aa

Langues et civilisations
à tradition orale
(UMR7107)

          Le CNRS           Accueil SHS          Autres sites CNRS          
tacol
cnrs paris3 inalco paris3 paris3
Rechercher
Intranet Lacito English




  Accueil > La recherche au Lacito > Terrains, analyse  et comparaison des langues (TACOL)

Opérations de recherche en cours

 

 

 

Terrains, analyse 
et comparaison des langues
(TACOL)

 

 

 

Responsables : Antoinette SCHAPPER, Valentina ALFARANO et Yann LE MOULLEC

 

À l'automne 2017, les deux séminaires du LaCiTO "Terrains" et "Problèmes d'analyse et de comparaison des langues" fusionnent. Vous êtes désormais conviés au séminaire mensuel Terrains, analyse et comparaison des langues (TACoL), ouvert à tous – en particulier aux doctorants, mais pas seulement.

 

Exposé à venir

  • adivasiJeudi 9 mai 2019 à 14h30
    Exposé de Cécile Guillaume-Pey (CR au CEIAS du CNRS) sur Inventions scripturaires et assertions identitaires dans des groupes tribaux en Inde
    Résumé :
    Depuis la période coloniale, les inventions d'écritures se multiplient dans les tribus de l'Inde, groupes qui s'auto-désignent également par le terme Adivasi signifiant « premiers habitants ». À partir des années 1930, des prophètes inventent des graphies pour transcrire leurs langues, créations souvent présentées comme des ''découvertes'' de signes inscrits sur des pierres. De nos jours, ces écritures inventées par des leadeurs charismatiques cristallisent les revendications identitaires de groupes marginalisés d'un point de vue linguistique, religieux et politique. Des signes gravés sur des roches entourés de gestes de dévotion aux manuels scolaires, des sites web aux installations artistiques dans des galeries à l'étranger, les écritures adivasi circulent et s'exposent dans des espaces et sur des supports dont la variété reflète la diversité de leurs usages. Dans mon exposé, je m'intéressai en particulier aux écritures créées par les Sora de l'Odisha (centre-est) et par des groupes Kuki/Zo du Manipur, à la frontière indo-birmane.

  • Mercredi 15 mai 2019 à 14h30
    Exposé de Sylvain Loiseau, titre en attente

  • Jeudi 16 mai 2019 à 14h30
    Exposé de Darja Hoenigman, titre en attente

  • Mercredi 11 septembre 2019
    Exposé de Nicolas Tournadre (Professeur à l'Univ. Aix-Marseille / Lacito) sur Stratégies évidentielles et genres discursifs (titre provisoire)

 

