The dignitary and the abandoned child


Continuous playing:

Transcription by sentence


Translation by sentence
fr
Whole text transcription


Whole text translation
fr
Tog in tog vavan a, welan Tayagvēg a, ba womdō t-Q̄ayn̄in̄. Ḡōyō n-bulsal.
Welan Tayagvēg a totog van a, van hō Q̄ayn̄in̄ a, ba ḡēy an̄sas ḡē. “Ēt! Welan Tayagvēg na!”
Ḡēy le ḡē, van tēy ḡē ha: “Welan, ōy! Nēn̄ van vēh ve? — Nen̄ van me ḡo lele ḡis momo / de.”
Ewa, m̄ey nōn̄ vap ḡo “Óòó, n-memyō mam mine! Ba ḡamyō ma / ma / mi-hil hō tēq̄ē nan a, ba– ta-vah teq̄e.”
M̄ey nōn̄ go “N-memyō! Ḡamyō m-vah hō ba, ḡē t-yep teq̄e.”
“N-memyō! ba ḡamyō mal vah! Ḡē n-malaw, ḡē t-mata teq̄e.”
M̄ey nōn̄ go “N-memyō! Ba ḡamyō m-vah tē hō a ba, ḡēy ma-malaw ha, ba te-yep hiy teq̄e.”
Ḡēy vap a, Womdō ḡo: “Ha l-taygeg mine a, ba, *dēna* n-hēt.”
“Ēs! Womdō! Ḡemem gēs, mam yemem ben, n-vep yemem ben, ba ḡemem ta-vap te hiy ḡē vēh na! Wō nōyōm yaw ben tē ḡo nēn̄ tam vēh hiy ḡē nōn̄?!”
Wa ḡē n-ha mamgaysēn va– E welan ḡo “Van, dō van!”
Ḡē n-le ḡē, ḡōyō van ha, ḡōyō hay ne-q̄et na, hahay a wa, ḡōyō mōl. Ḡo “Van me, dō mōl tēy ne.”
Wa ḡōyō mōl tēy ḡē me yo Tayagvēg a, a ḡōyō / leq̄evēn noyon ne-welan a, n-an̄ sewsew ḡē.
Sal ha nagan hēyēp na, ḡē n-gengen bah a. Le va nagan kasan, le va nagan de, le va noyon sēm e wa, ḡē n-mōl.
Q̄ōn̄ vitwag na, ḡōyō ḡo gengen sē na, ba ḡōyō vatvat ḡo: “Talōw, dō t-gengen n̄a Lbēhey.”
Ememe / Womdō ḡo “Wē! Nen̄ ḡo wih ta gadō mōmō, q̄iyig lē-q̄ēn̄ nen̄ van vahal, wih ta gadō mōmō; ba tē, tē nēn̄ van ha, dōyō q̄oyo gengen n̄a Lbēhey.” Welan ḡo “Itōk.”
Bastē, lē-q̄ēn̄ hō na, ḡē n-wih n-mōmō, n-van me n-tey.
Teytey bah na, matap ha na tē, ḡē n-ōw yan̄ ha, n-van van van me hō Lbēhey a, wa Welan a n-van me.
“Ēt! Bulsal! Nēn̄ mal dēn̄? — Òò! ne mal dēn̄ me, tē, hag tē. — O, itōk. Ōw ngadō mōmō tē dōyō gengen.”
Ḡōyō gengen. Gengen bah na, ḡē ḡo: “Wan!”
Ḡē n-ḡiy na-ga na, ḡōyō wanwan na, et va vēh gēs a: ḡēy hey va nē-lēw l-benen Welan a.
Hey, hey q̄ēt.
Ḡē ḡo “Dōyō gengen!” Ḡōyō gengen.
Gengen bah na, ḡē ḡo: “Wan!”, ḡōyō wan.
Wan, wan, ḡē n-et va wa, ḡēy ma-sayap lawlaw n-yon̄on!
Ḡē ḡo “Dō gengen mōl, bulsal!” Ḡōyō gengen. Ḡōyō gengen a, gengen q̄ēt.
Ḡo “Wan!” Ḡē n-wan hō, tē ḡōyō inin na, ḡē n-et va vēh gēs a, ḡēy ma-sayap lawlaw q̄ēt n-tayben.
Ḡē ḡo: “Bulsal, nēn̄ t-et veglal te ne?”
Ḡē ḡo: “Wē! N’ et veglal tē nēn̄.”
Ḡē ḡo: “Nēn̄ tevele metegtēg, aa?”
Ḡē ḡo: “Óòó, tatēh. Ne metegtēg vēh te nēn̄.”
Ḡē n-et va vēh gēs a, ḡēy m̄on ḡē.
Ḡē m-hag me a, ḡē m-’tet va vēh gēs a, ḡēy m-hah ḡē, tē m-van tē ḡēy m-liw goy ḡē.
Bas ḡē n-mōl hō na, n-vav va hiy ige hō Q̄ayn̄in̄ a ḡo:
“̄Gayō e Welan me-gengen tē q̄iyig a lē-bē, ba ḡē mal mat. Talōw nōn̄ tē nen̄ van, * ḡe * ten̄.”
Ḡēy ḡo “Wō nēn̄ vap hiy e Welan vēh na, wō nōyōm hap ben ḡo nēn̄ ḡo tam hiy ḡē?”
Ḡē ḡo “Òò, heywē! Ḡē mal mat!”
Ḡēy mitiy tē matyan̄ ha l-matap na tē, ḡē n-hatig tē n-van me, van me, van me, van me, van me, van me, van me, eḡal me na –
ige tog tē l-ēm̄ mete yon̄teg vēh gēs a, Womdō m-ten̄ yan̄.
Ḡo “Womdō vanvan tē gēn!”
E Welan a m-vap nowmat tē va wa: “Nōyōm yaw ḡēy mō-lōn̄veg den nēn̄, nōyōm tan̄ sēm dam tē l-ēm̄ a. Bastē leq̄evēn vōyō hag tē l-ēm̄ a, nēn̄ wo n-mōyōs vitwag, nēn̄ q̄aya le vitwag den ḡōyō.”
Ḡē ten̄ me, ten̄ me, ten̄, ten̄ bat ha l-ēm̄ na, ḡēy yon̄teg vēh gēs a, ige ten̄ten̄ goy ḡē.
Ḡēy ḡo: “Oo! Womdō gēn.”
Ḡē ten̄ me, ten̄ me, ten̄ ha l-ēm̄ na, ḡēy m-teten̄ a, ma-bah.
Ḡē n-ḡalō yo, van yo me, van va– tēt yepdēge a: noyon yaw tig tē.
Ḡēy ḡo: “Ēy! Hē m-vav va hiy ḡē noyon yaw gēs? Na-yaw gēs a gēn mō-lōn̄veg tē den ḡē, ba tē n-tiw, tē van ha me, vētgiy veteg hō.”
Ḡē n-van ha l-ēm̄ a, tiw na-tan̄ sēm, san̄wil na, van me, n-vatgey veteg hō.
Bas – iwe leq̄evēn vōyō hag tē na, ḡē ḡo: “Nēn̄ tivele lele m̄ey q̄e tatēh netm̄ey mi ḡē. Nēn̄ le m̄ey q̄e nētēn ben.”
Bastē, ḡē n-hatig ha ḡo n-mōl mōl na, ḡē n-le m̄ey q̄e nētēn ben, tē ḡōyō van ēgēn.
Ḡōyō van vavan a, ḡē ḡo: “Age, nen̄ ḡo vap miḡis su gēlēge, ba nēn̄ tamhiy vēh, si ḡo…?”
Ḡē ḡo: “Vav en! — Óòó, tatēh, van!” Ḡē ḡo “Vap!” Ḡē ḡo “Óòó, van!”
Ḡōyō veyvaleh va wa, ḡōyō van, van van van a ḡē vav va hiy ḡē: “Age! Nen̄ vap miḡis su gēlēge bah!”
Ḡē ḡo “Na-hap? — Óòó, tatēh! — Óòó, vap totgo! Gēn yiwes laptē Vōlōw gēn!”
Bastē gōyō van yeh bah, wa tē ḡē n-vap. Ḡōyō van, ḡōyō van van van na, ḡē n-vap sē va hiy ḡē: “Nen̄ van miḡis su gēlēge, ba nēn̄ tamhiy vēh si tatēh?” Ḡē ḡo “Vav veyeh!” Ḡē ḡo “Óòó, van vege!”
Ḡōyō van van, van yiwes hō Q̄ayn̄in̄ a, ḡē ḡo: “Ne n-mōyōs ḡo dō wih mat su netm̄ey a!”
Ḡē ḡo “Nēn̄ mōyōs ḡo dō ḡo wih mat ḡē?” Ḡo “Òò!”
Ḡē ḡo “Nē-wē, itōk, nēn̄ tigtig geltēg. Nen̄ van wih mat veteg ḡē hō, ba tē nen̄ van me tē dōyō mōl.”
Ḡē van hō tē m̄ey tam̄an a tigtig wa ḡē n-van.
