reconstruire la maison un peu plus loin)!


NOTE : /tɕʰɯ˧/: soulever
S94 stop écouter
no˧ | tsʰi˧-ʝi˧ | əəə… ɬi˧di˩ | ʈʂʰɯ˧-qo˥… | ʈʂʰɯ˧ ʁwɤ˧-qo˩ | dzi˩-mɤ˩-bi˩˥ | wɤ˩˥ | ɖɯ˧-ʁwɤ˧-qo˧ dzi˧-bi˧ pi˧! |

Toi, maintenant, euh… (imaginons que) tu n'as plus envie d'habiter ici, dans ce village; (eh bien,) tu peux aller habiter dans un (autre) village! (il est possible de rebâtir la maison à un autre endroit de la plaine)

S95 stop écouter
ɖʐɤ˩~ɖʐɤ˧˥ | -kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | gɤ˩~gɤ˧˥ | tɕɯ˩-po˩ bi˥! |

Quand on a démonté (la charpente), on peut la transporter (à dos d'homme)!

S96 stop écouter
wɤ˩˥ | ʈʂʰɯ˧-ʁo˥-qo˩ tɕʰɯ˩. | tʰi˧-tsʰi˧˥ | -tɕɯ˩ !

On porte (les matériaux) ici (=à un nouvel endroit); et on (y) reconstruit (la maison)!

S97 stop écouter
wɤ˩˥ | tʰi˧-dzi˩ tʰɑ˩-ɲi˩-ze˩ mæ˩! |

Et voilà, on peut y habiter !

S98 stop écouter
ʈʂo˩bo˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | le˧-ti˩, | le˧-ti˩, | tʰi˩˥, | le˧-gɤ˧-mɤ˧-hĩ˧-ɲi˥-ze˩ mæ˩ ! |

Les murs en terre tassée, on les fabrique en tassant, alors, on ne peut pas les porter (à un autre endroit)! / Les murs en terre, quand on déménage, on les laisse (sur place) (tandis que le bois de charpente, on le récupère quand on abandonne une maison: on l'emporte pour l'utiliser pour une nouvelle demeure)


NOTE : on pourrait aussi dire /le˧-gɤ˧-mɤ˧-hĩ˧˥ | -ɲi˩-ze˩ mæ˩/.
S99 stop écouter
mɤ˧-ɲi˧-kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩, | le˧-mi˧ tʰi˧-kwɤ˥ ! |

Comme on n'en veut plus, on le fait tomber par des poussées !


NOTE : /ʈʂo˩bo˩ mi˥/: faire tomber les murs de terre, lorsqu'on récupère le bois de charpente.
S100 stop écouter
tʰi˩˥, | õ˧-bv̩˥-õ˩ | ɖʐo˧ | qæ˧do˧ tʰi˥-di˩-hĩ˩ | tʰv̩˧-kʰwɤ˧ gɤ˥-ʑi˩, |

Alors, on prend (=on récupère) soi-même les poutres, les parties qui contiennent du bois de charpente!

S101 stop écouter
ʈʂo˩bo˩-ʈʂʰɯ˥, | <ʝi…> ʈʂe˧ | ʑi˩-mɤ˩-hĩ˩ ɲi˥-ze˩! |

Les murs en terre, la terre, on ne peut pas la prendre (=l'emporter avec soi) !

S102 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | tʰi˧-kwɤ˩! | tʰi˩˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | ʈʂo˩bo˩˥ | dʑɤ˩˥ | ti˩-mɤ˩-kv̩˥ mæ˩! |

On le laissait comme ça / on le laissait sur place ! Alors… autrefois, les murs de terre… on n'en faisait guère! (Voir ci-dessus: les maisons des gens du commun ne comportaient pas de bâtiment à murs de terre, seulement des bâtiments de bois.)


NOTE : avais d'abord pensé que le sens était : 'pour ce qui est de faire un mur en terre… [je] ne sais pas trop comment c'est fait !'
S103 stop écouter
tʰi˩˥, | tsʰi˧qʰæ˧˥ | -dʑo˩ | wɤ˩˥ | ʈʂo˩bo˩ ti˥, | mmm… ʈʂwæ˧-ʑi˧qʰwɤ˧ gv̩˩-ɲi˩ pi˩, | ŋwɤ˧ʈʂwæ˧ ʑi˧qʰwɤ˧ gv̩˩. |

Tandis qu'actuellement, on s'est mis à élever des murs de terre / à employer des murs de terre ! Mmh… on construit des maisons de briques; on construit des maisons de tuiles et de briques.


NOTE : /tsʰi˧qʰæ˧˥/: à ce moment-là, actuellement
NOTE : /ŋwɤ˧ʈʂwæ˧/: sens vérifié en 2017: vient de /ŋwɤ˧/ et /ʈʂwæ˧/ 'tuile et brique' (emprunt au chinois)
S104 stop écouter
õ˧-ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-dʑo˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | si˧ ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ɖwæ˩˥ | lo˧hɑ˧ ɲi˥! |

Voilà comment on faisait, autrefois. Le bois, c'était fort pénible (à travailler) ! / Travailler le bois pour la construction des maisons, c'était un dur labeur !

S105 stop écouter
si˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ | ʈɤ˧ le˧-po˧-tsʰɯ˧-hĩ˧ tʰv̩˥, | hĩ˧ | pʰæ˧tɕi˥=ɻæ˩ | ʈʂʰɯ˧=ɻæ˧-se˥, | ɣɯ˩˥ | ɖɯ˧-ti˧ pʰv̩˥-kv̩˩ ɲi˩, | pʰæ˧qʰwɤ˩-ʈʂʰɯ˩. |

Ceux qui portaient un tronc à l'épaule (pour le ramener dans la plaine), ces jeunes gens-là, il arrivait qu'ils aient le visage qui pèle! (Explication: on n'avait pas de crème solaire; à être au soleil intense de la haute montagne, on attrapait de gros coups de soleil, et la peau du visage pelait. De plus, on s'écorchait les épaules et les mains en portant du bois rugueux.)


NOTE : de: /ʈɤ˧ le˧-po˧-tsʰɯ˧˥/; tons de /ʈɤ˧ le˧-po˧-tsʰɯ˧-hĩ˧ tʰv̩˥/ vérifiés
NOTE : de: /ɖɯ˧-ti˧˥/
S106 stop écouter
ɑ˩ʁo˧-ʈʂʰɯ˧ | hɑ˧ | ɖwæ˧˥ | se˩-kv̩˩˥ | -ɲi˩! |

A la maison… la nourriture pouvait venir à manquer !

S107 stop écouter
bo˩-ʈʂʰæ˧ | ɲi˧-ɭɯ˧ | əəə… əəə… bo˩-ʂe˧! | ʂæ˩ɻ̩̃˩˥ | ʈʰææ̃˧… | tʰi˩˥, | dʑɯ˩nɑ˩mi˩-ʁo˩˥ | hĩ˧ | le˧-ʈʰi˩ | tɕʰɤ˧-hɑ̃˧ne˧ ʝi˥ | bo˩-ʈʂʰæ˧ tɕɤ˩! | ʂæ˩ɻ̩̃˩-v̩˥dʑɯ˩ tɕɤ˩! |

(On conservait à la maison) deux cochons-conservés-entiers, euh… de la viande de porc ! Les os, vrai de vrai… eh bien, sur la montagne, les gens, ils étaient fatigués (par le dur labeur); chaque soir, on faisait cuire (précisément: 'on faisait bouillir') du porc conservé ! On faisait cuire une soupe aux os !


NOTE : ressemble à : /dʑɯ˩nɑ˩-ʁo˩˥/; mais il est bien établi que le mot comporte bien 4 syllabes, et que la réduction ici est simplement phonétique : /dʑɯ˩nɑ˩mi˩-ʁo˩˥/
S108 stop écouter
mmm… ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | tʰi˩˥, | n… le˧-ʈʰi˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | ʂe˧ | mɤ˧-dzɯ˥ | mɤ˧-tʰɑ˧ pi˥! | ɬi˧di˩-di˩mi˩-qo˩-dʑo˩! |

Mmmh… voilà comment… Comme on est fatigué / comme le travail est dur, on ne peut pas ne pas manger de viande, à Yongning! (Explication qui est en partie adressée à l'enquêteur, qui n'a guère de goût pour la viande grasse de porc et boude souvent les plats à base de lard.)


NOTE : tons de /ʂe˧ | mɤ˧-dzɯ˥ | mɤ˧-tʰɑ˧ pi˥ | / vérifiés
S109 stop écouter
h… hæ˧-di˩-dʑo˩, | ʂe˧ | mɤ˧-dzɯ˥ | tʰɑ˧˥! | ɬi˧di˩-di˩mi˩-qo˩, | ʂe˧ | mɤ˧-dzɯ˥ | mɤ˧-tʰɑ˧˥! |

Dans les contrées chinoises (Han), on peut se passer de viande ! (Explication: l'altitude y est moins élevée, et le climat moins rigoureux.) [Tandis que] à Yongning, on ne peut pas ne pas manger de viande !

S110 stop écouter
ʂe˧ | ɖɯ˧-tɕʰi˩ mɤ˩-dzɯ˩, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | pæ˧qʰwɤ˩ | no˩˥ | ɖɯ˧-pʰæ˧ di˩-dʑo˩! | ɖʐo˧ | ʐwæ˩-ɲi˥! |

Un repas sans viande, les gens, leur visage, il devient comme le tien (=tout livide, sans couleur)! On a très froid !


NOTE : avais d'abord noté /ɖɯ˧-pʰæ˧di˩/ puis corrigé à tort en /ɖɯ˧-bæ˩ di˩/ ; est bien : /ɖɯ˧-pʰæ˧ di˩/ xxxx continuer à analyser: valeur de no˩˥
S111 stop écouter
ʂe˧-ʈʂʰɯ˧, | tʰi˧-dzɯ˥-tɕɯ˩, | ʂe˧mɤ˧-ʈʂʰɯ˥, | tʰi˧-dzɯ˥-tɕɯ˩ pi˩, | mɤ˧-ɖʐo˧ ɲi˥! |

Si on a mangé de la viande, qu'on a mangé de la viande grasse, on n'a pas froid !

S112 stop écouter
mv̩˧tsʰi˧-qo˩ F | ɖʐo˧ mɤ˧-kv̩˩! | dʑɯ˩pʰæ˩ʈwæ˥-bi˩, | dʑɤ˩˥ | ɖʐo˧ mɤ˧-kv̩˩! |

Même en hiver, on n'a pas froid ! Même s'il gèle, on n'a pas très froid !

S113 stop écouter
<ɲi˧=ɻ̩˥ | ʂe˧ | dzɯ˧-mɤ˧-kv̩˩> [ɲi˧=ɻ̩˥ | ʂe˧ | mɤ˧-dzɯ˥], | tʰv̩˧-ʑi˧=ɻ̩˥-dʑo˩, | ɑ˩pʰo˩˥ | njæ˧-sɯ˩kv̩˩ | lo˧ʝi˧ kʰi˩ | ɖɯ˧-tɕʰo˩ kʰi˩, | njæ˧-sɯ˩kv̩˩ | mɤ˧-ɖʐo˥, | ʈʂʰɯ˧-v̩˧ | ɖwæ˧˥ | ɖʐo˧-kv̩˩-ɲi˩! |

Ceux qui ne mangent pas de viande… cette famille-là, (quand on travaille ensemble) à l'extérieur (=dans les champs), nous, quand on part travailler, qu'on y va ensemble, nous, on n'a pas froid; lui (=la personne qui n'a pas mangé de viande), il a très froid !

S114 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | nɑ˩~nɑ˧ kv̩˥-ɲi˩! |

Il lui arrive de trembler / il tremble, comme ça!

S115 stop écouter
əəə… "ə˧tse˧… ə˧tse˧ ʝi˧-ɲi˥?" | pi˧-dʑo˩, | "ʂe˧ mɤ˧-dzɯ˧ ɲi˥!" | pi˧-kv̩˩ mæ˩. |

il se demande: "Qu'est-ce qui m'arrive?" On lui répond: "C'est que tu ne manges pas de viande!"

S116 stop écouter
tʰi˩˥, | gɯ˩˥ | mɤ˧-gɯ˩ | mɤ˧-sɯ˥, | ə˩-gi˩! | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | le˧-pi˥ pi˩, | dʑɯ˧ | zo˩no˧, | õ˧-bv̩˥-õ˩ | ɬi˩di˩-di˩-mi˩<-qo˩> ʈʂʰɯ˩-qo˩ dʑo˩, | dʑɯ˧ | ɖɯ˧-pi˧˥, əəə … | hɑ˧ | dzɯ˧-kv̩˩-hĩ˩ dʑɯ˩ ɲi˩-ze˩! |

Alors… est-ce que c'est vrai ou pas, on ne sait pas, n'est-ce pas! Voilà ce qu'on dit; l'eau, eh bien, notre eau de par ici, à Yongning, c'est une eau qui… qui donne un peu de l'appétit / c'est de l'eau qui aide à la digestion et donne bon appétit / c'est de l'eau qui est bonne pour la digestion!

S117 stop écouter
əəə… tʰi˩˥, | ɖʐo˧ | le˧-ɖʐo˥-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧ | ʂe˧ | mɤ˧-dzɯ˥ | mɤ˧-tʰɑ˧-ɲi˥-kv̩˩ tsɯ˩ mv̩˩! |

Euh… alors, le froid… comme il fait froid, les gens, on dit qu'ils ne peuvent pas ne pas manger de viande !

S118 stop écouter
hĩ˧=ɻæ˧ mv̩˧di˧-qo˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | le˧-tsʰi˧, | dʑɯ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | ʂe˧ mɤ˧-dzɯ˥ | tʰɑ˧-ɲi˥ tsɯ˩-mv̩˩! |

Dans la plaine de ces gens-là (=la Chine de l'intérieur), il fait chaud; avec leur eau / avec l'eau qu'ils boivent par chez eux, ils peuvent se passer de manger de la viande !


NOTE : tons vérifiés, de /hĩ˧=ɻæ˥/, /hĩ˧=ɻæ˧ mv̩˧di˧˥/
NOTE : /õ˧-mv̩˥ õ˩-di˩(+ -qo˩)/: chez soi, sur ses propres terres, en son lieu de naissance; s'oppose à: /hĩ˧-mv̩˥ hĩ˩-di˩(+ -qo˩)/
NOTE : proverbe: /hĩ˧-mv̩˥ hĩ˩-di˩ | qʰɑ˧-dʑɤ˥~dʑɤ˩, | õ˧-mv̩˥ õ˩-di˩ tsʰe˩ mɤ˩-gv̩˩! | / 'Si belles soient les terres d'autrui, elles n'auront jamais la beauté de ses propres terres / de la terre natale !': provient de: /tsʰe˧ mɤ˧-gv̩˧/; déterminer le sens du verbe, et l'ajouter au dictionnaire. réponse 2017: n'existe pas en dehors de cette expression; pas de sens reconnaissable. Le sens est: 不如, rien ne vaut…
S119 stop écouter
õ˧ tʰv̩˧ ne˧ ʝi˥-zo˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧… | ə˩pʰo˩-hĩ˩˥ | njæ˧-sɯ˩kv̩˩-ki˩ tsʰɯ˩-dʑo˩, | əəə… ɬi˧di˩ tsʰɯ˩-dʑo˩, | ʂe˧ | mɤ˧-dzɯ˥, | tʰɑ˧ mɤ˧-ho˥ | pi˧-kv̩˩! |

De la sorte, eh bien, les gens… les gens du dehors (=d'autres régions), quand ils arrivent à Yongning, s'ils ne mangent pas de viande, ça va pas aller (=ça se passe pas bien)!

S120 stop écouter
õ˧ ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʑi˧qʰwɤ˧ tsʰi˧˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | dʑɯ˩nɑ˩mi˩-ʁo˩˥, | ə˧mi˧! | ə˧mi˧=ɻæ˩-ɳɯ˩, | tsʰi˧ɲi˧ | hɑ˧ | ɑ˩ʁo˧-ɳɯ˧ | dʑɯ˧ mɤ˧-dʑo˧-hĩ˧ | tʰv̩˧-ho˩ | ɖɯ˧-ɲi˥-dʑo˩, | hɑ˧ | hæ̃˧qʰv̩˥ | le˧-tɕɤ˧˥, | pɤ˩jɤ˧-ʈʂʰɯ˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | le˧-ʐv̩˩, |

Voilà ce qu'on dit; alors, pour ce qui est de la construction des maisons, eh bien, autrefois, sur la montagne, houlàà! les mères (=mère et tantes maternelles), aujourd'hui, à la maison, la nourriture, le jour où (les travailleurs) allaient arriver à (un endroit où) il n'y avait pas d'eau, eh bien, la nourriture, on en préparait (littéralement: "on en faisait bouillir") tard dans la nuit; on pétrissait des petits pains, comme ceci;


NOTE : avais d'abord noté /dʑi˧ mɤ˧-dʑo˧-hĩ˧/, pensé que cela voulait dire 'ceux qui n'avaient pas de maison'
NOTE : /tʰv̩˧-ho˩/: ressemble à /tʰv̩˧-qo˩/, par une légère maladresse de prononciation; mais est bien /tʰv̩˧-ho˩/.
S121 stop écouter
hĩ˧ | <ɖɯ˩-hĩ˩˥… | > tsʰe˩-kv̩˩ ʁɑ˩ʂe˥-po˩-bi˩ pi˩, | pɤ˩jɤ˧˥ | tsʰe˧-ɭɯ˧! | əəə… ʂe˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | ɖɯ˧-v̩˧ ɖɯ˧-pʰæ˧˥; | ɖɯ˩-hĩ˩˥ | ɖɯ˧-pʰæ˧˥, | tɕi˩-hĩ˩˥ | ɖɯ˧-pʰæ˧˥! | ɲi˧-pʰæ˧˥! |

Les gens, <une grande…> Si on faisait appel à dix personnes (pour le travail de construction), on préparait dix petits pains! Euh… la viande, voilà comment c'était: un morceau par personne; (ou plutôt) un gros morceau, et un petit morceau! (Ce qui faisait en tout) deux morceaux! (Explication : on donnait à chacun deux morceaux de viande, en récompense du dur labeur; les gens pouvaient en manger un sur place, et rapporter l'autre à leur famille.)

S122 stop écouter
əəə… õ˧ ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-zo˩, | kʰɤ˧-qo˥-ɳɯ˩ | ɖɯ˧-kʰɤ˧~ɖɯ˥-kʰɤ˩ le˩-kʰɯ˩~kʰɯ˩! |

Euh… voilà comment on faisait: on les mettait dans des paniers; on remplissait panier après panier / on en remplissait des paniers entiers!


NOTE : /ɖɯ˧-kʰɤ˧~ɖɯ˥-kʰɤ˩ le˩-kʰɯ˩~kʰɯ˩/: vérifié, forme bien 1 seul groupe tonal
S123 stop écouter
tʰi˩˥, | æ̃˩ ʈwɤ˧-kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩, | le˧-pɤ˥~pɤ˩, | bi˧-kv̩˧-ze˥ mæ˩! |

Ensuite, quand chantait le coq (=le matin au chant du coq), on portait (les paniers): on pouvait y aller! (=aller ravitailler les travailleurs)

S124 stop écouter
"ə˧mi˧! | tsʰi˧-ɲi˧, | qæ˧do˧-dʑo˥, | tsʰi˧-ɲi˧ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ tʰv̩˥-ho˩-ze˩! | tʰv̩˧-qo˧-dʑo˧, | dʑɯ˧ mɤ˧-dʑo˧!" | pi˧. |

On disait: "Eeeh! Le bois de construction, aujourd'hui, il devrait arriver par ici (=à tel endroit)! Et là, il n'y a pas d'eau!"


NOTE : tons vérifiés, n'est pæs /dʑɯ˧ mɤ˧-dʑo˧-pi˧/.
S125 stop écouter
dʑɯ˩nɑ˩mi˩ʁo˩˥ | ɖɯ˧-ʝi˧~ɖɯ˧-ʝi˧, | dʑɯ˧ | dʑo˧ mɤ˧-kv̩˧˥! | dʑɯ˧, əəə… | dʑɯ˩-ʈʂʰɯ˧, | ko˧ so˧-ɭɯ˧ ɖæ˩, | dʑɯ˧ | ɖɯ˧-kʰɯ˩-lɑ˩ dʑo˩-ɲi˩. |

Sur la montagne, par endroits, on ne trouve pas d'eau ! / Sur la montagne, il y a certains endroits où il n'y a pas d'eau! L'eau, euh… il faut traverser trois vallées pour trouver un ruisseau (=on ne trouve de ruisseau que dans une vallée sur trois en moyenne).

S126 stop écouter
ko˧ so˧-ɭɯ˧ ɖæ˩. | dʑɯ˧ | ɖɯ˧-kʰɯ˩-lɑ˩ dʑo˩. | dʑɯ˧ mɤ˧-dʑo˧ | ɖɯ˧-ɲi˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ɑ˩ʁo˧-ɳɯ˧ | po˧-tso˧-ɲi˥-ze˩. |

Il faut traverser trois vallées pour trouver un ruisseau (=on ne trouve de ruisseau que dans une vallée sur trois en moyenne). Le jour où on n'a pas d'eau (=le jour où on se trouve dépourvu d'eau, en pleine montagne), il faut en amener depuis la maison!

