aa

Langues et civilisations
à tradition orale
(UMR7107)

          CNRS           INSHS home          Other web sites          
cnrs paris3 inalco paris3 paris3
Search
Intranet Lacito français




  Home > Research at the Lacito > Jeux de Langage

Current research programs

 

 

 

"Jeux de Langage"
Séminaire de recherche en anthropologie linguistique
et séminaire doctoral (Lacito/Inalco) validable par les étudiants inscrits
à l'ED 265 (Inalco) ou à l'ED 268 (Paris 3)
(text in French)


Directors: Isabelle Leblic and Bertrand Masquelier

 

L'expression « jeux de langage » rappelle que tout usage du langage est d'emblée inscrit dans une situation sociale et les rapports sociaux qui la définissent. Une première hypothèse de recherche est qu'un « jeu de langage » opère selon des règles formelles publiques ; leur description permet de montrer comment émerge l'intelligibilité (le sens) d'une situation pour ses participants : du point de vue des rôles qu'ils y jouent ou des positions qu'ils y occupent, grâce à la médiation non seulement des formes langagières qui circulent (en situation) mais aussi d'un ensemble de pratiques communicationnelles (non-discursives) générées en situation. Une seconde hypothèse est que ces « jeux de langage », au sein d'une société donnée ou d'une culture, sont multiples. Ce fait invite à les comparer en interne, comme à les comparer avec les répertoires de pratiques d'autres communautés, voisines ou éloignées. Cette entrée dans la description des usages langagiers et des formes de vie sociales qui leur sont liées permet enfin, de questionner leurs conditions (langagières et sociales) de félicité, comme la pertinence des typologies classiques qui sont proposées, par différents modèles, pour rendre compte de la parole en acte. Les domaines d'enquête pertinents pour un tel projet sont ouverts ; ils peuvent puiser dans plusieurs des thématiques de la recherche en anthropologie ethnographique ; voir, par exemple, quelques pistes dans une liste ouverte :
     - Pratiques rituelles et paroles en situation.
     - L'énonciation de la parenté et les pratiques génératives du lien social.
     - Les interdits langagiers et les interdits de l'échange social.
     - L'énonciation métaphorique ou les ruses de la parole en acte.
     - Etc.

Les séances se déroulent en salle 311 (3e étage, bât. D), Lacito, Campus CNRS de Villejuif, 7 rue Guy Môquet 94800 – Villejuif, de 14h15 à 17h

 

Upcoming Seminars

  • Tuesday 12 February 2019
    Talk by Pierre Diarra (Paris 3) on Quand le langage ordinaire introduit à la philosophie
    Abstract in French:
    Les proverbes sont-ils des « jeux de langage » ? Cherchent-ils à former ou à informer ? Recourir au proverbe, est-ce une manière de signifier que le langage, en particulier le langage philosophique comme Wittgenstein semble le suggérer, ne fonctionne pas toujours d'une manière unique ? Tout philosophe et peut-être tout locuteur emprunte, parfois inconsciemment, au langage quotidien ses certitudes, ses évidences et ses structures de pensée. Tendre vers la «bonne philosophie » consisterait à élaborer une pensée dans un langage et dans un « jeu » de langage, en restant dans le langage quotidien.
         Si les proverbes africains invitent à établir des rapports, à dévoiler un logos au-delà de ce qui est dit, ils introduisent surtout une forme de pensée philosophique. « Parler en proverbes », c'est ouvrir des perspectives de recherche, de débat ou même « faire des enquêtes » sur la manière dont les locuteurs élaborent leur pensée à partir du quotidien. Quand je dis, par exemple, « le cochon ne se fatigue pas de (porter) sa tête », j'introduis dans le discours une invitation à observer le cochon d'une certaine manière, à établir des rapports avec le reste du discours, sans oublier le contexte de l'énonciation et la confusion qui peut se glisser entre des « jeux de langages » différents.
         Après avoir essayé de préciser ce que Wittgenstein entend par « jeux de langage », nous ferons un rapprochement avec les proverbes. Nous verrons alors comment ceux-ci dévoilent tout un monde et une manière de penser, d'élaborer des rapports. Il sera alors possible de préciser le cheminement philosophique que l'on peut découvrir à partir d'une analyse de quelques proverbes.
    Quelques textes pour élargir la problématique
    - Pierre Diarra, Proverbe et Philosophie. Essai sur la pensée des Bwa du Mali, Paris, Karthala, 2002
    - Pierre Diarra, « Le proverbe africain en contexte interculturel : une incompréhension systématique », dans Marie-Dominique Popelard (éd.), Moments d'incompréhension. Une approche pragmatique, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2007, p. 17-30.
    - Pierre Diarra, « Les proverbes au cœur de la sagesse et de l'esthétique africaines », dans Michel Kouam et Christian Mofor, Philosophies et cultures africaines à l'heure de l'interculturalité. Anthologie, tome 2, Paris, L'Harmattan, 2011, p. 131-154.
    - Pierre Diarra et Cécile Leguy, Le proverbe au risque de l'incompréhension, dans Micheline Lebarbier (éd.), Les ruses de la parole. Dire et sous-entendre. Parler, chanter, écrire, Paris, Karthala, 2017, p. 23-47.