Ḡē van a, van van ha na, et van vēh gēs a, n-q̄eyen̄ nay na, yēs tē na.
Tē ḡē n-le su netm̄ey na tē mon̄ bat ḡē va l-tēt nay na; wa loloh ḡē mi n-deye nay na tē ḡal lō mōl me hiy ḡē, vap ḡo na-day.
Van me na, “Ave? — Óòó, mal mat.” Ḡē ḡo “Itōk, van me tē dō mōl.”
Tē ḡōyō mōl ēgēn. Ḡōyō mōl tē ḡōyō van tē, van dēn̄ hō Q̄ayn̄in̄.
Ḡōyō van hō vēh gēs a: “E ba, n-su netm̄ey a ave? — M̄ey gēs a et-mus te ḡē, tē ḡemyō mal wih mat ḡē. — De?! — Òò. — Wē, itōk.”
Bastē ḡōyō tog va, tog, tog a, ḡē ḡo salsal gayō ewa, m̄ey leq̄evēn a tēy lōn̄veg nē-hēyēp ewa n-vala tēy hiy ḡē.
Ḡē n-so n̄an̄an̄ bah ḡē ewa – n-vala mōl me. Ḡōyō mitiy.
Ḡōyō mitiy te, matyan̄ ha l-matap a, ḡōyō hēhēyēp ha na; ḡē n-le ḡē n-tēy lōn̄veg nē-hēyēp a wa, ḡē n-vala vala ha su ven̄epn̄en bah ḡē ewa, ḡē n-mōl me.
Ḡē n-bōbōg ḡē va, ḡē m-gelwo a;
ba m̄ey n-leq̄evēn a wa n-tan̄len ben. Ḡē n-welan sē.
Ḡē n-van dēn̄ ḡēytēl hō na, ḡē ḡo “Eywe! — Ōōy? — Wō ḡōmyō a n-hap? — Ine, ne n-eplap.
— De? Òò, itōk. Talōw, vav va hiy ige lōmlōmgep nōyōm a ḡēy tay ne-teyon wa [1] eglepyēn̄, [2] egleq̄etegēp.”
Ewa ḡēy tay n-teyon ewa lepyēn̄, egleq̄etegēp.
Ewa ḡēy gen vaywēg.
Ḡē n-mōl me, mōl me Vōlōw e.
Totog va, ḡē n-mōl hō; van hō na: “Eywe! Ḡōmyō vav va hiy ige nyomyō ḡēy tay n-teyon wa [3] egleptagtag, [4] eglōlōgep.”
Ḡēy tay wa, eglōlōgep; egleptagtag.
Ewa ḡēy gen vaywēg ewa m̄ey na n-bah. Ḡē m-gen sayan̄ n-q̄eyen̄i.
Ḡē n-mōl me ewa ḡē n-totog va, ḡē n-van sē ḡē n-tay sē n-teyon a wa: eglōlōgep, [5] egleptemesyē.
Wa ḡēy gen vaywēg wa m̄ey na n-bah.
Ewa ḡēy tay sē n-teyon ewa: [6] egtevesōm̄gewē, [7] egtevesōm̄lap. Ewa ḡēy gen vaywēg.
Ewa ḡēy tay sē n-teyon ewa: [8] eglēḡēyēbō, [9] eglem̄el. Ḡēy gen vaywēg.
Bas: “Sōwlō! Ba gēn ḡolḡol ēgēn!”
Ḡēy lēgēg no-ḡolḡol na tē, ḡēy sēgēl nō-vōnō; wa welan Tayagvēg a n-van hō tē: ḡēy ḡolḡol.
Van hō na: ḡē m-hey ni-din n̄a l-ēm̄, wa le me n-su netm̄ey a, le bat ḡē va q̄e l-din a.
Gōnōn a n-van me a, ḡo: “Ey! N-hap din goy va gēs?
Ḡē ḡo “Óòó, din noyon e Welan. Nēn̄ tivele ḡalḡal bat va ben!”
Tē ḡēy ḡolḡol na, bastē ḡēy mōl yo na–
Tē ḡēy ḡolḡol bah na, tē ḡōyō ma-ḡay no-q̄o, veg ḡōyō m-an̄ magaysēn tē ḡē na. Veg ḡōyō ḡo wih mat ḡē na.
Tē wa, m̄ey tam̄an na hag tē na, wa ḡē n-le m̄ey n-leq̄evēn ḡōyō nu-su netm̄ey na tē, ḡōyō mōl me Vōlōw e.
Tē n-bah ēgēn.
Il était une fois le seigneur de Tayaghvégh, et l'orphelin de Bwaïnging. Voici l'histoire de leur amitié.
Le seigneur de Tayaghvégh se rendait parfois au village de Bwaïnging. Dès qu'on l'apercevait, on s'écriait: “Voici venir le seigneur de Tayaghvégh!”
On l'accueillait, on l'escortait jusqu'au village, en lui demandant: “Eh bien, seigneur! Quelle affaire vous amène ici? — Je suis venu prélever les taros qui me reviennent.”
On lui répliquait aussitōt “Hélas, mon taro m'appartient à moi et à mon père. Qui plus est, nous l'avons bien planté dans notre champ, mais… nous ne l'avons pas encore récolté.”
Un autre s'écriait: “Moi aussi, mon taro m'appartient… Nous l'avons bien planté, mais il n'a pas encore fait ses feuilles.”
Un autre: “Mon taro est à moi… Nous l'avons bien planté, il a bien grandi, mais il n'est pas encore mûr.”
Un autre encore: “Mes taros sont à moi… Nous les avons bien plantés, ils ont poussé, mais leurs feuilles ne sont pas encore retombées…”
Et tandis qu'ils protestaient tous ainsi, l'Orphelin, lui, répondit: “Vous pouvez prendre le taro de mon jardin. Malheureusement, je crains qu'il ne soit abîmé…”
“Hé là, Orphelin!” s'écrièrent soudain les gens du village, “Nous autres ici, nous avons des pères, nous avons des mères, et pourtant nous ne nous permettrions jamais de faire subir à notre seigneur un tel outrage! J'espère que tu as des porcines, car il t'en faudra pour laver cet affront!”
Mais alors que ces mots le plongeaient dans le désarroi, le seigneur lui dit soudain “Viens donc, suis-moi!”
Il lui demanda ainsi de le mener jusqu'à sa tarodière. Après avoir déterré quelques taros, ils se remirent en chemin. “Suis-moi donc”, lui dit le seigneur, “nous ferons le chemin ensemble jusque chez moi.”
Ils firent donc ensemble le chemin jusqu'à Tayaghvégh. À leur arrivée, l'épouse du seigneur offrit à Orphelin un repas chaud.
Elle lui grilla quelques ignames sauvages, qu'il mangea sur-le-champ. Puis elle lui offrit des ignames douces, des taros, et mēme de la monnaie de coquillages, avant de le laisser repartir.
Un jour que les deux amis souhaitaient partager à nouveau un repas, ils se donnèrent rendez-vous: “Demain, nous pique-niquerons tous les deux au lieudit ‘la Cascade’.”
“Bonne idée”, dit Orphelin. “De mon cōté j'irai à la pēche; dès cette nuit, j'irai pēcher à la torche, pour attraper du gros poisson. Ainsi, quand tu viendras demain, nous aurons un bon pique-nique à la Cascade. — C'est parfait”, répondit le seigneur.
