aa

Langues et civilisations
à tradition orale
(UMR7107)

          Le CNRS           Accueil SHS          Autres sites CNRS          
cnrs paris3 inalco paris3 paris3
Rechercher
Intranet Lacito English




  Accueil > Autres parutions > Mehdi Lallaoui & Isabelle Leblic - Ancêtres kanak à Paris, musée du quai Branly, octobre 2013 (Film)

 

ancetreAncêtres kanak à Paris, musée du quai Branly, octobre 2013
Film de Mehdi Lallaoui avec la collaboration d'Isabelle Leblic

 

À l'occasion de l'exposition KANAK. L'art est une parole, qui a été inaugurée au musée du quai Branly le 14 octobre 2013, une importante délégation des aires coutumières de Nouvelle-Calédonie s'est déplacée à Paris pour ouvrir l'exposition en effectuant, le dimanche 13 au matin, dans le hall du musée, une cérémonie coutumière afin de permettre aux visiteurs de découvrir les représentations matérielles de leurs ancêtres et tous les objets exposés.

      Les paroles prononcées lors de cette cérémonie et les gestes qui les accompagnent sont une adresse aux ancêtres kanak. Elles ont donc ici pris la forme d'un discours de deuil, récité en xârâcùù par Damas Patrice Moasadi, enquêteur culturel à l'adck/Centre Tjibaou.

      Isabelle Leblic, anthropologue, directrice de recherche au cnrs-lacito, a sollicité Mehdi Lallaoui, réalisateur de documentaires, pour venir filmer cette cérémonie et a reçu l'autorisation du service Communication du musée du quai Branly pour mener à bien ce projet.

     Le lendemain de l'inauguration, Madame Déwé Görödé, écrivaine et militante kanak, aujourd'hui ministre de la Citoyenneté, de la Culture et de la Condition féminine au gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, nous a guidés durant plus de trois heures à travers cette exposition exceptionnelle, à la découverte de la culture kanak et de son histoire. Elle nous a fait part de ses réflexions devant plusieurs des objets exposés et a dialogué avec des visiteurs.

     Ce film présente donc une vision kanak de l'exposition et permet de faire comprendre, à un public non connaisseur, ce que sont la culture kanak et ses coutumes dans cette société du xxie siècle où les ancêtres kanak sont toujours présents et qui, comme le dit Déwé Görödé, « ont traversé l'espace et le temps » pour être dans cette exposition, ici à Paris, suite à un long travail d'inventaire du patrimoine kanak dispersé qu'avait réclamé il y a trente ans Jean-Marie Tjibaou.

     La cérémonie coutumière commence ici par l'arrivée de la délégation kanak en musique, et au son de la conque utilisée pour appeler les clans à se réunir et rendre les esprits favorables. La délégation vient « porter le respect » aux ancêtres qui sont là, dans l'exposition. Elle fait face aux représentants du musée du quai Branly, considérés, dans cette cérémonie coutumière de deuil, comme les personnes qui accueillent. Car, dans toute cérémonie, il y a les invités – assimilés aux maternels – et les maîtres de la maison – les paternels – qui accueillent et sont les premiers à recevoir des présents. Puis un des Kanak, armé d'une sagaie, reproduit l'attaque faite par l'un des maternels dans les cérémonies de deuil. Un autre déclame un discours généalogique de deuil en langue xârâcùù. Un tel discours retrace les liens entre la personne décédée et ses paternels et maternels au sens large, soit les lignages des maîtres de la maison et des invités réunis pour cette cérémonie. Cette partie se termine par le lancement de la sagaie dans un bac de terre. Octave Togna, sénateur coutumier de l'aire drubéa-kaponé, prend la parole au nom de la délégation pour dire bonjour, ce qui clôt l'entrée des invités dans la cérémonie.
     Stéphane Martin, président du musée du quai Branly, y répond par quelques paroles de bienvenue.
     Puis les échanges de présents coutumiers commencent ; les Kanak de la délégation déroulent leurs présents (nattes, étoffes et une monnaie de coquillages) et Armand Goroboredjo, sénateur coutumier de l'aire paicî-cèmuhî, prend la parole (en français puis en paicî) pour accompagner leur geste. Il est suivi par Rival Jawa dit Ako, de l'aire ajië-arho, qui prononce une parole dans sa langue «pour les ancêtres qui ne sont plus là». Emmanuel Kasarhérou en traduit la teneur. Puis les maîtres de la maison étalent sur la natte leurs présents (étoffes, livre, JSO) et Emmanuel Kasarhérou, représentant le musée et donc les maîtres de la maison, répond en ajië à la délégation. Durant ce discours, il tient dans sa main droite une monnaie kanak – enveloppée dans une étoffe – symbolisant les ancêtres décédés présents dans l'exposition, qu'il donne ensuite à la délégation. Il résume son discours en français.

     Ensuite, la délégation se rend vers l'exposition pour nouer des « manous », étoffes de tissu coloré, sur les effigies représentant les huit aires coutumières kanak qui sont exposées à l'entrée. Ce geste, accompagné comme il se doit de paroles, est effectué en signe de respect envers les ancêtres. La délégation parcourt ensuite toute l'exposition en musique, ce «bruit» étant adressé aux ancêtres.

     Dans la seconde partie du film, Déwé Görödé nous guide à travers l'exposition et s'arrête au gré de ses envies devant tel ou tel objet pour nous en parler. Cet itinéraire, qui a duré plus de trois heures, est ici écourté mais permet d'avoir accès à de nombreux éléments de la culture kanak. La ministre écrivaine et militante rappelle que c'est grâce aux ancêtres kanak «qui sont là» que cette exposition a pu avoir lieu. Et que tous ces objets, ambassadeurs des Kanak à l'extérieur du pays, permettent aussi de retracer l'histoire du peuple kanak, de certains faits notables de la colonisation et de la répression coloniale (1878, Ataï, engagés kanak dans la Grande guerre, police indigène, etc.).

 

LALLAOUI Mehdi (avec la collaboration d'Isabelle LEBLIC), 2013, Ancêtres kanak à Paris - musée du quai Branly, octobre 2013, Paris, Société des Océanistes / Mémoires vives productions, Au nom de la Mémoire, collection "Cinémal des Océanistes 1", film DVD, 47 mn.
ISBN : 978-2-85430-116-8

Paru fin décembre 2013

Imprimer Contacter le webmestre Plan du site Crédits Accueil