aa

Langues et civilisations
à tradition orale
(UMR7107)

          Le CNRS           Accueil SHS          Autres sites CNRS          
cnrs paris3 inalco paris3 paris3
Rechercher
Intranet Lacito English




  Accueil > La recherche au Lacito > Textes de tradition orale
1   2

Opérations de recherche (archives)


Le dit, le non-dit, le "dire autrement" et l’implicite

 

Responsables : Véronique de Colombel et Micheline Lebarbier

 

L'objet d’analyse de notre groupe se fonde sur des corpus de textes de tradition orale recueillis par chacun dans les sociétés qu’il étudie. L’objectif est de dégager les liens qui existent entre ces textes et le fonctionnement de la communauté qui les a produits et qui en fait usage. Nous portons une attention particulière aux convergences et divergences attestées entre la “réalité” socioculturelle et les interprétations que l’on peut faire de cette tradition orale.

Un premier thème a été étudié en 2000-2002 « Présence et sens des éléments et des cycles naturels dans les textes de tradition orale », puis le séminaire a porté en 2002-2004 sur « Les étapes de la vie et leurs reflets dans la tradition orale », ce qui a donné lieu à un ouvrage collectif, paru en 2009, Étapes de la vie et tradition orale. Conceptions universelles et expressions particulières (présenté ici). Un troisième thème a pris forme dès juin 2004, présenté ci-après.

« Le dit, le non-dit, le ‘dire autrement’ et l’implicite »

Dans ce troisième thème ont été abordées les problématiques suivantes :

Les formes que prennent les détours de la parole pour donner à entendre ce qu’il est inconvenant de dire sans le nommer.

  • Comment peut s’exprimer le non-dit et l'indicible, le tabou et l'interdit ?
    Un langage codé concerne entre autres l'amour et la sexualité, notamment dans les contes facétieux et les chansons à sous entendus.

Les formes qui donnent à entendre les manquements à la règle sociale, les transgressions aux normes.

  • Comment interpréter les occultations et les silences pour ne pas nommer ce qui dérange ou ce qui effraie ?
    C'est le cas notamment dans les textes oraux (proverbes, récits, contes merveilleux...), voire dans les textes écrits.

Le "dire autrement" concerne aussi bien les règles de politesse que l’injure, l'expression des tabous langagiers, la manifestation des sentiments régie par les règles de la pudeur.

  • Comment fonctionne l'injure dans des sociétés où l’islam joue un rôle prépondérant ?
    Dans certains types de sociétés, les paroles explicites ou détournées sont strictement régies par le code social et imposent la mise en place de stratégies langagières diverses.

Le non-dit peut exister également au-delà des paroles et s’exprimer par le geste, la représentation, l’ostentation du silence (stratégie de parole ou de silence dans des rencontres avec le surnaturel).

  • Comment exprimer par gestes ou métaphores ce qu'on ne veut ou ne peut pas nommer ?
    L’implicite apparaît notamment dans plusieurs types de rituels : rituel thérapeutique où sont utilisées des langues oubliées et où certains mots ne peuvent être prononcés sans danger ; rituel d’abstinence verbale qui apparaît alors comme une pratique initiatique ; les rituels funéraires et les codes sociaux qui le conduisent.

Les différents niveaux de langue sont aussi une manifestation du "dire autrement", celui de la réalité ordinaire, de la langue poétique et de la langue métaphorique (par exemple dans des sociétés à tradition chamanique).

  • Comment s'exprime la notion de secret dans la transmission des connaissances cachées, ainsi que l'implicite dans le discours concernant le savoir initiatique ?

Enfin, le passage d’une langue à une autre implique une réinterprétation du texte initial pour aboutir au texte traduit, qui ne peut que restituer incomplètement un "implicite culturel".

Séminaire en cours

Parmi les thèmes que nous envisageons de traiter, citons encore :
– La formulation de l'interdit : quels sont les actes interdits et les façons de les dire ou de les exprimer ?
– L'expression de la médisance.
– Le fait de dire, de ne pas dire ou de dire autrement concrétise-t-il dans l'imaginaire la réalisation de ce que l'on redoute, de ce que l'on ne veut pas voir ou ne pas entendre ?
– L'identité emblématisée : que révèlent les armes parlantes en héraldique ?

Issu de ces réflexions, un ouvrage collectif doit clore ce travail.

1   2

Imprimer Contacter le webmestre Plan du site Crédits Accueil