S127 stop écouter
dʑɯ˩-dʑo˥ | tʰi˩˥, | gɤ˩-dzɤ˥-ɳɯ˩ | ə˧zɯ˩ | <æ…> ʁo˧dɑ˧ | ɖɯ˧-ʂɯ˩ ʐwɤ˩-dʑɯ˩. |

L'eau, par là-haut… nous deux… on en a déjà parlé une fois. (Allusion à un récit précédemment enregistré, qui expliquait comment on se procurait l'eau de boisson par le passé.)

S128 stop écouter
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | mmm… tɕɤ˧fv̩˩ F | mɤ˧-dʑo˧, | ə˩-gi˩! | sɯ˧ljɤ˧tʰo˧ tʰv̩˧-ʁo˥ F | mɤ˧-dʑo˧-zo˩! |

Autrefois, eh bien, mmmh… il n'existait pas de jerricans, n'est-ce pas! Il n'y avait pas de tonnes à eau en plastique!


NOTE : Premier exemple noté dans les textes d'une focalisation (notation: F) d'un mot dont la dernière syllabe est au ton L. Cet exemple a permis de compléter la description du phénomène de focalisation, qui jusque-là n'avait été observé que pour H, M, LH et MH.
NOTE : tons de /tɕɤ˧fv̩˩ F mɤ˧-dʑo˧/ vérifiés
NOTE : tons de /mɤ˧-dʑo˧-zo˩/ vérifiés
NOTE : /tɕɤ˧fv̩˩/ : est un mot na; équivalent actuel: récipients en plastique, 塑料桶 /sɯ˧ljɤ˧tʰo˧˥/
S129 stop écouter
tʰi˩˥, | əəə… | mi˩ɬi˩ po˥-ɳɯ˩ | le˧-ʈv̩˩-hĩ˩… | kʰɤ˧-po˥-ɳɯ˩! | le˧-pɤ˥~pɤ˩! |

Alors, euh… on utilisait des hottes tissées en bambou! On portait (l'eau)!

S130 stop écouter
qʰv̩˧ | tʰi˧-tsɯ˩, | dʑɯ˧ | tʰi˧-kʰɯ˧˥ | -dʑo˩ | tʰi˩˥, | qʰv̩˧ tʰi˧-tsɯ˥-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | dʑɯ˧ | mɤ˧-ʂɯ˥~ʂɯ˩.

On bouchait les trous [=les interstices]; on versait de l'eau [dans la hotte]; et comme on avait bouché les trous, l'eau ne coulait pas.


NOTE : de: /tʰi˧-tsɯ˩/ 'boucher'; forme en un seul groupe: /qʰv̩˧ tʰi˧-tsɯ˥/.
NOTE : intégration en un seul groupe de 'Comme on les bouche', /qʰv̩˧ tʰi˧-tsɯ˥-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩/
S131 stop écouter
tʰv̩˧-qo˧-ɳɯ˧ | tʰi˩˥, | ɖɯ˧-qʰwɤ˧tʰv̩˧ tʰi˧-pɤ˧~pɤ˥! | hɑ˧ | ɖɯ˧-kʰɤ˧ tʰi˧-pɤ˧~pɤ˥! |

A partir de là, on portait la hotte à eau en bambou! On portait une hotte de nourriture!

S132 stop écouter
tʰi˩˥, | tɕæ˧ɻæ˩! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩! |

Et après (=et avec ça), (on emmenait) des légumes en saumure! (Voilà comment c'était) autrefois!

S133 stop écouter
v̩˩tsʰɤ˧-ʈʂʰɯ˥ | tʰi˩˥, | tɕæ˧ɻæ˩ | le˧-gv̩˩ | tʰi˧-tɕɯ˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | dʑɯ˧ | mɤ˧-dʑo˧-hĩ˧-qo˩-dʑo˩, | ɑ˩ʁo˧ | tɕæ˧ɻæ˩ | le˧-hṽ̩˧~hṽ̩˧ | po˧-bi˥, | hɑ˧-qo˩ | tɕæ˧ɻæ˩ tʰi˩-no˩, | ʂe˧ tʰi˧-no˥! |

Les légumes, eh bien, quand on a confectionné des conserves de légumes en saumure, les endroits où il n'y a pas d'eau (=quand on se retrouve dans des endroits où on n'a pas d'eau), on fait revenir les légumes en saumure, on les amène depuis la maison; dans la nourriture, on mélange des légumes en saumure, on mélange de la viande!


NOTE : tʰi˧-no˩: 'mélanger, ajouter'
S134 stop écouter
- ʐɯ˧ !

Du vin !


NOTE : mot glissé par l'enquêteur, qui croit deviner que les travailleurs ne dédaignaient pas un peu d'alcool.
S135 stop écouter
ĩ˧! | əəə… ʐɯ˧! | tʰi˩˥, | əəə… li˩˥! | dʑɯ˧ | qʰv̩˧tʰv̩˥-qo˩ pɤ˩~pɤ˩-hĩ˩-ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | li˩˥ | ɖɯ˧-v̩˥ tʰi˩-tɕɤ˩! |

Oui! Euh… du vin, (et) euh… du thé ! L'eau qu'on a portée dans des cornes, (on s'en sert pour) faire une casserole de thé!


NOTE : tons bien vérifiés pour toute cette séquence
S136 stop écouter
li˩˥, | ɖɯ˧-v̩˧ ɖɯ˧-qʰwɤ˧˥! | tɕæ˧ɻæ˩ tʰi˩-no˩ kʰɯ˩, | ʂe˧ tʰi˧-no˥-kʰɯ˩, | tʰi˩˥, | ʐɯ˧ tʰi˧-no˩. |

Le thé, [on en donnait] un bol par personne! [Dans le plat qu'on préparait, à base de céréale,] on ajoutait des légumes en saumure, on ajoutait de la viande. Il y avait aussi de l'alcool.


NOTE : On fabriquait le vin en vue des grandes occasions: qd on tuait le cochon, par exemple.
S137 stop écouter
õõõ! hɑ˧ F | mɤ˧-dzɯ˧-sɯ˥, | pʰæ˧tɕi˥=ɻæ˩-dʑo˩, | ʐɯ˧-sɯ˥ | ʝi˩-qʰwɤ˩ ʈʰɯ˩˥! |

Avant de manger, les jeunes, ils commençaient par boire un bol de vin!


NOTE : on pourrait également dire: /ʝi˩-qʰwɤ˩ ʈʰɯ˩-kv̩˥/ (tons vérifiés)
S138 stop écouter
tʰi˩˥, | hɑ˧ dzɯ˧, | ʂe˧ dzɯ˧, | tʰi˩˥, | li˩ ʈʰɯ˩˥, | tʰi˩˥ | wɤ˩˥ | tʰv̩˧-qo˧ | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | ɖɯ˧-ɲi˥ | le˧-se˩-ɲi˩-ze˩ mæ˩! |

Alors, (on) mangeait de la nourriture, on mangeait de la viande; ensuite/aussi, on buvait du thé; et encore après, là-bas, eh bien, là, la journée était achevée!

S139 stop écouter
tʰi˩˥, | wɤ˩˥ | wɤ˩˥ | so˧ɲi˧-ki˧ tʰv̩˧ | wɤ˩˥ | ʈʂʰɯ˧-qo˧-ɳɯ˧ | wɤ˩˥ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | ʈʂʰɯ˧-qo˧ | wɤ˩˥ | so˧-ɭɯ˧ - ʐv̩˩-ɭɯ˩ ɖæ˩. |

Et à nouveau, à nouveau, quand arrive le lendemain, à nouveau, à partir de là (=à partir du lieu atteint au terme de l'étape de la veille), on franchit trois ou quatre [vallées]: ici, ici, ici, ici, ici…


NOTE : tons: est: /so˧ɲi˥/, mais /so˧ɲi˧-ki˧/
NOTE : vérifié: n'est pas /‡‡ʈʂʰɯ˧-qo˥-ɳɯ˩/
NOTE : la succession des répétitions de /ʈʂʰɯ˧-qo˧ | / est modulée, certains plus articulés que d'autres, ce qui rend malaisé de déterminer le nombre exact de répétitions.
NOTE : /ɖæ˩/: il s'agit du verbe (ton: La) qui signifie 'franchir'.
S140 stop écouter
wɤ˩˥ | le˧-gɤ˧˥ | le˧-gɤ˧˥ | le˧-gɤ˧˥, | wɤ˩˥ | ɖɯ˧-di˩ tʰv̩˩. |

A nouveau, on porte, on porte, on porte (le bois de construction); [et] à nouveau, on arrive quelque part.

S141 stop écouter
tʰi˩˥ | wɤ˩˥ | tʰv̩˧-qo˧-dʑo˧ | dʑɯ˧ dʑo˧-kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩ | tʰi˩˥ | wɤ˩˥ | tʰv̩˧-qo˧-dʑo˧ | tʰi˩˥, | əəə… æ̃˩ qʰo˧-bi˧-kv̩˩-ze˩! | æ̃˩˥ | ɖɯ˧-mi˩ tʰi˩-po˩! |

Et alors là, comme à cet endroit-là il y a de l'eau, eh bien, à cet endroit-là, euh… on se dispose à tuer un poulet! On avait amené un poulet!

S142 stop écouter
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | æ̃˩˥ | ɖwæ˧˥ | dʑo˩-kv̩˩˥! | ə˧tse˧-ʝi˧ ɲi˥ | mɤ˧-do˩! |

Autrefois, il y avait beaucoup de poulets. Allez savoir pourquoi!

S143 stop écouter
æ̃˩˥ | le˧-ʐɤ˧-zo˩, | ʂɯ˧ | pi˧-hĩ˧ | dʑo˧-mɤ˧-kv̩˧˥! |

Quand on élève des poulets, ils crèvent, et on n'en a plus ! / Les poulets qu'on élève, ils crèvent, et y'en a plus !


NOTE : La locutrice insiste surle fait que la syllabe /-zo˩/ est bien présent, même si je ne l'entends pas.
NOTE : tons de /le˧-ʐɤ˧-zo˩/ vérifiés
S144 stop écouter
ə˧ʝi˧-tsʰi˧ʝi˧-dʑo˩, | æ̃˩-go˧ tʰv̩˩, | æ̃˩-ʈʂʰɯ˥ | le˧-ʐɤ˧ | le˧-ʐɤ˧ | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | le˧-ʂɯ˧! |

De nos jours, il survient des maladies aviaires: les poulets, on en élève, on en élève, et ils meurent tous !

S145 stop écouter
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | æ̃˩˥ | <kwæ˧-hĩ˧> [li˧-hĩ˧] | dʑɤ˩˥ | mɤ˧-kv̩˧˥! |

Autrefois, les poulets, on ne s'en occupait guère !


NOTE : li˧-hĩ˧ | dʑɤ˩˥ | mɤ˧-kv̩˧˥! | est du 'bon na', en remplacement de l'emprunt chinois 管 's'occuper de'.
S146 stop écouter
ʁæ˧ mɤ˧-ʑi˧, | hĩ˧-ɳɯ˩ | li˧ F | mɤ˧-li˧! | ʁæ˧-mɤ˧ʑi˧, | æ̃˩tsɯ˧ le˧-bv̩˩ | tʰi˧-kʰɯ˧˥ | -kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | õ˧-bv̩˥-õ˩… | ʈʂe˧ | le˧-pʰæ˩~pʰæ˩, | le˧-pʰæ˩~pʰæ˩, | æ̃˩-ʈʂʰɯ˥ | qʰɑ˩jɤ˩ dʑo˩-kv̩˥! |

N'importe comment… les gens, ils les regardaient même pas (= on ne leur prêtait aucune attention) ! N'importe comment… on laissait (la poule) couver (ses) poussins; ils faisaient voler de la terre de droite et de gauche, tout seuls (en fouissant le sol à la recherche de nourriture); et les poulets (à l'époque), qu'est-ce qu'il y en avait ! / laissez-moi vous dire qu'il y en avait !


NOTE : /li˧ F | mɤ˧-li˧/ possède un équivalent chinois assez proche: 连看都不看
S147 stop écouter
tʰi˩˥, | æ̃˩˥ | ɖɯ˧-ɲi˧ - mi˩ qʰo˩-po˩-bi˩, | tʰv̩˧-ɲi˧-dʑo˩! | wɤ˩˥ | æ̃˩˥ | tʰi˧-tɕɤ˧˥! | æ̃˩-ʂe˥ tʰi˩-tɕɤ˩! | ɬɬɬ! |

Alors, on amenait un ou deux poulets pour les tuer, ce jour-là! Ensuite, on faisait bouillir ces poulets! On faisait bouillir la viande de poulet! Miam!


NOTE : variante: /ɖɯ˧-ɲi˧ - mi˩ | qʰo˧-po˧-bi˥/
NOTE : variante: /æ̃˩ tʰi˥-tɕɤ˩/
S148 stop écouter
"ə˧mi˧! | ə˧ɲi˥-lɑ˩ | ʂɯ˧ɲi˥-dʑo˩, | dʑɯ˧ | mɤ˧-ɖɯ˧-ɲi˥-wɤ˩! | tsʰi˧ɲi˧-dʑo˩, | æ̃˩ʂe˧-v̩˥dʑɯ˩ ʈʰɯ˩-kʰɯ˩-bi˩-ze˩!" | pi˧-zo˩, | wɤ˩˥ | mmm… | æ̃˩ qʰo˧-kv̩˥ mæ˩! |

On disait: "Houlà! Hier et avant-hier, on n'avait pas d'eau! Aujourd'hui, on va se boire de la soupe de poulet!" et, mmmh… on tuait le poulet !

S149 stop écouter
tʰi˩˥ | wɤ˩˥ | tsʰi˧ɲi˧ | <ɖɯ˧-ɲi˥ ko˩> [ɖɯ˧-ɲi˧ bv̩˥]. |

Et voilà, ce jour aussi avait passé ! / Et voilà, c'était une nouvelle journée de passée !


NOTE : /ko˧˥/: chinois 过: se passer (reporté dans le dictionnaire); en na, il faudrait dire: /ɖɯ˧-ɲi˧ bv̩˥/
S150 stop écouter
tʰi˩˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥-dʑo˩, | ʂɯ˧-hõ˧-ɲi˧ gv̩˧-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | le˧-tʰv̩˧-kv̩˧-ze˥, | qæ˧do˧! |

Ainsi, de la sorte, au bout de sept ou huit jours, eh bien, [il] était arrivé [à destination], le bois de charpente!


NOTE : tons vérifiés
NOTE : élicitation: /ɖɯ˧-ɲi˧ ɲi˧/ 'quelques jours' peut aussi se dire /ɖɯ˧-ɲi˧ - ɲi˧-ɲi˧/ 'un jour, deux jours', mais cette dernière expression est plus précise, car elle voisine avec les composés coordinatifs 'deux jours, trois jours' et 'trois jours, quatre jours', tandis que l'expression /ɖɯ˧-ɲi˧ ɲi˧/ 'quelques jours' couvre l'intervalle de 1 à 4 environ: on peut dire 'quatre, cinq jours' mais pas 'deux, trois jours' ni 'trois, quatre jours'.
S151 stop écouter
ʂɯ˧-hõ˧ ɲi˧ tʰi˧-gɤ˩-kv̩˩. |

On portait (=on l'avait porté) pendant sept, huit jours.

S152 stop écouter
tʰi˩˥, | ə˧ʝi˧-tsʰi˧ʝi˧ ɲi˥-ze˩-se˩, | wɤ˩˥ | ʈʂʰɤ˧tsɯ˧-po˧-ɳɯ˧ | ʈɤ˧-tʰɑ˧-kv̩˥-ze˩ mæ˩! |

Alors, de nos jours (littéralement: "maintenant qu'on en est à aujourd'hui / maintenant que c'est l'époque actuelle"), on tire tout ça avec une machine (un tracteur)!

S153 stop écouter
<ʐɤ˩mi˩ ʈɤ˥~ʈɤ˩-tɕɯ˩> ɑ˩ʁo˧ | ʐɤ˩mi˩-qo˥, | ə˩-gi˩! | [ʐɤ˩mi˩-qo˥ tɕɯ˩, | ʈɤ˧~ʈɤ˩ tɕɯ˩!] |

On passe par la voie routière de la maison, n'est-ce pas ! [Corrigé par la locutrice à la transcription en : "(le bois,) on le transporte par la route: on le transporte en le remorquant!"]


NOTE : corrigé par la locutrice en: /ʐɤ˩mi˩-qo˥ tɕɯ˩, | ʈɤ˧~ʈɤ˩ tɕɯ˩! | /
S154 stop écouter
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | ʈʂʰɤ˧tsɯ˧-lɑ˧ | mɤ˧-dʑo˧! | hĩ˧-ɳɯ˩ | ↑ɖɯ˧-gɤ˧-ɳɯ˥, | ɑ˩ʁo˧ tʰv̩˧-ɲi˥! | gɯ˩-ʝi˥! |

Autrefois, on n'avait pas non plus de voiture ! C'est les hommes qui devaient porter, jusqu'à l'arrivée à la maison (=à bon port)! C'est vrai !

S155 stop écouter
dʑɯ˩nɑ˩mi˩-ʁo˩-ɳɯ˥, | ɖɯ˧-gɤ˧˥ | ɖɯ˧-gɤ˧˥ | ɖɯ˧-gɤ˧˥ | ɖɯ˧-gɤ˧-ɳɯ˥ | ɑ˩ʁo˧ kʰi˥ qʰv̩˩ | no˩qo˥ tʰv̩˩-ɲi˩! | qʰwɤ˧tsʰi˩ | no˩qo˥ kʰɯ˩-ɲi˩ wɤ˩! |

En haute montagne, on portait, portait, portait, jusqu'à arriver chez soi, à côté de la porte de la maison! On mettait ça à l'épaule (pour le porter) / on portait ça à dos d'homme!


NOTE : phonétiquement, ressemble à : [‡‡dʑɯ˩nɑ˩mi˩-ʁo˥-ɳɯ˩]
NOTE : /kʰi˧qʰv̩#˥/ : la porte (de la maison)
NOTE : /no˩qo˥/: 'à côté de'
NOTE : /qʰwɤ˧tsʰi˩ | no˩qo˥ kʰɯ˩/: sens: mettre à l'épaule. Sur le même modèle: gv̩˧dv̩˧ | no˩qo˥ kʰɯ˩ 'prendre sur le dos, charger sur son dos'
S156 stop écouter
ə˧v̩˧=ɻæ˥, ə… ə… əəə… zo˧ ʈʂʰɯ˧-tɕi˩, | pʰæ˧tɕi˥ ʈʂʰɯ˩-tɕi˩, əəə… | pʰi˩… ʐɤ˩mi˩˥ | pi˩-hĩ˩-qo˥-dʑo˩, | əəə… lo˧qo˧-lɑ˧, | ə˩-gi˩! | ʐɤ˩mi˩-qo˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | gɤ˧˥! |

Les oncles, euh… les hommes, les jeunes hommes, euh… sur chemin plat, euh… dans la vallée, n'est-ce pas! Sur le chemin, ils portaient (le bois) à l'épaule!


NOTE : on pourrait également dire: /pʰæ˧tɕi˥ | ʈʂʰɯ˧-tɕi˩/
NOTE : /pʰi˩/: 平; en bon na: /ɻæ˩-hĩ˩/, /ʐɤ˩mi˩˥ | ɻæ˩hĩ˩-qo˥/
S157 stop écouter
ʁwɤ˧ | ʂwæ˧-hĩ˧-qo˩-dʑo˩, | ʈɤ˧! |

̩En haute montagne, on tirait (les troncs pour qu'ils glissent le long de la pente)!


NOTE : tons vérifiés: n'est pas /‡‡ʂwæ˧-hĩ˧-qo˧-dʑo˩/
S158 stop écouter
le˧-gɤ˧-zo˥ | pʰæ˧tɕi˥ | tʰææ̃˧ | <ʈʂʰɯ˧-qo˧ BEGAIEMENT | > [qʰwɤ˧to˩ | ] le˧-ʔwæ̃˧-dʑɯ˧-ɲi˥, | le˧-ʔwæ̃˧ ! |

En portant, les jeunes gens, vrai de vrai, ici (=à l'épaule), ils avaient des enflures, ça enflait !


NOTE : /ʈʂʰɯ˧-qo˧/ est accompagné d'un geste pour désigner l'épaule ; la locutrice cherchait le mot et ne s'est pas aussitôt rappelé le mot: il aurait fallu dire /qʰwɤ˧to˩/ 'épaule', au lieu du simple démonstratif /ʈʂʰɯ˧-qo˧/ 'ici'.
NOTE : on pourrait également dire : /le˧-ʔwæ̃˧-ɲi˥/
S159 stop écouter
- mi˧tʰv̩˧!