Exposés passés

  • 24 avril 2019
    Exposé d'Alexandra Vydrina (Lacito), sur Names, ideophones and reported speech: how demonstration causes focus raising in Kakabe
    Résumé en anglais :
    Main clauses, as opposed to subordinate clauses, are the main assertive points of complex sentences. Therefore, the oppositions of information structure are more likely to be expressed in the latter than in the former. This assumption is confirmed by a cross-linguistic tendency: a considerable number of non-related languages have restrictions on the expression of information structure (IS) oppositions within subordinate clauses; see Matić et al. (2014). In my talk, I will present the case of Kakabe, a Western Mande language in which the expression of focus is not allowed within subordinate clauses. The particular way in which this restriction is dealt with in this language is rather unexpected: when the focalized constituent is part of a subordinate clause, the focus marker that usually appears to the right of the focused constituent, appears instead within the main clause.
         Interestingly, apart from subordinate clauses, there are other categories of expressions, that also cause such 'focus raising' in Kakabe, namely, ideophones, names in naming constructions, expressive adverbs. There is a growing amount of evidence in the literature suggesting that cross-linguistically,all of these three categories appear in a particular type of extra-clausal position (see Matushansky 2008 and Clark and Gerrig 1990 on names, Dingemanse 2012 on ideophones, Haselow 2016 on expressive adverbs). The behavior of the focus marker in Kakabe, therefore, provides important evidence about the properties of focus markers in general: not only do they tend to avoid subordinate clauses, as shown in (Matić et al. 2014), but they are also sensitive to the presence of small-clause structures.
    Références :
    -- Clark, Herbert H., and Richard J. Gerrig. 1990. "Quotations as Demonstrations." Language 66 (4): 764–805.
    -- Dingemanse, Mark. 2012. "Advances in the Cross-Linguistic Study of Ideophones." Language and Linguistics Compass 6 (10): 654–72.
    -- Haselow, Alexander. 2016. "Intensifying Adverbs 'Outside the Clause': A Cognitive Analysis." In Studies in Language Companion Series, edited by Gunther Kaltenböck, Evelien Keizer, and Arne Lohmann, 178:379–416. Amsterdam: John Benjamins Publishing Company.
    -- Matić, Dejan, Rik van Gijn, and Robert D. van Valin Jr. 2014. "Information Structure and Reference Tracking in Complex Sentences: An Overview." In Typological Studies in Language, edited by Rik van Gijn, Jeremy Hammond, Dejan Matić, Saskia van Putten, and Ana Vilacy Galucio, 105:1–42. Amsterdam: John Benjamins Publishing Company.
    -- Matushansky, Ora. 2008. "On the Linguistic Complexity of Proper Names." Linguistics and Philosophy 31 (5): 573–627.

  • 4 avril 2019, dans le cadre d'un sémaire commun "Jeux de Langage" / "Terrain, analyse et comparaison des langues (TACOL)"
    Exposé de Nancy Hawker (Oxford University) sur Only joking? The pragmatics of multilingual humour in Palestinian and Israeli political discourse
    multilingualismRésumé en anglais :
    The problem that will be tackled through Only joking is the reconciliation of the ethnographic collection of speech data with the pragmatics-based discourse analysis of isolated samples. Where does the emic perspective of the speakers end and where does the researcher's etic framing start? Seminar participants will have the chance to read and interpret a few examples of recognisable genres of humour, such as face-threatening jokes (Haugh 2016), self-deprecating jests (Schnurr & Holmes 2009) and parody (Bakhtin 1994; Hawker 2018). The samples were recorded during the researcher's fieldwork on the 2015 Israeli election campaigns, or extracted from archival records. Humour has been put to use for forming, maintaining, and disrupting interpersonal relations (Meyer 2000), in this case with repercussions for the inclusion or exclusion of Palestinian politicians from the Israeli political class. Sometimes, the humourous intent failed, and this revealed the complexity and fragility of humorous interaction especially in a fraught context (Bell 2015). The evidence, analysis and argument are taken from the forthcoming book The Politics of Palestinian Multilingualism: Speaking for citizenship -- however, that book is not at all humorous!
    The polyvalent social effects of humour are brought together in this seminar in order to highlight, ultimately, one point: Though the speakers are caught between two ideologies of monolingualism following parallel and conflictual one-nation-one-language equations, the multilingual practices that they express within multiple discursive constraints and consequences will continue for as long as they are pragmatically useful. The rhetorical attractiveness of humour in particular ("The problem with political jokes is they get elected!") means that ideologies hold power over explicit attitudes, but not so much over tacitly understood practices. If the seminar can confirm that the pragmatic purposes are identifiable beyond the immediate instances of the speakers' tacit intent and/or the interlocutors' laughter, then the evidence from the practices can go beyond enriching the description of discursive patterns towards intervening for the re-evaluation of multilingualism in the double-monolingual context. The empirical counterpoint challenges the policies of Hebrew hegemony and Arabic containment -- but is does this researcher's framing overstep the ethnographic evidential base?
    Références :
    -- Bakhtin, Mikhail. 1994 (1929-1975) The Bakhtin Reader: Selected Writings of Bakhtin, Medvedev, and Voloshinov ed. and trans. by Pam Morris (London: E. Arnold).
    -- Bell, Nancy. 2015. We are not amused: Failed humor in interaction. (Berlin: de Gruyter Mouton).
    -- Haugh, Michael. 2016. "Just kidding": Teasing and claims to non-serious intent. Journal of Pragmatics 95: 120-136.
    -- Hawker, Nancy. 2019 (forthcoming). The Politics of Palestinian Multilingualism: Speaking for citizenship. (London/New York: Routledge).
    -- Hawker, Nancy. 2018. Arabic borrowing of the Hebrew word menahēl 'manager': Articulations and ideologies. In Stefano Manfredi & Mauro Tosco (eds), Arabic in contact. (Amsterdam: John Benjamins) pp. 332-347.
    -- Meyer, John C. 2000. Humor as a double-edged sword: Four functions of humor in communication. Communication theory 10.3: 310-331.
    -- Schnurr, Stephanie, and Janet Holmes. 2009. Using humor to do masculinity at work. In Humor in Interaction ed. by Norrick, Neil R., and Delia Chiaro (Amsterdam/Philadelphia: John Benjamins) pp.101-123.