  • Tuesday 12 March 2019
    Talk by Paulette Roulon-Doko (LLacan) on Comment nommer les couleurs (Étude sur les usages des termes de couleurs chez les Gbaya) (titre provisoire)

  • Tuesday 9 April 2019
    Talk by Kristin Vold Lexander (MultiLing Université d'Oslo) on Jeux de langage et jeux de média dans un cadre familial plurilingue
    Abstract in French:
    Dans l'ère de « polymedia » (Madianou et Miller 2012), une partie grandissante des populations du monde a accès à des moyens de communication qui facilitent un contact fréquent malgré les distances géographiques. Des applications comme Snapchat, WhatsApp et Facebook messenger permettent d'envoyer des messages écrits, des messages vocaliques, des photos et des vidéos, et de faire des appels sans ou avec vidéo. Dans cet environnement de possibilités d'action (affordances, Hutchby 2001), le choix même d'outil de communication peut avoir une signification sociale ou émotionnelle, car il n'est plus dirigé par des questions d'accès ou d'économie (Madianou et Miller 2012). Ce choix peut également avoir des répercussions linguistiques, par exemple quand le choix de modalité mène vers des choix linguistiques spécifiques, et la communication digitale entraine de nouveaux « jeux de langage ». L'écriture plurilingue est acceptée, des graphies non-conventionnelles sont normalisées dans certaines situations informelles, et la communication devient de plus en plus multimodale. Un tel contexte est favorable à l'expérimentation avec des normes linguistiques et des langues. Ainsi, pour les migrants, non seulement les échanges avec les membres de famille restés au pays d'origine peuvent être intensifiés, mais aussi, la communication digitale constitue un espace important pour le contact avec les langues d'héritage, notamment pour les enfants émigrés. En analysant des données interactionnelles digitales (de WhatsApp, de Facebook Messenger et des SMS) et des données ethnographiques collectées auprès de quatre familles sénégalaises vivant en Norvège, je discute dans cette présentation les rapports entre choix de langues, choix de média et de modalité et rapports familiaux (cf. Diop 1985). Quelles sont les normes qui se construisent dans l'interaction digitale avec les membres de famille dans le pays d'origine ? Quelles sont par exemple les pratiques linguistiques digitales que l'on peut identifier entre grands-parents et petits-enfants, entre tantes/oncles et neveux/nièces ? Quelles sont les effets des choix de modalité et d'outil sur les « jeux de langage » dans les familles migrantes ?

  • Tuesday 14 May 2019
    Séance de lectures commentées et bilan de la première année.

 

Past Seminars

  • 11 December 2018
    Isabelle Leblic (Lacito-Cnrs) et Bertrand Masquelier (Lacito), Que nous disent les anthropologues (linguistes ou non) quand ils se réfèrent à leur lecture de Wittgenstein ?
    Cette séance est consacrée à une discussion autour de quelques textes d'anthropologues (linguistes ou non) qui argumentent, explicitement ou implicitement, à partir de leur lecture de Wittgenstein. L'objectif est de prolonger les discussions ouvertes lors des deux précédents séminaires (octobre et novembre).
    References:
    -- Affergan Francis, 2007, « L'anthropologie cognitive existe-t-elle ? », L'Homme, n° 184, pp. 85-105. [Accessible via jstor]
    -- Basin Jean, 1998, « Questions de sens », Enquêtes, n° 6, pp. 13-34. [Accessible via revue.org]
    -- Bazin Jean, 1999, « Sciences des mœurs et description de l'action », Le Genre humain, 1999/2, n° 5, pp. 33-58. [Accessible via Cairn)
    -- Duranti Alessandro, 1997, Linguistic Anthropology, Cambridge University Press. [En particulier, pages 236-243]

  • 13 November 2018
    Talk by Nathaniel Gernez (post-doc Fyssen, African Studies Center, Leiden University) on Se raconter autour d'un verre d'alcool de maïs: jeux de langage et plurilinguisme dans la région d'Iringa en Tanzanie.
    Abstract in French:
         La Tanzanie est un pays d'une grande diversité linguistique qui a forgé son unité nationale sur la promotion et l'idéologisation d'une langue, le kiswahili. Ce succès indéniable contribue toutefois à un phénomène d'effacement (Irvine et Gal, 2000) des langues locales (il en existe plus de 120 langues) et des pratiques plurilingues entre la langue locale, le kiswahili et plus rarement l'anglais.
         Nous appuyant sur une approche ethnographique des situations d'interlocution et des pratiques plurilingues, nous présenterons l'analyse d'une interaction filmée au village de Wenda, dans la région d'Iringa. Située à bonne distance de la côte, sur les hautes terres du sud du pays, cette région abrite une population les Hehe, dont la langue le kihehe est bien distinct du kiswahili tout en appartenant au même phylum Bantu. Dans un bar d'alcool artisanal de ce village, le propriétaire du bar, Mahavile (environ 70 ans), livre un récit de vie qui porte plus particulièrement sur sa carrière militaire. Autour de lui, d'autres anciens du village sont présents, de même que deux femmes, dont l'une, sa seconde épouse, sert l'alcool. L'analyse de cette interaction sera l'occasion de montrer comment, par son usage du kiswahili et du kihehe, Mahavile relate son engagement pour la défense de la nation, tout en présentant son parcours dans l'armée comme une expérience localement partagée avec ses pairs. Les jeux de regard, les silences, les questions et les prises de parole des autres clients du bar, contribuent également à l'élaboration de ce récit qui se transforme peu à peu en un véritable échange.

  • 16 October 2018
    Présentation introductive de Bertrand Masquelier (Lacito) : Que peut apprendre un anthropologue linguiste de la lecture de Wittgenstein ?
    Abstract in French:
    Le « Wittgenstein » des anthropologues sociaux et des anthropologues linguistes : les raisons pour lesquelles certains anthropologues s'inspirent des recherches de Wittgenstein sur les « usages du langage » et les « formes de vie ». Le tournant pragmatiste en anthropologie sociale et linguistique : remarques à propos de Peirce, Malinowski et Wittgenstein.

Imprimer Contacter le webmestre Plan du site Crédits Accueil