- Ils se blessaient !


NOTE : dit par l'enquêteur
S160 stop écouter
ĩ˧! | mi˧tʰv̩˧, | le˧-ʔwæ̃˧ | ʈʂʰɯ˧-bv̩˧~bv̩˧ gv̩˥-kv̩˩-ɲi˩! |

Oui, ils se blessaient! Ca enflait, ça devenait parfois gros comme ça ! (geste)

S161 stop écouter
tʰi˩˥ | le˧-tʰv̩˧ ɖɯ˧-ɲi˧-ɲi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | əəə… qæ˧do˧ le˧-tʰv̩˧-ze˧ pi˧, | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | fv̩˧! |

Alors, quelques jours après l'arrivée (du bois de construction), euh… quand le bois de construction était arrivé, tout le monde était content !

S162 stop écouter
le˧-fv̩˧ | tʰi˩˥, | <ʑi˧…> qæ˧do˧ le˧-tʰv̩˧ le˧-qʰo˧. |

On était content; après… on empilait le bois.


NOTE : ici : y aurait-il une forme très réduite de /-dʑo˩/? qui se manifesterait par un allongement + descente à la fin de la réalisation de /fv̩˧/? Réponse: NON: pas de syllabe réduite. C'est simplement /le˧-fv̩˧ | tʰi˩˥/.
S163 stop écouter
tʰi˧-tɕɯ˥! | "ə˧mi˧, | qæ˧do˧ | dʑɤ˩-ɭɯ˧… | ʑi˧mi˧ | dʑɤ˩-ɭɯ˧ | dɑ˧˥ | -ɖɯ˧!" |

On le rangeait! "Eeeeh bien! Voilà du bien beau bois! On va pouvoir construire une bien belle maison!"


NOTE : tons de /dɑ˧˥ | -ɖɯ˧/ vérifiés : forme bien deux groupes
S164 stop écouter
əəə… "ɖɯ˧-zɯ˧, | le˧-gɤ˩-ze˩!" | pi˧ | wɤ˩˥ | ɑ˩ʁo˧! | tʰi˩˥, | hĩ˧ mo˥=ɻæ˩-ɳɯ˩. |

"[Cette belle demeure,] ça sera la satisfaction de toute une vie! / On va avoir une belle vie!" qu'elles disaient, à la maison, les personnes âgées.

S165 stop écouter
"ə˧mi˧! | njɤ˧ | ʑi˧mi˧ | dʑɤ˩-ɭɯ˧ dɑ˧˥ | ɖɯ˧ wɤ˧! | tsʰi˧qʰæ˧˥ | -dʑo˩, | le˧-ʂɯ˧-bi˧, | le˧-gɤ˩-ho˩-ze˩!" |

"Eeeeh bien ! Je vais construire une belle demeure! Si je devais mourir maintenant, je serais comblé!" (=le souhait d'avoir une belle demeure se réalise; cela me procure une si grande satisfaction que je pourrais maintenant mourir en paix, comblé)


NOTE : tons vérifiés: est bien /wɤ˧/ et non /‡‡wɤ˩/
S166 stop écouter
õ˧-bv̩˥-õ˩, | əəə…. ɑ˩ʁo˧ ʂɯ˧-bi˧, | wɤ˩˥ | ʑi˧mi˧ dʑɤ˩, | pi˧-dʑo˩, | hĩ˧ mo˥-hĩ˩ | le˧-ʂɯ˧-dʑo˥, | nv̩˩mi˩-qo˥ | fv̩˩-kv̩˩ pi˥ mæ˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩! | qwæ˧ʁo˧ tɕɯ˧! |

Si on mourait à son propre domicile, et que c'était une belle maison, quand la vieille personne mourait, dans son coeur, elle était joyeuse, autrefois! On la déposait sur le banc de la pièce principale (le banc des invités, où on place le défunt). (Explication: mourir loin du foyer était considéré comme une tragédie; mourir dans une belle demeure, au sein de sa maisonnée, c'était le terme heureux d'une vie.)


NOTE : tons vérifiés: est bien /qwæ˧ʁo˧ tɕɯ˧/
S167 stop écouter
"qwæ˧ʁo˧ | ɖɯ˧-tɕɯ˧-ɻ˧-bi˥, | qʰɑ˩jɤ˩ pʰv̩˩˥!" | pi˧-kv̩˩-tsɯ˩-mv̩˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩. |

Autrefois, on disait: "Être placé sur le banc des invités, quel privilège!"


NOTE : aussi: /qwæ˧ʁo˧ tɕɯ˧-bi˧/ (tons vérifiés)
S168 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | tʰi˩˥ | ʑi˧mi˧ | le˧-dɑ˧˥. | tsʰi˧ʝi˧-dʑo˩, | qæ˧do˧ | tʰi˩˥, | le˧-dɑ˩~dɑ˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | gv̩˩pʰæ˩˥ | le˧-kʰi˥ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | tʰi˧-tɕɯ˥! |

Et ainsi, ensuite, on construisait la maison. Aujourd'hui, le bois de construction, on l'abat et on l'amène; les planches de bois, on les débite (=on débite les grumes en planches) et on les amène; on range [tout ça en préparation de la construction]!


NOTE : /le˧-kʰi˥/: 'débiter'; n'est pas 'fabriquer' ni 'tailler'. Le verbe employé est le même que pour le geste de séparer les brins de lin.
S169 stop écouter
tʰi˩˥, | so˧ʝi˥-dʑo˩ | dɑ˧˥! |

Et l'année suivante, on construit!

S170 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ | so˧ʝi˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | <gɤ˩-… ə˧ʝi…> wɤ˩˥ | ʑi˧qʰwɤ˧ tsʰi˧-ɲi˥-ze˩ mæ˩, | ə˩-gi˩! |

Ca… l'année suivante, alors, on procède à la construction de la demeure, n'est-ce pas !

S171 stop écouter
tsʰi˧ʝi˧-dʑo˩, | dzɯ˩nɑ˩mi˩-ʁo˩˥ | dɑ˧-hɯ˧-ɲi˥-ze˩ mæ˩! |

Cette année, on est allé abattre (du bois) sur la montagne!


NOTE : Note technique : fin du 2e bloc d'annotation du fichier WAV dans SoundForge (maintenu à moins de 100 pour éviter un bug de Windows avec le fichier). 171e unité <S>.
S172 stop écouter
tʰi˩˥, | so˧ʝi˥-dʑo˩ | wɤ˩˥ | ɑ˩ʁo˧ le˧-tʰv̩˧-dʑo˥, | ʑi˧qʰwɤ˧ tsʰi˧˥, | pi˧-kv̩˩ mæ˩! |

Ensuite, l'année suivante, on fait la maison : on dit qu'on "bâtit la demeure" !


NOTE : on pourrait également dire: /ɑ˩ʁo˧ le˧-tʰv̩˧-pi˥-dʑo˩/
S173 stop écouter
tʰi˩˥, | "ə˧ʝi˥-dʑo˩, | dʑɯ˩nɑ˩mi˩-ʁo˩˥ | qæ˧do˧… tɕʰo˧-kʰi˥-ɲi˩!" | pi˧-kv̩˩.

Alors, on dit: "l'année dernière, on est allé équarrir des troncs sur la montagne!"

S174 stop écouter
"ʑi˧mi˧ tɕʰo˧-kʰi˥-ɲi˩!" | pi˧-kv̩˩ mæ˩.

On dit: "on est allé équarrir (des troncs pour faire) une maison!"

S175 stop écouter
dɑ˧˥, | pi˧-mɤ˧-kv̩˩, | nɑ˩-ʐwɤ˥-dʑo˩! |

On ne disait pas "construire" (/dɑ˧˥/), chez les Na! (Explication: /dɑ˧˥/: s'employait pour : découper le bois pour façonner les pièces de charpente et de construction; travail fin, de menuisier. Le travail de bûcheron, pour abattre les arbres, était appelé: /tɕʰo˧˥/.)

S176 stop écouter
"ʑi˧mi˧ tɕʰo˧˥ | -ɲi˩! | njɤ˧=ɻ˩, | ʑi˧mi˧ ɖɯ˧-ɭɯ˧ tɕʰo˧-bi˧-tso˧-ɲi˥!" | pi˧. |

On disait: "on équarrit (des troncs pour faire) une maison! Nous, on va 'équarrir une maison'!" ('équarrir une maison': expression qui désigne le travail préparatoire à l'édification de la maison)

S177 stop écouter
ʑi˧mi˧ le˧-tɕʰo˧˥, | ɑ˩ʁo˧ tʰi˧-tɕɯ˥ | tʰi˩˥ | "tsʰi˧ʝi˧-dʑo˩, | <ʑi˧…> ʑi˧mi˧ le˧-tɕʰo˧-bi˥, | le˧-ʈɤ˧, | so˧ʝi˥-dʑo˩, | ʑi˧mi˧ dɑ˧-zo˧-ʝi˥!" | pi˧. |

Quand on 'équarrissait la maison', quand on entreposait [le bois de construction] chez soi (littéralement "à la maison" = sur le site de construction de la nouvelle demeure), eh bien… On disait: "Cette année, on va 'équarrir la maison' (=préparer le bois de construction), traîner [le bois de construction jusqu'à destination]; l'année prochaine, on construira la demeure!"

S178 stop écouter
tʰi˩˥, | əəə… | dɑ˧-kv̩˥-ze˩! | tʰi˩˥, | ʑi˧mi˧ dɑ˧˥ | ɖɯ˧-ɲi˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʐɯ˩tsɯ˧ ʈʂɤ˧-bi˧-kv̩˧-ze˥! |

Alors, euh… on pouvait procéder à la construction ! Alors, quant au jour de la construction… on consultait le calendrier (pour trouver un jour propice)! (littéralement: "on comptait les jours")


NOTE : de: /ʐɯ˩tsɯ˧ ʈʂɤ˧/; tons vérifiés
S179 stop écouter
mmm… ə˧pʰv̩˧… | hĩ˧=ɻæ˥… | zo˩no˧… | əəə… ə˧pʰv̩˧-ʈæ˧bɤ˧ | hɤ˩-hĩ˩-ki˥! |

Mmmh… le grand-père… les gens… eh bien, euh… [c'est] à un moine de haut rang (littéralement 'grand-père moine') [qu'on s'adressait pour déterminer un jour propice]!


NOTE : Le ton de l'expression /ə˧pʰv̩˧-ʈæ˧bɤ˧/ a été vérifié: c'est un ton M et non #H.
S180 stop écouter
ʈʂɤ˧bi˧-dʑo˥, | "ooo!!! no˧=ɻ˩ | <tsʰe˧ɲi˧… tsʰe˧ʝi˧… |> [tsʰe˧ʝi˧-dʑo˩, | dʑɤ˩˥! |] ʑi˧mi˧-dʑo˧, | dɑ˧-tʰɑ˥-ho˩!" |

Quand on allait le voir (il disait): "Eeeh bien, vous… <aujourd'hui… cette année…> [Cette année-ci est favorable!] La demeure, vous pouvez la construire!"


NOTE : /ʈʂɤ˧bi˧-dʑo˥/: vérifié: il n'y a pas d'autre syllabe
S181 stop écouter
əəə… "tsʰi˧ɲi˧-dʑo˩, | tsʰe˩-hõ˩-ɲi˩˥ F | dɑ˧-tʰɑ˥-ho˩! | tsʰe˩-ŋwɤ˩-ɲi˩˥ F | dɑ˧-tʰɑ˥-ho˩! | tsʰe˧do˧-hõ˥-ɲi˩ F | dɑ˧-tʰɑ˥-ho˩!" |

Euh… "aujourd'hui… le 18, on peut construire! Le 15, on peut construire! Le 8, on peut construire!"

S182 stop écouter
"tʰv̩˧ | so˧-kɯ˧ tʰi˧-di˩! | ɖɯ˧-ɬi˧, | so˧-kɯ˧ tʰi˧-di˩! | tʰv̩˧ so˧-kɯ˧-qo˧-dʑo˧, | no˧-sɯ˩kv̩˩ | dɑ˧-tsɑ˥-ɲi˩!" | pi˧. | tʰi˩˥, |

"Il y a ces trois jours-là (qui sont propices)! Sur un mois, il y a trois jours (propices)! Ces trois jours-là, vous pouvez construire!" qu'il disait. Alors,


NOTE : tons de /tʰv̩˧ so˧-kɯ˧-qo˧-dʑo˧/ vérifiés, n'est pas /M..M.H/.
S183 stop écouter
<ʈʂʰɯ˧…> ɖɯ˧-ɬi˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧ | tʰi˩˥, | mmm… tsʰe˧do˧-hõ˥-ɲi˩ | dɑ˧-mɤ˧-ʁo˧ | pi˧-dʑo˩, | <tsʰe˩do˩-ŋwɤ˥… əəə…> tsʰe˩-ŋwɤ˩ ɲi˩˥ | dɑ˧˥. |

Ce… au cours du mois, mmmh… si on n'arrive pas à s'organiser pour commencer la construction le 18 (littéralement: "si on n'arrive pas à construire le 18e jour"), on construit le <cinquième… euh…> le 15 (le 15e jour du mois).


NOTE : tons vérifiés, n'est pas /tsʰe˧do˧-hõ˥-ɲi˩ dɑ˩-mɤ˩-ʁo˩/
S184 stop écouter
tsʰe˩-ŋwɤ˩ ɲi˩˥ | dɑ˧-mɤ˧-ʁo˧ | pi˧-dʑo˩, | əəə… tsʰe˩-hõ˩-ɲi˩˥! |

Si on n'arrive pas à s'organiser pour un début de construction le 15, euh… (on choisit) le 18 !

S185 stop écouter
õõõ! ʈʂʰɯ˧-qo˧ dɑ˧˥ | pi˧-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, |

Eh oui ! C'est à ce moment-là qu'on construit (=c'est à cette date-là qu'on décide de commencer la construction); alors,

S186 stop écouter
"ə˧mi˧! | u=ɻ˩ | qʰɑ˧tɑ˧ <tɑ˧> dɑ˧-bi˥? | ze˩-kɯ˥-qo˩ tʰv̩˩-bi˩?" | pi˧. |

[Les gens] disent (=demandent): "Eeeh bien! Quand est-ce qu'on va construire? Sur quel jour va-t-on tomber? (littéralement: "à quelle étoile parviendrons-nous?")

S187 stop écouter
ʈʂʰwæ˩ ʝi˩-bi˩˥ | pi˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | tsʰe˩do˩-hõ˥-ɲi˩ qo˩ tʰv̩˩-kʰɯ˩. |

Si on s'y met tôt (=si on est pressé de s'y mettre), on choisit la date du 8.

S188 stop écouter
hõ˩ ʝi˩-bi˩˥ | pi˧, | tsʰe˩-hõ˩-ɲi˩ qo˥ tʰv̩˩-kʰɯ˩. | …pi˧! |

Si on s'y met tardivement (=si on souhaite choisir une date plus tardive), on opte pour le 18.


NOTE : transcription bien vérifiée. /pi˧/: réalisé comme [əpi˧], le [ə] étant une façon d'annuler la pause qui précède: reprendre sur un son voisé, c'est faire comme si le voisement n'avait pas été interrompu, cela afin de signaler qu'on enchaîne directement sur ce qui précède, comme s'il n'y avait pas eu de pause. On pourrait appeler ce phénomène une 'reprise sur voisement'. Il me semble que la 'reprise sur voisement' commence généralement par le relâchement d'une occlusion glottale. Cette occlusion contribuerait elle aussi à mettre en scène une 'annulation de pause': comme si la pause avait simplement consisté en une longue tenue d'occlusion glottale, sorte de 'mise en arrêt' du voisement pour une raison sans lien avec l'organisation interne du discours (simple 'incident de parcours'imer la mimique Commence avec occlusion glottale? A voir.
S189 stop écouter
tʰi˩˥, | tʰv̩˧-ɲi˥-kɯ˩-qo˩ | le˧-ʈʂɤ˧-dʑo˥ | tʰi˩˥, | ə˧mi˧=ɻæ˩-ɳɯ˩, | ɑ˩ʁo˧ | ʐɯ˧ tɕɤ˧-kv̩˥-ze˩! |

Alors, ce jour-là, quand a lieu le choix d'un jour propice, les mères (=les femmes de la maisonnée, dans la génération des "actives" au sens large; l'entrée dans cet âge correspond à peu près à l'âge du premier enfant), à la maison, elles préparent de l'alcool!


NOTE : /tʰv̩˧-ɲi˥-kɯ˩-qo˩/: ce jour-là
S190 stop écouter
"ə˧mi˧! | njɤ˧=ɻ˩ | ʑi˧qʰwɤ˧ <gv̩˩> tsʰi˧-tso˧-ɲi˥" | pi˧! | ʐɯ˧ tɕɤ˧˥! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩! | mmm… ɳɯ˩-dʑɯ˥ ɳæ˩. | …zo˩no˧! |

"Eeeh bien! Nous autres, on va construire une maison!" qu'on disait; et on préparait de l'alcool, dans le temps! Mmmh… on faisait du tofu. Hein!


NOTE : variante: /ʑi˧qʰwɤ˧ gv̩˩-tso˩-ɲi˩/
S191 stop écouter
tʰi˩˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | v̩˩tsʰɤ˧˥ | dʑɤ˩˥ | dʑo˧-mɤ˧-kv̩˧˥ | mæ˩! |

Alors… autrefois, les Na n'avaient guère de légumes, comme tu sais! (note : la particule finale exprime une nuance d'évidence; on pourrait traduire par "n'est-ce pas", mais cette formule est employée comme équivalent de /ə˩-gi˩/, "pas vrai? / n'est-il pas vrai".)

S192 stop écouter
ɬi˩bi˩˥, | ə˩kʰɯ˩˥, | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ɖwæ˧˥ | dʑɤ˩-kv̩˧˥! |

Les radis, les navets, ça, il y en avait beaucoup!


NOTE : notation 2016 /ɖwæ˧˥ | dʑɤ˩-kv̩˩˥/: corrigé en 2017 en: /ɖwæ˧˥ | dʑɤ˩-kv̩˧˥/: vérifié: le schéma tonal est bien celui attendu, dʑɤ˩-kv̩˧˥ | (MH et non LH). Le sens de l'adjectif 'bon' est ici: 'ça poussait bien', d'où l'interprétation 'il y en avait à profusion, les récoltes étaient abondantes'.
S193 stop écouter
- wo˩˥! |

- Les feuilles de navet !


NOTE : intervention de l'auditeur-enquêteur
S194 stop écouter
- wo˩˥ | -dʑo˩, | õ˧-tʰv̩˧, | ə˩kʰɯ˩ ɲi˥-ze˩ mæ˩! | õõõ! |

Les feuilles de navet, c'est du navet / ça fait partie de ce que j'appelle "navet"! Oui!


NOTE : /õõõ/ est paraphrasé par F4 comme 'C'est vrai', 'Vrai de vrai', 'Effectivement'. Réalisé sur une intonation montante, proche de réalisations du ton LH.
S195 stop écouter
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ | so˧-bæ˧-hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | "tsʰe˧ʝi˧-dʑo˩ | ʑi˧qʰwɤ˧ dɑ˧-tso˧-ɲi˥!" | pi˧-zo˩, | gv̩˩ɬi˩mi˩-qo˥-ɳɯ˩, | əəə… ɬi˩bi˩-ʈʂʰɯ˥ | le˧-qwæ˧˥, | wɤ˩˥ | ɑ˩ʁo˧ | lv̩˧qo˧ | tʰi˧-tv̩˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | gɤ˩-qwæ˩˥! |

Alors, ces trois sortes (la locutrice inclut les feuilles de navet dans la liste, acceptant élégamment la suggestion qui lui a été faite)… Comme on se dit: "Cette année, on va construire une maison!", au neuvième mois, euh… on va déterrer les radis; ce qu'on a planté sur les terres de la famille, on le déterre!


NOTE : phonétiquement: [gæ˩-qwæ˩˥]
S196 stop écouter
ɑ˩ʁo˧ | wɤ˩˥ | tv̩˧qʰv̩˧-zo˧~zo˩ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ qwæ˧˥. | mv̩˩zɯ˩-mo˩nɑ˥ tʰi˩-kʰɯ˩. |

Ensuite, à la maison, on creuse un petit trou (une petite fosse dans le sol). On y met de la paille d'avoine écrasée.


NOTE : /tv̩˧qʰv̩˧-zo˧~zo˩/: petit trou dans le potager; paraphrases: /tv̩˧qʰv̩˧ | tɕi˩-hĩ˩˥/ ou /tv̩˧qʰv̩˧-tɕi˩/, 'petit trou'. L'expression est homophone de celle qui désigne le lieu où on met le mort après son décès, mais les deux expressions sont perçues comme différentes. Pour un gros trou, on dit: /tv̩˧qʰv̩˧-ɖɯ˩/ ; on ne peut dire ‡‡/tv̩˧qʰv̩˧-ɖɯ˩~ɖɯ˩/. Le suffixe /-mi/ ne peut pas se combiner avec 'trou': les formes sont refusées, forme simplex aussi bien que forme rédupliquée.
NOTE : mo˧nɑ˥: ton ˥#. Ajouté au dictionnaire en 2016. On bat la paille d'avoine (/mv̩˩zɯ˩-ɻ̩̃˩˥/) pour en faire de la paille écrasée, qui est utilisée dans la préparation des légumes en saumure.
S197 stop écouter
mmm… tʰi˩˥, | ɖɯ˧-ɭɯ˧~ɖɯ˧-ɭɯ˧ tʰi˧-tsi˧-kv̩˧˥ | mæ˩! |

Mmmh… alors, on attachait (les légumes) un à un!