  • 20 mars 2019
    Exposé de Franck Guillemain (UPS 2259) & Alexis Michaud sur Vidéo sur le terrain : un projet conjoint de documentation linguistique et de film documentaire
    Résumé :
    Une mission sur le terrain dans le Yunnan (Chine) en 2018 a permis des enregistrements vidéo, dont une partie destinée à la documentation linguistique et une autre à la préparation d'un film documentaire ("Retour à Yongning"). Lors du séminaire, nous reviendrons sur la formulation et la réalisation de ce projet commun entre un spécialiste d'audiovisuel (intéressé à créer un documentaire au sujet du travail du linguiste) et un linguiste essentiellement soucieux de documentation fondamentale. Le dialogue entre nos perspectives respectives soulève des questions d'ordre général, notamment au sujet des données vidéo originales, dont seule une petite partie trouvera place dans le film documentaire. Quels sont les usages possibles de ces séquences ? Nous aimerions suggérer que ces séquences dé-rushées, pour lesquels nous proposons le terme d'oursons*, auraient vocation à être accueillies par une base de données.
    *Dans le vocabulaire du cinéma, l'« ours » constitue un premier montage : simple mise bout à bout de séquences dont l'intérêt est ressorti lors de l'étape du dé-rushage. Les « oursons » seraient les différentes séquences dont est composé l'« ours ».

  • 17 mars 2019
    Exposé de Jérémy Pasquereau & Patricia Cabredo Hofherr (Surrey Morphology Group, University of Surrey) sur Pluractionality and subject number in Seri (Cmiique Iitom, isolate, Sonora, Mexico)
    Résumé en anglais :
    Seri verb stem-suffix forms encode at least two categories: one uncontroversially marks subject number while the other category, morphologized as the 'multiple form' is more elusive and has been described in previous work (Moser 1961; Marlett 2016; Moser and Marlett 2010) as reflecting (combinations of) (i) event number, (ii) object number, or (iii) grammatical aspect. For instance the verb 'run' has two singular subject forms – -panzx and the multiple form -pá́nozxim – and two plural subject forms – -pá́ncojc and the multiple form -pá́ncoxlca. The morphological realization of the two categories is extremely complex due to a large amount of allomorphy and a high degree of paradigmatic variety. This morphological complexity has been extensively described (Marlett 2016; Baerman 2017) but so far little is known about their meanings. We propose that multiple forms in Seri lexicalize a pluractional operator (Cabredo Hofherr, Pasquereau, and O'Meara 2018). But multiple forms seem to have different properties depending on whether their subject is singular or plural. In current work, we explore the hypothesis that the multiple form used with singular subjects lexicalizes an iterative marker whereas that used with plural subjects lexicalizes a distributive marker. This would imply that the four cells do not correspond to two categories as 'multiple' would not be a homogeneous feature across singular and plural subject forms.
    Références :
    -- Baerman, M. (2017). Seri verb classes: morphosyntactic motivation and morphological autonomy. Language 92(4), 792–823.
    -- Cabredo Hofherr, P., J. Pasquereau, and C. O'Meara (2018). Event plurality in Seri. In Proceedings of SULA 10.
    -- Marlett, S. A. (2016). Cmiique Iitom: the Seri language. Unpublished grammar (2016 draft).
    -- Moser, E. (1961). Number in Seri verbs. Master's thesis, University of Pennsylvania.
    -- Moser, M. B. and S. A. Marlett (2010). Comcaac quih yaza quih hant ihiip hac = Diccionario seri-españ̃ol-inglé́s. Colecció́n Bicentenario. Mexico City and Sonora: Plaza y Valdé́s editores and Universidad de Sonora.