Le soir mēme, il partit donc à la pēche, d'où il rapporta force poissons, qu'il fit cuire toute la nuit.
Le lendemain matin, il sortit du four de pierres le poisson qui avait cuit toute la nuit. Il l'emporta jusqu'à la Cascade, où il vit arriver également le seigneur son ami.
“Eh, mon ami! Te voici donc? — Oui, me voici, j'arrive juste, et je m'installe. — C'est parfait. Tiens, voici notre poisson, ouvre ces feuilles, que nous commencions notre repas.”
Tous deux prirent donc ensemble leur repas. Après avoir mangé, vint le moment de boire le kava.
Orphelin croqua donc la racine pour préparer la boisson. Mais à peine eurent-ils commencé à boire leur kava, que soudain il eut une vision: le long des bras du seigneur son ami, on enfilait des bracelets mortuaires!
Les bracelets d'ivoire, les uns après les autres, remontaient le long de son bras…
“Continuons notre repas!” dit-il, et ils continuèrent.
Après avoir mangé un peu plus, ils se proposèrent un nouveau kava, et se mirent à le préparer.
Mais alors dès la première gorgée, il leva les yeux, et s'aperçut que les jambes de son ami venaient d'ētre badigeonnées de rouge!
“Reprenons notre repas, mon cher!” dit-il. Ils se remirent à manger, et achevèrent leur repas.
“Un peu de kava!” Orphelin croqua la racine, puis lorsque leur boisson fut prēte, il leva à nouveau les yeux: le corps de son ami était maintenant entièrement recouvert de teinture rouge!
Le seigneur prit alors la parole: “Mon ami, n'as-tu pas compris qui je suis?
— Si, j'ai compris qui tu es.
— Il ne faut pas que tu aies peur de moi, d'accord?
— Non, ça va. Jamais je n'aurai peur de toi.”
À ces mots, il regarda le seigneur, et comprit qu'au mēme instant, là-bas, on le recouvrait d'un linceul.
Quelques instants plus tard, il vit la silhouette de son ami s'élever au-dessus du sol. Là-bas, on soulevait son corps pour le porter en terre.
Le jeune homme repartit dans son village du nord, à Bwaïnging. Il expliqua tout aux villageois:
“Aujourd'hui, j'ai pris un repas à la Cascade, avec notre seigneur. En réalité, c'était un mort-vivant. Demain, je me rendrai chez lui pour le pleurer.
— Hein! Quoi?” rétorquèrent-ils, “Tu oses parler du seigneur en ces termes?! As-tu donc assez de richesses à lui offrir, pour laver les affronts que tu lui fais?
— Mais c'est vrai!” protesta-t-il, “il était vraiment mort!”
Le lendemain matin, au réveil, il se mit en marche. Il marcha, marcha, marcha vers le sud, jusqu'au village de Tayaghvégh.
Alors qu'il montait vers la maison du défunt, Orphelin se mit à pleurer.
Ceux qui étaient présents dans la maison l'entendirent: “Tiens, voici Orphelin qui arrive!”
Or, son ami le seigneur lui avait donné des instructions: “La porcine qui t'appartient, attention, ils vont te la dissimuler. Ton panier de monnaie sacrée, tu le trouveras suspendu au toit. Enfin, chez moi tu trouveras deux femmes; si tu le désires, tu peux repartir avec l'une d'elles.”
Donc, il s'approchait de la maison du défunt en pleurant, et comme il s'approchait en pleurant, les personnes présentes à leur tour fondèrent en larmes.
“Voici venir Orphelin”, se dirent-ils.
Il pleurait ainsi en s'approchant de la maison, il pleurait en y entrant, tout le monde était en pleurs, et cela dura longtemps.
Au bout d'un certain temps, il sortit de la maison, et marcha jusqu'à un palmier aux larges feuilles: c'est là qu'il trouva la porcine qu'on lui avait cachée.
“Çà alors! Qui donc lui a montré la cachette?! Nous avions pris soin de dissimuler la porcine, et malgré tout il est allé la trouver, la détacher, et maintenant il s'apprēte à partir avec!”
Sur ce, il pénétra à nouveau dans la maison, et d'une poutre il détacha un panier rempli de monnaie de coquillages; il en prit dix brasses, qu'il posa par terre devant l'entrée.
Quand il vit les deux femmes assises dans la maison, il se souvint des instructions qu'il avait reçues: “Ne prends pas celle qui n'a pas d'enfant; choisis celle qui a un bébé”.
Ainsi, au moment où il allait repartir, il choisit la femme qui avait un enfant, et l'emmena avec lui.
Alors qu'ils étaient en chemin, il s'arrēta: “Au fait, j'ai une petite chose à te dire… Mais je ne sais pas si tu vas accepter…
— Dis-moi”, demanda-t-elle; “Oh puis non, se ravisa-t-il, continue ton chemin. — Si, si, dis-moi! — Non, je te dis, marche!
Après avoir insisté ainsi quelque temps, ils se remirent en chemin. Au bout d'un certain temps, il prit à nouveau la parole: “Au fait, j'ai quand mēme quelque chose à te dire…
— Oui, quoi? — Oh puis non. — Allez, dépēche-toi! Nous ne sommes qu'à Volow, le chemin est encore long!”