S198 stop écouter
tʰi˧-tsi˧-dʑo˥ | tʰi˩˥, | so˧-ɬi˧mi˧ - ʐv̩˩-ɬi˩mi˩-qo˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʐv̩˩-ɬi˩mi˩-lɑ˥ | so˧-ɬi˧mi˧ | ɲi˧-ɬi˧mi˧-qo˧ | ʑi˧qʰwɤ˧ dɑ˧˥ | pi˧-dʑo˩ | ʈʂʰɯ˧, | ʈʂʰɯ˧ | tv̩˧qʰv̩˧ | gɤ˩-↑ʑi˥-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | gɤ˩-↑ʑi˥-kv̩˩-ze˩ mæ˩! | ɬi˩bi˩-ʈʂʰɯ˥! |

Quand on les avait attachés… aux troisième et quatrième mois, eh bien, au quatrième mois et… au troisième mois, pendant ces deux mois-là, si on construisait une maison (=si on avait le projet de construire une maison), on reprenait (les légumes dans) la fosse! On [les] prenait comme ça (=on les récupérait dans la fosse), les radis!


NOTE : /pi˧-dʑo˩ | ʈʂʰɯ˧, | /: la syllabe /ʈʂʰɯ˧/ est fortement réduite.
NOTE : /gɤ˩-ʑi˧-dʑo˩, | /: il n'y a pas de syllabes supplémentaires telles que /ɻ/ qui soient présentes ici.
NOTE : le sujet sous-entendu est /ɬi˩bi˩/ 'les radis'. On les entassait dans cette petite fosse, pour fabriquer des légumes conservés. Le sujet est explicité en fin d'énoncé: ''
NOTE : d'abord noté /‡‡ɖɯ˧-ɭɯ˧~ɖɯ˧-ɭɯ˧ tʰi˧-tɕɯ˧-kv̩˥/; soigneusement vérifié : ce n'est pas une variante acceptable, il faudrait dire /ɖɯ˧-ɭɯ˧~ɖɯ˧-ɭɯ˧ tʰi˧-tɕɯ˥-kv̩˩ mæ˩/; mais, plus important: le verbe ici n'est pas 'mettre', /tɕɯ˥/, mais 'installer, mettre en plæce', /tsi˧/.
S199 stop écouter
gɤ˩-ʑi˥-dʑo˩, | ʁo˧qʰwɤ˩ | pʰv̩˧↑tɕæ˥ɻæ˩ ! | ɬi˩bi˩-ʈʂʰɯ˥, | gɤ˩-ʑi˥! | wɤ˩˥ | le˧-ɖʐɤ˩~ɖʐɤ˩. |

Quand on les reprenait… leur tête était toute blanche! (Les radis avaient blanchi au cours du processus de fermentation.) Les radis, on les ressortait [de la fosse]! Et on défaisait à nouveau [les bottes de radis].

S200 stop écouter
pʰv̩˧tɕæ˥ɻæ˩-ʈʂʰɯ˩, | v̩˩tsʰɤ˧˥ | ɖɯ˧-tɕʰi˩ ʝi˩-kv̩˩! |

C'était tout blanc! et ça constituait un repas de légume/ de quoi faire un repas de légume/ de quoi fournir des légumes pour tout un repas!

S201 stop écouter
tʰi˩˥, | ɬi˩bi˩-lɑ˥ | ʂæ˩ɻ̃˩ tɕɤ˥-kv̩˩-ze˩! |

Alors, on pouvait faire bouillir les radis avec des os! / On pouvait cuisiner une soupe avec ces légumes et des os de porc!

S202 stop écouter
mmm… bo˩-ʂe˧-qo˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ɬi˩bi˩ tʰi˥-kʰɯ˩. |

Mmmh… dans la viande de porc (=dans les plats de viande de porc), on mettait des radis.

S203 stop écouter
əəə… ə˩kʰɯ˩ tʰi˥-kʰɯ˩. |

Euh… on [y] mettait [aussi] des navets.

S204 stop écouter
bo˩ʈʂʰæ˧-qo˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | wo˩-v̩˥tsʰɤ˩ tʰi˩-kʰɯ˩. |

Dans [les plats à base de] lard, on mettait des feuilles du navet (littéralement 'légume-feuilles du navet'; l'expression souligne qu'il s'agit d'une variété de légume: d'un ingrédient pour la cuisine).

S205 stop écouter
wo˩-tɕæ˩ɻæ˥ tʰi˩-kʰɯ˩. |

On mettait des feuilles de navet conservées. (La narratrice s'arrête un moment sur ces recettes, et affine la désignation de l'ingrédient: comme il s'agit de légumes conservés, on utilise le terme pour cette sorte de préparations, l'associant au nom du légume en question, ici les feuilles de navet.)


NOTE : /wo˩-v̩˥tsʰɤ˩/ (qui précède) et /wo˩-tɕæ˩ɻæ˥/ désignent bien le même ingrédient: frais dans un cas (/wo˩-v̩˥tsʰɤ˩/), conservé dans l'autre (/wo˩-tɕæ˩ɻæ˥/).
S206 stop écouter
tʰi˩˥ | wɤ˩˥ | əəə… v̩˩tsʰɤ˧-tsʰɑ˧nɑ˥, | di˩-kv̩˩˥! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩! |

Alors, ensuite, eeuh… il y avait [aussi] des légumes verts, autrefois!


NOTE : /v̩˩tsʰɤ˧-tsʰɑ˧nɑ˥/: légume de couleur sombre/noire 绿油油的青菜; désigne globalement les légumes verts, pas une espèce en particulier. Reporté dans le dictionnaire en 2016.
S207 stop écouter
tsʰæ˧pʰv̩˧˥ | -dʑo˩, | dʑo˧-mɤ˧-kv̩˧˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩! | v̩˩tsʰɤ˧-tsʰɑ˧nɑ˥! |

Le chou chinois, il n'y en avait pas, autrefois! [Ce qu'on avait] c'était des légumes verts! (Ce passage frôle le jeu de mot entre d'une part 'légume blanc', sens littéral de l'expression désignant le chou chinois, et d'autre part 'légume sombre', sens littéral de l'expression désignant les légumes verts et divers légumes frais en na: "Autrefois, il n'y avait pas de légume blanc! [Ce qu'on avait] c'était des légumes sombres!" Au plan culinaire synchronique, le chou chinois, 'légume blanc', ferait en réalité partie des légumes frais, désignés comme 'légumes sombres' en na.)


NOTE : /tsʰæ˧pʰv̩˧˥/: même sens que /v̩˩tsʰɤ˧-pʰv̩˥/: 白菜. Reporté dans le dictionnaire en 2016.
S208 stop écouter
əəə… <v…> wo˩-bv̩˥ | v̩˩tsʰɤ˧˥ | əəə… ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥ | wɤ˩˥ | gv̩˩-ɬi˩mi˩-qo˥, | ə˧ʝi˧-tsʰi˧ʝi˧-ne˧˥, | tʰi˧-di˩-kʰɯ˩ | mɤ˧-kv̩˧˥! |

Euh… les feuilles du navet (littéralement "le légume du navet")… euh… eh bien, au neuvième mois, il n'y avait pas de légumes comme maintenant! (Littéralement "il n'y en avait pas comme maintenant": l'éventail de produits frais qu'on trouve sur les étals de la ville de Lijiang, où vivait la locutrice à la date de l'enquête, est bien plus large que celui qu'on trouve à la ferme.)

S209 stop écouter
gv̩˩-ɬi˩mi˩-qo˥-ɳɯ˩, | le˧-hæ̃˩~hæ̃˩! | əəə… tæ˧pv̩˩ | le˧-gv̩˩! |

C'est au neuvième mois qu'on les coupait! Euh… on les faisait sécher !

S210 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | ɖɯ˧-kɤ˧~ɖɯ˥-kɤ˩ le˩-tsʰɤ˩, | hæ̃˧pɤ˧ tsʰɤ˩-ne˩-ʝi˩-zo˩! |

On [les] tressait comme ça, par branches entières; comme des tresses (de cheveux)!


NOTE : Pourquoi l'emploi de /kɤ˧˥/, classificateur des branches? (si˧ | ɖɯ˧-kɤ˧˥) Attachait-on les tresses de feuilles de navet sur des baguettes ou des branches, pour les attacher par paquets à l'endroit où on les mettait à sécher? Réponse: tient simplement à une similarité d'apparence: les paquets de feuilles ressemblent à une branche.
S211 stop écouter
ə˧mɑ˧-bv̩˧ | hæ̃˧pɤ˧ ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | tsʰɤ˩-ne˩˥, | <le˧-…> ɖɯ˧-tsʰɤ˩~ɖɯ˩-tsʰɤ˩ | le˧-tsʰɤ˩! |

En les tressant ainsi, comme mes tresses… on les tressait, tresse après tresse! / on en faisait des quantités de tresses!


NOTE : On pourrait également dire: /ə˧mɑ˧-bv̩˧ | hæ̃˧pɤ˧-ne˩/ 'comme mes tresses'
S212 stop écouter
mmm! tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | tʰi˧-hwæ˩-kv̩˩ mæ˩, | ɑ˩ʁo˧! | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥, | ɖɯ˧-ʝi˧ | ɖɯ˧-ʝi˧ | ɖɯ˧-ʝi˧ | ɖɯ˧-ʝi˧ | ɖɯ˧-ʝi˧ | ɖɯ˧-ʝi˧ | tʰi˧-hwæ˩! |

Mmmh! On les accrochait comme ça, à la maison! Voilà comment on faisait: on en accrochait à un endroit, un autre endroit, un autre endroit, un autre endroit… (=on en accrochait à toutes sortes d'endroits / on en remplissait complètement les espaces de la ferme où on a coutume de faire sécher des produits agricoles)

S213 stop écouter
tʰi˧-hwæ˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ɖɯ˧-kʰɤ˧~ɖɯ˥-kʰɤ˩ | le˧-pv̩˧-kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩ | tʰi˧-tɕɯ˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | dʑɯ˩ʁo˩ bi˩-bi˩˥, | v̩˩tsʰɤ˧-tæ˧pv̩˥-ʈʂʰɯ˩, | <ɖɯ˧-… n… əəə…> ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | ɖɯ˧-kɤ˧ ʂæ˥~ʂæ˩! | tʰi˧-kʰɯ˧˥! |

Quand on les accrochait, quand ça avait séché par paniers entiers, par paniers entiers, qu'on avait stocké ça, alors, quand on se disposait à aller sur la montagne (=à partir en expédition sur la montagne), les légumes séchés, on les enroulait autour d'une baguette! et on les rangeait [parmi les bagages]!


NOTE : tons vérifiés: est bien /v̩˩tsʰɤ˧-tæ˧pv̩˥-ʈʂʰɯ˩ | /
NOTE : /ɖɯ˧-kɤ˧ ʂæ˥~ʂæ˩/: on les enroule; cf: /tso˧~tso˧ ʂæ˥~ʂæ˩/ 'enrouler des choses'
S214 stop écouter
tʰi˩˥, | dʑɯ˩ʁo˩˥ | dʑɯ˩-tsʰi˧ | ɖɯ˧-ʈʰɤ˧ tsi˥, | v̩˩tsʰɤ˧-tæ˧pv̩˥ | tʰi˧-ʈɯ˧˥! |

Alors, en montagne, on se faisait bouillir un p'tit peu d'eau, on y faisait blanchir les légumes séchés!


NOTE : de: /tsi˩/ 'faire bouillir'
S215 stop écouter
tʰi˩˥, | əəə… le˧-ʈʂʰæ˧~ʈʂʰæ˧! | wɤ˩˥ | tʰi˧-tɕɤ˧˥! | dzɯ˧-lɑ˩ ɲi˩ mæ˩! |

Ensuite, euh… on lavait! On faisait encore bouillir! Et on mangeait / et c'était bon, on pouvait manger!


NOTE : Après avoir blanchi à l'eau bouillante, on lavait à l'eau froide ou à l'eau chaude; laver à l'eau chaude allait plus vite et était plus efficace.
S216 stop écouter
ə˧ʝi˧-tsʰi˧ʝi˧ ne˧-ʝi˥ zo˩, | ʂɯ˧-hĩ˥ | v̩˩tsʰɤ˧˥ | mɤ˧-dʑo˧-ɲi˥! |

Des légumes frais, comme de nos jours, ça n'existait pas !

S217 stop écouter
ʈʂʰɯ˧… | gv̩˩-ɬi˩mi˩-ɳɯ˥, | v̩˩tsʰɤ˧˥ | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | le˧-hæ̃˩~hæ̃˩. |

Ca… au neuvième mois, on découpait tous les légumes (en morceaux).

S218 stop écouter
tsʰe˧-ɬi˧mi˧… | ʐe˧ʈæ˥-ɬi˩… | lɑ˩jɤ˧-ɬi˧… | ɖɯ˧-ɬi˧mi˧… | ɲi˧-ɬi˧mi˧ | … [tʰv̩˧-]qo˧ tʰv̩˧, | ɬi˧ʈv̩˥! |

Le dixième mois, le onzième mois, le douzième mois, le premier mois [passaient]! Parvenu au deuxième mois, [il y avait] le plantain!

S219 stop écouter
ɬi˧ʈv̩˥ gɤ˩-ʑi˩-kv̩˩-ze˩! | ɬi˧ʈv̩˥-dʑo˩, | hæ˧-ʐwɤ˩-dʑo˩, | kʰe˧mɤ˥ʝi˩ pi˩, | ə˩-gi˩! |

On cueillait le plantain! Le plantain, en chinois, on appelle ça fv:/kʰe˧mɤ˥ʝi˩/, n'est-ce pas!


NOTE : chinois local: /kʰe˧mɤ˥ʝi˩/
S220 stop écouter
õ˧-ʈʂʰɯ˧-ʁo˥! | ɬi˧ʈv̩˥ gɤ˩-ʑi˩-kv̩˩! | ɬi˧ʈv̩˥ qwæ˩-bi˩-kv̩˩-ze˩! |

C'est de cette espèce-là qu'il s'agit! On cueillait le plantain! On allait déterrer le plantain!

S221 stop écouter
ʂɯ˧-hĩ˥, | ʈʂʰɯ˧-kʰwɤ˥-lɑ˩ ɲi˩! |

En fait de légumes frais, on n'avait que cette sorte-là (le plantain) !

S222 stop écouter
tʰi˩˥, | əəə… ɖɯ˧-ɬi˧mi˧ | tʰi˩˥ | ɲi˧-ɬi˧mi˧-qo˧-gɤ˧ | v̩˩tsʰɤ˧˥… | tʰi˩˥, | gɯ˩-ʝi˥, | gɯ˩-ʝi˥-dʑo˩, | wɤ˩˥ | hæ˧-ɳɯ˧ | v̩˩tsʰɤ˧ pʰo˥-hĩ˩ do˩-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥ | wɤ˩˥ | v̩˩tsʰɤ˧ pʰo˥-ɲi˩ mæ˩! |

Alors, euh… les légumes du premier mois, du deuxième mois… eh bien, en fait, en voyant des Chinois (Han) qui semaient des légumes, les Na, eux aussi, ils ont semé des légumes (=ils se sont mis à semer des légumes / ils se sont mis aux culture maraîchères)!


NOTE : on aurait également pu dire: /pʰo˥-ɲi˩-ze˩ mæ˩/
NOTE : d'abord noté /ɲi˧-ɬi˧mi˧-qo˧ | v̩˩tsʰɤ˧˥/; à la réécoute, il me paraît entendre: /ɲi˧-ɬi˧mi˧-qo˧-gɤ˧ | v̩˩tsʰɤ˧˥… |/ ; confirmé par F4 en 2017
S223 stop écouter
hæ˧ so˩-zo˩! | ɖɯ˧-ɬi˧mi˧… | ɲi˧-ɬi˧mi˧-qo˧ tʰv̩˧-dʑo˥, | dʑɯ˩ʁo˩˥ | qʰwæ˩kɤ˩˥! | qʰwæ˩kɤ˩-ʈʂʰɯ˥, | le˧-hæ̃˧ le˥-po˩-jo˩! | mmm… v̩˩tsʰɤ˧-lv̩˧bv̩˧ | le˧-gv̩˩.

Ce sont les Chinois (Han) qui nous ont appris! Au premier mois… au deuxième mois, on va couper du bois (une sorte d'arbuste: /qʰwæ˩kɤ˩/) sur la montagne! on le coupe et on le ramène! (pour couvrir les cultures de légumes) Mmmh… On fabrique un lit à légumes.


NOTE : tons de /ɲi˧-ɬi˧mi˧-qo˧ tʰv̩˧-dʑo˥/ confirmés
NOTE : /qʰwæ˩kɤ˩-dzi˩˥/: sorte d'arbuste, d'environ 1m50 à 2 mètres, pouvant servir de haie
NOTE : lv̩˧bv̩˧: ton M > //v̩˩tsʰɤ˧-lv̩˧bv̩#˥//, /ʈʂʰɯ˧ | v̩˩tsʰɤ˧-lv̩˧bv̩˧ ɲi˥/. Sens: lit pour légumes, dans le potager. Reporté dans le dictionnaire en 2016.
S224 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | tʰi˧-qɑ˩.

On couvre, comme ça.

S225 stop écouter
tʰi˩˥, | dʑɯ˩ bv̩˩˥-dʑo˩, | v̩˩tsʰɤ˧-ʈʂʰɯ˧, | dʑɯ˧ | le˧-bv̩˩, | ɖɯ˧-ʝi˧ bi˧-mɤ˧-kv̩˧-tsɯ˥, | v̩˩tsʰɤ˧-ɻæ˧˥, | le˧-bv̩˩-zo˩, | tʰi˧-lɑ˧ mɤ˥-kv̩˩, | pi˧-zo˩. |

Alors, pour arroser, les légumes, on les arrose; certains ne savaient pas y faire: les graines de légumes, [ils] arrosaient, mais ils ne savaient pas faire / ils ne s'y prenaient pas bien, à ce qu'on dit !


NOTE : reformulation proposée par F4: /le˧-bv̩˩-zo˩, | ɖɯ˧-ʝi˧ bi˧-mɤ˧-kv̩˧-tsɯ˥/.
NOTE : tons vérifiés
S226 stop écouter
<gɤ˩…> gɤ˩-ʑi˥, | ʈʂʰwæ˩-kv̩˩ pi˥-zo˩! | v̩˩tsʰɤ˧˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧ ʝi˥ | tʰi˧-qɑ˩. |

Quand ça pousse, ça peut aller vite (quand on a pris soin de couvrir)! Les légumes, on les couvre, comme ça.


NOTE : passage /<gɤ˩…> gɤ˩-ʑi˥, | ʈʂʰæ˧-kv̩˩ pi˩-zo˩/ non transcrit en 1e passe (omission); vérifié en 2017: est: /ʈʂʰwæ˩-kv̩˩ pi˥-zo˩/.
S227 stop écouter
əəə… tʰi˩˥, | so˧-ɬi˧mi˧-qo˧-dʑo˧, | v̩˩tsʰɤ˧˥ | ʂɯ˧-hĩ˧ dzɯ˧-tʰɑ˩-kv̩˩-ze˩ ! |

Euh… alors, au troisième mois, on peut manger des légumes frais! (littéralement "des légumes neufs")


NOTE : tons vérifiés: /ʂɯ˧-hĩ˥/ donne /ʂɯ˧-hĩ˧ dzɯ˧/
S228 stop écouter
tʰv̩˧ mɤ˧-ɲi˩ pi˩, | tʰææ̃˧ | v̩˩tsʰɤ˧-tæ˧pv̩˥ | ɖɯ˧-dzɯ˥-ɳɯ˩… | ŋwɤ˩-ɬi˩mi˩-qo˥, | ɬi˧ʈv̩˥ | ɖɯ˧-tɕʰi˩~ɖɯ˩-tɕʰi˩ dzɯ˩. |

Sinon, vrai de vrai, on mangeait des légumes séchés; au cinquième mois, on mangeait du plantain à chaque repas.