  • 20 février 2019
    Exposé de Camille Simon (Lacito) sur Marques de posture épistémique en tibétain de l'Amdo
    Résumé (en pdf pour une meilleure lisibilité du tableau) :
    On trouve, dans certains dialectes tibétains de l'Amdo, deux morphèmes spécialisés dans l'expression de valeurs interactionnelles. Si leurs fonctions primaires les rapprochent de particules discursives, elles s'en distinguent par leur nature grammaticale : il s'agit en effet de copules et de suffixes verbaux, appartenant à des paradigmes de temps-aspect-mode-évidentiel. Cette présentation se basera sur les données de corpus pour proposer une description préliminaire de ces morphèmes, en relation avec le domaine évidentiel, fortement grammaticalisé dans les langues tibétiques.
         Je présenterai d'une part la copule équative ཡིན་ནི་རེད། /jənnəre/, la copule existentielle ཡོད་གི་རེད། /joɣəre/ et la marque de TAME générique V-གི་རེད། /V-ɣəre/.
    (1) a. La copule équative jənnəre
    ཆུང་-དུས་ ཨ་མ་ ང་-གཉིས་ ཁེར་མོ་ ཡིན་ནི་རེད།
    ʧhoŋ-ti ama ŋa-ɲi khermo jənnəre
    petit-when mère 1-DU seul EQU.FACT
    '[Tu ne peux pas le savoir mais] quand j'étais petite, ma mère et moi étions toutes seules.'
    b. La copule existentielle jogəre
    དགུན་ཁའ་ ཟླ་བ་ གསུམ་ ཡོད་གི་རེད།
    ɦgənkha dawa xsəm jogəre
    hiver.DAT mois trois EXIST.FACT
    '[Comme tu le sais bien] il y a trois mois en hiver.'
    c. TAME générique V-gəre
    ད་ བཤད-་གི་ཡོད་-དུས་ ཡིད་-འ་ ཐོན་-གཏོང་-གི་རེད།
    ta fɕe-go-ʈi ji-la thon-toŋ-gəre
    DISC parler-INACC-quand esprit-DAT venir-AUX-GENER.FACT
    'Bon, [tu peux bien imaginer que] quand on parle, les proverbe viennent à l'esprit.'
          L'analyse du contexte dans lequel ces formes apparaissent montrent qu'elles expriment un mode d'accès factuel à l'information, mais aussi que leur usage dépend de l'évaluation que le locuteur fait des connaissances de l'interlocuteur, et sert à réguler l'interaction : la première forme, la copule equative ཡིན་ནི་རེད། /jənnəre/ est employée lorsque le locuteur présuppose que son interlocuteur ignore tout de l'information donnée, et lui permet donc affirmer une autorité épistémique. A l'inverse, les deux autresformes la copule existentielle ཡོད་གི་རེད། /joɣəre/ et la marque de TAME générique V-གི་རེད། /V-ɣəre/ s'emploient lorsque le locuteur souhaite insister sur le caractère partagé de l'information : celle-ci est présentée comme relevant du socle commun de connaissances. Leur emploi permet donc aux interlocuteurs de réguler l'interaction en faisant varier leur posture épistémique.
         La présentation se divisera en trois parties : (1) une description des caractéristiques morphologiques et prosodiques des formes étudiées, et de leur place dans leurs paradigmesrespectifs ; (2) la présentation d'exemples en contexte, permettant d'analyser les fonctions pragmatiques et interactionnelles ; et (3) quelques remarques finales sur la distribution de ces formes : variation dialectale d'une part, et coocurrence avec des particules discursives finales.
         L'analyse, encore préliminaire, que je proposerai est, pour le moment, centrée sur une analyse des données, dans le but d'ouvrir à une discussion typologique plus large.