Ils marchèrent encore longtemps, jusqu'à ce qu'il s'interrompît à nouveau. Alors qu'ils marchaient, il réitéra sa demande: “J'aimerais bien te dire quelque chose, mais je ne suis pas sûr que tu acceptes… — Eh bien vas-y, dis-le donc! — Oh puis non, continue à marcher.” se ravisa-t-il encore.
Ils continuèrent leur marche, jusqu'à ce qu'ils arrivèrent à proximité du village de Bwaïnging. C'est alors qu'il lui dit soudain: “Je veux que nous éliminions cet enfant!
— Quoi? répondit-elle, tu veux que nous mettions cet enfant à mort?! — Oui, c'est ça.
— Eh bien…, dit-elle après quelque hésitation, c'est d'accord. Attends-moi ici. Je m'en vais quelques instants pour le mettre à mort; et puis je reviendrai ici, et nous repartirons ensemble.”
L'homme resta donc à l'attendre, tandis qu'elle s'enfonçait dans les bois.
Elle s'enfonça de plus en plus loin, jusqu'à ce qu'elle aperçut un arbre padouk qui était creux.
Alors elle saisit son bébé, et le cacha délicatement à l'intérieur du tronc d'arbre. Puis elle enduit son propre corps de la sève rouge du padouk, en sorte que lorsqu'elle rentrerait, elle puisse faire croire que c'était du sang.
Et en effet, dès qu'elle revint sur le chemin, il lui demanda “Alors? — Ça y est, je l'ai tué! — Parfait. Allons, rentrons.”
Ils reprirent donc leur chemin vers le nord, et finirent par atteindre le village de Bwaïnging.
À leur arrivée, on leur demanda: “Eh bien, vous ne deviez pas arriver avec un enfant? — Oui mais, celui-ci n'en a pas voulu, alors nous l'avons tué. — Vraiment?! — Oui. — Bon, bon.”
Ils s'installèrent là, et y vécurent longtemps, longtemps. Chaque fois qu'elle préparait à manger pour elle et son mari, elle gardait en cachette quelques ignames grillées, qu'elle se hâtait ensuite d'apporter à son enfant.
Après lui avoir donné la becquée, elle rentrait vite à la maison, puis allait se coucher.
Après la nuit, elle se réveillait le lendemain matin; puis elle préparait les ignames grillées, en dissimulait quelques-unes, puis elle courait dans la forēt pour aller nourrir son enfant, avant de revenir enfin à la maison.
Elle le nourrit ainsi tant et si bien qu'il finit par grandir.
Or, cette femme avait un frère. Lui aussi, était un seigneur.
Un jour ce dernier alla rendre visite à sa sœur, dans son village du nord. “Au fait…” lui demanda-t-il, “Toi et ton mari, quel est votre rang? — Oh de mon cōté, répondit-elle, nous ne sommes encore que des roturiers.
— Vraiment? Bon, je vois. Demain, tu iras dire à ton garçon qu'il aille abattre le bois pour passer les deux premiers feux: [1] lèpyéng, [2] lèbwètègép.”
Le garçon, accompagné de ses compagnons, alla donc abattre le bois pour passer les deux premiers feux.
Il réussit à consommer les deux fournées, passant ainsi successivement les deux rangs.
Puis son oncle repartit chez lui, à Volow.
Quelque temps plus tard, il se rendit à nouveau chez sa sœur et son neveu, et leur dit: “Maintenant, dites à vos amis d'aller abattre le bois des deux prochains feux, [3] lèptaghtagh et [4] lologhèp.”
On tailla ainsi le bois pour ces deux rangs, lologhèp et lèptaghtagh.
Ils réussirent à consommer les deux rangs: les deux fournées de nourriture furent consommées entièrement par l'impétrant.
L'oncle repartit pour quelques temps. À son retour, il fit abattre le bois du rang suivant, [5] lèptèmèssyé.
Le garçon, aidé de ses compagnons, réussit à consommer ces deux rangs.
C'est ainsi qu'ils abattirent le bois des deux rangs suivants: [6] tèvèsomwghèwé, [7] tèvèsomwlap. Le garçon réussit à consommer ces deux fournées.
Pour finir, ils abattirent le bois des deux derniers rangs: [8] lénggéyébo, [7] lèmwèl. Une fois de plus, il vint à bout des deux fournées.
“Parfait! s'exclamèrent-ils. Désormais tu es prēt pour la cérémonie d'intronisation.”
Après avoir décidé d'une date pour la cérémonie, ils se mirent à embellir tout le village. Enfin, le jour dit, le seigneur de Tayaghvégh se rendit à Bwaïnging, et la cérémonie commença.
On avait prit soin de dresser une paroi de bambou à l'intérieur de la maison, afin d'y cacher le jeune garçon, loin des regards.
Lorsque le mari entra, il demanda “Hé, qu'y a-t-il donc derrière cette paroi de bambous?”
— Attention, répondit-elle, cet enclos est là pour le seigneur. Tu n'as pas le droit d'y entrer!”
La cérémonie se déroula donc, les danses eurent lieu sur la grand'place…
À la fin des danses, le père et la mère sacrifièrent un cochon, en réparation du tort qu'ils avaient commis envers cet enfant: celui de vouloir l'assassiner.
Finalement, le seigneur repartit à son village de Volow en emmenant avec lui sa sœur et son neveu.
Et c'est ainsi que s'achève cette histoire.
S1 stop écouter
Tog in tog vavan a, welan Tayagvēg a, ba womdō t-Q̄ayn̄in̄. Ḡōyō n-bulsal.