S229 stop écouter
ʐo˩ dzɯ˩-se˥, | ɖɯ˧-v̩˧ | ɬi˧ʈv̩˥ qwæ˩-bi˩. | mv̩˩kʰv̩˧˥, | əəə… <ʝi˧-k…> zo˩no˧, | hæ˧-ʐwɤ˩ | tv̩˧tsʰɯ˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧-qo˧-ɳɯ˧-dʑo˥ | ɬi˧ʈv̩˥ qwæ˩-bi˩-dʑo˩, | qʰv̩˧-ɭɯ˥-qo˩ tʰv̩˩-ɳɯ˩ | <nnn… le˧…> ɑ˩ʁo˧ | le˧-jo˩! | nn… əəə…

Après le déjeuner, quelqu'un va déterrer du plantain. Le soir, euh… <certains…> alors, [pour dire les choses suivant le décompte du temps] en chinois, si on part déterrer le plantain à une heure [de l'après-midi], c'est à sept heures (littéralement: "c'est quand sept heures sont venues") qu'on revient à la maison! euh…


NOTE : on pourrait également dire: /qʰv̩˧-ɭɯ˥-qo˩-ɳɯ˩ | le˧-jo˩-kv̩˩! | /
NOTE : vérifié: il n'y a pas de syllabe entre /ɖɯ˧-v̩˧/ et /ɬi˧ʈv̩˥/.
NOTE : tons vérifiés: est bien /ɖɯ˧-ɭɯ˧-qo˧-ɳɯ˧/ > /ɖɯ˧-ɭɯ˧-qo˧-ɳɯ˧-dʑo˥/.
S230 stop écouter
ʈʂʰɯ˧-ɖɯ˧-mi˧… | kʰɤ˧˥ | ʈʂʰɯ˧-ɖɯ˧-mi˧-hĩ˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧-qo˧-ɳɯ˧, | ʈʂʰɯ˧-ʂwæ˧-mi˧-hĩ˧ | ɖɯ˧-ɭɯ˧-qo˧ | ɖɯ˧-kʰɤ˧ ɖɯ˥-kv̩˩-ze˩. |

Gros comme ça… dans un panier gros comme ça, haut comme ça… on [en] ramenait [tout] un panier ! / On en ramenait un panier gros comme ça, haut comme ça, plein à ras bord!

S231 stop écouter
<õ˧-ʈʂʰɯ˧-lɑ˥ ɲi˩> [õ˧-ʈʂʰɯ˧-lɑ˩ ɲi˩]. | di˧qo˧-gɤ˧, | ʁæ˧mɤ˧-ʑi˧, | õ˧-bv̩˥-õ˩ | <ʑ…> gɤ˩-ʑi˥-hĩ˩, | ʝi˧se˧-hĩ˧-bv̩˧, | gɤ˩-ʑi˥-hĩ˩ | qwæ˩~qwæ˧˥ | dzɯ˧-lɑ˩-ɲi˩. |

Voilà, c'était tout ! / Ce n'était pas plus compliqué que ça ! On se contentait de déterrer et manger ce qui poussait : toutes sortes de choses des champs, ce qui poussait tout seul / ce qui poussait par soi-même, ce qui poussait spontanément (les plantes sauvages). / Dans le temps on ne cultivait pas de légumes, on se contentait de déterrer toutes sortes de végétaux qui poussaient tout seuls.


NOTE : Sur l'enregistrement: /ʈʂʰɯ˧-lɑ˥ ɲi˩/. Deux séquences tonales sont phonologiquement acceptables: /ʈʂʰɯ˧-lɑ˥ ɲi˩/ ou /ʈʂʰɯ˧-lɑ˩ ɲi˩/. La formulation /ʈʂʰɯ˧-lɑ˩ ɲi˩/ est jugée préférable. On pourrait également dire: /õ˧-tʰv̩˧-lɑ˩ ɲi˩/
NOTE : découpage en groupes tonals vérifiés : /qwæ˩~qwæ˧˥ | dzɯ˧-lɑ˩-ɲi˩. | /
NOTE : /gɤ˩-ʑi˥-hĩ˩/: 'ce qui pousse' ; /ʝi˧se˧-hĩ˧/ : chinois: 野生的. Reporté dans le dictionnaire en 2016.
S232 stop écouter
õ˧-bv̩˥-õ˩, | pʰo˧-mɤ˥-kv̩˩! |

On ne plantait pas nos propres (légumes)!

S233 stop écouter
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | tɑ˩˥fv̩˩˥ | pi˧-dʑo˩, | qʰæ˧ <-ʈʂʰɯ˧> do˧˥ | ɖwæ˩ ʝi˧-kv̩˥-ɲi˩ wɤ˩! |

Autrefois, les Na, les excréments… quand ils voyaient des crottes (dans les potagers de Chinois (Han)), ça leur faisait peur !


NOTE : /tɑ˩˥fv̩˩˥/: 大粪 'excrément'. Reporté dans le dictionnaire en 2016.
S234 stop écouter
"ə˧mi˧! | qʰæ˧!" | pi˧-zo˩, | ɲi˧to˧ | ɖɯ˧-tɑ˧˥ | tʰi˧-qo˧~qo˥-kv̩˩! |

"Houlààà, des excréments!" qu'ils disaient, et tous se couvraient la bouche [avec la main]! (Explication: les Na se couvraient le nez et la bouche avec la main, stupéfaits de voir des excréments humains.)


NOTE : de: /tʰi˧-qo˩/ 'couvrir'.
S235 stop écouter
tʰi˩˥, | hæ˧-bv̩˧ | v̩˩tsʰɤ˧ hwæ˥-dʑo˩, | "hæ˧-bv̩˧ | v̩˩tsʰɤ˧˥, | hwæ˧ mɤ˧-ɖo˧, | qʰæ˧ tʰi˩-kʰɯ˩-ɲi˩!" | pi˧-zo˩! |

Et quand il était question d'acheter des légumes des Chinois (Han), les gens disaient: "Les légumes des Chinois, il ne faut pas en acheter, on y met des excréments!"

S236 stop écouter
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | dzɯ˧ mɤ˧-kv̩˩ mv̩˩, gɯ˩! |

Autrefois, on n'en mangeait pas, vrai de vrai!

S237 stop écouter
tʰi˩˥, | gɯ˩-ʝi˥, | gɯ˩-ʝi˥, | v̩˩tsʰɤ˧˥ | hæ˧-ɳɯ˧ | v̩˩tsʰɤ˧˥ tʰi˧-pʰo˧-hĩ˥ | dʑɤ˩˥ | kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˥ | tʰi˩˥, | nɑ˩˥ | õ˧-bv̩˥-õ˩ | pʰo˧˥ | -kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩, | õ˧-bv̩˥-õ˩ | qʰæ˧ tʰi˩-kʰɯ˩! |

Et alors, pour de vrai, vrai de vrai, comme ils étaient beaux, les légumes que faisaient pousser les Chinois, eh bien, quand les Na se sont mis à en cultiver (littéralement: "lorsque les Na en ont cultivé eux-mêmes"), ils y ont mis des excréments [comme engrais], à leur tour! (littéralement "ils y ont mis leurs propres excréments comme engrais")

S238 stop écouter
hɑ˩ʂɯ˧ | dzɯ˧-ɲi˥ mæ˩! |

Et ils en ont mangé, malgré tout[, en fin de compte]! / Et ainsi, (on) a quand même fini par en manger, de ces légumes !

S239 stop écouter
hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | ʐæ˧v̩˩ tʰv̩˩! | ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩, | hĩ˧-ɳɯ˩ | so˧-hĩ˧-lɑ˥ ɲi˩, ə˩-gi˩! |

Les gens sont drôles, quand même ! Tout vient d'autrui, n'est-ce pas / Tous les savoir-faire, on les apprend d'autrui, n'est-ce pas !

S240 stop écouter
mv̩˩di˩-qo˥-ʈʂʰɯ˩, | hĩ˧ li˩, | no˧ | ʈʂʰɯ˧-bæ˧ ʝi˧, | njɤ˧ | ʈʂʰɯ˧-bæ˧ ʝi˧-bi˧-ni˥-gv̩˩; | njɤ˧ | ʈʂʰɯ˧-bæ˧ ʝi˧, | no˧ | ʈʂʰɯ˧-bæ˧ ʝi˧-bi˧-ni˥-gv̩˩; | hĩ˧ li˩, | le˧-so˩ | le˧-kv̩˧˥! |

Dans les champs, les gens regardent. Toi tu fais comme ci, je prends l'habitude de faire cette même chose (=de faire pareil); moi je fais comme ça, [et] toi tu prends l'habitude de faire cette même chose (=de faire pareil); en observant les gens, on apprend, et [en fin de compte] on sait faire ! / on regarde; on apprend; et voilà, on sait faire à son tour!


NOTE : tons vérifiés
S241 stop écouter
gɯ˩ ʝi˥-dʑo˩, | v̩˩tsʰɤ˧ pʰo˥, | le˧-kv̩˧-ɲi˥-ze˩! |

et vrai de vrai, on a su faire pousser des légumes!

S242 stop écouter
v̩˩tsʰɤ˧˥ | ʂɯ˧-hĩ˥ F | dzɯ˧-di˧ dʑo˧-ɲi˥-ze˩! |

Les légumes frais sont devenus partie intégrante de notre alimentation! (Littéralement: "on a désormais eu des légumes frais comme nourriture/parmi nos aliments!")

S243 stop écouter
ʁo˧dɑ˧-dʑo˧, | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩, | ɖɯ˧-sɑ˥ | ʝi˧-mɤ˧-kv̩˩! | ɬi˧di˩-di˩mi˩-hĩ˩ ʈʂʰɯ˩-tɕi˩! |

Auparavant, les Na, les gens de Yongning, ils ne savaient rien faire du tout!


NOTE : tons vérifiés: est bien /ʝi˧-mɤ˧-kv̩˩/, et /ɬi˧di˩-di˩mi˩-hĩ˩ ʈʂʰɯ˩-tɕi˩/, en un groupe
S244 stop écouter
tʰææ̃˧, | pv̩˧-hĩ˧-lɑ˩ dzɯ˩! |

Vrai de vrai, on ne mangeait que des (légumes) séchés!


NOTE : tons vérifiés: est bien /pv̩˧-hĩ˧-lɑ˩ dzɯ˩/
S245 stop écouter
ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩, | pv̩˧-hĩ˧ ʝi˧! |

On faisait tout sécher !

S246 stop écouter
tʰi˩˥, | dʑɯ˩ʁo˩˥ | gɤ˧ bi˩-bi˩, | pv̩˧-hĩ˧ ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ɖwæ˧˥ | po˧˥ | qʰæ˩-ɲi˥-ze˩ mæ˩! | mɤ˧-ʐɯ˧ ɲi˥-ze˩ mæ˩! |

Et alors, quand on se disposait à gagner un lieu en haute montagne, les choses séchées, c'était bien facile à porter! [Parce que] ce n'est pas lourd !


NOTE : Question 2016: serait-ce /gɤ˧-bi˧/ 'en haut'? Réponse: c'est /gɤ˧/ 'lieu, endroit', et non 'haut'. /dʑɯ˩ʁo˩˥ | gɤ˧/: un lieu en haute montagne
NOTE : Question 2016 concernant les tons : serait-ce /qʰæ˩-ɲi˥/ 'c'est facile'? Réponse: oui. Même sens que: lo˧ fv̩˧ ɲi˥ mæ˩ 'c'est facile'. Avais d'abord noté /‡qʰæ˧-ɲi˥..
NOTE : Ici s'arrête la transcription en mai 2016. A reprendre à 20 mn et 20 secondes sur l'enregistrement. Troisième document d'annotation, jusqu'à la 245e unité <S>.
S247 stop écouter
ɖɯ˧-tso˧kʰwɤ˧ | tʰi˧-kʰɯ˩ | po˧-kʰi˥ | dʑo˩˥, | hĩ˧ ʈʂʰɯ˧, | ʐo˩-tɕʰæ˩ɻæ˥ gv̩˩ ɲi˩-ze˩ wɤ˩!

On met (les légumes séchés) dans un sac / on prépare un sac de légumes séchés; [pour] les gens [qui vont porter ça sur la montagne], c'est tout léger!


NOTE : Reprise de la transcription en 2017 à cet endroit.
NOTE : Vérifié : n'est pas /tʰi˧-kʰɯ˩ po˩-kʰi˩/.
NOTE : /ʐo˩-tɕʰæ˩ɻæ˥/: tout léger, 轻飘飘.
S248 stop écouter
ʂɯ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧ | ɖɯ˧-kʰɤ˧ pɤ˧~pɤ˥-hĩ˩ lɑ˩, | əəə… le˧-pv̩˧-hĩ˧ tʰv̩˧, | ɲi˧-ɲi˧ dzɯ˧-di˧˥, | pɤ˧pɤ˥-hĩ˩ tʰv̩˩… | ʂɯ˧-hĩ˧=bv̩˧, | ɖɯ˧-tcʰi˩ pɤ˩~pɤ˩ hĩ˩, | ʐɯ˧ | ʐwæ˩-ɲi˥-ze˩ wɤ˩! |

Euh… ces choses sèches, de quoi manger pendant deux jours (=des provisions pour deux jours), à porter… [c'est facile; tandis que] les choses fraîches, porter [ne serait-ce que ce qu'il faut pour] un repas, c'est vraiment très lourd! / L'avantage des produits séchés, c'est qu'on peut sans difficulté porter des vivres pour deux jours, tandis qu'avec les produits frais, rien que la quantité nécessaire pour un repas, c'est déjà très lourd !


NOTE : /ɖɯ˧-kʰɤ˧ pɤ˧~pɤ˥/: tons non vérifiés avec la locutrice (court passage omis lors de la transcription sur le terrain, notés en juin 2017)
S249 stop écouter
le˧-pv̩˧-hĩ˧, | ɲi˧-ɲi˧ dzɯ˧-tso˧ pɤ˧~pɤ˥, | mɤ˧-ʐɯ˧ ɲi˥-ze˩ wɤ˩! |

Une fois que c'est sec, porter de quoi manger pendant deux jours, c'est pas lourd, hein!


NOTE : /dzɯ˧-tso˧/, /dzɯ˧-di˧˥/: sens proche.
S250 stop écouter
dʑɯ˧-qo˧ tʰi˧-kʰɯ˧˥ | tʰi˩˥, | õ˧=bv̩˥ õ˩ | wɤ˩˥ | le˧… le˧-fɑ˩, | le˧-dze˩, | ə˩-gi˩! |

Quand on met (les légumes secs) dans l'eau, ça lève tout seul; (alors) on les coupe, n'est-ce pas!


NOTE : le˧-fɑ˩: gonfler, reprendre du volume; est un emprunt chinois; équivalent en 'bon na': le˧-ɖʐv̩˥
S251 stop écouter
<le˧-p…> dʑɤ˩pi˧ tʰv̩˧ ɲi˥, | le˧-ɖʐv̩˧ ɲi˥-ze˩ mæ˩! | ĩ! | õ˧ ʈʂʰɯ˧ ne˧ ʝi˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | gi˩˥ | -dʑo˩, | v̩˩tsʰɤ˧=ɻæ˥ | tʰææ̃˧ | le˧-po˧˥ ! |

Ca prend du volume (littéralement: ça devient beaucoup, ça donne beaucoup), ça s'humecte / ça s'imbibe! Oui! Et ainsi, vrai de vrai, on apporte les légumes [avec soi jusque dans la montagne]!

S252 stop écouter
ʑi˧qʰwɤ˧ dɑ˧˥ | ɖɯ˧-ɲi˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | v̩˩tsʰɤ˧˥ | le˧-dʑo˧-ze˧! | ɳɯ˩dʑɯ˥ ɳæ˩-kv̩˩-ze˩! | õ˧=bv̩˥ õ˩ | ɳɯ˩dʑɯ˥ ʈʂʰɯ˩-dʑo˩! |

Le jour où on construit la maison, on a des légumes ! On prépare (aussi) du tofu ! C'est notre propre tofu (=du tofu de notre propre confection)!


NOTE : /ɳɯ˩dʑɯ˥/, /nv̩˩dʑɯ˥/ pour 'tofu': tous deux acceptables: il s'agit de variantes.
S253 stop écouter
ə˧mi˧=ɻæ˩ ɳɯ˩, | ɑ˩ʁo˥ | 'ə˧mi˧ õ! | tsʰi˧ʝi˧-dʑo˩, | ʑi˧qʰwɤ˧ dɑ˧-tso˧ ɲi˥ õ!' | pi˧. |

Les femmes de la maisonnée ('les mères') disaient: 'Eeeh bien! Cette année, on va construire une maison, eh oui!'

S254 stop écouter
ʐɯ˧ tɕɤ˧-hĩ˧-dʑo˩, | ʐɯ˧ tɕɤ˧˥! | ɳɯ˩dʑɯ˥ ɳæ˩-hĩ˩, | ɳɯ˩dʑɯ˥ ɳæ˩! | ʐɯ˧ | le˧-tɕɤ˧˥, | mmm… tsʰe˩ŋwɤ˩-hɑ̃˥ tʰi˩-kʰɯ˩, | ʝi˧ qo˩! |

[Pour cette grande occasion,] les faiseurs-d'alcool, ils faisaient de l'alcool! Les faiseurs-de-tofu, ils faisaient du tofu! Le vin, on le préparait, mmm… (puis) on le laissait reposer quinze jours en jarre!


NOTE : /ʝi˧ qo˩/: dans une jarre
S255 stop écouter
tʰi˩˥, | le˧-tɕɤ˧-se˥ | wɤ˩˥ | le˧-bv̩˩! |

Ensuite, après l'avoir fait bouillir, on le passe à la vapeur !

S256 stop écouter
ʐɯ˧ bv̩˩ | ɖɯ˧-ɲi˥-dʑo˩, | ɳɯ˩dʑɯ˥ | ɳæ˧-mɤ˥-kv̩˩! | ʐɯ˧-lɑ˧ | ɳɯ˩dʑɯ˥ ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | əəə… lɑ˩~lɑ˧˥ | pi˧-zo˩! |

Le jour où on fait de l'alcool, on ne fait pas de tofu! (=on ne faisait pas ces deux tâches le même jour) On dit que l'alcool et le tofu, ça entre en conflit/ça ne va pas bien ensemble!

S257 stop écouter
ʐɯ˧ tɕɤ˧˥ | kwɤ˧tɕɯ˥-lɑ˩, | əəə… ɳɯ˩dʑɯ˥ | tʰi˩˥, | ʐɯ˧ tɕɤ˧˥ | ɖɯ˧-ɲi˥, | ɳæ˧˥ | [dʑo˩], | dʑɤ˩ mɤ˧-kv̩˧ pi˥-zo˩! |

Quand on faisait de l'alcool, euh… le jour où on faisait de l'alcool, le tofu, on n'en préparait guère / il n'était pas d'usage d'en préparer ! / Il n'était pas d'usage de confectionner alcool et tofu dans la même journée !


NOTE : /dʑɤ˩ mɤ˧-kv̩˧ pi˥-zo˩/: tons vérifiés.
S258 stop écouter
əəə… ɳɯ˩dʑɯ˥ | ɳæ˧ mɤ˥-kv̩˩! | ʐɯ˧-sɯ˧ | le˧-tɕɤ˧˥! | le˧-se˩-kʰɯ˩! | le˧-tʰv̩˧-kʰɯ˧˥! | tʰi˩˥, | ʐɯ˧ le˧-kʰɯ˩~kʰɯ˩! |

Euh… On ne préparait pas de tofu! On commençait par faire l'alcool! On s'acquittait d'abord de cette tâche-là! On fabriquait (l'alcool)! Ensuite, on mettait l'alcool (en jarre)!

S259 stop écouter
<ɖɯ˧-k… k…> kɤ˧mi˧ ʂwæ˧~ʂwæ˧-hĩ˧-qo˧, | ɖɯ˧-kɤ˩~ɖɯ˩-kɤ˩ | tʰi˧-tɕɯ˥! |

On le met dans une jarre grande comme ça, bouteille après bouteille! (=On le verse, bouteille après bouteille, dans une grande jarre où il est conservé.)

S260 stop écouter
tʰi˩˥ | -dʑo˩, | ə˧mi˧=ɻæ˩ ɳɯ˩, | wɤ˩˥, | nv̩˩ɭɯ˥ | le˧-ʈʂʰæ˥! | əəə… nv̩˩ɭɯ˥-ʈʂʰɯ˩ | wɤ˩˥ | ɖɯ˧-ʂɯ˩ qʰwæ˩~qʰwæ˩! |

Après quoi, les mères, [elles passaient à la tâche suivante:] elles lavaient les haricots! Euh… ensuite, elles brisaient les haricots!

S261 stop écouter
tʰi˩˥ | wɤ˩˥ | dʑɯ˧-qo˧ | tʰi˧-ʈɯ˧˥! | tʰi˩˥ | ɖʐo˩ bi˩-kv̩˥-ze˩!

Ensuite, elles les blanchissaient à l'eau bouillante! Après, on pouvait réduire les haricots en purée!