  • 25 janvier 2019
    Exposé de Yann Le Moullec (doctorant à l'Inalco) sur Comment lever la barrière de la langue ? Problème de communication chez les Zuruahá d'Amazonie brésilienne
    Résumé :
    Les Zuruahá sont 154 à vivre dans le territoire qui leur est réservé dans l'État d'Amazonas, au Nord-Ouest du Brésil. Ils parlent la dernière langue qui ne soit pas encore décrite dans la famille Arawá. Ma thèse devrait donc être une grammaire de leur langue. Or un problème de méthode se pose avant même ma première mission : je ne parle pas le zuruahá, aucun Zuruahá ne parle d'autre langue que la sienne, et seule une poignée d'étrangers (missionnaires, fonctionnaires et ethnologues) a pu acquérir (à la longue) une connaissance du zuruahá. Je donnerai un aperçu des pistes qui s'ouvrent à moi, et notamment de la méthode monolingue de Daniel Everett (2001). Mais ce séminaire se veut surtout l'occasion de partager expériences, idées et conseils.
    Rérérence :
    Everett, Daniel, 2001, « Monolingual field research », in Paul Newman & Martha Ratliff (dir.), Linguistic Fieldwork, Cambridge, Cambridge University Press, p. 166‑188.

  • 9 novembre 2018
    Exposé de Ghanshyam Sharma (Professeur en Langue et littérature hindi, Inalco) sur A Typology of Conditionals

  • 30 mai 2018
    Exposé d'Alexandra Vydrina sur Syntax, semantics and phonology of the segmental encoding of focus: the case of the Kakabe focus particle lè
    Résumé en anglais :
    In Kakabe, a Western Mande language, focus is expressed by the enclitic lè without directly involving prosody or syntax. In my talk I will provide the analysis of the syntactic and semantic properties of this focus particle on the data of natural speech.
    The focus-sensitive particles with additional semantic flavors, such as only (exclusive), even (scalar), etc. have been in the center of attention for several decades (König 1991). On the other hand, although the 'pure' focus particles that mark focus only do not seem uncommon across languages, their semantic and syntactic properties are very rarely discussed in detail (see e.g. Büring 2009: 26).
    Moreover, the syntactic accounts of focus markers usually limit the analysis of such particles to their marking-edge function, be it right or left, of the focused constituent (unless the position of the particle is fixed). As opposed to this view, I will show that, at least in Kakabe, the focus marker does not always appear at the edge of the focus scope. It is defined by a complex interplay between the size of the focus scope, the internal syntactic structure of the focused constituent, and its phonotactic properties. In some regards, these cooccurring factors resembles the mechanisms of nuclear stress assignment, well-known for its complexity (Ladd 1996, Gussenhoven 2007, Selkirk 2011), but it also displays some peculiarities due to its segmental nature.
    Littérature associée :
    -- Büring, Daniel. 2009. Towards a typology of focus realization. In Malte Zimmermann & Caroline Féry (eds.), Information structure, 177–205. Oxford University Press. Oxford: Oxford University Press.
    -- Gussenhoven, Carlos. 2007. Notions and subnotions in information structure. Acta Linguistica Hungarica 55(3–4). 381–395.
    -- König, Ekkehard. 1991. The meaning of focus particles: a comparative perspective. London; New York: Routledge.
    -- Ladd, D. Robert. 1996. Intonational phonology. Cambridge; New York: Cambridge University Press.
    -- Selkirk, Elisabeth. 2011. The Syntax-Phonology Interface. The handbook of phonological theory, 435–484. Chichester, West Sussex, UK; Malden, MA: Wiley-Blackwell.