Il était une fois le seigneur de Tayaghvégh, et l'orphelin de Bwaïnging. Voici l'histoire de leur amitié.

S2 stop écouter
Welan Tayagvēg a totog van a, van hō Q̄ayn̄in̄ a, ba ḡēy an̄sas ḡē. “Ēt! Welan Tayagvēg na!”

Le seigneur de Tayaghvégh se rendait parfois au village de Bwaïnging. Dès qu'on l'apercevait, on s'écriait: “Voici venir le seigneur de Tayaghvégh!”

S3 stop écouter
Ḡēy le ḡē, van tēy ḡē ha: “Welan, ōy! Nēn̄ van vēh ve? — Nen̄ van me ḡo lele ḡis momo / de.”

On l'accueillait, on l'escortait jusqu'au village, en lui demandant: “Eh bien, seigneur! Quelle affaire vous amène ici? — Je suis venu prélever les taros qui me reviennent.”

S4 stop écouter
Ewa, m̄ey nōn̄ vap ḡo “Óòó, n-memyō mam mine! Ba ḡamyō ma / ma / mi-hil hō tēq̄ē nan a, ba– ta-vah teq̄e.”

On lui répliquait aussitōt “Hélas, mon taro m'appartient à moi et à mon père. Qui plus est, nous l'avons bien planté dans notre champ, mais… nous ne l'avons pas encore récolté.”

S5 stop écouter
M̄ey nōn̄ go “N-memyō! Ḡamyō m-vah hō ba, ḡē t-yep teq̄e.”

Un autre s'écriait: “Moi aussi, mon taro m'appartient… Nous l'avons bien planté, mais il n'a pas encore fait ses feuilles.”

S6 stop écouter
“N-memyō! ba ḡamyō mal vah! Ḡē n-malaw, ḡē t-mata teq̄e.”

Un autre: “Mon taro est à moi… Nous l'avons bien planté, il a bien grandi, mais il n'est pas encore mûr.”

S7 stop écouter
M̄ey nōn̄ go “N-memyō! Ba ḡamyō m-vah tē hō a ba, ḡēy ma-malaw ha, ba te-yep hiy teq̄e.”

Un autre encore: “Mes taros sont à moi… Nous les avons bien plantés, ils ont poussé, mais leurs feuilles ne sont pas encore retombées…”

S8 stop écouter
Ḡēy vap a, Womdō ḡo: “Ha l-taygeg mine a, ba, *dēna* n-hēt.”

Et tandis qu'ils protestaient tous ainsi, l'Orphelin, lui, répondit: “Vous pouvez prendre le taro de mon jardin. Malheureusement, je crains qu'il ne soit abîmé…”

S9 stop écouter
“Ēs! Womdō! Ḡemem gēs, mam yemem ben, n-vep yemem ben, ba ḡemem ta-vap te hiy ḡē vēh na! Wō nōyōm yaw ben tē ḡo nēn̄ tam vēh hiy ḡē nōn̄?!”

“Hé là, Orphelin!” s'écrièrent soudain les gens du village, “Nous autres ici, nous avons des pères, nous avons des mères, et pourtant nous ne nous permettrions jamais de faire subir à notre seigneur un tel outrage! J'espère que tu as des porcines, car il t'en faudra pour laver cet affront!”

S10 stop écouter
Wa ḡē n-ha mamgaysēn va– E welan ḡo “Van, dō van!”

Mais alors que ces mots le plongeaient dans le désarroi, le seigneur lui dit soudain “Viens donc, suis-moi!”

S11 stop écouter
Ḡē n-le ḡē, ḡōyō van ha, ḡōyō hay ne-q̄et na, hahay a wa, ḡōyō mōl. Ḡo “Van me, dō mōl tēy ne.”

Il lui demanda ainsi de le mener jusqu'à sa tarodière. Après avoir déterré quelques taros, ils se remirent en chemin. “Suis-moi donc”, lui dit le seigneur, “nous ferons le chemin ensemble jusque chez moi.”

S12 stop écouter
Wa ḡōyō mōl tēy ḡē me yo Tayagvēg a, a ḡōyō / leq̄evēn noyon ne-welan a, n-an̄ sewsew ḡē.

Ils firent donc ensemble le chemin jusqu'à Tayaghvégh. À leur arrivée, l'épouse du seigneur offrit à Orphelin un repas chaud.

S13 stop écouter
Sal ha nagan hēyēp na, ḡē n-gengen bah a. Le va nagan kasan, le va nagan de, le va noyon sēm e wa, ḡē n-mōl.

Elle lui grilla quelques ignames sauvages, qu'il mangea sur-le-champ. Puis elle lui offrit des ignames douces, des taros, et mēme de la monnaie de coquillages, avant de le laisser repartir.

S14 stop écouter
Q̄ōn̄ vitwag na, ḡōyō ḡo gengen sē na, ba ḡōyō vatvat ḡo: “Talōw, dō t-gengen n̄a Lbēhey.”

Un jour que les deux amis souhaitaient partager à nouveau un repas, ils se donnèrent rendez-vous: “Demain, nous pique-niquerons tous les deux au lieudit ‘la Cascade’.”

S15 stop écouter
Ememe / Womdō ḡo “Wē! Nen̄ ḡo wih ta gadō mōmō, q̄iyig lē-q̄ēn̄ nen̄ van vahal, wih ta gadō mōmō; ba tē, tē nēn̄ van ha, dōyō q̄oyo gengen n̄a Lbēhey.” Welan ḡo “Itōk.”

“Bonne idée”, dit Orphelin. “De mon cōté j'irai à la pēche; dès cette nuit, j'irai pēcher à la torche, pour attraper du gros poisson. Ainsi, quand tu viendras demain, nous aurons un bon pique-nique à la Cascade. — C'est parfait”, répondit le seigneur.

S16 stop écouter
Bastē, lē-q̄ēn̄ hō na, ḡē n-wih n-mōmō, n-van me n-tey.

Le soir mēme, il partit donc à la pēche, d'où il rapporta force poissons, qu'il fit cuire toute la nuit.

S17 stop écouter
Teytey bah na, matap ha na tē, ḡē n-ōw yan̄ ha, n-van van van me hō Lbēhey a, wa Welan a n-van me.

Le lendemain matin, il sortit du four de pierres le poisson qui avait cuit toute la nuit. Il l'emporta jusqu'à la Cascade, où il vit arriver également le seigneur son ami.

S18 stop écouter
“Ēt! Bulsal! Nēn̄ mal dēn̄? — Òò! ne mal dēn̄ me, tē, hag tē. — O, itōk. Ōw ngadō mōmō tē dōyō gengen.”

“Eh, mon ami! Te voici donc? — Oui, me voici, j'arrive juste, et je m'installe. — C'est parfait. Tiens, voici notre poisson, ouvre ces feuilles, que nous commencions notre repas.”

S19 stop écouter
Ḡōyō gengen. Gengen bah na, ḡē ḡo: “Wan!”

Tous deux prirent donc ensemble leur repas. Après avoir mangé, vint le moment de boire le kava.

S20 stop écouter
Ḡē n-ḡiy na-ga na, ḡōyō wanwan na, et va vēh gēs a: ḡēy hey va nē-lēw l-benen Welan a.

Orphelin croqua donc la racine pour préparer la boisson. Mais à peine eurent-ils commencé à boire leur kava, que soudain il eut une vision: le long des bras du seigneur son ami, on enfilait des bracelets mortuaires!

S21 stop écouter
Hey, hey q̄ēt.

Les bracelets d'ivoire, les uns après les autres, remontaient le long de son bras…

S22 stop écouter
Ḡē ḡo “Dōyō gengen!” Ḡōyō gengen.

“Continuons notre repas!” dit-il, et ils continuèrent.