NOTE : Il me semble y avoir qqch à la fin, après /-ze˩/; /wɤ˩/? D'après F4: non, il n'y a rien. Sorte de relâchement final.
S262 stop écouter
le˧-ɖʐo˩, | le˧-ɖʐo˩, | nv̩˩dʑɯ˥-ʈʂʰɯ˩ | le˧-ɳæ˧˥, | ɖɯ˧-bv̩˧ʈʂɯ˥~ɖɯ˩-bv̩˩ʈʂɯ˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | bv̩˧ʈʂɯ˥-qo˩ ɳɯ˩ | ɳɯ˩dʑɯ˥ | le˧-ɳæ˧-se˥ | le˧-tsɯ˧, | tʰi˧-tɕɯ˥! | ɖɯ˧-pʰæ˧~ɖɯ˥-pʰæ˩ | le˧-hæ̃˩~hæ̃˩! |

On écrasait, on écrasait; le tofu, on le pressait, tamis après tamis. Le tofu, quand on l'avait ainsi pressé, on le filtrait dans le tamis et on le laissait reposer! (Ensuite) on le découpait en gros morceaux!


NOTE : /ɖɯ˧-bv̩˧ʈʂɯ˥~ɖɯ˩-bv̩˩ʈʂɯ˩/: tamis après tamis
NOTE : /tsɯ˧/ signifie 'filtrer', 过滤; ton Ma.
S263 stop écouter
ɳɯ˩dʑɯ˥-lɑ˩ | v̩˩tsʰɤ˧ lɑ˥ ɲi˩ wɤ˩! | v̩˩tsʰɤ˧-tæ˧pv̩˥ lɑ˩ ɲi˩, | ə˧ji˧-ʂɯ˥ʝi˩! |

On n'avait que du tofu et des légumes! On n'avait que des légumes séchés, autrefois!

S264 stop écouter
ɳɯ˩dʑɯ˥ | ɖɯ˧-v̩˥ tʰi˩-tɕɤ˩! | v̩˩tsʰɤ˧-tæ˧pv̩˥ | ɖɯ˧-v̩˥ tʰi˩-tɕɤ˩! | ʈʂwæ˧ʈʂwæ˧-ɻ˥ | ɖɯ˧-v̩˥ tʰi˩-tɕɤ˩!

On faisait bouillir une casserole de tofu! On faisait bouillir une casserole de légumes séchés! On les faisait cuire ensemble!

S265 stop écouter
ʂe˧ | ɖɯ˧-v̩˧ ɖɯ˧-pʰæ˧˥! | õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-ki˧! |

La viande, [on en distribuait] un morceau chacun! On servait, comme ça!/Voilà comment on servait!

S266 stop écouter
zo˩no˧-ne˩-ʝi˩-zo˩, | ə˧tso˧~ə˧tso˥ | ɖɯ˧-qʰwɤ˧~ɖɯ˥-qʰwɤ˩ | pi˧-zo˩, | ɖɯ˧-ʈʂo˩~ɖɯ˩-ʈʂo˩ | dʑo˧-mɤ˧-kv̩˧˥! |

La façon d'aujourd'hui, où (on) sert tout par bols entiers, par tables entières, ça n'existait pas ! / A l'époque, ça ne se faisait pas de couvrir toute la table de plats dans lesquels chacun prélève à sa guise! (Explication: on servait à chacun un bol de riz et un bol de soupe, avec un morceau de viande; on ne disposait pas les mets sur la table, à la chinoise.)


NOTE : ɖɯ˧-ʈʂo˩~ɖɯ˩-ʈʂo˩: mot chinois, 'table': on met la table: il y a des plats sur toute la table, chacun y prélève ce qu'il veut, bouchée par bouchée.
NOTE : /dʑo˧-mɤ˧-kv̩˧˥/: tons vérifiés
S267 stop écouter
hɑ˧-ʈʂʰɯ˧, | õ˧=bv̩˥ õ˩ | ɖɯ˧-qʰwɤ˧~ɖɯ˥-qʰwɤ˩-ʈʂʰɯ˩ | ʂo˩˥, | ə˩-gi˩! |

La nourriture, chacun son bol, c'est propre (=c'est plus hygiénique), n'est-ce pas ! (On ne plonge pas ses baguettes dans le plat après les avoir portées à sa bouche: chacun a son bol et sa cuillère. Le riz, sec, pouvait être consommé à la main: on en façonnait des boulettes dans la main.)

S268 stop écouter
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | <qʰwɤ˧-hĩ˥> [qʰwɤ˧˥] | ɖɯ˧-v̩˧ ɲi˧-ɭɯ˧! | nɑ˩-ʈʂʰɯ˥! |

Autrefois, les bols, il y en avait deux par personne, (chez) les Na!

S269 stop écouter
qʰwɤ˧zo˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧! | qʰwɤ˧pɤ˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧! | v̩˩dʑɯ˩-kʰɯ˥-di˩ | ɖɯ˧-ɭɯ˧! | hɑ˧ kʰɯ˩-di˩ | ɖɯ˧-ɭɯ˧! |

Un petit bol, et un grand bol! Un pour y mettre la soupe! L'autre pour y mettre le riz!


NOTE : /hɑ˧ kʰɯ˩-di˩/: tons vérifiés.
S270 stop écouter
ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩~ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | njɤ˧ | ə˧ʑi˧-ɳɯ˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥ | -dʑo˩, | ʁæ˧bæ˧ dʑo˧-kv̩˧-tsɯ˥ mv̩˩! |

Il y a bien longtemps, à ce que ma grand-mère disait, c'est des assiettes qu'on utilisait (et pas des bols)!

S271 stop écouter
njɤ˧ F | le˧-sɯ˥, | njɤ˧ F | ɑ˩ʁo˧ | do˩˥, | ʁæ˧bæ˧-ʈʂʰɯ˧! | si˧! | si˧ po˩ ɳɯ˩ le˩-gv̩˩-hĩ˩ ʁæ˩bæ˩!

Moi, je le sais: moi-même, j'en ai vu à la maison, des assiettes! En bois! Des assiettes qui étaient façonnées dans le bois!

S272 stop écouter
ə˧˥-dʑo˩, | mɤ˧-v̩˧-zo˥, | ə˩-gi˩! | ə˧˥-dʑo˩, | mɤ˧-v̩˧-zo˥! | si˧… si˧-ɳɯ˩ | le˧-gv̩˩, | næ˩-qʰæ˥ʈʂʰe˩-zo˩! |

Pour ce qui est de la joliesse… c'était pas bien joli, hein! / Côté esthétique, c'était pas vraiment ça, faut reconnaître, hein! [Comme] c'était fait en bois, c'était de couleur sombre/c'était tout noir!


NOTE : /ə˧v̩˧˥/ 'joli' peut se dissocier en 2 parties: /ə˧-mɤ˧-v̩˧˥/ (négation), et même topicalisation de la première syllabe, comme ici.
S273 stop écouter
ʈʂʰɯ˧-ɖɯ˧~ɖɯ˧ ʈʂʰɯ˧-ɖɯ˧~ɖɯ˧-zo˥! |

[Les assiettes,] elles étaient grandes comme ça, grandes comme ça !

S274 stop écouter
hɑ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɲi˧-pɤ˥~ɲi˩-pɤ˩! | bv̩˩dze˩ qo˥ ɳɯ˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ɖɯ˧-pɤ˥ tʰi˩-kʰɯ˩-se˩ | wɤ˩˥ | ɖɯ˧-pɤ˥ tʰi˩-kʰɯ˩. | ɲi˧-pɤ˥! |

La céréale (le riz), on la servait par deux cuillerées / deux cuillerées à la fois! Après avoir servi une première cuillerée, comme ça [geste: grande cuillerée, qui remplit le bol], on mettait encore une cuillerée (on ajoutait une petite cuillerée). Deux cuillerées (en tout). / On servait toujours par paires de cuillerées!


NOTE : /pɤ˥/: classificateur des cuillerées.
NOTE : On servait toujours par DEUX cuillerées, ɲi˧-bv̩˩dze˩ : jamais une seule cuillerée. (Cette habitude est perçue par Ama comme différente des coutumes chinoises.) Si on ne servait qu'une fois, on risquait d'attirait le fantôme /tsʰo˧qʰwɤ˧mi#˥/.
S275 stop écouter
ʁæ˧bæ˧ | qʰɑ˧-ɖɯ˧-gv̩˧, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥, | hɑ˧ | ɲi˧-pɤ˧ ʝi˧! | ɖɯ˧-qʰwɤ˧˥! | õ˧=bv̩˥ õ˩ | ɖɯ˧-ʁæ˩bæ˩; | v̩˩dʑɯ˩˥ | ɖɯ˧-qʰwɤ˧ ʝi˧-kv̩˩ mæ˩! |

L'assiette, elle était grande, ainsi, ça tenait deux cuillerées de céréale! Un bol! On avait chacun son assiette; la soupe, (elle,) on en servait un bol!


NOTE : vérifié : il n'y a pas de syllabe après /qʰæ˧-ɖɯ˧-gv̩˧/.
NOTE : /ɖɯ˧-qʰwɤ˧ ʝi˧-kv̩˩ mæ˩! | : tons vérifiés
S276 stop écouter
ə˧ʝi˧-tsʰi˧ʝi˧-dʑo˩, | si˧-ʁæ˧bæ˥ | mɤ˧-dʑo˧-ze˧! | ɖɯ˧-ʑi˩ | po˧-hĩ˥ | mɤ˧-dʑo˩-ze˩! |

De nos jours, les assiettes en bois, il n'y en a plus! Il n'y a plus une maison qui en ait!


NOTE : On pourrait également dire: /ɖɯ˧-ʑi˩ | po˧-hĩ˧ mɤ˧-dʑo˧-ze˥! |/ (de: /po˧-hĩ˧ mɤ˧-dʑo˧˥/), ou : /po˧-hĩ˥ mɤ˩-dʑo˩-ze˩/.
S277 stop écouter
- si˧-ʁæ˧bæ˥, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩-dʑo˩, | næ˩-qʰæ˥ʈʂʰe˩-hĩ˩!

Commentaire de l'auditeur, reprenant un élément du récit : Les assiettes en bois d'autrefois, elles étaient de couleur sombre!

S278 stop écouter
ĩ˧! næ˩-qʰæ˥ʈʂʰe˩!

Oui! De couleur sombre!

S279 stop écouter
ə˧ʝi˧-tsʰi˧ʝi˧-dʑo˩, | je˩tʰi˧-ʁæ˩bæ˩ pi˩ | wɤ˩˥… | si˧-ʁæ˧bæ˥ | mɤ˧-po˧-se˥ | dʑo˩ | wɤ˩˥ | jɤ˩tʰi˧-ʁæ˩bæ˩ pi˩-zo˩ | wɤ˩˥, | dʑɤ˩˥ | ə˧v̩˧-hĩ˥ | ɖɯ˧-ʁo˧ | le˧-tsʰɯ˩, | ə˩-gi˩! |

De nos jours, on a des assiettes émaillées; comme on n'utilise plus d'assiettes de bois, il y a ce qu'on appelle les assiettes émaillées qui sont arrivées; une sorte bien jolie (=bien plus jolie que le bois), n'est-ce pas.


NOTE : Mots na anciens pour les matériaux nouveaux : l'émail était /je˩tʰi˧/ 'fer des étrangers'; la porcelaine / le grès / la faïence était décrite comme 'pierre', /lv̩˧/: /lv̩˧-ʁæ˧bæ˥/, littéralement 'assiette de pierre'.
S280 stop écouter
tʰi˩˥, | tsʰi˧qʰæ˧-se˥, | ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩ | dʑo˧-ze˧ | wɤ˩˥! | ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩ ʁæ˩bæ˩ | dʑo˧, | ə˩-gi˩! |

Alors… de nos jours, il y a de tout / on trouve de tout! Il existe toutes sortes de vaisselle (littéralement: toutes sortes d'assiettes), n'est-ce pas !


NOTE : de: /tsʰi˧qʰæ˧˥/
S281 stop écouter
õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-kv̩˩ mæ˩! | tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-se˩-dʑo˩ tʰi˩˥, | ʑi˧qʰwɤ˧ le˧-tʰv̩˧ | ɖɯ˧-ɲi˥-dʑo˩, | dʑɯ˧ | le˧-tɕɤ˧˥, | ɳɯ˩dʑɯ˥ | le˧-ɳæ˧˥, | mmm… ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | se˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ʑi˧qʰwɤ˧ dɑ˧-kv̩˥-ze˩! |

Voilà comment ça va ! Alors, de la sorte, le jour où on construit une maison, on fait bouillir de l'eau, on prépare du tofu, mmmh… Une fois qu'on a fait ainsi (=qu'on a procédé à ces préparatifs), on peut construire la maison!


NOTE : d'abord noté /tʰv̩˥/, par erreur.
S282 stop écouter
ʑi˧qʰwɤ˧ | le˧-…dɑ˧˥, | le˧-tʰv̩˧-dʑo˥ | tʰi˩˥, | ʑi˧qʰwɤ˧-qo˧ | tʰi˧-dzi˩! |

Une fois qu'on a fini de construire la maison, eh bien, on y habite (=on s'installe dedans)!

S283 stop écouter
tʰi˧-dzi˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧ qʰo˧˥! | dʑɤ˩ tsʰo˥! | əəə… tʰi˩˥, | hĩ˧bæ˧ qʰo˧˥! |

Quand on s'y est installé, eh bien, on invite les gens / on pend la crémaillère! On danse (=on fait la fête)! Euh… on accueille les invités!

S284 stop écouter
hĩ˧bæ˧ ɳɯ˩ | tʰi˩˥ | pʰɤ˧bɤ˧ po˧˥! | əəə… hĩ˧b[æ˧]…

Les invités, eux, ils amènent des cadeaux! Euh… Les invités…

S285 stop écouter
- kʰv̩˧ʂɯ˥-dʑo˩, ɖæ˩lɑ˧so˧!

Intervention de l'enquêteur : Au nouvel an, on pratique le rituel ɖæ˩lɑ˧so˧!

S286 stop écouter
ĩ˧! | kʰv̩˧ʂɯ˥-dʑo˩, ɖæ˩lɑ˧so˧! | əəə… ʑi˧qʰwɤ˧ tsʰi˧˥, | ɖ… ʑi˧qʰwɤ˧ ʂɯ˧ qo˥ dzi˩, | ɖæ˩-lɑ˧so˧… | qæ˧-kv̩˥ mæ˩! |

Oui, au nouvel an, on pratique le rituel ɖæ˩lɑ˧so˧! Ou plutôt… c'est quand on entre dans les lieux / quand on pend la crémaillère dans la nouvelle maison (littéralement: 'quand on habite dans la nouvelle maison') qu'on pratique ce rituel.

S287 stop écouter
əəə… ʑi˧qʰwɤ˧ ʂɯ˧ qo˥ dzi˩ | ɖɯ˧-ɲi˥-dʑo˩, | mv̩˩si˧njɤ˧˥, | njɤ˧lɑ˥, hĩ˧ | ɲi˧-kv̩˧ ɳɯ˥ | mv̩˧ kʰɯ˩-kv̩˩-ze˩.

Le jour où on entre dans une maison neuve, le matin, tôt, deux personnes allument le feu (dans le foyer).

S288 stop écouter
õ˧=bv̩˥ õ˩ | ɑ˩ʁo˧ hĩ˧ dʑo˧˥, | pi˧-dʑo˩, | õ˧=bv̩˥ õ˩ kʰɯ˩.

Si on a des gens [qui font l'affaire pour cette tâche] dans la famille, on allume le feu soi-même (sans avoir besoin de faire appel à quelqu'un d'extérieur à la famille).

S289 stop écouter
kʰv̩˧˥ | le˧-ʈʂɤ˧-zo˩! |

On prend en considération le signe astrologique (=l'année de naissance)!

S290 stop écouter
no˧ | ə˧tso˧ kʰv̩˧-ɲi˥, | njɤ˧ | ə˧tso˧ kʰv̩˧-ɲi˥, | ə˩-ho˩˥, | mɤ˧-ho˩-ʈʂʰɯ˩, | tʰi˩˥, | ɑ˩ʁo˧-ɳɯ˧ | hĩ˧ | kʰv̩˧˥ | ho˩-hĩ˩˥ | -dʑo˩ | pi˧, | õ˧=bv̩˥ õ˩ kʰɯ˩.

[On considère] de quel signe tu es, de quel signe je suis; si ça convient ou non. Alors, ce sont des membres de la famille (littéralement: "c'est la famille elle-même") qui allument (le feu).

S291 stop écouter
ɑ˩ʁo˧-ɳɯ˧ | hĩ˧ <gɤ… əəə…> kʰv̩˧-ʈʂʰɯ˥ | mɤ˧-ho˩ pi˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ɑ˩pʰo˩-hĩ˥ | ɲi˧-kv̩˧ ʁɑ˧ʂe˥. |

Dans le cas où le signe astrologique des gens de la famille ne convient pas (à cette tâche), on recrute deux personnes de l'extérieur.


NOTE : 24m0s
S292 stop écouter
mv̩˩si˧-njɤ˧˥, | ɖɯ˧-v̩˧-dʑo˧ | v̩˧ tʰi˩-ʈɯ˩; | ɖɯ˧-v̩˧-dʑo˧ | dʑɯ˩ tʰi˩-kʰɯ˩˥; | ɖɯ˧-v̩˧-dʑo˧ | mv̩˧ tʰi˩-kʰɯ˩! | so˩-kv̩˩˥! |

Tôt le matin, l'un d'eux installe la casserole (sur le foyer); un autre verse l'eau; et un troisième allume le feu! [En tout, ça fait] trois personnes!


NOTE : /v̩˧ | tʰi˧-ʈɯ˧/? ou /v̩˧ tʰi˩-ʈɯ˩/? (de: /ʈɯ˧/ 'installer' et v̩˥ 'casserole') réponse: est bien: /v̩˧ tʰi˩-ʈɯ˩/.
S293 stop écouter
əəə… bv̩˧ʐv̩˧ ʝi˧ | æ̃˩ so˥-kʰv̩˩ pi˩! | <mv̩˧bv̩˧…> mv̩˧gv̩˧ ʑi˧˥ | hwɤ˧ so˧-kʰv̩˥ | pi˧! |

Ce qu'on disait (en astrologie), c'est: le Serpent, le Boeuf et le Coq forment un groupe de trois années; et le Dragon, le Singe et le Rat forment eux aussi un groupe de trois. (En anglais: ‘the three years of the Snake, the Ox, and the Rooster; the three years of the Dragon, the Ape, and the Rat’.)


NOTE : 24m10s
S294 stop écouter
ʝi˧, | kʰv̩˧, | ĩ˧! | so˩-kʰv̩˩˥! | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | mv̩˧gv̩˧-kʰv̩˩-hĩ˩, | ʑi˩-kʰv̩˧-hĩ˥, | hwɤ˧-kʰv̩˥-hĩ˩ | ʈʂʰɯ˧ | so˩-kʰv̩˩ ɳɯ˥ | kʰɯ˧-kv̩˥ mæ˩! |

Le Boeuf, le Chien, oui! Il y avait trois signes astrologiques qui convenaient: ainsi, c'étaient les gens de l'année du Dragon, du Singe et du Rat, de ces trois signes-là, qui convenaient pour la circonstance (littéralement: "qui pouvaient mettre").


NOTE : 24m20s, 24m30s
NOTE : début du travail sur la base de la transcription automatique pas encore revue ; W en direct avec Ama. 5 mai 2017.
S295 stop écouter
ĩ˧! | õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-kwɤ˩tɕɯ˩-lɑ˩ | tʰi˩˥, | õ˧tʰv̩˧ so˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | mv̩˩si˧-njɤ˧˥ | njɤ˧lɑ˥ | gɤ˩-ʈi˥, | qwɤ˧ɭɯ˧-ʁo˧ | tʰi˩˥ | bo˩ʈʂʰæ˥ | le˧-hæ̃˧ tʰi˥-tɕɯ˩! |

Eh oui! Alors, comme on procède ainsi, eh bien, à ce moment-là, tôt le matin, on se lève, et on découpe de la viande de porc et on la dispose dans le foyer (=on la tient prête pour faire la cuisine un peu plus tard dans la journée). (Note: la personne qui procédait à ces activités n'était pas l'une des trois personnes choisies pour leur signe astrologique: c'était la maîtresse de maison qui s'en occupait.)


NOTE : 24m40s
S296 stop écouter
mmm… | li˩ tʰi˧-tɕɯ˥! | tsʰe˧ tʰi˩-tɕɯ˩! | ʐɯ˧ tʰi˧-tɕɯ˥! | ʑi˧qʰwɤ˧ ʂɯ˧-qo˥ ɖɯ˩-so˩ dʑo˩. |

Mmmh… on met du thé (dans la cuisine)! on met du sel! on met de l'alcool! au moment (où on procède à l'installation) dans la nouvelle maison.


NOTE : 24m50s
NOTE : /mv̩˧si˧-njɤ˧˥ | ɖɯ˧-so˧ | / le moment où…
NOTE : On pourrait également diviser en: /ʑi˧qʰwɤ˧ ʂɯ˧-qo˥ | ɖɯ˧-so˧ dʑo˧/.
S297 stop écouter
qwɤ˧ɭɯ˧-ʁo˧ | tʰi˧-ʂɻ̩˧-kʰɯ˥! |

On remplit le foyer!