  • 7 mars 2018
    Exposé d'Eleanor Ridge (SOAS, Londres) sur Serial verb constructions in Vatlongos (Vanuatu): Mismatches between formal and functional integration
    Résumé en anglais :
    This paper discusses serial verb constructions in Vatlongos, an Oceanic language spoken by around 3000 people in the south-east region of Ambrym island and elsewhere in Vanuatu. Analyses of serial verb constructions often posit a close relationship between the surface-level integration of two verbs and the extent of their functional integration. That is, a root-contiguous construction, as in (1), would represent a closer functional relationship between the component verbs than a non-contiguous construction like (2), where both verbs take affixes and arguments can intervene between them.
    (1) Mi-kaakau usil bien.
          3SG.NFUT-walk follow sea
         'She walked along the sea.'      20170331b_n01s034_30
    (2) Mi-leh xil la-be sip.
          3SG.NFUT-take 3PL 3PL.NFUT-NFUT.go_to ship
          'It took them to the ship.'      20150305h_h01s111_08
    The usage and development of serial verb constructions in Vatlongos does not support this equivalence and instead suggests that a single morphosyntactic strategy is opportunistically employed for a wide range of functional purposes, and is prone to reanalysis in ways that do not reflect the morphosyntactic structures involved. Firstly, the paper will examine synchronic data to show that a single formal type of serial verb construction is used for a wide range of functional relationships, from aspectual distinctions and argument merger through to adjuncts and comments. Secondly, it will look at the emergence of auxiliary verb constructions in the language to show how they have developed from non-contiguous serial verb constructions, and how this development in turn seems to be leading to further grammaticalization of subordination structures.

  • 12 février 2018
    Exposé de Fernando O. de Carvalho (Universidade Federal do Amapá, Brésil) sur Some recent advances in the historical linguistics of the Arawak language family (Brasil)
    Résumé en anglais :
    The Arawak family is the largest language group in South America. In this talk, I discuss a series of recent developments in its historical linguistics, stemming from careful application of the comparative method. I start showing how internal reconstruction and comparative reconstruction within clear subgroups made it possible to clarify aspects of the phonological diversification of individual languages. Besides, it promoted the identification of shared innovations in both the morphology and the lexicon, thus progressing beyond classifications based on geography, lexical retentions or 'phenetic' assessments of similarity. Another interesting outcome is the successful reconstruction, at intermediate proto-languages, of phonological contrasts whose existence at the Proto-Arawak level remains uncertain due to their haphazard distribution among daughter languages. Finally, I have identified lexical material lacking internal etymologies, but whose origins can be traced to contact with members of other language families, often informing us about the conditions under which contact took place. Phonological elements whose distribution is confined to loan strata of the vocabulary were also found, even though these elements were later introduced in the inherited word stock as part of alternations resulting from secondary developments such as split-mergers.