S23 stop écouter
Gengen bah na, ḡē ḡo: “Wan!”, ḡōyō wan.

Après avoir mangé un peu plus, ils se proposèrent un nouveau kava, et se mirent à le préparer.

S24 stop écouter
Wan, wan, ḡē n-et va wa, ḡēy ma-sayap lawlaw n-yon̄on!

Mais alors dès la première gorgée, il leva les yeux, et s'aperçut que les jambes de son ami venaient d'ētre badigeonnées de rouge!

S25 stop écouter
Ḡē ḡo “Dō gengen mōl, bulsal!” Ḡōyō gengen. Ḡōyō gengen a, gengen q̄ēt.

“Reprenons notre repas, mon cher!” dit-il. Ils se remirent à manger, et achevèrent leur repas.

S26 stop écouter
Ḡo “Wan!” Ḡē n-wan hō, tē ḡōyō inin na, ḡē n-et va vēh gēs a, ḡēy ma-sayap lawlaw q̄ēt n-tayben.

“Un peu de kava!” Orphelin croqua la racine, puis lorsque leur boisson fut prēte, il leva à nouveau les yeux: le corps de son ami était maintenant entièrement recouvert de teinture rouge!

S27 stop écouter
Ḡē ḡo: “Bulsal, nēn̄ t-et veglal te ne?”

Le seigneur prit alors la parole: “Mon ami, n'as-tu pas compris qui je suis?

S28 stop écouter
Ḡē ḡo: “Wē! N’ et veglal tē nēn̄.”

— Si, j'ai compris qui tu es.

S29 stop écouter
Ḡē ḡo: “Nēn̄ tevele metegtēg, aa?”

— Il ne faut pas que tu aies peur de moi, d'accord?

S30 stop écouter
Ḡē ḡo: “Óòó, tatēh. Ne metegtēg vēh te nēn̄.”

— Non, ça va. Jamais je n'aurai peur de toi.”

S31 stop écouter
Ḡē n-et va vēh gēs a, ḡēy m̄on ḡē.

À ces mots, il regarda le seigneur, et comprit qu'au mēme instant, là-bas, on le recouvrait d'un linceul.

S32 stop écouter
Ḡē m-hag me a, ḡē m-’tet va vēh gēs a, ḡēy m-hah ḡē, tē m-van tē ḡēy m-liw goy ḡē.

Quelques instants plus tard, il vit la silhouette de son ami s'élever au-dessus du sol. Là-bas, on soulevait son corps pour le porter en terre.

S33 stop écouter
Bas ḡē n-mōl hō na, n-vav va hiy ige hō Q̄ayn̄in̄ a ḡo:

Le jeune homme repartit dans son village du nord, à Bwaïnging. Il expliqua tout aux villageois:

S34 stop écouter
“̄Gayō e Welan me-gengen tē q̄iyig a lē-bē, ba ḡē mal mat. Talōw nōn̄ tē nen̄ van, * ḡe * ten̄.”

“Aujourd'hui, j'ai pris un repas à la Cascade, avec notre seigneur. En réalité, c'était un mort-vivant. Demain, je me rendrai chez lui pour le pleurer.

S35 stop écouter
Ḡēy ḡo “Wō nēn̄ vap hiy e Welan vēh na, wō nōyōm hap ben ḡo nēn̄ ḡo tam hiy ḡē?”

— Hein! Quoi?” rétorquèrent-ils, “Tu oses parler du seigneur en ces termes?! As-tu donc assez de richesses à lui offrir, pour laver les affronts que tu lui fais?

S36 stop écouter
Ḡē ḡo “Òò, heywē! Ḡē mal mat!”

— Mais c'est vrai!” protesta-t-il, “il était vraiment mort!”

S37 stop écouter
Ḡēy mitiy tē matyan̄ ha l-matap na tē, ḡē n-hatig tē n-van me, van me, van me, van me, van me, van me, van me, eḡal me na –

Le lendemain matin, au réveil, il se mit en marche. Il marcha, marcha, marcha vers le sud, jusqu'au village de Tayaghvégh.

S38 stop écouter
ige tog tē l-ēm̄ mete yon̄teg vēh gēs a, Womdō m-ten̄ yan̄.

Alors qu'il montait vers la maison du défunt, Orphelin se mit à pleurer.

S39 stop écouter
Ḡo “Womdō vanvan tē gēn!”

Ceux qui étaient présents dans la maison l'entendirent: “Tiens, voici Orphelin qui arrive!”

S40 stop écouter
E Welan a m-vap nowmat tē va wa: “Nōyōm yaw ḡēy mō-lōn̄veg den nēn̄, nōyōm tan̄ sēm dam tē l-ēm̄ a. Bastē leq̄evēn vōyō hag tē l-ēm̄ a, nēn̄ wo n-mōyōs vitwag, nēn̄ q̄aya le vitwag den ḡōyō.”

Or, son ami le seigneur lui avait donné des instructions: “La porcine qui t'appartient, attention, ils vont te la dissimuler. Ton panier de monnaie sacrée, tu le trouveras suspendu au toit. Enfin, chez moi tu trouveras deux femmes; si tu le désires, tu peux repartir avec l'une d'elles.”

S41 stop écouter
Ḡē ten̄ me, ten̄ me, ten̄, ten̄ bat ha l-ēm̄ na, ḡēy yon̄teg vēh gēs a, ige ten̄ten̄ goy ḡē.

Donc, il s'approchait de la maison du défunt en pleurant, et comme il s'approchait en pleurant, les personnes présentes à leur tour fondèrent en larmes.

S42 stop écouter
Ḡēy ḡo: “Oo! Womdō gēn.”

“Voici venir Orphelin”, se dirent-ils.

S43 stop écouter
Ḡē ten̄ me, ten̄ me, ten̄ ha l-ēm̄ na, ḡēy m-teten̄ a, ma-bah.

Il pleurait ainsi en s'approchant de la maison, il pleurait en y entrant, tout le monde était en pleurs, et cela dura longtemps.

S44 stop écouter
Ḡē n-ḡalō yo, van yo me, van va– tēt yepdēge a: noyon yaw tig tē.

Au bout d'un certain temps, il sortit de la maison, et marcha jusqu'à un palmier aux larges feuilles: c'est là qu'il trouva la porcine qu'on lui avait cachée.

S45 stop écouter
Ḡēy ḡo: “Ēy! Hē m-vav va hiy ḡē noyon yaw gēs? Na-yaw gēs a gēn mō-lōn̄veg tē den ḡē, ba tē n-tiw, tē van ha me, vētgiy veteg hō.”

“Çà alors! Qui donc lui a montré la cachette?! Nous avions pris soin de dissimuler la porcine, et malgré tout il est allé la trouver, la détacher, et maintenant il s'apprēte à partir avec!”

S46 stop écouter
Ḡē n-van ha l-ēm̄ a, tiw na-tan̄ sēm, san̄wil na, van me, n-vatgey veteg hō.