NOTE : /tʰi˧-ʂɻ̩˧-kʰɯ˥/: tons vérifiés, n'est pas M.M.MH. N'est pas le mot signifiant 'garder, s'occuper de', mais l'adjectif 'plein, rempli': n'est pas /tʰi˧-ʂv̩˧-kʰɯ˥/.
S298 stop écouter
tʰi˩˥, | qwɤ˧lɯ˧-ʁo˧ | ə˧tse˥ | ʂɻ̩˧ ɲi˥? | pi˧. |

Mais avec quoi 'remplit'-on le foyer (, me demanderez-vous)?

S299 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-ʂɻ̩˧-kʰɯ˥-dʑo˩, | so˧hwɤ˩ | tʰi˩˥ | ɖɯ˧-↑njɤ˧ | tʰi˧-ʂɻ̩˧-kʰɯ˥ | pi˧. | dzɤ˩-kv̩˧ pi˥! |

Eh bien, voici comment on le remplit: à partir de ce moment-là, on y met des choses sans interruption! On formule des souhaits (de chance et de prospérité)! (On y dépose des cigarettes, de l'alcool, du sel, du thé, et des sucreries.)

S300 stop écouter
əəə… zo˩no˥, | jo˧lv̩˧ kv̩˧-pi˥! | jo˧lv̩˧ kv̩˧˥, | pi˧-dʑo˩, | zo˩no˥, | hæ˧ʐwɤ˩-pi˩, | tsʰɤ˩ʝi˩-ʈʂʰɯ˥ | ɖwæ˧˥ | le˧-dʑo˧-kv̩˧ pi˥-zo˩, | ə˩-gi˩! |

Voilà comment c'était! On disait des formules de bénédiction: Prospérité! "Prospérité", pour traduire ça en chinois, ça veut dire que les richesses (财源) seront abondantes / qu'on aura plein de richesses, n'est-ce pas !


NOTE : 25m0s
NOTE : 25m10s
NOTE : tsʰɤ˩ʝi˩˥: 财源, comme dans l'espression 财源广进
NOTE : Formules de bénédiction: /dʑɤ˩ kʰɯ˥!/, /jo˧lv̩˧ ɲi˥!/ De: /jo˧lv̩#˥/: prospérité, 繁荣 = 景气.
S301 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-zo˩, | əəə… ʝi˧-kv̩˩ mæ˩! |

Voilà comment… on faisait!

S302 stop écouter
tʰi˩˥, | ʈæ˧bɤ˧-ɳɯ˧ | ɖæ˩-lɑ˧so˧ | le˧-qæ˧˥, | tʰv̩˧-so˩! |

Alors, le prêtre faisait le rituel "Ddaelaeso", à ce moment-là !

S303 stop écouter
tʰi˩˥, | ɖæ˩-lɑ˧so˧ | le˧-qæ˧-se˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | əəə… tʰv̩˧ɲi˧-dʑo˩, | hĩ˧ qʰo˧˥! | hĩ qʰo˧˥, | hĩ˧=ɻæ˧ ɳɯ˥, | pʰɤ˧bɤ˧ | qʰɑ˩jɤ˩ po˥-jo˩-kv̩˩! |

Alors, quand le rituel Ddaelaeso était fini, euh… ce jour-là, on invitait des gens! (Quand) on invitait des gens, les gens, ils amenaient plein de cadeaux! / qu'est-ce qu'ils amenaient comme cadeaux!


NOTE : 25m20s
S304 stop écouter
ʝi˧-kʰv̩˥-dʑo˩, | əəə… ʐɯ˧ po˧˥! | li˩ po˧˥! | əəə… jɤ˧ po˧˥! | ŋv̩˩ po˩˥! |

Certains amenaient de l'alcool! Du thé! Des cigarettes! De l'argent!


NOTE : 25m30s
NOTE : Avais d'abord noté /li˩ po˩˥/. Ressemble phonétiquement à [li˩ po˥].
S305 stop écouter
ə˧tso˧ po˧-tsʰɯ˧-ɻ̩˥, | gɤ˩qwɤ˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | tʰi˧-tɕɯ˥, | tʰi˧-tɕɯ˥, | tʰi˧-tɕɯ˥! |

Tout ce qu'ils amenaient, on le posait sur l'autel!

S306 stop écouter
tʰi˩˥, | hĩ˧-ki˧ | hɑ˧ | le˧-dzɯ˥-kʰɯ˩! |

Ensuite, les gens, on leur donne à manger!


NOTE : Vérifié, il n'y a pas de syllabe entre hĩ˧ et -ki˧ dans /hĩ˧-ki˧/.
S307 stop écouter
əəə, | tʰi˩˥, | hĩ˧=ɻæ˥, | ə˧mi˧=ɻæ˩ ɳɯ˩, | <ʈʂʰɯ˧=ɻæ˩ qo˩ |> tʰi˧-dzi˩: |

Alors, les gens, les mères, elles s'asseyent (et bavardent entre elles):


NOTE : /ʈʂʰɯ˧=ɻæ˩ qo˩/: de: /ʈʂʰɯ˧=ɻæ˥/, /ʈʂʰɯ˧=ɻæ˧ qo˥/.
S308 stop écouter
"ə˧mi˧! | ɳæ˧=ɻ̩˩-se˩, | le˧-gɤ˩-ze˩ wɤ˩! | ʑi˧qʰwɤ˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | dʑɤ˩-hĩ˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ tsʰɯ˧-õ˥!" |

"Eeeeh bien! Vous autres, vous voilà comblés! Vous avez construit une bien belle maison!"


NOTE : /tsʰɯ˧-õ˥/: est une variante expressive sur /tsʰɯ˧˥/. Une réalisation simplement avec allongement est également possible. Une troisième possibilité serait: /tsʰɯ˧-wɤ˥/.
NOTE : 25m40s
S309 stop écouter
"le˧-ʂɯ˧-bi˧, | le˧-gɤ˩-ze˩, | ɖɯ˧-dzi˩=ɻ̩˩ bi˩, | qʰɑ˩jɤ˩ pʰv̩˩˥!" |

"Si vous deviez mourir, vous mourriez heureux! Habiter ici, quel bonheur!"

S310 stop écouter
"zo˧mv̩˥-hɤ˩ pi˩-ze˩, gɤ˩-se˩, | ʈʂʰɯ˧-lɑ˩ ɲi˩ mæ˩", | pi˧-kv̩˩ mæ˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩! |

"Si on a des enfants habiles, on est satisfait, et voilà tout/il n'y a rien de mieux au monde!" Voilà ce qu'on disait, autrefois !

S311 stop écouter
zo˧mv̩˥ hɤ˩-hĩ˩-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʑi˧qʰwɤ˧ | dʑɤ˩-hĩ˥ tsʰi˩-kv̩˩! |

Des enfants habiles, ça sait vous construire une belle maison comme celle-ci!


NOTE : 25m50s
S312 stop écouter
"ə˧mi˧! | njæ˧ɻæ˩-se˩, <ə˧zɯ…> | õ˧-ɳɯ˥ | le˧-mɤ˧-tɑ˥-zo˩!" |

"Houlààà! Nous, nous-mêmes, on n'est pas aussi habiles (que vous)!"


NOTE : /le˧-mɤ˧-tɑ˥-zo˩/: 比不上你们 /njɤ˧ | no˧ | le˧-mɤ˧-tɑ˥-zo˩!/ 我比不上你!/njɤ˧ | no˧-bi˩ | tɑ˧pi˧ mɤ˧-tʰɑ˩!/ (tons vérifiés); sans la négation: /ʈʂʰɯ˧ | no˧-bi˩ | tɑ˧pi˧-zo˥!/ 他是你的对手!
NOTE : Autre exemple: /no˧ | tsʰe˧ gv̩˧-ʁo˧ mɤ˧-ho˩!/ (à approfondir yyyy)
S313 stop écouter
"ʑi˧qʰwɤ˧, dʑɤ˩-kʰwɤ˩ mɤ˩-di˩!" | pi˧, | ə˧mi˧ ɖɯ˧-v̩˧~ɖɯ˧-v̩˧ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥ | mæ˩!

"Nous, on n'a pas de belle demeure!" Voilà ce que disaient les mères (à la maîtresse de céans), l'une après l'autre!


NOTE : Avais d'abord battu la campagne, notant /dʑi˧qʰwɤ˧-dʑo˩, | kʰwɤ˧ mɤ˧-di˩/. On pourrait également dire: /dʑɤ˩-kʰwɤ˧ | mɤ˧-di˩/; ou: /dʑɤ˩-kʰwɤ˧ mɤ˧-di˥/. De: /dʑɤ˩-kʰwɤ#˥/, /dʑɤ˩-kʰwɤ˧ ɲi˥/.
S314 stop écouter
tʰi˩˥ | wɤ˩˥ | ɖɯ˧-v̩˧~ɖɯ˧-v̩˧ ɳɯ˧: "pʰe! | ɖwæ˩ mɤ˧-zo˧! | hĩ˧ ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ɖɯ˧-zɯ˧ ɲi˩." |

Alors, on leur répond: "Bah! Ne vous en faites pas! Les humains, ils ont toute leur vie (littéralement: 'c'est une vie')."


NOTE : 26m10s
NOTE : Note au sujet de /hĩ˧ ʈʂʰɯ˧-dʑo˩/: l'algorithme de reconnaissance donne M.H.L, ce qui correspond à 'mes' hypothèses au sujet de la réalisation phonétique des séquences tonales (M rehaussé avant L).
S315 stop écouter
"no˧ | zo˧ gɤ˥ti˩-ho˩-ze˩ mæ˩! | zo˧ ɳɯ˩ | tsʰi˧ ʝi˥ mæ˩!" | pi˧. | wɤ˩˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˧~ʐwɤ˩-ɻ˩. |

Votre fils, il a le temps de grandir?? Il va réussir de belles choses?? Voilà comment roulent les conversations.


NOTE : sens: /no˧zɯ˩/ 'vous'? ou /no˧ zo˧/ 'votre fils'? Réponse: est la deuxième réponse. ?? no˧zo˧gɤ˩tʰi˧ho˩ze˩mæ˩?? votre fils, no˧ zo??
S316 stop écouter
no˧ | ɖɯ˧-kʰwɤ˧ ʐwɤ˥, | njɤ˧ | ɖɯ˧-kʰwɤ˧ ʐwɤ˥, | kɤ˧kɤ˩ | tʰi˧-dzi˩. |

On est assis les uns à côté des autres; j'y vais de ma repartie, tu y vas de ta repartie!


NOTE : 26m20s
S317 stop écouter
li˩˥ | le˧-tɕɤ˧˥! | mmm! ə˧mi˧=ɻæ˩ | tʰv̩˧-ɲi˧-dʑo˩. | əəə… tʰv̩˧ | ɑ˩ʁo˧, | ɖɯ˧-↑njɤ˧ | tʰi˧-dzi˩. |

On prépare du thé ! Eeeh! [Voilà ce que font] les femmes de la maison, ce jour-là. Dans cette maison-là (=dans la nouvelle maison), on se tient longuement assis / on bavarde à loisir / le temps du repos est venu !


NOTE : veut dire: 'dans sa maison', 'dans cette maison-là'. Avais pensé à: /‡ʈʂʰɯ˧-ɑ˧ʁo˩/. En fait, l'autre terme de l'alternative est: /tʰv̩˧ ɑ˥ʁo˩/.
NOTE : Avais d'abord noté /ɖɯ˧-njɤ˥/, par erreur: effet de l'insistance.
NOTE : /ə˧mi˧=ɻæ˩/: exemple d'explicitation du sujet après un énoncé qui serait complet sans cela: groupe nominal sujet, 'tacked on as an afterthought'.
S318 stop écouter
no˧=bv̩˩ ʐwɤ˩! | njɤ˧=bv̩˩ ʐwɤ˩ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥ | mæ˩: |

On parle de vos histoires! On parle de mes histoires! Voici de quoi on cause / voici un échantillon des sujets sur lesquels roule la conversation :


NOTE : Phénomène intonatif intéressant: un ə 'intrusif' avant la consonne nasale initiale dans /njɤ˧=bv̩˩ ʐwɤ˩/. Sert à souligner le parallèle entre les deux constructions: 'toi… moi…'. A voir: le fait que la consonne est nasale facilite-t-il ce phénomène? Cf en français: 'mais'…
S319 stop écouter
"ə˧mi˧! | no˧-bv̩˩ | ʈʂʰɯ˧-ɭɯ˧ se˥, | ɖwæ˧˥ |dʑɤ˩˥!" |

"Eeeeh bien! Vous avez fini votre [demeure]; c'est une bien belle chose!"


NOTE : /ʈʂʰɯ˧-ɭɯ˧-se˧/: serait-ce M.M.M ou M.M.L? et quel est le sens de ce morphème? réponse: est: /ʈʂʰɯ˧-ɭɯ˧ se˥/. Le verbe est: 'achever, terminer'.
NOTE : Note phonétique : la glottalisation finale d'énoncé participe à une stratégie d'affirmation claire et nette. Paraphrase : 'Y'a pas à dire, c'est du beau travail.' / 'Sans conteste, c'est un grand jour.'
S320 stop écouter
"ə˧mi˧! | ə˧mi˧=ɻæ˩, | no˧=bv̩˩ | ʈʂʰɯ˧-ɭɯ˧ | wɤ˩˥ | ʈʂʰɯ˧=bv̩˧ | ʈʂʰɯ˧-ɭɯ˩-ni˩ | mɤ˧-dʑɤ˩, | ə˩-gi˩!" | pi˧. |

[Quelqu'un d'autre lance à d'autres dames présentes, pour faire plaisir à l'hôte:] "Houlà! Mesdames, la vôtre (=votre demeure à vous), elle n'est pas aussi bien que celle de cette [dame]-ci, n'est-il pas vrai?"

S321 stop écouter
õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-zo˩, | no˧-bv̩˩ ʐwɤ˩-ki˩, | njɤ˧=bv̩˩ ʐwɤ˩-ki˩ ʐwɤ˩, "ɖwæ˩ mɤ˧-zo˧! | ɖwæ˩ mɤ˧-zo˧!" | ɖɯ˧-v̩˧~ɖɯ˧-v̩˧ ɳɯ˧: |

Et ainsi, on parle de vos [affaires], on parle de mes affaires! Chacun à son tour dit [pour consoler ceux qui se plaignent de leur sort moins heureux]: "Ne vous en faites pas, ne vous en faites pas!"

S322 stop écouter
"ə˧tso˧ ɖwæ˩? | zo˧ gɤ˥ti˩ | pi˧ | ɖɯ˧-ɲi˧ dʑo˧-kv̩˩! | mv̩˩ gɤ˥ti˩ pi˩ | ɖɯ˧-ɲi˧ dʑo˧-kv̩˩. | ɖɯ˧njɤ˥ | dzɑ˧ mɤ˧-kv̩˩!" |

"Qu'est-ce que vous allez vous faire du souci? / Pourquoi vous tourmenter ainsi? La mauvaise fortune ne durera pas éternellement!"


NOTE : tons à confirmer pour /ɖɯ˧-ɲi˥ dʑo˩-kv̩˩/: ɖɯ˧-ɲi˧ dʑo˥-kv̩˩?; et le sens. Réponse: deux possibilités: ɖɯ˧-ɲi˧ dʑo˧-kv̩˥ / ɖɯ˧-ɲi˧ dʑo˧-kv̩˩. Bien vérifié: n'est pas /ɖɯ˧-ɲi˧ dʑo˥-kv̩˩/. Ici, c'est la second. /hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | gɤ˩ ti˧-kv̩˧˥!/ sens: grandir, 长大
S323 stop écouter
'hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | qʰɑ˧tv̩˧ qʰɑ˧bæ˧ gv̩˧ ɳɯ˧, | hĩ˧ ɖɯ˧-v̩˧ lɑ˧ ɲi˥!' | pi˧. |

Les gens/les humains, c'est seulement au travers des expériences de la vie qu'ils deviennent (littéralement 'qu'ils sont') des gens!


NOTE : On pourrait également: /hĩ˧ ɖɯ˧-v̩˧ lɑ˧ tsɤ˥ ɲi˩!/
NOTE : qʰɑ˧tv̩˧:苦甜? /qʰɑ˧/: amer; /tv̩/: pas de sens identifiable; /qʰɑ˧tv̩˧ qʰɑ˧bæ˧/: sens général: avoir l'expérience de la vie, avoir une expérience des bonnes choses et des mauvaises. Ton: M (pas de ton flottant). /ə˧mɑ˧ | ʈʂʰɯ˧-v̩˧, / ɖɯ˧-tv̩˧ ɖɯ˧-ɕi˧ bæ˧ gv̩˧-ze˧! | qʰɑ˧tv̩˧ qʰɑ˧bæ˧ gv̩˧-ze˧!/ 'Ama, elle, elle en a vu, des choses! (=des bonnes et des mauvaises) Elle a l'expérience de la vie!'
S324 stop écouter
æ˧ʂæ˧-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˧~ʐwɤ˩ kv̩˩ mæ˩! |

Autrefois, voilà comment on bavardait !

S325 stop écouter
tʰi˩˥, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ se˩-dʑo˩, | tʰi˩˥ | tʰv̩˧-ɲi˧, | le˧-ʐwɤ˥~ʐwɤ˩! | ə˧mi˧=ɻæ˩ | tʰv̩˧-ɲi˧ | tʰi˧-dzi˩. |

Alors, quand on avait fait de la sorte, eh bien, ce jour-là… on bavardait ! Les femmes de la maison, ce jour-là, elles se reposaient (littéralement : "elles se tenaient assises").

S326 stop écouter
hĩ˧=ɻæ˥, | ʝi˧kʰv̩˥ | ʐæ˩ʂæ˥-hĩ˩-dʑo˩, | hɑ˧ ɖɯ˧ tɕʰi˩ dzɯ˩, | le˧-bi˩-kv̩˩-ze˩! |

Les gens (=les invités), certains, ceux qui viennent de loin (littéralement 'les gens de loin'), ils prennent un repas, et puis ils s'en retournent!


NOTE : 26m40s, 26m50s
NOTE : Début de la transcription reprenant une transcription automatique réalisée par Oliver Adams. En sortie, le résultat brut était comme ceci :
NOTE : pv̩˥ze˩tʰi˩˥ə˧bi˩ʐɯ˩ɲi˥dʑu˩ ə˧mi˧ho˩hĩ˧ɖʐɯ˧ʈʂʰæ˧dʑu˥tʰi˧dzi˩i˩dʑi˩tʰi˧dzi˩ʐwɤ˩dzɯ˩˥ʈʂʰɯ˩dzɯ˧ (passage commençant à 27m0s)
S327 stop écouter
tʰi˩˥, | ə˧mi˧ | ʐɤ˩ni˧-hĩ˧=ɻæ˥-dʑo˩, | ə˧mi˧ | ho˩-hĩ˥ | ɖʐv̩˧ | tʰv̩˧=ɻæ˥-dʑo˩, | tʰi˧-dzi˩, | ə˩-gi˩! |

(Tandis que) les gens qui habitent près, les gens avec qui on s'entend bien, les amis, ceux-là, ils restent (littéralement "ils se tiennent assis"), n'est-ce pas.


NOTE : /ʐɤ˩ni˧-hĩ˧=ɻæ˥/: tons soigneusement vérifiés. Forme bien un seul groupe tonal.
NOTE : vérifié: est bien /ə˩-gi˩/; phonétiquement, n'y ressemble guère.
NOTE : 27m10s
S328 stop écouter
tʰi˧-dzi˩, | ʐo˩ dzɯ˩˥, | ʈʂʰwɤ˩ dzɯ˩˥, | tʰi˩˥ | dʑɤ˩ tsʰo˥! |

Ils se tiennent assis ; on prend le déjeuner, on prend le dîner, et ensuite, on danse!

S329 stop écouter
tʰi˩˥, | 'ʐɯ˧dzi˧ tso˧-ɲi˥, | tsʰo˧qʰwɤ˩ | njɤ˧-ki˩ | dʑɤ˩ tsʰo˧ qɑ˧-ɻ˥!' pi˧. |

Alors, on dit: 'Restez donc dormir ici! Ce soir, donnez-nous donc un coup de main pour la danse / participez donc à la danse!'


NOTE : /no˧ | ʐɯ˧dzi˧ tso˧-ɲi˥, | le˧-jo˧!/ /tsʰi˧ɲi˧, ʐɯ˧dzi˧ tso˧-ɲi˥!/ demandé le sens à TS; réponse: 两种说法:1,入住新房。2,人死了。Ama corrige: dans ce second cas, c'est: /ʐɯ˧ hwɤ˩/.
NOTE : /tsʰi˧ɲi˧, | ʐɯ˧dzi˧ ɲi˥!/今天入住新房!
NOTE : /ʐɯ˧dzi˧, | dʑɤ˩tsʰo˧!/ Quand on s'installe dans une nouvelle maison, on fait une fête / tout le monde vient danser!
NOTE : La forme /njɤ˧-ki˩ |/ est contraire à la règle morpho-phonologique dégagée, selon laquelle le schéma devrait être /njɤ˧-ki˧/. xxxx à vérifier en 2018.
S330 stop écouter
tʰi˩˥, | dʑɤ˩tsʰo˧ bi˧-kv̩˧-ze˥ mæ˩! |

Alors, on se dispose à danser!