  • 25 janvier 2018
    Exposé d'Annie Rialland (Laboratoire de Phonétique et Phonologie, UMR 7018, CNRS/Sorbonne-Nouvelle) sur Intonation dans les langues africaines : Développements actuels
    Résumé :
    Bien que près d'un tiers des langues du monde soient parlées en Afrique, les travaux sur l'intonation des langues africaines restent rares et les ouvrages sur l'intonation, qu'ils soient des livres de synthèse ou des ouvrages collectifs, ont jusqu'à très récemment quasiment ignoré les langues africaines (Hirst & di Cristo 1999, Jun 2005, 2014, entre autres). Le livre "Intonation in African languages" (2016, Laura Downing et Annie Rialland, eds.) a commencé à combler cette lacune. Notre présentation s'appuiera fortement mais non exclusivement sur les études publiées dans ce livre. Notre but principal sera de dégager les développements actuels dans le domaine de l'intonation dans les langues africaines et de montrer comment ces études peuvent contribuer à une modélisation des relations entre tons et intonation et plus généralement à celle des phénomènes réalisés de façon concomitante.
          Les points que nous considèrerons plus particulièrement sont les suivants: 1) descentes mélodiques, 2) tons de frontières 3) expression de focus, 4) marquage des questions polaires.
    1) Descentes mélodiques. Les énoncés assertifs sont souvent descendants. Cependant, ces descentes mélodiques résultent de divers processus qui doivent être distingués et peuvent intervenir indépendamment les uns des autres. Les processus actuellement généralement reconnus sont: 1) La déclinaison, 2) Le downdrift, 3) Le downstep, 4) L'abaissement final. Ces processus tendent à être de mieux en mieux connus au fur et à mesure que notre connaissance de l'intonation s'améliore. Ainsi, la déclinaison, qui est une descente graduelle et linéaire, peut s'appliquer différemment selon la séquence de tons en question (Akan: Kügler, 2016). Le downdrift, très fréquent dans les réalisations de séquences alternantes de tons hauts ou moyens et de tons bas, tend à être asymptotique, avec une forme modélisable en termes d'équation impliquant une valeur asymptotique et un coefficient de réduction des intervalles (Chichewa: Myers, 1996). Le downdrift et le downstep peuvent être similaires ou différents dans une langue donnée (Wule Dagara: Rialland and Some, 2011). Le downdrift et le downstep manifestent l'un et l'autre des mécanismes d'anticipation qui peuvent être de longue portée. La pente et le domaine de l'abaissement final peuvent aussi différer d'une langue à l'autre et deux formes d'abaissement final peuvent se trouver dans une seule langue (Bemba: Kula, 2016).
    2) Tons de frontière. Quand on analyse une langue à tons, un des problèmes principaux qui est rencontré est la séparation entre tons lexicaux et "tons de frontière" (c'est à dire des tons associés à des frontières de constituants). Ces divers tons peuvent simplement se suivre, les tons de frontière pouvant être réalisés avant ou après les tons lexicaux. Ils peuvent aussi s'annuler les uns les autres dans certains contextes, les tons de frontière prenant alors le pas sur les tons lexicaux ou l'inverse (Shekgalagari: Hyman et Monaka 2011). D'autres relations que la succession entre tons lexicaux et tons de frontière ont également été dégagées. Nous verrons que ces tons peuvent se superposer, engendrant alors des realisations infra-basses ou supra-hautes (Embosi: Rialland & Aborobongui, 2016). Ils peuvent aussi s'attirer ou se repousser (Shingazidja: Patin, 2016, Embosi: Rialland & Aborobongui, 2016..
    3) Expression du focus. Les langues africaines remettent en question l'idée très largement répandue que le focus est associé à une proéminence prosodique. Elles présentent une très large diversité de faits : absence de marque prosodique de focus (Basaa: Makasso & al., 2016, Embosi: Rialland & Aborobongui, 2016; Tswana: Zerbian 2016), abaissement des termes en focus (Akan: Kügler, 2016), assignation d'un accent par défaut aux constituants hors focus (Chimiini: Kisseberth, 2016), modification du phrasing (Shingazidja: Patin, 2016), entre autres.
    4) Marquage prosodique des questions polaires. La littérature récente fait état d'une grande diversité de marquage prosodique des questions polaires: absence de marque prosodique, intonation montante, intonation descendante, voix soufflée, relèvement des derniers tons hauts, suspension du downdrift, suppression de l'allongement pénultième. Une attention particulière sera portée à la famille des intonations relâchées, souvent descendantes ("lax prosodies"), qui est une caractéristique de l'aire soudanique africaine (Rialland, 2009; Clements et Rialland, 2008).
          Les recherches sur l'intonation des langues africaines en sont à leur début et elles s'avèrent déjà riches en implications théoriques (modélisation des superpositions, modélisation des anticipations dans la production de la parole, enrichissements typologiques).