Sur ce, il pénétra à nouveau dans la maison, et d'une poutre il détacha un panier rempli de monnaie de coquillages; il en prit dix brasses, qu'il posa par terre devant l'entrée.

S47 stop écouter
Bas – iwe leq̄evēn vōyō hag tē na, ḡē ḡo: “Nēn̄ tivele lele m̄ey q̄e tatēh netm̄ey mi ḡē. Nēn̄ le m̄ey q̄e nētēn ben.”

Quand il vit les deux femmes assises dans la maison, il se souvint des instructions qu'il avait reçues: “Ne prends pas celle qui n'a pas d'enfant; choisis celle qui a un bébé”.

S48 stop écouter
Bastē, ḡē n-hatig ha ḡo n-mōl mōl na, ḡē n-le m̄ey q̄e nētēn ben, tē ḡōyō van ēgēn.

Ainsi, au moment où il allait repartir, il choisit la femme qui avait un enfant, et l'emmena avec lui.

S49 stop écouter
Ḡōyō van vavan a, ḡē ḡo: “Age, nen̄ ḡo vap miḡis su gēlēge, ba nēn̄ tamhiy vēh, si ḡo…?”

Alors qu'ils étaient en chemin, il s'arrēta: “Au fait, j'ai une petite chose à te dire… Mais je ne sais pas si tu vas accepter…

S50 stop écouter
Ḡē ḡo: “Vav en! — Óòó, tatēh, van!” Ḡē ḡo “Vap!” Ḡē ḡo “Óòó, van!”

— Dis-moi”, demanda-t-elle; “Oh puis non, se ravisa-t-il, continue ton chemin. — Si, si, dis-moi! — Non, je te dis, marche!

S51 stop écouter
Ḡōyō veyvaleh va wa, ḡōyō van, van van van a ḡē vav va hiy ḡē: “Age! Nen̄ vap miḡis su gēlēge bah!”

Après avoir insisté ainsi quelque temps, ils se remirent en chemin. Au bout d'un certain temps, il prit à nouveau la parole: “Au fait, j'ai quand mēme quelque chose à te dire…

S52 stop écouter
Ḡē ḡo “Na-hap? — Óòó, tatēh! — Óòó, vap totgo! Gēn yiwes laptē Vōlōw gēn!”

— Oui, quoi? — Oh puis non. — Allez, dépēche-toi! Nous ne sommes qu'à Volow, le chemin est encore long!”

S53 stop écouter
Bastē gōyō van yeh bah, wa tē ḡē n-vap. Ḡōyō van, ḡōyō van van van na, ḡē n-vap sē va hiy ḡē: “Nen̄ van miḡis su gēlēge, ba nēn̄ tamhiy vēh si tatēh?” Ḡē ḡo “Vav veyeh!” Ḡē ḡo “Óòó, van vege!”

Ils marchèrent encore longtemps, jusqu'à ce qu'il s'interrompît à nouveau. Alors qu'ils marchaient, il réitéra sa demande: “J'aimerais bien te dire quelque chose, mais je ne suis pas sûr que tu acceptes… — Eh bien vas-y, dis-le donc! — Oh puis non, continue à marcher.” se ravisa-t-il encore.

S54 stop écouter
Ḡōyō van van, van yiwes hō Q̄ayn̄in̄ a, ḡē ḡo: “Ne n-mōyōs ḡo dō wih mat su netm̄ey a!”

Ils continuèrent leur marche, jusqu'à ce qu'ils arrivèrent à proximité du village de Bwaïnging. C'est alors qu'il lui dit soudain: “Je veux que nous éliminions cet enfant!

S55 stop écouter
Ḡē ḡo “Nēn̄ mōyōs ḡo dō ḡo wih mat ḡē?” Ḡo “Òò!”

— Quoi? répondit-elle, tu veux que nous mettions cet enfant à mort?! — Oui, c'est ça.

S56 stop écouter
Ḡē ḡo “Nē-wē, itōk, nēn̄ tigtig geltēg. Nen̄ van wih mat veteg ḡē hō, ba tē nen̄ van me tē dōyō mōl.”

— Eh bien…, dit-elle après quelque hésitation, c'est d'accord. Attends-moi ici. Je m'en vais quelques instants pour le mettre à mort; et puis je reviendrai ici, et nous repartirons ensemble.”

S57 stop écouter
Ḡē van hō tē m̄ey tam̄an a tigtig wa ḡē n-van.

L'homme resta donc à l'attendre, tandis qu'elle s'enfonçait dans les bois.

S58 stop écouter
Ḡē van a, van van ha na, et van vēh gēs a, n-q̄eyen̄ nay na, yēs tē na.

Elle s'enfonça de plus en plus loin, jusqu'à ce qu'elle aperçut un arbre padouk qui était creux.

S59 stop écouter
Tē ḡē n-le su netm̄ey na tē mon̄ bat ḡē va l-tēt nay na; wa loloh ḡē mi n-deye nay na tē ḡal lō mōl me hiy ḡē, vap ḡo na-day.

Alors elle saisit son bébé, et le cacha délicatement à l'intérieur du tronc d'arbre. Puis elle enduit son propre corps de la sève rouge du padouk, en sorte que lorsqu'elle rentrerait, elle puisse faire croire que c'était du sang.

S60 stop écouter
Van me na, “Ave? — Óòó, mal mat.” Ḡē ḡo “Itōk, van me tē dō mōl.”

Et en effet, dès qu'elle revint sur le chemin, il lui demanda “Alors? — Ça y est, je l'ai tué! — Parfait. Allons, rentrons.”

S61 stop écouter
Tē ḡōyō mōl ēgēn. Ḡōyō mōl tē ḡōyō van tē, van dēn̄ hō Q̄ayn̄in̄.

Ils reprirent donc leur chemin vers le nord, et finirent par atteindre le village de Bwaïnging.

S62 stop écouter
Ḡōyō van hō vēh gēs a: “E ba, n-su netm̄ey a ave? — M̄ey gēs a et-mus te ḡē, tē ḡemyō mal wih mat ḡē. — De?! — Òò. — Wē, itōk.”

À leur arrivée, on leur demanda: “Eh bien, vous ne deviez pas arriver avec un enfant? — Oui mais, celui-ci n'en a pas voulu, alors nous l'avons tué. — Vraiment?! — Oui. — Bon, bon.”

S63 stop écouter
Bastē ḡōyō tog va, tog, tog a, ḡē ḡo salsal gayō ewa, m̄ey leq̄evēn a tēy lōn̄veg nē-hēyēp ewa n-vala tēy hiy ḡē.

Ils s'installèrent là, et y vécurent longtemps, longtemps. Chaque fois qu'elle préparait à manger pour elle et son mari, elle gardait en cachette quelques ignames grillées, qu'elle se hâtait ensuite d'apporter à son enfant.

S64 stop écouter
Ḡē n-so n̄an̄an̄ bah ḡē ewa – n-vala mōl me. Ḡōyō mitiy.

Après lui avoir donné la becquée, elle rentrait vite à la maison, puis allait se coucher.