S331 stop écouter
dʑɤ˩˥ | le˧-tsʰo˧, | dʑɤ˩˥ | le˧-tsʰo˧, | ʈʂʰɯ˧=ɻ˩ ɳɯ˩ | tʰi˩˥ | ʐɯ˧dzi˧-dʑo˥ | tʰi˩˥, | ʐɯ˧dzi˧-hĩ˧=bv̩˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | æ˧ʂæ˧-tɑ˩mv̩˩ ʈʂʰɯ˩-dʑo˩, | zo˩no˥, | əəə… dʑɤ˩tsʰo˧-hĩ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | mmm… hĩ˧ ɳɯ˩ | ʐwɤ˩-dʑo˥ | tʰi˩˥, | hĩ˧-ɲi˩tʰo˩ ɖɯ˩-kv̩˩, | pi˧-zo˩! |

On dansait, on dansait… Eux, ceux qui participaient à la pendaison de crémaillère, ceux qui étaient venus pour la cérémonie d'entrée dans la maison, autrefois, eh bien… ceux qui participaient à la danse, alors, euh… les gens parlaient d'eux/ils étaient l'objet des racontars des spectateurs! / Sur les bancs d'où on regardait les danseurs, les ragots allaient bon train, n'est-ce pas!


NOTE : 27m20s
S332 stop écouter
dʑɤ˩tsʰo˧-zo˩, | le˧-tʰv̩˩~tʰv̩˩ | le˧-se˩-kʰɯ˩-bi˩ | pi˧-zo˩, | æ˧ʂæ˧ | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | dʑɤ˩… | ʝi˧sɯ˥ ɲi˩-kv̩˩-tsɯ˩ mv̩˩! |

En dansant, on oubliait tout dans l'emportement des pas, du rythme! (Figure de style: comme si le verbe 'fouler aux pieds' était employé transitivement avec pour objet tous les soucis de la vie: 'on foulait tout aux pieds jusqu'à en être libéré'.) Autrefois, voilà comment… bien… c'était là toute la signification de la danse! (Oublier mécontentements et chagrins, et se laisser entraîner dans la danse.)

S333 stop écouter
õ! tʰi˩˥, | tʰv̩˧-ɲi˧-dʑo˩, | ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩ | hĩ˧ ʁɑ˧ʂe˥, | hĩ˧ | le˧-ʁɑ˥ʂe˩ | le˧-po˧-tsʰɯ˧˥, | dʑɤ˩˥ | le˧-tsʰo˧. |

Eh oui! Alors, ce jour-là, on invitait toutes sortes de gens / on conviait tout le monde; on faisait venir tout le monde, et on dansait.


NOTE : 27m30s
NOTE : Tons de /dʑɤ˩˥ | le˧-tsʰo˧ | / soigneusement vérifiés à nouveau: n'est pas /dʑɤ˩˥ | le˧-tsʰo˥ | /.
S334 stop écouter
dʑɤ˩˥ | le˧-tsʰo˧-se˩ | tʰi˩˥ | ʈʰææ̃˧ | wɤ˩˥ | kɯ˧ʈʂʰwɤ˩ | le˧-gv̩˩! |

Quand la danse était finie, vrai de vrai, on préparait le 'dîner des étoiles'!


NOTE : 27m40s
NOTE : /kɯ˧ʈʂʰwɤ˩/: collation du soir, de la nuit, quand on veillait tard (que ce soit à l'occasion d'une fête, ou simplement pour les tâches ordinaires de confection de tissu en lin). Littéralement 'dîner des étoiles'. Cochons, chiens, vaches dormaient; seules les étoiles tenaient compagnie aux veilleurs pendant la collation.
S335 stop écouter
wɤ˩˥ | kɯ˧ʈʂʰwɤ˩ pi˩ | wɤ˩˥ | hæ̃˧qʰv̩˥ | wɤ˩˥ | ɖɯ˧-tɕʰi˩ ki˩-kv̩˩ mæ˩! |

Ca fait encore un repas de plus / un élément de plus dans la longue succession des événements de la journée! En pleine nuit, on offrait un repas! / Et c'était reparti pour encore un événement de plus: le 'dîner des étoiles', en pleine nuit, un repas de plus dans une série qui paraissait déjà longue, comme si ça ne devait jamais finir!

S336 stop écouter
nɑ˩-ʈʂʰɯ˥ | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩ | kɯ˧ʈʂʰwɤ˩ gv̩˩-k[v̩˩]… | ɖɯ˧-njɤ˧ | kɯ˧ʈʂʰwɤ˩ gv̩˩-kv̩˩ ɲi˩. |

Les Na, autrefois, ils préparaient le 'dîner des étoiles'; on le préparait très régulièrement (=ce n'était pas un événement exceptionnel, réservé aux occasions particulières comme les pendaisons de crémaillère).

S337 stop écouter
kɯ˧ʈʂʰwɤ˩ ʈʂʰɯ˩-kʰwɤ˩-dʑo˩ | tʰi˩˥, | əəə… mmm… ʈʂʰwɤ˧-dʑo˧, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩ | mmm… tv̩˧tsʰɯ˧ hõ˧-ɭɯ˥ | tʰv̩˧=ɻæ˧ qo˥ ɳɯ˩ | le˧-dzɯ˥-dʑo˩, | wɤ˩˥ <k… D> | kɯ˧ʈʂʰwɤ˩ ʈʂʰɯ˩-tɕʰi˩-dʑo˩, | əəə… n… əəə… tv̩˧tsʰɯ˧ tsʰe˧ɲi˧-ɭɯ˧ qo˧ ɳɯ˧ | dzɯ˧-kv̩˩! | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩! |

La collation de fin de soirée, eh bien… le dîner, autrefois, mmh… c'est vers huit heures qu'on le prenait; ensuite, le dîner des étoiles, ce repas-là, euh… on le mangeait à onze heures du soir! Autrefois!


NOTE : 27m50s
NOTE : /tv̩˧tsʰɯ˧ tsʰe˧ɲi˧-ɭɯ˧ qo˧ ɳɯ˧ | dzɯ˧-kv̩˩ tsɯ˩! | /: tons soigneusement vérifiés.
NOTE : Note importante: /ʈʂʰwɤ˧-dʑo˧/: est un schéma tonal inattendu. Attendu: L+LH. Réponse le 9 mai 2017: est en variation libre: soit /ʈʂʰwɤ˩-dʑo˩˥/, soit /ʈʂʰwɤ˧-dʑo˧/.
S338 stop écouter
wɤ˩˥ | kɯ˧ʈʂʰwɤ˩ | ɖɯ˧-tɕʰi˧ gv̩˩! | dʑɤ˩tsʰo˧ hĩ˧=ɻæ˧-ki˥! |

(La narratrice récapitule:) On préparait un repas de plus: le 'dîner des étoiles'! Pour les gens qui avaient dansé!


NOTE : le˧-wo˧ le˥-tɕo˩ ʐwɤ˩: 'répéter'
S339 stop écouter
kɯ˧ʈʂʰwɤ˩ tʰi˩-ki˩. | ʐɯ˧ | tʰi˧-ki˧! | kwæ˧tsɯ˧ qʰæ˧! | si˧ʁo˧-si˧ɭɯ˧ dzɯ˧! |

On servait le 'dîner des étoiles' (la collation du soir). On distribuait de l'alcool! On grignotait des graines de tournesol! On mangeait des fruits!


NOTE : 28m0s
S340 stop écouter
õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-zo˩, | ə˧ʝi˧-ʂɯ˥ʝi˩, | ʑi˧qʰwɤ˧ ɖɯ˧-ɭɯ˧-hĩ˧ ʈʂʰɯ˧-dʑo˩! | ɖwæ˧˥ | lo˧ hɑ˧ ɲi˥ wɤ˩! |

Voilà comment c'était, autrefois, (l'histoire d')une maison! C'était toute une affaire / c'était diablement compliqué!


NOTE : 28m10s
S341 stop écouter
ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩, | ʑi˧qʰwɤ˧-ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, le˧-gv̩˩ | mɤ˧-tʰv̩˧! |

Toutes ces choses-là… La construction de la maison, on n'en voyait pas le bout! (Littéralement: on n'arrivait pas à finir la construction.)

S342 stop écouter
tʰi˩˥, | ʑi˧mi˧ | le˧-gv̩˩ | le˧-tʰv̩˧-se˩, | hĩ˧ | le˧-qʰo˩, | le˧-se˩-dʑo˩ | tʰi˩˥ | wɤ˩˥… | wɤ˩˥ | ɲi˧ʈʂæ˧ʑi˧ dɑ˥-tso˩ ɲi˩ pi˩. |

Alors, quand on avait fini de construire la maison, qu'on avait invité les gens, qu'on avait fini (tout cet aspect-là), eh bien, (ce n'était pas encore fini:) il y avait encore… encore la construction du bâtiment à deux étages! (Un bâtiment d'habitation.)


NOTE : 28m20s
S343 stop écouter
wɤ˩˥, | ɲi˧ʈʂæ˧ʑi˧˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ dɑ˧˥! |

On construisait encore un bâtiment à deux étages!

S344 stop écouter
tʰi˩˥, | ɲi˧ʈʂæ˧ʑi˧ dɑ˥-dʑo˩ | tʰi˩˥, | hĩ˧ | ʁɑ˧ʂɯ˩ mɤ˩-kv̩˩-ze˩! |

Alors… pour la construction de la maison à deux étages, on ne fait pas appel à des travailleurs en dehors de la famille / on n'engage pas de travailleurs en dehors de la famille!


NOTE : 28m30s
S345 stop écouter
mmm… hĩ˧ qʰo˧˥, | mɤ˧-kv̩˧-ze˥! |

Mmmh… On n'invite pas non plus de gens (à festoyer une fois le travail de construction achevé)!


NOTE : tons soigneusement vérifiés
NOTE : Note technique : fin de la 4e partie de l'annotation. A 28 mn 26 sur l'enregistrement ; total cumulé : 344 lignes sur l'enregistrement.
S346 stop écouter
tʰi˩˥, | õ˧=bv̩˥ õ˩ | qæ˧do˧… | zo˧=ɻæ˧ ɳɯ˥ | le˧-ʂe˧ | le˧-dze˩-hĩ˩, | ʑi˧mi˧ | le˧-dɑ˧-hĩ˥ qo˩, | gɤ˩-dze˧-hĩ˩, |

Alors, nous-mêmes (=les membres de la famille eux-mêmes), les hommes, le bois qui reste de ce qu'ils étaient allés chercher [sur la montagne], ce qui reste de la construction du bâtiment principal…


NOTE : 28m40s
NOTE : N'entends pas clairement la partie /-hĩ˩/ dans /le˧-dze˩-hĩ˩/; mais elle est clairement présente, confirme la locutrice.
NOTE : Début de la transcription 'en solo' le 8 mai 2017.
S347 stop écouter
õ˧ʈʂʰɯ˧-dʑo˩ | tʰi˩˥, | ɲi˧ʈʂæ˧ʑi˧ dɑ˥-kv̩˩-ze˩ mæ˩! |

… ça [=ces pièces de bois qui restent, on s'en sert:] ainsi (=avec ce bois de construction resté), on construit la maison à deux étages!

S348 stop écouter
ɲi˧ʈʂæ˧ʑi˧ dɑ˥ | tʰi˩˥ | ɖʐv̩˧=ɻæ˩ ɳɯ˩, | no˧ ɳɯ˧ njɤ˩ qɑ˩~qɑ˩ | le˧-dɑ˧˥! |

Quand on construit la maison à deux étages, eh bien, les amis, ils construisent en s'entr'aidant / les amis viennent donner un coup de main! (littéralement: 'on la construit avec toi qui viens m'aider').

S349 stop écouter
tʰi˩˥… | tʰi˩˥ | ʈʂʰɯ˧-kʰwɤ˥ qo˩-hĩ˩… | se˧~se˥ kv̩˩-ze˩! | le˧-se˧~se˥! |

Alors, là… on achève, vrai de vrai! On termine!


NOTE : 28m50s
NOTE : Schéma rédupliqué M.H: attendu pour un prédicat au ton La; convient à: 'finir, achever'.
S350 stop écouter
le˧-se˧~se˥-kwɤ˩tɕɯ˩ lɑ˩ | tʰi˩˥, | ʑi˧qʰwɤ˧-ʈʂʰɯ˧, | ʑi˧mi˧ ɖɯ˧-ɭɯ˧, | ɲi˧ʈʂæ˧ʑi˧˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ di˩-kv̩˩-ze˩! |

Quand on a fini, eh bien, la maison, elle comporte un bâtiment principal, et un bâtiment à deux étages!

S351 stop écouter
bo˩bv̩˥ | ɖɯ˧-ɭɯ˧ di˩-kv̩˩-ze˩! | mmm… tʰi˩˥, | kʰi˧mi˧ ɖɯ˧-pɤ˩ di˩-kv̩˩-ze˩! | kʰi˧zo˧ ɖɯ˧-pɤ˩ di˩-kv̩˩-ze˩! |

Elle comporte (aussi) une étable à cochons! Euh… après, elle comporte (aussi) une porte principale! et une petite porte!

S352 stop écouter
ʑi˧qʰwɤ˧ ɖɯ˧-ɭɯ˧-hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | kʰi˧ F -qɑ˩, | kʰi˧mi˧, | kʰi˧zo˧! | əəə… so˧-pɤ˧! |

Une maison, en fait de portes, [elle comporte une] porte principale, [et une] porte de derrière! Euh… [en tout] trois portes!


NOTE : /kʰi˧-qɑ˩/: réalisé proche de [kʰi˧ əqɑ˩]. Vérifié le 9 mai 2017: on ne peut dire /kʰi˧ -qɑ˩/. Réécouté avec F4, et comparé avec des séquences /kʰi+qɑ/ différentes. Paraît bien être une particularité systématiquement associée à ce morphème. Résultat de l'analyse: il n'y a pas de syllabe supplémentaire, mais une focalisation intonative: ce qui est noté dans les textes par 'F'.
NOTE : 29m0s
S353 stop écouter
ɑ˩ʁo˧ | ʑi˧qʰwɤ˧ | kʰi˧-bi˥ | mɤ˧-ʈʂɤ˧! | hæ̃˧do˧ qo˧ tʰv̩˧-ho˩-hĩ˩ | -no˧˥! |

On ne compte pas les portes à l'intérieur de la maison, celles qui donnent sur l'aire à battre le grain (=celles qui sont dans l'enceinte de la maisonnée) [mais on compte seulement celles qui ouvrent sur l'extérieur, et qu'il faut fermer pour garantir la ferme des intrusions]. On ne ferme pas (littéralement 'on n'attache pas', 不拴) la porte principale! A cause des gens qui vont peut-être venir pendant la nuit / à cause des visiteurs nocturnes!


NOTE : 29m10s
S354 stop écouter
kʰi˧mi˧ | gɤ˩tɕo˧ ʁɑ˧-dʑo˥ | tʰi˩˥, | kʰi˧mi˧ | ɖɯ˩-hĩ˥ | ɖɯ˧-pɤ˩. |

On franchit la porte principale; c'est celle par laquelle on passe / celle qu'on franchit [pour entrer dans la ferme]! Alors, [voilà pour la première des portes: ] une porte principale.

S355 stop écouter
kʰi˧mi˧ ʈʂæ˧˥ | ɖɯ˧-ɲi˥-dʑo˩ | wɤ˩˥ | wɤ˩˥ | ɲi˧ŋwɤ˩ ɳɯ˩ | wɤ˩˥ | ʐɯ˩tsɯ˥ | ɖɯ˧-ɲi˥ ʈʂɤ˩-zo˩-kv̩˩ ɲi˩. |

Le jour où on installe la porte principale, eh bien… ça doit être un jour propice! Il est déterminé par l'astrologie! (Littéralement: 'on compte [pour trouver] un bon jour'.)

S356 stop écouter
kʰi˧mi˧-tʰv̩˧, | zo˩qo˥ mæ˩, | ʁwɤ˧ʐv̩˧-lo˩mæ˩ mæ˩ no˩? |

La grande porte, dans quel sens elle est orientée (littéralement 'dans quel sens elle pointe'), eh bien, est-ce qu'elle pointera vers Qiansuo?


NOTE : /ʁwɤ˧ʐv̩˧-lo˩mæ˩/: nom quadrisyllabique de Qiansuo; de: /lo˩mæ˩˥/
S357 stop écouter
mv̩˧ɖɯ˩-qo˩qɑ˩ mæ˩ no˩? | kɤ˧sɑ˥-ɕi˩ʁwɤ˩ bi˩ mæ˩ no˩ | pi˧, | õ˧ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥-zo˩, | kʰi˧mi˧-ʈʂʰɯ˧ | wɤ˩˥ | tʰi˧-mæ˩ | tʰi˩˥ | wɤ˩˥ | dʑɤ˩-hĩ˥ qo˩ mæ˩-zo˩-kv̩˩ pi˩. |

Est-ce qu'elle pointera vers le col de /mv̩˧ɖɯ˩/? vers /kɤ˧sɑ˥-ɕi˩ʁwɤ˩/? Voilà dans quels termes on réfléchit pour l'orientation de la porte: qu'elle donne dans une belle direction.


NOTE : /mv̩˧ɖɯ˩/: nom d'une montagne, où habitent des Pumi. C'est là que se construit actuellement un aéroport (à proximité du Lac). Autre localité pumi: bɤ˧ dzi˩-qo˩qɑ˩: le col où habitent les Pumi.
NOTE : 29m20s
S358 stop écouter
si˧dzi˩, | ʈʰææ̃˧ | ↑dʑɤ˩-hĩ˧ tʰi˧-di˥-hĩ˩ qo˩ mæ˩-zo˩-kv̩˩. | dʑɤ˩pi˧ tʰi˧-di˥-hĩ˩ qo˩ mæ˩, | pi˧-dʑo˩, | ʈʂʰɯ˧ | ə˧tso˧ mɤ˧-ɲi˩ | dʑɤ˩pi˧ dʑo˧-kv̩˩ pi˩-kv̩˩! |

On dit qu'il fallait que la porte soit orientée vers des étendues boisées, pas vers des étendues rocheuses (gastes). On disait que si c'était orienté vers un lieu où il y avait beaucoup, eh bien, eux (=la famille qui habiterait dans la maison) elle aurait de tout en abondance!


NOTE : 29m30s
S359 stop écouter
si˧dzi˩ tʰi˩-mɤ˩-di˩-hĩ˩ qo˩ mæ˩, | pi˧-dʑo˩, | hĩ˧-ʈʂʰɯ˧, | ɖɯ˧-↑sɑ˥ | le˧-ʂe˧, | ɖɯ˧-mɤ˧-kv̩˧˥! | ʈʰææ̃˧…. | ʂo˩-qæ˩ɻæ˥ gv̩˩ | pi˧-kv̩˩ <| pi˧-kv̩˩>, | æ˧ʂæ˧-ʈʂʰɯ˥-dʑo˩! |

Si la porte donne sur une direction où il n'y a pas d'arbres / qui n'est pas boisée, les gens [de la maisonnée], ils auront beau se démener, ils n'obtiendront rien (=leur labeur sera en vain)! Vrai de vrai… on expliquait ça bien clairement, dans le temps! (=Dans le temps, je t'assure, c'était bien clair dans la tête des gens, ce principe-là!)


NOTE : 29m40s
NOTE : /ʂo˩-qæ˩ɻæ˥ gv̩˩/: a ici un sens négatif: il n'y a rien de rien, c'est tout vide.
S360 stop écouter
zo˩no˥, | kʰi˧ mæ˥-bi˩, | zo˩no˥, | æ̃˩ʈv̩˥-bi˩ mæ˩ mɤ˩-ɖo˩, | pi˧-kv̩˩. |

En fait, l'orientation de la porte / la direction dans laquelle donne la porte, eh bien… [la porte] ne devait pas être tournée en direction d'une falaise, à ce qu'on dit.


NOTE : 29m50s
S361 stop écouter
æ̃˩ʈv̩˥-bi˩ mæ˩, | ʈʂʰɯ˧-dʑo˩, | æ˩pʰæ˧-ni˧˥ | ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʂɯ˧ʂɯ˧ʂɯ˧ʂɯ˧ pi˧, | ʂo˧-kv̩˥ pi˩! |

Si on est tourné vers une falaise, les richesses vont disparaître de la maisonnée comme si elles glissaient (tombaient) d'une falaise!

S362 stop écouter
ʈʂʰɯ˧ne˧-ʝi˥ | ʐwɤ˩-kv̩˩˥! | gɯ˩˥ | mɤ˧-gɯ˩, | mɤ˧-sɯ˥, | ə˩-gi˩! |

Voilà ce qu'on disait! Est-ce que c'est vrai ou pas, on sait pas, hein!


NOTE : La formulation /gɯ˧ mɤ˧-gɯ˩/ paraît également acceptable à la locutrice.