  • 21 novembre 2017
    Exposé de Christine Chabot (doctorante à Paris 3) sur Les constructions génitivales en coréen moderne
    Résumé :
    Le génitif est souvent défini comme un cas grammatical utilisé pour encoder la dépendance d'un nom vis-à-vis d'un autre nom au sein d'une construction nominale (Creissels, 2006a : 53). En coréen, ce type de marquage se caractérise par l'attachement du suffixe -ûi au nom dépendant, qui se trouve à gauche (position N1) dans la construction génitivale. Un syntagme génitival en coréen a donc typiquement la structure [N1-ûi N2] :
               할머니의 모자
              Halmôni-ûi mocha
              grand.mère-GEN chapeau
              « Le chapeau de Grand-mère ».
    Divers travaux ont mis en évidence l'usage variable de ce suffixe –ûi, mais peu l'ont étudiée de manière approfondie. Dans certains contextes en effet, Han (2012) montre que l'usage du suffixe –ûi est obligatoire, optionnel ou interdit. Pour éclairer cette variation, plusieurs hypothèses ont été proposées, liées à l'économie phonétique (Li, 1985) ou encore à l'expression de la définitude (Han 2012). À la lumière de données de première main collectées en 2015 et 2016 dans la région de Séoul, ces hypothèses demeurent toutefois insatisfaisantes.
    Dans le cadre d'une thèse centrée sur la recherche des différents facteurs influant sur l'usage du suffixe –ûi, cette présentation propose de mettre en avant les avancées permises par le recueil de données actuelles et de première main et par leur analyse. Nous verrons que la présence et l'absence du suffixe est liée avant tout à la relation établie entre les noms entrant dans la composition des constructions génitivales.
    Elle situera d'une part la place fonctionnelle que des langues syntaxiquement proches, comme le turc et le japonais, réservent à l'emploi du génitif. D'autre part, les aspects méthodologiques de la collecte de données et de l'analyse seront exposés. Enfin seront discutés les différents écueils et perspectives offerts par la proposition d'un classement des types nominaux, qui mènera à une typologie des relations nominales des constructions génitivales.

  • 18 octobre 2017
    Exposé de Mary Walworth (MPI Iéna) sur. Polynesian possession: A new approach
    Résumé en anglais :
    The innovation of distinctive binary possessive marking in Polynesian languages has long intrigued Pacific linguists. In these languages, possessed nouns are marked by a morpheme whose vowel is sometimes o, sometimes a. While this distinction (henceforth referred to as the "A/O distinction") is itself uncontroversial, the semantic value of the contrast has been continually debated. In early discussions, Biggs (1969) and Clark (1976) suggested that the opposition is one of dominance. Wilson, in 1982, suggested that it is more related to agency and control of the possessor. Several other proposals have more recently been offered to account for the A/O contrast: spatial representation (Bennardo 2000), alienability (Buse 1996, Besnier 2000, Næss 2000), transitivity (Cook 2000), as well as varied relationships (Moyse-Faurie 2000).
    Based on native speaker and ethno-centered accounts of possession in Polynesian languages (Mulloy and Rapu 1977, Volkel 2010, Taumoefolau 1996), I suggest that the A/O distinction is best described using the Polynesian concept of mana, 'inherent power or energy', where the distinction between A/O relies on an association of a possessor's mana with respect to the possessum. In this talk, I will review the existing and varied descriptions for the semantic nature of this distinction. I will then demonstrate the possessive distinction in several Polynesian languages and will offer an explanation and a new semantic reconstruction for it, based in the Polynesian interpretation of mana and the marked socio-political hierarchies that were developed by speakers of Proto-Polynesian.

Imprimer Contacter le webmestre Plan du site Crédits Accueil