S65 stop écouter
Ḡōyō mitiy te, matyan̄ ha l-matap a, ḡōyō hēhēyēp ha na; ḡē n-le ḡē n-tēy lōn̄veg nē-hēyēp a wa, ḡē n-vala vala ha su ven̄epn̄en bah ḡē ewa, ḡē n-mōl me.

Après la nuit, elle se réveillait le lendemain matin; puis elle préparait les ignames grillées, en dissimulait quelques-unes, puis elle courait dans la forēt pour aller nourrir son enfant, avant de revenir enfin à la maison.

S66 stop écouter
Ḡē n-bōbōg ḡē va, ḡē m-gelwo a;

Elle le nourrit ainsi tant et si bien qu'il finit par grandir.

S67 stop écouter
ba m̄ey n-leq̄evēn a wa n-tan̄len ben. Ḡē n-welan sē.

Or, cette femme avait un frère. Lui aussi, était un seigneur.

S68 stop écouter
Ḡē n-van dēn̄ ḡēytēl hō na, ḡē ḡo “Eywe! — Ōōy? — Wō ḡōmyō a n-hap? — Ine, ne n-eplap.

Un jour ce dernier alla rendre visite à sa sœur, dans son village du nord. “Au fait…” lui demanda-t-il, “Toi et ton mari, quel est votre rang? — Oh de mon cōté, répondit-elle, nous ne sommes encore que des roturiers.

S69 stop écouter
— De? Òò, itōk. Talōw, vav va hiy ige lōmlōmgep nōyōm a ḡēy tay ne-teyon wa [1] eglepyēn̄, [2] egleq̄etegēp.”

— Vraiment? Bon, je vois. Demain, tu iras dire à ton garçon qu'il aille abattre le bois pour passer les deux premiers feux: [1] lèpyéng, [2] lèbwètègép.”

S70 stop écouter
Ewa ḡēy tay n-teyon ewa lepyēn̄, egleq̄etegēp.

Le garçon, accompagné de ses compagnons, alla donc abattre le bois pour passer les deux premiers feux.

S71 stop écouter
Ewa ḡēy gen vaywēg.

Il réussit à consommer les deux fournées, passant ainsi successivement les deux rangs.

S72 stop écouter
Ḡē n-mōl me, mōl me Vōlōw e.

Puis son oncle repartit chez lui, à Volow.

S73 stop écouter
Totog va, ḡē n-mōl hō; van hō na: “Eywe! Ḡōmyō vav va hiy ige nyomyō ḡēy tay n-teyon wa [3] egleptagtag, [4] eglōlōgep.”

Quelque temps plus tard, il se rendit à nouveau chez sa sœur et son neveu, et leur dit: “Maintenant, dites à vos amis d'aller abattre le bois des deux prochains feux, [3] lèptaghtagh et [4] lologhèp.”

S74 stop écouter
Ḡēy tay wa, eglōlōgep; egleptagtag.

On tailla ainsi le bois pour ces deux rangs, lologhèp et lèptaghtagh.

S75 stop écouter
Ewa ḡēy gen vaywēg ewa m̄ey na n-bah. Ḡē m-gen sayan̄ n-q̄eyen̄i.

Ils réussirent à consommer les deux rangs: les deux fournées de nourriture furent consommées entièrement par l'impétrant.

S76 stop écouter
Ḡē n-mōl me ewa ḡē n-totog va, ḡē n-van sē ḡē n-tay sē n-teyon a wa: eglōlōgep, [5] egleptemesyē.

L'oncle repartit pour quelques temps. À son retour, il fit abattre le bois du rang suivant, [5] lèptèmèssyé.

S77 stop écouter
Wa ḡēy gen vaywēg wa m̄ey na n-bah.

Le garçon, aidé de ses compagnons, réussit à consommer ces deux rangs.

S78 stop écouter
Ewa ḡēy tay sē n-teyon ewa: [6] egtevesōm̄gewē, [7] egtevesōm̄lap. Ewa ḡēy gen vaywēg.

C'est ainsi qu'ils abattirent le bois des deux rangs suivants: [6] tèvèsomwghèwé, [7] tèvèsomwlap. Le garçon réussit à consommer ces deux fournées.

S79 stop écouter
Ewa ḡēy tay sē n-teyon ewa: [8] eglēḡēyēbō, [9] eglem̄el. Ḡēy gen vaywēg.

Pour finir, ils abattirent le bois des deux derniers rangs: [8] lénggéyébo, [7] lèmwèl. Une fois de plus, il vint à bout des deux fournées.

S80 stop écouter
Bas: “Sōwlō! Ba gēn ḡolḡol ēgēn!”

“Parfait! s'exclamèrent-ils. Désormais tu es prēt pour la cérémonie d'intronisation.”

S81 stop écouter
Ḡēy lēgēg no-ḡolḡol na tē, ḡēy sēgēl nō-vōnō; wa welan Tayagvēg a n-van hō tē: ḡēy ḡolḡol.

Après avoir décidé d'une date pour la cérémonie, ils se mirent à embellir tout le village. Enfin, le jour dit, le seigneur de Tayaghvégh se rendit à Bwaïnging, et la cérémonie commença.

S82 stop écouter
Van hō na: ḡē m-hey ni-din n̄a l-ēm̄, wa le me n-su netm̄ey a, le bat ḡē va q̄e l-din a.

On avait prit soin de dresser une paroi de bambou à l'intérieur de la maison, afin d'y cacher le jeune garçon, loin des regards.

S83 stop écouter
Gōnōn a n-van me a, ḡo: “Ey! N-hap din goy va gēs?

Lorsque le mari entra, il demanda “Hé, qu'y a-t-il donc derrière cette paroi de bambous?”

S84 stop écouter
Ḡē ḡo “Óòó, din noyon e Welan. Nēn̄ tivele ḡalḡal bat va ben!”

— Attention, répondit-elle, cet enclos est là pour le seigneur. Tu n'as pas le droit d'y entrer!”

S85 stop écouter
Tē ḡēy ḡolḡol na, bastē ḡēy mōl yo na–

La cérémonie se déroula donc, les danses eurent lieu sur la grand'place…

S86 stop écouter
Tē ḡēy ḡolḡol bah na, tē ḡōyō ma-ḡay no-q̄o, veg ḡōyō m-an̄ magaysēn tē ḡē na. Veg ḡōyō ḡo wih mat ḡē na.

À la fin des danses, le père et la mère sacrifièrent un cochon, en réparation du tort qu'ils avaient commis envers cet enfant: celui de vouloir l'assassiner.

S87 stop écouter
Tē wa, m̄ey tam̄an na hag tē na, wa ḡē n-le m̄ey n-leq̄evēn ḡōyō nu-su netm̄ey na tē, ḡōyō mōl me Vōlōw e.

Finalement, le seigneur repartit à son village de Volow en emmenant avec lui sa sœur et son neveu.

S88 stop écouter
Tē n-bah ēgēn.

Et c'est ainsi que s'achève cette histoire.